Samling af de for Universitets Legater gjaeldende Bestemmelser

booksnow1.scholarsportal.info

Samling af de for Universitets Legater gjaeldende Bestemmelser

388

q\ii peuvent servir et composer ma garderobe; tout le surplus des autres

eifets en quoy quils soient et puissent consister qui sont et se trouveront

dans le dite maison au terns de mon decés seront et appartiendront au

dit sieur Foresticr compris au present legs ; comme aussy donne et legue

au dit sieur Forestier huit cueillers, huit fourchetes, deux ceuillers å

ragout de ceux qui sont dans ma maison de Preignac, une petite theyere,

deux chandeliers et un petit sucrier le tout d'argent, mon intention est

cependant que le dit sieur Forestier ne pourra pretendre les dits legs que

tout autant quil sera avec moy lors et au tems de mon decés ; car s'il venoit

å me quitter, les dits legs seront nuls et sans effet, et il ne pourra exiger

au dit cas que la dite maison avec les augmentations et ameliorations que

j'y ay faites ; je veux que le dit sieur Forestier ne puisse exiger le payement

de la dite somme de vingt mille livres qu'un an aprez mon decés si l'etat de

ma succession ne permet pas de le payer plustot, mais je veux que l'interet

luy en soit payé pendant le dit delay å raison du denier vingt sans aucune

retenue; les dits legs ainsy faits au dit sieur forestier pour les bons et

agreables services qu'il m'a rendus, rend journellement et espere quil me

rendra å l'avenir de la preuve du tout le dispence et releve.

Donne et legue au nommé Lassus mon homme d'affaires å Preignac la

somme de six cent livres å lui payable un an aprez mon decés sans interet.

Je donne et legue au nommé Jean mon postillon pareille somme de six

cent livres å lui payable un an aprez mon decés.

Donne et legue å la nommée Marie ma cuisiniere trois cent livres.

Plus donne et legue å la nommée Jeannette ma servante, double gage de

l'année entiere; pourvu que mon homme d'affaires et mes autres domestiques

cy dessus nommés, soient å mon service au tems de mon decés.

Je donne et legue å tous mes autres parents dequel cotté et souche

quils soient pretendants droit en ma succession, et å chacun d'eux cinq sols et

une bourse, moyennant ce je les institue pour mes heritiers particuliers.

Et au residu et restant de tous mes biens meubles, immeubles, or,

argent, billets, titres, papiers, droits, noms, raisons et actions generallement

quelconques en quoy que le tout soit ou puisse consister; je fais, nomme et

institue pour recueillir le tout; mes heritiers généraux et universels, Dame

Anne Catherine Hanssen ma niece, et M'^ Frederick Fritz son epoux et ce

conjointement entre eux, leur prohibant expressement å mes dits heritiers

généraux toute detraction de quarte falcidie et trebellianique et autres

voulant qu'ils se contentent.

Enfin je casse, revoque et annulle tous autres testaments, codicilles,

donnations et autres dispositions å cause de mort que je pouiTois avoir cy

devant fait, voulant que le present seul vaille, que s'il ne peut valoir comme

tel, qu'il vaille comme codicille, donnation ou autre disposition å cause de

mort en la meilleure forme quil se pourra, selon le droit et coutume; sauf a

y augmenter et diminuer par codicilles posterieurs, ainsy que je jugerai å

propos; et aprez avoir dicté et fait ecrire mon present testament par une personne

å moy affidiée et de confiance, je l'ay lu et relu, fait lire et relire, et

l'ayant trouvé confonne å ma volonté, je l'ay signe å la fin et au bas de

chaque page ecrit sur trois feuilles papier timbre ; å Bordeaux le vingt troisieme

septembre mil sept cent soixante treize, ainsy signe å la fin et au bas de

chaque page du dit testament Hanssen de Liliendahl testateur et å la fin sont

ajoutés ces mots, aprouvant comme dessus;

Controlé et insinué å Bordeaux le 20 Mars 1779. f« 12. v" art 1"" re9u

en principal et 8^ pi*"; scavoir 70"* de controlé, 70"* dinsinuation de chacuu

des legs faits aux sieur et dem^^° Frederioh et Marie Hanssen, de ceux des

sieurs Conrad Hanssen et Forestier, et de celui de la bibliotheque seulement

au corps du concistorie de Capeuhague; 56"*' de celui de Tepouse du sieur

Nissen, 8"* 8® de celui du nommé Lassus, 4* 4^ de celui de Marie Cuisiniere

et 70"* de l'institution d'heritiers, averti du centieme denier dans les six mois

du decés au bureau de la scituation des biens å peine du triple droit, total

de la recette cinq cent cinquante huit livres douze sols, signe Angebert p. M.

Baudouin.

More magazines by this user
Similar magazines