Zeitschrift für romanische Philologie

scans.library.utoronto.ca

Zeitschrift für romanische Philologie

MARIE DE FRANCE ET LES LAIS BRETONS. 33

qu'un pr6texte pour se debarrasser de Guingamor dont eile a eu

ä se plaindre suggere une aventure perilleuse ä accomplir: mais il

y faudrait un Chevalier d'une bravoure a toute epreuve. Guingamor

qui comprend la reine ä demi-mot s'offre ä partir, et des le lendemain,

malgre les sages conseils du roi, il s'enfonce dans la foret

p6rilleuse a la poursuite du „blanc porc". La Situation est toute

semblable dans le lai de VEspifie: retour de la chasse, festin, aven-

tures cont6es apres le repas, tout s'y retrouve jusqu'au role de la

reine. II est ici joue par une certaine „meschine" qu'on ne nous

a pas presentee et dont on ne nous dira plus rien; eile aussi,

eile Signale un exploit difficile ä tenter: la foret perilleuse se transforme

en gue de VEspine. Comme Guingamor, le damoiseau releve

le defi. II ne se laisse pas arreter par les repr6sentations du roi

et la veille de la Saint Jean il se met en route pour aller passer

la nuit au gu6 de l'Espine. Qu'on compare les deux passages, on

verra que Tun est calque sur lautre:

Espine.

i68 Li reis ert venuz de gibier,

Qui pris ot a molt grant foison

Et vole'iile et venison.

La nuit, quant vint apres souper,

172 Li reis s'asist por deporter

Sor un tapi devant le deis,

O lui maint Chevalier corteis;

Ensemble o lui esteit ses fis.

176 Le lai escoutent d'Aelis . ..

182 ... quant icel lai ot feni

Li Chevalier sempres parlerent,

Les aventures ramembrerent

Que soventes feiz ont veues

186 Qu'en Bretaingne sont avenues.^

Entr'eus aveit une meschine,

Cele dit: ,,Au gue de l'espine

A la nuit de la Saint Johan

190 En avient plus que en tot l'an.

Mais ja nul coart chevalier

Cele nuit n'i ira guailier."

207 Quant li reis l'ot, s'en ot pesance,

La parole tint a enfance:

„Biax fis, dist il, lai la folie."

Cil dist qu'il ne la laira mie,

211 Que toutes voies i ira.

Guingamor.

137 Li rois . . . vint de chacier,

Et . . . s' assist a son mengier:

Molt ot le jor bien esploitie;

Si conpaignon sont tuit heti6.

141 Apres mengier joent et rient,

Lor aventures s'entredient,

Chascuns parole de son fet,

Qui ot failli, qui ot bien tret . . .

148 La roine . . .

153 ,,Molt V03 oi, fet ele, vanter

Et vos aventures conter

Mes n'a ceanz nul si hardi.

De toz iceus que je voi ci,

'57 Qui en la forest ci defors,

La ou converse li blans pors,

Osast chacier ne soner cor.

207 Li rois oi que ses nies dist . . .

20q Molt fu dolent, ne set que fere . .

211 ... dist qu'il le laissät ester . . .

225 Guingamors respondi le roi:

,,Sire, en la foi que je vos doi,

Ne lerroie por rien qui soit . . .

Que demain ne chaz le sengler.

1 Cf. dans le meme lai V. 9— lO: [Les estoires] . . . en Bretaigne conneues

Et en plusors \ leus . . . veües. La source de ces 2 passages est dans

Bisclavret (lai utilise plus d'une fois par notre auteur), V. 259—260: Meinte

merveille avum veüe ki en Bretaigne | est avenue.

Zeitschr. f. rom. Phil. XXIX X

Weitere Magazine dieses Users
Ähnliche Magazine