Zeitschrift für romanische Philologie

scans.library.utoronto.ca

Zeitschrift für romanische Philologie

312

LUCIEN FOULET,

le mot lai introduit dans la langue, d'une fa9on hesitante, dans la

2eme moitie du XII ^ siede, n'a v6cu, pendant pres d'un siede, que

d'une vie attenuee et incertaine, et a fini par p^rir obscurement

d'inanition ä la fin du XIII« siede, ou peut-^tre dans le i«'' quart

du XIV« siede. 1

II ne semble meme pas que le mot pris dans ce sens particulier

ait jamais p6netre en provengal. Qu'on examine les nombreux

exemples du mot rassembles par Bartsch dans un artide de la

Zeitschrift für romanische Philologie:"^ lais y est employ6 souvent

pour designer le chant des oiseaux, et sert frequemment aussi ä

nommer une piece lyrique analogue au descort proven^al. Mais

nulle trace d'un emploi au sens de poeme narratif. Du reste

l'origine celtique du mot ou des melodies et des chansons qu'il

designe y est decelee par l'addition des mots „de Bretagne" ou

la mention de sujets claireraent empruntes aux Celles. Ainsi en

Provence comme en France le mot — d'origine celtique —

appartient d'abord au vocabulaire gdneral de la langue courante

et designe un air, une melodie, une chanson, puis au lexique

special des poetes lyriques oü il s'applique a une forme rythmique

partlculicre. Mais l'influence de Marie ne s'est pas fait sentir si

loin et le proven

Weitere Magazine dieses Users
Ähnliche Magazine