Bulletin municipal 2012 (3.84 Mo - format .pdf) - Norroy le Veneur

norroyleveneur.fr

Bulletin municipal 2012 (3.84 Mo - format .pdf) - Norroy le Veneur

Norroy le

Veneur

BULLETIN MUNICIPAL 2012


Mot du Maire 2

Intercommunalité 3

Budget 4-5

Vie communale 6-12

Travaux 13-15

Le PLU 16-19

Périscolaire 20

Ecoles 21-25

Association Sports et Détente 26-33

Association De feuilles en fleurs 34-35

Association les Coteaux 36-37

Corps Sapeurs-Pompiers et Amicale 38-39

Histoire locale 40-44

Etat Civil 45

Infos pratiques 46

Fleurissement du village 47

Au nom de toute l’équipe municipale, je vous souhaite une

très douce année 2012.

Que cette nouvelle année vous garde en bonne santé et

qu’elle vous apporte, loin de la morosité ambiante,

réussite et épanouissement personnel.

Rétrospective sur l’année 2011

Un grand chantier a pu être mené à bien, la requalification

du quartier de Godier.

Les travaux ont duré plusieurs mois, les riverains ont eu

beaucoup de patience mais le résultat est là.

Et le quartier a gardé son cachet authentique.

En parallèle, la construction du mini-giratoire assure plus de sécurité à l’intersection des

rues de Godier et du Fort.

A la rentrée scolaire, nos écoliers ont eu l’agréable surprise de découvrir une jolie cour

d’école et un préau très accueillant.

Année électorale en 2011 pour le conseil municipal des jeunes. Le Conseil n’est pas

au complet mais leurs projets sont nombreux.

Pour les plus de 16 ans, les travaux d’été proposés régulièrement par la commune

ont un double objectif : être le premier contact avec le monde du travail, donner aux

jeunes un petit coup de pouce financier non négligeable.

Et n’oublions pas la visite de Monsieur François VALEMBOIS Sous-Préfet de Metz

Campagne le 4 octobre 2011 qui a rencontré les élus et tenu à visiter les différentes

réalisations communales.

Les projets pour 2012 :

Nous poursuivrons la requalification de plusieurs rues au cœur du village. Ces

travaux, dans des rues étroites comme la rue de la Camusse, vont

nécessairement engendrer des difficultés de circulation que nous essaierons de

résoudre au mieux.

Les jeunes ne seront pas oubliés avec le réaménagement du square pour

enfants et la création du terrain bi-cross.

Un autre projet important : la révision du POS et sa transformation en PLU

(Plan Local d’Urbanisme).

C’est un projet d’avenir pour Norroy avec des enjeux patrimoniaux et

environnementaux et ce sera surtout votre projet à tous.

Nous souhaitons une concertation exemplaire en réunions et en ateliers ;

cette concertation commencera au cours du 1 er trimestre.

Durant cette année, la Communauté de communes de Maizières les Metz et

la commune de Norroy continueront à vous accompagner financièrement

dans les travaux d’économie d’énergie que vous envisagez de réaliser dans

vos habitations.

Toujours beaucoup d’incertitude quant au devenir de notre Communauté de

communes. Le dossier est complexe et mérite des explications

détaillées données ci-contre.

Malgré ces sujets d’inquiétude, soyons résolument optimistes et

conjuguons nos efforts pour que Norroy reste accueillant, solidaire et festif

avec un vrai brassage des générations.

Votre Maire, Michèle Paul


L’INTERCOMMUNALITE

L’INTERCOMMUNALITE

L’INTERCOMMUNALITÉ

ET LES CONSÉQUENCES

DE LA LOI

La Communauté de communes de

Maizières les Metz, qui était à l’origine

un District, a 37 années d’expérience

intercommunale.

14 communes ont travaillé ensemble pour le

développement harmonieux du territoire et le bien-être

de ses habitants.

La loi du 16 décembre 2010 prévoyait l’instauration d’un

nouveau schéma des intercommunalités :

- Seuil minimum de 5 000 habitants

- Continuité territoriale

- Solidarité financière

Notre communauté de communes n’ayant pas la

continuité territoriale, il était inévitable que nous ne

puissions rester en l’état.

Le 11 avril 2011, lors du Conseil communautaire, un avis

unanime s’est dégagé pour ne pas rejoindre Metz

Métropole et garder notre intégrité territoriale.

Le 28 avril 2011, le Préfet a présenté à la CDCI

(Commission Départementale de Coopération

Intercommunale) le projet de nouveau schéma.

Il fusionne : La Communauté de communes de Maizières

les Metz, trois communes du Sillon mosellan :

Hauconcourt, Hagondange, Talange et les Communautés

de communes du Haut Chemin et du pays de Pange

exceptés Coincy et Montoy Flanville.

Cette nouvelle Communauté dénommée dans la presse

«la banane bleue» comprenait 44 communes et 55 371

habitants.

Le 12 juillet 2011, la Communauté de communes de Maizières

les Metz a adopté à la majorité le schéma du Préfet

qui nous semblait un moindre mal.

Le 21 juillet 2011, la commune de Norroy a fait de même,

à l’unanimité.

Ensuite, les Communautés de communes du Haut

Chemin et de Pange ont rejeté le schéma du Préfet. Leur

3

proposition : une fusion uniquement

avec les 9 communes de la rive

droite, lescommunes de la rive

gauche dontNorroy étant «trop

urbaines».

Par contre, la Communauté de

communes du Sillon mosellan avait donné son

accord pour fusionner avec toute la communauté

de communes de

Maizières les Metz.

Durant toutes ces semaines, vu l’importance des

enjeux, les pressions politiques ont été

nombreuses.

Le 22 septembre, tenant compte de ces deux votes,

le Conseil communautaire a accepté à la

majorité un amendement au schéma qui proposait la

fusion de notre communauté de communes et de celle

du Sillon mosellan.

Le 10 octobre, le CM de Norroy a accepté cet

amendement à l’unanimité.

La situation a ensuite évolué, certaines communes de la

rive droite ont modifié leurs délibérations au nom de la

défense de la ruralité.

Le 21 novembre 2011, au terme d’un long débat, la CDCI

a rejeté cet amendement par 38 voix contre, 36 voix pour.

Le 22 décembre 2011, le président du Haut Chemin a

proposé à la CDCI un autre amendement fusionnant les

communes de la rive droite de notre Communauté de

communes et les communautés de communes du Haut

Chemin et de Pange. Cet amendement a été rejeté par 30

voix contre, 23 pour, 2 abstentions.

En ce début d’année, rien n’est donc réglé au nord de

l’agglomération messine et c’est au Préfet de faire de

nouvelles propositions.

Nous savons que la communauté de Maizières les Metz

va nécessairement évoluer mais il serait inconcevable de

perdre tout une expérience et un savoir faire capitalisés

durant tant d’années.

Le Maire


F

O

N

C

T

I

O

N

N

E

M

E

N

T

RECETTES : 1 814 075,00 €

DEPENSES : 1 814 075,00 €

4


RECETTES : 2 786 934,71 €

DEPENSES : 2 786 934,71 €

5

I

N

V

E

S

T

I

S

S

E

M

E

N

T


LA VIE COMMUNALE

19/20 FÉVRIER

12 FÉVRIER

La collecte au profit des

Restos du cœur a comme

chaque année été un franc

succès. Le CCAS a profité

de cette matinée pour

collecter aussi des vêtements,

des chaussures, du

linge de maison et des produits

de puériculture que

Gérard Goetzman remet à

l’association « les vestiaires

de St Martin » à Metz.

6

au fil du temps

Des techniciens du CALM et de la Communauté de communes ont effectué des permanences en mairie concernant

la thermographie aérienne. Ils ont aidé les habitants à interpréter les résultats et les ont conseillés sur les

travaux à envisager.

22 FÉVRIER

Une réunion publique d’information concernant l’aire de grand passage des gens du voyage s’est tenue à

Fèves. L’inquiétude des communes et de leurs habitants est grande car l’implantation de cette aire était prévue

à proximité de l’Ecoparc.


12 MAI

Le conseil municipal des jeunes a été élu :

Eugène Neveux, Maire

Marion Ruiz, 1er Adjoint

Wanys KEHLI, 2ème Adjoint

Paul Cordebar, Mélanie et Thibaud Deitsch,

Victor Ravenel : conseillers.

18 JUIN

Le conseil municipal des jeunes a

organisé un nettoyage de printemps

sur le ban de la commune afin de

rendre notre village plus accueillant.

Jeunes et moins jeunes ont pris

conscience de l’utilité de tout en

chacun d’avoir une attitude responsable

vis-à-vis des déchets répandus

dans la nature.

8 MAI

Les enfants du village et

leurs parents ont été invités

à participer à une

chasse aux œufs en

chocolat.

7

12 JUIN

Le festival du Couarail ainsi que le théâtre

ont connu un succès confirmé. Pour

le théâtre plus de 500 spectateurs sont

venus assister aux représentations du

spectacle monté par la troupe Roland

Furieux. Des acteurs amateurs de Norroy

et des villages des environs ont interprété

des extraits de pièces de Feydeau.

Il est à rappeler que la commune s’investit

financièrement dans ces deux manifestations.


24 JUIN

La fête de la musique s’est

déroulée à la salle Albert Bourson.

Elle a réuni un public très

nombreux attiré par les chorales

des écoles, le spectacle

« Michael Jackson », les saucisses

grillées, le magnifique

et impressionnant feu de la St

Jean, et l’animation musicale

qui clôtura la soirée.

8


30 JUIN

Lors de la sortie des classes,

madame le Maire a remis à

chaque élève de CM2 une

calculatrice en cadeau de

départ. Ces élèves ont à

présent intégré le collège et

nous gageons que ces calculatrices

leur sont d’une

grande utilité !

31 AOÛT

JUILLET / AOÛT

Les travaux d’été proposés à

nos adolescents sont une activité

très prisée et convoitée

par tous ceux en âge de postuler

(16 ans). Comme chaque

année, notre personnel communal,

Raymond Becker et

son équipe ont encadré la

troupe !!!…

Le CCAS a cette année emmené nos aînés en voyage à Reims. Après une visite de la Basilique Saint Rémi suivie d’un

bon repas, nos seniors ont pu tout apprendre de la fabrication du champagne en visitant une cave. La soirée se termina

comme toujours par un petit pique-nique sympathique à la salle Albert Bourson.

9


17 SEPTEMBRE

Comme chaque année un

concert a été organisé à

l’occasion de la journée du

patrimoine. La chorale

Quarte blanche et le groupe

irlandais de l’école de Musique

de Maizières ont

donné une prestation très

appréciée.

16 OCTOBRE

L’abbé Damien Deprez a célébré sa dernière

messe à Norroy. Il nous a quitté pour de nouvelles

fonctions d’aumônier de l’hôpital Ste Blandine.

Un pot de départ a réuni autour de lui les représentants

des communes, le conseil de Fabrique

et les fidèles de Norroy et Plesnois.

10


16 OCTOBRE

Ce dimanche d’automne, un marché du terroir a réuni des artisans proposant de délicieuses

spécialités. Fromages, saucissons, pâtés, pain, miel, escargots, pâtisseries et légumes bio

ont fait le bonheur des acheteurs ; pâtés, terrines, quiches et tartes ont permis aux visiteurs

de prendre leur repas de midi sur place.

19 NOVEMBRE

Le repas des aînés animé très agréablement par l’orchestre local Mosaico, est le moment très attendu où nos

aînés se retrouvent autour d’une bonne table pour échanger les dernières nouvelles…Cette année, des chocolats

ont été offert à chacun.

11


Le samedi soir un concert de musique

classique a eu lieu dans

l’église. Grégoire Humbert nous a interprété

au piano des œuvres de

Franz Liszt, en hommage au bicentenaire

de sa naissance. Ce fut une

soirée de grande qualité musicale.

12

2/3 DÉCEMBRE

Le Téléthon a été organisé

dans la salle A. Bourson et

différents jeux tels que des

fléchettes, du tir à la carabine,

des jeux de devinettes,

des jeux d’adresse

en fauteuil ont été proposés

aux petits et aux

grands.

Au cours de cette année, différents ateliers animé par le CLIC ont été mis en place par Marie-

Chantal Kremer et Christine Delpeuch. Ils ont permis aux personnes soucieuses de leur santé

de s’initier au travers d’ateliers sur la bonne manière de s’alimenter et les bonnes pratiques

pour un sommeil réparateur.


TRAVAUX REALISES EN

CONSTRUCTION DU MINI

GIRATOIRE, REQUALIFICATION

DU QUARTIER DE GODIER ET

DE LA RUE DU FORT.

L’ensemble de ces travaux a été réalisé avec le même

groupement d’entreprises sous une maîtrise d’œuvre

unique.

Le chantier a démarré début juillet pour se terminer le 2

décembre 2011.

CES TRAVAUX :

• améliorent la sécurité des riverains et des usagers

grâce au mini giratoire, à la création d’un trottoir rue du

Fort et d’une circulation piétonnière au droit du

rond-point.

• mettent en valeur le patrimoine bâti de tout ce quartier

par l’effacement de réseaux secs et l’utilisation de matériaux

nobles : pavés, béton désactivé.

Le coût complet de l’opération est

de 812 400 € HT dont 382 000 € concernent l’enfouissement

des réseaux.

Le montant total des subventions accordées est

de 251 350 € soit 31% des travaux et se décompose

comme suit :

Conseil régional : 30 000 €,

Conseil général : 179 790 €,

UEM : 22 985 €,

France Telecom : 18 575 €.

La subvention exceptionnelle sur l’enveloppe parlementaire

de 40 000 € n’a pas encore été confirmée, elle

n’est donc pas comptabilisée.

13


14

Les engins sur le chantier

de Godier

• Aménagement de la sortie de la rue Ste

Anne

Cet aménagement sécuritaire apportant plus

de fluidité au niveau de la circulation comporte

trois voies:

Une pour l’entrée rue Ste Anne, les deux

autres pour la sortie route de Rombas.

Le coût de l’opération est de 37 000€ HT.


• Cour de l’école

Le projet est le fruit d’une collaboration entre une architecte

urbaniste, les enseignants et la commune.

L’objectif a été de délimiter avec du mobilier urbain deux

zones, l’une pour les jeux calmes, l’autre pour les jeux

plus dynamiques.

Des tracés pour les rondes, jeux de marelle et jeux de

billes agrémentent ces deux zones.

Le préau recouvert de dalles plastique est devenu un espace

privilégié.

Le coût de l’opération a été de 40 000 € HT. Une

subvention de 4000 € sur l’enveloppe parlementaire vient

en déduction de ce coût.

• Travaux dans les bâtiments communaux

- Revêtement de sol et peinture de la salle Albert

Bourson.

- Ravalement des murs de l’école maternelle.

- Installation d’un vidéoprojecteur dans la salle du Conseil.

LES PROJETS 2012 ET AU – DELA

• Maison seniors rue du Charrau

Après bien des vicissitudes, les travaux se terminent et

nous pouvons raisonnablement envisager d’accueillir les

locataires à la fin du 1er trimestre 2012.

• Requalification de plusieurs rues

Cette tranche concernera les rues de la Tannerie, de la

Camusse, de la Chavée et en tranche optionnelle, la rue

de la Rinquelle.

Ces travaux comporteront, outre l’enfouissement des réseaux

secs et la mise en place d’un nouvel éclairage public,

une réfection complète et qualitative de la voirie.

• Réaménagement du square pour enfants de

Godier

Cet espace dédié aux enfants doit être repensé et les jeux

renouvelés après plus de quinze ans de loyaux services.

• Création de la piste de bicross qui n’avait pu être

faite en 2011.

• Réfection du chauffage de la grande salle du

Fournil prévue tout en début d’année.

15


L’urbanisme au village

POS - PLU ce qu’il faut savoir

1 Un peu d’histoire

Le Plan Local d'Urbanisme ou PLU a été

institué par la Loi SRU (relative à la

Solidarité et au Renouvellement Urbain) du

13 décembre 2000. Dans son aspect

développement durable, le PLU doit, de plus,

respecter les engagements Grenelle I et II :

* Equilibre entre un développement urbain

maîtrisé, la protection des sites (milieux, paysages

naturels) et la sauvegarde du

patrimoine bâti remarquable.

* La diversité des fonctions urbaines et rurales

(travailler, habiter, se détendre, se déplacer,

acheter,…) et la mixité sociale dans l'habitat.

* L’utilisation économe de l’espace et la maîtrise

des besoins en déplacements, la préservation de

la qualité de l’air, de l’eau, du sol et du sous-sol

des ressources naturelles, de la biodiversité, ainsi

que la prévention des risques de toute nature.

Le Plan d’0ccupation des Sols (POS), que le PLU

remplace peu à peu, a été institué en 1967. Les

POS sont régulièrement révisés par les communes.

Ils sont appelés à se transformer progressivement

en PLU, mais ils ne répondent plus aux mêmes

exigences qu'il y a 35 ans. Les politiques urbaines

d'après guerre ont dû faire face à l'explosion

démographique des villes. La priorité était de garantir

un toit, dans des conditions décentes et de favoriser

l'expansion urbaine. Les communes n'avaient pas

d'obligation de se doter d'un POS, mais elles y

étaient fortement incitées pour pouvoir urbaniser de

nouvelles zones.

En trois décennies, les villes se sont métamorphosées

: elles se sont étalées, divisées entre lieux de

vie, de travail, de commerce, de loisirs,… favorisant

l'usage de la voiture, et engendrant des phénomènes

de ségrégation et de coûts d'installation et de maintenance

des réseaux insupportables.

C'est ce constat et la volonté de promouvoir un

développement urbain plus solidaire et plus durable

qui a guidé l'élaboration de la loi "solidarité et

renouvellement urbains" et la création du Plan Local

d’Urbanisme.

Notre commune, quant à elle, est dotée depuis 1985

d’un POS (qui avait été prescrit en 1974) et qui déjà

se préoccupait des forêts et des espaces protégés

(voir Zone ND).

16

2 Ce qu’est le PLU

Le PLU remplace le POS, il organise les orientations

de développement de la commune.

Le PLU fixe les règles d'urbanisme propres à la

commune, en tenant compte des exigences

environnementales.

Le PLU est un document qui exprime un véritable

projet urbain. Il définit le projet global

d'aménagement de la commune dans un souci de

développement durable.

Le PLU doit rechercher un équilibre entre

développement urbain et préservation des espaces

naturels.

Le PLU doit intégrer les contraintes

supra-communales notamment du SCOTAM

(Schéma de cohérence territoriale de l’agglomération

messine).

Le PLU n’est pas obligatoire, les communes peuvent

se contenter d'une simple carte communale (sans

règlement) qui reprend les règles nationales d'urbanisme

(RNU), ou bien rester au RNU. Ce sont souvent

les petites communes rurales, avec très peu de

demandes de permis de construire par an, qui

optent pour ces solutions.

Pour notre commune qui possède un POS, ce serait

un grave retour en arrière que de faire le choix de ne

pas avoir de document d’urbanisme ou d’opter pour

un document d’urbanisme allégé.

3 Procédure d’élaboration

C’est la volonté du Maire et de son conseil municipal

de modifier l'urbanisation de sa commune,

enclenchant ainsi le processus de révision du

document d’urbanisme et d’élaboration du PLU.

Le plus souvent les élus veulent permettre la

croissance de leur commune (en m² constructibles

et en habitants).

Dans notre cas, il s’agit plutôt de revoir notre

document d’urbanisme en tenant compte de

l’évolution des lois (SRU, Grenelle, etc.), de

l’expérience de notre POS et comme le prévoit la

loi, de l’avis de nos concitoyens.

L’assistance d’un urbaniste

Pour élaborer un PLU, les communes se font assister

par un cabinet d’architecture spécialisé en urbanisme.

Un appel d’offre a été lancé en son temps, et l’Atelier

A4 a été retenu pour assurer cette mission.


La prescription :

La prescription est le fait pour une commune de

décider d’élaborer et de mettre en place un PLU. La

décision de prescrire le PLU est arrêtée par une

délibération du conseil municipal. Pour Norroy la

prescription a été prise le 27/09/2010.

La commune peut, une fois le plan prescrit, et si elle

le juge nécessaire, surseoir à statuer sur les diverses

autorisations demandées (la délivrance d'un permis

de construire, par exemple).

Les habitants sont informés de la prescription du PLU

par affichage de la DCM (délibération du conseil

municipal) et article dans le bulletin municipal.

L'instruction :

La conception et l'élaboration du plan sont en principe

placées sous l'autorité du maire.

Pendant cette période, le maire entend les organismes

et personnes associées à l'élaboration. Les services de

l'Etat seront associés à l'élaboration de notre PLU. Le

préfet veille au respect des règles d'urbanisme et porte

à la connaissance des communes les informations

nécessaires à l'exercice de leurs compétences.

Sont obligatoirement associés à l'élaboration des documents

:

- les régions et départements,

- les organismes de parcs naturels et régionaux,

- les organisations de transports urbains.

Leur avis est joint au dossier soumis à l'enquête

publique.

Sont également consultés :

- les présidents du conseil général, régional,

- la communauté de communes de Maizieres les Metz,

- les maires des communes voisines,

- toutes les organisations compétentes en matière

d'aménagement d'urbanisme d’environnement :

SCOTAM, Commission départementale de

consommation des espaces agricoles, Chambre

d’agriculture, Chambre de commerce et d’industrie,

etc.

La concertation :

Dans la procédure d’élaboration d’un PLU, la

concertation est obligatoire par la loi. Pour notre

commune la démarche de concertation utilisera les

axes suivants :

- Réunions publiques

- Ateliers de concertation citoyens

- Bulletin mensuel

- Site informatique

- Feuillets d’information distribués

- Panneaux d’exposition

17

La concertation s’effectuera pendant

toute la période d’élaboration du PLU

jusqu’à l’arrêt du PLU, soit environ

pendant 18 mois.

L'adoption :

Lorsque l'instruction est terminée, le

conseil municipal arrête le projet qui est

communiqué pour avis aux organismes et

personnes qui ont été associés à son élaboration.

Ils ont 3 mois pour se

manifester (leur silence vaut avis favorable).

Dans l'hypothèse de conflits éventuels lors de

l'élaboration des documents d'urbanisme, la

commission de conciliation peut être saisie. Elle a

2 mois pour rendre des propositions.

L'enquête publique :

Le maire soumet à enquête publique le projet de PLU.

Il ne rend pas le plan public avant de le

soumettre à cette enquête.

L’enquête permet aux habitants et propriétaires de

faire connaître leurs réactions au projet communal,

l’ensemble du document d’urbanisme (entre 12 et

15 pièces) est consultable pendant une période

d’un mois avec une permanence d’un commissaire-enquêteur

durant trois demi-journées.

L'approbation :

Le PLU, éventuellement modifié suite aux remarques

des services et des particuliers formulées pendant

l’enquête publique, est approuvé par délibération du

conseil municipal.

Il est tenu à la disposition du public. C'est à la suite de

cette formalité, et à l’issue de la période de recours des

tiers purgée (2 mois), que le plan est exécutoire, c'est

à dire qu'il est opposable à tous, administration comme

habitants.

L'annulation :

Comme tout acte administratif, le PLU est un acte

susceptible d'être attaqué en justice. Le juge

administratif peut prononcer son annulation pour vice

de forme (procédure) ou vice de fond. Dans cette

hypothèse, le document d'urbanisme immédiatement

antérieur redevient applicable.


4 Contenu du PLU

Le PLU est composé de quatre parties

différentes : le rapport de présentation

qui expose le diagnostic et les

orientations du PLU, le projet

d'aménagement et de développement

durable, le règlement qui inclut articles et

cartographies et enfin les annexes.

Le rapport de présentation

Il présente un diagnostic, les perspectives

d'évolution démographique, économique et sociale, et

les évolutions pressenties pour l'habitat, l'emploi, les

équipements publics, les services et les moyens de

transports.

Il expose l'état initial de l’environnement, des

paysages et analyse les incidences des options du

P.L.U. sur leur évolution puis présente les mesures

prises pour leur préservation et leur mise en valeur.

Enfin, il détermine les perspectives d'évolution de

parties urbanisées en présentant un phasage de

l'ouverture à l'urbanisation et en prenant en compte

les objectifs de diversité de l'habitat.

Un Projet d’Aménagement et de

Développement Durable (P.A.D.D.)

Le « Projet d'Aménagement et de Développement

Durable » constitue le cœur du document

d’urbanisme, il traduit le projet des élus en matière

d'aménagement et d'urbanisme :

« Il illustre les objectifs et moyens mis en œuvre dans

un esprit d'économie des espaces naturels de la

commune, et de renouvellement des espaces

urbains ».

Six domaines sont abordés :

- Les mesures de nature à préserver les centres-villes

et les centres de quartiers, les développer,

- Les actions et opérations relatives à la restructuration

ou à la réhabilitation d'îlots, de quartiers ou de

secteurs, les interventions destinées à lutter contre

l'insalubrité,

- Le traitement des rues, sentiers piétonniers et pistes

cyclables,

- Les actions de nature à assurer la sauvegarde de la

diversité commerciale des quartiers,

- Les conditions d'aménagement des entrées de ville,

- Les mesures de nature à assurer la préservation des

paysages.

Le PADD se décompose en deux parties :

18

- Les orientations générales d’aménagement reprenant

les enjeux, les objectifs et les actions à engager sur

les thèmes développés ci-dessus.

- Les orientations d’aménagement et de

programmation (OAP) consistant à élaborer des

schémas d’aménagement sur certains secteurs

devant être urbanisés avec une évaluation du nombre

de logements à réaliser.

Le règlement

Zonage (règlement graphique)

C'est le "plan" du P.L.U., il présente les différents types

de quartiers de la commune comme :

1 - les zones urbaines (U), toutes équipées déjà

urbanisées, ou en cours d'équipement de réseaux

collectifs d'assainissement suffisants pour accueillir

les constructions nouvelles,

2 - les zones d'urbanisation future (AU) pour l'habitat

ou l'activité (AUX), qui sont les zones à caractère

naturel destinées à accueillir les futurs habitants ou

de nouvelles entreprises. L'urbanisation peut être

progressive, réalisée dans le cadre d'une opération

d'aménagement d'ensemble ou reportée à une

prochaine révision du PLU. Dans ce cas, le

classement n'a qu'une portée symbolique,

3 - les zones de loisirs (AUL), réservées aux sports, et

aux activités culturelles,

4 - les zones agricoles (A), réservées à cette activité et

exceptionnellement au logement des seuls

agriculteurs si leur présence permanente est

nécessaire (élevage) et éventuellement à des installations

de service public ou d'intérêt général,

5 - les zones de protection de la nature (N), qui doivent

être également préservées pour leurs paysages ;

toutefois, un transfert de COS est possible entre

propriétaires et un règlement peut autoriser dans

un sous-secteur (l'équivalent de l'ancien Nb) les

constructions qui s'intègrent à l'environnement et

ne nuisent pas à la protection des sites,

6 - les Espaces Boisés Classés, qui interdisent le

défrichement des plus beaux boisements de la

commune, dans toutes les zones,

7 - certains éléments de patrimoine bâti ou des jardins

intéressants.


Règlement

C'est le corollaire du zonage du P.L.U., il permet de

connaître précisément les conditions de construction

ou d'aménagement dans chacune des zones de la

commune. Il donne la règle du jeu pour tous les projets

de construction, d’extension et de transformation de

l’existant. C'est notamment lui qui détermine les

surfaces constructibles maximales ou les hauteurs

limitées. On y trouve :

1 - les catégories de constructions autorisées par zone

(habitat, industrie, commerce, etc...),

2 - les reculs et prospects à respecter notamment par

rapport aux voies publiques,

3 - les obligations d'aménagement des accès routiers,

de branchement aux réseaux d'eau,

d'assainissement,

4 - l'emprise au sol maximale des constructions,

notamment dans les zones d'activités,

5 - la hauteur maximale des bâtiments,

6 - les conditions de traitement des façades ou des

ouvertures des bâtiments,

7 - les obligations en ce qui concerne le stationnement

des véhicules,

8 - des prescriptions pour le traitement des espaces

verts, des arbres existants ou des jardins,

9 - ainsi que le "C.O.S." maximal autorisé, c'est à dire

la surface constructible calculée sur chaque

parcelle.

Annexes

Emplacements réservés

Il s'agit simplement de l'ensemble des opérations "déclarées

d'utilité publique" par la commune, on les re-

trouve sur le plan de zonage, et cette liste

contient :

- les zones de préemption, les zones

d'aménagement concerté, les routes et

carrefours à créer ou à élargir,

- les équipements scolaires, sanitaires,

hospitaliers, culturels, etc...,

- les parcs ou espaces verts que la

commune désire réaliser dans le futur,

Cette liste précise aussi les organismes

publics bénéficiaires, c'est à dire l'Etat, la

Région, le Département ou la

commune.

Servitudes d'utilité publique

Cette partie du dossier contient des

pièces fournies par le Préfet à savoir des

plans et une liste qui permet de connaître les

"servitudes" de certaines parcelles (des zones

inondables ; zones de bruit de l'aérodrome ;

passages des

oléoducs, lignes électriques ou câbles

téléphoniques,...).

Une annexe fait le bilan des ressources en eau

potable de la commune, ainsi que des dispositifs

d'assainissement des eaux usées. Trois plans

permettent de visualiser les réseaux d'eau potable,

des eaux usées, et du pluvial.

Les annexes sanitaires

Elles comprennent les schémas d’assainissement et

d’eau potable ainsi qu’une notice sur les déchets

ménagers.

5 Les grandes étapes de l’élaboration du PLU

Les grandes phases :

Phase 1 : restitution du diagnostic : mi-avril 2012

Phase 2 : restitution du PADD : fin juin 2012

Phase 3 : arrêt du projet PLU : printemps 2013

Phase 4 : approbation du PLU : automne 2013

19


ACCUEIL LOISIRS

de Plesnois

A la pause méridienne, une trentaine

d'enfants regagnent en bus le nouveau

centre périscolaire situé rue Trés au pré à

Plesnois pour y prendre leur repas.

A la fin de la journée d'école, Benjamin,

l'animateur périscolaire de Norroy, vient

récupérer une quinzaine d'enfants directement

dans la cour de l'école pour les emmener à

l'accueil périscolaire du soir qui se déroule à la salle

du fournil de 16 heures à 18 heures. Un goûter leur

est servi à 16 heures et les enfants peuvent ensuite

s'amuser et jouer tous ensemble sous la vigilance

de leur animateur.

Pour plus d'informations vous pouvez contacter

la mairie de Norroy 03 87 51 34 30 ou

directement l'ALP au 06 08 76 33 74.

20


Effectif de l’école maternelle

Petite section : 10

Moyenne section : 9

Grande section : 7

Effectif de l’école élémentaire

Classe de Mme OBLET : CP, CE1, CE2 : 22

Classe de Monsieur BRAS : CE2, CM1, CM2 : 22

Une belle surprise attendait les enfants pour la rentrée

en découvrant la rénovation et l’aménagement de la

cour avec un espace « calme » : bancs encadrés de

verdure, et des endroits plus ludiques avec le traçage

de jeux tels que la marelle, piste de billes, balle au

camp. Ils ont pu découvrir également un préau rajeuni.

Après l’intérieur de la maternelle l’an passé, ce sont

aux murs de la maternelle d’avoir eu droit à un

ajeunissement pour la rentrée.

Notre service périscolaire a de plus en plus de succès

avec une moyenne de 20 enfants (parfois 30) qui fréquentent

la restauration scolaire et la garde après

l’école.

Le nombre d’enfants de Bellevue fréquentant l’école

est également en progression, ce qui nous a amené à

prendre un bus plus grand cette année. Madame HIC,

agent d’animation, accompagnent toujours les

enfants.

LES ECOLES

21


LA MATERNELLE

La semaine du goût.

Récolte de pommes dans le

verger de Monsieur Vincent

Neveux.

Grâce aux pommes récoltées,

les enfants ont pu

confectionner de la compote

de pommes et du jus de

pommes.

22


LES PLANTATIONS À L’ÉCOLE.

Les enfants de la maternelle ont pu participer au projet d’embellissement

de leur cour en procédant à quelques plantations.

23


ECOLE ELEMENTAIRE

Les enfants se sont rendus à l’Arsenal pour assister

à une répétition de l’orchestre philharmonique.

En passant, ils ont pu admirer le jardin de l’Esplanade.

24


Les enfants ont participé à la fête de la musique.

Ils ont reçu leurs

correspondants allemands

et leur ont fait visiter le village.

Les écoliers noverois ont

visité la ville de Strasbourg,

avec une visite guidée de la

cathédrale et un tour en

bateau. Ils ont également

participé à des ateliers au

musée scientifique de

Strasbourg, le Vaisseau.

25


L’atelier BADMINTON est

tout aussi riche d’échanges.

Association Sports et Détente

ACTIVITES HEBDOMADAIRES

L’atelier CHARPAGNA vous est

proposé le jeudi à 20h00.

Marcel, Jacky et Gino vous

apprennent à confectionner des

ouvrages en vannerie, à partir de

noisetier et de cornouiller.

Bonne humeur, convivialité et créativité

sont au rendez-vous.

26


Norroy Night II organisée par le club ADOS .

Le club de bridge se réunit deux fois par semaine.

L’atelier folk : des sonorités et des rythmes très variés, que Delphine

l’animatrice, puise tout autour du monde.

Rencontre interclub organisée par le club AKIDO.

27


Visite au Musée de Metz

Régine Schlémaire a fait partager sa passion

du Musée de Metz aux membres du club des

seniors

28

La croisière sur le Rhin


Les seniors ont dégusté avec les yeux

avant d’apprécier avec les papilles les

délices sucrés fabriqués par Fabrice

Dumay, Maître Chocolatier

29

APRÈS-MIDI ARCHIVES ET

CHOCOLATERIE

Visite de l’exposition sur la

manufacture des tabacs aux

archives départementales

JOURNEE AU DOMAINE DE LACHAUSSEE

Après avoir assisté «au tiré de filet» dans l’étang de Lachaussée, dégustation à l’auberge du Vieux

Moulin du poisson pêché sur place

CENTRE AERE

Après le repas, visite de l’exploitation avicole

guidée par un résident du centre d’aide par le

travail

Les enfants ont partagé cette année

leurs activités au centre aéré entre les

jeux de plein air avec leurs animateurs et

les activités cirque avec Vincent du

Cirk'Eole de Montigny. Ils ont pu s'essayer à la jonglerie, à l'équilibre ou encore au monocycle avant de présenter

le fruit de leurs apprentissages à leurs parents grâce à un petit spectacle chargé de prouesses et de poésie qui a

ravi les acteurs comme les spectateurs.


SAISON ET FESTIVAL COUARAIL

Olivier de Robert

Les Sales Fées

Soul qui peut

Fabergo

30

2 octobre 2010 : Repas dansant – Mosaico

8 octobre 2010 : Couarail du Vendredi – Les sales

Fées

16 octobre 2010 : Bal Folk – groupe Rhésus Positif

6 novembre 2010 : Théâtre « Hautes études communales

»

2 décembre 2010 : St Nicolas à l’école

5 décembre 2010 : Spectacle St Nicolas par les Sales

Fées

1 décembre 2010 : Soirée jeunes – Groupes Punk rock

et pop rock + DJ

22 Janvier 2011 : Grande soirée contes avec Olivier

de Robert

23 janvier 2011 : Concert téléthon – Chorale ASD

Quarte Blanche

29 janvier 2011 : Bal Folk avec le groupe Alerions

11 février 2011 : Couarail du Vendredi – Fabergo

5 mars 2011 : Théâtre avec la troupe Les

entracteurs de Solgne

26 mars 2011 : Vendredi du Couarail – Soul qui

peut

8 avril 2011 : Vendredi Couarail – Soirée

Classique : Euphonium Accordéon

25 avril 2011 : Thé dansant avec le groupe Dany

Gardner

26 au 30 avril 2011 Centre aéré

8, 9, 10 et 11 juin 2011 4 représentations de théâtre –

«c’est la guerre» par l’atelier théâtre

de l’ASD, création et mise en scène

par la Cie Rolland Furieux d’après

Georges Feydeau

8, 9 et 10 juin 2011 Contes dans les écoles primaires et

maternelles de Fèves, Plesnois et

Norroy le Veneur

9 juin 2011 : Spectacle de Rosie Volt : « La natür

c’est du bonhür » - Grand bal folk

avec Rhésus Positif – Tradition culinaire

10 juin 2011 : Spectacles : Diego Stirman, Cie

Les pieds dans la lune, Rosie Volt,

Bernard Dusenne, Sébastopol

Animations : Artisans, école 1900,

dictées, Cie Coin dans la rue, découverte

du sentier du patrimoine,

jeux traditionnels enfants et carrousel,

tradition culinaire.


ATELIER THEATRE

4 représentations, plus de 500

spectateurs d’après

Georges Feydeau

C’est la GUERRE

Mise en scène

Agnès Guignard / Daniel Proia

Compagnie Roland Furieux

31


4ème FESTIVAL

COUARAIL

32


AS LES COTEAUX

Le club de football AS Les Coteaux a ses

installations situées à Semécourt et grâce au

soutien des communes de Norroy, Plesnois,

Fèves et Semécourt l'association s’installe

progressivement comme un club de référence dans

le football local.

Du mardi au dimanche, ce sont plus de 200 licenciés

qui animent chaque semaine le complexe sportif et

qui peuvent depuis cette année profiter d’un moment

de détente dans la salle d’accueil tant attendue depuis de

nombreuses années. Celle-ci a été inaugurée le 2 septembre

en présence des représentants des quatre mairies ainsi que

des représentants du district mosellan de football.

Le club possède un esprit très familial, et a pour but

d'apprendre le football aux jeunes et de les former. Il y a

bien sûr des objectifs sportifs pour que le club atteigne

le plus haut niveau possible. L’AS Les Coteaux est

composé de 7 catégories. A partir de 5 ans les catégories

sont réparties ainsi :

4 équipes de U6 à U9, 2 équipes de U11, une équipe U13,

U15 et, U17, 2 équipes séniors et une équipe vétérans.

Les équipes jeunes évoluent toutes en niveau promotion,

l’équipe séniors A en 2ème division alors que l’équipe B évolue

une division en dessous.

L’équipe vétérans n’est pas engagée dans un championnat

mais dispute régulièrement des matchs amicaux en semaine

contre des équipes locales.

En marge des compétitions officielles, l’association organise

chaque année une journée des écoles qui regroupe les classes

des différentes communes sur le complexe sportif et une fête

de fin saison qui voit les enfants s’affronter aux parents

dans la joie et la bonne humeur.

Pour la première fois, le club a organisé une soirée

moules/frites à la salle Albert Bourson, et compte renouveler

ce genre de manifestations les prochaines années.

Vous souhaitez vous investir au sein de notre association

(joueur, dirigeant, membre du comité, arbitre...), alors

rejoignez-nous !. Pour plus d’informations sur le club

(résultats, heures des matchs...) consultez notre site internet

www.aslescoteaux.com

ARBRE DE NOËL

Comme toutes les années le club organise l'arbre de Noël

pour les plus jeunes. Cette année c'est dans la salle d'accueil

du club qu'environ 80 enfants sont venus recevoir leurs friandises

et goûter. Le père Noël était venu accueillir les plus petits.

36


Corps Sapeurs-Pompiers

et Amicale

Le centre d’intervention de Norroy-Le-

Veneur est actuellement composé de 22

pompiers. Nous intervenons sur quatre

communes : Norroy-Le-Veneur où nous

avons effectué 59 interventions, Fèves où

nous avons répondu à 63 appels, Saulny

avec 41 interventions et Plesnois avec

30 interventions. Le CI est également

appelé pour des renforts extérieurs. Au total

cela fait environ 200 interventions pour

l’année 2011. Ces interventions se

décomposent en 39 appels pour prompt

secours, 50 pour accidents sur la voie

publique, 28 pour incendies, 67 pour

destruction d’insectes et 11 divers

(tempêtes, inondations).

Manoeuvre de désincarcération Casse de Bellevue

Manoeuvre incendie - Zone industrielle Fèves

38

Manœuvre de sauvetage d’une victime

par l’exterieur, école de Norroy

Echelle pivotante automatique Yutz


Les Sapeurs pompiers de Norroy-Le-

Veneur ont formé les habitants du village

à l’utilisation du défibrillateur semi

automatique (DSA) présent à la salle

Albert Bourson. De nombreuses

personnes sont venues apprendre les

gestes de premier secours.

Reconnaissance longue

distance Fort de Yutz

Manœuvre Appareil

Respiratoire Isolant (ARI)

Méchoui 2011

Salle Albert Bourson

Sainte Barbe 2011

Salle Albert Bourson

39


Histoire locale

AUMONT AU FIL DE L’EAU

1791 - Construction de la fontaine du Ruché

Jusqu’à la Révolution, l’eau nécessaire aux

habitants du hameau “du Mont” était

exclusivement soutirée dans quelques puits. En

1791, la situation évolue lorsque la municipalité

décide de doter cette annexe d’une fontainelavoir

implantée “au-dessous des vignes de la

Côte au lieu-dit au Ruché” et alimentée en eau

par le ruisseau voisin. Le choix de cet

emplacement éloigné, situé à 500 m des

premières maisons du hameau, ne s’explique

que par l’absence de source plus proche. Les

travaux de construction “d’une auge en pierre

de taille, de 9 pieds de longueur sur 6 pieds de

large et 15 pouces de profondeur” 1 sont

confiés à François Michaux, maçon de

Senauroy, dont le devis 2 prévoit en outre la

construction d’un mur de soutènement autour de

l’auge du côté des vignes, le pavage du pourtour

du lavoir et la réalisation d’un conduit en pierre

de taille de 8 pieds de longueur pour capter

l’eau directement dans le ruisseau du Haut Bois.

1841 - Le lavoir est couvert

En 1827, le conseil municipal de Norroy-

Plesnois envisage de faire couvrir ce lavoir en

utilisant le produit de la vente de 35 chênes

tombés dans la forêt communale pour financer

ces travaux 3 . Malgré cette vente, les moyens

financiers de la commune restent insuffisants et

le projet est abandonné jusqu’en 1841. La

construction d’une toiture sur le lavoir du Ruché

est alors adjugée à François Charlot, menuisier,

et Jean-Nicolas Michaux, maçon, tous deux

domiciliés dans la commune 4 . Henry Gury,

carrier à Malancourt, est chargé de remplacer

l’auge que le gel a fissurée durant le dernier

hiver particulièrement rude. La nouvelle auge

monobloc, en pierre de Jaumont de 2,20 m de

longueur par 1,10 m de largeur et 0,70 m de

1 1 pied = 12 pouces = 0,325 m. Ainsi l’auge mesure environ

3 mètres par 2 avec une profondeur de 40 cm

2 Archives de Norroy - Devis du 20 février 1791

3 Archives de Norroy - Délibération du 4 juin 1827

4 Archives de Norroy du 11 juin 1841

40

profondeur, est mise en place durant le mois

d’octobre 1841 5 .

1843 - Le puits “Dardard” s’est écroulé

En 1843, le Maire informe son conseil que

le puits situé à Aumont derrière la maison du

Sieur Jean Dardard s'est écroulé et qu'il présente

un danger pour la voie publique voisine 6 . Il

considère que ce puits, situé hors de la voie

publique, n'est pas une propriété communale et

qu’en conséquence son rétablissement doit être

pris en charge par les différents utilisateurs.

Dans le cas où ces derniers refuseraient de

réaliser ces travaux, ils leur incomberaient de

combler le puits pour éviter tout accident. En

réponse, les habitants du hameau d’Aumont

adressent une pétition au Préfet 7 dans laquelle

ils réclament la reconstruction complète du puits

aux frais de la commune, “vu son état de

vétusté”. Le conseil municipal, consulté au sujet

de cette pétition, répond point par point en

précisant “que le puits n’a jamais été

communal, qu'il n'est pas vrai qu'il a été réparé

de tout temps par la commune, que le diamètre

n'est pas de 2,60 mètres, comme le prétendent

les pétitionnaires, mais de 1,30 mètre environ et

qu'il n'est pas vrai qu'ils n'ont que ce seul puits

pour abreuver leurs bestiaux et les sauver en

cas d'incendie, attendu qu'il y en a plusieurs

autres dans le hameau”. Le conseil maintient sa

position et demande aux pétitionnaires de

rétablir le puits à leurs frais ou de le combler.

Les choses semblent en rester là pendant cinq

ans mais en 1848 deux nouvelles pétitions sont

émises par plusieurs habitants du hameau

5 Archives de Norroy du 8 août 1841

6 Archives de Norroy - Délibération du 12 mars 1843

7 Archives de Norroy - Délibération du 3 juin 1843


d’Aumont “où vivent alors 16 ménages”. Les

pétitionnaires réclament toujours “que le puits

situé derrière la maison du Sieur Jean Dardard,

croulé depuis longtemps, soit rétabli par la

commune” 8 . La municipalité reste sur sa

position, précisant que ce puits ne peut être une

propriété communale “puisqu'il est construit

dans une espèce de petite cour non close entre

les maisons des Sieurs Dominique Paul l'aîné et

Jean Dardard”. L’examen des plans cadastraux

de 1808 et de 1845 démontre pourtant

clairement la mauvaise foi de la municipalité

mais il faudra attendre juillet 1857 pour

qu’enfin le conseil municipal vote une somme

“pour payer à M. Gaspard, maçon audit lieu,

les travaux urgents qu'il a réalisés au puits

communal d'Aumont”

9 . Les habitants

d’Aumont ont enfin obtenu gain de cause, le

puits est maintenant reconnu comme communal

mais que de discutions et probablement de

discordes pendant 14 ans pour finalement en

arriver là !

1859 - Construction d’un réservoir

Depuis son édification, la fontaine-lavoir du

Ruché est alimentée par l’eau prélevée

directement dans le ruisseau du Haut Bois qui

chemine à ciel ouvert sur plus de 200 mètres

dans la forêt et dans les vignes. La boue et les

impuretés que le ruisseau charrie par mauvais

temps rendent fréquemment l’eau de cette

fontaine inutilisable par les lavandières. Début

1859, la municipalité décide de remédier à cette

situation en demandant au Préfet d’approuver le

devis qu’elle a fait établir en vue de faire

construire un réservoir au Haut Bois qui sera

8 Archives de Norroy - Délibération du 18 janvier 1846 et

Archives départementales N°2 OP 891 du 18 mai 1846

9 Archives de Norroy - Délibération du 19 juillet 1857

41

raccordé à la fontaine du Ruché par une

conduite 10 . Elle obtient rapidement un avis

favorable et les travaux débutent en mars de la

même année 11 .

1902-1904 - L’adduction d’eau

de l’annexe d’Aumont

A partir de 1900, la commune de Norroy

dispose de finances plus que confortables

provenant de la vente de forêts communales que

le Service des Fortifications a acquises pour

entreprendre la construction du Fort Lorraine.

Cet apport financier considérable lui permet de

s’engager dans d’importants projets tels la

reconstruction du presbytère et la réalisation

d’un réseau d’adduction d’eau potable. En

janvier 1902, le Baron von Richthofen,

inspecteur du service hydraulique, expose au

conseil municipal les détails du projet

d’adduction d’eau “Wasserversorgung” qui

concerne le village et ses annexes 12 . La

configuration de la commune impose de réaliser

trois réseaux distincts ; le premier concerne le

village de Norroy avec l’annexe de Snorroy, le

second les annexes d’Aumont et de Larue et le

troisième l’annexe de Bellevue.

Pour ce qui concerne les annexes d’Aumont

et de Larue, il est alors prévu de poser une

conduite entre le réservoir du Haut Bois et

l’intersection située en haut de la rue de la Côte.

A partir de ce point, la conduite doit se partager

en deux nouvelles ; l’une descendra la rue de la

Côte jusqu’à la Larue et l’autre empruntera le

tracé de la rue de Fèves jusqu’à Aumont.

L’ensemble du réseau de distribution principal

sera réalisé avec des conduites en fonte de 50

mm de diamètre. Le projet prévoit également la

construction, dans chacune des deux annexes,

d’une fontaine couverte alimentée par le

nouveau réseau.

Le conseil municipal accepte le projet et

une consultation 13 , à laquelle participent six

entreprises 14 , est émise en mars 1902. Fin avril,

10 Archives départementales N° 2 OP 892 - 13 février 1859

11 Archives départementales N° 2 OP 893 du 15 mars 1859 et

N° 2 OP 892 du 18 mars 1859

12 Archives de Norroy - Délibération du 20 janvier 1902

13 Archives de Norroy du 22 mars 1902

14 Archives de Norroy du 15 avril 1902


l’entreprise Louis Jost de Gandrange se voit

attribuer le marché global des travaux

d’adduction d’eau de Norroy et de ses annexes

pour la somme de 29473,51 DM 15 . La

réalisation des principaux travaux s’étale

essentiellement sur les années 1902 et 1903,

avec quelques finitions en 1904 16 . Le coût

global qui prend en compte les frais d’études,

les travaux réalisés par l’entreprise Jost, les

achats de terrains pour les réservoirs et les

fontaines ainsi que les dégâts sur les terrains

privés s’élève au final à 41981,02 DM 17 .

1913 - Construction d’une station

de relevage au Haut Bois

Les premiers coups de pioches pour la

construction des fortifications Canrobert du bois

de Fèves, “Horimontstellung”, sont donnés en

1912 et la société Holzmann et Cie de Francfort,

adjudicataire des travaux, est bientôt amenée à

rechercher une solution pour alimenter en eau

cet important chantier. En janvier 1913, elle

adresse une demande à la mairie de Norroy en

vue d’obtenir l’autorisation de capter l’eau du

ruisseau de la Fontaine aux Chênes, au niveau

du jardin de M. Édouard Barotte à Snorroy 18 , et

d’y installer une station de pompage pour

alimenter le fort du Hautrimont. Le conseil

municipal, consulté sur ce sujet, rejette

catégoriquement cette demande 19 .

C’est vraisemblablement suite à ce refus

que le service des fortifications décide

d’implanter une station de relevage au Haut

Bois pour alimenter en eau les ouvrages

Canrobert et le fort de Fèves. Pour ce faire, on

construit deux réservoirs enterrés côte à côte. Le

premier, d’environ 10 m 3

, est exclusivement

réservé à l’usage du secteur Aumont-Larue et

reçoit directement l’eau de l’ancien captage du

Haut Bois ainsi que celle d’une nouvelle source

captée un peu plus en amont. Le trop plein de ce

réservoir communal se déverse dans le second

réservoir de 50 m 3

, qui, lui, est militaire et fait

office de puisard pour les pompes de relevage

15

Archives de Norroy du 30 avril 1902

16

Archives de Norroy - Schul-Chronik par J. Barthelmes

17

Archives de Norroy - Délibération du 28 février 1904

18

Jardin actuel de Joël Weyland, proche de la fontaine de

Domdémé

19

Archives de Norroy - Délibération du 26 janvier 1913

42

alimentant les fortifications. Deux bâtiments en

briques rouges, que les anciens ont tout

naturellement baptisé “Les Maisons Rouges”,

surplombent les deux réservoirs. Le bâtiment

côté ouest abrite une station de relevage équipée

de deux pompes entraînées chacune par un

moteur thermique de 12 chevaux 20 tandis que

celui côté est héberge le personnel affecté à

cette station.

A partir de 1914, le Service des

Fortifications, soucieux de disposer d’un débit

d’eau plus conséquent, entreprend la

construction d’une dizaine 21 de chambres de

captage sur le territoire de la commune de

Norroy. Mais, avec l’enlisement de la guerre,

les travaux sont abandonnés sans qu’aucun de

ces captages ne soit alors raccordé. Le projet

global envisagé initialement n’est pas

précisément connu mais on peut imaginer que

l’objectif était de regrouper l’eau de ces

différents captages dans un bassin de reprise,

situé probablement à l’ouest de Snorroy, dans le

secteur de Grodan. L’eau de ce bassin aurait

vraisemblablement été refoulée par des groupes

motopompes jusqu’au réservoir militaire du

Haut Bois pour être ensuite reprise par les

pompes de cette station.

1929-1945 - Quelques travaux

En 1929, l’auge en tôle 22 , qui se trouve

devant le lavoir d’Aumont, est en très mauvais

20

Puissance précisée dans “L’Écho du Hautrimont” N° 32

page 25

21

Nombre indiqué dans une étude du Génie Rural du 28 août

1929

22

Étude du Génie Rural du 28 août 1929 et Archives de

Norroy - Délibération du 13 novembre 1929


état. La commune décide de la remplacer, par

une nouvelle en béton armé de 3,50 m de

longueur.

Début 1945, lorsque la population expulsée

revient à Norroy, la conduite d’eau potable de

l’annexe d’Aumont a subi de sérieux dégâts et

l’une des premières tâches du conseil municipal

est de la faire réparer en urgence 23 .

1852 - Aumont et Larue manquent d’eau

Au début des années 50, les annexes de

Larue et d’Aumont manquent régulièrement

d’eau. La partie de conduite en fonte de

diamètre 50 mm située entre la source et le

sommet de la rue de la Côte est fortement

entartrée et ne laisse plus passer qu’un mince

filet. Pour apporter un remède à cette fâcheuse

situation, le conseil municipal charge le Génie

Rural de réaliser l’étude du projet de

remplacement de ce tronçon de conduite 24 . Ce

denier propose de remplacer les 210 mètres de

conduite défectueuse 25 par une nouvelle

canalisation en Eternit de 100 mm de diamètre.

En mars 1952, le maire est chargé de faire

exécuter ces travaux suivant l’étude du Génie

Rural 26 .

On peut citer à ce sujet une anecdote dont

les plus anciens se souviennent. Lors de la mise

en eau après travaux, l’ingénieur du Génie Rural

responsable du chantier, armé de sa règle à

calcul, avait estimé que l’eau arriverait aux

robinets des maisons du hameau d’Aumont

moins de deux heures après l’ouverture des

vannes. En réalité, l’eau n’arriva pas à Aumont

ce jour-là, pas plus que le lendemain ni même

les jours suivants. A plusieurs reprises, les

sapeurs-pompiers utilisèrent leur motopompe

pour tenter de chasser les bouchons d’air qui

empêchaient l’écoulement de l’eau. Finalement

il faudra attendre 23 jours avant de voir arriver

la première goutte aux robinets des maisons

d’Aumont. Pendant de nombreuses années, plus

personne n’osera prendre l’initiative d’une

intervention sur ce réseau, par crainte d’avoir à

23

Archives de Norroy - Délibérations du 22 mai 1945 et du 6

décembre 1945

24

Archives de Norroy - Délibération du 14 janvier 1952

25

Étude du Génie Rural du 11 février 1952

26

Archives de Norroy - Délibération du 9 mars 1952

43

faire face au même problème. N’oublions pas

qu’en 1952, il n’y avait aucune construction

entre Larue et le hameau d’Aumont. Par la suite,

les difficultés liées aux poches d’air dans la

conduite de la rue de Fèves ont progressivement

disparu avec l’arrivée des nouvelles

constructions dont les raccordements ont facilité

la purge de la conduite principale.

Dégâts de l’hiver 1956

L’hiver 1956 avec ses 25 jours de gel

consécutifs et une température de - 23,2 °C

enregistré à Metz a été particulièrement

destructeur. Le réseau d’eau n’a pas été épargné.

En février, le conseil municipal demande en

urgence une subvention 27 pour pouvoir réparer

une importante fuite à Aumont, dont on ignore

l’étendue des dégâts. Les travaux sont

rapidement entrepris ainsi que la reconstruction

du canal d’écoulement des eaux de la fontaine

qui s’était effondré.

1963 - Cession du réservoir militaire

du Haut Bois

En 1962, le conseil municipal sollicite les

autorités militaires en vue d’une éventuelle

cession, “à titre gracieux ou pour une somme

symbolique”, du réservoir situé au lieudit Haut

Bois. Son objectif est d’en faire une réserve

incendie pour les annexes d’Aumont et de

Larue. Il note à cette occasion “que la station

élévatrice a été construite pour utiliser le tropplein

d’un petit captage communal, que l’eau

était refoulée par des pompes pour être utilisée

dans les ouvrages fortifiés situés au sommet de

la colline et que l’installation, qui n’a plus été

utilisée depuis 1945, tombe en ruine”. En

réponse, le service des Domaines fixe le prix de

cession de l’ancienne station élévatrice à

1100 NF. Le conseil municipal, qui n’est pas

intéressé par l’immeuble mais seulement par

l’utilisation rationnelle du réservoir, décide

d’abandonner le projet à ces conditions, d’autant

plus que la commune, en cas d’accord, devrait

procéder à l’achat du terrain qui n’appartient pas

à l’État 28 . Finalement en 1963, le conseil

municipal confirme que son intérêt ne se porte

27 Archives de Norroy - Délibération du 25 février 1956

28 Archives de Norroy - Délibération du 23 juin 1962


que sur le réservoir souterrain, jouxtant le

réservoir communal, et accepte le rachat de

l’ouvrage au franc symbolique, suivant la

dernière proposition de M. le Directeur des

Impôts. Simultanément, il décide d’acheter à M.

Charles Duval la surface qui correspond à

l’emprise de la station de pompage, soit 2,63

ares 29 .

Aumont manque d’eau épisodiquement

Depuis un certain nombre d’années, les

besoins en eau des ménages augmentent

constamment alors que le débit des sources tend

à réduire sensiblement. Chaque année, en

période d’étiage, une partie des habitants de

Norroy et de ses annexes manque d’eau. Le

hameau d’Aumont est le plus durement touché.

Plusieurs mesures sont prises en 1965 pour

répartir l’eau de manière plus équitable :

- L’entreprise Lambinet de Woippy est

chargée de poser un compteur d’eau chez tous

les particuliers raccordés au réseau d’eau de

Norroy 30 . Jusqu’alors, la consommation d’eau

était facturée forfaitairement au prorata du

nombre d’utilisateurs par maison, ce qui

n’incitait pas forcément à l’économie.

- L’annexe d’Aumont étant défavorisée par

sa position altimétrique par rapport à celle de

Larue, on décide de faire construire une

chambre à vannes souterraine en haut de la rue

de la Côte à partir de laquelle on tente de

répartir plus équitablement les débits entre ces

deux secteurs 31 .

- On coupe l’eau de toutes les fontaines

publiques du village directement connectées au

réseau de distribution. Les fontaines de Larue et

d’Aumont sont concernées 32 .

- Dans les périodes les plus critiques, il est

parfois nécessaire de couper l’eau durant la nuit

pour favoriser le remplissage des réservoirs.

Toutes ces mesures permettent d’améliorer

29

Archives de Norroy - Délibérations du 9 mars 1963 et du 9

avril 1963

30

Archives de Norroy - Délibération du 5 juin 1965

31

Archives de Norroy - Délibération du 25 septembre 1965

32

Archives de Norroy - Délibération du 27 novembre 1965

44

sensiblement la situation mais, en période

d’étiage, l’alimentation en eau de l’annexe

d’Aumont reste critique. C’est pourquoi, en

1980, le conseil municipal décide de faire

réaliser les travaux utiles pour alimenter le

secteur de Larue et une partie de la rue de la

Côte à partir du réseau Norroy-Snorroy, ceci

dans le but d’augmenter d’autant les

disponibilités pour les habitants d’Aumont.

1986 - Rattachement au réseau de

distribution d’eau du SIEGVO

Mais tous le problèmes ne sont résolus pour

autant et pour répondre aux nouveaux besoins,

tant en débit qu’en pression, et se conformer aux

réglementations, d’importants travaux sont

indispensables au niveau de l’ensemble du

réseau d’adduction d’eau de la commune ;

raccordement de nouvelles sources, réalisation

de stations de surpression et de traitement, et

création de périmètres de protection autour des

captages. Des études sont menées dans ce sens

tandis que parallèlement la Mosellane des Eaux

et le SIEGVO sont consultés. En 1986, la

municipalité opte pour le rattachement du

village au réseau de distribution d’eau du

SIEGVO 33 .

Dès lors, le nouveau gestionnaire du réseau

entreprend les travaux utiles pour garantir

l’alimentation de chaque foyer. Les différents

captages et réservoirs qui alimentaient nos

différents réseaux sont déconnectés. Depuis, la

source du Haut Bois se perd dans la forêt,

l’emplacement de l’ancienne fontaine du Ruché

a fait place aux anciens équipements de

télédistribution, aujourd’hui à l’abandon, tandis

que les fontaines d’Aumont et de Larue,

désaffectées, ont été reconverties en abribus.

L’eau coule maintenant en abondance à

Aumont comme dans le reste du village et il me

reste à formuler le souhait que toutes ces

péripéties liées au manque d’eau soient

définitivement classées dans la pochette des

mauvais souvenirs.

R. HERRMANN

33 Archives de Norroy - Délibération du 4 février 1986


DÉCÈS

Michelle Marie ESTIENNE née ROBERT

21 février 2011 - NORROY

Monique SPEYER née KACZMAREK

8 avril 2011 - NORROY

Eveline GARDIN née COQUEL

8 avril 2011 - METZ

Jack MAGNIEN

15 juillet 2011 - COLMAR

Roland MANSUIT

21 août 2011 - METZ

Jean-Claude PAUL

22 août 2011 - NORROY

ETAT CIVIL

NAISSANCES

Ethan JUNOT 7 février 2011

Arthur MERIENNE 28 février 2011

Lucas FAZZALARI 1 juin 2011

Amauri MARTIN 15 juin 2011

Romane FAVRE-MONNET 23 juin 2011

Mathilda DORSCHNER 29 août 2011

Elise GAUTIER 1 octobre 2011

BAPTÊME REPUBLICAIN

Arthur MERIENNE 13 août 2011

MARIAGES

Philippe Louis FAVRE-MONNET

et Hélène ABT 8 juillet 2011

Stéphane MAURIN

et Alexandra WEISS 20 août 2011

45


INFOS PRATIQUES

EN CAS D’URGENCE DES NUMÉROS UTILES

SAMU 15

POLICE 17

POMPIERS 18

GENDARMERIE DE MAIZIERES-LES- METZ 03 87 80 56 03

INFIRMIERE A DOMICILE

Madame Isabelle GOERGES 06 71 97 37 56

Madame Carole DE FARIA

Madame Martine LEWENEC 03 87 51 28 28

Madame Viviane LEWENEC

PHARMACIE DE GARDE

Répondeur 03 87 58 53 00

CENTRE ANTI POSON

Conseils par téléphone 03 83 32 36 36

Si urgence appeler le SAMU 15

CONCILIATEUR

Monsieur Michel GUIDAT – Permanence en mairie de Woippy

3ème mercredi du mois de 8H30 – 10H30 03 87 34 63 00

COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

1 Place de la Gare 57180 Maizières- lès- Metz 03 87 51 77 02

ECOLES

Aux heures de classe 03 87 51 33 90

CORRESPONDANT LOCAL du RÉPUBLICAIN LORRAIN

Monsieur Gérard GOETZMANN 03 87 51 35 65

PRESBYTERE

Abbé Jean Poiret

Norroy 03 87 51 34 21

Woippy 03 87 32 43 94

SALLE ALBERT BOURSON

Permanence location mercredi de 18h à 19h 03 87 51 33 83

SALLE DU FOURNIL 03 87 54 10 56

ACCUEIL LOISIRS PLESNOIS

Accueil périscolaire 06 08 76 33 74

DECHETERIE DE MAIZIERES-LES-METZ

horaire hiver

Du mardi au vendredi

de 14h à 16h

Samedi

de 10h à 12h et de 13h à 17h

horaire été

Du mardi au jeudi

de 14h à 17h

Vendredi

de 9h à 12h et de 14h à 18h

Samedi

de 9h à 12h et de 13h à 18h

46

Le passage à l’horaire d’été

s’effectue le 3 avril

Le passage à l’horaire d’hiver

s’effectue le 24 novembre.

Directeur de publication : Michèle PAUL, Maire.

Comité de rédaction : Commission information,

Associations, Enseignants.

Coordination, mise en page : Kenza KEHLI.

Crédits photos : Commission information, Associations,

Ecoles, Gérard GOETZMANN, Florent

CURK, Kenza KEHLI.

Histoire locale : Robert HERRMANN.

Photo de couverture : quartier Godier.

4ème de couverture : cour de lʼécole.


Fleurissement

du village

Avec les travaux d’urbanisme réalisés autour de la fontaine de Godier et dans les rues du Fort

et de Godier, l’occasion s’est présentée de repenser l’aménagement des espaces verts de ce

quartier. Selon les conseils et recommandations des spécialistes des espaces verts du Conseil

Général nous avons choisi des vivaces et des buissons qui nécessitent moins d’entretien et

surtout moins d’arrosages.

Le magasin Auchan lors de son vingtième anniversaire nous a offert 15 arbres de belle taille

(liquidambars, poiriers ornementaux, aubépines) qui ont été plantés notamment autour du

nouveau rond-point rue du Fort. Leurs couleurs sont flamboyantes à l’automne et les fruits des

buissons sont très appréciés des oiseaux. Le paillage mis en place dans les massifs provient du

broyage des végétaux et limite le désherbage

et l’arrosage. Ainsi les plantations de

la rue du Charrau, en place depuis deux

étés n’ont jamais été arrosées.

Un nouveau projet est en cours, c’est l’installation

« d’hôtels » pour abriter nos amis

les insectes. Si vous vous promenez en

Moselle ou en Meurthe et Moselle, vous

pouvez en découvrir dans certaines villes

installés dans des ronds-points ou des

parcs ; ils allient l’utile à l’agréable, car ils

sont aussi d’un très bel effet décoratif.

Des exemples sont à admirer à Courcelles

Chaussy et à Toul. Nous sommes ouverts à toute suggestion de votre part pour leur réalisation !

Alors, un peu de patience encore, le printemps n’est pas loin et avec l’aide de Dame Nature, du beau

temps revenu et de notre jardinier nous ferons en sorte de rendre notre village encore plus beau et toujours

plus accueillant.

Les lauréats des

maisons fleuries

M et Mme HERRMANN,

M et Mme KAESE,

M et Mme PETRE,

M et Mme ROBERT,

M et Mme SCHILTZ.

47


48

A2DV Numérique 03 82 82 53 10

More magazines by this user
Similar magazines