Views
5 years ago

rapport-d-etude-digital-natives-janvier-2013

rapport-d-etude-digital-natives-janvier-2013

Les grands enseignements

Les grands enseignements de l’étude (2/3) Au global, des biens culturels dématérialisés qui font partie du quotidien des 15-24 ans (certains se disent « accros » à la musique, d’autres ont une consommation boulimique de films/ séries)… avec toutefois l’émergence d’une certaine méfiance vis-à-vis de pratiques qui peuvent être addictives, et plus largement vis-à-vis des dangers d’Internet (exploitation des données personnelles, exposition de soi non voulue...). Les « Digital Natives » adaptent leur mode d’accès aux œuvres selon leurs besoins (désir d’accès immédiat, volonté de conserver l’œuvre…). L’accès aux œuvres peut se faire : en streaming (licite gratuit ou illicite) en particulier pour les séries, les vidéos amateurs, ou la musique ; ou en téléchargement (plus souvent illicite) notamment pour les films ou la musique. Il existe pour cette population une gradation dans la « gravité » perçue des pratiques illicites: Le streaming est le moins impliquant et souvent considéré « a priori » comme licite ; Le téléchargement, qui implique de stocker l’œuvre sur son ordinateur, est perçu comme une pratique « plus sérieuse » ; Enfin, la mise en ligne d’œuvres dans un but de partage, est jugée beaucoup plus « grave ». 11/02/2013 - 4

Les grands enseignements de l’étude (3/3) Les 15-24 ans distinguent assez bien le licite de l’illicite, avec quelques confusions de type gratuit = illicite / simple visionnage = licite, et une vision parfois obscure de la réglementation (tendance à ne pas vouloir laisser de preuves écrites par email par exemple). Ils restent toutefois pragmatiques et la gratuité de l’accès aux œuvres prime sur tout autre critère dans le choix parmi les offres. Emergent par ailleurs des différences d’attitudes à l’égard des pratiques illicites selon les tranches d’âge: En majeur: culpabilité notamment chez les 15-18 ans et quelques 22-24 ans / indifférence chez la majorité des 19-21 ans et quelques 22-24 ans ; En mineur: méfiance chez quelques 22-24 ans / transgression chez certains 19-21 ans et 22-24 ans. Si le concept de droit d’auteur semble légitime dans son principe, il est davantage mis à distance pour les biens dématérialisés (en particulier chez les 19-21 ans). Un phénomène qui s’explique principalement par la méconnaissance des logiques économiques qu’il recouvre… …qui peut souvent induire une vision caricaturale du producteur « avide » et de l’artiste démuni. Toutefois, sensibilisés au droit d’auteur pendant la discussion de groupe, les « Digital Natives » se sont montrés réceptifs à cette notion et l’ont pour certains intégrée dans leur vision de l’offre légale idéale. 11/02/2013 - 5

RAPPORT DU CYCLE 2012 / 2013 - Etudiantdeparis.fr
Rapport 2013
Agenda culturel de Vincennes, janvier-mars 2013 (pdf - 6,77 Mo)
Rapport annuel 2012-2013 - Association du Jeune Barreau de ...
Rapport d'étape - Coeur de Forêt Bolivie - janvier 2013
Agenda culturel de Vincennes, avril-août 2013 (pdf - 6,56 Mo)
Fiches digitales - Janvier 2013 (PDF - 5,6 Mo) - Lagardère Publicité
Rapport du Conseil municipal du 21 janvier 2013 - Lessard-le ...
SensibilisePME – Rapport de Veille n°18 – Janvier 2013
Volume 1 - Étude d'impact, rapport principal, janvier 2010 ... - EDF EN
GUILDE Etude écriture cinéma Pierre Kopp - janvier 2013 (.pdf)
Rapport Lepers-Portugal industries techniques - janvier 2013 vf - CNC
RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 1er janvier 2013 – 30 ... - SFL
Rapport CDC Villermy - Conseil général des Bouches-du-Rhône
Rapport-Presi-jury-concours-acces-2013