- 1 -

gis.id64.fr
  • No tags were found...

VF CR GIS 2005 avec annexes - Gis-id64.fr

- 1 -


iD64

CDEO Quartier Ahetzia

64130 Ordiarp

Tél : 05 59 28 05 87

Fax : 05 59 28 19 90

Courriel : jm.arranz@ccdeo-ordiarp.fr

i.masle@ccdeo-ordiarp.fr

GIS iD64

Compte rendu d’activité 2005

Avec la Participation financière de :

- Conseil Régional d’Aquitaine

- ADEPFO

- Ministère de l’agriculture

- ONILAIT

Comptes rendus rédigés par :

Jean-Marc ARRANZ

Isabelle MASLE

Février 2006

- 2 -


2005 : l’affirmation d’une méthode de travail et la

construction d’un programme de recherche

Sommaire

1. Le fonctionnement des différentes instances du GIS..............................................................4

2. Animation et secrétariat du GIS..............................................................................................5

3. Les Etudes ...............................................................................................................................6

4. Relation avec les autres GIS et les réseaux « Recherche Développement »...........................7

5. Perspectives pour 2006............................................................................................................8

Annexes:

Conseil de Groupement Compte-rendu de la réunion du 08/02/2005.............................................9

Conseil de Groupement Compte-rendu de la réunion du 08/07/2005..........................................13

Conseil de Groupement Compte-rendu provisoire de la réunion du 07/10/2005 .........................25

Conseil Scientifique et Technique du 22 novembre2005 à Toulouse...........................................28

Groupe de travail Axe 3 : « Exploitations » Le 31 mai 2005 à Navarrenx...................................35

Groupe de travail Axe 1 : « Exploitation » 08 septembre 2005 à Navarrenx ...............................38

Groupe de travail Axe 1: « Animal & Plante » Le04 octobre 2005 à Navarrenx .........................43

- 3 -


2005 : l’affirmation d’une méthode de travail et la

construction d’un programme de recherche

Après la signature de la convention GIS en octobre 2003, l’année 2004 a été d’abord une année de

mise en place de l’outil GIS. En 2005, la part liée à la mise en place reste importante (démarrage des

groupes de travail, mises en réseau, support de communication et information…), mais la partie liée

au programme d’étude prend de l’ampleur, et ce au niveau des 3 axes définis :

- « l’animal et la plante : techniques de production »

- « les qualités des produits »

- « la viabilité des exploitations »

Le contenu d’un programme et d’orientations se dessine. Le partenariat (à bénéfices réciproques)

entre les différents membres signataires de la convention prend forme. Toutefois, le GIS reste

encore très lié au CDEO, tant par l’implication du CDEO et de son bureau d’étude dans les études

que pour le fonctionnement du GIS.

1. Le fonctionnement des différentes instances du GIS

1.1. Le Conseil de groupement

Celui-ci s’est réuni3 fois en 2005 :

- 8 février 2005 (annexe 1)

- 8 juillet 2005 (annexe 2)

- 7 octobre 2005 (annexe 3)

Le Conseil de Groupement a consacré une part importante de ses travaux à la consolidation du GIS,

mais aussi aux actions de recherche qui vont constituer son champ d’action, qu’il s’agisse des études

en cours de réalisation, celles en cours de montage, ou celles en débat.

Au-delà des thèmes déjà référencés, des demandes spécifiques ont été faites en 2005, en particulier

par le Syndicat de Défense AOC Ossau Iraty :

- demande au GIS pour animer un programme d’étude sur la complémentarité Plaine

Montagne

- demande de travail sur une alternative au traitement des croûtes de fromages compte tenu de

l’interdiction prochaine de certains traitements.

En ce qui concerne l’INRA, 2 projets ont été portés en particulier :

- la thèse sur les « Instruments de gestion et formalisation de connaissances pour la gestion des

ressources génétiques locales».

- une proposition de « Sélection participative des espèces fourragères ».

Au plan statutaire, il a été procédé à l’élection du Vice Président du Conseil de Groupement (Martin

Arhancet, représentant du collège producteurs de l’Interprofession).

Compte tenu des besoins spécifiques liés à « la mise en place de l’outil », le Conseil de Groupement

a maintenu le rythme de 3 réunions en 2006.

1.2. Le Conseil Scientifique et technique

Après une phase nécessairement lourde de mise en place du Conseil Scientifique et Technique (CST)

en 2004, le CST a pu fonctionner en 2005 conformément à son rôle statutaire :

- un CST plénier le 22 novembre 2005 à Toulouse

- une participation des membres aux groupes de travail par axe ou par des relais

- 4 -


- une contribution effective pour construire des projets de recherche, ou s’associer à des

programmes de recherche.

Lors de la réunion du 22/11 (annexe 4), le CST a pu émettre des avis sur l’ensemble des thèmes

traités, tant sur les aspects méthodologiques que sur les résultats et les suites à donner.

1.3. Les groupes de travail par axe

Les groupes de travail ont été formés en associant :

- les membres du Conseil de Groupement intéressés

- des chercheurs (sur proposition des membres du Conseil Scientifique et Technique) et des

techniciens concernés et intéressés par les thèmes.

Le groupe ‘axe 3’ sur la ‘viabilité des exploitations’ (annexes 5 & 6) a été mobilisé le premier, compte

tenu de l’urgence des préoccupations formulées par le syndicat de défense AOC Ossau Iraty sur le

projet Complémentarité Plaine Montage, mais aussi sur l’accompagnement des producteurs vis-à-vis

de l’évolution du Cahier des Charges AOC. Les autres thèmes liés à cet axe ont été abordés :

autonomie, attractivité du métier et conditions de travail, diagnostics pastoraux et systèmes agropastoraux.

Le groupe ‘axe 1’ sur les techniques de production ‘l’animal & la plante’ (annexe 7) s’est réuni une

première fois en septembre : ont été traités en priorité les sujets concernant la production

fourragère : séchage en grange, cirphis (ravageur des prairies), herbe. Sur ce dernier thème, un

programme de recherche développement (sélection participative sur les espèces fourragères) a été

soumis à la discussion. Une 2 ème réunion est à programmer durant le 1 er semestre 2006 pour traiter

les aspects zootechniques (alimentation, reproduction, sanitaire).

Le dernier groupe, ‘axe 2’ sur ‘les qualités des produits’ se réunira en janvier 2006. Les interrogations

dépassent souvent le cadre filière, et l’effort devrait porter sur une coordination accrue avec les

programmes nationaux.

2. Animation et secrétariat du GIS

2.1. Le personnel

Les fonctions de secrétariat et d’animation du GIS sont aujourd’hui principalement assurées par le

CDEO : le bureau d’étude du CDEO met à disposition, pour partie de leur emploi du temps, 2

ingénieurs :

- Isabelle Masle (28 jours en 2005), ainsi que 10 jours pour l’étude « Caractérisation

nutritionnelle »

- Jean-Marc Arranz (30 jours en 2005), auquel il faut rajouter 30 jours sur le dossier

Prospective Génétique.

En 2005, le temps total affecté correspond à 0.5 équivalent temps plein.

Cette part devrait augmenter significativement en 2006 si on considère les actions qui vont être

entreprises sous l’égide du GIS.

2004 2005

Jours* Charges

spécifiques

Produits

spécifiques

Jours* Charges

spécifiques

Produits

spécifiques

Animation (CG CST 63 1 000 58 1 000

grpes W)

9 150

Communication GIS

5 500

Prospective Génétique 34 14 000 28 118 30 10 500 6 793

Caractérisation

10 2 800

nutritionnelle

Complémentarité PM

- 5 -


2.2. Communication et information

A la création du GIS, il avait été jugé important de travailler sur l’identité du GIS, de faire valoir sa

spécificité en le démarquant de l’outil outil de recherche qu’était la SICA CREOM.

Ce travail a été mené en 2004 et 2005, dans une démarche de formation action (co-financée par

l’ADEPFO), en faisant appel à une agence de communication (Euphorie Pau).

Un travail collectif a été fait sur le «sens » et les « images », débouchant sur :

- Un nom : iD64

- Un logo, une charte graphique, une mise en page pour les documents, publications.

La réflexion se poursuit pour la production d’un bulletin périodique (cible, format, périodicité..), et a

plus long terme un lieu d’existence sur Internet.

2.3. Tableaux de bord de suivi d’activité

Les professionnels des instances du GIS ont besoin d’outils de suivi de l’activité sur l’ensemble des

dossiers évoqués ou instruits par le groupement. La structure de ces tableaux de bord est en cours

d’élaboration et ils devraient être opérationnels dans le courant du premier trimestre 2006.

3. Les Etudes

Les 2 thèmes majeurs inscrits dans le programme ont été développés.

3.1. L’étude prospective génétique

Le principe de réalisation d’une « Etude prospective génétique sur les races ovines laitières des

Pyrénées » a été décidé en décembre 2003.

Cette étude est quasiment achevée en ce qui concerne la construction de scénarios généraux et de

scénarios génétiques. Une première plaquette a été diffusée cet automne, la démarche a été présentée

et discutée en plusieurs lieux.

En 2006, l’effort portera sur la valorisation de ce travail et son utilisation (animation, publication).

Vis-à-vis de l’UPRA, l’enjeu est important : il s’agit de prendre les décisions stratégiques sur les

orientations de sélection (critères, options raciales, adéquations entre les ambitions et les moyens) en

se référant aux différents scénarios (minimiser les risques ou pari sur un scénario, décisions

permettant de favoriser l’un ou l’autre des scénarios).

3.2. Caractéristiques nutritionnelle du lait et des fromages de brebis

Cette étude s’inscrit dans le cadre des activités menées par le Conseil spécialisé Ovin(s) lait de

l’ONILAIT. Cette étude apparaît particulièrement opportune, d’autant que des travaux analogues

ont été (lait de vache) ou sont (laits de chèvre) menés actuellement. De plus, au plan réglementaire

européen, le principe d’un étiquetage plus fin des produits (faisant mention des teneurs en acides

gras ‘trans’ par exemple’) est en discussion.

Cette étude, coordonnée par le CNBL, s’appuie sur les 3 bassins lait de brebis français, en

s’intéressant aux laits de grands mélange. Les analyses sont en cours, les principaux résultats

devraient être disponibles en 2006.

3.3. Autres thèmes

Il faut aussi évoquer les travaux qui ont été réalisés dans le cadre des activités des membres du GIS

et qui ont pu être abordés, d’une façon ou d’une autre, dans les réunions du GIS.

On peut en particulier rappeler les études du bureau d’étude du CDEO (voir « CR Bureau d’études

du CDEO 2005 » disponible au Centre Ovin) qui seront progressivement rattachées au GIS :

- 6 -


- étude du PCD Soule sur l’ « attractivité du métier d’agriculteur en Soule » (rapport de stage

d’Emile Salvi ISARA)

- « La complémentarité Plaine Montagne : une solution au déficit fourrager des exploitations

en AOC Ossau Iraty ? » (Rapport de stage de Bertand Cailly Master ENSA Rennes)

- commande par l’IPHB d’un diagnostic prospectif sur l’activité pastorale des Vallées du Haut

Béarn, et contribution spécifique sur l’étude des systèmes agro-pastoraux : « Exploitations et

systèmes agro-pastoraux : mutations, perspectives et approche de la durabilité » (rapport de

stage de Béatrice Fornes Master ENSA Rennes).

- élaboration d’un outil d’appui technique pour les éleveurs visant à une approche globale des

contraintes des exploitations et à pouvoir simuler des évolutions des systèmes de production

pour la mise en conformité (Ardiag)

De plus, on peut aussi citer :

- un master de géographie à l’UPPA sur les contraintes agri-environnementales (engagements

et impact de la PHAE dans la zone AOC Ossau Iraty)

- les programmes ADAR et ONILAIT pilotés par l’Institut de l’Elevage sur les accidents

technologiques (lainures), et sur le travail lié à la transformation fermière.

- l travail interprofessionnel sur la maîtrise des pathogènes en production fromagère fermière

(GBPH, plans d’intervention).

4. Relation avec les autres GIS et les réseaux « Recherche Développement »

Le développement des relations et des liens avec les autres GIS se poursuit :

- Pôle fromager AOC Massif Central :

o participation au groupe national ‘Séchage en Grange’ (février 2005)

o participation aux travaux sur les germes pathogènes (Comité de Pilotage Salmonelle)

- En ce qui concerne l’étude sur la Caractérisation nutritionnelle des laits et fromages de

brebis, elle se fait en contact étroit avec les équipes qui mènent les mêmes travaux sur lait de

vache (INRA Theix) dans le cadre du GIS Alpes du Nord et du Pôle fromager AOC Massif

Central.

- GIS Alpes du Nord :

o Des relations surtout sur les aspect microbiologie et conduites d’élevage, et la

participation du GIS AdN à nos travaux sur la qualité des produits.

- GIS Amalthée :

o Ce GIS, animé par les professionnels de la maison du lait (CNIEL, ARILAIT) a un

rôle d’orientation sur les programmes nationaux touchant à la qualité des produits

laitiers (4 à 5 réunions par an).

- Parmi les réseaux de travail, plusieurs lieux :

o convention INRA INAO (séminaire en Novembre)

o GIE élevage Midi Pyrénées : à partir des discussions sur la Tomme des Pyrénées,

réflexions sur le développement d’un pôle de recherche appliqué « massif Pyrénées »

sur les produits laitiers

o Chambre Régionale d’Aquitaine : réflexions sur la restructuration des outils

d’expérimentation agricole en Aquitaine (juin 2005).

o Participation aussi aux travaux de la Commission spécialisée ovine et caprine de

l’INRA.

- 7 -


5. Perspectives pour 2006

La période de mise en place du GIS est aujourd’hui bien avancée :

- groupes de travail par axe opérationnels,

- construction d’un programme et du champ d’action pour les années à venir (cette phase se

terminera en 2006) ;

- démarche sur les outils de communication. La conception des supports de diffusion (journal

ou bulletin, site internet.) sera poursuivie, mais elle doit se raisonner en fonction des coûts ;

- des tableaux de bord d’activité à tester et à faire vivre.

- Le rééquilibrage, en terme de participation aux activité du GIS, entre les différents membres

du GIS doit rester un objectif majeur pour les années à venir si l’on veut que celui-ci prenne

tout son sens, et gagne en efficacité, en particulier dans sa capacité à mobiliser des ressources

humaines et financières autour de ses projets.

Le GIS s’orientera plus vers une phase opérationnelle de mise en place d’études, d’instruction de

dossiers, de réalisation d’études :

- Etudes en fin de réalisation et phase de diffusion :

o Etude prospective génétique

o Caractéristiques nutritionnelles des laits et fromages de brebis

- Etude en début de réalisation :

o Complémentarité Plaine Montagne et reconquête de l’autonomie fourragère des

exploitations

o Thèse sur les outils de gestion

- Programmes en cours d’instruction :

o Adaptation des systèmes d’élevage

- Programme à monter en partenariat :

o Séchage en grange

- Thèmes en débat :

o Eco systèmes microbiens, en particulier sur les flores de surface

o Santé animale

- 8 -


GIS Recherche sur les ovin lait des Pyrénées Atlantiques

Conseil de Groupement

Compte-rendu de la réunion du 08/02/2005

PRESENTS :

- AREOVLA : Mi. ARHANCET, S. DUPIN

- CDEO : J.L. BONNEMASOU-CARRERE, E. HARITCHELAR,Cl. SOULAS,

- Secrétariat : I. MASLE, J.-M.ARRANZ,

- Chambre d'Agriculture : D. LARTIGUE, Ma OCAFRAIN,

- CNBL : G. LAGRIFFOUL

- GDS 64:A. ETCHEBARNE, Th. ROTIS ,

- INRA : B. BIBE,

- Institut de l'Elevage : J. SEEGERS,

- Interprofession Lait de Brebis :Ma. ARHANCET, F. MILLET

- Syndicat de défense AOC Ossau Iraty : C. BARRERE

EXCUSES :

- Ph. EVRARD, G. LAGRIFFOUL, L. ESTIENNE

ORDRE DU JOUR :

Matin :

- Approbation du Compte Rendu du 8 octobre

- Compte rendu d’activité administratif 2004

- Axes et groupes de travail

- Méthode de travail

Après-midi :

- Points statutaires

- Dossiers et sujets d’actualité

- Projet d’un tableau de bord ‘Etudes et recherches’

- Questions diverses.

1- Approbation du CR de la réunion

du 08/10/04

Le projet de CR est adopté, avec les remarques

transmises par Mr Evrard.

2- Projet de CR administratif 2004

Suite à l’envoi du projet de CR, plusieurs

remarques sont formulées : listes des membres

du CG à reprendre, mieux expliciter le travail

mené, et en particulier les liens avec les autres

GIS, le rôle de secrétariat/animation. Un

nouveau projet (sans les annexes) sera proposé.

Pour ce qui est de la diffusion, la discussion

fait apparaître la nécessité de se doter de

moyens de communication spécifiques. Une

démarche d’élaboration des outils de

communication est en cours (avec aide de

l’agence Euphorie).

On se fixe de créer une plaquette ‘4 pages’

d’information et de présentation du GIS pour

l’automne 2005.

3- Axes et groupes de travail

Après avoir rappelé les 4 niveaux

d’orientations techniques inscrites dans la

convention ainsi que les idées proposées par le

CST, le principe de reformulation en 3 axes est

retenu :

- Axe 1 : Proposer des pratiques de

production adaptées (l’animal):

o valeur des fourrages

o conduite des animaux

- Axe 2 : Améliorer la qualité des

produits (les produits):

o maîtrise technologique des fabrications

fromagères

o lait cru et typicité du fromage de brebis

- 9 -


o caractéristiques nutritionnelles du lait de

brebis

o qualité et traçabilité

- Axe 3 : Etudier la viabilité des

exploitations dans leur contexte

économique et territorial (l’exploitation) :

o conséquences des évolutions

réglementaires (PAC, cahier des charges

AOC…) sur la pérennité des exploitations

(simulations)

o élaboration de scénarios

L’hypothèse d’un 4 ème axe sur le territoire est

évoqué, mais on se heurte toujours à la

difficulté d’en définir l’orientation : sous l’angle

de la perception du consommateurs, de celle

des acteurs et des décideurs, ou du monde

agricole ?

Pour Mi Arhancet, il faut surtout travailler sur

les méthodes, et le sens (définitions) que l’on

veut y mettre. Attention à bien mesurer que la

profession agricole a de moins en moins de

poids dans les enjeux territoriaux

Dans un premier temps, il sera plus facile de

traiter cette dimension en la rattachant aux

autres axes.

Un 5 ième axe, sur les consommateurs est aussi

mis à discussion. Ce thème est perçu comme

réellement important, mais les avis sont

partagés entre la possibilité de le traiter dans

l’axe 2 (mais ne sera-t-il pas trop chargé ?), ou

d’en faire un axe à part.

M ame Millet évoque le projet de travail au sein

du Conseil spécialisé de l’ONILAIT sur ce

thème (enquête image).

Elle fait part aussi de l’importance du travail à

mener sur la traçabilité.

En ce qui concernent les axes 4 et 5, il s’agit de

sujets qui dépassent le champs traditionnel

d’intérêt et de compétence des membres du

GIS : il faudra trouver des liens avec d’autres

acteurs ou interlocuteurs.

4- Méthode de travail des groupes

Le principe de retravailler au sein de groupes

de travail (ou de comités de pilotage) est

présenté : il s’agit de relayer l’activité du conseil

de groupement et du conseil scientifique et

technique par des groupes spécialisés

constitués de personnes, chercheurs,

techniciens et professionnels concernés par les

thèmes à traiter. Ces groupes doivent être bien

articulés avec le conseil de groupement, d’où

l’intérêt qu’un maximum de membres du

conseil de groupement y participe. Il faut aussi

que les membres du Conseil scientifique et

technique soient associés pour la sollicitation

de chercheurs.

Il est proposé que l’animation des groupes de

travail soit organisée en tandem : 1 membre du

conseil de groupement +1 membre du conseil

scientifique et technique désigné par les

membres du groupe.

Un tour de table permet de préciser les axes

sur lesquels les différents organismes et

personnes seraient les plus impliqués :

L’objectif est de mettre en place ces groupes

de travail le plus rapidement possible de

manière à avoir pour l’automne une expression

claire des thèmes prioritaires, et de pouvoir les

proposer au conseil scientifique et technique.

Un point sera fait en juillet lors du prochain

conseil de groupement.

Organisme Personne Axe 1 Axe 2 Axe 3 Autres axes

AREOVLA Mi Arhancet * 4 : territoires (à voir)

5 : consommateurs

CDEO Cl Soulas * * 4 : territoires

Chambre

d’Agriculture

D Lartigue

JM Anxolabehere

Ma Oçafrain

*

GDS 64 A Etchebarne * *

Interprofession Ma Arhancet

F Millet

*

*

* 5 : dossier image

consommateur

Syndicat AOC C Barrère * * A discuter, mais aussi5,

voire 4

*

*

*

- 10 -


5- Aspects statutaires

5.1) Projet d’adhésion de l’UPPA au GIS :

Intervention de M ame Pannetier Mme Christiane

Elorga :

M ame Pannetier présente les activités du

l’UPPA, et en particulier celles qui peuvent

motiver des collaborations avec le GIS (cf.

pièce jointe). La discussion qui suit permet

d’approfondir l’intérêt réciproque de ces

collaborations.

Le principe d’un élargissement du GIS ne pose

pas de problème sur le principe, et chacun

mesure l’intérêt de « contractualiser sur le

fond » et de trouver une synergie entre nos

structures respectives. Le regard extérieur de

l’Université est intéressant, et il serait

dommage de se priver des forces de

l’Université.

Il est tout fois demandé de ne pas écarter les

autres centres universitaires régionaux, en

particulier celui de Bordeaux : il faut prendre le

temps d’échanger avec eux, et évaluer

l’opportunité d’un partenariat plus large.

Il est aussi demandé de voir si les statuts

n’autorisent pas des formes de collaboration

sans adhésion pleine et entière.

5.2) Election du Vice Président

Jean-Louis Bonnemasou Carrère rappelle le

besoin d’élire rapidement un Vice Président,

pour épauler le Président, mais aussi préparer

la suite (le premier mandat arrivant à échéance

cet automne).

Il n’y a pas à ce jour de candidat déclaré, seuls

les représentants de la Chambre d’Agriculture

ayant fait savoir par courrier qu’ils ne

souhaitaient pas brider / briguer ?? ce poste.

En l’absence de candidat déclaré, un « portrait

robot » est dressé :

Il faut que la personne ait envie de s’impliquer

personnellement dans le GIS et sa

construction, avec une réelle volonté de

rapprocher les gens. L’idée exprimée est qu’elle

soit, au maximum, dégagée des pressions

professionnelles, syndicales ou politiques.

En l’absence de candidat, l’élection est remise

au prochain conseil de groupement.

Des démarches seront faites d’ici cet auprès

des membres du conseil pour relancer les

candidatures.

6- Dossiers et sujets d’actualité

Compte tenu de l’heure avance, il est convenu

d’effectuer une très rapide présentation des

différents thèmes inscrits à l’ordre du jour :

6.1) Etude sur l’attractivité de l’agriculture

en Soule (Communauté des Communes de

Soule) (avec INRA d’Ivry- J Rémy) : Claude

Soulas fait part de l’historique de la démarche

PCD Soule et de la décision, en décembre

2004 de mettre sur pied une étude sociologique

sur « l’attractivité de l’agriculture en Soule ».

Cette étude reste commanditée par la

Communauté des Communes d e Soule, mais

le co-encadrement sera assuré par le bureau

d’étude du CDEO. Une stagiaire de l’ISARA

réalise un stage de janvier à juillet 2005. Il est

précisé que ce thème est aussi inscrit dans les

préoccupations du PCD de Basse Navarre.

6.2) Autonomie fourragère des

exploitations et complémentarité piémont -

montagne :

Mr Lartigue indique que ces thèmes sont

inscrits au programme des préoccupations du

Groupe fourrage de la commission ovine EDE

64. En ce qui concerne la mise en place d’une

filière de transfert de fourrage entre la zone

montagne et le piémont, il a été proposé de

réaliser une étude de faisabilité en préalable à la

mise en place d’une filière organisée. La

question de la maîtrise d’ouvrage des ces

questions n’a pas été encore tranchée.

Le CDEO a fait une proposition de stage

(stagiaire arrivant en mars) sur ce sujet pour

2005.

6.3) Diagnostic prospectif de l’activité

pastorale des Vallées Béarnaises : (cf.

document joint)

Après avoir rappelé que le projet est porté par

le CDEO, le Centre de Ressources en

Pastoralisme du LPA d’Oloron, la Chambre

d’Agriculture des Pyrénées Atlantiques et

l’Association des éleveurs transhumants des 3

vallées, C. Soulas présente le projet et la

méthode en 4 volets (l’estive comme ressource

fourragère, comme lieu de vie et de travail,

comme prolongement de l’exploitation,

comme élément du patrimoine collectif). Ce

- 11 -


projet devrait être mené sur 2 années. Des

besoins méthodologiques ont été exprimés, et

le GIS doit permettre d’y répondre.

6.4) Le travail dans les ateliers de

production fromagère fermière)

6.5) Maîtrise technologique en

transformation fermière : les lainures

Isabelle Masle évoque la participation du

CDEO aux groupes de travail nationaux sur la

production fromagère fermière. La FNEC est

particulièrement active dans ces groupes, et il

est regretté que la producteurs de fromage de

brebis ne soient pas mieux représentés : un

appel à candidature est réitéré.

Le bureau d’étude du CDEO a participé en

2003 au montage de 2 dossiers d’étude. Les 2

dossiers sont présentés rapidement (cf.

documents joints). Le premier a été mis en

place par la FNEC, et cherche d’abord à

répondre aux préoccupations des producteurs

de fromage de chèvre (appel d »offre ADAR).

Le 2 ème dossier, défendu par l’Institut de

l’élevage (financement ONILAIT) et traite de

problèmes technologiques, dont un qui

concerne de près les fabrications en pâte

pressées non cuites (lainures).

7- Projet d’un tableau de bord

« Etudes et Recherches »

Un projet de document en format A3 est

présenté et rapidement décrit (cf. document

joint). Il est demandé à chacun de réagir de

manière à pouvoir retravailler la forme pour la

prochaine réunion.

Prochain Conseil de Groupement le vendredi 8 juillet 2005

- 12 -


GIS Recherche sur les ovin lait des Pyrénées Atlantiques

Conseil de Groupement

Compte-rendu de la réunion du 08/07/2005

PRESENTS :

- CDEO : E. Haritxelar, C. Soulas,

- Chambre d’Agriculture 64 : J-M Anxolabèhere, D. Lartigue, Ma. Oçafrain,

- CNBL : G. Lagriffoul,

- GDS 64 : A. Etchebarne, Th. Rotis, J. Maupomé,

- INRA : B. Bibé, Ph. Evrard,

- Institut de l’Elevage : J. Seegers,

- Interprofession : Ma. Arhancet, F. Millet,

- Syndicat de défense AOC Ossau Iraty : J-C. Mirassou, C. Barrère,

- Animation GIS : J-L. Bonnemasou Carrère, J-M. Arranz, I. Masle.

ABSENTS / EXCUSES :

- AREOVLA : X. Cachenaut, S. Dupin,

- Syndicat de défense AOC Ossau Iraty : Mi. Oçafrain, F. Poineau

ORDRE DU JOUR

- Approbation du compte rendu du 8 février 2005

- Election du vice président du Conseil de Groupement

- Demande d’accompagnement du syndicat de défense AOC Ossau Iraty sur le volet

conditions de fabrication

- Mise en place des groupes de travail par axe : compte rendu de la réunion du groupe

« Améliorer la viabilité des exploitations »

- L’actualité des dossiers sanitaire

- Questions diverses

- Tableaux de bord : non traité

- Restitution de l’avancement de l’étude auprès du Conseil de Groupement du GIS (aprèsmidi)

1- Approbation du compte rendu de la

réunion du 08/02/05

Le projet de compte rendu est adopté en l’état

(pièce jointe).

2- Election du vice président

Suite à l’appel à candidature (Conseils de

Groupement précédents), Mattin Arhancet a

fait acte de candidature (cf courrier joint p 9).

Il indique qu’il est très attaché à l’état d’esprit

du GIS, que sa volonté est avant tout de faire

vivre le dialogue et les collaborations entre les

différents acteurs, dans l’intérêt collectif de

tous.Il rappelle aussi qu’il demeure le

représentant du Collège Producteurs de

l’Interprofession, et que sa candidature a été

discutée au sein du Collège.

Le Conseil de Groupement accueille

favorablement cette candidature et avalise la

prise de fonction.

3- Demande de la part du syndicat de

défense AOC Ossau Iraty d’une

étude sur le traitement des croûtes

de fromage

Le 28 juin dernier nous avons reçu de la part

du Syndicat de défense AOC Ossau Iraty une

demande d’accompagnement méthodologique

afin de répondre au critère « traitements des

croûtes » du cahier des charges AOC Ossau

Iraty (cf. courrier ci-joint p10 et réponse p 11)

Après présentation de la demande par JC

Mirassou :

- 13 -


- Le contexte :

o la mise en place du cahier des charges

AOC Ossau Iraty, avec l’obligation, à

partir de 2008, de ne plus utiliser certains

produits de traitement tels que la

natamycine ou l’acétate de polyvinyle.

o le tour de table des transformateurs du

département qui indiquent ne pas avoir

aujourd’hui de solutions de substitution

fiables pour le type de fabrication et de

conditionnement concernés et ne seront

donc pas prêts en 2OO8

- Les enjeux : le maintien d’une production

fromagère sous AOC au-delà de 2008,

- Les objectifs : rechercher un ou des

procédés alternatifs, compatibles avec les

réglementations liées aux AOC, et qui

permettent de maintenir ou d’accroître la

capacité d’adaptation du fromage sous

appellation aux nouvelles formes de

distribution, et en particulier à la

commercialisation en libre service (DLUO

60 jours).

Les principales conclusions des échanges sont :

- Le Conseil de Groupement a bien reçu la

demande, et propose plusieurs niveaux de

réponse.

- Il faut, en préalable à toute étude, valider le

constat fait par les transformateurs

concernant l’absence de solutions en menant

un état des lieux complet, réalisé avec les

personnes compétentes (recherche publique,

mais aussi au sein des entreprises),

permettant de recenser les solutions mises en

œuvre ou à l’étude sur d’autres produits et

dans d’autres régions, et valider en quoi le

problème serait spécifique.

- La demande précise sur le traitement des

croûtes peut être élargie à la problématique

des flores et des écosystèmes bactériens de

surface, de leur maîtrise, de l’hétérogénéité

entre les différents modes et sites d’affinage,

de la maîtrise de l’évolution dans le temps et

selon le mode de conditionnement, de leur

utilisation comme moyen de contrôle de

flores pathogènes.

- Ces interrogations (demande du syndicat,

problématique élargie) seront rapidement

discutées (début d’automne) au niveau du

Conseil Scientifique et Technique et fera

l’objet d’une restitution au Conseil de

Groupement prévu en Octobre.

- La mise en place d’un programme de

recherche spécifique pourrait être envisagée,

mais seulement dans un 2 ème temps.

Le présent CR (après validation) constitue la

réponse du Conseil de Groupement du GIS à

la demande formulée. Il peut être utilisé, pour

une information externe,par les membres du

Conseil de Groupement qui en auraient

l’utilité.

(NB : nous joignons au présent CR la copie des

courriers échangés entre Ph. Evrard et MC Montel

(INRA Aurillac)à l’issue de la réunion, p 12)

4- Mise en place des groupes de

travail : compte rendu du groupe ;

« Améliorer la viabilité des

exploitations »

Rappel des thèmes abordés en groupes de

travail « Améliorer la viabilité des

exploitations » :

- Adaptation des systèmes d’exploitation et

accompagnement des éleveurs vis-à-vis des

nouvelles exigences réglementaires et aux

démarches qualité en lien avec le territoire.

- La complémentarité plaine / Montagne pour

accroître le lien au terroir

- Les conditions de travail et les problèmes

d’installation en élevage ovins-lait

- L’agro-pastoralisme.

L’essentiel des discussions se focalise sur le

projet lié à la complémentarité plaine

montagne. Celui-ci a émergé depuis un an,

comme une réponse possible des élevages

rencontrant des difficultés d’adaptation à

l’évolution des conditions de production sous

AOC ; Concrètement, il s’agit de contribuer à

la mise en place d’une filière de transfert

d’aliments pour ovins lait entre une zone de

piémont, qui est globalement exportatrice de

productions végétales (maïs), et une zone

montagne, très chargée en bétail et fortement

dépendante d’aliments achetés hors zone

d’appellation.

Ce projet comporte 2 étapes :

- volet 1 : étude de faisabilité

- volet 2 : mise en place opérationnelle

Cette action est placée sous la maîtrise

d’ouvrage du Syndicat de Défense de l’AOC

Ossau Iraty, qui a mis en place un comité de

- 14 -


pilotage constitué de représentants des

organisations professionnelles. Ce comité de

pilotage a sollicité le GIS pour animer le volet

‘Etude de faisabilité’ ; JM Arranz rappelle, par

un schéma (cf ci-dessous), la nécessité de rester

attentif à bien différencier la phase d’étude (qui

peut être menée par le GIS) de la mise en place

opérationnelle d’une filière d’échange ou de

transfert, ce 2 ème volet relevant plus d’une

action de développement ; l’animatrice de

l’AOC présente, en l’état actuel, l’ensemble des

points que le Comité de Pilotage souhaite

traiter dans le volet étude.

?

GIS

Pilotage étude

et coordination

technique

Co

animation

Locale +ext

CPM Comité de pilotage (AOC)

Etude de faisabilité

Economie/coûts/marges

Offre / demande

Qualité des fourrages

Juridique

Logistique

Durabilité / éthique

Paysagère/ environnementale

Organisation des acteurs

Mise en place

filière de transfert

Quels moyens dégagés par le maître d’ouvrage ?

Qui ?

2006

2007

2008

Au nom du Comité de Pilotage, le syndicat

sollicite le GIS pour animer le volet 1 de

l’étude de faisabilité sur la complémentarité.

B. Bibé rappelle que la complémentarité est

définie par « le partage des avantages » et que

cette approche n’est pas visible ici.

Les avantages pour la montagne sont clairs

mais ceux pour la plaine ne sont pas visibles :

quels sont les leviers ?

JM Arranz précise que parallèlement au travail

du Comité de Pilotage, un travail exploratoire a

été entamé avec un stagiaire recruté par le

bureau d’étude du CDEO ; son travail est axé

sur un état des lieux local, une mobilisation des

données et des références techniques et

économiques locales, et enfin une enquête sur

les leviers potentiels d’émergence de ce type

d’action (économiques, environnementale,

culturelles..).

Lors de sa réunion, le groupe ‘axe 3’ a

clairement exprimé son intérêt pour ce thème,

en élargissant aux aspects de durabilité, du rôle

des acteurs, individuels ou organisés, et an

particulier des organisations économiques.

Il ressort que le thème, dont l’intérêt n’est pas

mis en cause, mérite d’être retenu, et pour ce

faire il est décidé de proposer à l’AOC un

dispositif d’animation reposant sur le binôme

JM.Arranz / O.Clément. Cette animation

présenterait l’avantage d’associer un

représentant de la recherche (extérieur aux

enjeux institutionnels) et un animateur du GIS.

Une étape importante pourrait être la mise en

cohérence des problématiques proposées par le

CP et des perceptions formulées par les

chercheurs.

Cette phase permettrait aussi de mieux

dimensionner, dans le temps et en termes de

moyens, le projet global, et au-delà, d’en

rechercher les moyens adaptés.

Dans ces conditions,le GIS pourrait être

porteur de l’animation de cette étude.

La question du financement des études

soumises au GIS et retenues par celui-ci, et

plus globalement du montage des dossiers

reste encore à préciser. Si le GIS a vocation à

rechercher des synergies, à faciliter les

montages de dossier, à apporter des garanties,

il n’a pas la capacité de se substituer aux

« demandeurs » et aux maîtres d’ouvrage

habituels.

5- L’actualité sanitaire

Le GDS présente l’état d’avancement de leur

réflexion sur les sujets sanitaires :

5.1) Les avortements :

Le GDS64 anime, en liaison avec la profession

vétérinaire, l’Ecole Vétérinaire de Toulouse, un

groupe de travail départemental.

L’état des lieux réalisé amis en évidence que la

priorité restait au niveau des actions de

développement (sensibilisation, informations),

les questions de recherche venant au second

plan.Les niveaux d’information restent partiels,

il y a souvent une grande hétérogénéité dans

les informations accessibles.

Une étape importante consiste à synthétiser

toutes ces informations.

En terme d’action, des fiches techniques à

destination des éleveurs sont prévues.

Par ailleurs, une inquiétude particulière

concerne l’augmentation significative, au cours

de ces dernières années, des cas d’épididymite

(brucella ovis) : cette augmentation semble liée

à l’arrêt de vaccination contre la brucellose

- 15 -


(brucella melitensis), le vaccin semblant

conférer une certaine protection.

Des contacts ont été noués avec les

Vétérinaires de Zaragoza, compétents sur le

sujet.

5.2) Fièvre Q :

Une réunion, relative à la mise en place d’un

essai pour tester un nouveau vaccin a été

provoquée ce printemps, à l’invitation du

GDS64et de la FNGDS.

Avant de rendre les cas de fièvre Q à

déclaration obligatoire, la DGAL a saisi

l’AFSSA pour évaluer, notamment, les moyens

de luttes disponibles. Les travaux de l’AFSSA

concluent à une absence de moyens de luttes

efficaces et déconseillent une modification de

la réglementation.

Un groupe de travail : DGAL, CEVA santé

animale, FNGDS s’est constitué pour valider

en condition terrain,c’es à dire en élevage

atteint de fièvre Q, la capacité du vaccin :

COXEVAC à réduire les risques de circulation

de Coxiella burnetii.

Le protocole a été mis en place sur bovins, en

Bretagne en 2004.

Pour les ovins, les différents bassins laitiers ont

été interpellés. Afin de respecter la

réglementation, notamment la pasteurisation

du lait, si présence de Fièvre Q est révélée, seul

les Pyrénées Atlantiques répondaient à cette

exigence.

Le GDS 64 est en charge de la mise en place

du protocole et de la coordination des travaux.

Julie Maupomé (vétérinaire au GDS 64)

présente la démarche qui sera mise en place

avec les vétérinaires sanitaires dès l’automne

2005 (Cf. document joint)

6- Questions diverses

6.1) Projets de thèse :

Bernard Bibé fait part de 2 projets de thèse

INRA auxquelles le GIS pourrait être associé :

- « Instruments de gestion et formalisation de

connaissances pour la gestion des ressources

génétiques locales ». Ce projet s’intéresse à la

mobilisation des ressources génétiques

végétales et animales autour de la

construction d’un projet de développement

territorial, et à la mise en cohérence des

projets des différents acteurs autour des

connaissances nouvelles. Ce projet est

relativement avancé, accepté, le future

thésard en cours de recrutement. Le choix de

la filière brebis laitière dans les Pyrénées-

Atlantiques comme terrain d’étude a été

orienté par la mise en place du GIS et de son

Conseil Scientifique et Technique.

L’encadrement du doctorant sera assuré par

Nathalie Girard (Dep. SAD, Unité

SICOMOR), Laurent Hazard (Dep GAP,

Unité SICOMOR), Bernard Bibé et Francis

Barillet (Dep GA, Unité SAGA).

- « La valorisation des populations animales

locales par des produits sous signes de

qualité et d’origine : Conséquences pour le

développement territorial et la gestion

collective des ressources ». Cette thèse étudie

en quoi la pluralité des acteurs concernés par

des ressources génétiques locales peut influer

sur la gestion de ces ressources et leur

orientation.. Elle s’appuie sur des situations

géographiques et des espèces variées et les

Pyrénées-Atlantiques font partie des

situations envisagées. Cette thèse est coencadrée

par François Casabianca (Dep.

SAD, Unité LRDE) et Etienne Verrier (INA

PG, Unité GDA)

5.3) Parasitisme :

Jean-Marc Arranz évoque par ailleurs 2 projets

d’étude sur le parasitisme, coordonnés par les

parasitologues de l’UMR 1225 (INRA ENVT)

et auxquels les Pyrénées Atlantiques pourraient

être associées :

- Génomique de la résistance aux maladies

parasitaire pour un développement durable

(appel d’offre ADD)

- Moyens de lutte durables pour limiter le

parasitisme dans les élevages (appel d’offre

recherche UE)

6.2) Projets de visuels pour le GIS

L’agence Euphorie a fait plusieurs propositions

de logos (cf. document joint p13).

Les différentes propositions sont soumises aux

participants qui émettent une appréciation.

Choix du visuel retenu : n°2 (7 voix) > n°6 (5

voix) > n°3 = 4 (4 voix) > n°5 (2 voix) >

n°7(1 voix) > n°1 (0 voix)

- 16 -


7- Restitution de l’Etude Prospective génétique auprès du Conseil de Groupement par

le groupe de travail

L’après midi est entièrement consacré à une présentation de l’état d’avancement de l’Etude

Prospective Génétique et des résultats acquis. La réunion a donc été élargie aux membres du groupe

de travail sur cette étude. L’animation générale est assurée par Fr. Dascon.

PRESENTS :

- CDEO : E. Haritxelar, G Uthurry, X Aguerre , JL Boucheron, C. Soulas

- Chambre d’Agriculture 64 : JM Anxolabéhère, D Lartigue, Ma Oçafrain

- CNBL : G. Lagriffoul

- GDS 64 : A. Etchebarne, Th. Rotis, J. Maupomé,

- INRA : B. Bibé, Ph. Evrard,

- Institut de l’Elevage : J. Seegers,

- Interprofession : A. Cachenaut, M. Arhancet, F. Millet

- Syndicat de défense AOC Ossau Iraty : JC Mirassou, F Poineau, C. Barrère,

- Animation GIS : JL Bonnemasou Carrère, JM Arranz, I Masle

- Animation EPG : J Bonnemaire, F. Dasocn,O Clément

Plan de présentation :

- Rappel de la démarche, des étapes, du calendrier

- Présentation des 5 scénarios filière par les professionnels ayant participé à l’étude

- Point d’avancement et méthode de construction des scénarios génétiques

- La suite du travail

7.1) Les étapes et le calendrier :

2003

2004

Commande de l’UPRA auprès du CG (juin)

Elaboration d’un avant-projet

recherche d’animateurs

Engagement du CG (décembre)

Diffusion

valorisation

2005

Mise en place groupe de travail (février)

Attentes et choix de la méthode de travail

Travail en ateliers (4 composantes)

- Etat des lieux

- Variables

- Hypothèses

Scénarios partiels (mars)

Scénarios globaux (avril)

Scénarios génétiques (automne)

Orientations stratégiques du Schéma de sélection

Le Dispositif Génétique Français est en cours de

restructuration, les UPRAs devenant des Organismes de

Sélection. Les orientations stratégiques sont élaborées

dans ce nouveau cadre.

A ce stade, le travail est aujourd’hui recentré

sur l’élaboration des scénarios génétiques qui

seront finalisés dans le courant de l’automne,

et sur la valorisation de ce travail.

7.2) Présentation des 5 scénarios filière:

Cette présentation est faite par 5

professionnels ayant participé à la

construction.

- Scénario 1 : La métamorphose

Le piémont dans l’économie de marché du

lait et la montagne dans l’écologie de marché

(F Poineau)

- Scénario 2 : Terroirs et signes de qualité

La dynamique exigeante et contractuelle des

producteurs et des acteurs de la filière (D

Lartigue)

- Scénario 3 : Reliques et lambeaux

L’économie agropastorale est plongée dans

une crise profonde (E Haritchelar)

- Scénario 4: Qualité double : nature et aliment

Une agriculture de service remplissant des

fonctions agri-environnementales mais aussi

accrochée solidement à une économie de la

qualité (JA Etchebarne)

- Scénario 5 : L’ « Eurocercle » pyrénéen

L’Euro-région transfrontalière au défi d’un

développement équilibré (G Uthurry)

Le travail de construction des scénarios filière

est aujourd’hui achevé, et en phase de

publication. Une plaquette de présentation est

en cours de réalisation. Elle sera disponible et

diffusée pour le début d l’automne.

La question du choix des scénarios est

reposée : faut-il que les responsables

professionnels s’expriment sur le(s) scénario(s)

qu’ils souhaitent défendre ? les avis sont

partagés, d’autant qu’il ne faut pas négliger

- 17 -


l’occurrence de réalisations de scénarios ‘non

désirés’.

Il est rappelé que ces scénarios sont

volontairement schématisés et différenciés, et

que la réalité sera plus vraisemblablement

moins tranchée, plus hybride.

7.3) Méthode de construction des scénarios

génétiques et perspectives

La méthode mise en œuvre lors des 2 dernières

réunions (19 mai et 7 juillet) est présentée (cf

pièce jointe).

Après avoir chiffré les hypothèses afférentes

aux différents scénarios et rédigé leur

présentation, un effort sera porté sur

l’articulation entre scénarios généraux et

scénarios génétiques. Enfin, la dernière étape

consistera à soumettre à l’UPRA des éléments

d’action stratégiques vis-à-vis de ces scénarios,

que l’on peut résumer par le 2 niveaux de

questionnement suivants : que faire si ?

(réactivité) et comment faire pour ?

(proactivité).

Cette phase est loin d’être achevée, mais

suscite d’ores et déjà des discussions.

Au-delà des critères de sélection, le rôle de la

sélection dans l’émergence de tel ou tel

scénario est reposé.

Il est convenu de reprendre les discussions

ultérieurement, lorsque les scénarios

génétiques seront finalisés, et très

probablement dans le cadre rénové de l’UPRA,

à savoir l’Organisme de Sélection tel que prévu

par le législateur.

Approuvé à Mauléon le 07 octobre 2005

- 18 -


- 19 -


- 20 -


- 21 -


- 22 -


- 23 -


- 24 -


GIS Recherche sur les ovin lait des Pyrénées Atlantiques

Conseil de Groupement

Compte-rendu de la réunion du 07/10/2005

PRESENTS :

- AREOVLA: S Dupin

- CDEO : C. Soulas,

- Chambre d’Agriculture 64 : D. Lartigue, Ma. Oçafrain,

- CNBL : G. Lagriffoul,

- GDS 64 : Th. Rotis,

- INRA : B. Bibé, Ph. Evrard,

- Institut de l’Elevage : J. Seegers,

- Interprofession : Ma. Arhancet, F. Millet,

- Syndicat de défense AOC Ossau Iraty : J-C. Mirassou, F. Poineau,

- Animation GIS : J-L. Bonnemasou Carrère, J-M. Arranz, I. Masle.

ABSENTS / EXCUSES :

- AREOVLA : X. Cachenaut,

- Syndicat de défense AOC Ossau Iraty : C. Barrère,

ORDRE DU JOUR

- Approbation du Compte Rendu du 8 juillet,

- Traitement des croûtes de fromage AOC : suites de la demande du Syndicat de Défense de

l’Ossau Iraty

- Projet de tableau de bord,

- Compte rendu des groupes de travail par axe :

o axe 1 « Techniques de production »,

o axe 2 « Produits »,

o axe 3 « Viabilité des exploitations »

- Compte-rendu d’activité 2005, bilan financier (partiel), fonctionnement du GIS.

- Calendrier prévisionnel et organisation 2006

1- Approbation du compte rendu de la

réunion du 08/07/05

Le projet de compte rendu est adopté en l’état

(pièce jointe).

Des précisions sont apportées sur le choix du

logo: suite à la consultation réalisée le 8 juillet

(document mis en circulation pendant la

réunion), le choix du logo s’est porté sur la

proposition qui a recueilli le plus de voix, sans

revalidation collective ultérieure. Le Conseil de

Groupement regrette que les règles de décision

n’aient pas été mieux explicitées.

2- Traitement des croûtes

Isabelle Masle présente l’état d’avancement des

recherches sur le sujet :

- consultation des transformateurs locaux :

3 transformateurs se sentent concernés par

le problème, alors que le libre service

concernent la grande majorités des

transformateurs

- contacts avec les interlocuteurs

techniques : ITFF, ENSAIA Dijon (des

compétences sur les emballages)……

- contact avec les chercheurs : à reprendre

sur les bases du courrier envoyé par

Christine Monteil (Aurillac).

Le travail de consultation doit être poursuivi,

en particulier auprès de l’INRA, du CNIEL (A

Ayerbe).

Ce thème pourrait être évoqué lors du

prochain CST à Toulouse si 2 ou 3

- 25 -


interlocuteurs compétents (en particulier sur

les aspects emballage) pouvaient être présents.

Ce serait l’occasion de lancer le groupe de

travail « Produits ».

3- Projet de tableau de bord

Isabelle Masle présente une ébauche de tableau

de bord (page 5)

La discussion permet de faire ressortir les

objectifs attendus d’un tableau de bord :

1) Différenciation de la nature des actions :

activités liées à l’animation, ou actions de

recherche démarrées dans le cadre du GIS, ou

encore autres programmes sur des thèmes en

lien avec les préoccupation du GIS.

2) Repérage des étapes : émergence d’une

problématique, mise en place et montage d’une

action, recherche des financements,

réalisation, phase de valorisation

3) Présentation synthétique des attendus et des

objectifs: pour les organisations

professionnelles, pour la recherche, pour

autres partenaires éventuels (collectivités,

administration..)

ex étapes du projet Complémentarité Plaine

montagne :

- printemps – automne 2005 : émergence /

construction contenu

- automne 2005 : recherche financements,

calage animation).

ex étapes Prospective Génétique :

- automne hiver 2005 : fin réalisation

- automne 2005- année 2006 : valorisations

4- Compte rendu des groupes de travail

par axe

4.1 Axe 3 « Améliorer la viabilité des

exploitations »

Le groupe s’est réuni le 31 mai et le 8

septembre 2005 (cf CR pages 6,7,8).

- Le projet sur la Complémentarité Plaine

Montagne et l’autonomie fourragère prend

forme, avec la proposition d’une animation par

le GIS, si possible en binôme Animateur GIS -

INRA. Y Poinsot, géographe de l’UPPA sera

aussi actif (proposition de thèmes en Master de

géographie).

- Travail et attractivité du métier

d’agriculteur :

Quelle suite du travail sur l’attractivité ?

Comment articuler avec la demande formulée

au sein du Conseil spécialisé de l’ONILAIT ?

L’Institut de l’Elevage peut travailler sur ces

sujets, certaines équipes ont de l’expérience en

bovins-lait (ingénérie de l’action collective).

L’UPPA est intéressée pour traiter l’enquête

(attractivité du métier et de l’agriculture) qui a

été faite auprès des établissements scolaires.

Par ailleurs, sur le travail, CH Moulin

(Montpellier) va s’investir sur la simplification

des pratiques, même si le dossier ADD n’a pas

été retenu.

- Agro-pastoralisme :

des interrogations sur les difficultés à

transférer ces actions sur le Pays Basque : ces

thèmes relèvent plus de la compétence des

commissions syndicales, les problèmes ne sont

pas les mêmes. Le plus urgent est de bien

valoriser le travail mené en Béarn et d’aller

jusqu’au bout : mettre en forme, animation,

document de synthèse et bilan d’animation. Un

bilan spécifique à faire aussi sur la méthode de

mesure de la durabilité.

4.2 Axe 1 « L’animal et la plante »

Le groupe s’est réuni le 4 octobre 2005 (cf

pages 9,10).

Jean-marc Arranz, Claude Soulas rendent

compte des discussions.

- Sélection participative d’une espèce

fourragère (dactyle): B Bibé évoque le

travail réalisé par les Sardes sur la création

de variétés de Ray Grass Italien locales.

- Sanitaire : ne faut-il pas en reparler en CST,

en faisant intervenir les parasitologues qui

ont déposés des dossiers de recherche

concernant les Pyrénées ?

La diffusion de la plaquette est rapidement

évoquée.

5- Bilan des moyens mis par le CDEO

pour l’animation du GIS

Le CDEO présente une évaluation des temps

d’activité et des charges qui incombent à

l’hébergeur du GIS :

- 26 -


2004 2005

Jours* Charges

spécifiques

Produits

spécifiques

Jours* Charges

spécifiques

Produits

spécifiques

Animation (CG CST

63 1000 58 1000

grpes W)

9150

Communication GIS

5500

Prospective Génétique 34 14000 28118 30 10500 6793

Valeur nutritionnelle 10 2800

Complémentarité PM

(1 jour = 300 euros)

Il est indiqué que le complément de

financement est pris sur l’enveloppe du

Conseil Régional affecté au programme de

recherche CDEO.

L’objectif de cette présentation est de réfléchir

à la manière d’assurer collectivement le

fonctionnement du GIS.

6- Prochains RDV

Le Conseil de groupement décide de maintenir

3 dates de réunions en 2006 :

- 10 février 2006

- 7 juillet 2006

- 6 octobre 2006

- 27 -


GIS Recherche sur les ovin lait des Pyrénées Atlantiques

Conseil Scientifique et Technique

du 22 novembre2005 à Toulouse

PRESENTS :

JM Arranz, A Ayerbe, B Bibé, F Barillet, C Chamard, O Clément, JB Coulon, V David, G Lagriffoul, D

Lekhal, I Masle, E Morin,

INVITES :

N Girard, H Hoste, P Jacquiet, J Labatut, V Thénard, H Tormo

EXCUSES :

M Arhancet, E Beuvier, F Bocquier, JL Bonnemasou Carrère, F Casabianca, O Clément, M Duru, F Schelcher.

ORDRE DU JOUR

- Activités du GIS : décisions du Conseil de Groupement, groupes de travail, communication.

- Les actions en cours de réalisation:

o Etude Prospective Génétique : état d’avancement, valorisation & diffusion

o Etude sur valeur nutritionnelle des laits de brebis (Gilles Lagriffoul /Isabelle Masle)

- Actions en démarrage :

o Complémentarité Plaine Montagne et autonomie (Jean-Marc Arranz avec la

participation de Laurent Hazard et de Yves Poinsot (Université de Pau))

o Thèses en projet et en cours:

« Instruments de gestion et formalisation de connaissances pour la gestion


des ressources génétiques locales” (Laurent Hazard et Nathalie Girard)

“La valorisation des populations animales locales par les produits sous signe

de qualité et d’origine: Conséquences pour le développement territorial et la

gestion collective des ressources”(François Casabianca)

o Adaptation des systèmes d’élevages aux Cahiers des Charges (avec la participation de

Vincent Thénard)

- Projets en débat :

o Contrôle de l’évolution des écosystèmes microbiens des croûtes de fromages

(Isabelle Masle)

o Travail en agriculture: Simplification du travail (François Bocquier), attractivité du

métier d’agriculteur (Jean-Marc Arranz / Emmanuel Morin)

o Pathologies animales : état des lieux et projets sur le contrôle du parasitisme des

ovins :

«Sustainable control of production limiting helminths on livestock : better

monitoring and low chemical usage” (Paradigm) (Hervé Hoste)

“Génomique de la résistance aux maladies parasitaires pour un

développement durable » (ADD) (Philippe Jacquiet)

- Environnement et collaborations

o Le Comité National de la Brebis laitière (CNBL) (Gilles Lagriffoul)

objectifs, organisation, groupes de travail,

thèmes développés,

o ARILAIT & le GIS Amalthée (André Ayerbe)

objectifs, organisation

programmes de recherches,

- 28 -


Le Conseil Scientifique & Technique s’est tenu

à la salle de réunion de l’Unité Arche du

Centre INRA de Toulouse, le 22 novembre

2005, de 10h15 à 16h30.

Il a été présidé et animé par Bernard Bibé

(président du CST). Il excuse les

professionnels fortement mobilisés ces

dernières semaines par le projet de loi

d’orientation agricole et les membres du CST

empêchés pour raisons professionnelles ou de

grève SNCF. Le tour de table permet de

présenter les invités.

Le CR de la réunion du 23/11/04 est validé.

1- Activités du GIS

I. Masle présente les principales activités et

réunions du GIS en 2005 :

- Conseil de groupement : 08/02/2005,

08/07/2005, 07/10/2005

- Conseil scientifique & technique :

22/11/2005

- Groupes de travail par axe :

o axe 1 (04/10/2005),

o axe 2 (à venir 18/01/2006),

o axe 3 (31/05/2005,08/09/2005)

La mise en place des « outils » se poursuit :

- communication : création d’un nom, d’un

logo, d’une charte graphique et des

documents liés (papier en-tête, carte de

correspondance, plaquette)

- suivi d’activité (tableaux de bord)

En ce qui concerne les groupes de travail par

axe, les CR ont été joints au courrier

d’invitation. JM Arranz fait part des niveaux

d’avancement de ces groupes après avoir

rappelé leur validation par le Conseil de

groupement :

- Axe 1 : sur les aspects plante, une

hiérarchisation des thèmes assez avancée :

o Séchage en grange : à reprendre avec

INRA Marcenat, en faisant vivre le

groupe technique national piloté par le

Pôle fromager AOC Massif Central.

o Cirphis : poursuivre le travail de suivi de

terrain, mais aussi la recherche

d’interlocuteurs scientifiques.

o Herbe : discussions à poursuivre sur le

projet de sélection participative

o Sur les aspects animal et pathologie, à

reprendre lors d’une 2 ème réunion du

groupe. En ce qui concerne les aspects

sanitaires, il est fait part des problèmes qui

se posent en élevages ovins lait, et de

l’intérêt de les traiter en termes de

recherche.

- Axe 3 : plusieurs thèmes majeurs et

importants évoqués (points traités dans la

journée), mais aussi des difficultés à les

hiérarchiser.

- Suite à une question du CST, il est souligné

que la première réunion de l’axe 2 devrait

intervenir dans les prochaines semaines.

- Lors de la dernière réunion, la création d’axes

spécifiques sur «territoire » et sur

« Consommation » avaient aussi été évoquée.

Compte tenu des difficultés à mobiliser les

professionnels spécifiquement sur ces

thèmes, ils seront pris en compte et discutés

au niveau des axes déjà existants (axe 3 pour

le territoire, axe 2 pour la consommation).

I Masle fait aussi part de l’avancement sur

l’identité graphique du GIS et des supports

retenus (logo, dénomination).

La protection et la reconnaissance du logo sont

évoquées, et il est suggéré de contacter l’INPI.

Elle fait part enfin du projet de tableaux de

bord en cours d’analyse, projet qui reçoit l’aval

du CST comme outil de gestion important

pour le suivi des travaux du GIS.

- 29 -


2- Actions en cours

2.1) Etude Prospective Génétique

(pièce jointe CST 22-11-2005 EPG.ppt).

Présentation par JM Arranz, en faisant le lien

entre les scénarios globaux et la construction

en cours des scénarios génétiques.

Il est précisé l’intérêt de cette démarche au

moment où l’organisation de la sélection

animale est repensée à l’échelon national (dans

le cadre de la Loi d’Orientation Agricole

actuellement en discussion à l’Assemblée

Nationale), ainsi que la manière dont

fonctionnent les schémas de sélection

collectifs.

Ce type d’approche est intéressant pour

susciter des discussions. On peut en particulier

s’interroger sur la manière de défendre les

modèles AOC, dans le contexte européen de

négociation, mais aussi dans le contexte

mondial (reconnaissance par OMC). Pour

illustrer, l’exemple de la Fêta est donné.

Parmi les scénarios présentés, le scénario 5

semble avoir un statut différent : il renvoie à

des modèles de filière qui semblent diverger

entre l’Espagne et la France, avec un impact

différent selon que les collaborations

deviennent effectives rapidement ou à moyen

terme.

Pour tirer le meilleur parti de ce travail, il sera

proposé des indicateurs de suivi pour évaluer

les évolutions en regard des scénarios.

2.1) Caractéristiques nutritionnelles des

Laits de Brebis (G Lagriffoul)

(pièce jointe CST22nov2005_nutri_GL.ppt).

Présentation du cadre de la commande

(Conseil Spécialisé Ovins Lait de l’ONILAIT),

et du montage du protocole avec les

différentes unités de recherche de l’INRA

(Rennes, URH, UMM).

L’étude est en cours, tous les résultats

d’analyses ne sont pas encore connus. Les

premiers résultats sont cohérents avec ceux

obtenus sur les laits de vache ou de chèvre.

Le travail semble intéressant, d’autant qu’il y a

peu d’éléments connus et publiés sur le sujet

chez la brebis. L’importance de publier ces

résultats est soulignée par le CST (sans mettre

en concurrence les espèces). En matière de

dépouillement, il serait bien de se rapprocher

de Theix et du thésard (Anthony Lucas qui

soutient sa thèse le mardi 29 novembre 2005)

et qui a réalisé les dépouillements sur lait de

vache. Il y a un réel intérêt à mettre en parallèle

les différents travaux.

3- Actions en démarrage

3.1) Projets de thèse :

Le projet « Instruments de gestion et

formalisation de connaissances pour la gestion

des ressources génétiques locales » déposé

cette année a été accepté, et le comité de

sélection a retenu la candidature de Julie

Labatut. Elle a été invitée à présenter le projet

(pièce jointe présentation 22-11-05.ppt).

Les niveaux d’action et donc de choix ne sont

pas les mêmes en génétique animale (fortement

structurée : expliquer les choix) et en génétique

végétale (mise en place).

Une interrogation a été exprimée sur l’intérêt

de mettre en parallèle les modes de gestion en

Pays Basque espagnol.

Des questions aussi sur le fond : comment

dissocier les apprentissages et les outils qui

participent à l’apprentissage, comment prendre

en compte les outils de gestion formels, et les

informels (lieux de discussion).

Quels sont les groupes pertinents pour traiter

ces questions : GIS / UPRA-CDEO / OS

demain ?

Quel recoupement entre appropriation et

pilotage ?

Une 2 ème thèse est présentée. Il s’agit de la thèse

sur « La valorisation des populations animales

par les produits sous signe de qualité et

d’origine : conséquences pour le

développement territorial et la gestion

collective des ressources », co-encadrée par F

Casabianca et Etienne Verrier.

Cette thèse a déjà démarré depuis un an, et

s’appuie sur une analyse à partir de nombreux

exemples diversifiés (lait et viande, Ovins,

bovins et porcins). Les champs d’action sont

réellement différents de ceux exposés pour la

première thèse, et il apparaît intéressant que la

filière Ovins lait des Pyrénées y soit associée.

La discussion fait apparaître que les stratégies

d’AOC doivent être abordée avec différents

points de vue (par exemple l’impact des

contraintes de cahier des charges sur les

- 30 -


ésultats économiques). Il est souligné

l’importance que les interventions nécessaires

des thésards sur le terrain soient faites de façon

concertée.

3.2) Complémentarité Plaine Montagne,

autonomie, adaptation des systèmes

d’élevage aux Cahiers des Charges :

J-M Arranz présente les sujets qui se rattachent

à ces différentes problématiques :

- le problème général d’exploitations très

chargées (et de taille modeste), avec son

corollaire de perte d’autonomie (achats de

fourrages, mais aussi de plus en plus

d’aliments MASH) 1 , et les pistes de travail

imaginées :

- réflexion sur la mise en place d’une

complémentarité Plaine Montagne (transfert

de fourrage entre la zone à Maïs et la

montagne)

- capacité d’adaptation des systèmes d’élevage

aux évolutions de cahiers des charges, en

tenant compte des évolutions (PAC,

valorisation des produits..).

- proposition d’un travail de sélection

spécifique sur des écotypes locaux de

Dactyle.

En ce qui concerne la complémentarité et la

mise en place d’une filière de production et de

transfert de fourrage, l’intérêt n’est pas remis

en cause, mais plusieurs remarques sont

formulées :

- l’économique (coûts de production des

différents types de cultures) reste un facteur

de décision majeur

- la mise en place du nouveau cadre de la PAC

et en particulier des DPU joue en ce moment

un rôle majeur (2006 devrait être une année

de basculement) dans les orientations de

productions végétales, et les possibilités

d’interagir dessus dans les années à venir

seront probablement limitées.

1 Mash (plusieurs définitions suivant les espèces animales):

Larousse Agricole : préparation alimentaire destinée aux chevaux, à base de

céréales bouillies additionnées de graines de lin (NDLR: aussi utilisé pour

l’alimentation des volailles)

Emeline Bignon (pleinchamp.com/Réussir) : mélange de matières premières

en l’état n’ayant pas fait l’objet de broyage ou de granulation. La production

annuelle (française) est estimée à 300.000 T, soit 7 % du marché des aliments

composés pour ruminants.

Legartho (IE Ognoas) : mélange complexe d’aliments concentrés plus ou

moins riches en protéines et de fibres (appliqué aux vaches laitières)

Pour ce qui est de l’adaptation aux cahiers

des charges, l’objectif est de le traiter à la fois

sur une analyse et des simulations générales,

mais aussi sur des démarches

d’accompagnement individualisées des

producteurs.

Vincent Thénard présente la démarche qui a

prévalu dans le travail qui est mené avec les

promoteurs de la Tomme des Pyrénées et plus

récemment dans le Massif Central : celle-ci est

centrée sur le système fourrager, et en

particulier les évolutions dans les choix de

cultures fourragères et l’exploitation de cellesci.

Ce type d’approche pourrait être appliquée aux

Pyrénées, et dans un contexte assez différent :

- Les systèmes mixtes d’élevage, qui ont

échappés à la spécialisation (des questions

sur le pourquoi du maintien de ces systèmes),

et qui permettent donc d’envisager un plus

grand nombre de solutions (plus de

souplesse),

- Mais aussi des contraintes fortes sur les

systèmes fourragers compte tenu des

chargements élevés.

Des remarques sont apportés sur la nécessité

d’une approche large et systémique, qui évalue

bien les aspects économiques (impact sur le

revenu de telle ou telle pratique ; lien avec les

données économiques), voir sur les aspects

sociaux : charge de travail et perception de

celle ci, prise en compte des incertitudes sur les

processus de transmission.

JM Arranz présent le projet de Sélection

Participative d’espèce fourragère élaboré

avec Laurent Hazard (document joint et remis

aux participants). Le principe serait de

prospecter les éco-types locaux de dactyle,

d’évaluer leurs qualités et de repérer des écotypes

intéressants au moyen d’un dispositif

d’évaluation participatif, avec et chez des

éleveurs intéressés.

Compte tenu des niveaux de besoins en

fourrages, le CST s’interroge s’il ne faut pas

imaginer des modèles de prairies qui

permettent de les satisfaire, tout en valorisant

les spécificités et la génétique locale et en

préservant la biodiversité des milieux

prairiaux ?

- 31 -


4- Actions en débat

4.1a) Traitement des croûtes de fromage

Ce thème a été apporté au GIS (juillet 2005) au

titre du syndicat de défense de l’AOC, par le

représentant des transformateurs.

Isabelle Masle présente le dossier :

- Demande : Syndicat de défense de l’AOC

Ossau Iraty ;

- Contexte : mesure du cahier des charges

interdit les traitements des croûtes de

fromages (réalisés pour « stabiliser » les flores

de surface); opérateurs de la filière sans

alternative à ce jour

- Enjeux : maintien d’un volume de

production en AOC

- Objectifs : recherche d’alternatives

- Les étapes de travail : valider l’absence de

solution disponible à ce jour et, le cas

échéant, mettre en place un programme de

travail spécifique

- Pistes : autres produits, technique

d’emballage, technique d’affinage,

écosystèmes microbiens, aéraulique,

pratiques

- Besoins : définir les informations nécessaires

à la réalisation d’un état des lieux

Quelques éléments

Quantitatifs & Qualitatifs

• Modes d’utilisation

– Fermier & Laitier

– Cru & Pasteurisé

– Début & Fin d’affinage

– Avec & Sans report sous vide

– Coupe & Libre service

• Sont concernés (a minima)

– > 60% des opérateurs

– par opérateurs : 5 et 100% du

tonnage

– > 2 500 t de fromages

– > 70% du volume AOC

22 Novembre 2005 - Toulouse Conseil Scientifique & Technique

100

80

60

40

20

0

PPNC AOC AOC Traitt

Les remarques du CST portent la nécessité de

redéfinir la question à traiter :

- S’il s’agit de répondre à la question d’une

solution technique à un problème très

spécifique, la réponse se situe plus au niveau

d’un bureau d’étude, et les transformateurs

sont sans doute les mieux placés pour

travailler sur ce sujet.

- Si le sujet est élargi aux écosystèmes

microbiens de surface, il rejoint une

préoccupation commune avec d’autres

bassins, et il faut se mettre en relation avec

les équipes engagées sur ces thèmes.

%

LS

Ces discussions font ressortir à nouveau la

nécessité de mettre en place rapidement le

groupe de travail sur l’axe 2 (produits).

4.1b) Projet de travail d’Hélène Tormo sur

la microflore des fromages au lait cru

Hélène Tormo, enseignante chercheuse à

l’ESA Purpan, présente un projet de thèse en

cours de construction (PPT joint).

Celui s’intéresse à la biodiversité structurelle et

fonctionnelle des écosystèmes bactériens de

fromages au lait cru, et devrait s’appuyer sur un

modèle de fromage pâte pressée non cuite.

Le sujet est intéressant, mais apparaît très

vaste, et le CST souligne la nécessité de se

centrer sur un champ plus étroit, en s’articulant

avec les travaux déjà réalisés ou en cours. Il

faudra aussi le faire évoluer en s’appuyant sur

les filières fromagères régionales.

Dans ce type de travaux, il ne faut pas non

plus oublier les aspects juridiques liés à la

propriété des souches.

4.2) Projets de travaux sur le parasitisme

Hervé Hoste et Philippe Jacquiet ont été

invités pour faire part de 2 projets de

recherche associant les ovins lait.

Le premier projet déposé à Bruxelles et intitulé

«Sustainable control of production limiting

helminths on livestock : better monitoring and

low chemical usage” (Paradigm) n’a pas été

retenu.

Le second “Génomique de la résistance aux

maladies parasitaires pour un développement

durable » (pièce jointe ADD Résistance aux

parasitoses.ppt) est en cours d’évaluation dans

le cadre de l’appel d’offres ADD (Agriculture

et Développement Durable).

Ces thèmes apparaissent importants pour le

CST. En matière de lutte contre les parasites

du bétail, les filières d’élevage, et en particulier

les petits ruminants, sont confrontés aux

difficulté de contrôle du parasitisme :

résistance aux molécules, résidus dans les

produits animaux ou dans l’environnement,

acceptabilité par les consommateurs, absence

de recherche et de mise en marché de

nouveaux traitements (marché des petits

ruminants non rentable). Même si les

difficultés ne sont pas encore majeures, et que

- 32 -


les éleveurs ne perçoivent pas actuellement les

risques, il est essentiel de travailler aujourd’hui

sur les alternatives pour demain : traitements

ciblés (brebis sensibles ou contaminatrices),

utilisation de la lutte biologique, des substances

naturelles (plantes à tannins), sélection animale

sur les caractères de résistance (marqueurs,

variabilité phénotypique).

5- Environnement et collaborations

5.1) ARILAIT et GIS Amalthée

A Ayerbe présente (pièce jointe présentation

Gisors-juillet 05.ppt) les différentes

organisations et activités au sein du CNIEL.

ARILAIT constitue le bureau d’étude du

CNIEL, il est organisé aujourd’hui en SA. Le

GIS Amalthée se situe en amont, et fonctionne

sur une mission prospective et consultative,

c’est un lieu de propositions pour l’avenir.

5.2) Le CNBL

Gille Lagriffoul en fait la présentation (pièce

jointe CST22nov2005_CNBL_GL.ppt), en

insistant sur :

- les articulations avec les bassins

(représentation des organisations

professionnelles, des organismes techniques),

- son rôle de représentation dans les instances

nationales (CNAG, ONILAIT) et d’interface

avec la recherche (INRA, commission ovine

et caprine).

Fait à Ordiarp, le 23 décembre 2005

Prochain RDV

Le Conseil Scientifique fixe son prochain RDV à une date à préciser dans la semaine du 6 au 10

novembre 2006

Il est proposé de travailler sur un ordre du jour plus restreint, mais qui permette de prendre plus de

temps par sujet abordé.

Pour information :

Date de réunion arrêtée au Mardi 7 Novembre 2006

- 33 -


- 34 -


GIS Recherche sur les ovin lait des Pyrénées Atlantiques

Groupe de travail Axe 3 : « Exploitations »

Le 31 mai 2005 à Navarrenx

PRESENTS :

- AREOVLA : Mi Arhancet,

- CDEO : C Soulas – E Aritchelar,

- Chambre d’agriculture 64 : Ma Oçafrain,

- Syndicat de défense AOC Ossau Iraty : C Barrère – FPoineau – Mi Oçafrain,

- Conseil Scientifique et Technique : F Casabianca (INRA),

- Scientifiques : O Clément (INRA) – L Hazard (INRA) – E Morin (Inst. Elevage) – CH Moulin

(ESAM) – Y Poinsot (UPPA) – V Ténard (INRA),

- Secrétariat - Animation GIS : JL Bonnemasou Carrère – JM Arranz – I Masle,

- Auditeurs : C Gallato, L Soubrier (stagiaires UPPA).

EXCUSES :

- Chambre d’agriculture 64 : D Lartigue

- Interprofession lait de brebis 64 : Ma Arhancet

ORDRE DU JOUR :

- Rappel du cadre de travail,

- Objectif et règle de jeu,

- Etat des lieux,

- Questions posées & Discussion.

1- Conditions de production

Différents niveaux d’approche posés :

- l’évolution des systèmes en lien ou pas

avec des démarches SOQ territoriales : les

évolutions, les modèles d’évolution à simuler,

au plan technique et économique, en lien ou

pas avec SOQ (prix différenciés...)

- L’accompagnement des producteurs :

o outils« conceptuels »: simulateur qui fasse

les liens entre les différents domaines

techniques

o outils de développement : acteurs (CL,

GP, Syndicat..), leur rôle, les publics…

o accompagnement individuel vs

accompagne- ment collectif (formation,

travail en groupe, information),

o le cas particulier des producteurs déjà en

situation de non-conformité (hiérarchiser,

ordonner les non-conformités)

Qui peut être concerné ?

- le syndicat de défense de Ossau Iraty

- le CDEO développe un outil de simulation,

de conformité (seul ou en collaboration)

- les groupements ont aussi intérêt à ce que

l’on développe des outils communs

- V Thénard travaille sur des thèmes

comparables sur le Massif Central (3 zones

d’AOC)…

- CH Moulin travaille aussi avec INRA Theix

sur la modélisation

- F Casbianca peut aussi apporter, à distance,

des éléments de cadrage général

- Y Poinsot peut y intégrer une dimension

géographique (spaciale ?)

Proposition à court terme:

Il faut proposer, avec les interlocuteurs

intéressés (parmi ceux indiqués ci-dessus),

pour début septembre, un « canevas général »

qui intègrent les différentes interrogations :

forum estival ?

2- La complémentarité plaine

montagne

Différents niveaux d’approche posés:

- l’étude de faisabilité : définition d’un contenu

o questions posées

o un élargissement : social, solidarité,

durabilité, enjeux paysagers

- 35 -


- l’animation de l’étude: GIS ou pas GIS ? Il

faut repréciser ce que veut dire animation

(CP, CT, ..)

- la mise en place d’une filière de transfert /

échanges

Qui peut être concerné ?

- le syndicat de défense de Ossau Iraty, à tous

les niveaux

- le CDEO qui mène déjà un travail d’amont

avec un stagiaire

- L Hazard: intérêt autour d’un travail sur les

conditions d’émergence liées au rôle des

acteurs organisés (organisations

professionnelles, économiques) et individuels

(pourquoi et comment un producteur change

de pratiques ; Quelles stratégies pour amener

les producteurs à produire des fourrages).

Des travaux proches déjà en cours à ARCHE

- O Clément : opportunité de réfléchir sur

mise en place d’une démarche qui

s’inscrivent dans le développent durable

(économie solidaire, construction collective,

gestion territoriale et environnementale).

- M Arhancet : une nouvelle filière génératrice

d’activité, d’emploi

- Y Poinsot : travail possible autour des

dimensions géographiques, impact sur le

paysage

Proposition à court terme:

Pour le Conseil de groupement (8/7) : quel

sera le contenu de l’animation ? Moyens

humains (co-animation) et matériel

(financement).

Pour septembre : Il faut proposer, avec les

interlocuteurs intéressés, un « canevas général »

qui intègrent en particulier les élargissements

envisagés : forum estival ? (O Clément a déjà

fait quelques propositions).

3- Les autres thèmes non traités

Les conditions de travail, la reprise et

l’installation

Thème jugé important, voir majeur par une

majorité de participants :

- CH Moulin/Martin Arhancet (par

délégation) /E Morin /F Casabianca

L’agropastoralisme

Un intérêt certain : il faut d’abord s’immerger

(à partir des documents proposés par Claude

Soulas), pourvoir comment aborder le sujet.

Suite du travail : 8 septembre / à décider:

est ce que l’on consacre la journée ?

Ordiarp le 13 juin 2005

- 36 -


- 37 -


GIS Recherche sur les ovin lait des Pyrénées Atlantiques

Groupe de travail Axe 1 : « Exploitation »

08 septembre 2005 à Navarrenx

Compte rendu provisoire

PRESENTS :

- CDEO : C Soulas, E Haritchelar,

- Interprofession : Mattin Arhancet,

- Syndicat de défense AOC Ossau Iraty : C Barrère, F.Poineau,

- Scientifiques et Techniciens : O Clément (INRA), L Hazard (INRA), N Girard (INRA), E. Morin

Inst. Elevage), Y. Poinsot (UPPA), V. Thénard (INRA),

- Secrétariat animation GIS : JM Arranz.

EXCUSES :

- GIS : JL Bonnemasou Carrère,

- Chambre d’agriculture 64 : Maïder Oçafrain, D Lartigue,

- Syndicat de défensedel’AOC : Michel Oçafrain,

- F Casabianca, CH Moulin.

ORDRE DU JOUR :

- Suite points non traités le 31 mai

o L’agro pastoralisme et les méthodes d’analyse (CDEO) : (1)

o Le travail et les problèmes de transmission, d’installation : (2)

o Autres ?

- Suite points traités le 31 mai

o Evolution des systèmes d’élevage en lien avec les démarches territoriales: capacité

d’adaptation et méthodes d’accompagnement : (3)

o La complémentarité Plaine Montagne (CPM) : (4)

- Discussion : quelles questions, quelles problématiques pour le GIS? : (5)

- Hiérarchisation des thèmes

- Suite à donner

1- Agro-pastoralisme

Approches développées en 2005:

- Le Diagnostic prospectif de l’activité

pastorale des vallées Béarnaises,

présentation par Claude Soulas

Documents remis (avec le courrier) :

présentation aux Journées de Montpellier sur

les Diagnostics pastoraux, texte publié dans

la revue Pastum.

4 axes :

o ressources fourragères,

o l’estive lieu de vie et de travail,

o systèmes de production agropastoraux,

o un patrimoine collectif.

Claude insiste sur la finalité : produire des

supports d’animation avec les éleveurs et les

collectivités locales

- Les systèmes agropastoraux : évolution,

approche de la durabilité : présentation des

premiers résultats par Jean-marc Arranz,

suite au stage de Béatrice Fornes. Copie de la

présentation remise en réunion (jointe au

CR) :

o enquête, sa mise en perspective avec les

enquêtes précédentes (93,99), les

descripteurs de systèmes, la typologie

retenue

o test d’une méthode de description de la

durabilité (IDEA, outil pédagogique du

Ministère de l’Agriculture.

Discussion

- Ce type de diagnostic est très riche, et

intéressant.

- En Pays Basque, il y a à la fois des

organisations fortes (commissions

syndicales), et une désorganisation, une

juxtaposition de comportements individuels :

pourquoi ce type d’approche, pourtant

- 38 -


évoqué dans le programme Leader Pays

Basque, n’a-t-il pas pu se mettre en place sur

le Pays Basque ?

- Axe3 du DP : l’information accessible pour

un échantillon d’exploitation stable est

extrêmement riche ; aspects méthode à

reprendre, à mieux expliciter ;

- Diagnostic IDEA : sens et contenu de la

durabilité ont été discuté :

o pas de norme, elle repose sur la définition

et le contenu que l’on s’en donne

collectivement

o pourquoi une 1 ère approche ?

pour retravailler ensemble en

animation

pour disposer d’éléments de

perception, en interne, et vis-à-vis de

l’extérieur…

pour disposer d’éléments pour mettre

au point une méthode, des indicateurs

plus adaptés

Propositions :

- diffuser le CR de stage aux personnes

intéressées pour discuter sur les méthodes :

observatoire, durabilité ; Les équipes à L

Hazard, Y Poinsot, CH Moulin, O Clément

sont intéressées. Dans un premier temps,

sous forme de réactions aux documents.

- voir de quelle façon les chercheurs

pourraient être associés aux phases de

(préparation de l’) animation de la saison

prochaine.

- comment utiliser ces travaux pour transposer

ces démarches en Pays Basque ? Il y a de la

mise en forme à faire. O Clément peut jouer

un rôle.

- sur l’introduction de la durabilité dans

l’animation, les chercheurs ont aussi un rôle à

jouer.

2- Conditions de travail, problèmes

d’installation

Différents niveaux d’approche posés:

- Bilan travail : enquête menée en 2003,

synthèse régionale par l’Institut de l’élevage

(photocopies données le 31 mai).

- Projet ADD (ASSIDU): document remis lors

de la réunion du 31 mai ; le projet s’intéresse

aux conduites d’élevage innovantes en

matière d’organisation du travail en

exploitation ; le dossier n’a pas été accepté en

1ère lecture, mais ses promoteurs souhaitent

le présenter à nouveau ; le volet relatifs aux

ovins (lait+viande) est coordonné par

Charles Henri Moulin, avec un travail

spécifique sur les Pyrénées-Atlantiques.

- Attractivité du métier d’agriculteur en Soule:

Présentation rapide de l’action par Claude

Soulas : préoccupation formulée dans le

cadre du PCD Soule, en faisant appel à J

Rémy (INRA Ivry sociologue), et stagiaire de

l’ISARA (E Salvy). Jean-marc Arranz

présente le contenu de l’étude, ainsi que le

projet de restitution « élargie » le5 octobre

après-midi, à Mauléon.

- Un lien est fait avec le projet d’étude évoqué

au sein du Conseil Spécialisé de l’ONILAIT

sur l’Installation (JM Arranz / Emmanuel

Morin)

Discussion

- Conditions de travail :

o les problématiques liées aux conditions de

travail sont importantes.

o comment prendre en compte

l’hétérogénéité des parcellaires et leurs

effets sur l’organisation/les temps de

travail.

o les difficultés d’organisation : peu de

problèmes sur la matériel, mais grande

difficulté sur le troupeau : réalité

zootechnique ou culturel ? Part de

l’affectif et du savoir faire spécifique ?

o emplois partagés : de réelles difficultés à

développer

- Attractivité :

o approche très intéressante : il faut ouvrir

la restitution du 5 octobre, et y susciter un

large débat.

o on est aux limites de nos champs de

compétence, difficile de s’y investir

beaucoup, sauf si équipe à Rémy en a la

possibilité.

o pour le CS ONILAIT, attention à ce type

d’étude confiée à un bureau d’étude,

risque d’aller vers « une étude de plus » ; il

faut que le CS s’imprègne des travaux déjà

en cours, comme celui-ci.

Proposition à court terme:

- Conditions de travail :

- Possibilité de démarrer dans le cadre proposé

par CH Moulin.

- 39 -


- (NB : JM Arranz participera à la Journée

AFPF consacrée à ce thème en Octobre)

- Attractivité : participation pour ceux qui le

souhaitent à la restitution du 5 octobre, et

discussion avec J Rémy suite les suites

possibles.

CS ONILAIT : faire part de notre réflexion à

J Rémy, aux membres du Conseil Spécialisé.

Emmanuel Morin peut y contribuer.

3- La complémentarité Plaine -

Montagne

La demande du Comité de Pilotage et les

propositions du GIS

Depuis le 31 mai, le projet a avancé, au niveau

professionnel et au niveau du GIS ; une

dernière réunion a eu lieu le 9 septembre de 8 à

10 h.

Il subsiste des écarts d’appréciation sur le sens

à donner à l’étude CPM. Pour le Comité de

Pilotage, l’étude reste centrée sur les sujets qui

ont été listés. Ceux-ci peuvent (et doivent) être

traités en 1 an. Pour le GIS (réunion du 31/05

et du 8/07), l’étude de faisabilité est plus large

et s’intéresse aux conditions de mise en œuvre

d’une véritable CPM, à la mise en place d’une

filière ad hoc à intérêts réciproques, elle

s’inscrit dans la durée (le moyen terme). Le

GIS a donc proposé, lors du Conseil de

Groupement du 8 juillet, d’assurer l’animation

de l’étude sur cette base élargie, et suggère une

co-animation avec un chercheur de l’INRA.

Les représentants du GIS sont invités au

prochain Comité de Pilotage du projet CPM le

16 septembre, pour y faire part des

propositions du GIS.

Discussion

Les interrogations sur l’étude de faisabilité sont

reposées.

- les pistes de travail évoquées par le Comité

de Pilotage portent essentiellement sur des

aspects économiques et techniques. Le travail

de Bertrand Cailly (stage CDEO) apporte des

réponses, les compléments à apporter ont été

évalués et restent limités.

- l’étude de faisabilité doit essentiellement

porter sur les conditions d’émergence

d’une filière (structuration des échanges, en

circuit court ou avec intermédiaire, à une

taille significative) de transfert de fourrages

ou de déplacements d’animaux : ce travail ne

peut s’inscrire dans un court terme. Au terme

des discussions du 9 septembre, il est apparu

difficile de dissocier la CPM de la question

de l’Autonomie de la zone : ne faut–il pas

prendre en compte toutes le dimensions du

problème, en considérant que l’on contribuer

à réduire le besoin de CPM en développant

l’autonomie de la zone, via des gains de

fourrage sur les estives, les ZI, les

exploitations… : autrement dit, le thème ne

doit-il pas être la reconquête de

l’autonomie.

La question des mouvements d’animaux (en

bas et en estive) doit aussi être abordée, les

transferts de matières végétales peuvent aussi

être traitée sous l’angle des transferts de

foncier.

Sur les thèmes proposés par le Comité de

Pilotage, les membres du GIS, peuvent chacun

à leur niveau, apporter leurs compétences,

participer aux évaluations : par exemple,

l’équipe Hazard/Thénard/Duru dispose d’une

grande expertise sur la qualité des fourrages.

Le cadre de l’étude doit être mis en regard avec

l’ampleur des problèmes à régler, et donc avec

la demande, le besoin en fourrages : le besoin

se résume-t-il à régler le cas des 3 ou 5 %

des éleveurs dépassant aujourd’hui le seuil

fixé par le Cahier des Charges (auquel cas le

besoin d’étude reste limité), ou à prendre en

compte l’ensemble des éléments qui peuvent

interférer (achats de sec, désintensification via

les limitations d’apports fertilisants et les

interdictions d’ensilage, développement

exponentiel des achats d’aliments ‘ration

complète’), et les évolutions de pratique ?

Les décisions

Le GIS sera représenté au prochain Comité de

Pilotage (16 septembre) par :

- Jean-Marc Arranz (au titre de l’animation)

- Y Poinsot ou/et O Clément pour les équipes

de recherche

- des responsables professionnels du groupe

de travail qui le souhaitent.

- 40 -


La proposition de participation reste sur 2

niveaux :

- sur la demande ‘court terme’ du Comité de

pilotage, une participation « technique » des

membres (accompagnement)

- sur une proposition d’étude élargie, une coanimation

du GIS

Cette proposition élargie réexaminerait à la fois

la question :

- de la Complémentarité (au sens des

échanges) et de

- l’autonomie, en hiérarchisant les différentes

pistes (montagne /ZI /exploitation /CPM),

et donc en resituant la place de la CPM.

Cette interrogation pourrait alors rencontrer

l’intérêt des chercheurs sur des sujets comme :

foncier et paysage d’ Yves Poinsot, production

et transfert de connaissance de Nathalie

Girard, Herbe et SOQ de Vincent Thénard,

prise en compte du développement durable

d’Olivier Clément.

En interne au GIS, le rapport de stage de

Bertand Cailly sera diffusé avec les annexes aux

personnes qui le souhaitent.

4- Adaptation des systèmes de

production et accompagnement des

producteurs

Faute de temps, le sujet n’a pu être évoqué que

très succinctement.

2 niveaux de préoccupation :

- la capacité d’adaptation des exploitations

- l’accompagnement des producteurs

Sur ce 2 ème volet, il a été précisé qu’un dossier a

été déposé en réponse à un appel d’offre

ADAR, au titre du CNBL, et donc sur des

problématiques Pyrénées + Rayon de

Roquefort : « mise au point d’outils

d’évaluation de la conformité des

exploitations ».

Le projet sera transmis à Vincent Thénard

pour une discussion approfondie.

De même, les projets de thèses INRA n’ont pu

être évoqués, mais pourront l’être

prochainement dans le cadre du groupe de

travail axe1 (4 octobre).

Le point (5) de l’ordre du jour n’est pas traité

spécifiquement, il découle des 4 points

précédents.

Ordiarp le 16 septembre 2005

- 41 -


- 42 -


GIS Recherches sur les ovins lait des Pyrénées Atlantiques

Groupe de travail Axe 1 : « Animal & Plante »

Le 04 octobre 2005 à Navarrenx

PRESENTS :

- GIS: JL Bonnemassou Carrère,

- CDEO: C Soulas, E Haritchelar,

- Chambre d’Agriculture : D Lartigue,

- GDS 64: T Rotis,

- Scientifiques et Techniciens : L Hazard (INRA Toulouse), JP Garel (INRA Marcenat), N Girard

(INRA Toulouse), G. Lagriffoul (CNBL), H Tournadre(INRA Theix), Ph Hassoun (ENSAM),

- Secrétariat animation GIS : JM Arranz, I Masle.

EXCUSES :

- GIS : Mattin Arhancet,

- CDEO : E Haritchelar

- Syndicat de défensede l’AOC : Céline Barrère

- S Prache, F Barillet, B Bibé.

ORDRE DU JOUR :

- Présentations et tour de table

- Le contexte, la mise en place du GIS, les objectifs des groupes de travail

- Etat des lieux des travaux et recherches et de l’existant :

o La Plante :

Aptitude au pâturage et plateforme d’essais d’Ordiarp (JM Arranz)

Lutte contre la noctuelle des prairies (JM Arranz)

Conservation des fourrages : séchage en grange (JM Arranz)

Projet de thèse (N Girard / L Hazard)

o l’Animal :

Sélection : l’étude Prospective Génétique

Santé animale : les préoccupations, les études, les priorités du GDS 64 (T

Rotis)

les travaux menés dans le cadre du CNBL : la sélection, la physiologie de la

reproduction, sélection, la traite, la santé des animaux (G. Lagriffoul) (non

traité)

- Questions diverses.

1- Essais appliqués et plateforme

fourragère d’Ordiarp : quel avenir ?

Problématique:

Des essais appliqués menés depuis 13 ans,

autour du pâturage : GEVES, participation des

privés, essais appliqués sur pousse, valeurs

alimentaires, ingestion.

Des problèmes financiers, des difficultés à

trouver des relais (avec Instituts techniques), et

la suspension effective des essais depuis cet

été.

Discussion et propositions

Des interrogations : Pour la mise au point du

matériel végétal, pourra t’on se passer

totalement de l’animal ? Où en est-on des

méthodes analytiques de substitution, sachant

que les structures françaises (GEVES, CTPS)

ont des difficultés à les prendre en compte ?

Quelle sont les questions sur le pâturage : la

sécurisation ?

Une proposition à travailler :

L Hazard fait part de la possibilité d’imaginer

une suite autour d’un dispositif de sélection

végétale (du dactyle) participative :

- 43 -


- Populations naturelles à mobiliser,

- Intérêts/bénéfices escomptés

- Construction d’un programme de sélection

avec le public/les privés/les acteurs locaux.

Ce dispositif pourrait être évolutif dans le

temps, en s’élargissant progressivement ; il

peut constituer un noyau de travail autour

duquel pourraient se développer d’autres

applications en projet, par exemple les travaux

de Montpellier sur les marqueurs d’ingestion,

de biodiversité, mais aussi des actions

partenariales avec le privé.

Il peut s’inscrire dans la démarche à

développer dans la future thèse (cf ci-dessous §

4).

Cette proposition appelle des remarques :

pourquoi le Dactyle ? Quels liens avec les

problématiques de biodiversité, avec les

orientations de la PAC (gestion de la Prairie

naturelle) ? Est-on sûr d’arriver à des

résultats appliqués ?

A court terme

- Pour CDEO : construire et diffuser un

argumentaire qui justifie le choix ‘Dactyle’

(pourquoi une seule espèce, pourquoi celle

là), et plus largement faire ressortir les enjeux

autour du pâturage.

- Pour L hazard : ébaucher une trame de

programme avec des étapes, des échéances

(6ans ?)

2- Les chenilles

Problématique:

Un ravageur des graminée (noctuelle : Cirphis

unipunctata) sévit à l’état endémique, mais

avec des pics d’infestation imprévisibles. Peut

on prévoir ces pics ? Peut-on agir pour les

réduire ?

Discussion :

Face à la complexité de ce type de problème,

les études sont complexes, et nécessitent une

approche multi-diciplinaire (compréhension

des écosystèmes et de leur évolution, de la

biologie de l’insecte, modélisation des risques,

moyens biologiques et chimiques à mobiliser).

Par exemple, quel rôle de l’évolution du maïs

(surfaces, pratiques, variétés), hébergeur

historique de la chenille ? Un parallèle est établi

avec les problèmes de campagnols dans les

zones herbagères de l’Est de la France.

La discussion sur les endophytes (et le rôle

joué dans les écosystèmes très fragiles de

l’Océanie) montre bien qu’ils ne sont pas la

réponse principale.

On revient à l’interrogation de 2003 : quels

peuvent être les interlocuteurs pour une

approche multi-disciplinaire ?

A court terme

- Persévérer dans la recherche d’interlocuteurs

sur ce thème

- Continuer à acquérir des références locales,

via le réseau de piégeage observations de la

Chambre d’Agriculture

- Prendre contact avec les écologues de

l’ENSAT.

3- Le séchage en grange

Problématique

Faut-il s’intéresser au séchage en grange ? Si

oui, à quels niveaux : acquisition de références

technico-économiques régionales, optimisation

des techniques existantes, simulations à des

échelles régionales, ou alors, plus en amont,

réfléchir à de nouveaux procédés ?

Discussion

Il y a accord pour dire qu’il faut s’intéresser à

ce type de séchage.

Le groupe technique national (animé par Pôle

AOC MC, INRA, et Chambagri 12) est le bon

niveau de discussion, mais il a de plus en plus

de difficultés à être actif. Il s’est fixé comme

objectifs de produire, rassembler, diffuser

toutes les références régionales.

En ce qui concerne la piste des nouveaux

procédés, il ne faut pas l’exclure, mais il

paraîtrait plus opportun d’imaginer un

partenariat Inter-institut (CNRS ENSAM

Bordeaux INRA), et d’envisager des

prototypes à tester en domaine expérimental.

Les décisions

Le séchage doit rester dans le champ des

préoccupations, et doit s’articuler avec le

groupe national (s’il se maintient). Il faut donc

privilégier l’acquisition de références. On

participe à un rapprochement Bordeaux-Theix.

- 44 -


4- Le projet de thèse

Cette thèse s’intéresse à la manière dont les

acteurs de la gestion de ressources génétiques

locales (animales et végétales) vont interagir

avec la production de connaissances, et ce dans

le contexte d’un développement territorialisé.

Cette problématique est au cœur des

préoccupations de l’UPRA, avec à la fois la

démarche de la prospective et son utilisation,

les vives inquiétudes sur l’avenir de la manech

tête noire, le profond remaniement du

dispositif génétique français.

Du point de vue des acteurs, le souhait est qu’il

ne s’agisse pas d’une simple observation

« extérieure », mais que le travail de recherche

permette une auto-analyse en continu, et donc

de mieux agir. Le niveau d’inter-action devra

être mieux précisé.

Suite à la présentation et la discussion, le travail

sur la Prospective génétique et la plaquette

publiée sont présentés. La présentation est très

synthétique, et cache tout le travail en amont

de description des composantes, des variables

et des hypothèses. La construction des

scénarios génétiques est en cours et devrait

s’achever début 2006.

Un travail important de valorisation et

d’appropriation reste à faire.

5- Le sanitaire et la santé animale

En l’absence de chercheurs spécialisés, et au vu

de l’horaire, ces questions ne sont que

partiellement évoquées.

Il est rappelé en introduction les grandes

« familles de pathologies animales » qui

touchent , de manière plus ou moins

importante, l’élevage ovin de la zone, et qui

peuvent avoir des répercussions sur les

produits animaux, ou la santé de l’homme

(zoonoses), ou des impacts économiques

majeurs.

La discussion porte dans un premier temps sur

l’impact attendu de l’arrivée, sur la zone, de la

fièvre catarrhale ; face à ce risque,

l’administration ne semble pas mettre en œuvre

les moyens adéquats, et les organisations

professionnelles n’ont pas pris conscience du

risque et de l’enjeu.

Proposition :

N’y a-t-il pas intérêt à susciter la mobilisation

des organisations professionnelles, et au-delà à

ce qu’elles se prennent en charge sans attendre

l’action de l’état?

Autres pathologies : en ce qui les concerne, les

problématiques ne semble pas tant être liées à

un besoin d’étude que à la capacité à mettre en

œuvre des solutions/ des méthodes connues.

Cette difficulté de mise en œuvre par les

acteurs (éleveurs, vétérinaires, administration)

est posée par le GDS64 comme la principale

préoccupation. Les aspects de recherche

finalisée sont déjà traités (cf liens avec l’Aragon

sur l’épididymite).

La discussion, inachevée, devra être reprise

ultérieurement.

6- Quelle suite ?

Au-delà du sanitaire, les sujets traités au sein

du CNBL n’ont pu être évoqués, mais ce sont

pour la plupart des thèmes qui, de part leur

légitimité dans le cadre du CNBL qui

fonctionne comme un GIS inter bassin lait de

brebis, ne posent pas de questions avec la

même urgence.

En fin de réunion, il est proposé que le groupe

de travail se réunissent à nouveau, en fin

d’hiver, pour terminer son balayage et

retravailler sur ce qui a été décidé ce jour.

Ordiarp / Theix le 27 octobre 2005.

- 45 -


Ce document a été conçu avec la participation financière de :

Secrétariat : SCA Centre Départemental de l’Elevage Ovin – 64 130 ORDIARP

Tel : 05 59 28 05 87 – Fax : 05 59 28 19 90

Courriel : jm.arranz@ccdeo-ordiarp.fr – i.masle@ccdeo-ordiarp.fr

More magazines by this user
Similar magazines