Zeitschrift für romanische Philologie

scans.library.utoronto.ca

Zeitschrift für romanische Philologie

50

LUCIEN FOULET,

au moment decisif: le premier acte est rempli par Gauvain qui

est l'ami, le defenseur et le garant de Tyolet, tout comme dans

Marie il joue ce röle vis a vis de Lanval. Dans le Lancelot neer-

landais, Gauvain dement l'histoire mensongere du Chevalier felon,

le defie et le tue, et c'est le lendemain seulement qu'arrive le heros.

Dans Tyolet, il n'y a pas de combat entre Gauvain et le felon, sinon

un combat de paroles : ils y sont encore engag^s quand Tyolet parait,

et avec lui commence le deuxieme acte. Ainsi l'auteur de Jyolet

a ramasse en un jour une scene qui en occupait probablement

deux dans son modele: il y trouve l'avantage d'unifier son drame,

pour ainsi dire, a l'imitation de Marie. Sous les yeux du roi et

de la cour, comme dans Lanval, une espece de duel solennel est

engage, dont le resultat, modifie a chaque instant par des peripeties

nouvelles, reste douteux. Gauvain a bien donne un dement!

au f61on, mais par suite de certains scrupules bizarres il h6site a

soutenir son affirmation de son epee, et l'autre fait encore bonne

figure. Soudain Tyolet parait et l'on sent que les choses vont

changer de face:

Tyolet. Lanval.

621 En ce qu'en cel estrif estoient, 513 Quant il erent en cel esfrei

Par la sale gardent, si voient dous puceles . . .

Tyolet, qui estoit venu 517 virent venir la rue a val . . .

Et hors au perron descendu. 531 a tant furent celes venues

devant le roi sunt descendues.

Une joute de paroles s'engage entre Tyolet et le f^lon et celui-ci

qui ne s'est pas laisse demonter par Gauvain se laisse peu a peu

maintenant arracher Taveu dt son mensonge, sans que pourtant on

ait apport6 de preuves positives de sa culpabilitd. En realite notre

auteur qui a abandonne le seul denouement naturel de l'histoire

du felon a bien de la peine ä, trouver une conclusion vraisemblable.

Le felon reconnait son crime, tombe aux genoux de Tyolet et ce

heros sans reproche non seulement pardonne au traitre, mais „le

bese par grant amor!" Rappelons-nous que Lanval aussi finit par

un pardon: la fce apaisee empörte son ami en croupe derri^re

eile dans l'heureux pays des vivants. Cependant Tyolet cpouse la

princesse, et l'auteur qui s'etait defendu 1 au vers 323 de nous

decrire la beaute de la damoiselle se ravise ici et il nous depeint

la nouvelle epouse en trois vers qui sont empruntes textuellement

a Lanval:

Tyolet. Lanval.

696 Fleur de lis ou rose novele 94 Flur de lis et rose nuvele,

Quant primes nest el tans d'esfe, Quant ele pert el tens d'esle

Trespassoit ele de blaute. trespassot ele de bealte.

Si Tyolet doit moins ä Marie qu'aucun des lais que nous

ayons examines jusqu'ici, il est pourtant indeniable, nous venons de

* „De sa biaute ue voil parier."

Weitere Magazine dieses Users
Ähnliche Magazine