Cour des comptes”

enqueteplus.com
  • No tags were found...

GAB EnQuete - Enquête

C M J N100 Fenquetejournal@yahoo.frMERCREDI 14DÉCEMBRE 2011NUMÉRO 154J-72I S S N • 2 2 3 0 - 1 3 3 XENTRETIEN AVEC ALIOU NIANE, EX-PRÉSIDENT DE L’UNION DES MAGISTRATSMARDI NOIR POUR LE SÉNÉGALDes soldats tués àSédhiou, 2 Sénégalaisabattus en Italie P. 5PRÉSIDENTIELLE 2012 P.2Un autre gros calibreaméricain écrit à WadeP. 7REPORTAGE CHEZ BABOYEL’arène au chevet d’un“Lion” blessé P. 12“Wade veut tuer laCour des comptes”


COULISSES page 2Présidentielle 2012Après Carter, une haute autoritéaméricaine écrit à WadeQue de lobbying et de pressions autour de la candidature du PrésidentAbdoulaye Wade pour un troisième mandat ! Il nous revient de sourcesdignes de foi qu’une très haute autorité américaine a écrit une lettredemandant au Président Wade de ne pas se présenter à l’élection présidentiellede février 2012. Cette autorité a envoyé la correspondance qui a étébien reçue au Palais. Nos sources, très sûres, assurent que la lettre a étérédigée avec une tonalité qui ne laisse pas de place à l’interprétation etqu’elle exprime une position, claire comme l’eau de roche. Autant dire quela lettre épouse les mêmes contours que la correspondance que l’ancienPrésident des Etats-Unis, Jimmy Carter, a adressée au Président Wade, luidemandant de renoncer à un troisième mandat, comme nous le révélionsen exclusivité, dans les colonnes de EnQuête. Nous y reviendrons plus endétail dans notre prochaine édition…Youssou Ndour et ToubaYoussou Ndour continue de tisser satoile. Le leader de Fekkee Ma Ci Boole,dont les intentions sur la présidentiellede 2012 seront connues le 2 janvierprochain, vient de recevoir une soutiende taille ; celui de plusieurs petits-filsde Serigne Touba. Selon une sourceproche de la non moins star de lamusique et patron du groupe FutursMédias, M. Ndour devrait rencontrer lespetits-fils mbacké-mbacké aujourd'hui.“Il s'ensuivra une déclaration”, confienotre interlocuteur. En fin de semainedernière, Youssou Ndour a noué deuxaccords politiques, l'un avec l'ancienministre des Affaires étrangère, DrCheikh Tidiane Gadio, leader du mouvementLuy Jot Jotna, l'autre avec l'entrepreneur(Btp), Bara Tall, parton dumouvement “Yamale”.Youssou Ndour et Touba(suite)Il faut dire que l'engagement politiquedu leader du Super Etoile inquièteen haut lieu. EnQuête révélait, il y aquelques jours, que ce n'est pas seulementlié à une captation d'électeursmais aussi au retentissement internationalde l'engagement de YoussouNdour. Déjà, nous informions que plusieurschaînes de télé et radios internationales(BBC, Fox, etc.) acculaient lastar pour un entretien. Et avec M.Ndour candidat à la présidentielle, c'estdavantage de projecteurs sur leSénégal, de sorte qu'il serait moins aiséde tenter des entourloupettes électorales.Administrateurs civilsIls ont décidément des raisons d'êtreen grogne. Les administrateurs civils duSénégal n'en avaient pas fini de seplaindre du peu de cas qui leur est faitdans la famille des fonctionnaires del'Etat que Khouraïchi Thiam en rajouteune couche en taxant certains d'entreeux de “wadiste”. De quoi énerverdavantage ceux qui attendent depuisplusieurs semaines une réponse duPalais après avoir déposé une demanded'audience à Abdoulaye Wade. “Lademande introduite par notre Amicaleest jusque-là sans réponse”, souffle unesource proche de l'association desadministrateurs civils. Ces derniers veulentexposer à Wade leurs “misères”,notamment dans les départementsministériels, pendant que les autrescorps de l'administration égalementissus de l'ENA sont “choyés”. Or, disentles plaignants, eux sont les seuls hautsfonctionnaires transversaux aucontraire de leurs autres collègues quisont agents dédiés (Trésor, Impôts etDomaine, Enquêtes économiques,Douane, etc.). Une raison de plus pourplancher sur leur cas, autrement, ilsn'excluent pas de faire monter le ton lesprochains jours.La “tristesse” d'Idrissa SeckIdrissa Seck a dit sa “tristesse” surl’assassinat de Mor Diop et ModouSamb, hier, à Florence, en Italie, par unforcené italien. Dans un communiquéparvenu à EnQuête, l'ancien Premierministre a exprimé son “indignationdevant cette agression sauvage contrela personne de travailleurs sénégalais”.Le leader de Rewmi et candidat déclaréà la présidentielle de 2012 demandel’ouverture “rapide d’une enquête pourfaire la lumière sur cet acte odieux etque les droits et la dignité de nos ressortissantssoient respectés”. Idrissa Seck“renouvelle (son) appel solennel à l’Etatsénégalais et à nos autorités diplomatiquespour une meilleure protectiondes Sénégalais de l’Extérieur”.Motion sur la CasamanceLa Casamance - qui a été encoresecouée par une attaque armée hier(voir par ailleurs)- est au centre despréoccupations électorales. Tous lescandidats déclarés à la présidentielleHooligansWade a construit le Monument de la renaissance africaine,a délocalisé les bases de l’armée française auSénégal, apporté l’idéologie du multilatéralisme pourcontrer l’état de dépendance vis-à-vis de l’ancienne puissancecoloniale, mais de puissants formatages persistent...Bruno Metsu -le sélectionneur national du Sénégal leplus titré- gagnait 13 millions F Cfa par mois, Guy Stephan15 et Henry Kasperczack 20. Pourquoi faire du chichiautour des 12 millions mensuels annoncés pour AmaraTraoré ? Avant de pouvoir gagner un match -à fortiori untournoi-, il faut commencer par ne pas le perdre. A partir du21 janvier, l’équipe nationale de football remettra l’ouvragesur le métier avec une Coupe d’Afrique des nations où ellepeut s’autoriser tous les espoirs. Tout a été dit et redit à proposdes”réelles” chances des “Lions” de remporter (enfin)le trophée continental. Le patron des techniciens de lasélection et ses collègues n’ont pas encore finalisé leurcontrat avec la fédération sénégalaise de football. Le derniermot revient à L’Etat qui puise dans ses caisses pour payerles entraîneurs. Le chronogramme était jusqu’ici parfait,après une qualification acquise avec brio, en écartant de lacourse au passage un ogre continental, le Cameroun, lorsd’un parcours presque sans faute.Réveillé par on ne sait par quels démons, des hooligansen col blanc ont malheureusement refait surface avec uneintoxication médiatique tendant à faire croire que l’ancienentraîneur de la Linguère de Saint-Louis réclamait 60 millionsde prime à la signature. Outré par ce mensonge qu’onveut lui faire porter, Amara Traoré est monté au créneaupour démentir l’information et remettre les choses à l’endroit.“Ce qui me préoccupe, poursuit-il, c’est la préparation del’équipe. Pour le reste, j’ai foi au président de la Fédérationsénégalaise de football et aux autorités étatiques. Ce sontdes personnalités plus qu’engagées à maintenir la dynamiquequi nous a permis de réussir un brillant parcoursdans les éliminatoires de cette Can. Je veux alors que lesgens arrêtent de raconter dans la presse des choses qu’ilsne maîtrisent pas”, a protesté hier dans les colonnes de“Wal Fadjri” celui qui reste le seul joueur sénégalais à avoirsoulevé un trophée en tant que capitaine d’équipe (la coupede la Ligue avec Gueugnon en 2000). Allons plus loin ! SiAmara Taroré avait effectivement réclamé cette prime à lade 2012 y pensent et font des propositionsde sortie de crise. Eh bien ! unequarantaine de jeunes - 44 organisationsplus exactement de toutes obédiencessociales, religieuses et politiques- ont fait une motion sur “la priseen charge du conflit en Casamance” àl'endroit des candidats à la magistraturesuprême. Partant des “implicationsnéfastes du conflit en Casamance sur ledéveloppement socio-économique” ;du constat sur “les tendances de banalisationdu conflit”, etc., ces jeunesinterpellent “solennellement” chaquecandidat déclaré. Dans un documentreçu hier, ces jeunes demandent entreautres à chaque aspirant à gouverner leSénégal de “préciser sa proposition deprogramme sur la résolution du confliten Casamance ; d'éclairer l'opinionnationale sur ses engagements précis etexplicites pour un retour définitif de laPaix”. “Nous encourageons tous ceuxet celles qui iront au-delà des déclarationsd'intentions pour proposer auxSénégalaises et aux Sénégalais desdémarches et programmes pertinents etcrédibles pour un retour définitif de laPaix à la satisfaction de toutes les partiesprenantes”, note la motion.CommentaireDecroix et le“cadeau de Noël”C’est un Mamadou Diop “Decroix”ravi qui a tenu à savourer, hier, son“cadeau de Noël”. Face à la presse, ils'est réjoui du verdict rendu par la Courd’appel de Dakar qui a condamnéLanding Savané aux dépens etconfirmé Mamadou Diop comme secrétairegénéral d’And Jëf/Pads. Cela faitsuite au bras de fer qui a opposé lesdeux anciens camarades pour lecontrôle dudit parti. Cette “longue etéprouvante épreuve” étant terminée,M. Diop tend la main à tous sesanciens camarades restés avecLanding Savané, “à commencer par cedernier”. Decroix leur demande de“regagner la maison, car il se fait tard”.Toutefois, il n’a pas la manqué de critiquerson ex-ami dans sa gestion de AJ.Il accuse M. Savané d’avoir tourné ledos aux militants d’Aj/Pads au profit de“réseaux et de gens qui ont fait la prisonà cause des histoires de trafic depasseports”. Allusion faite à SerigneModou Bousso Dieng, président desjeunes marabouts, arrêté en 2007dans une affaire de trafic de passeportsdiplomatiques.signature, pourquoi devrions-nous la lui refuser ?Les dimensions politiques du sport-roi vont nous pendreau nez dans quelques semaines. Alors que le pays sera installédans une campagne électorale que les Cassandresannoncent comme celle de tous les périls en raison de laprééminence des logiques guerrières et jusqu’au-boutistesd’acteurs politiques parmi les plus importants, le maillotnational frappé à la tête de lion sera l’un des rares consensusdans ce pays. Là, il ne s’agit pas de dénoncer des campagnesmédiatiques malvenues et hors de propos ; maissouligner les enjeux extra-sportifs de la compétition, audelàdu mauvais procès fait à Amara Traoré…On doit pouvoir dérouler le tapis rouge à un national, lemettre dans les meilleures conditions, le motiver pour ne“plus rien lui devoir”; traduction littérale d’une expressionwolof pour dire que tout a été fait pour atteindre l’objectif.Pourquoi Amara Traoré n’aurait-il pas droit à la premièreclasse lors de ses (nombreux) déplacements en avion ?Pourquoi n’aurait-il pas voiture de fonction, téléphone,logement et toutes autres commodités nécessaires à soninstallation dans les conditions optimales de performance ?Osons le dire, les responsabilités du sélectionneur nationalde football seront plus importantes dans quelques semainesque celles de beaucoup de bénéficiaires des “fromages” dela République ; certains parmi ces derniers sont du restegrassement payés pour mieux piller les ressources nationales…Les responsables de notre football ont souvent offert desponts d’or aux techniciens européens, passées les lointainespériodes de “la coopération technique”, dont le dernieren date est l’allemand Peter Schnittger, devenu sénégalaisd’adoption. Ils ont eu la main heureuse en dénichantBruno Metsu, ancien entraîneur de Sedan et du “Sily national”de Guinée, illustre inconnu qui atteindra en 2002 lafinale de la Can au Mali et les quarts de finale de la coupedu monde en Asie. Suivra un technicien –plutôt versé dansla préparation physique-, Guy Stephan, aujourd’hui entraîneur-adjointà Marseille. Il n’a rien gagné avec les “Lions”et partira avec de substantielles primes d’au revoir. Suivrale Franco-polonais Henry Kasperczack, lui aussi grassementpayé et entretenu. Il nous remerciera en abandonnantl’équipe nationale en pleine compétition au Ghana…Et quand il en arrive un technicien national, bien de“chez nous”, qui gagne et fait rêver, voilà que des looserscherchent à mettre du sable dans le couscous, commedisait l’autre. C’est de l’auto-flagellation.Publications - Société éditriceBoulevard de l'Est-Point EImmeuble Samba Laobé Thiam DakarTél. : 33 825 07 31E-mail : enquetejournal@yahoo.frDirecteur de la publication :Mahmoudou WaneDirecteur de la rédaction :Mamadou Lamine BadjiRédacteur en chef :Momar DiengRédacteur en chef délégué :Bachir FofanaChefs de desk :Momar Dieng - PolitiqueBachir Fofana - Economie / SocialJules Diop - Dossiers & enquêtesNdiassé Sambe - SportPa Assane Seck - PeopleDirecteur artistique : Renaud LioultMise en page :Penda Aly NgomFodé BaldéPhotographe : Amadoune GomisImpression : Graphic SolutionsRégie publicitaire :kine.enquete@gmail.comTél. : 33 860 72 09 / 77 834 11 90numéro 154 • mercredi 14 décembre 2011


DAOUDA GBAYAPOLITIQUEWADE CONVOQUE LE CORPS ELECTORALSauf décision majeure émanant du président de la République, l'élection présidentielle tantattendue du 26 février aura lieu à date échue, après la publication légale, hier soir, du décretde convocation du corps électoral.Un pas de franchi versla présidentielle de févrierLe doute semble finalementdissipé. Le président de laRépublique a, par décret du12 décembre 2012, convoqué lecorps électoral à la date du 26février 2012 pour l’élection présidentielleconformément à l’articleLO 128 du code électoral, selon uncommuniqué de la Direction généraledes élections transmis à l’Aps.Les militaires et paramilitaires irontvoter les 18 et 19 févier 2012, selontoujours cette source qui préciseque le scrutin sera ouvert à 8 heureset clos à 18 heures. “Toutefois,indique le communiqué, pour faciliteraux électeurs l’exercice de leurFATOU SYC’est hier que la Cour d’appel de Dakar arendu sa décision dans le feuilletonjudiciaire opposant Landing Savané àMamadou Diop “Decroix”. A l’instar du juge depremière instance, la Cour d’appel a relaxé l’exnumérodeux de Aj, traîné en justice par LandingSavané pour faux et usage de faux et usurpation dutitre de secrétaire général. Par conséquent, l’appelantSavané qui réclamait le franc symbolique autitre de dommages et intérêts a été débouté. Unedécision qui a réjoui Mouhamadou Daff, porteparolede And-Jëf/Pads, tendance “Decroix”.“Monsieur Savané a une fois encore été débouté etdroit de vote, le gouvernement ou lepréfet peut en vertu de l’article R49du code électoral, retarder l’heurede clôture.” Ces mêmes dispositionssont prévues concernant le vote desSénégalais de l’étranger. “Comptetenu des décalages horaires, mentionnele communiqué, les chefs demission diplomatiques ou consulairespeuvent, sur la base de l’articleR98, avancer l’heure d’ouvertureou retarder l’heure de clôture.”L’article L.O 128 rappelle aussiqu”'en cas de deuxième tour ou denouveau tour de scrutin après l’annulationdes élections, la publicationdu décret de convocation a lieuau plus tard huit (8) jours avant ladate du scrutin.”Malgré tout, une certaine inquiétudedemeure au niveau dequelques états-majors politiques.Benoît Sambou, chargé des questionsélectorales de l’Alliance pourla république (Apr) pensequ”'aujourd’hui, le processus électoralest bloqué, le projet de codeélectoral n’est pas encore voté àl’Assemblée nationale.” Des facteursqui font qu”'il n’y a plus desérénité dans la gestion des électionspar le gouvernement.” D'oùl'invite faite à Me Wade de “libérerle peuple sénégalais” en renonçantà briguer un troisième mandat.Au Parti socialistes (Ps), on seveut serein. Pour son “monsieur”élection, Serigne Mbaye Thiam, “ilPROCES EN PATERNITE DE AND-JEF/PADSDébouté en appel, LandingSavané envisage la CassationComme en première instance, Landing Savané a perdu devant la Cour d’appelson procès l’opposant à Mamadou Diop “Decroix” et relatif au contrôlede la tête de And-Jëf/Pads.condamné aux dépens, une deuxième fois après lapremière instance. Cela confirme également lajustesse de la position de And-Jëf et de son leader,le ministre d’Etat Mamadou Diop”, déclare leporte-parole, loin d’être surpris par le verdict. “Lavictoire était attendue depuis très longtemps parceque nous savons que AJ est un et indivisible etqu’il reste derrière Mamadou Diop Decroix, sonsecrétaire général”, confie-t-il. Pour lui, “le tribunala tranché, il n’y a qu’un seul AJ, un seul leader,un seul secrétaire général, c’est Mamadou DiopDecroix. Le verdict du peuple est plus déterminantque celui du juge.”Cependant pour Landing Savané, le combat estloin de connaître son épilogue. “On va poursuivrene faut pas penser un seul momentà un report des élections” présidentielleet législatives. Sur la mêmelongueur d'onde, le chargé des électionsde la coalition Benno TaxawalSenegaal (BTS) se dit davantagepréoccupé par les implications duprojet de loi relatif au nouveau Codeélectoral actuellement àl'Assemblée nationale. Son combat,dit-il, c’est de faire appliquer le bulletinunique à la présidentielle de2012. Le bulletin unique, un dossierpresque clos pour BabacarGaye, le porte-parole du Parti démocratiquesénégalais, qui tient à rassurerles partis politiques quant à latenue effective de la présidentielle àdate échuela procédure et tant qu’ils ne seront pas fatigués,nous ne le serons pas. Je dois parler à mes conseillersavant de prendre ma décision”, affirme lesecrétaire général de AJ. “Ce qui est sûr, c’est quela bataille politique est bonne pour nous parce quenotre objectif, c’est montrer et démonter le complotourdi par Abdoulaye Wade et ses affidéscontre notre parti pour nous empêcher d’exercernos droits.”Commentant la décision en question, l’opposantse dit nullement surpris dès l’instant que“tout le complot a été démonté publiquement.”“Je m’attendais à ce délibéré, franchement c’estle cadet de mes soucis. Ce qui m’intéressait, c’estque pendant le procès, on a obligé ceux qui prétendentêtre And-Jëf à produire les documentspubliquement. Et quand ils les ont produits danscette salle, on a constaté que les responsables defédération dont ils se réclamaient ne sont responsablesque de leur propre personne”, expliqueLanding Savané. “Je n’ai pas à le confirmer. Toutle monde le sait, personne n’en doute dans lepays, il n’y a que le juge qui en doute.” Aussireste-t-il convaincu qu’il s’agit d'un procès politique.“J’ai participé à plusieurs procès politiqueset dans un procès politique, ce n’est pas le verdictdu juge qui est déterminant, c’est le verdict dupeuple”page 3PORTÉE SUR LES FONTSBAPTISMAUX CE WEEK-ENDL'Ipd à l'assaut de lamal gouvernancepolitiques'agrandit d'un nouveauL’échiquiercourant de pensée. Il s'agitde l'Initiative pour une politique dedéveloppement (Ipd), lancée leweek-end dernier. Porteur d'un projetd'envergure nationale pourl'émergence du pays, axé sur quatrepiliers à savoir la reconstruction ducitoyen sénégalais, l'observation desrègles d'éthique dans la gouvernancedu pays, la redynamisation de l'économienationale pour vaincre le malvivre et la conduite d'une bonnegouvernance des affaires publiques,Ibrahima Nguette s'est déclaré partantpour l'élection présidentielle de2012. Mais, ne compte soutenir quecelui qui prend en charge son projetde société dans son programmepolitique.Devant les représentants deRewmi, de l'Alliance des forces duProgrès (Afp), du Rassemblementpour le peuple (Rp) et de mouvementscitoyens (le Pds n'ayant pasrépondu à l'invitation), le coordonnateurde l'Ipd s'est dit disponible às'allier avec tout parti politique,que ce soit dans l'opposition, lamouvance présidentielle ou dans lasociété civile, pour un “nouveauSénégal émergent” afin de vaincrele “mal vivre, les détournements desdeniers publics, la mauvaise gouvernancedes affaires publiques, lapolitique politicienne au détrimentde l'intérêt général, etc.”, desmaux qui, selon lui, plombent ledéveloppement du pays.D'autre part, le coordonnateur deIpd a dénoncé le blocage par lepouvoir libéral, “pour des raisonspolitiques”, du Programme pour ledéveloppement du département dePodor d'un montant de 288 milliardsde francs Cfa financé à hauteurde 80% par des bailleurs defonds. Un projet qui vise le désenclavementde Podor, l'Île à Morphilet le Diéry, la mobilité urbaine, ladotation de la localité en servicesociaux de base et la redynamisationde l'économie locale.Abordant la candidature “anticonstitutionnelle”du présidentsortant, cet ingénieur en génie civilet ses partisans exigent le respectscrupuleux de la Constitution. Parla même occasion, il a dédicacé sonouvrage intitulé “Projet de sociétépour un Sénégal émergent”.A.MBRENCONTRE DES FEMMES LIBÉRALES ET ALLIÉESAu menu, le congrès du 24décembre, la Raddho et l'oppositionCHEIKH THIAM (Stagiaire)Les préparatifs du Congrèsd'investiture d'AbdoulayeWade par le Pds et ses alliésvont bon train. A cet effet, lesfemmes libérales ont tenu un pointde presse hier à la permanenceOumar Lamine Badji. Occasion saisiepar Awa Diop, présidente duMouvement national des femmesdu Pds, pour lancer l'assaut contrel'opposition et la société civile.“Macky copie les idées du présidentde la République, et le discoursqu'il a prononcé au congrèsd'investiture de son parti en est unepreuve palpable”, a affirmé ledeuxième Questeur de l'Assembléenationale. S'en prenant ensuite àdes organisations de la sociétécivile, Awa Diop leur a rappelé queleur vocation n'est pas de chercherà diriger le pays. Dans cette lancée,elle a adressé une sévère mise engarde à Alioune Tine, président dela Rencontre africaine de défensedes droits de l'Homme (RADDHO).Qu'elle a sommé de se calmer car“on payait le loyer pour lui”, a-t-elledit, évasive.Ce boulevard d'attaque servira àPape Diop pour s'en prendre luiaussi à l'opposition. “Si on gagneles élections de l'année prochaine,que l'opposition ne vienne pas nousraconter que nous avons volé la victoireou que ce sont les djinns quiauront voté pour nous.” Dans lafoulée, le président du Sénat avoulu préciser sa pensée. “Aumoment où vous, femmes du Partidémocratique sénégalais, travaillez,les autres d'en face parcourentles salles de rédactions des journaux,radios et télés pour dénigrerle régime”, s'est insurgé Pape Diop.Il était en compagnie du ministrede l'Intérieur Me Ousmane Ngom,et d'Abdoulaye Faye, administrateurgénéral du Pds, pour avoir unœil sur les préparatifs du congrèsd'investiture qui fera officiellementdu président sortant AbdoulayeWade le candidat des Forces alliéesde la majorité présidentielle.Auparavant, les femmes libéraleset leurs alliées ont fait part de leurtournée nationale qui se fera du 14au 21 décembre prochain. Ellesentendent ainsi dérouler plusieursinitiatives dont une tournée autourde cinq axes géographiques fédérantchacun un pool de régions. Lamission première de cette tournéesera d'informer “les sœurs” desautres régions des différentes réalisationsde Me Wade. Ensuite, “partageravec elles” les réalités deleurs localités en étant à leur“écoute”numéro 154 • mercredi 14 décembre 2011


ASSISES COULISSES 2011 DAKAR - 3 e SESSIONpage 4ASSISES 2011 DAKAR - 3 e SESSIONMEURTRE D’UNE COMMERCANTE MALIENNE A LA GARE DE DAKARLa Cour d’assises de Dakar a condamné hier un ressortissant malien aux travaux forcés à perpétuité.Mohamed Kamara avait tué lors d’un cambriolage sa compatriote commerçante à la grande gareferroviaire de Dakar.Mohamed Kamaraécope de la perpétuitéFATOU SY“Je souhaite qu’on melibère car je veux rentrerchez moi”. Ce vœuexprimé hier par l’accusé devant laCour d’assises de Dakar ne sera pointexaucé. Ainsi, le ressortissant malienvenu au Sénégal depuis 2003 resteraà jamais dans notre pays. Car conformémentau réquisitoire du parquet,Mohamed Kamara a été condamnéaux travaux forcés à perpétuité. Il estcoupable de vol en réunion commis lanuit avec effraction et violences ayantentraîné la mort de sa compatrioteAlima Diarra, tuée dans nuit du 8 au9 mai 2006 dans sa chambre sise àla grande gare ferroviaire de Dakar.Cette nuit-là, l’accusé, âgé de 24 ansà l’époque, voulait, en compagnie deses acolytes, cambrioler. Reconnuspar leur victime, Mohamed et Cie onttué celle-ci avant d’emporter des tissus“cuup”, un montant de 7,5 millionsde francs Cfa ainsi qu’un téléphoneportable. C’est ce téléphonequi avait servi à détecter les cambrioleurs.Mohamed Kamara avait appeléun de ses amis pour vérifier si l’appareildisposait de crédit. Interpellé, ilavait pointé du doigt les nommésBabacar Fall dit Bams et SancoumbaSylla alias Zinc ainsi que Tons etMOT DU JOUR“Ma parole contrela sienne”Inconstants dans leurs déclarations,les trois hommes devant labarre, hier matin, n’ont cessé dese rejeter la faute les uns sur les autres.Les deux Sénégalais, très amis, ontd’ailleurs fait bloc contre le Malien enniant ses accusations (et les faits quileur étaient reprochés) au pointmême d’affirmer ne pas vraiment leconnaître, si ce n’est de manière superficielle.De son côté, MohamedKamara ne s'est pas laissé démonter. Ila persisté dans ses allégations, tout enessayant de minimiser ses responsabilitésdans le cambriolage et le meurtrede sa compatriote, Alima Diarra,dont le corps a été retrouvé sans viedans une chambre de la grande gareferroviaire de Dakar. Si ses réponsesont plu à son avocat, qui a dit “saluerla manière remarquable” avec laquelleson client ne s’est pas fait avoir par les“questions déstabilisantes” des autresavocats de la défense, ça n’a pas sembléêtre de même pour l’avocat général,qui a requis la perpétuité pour leMalien tout en demandant, pour sessupposés complices, un acquittement... A malin, malin et demiS.BENGELOUNAMBIANCEIdrissa Fall dit Leuz. “Pour neutraliserAlima, Babacar s’était agrippé àson cou tandis que Zinc la maîtrisaitpar les pieds. Il a même reçu un coupà l’œil car la dame se débattait” a toujourssoutenu Mohamed. Il a indiquéqu’il avait reçu comme part du butintrois tissus “cùup”, la somme de200.000 francs ainsi qu’un téléphoneportable. Cependant, depuisl’enquête préliminaire, Bams et Zincavaient toujours clamé leur innocence.Tous les deux ont affirmé queMohamed nourrit de la rancuneenvers eux parce qu’ils l’avaientchassé de leur quartier à cause despetits larcins qu’il commettait.“Nous l’avons connu par le biaisd’un ami d’enfance mais quandcelui-ci avait été emprisonné, nousl’avons chassé”, ont-ils soutenu tourà tour. Convaincu par leurs dénégationsconstantes, l’avocat général ademandé qu’ils soient acquittés deschefs d’accusation d’association demalfaiteurs, de vol en réunion commisla nuit avec violence. Enrevanche, Amadou Seydi a demandéque Sancoumba, pris avec deux kilogrammesde drogue, soit condamné àtrois ans de prison pour détention ettrafic de chanvre indien. L’avocat deMohamed Kamara, a trouvé ce réquisitoire“extrêmement sévère”. PourMe Abdou Aziz Ndiaye, son clientcontre qui la perpétuité a été requise,“a eu tort de participer à cette entreprise”.Il a estimé que l’accusé méritela clémence du fait de sa collaborationpour la manifestation de la vérité.Un avis que n'ont pas partagé les avocatsde Babacar Fall et SancoumbaSylla lesquels ont considéré le jeuneMalien comme le seul coupable danscette affaire. Aussi Mes El Hadj Diop,Abdou Gningue et Ibrahima Mbengueont-ils plaidé l’acquittement. MeMbengue a également demandé quele délit de détention et de trafic soitrequalifié en détention. Il a été suividans sa plaidoirie car SancoumbaSylla a été déclaré coupable de détentionet condamné à trois ans ferme.Une peine que l’accusé a fini de purger,il y a un peu plus de deux ans.Babacar Fall a recouvré également laliberté pour avoir été acquitté aprèscinq ans et sept mois de détentionpréventive. Quant à MohamedKamara, il est retourné en prison pourle restant de sa vieMme Couna Ndiaye,belle-sœur de Babacar Fall“C’est la fin d’un long calvaireaprès cinq ans et sept mois de vaet-vientpour emmener le déjeuneret le dîner en prison. Demain,je vais jeûner et je demanderai àtoute la famille d'en faire autant.Je vous jure que Babacar Fall n’ajamais tué, même le mouton àl’occasion de la Tabaski. ToutDakar-Plateau a été affecté parson arrestation car il est l’ami detout le monde. Aujourd’hui, Dieua tranché. Malheureusement, jepense que s’il avait été jugé àtemps, il n’aurait pas perdu toutce temps en prison. Il ne connaîtmême son fils qui avait six moisau moment de son incarcération”C’est la routine qui s’installe peu à peu au Palais de justice de Lat Dior quiabrite, depuis avant-hier la troisième et dernière session d’assises de l’année.Le public, comme appâté par la perspective d’un spectacle, était aurendez-vous hier matin. La salle numéro 4 était archicomble pour le procèsde trois hommes accusés d’association de malfaiteurs, de vol avec circonstancesaggravantes et, entre autres, de meurtre sur la personne d’une commerçantemalienne. Les curieux n’ont pas été déçus avec le show qu'a faitMe El hadji Diouf. La célèbre robe noire défendait un des accusés sénégalais.Chargeant Mohamed Kamara, l’accusé malien qui avait désigné sonclient comme l’un de ses complices au moment du cambriolage. Il a tenutoute la salle en haleine pendant de longues minutes, tournant l'accusé enbourrique avant de déclarer ce qu’il pensait de toute cette affaire. Son raisonnements'est résumé en ces lignes : le Malien serait le seul et uniqueauteur du crime qui, toujours selon lui, serait passionnel : “La vérité, monsieur,c’est que vous étiez seul au moment des faits et que vous vous en êtespris à Alima Diarra (ndlr: la victime) parce que vous étiez amoureux d’elle!”,a déclaré l’avocat tonitruant, provoquant quelques éclats de rire dans l’assemblée.A la suspension du procès, en début d’après-midi, l’ambiance était beaucoupplus détendue dans la salle qui, en y regardant de plus près, comptaitde nombreuses personnes venues soutenir Babacar Fall et Sancoumba Sylla,dit “Zinc”. Une proche de celui-ci s’est même approchée du banc où étaitassis Babacar Fall pour lui témoigner sa confiance à l’issue du procès : “Jepense que ça va bien finir pour toi et Bab’s”, lui a-t-elle dit avant d’ajouter àl’intention du Malien et d’une voix pleine de dédain : “Regardez-le! Il n’osemême pas se retourner et nous regarder en face. Il sait ce qu’il a fait.”S.BENGELOUNPROFIL DES ACCUSÉS (TEXTES ET DESSINS S.BENGELOUN)Mohamed Kamara, faibleet très influençableTrois hommes étaient aux bancs des accusés hier matin, dans le cadre de la2 e journée des Assises. Mohamed Kamara, un Malien, Babacar Fall etSancoumba Sylla dit “Zinc”. Le 1 e a accusé les deux autres d’être ses complicesdans une affaire de vol aggravé avec violences ayant abouti à la mort dela victime, sa compatriote malienne qui vivait du commerce de pagnes à la gareferroviaire. De petite taille, trapu et d'un teint noir corbeau, l’accusé principala les bras croisés et le menton levé haut. En bon Bambara, il a une lueur dedéfi dans les yeux quand il nie catégoriquement avoir déclaré telle ou tellechose lors de son interrogatoire par les forces de police. Ses traits sont prononcés,avec un nez protubérant et des lèvres épaisses encadrées d’une petitebarbe. Aîné de sa famille, Mohamed Kamara a entre 17 et 18 ans quand ilquitte son Mali natal pour venir gagner sa vie au Sénégal. Pendant près de 4ans, il vend de l’eau glacée à la gare routière de Dakar avant qu’une bagarre nel’expédie en prison. A sa sortie, 2 mois plus tard, son employeur avait déjà disparuavec la totalité de ses recettes qu'il lui avait confiées. Perdu, MohamedKamara erre dans la ville, sans domicile ni emploi fixes. Et touche un peu àtout. Et en particulier au chanvre indien qu’il se met à fumer régulièrement. SiMohamed Kamara a avoué avoir été sur les lieux du crime, il a aussi préciséque ce n’était qu’en tant que guetteur. Et donc qu’il n’a pas directement participéau meurtre. Il a argué, en outre, avoir d’énormes remords et que sa dépositiona été, selon lui, mal enregistrée parce qu’il ne parle pas Wolof mais seulementBambara et un peu de Français. Son avocat le décrit, par ailleurs,comme faible de caractère et très influençable, se basant sur le fait qu’il s’estlaissé facilement entraîné et n’a reçu, en fin de compte, qu’une très petite partiedu butin (200.000 F Cfa sur les 7.500.000 volés, selon la police).Babacar Fall, un malabar au crâne raséLe 2 e accusé, Babacar Fall, est un homme marié, père de deux enfants.Grand, costaud, il dépasse ses deux codétenus d’une bonne tête. Sportif, il ditaller souvent à la plage pour s’entraîner et jouer régulièrement au football. Soncou, son dos et ses bras sont très musclés. Ce qui le rend imposant même s’ilest le moins loquace des trois. Il porte un boubou beige assez serré sur le hautdu corps pour qu’on aperçoive l’échancrure de son tricot, en dessous. Son craneest rasé avec sur les côtés des pattes soigneusement dessinées. Né à Pikine en1976, Babacar Fall a emménagé à l’âge de 8 ans aux Parcelles Assainies. Il vitaujourd’hui avec sa mère, vendeuse de savon artisanal, sa femme et ses enfants.Il est menuisier de formation, même si son activité actuelle est celle de marchandambulant. Il dit parler un peu de Bambara, en plus du Wolof, et comprendrerelativement bien le Français (il aurait quitté l’école au CM2). Si son rôledans la casse n’a pas été clairement défini, Babacar Fall, alias “Bams”, n’en apas moins été désigné comme complice par Mohamed Kamara. Il a démentiavoir participé au cambriolage et a nié même connaître le Malien, au contrairede Sancoumba Sylla, qu’il a décrit à la barre comme “son ami et son frère”.Sancoumba Sylla, dit “Zinc”,un criminel parfaitIl était le dernier accusé à comparaître dans cette affaire. De taille et de corpulencemoyennes, il portait hier un deux-pièces en cotonnade beige. Il parlaitde façon volubile, en opinant de la tête. Mince, il est d’un teint très noirqui contraste d'avec le blanc éclatant de la tunique de coton qu'il portait ense présentant à la barre. Il avait un petit bouc qu’il caressait et tiraillait, tourà tour, tout en répondant aux questions qui lui sont posées. Trentenaire, ilhabite sur l’avenue Lamine Guèye avec ses frères et sœurs. Son père, décédé,était marabout et sa mère, elle aussi rappelée à Dieu, commerçante. Il auraitgrandi dans le département de Tambacounda avant de rejoindre Dakar. Il ad’abord été à l’école (qu’il a vite quittée), puis au Daara, où il a passé cinq ansà apprendre le Coran. Ayant finalement trouvé sa voie dans l’art, il gagnait savie en décorant des Djembés pour ensuite les revendre aux touristes. Lui aussiest marié et père de deux enfants de 7 et 6 ans. Désigné par MohamedKamara comme le cerveau de l’opération, il a nié catégoriquement avoir étéde quelque manière que ce soit impliqué dans l’affaire jugée, affirmant quec’est par ressentiment personnel que Mohamed Kamara, qu’il a dit lui aussiconnaître à peine, l’aurait désigné comme complice. Sancoumba Sylla ne niepas avoir un passé pénal pour autant, avouant avoir déjà fait la prison en 1998(pour une accusation de vol) et être un consommateur de chanvre indiennuméro 154 • mercredi 14 décembre 2011


SOCIÉTÉSOCIÉTÉpage 5ATTAQUE CONTRE UN CANTONNEMENT MILITAIRE A KABEUMBEUUne attaque armée d’une rare violence s’est produite dans le village de Kabeumbeu situé dans ledépartement de Bounkiling dans la région de Sédhiou. Le bilan est lourd : 4 militaires tués,plusieurs autres pris en otage par des rebelles supposés appartenir au Mouvement des Forcesdémocratiques de Casamance (MFDC), et le cantonnement réduit en cendres. Mais selon laDirection des relations publiques de l'armée (DIRPA), un seul blessé est à déplorer.Quatre soldats tués,l'Armée démentAMINE BA (correspondant à Sédhiou)Quatre soldats tués, d'autrescapturés après une embuscadetendue par des rebellessupposés appartenir au Mouvementdes forces démocratiques deCasamance, en plus de l'incendie ducantonnement militaire local. C'est lebilan des affrontements à l’armelourde ayant opposé toute la matinéed'hier mardi des soldats de l’arméesénégalaise à ces éléments du MFDC.L’attaque a eu lieu dans le village deKabeumbeu situé dans la communautérurale de Diacounda, dans l’arrondissementde Bona, à 15 km aunord de la capitale départementaleBounkiling.Tout a commencé vers cinq heuresdu matin, quand une bande derebelles très lourdement équipéss’est positionnée à l'entrée du villagede Kabeumbeu qui abrite un cantonnementde l’armée. L’attaque a commencédurant les minutes qui ontsuivi, avec des échanges très violentsopposant les deux camps. Selon dessources concordantes, les combatsétaient d’une violence inouïe et sesont prolongés toute la matinée.L’armée sénégalaise qui ripostait fortementaux tirs des rebelles aurait étésurprise par une autre bande d'indépendantistesprésumés au nombre''très important'' et venue prêtermain forte au premier groupe. Cettebande de combattants, selon nossources, a transité par la zone deBissary, un axe différent de celuiemprunté par le premier groupe.Une autre information fait état d'unnombre indéterminé de soldats disparus,poussant l’armée a mobilisertous les moyens pour les retrouver.Les combattants visiblement bienpréparés pour cette opération ontincendié le cantonnement militairedans lequel résidaient les soldats del’armée sénégalaise. Il n'en reste quedes cendres, avancent nos sources.Cette attaque vient briser l’espoir denombreuses personnes qui avaientfini de croire que le MFDC avait perdusa capacité de nuisance dans la zone.Et que la paix s’était installée.Selon beaucoup d’observateurs,cette attaque n’a d’autre objectif pourses auteurs que de briser l’optimismedes populations qui avaient commencéà regagner leurs contrées respectivesabandonnées durant lespériodes de conflits entre l’arméesénégalaise et les rebelles du MFDCdans cette partie nord de la région deSédhiou.Sur place, les populations sontencore sous le choc. Une partied'entre elles envisagent déjà demigrer vers des localités pluscalmes. Il est donc à craindre dansles prochains jours que plusieursvillages soient abandonnés parleurs occupants déjà tourmentéspar le conflit dans le passé.Toutefois, dans un communiquépublié en début de soirée hier, lesservices du colonel AbdourahimKébé de la Dirpa ont démenti l'existencede morts dans cette attaque.La Dirpa a déclaré qu'il ''n'y a eutout au plus qu'un blessé.''ITALIE - DRAME À FLORENCEUn Italien d'extrême droite tue deuxSénégalais et en blesse trois autresGianluca Casseri, un Italien de cinquante ans, a tué par balles deuxmarchands ambulants sénégalais et blessé trois autres personnes sur deuxmarchés situés à Piazza Dalmazia, dans le nord de la ville, et San Lorenzo,dans le centre historique de la ville de Florence, hier.GASTON COLYQue s'est-il passé hier dans la tête deGianluca Casseri? Cet Italien de 50ans a plongé toute l'Italie dans l'horreuren massacrant deux ressortissants sénégalaisétablis dans la patrie de Léonard de Vinci. Deuxautres compatriotes ont été grièvement blesséspar balles. Les premiers éléments de l'enquêteplanchent pour un meurtre aux soubassementsracistes. Puisque le meurtrier a été identifiécomme un militant de l'extrême droite italienne,originaire de Pistoia, en Toscane.L'information a automatiquement fait lebuzz. Elle a été reprise par les radios et plusieurssites à travers le monde. Ainsi, selon plusieurstémoignages concordants, GianlucaCasseri, armé d'un pistolet Magnum 357, s'estprésenté au milieu des étals d'un marché situéà la Piazza Dalmazia, dans la banlieue nord dela ville, avant d'abattre froidement deuxSénégalais : Modou Samb âgé de 40 ans et MorDiop, 54 ans. Une troisième victime,Moustapha Dieng, 34 ans, grièvement blessée aété évacuée à l’hôpital. Le site du quotidien LeMonde qui cite un porte-parole de la police aindiqué que le Sénégalais a survécu et ''resteraparalysé à vie''. Ensuite, l'homme de 50 ans estremonté dans sa voiture, une volkswagenblanche, pour se rendre à la Piazza Mercato aucentre de Florence situé à quelques encablures.Là, il a tiré et blessé deux autres Sénégalais. Ils'agit de Mor Sougou, 32 ans et CheikhMbengue, 42 ans. Ensuite, selon le site du quotidienIl Corriere della Sera, qui cite le procureurde Florence, Giuseppe Quattrocchi, l'Italiens'est tiré une balle dans la tête dans un parkingsouterrain, alors que la police s'approchait delui.Un "tueur raciste, fou et lucide"D'après des médias italiens, l'assaillant étaitun écrivain connu pour ses positions racistes. Ilserait un homme ''solitaire et déprimé'', membrede l'association d'extrême droite, CasaPound. Celle-ci, selon Le Monde, a immédiatementtenu à prendre ses distances vis-à-vis deGianluca Casseri. ''Il était l'un de nos sympathisantscomme tant d'autres personnes danstoute l'Italie (…) Il s'agit d'une tragédie effroyablede la folie : ces gens sont morts sans raison'',a déclaré l'association dans un communiqué.L'ancien maire de Rome, Walter Veltroni(gauche) a dénoncé ''un climat d'intoléranceenvers les étrangers''. Tandis que l'agence depresse ANSA a recueilli la réaction de l'édile dela ville de Florence, Matteo Renzi, qui a qualifiél'agresseur de "tueur raciste, fou et lucide". Lemaire s'est dit prêt à recevoir une délégation demanifestants afin d'apaiser les tensions. Car,après l'attaque, un cortège spontané d'environ200 personnes, dont une majorité deSénégalais et de proches des victimes, s'estformé et a manifesté depuis la Piazza Dalmaziajusqu'au centre de la ville. Les manifestants ontdénoncé un acte ''raciste''.Modou Samb avait quittésa famille en 1999EnQuête a pu joindre au téléphone l'oncle deModou Samb, Christophe, établi en Italie. Il arévélé que son neveu est originaire de Mont-Rolland. Il était marié et père d'un enfant qu'ila quitté à l'âge d'un an. Modou Samb, d'aprèsl'oncle, a rallié l'Italie en 1999, pour ne plusrefouler le sol sénégalais. Il était en situationirrégulière.Sur le mobile du massacre, le ressortissantsénégalais Babacar Niang qui a été sur les lieuxaprès le drame, car logeant tout près, à ''50m'',a déclaré que la police italienne a avancé lathèse du ''règlement de comptes''. Une explicationqu'il a réfutée. ''Nous les ''Modou-Modou'',révèle-t-il, nous ne sommes plus bien vus ici. Ily a une crise sans précédent en Italie. Je penseque le meurtrier est un fou tourmenté par lesdifficultés de la vie''. Christophe partage lamême analyse. ''Lorsque ce genre de chose seproduit, les médias présentent les meurtrierscomme des fous, pour les protéger. Je n'y croispas'', laisse-t-il entendreDouleur et rage au sein de la communautésénégalaise à FlorenceL’APPROVISIONNEMENT EN ENERGIE ''MAÎTRISÉ''Les autorités affichent un satisfecit à plusde 90% pour le Magal 2012AMADOU NDIAYEPour le prochain Magal de Toubaprévu le 13 janvier prochain, laSenelec a annoncé que l’offreen électricité sera fortement supérieureà la demande. Si cela se matérialise,l’édition 2012 du Magal est partie pourbattre le record de toutes les réussites,selon le ministre de l’Intérieur OusmaneNgom. ''L’édition du Magal 2012 serainédite parce qu’une maîtrise de l’énergieimplique celle de l’eau et le contexteactuel est très favorable avec uneparfaite maîtrise de l’énergie’’, a lâchéle ministre. Les deux facteurs ont toujourscausé beaucoup de désagrémentsaux pèlerins qui affluent chaque annéeà Touba à un rythme soutenu. Deuxgroupes électrogènes seront placés auxalentours de la grande mosquée deTouba pour renforcer le dispositif énergétiquedéjà satisfaisant avec uneabsence de délestage dans toute larégion de Diourbel, a annoncé le Gouverneurde la région. La Senelec a aussidonné l’assurance que l’entretien duréseau est déjà terminé. Une situationqui n’est pas pour déplaire les agents del’hydraulique qui promettent une meilleuredistribution en eau. Laquelle estfortement tributaire des capacités énergétiques.Les 19 forages de la villesainte de Touba fonctionnent présentementavec un groupe électrogène pourchacun. Le dispositif sera renforcé avecl’acheminement de 120 camionsciternes, 50 bâches et 5 réservoirs verticaux,a déclaré le directeur de l’hydraulique.La santé ne sera égalementpas en reste tout comme l’hygiène etl’assainissement. Les 120 zones sanitairesdu Magal 2011 serontmaintenues avec plus de 1456 agentsdéployés dans la ville sainte. Ledispositif sécuritaire sera maintenucomme l’année dernière conformémentau souhait du comité d’organisation duMagal. Idem pour le réseau de télécommunicationavec un appel lancé à l’opérateurTigo pour plus d’efforts sur sonréseau. Les routes seront égalementlivrées à temps, rassure le directeur del’Ageroute. Avec le bouclage d’une voiede contournement à Diourbel, la circulationdevra être plus fluide, selon lui.A noter qu’un colloque international surle soufisme sera organisé en préludedu Magal et verra la participation de 50pays. Une manière, selon Serigne BassAbdou Khadre, porte-parole du Khalifegénéral des mourides, de discuter surla religion musulmane et les défis quil’attendent.Le Magal pourrait bientôt êtredécrété jour fériénuméro 154 • mercredi 14 décembre 2011


C M J NECO / SOCIAL page 6DISSOLUTION DE L’APROSENUn “prêt” de 5 millions de francs et le refus de régler des factures du concessionnaireAhmed Fall Braya, sont les véritables raisons qui opposent Awa Ndiaye à Cheikh Dieng, àpropos de la passation de service de l’Agence pour la propreté du Sénégal (APROSEN),après la création de la Société pour la propreté du Sénégal (SOPROSEN).Micmacs autour del’argent des orduresBACHIR FOFANAEntre Awa Ndiaye, la ministre en charge duCadre de vie et Cheikh Dieng, le ci-devantDirecteur général de l’Agence pour la propretédu Sénégal (APROSEN) dissoute avec ledécret 2011-1920 du 30 novembre 2011, l’histoireest plus profonde qu’un simple refus de passationde service après la naissance de la Sociétépour la propreté du Sénégal (SOPROSEN). Il estressorti des investigations d’EnQuête, qu'une fortesenteur d’argent pollue les relations entre le ministreet le directeur général de l’APROSEN. Il s’agitplus précisément de 5 millions de francs Cfa quel’agence chargée de gérer les ordures avait prêtésau ministère Awa Ndiaye en juin dernier.5 millions de prêt non remboursé depuisjuin dernierEn effet, prenant prétexte de la “fête de lamusique et l’opération de nettoiement de la communede Kaolack”, Awa Ndiaye avait sollicité unprêt de 5 millions de francs Cfa à l’APROSEN. C’estainsi que deux chèques SGBS furent libellés aunom de…Biram Sarr, Directeur de l’administrationCHEIKH DIENG, DG APROSENAwa Ndiaye demande“trop de sous”Le Directeur général del’Agence pour la propreté sortde sa réserve pour dire que leproblème entre lui et la ministre AwaNdiaye vient du fait que cette dernièrene fait que lui demander de l’argent.Joint hier par téléphone, CheikhDieng révèle qu”’Awa Ndiayegénérale et de l’équipement (DAGE) du ministèrede la Culture, du Genre et du Cadre de vie. L’APRO-SEN a émis, le 20 juin, deux chèques : un de 3,6millions de francs Cfa, “représentant la contributionde l’APROSEN pour la communication” desdeux événements cités plus haut et “la prise encharge des artistes devant participer à la cérémoniedemande trop d’argent” et il n’est pasprêt “à (s)’exposer simplement pourlui faire plaisir”. “Tant que sesdemandes étaient raisonnables, je lefaisais sur mes ressources propres.Mais la récurrence de ses demandesétait telle que je ne pouvais plus supportersur mes propres économies.Awa Ndiaye, ministre en charge du Cadre de la vieC'est ainsi qu'elle a dit qu'elle allaitnommer comme DG quelqu'un quiaccepterait de jouer le jeu. Et c'estcela qui est vraiment le seul vrai problèmede fond”, dit M. Dieng.M. Dieng évoque en effet son différendavec son ministre de tutelle liéau pèlerinage à La Mecque quandAwa Ndiaye lui a demandé “de luidonner 3 billets d’avion surl’Agence”. Chose qu’il a refuséearguant que ce n’était pas prévu dansson budget. “ Une fois, elle a mêmeboudé la cérémonie de lancementdes activités pré-hivernales dans labanlieue car tout simplement, elle ademandé 3 millions alors que moi, jen'ai pu lui donner qu'un million encash. Elle a dit qu'avec 1 million, ellene pouvait pas mobiliser tous sesmilitants. Donc elle a boudé et elle aenvoyé son Secrétaire général”, poursuitCheikh Dieng qui ajoute que ledernier différend est d’ordre politiqueparce qu’il a accueilli, à la base àPikine, la ministre Aïda Mbodji (avecqui la ministre Awa Ndiaye ne s’entendpas), dans le cadre de l’opération“ma carte, ma caution”.“Tant que ses demandes étaientraisonnables...”Revenant sur les 5 millions qu’ilréclame au ministre, M. Dieng defaire savoir : “Le ministre nous avaitdit que son ministère avait besoind’argent et elle nous a demandé delui prêter 5 millions. Ce que j’ai faitcontre une décharge à son DAGE.Maintenant, quand je lui réclamede lancement de l’opération et à la mobilisationdurant les opérations de nettoiement”. Le secondchèque de 5 millions est en fait “un prêt remboursabledès la mobilisation des crédits alloués dans lecadre de la manifestation”. C’est ce second chèqueque réclame jusqu’à présent le Directeur général del’APROSEN au ministre en charge du Cadre de vie.D’ailleurs à ce sujet, Cheikh Dieng a écrit le 5décembre dernier au ministre pour lui réclamercette somme parce que tenu par le Conseil de surveillancede “finaliser les écritures comptablesdans le cadre de la liquidation de l’APROSEN” auplus tard le 8 décembre.73 millions payés “indûment”à Ahmed Fall BrayaOutre ce prêt non encore remboursé, il y a le“remboursement de l’indu” de 73 millions defrancs Cfa au profit de la société GETRAS dudéputé libéral Ahmed Fall Braya pour des prestationsdont “la matérialité des travaux n’était pasavérée”. Prestation qu’il avait refusé de payer parceque n’entrant “pas dans la nomenclature desdéchets ménagers”, mais que le ministère a finalementhonorée. Toutes choses qui font que CheikhDieng exige, dans une correspondance adressée auconcessionnaire, “le procès-verbal de réception destravaux correspondants aux paiements”. A défautde quoi, il se verrait “dans l’obligation de saisir lesservices habilités du ministère des Finances et duministère de la Justice pour un remboursementintégral des sommes indûment perçues”.Nos tentatives de joindre la ministre Awa Ndiayeont été infructueuses. Son chargé de communicationa promis de nous rappeler sans le faire. Quantà Ahmed Fall Braya, son téléphone était sur répondeur.Nous sommes passé par Cheikh Guèye, un deses bras droits. Ce dernier nous a fait savoir que ledéputé était à une réunion et qu'il allait rappeler àsa sortie. Mais il ne l'a pas faitcela, elle refuse de les rendre endisant qu'elle les a utilisés pour de lamobilisation politique”. Et devantclôturer les comptes de l’APROSENau plus tard le 8 décembre, M. Dienga, sur instruction du Conseil de surveillance,demandé au ministre delui restituer cette somme. Sur la passationde service qu’il refuse defaire, Cheikh Dieng évoque, outre lesdélibérations du Conseil de surveillance,“la loi 84-64 (qui) disposeque quand un établissement publicest dissout, ce qui est le cas deAPROSEN, il doit faire l'objet d'uneliquidation et non d'une passationde service qui aurait été illégale.Cette passation de service doit êtrefaite avec le liquidateur désignépar le ministre des Finances et nonavec le ministère de la Culture quipeut prendre les reinesd'APROSEN”.S’agissant des 73 millions réclamésà Ahmed Fall Braya, il assureque le député libéral “a profité de lasituation de grève où on recevaitbeaucoup de factures pour glisserune facture de travaux qui ne fontpas partie de la gestion des ordures.Une facture correspondant à destravaux qui n'ont jamais eu lieu. Jesoupçonne fortement que ce sontdes travaux fictifs qui ont été glissésdans la mêlée de la grève.Maintenant, je lui demande de rembourserles montants indûment perçus”par la société GETRAS. “C’estune société qu’il gère avec le ministrepour avoir de l’argent de façonEXCÉDÉS PAR LES TAXES DE LAMAIRIE DES PARCELLESQuatre marchésmenacent d'alleren grèveLes commerçants des quatremarchés des ParcellesAssainies (Dior, 11, 20, 17)menacent d'entamer une grève dèsaujourd'hui. Ils refusent de payer lestaxes d'abonnement imposées par lamairie de ladite commune. Joint partéléphone hier, Yatma Fall, présidentdu collectif, soutient qu'ils sont souventvictimes de tracasseries communalesdepuis que Moussa Sy est élumaire. “Nous avons acheté des cantinespar nous-mêmes. A un voiredeux millions l'une. Le Maire nousdemande de faire des abonnements.C'est-à-dire de partir à la mairie pourconfirmer que l'équipage nous appartient.Et chaque mois, on paye 4000francs. Parce qu'il dit que noussommes sur son territoire. Et il neveut pas nous recevoir. Vraimentnous sommes fatigués et nous allonspartir en grève dès demain(aujourd'hui) jusqu'à nouvel ordre”, a-t-il brandi.Selon M. Fall, depuis que MoussaSy a été élu maire des ParcellesAssainies, les commerçants ont commencéà avoir d'énormes soucis. Lasituation a démarré avec le projet degardiennage qu'il leur a imposé. A celas'ajoute la fermeture des marchés à20h. Des tas de conditions anormalesaux yeux des commerçants. Toujourspour Yatma Fall, “le marché del'Unité 11 et celui de l'Unité 20 nedisposent plus de toilettes depuis unan. Les vendeurs font leurs besoinsdans les maisons abandonnées setrouvant à côté. Il doit régler les problèmesdes habitants des Parcelles aulieu de passer tout son temps à embêterles commerçants”.VIVIANE DIATTAindue. GETRAS ne fait pas partiedes 18 concessionnaires. Même s’ily avait des travaux additionnels, ilsdevaient être donnés aux concessionnairesou faire l’objet d’unappel d’offres”. Pour l’autre entreprisedu député (AFB), M. Diengaccuse le concessionnaire, en complicitéavec la ministre, d’avoir profitéde cette situation de grève pourfaire dans la surfacturation. “Lesprestations d’AFB ne dépassaientpas 12 millions par mois. Et brutalement,elles sont montées jusqu’à84 millions”.Par ailleurs, parlant de sonépouse qui bénéficie d’un contrataccordé par le ministre AwaNdiaye, Cheikh Dieng dit ne pasvouloir commenter “les relationsparticulières entre deux Saint-Louisiennes. Quand le ministre aété nommé, elle l'a recrutée commechef du service informatique avecun contrat en bonne et due forme.Parce qu'elle et le ministre avaientdes relations politiques particulières.Sa base politique au niveaude Saint-Louis, c’est mon épousequi la lui a construite. Et d'ailleursdepuis que le problème a éclaté,elle a renoncé à ce poste”B. FOFANAnuméro 154 • mercredi 14 décembre 2011


C M J NENTRETIENPAR MAMADOU L . BADJI & ASSANE MBAYEpage 7ALIOU NIANE (MAGISTRAT À LA COUR DES COMPTES)Dans cet entretien accordé à EnQuête, l'ex-président de l'Uniondes magistrats sénégalais fustige la tentative de vassalisationde la Cour des comptes par le pouvoir.“Nous ne tendrons pasl’autre joue si…”Vous êtes magistrat à la Cour descomptes et ancien président del’Union des magistrats sénégalais(UMS), qu’est-ce qui explique lesremous actuels au niveau de laCour des comptes.Le président de la République vient defranchir une nouvelle étape dans ce qu’ilest convenu d’appeler une offensive pourfaire taire la Cour des comptes. En effet,après avoir voulu dissoudre la Cour descomptes suite à la remise de son rapportpublic annuel de 2005 et 2006, le présidentde la République vient d’ouvrir unenouvelle phase par une tentative de modificationde la loi organique n°99-70 du 1 efévrier 1999 sur la Cour des comptes, enrestreignant comme une peau de chagrinses attributions constitutionnelles.En vérité, la réforme des textes de laCour est née de la volonté des magistratsd’améliorer la productivité de leur Institutionpar une série de corrections apportéesà certains dysfonctionnementsconstatés dans la pratique des textes de1999. C’est ainsi qu’ils ont fait des propositionsde réforme depuis 2005.Malgré tous les efforts déployés et lapertinence des propositions, le gouvernementa opposé à cette initiative heureuseun niet catégorique. Ce n’est que récemmentqu’il a essayé de donner une suiteà celle-ci en la vidant de toute sa substancepar une édulcoration de ses compétencesen vue de la vassaliser.Qu’est-ce qui dérange autant leGouvernement dans l’activitéde la Cour des comptes?La réponse à une telle question est évidente.Il s’agit, essentiellement, de sescompétences définies par la Constitution.En effet, en dehors de sa vocationprimaire de juge des comptes des comptablespublics et suivant les dispositionspertinentes du 5 e alinéa de l’article 92 dela Constitution “la Cour des comptes jugeles comptes des comptables publics. Ellevérifie la régularité des recettes et desdépenses et s’assure du bon emploi descrédits, fonds et valeurs gérés par les servicesde l’Etat ou par les autres personnesmorales de droit public”. Ce qui estconfirmé, de part en part, par l’article 27de la loi organique citée ci-dessus. On ytrouve : 1 e alinéa : “La Cour des comptes,par l’intermédiaire de la Commission devérification des comptes et de contrôledes cntreprises publiques, vérifie lescomptes et contrôle la gestion des entreprisesdu secteur public”. 2 e alinéa : “Dela même façon, elle peut vérifier lescomptes et la gestion de tout organismedans lequel l’Etat ou les organismes soumisau contrôle de la Cour, détiennent,directement ou indirectement, séparémentou ensemble, une participation aucapital social permettant d’exercer unpouvoir prépondérant de décision ou degestion.” 3 e alinéa : “La Cour contrôle lesinstitutions de sécurité sociale, y comprisles organismes de droit privé qui assurenten tout ou en partie la gestion d’un régimede prévoyance ou de retraite légalementobligatoire.” 5 e alinéa : “La Cour peutégalement exercer un contrôle du compted’emploi des ressources collectéesauprès du public, dans le cadre de campagnesmenées à l’échelon national partout organisme public ou privé faisantappel à la générosité publique.” 6 e alinéa: “La Cour a la faculté d’exercer uncontrôle de la gestion de tout organismebénéficiant, sous quelque forme que cesoit, du concours financier ou de l’aideéconomique de l’Etat ou des organismespublics qui relèvent de la Cour.”De quelles autres attributionsdispose la Cour ?En dehors de ces pouvoirs, elle a desattributions spécifiques en matière dediscipline financière. C’est ainsi que peuventêtre déférés devant la chambre dediscipline financière de la Cour descomptes “tout fonctionnaire, toutmilitaire, tout magistrat, tout agent del’Etat, tout membre du cabinet du présidentde la République, du président del’Assemblée nationale, du président duSénat, du Premier ministre ou d’unministre, tout agent d’une collectivitépublique ou d’un établissement public,d’une société nationale, d’une sociétéanonyme à participation publique etgénéralement, de tout organisme bénéficiantdu concours financier de la puissancepublique, toute personne investied’un mandat public et toute personneayant exercé de fait lesdites fonctions, àqui il est reproché” des fautes de gestion.A priori ceci ne semble passuffisant pour justifier une tellelevée de boucliers.En dehors de ces éléments, deuxmécanismes particuliers sont utilisés parla Cour. Et apparemment, ceux-ci sontsource d’insomnie pour certains. Il s’agitd'une part de l’adoption de son programmede contrôle, en toute indépendance,c’est-à-dire sans l’intervention dupouvoir exécutif ; et d'autre part de lapublication annuelle d’un rapport publicqui récapitule les éléments essentielsnotés dans le cadre de ses différentscontrôles et qui est un élément majeur desensibilisation de l’opinion et desbailleurs et un indicateur fiable de la qualitéde la gestion publique.Que propose le Gouvernement àpropos de ces instruments ?Dans la réforme proposée, le Gouvernementfait de ces éléments ses ciblesprivilégiées. Et, il en donne la pleinemesure dès l’entame de son texte. C’estainsi que l’article premier du projet gouvernementalindique dans ses deuxièmeet troisième alinéas que “la Cour remetau Chef de l’Etat une copie du Rapportgénéral, huit jours avant l’audience deremise. Elle peut ensuite s’adresser à lapresse par l’intermédiaire de sonPrésident mais sans citer de nom de personnes.”Donc, le Gouvernement quidéclare sous tous les cieux, être le championde la lutte pour la transparence etcontre la corruption ne veut ni d’unrapport public de la Cour des comptes, nide la citation des noms des personnesayant commis des détournements dedeniers publics ou auteurs de corruption,de concussion ou des malversations detoute nature. De quoi peut-il bien avoirpeur ? Ensuite, comment en est-on arrivéà mettre ces détails dans une loiorganique ?Est-ce la seule modificationimportante proposée parle Gouvernement ?Bien sûr que non. En ce qui concernele contrôle non juridictionnel (appeléaussi contrôle de gestion ou audit), leprojet gouvernemental en fait une exclusivitéde la Commission de vérificationdes comptes et de contrôle desentreprises publiques (CVCCEP). En langageclair, les autres chambres de la Courn’en feront plus. Alors que la CVCCEP,comme son nom l’indique, n’est compétenteque pour le contrôle des entreprisespubliques. Quid du contrôle des servicesde l’Etat et des autres structures n’ayantpas la personnalité juridique ?N’est-ce pas là la vocation naturellede la Cour des comptes :juger les comptes des comptablespublics ?La question est plus compliquée. LeGouvernement veut confiner les autreschambres de la Cour des comptes dansle jugement des comptes des comptablespubliques. Et sous cet angle, il rame gravementà contre-courant de l’histoire etde l’évolution, ce qui peut être confirméautant par la doctrine que la jurisprudence.En effet, partout à travers lemonde, le contrôle juridictionnel exercépar les cours des comptes est progressivementdélaissé au profit de l’audit. Cequi découle du fait que le jugement descomptes, malgré toutes ses nombreusescontraintes et rigidités, ne débouche, enmatière de sanction, que sur la mise endébet du comptable public, laissant ainsien rade aussi bien le système, les procéduresque les personnels de la phaseadministrative, notamment les ordonnateurset les administrateurs des crédits.La mise en débet du comptable public,quant à elle, consiste à faire payer lecomptable, de ses deniers propres,lorsqu’il néglige de recouvrer une recetteou lorsqu’il paye une dépense irrégulière.Par conséquent, il s’agit d’une forme derétablissement du budget et non véritablementd’une sanction. Aujourd’hui, latendance universelle consacre un glissementtendant à supprimer le jugementdes comptes et à spécialiser les Cours desComptes dans l’audit des services del’Etat, l’audit des entreprises publiquesl’évaluation des politiques publiques etle le contrôle de performance.Que fait l’IGE dans ce processus ?C'est clair à notre niveau. Avec de tellesdécisions, le Gouvernement veut privilégierl’Inspection générale d’Etat (IGE) surla Cour des comptes. Il est temps qu’ilcomprenne que la Cour des comptes estl’Institution supérieure de Contrôle (ISC)au Sénégal. Elle n’est ni l’égale, ni laconcurrente de l’IGE. La proximité géographiqueet institutionnelle de celle-ciavec le président de la République peutla mettre dans un environnement plusconfortable et plus avantageux mais il estabsolument clair que l’IGE ne saurait êtreà la hauteur de la Cour des comptes. Onpourrait dire que “les deux institutions neboxent pas dans la même catégorie.” Parconséquent, elles ne peuvent pasrivaliser. L’une (l’IGE) est un organe decontrôle interne alors que La Cour descomptes est une institution de contrôleexterne. Et cette dernière, par son indépendanceet son externalité par rapport àl’administration du pouvoir exécutif,dépasse l’IGE dans toutes les perspectives.Que l’on comprenne bien le statutde l’IGE. Elle regorge certes d’hommes etde femme talentueux et compétents pouvanteffectuer un travail de qualité, maiselle demeure une institution administrativede contrôle au service du présidentde la République. Et, suivant les volontésdu président de la République, elle peutconstituer son bras armé dans le cadre deses batailles politiques. Alors qu’il ne sauraiten être ainsi en ce qui concerne laCour des comptes.Pourquoi ?La Cour des comptes est un démembrementdu pouvoir judiciaire. Et, en tantque tel, elle programme son activité etson contrôle en toute indépendance.C’est ainsi que, concernant son programmeet conformément aux dispositionsde l’article 9 de la loi organiquen° 99-70 du 17 février 1970 sur la Courdes comptes, le président de la Cour“arrête le programme annuel d’activitéspréalablement délibéré en comité desrapports et programmes. Il le transmet auprésident de la République”, ceci exclusivementen guise d’information. Le présidentde la République n’a aucun avis,même consultatif à donner sur le programmede contrôle de la Cour descomptes. On peut faire les mêmes développementsen ce qui concerne le rapportpublic annuel de la Cour des comptesqui semble constituer le véritable “adversaire”des autorités exécutives.Seriez-vous le parent pauvrede la magistrature ?En tout cas, face à la Cour descomptes, la préférence gouvernementaleva à l’IGE. C’est ce qui explique, notamment,que leur statut et ses décrets applicatifsont été réformés à deux reprisesdans la même période où on refuse à laCour toute modification de ses textes. Cequi se reflète, également, au niveau desdifférents traitements et rémunérations.Aujourd’hui malgré le travail de qualité dela Cour, le salaire d’un inspecteur générald’Etat est l’équivalent des salaires réunisde trois magistrats de la Cour ou deux foisle salaire d’un président de chambre dela Cour.On veut vous liquider ?Ce que je puis dire, c'est que le Gouvernementa l’intention d’achever la Courdes comptes en la rétrogradant, dans laréalité, au statut d’un simple serviceadministratif. Ainsi, l’article 5 du projetgouvernemental précise qu”'en cas deparalysie de l’Institution, du fait de désaccordentre ses membres, le présidentde la République, garant du fonctionnementdes institutions, prend toutes lesmesures nécessaires à la reprise du fonctionnementet à la continuité du servicepublic.” L’aversion à l’existence de laCour doit être très poussée pour que leGouvernement atteigne ce niveau dansl’analyse et dans les mesures qui endécoulent. On ne retrouvera de telles dispositionsnulle part ailleurs, ni dans la loiorganique sur le Conseil constitutionnelni dans celle sur la Cour cuprême.Quelles actions la Cour descomptes envisage-t-elle de mener ?Se mobiliser contre une telle réforme.Il est clair que la Cour n’a pas encoreatteint sa vitesse de croisière. Elle estmême très loin d’assumer toutes ses responsabilitéset d’exercer la plénitude deses prérogatives. Mais, le peuple sénégalaiset les bailleurs doivent comprendreque la Cour des comptes demeure la soupapede sécurité, le verrou de sûreté pourune réelle transparence dans la gestiondes finances publiques. Dans cedomaine, qu’on le veuille ou pas, elle estet reste le dernier rempart de sécurisationde tout centime du contribuable sénégalaiset des apports des peuples amis.Tous ensemble devront, par conséquent,se mobiliser en vue de barrer la routeaux tentatives gouvernementales deréformer, sous cette forme, les textesde la Cour des Comptes. L’objectif inavouéest de la vassaliser. Les magistratsde la Cour ne l’accepteront pas et netendront pas l’autre joue si… La Courdes comptes n’exerce pas l’intégralitéde ses prérogatives mais le seul fait quesa présence génère une peur bleuedans certains milieux montre qu’elleest sur la bonne voienuméro 154 • mercredi 14 décembre 2011


SERVICES & LOISIRSSERVICES & LOISIRSpage 8MOTS FLÉCHÉS • N°154 (FORCE 2)HumourC'est le petit chaperonrouge qui va apporterune galette à sagrand-mère.Tout d'un coup, il rencontrele loup derrièreun arbre et lui dit :- Qu'est-ce que tu as degrands yeux !?Et là, le loup prend peuret s'en va en courant.Le petit chaperon unpeu surpris continue sonchemin. Un peu plusloin, il revoit le loup derrièreun rocher et lui dit:- Qu'est-ce que tu as degrandes oreilles !?Là, pareil le loup s'en vaen courant. Le petit chaperoncontinue alors saroute, sûr de lui et revoitle loup derrière unbuisson. Il lui dit :- Qu'est-ce que tu as degrandes dents !? Et la leloup énervé lui répond :- Bon tu vas me laisseraller aux toilettes tranquillementmaintenant ?MOTS MELÉS • N°152Manteau à CapucheNuméros UtilesSECURITEPolice secours : 17Sapeurs Pompiers : 18TELEPHONERenseignements Annuaire :1212Service Dérangements :1213Service Clients : 1441EAU - SDEService dépannage& Renseignements800.00.11.11(appel gratuit)ONASEgoûts, collecteursNUMERO ORANGE(appel gratuit)81 800.10.12SENELECService Dépannage : 33867.31.00TRANSPORTSSociété nationale deCheminsde Fer du Sénégal (SNCS):33 823.31.40Aéroport Léopold S. Senghorde Yoff : 33869.22.01 / 02Port Autonome de Dakar(24H/24) : 33 849.45.45Heure non ouvrableCapitainerie : 33849.45.24Pilotage : 33 849.45.45URGENCES :S.U.M.A : 33 824 24 18SUMA-MEDECIN :33 864 05 6133 824 60 30S.O.S MEDECINS :33 889 15 15HOPITAUXPrincipal : 33 839.50.50Le Dantec : 33 889.38.00Abass Ndao :33 849.78.00Fann : 33 869.18.18HOGGY (ex-CTO) :33 827.74.6833 825.08.19SUDOKU N°150Citations“Il n'y a pas de secret mieuxgardé, que ceux que tout lemonde devine.”George Bernard Shaw,Critique musical etdramaturge irlandais“Qui est impatient d'avoirun enfant, épouse une femmeenceinte.”Proverbe sénégalaisnuméro 154 • mercredi 14 décembre 2011


SERVICES & LOISIRS page 9MOTS FLÉCHÉS • N°152 (FORCE 3)HoroscopeBélierLes histoires de cœur et d'amourne seront pas vraiment au rendezvousaujourd'hui, cela vous laissetout le temps de vous occuper devos affaires personnelles. Mettezde l'ordre dans vos activités personnelleset vous vous sentirezbeaucoup mieux dans votre peau.BalanceVous aurez la désagréable impressiondéjà vécue d'une trop longueattente inutile. Vous aurez raisonde croire que rien ne se réalisesans peine. Un peu de patiencesera nécessaire à la bonne marched'une entreprise apparemment facilementgagnée d'avance.TaureauVous ressentez une certaine gênepassagère face à une propositionen apparence sérieuse. Après réflexionvous vous armez de courageet vous faites face à une éventualitéqui vous aurait désarmée end'autres circonstances moins favorables.GémeauxQuelque chose d'important va survenirce qui clarifiera certainspoints primordiaux dans votre vie.Mais comme le moral est bon vousn'aurez qu'à vous féliciter de cequi arrive. Faites très attention àvotre forme. Ne vous fatiguez pastrop et évitez les abus.CancerAvec le moral que vous aurez, voscraintes au sujet de l'avenir sonttotalement sans fondement. Mêmesi vous avez envie de douter, cettefois-ci, vous n'avez pas d'autreschoix que de sourire et de croireque c'est votre jour de chance !ScorpionVous allez devoir discuter fermepour vous faire entendre de votrepartenaire ou d'une connaissanceau sujet d'une affaire de cœur. Neprenez pas de décision à la hâte.Mais montrez vos dispositions àfaire des concessions pour faireaboutir une décision importante.SagittaireNe vous laissez pas emporter parla colère pour de petits détailssans importance. Faites preuve decompréhension avec votre entourageimmédiat. Une très belle opportunitéde chance se présenteraà vous pour vous apporter une satisfactionbien méritée.CapricorneVous avez l'occasion inespérée depouvoir facilement résoudre un problèmequi vous préoccupe depuis uncertain temps. Il ne faudra pourtantpas faiblir face à l'obstacle car unedifficulté imprévue vous retarde dansvotre progression.SolutionsMOTS MELÉS • N°150 HANJIE N°149IL EST SOUVENT NOIR ET BLANCDAMIERMOTS FLÉCHÉS • N°152 (FORCE 2) MOTS FLÉCHÉS • N° 150 (FORCE 3)SUDOKU N°148LionVous vous sortez d'une situationinhabituelle que vous connaissezpour l'avoir déjà vécue. Vous retrouvezpeu à peu vos points de repère.Vos grandes capacités vouspermettent de bien cerner le problèmeà résoudre.ViergeUne importante décision sera priseen toute connaissance de cause.Des répercutions positives s'en suivrontpour votre entourage et vousaurez la chance de pouvoir profitertout de suite de ces nouvelles dispositions.Cela vous arrange vraimentde pouvoir en bénéficiermaintenant.VerseauLa chance sera tout près de vous.Il serait bon d'en profiter pour essayerencore une tentative hardieauprès d'une personne qui paraîtvous être favorable. Qui ne tenterien a rien. Vous avez intérêt àconvaincre si vous êtes de bonnefoi.PoissonsC'est une lourde tâche que de vouloirprendre en charge ceux pourqui on nourrit des sentiments profonds.Faites savoir ce qu'il en estcar il est temps de vous libérer dece genre d'asservissement qui finitpar vous peser. Ce n'est pas à vousde porter les autres.HANJIE N°151Vous avez sûrement déjà joué aux jeux de logiqueSudoku ou au Karuko, alors découvrez lejeu de réflexion Hanjie. Une fois la grille deHanjie terminée, vous découvrirez un dessinformé par les cases noircies. Le but consiste àretrouver les cases noires dans chaque grille.Les chiffres donnés sur le côté et en haut de lagrille vous donnent des indices : ils indiquentla taille des blocs de cases noires de la ligneou de la colonne sur laquelle ils se trouvent.Par exemple 3,4 à gauche d'une ligne indiquequ'il y a, de gauche à droite, un bloc de 3 casesnoires puis un bloc de 4 cases noires sur cetteligne. ATTENTION, ces deux blocs ne peuventpas se toucher, ils sont séparés par au moins unecase blanche. En combinant les informations deslignes et des colonnes, vous verrez qu'il n'y aqu'une répartition possible pour les cases noires.PrièresHEURES DE MESSE• Cathédrale : 7H• Martyrs de l'Ouganda : 6H30-18H30• Saint Joseph : 6h30 - 18h30zHEURES DE PRIERES MUSULMANES• Fadiar : 06:22• Tisbar : 14:15• Takussan : 17:45• Timis : 19:13• Guéwé : 20:13numéro 154 • mercredi 14 décembre 2011


SPORTS page 11FOOT - FONDATION POUR LES HANDICAPESKodjovi Obilalé est un battant. Du genre à ne rien lâcher : gravementblessé par balles, avant même le coup d’envoi de la CAN2010, le désormais ex-gardien du Togo essaie de se reconstruire.Et, à 27 ans, il passe à l’action en créant sa fondation.Le nouveaucombat d’ObilaléKodjovi Obilalé restera pourtoujours LA star de la Couped’Afrique des Nations 2010.Un statut dont se serait bien passé legardien togolais, passé d’anonyme àla Une des journaux après avoir étégrièvement blessé par les balles desindépendantistes du FLEC, auIl faut sans doute y voir un signe supplémentaire quele dossier David Beckham est en très bonne voie auParis-SG. Selon les informations, de l’Equipe leclub a lancé il y a une quinzaine de jours une discrèteconsultation auprès de trois ou quatre conciergeries deluxe, dont l'une, spécialisée dans l'assistance aux sportifs,compte déjà plusieurs joueurs parisiens dans saclientèle. Le métier de la conciergerie de luxe consiste àassister dans leur vie quotidienne des hommes d'affaires,diplomates, vedettes du show-biz ou du sport dehaut niveau. L'éventail des services, comparable à celuid'un grand hôtel, est très large. Il peut aussi bien s'agirde trouver un plombier en urgence ou de louer un jetprivé pour ne pas rater un entraînement.Menée par la DRH du club, comme l'a révélé leParisien, mardi, la consultation s'est poursuivie dans lajournée au Parc des Princes. Si l'arrivée hautement probabledu milieu anglais et de sa famille a incité le club àse mettre en quête d'une Super Nanny, tous les joueursdu PSG seraient concernés par ce nouveau service à traversun contrat collectif. Cette piste, déjà explorée par lePSG il y a dix-huit mois, avait finalement été abandonnée.En raison d'un contexte - l'après-Knysna - peu favorableaux enfants gâtés du foot(L’ÉQUIPE.FR)Cabinda, avant même le début de lacompétition angolaise. Depuis, l’ancienfootballeur, âgé de 27 ans, continuede se battre. Pour vivre sa vie,“une vie d’homme normal” comme ille dit lui-même mais aussi pour leshandicapés, dont il a rejoint les rangs.Aujourd’hui, Obilalé a encore du malà tenir debout et alterne entrebéquilles et fauteuil roulant. “Je nedors plus la nuit. J’ai encore desséquelles. Là, j’ai mal au dos et aupied. Cela arrive souvent. Je fais desmalaises régulièrement. Je suis fatigué...Aujourd’hui, j’ai encore mal. Jesuis déjà mort, un mort vivant”,assure-t-il. Mais pas question de selaisser abattre.Abandonné par la CAFet le TogoEn effet, selon Afrik-Foot, l’exgardiende Pontivy va bientôt lancerune Fondation à son nom, avecEmmanuel Adebayor, le capitainedes Eperviers, en tant que présidentd’honneur. “La Fondation Obilaléœuvre pour une plus grande priseen compte des handicapés sportifsen leur apportant un soutien matérielet financier. Malgré leurs effortsde se constituer en association pourdéfendre leurs intérêts, les personneshandicapées sont marginaliséeset considérées comme deslaissées pour compte. La FondationObilalé vient briser cette barrièrepour leur donner du réconfort”,explique l’intéressé.Et pour marquer le lancement de laFondation, prévu pour l’année 2012,un grand match est organisé. D’uncôté, les Amis d’Obilalé (un mélangede joueurs de Pontivy et de l’équipenationale du Togo) ; de l’autre, lesAmis d’Adebayor (Samuel Eto’o,Didier Drogba, Michael Essien,Seydou Keita, Asamoah Gyan,Salomon Kalou, John Obi Mikel,Stéphane Sessegnon...). Du beaumonde pour une belle causeAFRIKFOOTPARIS SGBeckham, une question d’heuresPlusieurs sociétés de conciergerie de luxesont actuellement consultées par le PSGdans la perspective de l'arrivée de DavidBeckham à Paris.REVUE TOUT TERRAINShanghai veut DrogbaAprés avoir engagé Nicolas Anelka, leprésident du club, Zhu Jun, l'avoue, il ajeté son dévolu sur un autre joueur deChelsea, Didier Drogba. Dans une interviewaccordée à l'agence de presseReuters, il reconnaît avoir discuté aveccelui-ci et être prêt à poursuivre sonrecrutement à condition que l'internationalivoirien soit désireux à s'exporter àl'est : “Drogba est un joueur exceptionnel.Nous sommes entrés en contact aveclui il y a deux semaines. Je n'ai qu'unechose à dire, s'il désire venir, nous l'accueilleronsà bras ouverts”. Son arrivée enChine serait un autre tournant dans l'histoirede la Super League, jusqu'ici plusconnue pour ses crises à répétition, sesmatches truqués et ses faits de violence...OM - Traoré :“Le Barça,pas imbattable”A trois jours du tirage au sort des huitièmesde finale de la Ligue des champions,le défenseur phocéen DjimiTraoré a livré son point de vue sur lesadversaires potentiels de l'Olympiquede Marseille. “On est en huitièmes ettout est possible, on prendra ce quiviendra. Si c'est une grande équipe, çafera un beau match au Vélodrome. “ LeFC Barcelone ? “Pourquoi pas ? Ils nesont pas imbattables, l'Inter a réussi àles battre avec Mourinho”, a précisé lelatéral gauche. Deuxième du groupe Fderrière Arsenal, l'OM, qui ne peut pasretrouver les Gunners sur son chemin,retrouvera l'une des sept équipes quiont terminé en tête de leur poule, àsavoir Chelsea, l'Apoel Nicosie, le FCBarcelone, le Real Madrid, le Bayern,l'Inter ou Benfica.Crespo en Bulgarie ?Après une vie passée entre Milan,Rome, Londres et Parme, HernanCrespo pourrait en effet se retrouver enBulgarie au mois de janvier. Le leader duchampionnat bulgare, le LoudogoretsRazgrad, a demandé à Parme le prêt del’attaquant argentin, comme l’affirme lequotidien 7 Dni Sport. L’objectif étantde trouver en Crespo un apport depoids pour aller décrocher le titre. Lejournal ajoute que Crespo, 36 ans,aurait donné son accord pour porter lemaillot de Loudogorets à partir de lareprise du championnat, le 25 févrierprochain. Le président, KirilDomoustchiev, s’est dit disponible àpayer quelques 300 000 euros à Parmepour le prêt du joueur.Fletcher interromptsa carrièreManchester United a fait savoir, cemardi, que Darren Fletcher, son milieude terrain, ne souffrait pas d'un virusintestinal comme annoncé en premierlieu. Le capitaine de l'Ecosse est frappépar une rectocolite hémorragique, unemaladie auto-immune intestinale auxconséquences potentiellement sérieusessur l'organisme. Le milieu de terrain de27 ans est contraint de faire une pausedans sa carrière. “Le désir de Darren derester loyal à son club et à sa sélection aprobablement compromis ses chancesde rémission rapide. Il a accepté l'avismédical qui l'incite à observer unepériode d'inactivité afin de lui donnerles meilleures chances de guérison.Nous demandons à ce que son intimitésoit respectée, en espérant que le retraitdu stress lié aux spéculations sur sa santél'aide”, a déclaré le club dans un communiquésur son site officiel.Warriors : Brownsigne un anL'offre des Warriors sur DeAndreJordan ayant été recouverte par celledes Clippers, Golden State a finalementopté pour la piste Kwame Brown.Le pivot de 29 ans avait été laissé librepar les Phoenix Suns. Selon YahooSport, les Warriors auraient validé cemardi matin la signature du numéro unde la draft 2001 pour un an, à hauteurd'environ cinq millions d'eurosArsenal pourraitprendre un attaquantAlors que Gervinho et MarouaneChamakh disputeront la Couped'Afrique des nations en 2012 (du 21janvier au 12 février) avec la Côted'Ivoire et le Maroc, Arsenal pourraitacheter un attaquant au mercato d'hiversi une bonne occasion se présente. “Siune occasion se présente dans ce secteur,alors nous achèterons, a ainsi concédéArsène Wenger. Economiquement, l'environnementgénéral a changé, et lesgens ont plus de mal. Les clubs vontsouffrir davantage financièrement (...) etpeut-être aurons-nous quelques occasions,car nous sommes, nous, en bonnesituation financière”.PSG : Avec Hoarau,sans MénezTouché au mollet droit, JérémyMénez, qui a ressenti une douleur à l'entraînementlundi, est forfait pour lematch de Ligue Europa contre Bilbao,mercredi. Guillaume Hoarau, absentdepuis le 25 août, fait en revanche songrand retour dans le groupe. Le joueur arepris l'entraînement collectif en débutde semaine dernière mais n'a pas encorerejoué, pas même avec la réserve.numéro 154 • mercredi 14 décembre 2011


C M J NSPORTSLUTTE - BABOYE APRÈS SA BLESSUREDimanche, le combat entre Baboye et Ness a fini avant d’avoircommencé. La blessure du chef de file de l'écurie Haal Pulaara agacé les amateurs, mais les pleurs de celui-ci ont atténuéla déception. Quarante-huit heures après ce triste événement,Baboye se repose dans sa maison, sise à Ouest Foire, là où sesfans affluent pour lui témoigner leur soutien. Le maîtredes lieux a bien voulu recevoir EnQuête.“Si j'étais tricheur...”ADAMA COLYSon existence a vite basculédimanche dernier à caused'une lésion musculaire à lacuisse droite contractée à quelquesminutes de son combat contre Ness.Depuis, Baboye, alias Balla Bèye 2,mène une autre vie quotidienne. Encette fin de matinée, il est assis aucœur de sa demeure sise à Ouestfoire. En tee-shirt blanc frappé de soneffigie, la jambe droite tendue, le tombeurde Gris Bordeaux raconte soncalvaire : “C'est plus difficile pour moide devoir mener cette vie, de devoirrester là à ne pas bouger. C'est vraimenttrès gênant. Ceux qui meconnaissent savent bien que j'aimefaire beaucoup d'activités. Peut-êtreque j'aurais été sur la terrasse pourdonner à manger à mes moutons”.Baboye est condamné à rester à lamaison et à faire du surplace pendantau moins six semaines. “Je ne peuxmême pas me tenir debout avec cesbéquilles”, dit-il avec un humour quicache mal la triste réalité d'un“Mbarodi” (lion) blessé. “Peut-êtreque j'irai me faire soigner aux Etats-Unis”, confie-t-il. En attendant, ilrefuse de s'épancher sur le verdict del'arbitre cassé par le Comité nationalde gestion de la lutte (Cng). “On va seréunir cet après-midi avec mon entourageavant de réagir”, coupe-t-il sec.Le téléphone sonne, sonne...Pour l’instant, la maison ne désemplitpas. Deux proches du lutteurassis à côté de la porte, l'un arborantle même tee-shirt que Balla Bèye 2,laissent les fans entrer sans difficulté,dont un homme venu avec son filspour rendre visite à Baboye. “Mongarçon voulait te voir”, raconte-t-il. Lepetit, 4 ans environ, s'approche deBaboye, pointe son doigt sur la poitrineet dit : “C'est toi qui es sur cettephoto”. Après ce tête-à-tête avec sonidole, il prend congé de lui. AliouThiam, un ami de Baboye de longuedate, est également venu s'enquérirde l'état de santé. “Il m'a vu grandir,donc ça me fait mal de le voir danscet état. Je suis venu le soutenir et luisouhaiter prompt rétablissement”,avance cet étudiant de 4 e année enDroit à l'Université Cheikh Anta Diopde Dakar. Chez Baboye, les fans défilentpour lui témoigner leur attachement.“Ness était de passage hiervers 16 heures, révèle le tombeur deBombardier. Il m'a dit : “Grandmassa” (Grand, je compatis à ta douleur).Il m'a réitéré que c'était laINTERVIEW - SITOR NDOUR, ARBITRE DU COMBAT NESS/BABOYE“Il y a des manquements dans les textes”Trouvé au lycée Seydou Nourou Tall, où il officie comme professeur d'éducationphysique et sportive (Eps), l'arbitre de lutte, Sitor Ndour, est revenu sur sonverdict (victoire de Ness) annulé par le Cng.MAMADOU L. SANÉLe verdict du combat Ness/Baboye a été annulépar le Cng, comment l'avez-vous appris ?Comme tout le monde, je l'ai su par les médiasce matin. Le Cng ne m’a pas informé de la décision.Le Cng a donné l'information au président de laCommission centrale des arbitres (Cca), lundi(NDLR: avant-hier). Ce n'est que par nos rencontreshebdomadaires du mercredi (aujourd'hui) que leprésident nous rendra compte sur les tenants et lesaboutissants de la décision prise par le Cng.Ce verdict annulé ne signifie-t-il pas un désaveude la part du Cng ?(Catégorique). Non ce n'est pas un désaveu.C'est l'instance suprême et il (Cng) a le droit de casserle verdict. On n’y peut rien. Mais on espère avoirles raisons sur lesquelles, ils (les membres du Cng)se sont basés pour casser le verdict.La sortie du promoteur Gaston Mbengue n'a-tellepas influencé les membres du Cng ?(Il hésite). Je ne sais pas. De toute façon, chacuny va de son commentaire. Au fond, je ne pense pasque Gaston puisse influencer le Cng jusqu'à casserle verdict. Mais il y a des gens responsables et noninfluençables au sein du Cng.Sur quoi vous êtes-vous basé pour déclarer Nessvainqueur ?Nous nous (arbitres) sommes tenus au rapportdes médecins en premier lieu. Nous sommes aussirestés sur la formule suivante : un combat de lutteoù l'un des deux lutteurs blesse son adversaire, etque l'on doit arrêter le combat par décision médicale.En somme, nous avons arrêté le combat parrapport au règlement (décision médicale). C'estpourquoi nous avons appelé Ness et lui avonsdemandé de se déshabiller avant d'évacuer l'enceintede l'arène et de le déclarer vainqueur pardécision médicale.Donc, qu'est-ce qui s’est passé pour que le Cngannule le verdict après, si vous vous êtes baséssur le règlement ?(Sic). La décision de casser le verdict montrebien qu'il y a quelque part des manquements.volonté divine, et que cela aurait pului arriver. C'est ça le sport. On estadversaires mais pas ennemis. Ondoit bannir les insultes et la violence”.Il poursuit : “D'autres lutteurscomme Modou Lô, Balla Gaye 2m'ont appelé. Si j'étais tricheur, jen'aurais jamais eu cette reconnaissance”.Pendant ce temps, le téléphonene cesse de sonnerA quel niveau ?Un manquement par rapport aux textes.“Ness a été déclaré vainqueurpar décision médicale”Qu'est-ce qui explique ce manquement selonvous ?C'est la première fois qu'on (arbitres et Cng) estconfrontés à ce genre de problème dans l'arène. Leprésident du Cng, Alioune Sarr l'a avoué aussi. Il ya eu un réel manquement dans les textes dans cecombat.En tant qu'arbitre qu'avez-vous ressenti quandles médecins ont déclaré que Baboye ne pouvaitplus lutter ?Un découragement. C'était désolant pour nousaussi car cela fait mal. Nous nous (arbitres)sommes préparés pour être prêts physiquement etpsychologiquement le jour J. On ne peut que s'enremettre à la volonté divine et souhaiter un bonrétablissement au lutteur Baboye.Quel impact peut avoir cet incident dans l'avenirde la lutte ?(Il sursaute). Beaucoup de choses. Il permettraen premier à nous (arbitres) et au Cng de revoir lesmanquements dans les textes du règlement pourapporter des changements. Mais aussi cela permettraaux lutteurs de bien se structurer et de comprendrebeaucoup de choses sur le plan de la santé et duphysiqueTHIERNO KÂ, CHARGÉ DE COMMUNICATION DU CNG“Le mot manquement est trop fort”“Le Cng n'a pas cassé le verdict mais l’a annulé. Il y a une différence entre casser un verdict et annulerun verdict. Casser un verdict, c'est annoncer quelque chose en lieu et place du verdict déjà donnéaprès un combat. Concernant le combat Ness-Baboye, ce n'est pas le cas. La blessure ne relevait pasd'un fait de combat, donc on ne peut donner un verdict en se basant sur la décision médicale.L'incident est un cas de figure qui ne s'est jamais produit dans l'arène. Mais il n'y a pas manquementcar le mot “manquement” est trop fort. Il n'y a pas de texte référence par rapport à l'incident aussi.C'est pourquoi il ne s'agit pas d'un manquement, mais d'un fait nouveau. Ce qui fait que la Commissionde règlement et de discipline du Cng a du grain à moudre. Pour l'instant on (Cng) attend les résultatsde l'IRM de Baboye pour connaître la durée de son indisponibilité”.M.L.Spage 12DIAMBARS-SAER SECK“Il y a du vrai dansce trophée…”Le président de l’équipe desDiambars, Saër Seck, a interprété lepremier trophée national remportélundi par ses joueurs comme un signalmontrant que les initiateurs du projetne se sont pas trompés. “C’est un plaisir,une grande satisfaction d’avoirgagné notre premier trophée huit ansaprès notre fondation”, a-t-il expliqué,relevant que c’est un signal qui montrequ’il y a du vrai dans ce qu’ils ontfait depuis 2003, date du démarragedu centre de formation. Selon le présidentdu centre de formation dontl’équipe fanion jouera dans l’élite cettesaison 2011-2012, la coupe du parlementest un formidable signe d’encouragement.“Ce que nous avonsfait, il y a du vrai même si tout n’est pasparfait”, a estimé le président desDiambars qui ajoute que son équipeva venir en Ligue 1 en apprentis. LesDiambars manquent d’expérience surle haut niveau sénégalais et ça, on l’acquiertavec des années de pratique, a-t-il dit, refusant de voir son équipe enchampion potentiel. L’équipe desDiambars s’est donné dix ans pourjouer dans le haut niveau africain etelle a encore de la marge, a insisté leprésident Saër Seck soulignant queson équipe entre “à chaque fois sur leterrain pour gagner”. “Et cela en produisantdu jeu”, a-t-il insisté, rappelantla devise du centre de formation :champions en sport et championsdans la vie tout court.(APS)TRANSFERTStéphane Badji versla NorvègeL'emblématique capitaine du CasaSports et des Lionceaux de la Teranga,Stéphane Badji devrait s'engager pourtrois ans avec Sogndal, le club de ToreAndré Flo, légende du football norvégien.Le président du Casa Sports,Nouha Cissé, le directeur sportif duclub norvégien et Youssou Fall,l’agent du joueur, se sont rencontrés àBanjul le 03 décembre dernier et unaccord de principe a pu être obtenuentre les trois camps. Il ne reste qu’àfinaliser le dossier concernant entreautres les émoluments du joueur.Mais dans tous les cas, selon leSecrétaire général du club sudiste,Siaka Bodian, si tout se règle, le transfertne devra se faire qu’au mois dejanvier. Vainqueur de la Coupe duSénégal la saison dernière avec sonclub, Stéphane Badji était le véritabledépositaire du jeu de son équipe etpouvait être cité parmi les trois meilleursjoueurs du championnat la saisondernière. Après des tests effectuésau stade Rennais en 2010, le joueurdu Casa Sports va rejoindre la coloniesénégalaise de Norvège avec en tête defile le milieu des Lions de la Teranga,Kara MBodji (Tromso) et le championde Norvège, El Hadji MatarThioune (Molde).(NDAMLI)numéro 154 • mercredi 14 décembre 2011

More magazines by this user
Similar magazines