Aufrufe
vor 4 Jahren

Ensemble de Cuivres Mélodia gewinnt 17. Swiss Open Contest ...

Ensemble de Cuivres Mélodia gewinnt 17. Swiss Open Contest ...

Revue

Revue des musiques UNISONO 19 • 2006 17 e Swiss Open 2006 à Lucerne Mélodia renoue avec la victoire A nouveau une victoire surprise au Swiss Open: l’EC Mélodia fête son premier titre majeur depuis plus d’un quart de siècle. Le podium est exclusivement romand avec le BB Fribourg (2 e ) et la BB 13 Etoiles (3 e ). Champion sortant, le BB Wallberg est 5 e . Jean-Raphaël Fontannaz Douze formations (+3) étaient en lice le 23 septembre dernier pour se parer du titre du Swiss Open champion. Outre l’obligation d’une marche, les ensembles participants devaient cette année interpréter une œuvre originale pour brass band, à choisir dans une liste de pièces ayant presque toutes déjà quelque vingt ans d’âge… Mélodia, le retour Cinquième à se présenter dans la salle blanche du KKL, emmené par Yvan Lagger, l’EC Mélodia a réussi clairement le meilleur score en interprétant «Basler Marsch» de Willy Haag et «King’s Messenger» de George Lloyd. Un magnifique redressement après la désolante dernière place de 2005. Cela faisait 32 ans que les Vaudois n’avaient plus connu la joie de la victoire. C’était en 1974, lors de la 3 e édition du Championnat suisse organisé alors à Crissier. Le Brass Band Fribourg (BBF) a en revanche fait dans la stabilité et décroché, comme l’an passé, une 2 e place en jouant, sous la direction d'Arsène Duc, «Diversion on a bass theme» du même compositeur et «Vivat Lucerna» d’Arthur Ney. Le podium est complété par le BB 13 Etoiles (Géo-Pierre Moren) qui a interprété «An epic symphony» de Percy Fletcher. Les musiciens valaisans ont encore remporté les autres prix en lice avec la prime pour le meilleur soliste au principal cornet, Patrick Vergères, ainsi que le prix spécial de la radio alémanique SR DRS pour la marche la mieux interprétée avec «Inf Rgt 33» de Paul Huber. Etrangers bien modestes A noter encore la belle 4 e place du BB de l’Hinterland lucernois que dirige le Romand Hervé Grélat. En revanche, tant Bürgermusik de Lucerne que le BBO ont à nouveau déçu et régressent encore au classement par rapport à l’an dernier. On remarquera aussi que les invités étrangers ont fait plutôt de la figuration: les Néo-Zélandais du Trusts Waitakere Band et les Britanniques du Dobcross Silver Band se sont partagés la dernière place du concours. Public plus fourni La nouvelle formule, avec des œuvres originales pour brass band déjà un peu blanchies sous le harnais a apparemment été goûtée par le public venu en rangs plus serrés que ces dernières années. Co-organisateur du concours, Werner Obrecht a en effet pu annoncer qu’il se tenait à guichets fermé. Outre les pièces déjà citées, on a encore pu entendre «Journey into freedom» d’Eric Ball, «Blitz» de Derek Bourgeois, «Ballet for band» de Joseph Horowitz, «Volcano» de Robert Simpson, «Aotearoa, the land with the long white cloud» de Philip Sparke, ainsi qu’un troisième opus de George Lloyd, «Diversion on a bass theme». Au passage, au vu de la liste proposée à choix, on peut se demander pourquoi certaines œuvres ont été interprétées deux fois. Ou, dans ce cas, pourquoi certains premiers choix des participants n’ont pas été retenus alors que la pièce concernée n’a été jouée qu’une fois au KKL… Idem, le champion sortant, Wallberg, a créé une certaine surprise en exécutant «Marignan» de Jean Daetwyler, une marche qui n’était pas annoncée au programme. Black à guichets fermés La journée s’est conclue avec le concert de gala donné par le plus prestigieux brass band au monde, Black Dyke. Emmené par Nicholas Childs, le tout frais vainqueur du British Open a conquis une salle blanche remplie comme un œuf, jusqu’au dernier strapontin. Cette prestation s’inscrivait dans le cadre du World Band Festival de Lucerne sur lequel UNISONO reviendra encore dans une prochaine édition. L’Ensemble de cuivres Mélodia conduit par Yvan Lagger a mis fin à une disette de victoire vieille de 32 ans! Photo: Obrasso (Ueli Flück) 28 Pour les résultats détaillés, consulter internet ainsi que dans la partie alémanique en page 6.

UNISONO 19 • 2006 Revue des musiques 17 e Swiss Slow Melody Contest de Lenzbourg Deux titres pour les Romands Deux filles, Myriam Karlen et Marina Turrian, ont offert à la Suisse romande les derniers titres que décernera le Swiss Slow Melody Contest. Organisée depuis 1990, la compétition ne sera en effet plus mise sur pied à l’avenir. Le 17 e Swiss Slow Melody Contest s’est tenu le 10 septembre dernier à Lenzbourg. Par un magnifique temps de fin d’été quelque 130 concurrents de la Suisse entière se sont trouvés en lice. Même s’ils étaient 50 de moins qu’en 2005, ils ont enthousiasmé le public par des prestations d’un niveau étonnamment élevé. Le travail n’était donc pas facile pour un jury constitué de Christoph Bangerter, Hervé Grélat, David Rey et Adrian Schneider. Ces experts compétents ont dressé pour chaque participant une fiche d’appréciation détaillée avec une critique constructive et beaucoup de suggestions pour s’améliorer. Deux titres féminins Créée en 2004, la formation B du BB Imperial Lenzbourg a permis de raccourcir le temps d’attente avant la proclamation des résultats en assurant un intermède musical. Le moment fatidique a couronné plusieurs Romands. Ainsi, en catégorie 2 (1995–1996), c’est Myriam Karlen, cornet, de Rougemont (VD) qui s’est imposée devant 30 participants. Elle confirmait ainsi son titre de l’an passé où elle avait d’ailleurs signé la seule victoire romande. C’est parmi les 19 participants de la catégorie 5 (1990–1991) que les Romands se distingueront encore. Tout d’abord en signant un second titre féminin grâce à Marina Turrian, cornet, de Château-d’Oex (VD). Ensuite avec la 4 e place d’Aurélie Neff, baryton, de Rossinière (VD). Autres places d’honneur Plusieurs Romands se sont encore distingués. Toute la concentration d’un jeune cornettiste pendant son exécution. Notamment Gilles Rocha, baryton de Vétroz (VS) qui a pris le 2 e rang parmi les 16 participants de la catégorie 6 (1988–1989). Une médaille de bronze est revenue en catégorie 1 (1997–1998) à Théo Bourquin, cornet, de Château-d’Oex (VD) qui figurait parmi les six plus jeunes concurrents et progresse d’un rang par rapport à 2005. Parmi les 35 participants de la catégorie 3 (1993–1994), Joëlle Hämmerli, cornet, de Rossinière (VD) reste abonnée, comme l’an passé, à la 3 e place, juste devant Florian Karlen, baryton, de Rougemont (VD). Enfin, en catégorie 4 (1992), on signalera encore les places ex aequo de Florian Frossard, cornet, Les solistes victorieux lors du dernier Swiss slow melody contest de Lenzbourg posent pour la photo souvenir. de St-Séverin (VS) et de Charly Jolliet, trombone, de Montbovon (FR) face à treize contradicteurs. Un peu plus de Romands A noter que la participation romande s’est nettement améliorée, en tout cas en pourcentage, à l’occasion de cette ultime édition: alors que seuls 13 jeunes francophones (soit 7% de la participation totale) avaient pris le chemin de Lenzbourg en 2005, ils étaient seize (ou 12%) en ce début de septembre. Pour les résultats détaillés, consulter internet ainsi que dans la partie alémanique en page 10. (jrf) Swiss Slow Melody Contest 17 e et dernière édition Avec la 17 e édition du Swiss Slow Melody Contest de Lenzbourg du 10 septembre dernier, c’est une vieille tradition qui se termine. Tirant la conclusion d’une participation en fort recul au cours des dernières années, le Comité d’organisation a décidé de renoncer à l’avenir à mettre sur pied cette compétition pourtant bien ancrée. Dans la foulée, les responsables constatent toutefois que le concept du Swiss Slow Melody Contest a visiblement fait ses preuves. Il prévoit en effet de mettre volontairement l’accent sur l’interprétation, la justesse et la musicalité de la mélodie, afin de ne pas être détourné par les difficultés techniques ou – éventuellement – de dépasser les capacités des solistes. Il y a aujourd’hui sur la scène musicale helvétique plusieurs manifestations qui imitent cette idée et qui en offrent des versions les plus diverses. Cette situation a conduit à une certaine régionalisation de ce concours qui, apparemment, fait baisser l’intérêt pour la version originale et nationale, le Swiss Slow Melody Contest. Le CO fait remarquer qu’à la fin du siècle passé son concours réunissait plus de 300 participants venus de la Suisse entière. Il en profite pour remercier tous ceux (solistes, professeurs, parents, bénévoles, sponsors ou donateurs) qui, pendant des années, ont concouru au succès de la manifestation. Les organisateurs souhaitent que l’esprit du Swiss Slow Melody Contest perdurera dans ses déclinaisons régionales et continuera à apporter sa contribution à la promotion des vents et de la formation musicale ainsi qu’à l’enthousiasme des jeunes musiciennes et musiciens. 29

Die Wallberg Band gewinnt «16. Yamaha Swiss Open 2005» in ...
Top Swiss Music Events 08 Le Prix Pfister continue sous le nom Prix ...
Schwytz-Brunnen en point de mire page - Schweizer ...
Die Schweiz im Wettbewerbsfieber Le Corps de musique de Bulle ...
Maestro - Schweizer Blasmusikverband
Grossartiges Abstimmungsergebnis - Schweizer Blasmusikverband
Schweizer Militärmusik begeistert in Holland Intermusica: le ...
Solistenwettbewerb - Schweizer Blasmusikverband
Swiss Cycling Tour de Suisse Cup 201 3
Basel Tattoo» 2008! - Schweizer Blasmusikverband
10 unisono - Schweizer Blasmusikverband
Swiss Solo Champions in Concert Brass Night Party - SBBV
FÜR DEN 23RD BESSON SWISS OPEN CONTEST Oberaargauer ...
Swiss Design Ensemble an den 2012 in Köln 16.-22.01.2012
Swiss Issues Wirtschaftspolitik - Cassis de Dijon - Credit Suisse ...