Zeitschrift für romanische Philologie

scans.library.utoronto.ca

Zeitschrift für romanische Philologie

LE VOCABULAIRE FRAN(;:aIS DU SEIZIKME SIEGLE. 85

Non sensible. — Les membres sensibles comrae IVeil ne soubstiennent

point medecines acres ne griefves, mais les non sensibles

comme le test les soubstient bien, 1542. Canappe. Gui'don, gih.

— Cela est estrange qu'ilz appellent clieux des Corps non vivans,

non sensibles, et privez d'äme. 1551. Leon Hebrieu, trad. Pontus

de Tyard. I, 188.

Non tarissable. — Source non tarissabk. 1578. G. Le Fevre,

104 b.

Non-traitable. — Vieillard fol, foible, et non-iraiiable. 157 1. G.

Le Fevre. Encyclie, 67.

Non vivant. . Voir Non sensible.

Non-voiable. — Non-voiable objet qui jamais ne se raüe. 157 1.

G. Le Fevre. Encyclie, 59. — Et or'est immortel son corps impenetrable,

Impassible, subtil, leger, et non voyable. 1578. G. Le

Fevre, 146 b.

Non usite. — Vous echauffez d'un feu non usite Nos coeurs. 1578.

G. Le Fevre, 152.

Nop^ailles. — Tous amans tu escondis Bien que ta beaute con-

traire Maint amant te puisse attraire, Qui tes nopcailles poursuit.

Baif. 11,44.

Nop^al = Noyal. — A Pallas il le donna pour don nopfal. Baif.

II, 66.

Nourri-vigne. — l^dihowxQnr notirr i-vigne. 157 1. La Porte. Epi-

thetes, 142 b.

Nouveaument. — Le Venite noiiveatinient faict. 1530, dans Brunei.

II, 1027.

Nuble. — Quand le soleil ne luit, Quand la lumiere est tmble,

et n'est jour ne nuit. Baif. II, 20.

Nuble (Faire). — L'on vogue ayant l'oeil fiche sur l'etoile S'il fait

serein: s'il y«// nuble, en la carte Par le quadran l'on voit si

on s'ecarte. Baif. II, 206.

Nuit-volant. — Pres de l'oiseau 7mit-volatit (grand raerveille)

Muette sied la criarde Corneille. Baif. II, 76.

Nutriant. — Le feu . . . est doue d'une puissance nutriafile. 1557

Pontus de Tyard, 70.

Obscur-ombreus. — Le soleil jete en espace egal Vobscur-ombreus

egal. — 1584. Du Monin. Uranologie, 21.

Obscure. — Mon espoir . . . en mon corpz ne sera relire, Si le

ciel n'est par la terre obscure Ou du ciel soit la terre Tornement.

1554. Le Caron. La Ciaire, 175.

Octobral. — Benites soyent les Octobrales Ides. 1553. Des Autelz,

A 2. — II me souvient ... Du jour quinzieme Octobral. Ib., a 4.

Odorantement, — O belle, qui es tu . . . Qui ceins tes fiancs

Weitere Magazine dieses Users
Ähnliche Magazine