Samling af de for Universitets Legater gjaeldende Bestemmelser

booksnow1.scholarsportal.info

Samling af de for Universitets Legater gjaeldende Bestemmelser

392

Pour en assurer d'autant plus l'execution veut et entend que ses heritiers

et leurs enfants et descendants a perpetuité puissent en prendre connoissance

et qu'il leiir soit remis chaque année par messieurs du consistoire ainsy que

par messieurs de l'hopital d'Elzenor, un etat contenant les noms des differents

particuliers qui en profitaront, avec copie certiffiée d'eux des quittances qui

leur auront eté données ce concernant, priant messieurs du consistoire et

messieurs de la direction du dit hopital d'imputer moins ces precautions å

quelque défaut de confiance de sa i)art, qu'au desir de perpetuer sa memoire

dans la descendance de ses heritiers et de les exciter å augmenter ses libe-

ralités et a remplir la mesure quil s'etoit proposée, s'il ne peut le faire luy

meme pendant sa vie.

Comme par les retranchements cy dessus expliqués les revenus des dites

fondations qui avoit eté reserves aprez le decés du dit sieur Hanssen en faveur

du sieur Friderick Hanssen son neveu, Marie Elizabeth Hanssen et Justine

Hanssen epouse du sieur Nissen ses nieces, se trouvant reduits aux interets

ou rentes que pourront produire Dix huit mille Rixdaller au lieu de l'interet

OU rente de trente mille Rixdaller destinées, en premier lieu aux fondations

particulieres ordonnées par le dit testament, veut et entend le dit sieur Hanssen

codicilant que les interets ou rentes des dites Dix huit mille Rixdaller

appartiennent aprez sa mort a Friderick Hanssen son neveu et et (sic) Marie

Elizabeth Hanssen sa niece, et qu'ils en jouissent pendant leur vie, par les

mains du sieur Fritz son heritier a qui ils seront payés pendant le dit terns

que messieurs du consistoire comme ils l'ont promis, et qui sera tenu d'en

faire le recouvrement et de les leur partager et faire parvenir aprez quil les

aura recues.

Pour suppléer å la dame Justine Hanssen epouse du sieur Nissen sa

niece, la portion du dit revenu dont elle sa trouve privée par ce moyen, veut

et entend le dit sieur Hans s en codicilant, qu'a compter du jour de son decés,

le dit sieur Fritz et la dame Catherine Hanssen son epouse ses heritiers

soient tenus de payer chaque année å la dite dame Justine Hanssen Deux

cent Rixdaller de pension pendant sa vie.

Veut et entend que le legs quil avoit fait å Marie Darballade å\\ne

somme de neuf cent quinze livres d'un cotté qu'elle luy doit et douze cent

livres d'autres qui devoient luy etre payées dans les termes et aux charges

expliquées dans le dit testament demeure retranchée et supprimée en etier,

sauf de la jouissance quil luy donne et legue pendant sa vie de la dite somme

de neuf cent quinze livres qu'elle luy doit, laquelle la dite Darballade ou que

ce soit ses heritiers, seront tenus de payer aprés sa mort scavoir six cent

livres au nommé Lassus homme d'affaires du dit sieur Hanssen dans sa maison

de Preignac, que le dit sieur Hanssen lui donne et legue, outre et par dessus

ce qu'il lui a donné d'ailleurs par son testament; et les trois cent quinze livres

restantes å Marianne fille du nommé Denis maitre savetier autre fois servante

du dit sieur Hanssen, actuellement retirée auprez de son pere^ et a autre

Marianne actuellement servante du dit sieur Hanssen dans sa maison a Preignac,

auxquelles il donne et legue la susdite somme de trois cent quinze livres,

pour la partager entre elles egallement aprez la mort de la dite Darballade

leur tante, des heritiers de laquelle, tant la dite Marianne, autre Marianne que

le dit Lassus pourront exiger la susdite somme de neuf cent quinze livres

chacun pour ce qui les concerne en consequence du contrait coustitutif de

l'obligation de la dite Darballade, que le dit sieur Fritz et Catherine Hanssen

ses heritiers seront tenus de leur remetre aprez sa mort sur leur premiere

requisition.

Veut et entend pue l'argenterie quil a leguée au sieur Forestier par son

dit testament soit par luy prise sur celle qui se trouvera dans sa maison de

Bordeaux, au lieu qu'il devoit la prendre sur celle de sa maison de Preignac.

Au moyen des changements cy dessus faits au legs porte par le dit

testament du dit jour vingt trois septembre mil sept cent soixante treize, en

faveur de la dite Darballade, veut qu'elle demeure quitte et dechargée de

l'obligation qui luy avoit eté imposée par le dit testament, de loger et fournir

More magazines by this user
Similar magazines