ROME ■ ACADEMIA BELGICA

academiabelgica.it
  • No tags were found...

brochure Fr acad .indd - Academia Belgica

ROME ACADEMIA BELGICARégie des Bâtiments


ROME ACADEMIA BELGICAVia Omero 8I - 00197 Romatel. 00/39/6/320 18 89fax 00/39/6/320 83 61www.academiabelgica.it


ROME ACADEMIA BELGICAInaugurée en 1939, l’Academia Belgicaa été fondée grâce à la dot de la princesse Marie-José de Belgique, épouse duroi Umberto II. Dès sa création, elle a abrité l’Institut historique belge de Rome(IHBR) et la Fondation Princesse Marie-José (FPMJ) qui soutiennent la rechercheen histoire de l’art.Le bâtiment est l’œuvre des architectes Gino Cipriani et Jean Hendrickx. Ilabrite une bibliothèque réputée, une salle de concerts et de conférences, unesalle de réunion, des bureaux, des chambres, de même qu’une cuisine et unesalle de séjour pour les résidents, deux petits appartements et un logement defonction.L’Academia Belgica est située dans la vallée Giulia, en périphérie de la Villa Borghese, dans un quartier où sont aussi installés certainssites universitaires et des académies, notamment l’académie britannique, la deuxième faculté d’architecture de La Sapienza, la plusimportante université de Rome, des musées comme le musée des Beaux-Arts, la magnifique Villa Giulia ainsi que le musée d’Artétrusque. Ses voisins immédiats sont l’académie égyptienne et l’académie néerlandaise. La même rue, la Via Omero, accueille lesacadémies danoise, suédoise et roumaine.L’Academia Belgica a pour mission, d’une part, de promouvoir la coopération culturelle, scientifique et artistique entre l’Italie et laBelgique et, d’autre part, d’accueillir pour une période allant de quelques jours à un an maximum, des chercheurs, des artistes et desétudiants belges venus parfaire leur formation à Rome.HISTORIQUE3


ROME ACADEMIA BELGICARENOVATION ETRESTAURATIONDepuis l’inauguration en 1939,les bâtimentsn’avaient fait l’objetd’aucuns travauxde restaurationi m p o r t a n t s .Il était doncurgent d’adapterl’Academia Belgica à la loi italienne 626 relative à la sécurité desbâtiments accessibles au public. Dans ce cadre, l’architectureinitiale a été respectée. Le bâtiment a été rendu accessibleaux personnes à mobilité réduite et le fonctionnement del’académie a été amélioré par la mise en œuvre de technologiesmodernes comme la transmission de données, un ascenseur, laclimatisation, etc.Vu leur ampleur, ces travaux ont été scindés en plusieurs phases.La Régie des Bâtiments, organisme fédéral belge d’intérêtpublic chargé de la gestion des bâtiments publics, a réalisé unepremière phase en 1997. La deuxième phase de ces importantstravaux de rénovation a suivi entre 2002 et 2006 et, à son tour,a été subdivisée en quatre phases secondaires.L’Academia Belgica est restée opérationnelle pendant lestravaux. A cet effet, ceux-ci ont été réalisés selon un systèmede rotation qui impliquait le déménagement du personnelen fonction du planning des travaux. Inversement, le planningavançait en fonction des activités prévues par l’Académie. Eneffet, un colloque scientifi que supporterait diffi cilement le bruitdes marteaux-piqueurs. Ce régime particulier a constitué laprincipale diffi culté dans la gestion des travaux. Il explique ledélai et la subdivision en plusieurs phases.La capacité de la bibliothèque a été augmentée par l’installationd’archives de type compactus au sous-sol. Par ailleurs, unecuisine et une salle de séjour avec terrasse ont été aménagéespour les résidents, ainsi qu’une salle pour l’accueil temporairedes groupes d’étudiants venus de Belgique.Les trois étages de chambres ont été redessinés, ce qui a permisd’installer des salles de bain individuelles. L’Academia Belgicadispose maintenant de seize chambres simples ou doublescomplètement rénovées avec salle de bain.4


ROME ACADEMIA BELGICA5


ROME ACADEMIA BELGICALa bibliothèque au rez-de-chaussée a été équipée del’indispensable technologie de communication et organisée pourune meilleure exploitation des collections. La collection de FranzCumont est installée dans la mezzanine tandis que les ouvragesde référence sont directement accessibles dans la salle de lecture.Cette salle de lecture est un lieu de travail apprécié, auquel ledesign Art déco de Jean Hendrickx confère une identité visuelleforte. Les tables de lecture ont été équipées d’une connexionInternet, et le charme d’avant-guerre de cette magnifique sallea été préservé. Tout comme la grande salle de conférences, ellea été pourvue d’une climatisation. Dans cette salle figure unesérie de tapisseries de Bruxelles du XVI e siècle dédiées à Scipionl’Africain. A côté, une salle de réunion plus petite, mais dotée dumême confort, a été aménagée.Les bureaux du personnel administratif, les appartements duconcierge et du directeur ont également été rénovés.La rénovation la plus spectaculaire et la plus visible est, sans aucundoute, le ravalement des façades et le nouveau pavage en travertinde Tivoli autour du bâtiment. Le couronnement de l’ouvrage estle nouveau jardin en terrasses en forme d’amphithéâtre, plantéde diverses herbes typiquement méditerranéennes.6


ROME ACADEMIA BELGICA Fase IVa7


ROME ACADEMIA BELGICALA BIBLIOTHEQUEDE L’ ACADEMIABELGICAL’Academia Belgica a sa propre identité et son mode defonctionnement. La bibliothèque abrite les collections des troisinstituts qui la composent : l’Académia Belgica mais égalementl’IHBR et la FPMJ. Chacune de ces collections est l’héritière de labibliothèque d’un grand savant belge de la première moitié du20 e siècle.• En 1946, l’Académie a reçu le legs de Franz Cumont. Cettecollection d’ouvrages précieux se compose de dix-sept éditionsanciennes (dont deux incunables) et d’environ septante traitéslatins d’astrologie. Ces ouvrages n’ont pas seulement une grandevaleur bibliographique, ils sont en outre une source exceptionnelled’informations pour les historiens en astrologie, dans la mesureoù il n’en existe pas d’édition plus récente.• Le legs de Henri Pirennne (1862-1935) a été offert par sonfi ls Jacques à l’IHBR.• La FPMJ, enfi n, a hérité dans les années 60 de divers ouvragesen matière d’histoire de l’art issus de la bibliothèque privée dePierre Bautier (1881-1962).La bibliothèque de l’Academia doit faire face aux tout derniersdéfi s tels que la spécialisation des collections et le besoin devisibilité. Dans une ville comme Rome, il n’est en effet ni possible,ni souhaitable de rassembler des collections disponibles ailleurs.C’est pourquoi la politique d’acquisition se focalise, d’une part, surl’histoire des sciences (astrologie, astronomie) – en mémoire deCumont – et, d’autre part, sur des publications belges dans sesdomaines de prédilection (histoire, histoire de l’art et archéologie,histoire des religions).Les domaines tels que l’histoire, l’histoire de l’art, l’archéologie,l’histoire des sciences et des religions constituent à ce jourl’essentiel des collections, soit 70% des 60 000 volumes de labibliothèque.Le fi chier de la bibliothèque est disponible sur Internet. Lecatalogue complet des collections fait partie du réseau LIBIS, quiassure sa visibilité en Belgique.La diversité du public intervient dans la composition descollections. En effet, l’Academia Belgica ne s’adresse pasuniquement aux résidents venus séjourner à l’Académie oudans d’autres instituts romains, mais aussi au public italien. C’estpourquoi la bibliothèque dispose des principales revues belges,obtenues par le biais de l’activité d’échange de l’IHBR, ainsi qued’une collection de littérature belge en langue française grâce auxdons réguliers de la Communauté française.8


ROME ACADEMIA BELGICA Fase IVa9


ROME ACADEMIA BELGICAFRANZ CUMONTFranz Cumont, né en 1868 et décédé en 1947, est avec Henri Pirenne l’un des plusgrands historiens que la Belgique ait connus. Il fi t ses études à Gand et en Allemagne,berceau des sciences de l’Antiquité au tournant du 19e et du 20 e siècle. Entre 1894et 1900, il publia une étude monumentale sur le culte de Mithra, qui le consacra trèsjeune comme historien.Sa vaste et riche production scientifi que se structure autour de quelques axesmajeurs : la pénétration des cultes orientaux dans le monde grec et surtout romain,les conceptions et les représentations de l’au-delà et du sort de l’homme après lamort, l’astrologie comme discipline pré scientifi que en rapport avec les spéculationsthéologiques et philosophiques sur la fi nalité de l’âme et le fonctionnement ducosmos.Cumont était un connaisseur hors pair des cultes et des mythes de l’Antiquité. Ildéploya une érudition exceptionnelle dans tous les domaines : littérature, philosophie,épigraphie, numismatique, histoire de l’art, etc. Il fut néanmoins un homme de terrain.Ainsi, il était extrêmement soucieux d’entrer en contact direct avec les réalités qu’ilétudiait.Par ailleurs, il fut un chercheur généreux qui participa activement à la formation degénérations d’érudits. Cumont n’hésitait pas à partager, voire à céder les fruits de sontravail pour permettre leur développement ultérieur.De 1892 à 1911, il enseigna à l’université de Gand. Ensuite, il n’occupa plus dechaire académique, mais participa aux activités de diverses institutions scientifi quesinternationales. Il fut ainsi très tôt associé à la création de l’Academia Belgica, dontil fut le premier président du Conseil d’administration. Il lui légua sa bibliothèquepersonnelle, qui lui tenait fort à cœur, et ses archives.10


ROME ACADEMIA BELGICALES ARCHIVESCUMONT ETLA BIBLIOTHECACUMONTIANALes documents légués par Franz Cumont à l’Academia Belgica sont, depuis une dizaine d’années, inventoriés, étudiés etpubliés par Arango editore sous les auspices de l’Academia Belgica et de l’IHBR et supervisés par une commission scientifiqueinternationale.Les archives Cumont sont d’un intérêt majeur, non seulement pour l’historiographie mais également pour l’histoire intellectuelleet politique de l’Europe de la 1 ère moitié du 20 e siècle. Le dossier principal, la correspondance scientifique, comprend unrecueil de 12 000 lettres en diverses langues envoyées à Cumont par les plus illustres savants du temps et par quelquespersonnalités belges, couvrant une période de plus de 60 ans (1885-1947). Les archives comprennent en outre une collectionde photographies de monuments et de sites encore à étudier.L’un des grands mérites des travaux déjà fournis est d’avoir mis à disposition les sources : sur le site web de l’Academia Belgica,une base de données est consultable dans laquelle est répertoriée et décrite la totalité de la correspondance.D’autres pièces d’archives éclairent de manière unique la genèse de l’œuvre et la méthode de travail de Cumont : lesmanuscrits de ses articles, de ses livres (en partie inédits), des bibliographies et des notes de travail conservées à l’AcademiaBelgica dans les éditions originales. Mais parce que l’œuvre de Cumont reste incontournable pour l’historien des religions,une réédition complète a été entreprise cette année par l’éditeur Aragno : la Bibliotheca Cumontiana. Par ailleurs, un Ateliercontiendra la transcription de ses notes.Spécialement à l’intention des archéologues et des historiens de l’art, les carnets de ses voyages en Orient ainsi qu’un journaldu début de la Première Guerre mondiale seront publiés.11


ROME ACADEMIA BELGICAL’INSTITUT HISTORIQUEBELGE DE ROME (IHBR)L’Institut historique belge a été fondé en 1902afin d’organiser la recherche et l’exploitationdes sources disponibles aux archives du Vaticansur l’histoire de la Belgique (en particulier, surles anciennes principautés qui en forment leterritoire actuel). La création de cet Institut apermis d’aligner la recherche historique belgesur celle d’autres pays déjà présents à Rome,comme la France, l’Allemagne et l’Autriche.Dans les années vingt, la mission de l’IHBRa connu quelques évolutions importantes.L’intérêt de l’Institut pour les sourcesvaticanes s’est étendu à d’autres disciplinestelles que l’archéologie, l’histoire de l’art, laphilologie classique, etc. Jusqu’à ce jour, l’IHBRa poursuivi sa mission initiale. Les résultats deses travaux sont présentés dans le Bulletin del’IHBR (75 numéros) et dans quatre séries depublications spécialisées.L’IHBR est partisan d’une coopération transeuropéenne en matière de repérage et d’exploitation des sources vaticanes. Dans lecontexte européen, il vise au développement d’axes de recherche pour l’étude des relations bilatérales et ce, en collaboration avecdes institutions italiennes (p. ex. l’impact culturel de l’immigration italienne en Belgique, la coopération scientifique depuis 1950, laconstruction européenne).12


ROME ACADEMIA BELGICALA FONDATIONNATIONALE PRINCESSEMARIE-JOSÉ (FPMJ)La Fondation nationale Princesse Marie-Joséa vu le jour le 22 avril 1930 à l’occasion dumariage de la Princesse Marie-José avecUmberto II, à l’époque prince héritier d’Italie.La Fondation se consacre à l’étude desrelations artistiques et musicologiques entrela Belgique et l’Italie depuis le Moyen Age.Elle s’est fixé pour but d’offrir à de jeunesBelges, historiens de l’art et musicologues,la possibilité d’étudier à Rome les relationsartistiques entre les deux pays.Les séjours d’étude, principalement à Rome,sont rendus possibles grâce aux bourses dela Fondation.De 1930 jusqu’à sa mort en 1956, le ComteMaurice Lippens fut président de la FondationPrincesse Marie-José. Pierre Bautier luisuccéda.A l’occasion du jubilé en 2005 parut l’ouvrage Italia Belgica. Ce livre relate l’histoire de la Fondation et publie les travaux de nombreuxchercheurs. L’ouvrage met en lumière un champ d’investigation qui s’est révélé particulièrement fécond dans l’histoire des relationsculturelles entre l’Italie et la Belgique, jusque dans le domaine du cinéma.13


ROME ACADEMIA BELGICAFICHE TECHNIQUEMaître d’ouvrage : Régie des Bâtiments, Direction des Institutions internationalesBureau d’architecture : Michele Tonci OttieriPhases des travaux de rénovationDe décembre 1998 à septembre 2000La rénovation et la mise en conformité (à la loi 626) de la zone de direction et de la zone des chambres d’hôtes au rez-de-chaussée ;l’installation de deux cellules sanitaires ; la remise en état de certaines zones d’étanchéité en toiture ; la remise en état partielle ducaniveau technique extérieur.Entrepreneur : Roscioli S.R.LDe septembre 2002 à juillet 2003Rénovation et poursuite de la mise en conformité (à la loi 626) ; modifications et rationalisation de la zone « Archives » en vue de l’installationd’un système d’archivages « Compactus » ; transposition de la cuisine et du réfectoire des étudiants au niveau « Jardin » ; modifications etrationalisation du garage, des dégagements, de la cuisine ; modification complète et augmentation du nombre de chambres d’étudiants.Coordinateur de sécurité : Ludovica Salustri GalliEntrepreneur : CoresDe février 2004 à décembre 2006La rénovation des circuits électriques et la détection incendie et leur mise en conformité (à la loi 626) ; réaménagement des chambresd’étudiants et des locaux communs, de la cuisine et du réfectoire ; adaptation de l’accès à l’immeuble aux moins valides ; rénovation dela salle polyvalente située au 1 er étage ; réaménagement de la zone bureaux ; aménagement des abords du bâtiment et aménagementdu jardin ; la rénovation de l’enveloppe du bâtiment (étanchéité, châssis, ragréage).Coordinateur de sécurité : Giorgio GravigliaEntrepreneur : Branchini & Mancinelli Sp.A.14


ROME ACADEMIA BELGICARealisationRegie des Bâtiments - Service de PresseTél. : +32(0)2 541 70 66 - Fax : +32(0)2 541 70 70Avenue de la Toison d’Or 87 boîte 2 - 1060 Bruxelles/Belgiquepresse@regiedesbatiments.bewww.regiedesbatiments.bePhotos : Academia Belgica - RDBMai 2007Dépôt légal : D/2007/10945/315

More magazines by this user
Similar magazines