Zeitschrift für romanische Philologie

scans.library.utoronto.ca

Zeitschrift für romanische Philologie

44

LUCIEN FOULET,

La verite est enfin decouverte: on sait que le loup est un Chevalier,

on lui donne les moyens de revenir a sa forme naturelle et on le

laisse seul pour ne pas le gener:

Bisclavret. Melion.

293 Li reis meismes Ten mena 55i En une cambre Ten mena

e tuz les hus sur lui ferma. Quant il fut ens, l'uis si ferma.

On voit le procede: tantot on conserve un vers, tantot, le plus

souvent, on delaie longueroent une indication de Marie, tantot enfin

on ne retient que le mouvement et pour ainsi dire le cadre d'une

phrase.

Le debut de Melion rappelle par quelques expressions l'introduction

de Laiival:

Melion, Lanval.

I AI tans que rois Artus regnoit 5 A Kardoeil surjurnot U reis,

Cil ki les terres conqueroit. Artur, li pruz e li curteis . . .

Et qui dona les riches dons Asez i duna riches duns,

4 As Chevaliers et as barons 8 E as cuntes e as baruns . . .

femmes et terres departi.

L'original de Tun et lautre passage se trouve du reste probablement

dans la brillante description que nous fait Wace de la cour

d'Arthur. 1

10020 De pluisors terres i venoient

Cil qui pris et honor querroient,

Tant por oir ses cortcsies,

Tant por vdir ses mananlies,

ICO24 Tant por conoistre ses barons,

Tant por aveir ses rices dons.

1 Cf. Brugger, art. cit, p. 122. II cite des traces indeninbles de l'influcncc

de Gaufrei (soit directement, seit par l'intermcdiaire de Wace) sur Marie

(p. 129, 152). Cf. F. Lot, Rom., XXVIII, p. 47, n. 2. On peut ajouter d'autrcs

exemples encore. La description de la ville dont le chevalier fee du lai de

Yonec est seigneur (et qui d'apres la suite du recit doit 6tre Karliun) r^pond

tr^s exactement \ la peinture que nous fait Wace de 'Karlion en Glamorgan'.

Qu'on compare les deux passages: Wace, V. 10, 465 sqq. „A ces tans, ce disent

li home, Des rices palais | sembla Ronie; Charlion dcjoste Usques siet Un

| |

flum qui en Saverne ciet. Cil qui d'autre terre venoient Par cel eve venir pooient: | |

|

De l'une part est li riviere De l'autre li for^s plcni^re. Plent6 i avoit de

| |

pisson, Et grant plent^ de venisson. Beles erent les praaries Et riches les

I | |

gaagneries." — Yonec, V. 364sqq. „Asez pres vit une eile. De mur lu close

|

tut en tur. N'i ot maisun, sale ne | tur ki nc parust tute d'argent. Mult sunt

| |

riebe li mandement. | Devevs le burc sunt li mareis e les forez e li defeis. |

|

De l'altre part vers le dunjun curt une ewe tut envirun; iloec arivoent les

| |

nes, plus i aveit de treis cenz tres. [II est curieux que Marie nous rapporte

I

cette derni^re circonstance de Carucnt aussi et de l'^nigmatique Duölas: Yonec,

V. 15— 16: La citez siet sur Duclas; i ot de nes trespas.] Comparez

|

jadis

enfin avec les vers 10, 474—475 de Wace, cit^s plus haut, les vers 183—184

de Müun: En un pre desuz Karliün un cisne | pris od mun la^un."

Weitere Magazine dieses Users
Ähnliche Magazine