Service des ponts et chaussées Office de l'entretien - Canton de ...

gcCYXjhc6J

Service des ponts et chaussées Office de l'entretien - Canton de ...

Service des ponts et chaussées

Office de l’entretien

CH-2001 NEUCHÂTEL RUE POURTALES 13 CASE POSTALE 2856

032 / 889 67 10 FAX : 032 / 889 62 6LIGNE DIRECTE 032 / 889 67 12


Table des matières

1. Generalites...................................................................................................................................... 4

1.1 Généralités ....................................................................................................................................................4

1.1.1 Types de béton bitumineux ....................................................................................................................4

1.1.2 Prescriptions de qualité ..........................................................................................................................5

1.2 Matériaux entrant dans la fabrication des bétons bitumineux.................................................................5

1.2.1 Composition ...........................................................................................................................................5

1.2.2 Dosage....................................................................................................................................................5

1.2.3 Liants (Annexe N° 3 au présent cahier des charges) .....................................................................................5

1.2.4 Additifs...................................................................................................................................................6

1.2.5 Granulats ................................................................................................................................................6

1.2.6 Fillers .....................................................................................................................................................6

1.3 Contrôles.......................................................................................................................................................7

1.3.1 Surveillance de la qualité .......................................................................................................................7

1.3.2 Attestations d'aptitude – Epreuve-type de formulation...........................................................................7

1.3.3 Gâchée d'essai ........................................................................................................................................9

1.3.4 Planche d'essai......................................................................................................................................10

1.3.5 Tolérances ............................................................................................................................................10

2. Transport, pose et compactage .................................................................................................... 10

2.1 Objet............................................................................................................................................................10

2.2 Chargement et transport ...........................................................................................................................10

2.3 Reconnaissance de la surface à revêtir .....................................................................................................11

2.4 Préparation de la surface à revêtir ...........................................................................................................11

2.5 Protection des regards et des repères .......................................................................................................11

2.6 Signalisation................................................................................................................................................11

2.7 Mise en œuvre des bétons bitumineux ......................................................................................................11

2.7.1 Températures........................................................................................................................................11

2.7.2 Conditions météorologiques.................................................................................................................12

2.7.3 Mise en œuvre ......................................................................................................................................12

2.7.4 Epaisseurs.............................................................................................................................................12

2.7.5 Support et fondation.............................................................................................................................13

2.7.6 Joints de reprise....................................................................................................................................13

2.7.7 Zones de raccordement.........................................................................................................................13

2.7.8 Compactage..........................................................................................................................................13

2.7.9 Régularité de surface............................................................................................................................13

2.8 Prescriptions qualitatives ..........................................................................................................................14

2.9 Contrôles de la mise en œuvre...................................................................................................................14

3. Prix, réception et garanties ........................................................................................................... 15

3.1 Prix ..............................................................................................................................................................15

3.1.1 Couche de support, renforcement.........................................................................................................15

3.1.2 Couche de surface ................................................................................................................................15

3.1.3 Métrés et décomptes.............................................................................................................................15

3.1.4 Répartition des frais liés aux essais de qualité......................................................................................15

3.1.5 Retenue de garantie (durant travaux)....................................................................................................18

3.2 Réception de l'ouvrage, garanties .............................................................................................................18

3.2.1 Chantiers sur routes cantonales ............................................................................................................18

3.2.2 Chantiers sur route nationale (gros entretien).......................................................................................18

3.2.3 Délai de garantie...................................................................................................................................18


3.3 Responsabilités ...........................................................................................................................................19

4. Entrée en vigueur.......................................................................................................................... 19

Annexe 1 ..........................................................................................................................................................20

Principales exigences de qualité des agrégats ..................................................................................................20

Selon norme SN 670 103b et 115.....................................................................................................................20

Annexe 2 ..........................................................................................................................................................21

Principales exigences de qualité des Fillers .....................................................................................................21

Selon norme SN 670 116 .................................................................................................................................21

Annexe 3 ..........................................................................................................................................................22

Principales exigences de qualité de liants.........................................................................................................22

Selon norme SN 670 150-1 ..............................................................................................................................22

Annexe 3 (Suite)...........................................................................................................................................23

Principales exigences de qualité de liants.........................................................................................................23

Selon norme SN 670 150-1 et SN 670 210 ......................................................................................................23

Annexe 4.1 .......................................................................................................................................................24

Exigences pour valeurs nominales.............................................................................................24

Couches de roulement – Bétons Bitumineux courants .....................................................................................24

Selon norme SN 670 431-1aNA.......................................................................................................................24

Annexe 4.2 .......................................................................................................................................................25

Exigences pour valeurs nominales.............................................................................................25

Couches de roulement – Bétons Bitumineux spéciaux.....................................................................................25

Annexe 4.3 .......................................................................................................................................................26

Exigences pour valeurs nominales.............................................................................................26

Couches de liaison et de base...........................................................................................................................26

Annexe 4.4 .......................................................................................................................................................27

Exigences pour valeurs nominales.............................................................................................27

Couches de fondation.......................................................................................................................................27

Annexe 5 Ecarts admissibles par rapport aux valeurs nominales .................................................................28

Tolérances pour l’évaluation de la conformité de la production ...........................................................28

Annexe 6 ..........................................................................................................................................................29

Températures de fabrication et de mise en œuvre.............................................................29

Annexe 7.1 Exigences relatives à la teneur des vides en place, au degré de compactage et à l'épaisseur des

Couche de roulement .............................................................................................................30

Annexe 7.2 Exigences relatives à la teneur des vides en place, au degré de compactage et à l'épaisseur des

Couche de support..................................................................................................................31

Annexe 8 Exigences relatives aux couches de béton bitumineux de très faibles épaisseurs (ACVTL) ........32

Annexe 9 Qualité antidérapante et exigences de planéité.............................................................................33


1. GENERALITES

Ce cahier des charges s’applique à tous travaux de revêtements en béton bitumineux liés à la réfection, au

renforcement ou à la construction des routes cantonales ainsi qu'aux travaux de "gros entretien" des routes

nationales du Canton de Neuchâtel.

1.1 Généralités

a) La fabrication des revêtements en béton bitumineux est régie par les normes SN en vigueur,

enregistrées par l’Association suisse de normalisation SNV et éditées par l'Association suisse des

professionnels suisses de la route et des transports (VSS).

b) On distingue :

− Enrobés bitumineux : Normes de base (norme SN 640 420a),

− Enrobés bitumineux compactés : Conception, exécution, exigences pour les couches en place

(norme SN 640 430a),

− Mélanges bitumineux – Béton bitumineux : Spécifications sur le matériau (norme SN 640 431-1aNA),

− Les couches de roulement en béton bitumineux pour couches très minces (SN 640 431-2NA)

− Les couches de roulement en splittmastixasphalt (norme SN 640 431-5NA),

− Les couches de roulement en enrobé bitumineux drainant (norme SN 640 431-7NA),

on renoncera à les appliquer à des altitudes supérieures à 600 m.

− Les enrobés stockables à froid préparés avec un liant approprié et les revêtements superficiels. Le

présent cahier des charges ne s'applique pas à ces enrobés.

1.1.1 Types de béton bitumineux

Les types de bétons bitumineux prescrits pour l'exécution des couches de roulement, de reprofilage, de

liaison, de base et de renforcement; dont on distingue les classes L, N, S et H, sont les suivants:

L : pour des sollicitations légères S : pour des sollicitations sévères

N : pour des sollicitations normales H : pour des sollicitations très sévères

Domaine d'utilisation Désignation Référence

Roulement AC 4 L SN 640 431-1aNA

AC 8 L, N, S et H

AC 11 L, N, S et H

AC 16 L, N

ACVTL 8 et 11 SN 640 431-2NA

SMA 8 SN 640 431-5NA

SMA 11

PA 8 SN 640 431-7NA

PA 11

AC MR 8 SN 640 431-1aNA

AC MR 11

Couche de liaison AC 8 L (Reprofilage)

ou Reprofilage AC B 11 S SN 640 431-1aNA

AC B 16 S et H

AC B 22 S et H

Couche de base AC T 11 L et N SN 640 431-1aNA

AC T 16 L, N et S

AC T 22 L, N, S et H

AC T 32 S et H

Renforcement AC T 16 N et S SN 640 431-1aNA

AC T 22 N et S


1.1.2 Prescriptions de qualité

• Les caractéristiques des bétons bitumineux dépendent des granulats et du liant, et de leurs proportions

respectives dans les bétons bitumineux. Les critères de qualité suivants doivent être respectés :

− Granulats SN 670 103b

− Fillers SN 670 116

− Bitumes SN 670 150-1 - SN 670 210

• Les bétons bitumineux doivent être conformes à la série de prix et aux prescriptions des normes, ainsi

qu'aux prescriptions complémentaires qui figurent à l'Annexe N°3. En outre, le fabricant doit s'assurer

de la bonne adhésivité du liant à la partie minérale et doit prendre les mesures nécessaires pour

garantir le maintien de cette qualité dans le temps.

1.2 Matériaux entrant dans la fabrication des bétons bitumineux

1.2.1 Composition

• Les bétons bitumineux étant fabriqués à partir d'agrégats et de liants fournis par l'entrepreneur, les

valeurs nominales de chaque sorte de béton bitumineux seront soumises à l'agrément du maître de

l'œuvre (M.O.), avec études et essais à l'appui, pour autant que ceux-ci ne soient déjà connus.

• La formule mise au point devra satisfaire les caractéristiques imposées par le M.O.

• Les agrégats et fillers devront répondre aux prescriptions du présent cahier des charges.

• Les couches de support soumises temporairement au trafic ainsi que les couches de roulement doivent

satisfaire aux exigences de la qualité antidérapante selon la norme SN 640 511b. Les granulats utilisés

seront conformes aux exigences relatives à la résistance au polissage PSV selon la norme SN 670 103b

correspondant au type d'enrobé choisi, sauf prescription particulière du MO.

1.2.2 Dosage

Les dosages en liant sont fixés par rapport au poids total des bétons bitumineux. La valeur du module de

richesse n'est appréciée qu'à titre indicatif.

• Le dosage en filler est exprimé en pourcentage du poids total des agrégats, filler compris, à l'exclusion

du liant.

1.2.3 Liants (Annexe N° 3 au présent cahier des charges)

Revêtements en béton bitumineux (AC), selon SN 640 431-1aNA

• Pour cette classification de revêtements, en ligne générale, les liants utilisés seront des liants ordinaires,

SN 670 150-1. On utilisera de préférence des liants de viscosité B 35/50 et B 50/70 pour les AC B, T et

B 50/70 et B 70/100 pour les AC.

• Lorsque le M.O. souhaite l'emploi d'un bitume amélioré, il l'indiquera dans le document de soumission.

• Si l'entrepreneur propose une variante relative à l'utilisation d'un liant de spécification particulière, il en

précisera les conditions de préparation et ses caractéristiques.

Revêtements en béton bitumineux en couches minces (ACVTL), selon SN 640 431-2NA

• Les liants doivent satisfaire aux spécifications des normes prEN 14023. En règle générale, on emploiera

les sortes de liants suivants :

− PmB C : 50/70-53, 70/100-48

− PmB E : 50/70-65, 70/100-60

!


Splittmastixasphalt (SMA), SN 640 431-5NA

• Les liants doivent satisfaire aux spécifications des normes SN 670 150-1 et SN 670 210. En règle

générale, on emploiera les sortes de liants suivants :

− 70/100 et 50/70

− (BMP type II et III) PmB-C/Pmb-E

• pour les bitumes polymères ou les ajouts de poudre d'asphalte, on tiendra compte des prescriptions

spécifiques au liant fixées par le fournisseur.

Enrobé bitumineux drainant (PA), SN 640 431-7NA

On utilisera un bitume polymère, SN 670 210, ou un bitume comportant des additifs polymères.

Enrobé macrorugueux (AC MR), SN 640 431-1aNA

On n'utilisera que des bitumes polymères en tant que liant, ou un ajout de poudre d'asphalte.

Ils satisferont à la norme SN 670 210.

1.2.4 Additifs

• On entend par additifs toute substance ajoutée à l'enrobé bitumineux lors de sa fabrication. On distingue

les additifs qui modifient le bitume ou l'enrobé, comme l'asphalte naturel, le caoutchouc, des matières

synthétiques, etc. et ceux qui agissent en tant qu'additifs stabilisants tels que les fibres organiques et

minérales, la silice et les polymères en poudre ou en granules, les fillers à haut pouvoir stabilisant.

Lorsqu'en accord avec le M.O., on emploie des additifs tels qu'asphalte naturel, caoutchouc, polymères,

pigments, produits régénérants, dopes d'adhésivité, etc., on suivra les instructions spécifiques aux

matériaux données par le fournisseur.

• La teneur en liant élevée des splittmastixasphalts exige l'ajout d'additifs stabilisants pour empêcher

l'écoulement du liant lors de la fabrication et du transport ainsi qu'une ségrégation lors de la mise en

œuvre et du compactage. On ne peut renoncer à l'utilisation d'additifs qu'avec l'emploi de liants

spécialement modifiés.

1.2.5 Granulats

• Les granulats entrant dans la composition des bétons bitumineux conventionnels (voir Annexe N°1, au

présent cahier des charges), des ACVTL, des splittmastixasphalt, des enrobés drainants et des enrobés

macrorugueux, doivent satisfaire aux prescriptions fixées dans la norme SN 670 103b.

• Pour les ACVTL, on emploiera en général, les fractions 0/4, 4/8, 8/11 selon la norme EN 13043.

Cependant les classes granulaires 0/2 et 2/4 peuvent être utilisées.

• Pour les splittmastixasphalt, on emploiera que des gravillons répondant aux spécifications pour couches

de roulement en enrobé bitumineux de type S.

• Étant donné la structure particulière des enrobés drainants, il conviendra d'utiliser exclusivement des

gravillons durs de type S, avec PSV (coefficient de polissage) d'au moins 50 unités.

• Pour les enrobés macrorugueux, seuls seront utilisés les gravillons répondant aux spécifications de

types S relatives à la forme du grain, au degré d'écrasement, au coefficient Los Angeles et à la

résistance au polissage. On emploiera que des gravillons concassés.

1.2.6 Fillers

Les fillers de récupération et les fillers d'apport doivent être stockés dans des silos séparés. De même, si

les fillers de récupération provenant de la fabrication des enrobés bitumineux AC + AC T présentent des

grandes différences; ils doivent également être stockés séparément. Tous les fillers doivent satisfaire à la

norme SN 670 116.

"


Il est indispensable que les fillers entrant dans la composition d'enrobé de type splittmastixasphalt

possèdent un fort pouvoir rigidifiant. Pour cela, en dérogation aux spécifications de la norme SN 670 116, le

point de ramollissement Anneau et Bille des mélanges filler/bitume doit présenter par comparaison avec le

point de ramollissement Anneau et Bille du bitume 70/100, au moins les augmentations de température

suivantes (voir Annexe N°2):

• Proportion filler/bitume 65/35 augmentation point ramollissement Anneau Bille ≥ 20 C°

• Proportion filler/bitume 70/30 augmentation point ramollissement Anneau Bille ≥ 30 C°

1.3 Contrôles

1.3.1 Surveillance de la qualité

• La surveillance de la qualité comprend 3 phases ; elle sera appliquée à tous les chantiers situés sur des

routes de classe de trafic T3 à T6 dont la masse de mise en œuvre est supérieure à 1’000 tonnes ou la

surface posée supérieure à 10’000 m 2 (en dérogation de l’article A1 de la norme SN 640 434) .

- Epreuve-type de formulation selon Pr EN 13108 - 20

- Planche d'essai

- Mise en œuvre et contrôles des enrobés bitumineux (voir point 2.9 du présent cahier des charges).

La responsabilité pour les attestations d'aptitude et les contrôles du M.O. incombent pour les étapes 2 et

3, aux entrepreneurs et aux M.O., selon tableaux 1 et 2 de la norme SN 640'434.

Pour l'exécution des essais qui lui incombent, le M.O. désigne un laboratoire accrédité. Ces résultats

obtenus sur mandat du M.O. sont déterminants pour l'évaluation de la qualité.

• Le M.O. se réserve le droit de contrôler en tout temps la qualité des matériaux fournis et le bon

fonctionnement de la centrale d'enrobage. Les contrôles et les constatations faites par le M.O. ne

dégagent pas la responsabilité de l'entrepreneur quant à la qualité du produit.

• L'arrêt des travaux peut être ordonné par la direction des travaux ou le M.O. si un défaut apparaît dans

la qualité des matériaux fournis.

• Le système de surveillance peut être allégé pour des petites interventions sur routes à faible trafic, dont

la surface à traiter est inférieure à 5000 m 2 .

1.3.2 Attestations d'aptitude – Epreuve-type de formulation

• Des attestations d'aptitude (ou de conformité) seront fournies à la demande du M.O. avant l'adjudication

des travaux. Les exigences pour les attestations d'aptitude ainsi que le genre, l'étendue et la durée de

validité résultent des normes correspondantes.

• L’épreuve-type et la déclaration de conformité (valeurs nominales) seront réalisées selon prEN 13108-

20 : octobre 2002 « Mélanges bitumineux – Spécifications des matériaux – Partie 20 : Epreuve-type de

formulation »


1.3.2.1 Spécifications du matériau / Composants - Attestations d'aptitude des matières premières

(à la demande du maître d'ouvrage)

Elles doivent être disponibles auprès des fournisseurs.

La norme SN 640 420a récapitule les normes SN et EN applicables dès le 1 er janvier 2005, à savoir ;

- Spécifications du matériaux :

EN 13043 : 2002 : Granulats pour mélanges hydrocarbonés et pour enduits superficiels utilisés dans la

construction des chaussées.

CH Avant-propos et annexe nationale

EN 12591 : 1999 : Bitumes et liants bitumineux – spécifications des bitumes routiers.

EN 14023 : 2005 : Bitumes et liants bitumineux – spécifications des bitumes modifiés par des polymères.

1.3.2. Spécifications du matériau / Essais

EN932- 1 : Essais pour déterminer les propriétés générales des granulats

EN1097- 1 : Essais pour déterminer les caractéristiques mécaniques et physiques des granulats

#


Tab.2

Attestations d'aptitude des enrobés (à la demande du maître d'ouvrage)

Elles doivent être disponibles auprès des fabricants.

Matériaux / Produits Essais SN Exigences selon

2.1 Enrobé

2.1.1 Couche de roulement

Pour type S et H

2.1.2 Couche de liaison

Pour type S et H

2.1.3 Couche de base

Pour type S et H

2.1.4 Couche de fondation à chaud HMF

Spécifications

Teneur en liant soluble

Granularité

Essai Marshall 4)

Essai d’orniérage LCPC, ou essai de presse

à cisaillement giratoire SHRP 4)

Teneur en liant soluble

Granularité

Essai Marshall 4)

Essai d’orniérage LCPC, ou essai de presse

à cisaillement giratoire SHRP 4)

Teneur en liant soluble

Granularité

Essai Marshall 4)

Essai d’orniérage LCPC, ou essai de presse

à cisaillement giratoire SHRP 4)

Teneur en liant soluble

Granularité

3) SN 640…, norme correspondant à la sorte d'enrobé

Essai Marshall

4) Pour PmB et liants spéciaux indication de la température de compactage

SN 640… 3)

SN 640… 3)

SN 640… 3)

SN 640 431-1aNA

SN 640 431-1aNA

SN 640 431-1aNA

SN 640 431-1aNA

SN 640 431-1aNA

SN 640 431-1aNA

SN 640 431-1aNA

SN 640 431-1aNA

SN 640 431-1aNA

SN 640 431-1aNA

SN 640 431-1aNA

SN 640 431-1aNA

- Enrobés : L'attestation des caractéristiques requises est effectuée au moyen d'analyses de la

production. Sur cette base, on détermine les valeurs nominales des enrobés.

1.3.3 Gâchée d'essai

• Si nécessaire, le M.O. peut ordonner une gâchée d'essai, avant la planche d'essai et/ou la mise en

œuvre.

- Etendue de l'essai : selon norme SN 640'431 -20

- Répartition des frais : voir point 3.1.4 du présent cahier des charges.

On peut renoncer à une gâchée d'essai si l'on dispose de résultats suffisants résultant de la production

courante.

Dans le cas de gâchée d'essai, les échantillons d'enrobés seront examinés par le même laboratoire

d'essai qui suit les travaux de mise en œuvre.

$


1.3.4 Planche d'essai

• Pour des ouvrages d'une certaine complexité couche de support de 1'000 tonnes et plus, pour chaque

sorte d'enrobé ou couches de surface de 10'000 m 2 et plus (en dérogation de l’article A1 de la norme SN

640 434) , pour des routes de classe de trafic T3 à T6, le M.O. peut ordonner avant la mise en œuvre,

une planche d'essai dont il fixe le genre et l'étendue.

Avec les engins prévus pour la mise en œuvre, on réalisera suffisamment tôt, pour des couches de

roulement, une planche d'essai d'au moins 1'000 m 2 ou d'au moins 100 tonnes.

• Etendue de l'essai : selon tableaux synoptiques 1 et 2 de la norme SN 640 434

• Répartition des frais : voir point 3.1.4 du présent cahier des charges

• On effectuera la planche d'essai, soit sur une surface de roulement de seconde importance (p. ex.

bande d'arrêt), soit comme première étape des travaux confiés à l'entrepreneur; les travaux de pose

seront ainsi indemnisés aux conditions du chapitre 3 du présent cahier des charges.

1.3.5 Tolérances

• Les tolérances admises (voir Annexes N os 4.1 à 4.4 et 5 au présent cahier des charges) par rapport aux

valeurs nominales dépendent du type de béton bitumineux fabriqué et tiennent compte des tolérances

admises pour les fournitures d'agrégats, des possibilités d'amélioration de l'homogénéité et des

granulométries des agrégats fabriqués et stockés.

2. TRANSPORT, POSE ET COMPACTAGE

2.1 Objet

Les directives s'appliquent au chargement, au transport et à la mise en œuvre des bétons bitumineux

fabriqués suivant les prescriptions du chapitre 1 du présent cahier des charges. Elles sont basées sur les

normes SN en vigueur et sur le CO.

2.2 Chargement et transport

• Le parc des camions doit être suffisant pour alimenter le chantier de manière régulière et continue.

• Chaque véhicule de transport doit au moins être équipé d'une bâche de protection recouvrant la totalité

du chargement. Les chargements de bétons bitumineux doivent être particulièrement bien protégés

lorsque la température ambiante est inférieure à 15°C.

• Les transports doivent être organisés de façon à ce que le béton bitumineux arrive à pied d'œuvre en

état d'entière propreté.

• Il est strictement interdit d'épandre sur les ponts de camions ou bennes, avant le chargement des

bétons bitumineux, une couche de sable ou de mazouter ceux-ci.

• Seul l’emploi de produits spécifiques du marché est autorisé.

• Après le déchargement des bétons bitumineux, les ponts ou bennes de camions devront être nettoyés

hors de la zone de pose des enrobés, soit en dehors des surfaces préencollées et dans un endroit

reconnu par l'entreprise qui aura la charge de l'évacuation de ces déblais.

• La température des bétons bitumineux sur camions doit être comprise dans les tolérances selon les

tableaux N° 6 de la norme SN 640 431-1aNA et N°4 de la norme SN 640 430a.

• En cas de pluie, la fourniture des bétons bitumineux destinés aux couches de surface doit être

interrompue. La fourniture de bétons bitumineux destinés aux couches inférieures (renforcement et

support) peut-être tolérée par faibles précipitations, pour autant que la bonne liaison entre les matériaux

d'apport et le béton bitumineux en place sur la chaussée soit garantie.

%


• Les camions approvisionnant le chantier de pose de béton bitumineux ne rouleront sur la piste

préencollée que pour alimenter la finisseuse. Les temps d'attente et autres manœuvres sur la colle prête

à recevoir le béton bitumineux sont interdits.

• Les chauffeurs éviteront toutes manœuvres brusques sur le chantier pour ne pas endommager le travail

en cours, telles que : coup de frein devant la finisseuse, braquage serré dans la colle et sur un béton

bitumineux venant d'être posé, etc. Ils prendront également soin en quittant le finisseur de franchir le

joint longitudinal et non pas de rouler dessus sur une longue distance, afin d'éviter de l'écraser.

2.3 Reconnaissance de la surface à revêtir

L’entreprise et le M.O. procéderont à la reconnaissance contradictoire de la surface à revêtir et des

raccordements avant la mise en œuvre de chacune des couches de revêtements et fixeront les objectifs à

atteindre en matière de planéité.

Un procès-verbal sera établi par le M.O. et signé par les parties.

2.4 Préparation de la surface à revêtir

• La surface de chaussée doit être propre (balayage, lavage, etc.). Les bords de chaussée seront

particulièrement soignés, les banquettes de terre seront retroussées s'il y a lieu, en accord avec le M.O.

• L'enduit d'accrochage sera épandu sur une route parfaitement sèche et nettoyée.

• Aucun véhicule ne circulera sur la couche de collage, excepté les camions, lorsqu'ils approvisionnent la

finisseuse.

• Le M.O. spécifiera si une couche d'accrochage est nécessaire, ainsi que son dosage. On utilisera de

préférence des émulsions de bitume pour les poses classiques. L'emploi de tout autre produit est

soumis à l'accord préalable du M.O.

• On préféra une couche d'accrochage constituée d'une membrane lors d'application de béton bitumineux

de type PA nécessitant une interface étanche, ou pour la pose de bétons bitumineux sur des surfaces

en béton et parfois sur des graves stabilisées au ciment. Celle-ci sera composée d'un "bitume -

caoutchouc" sur lequel des gravillons durs 4/8 ou 8/11 chauffés et pré enrobés de bitume seront

épandus.

• La rupture ou la prise du produit d'accrochage devra avoir lieu avant la mise en oeuvre de la couche

suivante.

2.5 Protection des regards et des repères

L'entrepreneur est tenu de prendre toutes mesures utiles pour la protection et le repérage des regards de

visite tels que, capes de vanne, égouts, électricité, téléphone, etc., ainsi que les repères du cadastre qui ne

devront pas être recouverts par les revêtements. Il est responsable de tous les dommages qui pourraient

donner lieu à des réclamations du fait de la non observation de cette prescription.

2.6 Signalisation

L'entrepreneur devra se conformer aux prescriptions des normes SN et des directives du service des ponts

et chaussées concernant la signalisation générale de chantier et la signalisation lumineuse.

2.7 Mise en œuvre des bétons bitumineux

2.7.1 Températures

Les températures de fabrication de transport et de mise en œuvre des bétons bitumineux seront conformes

à celles indiquées dans l’Annexe N° 6 du présent cahier des charges.

Pour les bitumes polymères ou les bitumes spéciaux se référer aux spécifications du fournisseur.

%


2.7.2 Conditions météorologiques

• La mise en œuvre des bétons bitumineux "conventionnels" (SN 640 431-1aNA) en tant que couche de

roulement ou de support ne dépassant pas 50 mm d'épaisseur ne pourra avoir lieu si la température du

support est inférieure à + 10°C, ou si la surface de pose est recouverte d'un film d'eau continu.

• Pour les bétons bitumineux de type splittmastixasphalt, drainant et macrorugueux, ceux-ci ne pourront

être posés que si les conditions météorologiques (température, vent) permettent de réaliser le

compactage et une liaison intercouche intégrale. En règle générale, on ne posera pas par température

du sol et de l'air inférieure à + 10°C.

• Pour les couches de support de plus de 50 mm d'épaisseur, la mise en œuvre ne doit pas avoir lieu

lorsque la température de l'air est inférieure à +5°C, ou que la forme ou le support sont gelés, ou, en cas

de précipitations, qu'un film d'eau continu se forme sur le support.

• Si les conditions météorologiques se dégradent en cours de travaux de pose de béton bitumineux, on

tentera de poser au moins le béton bitumineux fabriqué pour autant que la couche de collage ne soit pas

diluée et que l'on puisse respecter toutes les conditions requises par la norme. Simultanément, on

donnera l'ordre de stopper la fabrication.

• Lorsque à la suite d'un arrêt de pose, une surface encollée ne peut être recouverte ; il faudra prendre les

dispositions nécessaires pour empêcher le trafic d'y circuler (feux de chantier ou palettes).

2.7.3 Mise en œuvre

• Sauf prescriptions contraires du M.O., les bétons bitumineux seront mis en place au moyen d'une

finisseuse. L'alignement, les profils, ainsi que les épaisseurs fixées doivent être strictement respectés.

• Les enrobés seront livrés à une cadence telle que la pose ne puisse être interrompue. La finisseuse ne

doit pas être arrêtée pendant le chargement des matériaux dans la trémie. Les finisseuses devront

assurer un pré-compactage minimum de 85 % de la valeur Marshall.

• La finisseuse ne doit pas être arrêtée pendant le chargement des matériaux dans la trémie, sauf en cas

extrêmes ; tels que : passage d'une forte côte, d'une épingle à cheveux, etc. Dans ce genre de

passages difficiles, il est préférable que les camions approvisionnent le finisseur et le quittent en suivant

le mouvement plutôt que de le stopper à chaque approvisionnement.

• Il n'y a en principe aucune intervention manuelle (sauf façon du joint, des bords et des regards).

• Les enrobés seront exceptionnellement mis en œuvre à la main dans les surlargeurs, les intersections,

les embranchements, les aires de trottoirs, etc., inaccessibles à la finisseuse.

• L'application de mazout sur les outils de pose (pelles, râteaux, etc.) se fera en dehors de la surface

nouvellement revêtue ou à revêtir, et surtout pas au-dessus du béton bitumineux chargé dans la

finisseuse.

• Une dénivellation longitudinale à l'axe de chaussée en fin d'étape de pose sera évitée dans la mesure

du possible. Dans le cas contraire, celle-ci sera signalée.

2.7.4 Epaisseurs

a) couche de fondation, de base, de liaison et de roulement

• Les bétons bitumineux destinés à ces couches doivent être posés en épaisseur constante.

• Les épaisseurs correspondront aux quantités prescrites dans la soumission et aux tolérances

spécifiques contenues dans les normes SN propres à chaque sorte de bétons bitumineux.

b) Couches de reprofilage

• La remise en forme de la chaussée sera en principe exécutée sans plans ni profils en long et en travers,

sauf pour les chaussées neuves ou corrections importantes.

%


• La grosseur des agrégats pour la ou les couches inférieures sera déterminée en fonction de l'épaisseur

de la recharge, pour obtenir la mise en forme désirée, et sera dans chaque cas choisie par le M.O.

L'épaisseur des couches de reprofilage sera appliquée au minimum.

2.7.5 Support et fondation

• Selon norme SN 640 430a, paragraphes 24 à 27.

2.7.6 Joints de reprise

• La pose des bétons bitumineux doit être organisée de manière à réduire au minimum le nombre de

joints de reprise. Les joints de reprise de couches superposées seront décalés d'au moins 15 cm les

uns des autres. On accordera une attention particulière au compactage des zones de joints.

• Lorsque la pose de la couche de roulement s'effectue sur une demi-largeur de chaussée, on empêchera

si possible le passage des véhicules sur le bord du joint longitudinal. Le bord posé côté axe sera coupé

au moyen d’un disque monté sur rouleau, la tranche sera enduite d’une bande bitumineuse.

• Les joints de pose longitudinaux des couches de surface seront décalés d'environ 15 cm par rapport à

l'axe de chaussée pour éviter que le marquage routier soit appliqué sur le joint.

• Dans le cas de poses de longue durée, pour effectuer les joints de reprise journaliers, le béton

bitumineux sera fraisé ou à défaut coupé verticalement sur toute l’épaisseur de la couche. Un contrôle

longitudinal à la latte de 4 m sera exécuté sur la zone précédant l’arrêt de pose afin d’en vérifier la

bonne facture. Ce contrôle déterminera, le cas échéant, l’étendue de la zone à recouper. La tranche

sera enduite d’une bande bitumineuse.

2.7.7 Zones de raccordement

• Les zones de raccordement de largeur variable nécessitent une mise en œuvre partiellement manuelle

des matériaux des différentes couches de revêtement. L’entrepreneur veillera tout spécialement à ce

que le compactage des mélanges bitumineux s’effectue aux températures requises.

• Ces travaux doivent, autant que possible, être effectués simultanément aux couches posées

mécaniquement.

2.7.8 Compactage

• Pour les bétons bitumineux de type "classique", (selon norme SN 640 430a, paragraphe 43 et

tableau N°5 de la SN – récapitulation en Annexes N os 7.1 et 7.2 au présent cahier des charges).

• Pour les splittmastixasphalt, on surveillera que la valeur minimale de la température immédiatement

avant le cylindrage ne soit pas inférieure aux valeurs du tableau N °4 de la norme SN 640 430a.

• Dans le cas des bétons bitumineux drainants, SN 640 431-7NA, on contrôlera le degré de compactage,

étant donné le risque de sous-compactage ou sur-compactage.

• Pour les bétons bitumineux macrorugueux, la valeur minimale de la température, immédiatement avant

le cylindrage ne sera pas inférieure aux valeurs du tableau N°4 de la norme SN 640 430a.

• On n'emploiera pas de rouleaux à pneus pour la mise en œuvre de béton bitumineux

splittmastixasphalt, drainant, ACVTL et macrorugueux.

• Aucun trafic ne peut être admis sur les revêtements avant que la couche soit totalement refroidie, en

règle générale le jour suivant de la pose pour les bétons bitumineux de type splittmastixasphalt, drainant

et macrorugueux.

2.7.9 Régularité de surface

• La surface mise en œuvre devra satisfaire aux exigences de la norme SN 640 521c "Planéité,

exigences". (Cf. Annexe N o 9 au présent cahier des charges)

• L'entreprise et le M.O. procéderont à la reconnaissance contradictoire de la surface à revêtir et des

raccordements avant la mise en œuvre de chacune des surfaces de revêtement et fixeront les objectifs

à atteindre en matière de planéité.

%


2.8 Prescriptions qualitatives

On appliquera les exigences et les écarts admissibles des normes SN correspondantes. Les valeurs

nominales admises par le M.O. servent de base d'appréciation.

2.9 Contrôles de la mise en œuvre

• Les dates de pose sont fixées d'entente avec le M.O.

Etendue de l'essai : selon tableau synoptique 2 de la norme SN 640 434.

Proposition pour une étape journalière complète. Le M.O. appliquera cet exemple par analogie à

l'ensemble de l'ouvrage et à toutes ses étapes de réalisation.

Déroulement : Exploitation permanente des résultats de l'examen, remise à temps des résultats de

l'examen.

Prescription de mesures correctives en cas d'écarts inadmissibles, afin d'empêcher que le défaut ne

perdure.

Répartition des frais : voir point 3.1

• Si la température moyenne d'un béton bitumineux pour un camion (trois mesures effectuées) n'est pas

comprise dans les tolérances de l'Annexe N°6 au présent cahier des charges, le chargement entier peut

être refusé.

• L'efficacité du compactage pourra être vérifiée par des mesures in situ à l'aide du nucléodensimètre. Le

M.O. se réserve le droit de prélever une carotte au moins par 1'000 m 2 de bétons bitumineux posés ou

au minimum 4 carottes par jour de pose. Les endroits de forage seront fixés par l'entrepreneur avec

approbation du M.O. Les prescriptions des Annexes N os 7.1 et 7.2 au présent cahier des charges sont

applicables.

• Le contrôle longitudinal de la régularité de la surface du béton bitumineux est effectué dans l'axe des

bandes de roulement.

• Le contrôle transversal est effectué soit à la règle de 4 m 1 , au planum ou au transverso-profilographe.

• La qualité antidérapante est contrôlée soit par l'ensemble SRT/drainomètre, selon norme SN 640 510b,

soit à l'aide d'appareils à grand rendement du type skiddomètre. Les prescriptions et exigences sont

rappelées en Annexe N o 9 au présent cahier des charges.

• Si les bétons bitumineux ne sont pas conformes aux prescriptions, le M.O. pourra, soit :

− en exiger l'enlèvement et le remplacement,

− exiger la pose d'une nouvelle couche d'un béton bitumineux dont il fixera la qualité.

• Toutefois, compte tenu de l'évolution de la technique dans ce domaine, d'autres solutions pourront être

présentées au M.O. par l'entrepreneur.

• Tous ces travaux ou sujétions qui en découlent seront exécutés aux frais de l'entrepreneur sans pour

cela que sa responsabilité soit dégagée. Le délai de garantie initial sera maintenu. Il concernera

l'ensemble des travaux, amélioration comprise. Son délai sera calculé à partir de l'établissement du

procès-verbal de réception provisoire rédigé à la fin des travaux.

• Lorsqu’en accord entre l'entreprise et le M.O., on décide de ne pas modifier un béton bitumineux

reconnu non conforme, la garantie pourra être prolongée de la durée de vie initialement souhaitée du

béton bitumineux concerné.

Le respect des prescriptions pourra être vérifié par le M O. Les résultats de ces contrôles serviront de base

à la réception de l’ouvrage.

%


3. PRIX, RECEPTION ET GARANTIES

3.1 Prix

3.1.1 Couche de support, renforcement

• Le prix à la tonne de bétons bitumineux comprendra la fourniture, le transport, la mise en place, le

cylindrage, le repérage et la protection des regards des services publics, le nettoyage de ceux-ci après

pose des bétons bitumineux.

• Si la quantité mise en place est inférieure de plus de 5% à celle prescrite dans la soumission, la

direction des travaux peut exiger sans indemnité ou plus-value de poser la couche suivante avec une

surépaisseur. Cette dernière sera déterminée en ajoutant à l'épaisseur de la couche suivante la

différence entre l'épaisseur prescrite et celle déjà posée. Cette surépaisseur sera payée au prix de la

couche inférieure et ceci sans indemnité ou plus-value.

• En cas de dépassement des quantités prévues après reprofilage, il sera appliqué les dispositions des

conditions générales de la SN 507 708 et SIA 118 708 suivantes :

- La consommation d’enrobé peut s’écarter de ± 5 % des valeurs nominales. Au cas où cette tolérance

est dépassée, la sur-consommation d’enrobé ne sera pas rémunérée.

- Des dispositions particulières peuvent être prises pour le revêtement des ouvrages d'art.

3.1.2 Couche de surface

Si la quantité mise en place est inférieure de - 5,1% à - 15% à celle prescrite dans la soumission, elle sera

acceptée après baisse des prix, une pénalité de –20% sera appliquée au prix de base. Au-dede -15%, la

couche sera refusée. Un nouveau revêtement, conforme en qualité et quantité, devra être reposé aux

épaisseurs fixées par le cahier des charges. Tous les travaux qu'il sera nécessaire d'effectuer par suite

d'inobservations des prescriptions seront à la charge de l'entreprise.

• En cas de dépassement des quantités prévues après reprofilage, il sera appliqué les dispositions des

conditions générales de la SN 507 708 et SIA 118 708 suivantes :

- La consommation d’enrobé peut s’écarter de ± 5 % des valeurs nominales. Au cas où cette tolérance

est dépassée, la sur-consommation d’enrobé ne sera pas rémunérée.

- Des dispositions particulières peuvent être prises pour le revêtement des ouvrages d'art.

3.1.3 Métrés et décomptes

Les attachements seront pris contradictoirement, ils seront établis sur la base des bordereaux de pesées

fournis par la centrale d’enrobage. Ces bordereaux délivrés lors de la pesée de chaque camion seront

remis en même temps que les rapports journaliers.

3.1.4 Répartition des frais liés aux essais de qualité

Les frais découlant des essais de la norme SN 640 434, énumérés ci-dessous, se répartiront entre le M.O.

et l'entrepreneur selon les indications figurant dans le tableau ci-après :

%!


Matériaux/Produit Essais SN Exigence

selon

Granulats

Filler d'apport

Sable, gravillon,

pierre concassée

Enrobé

Granulats

Filler d'apport

Sable, gravillon,

pierre concassée

Enrobé

Couche de

roulement/de

base/de fondation

Liant

Liant de citerne

Liant de

récupération

Granularité

Granularité

Forme et arrondi du

grain

Granularité

Teneur en liant

solublé

Essai Marshall

Echantillon consigné

Echantillon consigné

Granularité

Teneur en liant

soluble

Valeurs Marshall

Pénétration à 25°C

Point de ramollisse-

ment A et B (°C)

Recouvrance

élastique (PmB elasto)

Force ductilité (PmB

Plasto)

Pénétration à 25°C

Point de ramollisse-

ment A et B (°C)

Recouvrance

élastique (PmB elasto)

Force ductilité (PmB

Plasto)

Maître

d'ouvrage

GACHEE D'ESSAI

SN 670 116

(n'est pas

applicable aux

fillers spéciaux,

p.ex. Zeobit)

SN 670 103b

SN 670 103b

Attestation

d'aptitude

Attestation

d'aptitude

Attestation

d'aptitude

Nombre

d'échantillons

1

1

1

2

2

2

PLANCHE D'ESSAI

SN 670 116

SN 670 103b

SN 640 A)

SN 640 A)

SN 640 A)

SN EN 12 591

SN 670 150-1

SN EN 12 591

SN 670 150-1

SN EN 12 591

SN 670 210

SN 670 210

Essais aux frais de :

1

1

1

1

2

1

1

1

1

Entrepreneur Remarques

Nombre

d'échantillons

1

1

1

2

2

2

2

2

4

1

1

1

1

1

1

1

1

%"

seulement

fraction < 0,063

pour chaque

sorte d'enrobé

Pas d'évaluation

systématique

Selon plan de

prélèvement

Pour chaque

sorte de liant

Pour chaque

sorte de liant


Matériaux/Produit Essais SN Exigence selon Maître d'ouvrage Entrepreneur Remarques

Carottes

Contrôle de mise

en oeuvre

Granulats

Filler d'apport

Enrobé

Couche de

roulement/de

base/de fondation

Liant

Liant de récupération

Liant de la citerne

Carottes

Couche de

roulement/de

bas/de fondation

Surface

Epaisseur de couche

Teneur en vides

Degré de

compactage

Liaison entre les

couches selon

Leutner

Procès-verbal de

mise en œuvre

Plan de prélèvement

Echantillons

consignés

Granularité

Teneur en liant

soluble

Valeurs Marshall

Pénétration à 25°C

Point de ramollisse-

ment A et B (°C)

Recouvrance

élastique: pour des

PmB modifiés par

des elastomères

Adhésivité

Epaisseur de couche

Teneur en vides

Degré de

compactage

Liason entre les

couches selon

Leutner

Planéité

Qualité antidérapante

PLANCHE D'ESSAI

Valeur nominale

SN 640 A)

SN 640 A)

> 15 kN couche

de roulement

/de base

> 12 kN couche

de base/de

base

Nb d'échantillons Nb d'échantillons

4

4

4

4

libre

MISE EN ŒUVRE

SN 670 116

SN 640 A)

SN 640 A)

SN 640 A)

SN 670 210

min. 80%

Valeur prescrite

SN 640 A)

SN 640 A)

> 15 kN couche

de roulement

/de base

> 12 kN couche

de base/de

base

SN 640 521

SN 640 511b

1 par étape de

mise en oeuvre

4

4

4

2

2

1

1

4

4

4

4

Essais aux frais de :

Si nécessaire

Si nécessaire

1

Etablir

min. 1

min. 1

min. 1

1

1

1

Selon

prélèvement

%

Pas d'évaluation

systématique

Par étape de mise

en œuvre et sorte

B)

Par étape de mise

en œuvre pour

chaque sorte de

liant

Par étape de mise

en œuvre pour

chaque sorte de

liant

Par étape de mise

en œuvre


Matériaux/Produit Essais SN Exigence selon Maître d'ouvrage Entrepreneur Remarques

Contrôle de mise

en oeuvre

Procès-verbal de

mise en œuvre

Plan de prélèvement

A) SN 640…, norme correspondant aux sortes d'enrobé

MISE EN ŒUVRE

Nb d'échantillons Nb d'échantillons

libre

Nécessaire

à établir

%#

Par étape de mise

en œuvre

B) Par étape journalière complète. Pour des étapes de mise en œuvre plus petites (étape partielle, lot de faible

importance), on adaptera le nombre en conséquence

Lorsque le M.O. décide de procéder à une planche d'essai, il indiquera le laps de temps qui séparera la

planche d'essai du début des travaux de pose effectifs. Cette attente liée aux essais de laboratoire et

estimée à 5 jours ouvrables (travaillés), devra être précisée en soumission. Elle sera englobée dans le

chapitre des installations. Une position particulière pour immobilisation des machines, rétribuée par jour

devra également figurer dans les installations. Celle-ci servira à indemniser l'entreprise lorsque le temps

d'attente dépasse la semaine initialement prévue pour le temps d'essai.

3.1.5 Retenue de garantie (durant travaux)

Conformément à la norme SIA 118, article 150, la retenue de garantie sur les acomptes et situations est

fixée comme suit :

• Routes cantonales et nationales (gros entretien) - 10% pour contrat inférieur ou égal à Fr. 300'000.-

- 5% pour contrat supérieur à Fr. 300'000.-

mais à Fr. 30'000.- au moins.

3.2 Réception de l'ouvrage, garanties

A la réception de l'ouvrage, établie selon la norme SIA 118, article 181, l'entreprise présentera un décompte

final qui lui sera entièrement payé. En contrepartie, elle remettra à la direction des travaux, un certificat de

garantie (caution solidaire) sous la forme suivante :

3.2.1 Chantiers sur routes cantonales

Le montant du certificat de garantie (caution solidaire) est fixé à partir de la somme totale des

rémunérations dues par le M.O. pour l'ensemble de l'ouvrage. Ce montant est égal à 10% de cette somme ;

au cas cependant où celle-ci dépasse Fr. 200'000.-, le montant du cautionnement est égal à 5% de la

somme totale mais à Fr. 20'000.- au moins et à Fr. 1'000'000.- au plus selon la norme SIA 118, article 181.

3.2.2 Chantiers sur route nationale (gros entretien)

En dérogation à la norme SIA 118, article 181, alinéa 2, le montant du certificat de garantie (caution

solidaire) correspondra au 10% du décompte final, lorsque le devis initial est inférieur à Fr. 300'000.-, et au

5% du décompte final, lorsque le devis initial dépasse Fr. 300'000.-.

3.2.3 Délai de garantie

Essais aux frais de :

Pour les revêtements, le délai de garantie est de 2 ans (délai de dénonciation des défauts) à compter de la

date de réception de l’ouvrage (SIA 118, art. 172).

Le cautionnement sera libéré après le délai établi au départ si aucune défectuosité ne s'est révélée durant

sa validité.


3.3 Responsabilités

L'entreprise ou le consortium adjudicataire reste seul responsable de ses sous-traitants et fournisseurs visà-vis

du M.O.

Toutefois, lors de travaux de reprofilage ou de renforcement, les dégradations causées exclusivement par

un mouvement de la fondation pourront être exclues des obligations de l'entreprise, pour autant que celle-ci

en fournisse la preuve.

4. ENTREE EN VIGUEUR

Le présent cahier des charges entre en vigueur le 1 er mars 2007. Il annule et remplace celui de août 2003.

%$


Annexe 1

Principales exigences de qualité des agrégats

Selon norme SN 670 103b et 115

Exigences

Teneur en éléments impropres

a) Paillettes de mica, schistes à mica et à

chlorite,

S, H N, L

[% masse] ≤ 2

b) grains ou cristaux tendres, poreux ou altérés [% masse] ≤ 6

Teneur en roches dures

Granit, Gneiss, Amphibole

Calcaire siliceux, Grés alpins

Impuretés

a) Gangue de limon, concrétion

b) Bois et autres restes végétaux

PÉTROGRAPHIE

[%

masse]

[%

masse]

[%

masse]

COUCHE DE

ROULEMENT

≥ 60

≤ 0.1

FORME DES GRAINS - (pour chaque fraction granulaires)

a) Pourcentage de grains entiérement concassés [% masse] 30 30

0

BASE L, N BASE S, H

b) grains entièrement concassés ou semi concassés [% masse] 95 50 (N=95) 50 < 50 50 (et PA S)

c) Pourcentage de grains entiérement roulés [% masse] 1 10 (N=1) 10 < 30 10 (et PA S)

COEFFICIENT LOS ANGELES

Fraction

4/8 mm [Coeff.] ≤ 25 ≤ 30

8/11 mm [Coeff.] ≤ 20 (MA 25) ≤ 30

11/16 mm [Coeff.] ≤ 25 ≤ 25

RÉSISTANCE AU POLISSAGE

Coefficient de Polissage Accéléré (CPA) [Coeff.] ≥ 50 ≥ 44

COUCHES

DE

LIAISON

≤ 5

≤ 10

COUCHES

DE

BASE

60 (type S et H)

≤ 0.2

≤ 30

COUCHES

DE

FONDATION


Annexe 2

Principales exigences de qualité des Fillers

Selon norme SN 670 116

Exigences

Teneur en éléments impropres

PÉTROGRAPHIE

COUCHE DE ROULEMENT

SMA PA Enrobés

MR courants

%

COUCHES DE

LIAISON

ET DE BASE

a) Minéraux argileux [% masse] ≤ 2 ≤ 4

b) Mica, chlorite, grains poreux ou altérés [% masse] ≤ 5 ≤ 10

c) a + b [% masse] ≤ 5 ≤ 10

Impuretés

a) Chaux vive (CaO) [% masse] ≤ 0.6 ≤ 1.5

b) Sels solubles dans l'eau [% masse] ≤ 2.0 ≤ 4.0

c) Matières organiques [% masse] ≤ 0.5 ≤ 1.0

c) Substances humiques [% masse] ≤ 0.05 ≤ 0.05

GRANULOMÉTRIE

∅ < 0.09 mm [% masse] 100

∅ < 0.02 mm [% masse] 25 ... 60

∅ < 0.005 mm [% masse] 10 ... 25

Selon Rigden

Augmentation du point de ramollissement Anneau et Bille

Proportions filler/bitume : 65% / 35%

Proportions filler/bitume : 70% / 30%

Augmentation de volume après

immersion pendant 28 jours

(1)

(2)

TENEUR EN VIDES

[% volume] 30 ... 45

ACTION RIGIDIFIANTE

(2)

(2)

[°C] ≥ 20 ≥ 15

[°C] ≥ 30 ≥ 20

MODIFICATION DU VOLUME PAR IMMERSION DANS L'EAU

[% volume] ≤ 3 ≤ 5

(1) Dans le filler récupéré et dans le filler résiduel, on peut tolérer cendres volantes et suies jusqu'à 10% de la masse


Annexe 3

Principales exigences de qualité de liants

Selon norme SN 670 150-1

Masse volumique

à 25 °C

Pénétration

- à 25 °C

Point de ramollissement

Anneau et Bille

BITUMES PURS

B 160/220 B 100/150 B 70/100 B 50/70 B 40/60 B 20/30

[g/cm 3 ] 1.00...1.04 1.00...1.04 1.00...1.04 1.01...1.05 1.01...1.05 1.02...1.06

[10 -1

mm]

Indice de pénétration [ ]

Point de rupture selon

Fraass

Viscosité dynamique

- à 60 °C (valeur minimum)

Viscosité Cinématique

- à 135 °C (valeur minimum)

Modification de masse

à 163 °C, après 75 min.

160 ... 220 100 ... 150 70 ... 100 50 ... 70 40 ... 60 20 ... 30

[°C] 35... 43 39... 47 43 ... 51 46 ... 54 48 ... 56 55 ... 63

-1.5 ...

+0.7

-1.5 ...

+0.7

-1.5 ...

+0.7

-1.5 ...

+0.7

-1.5 ...

+0.7

[°C] -15 -12 -10 -8 -7 --

[Pa.s]

[mm²/s]

[%

masse

max.]

30

135

55

175

90

230

145

295

175

325

-1.5 ...

+0.7

440

530

± 1 ± 0.8 ± 0.8 ± 0.5 ± 0.5 ± 0.5


Annexe 3 (Suite)

Principales exigences de qualité de liants

Selon norme SN 670 150-1 et SN 670 210

A la livraison

BITUMES-POLYMÈRES - Classe C (classique)

PmB-C

10/30-63

PmB-C

30/50-58

PmB-C

50/70-53

PmB-C

70/100-48

PmB-C

100/150-43

Pénétration à 25 °C [10 -1 mm] 10 ... 30 30 ... 50 50 ... 70 70 ... 100 100 ... 150

Point de ramollissement

Bille et Anneau

Recouvrance élastique

à 25 °C, après 30 min

Point de rupture selon

Fraass

Intervalle de plasticité (1)

(Pt ramolissement BA - Pt rupture Fraass)

Stabilité au stockage estimée avec

point de ramolissement Bille et Anneau

Après sollicitation thermique selon RFTOT ou FRT

- Pénétration

- Augmentation point ramolissement B et A

- Diminution point ramolissement B et A

- Recouvrance élastique

[°c] > 63 > 58 > 53 > 48 > 43

[%] > 50 > 50 > 50 > 50 > 50

[°c] < -5 < -10 < -15 < -18 < -20

[°c] > 70 > 70 > 70 > 70 > 70

[°c] < 5 < 5 < 5 < 5 < 5

% val.init.

[°c]

[°c]

[%]

> 60

< 7

< 2

> 50

> 60

< 7

< 2

> 50

> 60

< 7

< 2

> 50

> 60

< 7

< 2

> 50

(1) seulement pour les PmB modifiés avec des élastomères

(2) Les PmB qui ne remplissent pas ces exigences peuvent être utilisés si, lors du stockage, des mesures spéciales sont prises.

A la livraison

BITUMES-POLYMÈRES - Classe E (élevé)

PmB-E

10/30-70

PmB-E

30/50-65

PmB-E

50/70-65

PmB-E

70/100-60

> 60

< 7

< 2

> 50

PmB-E

100/150-60

Pénétration à 25 °C [10 -1 mm] 10 ... 30 30 ... 50 50 ... 70 70 ... 100 100 ... 150

Point de ramollissement

Bille et Anneau

Recouvrance élastique

à 25 °C, après 30 min

Point de rupture selon

Fraass

Intervalle de plasticité (1)

(Pt ramolissement BA - Pt rupture Fraass)

Stabilité au stockage estimée avec

point de ramolissement Bille et Anneau

Après sollicitation thermique selon RFTOT ou FRT

- Pénétration

- Augmentation point ramolissement B et A

- Diminution point ramolissement B et A

- Recouvrance élastique

[°c] > 70 > 65 > 65 > 60 > 60

[%] > 80 > 80 > 80 > 80 > 80

[°c] < -5 < -10 < -15 < -18 < -20

[°c] > 80 > 80 > 80 > 80 > 80

[°c] < 5 < 5 < 5 < 5 < 5

% val.init.

[°c]

[°c]

[%]

> 60

< 7

< 4

> 60

> 60

< 7

< 4

> 60

> 60

< 7

< 5

> 60

> 60

< 7

< 6

> 60

(1) seulement pour les PmB modifiés avec des élastomères

(2) Les PmB qui ne remplissent pas ces exigences peuvent être utilisés si, lors du stockage, des mesures spéciales sont prises.

> 60

< 7

< 6

> 60


CAHIER DES CHARGES

REVETEMENTS EN BETONS BITUMINEUX page 24

Annexe 4.1

Exigences pour valeurs nominales

Couches de roulement - Bétons bitumineux courants

Selon norme SN 640 431-1a NA

Type de revêtement

bitumineux

Passants cumulés

( % de la masse )

22.4 100 100

16.0 100 100 100 90 … 100 90 … 100

11.2 100 100 100 90 ... 100 90 ... 100 90 ... 100

8.0 90 … 100 90 … 100 90 … 100 72 ... 93 72 ... 93 72 ... 93 58 ... 81 58 ... 81

5.6 100 72 ... 93 72 ... 93 72 ... 93

4.0 90 ... 100 58 ... 81 58 ... 81 58 ... 81 47 ... 70 47 ... 70 47 ... 70 28 ... 61 28 ... 61

2.0 57 ... 81 38 ... 61 38 ... 61 38 ... 61 31 ... 53 31 ... 53 31 ... 53 25 ... 46 25 ... 46

1.0 37 ... 60 25 ... 45 25 ... 45 25 ... 45 20 ... 39 20 ... 39 20 ... 39 17 ... 34 17 ... 34

0.5 23 ... 44 16 ... 33 16 ... 33 16 ... 33 14 ... 29 14 ... 29 14 ... 29 11 ... 25 11 ... 25

0.063

Pourcentage minimum

de concassés

6 ... 16 6 ... 12 6 ... 12 6 ... 12 5 ... 12 5 ... 12 5 ... 12 4 ... 10 4 ... 10

dans la fraction

≤ 2 mm

[%] 50 50 70

90 (S)

100 (H)

50 70

90 (S)

100 (H)

50 70

dans les fractions

> 2 mm

[%] 80 80 90 100 80 90 100 80 90

Adhésivité

liant/granulats

Taux d'enrobage des granulats après stockage dans l'eau ≥ 80%

Teneur en liant

Tamis [mm]

sur enrobé min[%]

Teneur en vides

Marshall

[%] 3.0 ... 4.0 3.0 ... 4.0 3.0 ... 4.0 3.0 ... 4.0 3.0 ... 4.0 3.0 ... 4.0 3.0 ... 4.0

Masse volumique

apparente

[t/m 3 CARACTÉRISTIQUES MARSHALL

]

2.395

Teneur en

vides comblés

[%]

Stabilité [kN]

(2)

(3)

2.315 2.330 2.340

2.370 2.380

2.385

- ≤ 86 ≤ 83

≤ 86 ≤ 83

≤ 83 ≤ 80

≥ 5 ≥ 5 ≥ 7.5

≥ 5 ≥ 7.5

≥ 5 ≥ 7.5

Fluage [mm] 2 … 5 2 … 5 2 … 4 2 … 5 2 … 4 2 … 5 2 … 4

Orniérage à 60° C

Nombre de cycles [ ]

Déformation adm. [%]

Sensibilité à l'eau min[%]

(2) En italique : valeurs indicatives.

AC 4

L L

7.2

-

-

-

-

LIANT (2)

EXIGENCES PARTICULIÈRES (2)

(3) Calculé respectivement avec une masse volumique de 2.7 [t/m3] pour les granulats et 1.03 [t/m3] pour le bitume.

-

-

GRANULARITÉ

10'000 (S)

30'000 (H)

< 10%

(1) Pour les enrobés de type H, la teneur en liant sera fixée sur la base des résultats de la pratique.

6.2

AC 8

N S / H L

6.0

OENT Neuchâtel, mars 2007

5.8 (1)

5.8

-

-

70

AC 11

N S / H L N

5.6

-

-

5.4 (1)

10'000 (S)

30'000 (H)

< 10%

5.4

-

-

AC 16

5.2

-

-


Annexe 4.2

Exigences pour valeurs nominales

Couches de roulement – Bétons Bitumineux spéciaux

Selon les normes SN 670 431-1aNA, 2NA, 5NA et 7NA.

Type de revêtement Drainant Macrorugueux SMAt

bitumineux

PA 8 PA 11

AC MR

8

AC MR

11

SMA 8 SMA

11

22.4

GRANULARITE

Passants cumulés 16.0 100 100 100

(% de la masse)

11.2 100 90 ... 100 100 90 ... 100 100 90 ... 100

Pourcentage minimum

de concassés

- dans la fraction < 2.8 mm

- dans les fractions > 2.8

mm

(1) 8.0 90 … 100 20 … 40 90 … 100 30 ... 40 90 … 100 45 ... 70

4.0 15 … 35 32 … 42 23 … 33 30 … 40 25 ... 40

2.0 10 … 17 8 … 15 21 … 31 16 ... 26 20 … 30 20 ... 30

0.5 4 ... 10 4 ... 10 13 ... 21 9 ... 17 12 … 20 12 ... 20

0.063 3 ... 5 3 ... 5 6 … 11 5 ... 9 7 … 12 7 … 12

[%]

[%]

Adhésivité liant/granulats [%]

100

100

100

100

100

100

100

100

100

100

100

100

Taux d'enrobage des granulats après stockage dans l'eau >

80%

Type de granulats Type S exclusivement

Type de filler filler à bon pouvoir rigidifiant

Teneur en liant

[%

massique]

LIANT

5.0

filler à haut pouvoir

rigidifiant

Type de liant PmB-C (2) PmB-C (2) PmB-C (2)

Teneur en vides

- vides résiduels

Perform. mécaniques

- Essai d'ornièrage

Egouttage du liant

Tamis [mm]

4.0

5.7

CARACTERISTIQUES MARSHALL

[%]

[cycles]

[%]

> 20

--

--

> 22

EXIGENCES PARTICULIERES

--

30000

7.5

(3) ---

Sensibilité à l'eau 70% ---

5.6

--

6.4

2.0…5.0

(1)

En italique : valeurs indicatives

(2)

Eventuellement PmB-E dans cas particuliers de trafic pondéral élevé ou endroits très sollicités

(3)

Exigences non encore fixées

(4)

Exigences non encore fixées (essai de résistance à la traction par fendage)

30000

10

(3)

(4)

6.2

2.0…5.0

!

Couches Minces

ACVTL

8 A

ACVTL

11 C

100

100 90…100

90…100 40…60

35…55

25…35 25…35

15…22 15…25

7…9 10…12

6

3.0…6.0

3000

20

PmB-C (2)

5.6

3.0…6.0

3000

15


CAHIER DES CHARGES

REVETEMENTS EN BETONS BITUMINEUX page 26

Annexe 4.3

Exigences pour valeurs nominales

Couches de liaison et de base

Selon norme SN 640 431-1a NA

Type de revêtement

bitumineux

Passants cumulés

( % de la masse )

31.5

22.4 100 90 … 100

100

16.0 100 90 … 100 100 100 90 … 100 90 … 100 90 … 100

11.2 90 ... 100 58 ... 81 90 ... 100 90 ... 100

8.0 72 ... 93 58 ... 81 72 ... 93 72 ... 93 58 ... 81 58 ... 81 58 ... 81

5.6

4.0 47 ... 70 28 ... 61 31 ... 54 47 ... 70 47 ... 70 28 ... 61 28 ... 61 28 ... 61

2.0 31 ... 53 25 ... 46 20 ... 41 31 ... 53 31 ... 53 25 ... 46 25 ... 46 25 ... 46

1.0 20 ... 39 17 ... 34 14 ... 31 20 ... 39 20 ... 39 17 ... 34 17 ... 34 17 ... 34

0.5 14 ... 29 11 ... 25 9 ... 23 14 ... 29 14 ... 29 11 ... 25 11 ... 25 11 ... 25

0.063

Pourcentage minimum

de concassés

5 ... 12 4 ... 10 4 ... 10 5 ... 12 5 ... 12 4 ... 10 4 ... 10 4 ... 10

dans la fraction

≤ 2 mm

dans les fractions

> 2 mm

Adhésivité

liant/granulats

Teneur en liant

Tamis [mm]

[%]

[%]

sur enrobé min[%]

Teneur en vides

Marshall

[%] - - - 3.0 ... 4.0 3.0 ... 4.0 3.0 ... 4.0 3.0 ... 4.0

Masse volumique

apparente

[t/m 3 CARACTÉRISTIQUES MARSHALL

]

Teneur en

vides comblés

[%] - - -

Stabilité [kN]

Fluage [mm] 2 … 4 1.5 … 3.5 2 … 4 1.5 … 3.5

(2)

- -

-

2.390

≤ 80 ≤ 80




≥ 5 ≥ 7.5 ≥ 5 ≥ 7.5




(4)

≤ 83 ≤ 80

(4)

(3)

2.400 2.385 2.410

Orniérage à 60° C

Nombre de cycles [ ]

Déformation adm. [%] ≤ 10

Sensibilité à l'eau min[%]

≤ 10 (S)

≤ 7.5 (H)

≤ 10 (S)

≤ 7.5 (H)

(1) Pour les enrobés de type H, la teneur en liant sera fixée par une étude de formulation.

(2) En italique : valeurs indicatives.

0

0

AC B AC T 11 AC T 16

AC B 11 S AC B 16 S/H AC B 22 S/H L N L N S

4.8

80 (S)

100 (H)

80 (S)

100 (H)

4.4 (1)

GRANULARITÉ

80 (S)

100 (H)

Taux d'enrobage des granulats après stockage dans l'eau ≥ 80%

LIANT (2)

EXIGENCES PARTICULIÈRES (2)

10'000 (S) 10'000 (S)

10'000 - - -

30'000 (H) 30'000 (H)

(3) Calculé respectivement avec une masse volumique de 2.7 [t/m 3 ] pour les granulats et 1.03 [t/m 3 ] pour le bitume.

(4) La valeur peut être augmentée de 3% lorsque le trafic est faible.

100

80 (S)

100 (H)

4.0 (1)

OENT Neuchâtel, mars 2007

0

0

5.2

-

70

50

50

5.0

-

0

0

4.8

-

100

50

50

4.6

-

-

100

80

80

4.4

2.400

10'000

≤ 10


CAHIER DES CHARGES

REVETEMENTS EN BETONS BITUMINEUX page 27

Annexe 4.4

Exigences pour valeurs nominales

Couches de base et de fondation

Selon norme SN 640 431-1a NA

Type de revêtement

bitumineux

Passants cumulés

( % de la masse )

45

31.5 100 100 100 90 … 100 100 90 … 100

22.4 90 … 100 90 … 100 90 … 100 90 … 100

16.0 58 … 82 56 … 83

11.2 58 ... 81 58 ... 81 58 ... 81 55 ... 83

8.0

5.6

4.0 31 ... 54 31 ... 54 31 ... 54 25 ... 47 28 ... 57 22 ... 51

2.0 20 ... 41 20 ... 41 20 ... 41 17 ... 36 18 ... 44 15 ... 39

1.0 14 ... 31 14 ... 31 14 ... 31 11 ... 28 12 ... 34 10 ... 30

0.5 9 ... 23 9 ... 23 9 ... 23 8 ... 21 8 ... 26 7 ... 23

0.063

Pourcentage minimum

de concassés

4 ... 10 4 ... 10 4 ... 10 4 ... 10 3 ... 11 3 ... 10

dans la fraction

≤ 2 mm

dans les fractions

> 2 mm

Adhésivité

liant/granulats

Teneur en liant

Tamis [mm]

[%]

[%]

sur enrobé min[%]

Teneur en vides

Marshall

[%] - - - 3.0 ... 4.0 3.0 ... 10 3.0 ... 10

Masse volumique

apparente

[t/m 3 ] - - - 2.415 2.385 2.410

Teneur en

vides comblés

[%] - - - ≤ 83

Stabilité [kN] ≥ 5 ≥ 7.5

(4)

CARACTÉRISTIQUES MARSHALL

− −

≥ 5 ≥ 5

(2)

(3)

Fluage [mm] 2 … 4 1.5 … 3.5 1.5 … 3.5 1.5 … 3.5

Orniérage à 60° C

Nombre de cycles [ ]

Déformation adm. [%] ≤ 10

Sensibilité à l'eau min[%]

≤ 10 (S)

≤ 7.5 (H)

≤ 10 (S)

≤ 7.5 (H)

≤ 10 (S)

≤ 7.5 (H)

(1) Pour les enrobés de type H, la teneur en liant sera fixée par une étude de formulation.

(2) En italique : valeurs indicatives.

AC T 22

L N S / H S/H

0 50

0 50

10'000

GRANULARITÉ

10'000 (S)

30'000 (H)

80 (S)

100 (H)

80 (S)

100 (H)

10'000 (S)

30'000 (H)

(3) Calculé respectivement avec une masse volumique de 2.7 [t/m 3 ] pour les granulats et 1.03 [t/m 3 ] pour le bitume.

(4) La valeur peut être augmentée de 3% lorsque le trafic est faible.

70

100

80 (S)

100 (H)

80 (S)

100 (H)

10'000 (S)

30'000 (H)

0 0

Taux d'enrobage des granulats après stockage dans l'eau ≥ 80%

LIANT (2)

4.4 4.2 4.0 (1)

EXIGENCES PARTICULIÈRES (2)

AC T 32 AC F 22 AC F 32

100

0 0

3.6 (1) 3.8 3.4

- -

- -


Annexe 5 Ecarts admissibles par rapport aux valeurs nominales

Tolérances pour l’évaluation de la conformité de la production

Tableau A.1 de la norme prEN 13108-21

#


Annexe 6

Températures de fabrication et de mise en œuvre

Type de Température

Température au départ du poste

(pour toutes phases de production)

Température de compactage (1)

(minimales)

bitume à la livraison

du bitume Seuil de refus Seuil d'alerte Epaisseur Seuil d'alerte (2)

35/50

< 200 °c

50/70 < 185 °c

70/100 < 180 °c

100/150 < 170 °c

160/220 < 170 °c

< 160 °c

et

> 200 °c

< 145 °c

et

> 185 °c

< 140 °c

et

> 180 °c

< 130 °c

et

> 170 °c

< 130 °c

et

> 170 °c

< 165 °c

et

< 50 mm 150 °c

> 195 °c > 50 mm 140°c

< 150 °c

et

< 50 mm 140 °c

> 180 °c > 50 mm 130°c

< 145 °c

et

< 50 mm 130 °c

> 175 °c > 50 mm 120°c

< 135 °c

et

< 50 mm 125 °c

> 165 °c > 50 mm 115°c

< 135 °c

et

< 50 mm 120 °c

> 165 °c > 50 mm 110°c

Pour les bitumes -polymères ou les bitumes spéciaux, on se référera aux indications du fournisseur.

(1) Températures prises entre la finisseuse et le premier rouleau.

(2) Si la température est inférieure au seuil d'alerte, l'entreprise prendra des dispositions nécessaires pour assurer un compactage suffisant.

$


CAHIER DES CHARGES

REVETEMENTS EN BETONS BITUMINEUX page 30

Annexe 7.1

Exigences relatives à la teneur en vides en place,

au degré de compactage et à l'épaisseur de couches

Couches de roulement

Selon norme SN 640 430a

Type de revêtement

bitumineux

Teneur des vides

en place

Valeurs individuelles [%] 1 - 9 1.5 ... 8.0 2.0 ... 8.0 2.0 … 7.5 1.5 ... 8.0 2.0 ... 8.0 2.0 ... 7.5 1.5 ... 8.0 2.0 ... 8.0

Valeur moyenne [%] 2 - 8 2.0 ... 7.0 2.5 ... 6.5 2.5 … 6.0 2.0 ... 7.0 2.5 ... 6.5 2.5 ... 6.0 2.0 ... 7.0 2.5 ... 6.5

Degré de

compactage

Valeurs individuelles [%]

Valeur moyenne [%]

Epaisseur des

couches

Valeurs individuelles

Epaisseur < 30 mm [%]

Epaisseur ≥ 30 mm [%]

Valeur moyenne [%]

Teneur des vides

en place

Valeurs individuelles [%] 19 … 29 19 … 29 2.5 … 9.0 2.5 … 9.0 1.5 … 7.5 1.5 … 7.5

Valeur moyenne [%] 21 … 27 21 … 27 3.0 … 8.0 3.0 … 8.0 2.0 … 6.0 2.0 … 6.0

Degré de

compactage

Valeurs individuelles [%]

Valeur moyenne [%]

Epaisseur des

couches

Valeurs individuelles

Epaisseur < 30 mm [%]

Epaisseur ≥ 30 mm [%]

Valeur moyenne [%]

AC 4

Pour les drainants, une perméabilité minimum est demandée : 13 l/min (val. isolée), 15 l/min (val. moyenne)

(2) En italique : valeurs indicatives.

L

≥ 96.0

≥ 97.0

≥ 96.0

≥ 97.0

AC 8

L N S / H L

≥ 97.0

≥ 98.0

≥ 97.0 ≥ 96.0 ≥ 97.0

≥ 98.0

Type de revêtement

Drainant

Macrorugeux Splittmastixasphalt

bitumineux PA 8 PA 11 MR 8 MR 11 SMA 8 SMA 11

REVÊTEMENT POSÉ

≥ 97.0

≥ 98.0

REVÊTEMENT POSÉ

N S / H L N

OENT Neuchâtel, mars 2007

± 25

± 20

± 5

≥ 97.0

≥ 98.0

≥ 97.0

± 25

± 20

± 5

AC 11

≥ 98.0

≥ 97.0

≥ 98.0

≥ 97.0

≥ 98.0

≥ 96.0

≥ 96.0

AC 16

≥ 97.0

≥ 97.0


CAHIER DES CHARGES

REVETEMENTS EN BETONS BITUMINEUX page 31

Annexe 7.2

Exigences relatives à la teneur en vides en place,

au degré de compactage et à l'épaisseur de couches

Couches de support

Selon norme SN 640 430a

Type de revêtement

AC B/T 11

AC B/T 16 AC B/T 22

bitumineux L N S L N S / H L N S / H

Teneur des vides

en place

Valeurs individuelles [%] 1.5 ... 9.0 2.0 ... 8.5 2.0 … 7.5 1.5 ... 9.0 2.0 ... 8.5 2.0 ... 7.5 1.5 ... 9.0 2.0 ... 8.5 2.0 ... 8.0

Valeur moyenne [%] 2.0 ... 7.0 2.5 ... 6.5 2.5 … 6.0 2.0 ... 7.0 2.5 ... 6.5 2.5 ... 6.0 2.0 ... 7.0 2.5 ... 6.5 2.5 ... 6.5

Degré de

compactage

Valeurs individuelles [%]

Valeur moyenne [%]

Epaisseur des

couches

Valeurs individuelles

Epaisseur < 30 mm [%]

Epaisseur ≥ 30 mm [%]

Valeur moyenne [%]

≥ 96.0

≥ 97.0

(2) En italique : valeurs indicatives.

≥ 97.0

≥ 98.0

REVÊTEMENT POSÉ

≥ 97.0

≥ 98.0

Type de revêtement

bitumineux

Teneur des vides

en place

Valeurs individuelles [%]

Valeur moyenne [%]

Degré de

compactage

Valeurs individuelles [%]

Valeur moyenne [%]

Epaisseur des

couches

Valeurs individuelles

Epaisseur < 30 mm

Epaisseur ≥ 30 mm

Valeur moyenne

≥ 96.0

≥ 97.0

REVÊTEMENT POSÉ

OENT Neuchâtel, mars 2007

[%]

[%]

[%]

≥ 97.0

≥ 98.0

-

± 20

± 5

AC T 32

S / H

2.0 … 8.0

2.5 … 6.5

≥ 98.0

≥ 99.0

-

± 20

± 5

≥ 97.0

≥ 98.0

≥ 96.0

≥ 98.0

≥ 97.0

≥ 99.0

≥ 98.0

≥ 99.0


Annexe 8 Exigences relatives aux couches de béton bitumineux de très

faibles épaisseurs (ACVTL)

Selon SN 640 431-2NA

Valeurs Nominales pour les épaisseurs des couches :

Sortes d’enrobés Epaisseurs des couches

(mm)

ACVTL 8 A 15 … 25

ACVTL 11 C 20 … 30

Exigences relatives aux enrobés :

Granularité :

Tamis d’analyse

Passant au tamis (% m)

ACVTL 8 A ACVTL 11 C

16.0 100

11.2 100 90 … 100

8.0 90 … 100 40 … 60

4.0 35 … 55

2.0 25 … 35 25 … 35

0.5 15 … 22 15 … 25

0.063 7 … 9 10 … 12

Teneur en liant, en vides

Sortes d’enrobés

Teneur en liant minimale

(%m)

Valeurs limites pour la

teneur en vides (% vol)

ACVTL 8 A 6.0 3.0 … 6.0

ACVTL 11 C 5.6 3.0 … 6.0

Sensibilité à l’eau et orniérage

Sortes d’enrobés

Orniérage

ACVTL 8 A ACVTL 11 C

Température d’essai (°C) 60 60

Nombre de cycles 3000 3000

Profondeur d’ornière maximale (%) 20 15

Sensibilité à l’eau (%, ITSR) 75


CAHIER DES CHARGES

REVETEMENTS EN BETONS BITUMINEUX page 33

Annexe 9 Qualité antidérapante et exigences de planéité

QUALITE ANTIDERAPANTE

Vitesse du trafic Vitesse de mesure Appréciations

Vz [km/h] [km/h] Mauvais Critique Suffisant Moyen Bon

METHODE COMBINEE : SRT - DRAINOMETRE

Valeur SRT [ ] / Temps d'écoulement [s]

Vz < 60 > 65 / < 150 (1)

60 < Vz < 100 > 65 / < 100 (1)

Vz > 100 > 65 / < 50 (1)

(1) Des valeurs SRT plus petites ou des temps d'écoulement plus grands que ces valeurs impliquent un contrôle au moyen d'un skiddomètre.

MESURE AU SKIDDOMETRE

Coefficient de frottement μ [ ]

Vz < 60 40 < 0.48 0.48 … 0.52 0.52 … 0.58 0.58 … 0.64 > 0.64

60 < Vz < 100 60 < 0.39 0.39 … 0.43 0.43 … 0.48 0.48 … 0.56 > 0.56

Vz > 100 80 < 0.32 0.32 … 0.36 0.36 … 0.42 0.42 … 0.49 > 0.49

EXIGENCES DE PLANEITE

Exploitation selon SN 640'521c

COUCHES DE SURFACE

W [ 0 /00] (1) sW [ 0 /00] (1) T [mm] (1)

Routes à grand débit < 10 < 1.4 < 4

Routes principales < 14 < 1.8 < 5

Autres routes < 14 < 2.2 < 6

DERNIERE COUCHE DE SUPPORT

W [ 0 /00] (2) sW [ 0 /00] (2) T [mm] (2)

Routes à grand débit < 14 < 1.8 < 7

Routes principales < 18 < 2.2 < 8

Autres routes < 18 < 2.6 < 9

(1) Seuils de réception

(2) En italique, valeurs indicatives

W : Valeur de l'angle formé par deux cordes adjacentes de longueur 1 mètre [ 0 /00].

Permet d'apprécier les défauts localisés.

sW : Ecart-type des valeurs W pour un tronçon de 250 m de long [ 0 /00] représentant 1000 valeurs W

Permet une appréciation globale d'un tronçon.

T : Profondeur des flaches sous la latte de 4 mètres [mm].

OENT Neuchâtel, mars 2007

More magazines by this user
Similar magazines