Zeitschrift für romanische Philologie

scans.library.utoronto.ca

Zeitschrift für romanische Philologie

LE VOCA15ULAIRE FKANCAIS DU SEIZIEME SIEGLE. 7g

Mo de stete. — Je te prie que par modestete temperes cest ardeur

vehemente. 1535. Le Peregritt, (^ih.

Modulise. — Un son modulise en donce raelodie. 157 1. G. Le

Fevre. Encydie, 34.

Modulis er. — Catulle mesme en sa molle musette Modtdisatit la

tendre larraelette. 1578. G. Le Fevre, 127.

Moite-bourbeux. — Maint creux lac bagne D'un tiede-lent

humeur son sein moite-hourbeux. 1583. Vtrgile, 38.

Moite-sec. — D'un ff/w/i?-jff baizer prenant de moy mercy. 1578.

La Meschiniere. Ceocyre, 15.

Moitement. — Les colombelles . . . Leurs becz elles s'entr'arrosent

De leurs baisers moitejnent. O. de Magni. Gayetez, ed. Courbet,

20. — Cil qu'on sent du Ponant moitetnetit arriver L'aage pesant,

et l'eau, et le phlegme et l'hyver. 1585. Du Bartas, 168.

Moiteux. — Un triste amas de pluvieux souci Fait ondoier ma

moiteuse poitrine. 1554. Le Caron. La Ciaire, 187. — Desjä

parmi l'air moiteux La rage des vents forcene. Baif. II, 128.

Mol-coulant. — Ainsi, Plancus, la tristesse, la pene De ta vie,

et de Mars Finir prudent desormais te souviene Aux mol-coulants

nectars. 1584. Horace, Ödes, \\.

Mollicie. — D^licatesses superflues, et viollicies indeues. 1551.

Leon Hebrieu, trad. D. Sauvage, 34. — le doute que les hommes

entendent cette fragilite non de la mollicie de nostre corpz, ains

de l'imbecillit^ de r.ostre esprit. 1554. Le Caron. La Ciaire,

13 b.

Moliificatif. — Le cinquiesme chapitre . . . auquel sera traicte

des medecines . . . molhficatives. 1542. Canappe.

Moncelee. — D'icelle mer [les poissons] entrent

Guidon, 18.

a grand mon-

celees et bendes en la mer de Ponto. 1548. B. Aneau Baptiste

Platine, 313. — Cotgrave a Moncelet.

Mondifiement. — La seconde Intention est coinplette avec

saignees et avec mondifiement de sang cum diacatholicon. 1542.

Canappe. Guidon, 70 b.

Monogramme. — Ayant remarque certeins traiz grossiers, et

(comme on diroit) monogrammes. 1557. Pontus de Tyard, 7.

Monopoliser. Le petit quelquefois espris d'un haut courage Peut

faire ressentir l'illustre personnage, Soit d'un beau desespoir ou

7nonopolisant. 1599. Lasphrise, 206.

Monstreux. — De son coeur la cruaute' monstreuse Rompit le fil

par desdains doucuisantz, Et engloutit mon äme langoureuse.

1554. Le Caron. La Ciaire, 190.

Monstricide. — Ton enfantine main de ces monstres meurtriere

Pr6saige c\ l'advenir les labeurs glorieux, Dont tu triompheras

avant monter aux cieux, Monstricide Frangois, d'une mainc plus

guerriere. P. Dclbeae, duns 1589. Du Bartas. II Sepmanie, Bb 3.

Weitere Magazine dieses Users
Ähnliche Magazine