mI&i&SES - Libr@rsi

librarsi.comune.palermo.it

mI&i&SES - Libr@rsi

232 LES RELATIONS DES JESUITES [Vol.33

autres difoient que leur vie ne leur eftoit plus rien,

depuis qu'ils fcauoiet le bon-heur de la Foy: Ie

crains, difoient les autres, d'eftre tue des Hiroquois,

fi la mort me furprenoit ayant commis quelque peche,

ne m'en eftant pas confeffe; mais ie ne crains point

d'eftre maffacre pour la Foy, & de doner ma vie pour

Dieu qui me la rendra immortelle. Plufieurs parloient

d'vn autre ton, & d'vne liberty vrayement

Chreftienne, blafmoient ceux qui auoient trempe'

dans ce meurtre, fans toutesfois nommer aucun de

ceux qu'on connoiffoit affez en eftre les autheurs:

Ce font ces gens-la, difoient-ils, qui veulent la ruine

de ce pays, ce font eux qui fans doute recoiuent quel-

que penfion fecrete de nos ennemis pour nous trahir ;

la Foy ne leur d6plaift, qu'a caufe qu'elle blafme les

crimes dont ils font tous couuerts ; qu'ils paroiffent & on le verra.

Deux & trois iours fe pafferent dans ces combats

de part & d'autre, qui ne feruoiet qu'a viuifier la foy

de nos Chreftiens, & faire paroiitre d'auantage

l'amour qu'ils ont pour nous, & pour le feruice de

Dieu. Enfin leur party fe trouua le plus fort, y [124]

ayant plufieurs Capitaines & gens confiderables, qui

entraifnerent apres eux, mefme les infideles pour la

plufpart: en forte qu'il fut conclud publiquement

qu'on nous fatisferoit au nom de tout le pays, pour

ce meurtre arriue.

Ce feroit tenter l'impoffible, & mefme empirer les

affaires, pluftoft que d'y apporter remede, qui vou-

droit proceder auec les Sauuages felon la iuftice de

France, qui condamne a la mort celuy qui eft conuaincu

du meurtre. Chaque pays a fes couftumes,

conformes aux diuers naturels de chaque nation. Or

More magazines by this user
Similar magazines