“Pourquoi je suis allé voir Macky”

enqueteplus.com
  • No tags were found...

GAB EnQuete - Enquête

C M J NMARDI 10 JUILLET 2012NUMÉRO 326100 F www.enqueteplus.comPAPE SAMBA MBOUP, EX-CHEF DE CABINET DE WADE“Pourquoi je suisallé voir Macky”I S S N • 2 2 3 0 - 1 3 3 XGESTION DU CRAESLa Centif piste 1 milliard38 millions P. 3Mbaye Jacques Diop :“C’est un tissu de mensonges”“Nous sommes de la même famille politique”MODE - TENDANCES ESTIVALESLes femmes s’habillentosé, les hommes touten couleurs P. 7P. 6LUTTE - ZOSS APRÈS SA VICTOIRE“J’aurais arrêté la lutte,si Boy Niang m’avaitbattu” P.12


COULISSES page 2Retrouvailles libérales souhaitéespar Wade : Macky esquive et tend lamain aux militants du PDSMacky Sall tend la main aux militantsdu Parti démocratique sénégalais(PDS) qui voudraient soutenir sapolitique. C'est sa réponse à l'appeld'Abdoulaye Wade à des retrouvaillesde la famille libérale. En visite àParis, le président de la République,dissident du PDS, a déclaré sur RFM,hier, que les retrouvailles entre libérauxne sont ''pas une préoccupation''pour lui, notant que c'est le Sénégalqui importe. M. Sall a parlé d'uneoccasion d’avoir ''un compromis historique''en vue du développement duSénégal. En clair, Macky ne veut pasdu PDS mais de ses militants, dumoins les plus fréquentables.Fin de visite à Paris, Macky deretour aujourd'huiRestons avec le chef de l'État sénégalaispour informer qu'il rentreaujourd'hui à Dakar, après cinq joursde visite à Paris pendant lesquels il aété reçu à l'Élysée par son homologuefrançais François Hollande, a rencontréle patronat de l'Hexagone en présencede celui du Sénégal, ainsi quedes Sénégalais de la diaspora.Crise au Mali : Pour Macky Sall, leSénégal "ne prévoit pas d'envoyerdes troupes''Le Sénégal "ne prévoit pas d'envoyerdes troupes au Mali" pour participerà la "reconquête" du Nord, adéclaré, hier, le président Macky Sall,en faisant valoir que les soldats sénégalaisétaient déjà mobilisés dans différentspays d'Afrique. "La Communautééconomique des Étatsd'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), enliaison avec l'Union africaine et leConseil de sécurité de l'ONU, travaillepour la planification et l'organisationd'une force africaine qui doit intervenirau Mali pour établir l'unité territoriale",a déclaré le président sénégalais,au cours d'une conférence depresse à Paris, selon l'AFP. "LeSénégal est impliqué fortement maisne prévoit pas d'envoyer des troupesau Mali", a ensuite clairement préciséle nouveau président. "Notre pays ades troupes en Côte d'Ivoire, enRépublique démocratique du Congo(RDC), au Soudan et nous sommeségalement dans la force en Guinée-Bissau, nous ne pouvons pas être auMali (...) Nous sommes déjà sur tousles fronts et avons du mal à couvrir",a-t-il insisté. M. Sall a néanmoinsparu convaincu qu'une force africaineserait bien mise en place "dans lesprochaines semaines" pour une interventionau Mali.Palais de la République, Abdoul AzizDiop nommé conseiller spécialLe président de la RépubliqueLa ronde des dignitaires del'ancien régime et pour certainsleur proches se poursuità la section de recherche de lagendarmerie de Colobane. Après sonépoux entendu vendredi dernier surses biens, c'est au tour du passageaujourd'hui devant les pandores dela femme de l’ancien conseiller enTechnologies de l’Information et dela communication, Thierno OusmaneSy, par ailleurs fils de l'ancienministre de la Justice, CheikhTidiane Sy. A en croire la presse aulendemain de son audition, ThiernoOusmane Sy a dit aux enquêteursavoir co-investi avec son épouse,fille du défunt milliardaire DjilyMbaye, dans différents secteurscomme l’informatique, l’immobilieret l’affrètement d’avions. L'exconseillerde Wade aurait soulignéqu’avant 2000, le capital du couplese chiffrait à 3 milliards de francsCfa.grossit son staff. Macky Sall vient denommer le politologue Abdoul AzizDiop au poste de Conseiller spécial àla Présidence. L'essayiste, très en vuedans le combat du M23 pour ledépart d'Abdoulaye Wade, a rejointl'Alliance pour la République (APR)au lendemain de la victoire de MackySall.Mort du jeune Ousseynou Seck :2 policiers et un indic écrouésComme annoncé dans une de noséditions, le doyen des juges a convoquéhier deux policiers et un indicateurrelativement à l’instructionouverte sur la mort de OusseynouSeck. Ce jeune garçon a été tué àGrand-Yoff lors d’une interventionpolicière survenue en février dernier.Les agents mis en cause s'appellentEl Hadj Bopp, Ibrahima Diouf respectivementpoliciers au commissariatde Grand-Yoff et à la Direction del’automatisation du fichier (DAF). Lesdeux policiers ne sont pas sortis libresdu bureau de Mahawa Sémou Dioufcar ils ont été inculpés et placés sousmandat de dépôt pour coups mortelset dénonciation calomnieuse. Inculpéde complicité avec ses chefs, l’indicBirame Fall a été également écroué.Le trio va rejoindre en prison le policierAbdoul Niang Bâ, inculpé en premierlieu dans cette affaire relative àune bavure policière. En effet, accusantle jeune Ousseynou Seck de traficde drogue, les inculpés avaientFAMILLE FEU EL HADJI AMADOU COLYREMERCIEMENTS DIOP, FAMILLE FATOU KANE, FAMILLEABDOU SALAM KANE, LES FAMILLES AW,LES FAMILLES NDIR, FAMILLE FEU TIDIANE DIOP , FAMILLE TEDDY SYÀ THIÈS, FAMILLE NDIOGOU DIOUF, KINÉ DIOP, PRÉSIDENTE OBSER-VATOIRE POUR LA PARITÉ, MAO DIOP NEVEU DU DEFUNT, FAMILLEPAPE SAMBA DIOP, HLM ROUTE DE DAKAR THIÈS, ABDOUL AZIZ DIOP,CHEMINOT FRÈRE DU DÉFUNT, ALPHA BA À FATICK, YATMA DIOP ÀSAINT-LOUIS, TOUT LE PERSONNEL DU GROUPE FUTURS MEDIAS,TOUS SES CONFRÈRES , LE PERSONNEL DU JOURNAL ENQUETE,FATOU DIOUF, ÉPOUSE DU DÉFUNT REMERCIENT TOUS CEUX QUI DE PRÈS OU DE LOINONT COMPATI SUITE AU DÉCÈS DE LEUR REGRETTÉ FRÈRE, AMI ET ONCLE, PÈRE,COUSIN SOULEYMANE DIOP DIT "JULES", ANCIEN DIRECTEUR DE PUBLICATION DUJOURNAL L'OBS.AUDITIONS SUR LES BIENS MAL ACQUISLa femme de Thierno Ousmane Syattendu à la SR, aujourd'huitendu un piège à ce dernier pour l’arrêter.Le jeune homme perdra la vieau cours de l’intervention des troispoliciers et de l’indic.Ministère des Finances,80 fonctionnaires décorésA fonctionnaire dévoué, récompenseméritoire. Au ministère del'Économie et des Finances, on aainsi décoré, hier, 80 de ses fonctionnaires.En l'absence du ministre del'Économie et des Finances, envoyage à Paris avec le présidentMacky Sall, la cérémonie de remisedes récompenses a été présidée parle ministre chargé délégué duBudget, Abdoulaye Daouda Diallo. Ila magnifié ''les vertus du travail'',soulignant le dévouement de cesfonctionnaires. ''Malgré les difficultés,vous avez toujours respecté votretravail, ce qui fait que vous méritezces distinctions'', a-t-il ajouté. DansSelon notamment L'Observateur duweek-end dernier, Monsieur et MadameSy compteraient deux biens immobiliers.Aux Etats-Unis, il en auraient aumoins trois, un appartement d’unevaleur de 150 millions, une maisond’un coût de 200 millions et un terrainévalué à 150 millions F Cfa. Son parcautomobile serait balèze de 6 véhiculesdont une Rolls Royce, une Mercedes600, une Bmw 300, une CLS300 etune Touareg. Sans oublier des comptesbancaires au nombre de 4, dont 2 auSénégal et autant dans des banquesaméricaines. Sur les 33 milliards del’affaire Sudatel, l'ancien conseiller deWade aurait signifié que ce montant n’arien à voir avec la troisième licence detéléphonie mobile. ''Selon l’ancienconseiller de Wade en Ntic, cet argentrésulte d’un paiement d’un prêt privéqu’il avait consenti pour Keba Keindequelques mois avant l’éclatement del’affaire Sudatel'', rapporte le mêmejournal.l'enceinte du théâtre Sorano où s'estdéroulée la cérémonie, les récipiendairesaccompagnés de leursfamilles, amis, collègues se sont vusdécerner des médailles pour l'ensemblede leurs carrières. Il sont 1 commandeur,3 officiers et 22 chevaliersdans l'Ordre national du lion. Dansl'ordre national du mérite, ils sont 4commandeurs, 12 officiers et 38chevaliers. La fonction des médaillésva des banquiers aux douaniers enpassant par les chefs d'agence et inspecteursdu Trésor, les secrétaires dedirection, les informaticiens sansoublier les chauffeurs. Ces décorationscouronnent vingt années d'activitésprofessionnelles.BRVM : CGF Bourse ouvresa première agence de placementà DakarLa société de bourse indépendanteCGF Bourse, l'une des plusLOCATION CITE SAGEF II - ZAC MBAOSur la voie de contournement de Rufisque, avant SIPRES,dans immeuble neuf sécurisé (gardien et interphone), location de :• 4 pièces : 1 chambre parents avec salle de bain, 2 chambresenfants, un grand salon avec balcon, une grande cuisine,une salle d’eau, un espace familial et des placardsPrix : 110 000 F CFA.• Des magasins à 50 000 F CFAConditions : 2 mois de garantie et 1 mois d’avanceTéléphone : 77 494 58 17 – 77 557 22 36actives à la Bourse régionale desvaleurs mobilières (BRVM), aouvert à Dakar sa première agence.Objectif : amener les particuliersaisés à investir en Bourse, selonJeune Afrique. ''CGF Bourse a 3000 clients, Tunisie Valeurs encompte 40 000''. C'est de ce simpleconstat que Gabriel Fal, patronde CGF Bourse, est parti pour créerla première agence commerciale deCGF Bourse. Située à Dakar, capitalepolitique et économique duSénégal, cette agence - qui vientd'ouvrir ses portes - se présentecomme un véritable local bancairemais sa vocation est tout autre.''C'est une agence de placement etson objectif sera de commercialiserles produits boursiers auprès d'unlarge public'', explique Gabriel Fal.Une 2e agence doit être ouvertedans le courant de l'année. Laclientèle cible sera la classemoyenne sénégalaise, notammentles professions libérales et les fonctionnaires.BRVM : CGF Bourse ouvresa première agence de placementà Dakar (suite)Alors que la Bourse régionale desvaleurs mobilières (BRVM) réfléchitactivement à la création d'un compartimentPME pour accroître l'offresur le marché, CGF s'est attaqué à laquestion de la demande. Il faut direque la BRVM - où l'activité est limitée- est fréquentée surtout par quelquesfonds d'investissement étrangers etles institutionnels locaux. Lesgrandes banques ivoiriennes, quicomptent pourtant des filiales boursières,ne se bousculent pas pour''vendre'' les placements boursiersauprès des clients particuliers.L'objectif de CGF est de drainer unepartie de l'épargne des particuliersaisés vers la bourse régionale, àl'image de ce qui se passe en Tunisieou au Maroc. Par ailleurs, la société,qui gère deux fonds (OPCVM) investissanten bourse, va étendre sonoffre. ''Nous allons créer 4 autresOPCVM afin de proposer aux épargnantstous les niveaux de risquepossibles'', précise Gabriel Fal.L'épargnant pourra alors choisir entreun profil prudent, investi surtout enobligations, et d'autres plus agressifs,qui font la part belle aux actions.Publications - Société éditriceBoulevard de l’Est-Point EImmeuble Samba Laobé Thiam DakarTél. : 33 825 07 31E-mail : enquetejournal@yahoo.frDirecteur de la publication :Mahmoudou WaneDirecteur de la rédaction :Mamadou Lamine BadjiRédacteur en chef :Momar DiengRédacteur en chef délégué :Bachir FofanaChefs de desk :Momar Dieng - PolitiqueBachir Fofana - Économie / SocialNdiassé Sambe - SportDirecteur artistique : Renaud LioultMise en page :Penda Aly Ngom, Fodé BaldéPhotographe : Amadoune GomisImpression : Graphic SolutionsRégie publicitaire :maimoumaenquete@gmail.comTél. : 77 834 11 90aichafallenquete@gmail.comTél. : 33 825 07 31 / 77 299 96 72www.enqueteplus.comnuméro 326 • mardi 10 juillet 2012


SOCIÉTÉpage 3GESTION DU CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE POUR LES AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET SOCIALESL'ex-président du Conseil de la République pour les affaires économiques et sociales (Craes) avait été l'un des premiersà être auditionné par des enquêteurs de la Division des investigations criminelles (Dic. Aujourd'hui que le ballet des anciensdignitaires du régime libéral se poursuit à la section de recherches de la gendarmerie, EnQuête revient sur le dossier à chargescontre l'ex-maire de Rufisque, fourni par la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF).La Centif piste 1,038 milliard CFAGASTON COLYLes Sénégalais ont encore en mémoire la tonitruantedéclaration de Mbaye Jacques Diop,au sortir de sa seconde audition à la Dic, enjuin dernier. Clamant son innocence, il avait annoncéune plainte contre Ngouda Fall Kane, l’ancien patronde la Centif. EnQuêtelivre en substance, le contenudu rapport dont il détient une copie.3 maisons à Rufisque et 2 villasaux AlmadiesLe rapport déposé sur la table du procureur de laRépublique renseigne que Mbaye Jacques Diop“serait propriétaire de 3 maisons à Rufisque et 2villas aux Almadies” et détient plusieurs comptesbancaires personnels au Sénégal : Deux comptes àla Bicis, un au Crédit Lyonnais Dakar et un autre à laSgbs. Le rapport révèle un compte bancaire à l'étranger,au Crédit Lyonnais de France. Ainsi, à traversdivers stratagèmes, ces comptes ont étérégulièrement approvisionnés par des “montantspouvant dépasser 20 millions”, de 2004 à 2006.En effet, selon la Centif, à partir de 2004, “lescomptes du président du Craes, M e Mbaye JacquesDiop, sont régulièrement alimentés par diversmoyens, notamment des chèques déposés à l'encaissementou par des versements en espèces, effectuéspar lui, par son garde du corps ou par le Daf”. Sicela est possible, renseigne la Centif, c'est parce quel'État ne cesse de renflouer les comptes de l'Institution.“De 2004 à 2006, révèle le rapport, le comptedu Craes ouvert à la Bicis Roume a reçu de l'État duSénégal, sauf erreur ou omissions, précise la Centif,un montant total de 5 722 951 562 F Cfa”. Dans ledétail, le Craes a reçu “393 369 000 F Cfa en 2004,2 515 500 000 F Cfa en 2005 et 2 872 082 562F Cfa en 2006”.Les “activités institutionnelles”du présidentAinsi, il ressort dudit rapport que, “des fonds misà la disposition du Craes par l'État, Me Mbaye a bénéficiéà lui seul du montant global de 1 038 998 558F Cfa”. Dès 2004, des versements de chèques émisdu compte du Craes à la Bicis Roume alimentent lecompte de Mbaye Jacques Diop ouvert à Bicis Prestige.Selon le rapport, “le cumul des chèques à l'encaissementde 2004 à 2006 donne la somme de584 147 558 F Cfa”. À cela s'ajoutent des versementsen espèces effectués par de proches collaborateursdu Président du Craes dont le cumul, durantla même période, donne la bagatelle de 112 795000 F Cfa.Par contre, au niveau de son compte du CréditLyonnais Dakar, ce sont des remises de chèques émisdu compte du Craes qui sont constatées pour un totalde 309 056 000 F Cfa. Ici, la Centif renseigne queces dépôts de chèques à l'encaissement sont immédiatementsuivis auprès de la même banque “dedemande de chèques à l'étranger avec comme élémentde justification des ordres de Mission établis etsignés par Mbaye Jacques Diop, président Craes ouson directeur de cabinet avec comme motif “activitésinstitutionnelles”. Au niveau de cette mêmeinstitution bancaire, la Centif relève que des versementsy sont régulièrement effectués par son gardedu corps ou par le Daf du Craes.339 975 227 F Cfa planqués en FranceUne partie du magot a été planquée à l'étranger,selon le rapport. Car, l'argent amassé “a servi à alimenterdes transferts à l'étranger”. Cela s'est fait parla mise à sa disposition de chèques libellés en eurosà partir de son propre compte de la Bicis Prestigepour un montant de 393 289 euros, soit une contrevaleuren francs Cfa de 257 980 602 et de soncompte ouvert dans les livres du Crédit LyonnaisSénégal pour un montant 125 000 Euros, soit unecontre-valeur en francs Cfa de 81 994 625. Ainsi,“les montants transférées se chiffrent à un montantglobal de 518 289 Euros, soit 339 975 227 F Cfa”,renseigne la Centif. Par ailleurs, le 11 novembre2005, Mbaye Jacques Diop ordonne l'ouverture d'uncompte en France au nom du Craes. Il sera alimentépar deux virements du Craes de 33 538,78 Euros en2005 et 30 000 Euros en 2006 et par la remise d'unchèque de 7 500 Euros tiré du compte ouvert au CréditLyonnais à Paris. Grâce à ce compte, il achète uneCitroen C3 à 20 500 euros. La Centif y verra “l'ouvertureet le fonctionnement irrégulier d'un compteen devises à l'étranger au nom du Craes”.Blanchiment de capitauxSi ce rapport a atterri sur la table du procureur dela République, c'est parce que la Centif y voit “desfaits susceptibles de constituer une infraction deblanchiment de capitaux”. L'organe de répressiondes crimes économiques reproche à l'ancienprésident du Craes d'avoir alimenté de manière“injustifiée” ses comptes. D'abord, à partir ducompte du Craes ouvert à la Bicis pour des montantsélevés dépassant largement les montants prévuspour la rémunération du président de l'institution(893 203 558 F Cfa de 2004 à 2006). Ensuite, pardes versements en espèces effectués par des agentsdu Craes portant sur des montants élevés (145 795000 F Cfa). Mais aussi, la Centif considère commerelevant d'indices de blanchiment, les importantstransferts de sommes “injustifiés” vers l'étranger.“Des montants pour lesquels, précise la cellule, il faitperdre toute traçabilité. (339 975 227 F Cfa)”. Pourenfoncer le clou, la Centif a dénoncé “l'alimentationde retour des comptes du Craes à Paris et à Dakar,en cas de difficultés constatées dans le fonctionnementde l'Institution”.M e MBAYE JACQUES DIOP, EX-PRÉSIDENT DU CRAES“Ce rapport est un tissu de contrevérités...”Amer, Mbaye Jacques Diop l'est lorsqu'on l'interrogesur le fameux rapport qui l'incrimine. “Jel'ai lu à la Dic. J'ai déjà répondu de A à Z. Toutce qui a été écrit est un tissu de contrevérités, de mensonges.C'est mon argent que j'ai déposé à la banque.Ce sont mes émoluments, les fonds politiques, mesfrais de mission, il n'y a absolument rien de nébuleux”.L'homme politique qui fut maire de Rufisque et qui aeu à travailler avec Ngouda Fall Kane alors que ce dernierétait fonctionnaire dans la petite ville, déclare queles virements incriminés ont été effectués “dans laplus grande transparence”. “Ma Banque aurait dû medemander d'où vient cet argent avant de saisir laCentif. J'y suis client depuis très longtemps et j'y faisdes opérations. Mais au lieu de me contacter pour lesbesoins de clarification, elle a fait autre chose”,accuse M e Mbaye Jacques Diop qui annonce uneplainte contre sa banque le Crédit Lyonnais et contreNgouda Fall Kane. “Vous pensez sérieusement que sije devais blanchir des capitaux, j'utiliserais pour mesversements un inspecteur du Trésor de classe exceptionnelle pour cela ? Dans quel pays on estpour que des gens se permettent d'accuser sans fondements des citoyens avec des contrevérités?”.“Je n'ai pas un mètre carré aux Almadies”Et parmi ces “contrevérités”, M e Mbaye Jacques Diop se plaît à souligner qu'il n'a pas deuximmeubles aux Almadies. “Contrairement à ce que dit le rapport, je ne possède pas un mètrecarré aux Almadies. J'ai une maison à Nord-Foire que j'ai acquise en 1994, une autre aux Hlmque j'ai achetée en 1976. A Rufisque, je possède la maison où j'habite d'ailleurs qui est unpatrimoine de ma famille. Je suis né là où je vis aujourd'hui. J'ai acquis un immeuble avec laBicis à la Place Gabon de Rufisque. J'ai une maison à Yène où sont nés mes grands-parents”.S'estimant diffamé et atteint dans son honneur, M e Mbaye Jacques Diop en veut à Ngouda FallKane. “Il a porté tort à mon nom, à mon parcours. Je le connais bien. Il était fonctionnaire sousmes ordres, je l'aidais, mais je ne peux pas lui pardonner ce qu'il m'a fait. J'ai une famille, desenfants, des petits-enfants. Je ne vais pas laisser passer ça”, déclare avec colère l'ancienPrésident du Craes.www.enqueteplus.comnuméro 326 • mardi 10 juillet 2012


ECO/SOCIALBAISSE DES PRIX DU GAZ BUTANEEntre l’acceptation des nouveaux prix, le manque de gaz, le refus de respecter les nouveaux tarifs et la colère des populationscontre les boutiquiers rebelles, l’arrêté sur les prix des produits des hydrocarbures, notamment en ce qui concerne le gaz butane,sème la dissension entre consommateurs et boutiquiers.Les nouveaux tarifs pas encore appliquésMAMADOU LAMINE SANÉLa baisse du prix du gaz butane, décrétée samedidernier (bouteille de 6 kg 3250 F Cfa au lieu de3600 et celle de 2,7 kg à 1 510 au lieu de1 620), c’est une bonne nouvelle pour les consommateursmais qui a du mal à passer chez les boutiquiers.En effet, les ménages sénégalaises qui seréjouissent d'ores et déjà de la décision du Comité nationaldes hydrocarbures (CNH) devront prendre leur malen patience pour l'effectivité de la baisse dansl'ensemble des boutiques, car certains commerçantsne comptent pas respecter le décret tant qu’ils n’aurontpas épuisé leur stock.À HLM Fass, debout derrière son comptoir, lachemise entrouverte, le front en sueur, Mamadou Lyaccuse le coup de la chaleur de cette après-midi. “Ouije vends mes bonbonnes de gaz à 3250 F Cfa conformémentà l'arrêté car je les ai chargées au même prixce matin (hier)”, informe-t-il. À quelques mètres de sonGRÈVE À DAKAR DEM DIKKLes travailleurs pourune “société publiqueà part entière”Les travailleurs de Dakar Dem Dikk sont en grève. Ils interpellentleur ministre de tutelle pour qu'il prenne en charge le problèmeet fasse de la société de transport une entreprise publique à partentière.ALIOU NGAMBY NDIAYEofficine, peint en bleue foncée, la cage en grillage videoù on expose les bonbonnes de gaz, le commerçant quin'a pas encore écho de la baisse du prix du gaz refused'avoir caché ses bonbonnes pour ce motif : “Ah ! Moije ne sais même pas qu'on a diminué les prix. Et ce n'estpas pour cela que je dis que je n'ai pas de gaz”, sedéfend-il.À la rue 43x26 de la Médina, assise devant sa boutique,de teint clair et l'éventail à la main à cause de lacanicule, la femme du boutiquier est loin de vendre legaz butane au prix indiqué. “Le gaz, c'est à 3700 F Cfa,rétorque-t-elle. On a acheté les bonbonnes au mêmeprix et pourquoi les diminuer alors qu'on ne les a pasencore écoulées”. En face de sa boutique, son voisinqui vend toujours le gaz aux prix anciens montre sonétonnement quand on lui dit que les prix ont baissé.“Comment ? Je ne suis pas au courant. Attendez, je vaisme renseigner pour savoir”. De retour, le bonhomme estdivisé comme le reste de ses frères boutiquiers :“Certains ont dit que les prix ont baissé et qu'ils vendentLes travailleurs de Dakar DemDikk sont encore en grève.Ils exigent de meilleuresconditions de vie et de travail et laréalisation des projets entrepris parla société. Pour Pape Landing CiréDiédhiou, chef de gare à DDD, qui aparlé au nom du Secrétaire généraldu Syndicat démocratique des travailleursde Dakar Dem Dikk, DjibrilGuèye Ndiaye et des travailleurs,leur société ne peut pas continuerdans ces conditions. “Nous demandonsà notre ministère de tutelle dejeter un regard vers Dakar Dem Dikk,qu’il puisse reconnaître que lasociété est à l’agonie. Nous voulonsune société publique à part entièresi vraiment le gouvernement veutréussir dans sa politique de transport”,appelle M. Dia.Les travailleurs qui étaient en réunionavec la direction dans la soiréed'hier pour trouver des solutionsface aux difficultés que rencontreDDD, veulent la réalisation d’unnouveau mode transport avec lescartes à rechargement, l’accès auxsoins. “Nous demandons de bonnesconditions de travail, la régularisationde nos salaires. Notre IPM nefonctionne plus, nos ordonnances,on ne peut plus les prendre parcequ’on doit beaucoup aux pharmacies”,se plaint-il.Une journée de grève,c'est 18 millions de perduAprès une rencontre avec la direction,les travailleurs de Dakar DemDikk ont décidé de se rencontreraujourd’hui pour faire l’évaluationde la rencontre. Selon, le chargé dela communication de Dakar DemDikk, Siley Hann, des solutions netarderont pas à être trouvées.“L’explication principale, ce n’estpas parce qu’on ne veut pas payer,mais, c’est parce que nous avonsdécidé de garantir nos salaires sur lepaiement de compensation sur larémunération du service public etqu'on tarde souvent à recevoir. C’estce qui fait que parfois nous pouvonsrester jusqu’au 10 sans percevoirnos salaires”, explique-t-il. Cescompensations sont estimées à plusde 4 milliards de francs Cfa. Pourune journée de grève, Siley Hannévalue les pertes à 18 millions enplus de ce que l’entreprise peut perdreen image.aux prix indiqués alors que d'autres déclarent qu'ils vendrontpar rapport aux prix de leur chargement en attendantd'écouler leurs stocks. Mais moi, je ne sais pasencore quoi faire”, dit-il, le visage toujours stupéfait.La population demande un “audit”des boutiquiersEntourés par ses enfants sous l'arbre à palabre sisdevant sa maison, à la Médina 39x22, Khady Diop fustigel'attitude de certains boutiquiers. “Ils ne sont pashonnêtes et croyants. Quand ils augmentent, ils n'attendentpas de finir leurs stocks. Mais quand il s'agit debaisser, ils veulent attendre de finir leurs stocks”, enragecette dame d’une cinquantaine d’années. Toujours à laMédina, cette fois-ci à la Rue 31x22, pot d'eau fraîcheà la main, Mme Ndiaye enfonce le clou : “On leur (boutiquiers)demande de baisser les prix et ils ne le fontpas ; le gouvernement, de la même façon qu'il auditeles politiciens, doit le faire sur les boutiquiers qui sefont de l'argent dans le dos des Sénégalais”.Surprise et désarroi chez les usagersde la banlieueLa grève surprise des bus de transport en commun Dakar Dem Dikk (DDD)d’hier a pris de court plus d’un usager dans la banlieue dakaroise. A 7h déjà,à l’arrêt de bus sis sur Tally boubess à Pikine, trois clients attendent l’arrivéed’un bus, leur moyen de transports quotidien. “Êtes-vous au courant de la grèvedes bus de Dem Dikk ?” En réponse à notre questionnement, ils font savoir, interloqués:“Quoi ? Dem Dikk est en grève ?”. “Nous ne sommes pas au courant. C’està cause de ça que nous sommes pointés ici depuis une vingtaine de minutes sansl’ombre d’un bus”, a ajouté la dame âgée d’une cinquante d’années.“A peine trois mois de gestion, ils accueillent Macky (Sall) de cette manière”,s’est exclamée Aïda Ba qui est hantée par l’idée d’arriver en retard à son lieu detravail. “Allons chercher les Ndiaga Ndiaye pour ne pas être en retard. Je penseque c’est la meilleure solution. Ces gens ne nous respectent même pas, ils auraientdû au moins nous avertir par voie de presse. C’est plus juste d’autant plus que noussommes des clients réguliers”, a pesté Abdoulaye Faye.A Bountou Pikine, la situation est identique. Ici les concerts de klaxons desvoitures et l’appel des apprentis brouillent les oreilles. Les usagers des bus DDDne sont pas non plus au courant de la nouvelle. “Moi, je vais directement prendreun taxi où on cotise à quatre ; même si c’est cher, c’est mieux, pour ne pas être enretard car j’ai un rendez-vous à l’hôpital que je ne dois rater pour rien au monde”,a affirmé Abdoulaye Diallo. “Je vais prendre un bus tata jusqu’à l’université et continueravec une autre voiture. Même si c’est long je suis obligée”, s’est désolée cetteétudiante d’une école de formation de la place.Du côté des autres voitures de transports en commun comme les bus tata, taxiset Ndiaga Ndiaye, leurs propriétaires se frottent les mains même s’il est difficile deleur arracher un mot. “C’est sûr que j’aurai plus de recettes aujourd’hui car je prendsplus que ce je transportais les jours où les Dem Dikk circulent”, a affirmé unreceveur de Tata sous le couvert de l’anonymat.CHEIKH THIAMpage 5PERFORMANCES UBAUne croissancede 172% notéeen 2011La direction de la Unitedbank of Africa (UBA) a faitface à la presse hier dansun hôtel des Almadies pourprésenter son rapportannuel de 2011 qui fait étatd’une croissance de 172%.Que de bonnes nouvellespour la direction de laUnited bank of Africa(UBA) et ses clients. Cette banqued’origine nigériane n’est présente auSénégal que depuis mai 2009 et lavoilà qu'elle se positionne. “Je croisbien qu’on est huitième maintenant”,s’est même félicité le directeurgénéral Jean-Luc Konan. C’était aucours d’un déjeuner de presse dansun hôtel des Almadies. Ce repositionnement,UBA le doit à sa performancede 2011. Une croissancede 172%, soit un résultat net de1,416 milliard de F CFA, est notéepour cet exercice qui s’avère le premierexcédentaire pour cette institutionbancaire.“2011 constitue donc pour UBASénégal une année charnière”, lit-ondans le communiqué de presse remisaux journalistes. “Cette hausse s’expliquepar la mise en œuvre d’unestratégie différenciée selon les secteursporteurs de la banque et ce,malgré une année 2011 qui a connuun contexte économique, financieret politique peu favorable”, à encroire le Directeur général de UBA.A cela s’ajoute une hausse de 148%du produit net bancaire. Celui-ci estpassé de 2,484 milliards de F CFAen 2010 à 6,185 milliards de F CFAen 2011. Cette hausse, UBASénégal la doit à l’augmentation deson portefeuille investissement qui aconnu une ascendance de 259% enun an.2012 étant sur la bonne pente,UBA ne ferait pas moins l’annéeprochaine. Aussi, “les pertes antérieuresenregistrées au titre des exercices2009 et 2010 s’élèvent à unmontant cumulé de 3,190 milliardsde F CFA et seront, selon les prévisionsactualises, totalement apuréesd’ici la fin de l’année”.UBA doit en outre sa position à sastratégie marketing. En ouvrant safiliale au Sénégal, elle a proposé à saclientèle l’ouverture de compte àzéro franc. Ce qui lui a valu un rushet ses clients sont aujourd’hui estimésà 14 000. La qualité des servicesofferts participe à la fidélisation deces derniers. UBA compte aujourd’hui4 agences et 5 cash points. Elleest en collaboration avec plus de 100institutions financières. Unemanière pour elle de se rapprocherde ses clients. Dans cette optiond’ailleurs, UBA compte plus étendreses tentacules. C’est ainsi qu’elleprojette d’investir l’intérieur duSénégal. A cet effet, une stratégie estélaborée et 5 agences vont êtreouvertes d’ici l’année prochaine.“On ne peut pas encore dévoilernotre stratégie à propos de ce projet”,a fait savoir M. Konan.BIGUÉ BOBwww.enqueteplus.comnuméro 326 • mardi 10 juillet 2012


PAR MAMOUDOU WANEC M J NPOLITIQUEPAPE SAMBA MBOUP, ANCIEN CHEF DE CABINET DU PRÉSIDENTWADE SUR DE FUTURES RETROUVAILLES LIBÉRALES“Macky Sall et noussommes de la mêmefamille politique ...”L'ancien chef de cabinet du président Wade, Pape Samba Mboup, n'a plus le stress de la fonction.Replié à son domicile du centre-ville, à deux jets de pierre de l’État-major général des Armées, ilpasse des journées tranquilles, entouré de sa famille et de ses amis. Des amis qu'il fréquente depuisplusieurs dizaines d'années maintenant. C'est au détour d'une discussion au départ informelle quePape Samba Mboup a accepté de parler. Avec sans doute beaucoup de langue de bois, il revient surl'audience que le Président Macky Sall lui a accordée (voir L'As du lundi 9 juillet 2012). Par momentshésitant, comme pour éviter de trahir un secret, Pape Samba Mboup livre le contenu de son audienceà la veille du déplacement du Président Macky Sall, avec toute la censure requise. L'hommede confiance du Président Wade évoque aussi de possibles retrouvailles entre le camp de Macky Sallet le Parti démocratique sénégalais (Pds) en s'adossant sur une communauté d'héritage.Le journal L'As a écrit dans son éditiond'hier que vous avez été reçuen audience par le Président MackySall, qu'en est-il ?La presse a raison. C'est vrai quej'ai été reçu par lePrésident Macky Sallmais sur ma demande.Je n'ai été contacté par personne eton ne m'a pas envoyé le voir. Il m'areçu chez lui, à Mermoz, tard le soir.J'ai trouvé un homme courtois,décontracté, affable, lucide et trèsattentif.Qu'est-ce que Pape Samba Mboup,ancien chef de cabinet duPrésident Wade, peut bien faireavec le Président Macky Sall ?Je suis allé le voir, je précise encoresur ma propre initiative parce quedepuis un certain temps, l'atmosphèreest très vicié au Sénégal. Lesinvectives viennent de partout. Le climatest si tendu que cela devientmalsain. Modestement donc, j'essaiede ramener la sérénité. Je pensemême que c'est cette sérénité quiarrange le Président Macky Sall. Celafera du bien à tout le monde que laconfiance, le calme et le respectmutuel reviennent. Mais ce qui sepasse n'est pas bon. Le Parti démocratiquesénégalais fait une conférencede presse, le pouvoir réagit. Onse jette des cailloux.Je pense que celan'est pas bon pourl'image du Sénégal qui estaujourd'hui respecté pour sa démocratie.Moi, je suis un homme depaix. Tout le monde disait avantl'élection présidentielle que leSénégal allait basculer dans le chaos.ENTRETIEN“Pourquoi je suis allé le voir...”Mais rien de tout cela. Le PrésidentWade a appelé le Président MackySall pour reconnaître sa défaite et leféliciter. Cela a fait mentir tous lesoiseaux de mauvais augure.Mais vous ne nous avez pas encoredit ce que vous vous êtes dit tousles deux ?Nous avons parlé de paix. Je nepeux malheureusement pas vouslivrer toute la teneur de notre discussion.En tout cas, ce que je peux vousdire, c'est que j'étais très satisfait enle quittant, parce que nous avonsbien discuté. Et puis c'est pas maintenantque j'ai commencé. Quand“Le climat est malsaindans le pays...”Macky Sall était en difficulté avec leparti, j'avais initié de mon propre grédes initiatives pour essayer de dépasserles problèmes. Je faisais des vaet-vientpermanents pour éviter desruptures. Parce que je savais que cen'était pas dans l'intérêt du parti.Maintenant, c'est trop tard de revenirsur certaines erreurs. D'ailleurs celane sert plus à grand-chose, il ne fautpas rouvrir les plaies quand on peutles cicatriser.Vous ne pouvez quand même passolliciter une audience auprès duPrésident sans évoquer la questionles audits et la traque des biensmal acquis engagées depuisquelque temps contre les dignitairesde l'ancien régime ?Sur cette question, je pense quec'est tout à fait normal qu'on fassel'état des lieux. Par exemple, si je doisprendre en location un appartementquelconque, je dois d'abord le visiter,voir ce qui ne fonctionne pas pour lesignaler, avant même de l'occuper. Jedois voir s'il y a de l'électricité, del'eau, s'il n'y a pas de fuite dans lasalle de bain etc. Il n'y a pas de problèmepour cela.Avez-vous précisément évoqué lesort que le nouveau pouvoir compteréserver à la famille de MeAbdoulaye Wade ?Non.Ah oui ?Non, il n'a pas été question decela.Mais vous avez quand même prisles conseils du Président Wadeavant de vous rendre chez MackySall ?Non, pas avant. Mais bien sûr, àmon retour de l'audience, je lui airendu compte.Et quelle a été sa réaction ?Il m'a écouté et il ne m'a rien dit.Écoutez, moi ce que je veux, c'estque les gens cessent les querellespoliticiennes. Et on doit intégrer lefait que Macky Sall a été choisi par lepeuple. Nous devons le laisser travaillersi tant est que nous aimons cepays. Tout le monde sait que ce sontles règles de la démocratie qui lui ontpermis d'arriver au pouvoir. Il netombe pas du ciel. Le Président Wadea gagné en 2000 et il a gouverné pendant12 ans. Maintenant que le peupledit autre chose, quelle que soit lasurprise que cela peut créer, quelsque soient les intérêts des uns et desautres, on doit maintenant le laissergouverner. Il faut dire également quela grandeur d'un vainqueur, c'est derespecter le vaincu. Il ne faut pasessayer d'humilier les vaincus.Vous avez quand même évoqué lapolitique. On parle de discussionsofficieuses qui existeraient entre leParti démocratique sénégalais(Pds) et l'Alliance pour laRépublique (Apr). Des retrouvaillessont-elles envisageables ?Vous savez en politique, tout estpossible. Surtout que nous sommestous des libéraux. Macky Sall est dela même famille politique que nous.Nous avons partagé le même mentor.Nous étions sous les ordres du mêmehomme. Donc, c'est une fierté pourWade que Macky Sall soit présidentde la République parce que MackySall vient de l'école de Me AbdoulayeWade. Moi, je suis instituteur de formation.Mais aujourd'hui encore,vous ne pouvez pas vous imaginerl'énorme joie qui m'envahit lorsque jerencontre dans la rue un de mesanciens élèves et qu'il me dise qu'ilest cadre dans telle banque, qu'il estdevenu officier dans l'Armée ou fonctionnaire.C'est pour dire que ce quinous lie est plus important que ce quinous divise. Macky Sall et AbdoulayeWade ont eu un long compagnonnagepolitique. Et cela, c'est l'histoire, personnene peut l'effacer. Nous avonsété moulés dans la même idéologiependant longtemps et je pense quetout est encore possible aujourd'hui.Comment Pape Samba Mboup vitilsa nouvelle situation de citoyensimple sans aucun poste au niveaude l'Etat ?Je continue à vivre comme je vivais.Je reçois mes amis ici chez moi. Nousdiscutons du pays et de son avenir. Ily a des livres chez moi pour ceux quisont intéressés par la culture. Je mesens bien comme cela. Je vis simplement,le pouvoir ne manque pas dutemps parce qu'en fait je suis heureuxavec ma famille et mes amis. Je suistoujours le même avant, aujourd'huiet demain. Et peut-être demain, jeserai chauffeur de taxi (il éclate derires). Pourquoi pas ?page 6CONVOCATIONS SÉLECTIVESDES DÉPUTÉS AUJOURD’HUILes ‘’manœuvres’’de Mamadou Seckdénoncées parle PDSAlors que le Secrétaire généralnational du Parti démocratiquesénégalais (PDS),Abdoulaye Wade, appelle aux retrouvaillesde la famille libérale, les partisréunis au sein de Bokk Gis Gis se radicalisent.La preuve, l’un des ténors decette fronde, Mamadou Seck, par ailleursprésident de l’Assemblée nationale,a convoqué aujourd’hui lesdéputés à une réunion ‘’à l’exceptiondes députés du PDS’’, selon dessources biens informées. Même sil’ordre du jour de cette réunion portesur les adieux du président del’Assemblée nationale à ses collèguesparlementaires, les libéraux fidèles auPape du Sopi s’insurgent contre cette‘’convocation sélective’’.‘’J’ai contacté beaucoup de mes collèguesqui m’ont confirmé la tenue decette réunion. Je ne sais pas pourquoinous n’y sommes pas conviés. Ce n’estpas normal’’, dénonce El HadjiMalick Guèye, député libéral, jointpar téléphone. Le député deLatmingué pense que ces ‘’manœuvres’’sont nulles et non avenuespuisque le mandat de cette 11e législaturetire à sa fin. L’important, dit-il,c’est de ‘’donner aux députés leurdotation en carburant qui, depuisplusieurs mois, a été bloquée’’ parl’Assemblée nationale.Mais le député Aliou Dia, membrede BGG, lui, dément l’existence d’unetelle réunion. ‘’C’est vous qui me l’apprenez,dit-il. J’ai déjeuné chezMamadou Seck, et il n’a jamais étéquestion de réunion’’. De quoi s’agissait-il? ‘’On était en train de nousconcerter avec Me Aba Talib Guèyepour un recours en annulation desrésultats des élections législatives’’,informe M. Dia. La coalition BGG aen effet obtenu 4 députés. Une versionque semble conforter Me ElHadji Diouf qui dit aussi ignorer unetelle réunion.DAOUDA GBAYAwww.enqueteplus.comnuméro 326 • mardi 10 juillet 2012


C M J NEN VUEMODE - TENDANCES ESTIVALESCombinaisons, bras et jambes nus, accessoires flashy, imprimés bariolés, tissus “Liberty”et, surtout, couleurs pop ou carrément fluo ! Pour les Dakaroises, cet été, mode rimeavec le verbe “oser”…Femme : chaleur osée,liberté coloréeSOPHIANE BENGELOUNQue ce soit au marché Sandaga, des HLMet sur les allées du centenaire, les prêtresde la mode dakaroise sont unanimes: cet été fera rimer “chic” avec “choc”.“Avec l’été, tout le monde a chaud et c’est normalque les filles se découvrent un peu… maisPOUR HOMMESC'est couleurs vives et coupes... fémininesDétonnant ! Qui ne remarque pas ces chaussuresarborées par les garçons depuis ledébut de l’été ? Aux designs purementféminins, ces chaussures sont confectionnées àpartir de matière plastique. Cependant, ce n’estpas la forme qui retient l’attention mais les tons surlesquelles elles sont déclinées. Elles se présententsous des couleurs fluorescentes qui crèvent l’œil àforce de reflets sous le soleil. Cela va du jaune àl'orange en passant par le bleu, le rose, le vert.“Ces chaussures sont pratiques en cette périoded’hivernage”, argue Ndiaga Fam qui en arbore, fièrement.Trouvé devant l’étal d’un vendeur àColobane, le jeune homme est un marchandambulant. Son argument est peu convaincant, caron peut facilement glisser avec ces chaussures enplastique quand il pleut. “C’est juste un effet demode”, souffle Malick Sall vendeur au rond-pointColobane. “Je ne sais pas qui a lancé cette mode,mais ces sandales sont très prisés et se vendentcomme des petits pains”, avise-t-il. Rencontré àKeur Massar, Doudou Diagne se croit in. Vêtu d’unjean bleu, tee-shirt rose bonbon assorti à ceschaussures en caoutchouc qui font fureur, crânetel un paon en parlant de son style. “Il n’y a aucunmal à ça”, dit-il. N'allez surtout pas lui signifierqu'un garçon avec du rose jusqu'aux écouteurs etlunettes de soleil, ça fait un peu désordre. Laréponse est invariable et sans gêne : “Tous lesjeunes de mon âge s’habillent comme ça.”Mimétisme quand tu nous tiens !En fait, la penderie du sexe dit fort prendaujourd'hui une teinte de plus en plus criarde.Après la mode du “check down” (ou criss cross),bienvenue (?) à celle du “pinw”. Il s'agit de cespantalons - si on peut les appeler ainsi, m'enfin -en jeans très étroits avec un bas slim qui rappellentbeaucoup les tailles de ceux femmes. Ainsi,comme les jeans des celles-ci, ces pantalons sontserrés au niveau des hanches. Ce qui fait que lesgarçons marchent difficilement dedans. Ils donnentmême l’air de traîner les pieds.Retouches des bas de jeanChez les tailleurs de Colobane, retailler pour collerà cette tendance est devenu un business. “Desgarçons nous donnent leurs pantalons pour retaillerles bas. La taille normale d’un bas de pantalon pourun homme, c’est 18 (cm), mais ces garçons nousdemandent de les retailler sur du 16”, renseigneBaye Abdou dont la cantine a pignon sur rue dansce bazar. Et ne pensez pas que c'est des jeans neufsqui sont retouchés, mais plutôt des vieux pour suivrela mode. Ceux qui en ont les moyens s'approvisionnenten “pinw” neuf dans les boutiques.S. BENGELOUNpas trop nak ! En ce moment moom, la mode estaux shorts, aux débardeurs, avec mention spécialeaux combinaisons, courtes ou longues, quisont plus faciles à porter”, explique Djiby Diop,vendeur d'habits établi depuis plus de 5 ans prèsde Sandaga, en face du Garage Lat Dior.L’expertise de Djiby Diop se révèle exact. Cesont des gambettes nues et des poitrines dégagéesqui défilent le long des avenues étroites etdes rues contiguës des quartiers fréquentés de laville. Médina, Almadies (surtout la nuit !) et centre-villesont bondés de jeunes femmes décomplexéeset pétillantes. Questions coupes etformes, on fait donc dans le court (short, minijupe),le “une pièce” (combinaisons, salopettes),le large et l’échancré (robes longues, tops àemmanchure américaine), le slim (pantalon cigarette,débardeur moulant) ou le structuré (taillehaute, jupe boule, pantalon bas carotte), etc.Côté matières, la tendance textile est au fluideet au léger le jour, au moulant et au structuré lanuit, seul moment où (on le répète !) le look total“bling-bling” est de bon ton. L’été 2012, pourles demoiselles, est aux heures ouvrables à lamousseline, aux cotonnades et aux matièresnobles… Quand la lune se lève, le stretch, lesétoffes rebrodées de paillettes ou lamées d’argentou d’or sont permises.Lorsqu’il s’agit de choisir ses couleurs ou detrancher entre l’uni et l’imprimé, cela devienttout de suite moins facile : plusieurs écoles stylistiquesse disputent le titre de “tendance del’année”. Daba Fall, une jeune maman dont lamaison familiale se trouve à Gibraltar explique :“Si c’est une robe ou une combinaison, tu peuxchoisir un tissu à gros motifs, qu’ils soient simplementgéométriques ou, dans le cas du“Liberty”, se déclinent sous formes de fleurs.L’essentiel est que ça frappe visuellement.Maintenant, quand il s’agit de jeans moulants oude débardeurs, il faut impérativement faire dansl’uni et dans la couleur : fluo ou couleurs acidulées,sinon rien.”Les accessoires ne sont, enfin, pas en reste.Pour les sacs, Maxi-bags ou pochettes minimalistesà la Beyonce dans “Upgrade U”, en bandoulièreou non, mais pas de juste milieu. Lesvolumes sont affirmés ! Pour les lunettes desoleil, on ne crache pas, non plus, sur desRayband : le modèle “Wayfarers”, pour un côtéclassique, ou “Clubmaster” pour les fashionistasqui se respectent. Pour les bracelets, bagues,boucles d’oreilles, foulards, chapeaux ou colliers,tout est permis… c’est la liberté. Osez oser...Le chanteur Waly Secket son habillementdétonnant.page 7EDITIONCérémonie deprésentation et dedédicace des livres“censurés sousWade”, vendrediLe Centre de recherche ouestafricain (WARC), en collaborationavec la maison d’éditionL’Harmattan-Sénégal, organisevendredi à 16 heures une cérémoniede présentation et de dédicace deslivres “censurés sous le régime duPrésident Abdoulaye Wade”, annonceun communiqué.Voici la liste des ouvrages enquestion :- Abdoul Latif Coulibaly :Sénégal, Affaire M e Sèye : un meurtresur commande ; Contes et mécomptesde l’ ANOCI.- Fadel Dia :Wade-Mecum ou le Wadismeen 15 mots-clés- Abdoul Aziz Diop :Une succession en démocratie.Le Sénégal face à l’inattendu.- Mame Marie Faye :L’immolation par le feu de la petite filledu président Wade : crimes, trahisonset fin du régime libéral- Mandiaye Gaye :Le Sénégal sous Abdoulaye Wade.Banqueroute, corruption et liberticide.- Toumany Mendy :Politique et puissance de l’argent auSénégal. Les désarrois d’un peupleinnocent ; Sénégal : politiquespubliques et engagement politique ; Laclasse politique au banc des accusés ;L’illusion démocratique en Afrique :l’exemple du Sénégal.- Mody Niang :M e Wade et l’Alternance, le rêve brisédu Sopi ; Qui est cet homme qui dirigele Sénégal ? ; Le clan des Wade :accaparement, mépris, vanité.- Babacar Sall :Le Stagiaire. Roman d’un Présidentde la République.- Papa Moussa Samba :Le président Wade ou le génie solitaire.- Mamadou Seck :Les scandales politiques sous laprésidence d’Abdoulaye Wade.- Almamy Mamadou Wane :Le Sénégal entre deux naufrages ?Le Joola et l’Alternance.- Sémou Mama Diop :Thalès le fou, roman.NÉCROMouss Diouf inhuméà Marseille, hierDécédé samedi à 2h dumatin, le comédien MoussDiouf a été enterré ce lundià Auriol dans le département desBouches du Rhône. Le lieu de l'inhumationa été choisi par sa femmeSandrine. Cette dernière est à couteauxtirés avec Tessa (24 ans) etSelena (17 ans), les filles de MoussDiouf (issues d'une première relation).Sa relation avec le reste de la familledu comédien est également mauvaiseet il est peu probable que le lieu del'inhumation ait été l'objet d'unconsensus familial. Cependant, ayantété désignée tutrice légale de MoussDiouf par la justice, elle avait légalementle droit de choisir le lieu del'inhumation. (GRIOO.COM)www.enqueteplus.comnuméro 326 • mardi 10 juillet 2012


SERVICES & LOISIRSpage 8MOTS FLÉCHÉS • N°301 (FORCE 2)Humour3 gosses viennent chez lepâtissier-boulanger et luidemandent s'il a des tartesau concombre. Il dit qu'iln'en a pas. Le lendemain,ils sont 6 gosses à lui demanderla même chose,puis 12, 25. Quand il voit50 gosses lui demanderdes tartes au concombre,le boulanger dit qu'il enaura le lendemain. Ilpasse toute la nuit à fairedes tartes au concombreet le lendemain, quand lesgosses viennent lui demanders'il a des tartes auconcombre, il dit :- Oui, j'en ai !Mais les gamins secontentent de répondre :- N'est-ce pas quec'est dégueulasse?Un gamin rentre de l'écoleen pleurant :- Maman, la maîtressen'arrête pas de m'embêter !La mère va à l'école pourse plaindre. La maîtresselui propose d'assister aucours et pose au gaminune question :- 3 plus 2, cela faitcombien ?Le gosse s'écrie :- Tu vois Maman,elle recommence !Numéros UtilesSECURITEGendarmerie Nationale :800 00 20 20Police secours : 17Sapeurs Pompiers : 18TELEPHONERenseignements Annuaire :1212Service Dérangements :1213Service Clients : 1441EAU - SDEService dépannage& Renseignements800.00.11.11(appel gratuit)ONASEgoûts, collecteursNUMERO ORANGE (appel gratuit)81 800.10.12SENELECService Dépannage :33 867.66.66TRANSPORTSSociété nationale deChemins de Fer du Sénégal(SNCS): 33 823.31.40Aéroport Léopold S. Senghorde Yoff : 33 869.22.01 / 02Port Autonome de Dakar(24H/24) : 33 849.45.45Heure non ouvrableCapitainerie : 33 849.79.09Pilotage : 33 849.79.07URGENCES :S.U.M.A : 33 824 24 18SUMA-MEDECIN :33 864 05 6133 824 60 30S.O.S MEDECINS :33 889 15 15HOPITAUXPrincipal : 33 839.50.50Le Dantec : 33 889.38.00Abass Ndao : 33 849.78.00Fann : 33 869.18.18HOGGY (ex-CTO) :33 827.74.68 / 33 825.08.19MOTS MELÉS • N°253SUDOKU N°250Citations“Le problème en ce bas monde estque les imbéciles sont sûrs d'euxet fiers comme des coqs de bassecour, alors que les gens intelligentssont emplis de doute.”BERTRAND RUSSELL“La guerre représente le moindreeffort psychologique : elle dénoueles situations embarrassantes etdispense de chercher des solutionscomplexes.”GASTON BOUTHOULwww.enqueteplus.comnuméro 326 • mardi 10 juillet 2012


SERVICES & LOISIRSMOTS FLÉCHÉS • N°295 (FORCE 3)Horoscopepage 9BélierN'oubliez pas que vous avez fait une promesseosée à quelqu'un que vous aimezbien. Une date importante très procherisque de vous réunir. Il est urgent de soignervotre forme et votre moral si vous nevoulez pas passer à côté de belles émotions.TaureauOn pourrait vous faire une proposition intéressantequi vous conviendra et quipourrait bien vous conduire vers un beausuccès d'argent. Vous recevez d'importantesnouvelles qui vous conduisent defaçon inattendue à une solution concernantvotre situation financière.GémeauxIl vous faudra dégager des priorités dansun domaine qui vous tient particulièrementà cœur. Essayez de voir les chosesavec plus de réalisme. Une opportunitéde dernière minute va bien arranger vosaffaires. Saisissez sans tarder la perchequi vous est aimablement tendue.CancerVotre énergie est débordante pourtoutes sortes d'acitvités y compris dansles affaires. Une rencontre importantelors d'une réunion imprévue va éveillervotre curiosité et votre imagination. Ilen sortira certainement quelque chosede très bénéfique pour vous.LionVous donnez suite à une nouvelle invitationqui vous intéresse au plus hautpoint. Celle-ci vous semblera correspondremieux à vos désirs. Une belle aventurepourrait bien démarrer à l'issue decet entretien. Gardez quand même latête froide.ViergeSi vous sentez que vous perdez patience,essayez de ne pas le montrer.Reprenez et gardez le contrôle de vousmêmeen respirant profondément faceà l'événement et vous n'aurez plus cesentiment de frustration et la chancevous sourira.BalanceFaites en sorte de bien conduire votrebarque. La prochaine proposition subtileque l'on vous fera risque de vous charmer.Mais ce sera pour vous une lourde décisionà prendre. N'agissez pas à la légère,les jours qui viennent vous permettent laprudence. Armez-vous de patience.ScorpionVotre environnement vous rend un peutendu et nerveux mais la chance voussourit aussi bien dans les situations financièresdifficiles que dans la vie affectiveet sentimentale. Essayez de penserque vous êtes sur le bon orbite et quevous êtes lancé pour réussir.SagittaireAvec votre forme physique, vous aurez lepouvoir de gagner une certaine indépendance.Si seulement vous vouliez prendrequelques risques supplémentaires toutvous semblerait infiniment mieux. Laréussite est toute proche de vous.CapricorneVous saurez préserver malgré tout unmoral un peu endormi. Une diversionbienvenue vous conduit à réfléchir survotre sort. Vous pensez pouvoir réaliserdes prouesses dans une affaire qui vousséduit malgré les difficultés qu'elle sembleprésenter.VerseauVotre forme physique entrainera unecertaine sérénité utile dans ce quevous aimeriez commencer. Laissez decôté vos angoisses qui vous empêchentparfois de réussir là où il n'y a pas tantde difficultés à surmonter. Vous pouvezavoir confiance en la vie qui vous apporteradu bon.PoissonsSaisissez la belle occasion qui va seprésenter à vous. Attendez-vous àconnaître de bonnes relations avec unepersonne proche de vous. Vous n'aurezpas la déception pressentie. C'est lemoment d'essayer de faire bouger leschoses. Il faut battre le fer pendantqu'il est chaud.SolutionsHANJIE N°293HANJIE N°294MOTS FLÉCHÉS • N°300 (FORCE 2)MOTS FLÉCHÉS • N°294 (FORCE 3)SUDOKU N°249PrièresHEURES DE MESSE• Cathédrale : 7H• Martyrs de l'Ouganda :6H30-18H30• Saint Joseph :6h30 - 18h30HEURES DE PRIERESMUSULMANES• Fadiar : 05:50• Tisbar : 14:15• Takussan : 17:00• Timis : 19:51• Guéwé : 20:51www.enqueteplus.comnuméro 326 • mardi 10 juillet 2012


LIBRE PAROLEpage 10Aprés les législatives, quellessont les attentes du peuple ?Le 25 mars 2012, le peuplesénégalais a choisi MackySall président de la Républiquedu Sénégal avec plus dessuffrages exprimés en remplacementd’Abdoulaye Wade qui voulaitcontre vents et marais obtenir untroisième mandat de plus.Dans leur logique de changement,le 1er juillet 2012, les électeursont donné à la coalitionBenno Bokk Yaakaar du PrésidentMacky Sall une majorité parlementairede 119 députés sur les 150que compte l’institution.A l’analyse de ce vote massif despopulations pour un changement, ilfaut voir de fortes attentes de notrepeuple : lesquelles ?Si dans le Sénégal d’aujourd’huitout est priorité, il n’en demeurepas moins que le Président MackySall et sa coalition doivent dans lestrois prochaines années répondreaux urgences suivantes :La demande socialeLes Sénégalais ont vécu desmoments très difficiles sous lerègne d’Abdoulaye Wade. Le slogandu candidat Macky Sall, “Yoonuyokkute”, résumait la souffrance denos populations des villes et descampagnes. Maintenant que l’instigateurdu slogan est élu, il faudradonc passer du slogan aux réalisationconcrètes, c’est-à-dire donnerdu travail au jeunes ou créer lesconditions permettant aux jeunesd’avoir l’espoir en leur avenir, diminuertrès sensiblement le coût duloyer et celui des denrées deconsommation courante puisqueles premières baisses décidées parle gouvernement d'Abdou Mbayesont encore loin des attentes dupeuple. Pour rappel, le kilogrammede riz parfumé coûtait 350F avantle démarrage de la campagne dupremier tour de l’élection présidentielle.L’électricitéAu 21ème siècle, il est impensabled’envisager un “Yoonu yokkute”sans gagner la bataille del’électricité. Le gouvernement doitassurer une fourniture régulière etcontinue du courant électrique auxpopulations des villes. Dans leszones rurales, il doit s’atteler àélectrifier tous les gros villages dupays. Les coupures répétitives ducourant électrique sont sources derévoltes populaires qui freinent letravail. Les émeutes de l’électricitédu 29 juin 2012 sont encore trèsfraîches dans nos mémoires.L’agricultureLa modernisation de l’agriculturedans le pays ne doit pas être unsimple slogan mais une réalité pourle Président Macky Sall et sa coalition.Le Président et son équipedoivent mettre en place un véritableprogramme de modernisationde l’agriculture pour régler définitivementla question de l’autosuffisancealimentaire. Fini lesprogrammes pompeux et spectaculairesdu Président Wade dans lemonde rural. Il est temps de respecternos paysans en les aidantavec du matériel agricole et lesintrants de qualité fournis à temps,en les encadrant aux technologiesmodernes.L’éducationDans notre pays, l’école connaîtd’énormes difficultés. Le non respectdes engagements des précédentsgouvernements vis-à-vis desenseignants et des élèves a fini defaire de l’espace scolaire un espacede perturbations permanentes. Leniveau de nos élèves ne cesse debaisser. La gestion du budget del’Etat alloué au secteur de l’éducation(du budget national) est unegrande nébuleuse. Les conditionsde recrutement et de formation desenseignants laissent à désirer. Lesécoles de proximité n’ont aucunéquipement et sont dans deslocaux délabrés si elles ne sont pasdans des abris provisoires. Notresystème éducatif est en train des’écrouler.Les assises sur l’éducation qui sepréparent, doivent d’être unmoment de bilan mais surtout d’engagement..Engagement à une meilleuregestion du personnel et desfinances..Engagement à un recrutementd’enseignants bien formés..Engagement à valoriser la fonctionenseignante et les enseignantsen octroyant aux enseignants uncadre social décent..Engagement à respecter lesaccords Etat –Syndicats..Engagement d’abandonner lagrève (classes désertes) commeméthode de lutte à l’école.Si à mon avis les attentes ci-dessussont d’une grande urgence, ilfaut noter que la question des inondations,de manque d’eau dans leszones rurales, de transport à Dakaret dans certaines grandes villes, devétusté des routes inter régions, desalubrité hante le sommeil despopulations.Pour réussir leur mission, lePrésident Macky SALL et sa coalitionont besoin d’une paix sociale.C’est pour cela que le dialoguedémocratique doit être de mise :dialogue avec l’opposition, dialogueavec les syndicats, dialogueavec les rebelles en Casamance,dialogue avec la société civile, brefdialogue avec tout le monde dans lerespect de l’Etat de Droit de laRépublique.Le peuple doit avoir confiance enson équipe ; c’est pour cela que lenouveau pouvoir doit indiquer lavoie par la prise de certaines décisionsfortes comme :Ramener le mandat du présidentde l’Assemblée nationale à cinqans et faire de Moustapha Niasseson Président.Supprimer le Sénat et faire duprésident de l’Assemblée nationalela Deuxième Personnalité de l’Etat.Poursuivre les audits dans le respectde la dignité humaine et del’indépendance de la Justice.Récupérer les biens financiers,immobiliers et fonciers mal acquisdes anciens dignitaires du régimed’Abdoulaye WADE.Aller vers l’adoption d’une nouvelleConstitution par Référendums’inspirant des conclusions desAssises nationales.Accorder un statut particulier àl’opposition parlementaire et l’associerdans les missions à l’Étrangerdes membres du Gouvernement.Monsieur le Président, nousavons trop perdu de temps avecVélingara dans le noirVoilà plus de deux semainesque le départementde Vélingara estdans le noir avec des pannes répétéesde la centrale de la SENELEC.Je n'ai rien compris après cette sortiedans la presse : en effet, dans “LeSoleil” du samedi 7 juillet à la page10, il est écrit : “LA SENELECABORDE LA CANICULEAVEC UN EXCÉDENT DEPRODUCTION ÉLEC-TRIQUE”.J'ai été surpris du contraste,sachant qu'à Vélingara, c'est le noirdepuis plus de deux semaines.Toutes les activités sont bloquéesdu fait de cette situation déplorable.Peut-être que ce sera le retour àla normale, M. le Conseiller techniquecar ce n'est qu'hier (samedi) à22h que le courant est revenu.Espérons que cela va vraimentdurer car on en a besoin.Au nom des populations de notredépartement, je vous prie de neménager aucun effort pour nousaider à ne pas être les oubliés danscet excédent de production électrique.MAMADOU DIANG SYà Kounkanésydiang@hotmail.frAbdoulaye Wade. Votre équipe doitéviter de tomber dans les erreurs dece dernier. Le Peuple ne comprendrapas que vous fassiez moins quevos prédécesseurs.Bonne chance à votre équipe.NOËL BACOURINEMEMBRE DE LA COALITION BBYPape DIOP ou la fin d’un mythe ?intervenue en 2000 avecMe Wade a offert un couloir exceptionnelà beaucoup d’hommes poli-L’alternancetiques au niveau du PDS. L’un des plus symboliquesdemeure sans contestation le PrésidentPape Diop. Simple citoyen arrivant à Dakaraprès plusieurs déboires à Thiès et à Kaolack, ils’investit dans le mareyage et s’approched’Abdoulaye Wade qui, dans sa longue et âprelutte pour le pouvoir, en fait un ami, un confidentaussi bien dans l’opposition qu'au pouvoir.Il gravit tous les échelons : député, maire deDakar, président de l’Assemblée nationale, présidentdu Sénat pour un homme sans aucundiplôme universitaire. Pape Diop peut êtreconsidéré comme un Géant politique voire unMythe libéral.Depuis les élections locales de mars 2009,l’homme intrigue par ses défaites successives.D’abord aux Locales de 2009, il fut battujusque dans son propre bureau de vote à l’écoleAlieu Codou Diène de la Gueule Tapée alorsqu’il dirigeait le Sénat et la mairie de Dakar enmême temps. Le PDS perdait la capitale pour lapremière fois ; en politicien rusé, il fit porter laresponsabilité à Karim Wade, l’accusant d’être“l’intrus de DAKAR” par la seule volonté de sonpère.Aux présidentielles de 2012 avec l’emprisonnementde Modibo Diop son 1 er ennemi politiquedans le département de Dakar, il eut descoudées faciles pour reconquérir sa communeet enfin la capitale. Même scénario, il fut battudans sa commune et dans Dakar une 2e foisencore dans son propre bureau de vote.Me Wade et le PDS perdent les présidentielles,Pape Diop entre en dissidence et créeBook Gis Gis pour aller aux législatives de Juillet2012. Malgré une campagne médiatique sanspareil, rebelote, Pape Diop est encore battudans sa commune et dans son propre bureau devote à la Gueule Tapée. Cette fois-ci, ses partisans,toute honte bue, pensent que c’est la finde leur mentor qui, malgré sa séparation d'avecMe Wade, n’a pu engranger aucune voix pourjustifier lé désaveux du Pape du SOPI au profild'Oumar Sarr qui, encore une fois, a gagné àDagana.Pour ses amis et partisans, c’est le momentpour Pape Diop d’annoncer sa retraite politiquecar il a perdu de sa verve d’antan, les foules l’ontabandonné à son sort, demain le titre de députéne suffira pas pour échapper à la Justice deMacky Sall.Pape Diop, n’est-ce pas la fin d’un mythe oula fin de la ruse politique de près de 30 ans ?MOUSSA DIAOCommune de Gueule Tapée Fass Colobane,diaotech@yahoo.frwww.enqueteplus.comnuméro 326 • mardi 10 juillet 2012


SPORTSpage 11FOOT - JO 2012Alors que les Jeux Olympiques de Londres 2012 débuteront le 26 juillet, certaines sélectionspeinent encore à confirmer leurs groupes définitifs pour la compétition. La faute aux clubs quirechignent à libérer certains joueurs. Pis, les quatre nations africaines en lice (Égypte, Gabon,Maroc et Sénégal) se heurtent au refus pur et simple de certaines équipes qui ne souhaitentpas libérer leurs joueurs âgés de plus de 23 ans. Du coup, Papiss Cissé, Mehdi Benatia ouencore Bruno Écuelé Manga manqueront le rendez-vous londonien.Le casse-tête des joueursbloqués par les clubsQuand il s’agit pour une sélection de solliciter un clubpour que celui-ci libère le joueur qu’il emploie, il y a toujoursde la friture sur la ligne. Et ce ne sont pas les JeuxOlympiques, qui débutent ce 26 juillet, qui vont venir prouverle contraire. Pré-sélectionnés par leurs entraîneurs pour intégrerla sélection nationale egyptienne, gabonaise, marocaine ousénégalaise, ils sont nombreux ces joueurs qui ne seront finalementpas à Londres pour le coup d’envoi de la compétition.Un règlement qui favorise les clubsCar le règlement de la FIFA est ainsi fait : chaque sélectiondoit être composée de 18 joueurs, plus quatre réservistes encas de blessures ou autres, et parmi ces 18 joueurs nepeuvent figurer que trois joueurs âgés de plus de 23. Saufque là où l’Uruguay a par exemple réussi un grand coup enparvenant à convaincre Liverpool et Naples de leur laisserLuis Suarez et Edinson Cavani pour la compétition, les sélectionscontinentales ont les plus grandes difficultés à fairelibérer des joueurs phares, censés être les piliers de l’équipe,Les premiers mots de DD :“Je remercie Noël Le Graët dem'avoir donné sa confiance. C'est unegrande fierté et un honneur d'avoircette responsabilité-là car je suis trèsattaché à ce maillot bleu-blancrouge.Je vais pouvoir regoûter à cetenvironnement-là. C'est un plaisir. Jetiens à saluer Laurent Blanc également.Je lui succède avec beaucoupde respect. Je m'inscris dans la continuité,forcément avec des choses queje ferai différemment. L'importantpour moi, c'était de retrouver maliberté. Ça a été pénible avant qu'on yarrive tardivement dimanche dans lanuit. Une telle décision devait êtremurement réfléchie. Les derniersjours ont été importants pour moi”.Une discussion avecLaurent Blanc :“J'ai effectivement discuté avecLaurent. Mais c'était juste amical.C'était avant qu'il annonce officiellementsa décision. Je lui ai laissé unmessage pour lui dire que je devenaissélectionneur. Il a besoin de récupérer,de se ressourcer en famille. Je neme sens pas de faire cette démarche,de l'appeler pour savoir ce qui allaitou pas”.Les quatre joueurs (Nasri,Ménez, M'Vila, Ben Arfa)convoqués devantla commission de discipline :ceux qui doivent encadrer et guider la jeune garde.C’est ainsi que Bruno Ecuele Manga, Mehdi Benatia, DembaBa ou encore Papiss Cissé ont été retenus par leurs clubs respectifset privés de Jeux Olympiques. Annoncé dans la sélectiongabonaise dans un premier temps, Ecuele Manga s’estfinalement vu retenu par Lorient, qui ne souhaite plus voir partirson défenseur pour les JO. Un coup dur pour les Panthères quicomptaient sur le solide Breton pour épauler un Rémi Ebanegaprometteur, mais encore juste au niveau de l’expérience du hautde ses 21 ans. La présence du Stéphanois Pierre-EmerickAubameyang vient quelque peu combler cette défection.Des joueurs d’expérience qui vont faire défautLa situation est la même pour la sélection marocaine,amputée de Mehdi Benatia. Le solide défenseur des Lions del’Atlas, pourtant enclin à prendre part aux JO, a lui aussi étébloqué par l’Udinese, à sa grande déception. Benatia a toutessayé, mais son club n’était pas disposé à le libérer, a d’ailleursconfié Pim Verbeek, le sélectionneur des Olympiques.Que dire alors de la sélection sénégalaise, privée de son duod’attaquants Demba Ba-Papiss Cissé ? Les deux Lions de laTeranga ont du être retirés de la liste définitive de Karim SégaDiouf car la Fédération sénégalaise et Newcastle ne sont pasparvenus à trouver un accord pour que les deux joueurs soientlibérés pour l’occasion. Car c’est bien là le fond du problème,les fédérations n’ont pas apporté toutes les garanties,notamment financières, pour s’assurer la présence de leursjoueurs phares. Une chose que des nations comme le Brésil ouencore l’Espagne ont fait sans rechigner. Tout sauf un hasard siaucun des représentants africains ne figure parmi les favorisdans cette édition 2012 des JO....(AFRIK.COM)ÉQUIPE DE FRANCE - DESCHAMPS“Ils n'ont plus le droit à l'erreur”En compagnie de Noël Le Graët, le président de la FFF, Didier Deschamps a donné, ce lundi,sa première conférence de presse en tant que sélectionneur de l'équipe de France. L'ancienentraîneur de l'OM, qui s'est engagé pour deux ans, reconductibles en cas de qualificationau Mondial 2014, a surtout insisté sur “la notion de groupe”.presse lundi.“Ma position est assez communeavec celle du président. Ils passerontdevant la commission qui rendra unedécision. J'aurai ensuite une réflexionapprofondie”.Sa légitimité à la tête des Bleus :“Avec Laurent, on a été associés àde grandes victoires. C'est importantdans ma nouvelle fonction, c'est untrésor dans lequel je peux puiser. Il ya d'autres joueurs en face de nous. Çanous accorde une certaine légitimité.Je veux et je vais définir un cadreavec mon staff. Il y aura deux aspectsimportants : la notion de groupe etl'état d'esprit. Tous les joueurs susceptiblesde porter le maillot del'équipe de France doivent avoir ça enREVUE TOUT TERRAINCHINEGuèye en grève ?L'ex-milieu d'Amiens BenjaminGavanon (31 ans), qui a signé cette annéeun contrat de deux ans au Shenzhen Ruby,et l'ex-attaquant sénégalais de MetzBabacar Guèye (26 ans), qui s'est engagé àShenzhen jusqu'en 2013, envisageraientsérieusement de se mettre en grève. Lesdeux joueurs assurent ne pas avoir touchédes primes promises par le club chinoislors de leur arrivée. Leurs agents sont égalementen conflit avec le club au sujet dupaiement de leur commission.ANGOLAFerrin nouveausélectionneurL’angola tient son nouveau sélectionneur.A la suite du départ de Lito Vidigal,au mois d’avril, la Fédération angolaise aofficialisé l’arrivée de Gustavo Ferrincomme le nouvel homme fort desPalancas Negras. Le technicien de 53 ansva dans un premier temps s’atteler à qualifierla sélection pour la CAN 2013, enAfrique du Sud. L'Angola est dans lemême groupe J des éliminatoires de laCoupe du monde 2014 avec le Sénégal. Àl'issue de la deuxième journée, les Palancasnegras sont 3 e avec 2 points.TRANSFERTSIssiar file à LekhwiyaEn mal de temps de jeu du côté deFenerbahçe la saison dernière, Issiar Diava changer d’air. L’international sénégalaisa été transféré dans le club de Lekhwiya,champion du Qatar et entraîné par l’ancienMarseillais, Damel Belmadi. Aprèsdeux saisons passées en Turquie, l’ailier de25 ans quitte les bords du Bosphorecontre un chèque de 5 millions d’euros enretour pour la formation turque.Park Ji-Sung aux QPRLes Queens Park Rangers réalisent unebonne opération en enregistrant l'arrivéede Park Ji-Sung, 31 ans, en provenance deManchester United. Le milieu de terrainsud-coréen s'est engagé pour deux ans avecla formation dirigée par Mark Hughes quis'est dit très satisfait sur le site officiel duclub : “C'est un vrai bon coup pour QPR”.Les Rangers viennent en effet de signer unjoueur qui a remporté 4 titres de championd'Angleterre et une ligue des champions.tête. Je ne veux pas menacer, je faisconfiance, mais les joueurs n'ont plusle droit à l'erreur”.Les objectifs :“Il y a une échéance importante :se qualifier pour la Coupe du monde2014. Je suis dans cette mission. Lalogique sportive voudrait quel'Espagne termine première dugroupe et que la France soit présenteen barrages. Je ferai tout pour atteindrel'objectif. Le challenge et la missionsont difficiles”.La philosophie de jeu :“Ce qui est important, c'est se battrepour gagner. J'ai toujours eu ça enmoi. Le résultat est la chose la plusimportante. A partir du moment où ily a le résultat, c'est plus agréable deTaiwo prié de setrouver un autre clubDébarqué il y a un an en provenance del'Olympique de Marseille, Taye Taiwo (27ans, 4 matchs en Serie A en 2011) n'a pasréussi à faire son trou au Milan AC. A telpoint que le latéral gauche a été prêté auxQueens Park Rangers en janvier dernier(15 matchs et 1 but en Premier League en2012). De retour en Lombardie, leNigérian se serait vu signifier par les dirigeantsmilanais qu'il pouvait se trouver unnouveau club, croit savoir la Gazzetta delloSport.SHANGHAIAnelka, 800 minutessans marquer...L'aventure en Chine n'est pas de toutrepos pour Nicolas Anelka (33 ans).L'attaquant français, qu'on annonce deretour en Angleterre cet été, est à la peineen ce moment avec le Shanghai Shenhua.Dimanche soir, son équipe a été accrochéepar Jiangsu (2-2) et ne possède plus qu'unpoint d'avance sur le dernier du championnatà présent. Encore muet, Anelkareste maintenant sur 800 minutes sansavoir marqué le moindre but... Solides lesdéfenses chinoises ?MAN. CITYMancini jusqu'en 2017Sacré champion d'Angleterre fin mai,Roberto Mancini a décidé de prolongerl'aventure sur le banc de Manchester City.Arrivé en décembre 2009, le technicienitalien de 47 ans est désormais lié auxCitizens jusqu'en juin 2017.CYCLISME - DOPAGEArmstrong porte plainteLance Armstrong a déposé plainte enjustice lundi contre l'agence américaineantidopage (Usada) dans le but de stopperla procédure disciplinaire pourdopage qu'elle a engagée contre lui, ontannoncé ses avocats. Dans cette plainte,déposée devant un tribunal fédéral àAustin au Texas, les défenseursd'Armstrong soutiennent que les règlesde l'USADA violent son droit à un procèséquitable et que l'Agence ne présentepas de juridiction compétentepour entendre son cas. “C'est une miseen évidence des mensonges de l'Usadaet de son mépris inhumain de la missionqui est la sienne quand elle cherche àpriver M. Armstrong du travail de toutesa vie”, affirment les avocats dans leurmémoire.parler. Je souhaite voir une équipe quiimpose, qui maîtrise, qui soit efficaceet qui aura le moins à subir. Je travailleconjointement l'aspect défensifet offensif. J'ai la possibilité de choisirles meilleurs parmi les meilleurs.Mais la notion de groupe est importante,car l'important c'est le résultat”.Son futur adjoint Guy Stephan :“J'ai commencé une collaborationavec lui quand je suis arrivé àMarseille. Il y a une relation deconfiance entre nous. On n'a pasbesoin de parler pour se comprendre.La notion de staff est importante.C'est surtout une relation deconfiance qui existe”.(FRANCEFOOTBALL.FR))www.enqueteplus.comnuméro 326 • mardi 10 juillet 2012


C M J NSPORTSpage 12LUTTE - ENTRETIEN AVEC ZOSS“Si Boy Niang m'avait battu,j'allais abandonner la lutte”C'est un Zoss à la mine heureuse qui a débarqué à l'Unité 4 des Parcelles Assainies. Dès sa descente deson véhicule 4x4, le chef de file de l'écurie Door Doraat est accueilli par une foule qui commence à semassifier. “Zooooooss !”, crient certains qui s'empressent de le saluer et de le féliciter. “Mon enfants'était égaré lors de ton combat”, dit une jeune dame. Auréolé par sa victoire devant Boy Niang 2, dimanche,Zoss a rejoint l'école élémentaire PA Z pour une autre séance d'entraînements. Mais avant decommencer ses exercices devant ses fans qui, en chantant, exhibent le trophée, le grand-frère de GargaMbossé a échangé avec les journalistes. “Je veux Tyson”, clame-t-il.PAR ADAMA COLYZoss, après une défaite contre PapaSow, vous réussissez à relever ledéfi de battre Boy Niang 2.Comment avez-vous vécu cesmoments ?Je ne fais que remercier Dieu pourcette victoire qu'il m'a offerte. Toutpeut arriver dans la vie, on tombe, onse relève après. J'avais une autre stratégiepar rapport à ce combat maisj'ai dû me résoudre aux conseilsqu'on m'avait donnés. Maintenant, jen'applique que les conseils qu'on medonne. Parce qu'à l'époque, je n'admettaispas d'attendre mon adversaire.Pourquoi vous a-t-on conseillé dene pas attaquer Boy Niang ?Boy Niang est un lutteur qui esttoujours sur la défensive alors que jesuis un lutteur offensif. Chacunessayait de s'appuyer sur son pointfort. Hier (dimanche), je l'ai piégédans ce qui fait sa force. Je l'aipoussé à la faute, c'est-à-dire à êtreoffensif, pour pouvoir le terrasser.Après le combat, Boy Niang acontesté votre victoire, arguant quel'arbitre avait sifflé pendant l'actionqui a mené à sa chute hors du cercle?Il était simplement stupéfié (rires).Parce que lui, qui était dans une belleascension, espérait passer par moipour arriver à un niveau plus haut.C'étaient ses calculs, donc il ne pouvaitaccepter de perdre ce combat dela sorte. C'est seulement ça. On saitque je l'ai battu avec la manière, je luiai fait un placage exceptionnel.Il a dit qu'il va déposer un recoursauprès du Comité national de gestionde la lutte (CNG)...(Rires) C'est jeter de l'argent par lafenêtre parce que sa défaite ne faitpas l'ombre d'un doute. Chacun peuten juger ; donc en arriver à saisir leCNG, ce n'est pas très fair-play, ildevrait me féliciter, rien que pour labeauté du sport. Ils doivent croire enDieu parce que ce qu'il est en train defaire n'est pas un beau geste.Quel statut vous a conféré cette victoire?Ça montre tout simplement mavraie valeur. Je ne peux pas comprendrequ'on donne Boy Niang favoridans un combat de ce niveau, alorsque vous avez vu les prouesses quej'ai réalisées, les ténors que j'ai battus.Nombre de personnes avaientmisé sur lui ; même certains reportagesavaient tendance à me snobercomme si je n'étais pas son adversairealors que la lutte implique toutle monde. Il faut qu'on fasse de beauxgestes aussi parce que je fais des largessesà chaque fois que je croise lescommunicateurs traditionnels. On atous nos mamans et papas et chacunse bat pour entretenir sa famille. Maiscela permet de bien se situer. On nepeut pas concevoir notre passivitépendant les dix premières minutes.Mais quand il s'est engagé, je l'aibattu à la seconde près. Ça ne pouvaitque se passer ainsi parce qu'il saitque je l'aurais terrassé en un tempsrecord s'il m'avait attaqué très tôt. Jene boxe pas dans la même catégorieque ces jeunes-là (il se répète). Jecrois que je dois pouvoir arriver à unautre niveau plus haut, c'est d'ailleursmon principal objectif.Quel niveau ?Ce n'est pas une chose qu'on peutdire à l'instant même, mais je prieDieu d'y arriver. J'ai accepté ce combatuniquement pour confirmer queje ne boxe pas dans la même catégorieque lui. Vous savez que si ce gossem'avait battu, ça m'aurait peut-êtrepoussé hors de la lutte, parce que jen'aurais eu aucune valeur après. Jesais donc pourquoi j'ai accepté del'affronter. Le travail que je fais nevise pas ces jeunes. Il y aussi desparoles qui me blessent : “C'est unhomme de chance...”. Qu'est-ce quecela veut dire ? J'ai travaillé pourgagner et les gens n'ont rien trouvéque de dire ces choses-là. Je me suisbien entraîné pour gagner ; je meréveillais à 4 heures du matin pourvenir ici (école PA Z) ; je me suisrendu également aux États-Unis pourme préparer. Donc j'ai mérité monsort.“Zoss est imprévisible”Donc, le fait de donner Boy Niangfavori vous a fait mal ?Si les gens avaient bien écouté lesanalyses de Tapha Guèye (ancienTigre de Fass), ils allaient mieux comprendreles enjeux du combat. Il avaitdit : “Zoss est imprévisible”. Moi, personnene peut me calibrer. J'adopte lalutte simple au moment où vous vousattendez à ce que je me bagarre etvice versa. Je peux attaquer aussi aumoment où vous pensez que je vaisêtre dans la défensive. Nombre degens ne connaissent pas ma stratégie.J'ai fait les “mbàpàt” (lutte simpletraditionnelle), j'ai fait du chemin.Ceux qui connaissent mon parcoursm'ont donné favori. Ceux qui se prononcentne sont pas d'ailleurs desamateurs de lutte, ce sont plutôt dessupporters. Ce n'est pas une bonnemanière de faire des analyses, il fautinterroger des experts.Vous avez dit avoir appris la boxeaux États-Unis. Pourquoi n'avezvouspas opté pour la bagarrecontre Boy Niang ?Parce qu'il n'a pas opté pour labagarre.Mais vous auriez pu aussi opterpour la bagarre...On ne peut pas opter pour labagarre ex-nihilo. Il est plus grandque moi, donc il faut une stratégiespéciale pour l'affronter dans cedomaine. Quand il s'est avancé, j'aisurveillé ma garde et je l'ai attendumais il a refusé de donner un coup ;ensuite, il s'est baissé. S'il avait tentéde me donner un coup, le combatallait finir à ce moment. S'il avaitfrappé, on allait se lancer dans labagarre mais il ne l'a pas fait. Doncs'il m'avait frappé et que je réagisse,il allait m'attaquer par surprise par lebas. Je sais bien comment je lutte.“Je ne suis plus l'ascenseurde personne, je veux Tyson”Le combat comptait beaucouppour toi. Est-ce qu'on peut savoircombien vous avez dépenser financièrement?J'ai beaucoup dépensé. Ça tourneau autour de dix millions de F Cfa surtous les plans : mystique, préparation,organisation... S'il fallait plus dedix millions pour gagner, j'allais lefaire car le combat en valait la peine.Je ne veux plus accepter qu'on mepaie, moi et mon adversaire, et qu'ilme domine mystiquement. Il fallait ymettre un terme.Par rapport aux avertissements,pensez-vous pas qu'on pourra faireune ponction sur vos reliquats ?Non, ce n'est que deux avertissementset avec deux avertissements,on ne peut rien enlever sur votrecachet ou reliquat. J'ai tenu à êtreaccompagné par le nombre de personnesindiqué par le Cng ; lesautres, je leur ai acheté des ticketspour ne pas être en maille avec leCng. J'ai respecté le règlement. Jesuis venu à l'heure et j'ai fait mon“bakk” (pas de danses) tôt pour nepas déranger ou provoquerquelqu'un. Vous avez vu que j'étaisbien dans mon coin et ce sont euxqui venaient pour nous provoquer.Je me suis dit que tout allait se passerdans l'enceinte de l'arène. Ilsauront beau être avec lui, à la fin,on ne sera seuls, lui et moi, aumilieu de l'arène.Amanekh vous a défié après votrevictoire, que répondez-vous ?Non, je ne suis pas là pour donnerdes chances aux jeunes, je vise loin,j'ai dépassé ces jeunes. Ils n'ontencore rien fait dans l'arène pour medéfier. Ils n'ont rien montré pour queje leur donne une chance. Je ne suispas un jeune, je suis majeur (il serépète). Je vais lutter avec les gens dema génération.Vous voulez dire que vous n'êtesplus l'ascenseur des lutteurs ?(Catégorique). Je ne suis plus l'ascenseurde personne. Un ascenseurest un instrument qu'on prend pouraller plus haut. Alors, moi je les freine.Mais Sa Thiès est un probableadversaire...(Il coupe). Non, vous ne m'avez pasentendu, ce n'est plus moi qui vaisaccepter d'affronter ces jeunes.Maintenant ce sont qui vos adversaires?Qu'on me donne les lourds seulement,je ne vois qu'eux en cemoment. Puisque que je suis entré àPikine, avant d'en sortir, je dois croiserle fer avec un ténor de la localité.Comme qui..Tyson c'est bon, je me vois bien leprendre.On dirait qu'il y a un nouveau Zossdepuis que vous êtes revenu survotre décision de quitter l'arène ?Au début, je n'avais pas pris ausérieux la lutte. Je n'accordais pasd'importance au mystique etautres. Je croyais que les maraboutsne faisaient que bouffer votreargent. Mais quand je suis revenu,c'est avec force et je travaille pouravancer. Si j'avais décidé de quitter,c'était juste que je ne pouvaisplus accepter de travailler sansavancer. Si tel doit être le cas,mieux vaut arrêter. Je ne serai pluslà à lutter avec des jeunes ou pourleur donner une chance et lutterchaque fois pour des cachets de dixet quinze millions. C'est fini maintenant! Je veux gagner beaucoupd'argent dans la lutte. Au cascontraire, j'abandonnerai pour allervoir ailleurs. Je ne vais plus lutteravec des jeunes, qu'on me donneTyson.Vous avez commencé votre saisonpar une défaite et vous l'avez terminéepar une victoire. Quelle analyseen faites-vous ?On rend grâce à Dieu, on ne pouvaitéviter notre destin.Vous voulez beaucoup d'argent aumoment où les promoteurs disentqu'ils ne vont plus payer certainscachets. Que répondez-vous ?Ils ont le droit d'en décider ainsi,mais il faut que les gens soient d'accord.Je pense que les lutteurs doiventaussi se rencontrer pour en discuter.www.enqueteplus.comnuméro 326 • mardi 10 juillet 2012

More magazines by this user
Similar magazines