Aufrufe
vor 6 Monaten

E_1931_Zeitung_Nr.067

E_1931_Zeitung_Nr.067

AUTOMOBIL-REVUE —

AUTOMOBIL-REVUE — REVUE AUTOMOBILE 1931 — NO 67 Comment conduire en montagne? Ces judicieux avis trouvgs dans une revue autrichienne : V6riiication du vähicule. Comme la machine aura des efforts majeurs ä soutenir en region de montagne, commengons pat nous assurer d'indiscutable facon du reglage de ses freins. Ils doivent etre encore suffisamment garnis pour n'etre pas rapidement ä bout de serrage. Quo le radiateur comporte une circulation d'eau sans obstacle , que la courroie du ventilateur soit tendue de maniere convenable, que tout le tartre en depot eoit evacue par nettoya-ge chimique (Operation courante et benigne, possibla dans tous les garages). II va sans dire que le plein d'huüe, plus que jamais, sera de tout© premiere necessite en prevision des durs coups de collier sur les rampes. On s'epargnera bien des mecomptes en evitant un Teglage du carburateur trop liehe en carburant , cela developperait inutilement de la chaleur, et toute source superflue d'echauffement doit etre bannie. Pour la meme raison, on aura tout interet, si Ton n'y a pas pourvu depuis assez longtemps, ä faire -decalaminer le moteur. A la montee. II s'agit de trouver la bonne cadence. Un moteur qui peine trop sur une multiplication donnee, qui tourne trop lentement, doit immediatement etre secouru par le passage sans delai ä la vitesse infexieure. II reprendra vie tout de suite, si Ton n'a pas trop attendu pour ce changement. Tarder ä »e gervir de son levier de vitesses en montagne est d'un effet tres fächeux sur le fonetionnement du moteur. De plus, tout moteux qui tourne trop faiblement chauffe dans des proportions exagerees, l'air n'etant renouvele que trop lentement par le ventilateur. Cela ne veut pas dire que, la vitesse inferioure ayant ranime l'aliure de la machine, il faille laieser alors celle-ci s'emballer, c'est-ä-dire tourner ä un rythme exagerement vif. Mieux vaut alors relever la pedale de l'accelerateur et reduire les gaz. Malgre toutes ces precautions, il peut se produire que l'eau du radiateur arrive ä l'etat d'ebullition (trop forte et longue montee, entartrage, defaut de Ventilation, etc.). Le seul remede alors est de s'arreter, en debrayant, une fois la voiture bien calee par des pierres retenant les roues, celles d'arriere si possible dirigees contre une banquette de terre ou une bordure de pierres, si l'on n'est pas en palier, ceci pour ne pas s'en remettre aux freins bloques du soin d'immobiliser l'auto. On laissera le moteur debraye tourner au ralenti et l'on n'enlevera le bouchon du radiateur qu'apres quelques minutes et avec infiniment de precaution; combien Au controle d'arrivee ä Berne. A gauebe de la voiture, M. E. Köchert, commissaire sportif autrichien. Bei der iZielkontroJle in Bern. Links vom Wagen E. Köchert, österr Sportkommifisär. (Photo Automobil-Revue.) y a-t-il eu de visages ebouülantes d'un jet de vapeur par inobservation de cette mesure! Quand l'eau ne bouillera plus, on pourra, si l'on a de ce precieux liquide en reserve (un bidon tenu constamment plein est la prevoyance indispensable. Red.), ou si l'on decouvre une source ä proximite, en refaire le niveau convenable dans le radiateur; mais attention ä n'en verser qu'un mince filet, l'introduetion hätive d'eau froide pouvant atteindre les parois surchauffees des cyiindres et les feler (a-voir soin de laisser le moteur tourner durant ce temps, pour envoyer l'eau fraiche dans la circulation. Red.). On s'apercevra qu'en montagne une halte de quelques minutes est rarement inopportune, tant le paysage gagne ä etre contemple en Gtat d'immobilite. La joie des yeux en est doublee: ainsi, le moteur n'est pas seul ä y trouver son compte... A l'arret. Nous avons envisage le cas d'arret force, lorsque le radiateur est en ebullition et que ce serait folie de continuer. .Mais on aura bien d'autres motifs de stopper en montagne sans attendre ce signal de serieuse alarme, et ne füt-ce que par souci de menager sa monture en s'offrant la contemplation paisible d'une nature de premiere beaute. L'arret, Jorsqu'il ne sera pas dictS par la question radiateur — auquel cas (.voir ci-dessus) il faudrait laisser tourner le moteur au ralenti, debraye ou au point mort — devra donner Heu aux precautions suivantes: laisser le moteur embraye en Ire vitesse si l'on s'arrete ä la montee, en marche arnere si c est en descente. En plus, caler les roues par le moyen de pierres appropriees et faire buter les roues arriere (en montee) ou avant (en descente) contre I'accotement du chemin. On ne touchera de la Sorte pas aux freins, qu'il laut menager a tout prix, et que, d'ailleurs, un enfant pourrait d«ranger quand ils ne se desserrent pas d'eux-memes. A la descente. Principe fondamental, dont la transgression coute chaque annee des centaines de vies: ne descendez jamais debraye ou au point mort. Des l'amorce de la descente, passez, en ralentissant ä l'extreme par les freins, la meme vitesse que celle sur laquelle vous devriez monter la pente en sens oppose. Cette vitesse engagee, descendez sans couper les gaz. Votre moteur -vous retiendra comme une main puissante au-dessus de l'abime. Si, malgre cette precaution, vous preniez peu ä peu de la vitesse, recourez alternativement au frein ä pied, puis ä celui ä main, et ne prolongez pas trop leur serrage. Si, par extraordinaire, la pente s'aecentuait davantage, passez encore ä une vitesse plus petite, en ralentissant au maximum par l'usage tres momentane des deux freins. Vous ne devez, des cet instant, vous servir des freins qu'avec la plus grande moderation. Vous serez trop heureux de los retrouver s'il vous faut bioquer net; et cela peut survenir d'une seconde ä l'autre... Croisements. Si la route est etroite, et que vous ayez ä eviter une autre voiture de taille un peu forte, votre droite vous forpant ä froler le bord d'un preeipice, arretez-vous et laissez l'autre, celui qui ne risque pas le vertige, passer ä votre gauche. II est. au reste, -de regle qu'en montagne et sur des sections particulierement difficiles la plus grande entr'aide regne entre automobilistes. Generalement, un touriste embarrass« lors d'un croisement ou d'un depassement trouvera aupres de ses semblables les conseils et l'aide necessaires; Tun ou l'autre ira certainement jusqu'ä descendre de son siege pour guider de la main une manesuvre perilleuse. II faut toujours, en resume, rester maitre de sa machine comme de soi-meme, etre pret ä stopper sur quelques metres. Les voyages en pays de montagne sont une source de joies incomparables; ces joies ne seront entachees d'aucun aeeident si l'on se conforme aux regles elementaires enoneees cidessus. Du volant ä la chaussäe et de la Chaussee au volant. Evidemment, tout depend du point d'observation et il faut savoir d'automobiliste se faire pieton et de pieton se faire automobiliste. C'est ce que met en relief avec esprit l'auteur de cet article paru dans la presse neuchäteloise : On reparle de la circulation. Les arbres de l'avenue de la Gare, l'accident de la Maladiere, le refuge de la place de la Poste, les essa-is de signaux d'une maison allemande, tout cela a remis le grave problöme de la circulation a I'ordre du jour. ParloiH-en, cn p^ssant pnisque uns rues sonl maipleiiant ä peu pres desertes ! Tout d'abord, tout desagreable que cela puisf-e paraitre, le Probleme de la circulation ne se presente pas ä Neuchätel autrement qu'ailleurs. Aüleurs il y a aussi des rues, des pietons. des tramways, des automobilistes et des agents de Police. Ailleurs il y a aussi du mouvement. des gens qui se croisent, des automobilistes qui vont dans dos directions differentes. Prenons illico une des causes du ma-laise. Je conduis une automobile. Or, quand je suis au volant j'adopte immediatement et avec une remarquable rapidite la mentalile d'un a^utomobiMste soucieux de ses devoirs, qui sont principalement de n'ecraser personne, de ne pas enfreindre le reglement. Et bien entendu, quand les pietons, de par leur seule presence inopportune, me donnent quelques craintes, je debile, mentalement. cela se coneoil, toutes sortes d'invectives a leur esard. II m'arrive aussi d'etre pieton. Or, cpiand je « piete » j'adopto immediatement, et avec une remarquable rapidite, la mentalite d'un pieton conscient de ses droits qui sont de jouir tout ä la fois de la securite relative d'un trottoir et de l'horizon de la routp. Un claxon dans le cou m'agace et si les aufomobilistes compromettent un instant la securite ä laquolle je LJerNäme Brennäbor bürgf für einen leistungsfähigen und zuverlässigen, in den sdiwierigsfen internationalen Wettbewerben siegreich erprobten Motor. — Brennabor bietet Ihnen ober audi Karosserien von einer klassisdien Formensdiönheif und einer erlesenen Ausstattung, die ihresg/eidien suchen. Es ist ein Genuss, diese Harmonie von Kraft und Schönheit selbst zu Jenken. NeueModelle eingetroffen. Limmatstr. Nr. 212 Für einige Plätze Telephon 53.252 tüchtig» Vertreter gesucht. Wir besitzen Autokarten und Autoführer von allen Ländern Europas. Ob für Sonntags Schweiz oder große Fahrten bis an die Brenzen unseres Erdteils, wir haben immer die Karte oder den Führer zu Ihrer Verfügung, die Ihnen zweckmäßige u. zuverlässige Dienste leisten. Unser touristischer Auskünftsdienst ist über alle Fragen autotouristischer Natur im In- und Ausland informiert und steht ganz zu Ihrer Verfügung. Schreiben Sie uns, wohin Ihre Fahrt geht, und wir raten Ihnen und liefern Ihnen das touristische Material, das Sie brauchen. O, Verlag Cabriolet 6a 8 Gylincter BRENNABOR AUTOMOBILE VERKAUF A.G., ZÜRICH werden noch 1 ßutuihl Ulli HHLLWHG BERN Hbteilang für Autotouristik Luftdruck Fasspumpe mit Universal - verscnrauDung zum direkten Abfüllen von Benzin. Benzol und Petrol

N»67 — 1931 AUTOMOBIL-REVUE - REVUE AUTOMOBILE 27 tiens, et la peau qui tient ä moi quoi qu'en puisse I penser M. Graber, je dßbite, mentalement ccla se concoit, tont es sortes d'invectives a, leur egard. Or, depuis Je temps qu'on s'efforce de rapprocher l'Allemagne de la France, on devrait s'efforcer aussi de rapprocher les deux ennemis aue sont le pieton et l'automobiliste. Ce serait une belle victoire morale et l'on pourrait songer alors ä des teraps meilleurs. Quand on deambule « pedibus «im iambis », on ne se rend pas compte de la circulation. II faut la voir de haut, assis devant un .volant et derriere une glace. Alors on peut s'en rendre compte, tant, bien entendu, que l'on ne tend pas k faire la circulation ... du cent. A ce moment on est persuade d'une chose, tout en etant bon enfant de nature et plus enclin ä rire qu'ä se lamenter c'est ce que les chers compatriotes, les sages electeurs ne savent pas marcher sur la route qui leur appartient. HS longent le trottoir, au Heu de le posseder, ils tiennent le milieu de la route, sans raison. organisent une Conference sur les mefaits de l'automobilisme en plein carrefour, traversent, retraversent la Chaussee, sans regarder ni ä droite ni ä gauche, comme s'ils etaient du P.P.N. S'ils ne se fönt pas ecraser, c'est parce qu'il n'y a pas d'automobile ä ce moment... ou que cette derniere est conduite, comme toujours, par des as du volant qui eviient les obstacles mouvants avec une remarquable habilete. II ne laut pas songer ä supprimer la circulation : il faudrait du meine coup supprimer l'auto, le pi6ton et le tTamway. Ce serait dommage. II ne faut pas davantage paralyser les uns et les autres a coups de reglements. II faut que la Police s'inquiete aussi du sort des automobilistes. afin qu'ils ne soient pas toujours ecrases par l'opinion nublique et les tribunaux. II faut que le pieton se rende compte que si. d'une part, quand il n'est pas dedans, l'automobile est une des hontes du siecle, que d'autre part eile existe et cju'elle a vn droit de passage officiellement reconnu par l'Etat. et qu'il doit aussi donner ä ses jambes un inouvement de va-etvient qui le conduisp rapidement en lieu sür. Quand rmitomobiliste ne montera T)lus sur le trottoir, quand le pieton ne descendra pas inutilement le long de la rue le Probleme de la circulation sera resolu en partie. Tous les reglements concernent maintenant les automobilistes. Si on veut aller jusqu'au bout. i! faut faire le reglement du pieton. On nourrait dejä faire adopter cet artirle (pas celui que i'ecris) • ' Le permis de marcher ne sera delivre qu'apres constatafion de l'aptitude du reauerant ä utiliser ses jambes sans danger pour la securitö publique. A cette fin le rpquerant subira im examen theorique et pratique. L'examen theoriaue portera sur la connaissance des re?lements de la circulation et des orjranes transportateurs (sie... transit) du corps humain. Par l'examen praticrue le rpquerant devra justifier de son aptitude ä rlonner a ses jambes un mouvement de va-et-vient. L'exampn portera notamment sur la marrhe dans les rues Tutilisation des yeux. dans les deux directions, etr. En cas d'insuoces. le requorant ne pourra sortir de chez lui qu'aceompagne d'un asent de la circulation qui lui servira d'organe directeur. > D'ailleurs, il ne faut pas desesperer. De grands ptogres ont ete constates. Les statistioues prouvenf en effet que le nombre des poules et des chiens ecrases est en dßcroissance. slj. BCIIO® Quand l'or fait defaut au lord : «Cecil Qlenarthur, voiture ä louer, prix moderet », teile est la pancarte sans pretention qu'on peut voir redigSe en anglais sur la voiture d'un Chauffeur ä Nice, pareille en cela ä beaucoup d'autres. Ce taxi a cependant quelque chose de particutier : il appartient ä un pair d'Angleterre qui le conduit. C'est le fils de Matthew Arthur Qlenarthur, fait baron par Sa Majeste britannique en 1918, completement ruine aujourd'hui et oblig6 de gagner peniblement sa vie comme Chauffeur de taxi. Pour une livre, le noble lord amene et ramene les touristes de Nice ä Monaco. Et s'il trouv'e la vie dure — ä cause de la crise — il n'en est pas moins content d'avoir un metier parfaitement honorable. Deux sous pour la route neuchäteloise : Le Präsident du Conseil communal de Neuchätel a recu l'autre jour, la Iettre pincesans-rire que voici: Berne, 15 ruillet 1931. Monsieur le President. Un compte rendu d'une seancp de Conseil gene ral, que j'ai lu hier dans un Journal de notre bonni' ville de Neuchätel, m'appiend que les comptes communaux du dernier exercice se soldent par un boni de fr. 16,599.90. Ces fr. 99.90 choquent mon sentiment de l'esthetique. Je ne suis pas riche. ~Non .seulement ie ne suis pas riche, mais en outre j'habitc une ville voisine de la vötre oü, en attendant de romprc, je ploie sous un fardeau fiscal ä fa-ire fremir d'epouvante les bienheureux contribuables du pays de nocasne que baignent les eaux de votre lac. Cepndant, gräce au genereux eoncours d'un ami iadis membre de votre conseil general et autourd'hui mon camarade de harnais, je suis parvenu ä recueillir de quoi arrondir a la centaine entiere votre boni. Je me permets de vous en envover ci-joint le montant tn timbres-poste. Vos comptes sont clos, me direz-vous. C'est egal. Vous et •votre collegue, M. le directeur des finances. trouverez bien, j'en suis sür, le moyen d'y fau ,.cr encore cette petite somme, ä titre par exemple de ^contribution aux frais d'entretien de vos routes,, usees par l'intense JJ>rculation. La main gauche devant toujours isrnorer ce que fait la droite, nous tenons en cette occurrence, mon ami et moi. ä conserver l'anonymat. cp qui vous epargnera d'ailleurs la pcine de nous accuser reeeption de notre cnvoi. Deux courageuses conductrices contentes de leur succes, ä leur arrivee ä Berne. Princesse v. u. z Liechtenstein ... on apprend des choses utiles. Par exemple, que les chemins de ler ont coüte au peuple suisse 700 fr. par ttte d'habitant, et que les installations qu'ils possedent valent encore un chiffre egal. La premiere idee qui vient ä l'esprit est la suivante: Si nous les vendions? Une famille de cinq personnes retirerait 3500 fr.... de quoi s'aeheter une belle voiture d'occasion! C'est tentant!!... A 5%, c'est donc 35 fr. d'interSt par personne que nous coütent nos chemins de ter! Les autos, ainsi que l'avouent nos chers amis de Berne, ont rapporte, par contre, en 1929 par exemple, 4,91 fr. par tite de Suisse en äge de respirer, rien que par l'impöt du rect. Passons sur ce qu'elles rapportent aux assurances et par suite ä l'Etat .sous.des formes diverses, pour parier de la benzine. En 1929, la recette sur cette derniere a ete de 30,7 millions, somme ä laquelle il y a lieu tres probablement d'ajouter les droits de statistique pour atteindre les 32,900,000 fr. que donne le calcul. D'oü 7,58 fr. de revenu annuel par habitant, en plus. Et il y a aussi le rapport de la douanesur les voitures introduites, sur les pieces detachees, sur les huiles et les graisses, sur les accessoires et les pneumaüques. Resumons-nous. En vendant nos chemins de fer nous obtenons de quoi offrir une voiture ä chaque habitant en äge de la conduire et n'en possedant pas. II y aura donc en Suisse quelque chose comme un million de voitures. Sans insister sur l'influence sociale de cette mesure, constatons quelle decuplera les perceptions de l'Etat. Ce sera donc au bas mot 600 millions qui rentreront chaque annee sous forme d'impöt sur les voitures et de droits sur le carburant et les fournitures. Quant aux droits de douane sur les voitures elle-mcme, en admettant que notre programtne soit realise en deux ans, on peut estimer l'encaisse annuelle ä 750 millions. Comme on voit, il s'en faut de peu que les habitants de notre pays n'aient plus besoin de travailler. Qu'en dites-vous, Messieurs des C. F. F. Nous aussi nous savons iongier avec les chiffres. Caveant C.F.F..J! En prise directe ... Le Veteran. Tout changement d'adresse doit etre adresse directement k notre administration. C'est eile qui se Charge sans frais d'aviser l'office posta 1 !. Mais qu'on n'oublie pas d'y joindre toujours l'ancienne adresse k la nouvelle. D'abord pour pouvoir la biffer, ensuite parce que Padministration doit toujours connaitre l'office posta! precedemment aervi. Notre ficbier d'abonnös n'esi pas. comme bearucoup Ie croient. classe parr ordre alphabetique Des raisons d'ordre postal nous obligent ä le classer par ordre de localitös. Si donc nous ne connai&sona pas Vscdresse preccdente de I'abonnö qui chamge de domicile, il nous est impossible de retrouver sa fiche pour T faire les corrections necessaires. Arbenz-Sunsaloon Rollverdecke (patentiert) Können in ca. 6 Tagen in jede bestehende geschloss. Karosserie eingebaut werden. Verlangen Sie Offerte oder Vorführung durch untenstehende Einbaufirmen: Otto Kusterer, Autosattlerei, Zürich f.« A. MQIIsr, Autosattlerei, Zürich Carro8seriewerke Bern, Ramseier, Streun A Co. Bern MQIIer & Marti, Autosattlerei, Bern Otto Dietrich, Carrosserie. Basel K. Egll, Carrosserie, Basel U. HSheners Erben, Carrosserie, St. Gallen H. Möller, Carrossene, St. Gallen Joh. Bühlmann, Autosattlerei, Chur K. Leuch, Autosattlerei, Interlacken Autobeleuchtungen / Zündungen / Batterien Eigene Akkumulatorenwerkstätte bedeute! Quaii+ä+ Jede Garantie für absolute Abdichtug Wasser, Luft, Wind und Kälte. ELEKTROMECH AN ISCHE SPEZIAL-WERKSTATTEN JOST& BUCHER ZÜRICH PFINGSTWEIDSTR.59/TELEPHON 37.328 mm Eigene Wicklerei VERTRETUNGEN: • Auto-Lyte U.S. A. • Paris-Rhone, Lyon • Delco-Remy U.S. A. • Dinin Paris Batterien • Willard U. S. A. Batterien • Marneti Marelli S.A., Milano Neue Erfolge der ADLERWAGEN Auf 10,000-km-Fahrt des A. v.D.vier erste Preise und einen Team-Preis. In Wiesbaden: Adter-Gropius- Cabriolet das „Goldene Band". Berliner - Schönheits - Konkurrenz: das Prädikat „Der schönste deutsche Wagen". Schönheits - Wettbewerb in Frankfurt a. M.: 1 Ehrenpreis, 13 erste, 1 zweiter und 1 dritter Preis. Homburger Schönheits - Konkurrenz: Fünf erste Preise und das „Homburger Band". Adler-Vertreter und Service in allen Kantonen. Automobilwerke FRANZ A.-G.. Zürich Tel. 52.607