Conférence de Mme Catherine Klein, Inspectrice Générale de Lettres

ac.noumea.nc

Conférence de Mme Catherine Klein, Inspectrice Générale de Lettres

Conférence de Madame Catherine Klein,

Inspectrice Générale de lettres

Correspondante Académique des COM

Centre culturel Tjibaou

Le 9juin 2010

L’enseignement des Lettres classiques en collège et en lycée

1. Collège : Les langues anciennes et le socle

Les grandes orientations des programmes de langues anciennes

2. Lycée : Les nouvelles épreuves de langues anciennes au baccalauréat ( écrit et oral)

L’enseignement d’exploration de langues anciennes en seconde

3 .Le livret personnel de compétences et la validation des compétences

Cette réunion est présidée par Catherine Klein et co-présidée par Véronique Lehoullier, chargée de

mission d’inspection en Lettres au Vice Rectorat. Y ont été convoqués les professeurs de Lettres classiques

des collèges et des lycées du territoire ainsi que les coordonnateurs des équipes de Lettres en lycée.

I. Introduction :

Les matières « latin » et « grec » sont groupées à présent sous le terme: Langues et cultures de l’Antiquité.

L’enjeu est que les collégiens acquièrent les fondements linguistiques et culturels de la langue française et des

cultures européennes.

Les cours de langues anciennes permettent à l’élève de découvrir la richesse et la fécondité des textes

fondateurs qui ont nourri et ne cessent de nourrir la pensée, la création artistique, la vie politique et sociale

L’apprentissage de la langue est nécessaire « Pour lire et comprendre un texte antique dans sa langue d’origine,

l‘élève doit suffisamment maîtriser le lexique et la grammaire ».

Un temps spécifique est donc réservé à l’apprentissage de la langue.

L’enseignement de la langue privilégie une démarche réflexive qui amène l’élève de l’observation des faits de

langue à leur compréhension, à leur mémorisation, puis à des réinvestissements dans d’autres situations de

lecture.

Cet enseignement suppose une approche fortement interdisciplinaire.


Facultatif, il doit être innovant et permettre de développer des compétences transférables dans toutes les

disciplines.

Le socle commun des compétences[1] est mis en œuvre en collège.

En fin de 3 ème , les élèves de collège devront maîtriser 7 « piliers » de compétence. Il s’agit d’une évaluation

portée dans « un livret de compétences » qui suivra, au terme de la réforme, l’élève du CP jusqu’au DNB. Ce

dernier examen, par ailleurs, ne sera validé que s’il y a validation du socle. Des propositions sont faites en ce

sens.

Comment l’enseignant de Lettres classiques va t-il être intégré dans ce système ? Va t-il participer, comme les

autres enseignants à l’évaluation de cette maîtrise des compétences ?

Il tiendra toute sa place dans le pilier 5 : « Acquérir une culture humaniste ».

La connaissance de textes majeurs de l’Antiquité comme L’Iliade ou L’Odyssée est évidemment convoquée. De

plus, le préambule du texte officiel met en évidence le rôle de tous les enseignants dans la formation de l’élève et

la validation de ses compétences.

En quoi les langues anciennes vont-elles participer à l’acquisition de toutes les compétences concernées par le

socle commun ?

La logique du socle n’est pas disciplinaire mais transversale : chaque pilier fait référence à des compétences qui

convoquent plusieurs disciplines. Le socle modifie le positionnement de l’enseignant vis à vis de sa discipline. Il

s’agit clairement de créer des ponts entre les disciplines, de les décloisonner, de favoriser le plus possible le

réinvestissement des compétences dans tous les domaines de la formation.

II. Les piliers du socle

- Pilier 1 : « Maîtrise de la langue française »

Comprendre un énoncé français et savoir communiquer à l’écrit comme à l’oral. Relevons deux

résonances :

En latin et en grec ancien, l’objectif est de savoir lire et comprendre un texte, d’élaborer du sens da façon

autonome.

L’étude de la langue latine est menée en liaison constante avec l’enseignement de la langue française. Le cours

de langue est l’occasion de revenir sur des notions grammaticales essentielles, de les consolider, d’en comparer

les expressions entre la langue que l’on pratique et celle que l’on découvre »

a) Il s’agit, ce qui est nouveau pour les langues anciennes, de travailler sur des textes en français

donc sur la langue traduite.

b) Il s’agira aussi de réfléchir sur différentes traductions, de les comparer et de déterminer celle

qui est la plus porteuse du sens de l’original et pourquoi.


- Pilier 2 : « Pratique d’une langue vivante étrangère »

Comprendre et communiquer dans une langue vivante à l’écrit et à l’oral.

Quatre résonances :

a) développement de la compréhension d’un énoncé.

b) appropriation d’un code linguistique.

c) acquisition de vocabulaire.

d) acquisition d’une conscience européenne

- Pilier 3 : Compétences en « mathématiques et culture scientifique et technologique » :

Acquérir des modes de raisonnement de type scientifique et savoir les mettre en œuvre. Deux résonances :

a) Se constituer une culture scientifique de base, pour comprendre les grandes lois qui régissent

l’univers. Naissance des sciences en Grèce et à Rome

b) Acquisition de modes de raisonnement : pratique de démarches de pensée rigoureuses qui peuvent

être transférées dans le domaine scientifique et réciproquement.

- Pilier 4 : « Maîtrise des techniques usuelles de l’information et la communication. »

Connaître et savoir utiliser les TICE.

a) Apprendre à faire des recherches documentaires à travers des documents numériques.

b) Utiliser les TICE comme un outil de travail sur la langue. Les programmes affirment l’intérêt pour

les activités d’apprentissage de la langue grecque ou latine.

- Pilier 5 : « Culture humaniste » ;

Acquérir des repères pour mieux se situer dans la société d’aujourd’hui et s’ouvrir au monde.

Cette compétence intéresse le français, l’histoire, la géographie, les Arts, les langues anciennes….

« Contribuant à faire émerger des interrogations et des thématiques porteuses de sens, la rencontre et le

dialogue avec les œuvres d’art occupent une place privilégiée du cours de latin et de grec »


- Pilier 6 : « Compétences sociales et civiques »

Connaître la culture civique de son pays et acquérir le sentiment d’appartenance à l’Europe

a) Les langues anciennes permettent d’effectuer un parcours civique aux élèves aboutissant à la

connaissance des principes de la vie en société et aux valeurs de la république.

b) Le rapprochement avec les langues vivantes étrangères dont l’origine est latine, romane ou

grecque permet de multiples rapprochements entre les peuples.

- Pilier 7 : « Autonomie et esprit d’initiative » ;

Cette compétence englobe tous les piliers. Il y a sept occurrences de l’adjectif « autonome » dans le

prologue.

III. Pédagogie :

a) Les langues anciennes permettent l‘acquisition de l’autonomie.

b) Elles participent au développement de l’esprit d’initiative et de la personnalité. Elles permettent de

mettre l’élève en situation active de recherche et de découverte. « Traduire, une expérience de

découverte »

Un certain nombre de préconisations sont évidentes : il faut toujours préciser l’objet de l’enseignement aux

élèves, ses objectifs et expliciter clairement la démarche d’apprentissage. IL faut placer l’élève en situation de

questionnement (cf. pilier 6), l’interroger régulièrement et le mettre en situation de réinvestir ses connaissances

et ses compétences. Il s’agit d’une véritable mission humaniste pour les professeurs.

IV. Le livret des compétences :

Il est indispensable à la validation du socle.

Comment se présente t-il ? Chaque pilier est décomposé en domaines puis en items : par exemple le pilier 1 est

décomposé en 3 domaines : lire, écrire, parler. Chacun des domaines est à son tour décomposé en items, certains

très simples : « Réécrire un texte sans faute », d’autres plus complexes.

Au conseil de classe du 3 ème trimestre au plus tard, le professeur principal propose à ses collègues de valider (ou

non) tel ou tel item, ou tel ou tel domaine, ou la compétence en entier.

Une circulaire va paraître en juillet sur la mise en œuvre de la validation du socle ; il s’agira d’une évaluation

collégiale.

Dans le quotidien de la classe, cela ne change guère les évaluations de l’enseignant qui doit simplement prendre

en compte ces compétences. Ce livret suivra l’élève tout au long de sa scolarité et permettra de mieux prendre en

compte son parcours, et en collège comme en lycée de mettre en place très vite des aides personnalisées.


V. Enseignements d’exploration :

A côté des options en langue anciennes (3 heures de latin et 3 heures de grec), les lycées qui le souhaitent

pourront mettre en place « un enseignement d’exploration » en 2 nde ouvert à ceux qui n’ont jamais appris de

langues anciennes en collège mais qui désirent s’y initier et explorer pendant un an langues et cultures antiques

(anciens grands débutants de la formule précédente). Tout en explorant les deux langues, ils vont être amenés à

n’en mémoriser qu’une seule. S’il souhaite continuer en 1 ère , ils pourront bénéficier d’un enseignement

personnalisé jusqu’à la fin de la 2 nde .

Quel sera le programme de cet enseignement d’exploration ? Il sera une extraction des programmes de lycée :

- Culture : études des mythes avec ouverture sur la culture européenne (que sont devenus les mythes

antiques dans les payas de langue romane, etc.)

- Langue : comment et par quels procédés les systèmes linguistiques des langues modernes ont-ils été

engendrés par les langues anciennes ? On pourra travailler sur des études comparatives de l’espagnol,

de l’italien, du français à partir de leur base latine.

VI. Concours Vice-Rectorat/ Amopa

« Défense et illustration des langues anciennes »

Initié par madame Lehoullier, sous l’égide de l’AMOPA, ce concours a été officiellement lancé à l’issue de la

conférence, en présence de Madame Klein et de Monsieur Gabriel valet, président de l’association.

Sans en révéler le contenu, les professeurs concepteurs ont communiqué au public quelques informations sur ce

concours ouvert aux élèves de cinquième, de troisième, de seconde et de première.

Il s’agit d’un texte latin avec sa traduction, dans le respect des instructions officielles qui privilégient le

bilinguisme. Les épreuves posent des questions de langue et de civilisation, tout en gardant un esprit ludique.

La remise des prix est prévue en octobre

VII. Remarques diverses

Dans le cadre de la formation continue, Madame Lehoullier a encouragé les collègues de lettres classiques à

participer à un stage d’une journée sur l’intercompréhension des langues romanes, prévu en août. De

nombreux collègues ont proposé leur candidature.

Concernant le socle commun de connaissances et de compétences, le groupe de réflexion créé cette année va

également pouvoir mettre en ligne fin juillet un tableau de validation des compétences en maîtrise de la

langue (Compétence 1)

Cette conférence sera en ligne sur le site académique grâce à l’équipe du CDP qui a accepté de la filmer dans

son intégralité. Qu’elle en soit vivement remerciée.

[1] Compétence : combinaison de connaissances fondamentales, de capacités à les mettre en œuvre dans des

situations variées et d’attitudes indispensables.

*Baccalauréat : Epreuves de langues et cultures de l’Antiquité / BO n¨°15 du 9 avril 2009

*Programme de seconde : Bo spécial du 29 avril 2010

More magazines by this user
Similar magazines