02.03.2013 Views

faire - Réponses maison

faire - Réponses maison

faire - Réponses maison

SHOW MORE
SHOW LESS

Create successful ePaper yourself

Turn your PDF publications into a flip-book with our unique Google optimized e-Paper software.

éponses maison faire faire

faire

tout pour réussir les travaux dans la maison

Au sous-sol

créez votre “thalasso”

Faites le bon choix

9

Radiateurs pas ordinaires

Portails PVC, alu, bois…

EXCLUSIF!

La cote

maçonnerie

Piscine

Les tendances 2007

60 % d’économie

60 % d’économie

Récupérez

les eaux pluviales

N°44

ISSN 1274 - 2325

M 03799 - 44 - F: 5,50 E - RD

3:HIKNRJ=^UZZU]:?a@k@e@e@k;


PBM Développement. RCS Rennes 410 173 298 - Photo : On Off

Parquet

Carrelage

Portes & fenêtres

Rangement

C’est plus rassurant

d’avoir la même

adresse que

les pros

Des matériaux de qualité pro,

des conseils et des compétences

de pros, avec un magasin

Réseau Pro on est forcément

plus constructif. C’est peut-être

pour ça que les pros, mais

aussi les particuliers, font

confiance à Réseau Pro.


faire

Tout pour réussir les travaux dans la maison

www.fairefaire.com / www.reponsesmaison.com

RÉDACTION :

26-28, rue de la Providence - 75013 Paris

Tél. 01 45 89 22 22 – Fax. 01 45 89 99 20

Directeur de la publication :

Yves de Kerautem

Rédacteur en chef :

Marc Wast - tél. 01 45 89 20 44

e-mail : redac@fairefaire.com

Première secrétaire de rédaction :

Françoise Roze

e-mail : f.roze@fairefaire.com

Ont collaboré à ce numéro :

Guy Archambault, Françoise Civeyrel,

Michèle Fourret, Gérard Guérit,

Sylvie Lenormand, Hervé Lhuissier,

Françoise Sauvan

ABONNEMENT

4 N 0S par an - France 17 €

Vente au numéro : Europe 5,50 €

Dom Tom et étranger,

consulter le service abonnement

Frédérique Garbez : 01 45 89 22 22

Diffusion : Sordiap - tél. 01 42 36 36 84

Imprimerie : Imaye graphic - 53000 Laval

Trimestriel

Dépôt légal à parution : mars 2007

Commission paritaire n° 1108.K.77.3920000

Photo 1 re de couverture : © Christian Larit

Château de Cassis (*)

MARKETING & PUBLICITÉ

26-28, rue de la Providence - 75013 Paris

tél. 01 45 89 22 22

e-mail : pub@fairefaire.com

Directeur commercial :

Emmanuel du Verdier - edv@reponsesmaison.com

Chef de publicité :

Patrick Gandolfi - pub@fairefaire.com

SEPEP

SARL au capital de 7 624 €

26-28, rue de la Providence - 75013 Paris

99 ans à partir du 21/12/1995

Actionnaires : Yves de Kerautem & associé

2005

Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses

ayants droit ou ayants cause, est illicite (article L.122-4 du code de la propriété intellectuelle). Toute copie doit

avoir l’accord du Centre français de droit de copie (CFC) - 20, rue des Grands Augustins 75006 Paris

© copyright by Sepep Editions 2007 - Membre inscrit au CFC.

Sauf accords spéciaux, les manuscrits, textes, photos ne sont jamais restitués. La rédaction de FAIRE FAIRE ne reproduit

que des articles ou ne cite que des produits susceptibles d'informer ses lecteurs à l'exclusion de toute publicité. Les prix et adresses

ne sont donnés qu'en accord avec la réglementation en vigueur. Les articles, prix et cote mentionnés dans FAIRE FAIRE ne dispensent

pas les lecteurs de compléter leur information afin de vérifier si ceux-ci s'appliquent à leur cas particulier. La responsabilité de l'éditeur

et de la rédaction ne saurait donc être engagée. La rédaction n'est pas responsable des textes et photos qui lui sont communiqués.

Les textes mentionnés “Publi-Information” et “Publi Contacts” sont des publicités sous forme rédactionnelle et n'engagent donc que l'an-

édito

La maison de “toutes les vies”

Comme le raconte si bien la récente chanson de Benabar,

“Quatre murs et un toit”, une maison possède plusieurs vies.

Celle du couple qui élève ses enfants et qui vit au rythme trépidant

de ses occupants. Rationnelle, elle est constituée au moins

d’une grande pièce à vivre, de chambres, d’une salle de bains

et d’une terrasse pour passer de joyeux moments entre famille

et amis.

La progéniture grandit et les envies d’indépendance se font jour.

Les parents s’isolent un peu en réaménageant un grand sous-sol

ou les combles. On transforme, optimise, on ajoute une salle

bains attenante à la chambre pour plus de confort.

C’est la deuxième vie, où l’on se côtoie plus que l’on partage,

où les enfants s’éloignent petit à petit pour prendre en main

leur propre destinée.

Les vies suivantes de cette demeure passeront encore par de

multiples changements avec l’arrivée attendue des petits-enfants

qui chamboulent toutes les habitudes, de la retraite qui impose

souvent des changements dans les priorités quotidiennes (1) .

Ces périodes successives s’accompagnent également d’une

franche évolution de notre mode de vie.

On n’habite plus aujourd’hui comme on le faisait il y a 20 ans.

Les matériaux et les techniques se sont perfectionnés, les loisirs

prennent une place toujours plus importante dans notre emploi

du temps, ce qui oblige à penser la maison autrement.

Les volumes des pièces changent, les cuisines et les salles

de bains deviennent XXL, les rangements se déploient

et se rationalisent, chaque cm 2 doit être exploité au plus juste.

Tous ces changements, qui touchent parfois la structure même

de la maison, ne s’improvisent pas. Pour que leur réalisation soit à

la hauteur de vos attentes, le recours à un professionnel s’impose

de nouveau. Aguerri à ce style de travaux, il pourra également

être force de proposition pour vous orienter dans vos choix

et permettre ainsi la création d’aménagements pratiques,

esthétiques et pérennes. Pour une nouvelle vie…

(1) Voir notre dossier sur l’accessibilité dans la maison – Faire Faire n° 43

Marc Wast

nonceur. L’éditeur s’autorise à refuser toute insertion qui semblerait contraire aux intérêts moraux ou matériels de la publication. (*) Chambres et table d’hôtes. Contact : tél. 04 42 01 63 20 www.chateaudecassis.com

faire faire 3

Printemps 2007


faire

Tout pour réussir les travaux dans la maison

29

50

Embellissez les abords

de la maison

41

les temps forts

Contrairement à sa vocation

première, qui est d’accueillir

les visiteurs, le portail est

souvent le parent pauvre

de l’habitation. Plus besoin

aujourd’hui de se ruiner

pour acquérir un portail

représentatif de votre

personnalité. En bois,

acier, aluminium ou PVC,

le choix est large

et les options nombreuses.

Osez les vitraux !

34

Créez votre centre de bien-être

Autrefois œuvres d’art tombées ensuite en désuétude,

les vitrages décoratifs habillent pourtant, avec une élégance

et un goût certains, portes, fenêtres et cloisons.

Ne craignez plus de franchir le pas, tous les industriels

et certains artisans talentueux intègrent dans leurs

gammes des vitrages aussi esthétiques qu’originaux.

Merci pour la pluie…

Au-delà de la cause écologiste, la récupération des

eaux pluviales devient une évidence. L’eau potable

étant plus rare et beaucoup plus chère, pourquoi

l’utiliser pour des emplois qui ne se justifient pas ?

Découvrez toutes les solutions pour économiser

jusqu’à 60 % de votre budget eau.

Rares sont les sous-sol bien rangés et correctement

utilisés. Au prix actuel du m 2 , une réflexion s’impose pour

rationaliser les surfaces à vivre. Quand le temps des soirées

dansantes est passé, transformer le sous-sol pour en

faire votre centre “thalasso” paraît une idée séduisante.

Découvrez tous les conseils pour réussir cette reconversion.

faire faire

Printemps 2007

5


éponses cuisine

faire

sommaire

Tout pour réussir les travaux dans la maison

N°44 - Printemps 2007

DU MÊME GROUPE DE PRESSE

réponses

cuisine

tout pour réussir l’aménagement de la cuisine

réponses cuisine n°13 – printemps• avril• mai • juin • 2007

Déco… Déco…

réponses maison

Budget… Budget…

Pratique… Pratique…

En kiosques,

tout pour

aménager,

équiper

et décorer

sa salle

de bains

Printemps 2007

• les les couleurs couleurs de de la Provence Provence

• la cuisine cuisine salle salle à manger manger

• les les tables tables à induction induction

• autour autour du du point point “Eau” “Eau”

• les les meubles meubles hauts hauts

• une une crédence crédence utile utile

BELGIQUE 5,50 €

ISSN 1636-1180

Michel Chabran

Le bonheur d’une

nature généreuse

En kiosques,

tout pour

décider

des travaux

en Assemblée

Générale

En kiosques,

le seul guide

pratique

pour réussir

sa cuisine

et choisir

son électroménager

AU PROCHAIN NUMÉRO • ÉTÉ 2007

LES GUIDES D’ACHAT

• Les barbecues extérieurs

• Les équipements contre le calcaire

LES SOLUTIONS

• La façade version économique

• L’installation électrique

• Les cheminées de style à foyer

ouvert

• L’isolation des fenêtres simple vitrage

UN CAHIER SPÉCIAL “CHAUFFAGE”

08 Chantiers

Une grange typique se transforme en maison de caractère

Renaissance écologique d’une ancienne fabrique

16 Pêle-Mêle

Compte-rendu du salon de la Piscine • Autres nouveaux produits

29 Guide d’achat

9 portails

34 Solutions

Système de récupération des eaux de pluie

Les vitrages décoratifs

45 Guide d’achat

9 radiateurs pas ordinaires

50 Solutions

Un centre de bien-être au sous-sol (sauna, spa, hammam, balnéo)

Couvertures en bardeaux bitumés

63 MÉMENTO

64 Comprendre un métier du Bâtiment

Le charpentier-couvreur

65 Innover pour plus de confort

Les micro-stations d’assainissement

66 Décorer pièce par pièce

Dans votre cuisine, un plan de travail efficace et original

Les vinyles muraux hissent les couleurs

68 Valoriser son patrimoine

Les portes d’entrée anciennes

70 Préserver ses équipements

L’eau claire et limpide de la piscine

71 Trouver les bons réseaux

De rénovation de l’habitat

72 S’informer

Les infos brèves

74 Connaître vos droits

Les fiches à conserver

77 La Cote

Chiffrez vos travaux de maçonnerie

84 Habitat & Environnement

La maison passive

89 Commandez nos anciens numéros et abonnez-vous

90 Le carnet d’adresses de la rédaction

• Ce numéro comporte un encart “Point P” broché entre les pages 34 et 35 + un encart “Service lecteurs” jeté entre les pages 90 et 91 + un message du service abonnement.

• La version professionnelle comporte un cahier de 24 pages broché entre les pages 2 et 3 ; un encart “Point P” broché entre les pages 34 et 35 + un encart “Service lecteurs” jeté entre les pages

90 et 91 + un message du service abonnement.

faire faire 7

Printemps 2007


Chantier rénovation/

reconstruction

Le propriétaire des lieux vit à Paris, mais son cœur est ici, dans un environnement

préservé à 200 kilomètres de la Capitale. Il possède de

longue date un grand terrain sur lequel est implantée une grange ; il décide

de la transformer en profondeur.

Lorsque le chantier sera achevé, les volumes et les matériaux retenus laisseront

croire à une rénovation lourde. En réalité, ce chantier est une quasi

reconstruction qui aura su respecter les traditions architecturales du Morvan.

8 faire faire

Printemps 2007

Le volume initial de la grange permettait

l’aménagement d’une

grande maison sans modification

importante du gros œuvre. Malheureusement, les premiers sondages montrent

que les percements nécessaires risquent de déstabiliser l’ouvrage.

L’architecte qui assure la maîtrise d’œuvre conserve uniquement les deux pignons

et le premier niveau des murs de façade. L’étude approfondie des besoins

du client implique également l’ajout de deux extensions latérales.

La grange a pris

Dans le Parc Naturel régional du Morvan, une grange typique de la région se transforme

après de lourds travaux en maison de caractère.

LES LIMITES

D’UNE STRUCTURE ANCIENNE

Au total, les deux niveaux permettent la création de 350 m 2 habitables.

La partie centrale du rez-de-chaussée, qui correspond à l’ancienne grange,

se divise en un salon/salle à manger de 78 m 2 , une cuisine de 30 m 2 , une

chambre d’amis de 18 m 2 , un hall d’entrée ainsi qu’un dégagement.

De chaque côté du volume initial, deux garages, une buanderie et un bureau

affinent le bâtiment ; ils apportent une certaine élégance liée aux décrochements

de toiture. Le premier étage, qui reprend exactement les volumes de

l’ancienne grange, est occupé par trois chambres, deux salles de bains et

un second bureau.

Les quantités de pierres disponibles sur le site sont insuffisantes pour traiter

les extensions. Pour compléter ce manque, le Maître d’ouvrage rachète

dans un village proche une petite maison en ruine qui servira de “banque d’organes”.

Par une nuit de grand vent, un des deux pignons qui n’était pas

contreventé a la mauvaise idée de s’écrouler.

Cet épisode imprévu génère des surcoûts, mais fournira aussi une quantité

de pierres non négligeable.


du “caractère”

Le Morvan est un massif granitique, granit que l’on retrouve au niveau des

linteaux, des tableaux et des pierres d’angle.

Quant aux éléments de remplissage, ils sont plutôt constitués de pierres calcaires.

Le granit du Morvan n’a pas bonne réputation en construction. Il est

friable, souvent fissuré, et ne peut être utilisé pour des éléments de grande

taille. Problème : les linteaux en granit sont très nombreux sur ce projet et

nécessitent des portées importantes. L’entreprise s’approvisionnera dans

une carrière du Tarn, qui propose une pierre beaucoup plus dure et surtout

plus homogène.

FINITIONS ET ISOLATION

ACOUSTIQUE

Les menuiseries sont en PVC, seule la

porte d’entrée principale est en chêne,

un choix dicté par la facilité d’entretien.

La plupart des fenêtres seront équipées de volets roulants motorisés, mais

aussi de volets intérieurs en bois. Les revêtements de sol se partagent entre

carrelage et parquet massif collé en plein sur une chape béton.

Ci-contre : extension droite.

Cette partie nouvelle limitée

au rez-de-chaussée abritera

un bureau d’environ 20 m 2 .

Ci-dessous : extension gauche.

Ce volume plus important permettra

l’installation d’un garage double,

d’une buanderie, mais aussi

d’une cave partielle, la grange

ne comportant pas de sous-sol.

Bourgogne

Une fois la maison terminée, les deux

extensions allègent le volume initial

un peu massif. Les surfaces

disponibles autorisent un séjour

de près de 80 m 2 .

Les linteaux et les encadrements

en granit sont traditionnels dans le

Morvan. Les linteaux (neufs) viennent

d’une carrière du Tarn, les pierres

d’angle proviennent de la grange

et de récupération locale.

C’est la technique la plus efficace pour associer durabilité du revêtement et

confort de marche.

L’isolation acoustique est particulièrement soignée. Un isolant phonique est

interposé entre les solives et le plancher. Toutes les cloisons sont constituées

de plaques de plâtre montées sur ossature métallique et incorporent

dans leur épaisseur un isolant thermo-acoustique (laine de roche). Les portes

intérieures sont en chêne massif, elles contribuent par leur masse à ne pas

dégrader les performances acoustiques des cloisons.

Au premier étage, les chambres et les salles d’eau donnent sur un dégagement

qui fait office de “sas acoustique”. Cette solution est souhaitable lorsque

l’on désire optimiser le confort acoustique des pièces de repos.

Enfin, l’entretien sera facilité par la mise en œuvre d’un système d’aspiration

centralisée. Cet équipement, simple et relativement économique à l’investissement,

peine encore à se banaliser. Il simplifie le travail de la personne

qui fait le ménage : plus d’aspirateur à traîner, une puissance d’aspiration élevée,

un silence quasi total.

faire faire

Printemps 2007

9


Chantier rénovation/

reconstruction

LA GÉOTHERMIE,

SOURCE D’ÉCONOMIES

Le climat du Morvan est continental. Il y fait

chaud l’été et froid l’hiver. L’épaisseur des

murs et le niveau d’isolation atteint (pierre

+ parpaings + isolant thermique) devrait permettre

un réel confort d’été, même pendant

les périodes les plus chaudes.

Pour le chauffage, le propriétaire s’est tourné

vers une installation de géothermie. Le village

n’est pas raccordé au réseau de gaz naturel,

le gaz propane est coûteux, le fuel est

plus abordable, mais reste cher du fait du volume

à chauffer. Pour un investissement

d’environ 25 000 €, une installation de géothermie

dite “superficielle” permet d’amortir

le surcoût de l’installation en 3 ou 4 ans,

pour une dépense annuelle qui ne devrait

pas dépasser 600 à 700 €.

Le principe de fonctionnement est basé sur

le captage de l’énergie thermique contenue

dans le sol. Plus efficace que des radiateurs,

le chauffage par le sol est également plus

confortable : pas de sensations de parois et

de zones froides, une chaleur identique dans

toutes les zones d’une pièce, pas de radiateurs

encombrants et plus ou moins esthétiques.

L’IMPORTANCE DU MAÎTRE

D’ŒUVRE… ET DES ENTREPRISES

Le chantier est traité en corps d’état séparés.

Cette formule, préférée à l’entreprise générale,

responsabilise chaque intervenant

et évite les cascades de sous-traitances.

De plus, le propriétaire avait clairement exprimé

son souhait de retenir des entreprises

de la région possédant une expérience reconnue.

Cette “reconstruction” est techniquement

difficile. Il faut conserver la trame d’un bâtiment

ancien, une partie des murs porteurs,

tout en réalisant un mariage cohérent avec

des éléments plus actuels.

Tous les murs neufs en pierre prennent appui

sur une maçonnerie en parpaings. La

pierre n’est qu’un habillage monté au mortier

de chaux, et liée par intervalles réguliers aux

parpaings grâce à des fers à béton.

Les planchers constitués de poutrelles précontraintes

et d’entrevous en composite sont

rapides à mettre en œuvre et limitent la fatigue

pour le personnel. Très calibrés, ils

doivent pouvoir s’adapter à des murs anciens

et rarement droits.

L’expérience des Compagnons joue ici un

rôle essentiel : savoir marier le neuf et l’ancien

de façon durable et le plus discrètement

possible. Lorsque les différents percements,

10 faire faire

Printemps 2007

Les éléments de gros œuvre maintenus en place doivent

autant que possible être conservés dans leur état d’origine.

Les modifications déstabilisent vite ces ouvrages anciens.

Dans les parties nouvelles, l’entreprise met en œuvre

une maçonnerie de parpaings classique, les pierres viennent

en parement. Elles sont liaisonnées au gros œuvre par l’intermédiaire

de fers à béton scellés dans les parpaings au moyen

de trous pratiqués à cet effet.

Vue du plancher en août 2006. L’entreprise utilise la technique

des poutrelles béton et entrevous en matériaux composites.

Légèreté, gain de temps et facilité de pose caractérisent ces

systèmes recouverts ensuite d’une chape en béton.

extensions, reprises et apports de pierres

seront terminés, l’ensemble des façades

sera nettoyé à la machine haute pression,

tous les joints repris et regarnis à l’aide d’un

mortier de chaux. Les parties neuves et anciennes

se confondront. Elles créeront alors

une unité d’ensemble, qui laissera penser

que l’ensemble de la maison a toujours

existé.

LE PROJET D’UNE VIE

On peut se poser la question de la rentabilité

par rapport à une construction neuve.

Située dans un Parc Naturel Régional

(PNR), une maison neuve aurait dû rentrer

dans un certain nombre de contraintes,

dont les murs en pierres apparentes.

Les trois façades partiellement conservées

ont permis de réelles économies par rapport

aux mêmes surfaces neuves, montées

en maçonneries de parpaings et doublées

en pierres. De plus, il paraissait a

priori plus facile d’obtenir un permis de

construire pour une rénovation.

En fait, les deux options auraient été acceptées

par l’administration, sous réserve

de l’intégration du projet dans le site.

Le coût global est difficile à estimer avec

précision, car un certain nombre d’aménagements

et de finitions ne sont pas encore

validés. Il devrait logiquement s’établir autour

de 600 000 €, soit environ 1 700 €/m 2 .

Ce ratio s’avère compétitif par rapport à

une construction neuve de qualité et de

prestations équivalentes.

Ce chantier prévu pour durer 18 mois (décembre

2005 à juillet 2007) représente le

projet d’une vie. Dans les années à venir,

ce sera une présence en pointillés, mais

l’heure de la retraite venue, c’est ici que le

propriétaire et sa famille s’installeront.

Les matériaux, les équipements, sont choisis

dans une optique de durabilité. Les aménagements

également, en pensant à un avenir

plus lointain avec un rez-de-chaussée

facilement circulable, sans aucun seuil,

équipé d’une chambre, d’une salle de bains,

et en communication directe avec le garage,

la buanderie et les deux terrasses.

Gérard Guérit

Maîtrise d’œuvre (conception)

• Cabinet Allain – 89 L’Isle sur Serein

Maîtrise d’œuvre (exécution)

• Cabinet Manoa – 89 Auxerre


C.G.P. PRIMAGAZ – SA au capital de 42 441 872 € - 542 084 454 RCS PARIS -

Désormais, avec Rénov’au gaz ® ,

le plus simple à rénover dans

une maison, c’est le chauffage.

Chez Primagaz, nous savons comme il est difficile

de changer de système de chauffage. Alors pour vous

simplifier les choses, nous avons créé Rénov'au gaz ®.

Une solution clé en main vous proposant notamment une

sélection de matériels performants et si vous le souhaitez,

un installateur. Bref, tout ce qu'il faut pour une installation

au gaz propane qui optimise votre confort et votre budget

énergie. Avec Rénov'au gaz ®, c'est simple : vous pourrez

consacrer toute votre énergie à rénover le reste.

Consultez votre Conseiller Energie ou votre Conseiller

Energie au Naturel Primagaz.

Ce qui prime pour Primagaz, c’est vous.

PRIX APPEL LOCAL

www.primagaz.fr

L’ENERGIE EST NOTRE AVENIR, ECONOMISONS-LA !


Chantier rénovation

Renaissance écologique

À l’origine était une moulinerie. Le bâtiment à droite sur la photo a presque

entièrement disparu.

Façade est. Photo prise sous le même angle. On devine la construction

ancienne et, sous l’appentis, le linteau de la porte voûtée.

Le premier niveau prolonge la maçonnerie en pierre par une structure bois

doublée d’une isolation en ballots de paille.

Façade ouest. Cette vue rend très explicite la structure du bâtiment,

composée de troncs de mélèze. Les deux niveaux se superposent

parfaitement, seul le cloisonnement diffère.

12 faire faire

Printemps 2007

Au cœur du Parc Naturel Livradois-Forez,

l’étonnante “renaissance” d’une ancienne

fabrique est liée à la ténacité d’une femme

qui ne se laisse pas influencer.

Sa maison est ouverte à tous, et beaucoup d’enfants du village ont longtemps

profité de sa piscine intérieure. Pourtant, depuis quelques années,

la vue magnifique sur les monts du Forez se réduit par la faute

de constructions nouvelles. Elle estime alors que le charme est rompu, et part

en quête d’un nouveau havre de paix et de sérénité.

LA CONTRAINTE

D’UN PARC NATUREL

Le Maître d’ouvrage sait ce qu’elle veut :

un site naturel, exemplaire et exempt de

pollutions visuelles. Les zones construc-

tibles qui répondent à cette définition sont rares, les maisons à vendre qui

correspondent à cet idéal sont inexistantes. Un jour, une amie l’informe de

la mise en vente d’une bâtisse en ruine implantée sur un site idyllique. C’est

en fait une ancienne moulinerie datant de 1850 (voir encadré), et vaincue par

le poids des ans.

L’achat est conclu en 2003. La première année sera surtout consacrée à déblayer

ce qui reste du bâti, à nettoyer le terrain, à réfléchir au projet et à prendre

les premiers contacts. La future maison devra s’articuler autour du volume

existant, la réglementation interdisant dans ce secteur toute nouvelle

construction. Il ne pourra officiellement s’agir que d’une rénovation, même

si dans les faits on se rapproche d’abord d’une reconstruction.


Auvergne

d’une ancienne fabrique

Partant de ce constat, la propriétaire s’adresse à plusieurs architectes. Bien

qu’intéressés par son projet, ils tentent à chaque fois de la faire entrer dans

un moule qu’elle n’a pas envie de suivre. Sa culture, ses études, ses nombreux

voyages à travers le monde, sa sensibilité écologique, sa prise de

conscience d’une nécessaire évolution de nos modes de vie… la confortent

dans un projet axé sur une symbiose avec l’environnement. Le bois, la pierre,

la terre et l’eau seront indissociables d’un projet centré autour de l’équilibre

avec la nature.

Notre Maître d’ouvrage est tenace. Nullement découragée, elle passe des

semaines et des mois à penser son projet, à transformer ce qui est au départ

une esquisse en véritables plans d’exécution, avec force de détails et

de précisions.

LE BOIS, LA TERRE,

L’EAU ET LE SOLEIL

Façade sud. C’est la plus spectaculaire et la plus

ensoleillée. Elle recevra une série de capteurs solaires

destinés à la production d’eau chaude sanitaire.

La structure composée de 120 troncs de mélèze

est relativement classique dans son principe,

c’est l’échelle qui étonne. L’ensemble

repose sur une dalle béton par l’intermédiaire de platines métalliques.

La stabilité de l’ouvrage est assurée par le “squelette” en rondins, mais également

par les éléments de remplissage qui participent au contreventement.

L’enveloppe est plus originale, puisqu’elle fait appel pour l’isolation à 45 cm

de paille, enfermée entre une peau intérieure en Triply et une façade extérieure

en mortier de chaux. La paille, hormis une mise en compression réalisée

manuellement, ne fait l’objet d’aucun traitement particulier. Elle est simplement

livrée en bottes régulières et bien calibrées, qui s’ajustent sur les

encadrements des portes et des fenêtres dimensionnées à cet effet.

Les éléments naturels se déclinent à tous les niveaux de la construction.

Des briques de terre crue composeront le cloisonnement intérieur, la terre

cuite est retenue pour différents revêtements de sol, et c’est encore la terre

La liaison entre la dalle

béton et les poteaux

fait appel à des platines

en acier galvanisé qui ne nécessitent

aucun entretien.

qui recouvrira l’ensemble de la toiture, entièrement végétalisée. Cette technique

est traditionnelle en Scandinavie et arrive tout doucement sous nos latitudes.

Elle apporte une isolation et une régulation thermique très efficaces,

en contrepartie d’un poids qui impose un renforcement de la charpente.

Le chauffage fait appel à l’énergie “bois”. Un poêle finlandais de marque

Tulikivi d’un poids de 3 300 kg sera prochainement installé au milieu de la

pièce de vie. Ses capacités seront suffisantes pour assurer un confort normal

aux deux niveaux. Des capteurs solaires installés en façade assureront

une partie de la production d’eau chaude sanitaire, la base étant classiquement

gérée par un ballon électrique.

L’eau fait également partie intégrante du décor, elle était même la raison

d’être de la moulinerie et du moulin proche. En surplomb de la maison, on

découvre les restes d’un étang artificiel aux dimensions impressionnantes :

environ 15 m de large pour une longueur de 300 m. La propriétaire des lieux

envisage sa restauration.

L’étang était rempli grâce au captage d’une source qui existe toujours. Sa remise

en fonction reste donc théoriquement possible. Pour cela, il faudra reconstituer

des murs écroulés, intervenir sur l’étanchéité et nettoyer le fond

de l’étang envahi par de nombreux arbres. Il faudra enfin tenter de réguler

le débit de l’eau, par définition irrégulier selon les saisons et la climatologie

du moment.

TROUVER DES ENTREPRISES

PARTENAIRES

On aperçoit les murs

et une vanne d’évacuation

de l’ancien étang.

Les entreprises aiment les projets

cartésiens et rationnels, elles n’apprécient

guère la nouveauté et les

expérimentations, sources de dérapages, de dérives financières, de

contraintes, voire de conflits et de litiges. Ce projet atypique n’échappe pas

à la règle. La propriétaire fait appel à des entreprises spécialisées par corps

faire faire

Printemps 2007

13


Chantier rénovation

de métier. Certaines la suivent depuis le début, d’autres

sont arrivées en cours de chantier. Quelquesunes

tiennent les devis initiaux, mais en fonction de

l’évolution du projet et des ajustements techniques,

les révisions à la hausse ne sont pas rares. Les entrepreneurs

qui acceptent de relever un tel challenge

y voient un intérêt d’expérimentation, un laboratoire

permettant de mettre en application les principes d’une

construction naturelle et en symbiose avec son environnement.

Qui dit expérimentation dit prises de risques, d’où la

difficulté de trouver des entreprises qui acceptent de

s’investir. Claude Fialon, le directeur commercial des

Terres Cuites de Laschamps, en fait partie. Il fournit

au chantier des éléments de terre crue qui seront utilisés

pour le cloisonnement des pièces du rez-dechaussée.

C’est pour lui le cas typique du chantier

“prototype”, avec toutes les interrogations qui y sont

liées. Cette réalisation en grandeur nature n’est pas

rentable dans l’immédiat, mais elle permet de tester

en réel des produits nouveaux, source de développement

futur pour le fabricant.

La végétalisation de la toiture

impose un dimensionnement

de la charpente adapté à ces

contraintes. La pente unique,

logique, évite les chutes d’eau

et de neige sur la façade

la plus fréquentée.

Les espèces plantées doivent

pouvoir se développer sans entretien,

et le développement

racinaire ne doit pas dégrader

le revêtement d’étanchéité

de la couverture.

14 faire faire

Printemps 2007

Les balcons, dont toute l’ossature est également

en mélèze, recevront les capteurs solaires.

Cette essence est également retenue

pour les garde-corps et les différents éléments

de plancher.

Le poêle-cheminée (Tulikivi)

est réalisé en stéatite.

La capacité d’accumulation

de la chaleur de la stéatite,

sa conductibilité thermique

et son poids garantissent

un rendement, une puissance

calorifique et une durée

de restitution de la chaleur

qui sont excellents.

Démarré en 2003, le

chantier devrait être

achevé d’ici sept ans.

Les conditions de réalisation spécifiques, une part importante

d’auto-construction, des choix techniques et

architecturaux uniques rendent ce projet difficilement

comparable et chiffrable. La trame très répétitive de la

structure bois permet une mise en œuvre rapide et dégage

des volumes importants. Ce choix technique apporte

une grande liberté de cloisonnement et de modularité

des espaces, il est également économique.

Les rationalités budgétaires ne se situent pas au centre

de ce projet qui représente d’abord l’aboutissement

d’une démarche. La propriétaire a beaucoup voyagé et

observé. Elle estime que nous sommes arrivés au bout

d’une logique de consommation que la planète ne

pourra plus longtemps supporter. Les idées qui sont

les siennes depuis longtemps commencent enfin à être

reconnues : un mode de vie plus simple et en phase

avec la nature, des constructions qui utilisent des matériaux

régionaux limitant les transports longs et polluants.

Ce projet est aussi une occasion de transmettre

un témoignage concret à sa fille unique. Cosmopolite

comme sa mère, elle est elle aussi tombée amoureuse

d’une Auvergne encore préservée et authentique.

Le premier étage se superpose parfaitement avec le rez-de-chaussée.

Début 2007, des réflexions étaient encore en cours quant à la position exacte

des différentes cloisons.

Une autre époque

L’ABOUTISSEMENT

D’UNE DÉMARCHE

Gérard Guérit

• Rendez-vous est pris en 2009, si tout va bien…, pour

apprécier à sa juste valeur cette fabuleuse reconversion.

À l’origine était une moulinerie qui employait jusqu’à 89 ouvrières. Cette fabrique

utilisait l’eau de la rivière qui traverse le site. La matière première,

de la soie filée, arrivait de la région lyonnaise. Mouillée, dévidée puis moulinée

(c’est-à-dire doublée et tordue pour augmenter sa résistance) elle repartait

en bobines sous forme de rubans étroits. Pendant l’hiver, les ouvrières

couchaient sur place, mangeaient à l’usine et avaient droit à deux soupes par

jour. Le travail s’interrompait de juin à septembre pour les fenaisons et les

moissons. L’activité aura duré presque un siècle, de 1851 à 1935, date de la

fermeture du moulinage et de la vente à une colonie de vacances.


Nouveaux

Produits

Application concrète des dernières tendances,

la piscine traditionnelle change de registre avec

un bassin qui s’intègre parfaitement dans l’architecture

du lieu. Interprétation d’un classique

revisité par Carré Bleu, cette piscine en béton

armé de forme rectangulaire (10 x 4 m) présente

un escalier maçonné sur toute sa largeur.

L’habillage extérieur est réalisé en pierres

naturelles de Bourgogne. Le revêtement intérieur

fait appel à une membrane armée de couleur

noire. Le traitement de l’eau s’effectue par

électrolyseur au sel avec régulation du pH et

Redox. L’éclairage est assuré par deux projecteurs

et le chauffage par une pompe à chaleur.

Côté sécurité, le bassin se recouvre d’une

couverture qui disparaît dans un coffre.

des yeux autour de la piscine

16 faire faire

Printemps 2007

Photographe : François Deladerrière

Ça bouge au rayon piscine !

Depuis plusieurs années, les fabricants de

piscines profitaient d’un marché porteur

sans présenter d’innovations marquantes.

Aujourd’hui, nous assistons à un bouleversement

des tendances. Les bassins

changent de forme, ont une apparence

plus naturelle pour se fondre dans leur

environnement. Les techniques de filtration

évoluent vers plus d’économies et

les traitements de l’eau se rationalisent et

s’automatisent. Les robots de nettoyage

sont toujours plus intelligents et le secteur

de la sécurité devient mature avec

des produits encore plus efficaces et qui

s’intègrent mieux aux bassins. L’embarras

du choix, donc !

galet 3 en 1, trop facile !

Quoi de plus simple qu’un sachet comprenant

la juste dose de produit qui se

dissout dans le skimmer, sans laisser de

résidus. Avec le galet multifonction à

l’oxygène actif Baquacil, le traitement

complet de la piscine s’effectue en un

seul geste : éradication des bactéries,

virus et champignons ; destruction des

algues. Résultat, une eau plus claire et

plus saine. Son format pratique pré-enveloppé

évite le contact direct avec le

produit. Chaque sachet (200 g) traite

15 m 3 d’eau pour une semaine. 48 €

cybernaut, le retour

Conçu pour nettoyer toutes les piscines enterrées,

quelles que soient leur forme, leur taille

ou leur revêtement, Cybernaut NT de Zodiac

est un robot doté de la dernière technologie qui

mémorise la configuration du bassin.

Le temps de nettoyage est auto-calculé

tandis que le fonctionnement manuel

permet de nettoyer un emplacement

particulier. Notons le système “Clip & Fix”

pour changer les brosses en un clin d’œil.

La sécurisation de tous les bassins privés est obligatoire depuis de nombreux mois.

L’alarme périphérique PoolEye de Waterair est une des solutions que vous pouvez choisir

pour contrôler l’accès à la piscine. Préventive, cette alarme – dotée d’une centrale dépportée

– se compose de quatre bornes infrarouges qui détectent l’enfant dès qu’il s’approche

à un mètre du bassin. Dans ce cas, une puissante sirène de 101 dB se déclenche

pour avertir les autres usagers. Le système fonctionne 24h/24 et se remet en marche de

façon automatique. L’accumulateur de série assure une autonomie de 30 heures en cas

de coupure du courant. Garantie de 2 ans. 799 €


jusqu’à 32 °C

dans l’eau !

Qui n’a pas rêvé

d’utiliser sa piscine de

mars à octobre, dans

une eau toujours à

bonne température ? La

pompe à chaleur Elyse

de Magiline est la solution

idéale. Performante (COP de

5), silencieuse (58 dB maximum.), son

échangeur permet un raccordement sur

le circuit de filtration jusqu’à 15 m 3 /h.

Peu encombrante (moins de 1,25 m de

longueur), elle peut – en option – se piloter

par téléphone grâce à une interface

spécifique. 2 ans de garantie.

Disponible en 4 puissances (8, 10, 12

et 15 kW). À partir de 3 900 €

une centrale de désinfection

Issue de la recherche nano-technologique, Oxineo®de

Adamant Technologies assure la désinfection des eaux

de piscines par génération autorégulée de produits à

large spectre d’action à base d’oxygène

actif. Tous les micro-organismes sont

détruits 3 à 5 fois plus rapidement

qu’avec du chlore. Cet appareil

autonettoyant et compact se

connecte simplement à toute

installation existante. En plus du

mode standard, une position éco

ou intensive s’adapte à la fréquentation

du bassin. 5 modèles au choix.

couverture innovante multi-usages

PoolonPoolup de Deceuninck est une couverture de sécurité qui se distingue fondamentalement

des produits existants. Elle repose sur un concept tubulaire qui garantit

l’étanchéité de chaque profilé et assure une parfaite flottabilité de la couverture.

Conforme à la

norme NF P 90-308,

ce volet en lames PVC

est réalisé sans adhésif

supplémentaire, ni

soudures. Astuce, les

profilés opaques génèrent

une bonne isolation

thermique tandis

que les transparents

contribuent au réchauffement

de l’eau.

Le tablier peut être manœuvré

manuellement

ou bien motorisé.

Choix de 4 coloris.

la piscine hors sol s’émancipe

Souvent cantonnées dans les seconds rôles, les piscines hors sol demeuraient le “parent

pauvre” du secteur. Pour répondre à une demande croissante, Odyssea ® de Cerland

monte en gamme et prend de la

hauteur. Avec 1,46 m, les accros

de la nage s’y trouveront encore

plus à l’aise. La nouvelle pompe

de 13,5 m 3 /h de débit garantit un

filtrage exceptionnel, en deux

heures seulement pour le modèle

640. La nage à contre-courant fait

également une apparition remarquée

pour les plus sportifs.

L’éclairage par spots halogènes

est apprécié par les adeptes des

bains de minuit. Deux modèles

disponibles. Systèmes de sécurité

en option. Depuis 9 490 €

presque les chutes

du Niagara

Pêle-Mêle

La piscine individuelle est de moins en moins un simple

bassin. Elle s’accessoirise d’année en année avec des

équipements techniques et esthétiques. Power Fall de

Polaris est une lame d’eau qui, outre la fonction décorative,

produit un effet sonore apaisant et relaxant.

Disponibles en trois dimensions et pour toutes les configurations

de piscines, ces lames peuvent être installées

au moment de la construction ou lors d’une importante

rénovation. Prix sur demande.

faire faire

Printemps 2007 17


Nouveaux

Produits

la tradition au service

de la cuisine d’aujourd’hui

Qualité de plus en plus rare, les Cuisines Saint André ® conjuguent

l’aspect authentique du chêne et un travail artisanal pour créer

des modèles à la fois traditionnels et novateurs. La pierre et le carrelage

spécialement sélectionnés pour leurs qualités exceptionnelles

(pierre bleue, rosal, marbre et granit) contribuent à la conception de

cuisines sur mesure presque uniques mises en œuvre dans les règles

de l’art, dignes du travail séculaire des meilleurs Compagnons.

spécial pièces humides

Ultra Resist de Dulux Valentine est une peinture

inédite qui offre une haute résistance aux taches

et aux lessivages fréquents (garantie jusqu’à

10 000 passages d’éponge grâce à son film protecteur

anti-graisse). Sa formulation acrylique,

monocouche et sans odeur, redonne à chaque

cuisine la possibilité d’y vivre pleinement sans arrière-pensée.

Sept teintes satinées aussi fraîches

que tranchées donnent aux murs une forte personnalité.

10 m 2 /litre. 41 € le bac de 2 litres

18 faire faire

Printemps 2007

À quoi bon changer vos meubles et l’organisation

de votre cuisine si vous gardez le vieux

carrelage qui l’habille depuis de nombreuses

années ? Pour dynamiser la rénovation de

cette pièce, pourquoi ne pas opter pour un

revêtement de sol en PVC ? Souple, silencieux,

facile d’entretien et riche d’une gamme

de motifs et de couleurs très variés, les six

nouvelles gammes signées Tarkett apportent

une note d’originalité et de fraîcheur à votre

cuisine. Tous les styles sont représentés et

peuvent se marier en toute harmonie avec le

mobilier (authentique, ethnique et couleurs

“flashy” ). À partir de 6 € le m 2

un détail qui change tout

côté professionnel

L’agrandissement

des cuisines permet

de multiplier

les fonctionnalités.

Les éviers jouent la

taille XXL en augmentant

le nombre et la taille

des bacs. Conséquence

directe, les robinets mitigeurs

imitent ceux des

grands chefs en ajoutant

une douchette accessible.

Porcelanosa “surfe” sur

cette tendance en proposant

Mitigeur Profesional disponible

en deux finitions au

choix (chrome ou nickel

satiné). Hauteur : 88 cm.

De 720 à 898 €

relookez votre cuisine

On ne le répétera jamais assez, l’appareillage

électrique a une véritable carte à jouer dans la

décoration de votre habitation. Avec sa nouvelle

gamme Celiane, Legrand propose un

choix réellement étonnant de prises et d’interrupteurs.

Pas moins de huit finitions (de la plus

simple à la plus sophistiquée) intègrent un catalogue

qui multiplie les formats et les fonctions.

Difficile de faire plus exhaustif !

Compatibles avec le protocole “In One”, vous

pouvez commander vos automatismes et programmer

des scénarii. Les matériaux nobles n’ont

pas été oubliés avec, entre autres, l’aluminium,

le cuir, le bois, le métal ou le Corian®.


des COV en moins, la qualité en plus

Dotée d’un film d’une très grande

dureté, la gamme de peintures

Horus de Guittet à faible teneur

en composés organiques volatils

(COV) offre une résistance exceptionnelle

aux chocs et aux

rayures. Par ailleurs, la grande

souplesse de son film la rend

moins sujette aux craquellements,

assurant une tenue dans

le temps exemplaire. De même,

grâce à son excellent tendu, elle

développe des qualités esthétiques

et d’entretien appréciables.

Enfin, dotée de caractéristiques

nettement supérieures à celles

des solutions acryliques traditionnelles,

cette peinture se

distingue, dans sa version brillante,

par un très bel éclat.

safari papier peint… laissez exprimer votre côté animal

imprimez facilement vos murs

Le rouleau création de Astral est un rouleau

à motifs, idéal pour la réalisation

immédiate de frises ou de zones

décoratives originales. Le principe

est simple : imprégnez le

rouleau en mousse de la peinture

que vous aurez choisie et

appliquez le rouleau en caoutchouc

sur la surface à décorer. En

quelques tours, vous redonnez vie à

une pièce en y apportant une touche

personnelle.

Cinq motifs différents au choix. 32,90 €

Pêle-Mêle

l’authenticité du stratifié monolame

Pour que la beauté puisse s’exprimer pleinement, rien de tel que de la montrer

sous sa forme la plus naturelle… C’est pourquoi tous les revêtements stratifiés

Berry Floor de la gamme Cottage ne sont composés que de monolames de 8 mm

d’épaisseur présentant

chacune le relief caractéristique

du vrai bois (système

Woodstructure ® ).

Pour parfaire le produit,

les lames ont été chanfreinées

avec soin. Grâce

au process WoodView ® ,

les côtés sont légèrement

biseautés pour

créer, après assemblage,

une rainure en V du plus

bel effet.

Disponible en trois couleurs

(Majestic, Marine et

chêne Valley).

24,95 € le m 2

Ceux qui pensaient que le papier peint était passé de mode pourraient

bien être surpris par les nouvelles collections de Elitis. Native propose

une gravure étonnante où se dessine en relief le poil de l’animal ou des

cuirs naturels et vernis (peau de poulain, de zèbre ou de vache).

Quant à Big Croco (modèle présenté), il met en évidence une peau de crocodile

grand format résolument contemporaine. Un esprit sellier très cuir

dans les noirs, les bruns ou les gris… Envoûtement des murs garanti !

Papier peint vinyle mat – rouleau de 10 x 0,70 m – 80 € le rouleau

éléments décoratifs high-tech

Les éléments décoratifs comme

les corniches, plinthes, cimaises

ou rosaces, par exemple, sont

souvent fragiles et difficiles à

mettre en œuvre. Orac fait évoluer

ce marché en présentant

sa ligne décorative composée

d’un assemblage de polymères

haute densité conjuguant qualité,

résistance et compétitivité.

Ce composant pré-peint et rigide

affiche des lignes d’une

grande finesse pour décorer les

intérieurs avec goût. Quatre

gammes intègrent le catalogue

du fabricant : Décors (haut de

gamme), Axxent (niveau intermédiaire),

My Line (sobre et

épuré) et XTerio (applications

extérieures).

faire faire

Printemps 2007 19


Nouveaux

Produits

extension en toute élégance

Décoratives et fonctionnelles, les pergolas Georges

Raimbaud Jardin méritent toute votre considération.

La finesse des structures ainsi que le choix des décors, des

couleurs et des finitions (volute, boule, pomme de pin) personnalisent

les abords de votre maison. Tout en simplicité,

le modèle Cascade permet de profiter pleinement du jardin

dès l’arrivée des premiers beaux jours. Adossée au mur de

la maison, cette pergola se décline en deux versions : tout

en métal (modèle présenté) ou mixte avec des poteaux bois

en Iroko. Elle se compose d’un module de base de 2,20 m

de longueur et d’un module de fin (l. 2,20 m x P. 2,20 m).

Dim. totales : 4,40 x 2,20 x 2,70. À partir de 1 421 €

abri de jardin personnalisé

Posséder un abri

de jardin qui ne

ressemble à aucun

autre, c’est le

concept Abristyl

mis au point par

Arcelor pour ses

cinq nouvelles

créations à décorer

soi-même. À

partir d’autocollantspré-imprimés

(six couleurs

et cinq modèles

d’adhésifs), vous

pouvez laisser libre

cours à votre

imagination pour

personnaliser votre

abri de jardin.

Réalisées en acier

galvanisé laqué,

ces petites maisons

sont résistantes, solides et sans entretien. Surface 9 m 2 , haut.

2 m, porte 190 x 86 cm. À partir de 2 269 €

20 faire faire

Printemps 2007

mettez en scène votre jardin

Limiter efficacement les apports solaires

grâce à des tissus techniques

performants, Ferrari maîtrise le sujet

depuis de nombreuses années.

Les nouveaux critères de la RT

2005 qui incluent le confort d’été remettent

sur le devant de la scène la

gamme Soltis ® 86 et 92. Empêcher

la chaleur d’entrer dans la maison

est la solution la plus évidente et

évite le recours à une climatisation

gourmande en énergie. Ces textiles

résistent aux forts écarts de températures

en conservant leur souplesse

et en résistant aux vents violents.

Discrets, ils disparaissent

dans leur coffre en fin de journée.

Affirmer le caractère

des allées principales

et secondaires, réaliser

une cours d’un cachet

certain, c’est

désormais possible

avec les pavés vieillis

Médiéval de Carré

d’Arc. Avec sept

teintes disponibles, il

est aisé de réaliser un

calepinage en damier,

en tapis ou en mosaïque.

De plus, leur

aspect patiné par le soleil leur confère des nuances capables d’animer un pavage

uniforme. À noter que les pavés de 6 cm d’épaisseur sont classés T5 pour supporter

un faible trafic de voitures (sortie de garage, par exemple). À partir de 25 € le m 2

le pavé à double visage

passez l’été

au frais

Comme son nom l’indique,

le pavé Reverso

de Stradal peut s’utiliser

aussi bien sur sa face

structurée et bosselée

que sur sa face lisse. Une

conception originale qui

vous garantit une réalisation

harmonieuse et

unitaire et laisse place à

la créativité pour jouer sur

les effets matière.

Résultat : une finition de

surface qui autorise

toutes les subtilités des

nuances (cinq coloris qui

jouent les dégradés).

trois formats ép. 6 cm


Côté Facilité

Éclairage et

ouvertures automatisés…

Côté Sérénité

Habitat sécurisé…

DELTA DORE. NOUS DONNONS UN SENS À LA DOMOTIQUE.

Concrète, facile, utile : avec DELTA DORE, la domotique entre enfin dans l'âge de raison. Elle apporte bien-être, facilité et

sérénité dans la maison, tout en offrant la liberté de vous équiper à votre rythme, parmi un ensemble de solutions design,

compatibles et évolutives, en matière de régulation de chauffage, d'alarme et de commande d'automatismes. Jour après jour

complice de votre vie, DELTA DORE améliore le confort sur ses trois côtés majeurs. Et donne ainsi un sens à la domotique.

Demandez notre guide domotique au

www.deltadore.com

Côté Bien-être

Température toujours idéale…

Côté Bien-être

D E L TA D O R E

Côté Facilité

Côté Sérénité

C Ô T É D É F I

PARTENAIRE DE JÉRÉMIE BEYOU

Alyzéa - Illustrations : Kati Béal.


Nouveaux

Produits

pratique et économique

Astucieux et complet, le tournevis sans fil

CSD-148 de Ryobi ® est présenté dans un

étui de transport qui se déplie entièrement.

Il comprend pas moins de 140 accessoires

(embouts et douilles de vissage, forets HSS,

mèches plates, fraise conique, porte-embout

magnétique, etc.) pour effectuer de

nombreuses opérations de vissage et dévissage

avec un seul et même outil.

Puissant, avec sa batterie rechargeable de

4,8 V, il offre une excellente prise

en main avec sa poignée bimatière

très adhérente.

Couple max. de 6,4 Nm.

49,90 €

protéger et embellir vos pavés

Taches d’huile de moteur, traces de graisse à proximité du

barbecue, formation de mousse et de lichen, les salissures

sont légion sur les revêtements de sol à l’extérieur de la

maison. Pour prévenir ces risques, Techni-Seal vient de

lancer sa gamme de trois protections pour l’entretien des

pavés et des dalles. Grâce à des formulations spécifiques,

ces produits, faciles à appliquer à l’aide d’un rouleau

mousse, forment un bouclier étanche qui résiste à toutes

les intempéries, aux UV et au sel. Rendement : de 2,5 à

4 m 2 au litre. À partir de 56,95 € le seau de 3,78 litres

22 faire faire

Printemps 2007

un système vraiment “top”

Avec Top Tool de

Stanhome, la corvée du

ménage se simplifie grâce à un

nouveau balai astucieux. Il suffit de

positionner les cartouches Top Wet et Top

Dry sous la tête dotée d’attaches Velcro et ce,

sans se baisser. Carrelages, parquets, terre cuite,

grandes ou petites surfaces, il lave, cire, nettoie et

dépoussière… Le manche télescopique se déploie

jusqu’à 1,40 m pour atteindre les surfaces les plus

en hauteur. Balai à partir de 33 €. Cartouches microfibres

: 12 €

tout dans la tête !

Du nouveau dans les pinceaux, ce n’est pas si

souvent. Avec Flexo, Nespoli prend une longueur

d’avance en présentant plusieurs innovations

: tête flexible pour un geste plus naturel

et plus efficace ; les fibres synthétiques se déclinent

en trois couleurs (bleu pour l’acrylique, rouge pour la

glycéro et marron pour les produits bois). Cerise sur le

gâteau, la tête est interchangeable et accepte cinq tailles

différentes (de 30 à 70 mm) pour les changer au gré

des surfaces à peindre. Petit plus, un grattoir intégré

à l’extrémité du manche permet de gratter les imperfections

du support. À partir de 4,60 € (pinceau complet)

et 2,60 € la tête de rechange.

arrondissez les angles…

Réaliser un joint autour

des éviers et lavabos

n’est pas aussi simple

que l’on pense. Un résultat

impeccable nécessite

un véritable

tour de main. Pour éviter

les joints pas toujours

lisses, ni réguliers,

Atmos a développé

un nouveau joint préformé

prêt-à-l’emploi :

Atmostick. Sa forme

incurvée permet d’épouser

parfaitement les

coins et les angles entre

les sanitaires et les surfaces carrelées. Il offre ainsi une véritable étanchéité

sans le moindre effort. Sa présentation en ruban de 3,35 m de longueur

le rend simple et rapide à poser.

Existe en deux tailles : 11 x 11 mm et 19 x 19 mm. 12 € environ


Nouveaux

Produits

mini-taille, maxi économie

Jusqu’à

80 % d’électricité

en moins sur votre facture dans une taille

minimale, c’est ce que vous promet la nouvelle génération

d’ampoules basse consommation Liliput Plus de Megaman.

La technologie embarquée permet de doubler la luminosité des

ampoules à puissance limitée (pour vos lampes avec abatjour),

de revendiquer une durée de vie de 15 000 heures, de

générer une lumière immédiate grâce à la configuration spécifique

des tubes qui réduit le temps de mise en température.

Ces ampoules s’adaptent à tout type d’éclairage intérieur et

extérieur (jusqu’à – 30 °C pour certains modèles). Recyclables

à 99 %, elles sont disponibles en trois puissances avec culot

E14 (de 5 à 15 W équivalent 25 à 75 W) et quatre puissances

en version E27 (de 11 à 23 W). À partir de 12,90 €

détection éclairée

24 faire faire

Printemps 2007

Certaines

pièces ou zones

qui restent éclairées, souvent de manière

intempestive, alourdissent inutilement

la facture d’électricité. La

mise en place de détecteurs de présence

permet souvent de réaliser de

belles économies sans parler du

confort d’utilisation. Dans ce contexte,

Flash commercialise Tectomat, une

gamme complète de détecteurs aux

nombreuses fonctionnalités : angle

de détection de 140 à 360°, portée

variable, réglages du seuil de luminosité

et de la temporisation. Faisant

appel à la technologie infrarouge, ces

produits offrent une précision accrue

des sources de chaleur émises par

le corps humain. Plusieurs finitions

au choix. Premier prix : 104 €

interrupteur

intelligent

La nouvelle gamme d’appareillage

Kallysta de Hager offre

un design moderne et élégant

qui séduit par une réelle

harmonie. Fini le blanc, cap

sur la couleur : il est désormais

possible d’installer vos

interrupteurs au diapason de

votre décoration intérieure.

Jusqu’alors simplement jugés

utilitaires, les interrupteurs, prises et commandes

deviennent aujourd’hui des objets de décoration. Kallysta Tébis

introduit de surcroît une véritable rupture technologique en proposant

des versions 2, 4 ou 6 touches, avec ou sans voyants ou des boutonspoussoirs

pour programmer des fonctions ou des scénarii. Quatre gammes

bien distinctes déclinent quelque 25 modèles multipliant les matières,

les textures et les couleurs. De quoi trouver votre bonheur !

à 0,3 °C

près

Facile à installer et à

utiliser, Deltia de Delta

Dore est une solution

pour gérer votre chauffage

de manière optimale

: pour l’habitat

existant avec chauffage

électrique, un thermostat

d’ambiance radio relié au contacteur silencieux du tableau électrique

gère la température ambiante. Programmable, il vous permet de moduler, par

jour et par heure, les allures de votre chauffage à 0,3 °C près ! Un programmateur

agit directement sur des petits récepteurs posés près de vos

convecteurs. Avec ce système, vous affinez pièce par pièce la température

ambiante et vous créez différentes zones de régulation : séjour, chambres,

salle de bains… Disponible également pour les chaudières fioul et gaz.

montage simplissime

Rapide à installer dans tous les types de

murs (cloisons creuses, murs

pleins, boîtier en saillie, béton

banché), la gamme inédite

Sibecx Evolutys apporte un

vent nouveau dans le domaine

des prises et interrupteurs. Ne

comportant pas de système de

griffes ou de vis, la connexion et

la fixation s’effectuent par simple verrouillage quart de tour de sa

bague rouge qui, de surcroît, empêche l’accès des parties dangereuses

aux enfants. La conception permet de mettre dos à dos deux prises

dans une cloison creuse de 70 mm. Large choix de motifs et de design.


Osez le plus beau.

La vraie beauté ne se discute pas. Toute en pureté et en simplicité, Kallysta*, la nouvelle gamme d’interrupteurs signée Hager, est de ces lumineuses

évidences. Ses formes sensuelles allument le regard, invitent à la caresse et inspirent la sérénité. Avec Kallysta, véritable concentré de technologie,

le plus beau brille aussi par son intelligence... Aujourd’hui à portée de main, Kallysta dévoile ses multiples facettes sur le site dédié à tous ceux qui

veulent mettre en lumière leur intérieur et trouver la touche fi nale de leur déco.

www.HagerPourVous.fr/Kallysta

Kallysta

signé Hager

*Uniquement conseillée, vendue et installée par des professionnels.


Nouveaux

Produits

bien au-delà de la RT 2005 !

Il n’y a pas que les portes et fenêtres “traditionnelles”

qui ont droit à la technologie dernier cri. La fenêtre de toit,

de par sa situation, se doit d’offrir d’excellentes performances

au froid et au chaud, en réduisant au maximum

les ponts thermiques. Avec sa gamme réactualisée,

Velux dispose de produits capables de répondre

à toutes les exigences en termes de confort d’hiver et de

confort d’été. Vitrages très isolants, fonction de contrôle

solaire, fonctionnement électrique favorisant le rafraîchissement

nocturne, intégration de capteurs solaires pour

la fourniture d’eau chaude sanitaire, toutes les dernières

techniques ont été développées afin de participer activement

à la réduction de votre facture énergétique.

entrez dans l’univers aluminium

Nouveauté 2007, la porte

en aluminium Cabel de

Zilten, qui fait la part belle

aux vitrages, devrait plaire

aux inconditionnels de la

porte d’entrée cossue.

Elle se compose d’un vantail

monobloc de 70 mm et

d’une partie latérale, fixe

ou semi-fixe. Cette association

harmonieuse de

matériaux haut de gamme

et de formes donne tout le

cachet à cette porte dotée

d’un vitrage ovale en matelux

sérigraphié avec médaillons.

Elle comporte

également deux moulures

inférieures qui donnent du

relief à l’ensemble. À noter

la serrure 4 points avec

verrouillage automatique et un seuil en fibre de verre conforme à

la loi handicap. Modèle présenté : 3 992 € hors pose (215 x 130 cm)

26 faire faire

Printemps 2007

La corvée des volets bois à lasurer

tous les trois ou quatre

ans devient insupportable ?

L’aspect de ces occultations

ne répond plus à vos exigences

esthétiques ?

Pourquoi ne pas opter pour

des volets en PVC ou en aluminium

?

Avec les gammes Art &

Fenêtres, presque toutes les

configurations (écharpes, barre,

ajourés ou persiennés) et

couleurs sont possibles. Et

pour les rénovations nécessitant

une réfection de la maçonnerie,

un précadre dissimule

la trace des anciens

gonds tout en permettant une

bonne occultation sans travaux

lourds ni onéreux.

la raison du plus beau…

volet roulant version compacte

Grand spécialiste du volet roulant, Soprofen développe en

permanence des solutions techniques pouvant s’adapter aux

contraintes de plus en plus nombreuses de la rénovation.

Aujourd’hui, compacité, augmentation constante du clair

de vitrage font partie du Cahier des charges incontournables.

Pour ces raisons, Axis 50 assure une qualité d’enroulement

optimale dans un encombrement de coffre

minimal. Unique sur le marché, le coffre de 135 mm

seulement accueille un tablier d’une hauteur de 1 600 mm,

pour un clair de jour préservé.

un escalier bien balancé

Le nombre de marches balancées est

un des éléments clés du confort et

d’esthétique d’un escalier. Plus il y en

a, plus la pente est régulière et plus

l’utilisation est optimale.

Concrètement, les nouveaux escaliers

bois de Lapeyre proposent une inclinaison

et une foulée plus régulières

tandis que le nombre de marches du

quart tournant a été augmenté (passant

de 3 à 7 marches balancées). Deux

gammes apparaissent au catalogue :

six modèles en bois exotiques et sept

en chêne comportant quatre finitions.

Prix de l’escalier présenté : 3 948 €


* C’est si facile, c’est Somfy. www.somfy.fr

It’s so easy, it’s Somfy. *

Télécommande Somfy. Garage, ouvre-toi !

Restez au volant ! Un bref appui sur votre télécommande

Somfy, et votre portail et votre porte de garage vous

obéissent comme par magie : il s’ouvrent et se ferment

à volonté, selon vos envies. Les automatismes Somfy

s’installent facilement sur tous les types de portails

et de portes de garage, même existants. Et une seule

télécommande Somfy suffit pour animer toutes les

ouvertures de la maison : volets roulants, stores extérieurs

ou intérieurs, portail, porte de garage.

Pour tout renseignement, notre service consommateurs

est à votre disposition au 0 810 055 055 (prix appel local)

ou par mail à : service.conso@somfy.com

Business


LE BON choix

Le portail est la carte de visite de la maison, leurs styles étant généralement

en harmonie. En fer forgé, en aluminium, en PVC ou en bois, motorisés ou non,

les portails se déclinent en de vastes gammes sur mesure pour répondre

à toutes vos attentes.

Avec une clôture et un portail, on se sent “bien chez soi”. Le portail autorise

l’accès de véhicules et se double souvent d’un portillon pour les

piétons. Il est également le garant de la sécurité des habitants. Plus

ou moins haut, il peut être ajouré ou plein selon que l’on souhaite ou non se

protéger des regards. Décliné initialement en bois et en métal, le PVC et

l’aluminium permettent un entretien plus facile. Mais toujours en sur mesure.

QUEL MATÉRIAU ?

• Le bois (pin et essences exotiques) reste le

matériau le plus utilisé. Ces portails sont principalement

vendus dans les grandes surfaces de bricolage (GSB) et chez les

grossistes en bois et matériaux (Point P, Réseau Pro…). Les menuisiers réalisent

des portails à vos dimensions et exactement selon votre souhait.

Le pin traité à cœur en autoclave bénéficie d’une garantie de 10 à 25 ans.

- Avantage : prix raisonnable.

- Inconvénient : nécessité de passer une peinture ou une lasure tous les trois

à quatre ans.

• Le fer forgé est le matériau type des grilles des propriétés et des maisons

bourgeoises du début du siècle dernier. Aujourd’hui, le fer est prétraité en usine

pour simplifier son entretien et retarder l’apparition de la rouille. Ces modèles

sont à barreaux et à motifs plus ou moins ouvragés et peuvent s’équiper de

tôles occultantes entre les barreaux pour protéger des regards indiscrets.

- Avantage : nombreuses possibilités décoratives avec des rosaces, des festonnages,

des volutes.

- Inconvénient : nécessité de passer une peinture tous les cinq ans environ.

guide d’achat

9portails

• Le PVC est un matériau moderne, facile d’entretien, qui se décline aujourd’hui

en couleur et en imitations bois. Pour davantage de solidité, une structure

en aluminium peut être intégrée dans les profilés.

- Avantage : facilité d’entretien.

- Inconvénient : sa motorisation n’est pas toujours possible.

• L’aluminium est le matériau qui a le vent en poupe. Recyclable à l’infini

sans perdre ses qualités intrinsèques, il offre bien des avantages de durée

de vie, de légèreté, de résistance. Il bénéficie d’une garantie de plusieurs années.

- Avantages : il se décline dans de très nombreux coloris (parfois toute la palette

RAL) et peut recevoir un traitement anti-graffitis en option.

- Inconvénient : son prix.

QUEL TYPE D’OUVERTURE ?

• Les portails à ouvrants battants

sont les plus classiques mais nécessitent

un certain dégagement. Ils sont posés avec des gonds réglables

horizontalement et verticalement.

• Les portails coulissants sont gain de place. Ils sont munis de roulettes et

fournis en un ou deux vantaux à assembler de façon solidaire. Ils nécessitent

de l’espace le long du mur sur lequel ils viennent se coulisser (ne pas

planter de haie trop proche du mur).

Françoise Sauvan

faire faire

Printemps 2007

29

Doc. Point P


9portails

DIMENSIONS

FORME ET REMPLISSAGE

30 faire faire

Printemps 2007

POINTS de repères

Le portail peut être droit, en chapeau de gendarme,

en chapeau de gendarme inversé. Il peut être plein avec des

lames droites ou inclinées mais aussi semi-ajouré, la partie

inférieure restant pleine.

Elles sont plus ou moins imposantes.

Le bois et le PVC se limitent

souvent à une portée de 3,5 m, le

fer va jusqu’à 4 m, tandis que l’aluminium

peut s’offrir de grandes largeurs

atteignant les 5, voire 6 m,

s’il est de type coulissant.

Ce sont le fer, l’aluminium et le bois

qui peuvent atteindre les plus

grandes hauteurs (2 et 2,3 m), les

portails en PVC dépassent rarement

les 2 m.

COULEURS

Quelques dizaines, voire centaines de coloris

pour l’aluminium, une vingtaine de teintes pour

les peintures fer et bois, ce qui permet d’harmoniser

le portail avec les volets de la maison,

en respectant les couleurs régionales.

MOTORISÉ POUR PLUS DE CONFORT

Motoriser un portail permet de le télécommander depuis la maison

pour laisser entrer les visiteurs mais aussi depuis sa voiture.

La motorisation se choisit en fonction des dimensions du portail,

de son matériau et donc de son poids. Mais aussi selon l’intensité

des vents dominants. Elle peut être déverrouillée en cas de panne.

La motorisation peut être semi-automatique (on télécommande

l’ouverture, puis la fermeture du portail) ou automatique (un temps

de temporisation réglable est défini). Dans ce cas, prévoir l’installation

d’une cellule photoélectrique, d’un feu orange et d’un éclairage de la zone

de débattement.

Il est possible de n’ouvrir qu’un vantail ou une partie d‘un portail coulissant,

juste pour laisser passer les piétons. Une sécurité garantit l’arrêt du portail en cas

de détection d’un objet ou d’une personne.

Sujets à des contraintes mécaniques importantes, les moteurs pour

portail battant ne doivent pas entraîner des vantaux trop grands

ni trop lourds. Si l’ouverture est grande, préférez un portail coulissant

qui se motorise très aisément (le système

autoportant a la faveur des utilisateurs).

Le top de l’esthétique passe par l’installation

d’une motorisation invisible

(enterrée mais encore très onéreuse)

ou, en voie de démocratisation, intégrée

dans les poteaux.

Doc. Somfy

Doc. Sikkens

LES LABELS ÉCOLOS

Dans un souci d’écologie, préférez les bois qui portent le label PEFC

(Programme européen des forêts certifiées) ou FSC (Forest security council)

certifiant qu’ils proviennent de forêts gérées durablement.

Également écolos, les portails en bois d’arbres feuillus, chauffé à haute

température pour le rendre totalement imputrescible mais sans addition

aucune de produits chimiques.

Pour les peintures, retenez celles qui portent le marquage NF

Environnement et l’Ecolabel européen certifiant qu’elles sont 0 % solvant.

Doc. Collstrop

NORMES & RÉGLEMENTATIONS

Depuis le 1 er mai 2005, la norme européenne NF EN

13241-1, remplaçant la norme française NF P 25-362 du

5 octobre 1992, s’applique aux portails manuels et motorisés

et aux barrières levantes. Répondant à un

triple objectif, cette norme vise à renforcer la

sécurité de l’utilisateur final, harmoniser le niveau

d’exigence au plan européen en instituant

un référentiel commun et assurer

la libre circulation des produits dans

l’Union Européenne.

Désormais, chaque portail (ou barrière

levante) devra obligatoirement être

identifié par une étiquette (composée

d’un numéro d’identification, des caractéristiques

du produit et du logo CE)

et accompagné d’une déclaration de

conformité délivrée après validation des

produits par un laboratoire notifié, nommé

par voie réglementaire.

En France, trois laboratoires sont concernés :

le CSTB, le CTBA et le CETIM.

LES CONSEILS DE FAIRE FAIRE

• Si vous clôturez votre terrain pour la première fois, déposez une

déclaration de travaux en mairie. Si vous êtes en zone protégée,

demandez si la couleur envisagée à l’aval des Bâtiments de France.

• Si le portail est de type battant et donne directement sur la rue,

il doit s’ouvrir vers l’intérieur.

• Si vous optez pour la prestation “fourni-posé”, sachez que vous

bénéficierez de la TVA à 5,5 % (habitation principale de plus de 2 ans).

Doc. Réseau Pro


NOTRE sélection guide d’achat

De 695 € à 3 350 €

faire

Son système de

cadre intégré fait

qu’il est aussi esthétique

d’un côté

que de l’autre.

1

EN PVC

faire

Son ouverture coulissante

avec imitation d’un portail

à deux vantaux.

2

EN BOIS

faire

Sa longue garantie

de 25 ans.

1 - GRAND PARC®

de DECEUNINCK

3

Caractéristiques : portail en PVC, décliné en 30 teintes

garanties 10 ans. Modèles sur mesure. Possibilité de

motorisation.

Existe en trois finitions différentes (lisses horizontales,

décalées, brise-vue). Ouverture battante ou coulissante.

Portillon et travée coordonnés.

Dimensions : L 3 x H 1,2 m

Prix : 3 350 € fourni-posé en finition thermolaquée

decoroc, coloris bleu

2 - PORTAIL PVC

de KOMILFO

3 - MOZART

de COLLSTROP

Caractéristiques : portail coulissant

avec profil PVC monté sur cadre en aluminium

intégré. Ensemble identique à

l’extérieur et à l’intérieur. Possibilité de

motorisation.

Existe en ouverture battante ou coulissante.

Portail coordonné.

Dimensions : L 3,55 x H 1,80 m

Prix : environ 2 990 €*

Caractéristiques : portail en pin rouge traité

à cœur. Modèles standard et sur mesure.

Possibilité de motorisation.

Existe en ouverture battante.

Portillon coordonné.

Dimensions : L 2,97 x H 1,25 m

Prix : 913 €*

faire faire 31

Printemps 2007

*Prix TTC avec TVA à 19,6 % mais hors pose


9portails

EN ACIER

4 - MODÈLE A

de LAPEYRE la maison

Caractéristiques : portail droit. Hauteur du soubassement

82 cm. Modèles standard et sur mesure. Possibilité de motorisation.

Possibilité de festonnage avec une tôle occultante

pour se protéger des regards.

Existe en ouverture battante ou coulissante.

Portillon et travée coordonnés.

Dimensions : L 4 x H 2 m

Prix : 695 €*

5 - LOUVIER

de ROTHE

Caractéristiques : portail chapeau de gendarme avec montants

et traverses soudés quatre faces. Trente couleurs avec antirouille

par galvanisation à chaud. Possibilité de motorisation.

Existe en ouverture battante ou coulissante.

Portillon et travée coordonnés.

Dimensions : L 3,07 x H 1,80/2 m

Prix : 2 096 €*

EN ALU

6 - QUILLOR (Gamme Tradition)

de HORIZAL

Caractéristiques : portail aluminium

standard ou à composer sur mesure,

déclinable en version battante et coulissante.

Le barreaudage, de style

classique, est spécialement cannelé.

Il peut être enrichi de manchons et

de lunes. Les bas sont disponibles

pleins avec ou sans festonnage.

Possibilité de portillon, de clôture assortis

et d’autres accessoires en option.

Prix : sur devis

32 faire faire

Printemps 2007

faire

Son traitement anti-corrosion

garanti 10 ans, proposé

en option moyennant

un supplément de 264 €.

faire

Sa remontée de pente sur rotules

ou avec amortisseurs à gaz.

faire

Sa motorisation

battante “presque

invisible” Axialmatic

qui s’intègre dans

les montants-pivots

mettant en évidence

l’élégance

naturelle de cette

fermeture.

6

4

5


EN ALU

faire

Ses barreaux fixés

par emboîtement

et non par soudure.

NOTRE sélection guide d’achat

Ses accessoires

en fonte d’aluminium

laqués à la couleur

du portail.

7

faire

7 - GRAPHITE

de TECHNAL

Caractéristiques : portail droit, ajouré à barreaux (80 x 20 mm)

fixés par emboîtement dans l’encadrement. Modèles sur mesure.

En quinze coloris laqués et treize finitions exclusives. Possibilité

de motorisation.

Existe avec remplissage plein, forme en chapeau de gendarme,

en chapeau de gendarme inversé. Ouverture battante ou coulissante.

Portillon et travée coordonnés.

Dimensions : L 3 x H 1,4 m

Prix : à partir de 1 555 €*

8 - PORTAIL TON BOIS

de PROFIL SYSTÈMES

Caractéristiques : portail battant reproduisant l’aspect du bois

(couleur, aspect veiné). Possibilité de motorisation. Réalisation

Serpag-Profils Systèmes.

Existe en ouverture battante ou coulissante.

Nombreux autres modèles, y compris avec haut ajouré.

Portillon et travée coordonnés.

Dimensions : L 4 x H 1,95/1,70 m

Prix : 3 425 €*

faire

Sa déclinaison en 5 essences de bois

(sapin du Nord cérusé, chêne (3 finitions),

teck, noyer, poirier.

9

9 - TRAMONTANE – SÉRIE 2300

de SEPALUMIC

8

Caractéristiques : portail battant, cintré, remplissage

avec lames pleines. Possibilité de motorisation.

Existe en ouverture battante ou coulissante. Également

modèles mixtes avec haut ajouré, modèles type fer forgé.

En coloris RAL et dans des teintes bois.

Portillon et travée coordonnés.

Dimensions : L 3,5 x H 1,6 m

Prix : sur devis

faire faire 33

Printemps 2007

*Prix TTC avec TVA à 19,6 % mais hors pose


Système de récupération

des eaux de pluie

Sur le plan domestique,

la moitié de nos besoins

en eau pourrait être satisfaite

par l’eau de pluie.

Un objectif principalement

écologique puisque,

dans le meilleur des cas,

l'économie réalisée ne dépasse

guère une centaine d’euros

par an et par personne…

34 faire faire

Printemps 2007

Hervé Lhuissier

Autrefois, les jardiniers avaient l’habitude d’installer un

fût ouvert, à l’angle de leur appentis ou cabane à outils.

Ainsi pouvaient-ils toujours remplir leur arrosoir en

l’absence d’une source ou d’un puits plus proche. Cette pratique

a d’ailleurs perduré, malgré l’extension des réseaux

d’eau courante dans les zones rurales ou périurbaines…

Et depuis une dizaine d’années, économiser l’eau est (re)devenu

d’actualité : davantage pour des motifs écologiques que

financiers toutefois. Car, même si les tarifs augmentent régulièrement,

l’eau n’est pas encore assez chère pour amortir

le coût d’une installation complète avant de nombreuses

années. À moins bien sûr, que le tout récent crédit d’impôt

ne vienne changer la donne…

UN GESTE ÉCOLOGIQUE,

DONC !

Beaucoup d’entre nous

ont pris conscience que

l’eau potable était une

richesse et qu’elle n’était pas inépuisable. Même sous nos

climats tempérés. D’ailleurs, l’arrosage des pelouses et le lavage

des voitures ne font-il pas, chaque été, l’objet de restrictions

dans plusieurs départements ? Bon, il faudrait aussi

parler de la culture du maïs, mais c’est une autre histoire.

Rappelons en tout cas qu’économiser l’eau est l’affaire de

tous : ruraux, vacanciers et… urbains, où qu’ils soient ! Car

après tout, pour remplir sa chasse d’eau, laver son linge ou

ses sols, personne n’a besoin d’eau potable. Or, toutes ces

fonctions représentent, en France, environ 13 m 3 d’eau par

an et par personne ; soit plus de 35 litres par jour !

Une réserve d’eau

Camouflé en jardinière, ce récupérateur d’eau de pluie est proposé en trois capacités

(235, 500 et 1000 l) et deux teintes (terre cuite antique et beige).

Un socle, disponible séparément, permet par ailleurs d’installer la cuve à la bonne hauteur

pour remplir seau ou arrosoir. Bellijardin


Solution

pour la bonne cause…

Naturellement, du petit récupérateur aérien permettant uniquement d’arroser

sa pelouse et que l’on vide chaque automne, à l’installation souterraine

complète capable d’alimenter chasses d’eau, lave-linge et certains sèche-linge

365 jours par an, sans oublier le nettoyage de la terrasse et des allées, on

n’est pas vraiment dans la même catégorie de matériels, ni de dépenses…

Un point à ne jamais perdre de vue, même si l’on tient à faire un geste pour

l’environnement !

RACCORDEMENT

ET FILTRAGE

Dans le contexte actuel,

pas question de

récupérer l’eau à partir

d’une cabane à outils : la toiture joue donc le rôle de

fournisseur principal avec des volumes qui, selon

les régions, atteignent de 500 à 800 litres/m 2 /an

(voire plus en altitude). Soit une moyenne de 2,5

à 4 m 3 /an pour une toiture de 100 m 2 dont seule

l’une des pentes est raccordée au récupérateur…

d’où la présence systématique de dispositifs empêchant

le ou les réservoirs de déborder !

Aérien, le réservoir est en effet alimenté à partir d’un

collecteur de gouttière. Cette dérivation, en plastique

ou parfois en zinc, est conçue pour s’adapter à une

descente de diamètre courant découpée à cet effet.

Lorsque le réservoir est plein, ce dispositif est

capable – par une intervention manuelle simple –

de rétablir l’écoulement des eaux pluviales

vers le réseau d’évacuation.

Le collecteur comporte généralement un

filtre chargé de limiter l’accumulation dans

la cuve, des déchets végétaux échappant

à la crapaudine (voir “Les mots des pros”.

Ceci, afin que l’eau recueillie reste aussi

claire que possible. Là est en effet l’un des

principaux enjeux de la récupération d’eau

telle qu’elle se conçoit aujourd’hui. C’est

aussi la raison pour laquelle un récupérateur

d’eau de pluie est toujours opaque et

LE STOCKAGE ENTERRÉ

Lorsque l’espace disponible dans un volume

couvert (garage, sous-sol…) fait défaut pour

réaliser un stockage de grande capacité,

l’unique solution consiste à enterrer le ou les

réservoirs. L’opération est réalisable à certaines conditions : accessibilité

pour un petit engin de terrassement, nature du sol, profondeur de la nappe

phréatique… Un sol argileux (ou poreux), une nappe phréatique proche de

la surface peuvent nécessiter certaines précautions lors de la mise en œuvre

(à voir avec le spécialiste). Différents, pour la plupart, de ceux destinés

à rester en surface, les réservoirs à enterrer se distinguent en outre d’une

gamme à l’autre par la possibilité ou non d’être ensevelis sous une zone accessible

aux véhicules et selon le poids de ceux-ci.

fermé au moyen d’un couvercle permettant le nettoyage. La lumière ne peut

ainsi favoriser la prolifération d’algues et de micro-organismes, source entre

autres de mauvaises odeurs.

Tout ce qui précède vaut également pour un réservoir enterré, si ce n’est

que son raccordement à la descente s’effectue sous le niveau du sol via un

regard filtrant intégré à la cuve (ou séparé). Ce qui place du même coup le

réservoir à l’abri du gel et permet donc de l’utiliser toute l’année (contrairement

à un modèle aérien). Un réservoir enterré possède par ailleurs un système

de trop-plein automatique relié à l’évacuation des eaux pluviales ou

bien à un dispositif d’épandage souterrain. Constitué par exemple de modules

en PP (polypropylène) de 300 litres entourés d’un feutre géotextile, ce dispositif

absorbe jusqu’à 95 % de son volume en eau. Il remplace donc avantageusement

les graviers et s’avère indispensable dans le cas d’un terrain

peu perméable (argile ou glaise). En revanche, un terrain perméable – avec

sable fin, plus gros ou, a fortiori, des graviers –

Ce collecteur en PVC

dispose d’un système

de filtration à deux

niveaux avec filtre fin

amovible. Commutateur

à deux positions :

récupération filtrée

ou écoulement normal

de l’eau. Capot transparent,

trop-plein, raccordement

Ø 26/34. Gardena

Assemblé à partir de deux demicoques

réunies par un joint

et des clips, ce réservoir d’une

capacité de 1,6 m 3 (Ø 109/135

x 160 cm) est conçu pour être

enterré. Accessoires disponibles

séparément : tuyau de maintien,

set de tirage, de jumelage, etc.

Hercule de Graf

peut s’en passer.

TOUT CE QU’IL FAUT

POUR ARROSER…

Lorsqu’il s’agit

uniquement

d’arroser sa

pelouse ou de laver sa voiture de temps à autre,

un volume réduit (moins de 1 m 3 ) peut suffire.

D’autant qu’il ne sera utilisé que pendant

les mois les plus chauds… Le réservoir en

question est alors le plus souvent de type ex-

Proposé en deux volumes (400 litres, Ø 80 x

90 cm et 800 litres, Ø 110 x 90 cm) ce récupérateur

a la particularité de comporter une structure

en bois traité qui peut être peinte. L’étanchéité

est assurée par une bâche synthétique.

Système de trop-plein intégré. Gardena

faire faire 35

Printemps 2007


Système de récupération

des eaux de pluie

Un même type de réservoir peut indifféremment

alimenter un arrosage et/ou certains

équipements intérieurs. D’une capacité de

3,35 à 9,2 m 3 la cuve résiste ici au passage

de véhicules jusqu’à 2,2 t. Au-delà, il faut

faire son choix dans une gamme renforcée

(3,35 à 6,5 m 3 ) avec rehausse

télescopique en fonte. Dans les deux cas,

l’eau collectée parvient à la cuve

via un regard filtrant (intégré à la rehausse)

couplé à un trop-plein.

Diamant de Graf

LE CONSEIL DE FAIRE FAIRE

L’installation d’un réservoir aérien extérieur principalement affecté

à l’arrosage ne demande aucune compétence particulière (sauf dans

le cas d’un collecteur en zinc) : le matériel est disponible en GSB et

jardineries. Tout au plus faut-il veiller, dans le cas d’une pompe alimentée

en 230 V, à ce que la ligne électrique correspondante soit

protégée par un dispositif différentiel. En cas de doute, faites vérifier

ce point par un électricien.

• L’étude et la mise en œuvre d’une installation plus conséquente

destinée à alimenter lave-linge et chasses d’eau, est à confier à un

professionnel. Ce type d’installation suppose en effet de respecter

certaines règles de l’art ainsi que les normes NF C 15 100 (pour les

raccordements électriques) et NF EN 1717 (protection contre la pollution

de l’eau potable dans les réseaux intérieurs et exigences générales

des dispositifs de protection contre la pollution par retour -

mars 2001).

• À cela s’ajoute la nécessité, lors de la mise en œuvre d’un

ou plusieurs réservoirs enterrés, de tenir compte de paramètres

spécifiques : pente du terrain, nature du sol et

des charges qu’il est appelé à recevoir (véhicules).

« Un ouvrage adéquat doit alors être réalisé afin de supporter

ces charges qui ne peuvent en aucun cas être transmises

au réservoir ; prendre éventuellement conseil auprès

d’un architecte » rappelle un fabricant.

Plus généralement, cette mise en œuvre exige aussi le

respect des règles de l’art et de la norme NF P 98 331

(Chaussées et dépendances - Tranchées : ouverture,

remblayage, réfection - février 2005). Afin d’éviter

notamment que des eaux souillées de surface ne

puissent s’infiltrer dans le(s) réservoir(s).

36 faire faire

Printemps 2007

térieur (donc à vidanger avant les premières

gelées). Plus économique qu’un modèle enterré,

il s’avère aussi nettement plus simple

à mettre en œuvre. À même le sol ou surélevé,

c’est ce type de réservoir – le plus

souvent en PE (polyéthylène) traité anti-UV

– dont l’esthétique est la plus travaillée : façon

jarre en terre cuite, colonne dorique ou

baquet viticole… Tout est bon pour faire un

peu oublier la vocation utilitaire et peu design

de ce matériel.

Mais ce n’est pas une règle absolue : certains

produits comptent avant tout sur leur teinte,

majoritairement verte, pour se fondre dans

leur environnement. Parmi eux figurent d’ailleurs

des modèles de largeur réduite (moins de 80 cm). Une particularité intéressante

pour figurer le long d’une maison (là où la surface est souvent

comptée) ou à l’intérieur puisqu’ils passent alors par une porte ordinaire. Cette

largeur réduite est compensée par une plus grande hauteur (1,60 à 1,90 m)

et/ou par une plus grande longueur : de 1,05 à 2,63 m. Ces réservoirs à base

carrée ou rectangulaire sont tous conçus pour être facilement juxtaposés (et

reliés entre eux) afin de multiplier la capacité de stockage. Selon la surface

disponible, elle passe de 750 litres ou 1 m 3 pour un seul réservoir à 10 m 3 et

plus dans le cas d’une installation en batterie. Cette capacité peut également

évoluer au fil du temps, en ajoutant des réservoirs supplémentaires.

Il existe aussi des modèles de plus grande capacité (1,3 m 3 ) à monter sur

place (ou à enterrer) : leurs deux moitiés (Ø 116 x 80 cm) passent les

portes sans problème pour s’assembler par emboîtement. Ces deux

parties peuvent aussi être séparées par la suite en vue d’être nettoyées

à l’extérieur.

À défaut d’être démontables, les autres réservoirs possèdent

quant à eux un large orifice supérieur et au moins un

orifice inférieur. Lequel sert aussi à les relier entre eux.

Disposer réellement

de l’eau

accumulée sup-

pose de pouvoir la soutirer facilement et si possible, de bénéficier

d’une pression suffisante pour faire fonctionner un tuyau d’arrosage.

Aussi, à moins de placer le réservoir en hauteur façon château d’eau – mais

c’est plutôt l’inverse en général ! – ces exigences imposent-elles de recourir

à une pompe. Dans le cas d’un réservoir aérien (extérieur), il s’agit le plus

souvent d’une pompe immergée, alimentée par le secteur ou par une batterie

rechargeable.

Grâce à son tube

de refoulement

télescopique et coudé,

cette pompe de 300 W

est facile à suspendre dans

la cuve d’un récupérateur.

Une fois immergée,

elle peut alors alimenter

une lance d’arrosage

ou remplir un arrosoir.

Turbine à un étage,

débit de 2,2 m 3 /h. Gardena

STOCKER L’EAU, C’EST BIEN,

EN DISPOSER, C’EST MIEUX!


Appareils

Fosses et EPURBLOC ®

“PERFORMANCE”

2 500 à 10 000 l.

Cuves à enterrer

Simple Peau

EP-AT 112

pré-équipées

1000 à 10000 l.

Périphériques

Bacs dégraisseurs

Préfiltres, Chasses à auget

Filtre compact

“PERFORMANCE”

dérogatoire.

Cuves à enterrer

Simple Peau EP-SP-SZ

de 2500 et 3500 l.

et EP-SP-RKT

prééquipées de

5 000 à 10 000 l.

2 500 à 3 500 l.

Marquage

sur les fosses

préfabriquées

200 à 3500 l.B

1 000 à 3 000 l.

Citernes intérieures

et extérieures anti-UV

0, 1 ou 2 sorties basses

2 500 à 3 500 l.

Nouveau

Simple Peau

EP-SP-SZ “BASIC“

de 2500 et 3500 l. et

EP-SP-RKT “BASIC“ de

5 000, 7 500 à 10 000 l.

3500 à 60000 l. jumelables

Appareils Double Peau

Décanteurs, Clarificateurs

“PERFORMANCE”et

Fosses à vidanger

SotraLentz-Habitat • F-67320 Drulingen

Tél. +33 (0)3 88 01 68 00 • Fax +33 (0)3 88 01 60 60

Email : habitat@sotralentz.com • Site : www.sotralentz.com

C

A

A

B

A

Accessoires

A. Rehausses.

B. Boîtes ajustables.

C. Kits filtres draînés et

Kits filtres non-draînés.

Cuves à enterrer

Double Peau EP-DP

pré-équipées

et jumelables

530, 750 et 1 050 l.

3 500 à 40 000 l.

AQUAVARIO EXTÉRIEUR

Avec traitement anti-UV

1 sortie basse, 1 trou

d’homme Ø 400 mm

B


Système de récupération

des eaux de pluie

En revanche, les installations de plus grande

capacité (aériennes ou enterrées) et plus généralement

celles destinées à alimenter lavelinge

et chasses d’eau, se complètent d’une

pompe de surface. Celle-ci est généralement

équipée d’un interrupteur manométrique. Son

rôle est de mettre la pompe en marche automatiquement

dès l’ouverture d’un point de puisage,

ou à la mise en route d’un équipement

alimenté par la pompe. Cet interrupteur intègre

par ailleurs une sécurité manque d’eau qui

coupe la pompe en cas de pression insuffisante

à l’aspiration (pour lui éviter de tourner

à sec). Moyennant les raccordements nécessaires,

il enclenche aussi une électrovanne à

trois voies qui permet à l’eau potable du réseau

d’alimenter les équipements correspondants.

Cette électrovanne peut sinon être actionnée

par un interrupteur à flotteur qui sert alors de sécurité “manque d’eau”

lorsque le niveau est insuffisant dans le ou les réservoirs.

Notez que l’eau du réseau urbain ne rejoint en aucun cas le(s) réservoir(s)

d’eau de pluie mais un petit réservoir tampon (d’une capacité de 10 litres par

exemple) situé en aval de la vanne à trois voies et en amont de la pompe.

L’eau de ce réservoir tampon est alors pompée exactement comme l’eau de

pluie pour être envoyée par le réseau de conduites aboutissant aux équipements

correspondants. Ce réseau reste bien sûr entièrement distinct des

conduites ordinaires réservées à l’eau potable. Pour éviter tout risque de

confusion avec l’eau potable, les points de puisages alimentés en eau de pluie

comportent d’ailleurs un marquage spécifique et parfois même, des robinets

à poignée amovible.

Le saviez-vous ?

Pourquoi utiliser en permanence de l’eau potable du réseau quand on sait qu’à peine

1 % de l'eau est consommé au titre de la boisson et 3 % pour la préparation des aliments.

Autres obligations réglementaires, l’hygiène corporelle (25 litres pour une

douche, 80 litres pour un bain) et le lave-vaisselle qui consomme de 10 à 20 litres.

Pour les autres utilisations domestiques, l’eau de pluie filtrée est parfaitement

adaptée et permet d’économiser un volume conséquent d’eau potable dans la mesure

où :

- les toilettes représentent 40 litres d’eau par jour et par personne,

- le lave-linge de 45 à 80 litres par utilisation selon le cycle choisi,

- le lavage d'une voiture au jet de 100 à 200 litres.

Sans oublier le nettoyage extérieur de la maison, le remplissage de la piscine et l’arrosage

du jardin qui représentent encore des centaines de litres.

UN COUP DE POUCE,

POUR VOUS LANCER !

Après maintes tergiversations, nos législateurs

ont enfin instauré, pour les particuliers,

un crédit d’impôt fixé à 25 % du

coût des équipements liés à la récupération et au traitement des eaux pluviales,

acquis et installés du 1 er janvier 2007 au 31 décembre 2009 (plafond de

dépenses de 8 000 ). À noter que les modalités concernant les équipements

éligibles restent encore à définir. Néanmoins, il ne devrait s’agir que des systèmes

les plus complexes et onéreux, comme les citernes enterrées de grande

capacité (8 m 3 environ) dotées des filtres adéquats et d’une pompe de relevage.

Les appareils de traitement des “eaux grises”, récemment introduits sur le

marché français, devraient également être éligibles à ce crédit d’impôt. Bonne

nouvelle pour ceux qui ont la fibre écologique mais qui considèrent, à juste

titre, que la préservation de l’environnement ne peut se faire à fonds perdus.

Car une telle installation nécessite un budget conséquent, dont le retour sur

investissement n’est espéré qu’après une bonne dizaine d’années.

Et comme la loi sur l’eau va devenir de plus en plus contraignante et chère

pour le contribuable, autant s’habituer d’ores et déjà à une gestion plus responsable

et plus efficace de notre or bleu.

38 faire faire

Printemps 2007

POUR ALLER ENCORE PLUS LOIN…

LES MOTS DES PROS

• Chéneau : partie horizontale d’une gouttière.

Alternative au stockage enterré :

le stockage intérieur, ici dans une buanderie en

sous-sol, au moyen de 3 réservoirs de 750 litres

(73 x 73 x 1,66 m).

Entrée Ø 50 avec un dispositif anti-remous

et sortie Ø 100 avec trop-plein intégré

et dispositif de blocage contre les petits animaux.

Liaisons entre réservoirs par brides inférieures,

raccords en T ou coudes à 90°.

Attention ! Prévoir une ventilation

et une déshumidification adaptées au local.

Roth

Si vous vous sentez l’esprit éco-citoyen, une gestion adaptée des besoins en eaux

passe aussi par une économie depuis le raccordement au réseau en traquant les

fuites extérieures au logement qui peuvent représenter de nombreux m 3 , les robinets

qui gouttent et les chasses d’eau qui fuient, sans oublier le montage d’économiseurs

au niveau des principaux robinets (cuisine, lavabo et douche/bain).

De même, la “machine à laver l’eau” est capable de récupérer et de traiter les eaux

grises de la maison, eaux qui peuvent être soit d’origine potable, soit d’origine pluviale.

La boucle est alors bouclée avec une réduction plus que probante des ressources

en eau. Néanmoins, ne perdez pas de vue que le budget global pour une

telle installation représente un investissement très important (5 000 à 8 000 € pour

un système enterré de récupération et environ 15 000 € pour une centrale de traitement

des eaux grises). La rentabilité n’est alors pas la principale motivation pour

l’acquisition de tels équipements.

• Crapaudine : dispositif

conçu pour empêcher les

feuilles et autres débris végétaux

d’assez gros calibre

de pénétrer dans la descente.

Il est pour ce faire

disposé à l’entrée de celleci,

au fond du chéneau.

• Culotte : pièce permettant de réunir plusieurs conduites en amont d’une seule

conduite d’aval.

• Descente (de gouttière) : conduite assurant l’évacuation des eaux pluviales à

partir du chéneau.

• Regard : réceptacle muni d’un couvercle et enterré à l’aplomb d’une descente.

Il est destiné à recueillir les petits débris végétaux afin de les empêcher d’obstruer

la conduite souterraine acheminant les eaux pluviales vers le réseau public

(fossé ou collecteur enterré sous la chaussée).

• (électro)vanne à 3 voies : actionnée par un petit moteur électrique, cette vanne

comporte deux entrées commandées alternativement et une seule sortie. L’eau alimentant

le circuit intérieur peut ainsi provenir, soit du réservoir, soit du réseau public.

Mais l’une et l’autre ne peuvent se mélanger.

Doc. à la Camif


Aquacell Domestic de Wavin est une solution différente

des citernes enterrées. Modulables et faciles à installer,

ces structures en polyéthylène se caractérisent par leur

légèreté

et leur capacité à jouer

les rôles de réservoir

de stockage ou de

bassin de rétention.

Parfaitement adapté

au concept résidentiel,

Aquacell s’enveloppe

d’une membrane

d’étanchéité d’où son

aspect très économique

par rapport aux solutions

traditionnelles. Un produit

à ne pas négliger au moment

du choix.

Cette cuve enterrée tout équipée est dotée

des équipements nécessaires pour un fonctionnement

optimal de l’installation :

rehausse à visser avec dispositif sécurité

enfants, filtre intégré “Sinus” autonettoyant,

raccordement pour une pompe

de relevage en surface, diffuseur tranquillisateur,

tube d’aspiration avec crépine

filtrante et siphon d’évacuation du trop-plein.

Sotralentz

PowerRain E est une centrale

murale compacte,

entièrement automatique

et insonorisée, dotée d’un relais

d’alimentation en eau potable,

lorsque la réserve d’eau

de pluie est insuffisante.

La pompe centrifuge

multicellulaire avec gestion

intégrée assure en toute

sécurité l’alimentation

des besoins non potables

et non corporels.

À noter que dans le cas où la citerne se situe à plus de 15 m, une pompe

de relevage peut être couplée et pilotée par la centrale. Aquae

EN images

Un collecteur

peut être installé

sur une descente

unique ou, comme

le suggère cette illustration,

figurer à l’aplomb d’une culotte.

La quantité d’eau recueillie est alors

d’autant plus importante puisqu’elle

provient de deux pans de toiture.

VM Zinc

Solution

Récupéo est un module pompe surpresseur

raccordé à l’arrivée d’eau de pluie, d’une part,

et au réseau d’eau de ville, d’autre part. Un filtre

d’eau de pluie est mis en place entre la toiture

et la cuve. Le dispositif sépare les réseaux

d’eau de pluie et d’eau de ville et assure le

basculement automatique sur le réseau d’eau

de ville lorsque la cuve d’eau de pluie est vide.

Récupéo, c’est également une gamme complète

d’accessoires et de cuves. Salmson

Grâce au couvercle en forme de voûte, les cuves Capteco® de La

Nive résistent à une hauteur de remblai de 0,80 m couvrant la majorité

des hauteurs de fil d’eau, ce qui participe à l’isolation thermique

de l’eau stockée (gel, chaleur) et à la protection de la lumière limitant

les développements bactériens. Le volume d'eau stockée occupe

le fond de cuve monobloc réalisé sans joint. Le béton a la particularité

de neutraliser l’acidité de l’eau (pH 4 à 6) pour obtenir un

pH quasi-neutre garant d’une non-attaque des canalisations métalliques

de distribution.

faire faire 39

Printemps 2007


Système de récupération

des eaux de pluie

STOCKAGE DES EAUX PLUVIALES

Pour les cuves enterrées, sont compris le terrassement

et le remblaiement nécessaire (travaux dans des conditions

normales d’accès sur le terrain, cuve à proximité immédiate

de la construction) non compris le réseau de collecte

des descentes des eaux pluviales (regards et tuyaux).

1

CUVES POLYÉTHYLÈNE

Cuves non-enterrées avec prise basse pour prise d’eau.

La cuve doit être posée sur une surface plane et ne présentant

pas d’aspérité, le manchon de sortie peut servir de trop-plein

1 000 litres - Ø 120 cm - H 125 cm U de 460 € à 500 €

1 500 litres - Ø 120 cm - H 175 cm U de 600 € à 660 €

2 000 litres - Ø 160 cm - H 140 cm U de 820 € à 890 €

3 000 litres - Ø 160 cm - H 190 cm U de 1 000 € à 1 100 €

4 000 litres - Ø 230 cm - H 143 cm U de 1 320 € à 1 460 €

5 000 litres - Ø 230 cm - H 168 cm U de 1 780 € à 1 960 €

6 000 litres - Ø 230 cm - H 195 cm U de 2 340 € à 2 580 €

Cuves enterrées

1 000 litres - Ø 120 cm - H 125 cm U de 610 € à 700 €

1 500 litres - Ø 120 cm - H 175 cm U de 770 € à 850 €

2 000 litres - Ø 160 cm - H 140 cm U de 1 060 € à 1 160 €

3 000 litres - Ø 160 cm - H 190 cm U de 1 270 € à 1 400 €

4 000 litres - Ø 230 cm - H 143 cm U de 1 540 € à 1 690 €

5 000 litres - Ø 230 cm - H 168 cm U de 2 060 € à 2 260 €

6 000 litres - Ø 230 cm - H 195 cm U de 2 660 € à 2 930 €

Cuves à eau enterrées + pompe immergée permettant

la réutilisation de l’eau pour l’arrosage manuel sans pression

1 000 litres - Ø 120 cm - H 125 cm U de 1 330 € à 1 460 €

1 500 litres - Ø 120 cm - H 175 cm U de 1 490 € à 1 640 €

2 000 litres - Ø 160 cm - H 140 cm U de 1 820 € à 2 000 €

3 000 litres - Ø 160 cm - H 190 cm U de 2 240 € à 2 500 €

4 000 litres - Ø 230 cm - H 143 cm U de 2 610 € à 2 880 €

5 000 litres - Ø 230 cm - H 168 cm U de 3 000 € à 3 300 €

6 000 litres - Ø 230 cm - H 195 cm U de 3 240 € à 3 600 €

Cuves à eau enterrées + pompe + rejet calibré

1 000 litres - Ø 120 cm - H 125 cm U de 1 620 € à 1 800 €

1 500 litres - Ø 120 cm - H 175 cm U de 1 780 € à 1 960 €

2 000 litres - Ø 160 cm - H 140 cm U de 2 110 € à 2 320 €

3 000 litres - Ø 160 cm - H 190 cm U de 2 520 € à 2 780 €

4 000 litres - Ø 230 cm - H 143 cm U de 2 900 € à 3 200 €

5 000 litres - Ø 230 cm - H 168 cm U de 3 290 € à 3 610 €

6 000 litres - Ø 230 cm - H 195 cm U de 3 540 € à 3 900 €

40 faire faire

Printemps 2007

EN chiffres

2

CUVES BÉTON

Cuves à eau

1 500 litres - 168 x 113 x 126 cm U de 650 € à 715 €

2 000 litres - 168 x 113 x 150 cm U de 760 € à 830 €

3 000 litres - 253 x 120 x 136 cm U de 820 € à 900 €

4 000 litres - 253 x 120 x 176 cm U de 1 100 € à 1 250 €

5 000 litres - 253 x 140 x 186 cm U de 1 540 € à 1 700 €

6 000 litres - 253 x 168 x 191 cm U de 2 900 € à 3 200 €

Cuves à eau + filtration auto-nettoyante,

siphon disconnecteur

1 500 litres - 168 x 113 x 126 cm U de 890 € à 980 €

2 000 litres - 168 x 113 x 150 cm U de 990 € à 1 100 €

3 000 litres - 253 x 120 x 136 cm U de 1 050 € à 1 200 €

4 000 litres - 253 x 120 x 176 cm U de 1 300 € à 1 450 €

5 000 litres - 253 x 140 x 186 cm U de 1 750 € à 1 900 €

6 000 litres - 253 x 168 x 191 cm U de 3 000 € à 3 300 €

Cuves à eau + filtration auto-nettoyante,

tube anti-turbulence, siphon disconnecteur, pompe

immergée permettant l’arrosage manuel sans pression

1 500 litres - 168 x 113 x 126 cm U de 1 450 € à 1 600 €

2 000 litres - 168 x 113 x 150 cm U de 1 550 € à 1 700 €

3 000 litres - 253 x 120 x 136 cm U de 1 620 € à 1 780 €

4 000 litres - 253 x 120 x 176 cm U de 1 890 € à 2 080 €

5 000 litres - 253 x 140 x 186 cm U de 2 340 € à 2 570 €

6 000 litres - 253 x 168 x 191 cm U de 3 520 € à 3 880 €

Cuves à eau + filtration auto-nettoyante,

tube anti-turbulence, siphon disconnecteur, pompe

immergée permettant l’arrosage, le lavage et le rejet

par débit calibré dans le milieu naturel ou le réseau pluvial

1 500 litres - 168 x 113 x 126 cm U de 1 630 € à 1 790 €

2 000 litres - 168 x 113 x 150 cm U de 1 730 € à 1 900 €

3 000 litres - 253 x 120 x 136 cm U de 1 790 € à 2 000 €

4 000 litres - 253 x 120 x 176 cm U de 2 060 € à 2 270 €

5 000 litres - 253 x 140 x 186 cm U de 2 500 € à 2 760 €

6 000 litres - 253 x 168 x 191 cm U de 3 700 € à 4 100 €

Cuves à eau stockage tampon + restitution gravitaire

par débit calibré dans la milieu naturel ou le réseau pluvial

1 500 litres - 168 x 113 x 126 cm U de 810 € à 900 €

2 000 litres - 168 x 113 x 150 cm U de 890 € à 1 000 €

3 000 litres - 253 x 120 x 136 cm U de 1 010 € à 1 120 €

4 000 litres - 253 x 120 x 176 cm U de 1 200 € à 1 300 €

5 000 litres - 253 x 140 x 186 cm U de 1 670 € à 1 830 €

6 000 litres - 253 x 168 x 191 cm U de 2 940 € à 3 240 €

Kit liaison des cuves U de 310 € à 340 €


Les vitrages prolongent

le décor

Comment personnaliser une porte

d’entrée ou une porte intérieure ?

Comment cloisonner et décorer

en même temps ? En faisant le choix

d’un vitrage décoratif qui signe le

style d’une maison. De nombreuses

techniques permettent d’imaginer

les effets les plus originaux.

Sylvie Lenormand

Dépolis, matés, sérigraphiés, teintés, gravés, émaillés, armés d’un treillis

métallique, imprimés, colorés et assemblés par fusion… les vitrages

sont soumis à de nombreux traitements pour devenir de véritables

éléments décoratifs. Ceux-ci apportent autant de solutions innovantes

pour personnaliser portes d’entrée, portes intérieures, fenêtres ou cloisons.

Les fabricants de menuiserie

s’en donnent ainsi à

cœur joie pour décliner de

larges gammes de verres

décorés s’harmonisant

avec de nombreux styles

de maison.

Ces vitrages deviennent

désormais des options au

même titre que l’huisserie

ou la couleur et sont des

atouts esthétiques supplémentaires

permettant

d’apporter la touche finale

à un ouvrant.

Au départ, le verre est un

matériau transparent laissant

passer la luminosité

mais il peut diversifier les

effets de lumière en pre-

“Couple” création

de Philipp Artus, étudiant

de l'École des Beaux-Arts

de Nantes, réalisée pour

le concours organisé par

les Menuiseries Janneau.

Solution

nant différents aspects, en s’habillant de motifs ou dessins originaux et en

adoptant des textures variées. De nombreuses techniques de transformation

et de façonnage permettent de décorer un vitrage et de s’adapter à toutes

les applications. Cependant, certaines techniques sont plus complexes ou

plus artisanales que d’autres et fatalement le coût global d’une fenêtre ou d’une

porte peut ainsi s’élever.

IMPRESSION, SÉRIGRAPHIE

OU GRAVURE ?

Le verre imprimé est réalisé à partir

d’une glace claire ou teintée.

Le matériau est laminé entre deux

cylindres gravés. On obtient ainsi une face imprimée de fins reliefs et une face

lisse qui diffuse la lumière. On peut tout à fait imprimer du verre feuilleté.

Il s’agit ici d’un véritable vitrail composé de différents motifs

dont des morceaux de verre biseauté s’inscrivant dans des losanges.

Les petits bois sont en laiton. Ambre. Bel’m

faire faire 41

Printemps 2007

Doc. Fany-Glass


Doc. Art & Fenêtres

Les vitrages prolongent

le décor

CHOIX ET ORIGINALITÉ

DES VITRAGES

DÉCORATIFS

Les motifs sont imprimés sur un film

disposé entre les deux glaces du vitrage

feuilleté. Le motif est protégé et ne crée

pas de relief sur le vitrage.

42 faire faire

Printemps 2007

Un seul des intercalaires est alors imprimé. L’avantage

est que cet intercalaire ne s’altère pas avec le temps. La

technique d’impression permet de reproduire n’importe

quel dessin et favorise la conception de solutions vitrées

personnalisées. Par ailleurs, l’association des motifs géométriques,

transparents, brillants, en relief et du fond lisse

et mat permet de préserver des regards indiscrets. Son

utilisation est donc préconisée en fenêtre et en porte de

salle de bains, en cloisons ou pourquoi pas en paredouche.

La sérigraphie est une méthode assez couramment utilisée

sur le verre. La technique consiste à déposer un

motif sur une glace au moyen d’un écran textile puis de

le cuire à très haute température. Le verre sérigraphié promet

une bonne stabilité et une grande durabilité dans le

temps ainsi que toutes les propriétés de sécurité d’une

glace trempée. Associé à des vitrages imprimés ou colorés,

il crée des ambiances animées.

Les motifs peuvent aussi être gravés dans le verre à l’aide

d’une meule diamantaire à commande numérique qui assure

une finition parfaite. Ils sont transparents ou sablés

Aspect reliefé pour ce verre

creusé sablé installé

dans un double vitrage

feuilleté et effet d’optique

avec la sérigraphie bleutée

dégradée.

Mirage. Bel’m

Doc. Tryba

Vitrage motif

“fusing” bleu

Doc. Tryba

Motif floral

plomb à facettes

Ces panneaux sont équipés

de vitrages décoratifs alliant

la technique du sablage,

du verre et de la fusion.

Les formes géométriques

sont favorisées pour un esprit

plus contemporain.

Fiber Square. Euradif


pour mieux jouer avec la lumière. On peut aussi, par

exemple, choisir d’imiter les petits bois sur une fenêtre rien

que par le dessin. Une manière de conjuguer l’effet petits

carreaux tout en conservant un maximum de luminosité.

Sachez qu’il est préférable que les gravures se situent

à l’intérieur du double vitrage pour faciliter le

nettoyage.

MATAGE

OU ÉMAILLAGE ?

Le verre maté crée des ambiances

raffinées et suggère

les formes. Il est réalisé à par-

tir d’une glace claire ou teintée dans la masse, traitée à

l’acide pour obtenir un effet fin et homogène. Seule l’une

des faces peut être partiellement traitée et on assiste

alors à un exercice de style autour de surfaces transparentes

et brillantes. Si le verre est entièrement dépoli à

l’acide, il présente l’avantage de laisser passer un maximum

de lumière tout en limitant la visibilité. On peut également

effectuer un matage par sablage. Celui-ci consiste

en la projection d’un abrasif à haute pression sur le verre

pour lui donner un aspect laiteux et translucide. Mais sa-

Cette porte, en fibre

de verre, accueille

un vitrage décoratif

réalisé selon

la technique

du fusing et incluant

des feuilles d’or.

Fiberstar. Tryba

Doc. Fany-Glass

Le véritable vitrage au plomb

avec facettes de verre

est un classique des vitrages

décoratifs. Il apporte une grande

élégance aux portes PVC.

Madrid. Tryba

Sérigraphie

sur vitrage biseauté

Vitrail d’art

Sérigraphie

couleur

Solution

Menuiserie

Vitrage

Meuse

biseauté Doc.

faire faire 43

Printemps 2007


Les vitrages prolongent

le décor

chez que le verre ainsi traité laisse moins passer

la lumière que le verre maté à l’acide. Le verre

maté s’accommode d’un grand nombre d’applications

en raison de sa grande facilité d’entretien.

L’aspect opaque et coloré du verre émaillé est

obtenu par émaillage de l’une des faces à très

haute température. On peut également réussir cet

effet avec une glace laquée dont la couleur et l’opacité

sont obtenues par dépôt et cuisson sur l’une

des faces du verre d’une couche de laque. Aucun

problème d’entretien ni de résistance, notamment

en application murale, puisque la couche de laque

est protégée par le verre. Pour les vitrages, le verre

émaillé s’associe souvent à des motifs sérigraphiés

ou des textures imprimées de manière à proposer

des compositions plus décoratives.

LE DÉCOR DONNE

LE TON

44 faire faire

Printemps 2007

Les dessins et motifs

des vitraux donnent

du style à n’importe

quelle porte d’entrée ou fenêtre. Le véritable vitrail

est constitué de pièces de verre biseauté

comme autrefois, assemblées dans un maillage

de plomb. Certains produits signalés comme étant

des “décors plomb” sont en fait de faux vitraux qui

permettent de réaliser à moindre coût des décors

Cette porte semi-vitrée se compose d’un double vitrage

feuilleté avec une face sablée à l’intérieur et une face

claire à l’extérieur. L’originalité tient à sa grille en fonte

d’aluminium qui est intégrée entre les deux vitrages

et donc qui promet un entretien facile.

Modèle Athena. Bel’m

Cette menuiserie artisanale se caractérise

par des réalisations traditionnelles de grande qualité.

Ce modèle Nepvantoise joue la carte de l’harmonisation

du thème choisi entre les sculptures sur les panneaux

et les vitrages (scène de chasse avec roseaux).

Une belle réussite. Meuse Menuiserie

100 % contemporaine cette présentation mariant

vitrages à effet sablé avec motifs abstraits et profilés

blancs. L’imposte permet un agrandissement visuel

de la menuiserie tout en générant un éclairage

naturel supplémentaire.

Art & Fenêtres

plus standards, à l’aide de bandelettes de plomb,

de films adhésifs polyester couleur et de cabochons

de verre rapportés.

Garants d’un travail artisanal, les verres étirés ou

soufflés peuvent être façonnés à la demande pour

toutes les menuiseries. Ils sont disponibles dans une

large palette de teintes et s’intègrent parfaitement

dans les portes à petits carreaux vitrés ou dans les

oculus. Le verre étiré est obtenu par étirage mécanique

et présente un effet authentique.

Quant au verre soufflé, il est fabriqué selon une

tradition verrière, soufflé à la bouche et incrusté

de bulles qui lui confèrent un aspect ancien.

Le verre façonné est aussi un verre décoratif qui

promet de nombreuses formes des plus simples

aux plus sophistiquées. Avant croquage ou sciage

du verre, la forme est tracée de manière manuelle

ou numérique. Les formes plus complexes exigent

l’emploi d’un gabarit rigide plus précis.

Mais la grande tendance est aux décors réalisés

par fusing. Des morceaux de verre coupé puis posés

les uns sur les autres, s’assemblent par la

magie de la fusion après un passage dans un

four à plus de 800° C suivi d’une recuisson maîtrisée.

Cette technique permet d’obtenir de somptueux

décors éclatants de couleur.

La combinaison des techniques du travail

du verre aboutit à des résultats de plus en plus

sophistiqués. Comme ici, avec ce motif “fusing”

géométrique sur base de vitrage sablé.

Tryba


Les radiateurs outrepassent aujourd’hui

leur traditionnel rôle de sources de chaleur

et se font multifonction. Ils deviennent

de véritables éléments intégrés à votre

décor et permettent de personnaliser

votre intérieur en conjuguant beauté,

originalité et chaleur.

LE BON choix

9 radiateurs

pas ordinaires

Les radiateurs développent désormais d’autres fonctions que le seul

chauffage. Pour remplir ces nouveaux rôles, certains passent par la

case accessoires utiles tels que sèche-serviettes, portemanteaux, tablettes,

miroir, etc., d’autres s’intègrent totalement à la décoration ou aux volumes

en devenant claustras, rambardes d’escalier ou mezzanines, ou encore

en se déguisant en plinthes courant sous de larges baies vitrées. Ils

peuvent aussi combattre le froid en s’étirant en hauteur entre les fenêtres.

Ainsi, ils participent à la conception intérieure de votre habitation.

Votre choix s’effectuera à partir de nombreux paramètres. Deux qui sont basiques

: les matériaux et la fourniture d’énergie (chauffage central, électricité,

mixte ou combiné avec des énergies renouvelables).

LES MATÉRIAUX

Michèle Fourret

• La fonte, convenant aux locaux faiblement isolés

thermiquement, procure une chaleur constante en

s’adaptant aisément aux variations de température. Elle offre aussi une

grande inertie et un excellent rayonnement. Cher à l’achat, ce type de radiateur

est plus long à chauffer que les radiateurs en acier, mais comme il accumule

la chaleur, il la redistribue encore longtemps après l’arrêt du chauffage.

• L’acier concerne des radiateurs à faible contenance en eau qui permettent

une mise en température rapide de la pièce. On le trouve beaucoup dans les

radiateurs décoratifs car il autorise les formes les plus diverses : plinthes, séparation

ou claustras, sèche-serviettes, rampe d’escalier, etc. Moins cher à

l’achat, un radiateur acier propose une montée en température ultra-rapide…

mais refroidit tout aussi vite. Ces radiateurs sont parfaits pour les petites

pièces bien isolées ou encore pour les pièces peu utilisées qui auront besoin

d’une rapide montée en chaleur pour être agréables à vivre.

• La fonte d’aluminium provoque une réaction rapide aux variations de température.

Ces radiateurs cumulent les avantages des deux précédents matériaux.

Bénéficiant d’une excellente conductivité, ils montent vite en température

et refroidissent lentement. Ces radiateurs “intelligents” peuvent être

placés dans toutes les pièces de la maison.

En toute logique, si vous habitez une maison neuve, vous préférerez les radiateurs

en acier ou en aluminium qui chauffent très rapidement et sont bien

adaptés au comportement thermique d’une maison fortement isolée.

guide d’achat

Avec les radiateurs décoratifs, la fonction chauffage se ferait presque oublier.

Jouant à fond l’esthétique, ils peuvent être réalisés sur mesure, afin de répondre

à toutes les contraintes de dimensions de vos pièces et réaliser vos

désirs les plus fous. Cintrés, ils peuvent même épouser des murs courbes, se

mettre en coude, ou en trapèze, au plafond ou en rampe. Modèle présenté :

Zehnder Charleston version cintrée de 90 cm de haut (32 éléments) 990 €

EN CHAUFFAGE

CENTRAL

Les radiateurs chaleur douce offrent une surface

de chauffe plus importante que les radiateurs traditionnels.

Au lieu d’avoir besoin d’une eau très

chaude pour obtenir la chaleur voulue à partir d’un radiateur de petite surface,

il suffit d’une eau maintenue à plus basse température pour obtenir la

même quantité de chaleur à partir des radiateurs à superficie supérieure.

Résultat : une chaleur douce qui offre un très grand confort et un fonctionnement

idéal pour les chaudières basse température ou à condensation.

EN CHAUFFAGE

ÉLECTRIQUE

L’efficacité des appareils électriques se situe essentiellement

au niveau :

- des radiateurs rayonnants, les anciens convecteurs

étant appelés à disparaître du marché (ils sont absents de la récente RT

2005). Ces appareils sont recommandés pour les pièces de grande surface

ou à plafond haut.

À noter parmi ceux-ci : les radiateurs à fluide qui comportent une huile minérale

réchauffée par une résistance électrique irriguant tout le corps de l’appareil

de façon régulière. Ces émetteurs permettent une diffusion de chaleur

homogène de longue durée, à l’instar du chauffage à eau chaude.

- les radiateurs à noyau en aluminium, granit, fonte, brique réfractaire, stéatite…

offrent d’excellentes propriétés thermiques grâce à une inertie importante.

La plus récente est la technologie du cœur de fonte qui permet d’intégrer

un élément chauffant au cœur de la fonte d’acier tout en optimisant la

rapidité de chauffe et la meilleure inertie possible.

Le radiateur électrique à inertie ou chaleur douce reste toujours chaud : son

confort est comparable à celui du chauffage central et il n’assèche pas l’air.

Inconvénient : l’investissement de départ est plus important qu’un rayonnant

(le prix public d’un radiateur électrique à inertie est compris en moyenne, selon

ses caractéristiques techniques, sa puissance et selon le modèle, entre

400 et 1 000 €).

faire faire

Printemps 2007

45

Doc. Zehnder


2

9radiateurs

pas ordinaires

1

ZONES FROIDES OU CHAUDES :

POURQUOI ?

Les radiateurs mal irrigués

offrent une surface peu homogène

sur le plan thermique.

Ainsi, s’ils sont froids

en partie basse, un dépôt

de boues vient probablement

obstruer l’irrigation,

en provenance de l’eau qui

y circule. Attention : ces

boues entraînent des

pertes de performances,

donc des surconsommations

et une prolifération

bactérienne très agressive

pour votre installation. La solution : la traiter à l’aide d’un détartrant.

Si les radiateurs sont au contraire froids en partie

haute, l’eau est probablement très agressive. La solution :

vérifier le pH de l’eau, et traiter en conséquence.

POINTS de repères

Sèche-serviettes : électrique, eau chaude ou mixte ?

Un sèche-serviettes électrique s’adaptera à toutes les saisons, suivant vos ordres.

En revanche, si vous avez un chauffage central, pensez à un sèche-serviettes mixte

qui vous offrira un confort toute l’année. En effet, un sècheserviettes

à eau chaude se raccorde sur le circuit d’eau chaude

alimenté par la chaudière, à l’identique d’un radiateur de

chauffage central.

Avec un appareil mixte,

lorsque la chaudière est

arrêtée et le circuit d’eau

fermé, l’appoint électrique

d’un appareil mixte permet

de faire fonctionner

l’appareil de façon autonome.

Attention ! il n’est

pas possible de transformer

a posteriori un radiateur

sèche-serviettes de

chauf fage central en chauf-

Doc. LVI Doc. Finimetal

fage mixte.

Ne vous trompez pas de dimensions…

… et ne vous sentez pas bridés dans vos choix. D’une part,

les fabricants proposent des modèles dans toutes les dimensions,

voire en sur mesure (de quelques centimètres à

plusieurs mètres, en hauteur comme en longueur). Les dimensions

seront déterminées par l’emplacement disponible

et la puissance nécessaire pour chauffer la pièce. D’autre

part, vous pouvez choisir un radiateur vertical ou horizontal,

ce qui vous permet de jouer comme vous l’entendez

avec vos meubles ou un cloisonnement de vos pièces.

La marque NF Radiateurs Eau Chaude atteste du contrôle continu de la qualité, à tous

les stades. Les performances sont affichées, attestant de la véracité de la puissance

thermique et des pressions maximales d’utilisation.

46 faire faire

Printemps 2007

Doc. Sentinel

UNE ASTUCE

LES 5 CRITÈRES INDISPENSABLES

5

Doc. Acova

Lorsqu’ils courent sous une baie vitrée,

les radiateurs plinthes combattent la

buée et les effets de froid, tout en optimisant

l'espace et en générant une

chaleur douce : les enfants peuvent y

toucher sans crainte de se brûler.

3

4

Le design et l’option décoration

Transformer un radiateur en objet

décoratif est désormais chose

aisée grâce à toutes les nouvelles

formes disponibles : carrées, longilignes,

extra-plates, galbées,

voire ondulantes, avec finitions de

toutes les couleurs, ou chromées.

Vous pourrez aussi sélectionner

des tubes ronds fins ou plus gros,

des tubes plats, en épis, etc. Enfin,

vous choisirez une face avant plane

ou animée. Quant aux couleurs, on

les trouve par dizaines, en mat ou

brillant, les dernières tendances allant

aux finitions métalliques.

Essentiel : la régulation-programmation

Une programmation permet d'économiser l'énergie pendant les

heures d'absence et de programmer une bonne chaleur pour

votre retour à la maison : vous pouvez réaliser jusqu’à 25 %

d'économies. Les émetteurs électriques intègrent des thermostats

électroniques numériques très précis qui permettent

d’optimiser la consommation. Ils sont généralement compatibles

avec toutes les options tarifaires d'EDF (6 ordres).

Quant aux chauffages à eau chaude, on pensera à les prendre

équipés d’une vanne de régulation thermostatique intégrée ou

à les équiper d’un robinet thermostatique.

Soyez vigilant sur la puissance de votre radiateur…

… et ne le choisissez pas sur le seul critère des dimensions. De la puissance,

qui s'exprime en Watts, dépendra largement votre confort : un installateur

vous aidera à calculer les besoins thermiques de votre logement.

ATTENTION AUX MÉLANGES !

Il est fortement déconseillé de mélanger des radiateurs en aluminium

avec des radiateurs en acier sur une même installation.

En revanche, pas de problèmes avec la mixité acier/fonte.

Installez de préférence deux ou trois radiateurs au lieu d’un

seul, vous augmenterez les sources de diffusion de chaleur.

On estime que la bonne moyenne est d’un radiateur pour 15m².

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE : COMMENT CONCILIER CHALEUR

ET ÉCONOMIE

- les températures conseillées : 20 °C (Confort) en journée et 17 °C (Eco) la nuit ;

- pensez à conserver volets et rideaux fermés pour ne pas laisser la chaleur s’échapper ;

- en cas d’absence de courte durée (moins de 4 heures) : inutile de baisser la température ;

- en cas d’absence de plusieurs heures à une semaine : passez en mode éco ;

- si vous vous absentez plus d’une semaine, passez en mode hors gel ;

- dans une grande pièce, l’installation de deux appareils à puissance identique au lieu d’un seul permettra

de répartir la chaleur de façon plus homogène ;

- dans le cas de pièces hautes sous plafond, utilisez plutôt des rayonnants (meilleur confort).


De 480 € à 2 336 €

faire

Ce radiateur est conçu

avec un process destiné

à éviter les salissures

sur les murs comme

sur les appareils.

2

faire

La formule verticale

et transparente permet

de réduire la surface

murale occupée par les

appareils de chauffage

au profit de la décoration

intérieure.

1

faire

Un grand bravo pour

sa compatibilité avec

les énergies renouvelables

(PAC, système solaire…)

qui autorise un fonctionnement

en relève.

NOTRE sélection guide d’achat

3

LES “ÉLÉMENTS DE DÉCORATION”

1 - CHELSY MIROIR

de FINIMÉTAL

Radiateur à eau chaude en laiton qui, grâce à un design

très étudié, met en scène des tubes émetteurs verticaux

et des tubes collecteurs horizontaux plongés dans un bain

de chrome. Garantie de 5 ans sur le corps de chauffe et

1 an sur la finition chromée. Existe en 3 versions sans

miroir.

Choix : 2 modèles 5 + 5 tubes – 644 et 967 W –

Larg. 600 mm pour deux hauteurs (1 190 et 1 800 mm).

Prix TTC hors pose : à partir de 1 541 €

2 - ZOUK

de SAUTER

Ce radiateur possède un système chauffant en aluminium

à grande surface d’émission et une façade

à mémoire de chaleur (acier et résine) qui lui permet

de diffuser une chaleur douce sans à-coups.

L’inertie maîtrisée et le thermostat numérique multitarif,

précis au 10 e de degré près, permettent une

grande réactivité et, par-là même, des économies.

Choix : coloris blanc, beige et alu-hêtre. Puissance :

1 000 et 1 500 W. Largeurs : 645 et 941 mm ; hauteur

: 615 mm ; épaisseur : 135 mm. Surface à

chauffer : 10 à 15 m².

Prix TTC hors pose : à partir de 497 €

3 - BITHERM

de GÉOTHERM

Ce radiateur “nouvelle génération” fonctionne comme un

chauffage central indépendant. Il dispose de son propre

accumulateur, la pierre stéatite, logée au centre du radiateur,

qui stocke rapidement la chaleur jusqu’à coupure

de son alimentation, pour restituer ensuite la température

au fluide caloporteur qui la diffuse dans l’ensemble du

corps aluminium.

Choix : de 4 à 13 éléments pour s’adapter à la demande

de puissance de chaque pièce. Garantie de 20 ans.

Prix : sur demande

“L’ATYPIQUE”

faire faire 47

Printemps 2007


9radiateurs

pas ordinaires

LES “SÈCHE-SERVIETTES”

4 - SILLAÉ

de LVI

Ce sèche-serviettes électrique en acier à fluide caloporteur assure une chaleur

douce avec une programmation du cycle de séchage à la demande

grâce au thermostat électronique mural à liaison infrarouge. Il est équipé

d’une fonction “chauffage/séchage” forcé, asservie à une minuterie réglable

de 1 à 2 heures.

Choix : coloris blanc (peinture traitée

anti-jaunissement).

Existe en 500, 750 et 1 000 W.

Prix TTC hors pose : de 836 à 974 €

5 - ZANZIBAR

d’ATLANTIC

Ce sèche-serviettes est équipé du Duosystème qui garantit

le chauffage simultané de la salle de bains par

le ventilateur qui souffle un vent chaud à la demande

et celui des serviettes par les barres du radiateur. Une

fois la température choisie, on met en marche la durée

de fonctionnement voulue : ¼ h, ½ h, 1 heure ou

2 heures.

Choix : existe en 3 puissances : 600 à 1 000 W,

750 à 1 000 W et 900 à 1 000 W pour l’électrique

ventilo. 600, 750 et 900 W pour l’électrique classique.

Prix TTC hors pose : à partir de 480 € (version électrique

classique) et de 600 € version électrique avec

ventilo)

6 - PASSE-PARTOUT

de NOIROT

Ce radiateur électrique est en alliage spécial

d’aluminium, chaque barre étant équipée d’une

résistance qui permet la montée rapide en température.

Il offre une très petite taille : 400 larg.

x 878 haut. x 97 mm prof. pour un poids de 7 kg.

Choix : 750 W. Boîtier de commande électronique

à affichage digital positionné en façade.

Prix HT hors pose : à partir de 570 €

48 faire faire

Printemps 2007

faire

Un design original avec un seul

collecteur triangulaire à droite,

ce qui permet un accrochage

très facilité des serviettes.

faire

Zanzibar accueille un maximum

de serviettes, mais aussi des peignoirs

grâce à deux patères amovibles.

Procédé antisalissure pour préserver

la propreté des murs.

faire

Idéal pour chauffer une cuisine

ou une petite surface ou encore

de venir en chauffage d’appoint

tout en séchant torchons

et essuie-mains que l’on glisse

facilement sur le côté.

4

6

5


NOTRE sélection guide d’achat

ET AUSSI… “LES ÉPOUSTOUFLANTS”

faire

Curval fait partie de

sept modèles aux lignes

d’une grande sobriété

et extrêmement décoratifs

grâce à la modulation

des carrés en acier

inox : on est proche ici

de la sculpture !

faire

Grâce à une meilleure utilisation

de l'énergie (chaleur rayonnante),

ces radiateurs miroirs permettent

une économie de 15 à 30 %

de la consommation d'électricité.

Ils sont compatibles avec l'ensemble

des systèmes de régulation

de la chaleur disponibles sur

le marché. Le fabricant propose

aussi son propre système

de régulation avec télécom-

mande.

7

9

faire

Une saillie au mur très faible

n’empêche en rien une grande

esthétique soulignée par une forte

personnalité qui modifie

l’atmosphère d’une pièce.

7 - CURVAL

d’IRSAP

Ce radiateur joue à être une sculpture à personnaliser selon son

humeur : d’un simple geste, les panneaux peuvent se retourner

pour changer d’orientation et créer un tout autre décor, se jouant

de la réflexion de la lumière sur la matière.

8

Choix : la profondeur du radiateur est de 75 mm, selon quatre

dimensions possibles : 1 820 x 1 009 mm (1 638 W), 1 820 x

759 mm (1 092 W), 1 820 x 509 mm (615 W) et 759 x 1 230 mm

(700 W).

Prix TTC hors pose : de 2 080 € à 1 435 €

8 - ALTIMA

d’ACOVA

Radiateur de chauffage central constitué de tubes plats

en acier (70 x 8 mm) habillés sur leur face avant d’une

plaque, soit très plate ou soit en forme de vague destiné

à valoriser une pièce.

Choix : onze modèles de radiateurs verticaux avec des

puissances allant de 1 012 à 1 496 W et 9 modèles horizontaux,

de 976 à 1 366 W. Nombreuses finitions “métal”

: cuivre acide, inox poli, inox brossé, du mat au brillant,

à surfaces irisées ou à effet travaillé très graphique,

en relief, etc.

Prix TTC hors pose : 2 336 € (2 000 x 601 mm) pour

une puissance de 1 112 W (modèle présenté)

9 - MIROIR CHAUFFANT

de VERELEC

Le chauffage par miroir utilise une technologie qui associe

la chaleur confortable des infrarouges à l’utilité esthétique d'un

miroir. Grâce à une couche conductrice d’électricité extrêmement

résistante à l'oxydation, le verre, mis sous une tension

de 230 volts, chauffe uniformément et remplit sa fonction

de radiant en générant des infrarouges longs.

Choix : pour des surfaces de 10 à 20 m² : puissances de

400 W (61,7 cm x 61,7 cm x 4,5 cm), 600 W (41,7 cm x

121,7 cm x 4,5 cm), 800 W (61,7 cm x 121,7 cm x 4,5 cm)

et 900 W (41,7 cm x 168,7 cm x 4,5 cm). Cadre aluminium

laqué en blanc, ivoire ou gris.

Prix TTC hors pose : 530 €, 840 €, 890 € et 1 160 €

faire faire 49

Printemps 2007


Un centre de bien-être

au sous-sol

50 faire faire

Printemps 2007

Sauna, spa, hammam,

Depuis quelques années, spas, saunas, hammams et balnéothérapie

ont le vent en poupe. Ils ne se cantonnent plus aux clubs de remise

en forme, ils s’invitent en masse dans les maisons et même dans

les appartements. Les raisons de ces évolutions sont multiples.

Le cocooning est passé par là, les fabricants ont démocratisé leurs productions,

tout en simplifiant l’installation et les opérations d’entretien.

SAUNA :

LA CHALEUR SÈCHE

L’origine du sauna moderne se situe en

Finlande. C’est un équipement relativement

économique, peu encombrant, facile

à installer et à raccorder. Les modèles d’entrée de gamme restent financièrement

accessibles, à partir de 3 000 €.

Le principe est basé sur la diffusion d’une chaleur sèche à une température

élevée, environ 90°C. On reconnaît au sauna des vertus d’apaisement du

corps : diminution du stress, action sur les douleurs musculaires, libération

des toxines. La seule contre-indication médicale est liée aux températures

élevées néfastes aux personnes cardiaques.

Le sauna traditionnel fait appel au bois massif, rondins ou madriers. Les essences

les plus utilisées sont l’épicéa, le cèdre et le tremble. Aujourd’hui, on

privilégie pour les usages intérieurs des lambris double peau qui intègrent

un isolant. Le coût est réduit, le poids limité et le montage plus rapide.

Le sous-sol

de votre maison

est sans doute

encombré d’une

majorité d’objets

inutiles.

Pourquoi ne pas

le transformer en

pièce d’agrément

en y installant

un spa, un sauna,

un hammam, voire

un équipement

de balnéothérapie.

Gérard Guérit

La chaleur est fournie par un poêle électrique combiné à des pierres volcaniques

qui stockent la chaleur. C’est la quantité d’eau versée à intervalles réguliers

qui fait varier le degré d’humidité du sauna.

HAMMAM :

100 % D’HUMIDITÉ

Doc. Effegibi

Doc. Nordique France

Les fabricants

et distributeurs

de saunas

commercialisent

toute une série

d’accessoires visant

à augmenter le confort

et à faciliter l’utilisation

de l’installation.

Dans un hammam, on est en présence d’une

atmosphère saturée en humidité, avec une température

qui oscille entre 45 et 50°C. L’immersion

dans cette atmosphère apporte un effet bienfaisant au niveau des voies respiratoires,

de la circulation sanguine et des douleurs musculaires ; elle favorise

également l’hydratation et la purification de la peau. Le hammam est raccordé


alnéo… au sous-sol

à un générateur qui envoie, via un réseau de buses, la vapeur d’eau à température

constante.

Il existe deux sortes de hammams. Le hammam traditionnel en maçonnerie

a toujours la faveur d’une clientèle aisée ; il permet des finitions carrelées et

plutôt “haut de gamme”. Ces hammams sont progressivement supplantés par

les cabines en matériaux composites. La tradition y perd, mais l’économie

et la rapidité de mise en œuvre y gagnent. Disponibles dans une multiplicité

de tailles, les cabines à plusieurs places permettent de retrouver l’esprit de

convivialité des hammams traditionnels.

SPA : LA PISCINE

AUTREMENT

Comme le sauna, le spa peut

être installé dans un sous-sol

moyennant certaines précautions

(voir “mise en œuvre”).

Pour cet usage, le spa hors

sol (il existe aussi des modèles

encastrables) paraît le plus

adapté et surtout le plus simple

à installer.

Un réseau de résistances intégrées

(le réchauffeur) amène l’eau à

la température désirée, en moyenne 35°C,

et la maintient en permanence grâce à un thermostat. L’effet “massage” est

obtenu par des jets d’eau et de bulles d’air suffisamment puissants, diffusés

par un ensemble de buses judicieusement disposées.

En version hors sol, la structure du spa est le plus souvent constituée d’une

coque thermoformée et doublée d’un isolant. Le ticket d’entrée, montage inclus,

s’élève à 5 000 €. Il existe également des spas gonflables, économiques

et facilement transportables, mais dont les performances en terme

de massages sont plus limitées.

BALNÉO ET CENTRE MULTIFONCTION :

LA SALLE DE BAINS PLAISIR

Doc. Balneor

Certaines cabines hydromassantes peuvent

également intégrer une fonction “hammam”.

Le spa

encastré, très esthétique,

peut être imaginé en sous-sol lorsque

des travaux d’excavation du sol sont possibles.

Le coût d’investissement est beaucoup plus élevé.

La frontière est parfois ténue

entre le hammam cabine

et la cabine de balnéothérapie

classique qui intègre

un système de vapeur. Dans

tous les cas, les cabines de

douche intégrant des colonnes

d’hydromassage font

dans la surenchère.

Certaines sont équipées d’une

commande avec écran LCD,

de plusieurs programmes de

massages, de douches “cascade”,

sans oublier la radio

et le lecteur CD intégrés.

Quelques cabines hydro-

Solution

massantes sont divisées en deux zones : une entrée en chicane libère un

espace déshabillage, suivie d’un espace douche fermé par une paroi en

verre.

Enfin, vous pouvez vous orienter vers un équipement multifonction qui assure

à la fois le rôle de simple douche, de balnéo, de hammam, de sauna…

Seul le spa est alors absent de la panoplie, pour un investissement qui peut

atteindre 15 à 20 000 €.

SOUS-SOL : DES ATOUTS

ET DES CONTRAINTES

Pourquoi choisir d’installer ces équipements

au sous-sol ? Tout simplement

parce que ce sont souvent les

seuls lieux encore disponibles dans une maison. Toutes les pièces de vie sont

en général occupées et le grenier a été transformé en combles habitables…

Une dalle béton suffisamment plane et porteuse, des

murs sains et une hauteur sous plafond supérieure à 2 mètres

sont les conditions de base pour de telles installations.

Si la lumière naturelle vous manque, vous pouvez faire

Doc. Clair Azur

installer une cour anglaise, qu’il s’agisse d’une cave

semi-enterrée et même totalement enterrée. Une fe-

nêtre de dimensions normales est installée dans

la cave. Face à la fenêtre, une cour anglaise en

polypropylène dégage un volume suffisant pour apporter

la lumière nécessaire tout en évitant les infiltrations

(voir photo ci-dessous).

L’aération du local doit être

efficace, particulièrement en période d’utilisation.

Elle peut être naturelle (ouverture

d’une fenêtre), ou faire appel à une VMC (ventilation

mécanique contrôlée) en complément.

Hormis le sauna, tous ces équipements nécessitent

une arrivée d’eau, ainsi qu’un raccordement

au réseau d’eaux usées.

L’évacuation des eaux nécessite généralement

une pompe de relevage, le niveau bas

du sous-sol se situant souvent en dessous des canalisations.

Le local retenu doit être suffisamment sain pour être aménagé (voir “mise en

œuvre”), il doit pouvoir également être chauffé. Selon le volume du sous-sol,

un ou plusieurs corps de chauffe sont nécessaires. Ce peut être des radiants,

voire des radiateurs classiques avec piquage sur l’installation existante, sous

réserve que la puissance de la chaudière en place le permette.

LE CONSEIL DE FAIRE FAIRE

À essayer avant d’adopter

Un sauna vous tente, mais un spa, c’est bien aussi… tout comme le hammam.

Attention donc à l’achat coup de cœur que l’on regrette ensuite. Avant d’investir

dans un équipement aussi important, le plus simple est de fréquenter les centres

de remise en forme. Il y en a dans tous les centres urbains, et vous pourrez tester

saunas, hammams, spas en toute tranquillité. Pas une fois, mais plusieurs, afin de

vérifier que vous ne vous lassez pas, mais aussi que votre constitution supporte les

températures élevées ou les taux d’humidité importants.

faire faire 51

Printemps 2007

Doc. Aco


Un centre de bien-être

au sous-sol

La plupart des caves sont encombrées d’objets

inutiles, et conviennent parfaitement

à l’installation de saunas, spas, hammams

ou cabines hydromassantes.

Les revêtements de sol retenus doivent

être insensibles à l’humidité et faciles

d’entretien. Les carrelages et terres cuites

s’imposent pour cet usage.

PRIVILÉGIER LES MATÉRIAUX

RÉSISTANTS

52 faire faire

Printemps 2007

Le local doit être aménagé avec

des matériaux durables et peu sensibles

aux différentes variations

“climatiques” qu’ils auront à subir : alternance de chaud et de froid, d’air sec

et d’air saturé d’humidité, auxquelles s’ajoute l’humidité naturelle de la cave.

Au sol, les carrelages et les terres cuites, stables, insensibles à

l’humidité et d’entretien facile, seront préférés aux parquets.

Même les essences utilisables en salle de bains, comme

le teck, le doussié, le wengé… doivent être évitées car

les risques de variations dimensionnelles et les désordres

qui s’en suivent sont réels. La structure du

sol doit être suffisamment étanche pour ne

pas générer d’infiltrations au pied des

murs périphériques. Généralement,

une dalle béton en bon état et correctement

réalisée est suffisante.

Lorsque des locaux adjacents doivent

être intégralement protégés,

un cuvelage étanche assure

une sécurité absolue, en

contrepartie d’un coût élevé.

Les murs doivent être lisses et

Les

cloisons

doivent être

lisses et laisser glisser

les eaux de condensation.

La mise en œuvre de doublages

sur ossature métallique permet de s’affranchir

des irrégularités du mur porteur.

Doc. Knauf

D.R.

sans aspérités. Les pierres plus

ou moins ajustées, les parpaings,

les meulières… ne doivent

pas rester en l’état. La

condensation, l’humidité et les

poussières encrassent rapidement

ce type de structure.

Un doublage à base de pla -

MISE en œuvre

Nos conseils pour bien en profiter

Souvent faute de place dans la salle de bains principale, saunas,

spas, hammams et cabine d’hydromassage peuvent être installés

sans difficulté au sous-sol. La hauteur sous plafond doit être

supérieure à deux mètres pour les cabines, le sol suffisamment

stable et insensible à

l’humidité. D’une façon

globale, le local doit être

sain et correctement

ventilé, afin de pouvoir

être aménagé et utilisé

normalement.

Des raccordements

électriques normalisés

doivent être prévus,

ainsi qu’une alimentation

en eau et en évacuation

pour les spas, les hammams

et les cabines

Doc. Nordique France

de balnéothérapie.

ques de plâtre hydrofuge (de Fermacell), ou de plaques ciment vissées sur

une ossature métallique, apporte une bonne réponse. Encore meilleure si la

cloison dispose de grilles de ventilation en partie haute et basse (malgré un

coût plus élevé). Selon l’espace disponible, une isolation (polystyrène expansé,

mousse de polyuréthane) peut être mise en œuvre entre le doublage

et le gros œuvre. Les doublages collés sur le mur sont à proscrire, car ils ne

permettent pas d’évacuer l’humidité toujours plus ou moins présente dans

une maçonnerie enterrée. Plusieurs finitions sont possibles : peinture (pièces

humides), laque, faïences…

Le traitement du plafond est en théorie plus simple car il subit peu de

contraintes mécaniques. Une peinture peut suffire, mais particulièrement

avec un spa, les utilisateurs sont en vision directe avec le plafond. On peut

alors imaginer un habillage plus sophistiqué, par exemple un plafond suspendu

ou un plafond tendu intégrant des luminaires.

ÉQUIPEMENTS TECHNIQUES :

FIABILITÉ ET SÉCURITÉ

Les hammams sont alimentés par

des générateurs de vapeur qui peuvent

être éloignés de la cabine. Ils

sont disponibles dans des puissances variables, en fonction du volume de

la cabine, de son revêtement mural (thermoformé, vitré ou carrelé) et de la

présence ou non d’une ventilation. Le plus souvent automatisés, ils sont

commandés à distance par des tableaux électroniques qui régulent de manière

stable et précise la chaleur et le degré d'hygrométrie. Ils sont généralement

programmables et dotés, selon les versions, d’une fonction d’économie

d'énergie.

La qualité de la ventilation est primordiale. S’il existe une fenêtre, elle sera

systématiquement ouverte après chaque utilisation. On peut également ajouter

une VMC, si possible de type hygroréglable, bien adaptée aux fortes variations

hygrométriques. Il existe des VMC “hygro” basées sur le mouvement

d’une lame sensible à l’humidité, mais aussi des systèmes composés d'une


Un centre de bien-être

au sous-sol

cellule électronique pilotant un régulateur. Des déshumidificateurs peuvent

compléter l’installation. Ce sont des dispositifs simples et efficaces, mais ils

obligent à une intervention régulière.

Tous les équipements présents imposent le respect des sécurités électriques

prévues dans la norme NF C 15-100 : volumes de sécurité, disjoncteur différentiel

30mA, et protections diverses. Certains nécessitent un câble RO2V

tiré depuis le compteur, et doivent disposer d’une prise spécifique.

La pression du circuit d'eau en alimentation ne doit pas

être négligée. Trop d’usagers découvrent tardivement

que leur installation fonctionne mal du fait

de la pression trop faible du réseau. Il existe

une solution de secours : c’est le surpresseur

qui permet d’augmenter artificiellement la

pression du réseau.

L’évacuation ne doit pas être oubliée. Les

débits importants générés par les systèmes

de balnéothérapie imposent des sections de

40 mm, les canalisations de Ø 32 mm – couramment

utilisées en évacuation – risquant

d’être insuffisantes pour faire face au débit toujours

important de ces équipements.

Les spas, balnéo et hammams impliquent dans la plupart

des cas l’interposition d’une pompe de relevage, car le

54 faire faire

Printemps 2007

Doc. Nordique France

Les générateurs de vapeur, indispensables

au fonctionnement d’un hammam,

sont disponibles dans des puissances

et des capacités en eau variables,

en fonction du volume de la cabine,

de son revêtement mural et de la présence

ou non d’une ventilation.

Doc. SFA

MISE en œuvre

Le plus souvent situés en dessous

du réseau d’écoulement des eaux,

ces équipements nécessitent une pompe

de relevage pour l’évacuation des EU.

Un

skimmer

avec effet

Vortex aspire

les dépôts en

surface tandis

qu’une bonde

de fond aspire

les particules déposées

au fond du spa.

La filtration est assurée par

des filtres qui doivent être

régulièrement

nettoyés.

réseau d’écoulement des eaux usées est généralement situé à un niveau plus

élevé que celui de l’installation.

La technique de relevage retenue doit être très fiable, car elle conditionne

l’évacuation des eaux et signifie en cas de panne l’inondation du local. Deux

solutions sont possibles, soit l’usage d’une pompe à vide immergée dans un

regard, soit plus couramment une pompe de relevage posée à même le sol.

Elles fonctionnent selon deux principes. Le premier est basé sur une membrane

qui se déforme sous la pression de l’eau et déclenche la pompe. Le

deuxième fait appel à des capteurs électroniques, théoriquement plus fiables

et indéréglables dans le temps. La réalité paraît différente, car nombre de

constructeurs qui avaient abandonné le principe de la membrane y reviennent.

Dans tous les cas, orientez-vous vers des marques connues et bénéficiant

d’un vrai SAV. Oubliez les prix d’appel pour retenir des produits semiprofessionnels

ou professionnels, l’enjeu est trop important !

UN ENTRETIEN SIMPLE

MAIS RÉGULIER

LES MOTS DES PROS

Saunas, spas et hammams nécessitent

un entretien simple mais

suivi. Humidité plus ou moins pré-

sente, rejets liés à la sudation, dépôts… impliquent un entretien régulier

comme on le pratique pour une salle de bains.

Le sauna nécessite un entretien réduit. Le bois peut être – selon les essences

– laissé brut ou huilé, et doit être régulièrement nettoyé. Il est

important de contrôler le bac à pierres deux fois par an, de retirer toutes

les pierres et d’aspirer les résidus déposés au fond du bac. Il faut ensuite

remettre les pierres d’un gabarit suffisant, puis remplacer celles qui

sont détériorées par de nouvelles.

L’eau des spas doit être régulièrement filtrée et désinfectée comme pour

une piscine, certains modèles haut de gamme intégrant une automatisation

plus ou moins poussée. Un skimmer avec effet Vortex aspire les

dépôts en surface, tandis qu’une bonde aspire les particules déposées

au fond du spa. Les filtres doivent être nettoyés régulièrement en les passant

sous un jet d’eau. Pour maintenir leur efficacité dans le temps, traitez-les

une fois par mois avec une solution éliminant les dépôts de calcaire,

les salissures et les sédimentations. Les filtres doivent être changés

chaque année.

Ces précautions n’empêchent pas une vidange régulière de l’eau du

spa. Selon la fréquence de l’usage, ce renouvellement peut avoir lieu

de deux à cinq fois par an.

Les cabines de hammam ou de balnéothérapie font massivement appel

aux matériaux composites, ce qui simplifie l’entretien. Elles doivent

néanmoins être nettoyées régulièrement à l’aide d’un détergent doux. Certains

fabricants proposent en option un nettoyage automatique de la cabine en fin

de bain. Un sprinkler positionné au plafond diffuse un produit désinfectant à

l’issue du bain, la cabine reste saine.

Les générateurs des hammams doivent être installés dans un lieu sec et

ventilé, éventuellement éloigné de la cabine. Comme tout appareil producteur

de vapeur, il est sensible au calcaire,

et doit être alimenté avec une

eau adoucie. Si votre installation

ne comporte pas

d’adoucisseur d’eau, il sera

nécessaire de procéder à un

détartrage périodique du générateur

de vapeur avec un

produit spécifique.

Doc. Nordique France

• Doublage sur ossature : doublage intérieur constitué de plaques de plâtre, de

plaques ciment et vissées sur une ossature métal indépendante du gros œuvre.

• Coque thermoformée : technique utilisée pour la fabrication des spas. Permet

d’obtenir par thermoformage des formes très complexes, sans joints et faciles

d’entretien.

• Cour anglaise : volume créé devant une cave de façon à mettre en œuvre une

fenêtre classique et faire entrer la lumière naturelle.

• Générateur : appareil permettant de produire la chaleur et la vapeur du hammam.

• Pompe de relevage : pompe permettant de remonter les eaux usées d’un équipement

situé à un niveau inférieur à la canalisation des eaux usées.

• Spa et Jacuzzi : officiellement, le spa est un lieu de balnéothérapie qui peut recevoir

plusieurs équipements, dont… un Jacuzzi. Dans le langage courant, les

termes “spa” et “jacussi” ont la même signification et désignent uniquement le

matériel.


Un centre de bien-être

au sous-sol

Tout sauna doit

être équipé

d’un sablier,

d’un thermomètre

et d’un

hygromètre,

des instruments

simples qui, seuls, permettent

d’optimiser les conditions d’utilisation.

Nordique France

Wedi, grand spécialiste du système étanche

prêt-à-carreler, propose toute une gamme

de cabines de douche, hammams… pouvant

être personnalisés à l’envi. Avec ce concept

modulable, le sur mesure prend toute sa

dimension avec des réalisations capables

de répondre à tous les besoins. Simplicité,

rapidité, décoration à la carte, tout est possible.

56 faire faire

Printemps 2007

EN images

La place en sous-sol

ne se compte pas.

Alors pourquoi ne pas

choisir une cabine XXL

qui permet de prendre

toutes vos aises ?

Sans contrainte d’espace,

le plaisir de l’eau est

total pour un véritable

moment de détente

et de plaisir.

Modèle ES

de Jacuzzi

Ce déshumidificateur

peut s’avérer très utile.

Efficace et silencieux,

il régule l’hygrométrie

grâce à une gestion

électronique

très fine. Pour éviter

des vidanges de

réservoirs répétitives,

il peut être connecté

à un système

d’évacuation directe,

en option. Ebac

Pour un spa, un plafond tendu intégrant des luminaires

apporte une finition parfaite tout en permettant

l’intégration de canalisations et réseaux divers.

Grâce aux dimensions standards variées, une fenêtre de toit peut

parfaitement d’adapter au concept de puits de lumière (cour anglaise).

C’est le cas de la fenêtre FTP-W, plus résistante à l’humidité avec son

revêtement de polyuréthane de couleur blanche. Adaptée aux angles

de 15 à 90° avec raccord d’étanchéité. Fakro

Pas assez de place dans la salle de bains

pour installer une baignoire balnéo ? Le sous-sol

de la maison l’accueillera volontiers en autorisant

toutes les fantaisies d’installation. En îlot,

comme dans cette illustration, avec un petit coin

salon adjacent pour prolonger l’instant bain

en se relaxant dans un confortable fauteuil

avec un bon livre… Unica de Porcelanosa

Doc. Clair’Azur

D.R.

Le hammam traditionnel peut être réalisé

en maçonnerie ou préfabriqué et recevoir

une finition carrelée et personnalisée.


1

2

DESCRIPTIF DES TRAVAUX

AMÉNAGEMENTS

• Traitement hydrofuge des murs.

Piquage des parois si nécessaire. Enduit au mortier bâtard

avec incorporation d’hydrofuge................................. m 2 ............... 25 €

• Doublage isolation 100 mm plaque de plâtre

hydrofuge sur ossature métallique ....................... m 2 ................. 35 €

• Cour anglaise maçonnée avec grille acier

galvanisé compris ouverture dans le mur ............ U.............. 560 €

ÉQUIPEMENTS TECHNIQUES

• Cabine de douche carrée (90 x 90 cm) complète

comprenant système d’hydrothérapie

et tous les raccordements en U............................................... 1 900 €

• Zone de douche à l'italienne compris parois,

colonne, raccordements, étanchéité du sol........ U ............. 980 €

• La VMC double flux.

Une unité filtrante, un échangeur, un moto ventilateur,

les gaines, bouches de soufflage et d’extraction,

prise d’air extérieur et refoulement............................ U ............. 890 €

• Le surpresseur

Surpresseur amorçage automatique, réservoir à vessie compris

câblage, robinetterie et divers raccordements : plomberie

et électriques....................................................................... U........... 1 260 €

• La pompe de relevage

Pompe à commande par robinet flotteur comprenant

puisard en maçonnerie avec couvercle, raccordements

plomberie et électricité .................................................. U........... 1 420 €

• Déshumidificateur ......................................................... U .......... 1 800 €

• Chauffage

Adjonction d'un radiateur sur le circuit du chauffage

eau chaude comprenant gel des canalisations

ou vidange et remplissage.............................................. U............ 1 210 €

ÉCLAIRAGE ET DÉCORATION

• Éclairage d’ambiance applique et spot étanches, alimentation

(basse tension 12 V) supposée à proximité.

- éclairage ...................................................................... U.............. 650 €

• Revêtement mural et sol

en carrelage et faïence...................... m 2 ............... de 70 à 110 €

SPA

Fourniture et pose, non compris aménagement

de l’environnement, construction d’accès, etc.

• 5 places assises, 1 couchette, modèle 58 jets

compris tous les accessoires

- Pompe à eau

- Pompe à air

- 15 jets d’air

- 43 jets d’eau + air

- Réchauffeur

Prix installé ....................... de 12 600 à 15 400 €

• 3 places assises, 2 couchettes, modèle 53 jets

compris tous les accessoires

- Pompe à eau

- Pompe à air

- 17 jets d’air

- 36 jets d’eau + air

- Réchauffeur

Prix installé ....................... de 13 500 à 15 200 €

3

4

5

SAUNAS

HAMMAM

EN chiffres

Prix TTC (TVA 5,5 %)

Solution

CABINES ÉQUIPÉES

Bois de Finlande, fumigé avant l’importation, les panneaux murs

et toit sont complets, de type sandwich pour assurer l’isolation

thermique, une porte entièrement vitrée en verre sécurit 5 mm

avec ses poignées, poêle électrique avec pierre de lave, deux

banquettes à partir du sauna 1,57 x 1,57 m, d’une largeur de 42 cm.

• Équipement complet :

- une louche et un bac à eau en bois,

- un sablier, un thermomètre, un hydromètre,

- une lumière,

- un appui tête,

- une ventilation naturelle par une trappe coulissante

au plafond,

- un caillebotis bois au sol

• 1 place assise 1,00 x 1,00 x 2,00 m de 2 000 à 3 200 €

• 2/3 places assises 1,20 x 1,20 x 2,00 m de 2 600 à 3 900 €

• 4/5 places assises 1,57 x 1,57 x 2,00 m de 2 800 à 4 400 €

• Sauna par rayonnement infrarouge,

sans poële, ni vapeur de 3 000 à 12 000 €

CABINES ÉQUIPÉES

Paroi en acrylique renforcée, une porte entièrement vitrée

en verre sécurit 5 mm avec sa poignée, assises vastes et confortables,

toit arrondi pour protéger de l’égouttement, générateur

de vapeur de 3, 9 ou 12 kW avec sa station de commande, joints

d’étanchéité qui retiennent parfaitement la chaleur.

• 2 places assises 1,30 x 1,00 x 2,15 m

générateur vapeur 3 kW................................ de 2 400 à 4 400 €

• 4 places assises 1,80 x 1,30 x 2,15 m

générateur vapeur 3 kW................................ de 3 000 à 5 600 €

• 6 places assises 1,80 x 1,90 x 2,15 m

générateur vapeur 9 kW ............................... de 4 200 à 6 400 €

DOUCHE - SAUNA - HAMMAM

Douches équipées de lumière, miroir, radio et haut-parleurs,

massage de pieds et séquentiel, générateur de vapeur, pluie fine,

ventilation, douche écossaise.

• 0,80 x 0,80 x 2,15 m......................................... de 1 800 à 5 000 €

• 0,90 x 0,90 x 2,20 m

12 jets de massage ........................................... de 2 200 à 5 400 €

• 0,90 x 0,90 x 2,20 m

6 jets de massage............................................. de 2 000 à 6 000 €

• 1,73 x 0,96 x 2,20 m

sauna avec accessoires .................................. de 5 800 à 9 600 €

faire faire 57

Printemps 2007


Depuis des années,

les bardeaux bitumés

couvrent seulement

3 % des toitures françaises.

Ces matériaux souvent décriés

à tort sont pourtant incontournables

pour certaines applications.

Gérard Guérit

Les bardeaux bitumés, connus également sous le nom de “shingles”, sont

constitués d’une armature de voile de verre ou de feutre cellulosique.

Un mélange de bitume et de granulats minéraux apporte la protection

de surface pour un aspect qui, selon la teinte, se rapproche de l’ardoise ou

de la tuile. Bien posés et mis en œuvre sur un support adapté, ces produits

peuvent avoir une durée de vie élevée.

DES QUALITÉS

SPÉCIFIQUES

Les bardeaux bitumés

à la manière de…

C’est en 1863, aux États-Unis, qu’un bardeau bitumé

fait l’objet d’un premier brevet. En France, il

faudra attendre les “Trente Glorieuses” pour que les

bardeaux connaissent un réel développement. À cette époque, la demande

en produits de construction était très forte, les tuiles et les ardoises coûteuses

et pas toujours disponibles. Les bardeaux bitumés, alors très en vogue

aux États-Unis et au Canada, sont arrivés sur le marché français avec une

esthétique qui rappelle la tuile ou l’ardoise pour un coût moindre. Ces produits

dérivés du pétrole étaient très concurrentiels.

Dans les années 1980, ils deviennent financièrement moins attractifs.

Concurrencés pour les applications courantes par les tuiles et les ardoises

artificielles, ils continuent de se vendre là où ils sont les plus performants.

Le succès ne faiblit pas en montagne puisqu’ils sont ingélifs, mais ils ont

aussi d’autres atouts. Ce sont les seuls à pouvoir être mis en œuvre facilement

sur des toitures à faible pente, leur poids limité s’accommode de charpentes

légères, cet avantage se retrouve aussi en rénovation pour réduire

les surcharges au niveau de la structure. Enfin, ils sont également bien adaptés

aux toitures complexes du fait de leur souplesse et de leur facilité de découpe.

Ils peuvent être travaillés à froid pour s’adapter aux toitures de formes

particulières (coupes, tourelles, dômes, outeaux, lucarnes). Il est également

possible de les façonner à chaud pour la réalisation de points singuliers (arêtiers,

faîtages, noues, etc.).

Siplast, Soprema et Onduline fabriquent et commercialisent la plupart des bardeaux

bitumés vendus en France, il existe également quelques importations.

VARIÉTÉ DE FORMES

ET D’ASPECTS

Grâce à leur grande diversité

de formes, de couleurs

et de textures, les bar-

deaux s’adaptent à la plupart des conceptions architecturales,

sous réserve du respect des règles de l’art et des

usages locaux. En effet, certaines municipalités situées

ou non dans des zones protégées interdisent le bardeau.

Néanmoins, elles accordent parfois au cas par cas

des dérogations, pour des raisons techniques précises

ou dans le cadre de surfaces limitées.

Esthétiquement, la forme rectangulaire et plate du bardeau

facilite son insertion dans les régions de tuiles

plates et d’ardoises. Les teintes les plus répandues

se déclinent autour du rouge, du brun, du gris et du

noir, il existe même un modèle recouvert d’une

feuille de cuivre. La plupart des bardeaux sont rectangulaires

pour rappeler le format ardoisier ou

celui de la petite tuile plate, des bardeaux “écaille”

permettent aussi de s’intégrer dans les régions

de tradition de tuile écaille : Bourgogne,

Franche-Comté, Alsace…

La mise en œuvre se rapproche de celle des

ardoises. Elle s’effectue selon les indications

de la norme “NF P 39-201 / DTU 40.14 :

Couverture en bardeaux bitumés”.

Par leur souplesse de mise

en œuvre, les bardeaux

s’accordent aisément

avec les surfaces complexes.

Solution

Doc. Soprema*


Couvertures en bardeaux

bitumés

La pose au crochet est interdite, seule la pose au clou est possible. La norme

impose d’utiliser des clous crantés à tête large d’une longueur minimale de

21 mm sur les supports en contreplaqué, et de 25 mm minimum pour les supports

en panneaux de particules. La seule exception concerne les bardeaux

recouverts d’une feuille de cuivre, pour lesquels il faut logiquement utiliser

des clous en cuivre.

L’étanchéité est assurée par le recouvrement des bardeaux entre eux.

Ce recouvrement est déterminé en fonction de la région climatique en plaine

(règles spéciales en montagne au-delà de 900 mètres d’altitude), de la projection

horizontale du versant (ou rampant) et de la pente.

SOIGNER

LA MISE EN ŒUVRE

60 faire faire

Printemps 2007

La possibilité d’être mis en œuvre sur des toitures

dont la pente est limitée à 20 % représente

un des atouts importants du bardeau.

Il est ainsi possible de couvrir de façon économique des lucarnes, des chiens

assis, des extensions… qui, pour des raisons techniques, réglementaires ou

architecturales n’autorisent pas des pentes plus fortes. Le cas se présente

couramment lors d’extensions réalisées en rez-de-chaussée, et dont la plus

grande hauteur est contrainte par les fenêtres ou portes-fenêtres du premier

niveau.

Doc. Siplast

La pose est obligatoirement

réalisée au clou sur un support

continu.

Des litiges ont affecté

dans le passé

les couvertures en bardeaux.

Une mise en œuvre

inadaptée a souvent été

la cause de ces désordres.

En construction à ossature bois,

le bardeau bitumé est également

plébiscité par certains

constructeurs pour sa rapidité

de mise en œuvre.

D.R.

D.R.

Selon sa teinte et sa forme…

Couvertures en climat de montagne

1 - Simple toiture ventilée

La possibilité d’interposer un complément d’étanchéité directement

entre l’élément de couverture et son support ventilé est possible lorsque

l’élément de couverture est posé et cloué directement à travers

l’étanchéité complémentaire sans espace de ventilation. Cette technique

peut s’appliquer pour les bardeaux bitumés (DTU 40.14) ou en ardoises

clouées pour des constructions situées dans les massifs montagneux.


Doc. Siplast

Les

Couleurs

variées et la grande

longueur des bandes de bardeaux

en font un produit attractif aussi

bien pour l’esthétique que pour la rapidité

de mise en œuvre. La parfaite

adhérence des bandes les unes sur les

autres assure une parfaite étanchéité

et ce, pour très longtemps.

Docs Siplast

2 - Double toiture ventilée

Le principe de conception de la double toiture ventilée est basée sur la

possibilité de recueillir et d’évacuer vers l’extérieur des infiltrations liées

au phénomène de siphonnage par les joints de raccords entre les bardeaux

ou des conséquences du déplacement des éléments de couverture.

Avec la réalisation d’une étanchéité complémentaire sur support

continu indépendant, la couverture fonctionne en “porte neige”.

Docs. Siplast

Doc. Onduline

Solution

De nombreux problèmes ont entaché par le passé la réputation

des bardeaux bitumés. Les litiges étaient souvent liés au non-respect des

règles de mise en œuvre, particulièrement au niveau des supports dont la

qualité et le mode de pose laissaient à désirer.

Le support doit être continu. Il est impératif d’utiliser des panneaux en contreplaqué

qualité extérieur CTBX ou des panneaux de particules de qualité

CTBH. Quelles que soient la pente et la configuration de la toiture, la ventilation

est obligatoire. Elle doit être assurée par des ouvertures en points

hauts et bas de la couverture. La section de ces entrées et sorties d’air doit

être d’au moins 1/500e de la surface de la couverture, répartie par moitié.

Enfin, dans le cas d’isolation sous rampant, la lame d’air entre l’isolant et la

sous-face du support passe de 4 cm à 6 cm au minimum pour les rampants

supérieurs à 12 mètres.

UN MATÉRIAU

POUR LA MONTAGNE

le bardeau rappelle l’ardoise… ou la tuile plate…

Les climats de montagne sont particulièrement

adaptés aux bardeaux bitumés.

Plus on monte en altitude, plus les

matériaux utilisés doivent pouvoir résister aux variations climatiques, au gel,

au vent, mais aussi aux surcharges de neige. Le bac acier, les lauzes et les

bardeaux deviennent alors majoritaires.

enjolivées d’écailles de cuivre.

NORMES, RÉGLEMENTATION

*Photo d’ouverture :

Sopratuile ZT Compact est

un matériau de couverture

idéal pour une architecture

créative. Ses grandes

dimensions (100 x 34 cm)

sont mises en valeur

par un couvre-joint en zinc.

Il est ainsi possible de créer

des motifs et modénatures

différents en décalant

la position des bardeaux.

NF P 39.201-1 / DTU 40.14 : couverture en bardeaux bitumés.

NF EN 544 : règles professionnelles pour la réfection complète des couvertures

en bardeaux bitumés.

“Guide des couvertures en climat de montagne” (Cahiers du CSTB n° 2267-1

de septembre 1988)

faire faire 61

Printemps 2007


Doc. Soprema

Couvertures en bardeaux

bitumés

L’alliage zinc-titane est une tradition ancienne qui s’explique par ses qualités

de résistance aux intempéries. C’est également un matériau actuel très

recherché dans l’architecture contemporaine. À noter qu’au contact de l’air,

cet alliage se patine pour prendre une belle couleur gris azur.

FAIRE FAIRE

ABSOLUMENT

62 faire faire

Printemps 2007

Ces matériaux sont peu sensibles aux remontées

d’eau par capillarité, ils sont ingélifs, imperméables

à la pluie, à la neige et à la poussière, ils sont très

résistants à l’impact de la grêle et offrent une prise au vent limitée. De plus,

leurs constituants, imputrescibles (bitume, calcaire, voile de verre, paillettes

d’ardoise, granulés céramiques ou feuille de cuivre) les rendent très résistants

à l’humidité et aux grandes amplitudes climatiques fréquentes dans

ces régions.

La pose ne diffère pas de ce qui se pratique en plaine, mais il est important

de viser la simplicité de conception. La toiture doit être la moins complexe

possible. Il faut éviter les lucarnes, les fenêtres de toit, les souches et d’une

façon générale tous les accidents de toiture qui sont autant de points faibles

potentiels, et qui contribuent également à l’accumulation de la neige.

La rapidité et la facilité de mise en œuvre des bardeaux bitumés est réelle.

La légèreté, la flexibilité et la facilité de découpe se traduisent par une rapidité

remarquable de mise en œuvre. Deux personnes sont en mesure, en

moyenne, de couvrir un toit de 150 m 2 en une seule journée, ce qui permet

un gain sensible sur le coût final de la couverture. Néanmoins, il existe une

différence fondamentale entre la couverture d’un abri de jardin et celle d’une

maison : ce sont les points particuliers, comme le traitement des faîtages, des

arêtiers, des noues, des souches de cheminées, des lucarnes, etc. qui imposent

un réel professionnalisme pour être correctement exécutés.

Une couverture en bardeaux nécessite autant de soin à la pose que n’importe

quelle autre couverture, il ne faut pas se laisser abuser par une apparente

facilité. Les compétences requises, l’équipement en matière d’échafaudage

et le temps à consacrer au chantier doivent vous inciter à prendre

la bonne décision. Tout bricoleur moyen est capable de couvrir en bardeaux

un abri de jardin ou un petit garage indépendant.

A contrario, une couverture plus importante doit impérativement être confiée

à un professionnel.

COMBIEN ÇA COÛTE

Estimation moyenne du prix de vente de main-d’œuvre TTC (TVA 5,5 %)

Couverture complète comprenant : voligeage, bardeaux Siplast, suivant

le pureau et la pente de toiture, faîtage, rive ou arêtier, ventilation.

Toiture à 2 pentes 35° (70 %)

Bardeaux bitumés Versite Fungus (antimousse), le m 2 de 100 € à 114 €

Bardeaux bitumés Toisite carré, le m 2 de 121 € à 136 €

Bardeaux bitumés Toisite écaille cuivre, le m 2 de 246 € à 261 €

Toiture à 2 pentes 45° (100 %)

Bardeaux bitumés Versite Fungus (antimousse), le m 2 de 115 € à 131 €

Bardeaux bitumés Toisite carré, le m 2 de 140 € à 157 €

Bardeaux bitumés Toisite écaille cuivre, le m 2 de 284 € à 301 €

Toiture à 4 pentes 35° (70 %)

Bardeaux bitumés Versite Fungus (antimousse), le m 2 de 112 € à 129 €

Bardeaux bitumés Toisite carré, le m 2 de 134 € à 151 €

Bardeaux bitumés Toisite écaille cuivre, le m 2 de 258 € à 276 €

Toiture à 4 pentes 45° (100 %)

Bardeaux bitumés Versite Fungus (antimousse), le m 2 de 129 € à 148 €

Bardeaux bitumés Toisite carré, le m 2 de 153 € à 173 €

Bardeaux bitumés Toisite écaille cuivre, le m 2 de 297 € à 317 €

Toiture à 4 pentes en L 35° (70 %)

Bardeaux bitumés Versite Fungus (antimousse), le m 2 de 114 € à 131 €

Bardeaux bitumés Toisite carré, le m 2 de 136 € à 153 €

Bardeaux bitumés Toisite écaille cuivre, le m 2 de 260 € à 277 €

Toiture à 4 pentes en L 45° (100 %)

Bardeaux bitumés Versite Fungus (antimousse), le m 2 de 131 € à 150 €

Bardeaux bitumés Toisite carré, le m 2 de 156 € à 176 €

Bardeaux bitumés Toisite écaille cuivre, le m 2 de 299 € à 320 €

LES MOTS DES PROS

• Arêtier : angle sortant formé par la rencontre de deux versants de toiture.

• Bac acier : éléments de couverture en acier de grande longueur très utilisés en

montagne pour des raisons de résistance et d’économie.

• Faîtage : ligne horizontale en haut de toiture formée par la rencontre des deux

versants de la toiture.

• Lauze : ardoise épaisse de grande dimension utilisée en couverture de montagne.

• Liteau : bois de petite section cloué sur les chevrons et servant de support aux

tuiles ou aux ardoises. Cette pose n’est plus autorisée pour les bardeaux qui doivent

être mis en œuvre sur un support continu.

• Noue : angle rentrant formé par deux versants de toiture.

• Outeau : petite fenêtre de toiture, destinée principalement à éclairer les combles.

Le plus souvent, on trouve des outeaux triangulaires.

• Pureau : partie visible d’un élément de couverture.

Extraits de l’Annuel des Prix (SEM-BTP) Édition 2007

• Recouvrement : pour assurer l’étanchéité de la toiture, il faut qu’un troisième

élément de couverture recouvre au moins partiellement celui du dessous sinon

il y a un trou au droit de la jonction entre deux éléments de même niveau.

Ce recouvrement est souvent égal au pureau.

• Solin : raccordement entre une toiture et une partie verticale. Il peut être

constitué d’un couvre-joint en mortier, destiné à assurer l’étanchéité entre un

mur et un porte-solin, d’une pièce de plomb, de zinc ou d’aluminium installée

autour d’une cheminée, ou encore de ciment disposé à un angle horizontal.

• Support continu : par opposition à un support discontinu constitué de liteaux.

Les supports continus les plus répandus sont le contreplaqué CTBX et la panneau

de particules CTBH.


faire

Tout pour réussir les travaux dans la maison

COMPRENDRE

UN MÉTIER DU BÂTIMENT

INNOVER

Le charpentier-couvreur

- Une formation au long cours

- Une responsabilité précise

Les micro-stations d’assainissement

- À réservoir unique ou multiple

- Guère plus de 10 m2 POUR PLUS DE CONFORT

pour toute la filière

p.65

DÉCORER

PIÈCE PAR PIÈCE

VALORISER

SON PATRIMOINE

PRÉSERVER

SES ÉQUIPEMENTS

TROUVER

LES BONS RÉSEAUX

S’INFORMER

INFOS BRÈVES

CONNAÎTRE

LA COTE

Un plan de travail efficace et original

- En matière de fonctionnalité…

- En matière de sensualité…

Les vinyles muraux hissent les couleurs

- L’intissé pour une pose simplifiée - Histoire de raccords

Avec les portes d’entrée anciennes

- Précieuses mais fonctionnelles

- Comment restaurer une porte ancienne

L’eau de la piscine

- Entretien manuel hebdomadaire en haute saison et entretien périodique

- Traitement et nettoyage automatiques

De rénovation de l’habitat

- Les critères multiples, les GSB au cas par cas, un conseil encore inégal,

prestations complètes, les réseaux de franchise

- Bibliographie

- Dernières nouvelles du Net

- Prochains salons et manifestations

Juridique

VOS DROITS

- Les fiches à conserver

p.74

Travaux de maçonnerie

- Travaux préparatoires

- Travaux d’entretien - Petites interventions

- Structures

p.64

p.66

p.67

p.68

p.70

p.71

p.72

p.77

faire faire 63

Printemps 2007


comprendre

Vous devez

construire

une extension,

aménager des

combles, rénover

une toiture

ou restaurer

une charpente. Ces travaux sont du ressort

du charpentier-couvreur, un métier qui exige

des connaissances techniques approfondies,

mais aussi une grande expérience du terrain.

Beaucoup d’entreprises se proclament “spécialistes tous corps d’état”.

Selon l’adage “qui trop embrasse mal étreint”, détournez-vous des

structures généralistes qui sous-traitent souvent les corps d’état qu’ils

maîtrisent mal… dont la charpente et la couverture. Tournez-vous plutôt vers

un spécialiste, dont les activités peuvent néanmoins varier d’une région à l’autre.

Dans la moitié Nord du pays, nombre de charpentiers sont couvreurs, zingueurs,

voire plombiers. Dans le Sud, ce sont souvent les maçons qui assurent

les travaux de charpente et de couverture…

UNE FORMATION

AU LONG COURS

64 faire faire

Printemps 2007

Le charpentier comme le couvreur a souvent suivi

une formation assez longue, parfois au travers du

compagnonnage. Aujourd’hui, la difficulté pour

ces artisans consiste à trouver du personnel qualifié et qui accepte de passer

sa vie professionnelle sur les toits. C’est ce qui explique la difficulté que

vous pouvez avoir à trouver une entreprise qui se déplace, fasse un devis,

et intervienne rapidement. Ils sont très sollicités dans la plupart des régions,

et peinent à répondre à la demande.

Le charpentier intervient sur tous les types de constructions : maisons à ossature

bois, immeubles, hangars agricoles, bâtiments industriels, aménagement

et mobilier urbain. Il façonne pour cela des poutres, les assemble et installe

l’ensemble. Il intervient également dans le tracé et la pose (ou levée)

des escaliers, opérations qui nécessitent rigueur et précision. Des connaissances

géométriques et mathématiques de base sont indispensables pour

la conception et le tracé des charpentes. Des notions d’informatique sont de

plus en plus demandées pour pouvoir se servir des logiciels disponibles dans

ce domaine.

Pour ces ouvrages, le charpentier utilise principalement le bois. Ce matériau

offre selon ses origines une grande variété de résistances et de duretés. De

plus en plus de nouveaux matériaux tels que les composites, l’aluminium et

le métal, sont utilisés en charpente et représentent autant de techniques de

façonnage à maîtriser. Le charpentier travaille également sur les ouvrages

comme les lucarnes, les soupentes, les fenêtres de toits et plus globalement

les aménagements de combles.

Alors que le charpentier étudie et pose la charpente, voire toute l’ossature

de la maison dans le cas d’une structure bois, le couvreur réalise la toiture

en fonction des matériaux de la région. Il s’agira le plus souvent de tuiles et

d’ardoises, voire de zinc, ou encore de bac acier, de lauzes ou de tavaillons

dans les régions de montagne. Le plâtre, le ciment, la chaux et le sable sont

également ses outils de travail, et vont lui permettre de sceller la couverture

et d’opérer les jonctions nécessaires. À sa principale activité qui consiste à

Le charpentier-couvreur

Gérard Guérit

poser des toitures, d’autres fonctions complémentaires se rajoutent, comme

la pose des cheminées, des chéneaux, des gouttières, des lucarnes, des

châssis et des descentes d’eaux pluviales.

UNE RESPONSABILITÉ

PRÉCISE

Il est possible d’engager la responsabilité

du constructeur d’un ouvrage atteint de malfaçons

pendant 10 ans à compter de la date

de réception des travaux. Les malfaçons retenues sont celles qui compromettent

la solidité et l’étanchéité d’un édifice, ou le rendent impropre à l’usage auquel

il est destiné. De ce fait, les entreprises qui réalisent des travaux de charpente

et de couverture ont l’obligation légale de contracter une assurance

décennale. Celle-ci s’applique en construction neuve, mais aussi dans le cadre

de travaux de rénovation. En effet, les tribunaux considèrent que les travaux

de rénovation de grande ampleur sont couverts par la garantie, les réfections

de toiture et de charpente rentrent dans cette catégorie. Par suite, et dans tous

les cas de figure, si vous envisagez des travaux de ce type, le recours de l’entreprise

à une assurance décennale constituera un élément déterminant au

moment du choix. Attention également dans le cas d’aménagements de combles

modifiant la charpente d’origine. Si votre maison a moins de dix ans, le

constructeur peut ne plus appliquer sa garantie en cas de désordres liés à des

aménagements de combles postérieurs à la construction, d’où l’intérêt de se

tourner pour ces travaux vers des entreprises présentant de sérieuses références.

C’EST VOUS

LE PRESCRIPTEUR

Le charpentier-couvreur a beau être “l’homme de

l’art”, c’est vous le Maître d’ouvrage qui commandez,

qui payez et qui le plus souvent habitez.

Vous ne devez pas laisser l’entrepreneur vous imposer des choix qui ne vous

conviennent pas, parfois guidés par la facilité, des stocks de matériaux à

écouler ou des habitudes. Si par exemple, vous souhaitez pour une construction

neuve une charpente traditionnelle, ne vous laissez pas imposer de la

fermette, moins chère, mais qui rend impossible une éventuelle utilisation des

combles, sauf aux prix de transformations coûteuses. Le raisonnement s’applique

également aux matériaux de couverture. Il n’existe pas de mauvais produit

de couverture, mais certains peuvent être plus ou moins adaptés à un

usage donné. Les critères de choix sont multiples, de l’esthétique aux pentes

minimales imposées par le site et la région, aux surcharges admissibles par

la charpente. Le coût entre également en ligne de compte, et le matériau utilisé

ne fait pas tout. La complexité de la couverture intervient beaucoup dans

le prix final. Lorsque vous comparez des devis, vous devez vous assurer

qu’ils intègrent des prestations équivalentes, et notamment qu’ils prennent

en compte tous les points particuliers (souches de cheminées, lucarnes, remplacement

ou non des liteaux, redressement éventuel de la charpente) ; c’est

à ce niveau que se situent les différences les plus importantes.

TROUVER

LA PERLE RARE

Pour éviter un parcours du combattant, il existe plusieurs

pistes : le “bouche à oreille” qui peut donner

de bons résultats ; lorsque vous verrez des travaux

de couverture et de charpente se réaliser, observez la propreté et la tenue

du chantier (c’est important) ; posez quelques questions au propriétaire.

Visitez les salons, notamment celui du Patrimoine, où des couvreurs et des

charpentiers exposent régulièrement. Artibat à Nantes, les Artisanales de

Chartres… permettent souvent des contacts fructueux. La Capeb et Qualibat

sont en mesure de vous communiquer les coordonnées d’entreprises qualifiées.

Enfin, vous pouvez vous tourner vers un économiste de la construction

ou un architecte. Moyennant une rétribution de 8 à 12 % du montant

des travaux, ce professionnel s’occupera de tout (permis de démolir, de

construire, autorisations de travaux), trouvera les entreprises, et s’engagera

en termes de prestations et de planning.


Les micro-stations

d’assainissement

Depuis 1992, tout bâtiment doit obligatoirement être

relié à l’égout ou à une installation capable de traiter

eaux usées et eaux vannes avant leur rejet dans

le milieu naturel. Une obligation pas toujours facile

à mettre en pratique avec une filière classique, plutôt

encombrante ! D’où l’intérêt de la micro-station.

Même si, pour l’instant, elle est toujours soumise

à dérogation…

Hervé Lhuissier

Précisons d’emblée que les équipements en

question n’ont rien à voir avec les filtres

gravitaires. Lesquels s’ajoutent aux fosses

toutes eaux (et à leur préfiltre). Une micro-station

d’épuration est au contraire un équipement complet

qui, à lui seul, remplace une installation classique

: du prétraitement par voie bactérienne anaérobie

(via le bac à graisses et la fosse toutes eaux)

au traitement des effluents par voie aérobie, avant

leur dispersion dans le milieu naturel.

Compte tenu de la réglementation en vigueur en

France, ce traitement fait avant tout appel à plusieurs

dispositifs souterrains qui ont pour point

commun d’être assez encombrants… Hormis le

filtre gravitaire, évoqué ci-dessus, le plus compact

(le filtre à sable) n’occupe pas moins de

20 m 2 . Même chose pour le tertre d’infiltration qui,

lui, est ajouté en surface ! Quant au lit d’épandage

(200 m 2 !), il suppose une certaine perméabilité

du terrain. À ces contraintes d’encombrement

– pas toujours compatibles avec la

rénovation d’autant qu’il faut aussi compter avec

le bac à graisse, la fosse toutes eaux et le préfiltre

! – s’ajoutent un coût de mise en œuvre assez

élevé et un entretien suivi… (voir Faire Faire 33)

Avec les micro-stations il en va tout autrement,

mais à certaines conditions. Dans l’immédiat, la

principale reste la dérogation préfectorale…

Certes, il est plus que jamais question d’assouplir

la réglementation : certains attendaient cette évolution

pour l’été dernier (v. FF 41). Mais en cette

fin d’année 2006, force est de constater que c’est

le statu quo…

À RÉSERVOIR UNIQUE

OU MULTIPLE

Pour pouvoir

remplacer une

filière d’assai-

nissement classique, une micro-station exécute

chacune des phases de l’épuration dans des volumes

distincts. Ils sont alors inclus dans un seul

réservoir compartimenté ou bien répartis entre

plusieurs d’entre eux, reliés en série.

GUÈRE PLUS DE 10 m 2

POUR TOUTE

LA FILIÈRE !

Partagé de façon concentrique,

le réservoir unique peut

adopter la forme d’un cylindre

vertical de 3 200 litres, capable

de traiter les effluents

de 4 à 7 EH (équivalent habitant

- unité de mesure permettant

le dimensionnement

d’une installation d’épuration).

Située au centre, sa “chambre tampon” accueille

les EU et EV directement ou bien, lorsque

la station est implantée à plus de 10 m de l’habitation,

les EU qui ont transité par un bac à graisses.

Partiellement décantés dans la chambre tampon,

les effluents rejoignent la chambre périphérique

puis un préfiltre et enfin, le milieu naturel : fossé humide,

rû, rivière ou autre. Jusqu’à 6 EH, on peut

également opter pour un réservoir cylindrique horizontal

de 4 800 litres. Divisé cette fois dans la largeur,

il comporte – comme précédemment – une

chambre de décantation où parviennent d’abord

les effluents et une chambre de traitement vers

laquelle ils sont ensuite transférés. Ils continuent

alors de s’y éclaircir avant d’aboutir en milieu humide

ou à défaut, dans un tunnel d’épandage compact

composé d’éléments synthétiques modulaires.

Ce réservoir compartimenté présente toutefois la

particularité de retransférer une partie des résidus

(boues) de la seconde chambre vers la première

pour qu’elle y soit retraitée (puis pompée

tous les 6 mois à 1 an). Dans la seconde chambre

s’effectue en outre un apport d’air comprimé,

chargé de réactiver les bactéries. L’air est fourni

par un surpresseur asservi à un programmateur

(tous deux logés dans un boîtier mural extérieur

à la cuve). Lequel permet de moduler la durée du

cycle (normalement de 6 heures) afin d’augmenter

à la demande la capacité de l’installation.

innover Mémento

La station d’épuration biologique est commandée par un système

de pilotage couplé à un compresseur. Tous ces éléments sont regroupés

dans une armoire murale à l’extérieur de la cuve, dans un local technique

(cave), par exemple.

Chez le même fabricant existe une version simplifiée

de ce système. Elle comporte deux pompes

immergées : la première, qui permet de transférer

les eaux résiduaires d’un compartiment à l’autre et

la seconde, qui évacue les eaux claires vers l’extérieur.

L’ensemble est piloté par un programmateur

qui peut tenir compte des périodes de non utilisation

avec un mode “économie d’énergie”. Cette

variante convient jusqu’à 6 ou 8 EH. De 9 à 12 EH

ou de 12 à 16 EH il faut en revanche recourir à deux

réservoirs, d’une capacité respective de 9 000 ou

12 000 litres. Mais le principe reste le même.

RÉSERVOIRS MULTIPLES

À SURPRESSEUR

Aux systèmes

à deux réservoirs

évoqués

ci-dessus, s’ajoute une variante à biomasse fixée

et dépourvue de pompe. Jusqu’à 5 EH, elle comporte

deux réservoirs et quatre jusqu’à 9 EH.

Le ou les réservoirs d’amont assurent uniquement

le dégraissage et le stockage des eaux usées (prédécantation).

Tandis que le ou les réservoirs d’aval

sont chargés de l’épuration et de la post-décantation

(clarification). Comme dans le cas ci-dessus,

ils sont alimentés en air comprimé par un surpresseur

externe.

Pour conserver l’avantage du gain de place, les rejets

peuvent ensuite être dirigés vers un tunnel

d’épandage compact.

faire faire 65

Printemps 2007

Doc. Simop

Doc. Graf


décorer

Un plan de travail

efficace et original

Définir un plan de travail dans une cuisine,

c’est bien sûr choisir son esthétique mais aussi

penser à le rendre le plus fonctionnel possible.

Quelques petites idées…

Poser, découper, concocter de petits plats,

éplucher les légumes… toutes ces actions

se réalisent sur le plan de travail de la cuisine.

Alors, plus vous disposez d’espace et de longueur

de plans, plus votre cuisine sera fonctionnelle

! Il est également important d’être à la bonne

hauteur de manière à pouvoir travailler sans se

courber. Choisissez-la en fonction de votre taille

mais aussi de celle de tous ceux qui utilisent la cuisine.

Vous pouvez tout à fait prévoir des zones

de différentes hauteurs.

Le matériau dans lequel est réalisé le plan de travail

crée le style. Certains s’harmonisent davantage

avec les cuisines contemporaines, d’autres

avec les espaces rustiques. Mais outre l’aspect

purement esthétique, il faut aussi penser pratique

car un plan de travail est très sollicité au quotidien

et doit pouvoir être nettoyé fréquemment.

EN MATIÈRE DE FONCTIONNALITÉ…

Le stratifié permet de créer des plans de travail

d’une grande résistance à moindre frais. Facile à

entretenir, offrant la possibilité de réaliser les

formes les plus subtiles, déclinables dans une

large palette de décors (marbrés, granités, unis…)

et de coloris coordonnables aux placards, il possède

décidément beaucoup d’atouts et garantit

un excellent rapport qualité/prix.

Les matériaux de synthèse possèdent une

grande douceur au toucher et des propriétés antibactériennes

appréciées en cuisine. Leur autre intérêt

est de permettre l’intégration d’un évier et de

son égouttoir creusés dans la masse sans joints.

Les plans carrelés sont les plus traditionnels.

Tous les types de carrelages peuvent être employés

pour ce type d’utilisation sachant que la

terre cuite émaillée est un peu plus fragile et peut

présenter fissures et éclats en cas d’usage intensif.

Les carreaux sont posés sur un panneau d’aggloméré

hydrofuge pour mieux résister aux infiltrations.

Seul hic : les joints qui ont tendance à

s’encrasser au fil du temps. Pensez aussi au plan

en lave émaillée, parfaitement pérenne et permettant

de jongler avec les couleurs… à condition

de disposer d’un certain budget !

66 faire faire

Printemps 2007

De haut en bas :

Sylvie Lenormand

Ce plan de travail en inox massif est disponible

dans deux épaisseurs : 39 et 78 mm. Dans un

souci d’harmonisation, sont proposés également

des éviers emboutis dans le plan de travail.

Lagune de Schmidt

Esprit provençal pour ce plan de travail réalisé

avec des carreaux unis de toutes les couleurs

posés sur un panneau d’aggloméré.

Mobalpa

Une épaisse plaque de verre laqué tilleul est

utilisée en guise de plan de travail. La laque

appliquée en sous-face ne craint pas les rayures.

Manhattan. Hardy Inside

Ce plan de travail d’une grande élégance est en granit noir adouci de

Tanzanie. Ép. 30 mm. Prof. de 660 à 900 mm. 777 € le ml. Porcelanosa

EN MATIÈRE DE SENSUALITÉ…

L’inox (18/10) est traditionnellement employé en

restauration puisqu’il est indestructible et parfaitement

sain. Mais il faut le choisir en toute connaissance

de cause, c’est-à-dire savoir qu’il se patine

avec le temps et sera donc moins brillant qu’à l’origine,

les rayures faisant partie de son côté intemporel.

C’est d’ailleurs cet aspect brut qui séduit

de plus en plus et le rend créateur d’ambiance

dans les cuisines les plus actuelles.

Le bois possède une présence irremplaçable et

aujourd’hui on l’associe de plus en plus souvent

à des matières plus contemporaines comme l’inox

par exemple. Les plans en bois se composent généralement

de lamelles de 4 cm de large environ,

pressées et collées. Chêne, hêtre, sapin, essences

exotiques peuvent être employés. Pour garder

l’aspect naturel du bois et le protéger, il est impératif

de recouvrir la surface d’une huile spéciale et

de renouveler cette application régulièrement.

En général, le bois craint l’humidité… à éviter donc

autour de l’évier, encore que s’il est correctement

protégé et si toute la famille abuse de précautions,

pourquoi pas ?

Les plaques de verre sont aussi de plus en plus

utilisées désormais. Le verre apporte une certaine

luminosité aux plans de travail et on le retrouve fréquemment

laqué sur sa face intérieure. Attention

aux rayures profondes que peuvent laisser certains

ustensiles.

Plan

de travail

en quartz

résine teinte topazio.

Prix sur devis. Comprex


Lavables ou même lessivables, les nouveaux vinyles

sont des revêtements muraux vraiment faciles à vivre.

En plus, ils sont désormais très esthétiques et favorisent

le changement de décor grâce à leur support intissé

qui simplifie la mise en œuvre.

Chics et surtout pas tocs, les nouvelles collections

de revêtements muraux vinyles

s’affichent désormais sans complexe sur

les murs. Oubliés les papiers peints quelquefois

fragiles, non lessivables, fleurons des années 70

et 80. Aujourd’hui, les papiers vinyles sont plutôt

connotés haut de gamme multipliant les motifs

(très présents), les styles et les couleurs. Ils sont

aussi beaucoup plus faciles à vivre, promettant

une plus grande longévité et un entretien simplifié.

Le plus gros avantage des revêtements muraux

vinyles est qu’ils permettent de changer de

décor facilement et parfois à moindre frais lorsque

l’on opte pour un produit de base.

VINYLE = TECHNIQUE

Qu’est-ce qu’un revêtement vinyle ? Lors de leur

fabrication, ces revêtements sont soit recouverts

d’une couche de vinyle transparent, soit imprimés

sur une couche de vinyle et sont donc tous imperméables,

lavables, lessivables et/ou brossables.

Ils peuvent ainsi être admis dans toutes les

pièces de la maison y compris les cuisines et les

salles de bains. On dispose cependant de plusieurs

qualités de revêtements vinyles qui diffèrent

par leur épaisseur et leur coût. Les plus basiques

et les moins chers sont les vinyles compacts. Les

vinyles expansés fabriqués par enduction ou avec

des encres gonflantes sont plus épais (pesant entre

180 et 260 g au m 2 ). Ils ont aussi plus de relief

ce qui met en valeur les décors. Autre catégorie,

les vinyles lourds pèsent plus de 300 g au m 2 et

sont donc extrêmement résistants. D’une grande

épaisseur, ils peuvent s’avérer pratiques pour cacher

les petits défauts du mur.

L’INTISSÉ POUR UNE POSE SIMPLIFIÉE

Les supports intissés se généralisent permettant

une pose du revêtement mural vinyle par encollage

direct du mur et non plus des lés. Cela facilite la

mise en œuvre et assure le bon positionnement du

revêtement sur le mur avant sa prise définitive.

Attention cependant à bien vérifier que le poids de

l’intissé soit en accord avec celui du vinyle et que

le pourcentage de fibres utilisées soit suffisant pour

garantir une bonne résistance… deux gages de

qualité. Pour les vinyles non encollés sur intissé,

il faut prévoir une détrempe d’au moins 5 minutes.

HISTOIRE DE RACCORDS

Les différents types de raccords sont indiqués au

dos des revêtements. La mention raccord droit

est suivie d’une mention de cm qui indique que le

motif se répète tous les X centimètres. Pour les raccords

sautés, deux indications en cm indiquent

que les lés adjacents doivent être décalés verticalement

en ajoutant la hauteur du raccord et la

hauteur du décalage. L’indication lé inversé signifie

qu’il faut intervertir deux lés adjacents. Autre

critère de réussite de la pose : l’utilisation d’une

colle en adéquation avec le type de vinyle choisi.

Sachez aussi que certains produits facilitent la dépose

du revêtement en cas de rénovation, ce qui

n’est pas négligeable.

décorer Mémento

Les vinyles muraux hissent les couleurs

Sylvie Lenormand

De gauche à droite :

De gros motifs floraux dessinés avec humour

dans des teintes pastel et poudrées,

c’est ce que propose ce papier peint vinyle.

14,90 € le rouleau de 52 cm x 10 m.

Flowering Rose. Graham & Brown

Ce papier peint vinyle mat est une gravure

incroyable où se dessine en relief le poil

de l’animal. Façon zèbre pour Tanzania.

Native. Elitis

Directement inspirés des seventies, ces vagues

verticales ondulent pour donner du relief

au mur. 36 € le rouleau de 10 x 0,52 m.

Tempo. Lutèce

CLIN D’ŒIL…

Pensez également à l’adhésif décoratif, un produit

vinyle lui aussi. Avant, il était plutôt réservé

aux petites surfaces ou aux frises mais est aujourd’hui

devenu un véritable revêtement mural

dans la mesure où l’on trouve désormais des

adhésifs de fortes épaisseurs, résistants, traités

anti-rayures qui imitent les matériaux nobles à

l’identique des papiers peints.

Pour preuve, ces effets inox

brossés à décliner sans modération

dans les cuisines

contemporaines.

Bluffant, cet adhésif vinyle

imite à la perfection l’inox

brossé. À utiliser en ponctuation

sur un seul des murs

de la pièce ou par touches

afin d’illuminer l’espace.

Cinq effets métalliques.

20 € le rouleau de 1,50 x

45 cm. Softmétal. Vénilia

faire faire 67

Printemps 2007


valoriser

Porte tiercée Louis XIII

surmoulurée en chêne

et patinée. Équipée

d’une serrure 3 points.

3 200 € HT

Boiseries et décorations

De gauche à droite :

Le bois permet de nombreuses sculptures comme

ici avec ces motifs Louis XIV. Porte en noyer.

À partir de 12 500 € HT. Boiseries et décorations

Cette double porte entièrement sculptée

d’inspiration Louis XV Rocaille est en noyer

et munie de deux heurtoirs têtes de lion.

18 300 € HT. Boiseries et décorations

Produit bouche-pores, huile cire, patine à céruser

sont autant de produit à disposition pour rénover,

entretenir ou transformer vos portes anciennes.

Le secret de l’ébéniste de Syntilor

68 faire faire

Printemps 2007

La touche finale avec une

Les portes anciennes en bois massif apportent un cachet

incomparable aux maisons. Si elles promettent naturellement

un bon niveau d’isolation, elles réclament un soupçon

d’entretien pour mieux traverser les ans et nécessitent parfois

quelques réparations.

Sylvie Lenormand

La porte d’entrée est la carte d’identité de la

maison. Elle joue avant tout un rôle esthétique,

son style et sa forme sont le reflet de

vos goûts. Lien indiscutable entre l’extérieur et

l’intérieur, la porte doit aussi être performante à

plusieurs niveaux : sur le plan thermique, phonique

et de sécurité. C’est pour cela que l’on a tendance

à opter de plus en plus souvent pour des

produits de la nouvelle génération, en bois, PVC

ou alu, techniquement irréprochables. Mais sur le

plan esthétique, rien ne vaut une traditionnelle

porte en bois massif. Les véritables portes anciennes

se font rares et on les “dégotte” souvent

auprès des antiquaires ou des spécialistes de

matériaux anciens.

Certains fabricants sont également spécialisés

dans la reproduction de portes anciennes, réalisées

dans la plus pure tradition par des ébénistes

de talent. Côté décor, elles s’inspirent des critères

esthétiques de la région dans laquelle elles ont été

imaginées. Formes et dimensions sont donc très

différentes d’un modèle à l’autre. Par exemple, sur

certaines portes sont sculptés des symboles ou

des armes locales. On retrouve également des

moulures ou des frises en vogue à l’époque de la

création de la porte. Style Louis XIII, Louis XIV ou

Renaissance, les portes affichent leur histoire et

s’exposent en un ou deux vantaux. Leur constitution

diffère d’ailleurs selon leur région d’origine ;

elle est principalement due à un problème purement

fonctionnel. Par exemple, dans la partie méridionale

de la France on avait tendance à préférer les

portes pleines pour conserver la fraîcheur ; dans

les régions nordiques, on préférait les portes semivitrées

pour apporter un peu plus de luminosité.

PRÉCIEUSES MAIS

FONCTIONNELLES

Ces portes anciennes

ou à l’ancienne réalisées

en bois massif

(chêne, hêtre, noyer, châtaignier), parfois mais plus

rarement en résineux, sont accueillantes, sensuelles

et chaleureuses. Le bois se prête à toute forme de


porte d’entrée ancienne

Porte renaissance en chêne doublée tilleul

avec heurtoir. 4 580 € HT.

Boiseries et décorations

créativité, ce qui a permis de réaliser des cintrages,

des sculptures, des moulures… et les motifs les plus

originaux. Les portes comportent souvent des poignées

ou des heurtoirs gravés en bronze qui accentue

leur aspect noble et imposant. Évidemment,

les panneaux ne comportent pas d’âme isolante

comme les produits plus modernes mais le bois

est naturellement isolant et réduit la formation de

pont thermique donc pas de condensation. Autant

de qualités pour combiner esthétisme et fonctionnalité.

Il faut savoir aussi que les bois durs se

patinent au fil du temps et savent garder toute leur

expression si on s’en occupe juste un peu.

Paradoxalement, ils subissent de plein fouet les

variations climatiques et finissent par jouer… le

défaut de leurs qualités !

Choisir une porte en bois fabriquée traditionnellement

à la manière des ébénistes ou trouver l’objet

rare (une vraie porte ancienne patinée datant du

XIX e siècle, par exemple) c’est donc se contraindre

à l’entretenir et à la bichonner, parfois à la réparer.

Cette porte double vantaux de style

Renaissance, datant du XIX e siècle,

en bois résineux, a été entièrement

restaurée. Décor cadres moulurés,

frises végétales, frontons triangulaires

et heurtoirs tête de lion en bronze

la caractérisent.

Origines

valoriser Mémento

Cette porte semi-vitrée dispose

d’une grille ouvragée en véritable

travail de ferronnerie forgée.

Elle est en chêne sablé patiné

et comporte deux parties tiercées.

9 150 € HT.

Boiseries et décorations

COMMENT RESTAURER UNE PORTE

ANCIENNE ?

Tout dépend de l’état dans lequel vous récupérez votre porte ancienne.

Si elle est simplement tachée, un bon décrassage sera suffisant.

Si le vernis est écaillé, la cire encrassée et noircie, il faut alors

se lancer dans un fastidieux travail de décapage et parfois de ponçage.

Parfois, il existe quelques petites fissures ou rayures qui nécessitent

soit l’utilisation d’un feutre de rayures, soit celle d’une cire à reboucher.

Enfin, n’hésitez pas à utiliser un produit bouche-pores qui a pour fonction de fermer les fibres du bois. En fait, en

formant un film lisse en surface, il évite au produit de finition que vous appliquerez – cire, vernis, huile – d’être

absorbé et de perdre ses qualités. Le choix de la finition est enfin fonction de l’usage de l’objet. En l’occurrence,

une porte d’entrée est soumise aux intempéries. Mieux vaut donc utiliser un produit qui nourrit le bois en profondeur

et qui l’imperméabilise comme le vernis ou l’huile cire qui propose une finition plus naturelle.

Certaines lasures sous forme de gel sont aussi très faciles à appliquer et moins contraignantes qu’un vernis. Pour

conserver toute son identité à votre porte, optez pour une tonalité la plus proche possible de celle de la porte

en état, mais oubliez les lasures incolores qui laissent passer les UV. Enfin, préférez des produits de qualité que

bon nombre de spécialistes du bois proposent. Ils sont peut-être un peu plus chers mais beaucoup plus efficaces

et protègent sans dénaturer.

faire faire 69

Printemps 2007


préserver

L’eau claire et limpide de la piscine

Le début du printemps, lorsque la température de l’eau atteint environ 12°C, est le moment idéal pour réactiver

votre piscine. Si l’hivernage a été correctement effectué (voir Faire Faire 43), la remise en service sera facilitée.

Si vous avez pratiqué l’hivernage actif qui consiste à laisser la filtration en service

réduit, il n’y a pas de véritable remise en route à faire. Cette formule est de

plus en plus souvent utilisée car elle évite le risque de grippage de la pompe.

• Brosser les parois et passer l’aspirateur au fond pour éliminer les éventuels

dépôts.

• Effectuer un contre-lavage du filtre.

• Baisser légèrement le niveau pour nettoyer la ligne d’eau avec un produit

liquide (Reva-Net de Mareva…) ou en pulvérisateur en cas de dépôts calcaires

(Reva-Net Gel de Mareva…).

• Réaliser un traitement choc avec un

produit adapté (Easy Clear C de

Waterair, Revatop+ de Mareva…)

pour traiter rapidement les eaux troubles

ou vertes.

• Filtrer en continu pendant 48 heures

pour assainir l’eau.

• Contrôler le pH et l’ajuster entre 7 et

7,4 (Easy Minus ou Easy Plus de

Waterair…).

Si vous avez pratiqué un hivernage

total avec arrêt de la filtration :

• Rétablir le niveau de l’eau.

• Retirer à l’épuisette les grosses impuretés

au fond du bassin.

• Vérifier que l’arbre du moteur de la

pompe tourne librement, l’amorcer et

vérifier que la filtration fonctionne correctement.

• Passer le balai aspirateur au fond de

la piscine.

• Arrêter la filtration et procéder à un

traitement choc.

Puis, comme ci-dessus, brosser les

parois, laisser la filtration fonctionner

en continu, corriger le pH.

ENTRETIEN MANUEL

HEBDOMADAIRE

EN HAUTE SAISON

• Régler le temps de filtration en fonction

de la température de l’eau : il doit

être égal à la température de l’eau divisée

par deux. Ne pas hésiter à l’allonger

un peu pour faire une économie

de produits. Ne pas oublier que,

plus l’eau est chaude, plus elle est

difficile à maîtriser.

• Laver le filtre à sable et à diatomite

à contre-courant et le filtre à cartouche

au jet d’eau. Rajouter de l’eau après

un lavage à contre-courant (pour le

nettoyage : Filtershock de Bayrol…).

70 faire faire

Printemps 2007

TRAITEMENT ET NETTOYAGE AUTOMATIQUES

• Nettoyer la ligne d’eau, les parois et le fond avec des produits adaptés et

un appareil automatique, ce qui empêche la fixation des algues et leur développement.

• Contrôler le pH de l’eau avec une trousse d’analyse ou un spectrophotomètre

(Easy Test de Waterair…). Le contrôler deux fois dans la semaine s’il

fait très chaud, orageux ou si les baigneurs sont nombreux.

• Désinfecter l’eau et lutter contre les algues en mettant un produit désinfectant

(chlore, brome, PHMB, oxygène actif), doublé éventuellement d’un algicide

qui a un rôle préventif (Chlorite Plus

de Bayrol…).

• Faire une désinfection choc de l’eau

si la température devient très élevée,

s’il y a beaucoup de monde, si l’eau

se trouble. Sinon, une désinfection

choc tous les 15 jours suffit.

Doc. Polaris

Il est possible d’automatiser un certain nombre de fonctions pour ne plus vous en soucier

; toutefois, ces facilités ne dispensent pas du nettoyage de la ligne d’eau, du bassin

et du filtre :

• analyse du pH avec des régulateurs automatiques qui vont ensuite ajouter un produit

correctif.

• désinfection de l’eau et lutte contre les algues avec un système d’électrolyse de sel,

d’ozone, de rayons UV ou un appareil automatique de dosage du chlore ou du brome.

Les systèmes de dosage automatiques peuvent même transmettre leurs informations

par SMS grâce à un module GSM. Il suffit alors de renvoyer un SMS pour paramétrer et

commander à distance la régulation (Bayrol).

Pour limiter l’entretien manuel, un balai automatique ou un petit robot peuvent nettoyer

les parois et le fond du bassin tranquillement à votre place.

Les balais à aspiration ou à pression ne dispensent pas d’un nettoyage manuel dans les

recoins.

Les robots nettoient de façon plus complète : ils peuvent être télécommandés pour être

guidés dans les endroits encore sales (Squirrel Idéa de Bayrol, Tiger Shark de Waterair,

Cybernaut NT de Zodiac…).

À noter pour se faciliter la vie

• Les produits prédosés en fonction de

la taille de la piscine. Plus de question à

se poser quant à la bonne dose (Revacil

de Mareva, Baquacil de Arch…).

• Les produits multifonction qui désinfectent

l’eau et ont une action algicide

et clarifiante. Ils sont de plus en plus souvent

prédosés (Multibloc, Multilong et

Varitab de Bayrol, Easy Quattro de

Waterair, traitement complet en diffuseur

flottant de Marina…).

ENTRETIEN PÉRIODIQUE

• Surveiller la clarté de l’eau en mettant

un floculant – environ toutes les

trois semaines – qui va agglutiner les

micro-particules pour qu’elles se rassemblent

dans le filtre à sable. Toutes

les recommandations sur la floculation

ne sont valables qu’en présence

d’un filtre à sable. Les autres filtres,

plus fins, n’en ont pas besoin.

• Lutter contre le tartre qui détériore

l’installation. Choisir un produit désinfectant

comprenant un séquestrant

du calcaire, c’est plus simple. Sinon

traiter avec un anti-calcaire au printemps

et une fois en cours de saison.

• Détartrer le filtre à sable tous les

deux mois et en profondeur une fois

par an (de préférence à l’automne ou

au printemps).

Françoise Sauvan


offre est pléthorique et la frontière parfois floue.

L’ Cela commence au niveau de la clientèle visée.

La plupart des négociants et des grossistes

généralistes servent le particulier à des tarifs en

principe moins attractifs qu’ils ne le feraient pour

un artisan ou une entreprise. La discussion reste

néanmoins possible, y compris l’acceptation d’une

ouverture de compte, lorsqu’il s’agit d’achats importants

étalés sur une période un peu longue.

À l’inverse, les grandes surfaces de bricolage,

communément appelées GSB, cherchent à séduire

l’artisan, en lui offrant des remises et des ouvertures

de compte avec paiement différé en fin de mois.

Chez les spécialistes, la clientèle est mixte et multiple.

Dans le show-room des négociants en carrelage

sanitaire, en revêtements de sol, en menuiserie

ou en aménagement intérieur, on croise

des entreprises qui s’approvisionnent, des particuliers

qui viennent acheter des produits pour les

poser eux-mêmes, mais aussi des particuliers qui

se déplacent avec leur artisan pour faire leur choix.

CRITÈRES MULTIPLES

L’autre variante concerne la spécialisation du

négociant. En effet, on trouve chez les généralistes

tous les produits courants de gros œuvre et

de second œuvre. La différence par rapport à un

spécialiste se situe dans un choix moindre, un stock

plus limité, et parfois des conseils moins pointus.

Pour prendre un cas concret, si vous souhaitez

vous faire conseiller sur l’achat d’un parquet massif

en bois exotique, à lames larges et destiné à un

lieu de fort passage, orientez-vous vers un spécialiste

du parquet. A contrario, un parquet contrecollé

en chêne et verni en usine sera distribué et

stocké dans toutes les enseignes généralistes.

Un dernier critère, et non des moindres, est celui des

heures et des jours d’ouvertures. Globalement, les

négoces visant les professionnels sont fermés le

week-end, quelques-uns sont néanmoins ouverts le

samedi matin. Les enseignes tournées vers le grand

public sont toujours ouvertes le samedi. Certaines

le sont aussi le dimanche, en fonction des choix de

l’enseigne, mais aussi de la réglementation locale.

LES GSB AU CAS PAR CAS

Les GSB ouvertes le week-end répondent parfaitement

aux contraintes du particulier, plus disponible

le samedi et le dimanche. Prises dans leur en-

semble, les GSB sont d’abord orientées vers le second

œuvre et l’aménagement intérieur. Pourtant,

certaines “cours des matériaux” peuvent concurrencer

en choix et en stock des négociants généralistes.

Ces cours accessibles en voiture sont également

très pratiques puisqu’elles évitent des

manutentions fastidieuses. De plus, si votre véhicule

n’est pas adapté aux charges à transporter

ou que vous craigniez de le détériorer, des utilitaires

de 3,5 tonnes aménagés en fourgon ou équipés

d’une benne sont à votre disposition.

Ces espaces sont bien adaptés aux travaux lourds

d’aménagement, en extérieur comme en intérieur.

On y trouve en effet briques, parpaings, béton cellulaire

et accessoires, du sable, du gravier, et différents

types de mortiers. Les cours de matériaux

stockent également les plaques et carreaux de plâtre,

les enduits décoratifs ainsi que tous types d’isolants.

Le bois est également décliné en bastaings,

chevrons, liteaux… sans oublier les produits destinés

à l’aménagement des jardins.

UN CONSEIL ENCORE INÉGAL

Les bricoleurs “lourds” et les professionnels ont

longtemps estimé que le conseil technique était le

“Talon d’Achille” des GSB. Ce constat n’est plus

toujours vrai, on y rencontre de vrais spécialistes

capables d’orienter le client en fonction de son besoin.

Tout dépend néanmoins de l’enseigne, du

magasin et de la personnalité de votre interlocuteur.

Malgré les progrès réalisés, des carences en terme

de conseils techniques restent possibles. Pour résumer,

approvisionnez-vous en GSB en ayant déjà

une idée précise du type de produit à acheter.

Si vous ne maîtrisez pas le sujet, allez d’abord rendre

visite à un négociant généraliste ou spécialisé

selon le cas, quitte à retourner ensuite dans une

GSB pour comparer les prix et l’étendue du choix.

PRESTATIONS COMPLÈTES

De plus en plus, les GSB – mais aussi des enseignes

plus spécialisées – proposent un service

de pose généralement assurée par des artisans

qui passent un contrat avec l’enseigne. Ils sont référencés

et qualifiés pour des interventions précises.

Pour le particulier, cette formule présente

l’avantage d’avoir affaire à un interlocuteur unique,

sans devoir rechercher une entreprise, demander

des devis, les obtenir, et espérer que les travaux

trouver Mémento

Les réseaux de rénovation de l’habitat

Vous devez acheter des matériaux de gros œuvre, faire refaire votre cuisine, remplacer vos volets ou encore

faire poser un parquet… Entre les négociants généralistes, les spécialistes, les grandes surfaces de bricolage

et les réseaux de franchise, le choix s’avère parfois difficile.

Gérard Guérit

se fassent un jour. Le recul sur ces formules “tout

compris” est maintenant assez important pour pouvoir

affirmer leur validité, même si certains artisans

expriment parfois des griefs vis-à-vis de ces politiques,

qu’ils perçoivent comme une concurrence

déloyale.

Ces formules sont très prisées pour les travaux

d’aménagement de cuisines, de salles de bains ou

les remplacements de menuiseries. Cette démarche

s’étend à des enseignes éloignées du négoce

puisque, par exemple, le leader suédois du

meuble en kit propose ce type de prestation clef en

main pour ses cuisines.

CHERS RÉSEAUX DE FRANCHISE

Dans le domaine de l’aménagement et du remplacement,

les réseaux de franchise prennent une

importance croissante. Ces magasins installés dans

des centres commerciaux ou en ville sont spécialisés

dans les changements de fenêtres, les aménagements

de cuisine, l’installation de stores…

L’organisation de ces structures est très commerciale,

avec ses avantages et ses limites. Leur premier

atout est une rapidité de réaction que l’on a

oublié avec l’entreprise classique. Le second argument,

c’est un catalogue en général bien présenté,

clair et permettant de satisfaire à tous les besoins.

Le revers de la médaille, c’est justement leur

orientation commerciale. Elles poussent d’abord à

vous faire dépenser un maximum, le conseil technique

passant au second plan. Le second inconvénient,

ce sont des prix généralement élevés

lorsqu’on les compare au devis d’un artisan.

Faire appel à ces réseaux implique un minimum

de connaissances techniques qui permettent de tenir

tête à un interlocuteur qui est d’abord là pour

vendre. Ensuite, vous obtiendrez plus facilement

des prix attractifs si vous avez des talents de négociateur,

ce qui n’est pas forcément inné. Sachez

que les devis de ces enseignes partent sur des

marges souvent élevées, et qu’engager une discussion

sur une remise qui peut être importante

fait partie du “jeu” (n’oubliez pas la TVA à 5,5 %).

Si ces méthodes ne sont pas les vôtres, tournezvous

vers l’entreprise classique. Les rapports seront

plus simples, les prix souvent inférieurs. Il restera

ensuite à vous armer de patience face à des

entreprises qui manquent de personnel qualifié et

sont souvent longues à réagir.

faire faire 71

Printemps 2007


Mémento

Après Réponses Bain, Faire Faire et Réponses

Cuisine, notre groupe d’édition a lancé en

fin d’année dernière, un quatrième titre :

Copropriété & Travaux. Déclinaison originale

du concept de Faire Faire, cette revue inédite

s’adresse en priorité aux syndics et aux associations

de copropriétaires qui souhaitent

faire réaliser des travaux d’entretien ou de rénovation

dans leurs immeubles. Bien souvent,

les professionnels compétents et disponibles

manquent pour répondre dans les

délais à des appels d’offre parfois complexes.

Copropriété & Travaux a inscrit dans sa ligne

éditoriale la création d’un dialogue intelligent

et constructif entre ces différents interlocuteurs.

Souhaitons-lui longue vie…

72 faire faire

Printemps 2007

s’informer

À VISITER

Le grand rendez-vous

de la construction bois

rassemblera à Grenoble

plus de 200 exposants

dans les domaines de la

construction bois mais

également des énergies

renouvelables.

Réchauffement du climat, hausse du coût des énergies fossiles, incitations

fiscales et subventions des collectivités territoriales : cette combinaison

de facteurs a pour résultat une hausse spectaculaire du parc

des appareils utilisant les énergies renouvelables avec des taux de

progression de deux à trois chiffres. Qu’il s’agisse de bois énergie (et

en particulier le chauffage automatique au bois) ou d’énergie solaire

(chauffe-eau, centrale photovoltaïque, pompe à chaleur géothermique),

ces quatre jours vous permettront de faire un tour complet des solutions

techniques ainsi que des aides financières et des crédits d’impôt.

Tél. 04 76 39 66 00 – www.salondubois.com

Rendez-vous incontournable

des fans de la maison, la

Foire de Paris, millésime

2007, reprend, en les améliorant

d’année en année,

tous les grands thèmes qui

ont fait le succès de cette

manifestation pas comme

les autres. Trois sujets réellement

d’actualité devraient

retenir votre attention : les

solutions rénovation et l’univers

de la piscine dans le

hall 1 ainsi que tout le secteur “chauffage, climatisation et traitement

de l’eau” dans le hall 2. Préparez vos bonnes “baskets” et le sac à dos

ad hoc !

Paris Expo – Porte de Versailles – www.foiredeparis.fr

À LIRE

SUR LE NET

www.desvres.com

Désormais, le portail Internet de

Desvres est conçu pour centraliser

toutes les informations des différentes

activités du groupe et

pour diriger le visiteur vers les

deux sites spécialement dédiés aux

colles et aux carrelages. Pour ces

derniers, par exemple, le fabricant

a mis en ligne ses plus belles collections

de céramiques dans des

ambiances uniques et animées. Classées en deux catégories “Habillez vos murs”

et “Le design à vos pieds”, vous pouvez ainsi visualiser les gammes de carrelage

en grès, faïences et mosaïques. S’y ajoutent des conseils personnalisés présentés

sous forme d’encadrés courts et de visuels animés.

www.salledebains-selles.fr

Imaginez votre salle de bains selon votre style

de vie… Avant-gardiste, nostalgique, contemporain,

urban ou Royan sont les cinq familles proposées

par le nouveau site Internet de Selles.

Si vous souhaitez seulement changer le lavabo,

optez pour une vasque tendance ou rêvez d’une

nouvelle baignoire, la recherche par types de

produits répondra à votre attente. Côté réseau, une carte des salles d’exposition et

des distributeurs français permet de situer le revendeur le plus proche de chez vous.

RÉGLEMENTATION

est enfin fait ! Le 25 janvier dernier, le Sénat a adopté

C’ la proposition de loi sur l’installation obligatoire

des détecteurs de fumée dans les habitations privatives.

Première cause de mortalité des enfants de moins de 5

ans en France, les incendies domestiques ont doublé ces

20 dernières années et font tous les ans 10 000 victimes

dont 460 décès (source : InVS). Et pourtant, nombreuses

sont les instances qui ont pris la mesure du danger et multiplient

les initiatives d’information et de prévention. À noter que

moins de 3 % des ménages français ont équipé leur habitation d’un DAAF, alors

que le taux d’équipement atteint 98 % en Norvège, 95 % aux États-Unis, 89 % au

Royaume-Uni, 50 % aux Pays-Bas. N’hésitez plus à vous équiper surtout quand on

sait que leur prix est vraiment abordable… (moins de 20 €).

Limiter l’accès à la piscine aux très jeunes enfants

par l’installation de systèmes de sécurité

(abris, alarmes, barrières ou couvertures) est un

moyen souvent sûr de prévenir les risques d’accident.

Outre une surveillance assidue assurée

par les adultes, apprendre à nos chers bambins les

rudiments de natation pour se familiariser avec

l’eau est certainement la meilleure solution pour

éviter une tragédie. Piscines Carré Bleu vient

d’éditer un livret mettant en scène Poxi, un gentil

personnage qui s’adresse aux enfants pour leur

apprendre les usages de la piscine en s’amusant.

Disponible gratuitement chez tous les revendeurs de la marque.

Empruntez à 1,5 %

Le prêt Pass-Travaux® (plafonné à 8 000 €) proposé par le GIC, finance la plupart des travaux

du logement : agrandissement, remise aux normes, décoration… Les chantiers de copropriété

votés en assemblée (installation d'ascenseurs, ravalement, chauffage, parties communes

et escaliers, aires de jeux…), ainsi que les travaux d'accessibilité et d'adaptation du

logement pour les personnes handicapées physiques, les personnes âgées ou à mobilité réduite.

Sont expressément exclus les travaux portant sur les surfaces non habitables des parties

privatives (garage, piscine, jardin, cave…), les installations de mobilier et d’électroménager

(placard, cuisine intégrée…). Les conditions d’obtention du prêt sont simples et rapides

en consultant le site Internet ou en appelant l’une des 12 permanences régionales.

Pour plus de renseignements : www.gicdirect.fr ou www.gic.fr


Faites appel,

en toute confiance,

à une Entreprise

Qualifiée Qualisport,

spécialisée

Sport & Loisir

Sécuriser et valoriser ainsi votre

patrimoine en toute confiance

Liste des entreprises sur site : www.qualisport.fr - Mail : qualisport@wanadoo.fr - Tél. 01 53 33 84 90

Pour réaliser,

sans souci,

une piscine privée,

un tennis ou

une installation

ludique

Pour plus

d’information

utilisez notre

service lecteur

(carte réponse)

et consultez nos

magazines sur notre

kiosque en ligne :

www.reponsesmaison.com


courrier

Construire, rénover ou embellir vous impose des devoirs mais vous ouvre

aussi des droits. Cet environnement juridique concerne non seulement

vos rapports avec les professionnels, mais aussi avec votre voisinage.

Élagage d’une branche de l’arbre d’un voisin, partage des frais de réparation

d’un mur mitoyen, droit d’échafaudage sur la propriété voisine…

À chacune de ces questions, faire faire vous donne la réponse.

J

J

D

e vais souscrire un emprunt pour acheter un logement.

Étant assez pressé, puis-je accepter tout de suite l’offre

de prêt ?

En aucun cas. La Loi de 1979 impose un délai de dix jours entre l’offre

et l’acceptation du prêt. Et vous ne pouvez pas renoncer à cette disposition

protectrice. Le non-respect de ce délai entraîne la nullité

du contrat. La Cour de cassation a même une fois annulé un contrat

deux ans après sa signature, et alors même que le débiteur ne faisait

état d’aucun préjudice. (9 décembre 1997)

e vends ma résidence principale. Serai-je exonéré d’impôt

sur les plus-values ?

Ces plus-values sont effectivement exonérées. Normalement, le logement

doit être occupé par son propriétaire depuis la date d’acquisition.

À défaut, l’administration exige un délai d’au moins cinq ans

entre l’emménagement et la vente. Toutefois, aucune condition de

durée n’est exigée quand le contribuable justifie de circonstances exceptionnelles

: mutation, mariage, maladie, etc. Ces motifs sont appréciés

de façon très libérale sauf cas manifestement abusifs (spéculation,

occupation fictive, etc.). Mais l’occupation doit être effective

au moment de la vente, sous réserve d’un délai de quelques mois

correspondant au temps de négociation. Au-delà d’un an, vous devrez

justifier de circonstances particulières (état du marché, etc.).

ans quelles conditions un copropriétaire peut-il

“privatiser” une partie commune à usage exclusif ?

Une assemblée générale avait autorisé, à la majorité des voix, un

copropriétaire à construire une véranda sur un jardin, partie commune

dont il avait la jouissance exclusive. La Cour de cassation a rappelé

que les travaux qui aboutissent à une véritable “appropriation”

d’une partie commune exigent la majorité de deux tiers, même s’il

s’agit d’un lot à usage exclusif. (Arrêt du 8 novembre 2006)

74 faire faire

Printemps 2007

réalisées en partenariat avec le magazine “IMMOPRATIQUE”

L

U

S

a remise de l’avant-contrat par l’agent immobilier suffitelle

pour faire courir le délai de rétractation dont bénéficie

l’acheteur ?

On sait que l’acheteur non professionnel d’un logement bénéficie d’un

délai de rétractation à compter de la signature de l’avant-contrat.

Ce délai court à compter du lendemain de la présentation de la lettre

recommandée avec accusé de réception notifiant l’acte ou de sa remise

par un huissier ou un notaire. Dans une réponse ministérielle,

l’administration a précisé que la remise directe de l’acte contre récépissé

par le vendeur ou l’agent immobilier ne faisait pas courir le

délai de rétractation dans la mesure où il ne présentait pas les mêmes

garanties. (Joan, 5 octobre 2004)

ne association de riverains peut-elle contester la validité

d’un permis de construire délivré par la mairie ?

Depuis la loi du 13 juillet 2006, une association ne peut contester

en justice un permis de construire que si ses statuts ont été déposés

en préfecture avant que la demande de permis soit affichée en

mairie. En outre, si les constructions ne respectent pas les prescriptions

du permis de construire, aucune contestation ne pourra

être introduite passé un délai de dix ans, sauf exceptions.

uis-je engagé si mon conjoint souscrit un emprunt pour

acheter un bien immobilier ?

Sous le régime légal de la communauté, le conjoint qui souscrit un

emprunt ne peut engager les biens communs qu’avec le consentement

exprès de l’autre conjoint. Le fait que ce dernier ait signé une

fiche de renseignements jointe au formulaire du prêt ne peut être assimilable

à un accord en bonne et due forme. Dès lors que l’acte de

prêt est signé par un seul conjoint, les biens communs ne sont pas

engagés. (Cour de cassation, arrêt du 28 novembre 2006)


J’

L’

L

E

habite le rez-de-chaussée d'une copropriété.

Dois-je participer aux frais d'installation d'un ascenseur ?

La décision d'installer un ascenseur dans une copropriété est prise

par l'assemblée générale selon les règles de majorité fixées par la

loi du 10 juillet 1965. Vous pourrez participer aux votes, mais vous

n'aurez, de toutes façons, rien à payer, ni pour l'installation, ni pour

le fonctionnement de l'ascenseur.

En effet, la répartition des frais est effectuée en fonction du surcroît

de confort et de la plus-value potentielle retirée par chaque propriétaire.

En pratique, la quote-part de la copropriété est multipliée par un

coefficient d'étage. Exemple : les propriétaires du 5 e étage pourront

prendre en charge le quart du coût alors que ceux du 1 er étage ne

paieront que 5 %. En revanche, vous pouvez avoir à participer si l'ascenseur

dessert le sous-sol ou les parkings.

intégration d’une cuisine équipée dans un logement

achevé depuis plus de trois ans est-elle considérée comme

une dépense d’amélioration ?

Oui, a répondu le tribunal administratif de Dijon, pour qui cette dépense

est donc déductible des revenus fonciers, bien que le mobilier

acheté soit ainsi intégré à la construction. (28 février 2006)

a garantie des vices cachés exige-t-elle que l’acheteur

vérifie l’ensemble du bien avant de signer ?

En principe oui. Mais une affaire récente montre les limites de ce principe.

L’acheteur d’une maison dont les combles étaient infectés par

des insectes xylophages avait demandé des dommages et intérêts

sur la base de la garantie des vices cachés. Dans un premier temps,

une Cour d’appel avait donné raison au vendeur en soulignant que

l’acheteur aurait dû visiter les combles, dont l’accès était difficile

mais pas impossible, et se faire assister par un expert. Une décision

censurée par la Cour de cassation : on ne peut exiger d’un acheteur

non spécialiste de se faire assister par un expert, ni lui imposer

une visite acrobatique de toutes les parties de la maison. Un vice est

légalement “caché” quand il ne peut être découvert par un profane

dans des conditions normales d’examen.

(Cour de cassation, arrêt du 27 octobre 2006)

n tant que propriétaire, est-ce que je peux bénéficier d’une

exonération de taxe foncière si mon local n’est pas loué ?

Un propriétaire peut bénéficier d’une exonération temporaire de taxe

foncière quand un local destiné à la location reste vacant pendant

plus de trois mois. À condition que cette vacance soit totalement indépendante

de sa volonté. Ce qui n’est pas le cas lorsque le propriétaire

en question n’exécute pas les travaux nécessaires à la remise

en état du bien : faute d’avoir rendu le bien propre à la location,

il ne peut bénéficier de l’exonération de taxe foncière.

(Conseil d’État, arrêt du 26 juillet 2006)

Q

E

P

U

Mémento

ue se passe-t-il quand la surface mentionnée dans l’acte

est inférieure à la surface réelle de l’appartement ?

En cas de vente d’un appartement en copropriété, le vendeur peut

réclamer une réduction de prix s’il constate que la surface mentionnée

dans l’acte est inférieure à la réalité. Il peut également demander

à l’administration fiscale une restitution des droits de mutation

acquittés à tort. La demande doit être formulée au plus tard le 31 décembre

de la deuxième année suivant celle du jugement ou de l’accord

amiable entre les parties.

n cas de nouveau bail, le propriétaire peut-il réclamer

des réparations au titre des dommages causés au cours

des baux précédents ?

Le locataire est responsable des dégradations et dommages commis

dans le logement, y compris quand ils sont causés par des tiers,

notamment des employés (femmes de ménage, plombier, déménageurs,

etc.). La Cour de cassation a, en outre, précisé que le propriétaire

peut parfaitement conclure un nouveau bail avec un locataire

sans pour autant renoncer à lui demander réparation pour les

dommages causés au titre des baux antérieurs.

(Arrêts des 8 décembre 1999 et 19 janvier 2000)

uis-je faire annuler une promesse de vente maintenant

que j’ai appris que l’Assemblée Générale de copropriété

avait voté un ravalement ?

Dans une affaire récente, un acheteur avait demandé l’annulation

pour “dol” d’une promesse de vente et la restitution de l’indemnité

d’immobilisation versée, prétendant que le vendeur lui avait dissimulé

le vote d’un ravalement par l’Assemblée Générale de copropriété.

La justice a rejeté sa demande dans la mesure où le vote était intervenu

après la signature de l’avant-contrat et qu’en tout état de cause,

l’acheteur aurait pu insérer une clause suspensive en ce sens

dans l’avant-contrat puisqu’il était accompagné d’un conseil au moment

de la signature. En effet, il ne peut y avoir “dol” qu’en cas de

dissimulation volontaire d’information.

(Cour d’appel de Paris, arrêt du 17 janvier 2006)

n usufruitier peut-il donner des locaux commerciaux

en location ?

Sans l’accord du nu-propriétaire, l'usufruitier ne peut pas conclure

un bail commercial pour des locaux affectés à un autre usage dans

la mesure où ce changement d’affectation altère la valeur même du

bien en question. En revanche, en cas de refus du nu-propriétaire,

les tribunaux peuvent, dans certains cas, autoriser à l’usufruitier la

conclusion d’un tel contrat, par exemple pour permettre la poursuite

d’une exploitation. (Cour de cassation, arrêt du 2 février 2005)

faire faire 75

Printemps 2007


Complétez votre documentation

conseils

NOUVELLE FORMULE !

investir dans

la pierre

pratiques

COPROPRIÉTÉ

Calculer

ses charges

CONSTRUIRE

SA MAISON

Comment

vérifier

la surface

du terrain

EMPRUNT

S’endetter

après 60 ans ?

14ème année Trimestriel • N°60 • Mars-Avril 2007

INVESTIR dans

LA PIERRE

nos conseils pour constituer

un patrimoine immobilier

Faut-il acheter maintenant ? • Les choix à

faire avant d’investir • Emprunter ou payer

comptant ? • Le nouveau régime Borloo •

Les montages fiscaux les plus performants

• Les SCPI • Le viager • Les Dom-Tom...

EMPRUNT

juriconso

IMMOBILIER

Trimestriel - N°28

immobilier

EMPRUNTER

aux meilleures conditions

■ Crédits : les règles légales

■ Négocier au mieux son prêt

■ Les atouts du prêt à taux zéro

■ L’épargne-logement

■ Les aides pour les travaux

■ Caution ou hypothèque ?

■ Le poids des assurances...

➤ VOISINAGE : comment

bien défendre vos droits

➤ PLUS-VALUE PROFESSIONNELLE

les régimes d’exonération

➤ CONGÉS PAYÉS :

les règles à connaître

➤ LICENCIEMENTS :

l’opinion des tribunaux

7ème année - Décembre-Février 2007

NOUVEAU !

côté

Mars-Mai 2007

CONSO

N°2Trimestriel-N°2

immobilier

comment payer moins d’impôts

Les revenus

fonciers

Le régime Borloo

Les locations

meublées

Indivision &

Usufruit

Les plus-values

IMPRIMÉ EN FRANCE

Taxe foncière :

les exonérations

Location & TVA

Les travaux

déductibles

et aussi...

Les droits et

devoirs du syndic

Les avantages

du PEA

Période d’essai

et CDD

Peut-on modifier

vos horaires ?

NOUVELLE FORMULE !

(légiscope)

Trimestriel N°9

Mars-Mai 2007

Acheter un

logement

■ Démission,

attention aux

pièges !

■ Fraude et

carte bancaire:

qui doit payer ?

■ Prêt à taux

zéro : mode

d’emploi...

■ Copropriété :

les assemblées

générales

IMPRIMÉ EN FRANCE

ACHETER UN

LOGEMENT

Les points à vérifier avant d’acheter ■

Les risques de l’offre d’achat ■

Avant-contrat : les précautions à

prendre ■ Logement neuf : les pièges à

éviter ■ Les obligations de l’acheteur ■

Les obligations du vendeur ■ Quand la

mairie préempte... ■ Les diagnostics

obligatoires avant la vente ■ Acheter en

concubinage ■ Calculer les droits de

mutation ■ Les frais annexes à l’achat ■

Surface : que faire en cas d’erreur ■

Déménagement : les formalités...

BON DE COMMANDE

NOM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Adresse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Commande ❐ CP 60 (6 euros) ❐ CC 2 (6 euros) ❐ CTC 2 (7 euros)

❐ JC 29 (6 euros) ❐ LS 9 (6 euros)

A retourner avec votre chèque (à l’ordre de Conseils) à : Conseils, 150 rue de la Source 60140 Labruyère

DONATION

juriconso

SUCCESSION

Trimestriel - N°29

8ème année - Mars-Mai 2007

donation

succession

nos conseils pour payer moins

■ Qui sont vos héritiers

■ A quoi sert le testament

■ Ce qu’il faut déclarer au fisc

■ Exonérations et allègements

■ Comment déduire les dettes

■ Accepter ou non un héritage

■ Tout sur les legs et donations...

■ Les dons avec conditions...

➤ PENSIONS ALIMENTAIRES

comment les déduire

➤ PATRIMOINE IMMOBILIER :

les atouts de la société civile

➤ TRAVAUX ET GARANTIES :

défendez vos droits !

➤ LES ENFANTS À CHARGE

des parents séparés

CP 60 aussi en kiosque CTC 1 aussi en kiosque JC 29 aussi en kiosque

JC 28 par correspondance LS 9 aussi en kiosque

acheter, louer, vendre,

construire, financer...

pour tout savoir sur

L’IMMOBILIER

rendez-vous sur le site

www.immobilierlogement.fr

vous y trouverez des dossiers

pratiques complets,

téléchargeables sur

votre ordinateur

ff


Printemps

2007

Estimez vos travaux courants en rénovation

Les prix sont libres, à vous de bien négocier !

Prix de l’heure, tout est justifiable

Si vous acceptez sans sourciller de régler des factures de garage à un tarif horaire de main-d’œuvre de 35 € TTC,

voire 55 € TTC, notamment en grande métropole régionale, êtes-vous prêt à accepter le même tarif pour un artisan du Bâtiment ?

Tout prix de vente de l’heure de main-d’œuvre se justifie. Sachez que pour 0,15 € de salaire versé à l’ouvrier, l’entreprise devra

vous facturer environ 0,61 € pour gagner honorablement sa vie. De plus, les conditions d’exécution propres à chaque chantier,

l’éloignement, le choix des matériaux et techniques appropriés, sont autant de paramètres qui peuvent influer sur le prix final

du devis ou de la facture.

NOTRE CONSEIL : ne cherchez pas systématiquement le professionnel qui vous proposera une offre de prix anormalement basse…

Tout est-il bien prévu pour éviter des travaux supplémentaires hors devis ? Tout sera-t-il réalisé dans les règles de l’art ?

Privilégiez sans hésitation la qualité et… les références !

Pourquoi des

prix de l’heure

différents ?

Pour le même type

de travaux, le prix de l’heure

est le paramètre principal

justifiant les écarts

d’une estimation à une autre.

Nos estimations sont basées sur

des prix de vente

de l’heure généralement

pratiqués en France

métropolitaine,

en zone “rurale”

et dans les “grandes villes”.

Édition

2007

TVA à 5,5 %

davantage de travaux

pour moins d’argent…

mais à quelles conditions ?

Ce taux s’applique à tous les travaux d’amélioration,

de dépannage, de rénovation ou d’aménagement

pour des chantiers effectués par des professionnels

dans des locaux privés de plus de 2 ans.

Attention !

Dans nos estimations, ne sont jamais inclus

les suppléments liés aux éventuels frais de déplacement.

CHIFFREZ TOUS VOS TRAVAUX D’ENTRETIEN, DE MAINTENANCE ET DE DÉPANNAGE

La nouvelle Cote de FAIRE FAIRE

éditée en partenariat avec SEM-BTP

Cet ouvrage regroupe plus de 1 000 prix !

Pour vous procurer ce recueil indispensable et profiter d’un tarif préférentiel,

remplissez le bon de commande à la fin des “extraits de la Cote” page 91

faire faire 77

Printemps 2007


Maçonnerie

L’ESTIMATION (basse et haute) a pour base

le prix de vente TTC de l’heure de main-d’œuvre :

TravauxPréparatoires

• DÉPOSE - DÉMOLITION

ÉLÉMENTS EXTÉRIEURS

DÉPOSE SUR TOITURES

SOUCHES DE CHEMINÉES ET DIVERS

- Démolition de solins ML 1,00 1,00 1,00 1,00

- Dépose d'étanchéité de sortie de cheminée U 18,00 18,00 19,00 23,00

- Démolition de souches de cheminées en boisseau hauteur


L’ESTIMATION (basse et haute) a pour base

le prix de vente TTC de l’heure de main-d’œuvre :

CRÉATIONS D'OUVERTURES EXTÉRIEURES

Travaux comprenant : percement, appuis, tableaux, prélinteaux, raidisseur verticaux, linteaux.

- Pour fenêtre 950 x 800 mm dans un mur en blocs béton ou briques

épaisseur


Maçonnerie

L’ESTIMATION (basse et haute) a pour base

le prix de vente TTC de l’heure de main-d’œuvre :

ZONERURALE GRANDESVILLES

36,22 € à 36,71 € 38,81 € à 45,71 €

basse haute basse haute

EN MOELLONS DE CARRIÈRE

Hourdés au mortier de ciment.

Moellons de récupération M3 543,00 550,00 579,00 676,00

003370 Moellons appareillés M3 579,00 587,00 618,00 722,00

Changement de moellons ou repose de moellons U 55,00 56,00 59,00 70,00

Reprise de joints M2 44,00 44,00 47,00 55,00

EN ÉLÉMENTS SPÉCIAUX

CLAUSTRAS TERRE CUITE OU BÉTON M2 39,00 39,00 41,00 48,00

BRIQUES DE VERRE

- Épaisseur 50 mm M2 32,00 33,00 34,00 40,00

- Épaisseur 100 mm M2 51,00 52,00 54,00 63,00

- Cloison briques épaisseur 80 mm M2 39,00 39,00 41,00 48,00

TRAVAUX PARTICULIERS

DÉPOSE

- Descellement de grille de ventilation U 25,00 26,00 27,00 32,00

- Dépose de gouttière pendante ML 5,00 5,00 5,00 6,00

- Dépose de descente E P ML 5,00 6,00 6,00 7,00

- Dépose de dauphin en fonte U 19,00 19,00 21,00 24,00

- Rebouchage du trou après descellement d'un accessoire U 2,00 2,00 2,00 2,00

POSE OU REPOSE

Compris consommables non compris fournitures et percements

pour les grilles de ventilation.

- Repose de grille de ventilation ou ventouse U 7,00 7,00 8,00 9,00

- Repose de gouttière pendante ML 7,00 7,00 8,00 9,00

- Repose de descente d'eau pluviale ML 5,00 6,00 6,00 7,00

- Repose de dauphin en fonte U 27,00 28,00 29,00 34,00

REMISE EN ÉTAT DU TERRAIN

Ces travaux ne sont destinés qu'à laisser un chantier propre sans dégradations.

- Nettoyage carrelage/béton M2 1,00 1,00 1,00 1,00

- Nettoyage et remise en état des plantations (sans fournitures)

le long de la façade ML 5,00 5,00 5,00 6,00

- Remise en état de pelouses après travaux M2 8,00 8,00 8,00 10,00

RÉPARATIONS

Compris consommables.

CONSOLIDATION DU SUPPORT

- Couche d'impressions pigmentée, acrylique aqueuse PANTIPRIM

(consommation 0,070 l/m2) M2 3,00 3,00 4,00 4,00

TRAITEMENT DES FISSURES

TRAVAUX PRÉPARATOIRES

- Ouverture de fissures dans des matériaux durs M2 7,00 7,00 8,00 9,00

- Pose de témoin sur fissure U 9,00 9,00 10,00 12,00

TRAITEMENT DES FISSURES SANS INFILTRATION

- Réparation de fissures sans infiltration


L’ESTIMATION (basse et haute) a pour base

le prix de vente TTC de l’heure de main-d’œuvre :

Raccord d'enduit tyrolien M2 15,00 15,00 16,00 18,00

Raccord d'enduit hydraulique M2 37,00 38,00 40,00 47,00

Raccord de revêtement plastique épais M2 30,00 30,00 31,00 35,00

Raccord de peinture M2 18,00 18,00 19,00 22,00

Changement ou repose de moellons U 55,00 56,00 59,00 70,00

Changement ou pose de briques de façades U 8,00 8,00 9,00 10,00

Jointoiement avec incorporation d'hydrofuge liquide sur mur briques pleines

avec joints arasés M2 39,00 39,00 41,00 48,00

Reprise de joints de moellons ou briques y compris piochage M2 44,00 44,00 47,00 55,00

STRUCTURES

Prendre la surface hors œuvre pour faire le calcul de votre estimation.

MURS EN AGGLOMÉRÉS DE CIMENT

Structure en élévation comprenant :

Maçonnerie en blocs de béton de granulats courants épaisseur 0.20 m avec :

• À l'extérieur

- Soit un revêtement plastique épais ribbé rond application manuelle (RPE) sur un enduit ciment

au mortier bâtard avec dégrossi

- Soit un enduit hydraulique monocouche projeté taloché directement sur la maçonnerie brute

- Soit l'entourage des menuiseries, les chaînes d'angles, les corniches en pierre, et un enduit

hydraulique monocouche projeté taloché directement sur la maçonnerie brute

• À l'intérieur

- Soit un doublage par contre-cloison à ossature métallique à simple parement en plaque de

plâtre BA 13 (DH 113/F47) avec isolation laine de verre 100 mm, avec traitement des joints

- Soit un doublage par complexe thermo-acoustique XTHERM 32 10 + 60 mm,

avec traitement des joints

AVEC CONTRE-CLOISONS

- En plaques de plâtre et enduits extérieurs RPE M2 236,00 238,00 248,00 279,00

- En plaques de plâtre et enduits extérieurs hydrauliques M2 205,00 207,00 215,00 240,00

- En plaques de plâtre et enduits extérieurs décoratifs M2 395,00 398,00 410,00 452,00

AVEC DOUBLAGES COLLÉS

- En plaques de plâtre et enduits extérieurs RPE M2 214,00 216,00 225,00 254,00

00005313 - En plaques de plâtre et enduits extérieurs hydrauliques M2 183,00 185,00 192,00 215,00

- En plaques de plâtre et enduits extérieurs décoratifs M2 369,00 372,00 384,00 422,00

MURS EN BRIQUES CREUSES (TERRE CUITE)

Structure en élévation comprenant :

Maçonnerie en briques creuses terre cuite (maçonnerie traditionnelle) épaisseur 0.20 m avec :

• À l'extérieur

- Soit un revêtement plastique épais ribbé rond application manuelle (RPE) sur un enduit

ciment au mortier bâtard avec dégrossi

- Soit un enduit hydraulique monocouche projeté taloché directement sur la maçonnerie brute

- Soit l'entourage des menuiseries, les chaînes d'angles, les corniches en pierre, et un enduit

hydraulique monocouche projeté taloché directement sur la maçonnerie brute

• À l'intérieur

- Soit un doublage par contre-cloison à ossature métallique à simple parement en plaque de plâtre

BA 13 (DH 113/F47) avec isolation laine de verre 100 mm, avec traitement des joints

- Soit un doublage par complexe thermo-acoustique XTHERM 32 10 + 60 mm,

avec traitement des joints

La Cote

ZONERURALE GRANDESVILLES

36,22 € à 36,71 € 38,81 € à 45,71 €

basse haute basse haute

AVEC CONTRE-CLOISONS

- En plaques de plâtre et enduits extérieurs RPE M2 207,00 209,00 216,00 240,00

- En plaques de plâtre et enduits extérieurs hydrauliques M2 177,00 178,00 183,00 202,00

- En plaques de plâtre et enduits extérieurs décoratifs M2 364,00 367,00 377,00 411,00

faire faire 81

Printemps 2007


Maçonnerie

L’ESTIMATION (basse et haute) a pour base

le prix de vente TTC de l’heure de main-d’œuvre :

AVEC DOUBLAGES COLLÉS

- En plaques de plâtre et enduits extérieurs RPE M2 185,00 187,00 193,00 215,00

- En plaques de plâtre et enduits extérieurs hydrauliques M2 154,00 155,00 160,00 176,00

- En plaques de plâtre et enduits extérieurs décoratifs M2 342,00 344,00 354,00 386,00

MURS EN “THERMOPIERRE” (YTONG - SIPOREX)

Structure en élévation comprenant :

maçonnerie en blocs de béton cellulaire (PYS) épaisseur 0.20 m avec :

• À l'extérieur

- Soit un revêtement plastique épais ribbé rond application manuelle (RPE)

sur un enduit ciment au mortier bâtard avec dégrossi

- Soit un enduit hydraulique monocouche projeté taloché directement

sur la maçonnerie brute

- Soit l'entourage des menuiseries, les chaînes d'angles, les corniches en pierre,

et un enduit hydraulique monocouche projeté taloché directement

sur la maçonnerie brute

• À l'intérieur

- avec ratissage intérieur 2 passes

- Murs en blocs épaisseur 25 cm et enduits extérieurs hydrauliques M2 178,00 179,00 184,00 199,00

- Murs en blocs épaisseur 30 cm et enduits extérieurs hydrauliques M2 206,00 207,00 212,00 228,00

MURS EN PIERRES APPARENTES AVEC JOINTS

Structure en élévation comprenant :

Maçonnerie en pierres apparentes en moellons bruts épaisseur 0.30 m

1 face apparente avec :

• À l'extérieur

- Soit les joints à l'éponge

- Soit les joints au fer

• À l'intérieur

- Soit un doublage par contre-cloison à ossature métallique à simple parement

en plaque de plâtre BA 13 (DH 113/F47) avec isolation laine de verre 100 mm,

avec traitement des joints

- Soit un doublage par complexe thermo-acoustique XTHERM 32 10 + 60 mm,

avec traitement des joints

CONTRE-CLOISONS

- À l’éponge avec contre-cloisons en plaques de plâtre M2 541,00 547,00 572,00 655,00

- Au fer avec contre-cloisons en plaques de plâtre M2 501,00 507,00 530,00 606,00

DOUBLAGES COLLÉS

- À l'éponge avec doublage collés en plaques de plâtre M2 493,00 499,00 522,00 598,00

- Au fer avec doublage collés en plaques de plâtre M2 490,00 496,00 519,00 595,00

MURS EN COLOMBAGE EN CHÊNE

Structure en élévation comprenant :

Pan de bois en chêne massif comprenant colombes, décharges, tournisses

et entretoises, remplissage du pan de bois en bloc de béton cellulaire compris

l’étanchéité entre les bois et le remplissage avec :

• À l'extérieur

- Un enduit rustique bâtard sur dégrossi.

• À l'intérieur

- Soit un doublage par contre-cloison à ossature métallique à simple parement

en plaque de plâtre BA 13 (DH 113/F47) avec isolation laine de verre 100 mm,

avec traitement des joints.

- Soit un doublage par complexe thermo-acoustique XTHERM 32 10 + 60 mm,

avec traitement des joints.

CONTRE-CLOISONS

- Murs en colombage en chêne M2 365,00 368,00 381,00 423,00

DOUBLAGES COLLÉS

- Murs en colombage en chêne M2 339,00 342,00 354,00 393,00

82 faire faire

Printemps 2007

ZONERURALE GRANDESVILLES

36,22 € à 36,71 € 38,81 € à 45,71 €

basse haute basse haute


L’ESTIMATION (basse et haute) a pour base

le prix de vente TTC de l’heure de main-d’œuvre :

MURS EN PIERRES DE TAILLE

Structure en élévation comprenant :

Maçonnerie en pierres de taille épaisseur 0.30 m 1 face apparente avec :

- à l'extérieur

* Les joints à l'éponge

- à l'intérieur

* Soit un doublage par contre-cloison à ossature métallique à simple parement en plaque de plâtre

BA 13 (DH 113/F47) avec isolation laine de verre 100 mm, avec traitement des joints

* Soit un doublage par complexe thermo-acoustique XTHERM 32 10 + 60 mm, avec traitement

des joints

CONTRE-CLOISONS

Murs en pierre de taille avec contre-cloisons en plaques de plâtre M2 596,00 602,00 629,00 719,00

DOUBLAGES COLLÉS

Murs en pierre de taille avec doublage collés en plaques de plâtre M2 548,00 554,00 580,00 662,00

MURS EN BRIQUES PLEINES (TERRE CUITE)

Structure en élévation comprenant :

Maçonnerie en briques terre cuite pleine épaisseur 0.22 m

* Soit briques terre cuite de parement

* Soit briques terre cuite à l'ancienne avec :

- à l'extérieur

* Les joints au fer

- à l'intérieur

* Soit un doublage par contre-cloison à ossature métallique à simple parement en plaque de plâtre

BA 13 (DH 113/F47) avec isolation laine de verre 100 mm, avec traitement des joints

* Soit un doublage par complexe thermo-acoustique XTHERM 32 10 + 60 mm, avec traitement

des joints

CONTRE-CLOISONS

- Avec contre-cloisons en plaques de plâtre M2 497,00 501,00 517,00 573,00

- En briques pleines à l'ancienne (terre cuite) avec contre-cloisons

en plaques de plâtre M2 512,00 516,00 535,00 597,00

DOUBLAGES COLLÉS

- En briques pleines de parement (terre cuite) avec doublage collés

en plaques de plâtre M2 485,00 489,00 506,00 561,00

- En briques pleines à l'ancienne (terre cuite) avec doublage collés

en plaques de plâtre M2 501,00 505,00 524,00 586,00

BON DE COMMANDE

(cochez la case de votre choix)

Je désire m’abonner pour UN AN

à FAIRE FAIRE (4 n os ) et recevoir

la Cote de FAIRE FAIRE,

le tout pour ................... 47,00 € TTC

Je suis déjà abonné à FAIRE FAIRE,

je ne règle que ........... 25,00 € TTC

Je ne souhaite que la Cote de

FAIRE FAIRE ................. 40,50 € TTC

Franco de port

Ci-joint mon règlement à l’ordre

de FAIRE FAIRE par chèque bancaire

ou postal de : .........., ....... €

Date :

Signature :

La Cote de FAIRE FAIRE (plus de 1 000 prix pour les particuliers)

FF 44

Nom............................................................................................................

Prénom.......................................................................................................

Adresse ......................................................................................................

...................................................................................................................

...................................................................................................................

Code postal ................................................................................................

Ville.............................................................................................................

FAIRE FAIRE

26/28, rue de la Providence • 75013 PARIS

La Cote

ZONERURALE GRANDESVILLES

36,22 € à 36,71 € 38,81 € à 45,71 €

basse haute basse haute

Pour tous renseignements, joignez le service abonnement ouvert

du mardi au vendredi de 9 h 30 à 17 h 00

Frédérique Garbez : 01 45 89 22 22

faire faire 83

Printemps 2007


Maison de demain

84 faire faire

Printemps 2007

Passive ou écologique ?

Un débat est aujourd’hui ouvert sur les termes désignant la possible maison de demain,

celle qui devra respecter l’occupant, préserver l’environnement et avoir un impact mesuré

sur la ressource, parce que le public, mieux informé, est attentif à la qualité de l’air, de l’eau,

que sa sensibilité aux questions d’environnement s’est considérablement développée,

et que les ressources, pour la plupart, sont en quantité limitée.

On parle de maison

passive en regardant

du côté de

l’Allemagne en raison du

label Passivhaus, né en

1989 à Darmstadt. Des

pionniers, en France, ont

depuis les années 70,

contribué à développer

des maisons passives en

s’inspirant souvent des

travaux de chercheurs

comme Edward Mazria,

architecte américain.

“Les constructions passives

sont simples de

conception et d’emploi :

elles comportent peu

d’éléments en mouvement

et n’exigent pas

d’entretien, ou si peu. De

plus, elles n’engendrent

pas de pollution thermique,

puisqu’elles n’exigent

pas la combustion

d’énergie fossile et ne

produisent ni déchets, ni

gaspillage. Et comme

l’énergie solaire se caractérise par une répartition uniforme et bien pratique

à travers le monde, elle rend inutile un réseau coûteux de distribution de

l’énergie”. (Edward Mazria, Le guide de la maison solaire. Voir “Bibliographie”)

Il n’est pas question ici d’utilisation de produits à faible impact environnemental.

La superstructure de cette réalisation exceptionnelle en France est une ossature bois plate-forme type

MBOC (Maisons Bois Outils Concept) développée par le CNDB. Elle a été portée à 220 mm d'épaisseur,

au lieu des 120 mm habituels, ceci afin d'apporter une épaisseur supplémentaire pour l'isolation.

Le système retenu entre les montants d'ossature est à base de ouate de cellulose.

De plus, ces murs sont isolés depuis l’extérieur par 150 mm de polystyrène, support d'un crépi.

Les Airelles – tél. 02 32 89 04 54 – www.lesairelles.fr

MAISONS BIOCLIMATIQUES ET ÉCOLOGIQUES

Jean-Pierre Oliva et Samuel Courgey rapprochent les deux notions :

“L’approche écologique se fonde sur une conception globale de l’habitat

considéré comme un organisme vivant situé dans son environnement et réagissant

avec lui. Concernant la problématique thermique, cette approche

systémique de l’habitat, qui consiste à créer une enveloppe bâtie “vivant

Guy Archambault

avec le climat” inspirée

de l’approche des anciens,

s’est développée

depuis les années 1970

sous le nom de bioclimatisme”.

(La conception

bioclimatique, éditions

Terre Vivante 2006).

Ainsi aujourd’hui, la raison

devrait l’emporter, où

le seul critère énergétique

– pour important

qu’il puisse être – ne peut

suffire, et tous les labels

ayant celui-ci pour seule

référence ne suffiront pas

à répondre aux grands

enjeux auxquels nous

devons faire face.

ÉTANCHÉITÉ,

ISOLATION :

DUO GAGNANT

Concrètement, cette maison

aura une étanchéité

soignée. On s’est en effet

aperçu que l’étanchéité

à l’air avait une importance au moins équivalente à celle de l’isolation. Cela

suppose des principes constructifs fiables, mais également une mise en œuvre

rigoureuse. Le corollaire de l’étanchéité est le renouvellement d’air, tant

pour des raisons sanitaires que pour préserver le bâti. Il existe un certain nombre

de dispositifs naturels pour la maison passive, ou mécaniques.

Dans le premier cas, le puits climatique (canadien ou provençal) est celui qui

porte le plus d’espoirs (des études sont actuellement en cours au niveau

européen, pour mettre au point des règles de dimensionnement et des prescriptions

sanitaires). Il se compose d’une prise de l’air extérieur et d’une

conduite située dans le sol – entre 1,50 m et 2,00 m de profondeur – qui

amène dans l’espace habitable un air tempéré au contact du sol.

Les systèmes de ventilation mécanique les plus performants sont des systèmes

dits thermodynamiques qui prennent et rejettent l’air sur le toit, l’air sor-


Ces réalisations démontrent

qu’une maison passive peut

ressembler à n’importe quelle

autre. Outre l’emploi quasi

systématique de fenêtres à triple

vitrage, notez le soin apporté

à l’étanchéité des éléments

de doublage nécessaire

à l’obtention de performances

requises dans le Cahier des charges.

Toujours à la recherche

de nouvelles solutions techniques,

Velux a récemment

développé un concept d’habitation

proche de la maison

passive : Atika. En mettant en

œuvre des fenêtres de toit

motorisées reliées à une centrale

de gestion intelligente,

cette maison profite des

apports solaires en hiver pour

contribuer à réduire la facture

de chauffage, et génère une

ventilation naturelle en été pour refroidir l’atmosphère. Ce prototype grandeur

nature, qui fonctionne parfaitement, laisse entrevoir les futurs développements

que la marque devrait concrétiser dans les prochaines années

avec, comme préoccupation légitime, une régulation aussi naturelle

que possible des températures souvent extrêmes relevées dans les combles.

Encore plus de confort et d’économies à la clé !

Habitat & Environnement

tant communiquant ses calories à l’air entrant via un échangeur. Tous ces procédés

comportent des éléments filtrants qu’il convient d’entretenir régulièrement,

pour ne pas altérer la qualité de l’air.

Enfin, la maison sera conçue de telle façon qu’elle puisse bénéficier au maximum

des apports solaires gratuits, être isolée efficacement, les deux combinés

pour réduire les besoins de chauffage, voire les supprimer dans le

meilleur des cas. L’économie réalisée sur l’installation de chauffage (investissement

de l’ordre de 10 à 15 000 €) pourra être consacrée à d’autres

postes comme celui, primordial, de l’isolation. Deux grandes catégories sont

disponibles : l’isolation rapportée et l’isolation répartie. Dans le premier cas,

l’isolation pourra être intérieure, mais on connaît les limites des systèmes existants.

Par l’extérieur, la technique est très performante, mais elle demeure

encore peu utilisée en France. Il reste l’isolation répartie, une solution qui a

fait ses preuves : la maison est construite en bois (ossature, madriers ou

rondins), en brique Monomur de 37,5 ou 49 cm, en terre crue, en béton de

chanvre ou en béton cellulaire. Cela sans oublier les économies non négligeables

en terme d’utilisation puisque l’approvisionnement en énergie devient

marginal, surtout quand on imagine l’impact à venir du diagnostic de performance

énergétique. Un véritable progrès aussi bien en ce qui concerne l’aspect

“développement durable” que purement financier.

Quelques sites Internet Bibliographie

www.biovaloris.info

www.oikos.asso.fr

www.outilssolaires.com

www.approchepaille.fr

www.maisonpassive.be

www.lamaison passive.fr

http://resosol.org/SolPass/architecture

Les premières assises

de la Construction passive se tiendront

à Grenoble le 21 avril 2007

• Le guide de la maison solaire

Edward Mazria, éditions Parenthèses,

réédition mise à jour en 2005

• L’isolation écologique

Jean-Pierre Oliva,

éditions Terre Vivante, 2001

• Architectures durables

Pierre Lefèvre,

Edisud et Systèmes Solaires, 2002

• Architecture écologique

une histoire critique, James Steel,

Actes Sud, 2005

Guide raisonné de la Construction écologique 2007

Le guide fait désormais partie des outils de la

construction écologique, rédigé depuis 1994 par

des professionnels passionnés (militants ?). Il apporte

une information sur les matériaux et solutions

disponibles, ainsi que sur la mise en œuvre.

Une liste d’adresses des distributeurs en mesure

de fournir ces produits et équipements

complète le guide.

Cette 9 e édition de 2007, publiée en partenariat

avec le magazine La Maison Écologique, a

été revue, mise à jour et enrichie de nouvelles

sections avec plus de 1 600 produits sélectionnés,

analysés et présentés sur 290 pages. 16 €

Association Bâtir-Sain

Disponible par correspondance :

tél. 01 60 11 12 10

www.batirsain.org

faire faire 85

Printemps 2007


Chantier

La maison de Castres, conçue par l’architecte Mimi Tjoyas, représente

un bon compromis entre les deux approches, où les consommations

d’énergie, très suivies, sont optimisées dans le cadre d’une construction

où l’impact sur l’environnement et la préservation des ressources ont été

particulièrement pris en compte.

Le mot “puech” en toponymie désigne un sommet arrondi d’Occitanie, Auriol,

“un vent qui empêche la gelée”, et le nom du lieu-dit Crémissol, le “soleil qui

crame”. Le puech Auriol est un hameau de Castres. C’est là que nous trouvons

notre maison, sur une parcelle dominant le reste du village, exposée

plein sud. Dans ce cadre plutôt favorable, il a fallu se montrer inventif, le

budget imparti étant plutôt modeste : “Nous avons engagé cette construction

à la suite de problèmes de santé. Nous avions donc un budget mesuré, l’opération

étant plutôt contrainte. Nous souhaitions toutefois, par éthique et par

goût, construire une maison qui consomme peu d’énergie, et qui soit bâtie

sur les bases d’une approche en éco-construction. Pour optimiser tous ces

facteurs, un architecte s’imposait. Nous connaissions Mimi Tjoyas, et son

engagement sur ces sujets. Nous lui avons donc confié une mission minimale,

conception, implantation et démarches administratives. Pour le reste, nous

avons suivi les travaux, et assurons nous-mêmes les finitions, au gré de la

86 faire faire

Printemps 2007

Une maison économe

On parle souvent de “maison passive” pour désigner une maison dont la consommation

d’énergie est très basse, de l’ordre de 20 kWh/m2 /an pour le chauffage, en référence

à un label allemand, le label “Passivhaus” (d’où le nom).

Ces références sont quasi inexistantes en France car le concept à l’allemande recouvre

certaines réalités qui ne sont pas nécessairement compatibles avec la vision “culturelle”

française, notamment s’agissant de l’approche écologique. La maison solaire passive

en revanche est une réalité en France depuis près de 25 ans.

disponibilité des budgets et du temps”. La maison sera donc de plain-pied,

de 23,50 m de longueur et 6,40 m de large.

Malgré cela (le temps et les moyens ont fait défaut pour la décoration), l’essentiel

a été assuré, l’isolation et l’étanchéité de l’enveloppe soignées, la

serre construite dans un second temps, l’ensemble fonctionne plutôt bien, et

les résultats sont très satisfaisants.

UN PARTI RESPECTUEUX

DE L’ENVIRONNEMENT

Guy Archambault

Les choix constructifs, malgré certains

compromis inévitables, ont été dictés par

le souhait de s’inscrire dans une logique

de préservation de l’environnement et des ressources, à tous les stades,

conception (bioclimatique), construction (large place aux matériaux “écologiques”

et locaux), fonctionnement (maîtrise de l’énergie et des consommations

d’eau). Profitant des mouvements de terrain, l’architecte – dans un

souci d’efficacité énergétique – a enterré la face nord de la maison sur une

hauteur de l’ordre de 1,20 m (béton banché avec isolation pour prévenir les

risques de condensation). La construction est à ossature bois, sur dalle en

terre-plein. Les murs périphériques sont isolés à l’aide de ouate de cellulose

projetée (12 cm). Les revêtements intérieurs, lorsqu’ils sont achevés, sont


éalisés en lambris, voire panneaux de type “Triply”. La toiture est en panneaux

isolés (Unilin, mousse de polyuréthane extrudé de 15 cm), et la couverture

en bacs acier. Les fenêtres sont en aluminium à double vitrage, sauf

le coulissant sur la serre, en simple vitrage. La serre est en ossature acier à

simple vitrage.

Les eaux usées sont traitées par lit planté, sept bassins successifs, et rejet

en fossé. Les eaux de pluies sont récupérées dans une cuve de 11 m 3 en

béton, enfouie au nord. Les eaux de toiture tombent sur un filtre à sable

(épaisseur de 60 cm), avant d’être stockées dans la cuve. Elles sont utilisées

dans les toilettes, machine à laver et arrosage.

ÉNERGIE ET CONFORT

Les solutions constructives sont toujours

le fruit d’un compromis entre un idéal, les

objectifs, les capacités de réalisation locales et l’économie du projet. Cette

réalisation constitue une bonne illustration de la difficulté de concilier tous

ces facteurs. Pour préserver l’énergie tout en ménageant le confort des

occupants, la conception a été particulièrement soignée. Côté sud, les débords

de toit protègent du soleil d’été. Les ouvertures sud sont plus importantes

que celles qui se trouvent sur les autres façades (47 m 2 de vitrage

au sud, 8 m 2 sur l’ensemble des autres expositions). Le garage, installé au

nord, constitue un espace tampon efficace. Une disposition architecturale

de toiture à “redan” permet un éclairage en premier jour des pièces au

nord. Une serre a été créée deux années après la construction, conçue

par l’architecte et réalisée par le Maître d’ouvrage. Elle est positionnée au

sud, bien entendu, et conçue pour constituer un régulateur de confort pour

le logement (“notre chaudière solaire”, selon le Maître d’ouvrage).

Des ventilations sont ménagées en partie basse (vitrages

à volets), et en partie haute. Le profil de la serre favorise

l’effet cheminée et rend la surventilation, notamment nocturne,

très efficace. Une masse thermique a été réalisée à l’aide de

briques de terre crue en fond de serre, mais également dans

toutes les chambres et l’espace cuisine, laquelle permet de

stocker la chaleur le jour, et éventuellement la restituer

pendant les nuits fraîches. Ainsi, même en hiver, dès que

le soleil frappe ses vitres, la serre permet d’obtenir une

température de 23 à 24°C dans le logement, sans autre

apport.

UN BILAN INTÉRESSANT

Lorsque la maison a été

conçue (1999), les besoins

annuels de chauffage dans la région, pour 18°C à l’intérieur,

étaient estimés à 20 500 kWh, soit quelque

136 kWh/m 2 /an. Ici, les relevés effectués se confirment d’une

année sur l’autre, la consommation totale

est de 200 kg de propane et 3 stères de

bois. En tenant compte du bon rendement

de la chaudière (90 %), du rendement

moyen du poêle (50 %), du pouvoir calorifique

du bois (1 600 kWh au stère) et du

gaz (12,8 kWh/kg), on obtient une consommation

de l’ordre de 30 kWh/m 2 /an.

Quatre personnes vivent dans la maison régulièrement.

La consommation d’électricité

est de 3 400 kWh, soit environ 20 kWh/m 2 /an.

Il convient de noter que la maison abrite le

bureau de l’association IDRR où madame

travaille quasiment à plein temps. On sait

qu’un ordinateur consomme quelque 800 kWh

par an, ce qui relativise d’autant la consommation

électrique globale.

Habitat & Environnement

Ce bilan n’est pas exactement celui

qui est attendu en parlant de “maison

passive”, c’est un bilan de maison passive

solaire bien conçue et bien gérée.

Faut-il rappeler que les maisons

individuelles neuves de bonne qualité

ont en général des performances thermiques

situées plus près de 150 kWh/

m 2 /an, et que la RT 2005 conduit à

une performance de l’ordre de 80 à

100 kWh/m 2 /an, sans prescription particulière

quant aux choix constructifs.

De telles performances ont été atteintes

grâce, en grande partie, au travail

de l’architecte. Faut-il en conclure

que le renforcement des exigences,

tant en termes de performances que

d’impact sur l’individu et l’environnement,

conduise à avoir un recours systématique

à l’architecte ?

La maison du puech Auriol constitue

un exemple intéressant, par le fait que

la performance thermique soit associée

à une performance “écologique”.

La notion de “maison passive” est réductrice,

car elle ne tient compte que

Le confort d’été est intimement lié

à une bonne ventilation de l’habitation.

Les jalousies inférieures contribuent

à une circulation de l’air optimale

pour rafraîchir l’atmosphère.

de la thermique. Or, les moyens d’atteindre les objectifs sont parfois discutables

sur ce plan pour les professionnels de l’éco-construction. Si les deux

aspects pouvaient être conciliés, la France ferait alors figure de pionnier.

Le complément d’eau chaude et de chauffage,

ainsi que la cuisson, sont assurés au gaz

propane, le gaz de ville n’étant pas distribué là.

Un poêle à bois permet d’assurer le confort

des intersaisons.

4 m 2 de capteurs solaires complétant le dispositif

assurent près de 60 % des besoins en eau

chaude, particulièrement l’été lorsque

la chaudière est éteinte.

Le coût de la construction est

de l’ordre de 950 €/m 2 .

L’IDRR EN BREF

L’Institut de développement des

ressources renouvelables du Tarn

est une association qui travaille

à la promotion des énergies renouvelables

depuis plus de 20

ans, à travers des rencontres, colloques,

mais également des brochures,

l’organisation d’échanges

d’expériences, de visites de sites

et de réalisations, etc.

Elle anime l’Espace Info Énergie

du Tarn avec le CAUE.

tél. 05 63 59 89 22

idrr@wanadoo.fr

Mimi Tjoyas, architecte

tél. 04 68 52 92 55

mimi.tjoyas@club-internet.fr

faire faire

Printemps 2007 87


L’ANNUEL DES PRIX édite des bordereaux de prix pour le BTP

En 2007, nous sommes fiers de revendiquer la place de

LEADER dans les domaines clefs des bases de données du BTP.

Des produits adaptés, développés par les meilleurs spécialistes

dans chaque secteur d’activité.

LES TRAVAUX COURANTS

regroupés en fascicules selon les séquences traditionnelles et la nature des travaux

Construction, Rénovation et Réhabilitation

OUVRAGES GÉNÉRAUX SPÉCIFIQUES

• Construction de Maisons Individuelles (Tous corps d’état)

• Spécial Artisans Gros œuvre

• Spécial Artisans Second œuvre

• Spécial Artisans Équipements techniques

• Spécial Artisans Aménagements extérieurs

Ces éditions sont également disponibles en version NUMÉRIQUE, compatible

avec les logiciels devis/factures les plus représentatifs sur le marché.

DEMANDE DE DOCUMENTATION

Je désire recevoir de la documentation sur :

Les éditions “Papiers” de L’ANNUEL DES PRIX

Les éditions “Numériques” de L’ANNUEL DES PRIX

Logiciel SEM Gestion

Pour tous renseignements complémentaires

contacter M. Claude CHABER :

Tél : 04 75 81 27 42 • Tél portable : 06 09 50 58 30

Fax : 04 75 81 07 63

E-mail : annueldesprix@wanadoo.fr

LOGICIEL : SEM-GESTION

Logiciel de gestion analytique qui vous permet de connaître la rentabilité

de tous vos chantiers et plus globalement, celle de votre entreprise.

Société : .................................................................................................................

Nom et prénom : ...............................................................................................

Fonction : ...............................................................................................................

Activité principale de l’entreprise : ............................................................

Nombre de salariés : .......................................................................................

Adresse : .................................................................................................................

Tél : .........................................................................................................................

Fax : ..........................................................................................................................

Portable : ................................................................................................................

E-mail : ....................................................................................................................

À retourner sans tarder à :

L’ANNUEL DES PRIX – Immeuble Cime – 471, av. Victor Hugo - 26000 VALENCE


T oujours disponibles OFFRE SPÉCIALE D’ABONNEMENT

Sommaires

N°32 • 10 escaliers d’intérieur

• 10 receveurs de douches en XXL

• Faites entrer le “Bus” chez vous

• Des radiateurs côté déco

• Parquet ou revêtements en bois

• L’assainissement (version compacte)

• Les pompes de relevage

• Les sols en terre cuite

N°34 • 10 éviers en matériaux de synthèse

• Prises et interrupteur

• L’arrosage en toute liberté

• Les bardages

• Portes intérieures

• Les chaudières à ventouse

• Les escaliers escamotables

• Un adoucisseur d’eau

N°36 • 10 piscine hors sol

• 10 serrures de sécurité

• Avec le PVC, laissez vos sols

s’exprimer

• Combles perdus ? Pas toujours

• Le bois dans le jardin

• Le chauffage électrique

• Les split-systèmes

• Les fenêtres en bois

N°37 • 10 cabines d’hydromassage

• 10 éclairages extérieurs

• Couleurs & matières (peinture)

• Se protéger du soleil

• Isolants de nouvelle génération

• Les Systèmes Solaires Combinés

• Le traitement de l’eau de piscine

• Les couvertures

N°38 • 10 portes de placard

• 10 chauffages d’appoint

• Traitement de charpente

• Structures et façade en brique

• Cloisons séparatives belles, légères

• Les automatismes

• La robinetterie électronique

• Les brûleurs fioul et gaz

N°39 • 10 meubles de salle de bains

• 10 volets battants

• Mieux ventiler pour avoir de l’air

• La quiétude d’une maison sécurisé

• Votre déco sculptée par la lumière

• Isolation acoustique en rénovation

• Un ballon d’eau chaude

• Une façade

N°40 • 9 portes d’entrée vitrées

• 9 abris de jardin en bois

• Sécurité des enfants

autour de la piscine

• Ouverture sous les combles

• Carrelage et terre cuite font salon

• La clim’ pour moins de 15 000 €

NOUVELLE RUBRIQUE MÉMENTO

• L’économiste de la Construction

• Les enduits à la chaux

• Les installations en îlot

• Le marbre dans la salle de bains

BON DE COMMANDE

Faites-moi parvenir par retour

Ci-joint mon règlement par chèque bancaire ou postal

• Rénovez les bois extérieurs

• Vérifiez votre installation électrique

• Fenêtres PVC 70 mm

• Les organismes professionnels, le plein

d’informations

• Immobilier locatif, Robien ou Borloo,

que choisir ?

• La construction bois

N°42 • 9 lavabos multi-facettes

• 9 portes de garage

• À chaque fenêtre sa solution

• Condensation fioul, le second souffle

• La maison sécurisée par l’extérieur

• Déco : des murs bruts et authentiques

NOUVELLE RUBRIQUE MÉMENTO

• Le plombier-chauffagiste

• Les couvertures en tavaillons

• Le dressing : ranger sans se ruiner

• Les cheminées nouvelle génération

• Rénovez terrasses et sols extérieurs

• Vérifiez votre chauffage central

• Et si vous passiez à l’aérothermie ?

• La distribution des cuisines et salles de bains

• Grâce à votre maison, deux nouveaux

crédits pour consommer

• La toiture végétalisée

N°43 • 9 baignoires balnéo

• 9 tuiles en terre cuite

• L’accessibilité dans la maison

• Les plafonds tendus ou suspendus

• Les accessoires pour portes et fenêtres

• Déco : la véranda hivernale

NOUVELLE RUBRIQUE MÉMENTO

• L’architecte

• Le fer forgé

• Les bibliothèques vitrées

• Mise en scène autour du plâtre

• L’hivernage de la piscine

• Pour une clim’ en pleine forme

toute l’année

• Les granulés mettent le feu au chauffage

• Les réseaux des électriciens

• Le “Borloo Populaire” nouveau est arrivé…

• La maison en chanvre

le N o 32 ............ à 3 € le N o 39 ............ à 3 €

le N o 34 ............ à 3 € le N o 40 ............ à 3 €

le N o 36 ............ à 3 € le N o 42.............. à 3 €

le N o 37 ............ à 3 € le N o 43.............. à 3 €

le N o 38 ............ à 3 €

le N o 41 à 3 € (spécial 10 ans)

+ Frais de port (étranger, nous consulter) :

pour 1 exemplaire ......................................... 2,8 €

pour 2 exemplaires....................................... 3,6 €

de 3 à 5 exemplaires................................... 4,8 €

de 6 à 7 exemplaires................................... 5,7 €

8 exemplaires et + ...................................... 9,0 €

Total de ma commande

N° 41 “SPÉCIAL 10 ANS”

Être en conformité

• Assainissement autonome

• Isolation thermique et acoustique

Équiper pour valoriser

• Installation électrique

• Chauffage

• Énergies renouvelables

• Ventilation

• Sécurité dans la maison

• Vérandas et Piscines

Être déjà demain

• Économie d’énergie

• Prospective

faire faire

chez vous pendant UN AN

au prix de 17 € au lieu de 22 € (prix de vente au numéro)

OUI, je souhaite profiter de cette offre et recevoir

faire faire pendant UN AN (4 n os )

FF 44

FF 44

Mon adresse

Nom ......................................................................................... Prénom ......................................................................

Profession ..................................................................... Tél. ...................................................................................

Adresse .................................................................................................................................................................................

............................................................................................................................................................................................................

Code postal ................................................ Ville .....................................................................................................

Je désire une facture : OUI NON

Coupon à découper ou à photocopier et à renvoyer

avec votre règlement de 17 € à l ’ordre de faire faire

Vous voulez faire plaisir ? Faites un cadeau utile !

faire faire

chez vos proches pendant UN AN

au prix de 17 € au lieu de 22 € (prix de vente au numéro)

Ils recevront le 1 er numéro avec une lettre leur faisant part de votre cadeau

Adresse du bénéficiaire de mon cadeau

Nom ......................................................................................... Prénom ......................................................................

Adresse .................................................................................................................................................................................

............................................................................................................................................................................................................

Code postal ................................................ Ville .....................................................................................................

faire faire

26/28, rue de la Providence - 75013 PARIS

Offre valable 3 mois pour la France métropolitaine seulement. Tarifs Dom-Tom

et étranger par avion sur demande auprès de FAIRE FAIRE.

En application de l’article 27 de la Loi du 06/01/78, les informations ci-dessus

donnent lieu au droit d’accès et de rectification auprès de FAIRE FAIRE.

Vous pouvez vous opposer à la cession de vos nom et adresse.

Nom ..............................................................................................................

Prénom .........................................................................................................

Adresse.........................................................................................................

......................................................................................................................

......................................................................................................................

Code postal ..................................................................................................

Ville ...............................................................................................................

faire faire

26/28, rue de la Providence - 75013 PARIS

Pour tous renseignements, téléphonez au service abonnement ouvert

du mardi au vendredi de 9 h 30 à 17 h 00

Frédérique Garbez : 01 45 89 22 22

faire faire 89

Printemps 2007

FF 44


Pêle-Mêle

LE CARNET D’ADRESSES DE LA RÉDACTION

p. 16-17

Adamant Technologies

tél. +41 32 930 29 00

www.adamant-technologies.com

Arch

tél. 0 826 10 23 95

Carré Bleu

tél. 0 825 16 17 18

www.carrebleu.fr

Cerland

tél. 0 820 200 626

www.cerland.fr

Deceuninck

tél. 03 22 87 66 66

www.deceuninck.com

Magiline

tél. 03 25 45 12 40

www.magiline.fr

Polaris

Voir Zodiac Piscines

Waterair

tél. 0 800 810 810

www.waterair.fr

Zodiac Piscines

tél. 0 892 707 007

www.zodiacpools.com

Astral

Disponible en GSB

Berry Floor

www.berryfloor.com

Cuisines Saint André

tél. 01 34 68 85 51

www.standre.fr

Dulux Valentine

tél. 01 46 88 32 32

www.duluxvalentine.com

Elitis

tél. 01 45 51 51 00

www.elitis.fr

Guittet

tél. 01 57 61 00 00

www.guittet.fr

Legrand SNC

tél. 0 825 360 360

www.legrand.fr

Orac France

tél. 0 800 900 358

www.oracdecor.com

Porcelanosa

tél. 01 69 75 40 00

www.porcelanosa.fr

Tarkett

tél. 0 820 320 419

www.tarkett.fr

Abristyl by Arcelor

tél. 05 58 79 56 50

www.abristyl.com

p. 18-19

90 faire faire

Printemps 2007

p. 20

Carré d’Arc - Fabemi

tél. 04 75 96 24 53

www.carredarc.com

Ferrari

tél. 04 74 97 41 33

www.soltis-textiles.com

Georges Raimbaud Jardin

tél. 02 51 45 54 54

www.resistub.com

Stradal

tél. 0 825 823 223

www.stradal-jardin.com

Atmos

N° Indigo 0 825 80 97 46

www.atmosani.com

Nespoli Group

tél. 03 23 97 50 50

www.franpin.fr

Ryobi

tél. 01 60 94 69 70

Stanhome

tél. service clients

0 821 23 00 24

www.stanhome-kiotis.fr

Techni-Seal France

tél. 04 76 70 30 73

www.techniseal.com

Delta Dore

tél. 0 825 878 852

www.chezmoi.deltadore.com

Flash - Hager SAS

tél. 03 88 49 50 50

www.flash.fr

Hager Tehalit Systèmes

tél. 03 88 49 50 50

www.hager.fr

Megaman

tél. 01 46 25 00 20

www.cidelec.fr

Sibecx

tél. 01 34 24 34 88

www.sibecx.com

Art & Fenêtres

N° Azur 0 8210 28 28 28

www.artetfenetres.com

Lapeyre la maison

Points de vente :

www.lapeyre.fr

Soprofen

tél. 03 88 90 50 25

www.soprofen.com

Velux

tél. 0 821 02 15 15

www.velux.fr

Zilten

tél. 05 55 94 10 95

www.zilten.com

p. 22

p. 24

p. 26

Guides d’achat

Portails p. 31

Collstrop

tél. 0825 067 407

www.collstrop.com

Deceuninck

tél. 0810 40 40 13

www.menuisierspevecistes.com

Komilfo

tél. 02 23 40 04 04

www.komilfo.fr

Lapeyre la maison

www.lapeyre.fr

Point P

tél. 01 40 03 33 00

www.pointp.fr

Profil Systèmes

tél. 04 67 87 67 87

www.profil-systemes.com

Réseau Pro

tél. 02 99 85 54 54

www.reseaupro.fr

Rothe

tél. 03 86 47 71 11

www.rothe-fermetures.com

Sepalumic

tél. 04 92 92 59 25

www.sepalumic.com

Somfy

tél. 04 50 96 70 00

www.somfy.com

Technal

tél. 0800 06 07 31

www.technal.fr

Radiateurs pas ordinaires p. 51

Acova

serv. conso. 0825 363 739

www.acova.com

Airelec

tél. 01 53 06 28 60

www.airelec.fr

Atlantic

tél. 01 46 83 60 00

www.atlantic.tm.fr

Campa

tél. 01 53 06 28 99

www.campa.fr

Finimétal

tél. 01 45 91 62 00

www.finimetal.fr

Geotherm

tél. 04 42 72 20 35

www.biterm.fr

Irsap

tél. 04 72 31 86 31

www.officina-delle-idee.com

lvi

tél. 04 73 74 62 30

www.lvifrance.fr

Noirot

tél. 01 53 06 28 99

www.noirot.fr

Sauter

tél. 0 810 234 567

www.confort-sauter.com

Verelec

tél. 05 57 77 41 29

www.verelec.net

Zehnder

tél. 01 42 57 11 25

www.zehnder.fr

Solutions

Récupération eaux de pluie p. 36

Aquae

tél. 0 871 238 460

www.aquae.fr

Bellijardin

tél. 0474 81 69 80

www.bellijardin.com

Camif Habitat

tél. 0892 69 69 92

www.camif-habitat.fr

Gardena

tél. 0826 10 14 55

www.gardena.fr

Graf

tél. 03 88 49 73 10

www.graf.fr

www.garantia.fr

La Nive

www.lanive.fr

Rotex

tél. 03 89 21 74 70

www.rotex.fr

Roth France

tél. 01 64 12 44 44

www.roth-france.fr

Sotralentz

tél. 03 88 01 68 00

www.sotralentz.com

VM Zinc (Umicore)

tél. 01 49 72 41 50

www.vmzinc.com

Vitrages décoratifs p. 45

Art & Fenêtres

tél. 0 810 28 28 28

www.artetfenêtres.com

Bel’m

tél. 02 40 02 18 32

www.belm.fr

Euradif

tél. 03 28 49 77 00

www.euradif.fr

Fany-Glass

tél. 01 34 66 42 92

www.fany-glass.fr

Glaverbel

tél. 01 55 91 30 00

www.MyGlaverbel.com

Meuse Menuiserie

tél. 03 29 89 75 75

www.m-menuiserie.fr

Saint-Gobain-Glass

www.saint-gobain-glass.com

Tryba

tél. 0 810 199 199

www.tryba.com

Centre de bien-être au sous-sol p. 56

Aco

tél. 02 32 51 30 55

www.aco.fr

Balneor

tél. 00 33 4 78 26 50 28

www.balneor.fr

Clair’Azur

tél. 08.25.82.58.18

www.clairazur.com

Ebac

tél. conso. 0 800 638 100

www.ebac.com

Effegibi

Via Gallo, 769

47022 Borello di Cesena (FC)

www.effegibi.it

Fakro

tél. 01 60 06 75 02

www.fakro.fr

Jacuzzi

tél. 01 34 40 12 60

www.jacuzzi.com

Knauf

tél. 03.89.72.11.12

www.knauf.fr

Nordique France

tél. 01.30.91.01.50

www.nordiquefrance.com

Porcelanosa

tél. 01 69 75 40 00

www.porcelanosa.fr

SFA

tél. 0800 05 15 25

www.sfa.f

Verre et Quartz

tél. 01.48.50.33.00

www.verre-et-quartz.fr

Wedi

tél. 04 72 72 07 20

www.wedi.fr

Couverture bardeaux bitumés p. 65

Onduline

tél. 02 35 05 90 90

www.onduline.fr

Siplast

tél. 01 40 96 35 00

www.siplast.fr

Soprema

tél. 03 88 79 84 00

www.soprema.fr


27 AVRIL

8 MAI

Paris Expo

Porte de Versailles

Tout l’univers de la maison

à la Foire de Paris

Un choix incomparable

Construire, décorer, aménager, équiper, rénover…

découvrez en un lieu unique tout ce qui concerne votre

cadre de vie décliné en 6 salons complémentaires :

Solutions rénovation, L’Immobilier, salon de la maison

individuelle, Ameublement et décoration, Cuisine, salle

de bains et électroménager, Jardin & Piscine, le salon du

Chauffage et des énergies nouvelles…

Participez au Forum de la Maison.

Chaque jour, des débats sur les énergies renouvelables,

les bons réflexes écologiques à adopter chez soi ou

comment faire construire sa maison...

Inscrivez vous et posez préalablement

votre question à partir du 1 er mars 2007 sur le site :

www.foiredeparis.fr.

Les architectes vous conseillent

200 architectes inscrits à l’ordre des architectes d’Ile de

France répondent à vos questions gratuitement.

Venez avec vos plans ! Hall 1

Création : - Réalisation : - Crédit photos : APFOUCHA

foiredeparis.fr

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!