direct

unireso.com
  • No tags were found...

Téléchargez DIRECT n°7 - Unireso

N°7– été 2009

direct

Le bulletin des abonnés unireso

TCOB

Les dessous

d’un chantier

hockey

L’entraînement

hors saison

Helen Calle-Lin

La patronne

des Halles

de l’Ile

unireso

Bons plans

et nouveautés

excursion

Du Jet d’eau

à Carouge

nouveau

Le look

des trams


éditorial

Découpages, poésie

et style de vie

Chers abonnés unireso,

Toujours plus dynamique, éclectique et mobile, la région genevoise ne

cesse de se transformer. L’offre de transports publics doit suivre:

s’adapter constamment à la croissance démographique, aux nouveaux

enjeux environnementaux, ainsi qu’à l’exigence légitime de la population

d’une mobilité plus douce mais néanmoins efficace. Le futur Tram Cornavin-

Onex-Bernex (TCOB) et bien sûr le Ceva, dont nous présentons les chantiers

dans ce numéro (lire en p. 6 et 9), relèveront ces nouveaux défis.

Face à ces évolutions multiples, unireso souhaite aussi renseigner

autrement, améliorer sa communication au moyen d’outils originaux,

amusants et utiles. Ainsi avez-vous sans doute découvert notre nouveau

guide, Le Renard sur la Lune, un ouvrage magnifique, qui encourage

les Genevois à sillonner leur région (lire notre rubrique en p. 20), et qui

connaît un immense succès.

Et bien sûr, il y a la nouvelle formule du magazine Direct que vous tenez

entre les mains. La maquette, retravaillée selon l’esthétique poétique du

«Renard sur la Lune», reflète une nouvelle identité d’unireso. Cette ligne

visuelle ludique et rétro s’inspire notamment des travaux du célèbre

graphiste américain Saul Bass dans les années 1950. Nous espérons

que vous aurez du plaisir à découvrir les couleurs gaies et les

découpages inventifs qui agrémentent cette nouvelle maquette, autant

que nous en avons eu à les concevoir avec l’agence genevoise

Largeur.com.

En attendant de vous accueillir à nouveau sur nos lignes, je vous

souhaite, chers abonnés unireso, de très bonnes vacances estivales.

Impressum

Editeur

TPG

1212 Grand-Lancy 1

www.unireso.com

Coordination

Maryvonne Partouche

Rédaction

Geneviève Ruiz / Largeur.com

Graphisme

Diana Bogsch / Largeur.com

Photos de couverture

David Mayenfisch et Thierry Parel

Eric Forestier

Directeur ventes marketing et promotion

Transports publics genevois

Tirage

48’000 exemplaires

Edition été 2009

Imprimé sur papier recyclé

2 – Direct le bulletin des abonnés unireso – été 2009


du neuf chez unireso

Distributeur flambant

neuf à la gare de

Machilly (FR)

Un nouveau distributeur automatique

de titres de transports unireso a été

installé en gare de Machilly (FR) depuis

le 27 mars 2009. De quoi faciliter la

vie des Machilliens, qui pourront y

acquérir toute une gamme de forfaits.

Renforcement de la

ligne Annecy-Genève

A partir du 2 juin 2009, la ligne 72

Annecy-Genève sera renforcée, suite à

la demande croissante de la clientèle

transfrontalière. Cette date correspond

à l’ouverture du Park + Ride d’Allonzier,

inauguré le même jour. Les nouveaux

horaires au départ de la Gare routière

d’Annecy sont les suivants: 7h30

(arrivée Cornavin 8h44), 9h15

(arrivée Cornavin 10h22) et 14h45

(arrivée Aéroport 15h45, puis

Cornavin 16h35). Depuis Cornavin,

un bus supplémentaire part à 9h15

(arrivée Annecy à 10h40). Depuis

l’Aéroport, deux départs sont prévus

à 11h15 (Cornavin 11h30 et arrivée

Annecy 12h20) et à 16h (Cornavin

16h35 et arrivée Annecy à 18h).

A noter que la ligne 72 emprunte

la nouvelle autoroute Liane depuis

décembre 2008. Les services omnibus

transitant par la route nationale existent

toujours au départ de Cruseilles

(en raison de la fermeture du pont de

la Caille. )

genève

Des vélos en liberté

pour les Genevois

Les tpg planchent dès à présent sur le

projet Velib Genève, qui revêtira une

forme concrète à l’horizon de 2011.

A l’image de ce qui se fait déjà dans

les grandes villes européennes comme

Paris, des vélos seront à disposition à

différentes bornes et les usagers pourront

les utiliser librement, puis les déposer à

la borne de leur choix. «Nous ne serons

pas les premiers à mettre ce concept

en place, explique Eric Forestier,

directeur marketing des tpg. Mais nous

serons les premiers à le développer en

synergie complète avec les transports

publics et la technologie billettique.»

Les tpg prévoient un abonnement

intégrant transport et option vélo et

veillent surtout à ce que les vélos

puissent fonctionner comme complément

à l’offre des transports publics et non

comme concurrent, afin d’améliorer

leur offre de mobilité.

Le président des tpg

lauréat du Trophée

transfrontalier

En février 2009, Patrice Plojoux,

président des tpg, a reçu le Trophée

transfrontalier dans le cadre de la 5 e

édition de «Place des Affaires» qui

s’est tenue à Palexpo. Créé par le

sculpteur genevois André Bücher, ce

prix récompense les efforts des tpg

pour renforcer la coopération

transfrontalière. «J’ai été honoré de

recevoir ce prix attribué par Migros

France, confie Patrice Plojoux. A titre

personnel, mais également collectif,

car cela récompense les efforts de

toute une équipe de collaborateurs.

Nous croyons au développement

transfrontalier des transports publics,

tant pour le service dû à nos clients,

que pour le rayonnement économique

de notre région.»

Nouveau look

pour les cart@bonus

Pour ceux qui ne le sauraient pas

encore, la cart@bonus est une carte à

puce destinée à l’achat de titres de

transport unireso aux distributeurs

automatiques. Elle existe en trois

versions: CHF 20.-, 30.- et 50.-. Dès

épuisement du stock actuel, une carte

relookée avec les silhouettes animalières

ludiques du «Renard sur la Lune», le

guide unireso, sera introduite. Nouveauté

pratique, la fin de validité sera affichée

au dos de ces nouvelles cartes.

été 2009 – le bulletin des abonnés unireso Direct – 3


TER Rhône

carte oura!

UNE OFFRE PLUS

ATTRACTIVE POUR LES

FRONTALIERS

Après Lyon, l’aire métropolitaine genevoise

représente la seconde agglomération

d’importance pour Rhône-Alpes. Vu

sa croissance démographique soutenue

et compte tenu des importants flux de

voyageurs transfrontaliers entre la

Haute-Savoie, l’Ain et Genève, ses

autorités ont décidé de développer

l’offre de transports publics sur le bassin

franco-valdo-genevois, en relation avec

le Chablais, la vallée de l’Arve, Annecy

et Bellegarde. Des lignes qui possèdent

un grand potentiel: les 2000 voyageurs

quotidiens sur le réseau TER Rhône-

Alpes du bassin genevois indiquent que

la place de la voiture reste encore prédominante

chez les pendulaires.

Une alternative de mobilité douce

mais efficace pour les pendulaires

d’une grande aire métropolitaine, telle

est l’ambition que la Région Rhône-

Alpes partage avec ses amis des cantons

de Genève et de Vaud. Nous

espérons vivement que notre nouvelle

offre combinée TER+unireso

sur carte

OùRA! relève le défi d’une offre de

transport en commun attractive et

qu’elle rencontrera le succès escompté.

Afin de séduire davantage de frontaliers,

la Région Rhône-Alpes veut continuer

ses efforts pour rendre son offre TER

toujours plus attractive. Dans ce cadre,

la Région Rhône-Alpes et la SNCF ont

développé en collaboration avec unireso

et le canton de Genève une nouvelle

tarification combinée TER+unireso

«Tout Genève», offrant 15% de réduction

à son détenteur et disponible sur

la carte à puce OùRA! utilisable

jusqu’à Genève (lire ci-contre).

Bernard Soulage

Premier Vice-président du Conseil régional

Rhône-Alpes délégué aux transports, déplacements

et infrastructures

4 – Direct le bulletin des abonnés unireso – été 2009


carte oura!

- alpes

PRATIQUE ET SÉDUISANT,

L’ABONNEMENT COMBINÉ

TER+UNIRESO

TER et unireso s’unissent pour

offrir un nouveau tarif à leurs

clients. Facilement rechargeable

sur la carte OùRA! et

comprenant des rabais

intéressants, cet abonnement

combiné cumule les avantages.

Dès le 1er juin 2009, les étudiants

de moins de 26 ans et les adultes

pourront se procurer un abonnement

mensuel leur permettant d’effectuer

des trajets entre une gare de la région

Rhône-Alpes (située en dehors de la

zone unireso) et Genève, puis de

circuler librement sur le réseau Tout

Genève. Disponible sur la carte

OùRA!, «Aller où vous voulez en

Rhône-Alpes», support unique de mobilité,

ce nouvel abonnement met fin à

l’abonnement papier Tramirail, limité

aux personnes salariées et permettant

des trajets en train de 75 km maximum

sur le territoire français.

Les avantages de l’abonnement Combiné

TER + unireso pour les clients sont

multiples. Grâce à un effort commun

entre unireso et la région Rhône-Alpes,

cet abonnement offre 15% de réduction

en moyenne par rapport à l’achat

cumulé des tarifs de chaque réseau.

Cette nouvelle formule propose également

une foule de privilèges supplémentaires

sur le réseau TER Rhône-Alpes,

la semaine et le week-end, qui vont

jusqu’à 50% de réduction sur les autres

parcours. En plus de son prix avantageux,

cet abonnement est disponible

sur la carte OùRA! et peut être rechargé

aux distributeurs régionaux, n’importe

quel jour et à toute heure. En cas de

perte de la carte, l’abonnement peut

être reconstitué.

La vente de ces titres se fera dans un

premier temps par le réseau TER-SNCF

(gares, boutiques et espaces OùRA!)

dès le 20 mai 2009.

Pour plus d’informations, consulter le

site www.ter-sncf-com.

Resquillage contrôlé

Afin de leur permettre de contrôler la

validité des abonnements des cartes

OùRA!, les contrôleurs tpg utiliseront le

VisuPass de TER-SNCF. Ils seront donc

munis de deux appareils, l’un pour le

contrôle des cartes Oùra! et l’autre

pour le reste des titres de transport.

été 2009 – le bulletin des abonnés unireso Direct – 5


© Thierry Parel

«Nous démolirons

la plateforme du pont

pour la remplacer»

René Leutwyler,

directeur des ouvrages d’art à l’Etat de Genève

6 – Direct le bulletin des abonnés unireso – été 2009


chantier

UN CHANTIER TITANESQUE

Des centaines d’ouvriers se

démènent depuis janvier 2009

sur la future ligne de Tram

Cornavin-Onex-Bernex. Avec

2,5 km de parcours traversant

le cœur de Genève,

l’organisation des travaux pose

des problèmes inédits.

«Le Tram Cornavin-Onex-Bernex

représente l’un des plus gros chantiers

de ma carrière», confie René Leutwyler,

directeur des ouvrages d’art à l’Etat de

Genève, en observant d’un œil pensif

les dizaines de maçons qui s’activent

sur le pont de l’Ile. Ce point nodal de

la mobilité genevoise, sur lequel

transitent quotidiennement quelque

2500 véhicules tpg, va en effet faire

l’objet de soins intensifs durant les trois

prochaines années. «Nous devons le

démolir, puis le reconstruire, explique

René Leutwyler. La structure actuelle,

qui date de 1954, ne supporterait pas

le poids d’un tram, qui peut peser plus

de 80 tonnes.»

Un chantier extrêmement complexe

donc, qui a débuté par la partie aval

du pont. «Nous commençons par

remplacer les pieux et les fondations,

raconte René Leutwyler. Puis nous

démolirons la plateforme du pont pour

la remplacer.» Les imposantes grues à

câbles et foreuses rotatives que le

public peut actuellement observer sur

le pont de l’Ile servent à creuser des

trous jusqu’à 12 m en dessous du

niveau de l’eau du Rhône. Des

enceintes seront ensuite installées par

des plongeurs pour assécher quelques

mètres carrés, permettant ainsi aux

maçons d’édifier les piliers.

Outre le pont de l’Ile, d’importants

travaux seront effectués sur le pont

Saint-Georges, au-dessus de l’Arve. Il

s’agira d’un renforcement de la

structure actuelle de l’ouvrage. Juste

après le pont, en direction du Petit-

Lancy, le début de la route de Chancy

sera élargi et doté d’une piste

cyclable. «Les travaux concernant la

ligne de tram proprement dite ne

représentent qu’un tiers du chantier.

Le reste concerne la réorganisation

des chaussées et l’aménagement

de l’espace urbain, ainsi que

l’assainissement des canalisations.»

Prévue pour décembre 2011, la ligne

de Tram Cornavin-Onex-Bernex (TCOB)

s’étendra sur 6,5 km et comprendra 14

arrêts. Son coût s’élève à 320 millions

de francs, dont 90 millions subventionnés

par la Confédération. Le chantier

occupera 500 personnes durant trois

ans. «Avec 2,5 km de ligne passant au

cœur de Genève, les travaux du TCOB

exigent une organisation exceptionnelle,

estime René Leutwyler. S’ils compliquent

le quotidien des Genevois, ils

représentent surtout une chance pour la

population, dont la majorité aspire à

une mobilité plus douce.»

Déviations

et nouveaux arrêts

C’est sur le pont de l’Ile qu’a lieu la

majeure partie des perturbations liées

au chantier TCOB. Les lignes 1, 3, 5,

7, 10 et 19 passent par la rue des

Terreaux-du-Temple pour rejoindre la

gare. L’arrêt Saint-Gervais est supprimé

et remplacé par un nouvel arrêt Bel-Air-

Pont, situé sur le pont. Dès le 19 mai,

les arrêts Bandol et Pré-Longet fusionnent

pour n’en former qu’un seul du nom

de Bandol, déplacé près de l’Office

cantonal de la population. L’arrêt Onex

est déplacé devant le restaurant La Ferme.

Dès le 11 juin, l’arrêt Bâtie sera supprimé

dans les deux sens.

(voir plan ci-contre)

été 2009 – le bulletin des abonnés unireso Direct – 7


CFF

Le téléphone

portable à la place

du ticket

Les CFF ont introduit l’achat de

billets par mobile, qui sert

ensuite de titre de transport. Un

gain de temps impressionnant!

Utiliser son téléphone portable comme

ticket de train, c’est désormais

possible grâce au Mobile Ticket Shop

CFF. Ce service, introduit en février

2009, offre un double avantage: il

permet d’acheter ses billets sans

argent comptant où que l’on se trouve.

Une fois le précieux sésame acquis, il

suffit de l’afficher sur son portable

pour que le contrôleur le scanne grâce

à un appareil spécial.

Pour s’inscrire à ce service gratuit

(seuls les frais de transmission des

données sont facturés), il suffit de se

rendre sur www.cff.ch/ticketshop

et de saisir ses données personnelles,

ainsi que celles de sa carte de crédit.

Un SMS contenant le lien d’activation

du Mobile Ticket Shop CFF est ensuite

reçu. Il permet de procéder à l’achat

de billets de train. Pour plus

d’informations, se connecter sur

www.cff.ch/mobileworld.

Villes, plages

et aventures

Les Agences de voyages CFF

ne vendent pas que des billets

de train. Elles offrent une vaste

palette de services pour rendre

les vacances encore plus

attrayantes.

Pour profiter pleinement des vacances

d’été imminentes, les conseillers des

200 Agences de voyages CFF proposent

des offres pour toutes les envies. Dans

ces agences de voyages généralistes,

qui ne se limitent pas aux offres en

train, les clients peuvent absolument

tout trouver: des billets d’avion aux

vacances balnéaires, en passant par

des offres «Last Minute», et cela en

collaboration avec les grands voyagistes

comme Kuoni ou Helvetic Tours.

Idéalement situées dans les gares, les

Agences de voyages CFF permettent

d’organiser les vacances sur le chemin

du travail. En exclusivité, il est

également possible d’y payer les

séjours entièrement par chèques Reka.

Les belles vacances sans souci

commencent toujours par un arrêt à

l’Agence de voyages CFF! Consulter

www.cff.ch/agencedevoyages

pour plus d’informations.

8 – Direct le bulletin des abonnés unireso – été 2009


CFF

Six trains par heure

entre Coppet

et Annemasse

Avec de meilleures connexions

internationales et des fréquences

augmentées, le futur RER promet de

modifier les perspectives de mobilité

de la région.

L’agglomération franco-valdo-genevoise

compte aujourd’hui plus de 900’000

habitants et 400’000 emplois, répartis

sur deux cantons et deux pays. Avec

200’000 habitants et 100’000

emplois supplémentaires prévus à

l’horizon 2030, une gestion durable

de sa mobilité se révèle indispensable.

En initiant le projet transfrontalier du

Ceva (Cornavin – Eaux-Vives –

Annemasse), les autorités témoignent

de leur volonté de relever ce défi.

La liaison Ceva entre Cornavin et

Annemasse constituera en effet l’épine

dorsale d’un réseau ferroviaire

transfrontalier de 230 km. Prévu à

l’horizon de 2016, ce projet prévoit

cinq gares: Lancy-Pont-Rouge,

Carouge-Bachet, Champel-Hôpital,

Genève-Eaux-Vives et Chêne-Bourg.

Il comprendra également la

revalorisation d’une vingtaine

d’hectares de friches urbaines le long

du tracé, avec logements, emplois,

commerces et activités socio-culturelles

à la clef.

Le futur RER franco-valdo-genevois

permettra d’améliorer

considérablement les cadences. Au

total, sur le parcours Coppet-Genève-

Annemasse, 6 trains par heure

circuleront en permanence, soit un

train toutes les 10 minutes, de 5h à 1h

du matin, 7 jours sur 7. Sur le trajet

Lausanne-Nyon-Genève-Annemasse,

ils circuleront toutes les demi-heures.

Par ailleurs, d’excellentes

interconnexions seront garanties avec

les trains nationaux et internationaux.

40 rames interopérables sur les

réseaux suisses et français permettront

des liaisons directes chaque heure

entre Genève, Evian, Saint-Gervais

et Annecy. Quant à la rapidité des

trajets, elle augmentera de façon

impressionnante. Entre Genève-

Cornavin et Annemasse, le temps

de trajet passera à 20 minutes, soit

15 de moins qu’actuellement.

L’aéroport ne sera plus qu’à 77

minutes d’Evian, soit un gain de 40

minutes. Une véritable révolution de

la mobilité franco-valdo-genevoise,

qui promet de belles perspectives de

développement régional.

été 2009 – le bulletin des abonnés unireso Direct – 9


eportage

L’ART DE VÊTIR

UN TRAM

Des fleurs, des couleurs, des

sourires et parfois un renard…

Le look des véhicules tpg fait

désormais partie de l’espace

urbain genevois. Reportage

dans les unités qui s’activent

pour que trams et bus revêtent

leurs plus beaux atours.

Des pubs sur mesure

Les transports publics sont devenus

des médias de communication. Chez

tpg pub, c’est Jean-Claude Schmalz

et ses quatre collaborateurs qui prennent

en charge la régie des espaces

publicitaires des différents véhicules:

les cartons suspendus, les écrans,

l’affichage extérieur et l’habillage

n’ont pas de secrets pour eux. Une

palette de communication publicitaire

qui s’adapte à tous les budgets. Les

annonceurs vont du plus local aux

grandes entreprises internationales,

comme Samsung qui utilise les trams

comme une vitrine de communication

à l’échelle mondiale.

«Grâce à tpg pub, Genève est une

ville pionnière du développement de

la publicité mobile, et notre stratégie

d’innovation nous permet de rester à

la pointe du marché», explique Jean-

Claude Schmalz. En ce moment, son

équipe travaille sur un projet d’utilisation

du wifi – dont sont déjà équipés

près de 2/3 des véhicules tpg – pour

proposer une publicité en temps réel sur

les écrans Inova. Un marché attractif

comparé aux pubs classiques: les 350

écrans actuels proposent, par exemple,

des spots publicitaires qui touchent

plus de 150 millions d’utilisateurs par

an. Autre point fort des tpg: l’habillage

complet des surfaces extérieures, qui

permet des publicités au format original,

comme les illustrations du guide urbain

«Le Renard sur la Lune», ou la pose de

rideaux factices sur les véhicules actuellement

loués par Immoscout.

Par ici la peinture

et les autocollants

Si tpg pub s’occupe de vendre les

espaces des véhicules aux clients,

l’habillage concret passe par deux

étapes: la peinture de base, qui se fait

dans les entrepôts du Bachet, puis la

pose des autocollants, réalisés par des

entreprises spécialisées.

Au cœur des locaux du Bachet-de-Pesay,

on trouve le royaume de Gilles Sauthier,

10 – Direct le bulletin des abonnés unireso – été 2009


été 2009 – le bulletin des abonnés unireso Direct – 11

© Hervé Lavigne / Rezo


eportage

© Hervé Lavigne / Rezo

responsable du service peinture et

sérigraphie, une équipe de 13 personnes

sous ses ordres. Le rez-de-chaussée

de l’atelier est consacré à la préparation

de la peinture, où travaille Marc

Jemmely. «Sur un mois et demi de révision

par tram, 15 jours entiers sont

consacrés à la peinture», explique-t-il.

Pour mieux comprendre l’ampleur de

la tâche, il faut visiter les six immenses

cabines de travail où a lieu l’essentiel

des opérations.

Après une première étape de lavage

des différentes pièces dont se charge

le toujours souriant José Garcia, place

à la ponceuse à air. Dans l’une des deux

cabines dites de préparation, Roland,

Christophe, Stéphane et Carlo s’y

attellent avec assiduité, mais mettront

quand même une journée entière pour

poncer la seule carcasse nettoyée d’un

demi-tram. Vient ensuite l’étape du

masticage, qui vise à réduire les aspérités

des différentes pièces. Ce n’est

qu’après tout ce travail qu’il est possible

de passer une couche de «surfacer»,

qui servira de base à la peinture,

désormais grise pour les intérieurs et

blanche, noire et bleue à l’extérieur.

Le procédé de pose des autocollants

publicitaires est ensuite réalisé par une

entreprise spécialisée. Mais auparavant,

celle-ci doit réaliser ces pièces de

puzzle qui peuvent mesurer jusqu’à

15 m. Pour cela, elle fait intervenir des

graphistes qui vont imaginer la décoration

du véhicule à partir d’un thème.

Dans le cas du tram du Renard sur

la Lune, les graphistes de l’agence

Largeur.com, qui se sont attelés à cette

tâche. Ils ont repris les principales figurines

de la fable du renard pour les

disposer sur une maquette de tram

miniature, comprenant tous les détails:

boutons, rivets, marchepieds et, bien

entendu, les fenêtres, dont certaines ne

peuvent pas êtres couvertes. En dehors

de ces zones interdites, les graphistes

ont bénéficié d’une totale liberté pour

agencer les différents personnages.

Une fois leur travail terminé, les graphistes

envoient la maquette à une

entreprise qui imprime, puis colle les

autocollants sur la surface des véhicules.

La garantie des autocollants

dépend de la durée de location de la

surface publicitaire, mais elle peut

durer jusqu’à cinq ans. Un travail de

qualité dont le résultat est souvent fort

apprécié par la population. Dans le cas

du tram du Renard sur la Lune, en circulation

depuis décembre 2008, les

passants, tout comme les professionnels

du graphisme, ont salué la touche

ludique et poétique qu’il apportait à

l’espace urbain genevois.

12 – Direct le bulletin des abonnés unireso – été 2009


congrès UITP

LES TPG SOUS

LE REGARD DU MONDE

Genève a été choisie pour

accueillir le congrès mondial

de l’Union internationale des

transports publics en mai 2013.

Une victoire obtenue grâce au

travail des tpg, de Palexpo, des

hôteliers et de Genève Tourisme.

«Le congrès de l’Union internationale

des transports publics représente une

vitrine inespérée pour montrer notre

savoir-faire au monde entier, dit

Patrice Plojoux, président du conseil

d’administration des tpg. Les retombées

économiques de cet évènement pour

la région genevoise seront très intéressantes.»

Le congrès de l’Union internationale

des transports publics (UITP),

qui a lieu tous les deux ans, est en

effet le plus grand rassemblement lié

aux transports publics du monde. Il

accueille environ 4’000 professionnels

durant six jours et s’expose sur plus

de 30’000 m 2 .

d’apprendre cette victoire, même si

nous étions convaincus d’avoir le

meilleur dossier, confie Patrice Plojoux.

C’est comme pour les Jeux olympiques,

il y a parfois des paramètres incontrôlables

qui entrent en ligne de compte.»

Selon l’UITP, c’est avant tout l’implication

de la délégation genevoise qui a

convaincu. «Nous avons effectué un

excellent travail d’équipe avec Palexpo,

Genève Tourisme et les hôteliers, estime

Eric Forestier. Ensemble, nous avons su

montrer une image positive de Genève.»

Si l’horizon de 2013 paraît encore

loin, les tpg doivent déjà s’atteler à

la tâche. Ils devront tenir un petit stand

au congrès UITP de Vienne en juin

2009, puis un stand de 100 m 2 à

Dubaï en 2011. «Tout cela représente

certes beaucoup de travail, estime

Patrice Plojoux. Mais l’organisation

de cet événement offre en échange

une superbe carte de visite à Genève

et aux tpg.»

«Nous avions déjà participé au

concours pour l’édition 2005, commente

Eric Forestier, directeur ventes

marketing et promotion des tpg. Mais

nous n’avions pas été sélectionnés.

En septembre 2008, nous avons décidé

de retenter notre chance pour

2013.» Le processus de sélection a

duré plus de six mois. Sur la short list

finale figuraient les villes de Bruxelles,

Porto et Genève.

La décision positive est tombée le

15 avril 2009. «Nous étions heureux

été 2009 – le bulletin des abonnés unireso Direct – 13


campagne tpg

DES PERSONNAGES

DÉSOPILANTS

Le tpg ont fait appel au

dessinateur Mix&Remix pour

teinter d’humour les voyages

de leurs clients. Ils souhaitent

ainsi sensibiliser le public au

bon comportement à adopter

dans les transports en commun.

Céder sa place, emporter ses déchets

ou comprendre le fonctionnement du

bouton bleu et le mécanisme de fermeture

des portes au feu rouge… «Nous

nous sommes rendu compte que c’était

le thème récurrent des réclamations

de nos clients, explique Marthe Fincati,

chargée de publicité aux tpg. Nous

avons décidé de sélectionner quelques

thèmes afin de réaliser une campagne

de sensibilisation sur les bons comportements

à adopter dans les transports

en commun. Mais nous souhaitions le

faire sur un ton humoristique, afin de

dédramatiser le sujet.» Dans ce but,

les tpg on fait appel au dessinateur

Mix&Remix, qui a tout de suite eu le

déclic pour ce projet. Résultat: ses

personnages cocasses au long nez se

retrouvent dans les situations vécues

quotidiennement par les clients des tpg.

Lancée en décembre 2008, la campagne

est déclinée sur des cartons

suspendus à l’intérieur des véhicules,

ainsi que sur des cartes postales qui

ont été dédicacées par leur auteur

à bord d’un tram circulant sur les

lignes 14 et 16. «Le feed-back du

public est extrêmement positif. Beaucoup

de gens ont commandé des

cartes postales, et des dizaines

d’affiches ont disparu! Des maîtres

d’école nous ont également demandé

des copies pour leurs classes.» Vu

son succès, l’aventure Mix&Remix

se poursuivra sur d’autres thèmes,

parallèlement à la nouvelle campagne

qui circule actuellement dans

les rues de Genève.

14 – Direct le bulletin des abonnés unireso – été 2009


campagne tpg

© Fabienne Muller

UN LIEN FORT

AVEC LA POPULATION

Basée sur la proximité, la

campagne «Faisons un bout

de chemin ensemble» souhaite

présenter les transports publics

comme un mode de vie.

Grâce aux transports en commun, les

Genevois vont à l’école, se rendent

au travail, au marché, au cinéma...

«Quand on y pense, un lien très fort

lie la population à son réseau de

transport, explique Marthe Fincati.

Nous avons donc souhaité délivrer un

message de proximité à nos clients, en

les invitant à «faire un bout de chemin

ensemble». Nous avons illustré les

images avec des situations de tous les

jours et des personnes, ainsi que des

bâtiments familiers.»

Les axes de la campagne sont les

lignes 1, 10 et 16, soit une ligne de

bus, de trolley et de tram. Celles-ci

possèdent une symbolique importante,

avec des endroits connus de tous,

comme le Jardin botanique. Les visuels

se déclinent sur les véhicules, dans

la presse et en affichage public.

Plusieurs actions de terrain ont lieu

durant toute l’année, comme cela a

déjà été le cas au Salon du livre et

aux Caves ouvertes.

été 2009 – le bulletin des abonnés unireso Direct – 15


© Thierry Parel

«Le travail de fond

doit se faire maintenant»

Florian Conz, hockeyeur

16 – Direct le bulletin des abonnés unireso – été 2009


COULISSES GSHC

LES HOCKEYEURS AVANT

LA GLACE

Karaté, roller hockey ou vélo,

tous les sports sont bénéfiques

à l’entraînement du Genève-

Servette Hockey Club. Un

programme intensif de 17

semaines de sueur.

Pas de temps pour les états d’âme.

Deux mois seulement après leur

élimination en quarts de finale des

play-offs du championnat suisse, les

joueurs du Genève-Servette Hockey

Club (GSHC) ont déjà repris

l’entraînement physique. Au total,

quatre mois de travail intensif sur la

force, l’endurance, la vitesse ou

l’explosivité qui leur permettront d’être

au top pour la reprise du championnat,

le 11 septembre prochain. Le club

a prévu une préparation physique

spécifique adaptée à chaque joueur,

afin d’augmenter leurs capacités.

«On ne les fait pas seulement travailler

sur leurs faiblesses, explique Louis

Matte, l’entraîneur assistant du GSHC,

mais aussi sur leurs points forts, et cela

entre deux et quatre heures par jour.»

Dans la salle de musculation du

Country Club, les athlètes sont

concentrés sur leurs exercices.

Encore une heure de torture avant

la délivrance. «Cette année est l’une

des plus chargées au niveau du

physique à cause de notre élimination

prématurée des play-offs, explique

le hockeyeur Florian Conz, entre

deux séances d’haltères. Mais le

programme est varié et on prend du

plaisir à venir s’entraîner.»

A côté de la musculation, les joueurs

suivent un entraînement de karaté,

de vélo, de coordination et même

de roller hockey avant de retrouver

la glace en août. L’essentiel de leur

préparation physique se déroule avant

la reprise du championnat. «Pendant

la saison, ce n’est pas facile de faire

du physique avec trois matches par

semaine, ajoute Florian Conz. Le

travail de fond doit se faire

maintenant.»

Et les vacances dans tout ça? «Les

joueurs prennent des vacances en

juillet, sourit Louis Matte. Mais n’allez

pas croire qu’ils partent les mains

vides! Ils doivent faire chaque jour du

sport pour garder la forme.»

été 2009 – le bulletin des abonnés unireso Direct – 17


excursion

UNE BALADE EN QUÊTE

DE FRAÎCHEUR

Alternant points d’eau,

fontaines et espaces verts,

une balade permet de rejoindre

Carouge depuis le Jet d’eau.

Idéale pour se distraire les

jours de grande chaleur.

Le Jet d’eau a fait la renommée de

Genève depuis plus d’un siècle. Pour

cela, et pour sa fraîcheur, notre balade

débute par l’admiration de ce

symbole aquatique. Les randonneurs

que l’humidité n’effraie pas peuvent

même s’en approcher par la Jetée

des Eaux-Vives. Ils prendront toutefois

garde à ne pas trop se mouiller, afin

de profiter pleinement de la jolie

balade qui les attend.

Pour commencer, cap sur la rue

du XXI-Décembre au bout de

laquelle on débouche sur la route de

Fontenex. Une fois celle-ci traversée,

on s’éloigne déjà de la circulation

en tournant à l’angle du Théatre Am-

Stram-Gram.

A cet endroit commence le chemin de

la Clairière, si paisible avec sa maison

de quartier, son petit parc et sa

crèche. Il débouche sur l’avenue de

Chamonix, où l’on prend à droite pour

rejoindre la route de Chêne. Après

l’avoir traversée, on profite du calme

offert par le chemin du Clos-Belmont.

Il suffit alors de prendre à gauche

pour trouver la rue Henri-Mussard.

Elle débouche sur le petit parc qui

borde l’école des Contamines, pour

arriver à l’angle nord du parc Alfred

Bertrand. En suivant son allée droite,

on traverse un jardin agréablement

fleuri, ancien potager de l’architecte

Jacques Vaucher, dont la maison de

maître abrite désormais une école.

Une fois sorti de ce havre de paix

bucolique, on débouche sur l’avenue

Peschier. On coupe ensuite à travers

le plateau de Champel pour rejoindre

la rue Michel-Servet. Après avoir

dépassé l’école du Bon Secours,

on tombe sur la place Reverdin.

Les marcheurs enjoués rejoignent ensuite

le pont de la Fontenette. Après

avoir franchi l’Arve et profité de sa

fraîcheur, ils longent sa rive jusqu’à la

place de l’Octroi. Ils se trouvent alors

à l’entrée de la ville de Carouge,

dont ils apprécient les innombrables

boutiques et terrasses, de même que

l’architecture typique des maisons.

En atteignant la place du Marché, puis

la place de la Sardaigne, ils peuvent

finalement se laisser tenter par une

visite au Musée de Carouge. A moins

qu’ils n’aient encore la force de poursuivre

jusqu’aux Tours du même nom,

profitant du sympathique coup d’œil

sur la fontaine monumentale, une

piscine amusante pour les enfants du

quartier durant l’été.

Comment s’y rendre

Aller depuis Cornavin

Bus 9, arrêt Pierre-Fatio

Retour à Cornavin depuis

la place du Marché

Tram 13 ou 14, arrêt Marché

Renseignements et horaires

Durée estimée de l’excursion:

entre 1h30 et 2h.

Transports

www.unireso.com et www.tpg.ch

Musée de Carouge

Exposition en cours:

L’Ours, du 21 avril au 6 septembre 2009

www.carouge.ch

18 – Direct le bulletin des abonnés unireso – été 2009


été 2009 – le bulletin des abonnés unireso Direct – 19

© Thierry Parel


Les découvertes

du renard

Z COMME

ZINETTE

Depuis dix ans, le Café Zinette

réunit une foule bigarrée de

locaux et d’urbains branchés.

Sa cuisine créative, un brin

moléculaire, a notamment

séduit les experts du guide

unireso «Le Renard sur la

Lune». Portrait.

Le meilleur atout du Café Zinette?

La sympathie spontanée de ses gérants,

Olivier Fioux et Matthieu Mayor. Depuis

dix ans, ces copains de longue date

insufflent leur enthousiasme dans ce

restaurant authentique et branché.

«Nous avons eu le coup de foudre

pour ce bistrot de village, se rappelle

Olivier Fioux. C’est pourquoi nous

avons immédiatement répondu à

l’annonce de la commune du Grand-

Lancy. Nous voulions créer une ambiance

conviviale, comme à la maison,

avec une cuisine de qualité et un service

décontracté. La commune nous a

fait confiance, alors que nous n’avions

même pas 30 ans.»

Le pari n’était pas gagné d’avance.

Fermé depuis six ans à l’époque, le Café

Zinette était un vrai bistrot de village

qui n’offrait pas de restauration. A

l’étage se trouvait l’appartement de

la fameuse Zinette, qui a vaillamment

géré l’établissement durant trente ans.

Olivier Fioux et Matthieu Mayor relèvent

le défi et modernisent l’établissement

sans lui ôter son authenticité. Alors que

le rez-de-chaussée garde sa fonction

et son ambiance de bistrot, l’étage est

élégamment transformé.

Côté cuisine, c’est la créativité qui prime,

avec une touche moléculaire. «Nous

revisitons les plats traditionnels pour

leur donner une nouvelle vie. Nous

travaillons les textures et leur apportons

une touche exotique», commente Olivier

Fioux. Un exemple? La gelée de tomate

accompagnée de sa mousse de mozzarella.

Ou la paella décomposée,

servie avec des pipettes de riz safrané.

Ou encore, pour terminer en beauté,

la Forêt Noire façon Zinette: une mousse

au chocolat accompagnée d’une verrine

aux griottes et d’une émulsion à la

fleur de lait.

Lumière tamisée et bougies sur les

tables, le Café Zinette est un lieu prisé

par les romantiques. Lors des longues

soirées d’été, la terrasse à l’abri des

regards, avec son style andalou, son

vieux clocher et sa mezzanine, se révèle

propice aux dîners en tête-à-tête.

«Les femmes apprécient particulièrement

notre restaurant, confie Olivier

Fioux. Mais nous recevons toutes les

classes sociales, tous les âges et tous

les genres. Nous ne voulons surtout

pas être catégorisés!»

Adresse

Café Zinette

45, route du Grand-Lancy

1212 Grand-Lancy

T. +41 22 743 12 00

Bus 43 arrêt Lancy Mairie

Tram 15 arrêt Lancy Mairie

Horaires

Mardi-samedi, 8h30-24h

Fermé samedi midi, dimanche et lundi.

Fermeture annuelle à Noël, Pâques

et fin septembre.

Prix

Plat du jour à 18 francs. Le soir,

compter environ 80 francs par personne.

Réservation conseillée.

Rafraîchissant de concombre

et radis aux agrumes

Cette recette de Zinette, prévue pour 6

personnes, constitue un accompagnement

original pour les viandes et les grillades.

Ingrédients 2 concombres, 1 botte

de radis, gingembre, zeste de citron et

d’orange, filet d’huile d’olive, fleur de

sel et poivre du moulin.

Marche à suivre Râper le concombre,

les radis et le gingembre, puis les presser

(avec les mains) pour faire sortir un peu

l’eau (mais pas trop afin qu’ils ne se

dessèchent pas). Ajouter ensuite les zestes

d’agrumes, un peu d’huile d’olive, saler

et poivrer. Servir à température ambiante.

20 – Direct le bulletin des abonnés unireso – été 2009


1 1 , 4 %

STATISTIQUES

UNIRESO

% 3 , 6

1 , 9 %

% 4

3 , 1 %

LES ABONNEMENTS

ANNUELS EN HAUSSE

SPECTACULAIRE

Les chiffres de vente unireso

reflètent l’évolution des

comportements des Genevois

en matière de transport.

Après deux ans de croissance soutenue

en 2006 et 2007, les statistiques

de vente unireso ont continué de croître

l’an dernier, mais plus modestement

(2,1%). Le chiffre d’affaires total des

produits communautaires affiche plus

de 127 millions de francs.

Les abonnements annuels connaissent

une hausse spectaculaire de 11,4% et

restent le moteur de la croissance des

ventes unireso. Leur augmentation

provient d’une part de la fidélisation de

la clientèle qui renouvelle ses abonnements

et, d’autre part, des nouveaux

accords établis avec les entreprises.

Ces nouveaux clients, collaborateurs

des sociétés genevoises, passent directement

d’un statut de non-client à celui

d’abonné annuel.

De très bons résultats ont également

été obtenus au niveau de la vente des

forfaits journaliers, qui progressent

de 3,6%. Cette croissance est due à

l’introduction de la Geneva Transport

Card, une carte forfaitaire distribuée

aux hôtes des établissements d’hébergement

genevois.

Les billets journaliers connaissent

quant à eux des performances en

demi-teinte, avec un recul de 1,9%.

Les recettes des abonnements mensuels

chutent de 4%. Des résultats qui s’expliquent

par la concurrence avec les

abonnements annuels à paiements

échelonnés. Un phénomène qui traduit

également en partie la difficulté à

renouveler la clientèle occasionnelle.

A noter encore que les titres de transport

n’ont pas subi d’augmentation

tarifaire en 2008, malgré l’adaptation

au niveau national de 3,1% mise en

œuvre fin 2007.

Par ailleurs, l’initiative sur la gratuité

des transports publics à Genève a

été rejetée massivement au mois de

février 2008.

été 2009 – le bulletin des abonnés unireso Direct – 21


people

Traditionnelle distribution de livres Durant le Salon du livre, qui s’est tenu du 22 au 26 avril 2009 à Palexpo,

les hôtesses des tpg ont procédé à la désormais traditionnelle distribution de livres sur plusieurs lignes de tram.

Une action très appréciée des voyageurs.

Rencontre avec les stars de hockey Le 12 février 2009, les abonnés unireso ont pu découvrir les coulisses du

Genève-Servette Hockey Club. Durant une journée, ils ont visité les loges et la patinoire, assisté à un entraînement ainsi

qu’à une démonstration d’aiguisage de patins, le tout en compagnie de l’entraîneur Chris McSorley et de ses acolytes.

La 22 e édition des Caves Ouvertes La journée Caves Ouvertes s’est déroulée dans une ambiance festive et ensoleillée

le 16 mai dernier. Partenaires de la manifestation, les tpg ont proposé un service de navettes gratuit au public, desservant

plus de 25 arrêts sur la rive gauche et une quinzaine sur la rive droite. Plusieurs centaines de visiteurs ont en profité.

22 – Direct le bulletin des abonnés unireso – été 2009


Bons Plans

Afin qu’un grand nombre d’entre vous puisse

profiter de nos offres, nous remercions chaque

abonné de se limiter à un seul spectacle, du

moins en ce qui concerne les places gratuites.

Consultez régulièrement le coin des abonnés sur

www.unireso.com. Ces offres sont à la disposition

des plus rapides, jusqu’à épuisement des stocks.

Ni les billets ni les renseignements ne peuvent

être obtenus par téléphone.

Payer moins cher

au cinéma

Le partenariat conclu entre Pathé et

unireso en janvier 2009 continue. Il

offre une réduction sur le prix de la

billetterie des cinémas Rex, Rialto et

Balexert de Genève aux abonnés

unireso. Tous les lundis, sur présentation

de l’abonnement, l’entrée sera de

13,50 francs au lieu de 17.

Egalement les lundis, les personnes

qui réservent leurs places dans ces

salles sur www.pathe.ch bénéficient,

sur présentation de la confirmation

imprimée, de la libre circulation sur

le réseau unireso 2h avant et 2h

après la séance.

www.moviemove.ch

Les sports urbains

en fête

Des démonstrations de skate, de

streetball, de parkour ou de bmx

animeront la place du Rhône du

31 juillet au 9 août 2009, durant le

festival de sports urbains Asphaltissimo.

A cette occasion, unireso marquera sa

présence durant deux week-ends avec

un stand. Venez découvrir les diverses

animations qui s’y dérouleront, avec

des prix à gagner. Plus d’informations

sur www.asphaltissimo.ch

Le ciné en plein lac

Cet été encore, le festival

OrangeCinema propose des moments

de cinéma inoubliables en plein air,

du 7 juillet au 23 août. Les abonnés

annuels unireso bénéficient d’un tarif

préférentiel de 14 francs au lieu de

18. Les billets sont disponibles au

Service culturel Migros (rue du Prince)

et au guichet OrangeCinema, le jour

même. Le programme des films sera

disponible dès le 11 juin sur le site

www.orangecinema.ch

Mylène Farmer

rien que pour vous

Le 5 septembre 2009, les fans de

Mylène Farmer pourront admirer leur

idole au Stade de Genève. Un show

qui, comme à l’habitude de la rousse

chanteuse, promet d’être aussi provocant

qu’époustouflant. A cette occasion, les

abonnés unireso bénéficient d’une

réduction exceptionnelle sur présentation

de leur titre aux guichets Ticketcorner:

du 6 au 18 juillet, ils obtiendront leur

précieux sésame pour 72 francs au

lieu de 90, soit 20% de moins (4 billets

maximum par abonné). Se dépêcher,

car l’offre est uniquement valable dans

les limites du stock disponible.

www.Lmprod.ch

Un festival

pour les enfants

Durant le festival Yatouland, Palexpo

se transforme en paradis pour les

enfants. Du 2 au 5 juillet 2009,

25’000 m 2 de châteaux gonflables,

centres Nintendo et circuits 4x4 électriques

feront le bonheur des petits.

Les abonnés unireso bénéficient des

réductions suivantes: entrée à 18 francs

au lieu de 25 pour les enfants, à 10

au lieu de 15 francs pour les adultes

et les packs familles à 50 francs au lieu

de 70. Pour plus d’information,

consulter www.yatouland-festival.com

été 2009 – le bulletin des abonnés unireso Direct – 23


Interview

© David Mayenfisch

UNE RÉVOLUTION POUR

LES HALLES

DE L’ÎLE

Arrivée à Genève quand elle avait

20 ans, Helen Calle-Lin s’est imposée

comme une figure incontournable de

la cité, à la fois restauratrice, entrepreneuse

et organisatrice d’événements

hors pair. A son actif figurent Le

Comptoir, un restaurant asiatique

branché des Pâquis, la boutique de vêtements

japonais pour enfants Mimito,

le festival de musique Overground, le

Lola Bar et aujourd’hui l’immense espace

des Halles de l’Ile, qui va enfin

réanimer les quais du Rhône. Juriste et

sinologue de formation, cette Américano-chinoise

de 40 ans jongle de façon

déconcertante avec les styles, les

langues et les cultures.

Vous multipliez les activités,

tout en élevant votre fille de

5 ans. Où trouvez-vous cette

énergie?

Dans ma passion pour tout ce que

j’entreprends! Le matin, je me réjouis

de me mettre au travail et de tous les

défis qui m’attendent. Mais j’avoue

que je suis une forcenée du travail et

que je suis très organisée. J’ai besoin

de très peu de sommeil, ce qui me per-

met de faire plus de choses que

quelqu’un d’autre en une journée.

Qu’est-ce qui vous a amenée

à la restauration et à

l’événementiel?

J’ai toujours adoré cuisiner et organiser

des fêtes, déjà lorsque j’étais enfant.

Une fois arrivée à Genève, alors que

j’étudiais à l’université, j’ai été très active

dans le milieu associatif où je me

suis souvent occupée de restauration.

Lorsque j’ai terminé mes études à 30 ans,

c’est donc assez naturellement que j’ai

décidé de me lancer dans l’aventure

du Comptoir.

Lorsque la Ville de Genève vous

a accordé le projet des Halles

de l’Ile en juillet 2008, avezvous

été surprise?

Oui, car c’est un lieu très symbolique

pour Genève et je suis une expatriée.

Mais en même temps, j’ai acquis beaucoup

d’expérience dans la restauration

et dans l’événementiel ces dix dernières

années. Gérer un espace de 750 m 2

avec plus de 200 couverts et 40 collaborateurs

ne m’effraie pas. Surtout, je

possède d’autres motivations que l’argent

car je suis passionnée par mon métier.

Que souhaitez-vous faire de cet

endroit au fil de l’eau?

J’aimerais qu’il devienne un lieu de vie

où tous les Genevois se sentent bien.

J’ai imaginé un lieu cool, branché, mais

populaire, multiculturel et ouvert à

toutes les générations. En plus du restaurant

qui servira des produits locaux

avec une touche exotique, il y aura une

boutique avec des produits du terroir et

un bar avec une scène qui accueillera

du jazz, de l’électro, du rock, etc. Nous

organiserons des marchés, des expos,

des ateliers d’origami pour les enfants…

Ce ne sont pas les idées qui manquent!

Comment vous déplacez-vous

à Genève?

Uniquement à pied, à vélo et en transports

publics. Je ne possède même pas

de permis de conduire. Une voiture me

causerait trop de soucis inutiles et ne

correspondrait pas à mon idéal écologique.

Avec mon abonnement général,

je me déplace de façon rapide et efficace

sur de longues et courtes distances.

24 – Direct le bulletin des abonnés unireso – été 2009

More magazines by this user
Similar magazines