La puissance du saint-esprit - Eglise Adventiste du 7ème Jour

adventiste.gp.org

La puissance du saint-esprit - Eglise Adventiste du 7ème Jour

2nd Trimestre 2012

La puissance

du saint-esprit

est toujours disponible …

ministères personnels

Vision

“Un Million”

la liberté religieuse musique & adoration

7ème Congrès mondial pour la défense

de la liberté religieuse

Expériences charismatiques dans l’église

1

Adventiste d’aujourd’hui et de demain

Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe


Sommaire

Editorial .......................................................03

Mot du Président ............................04

Ministères Personnels ..............05

Education ................................................06

La Liberté Religieuse ..................09

Entre-nous .............................................12

Réflexion ...................................................16

La vie des Secteurs ....................21

Infos d’ailleurs .....................................26

Musique et Adoration ................28

Publication de l’Eglise Adventiste du 7 ème jour de la Guadeloupe

Directeur des Communications : Marcel ALPHONSO

BP05 • 97139 Abymes • Tél : 0590 82 79 76

www.adventiste-gp.org

Assistant en communication : E. Games DIDON

Secrétaire des communications : Myriam OCULI-LOÏAL

Conception, réalisation & impression :

AGRAPH-DESIGN • Tél : 0590 85 49 80

La puissance du

Saint-Esprit

est toujours disponible

Editorial

La crise financière qui a commencé en 2007 et qui n’a cessé de s’intensifier, a

laissé sur son passage de nombreuses victimes dans quasiment tous les pays du

monde. Cette crise, qui ébranle le monde de la finance, déséquilibre la gestion

économique des nations, entraîne des bouleversements politiques et sociaux, a-t-elle

aussi affecté la croissance de notre Eglise ?

Il ne s’agit pas ici de pointer du doigt l’état financier de nos institutions, mais il est

question d’attirer notre attention sur la mission de l’Eglise ainsi que sa croissance spirituelle

et numérique. Où sont les disciples réveillés et engagés ? Aurions-nous oublié

que la puissance du Saint-Esprit est toujours disponible ? Je veux affirmer avec force

que : la crise de la dette qui déstabilise nos pays n’a eu aucun impact sur la B.C.P.E

(Banque Céleste de la Puissance de L’Esprit).

La promesse du Christ concernant l’effusion du Saint-Esprit est toujours d’actualité et

comme tout parent, bien que pécheur, est désireux de donner de bonnes choses à

ses enfants, Dieu aussi est désireux d’accorder son Esprit à ceux qui le lui réclament

(cf. Luc 11 : 13)

Un appel est adressé à tous ceux qui ont rencontré le Christ et accepté d’être ses

disciples, qui ont goûté à la saveur de son message, qui ont pris connaissance de la

promesse qu’il a faite en ces termes : «Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit

survenant sur vous... (Actes 1 : 8)», et qui en compagnie d’autres sœurs et frères

prient pour l’effusion du Saint-Esprit.

Mais quelle est la teneur de cet appel ? L’article du 10 février 2012 du blog « Réveil et

réforme » de la Conférence Générale contient l’essentiel de cet appel : «Nous croyons

que le rêve de Dieu de voir l’œuvre terminée se réalisera bientôt. La pluie de l’arrièresaison

se déversera sans mesure. Et la mission du Christ sur la terre s’achèvera. Le retour

de Jésus est imminent ! Voulez-vous vous joindre à nous en acceptant personnellement

cet appel à une expérience spirituelle plus profonde grâce à la prière, à l’étude

de la Bible et des écrits de l’Esprit de prophétie ? Voulez-vous vous engager à supplier

Dieu de nous accorder la pluie de l’arrière-saison, à partager sa vérité, à proclamer les

messages des trois anges, à vivre une vie de service chrétien, et à être un témoin pour

lui ? Voulez-vous prier pour vos frères et sœurs de ce puissant mouvement adventiste

mondial tandis que l’Église s’humilie devant le Seigneur en vue de la proclamation du

dernier avertissement à ce monde agonisant ? Notre prière, c’est que le Saint-Esprit

se déverse puissamment sur le peuple de Dieu et que Jésus revienne bientôt.»

Marcel Alphonso

Directeur des communications

2 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

3


Mot du Président

Une église

solidaire

“Le Projet Caleb”

Nous bénissons notre Dieu qui nous a

permis de conclure le projet “Jéricho”

Dugazon. Nous remercions toutes les

églises qui ont apporté leur contribution.

Le projet “Caleb” (acquisition d’un domaine

de 51000 m2 ) est en bonne voie.

Nous sommes à mi-chemin, nous avons atteint

la moitié de la somme.

L’heure n’est pas au relâchement, nous devons

rester mobiliser.

Nous avons jusqu’au 30 janvier 2013 pour

compléter le financement de ce projet.

Les membres d’église, les comités d’église,

le corps pastoral, les responsables de départements,

les institutions, les jeunes, tous se

mobilisent pour boucler le financement de ce

projet.

Encore un effort.

Bientôt ce projet deviendra réalité.

Alain Angerville

Président de l’Eglise Adventiste

du 7 ème Jour de Guadeloupe

Quelques activités

envisagées sur le site.

n Séjour de santé (programme de remise en

forme, alimentation, hydrothérapie)

n Classes vertes (Activités pluridisciplinaires),

écoles primaires et collèges adventistes)

n Unité d’accueil temporaire (pour les

personnes âgées)

n Séminaire pour Comité d’entreprise

n Week-end (camping et retraites

spirituelles)

n CLSH (Centre de loisirs sans

hébergement)

n Projet à moyen terme (3 à 5 ans).

a) Aménagement d’un mini parc

d’activités (Type Mango fil, Saint-Claude)

(sur 2 hectares)

• Parcours aventure

• Accrobranches

b) Construction de 5 à 10 bungalows

Financement croisé :

• Fonds propres

• Subventions.

Nous avons lancé depuis la fin de 2011 et le début de cette année

2012 le projet «Vision Un Million», visant à recruter et former

un million de disciples passionnés de Jésus, engagés dans la

lecture et la proclamation de la Parole, passant du temps régulièrement

dans la prière 777 (7h du matin, 7h du soir et 7j sur 7j).

Pour la Guadeloupe, notre participation à ce grand projet visant premièrement

notre salut puis notre témoignage, consistait à recruter 3 700

disciples passionnés. A ce jour nous avons reçu l’engagement de 820

personnes volontaires, jeunes et adultes. C’est un bon début. Cela

ne veut pas dire que ce soit seulement ce chiffre qui soit sur le terrain

effectuant le travail. Certaines églises ne se sont pas encore positionnées,

mais se préparent à cet engagement dont notre église a tant

besoin aujourd’hui. Notre raison d’être c’est de travailler au salut de nos

contemporains, sachant à quelle distance nous sommes de la fin. Ils

doivent être avertis. Rappelons-nous que ce que nous négligeons de

faire en temps de calme, nous aurons à le faire quand même, mais en

temps de péril. D’où la nécessité pour chacun de se lever et de dire

«Seigneur, me voici, envoie-moi».

Ce projet de «Vision Un Million» a comme finalité

de faire qu’en 2015, il y ait 1 Million de nouveaux

membres ajoutés à la bergerie de Jésus, des personnes

qui seraient heureuses de dire lorsque nous

arriverons au ciel : «C’était toi qui m’avais invité». Le

31 mars, nous devrions commencer cette grande

campagne d’invitation à l’adoration conformément

à Apocalypse 14 : 6,7. Il était question pour nous

en Guadeloupe d’emmener 3 700 visiteurs à l’EDS. Par la grâce de

Dieu, nous avons dénombré plus de 950 personnes présentes dans

nos assemblées. Ce chiffre a dû certainement dépasser le millier car

certaines sections locales ne nous ont pas fait parvenir leur recensement

comme convenu. Rappelons-nous que pour Jésus, il n’attend pas que

3 700 nouveaux adorateurs. Il a dit : «A tous les habitants de la terre…».

Il est mort pour le monde entier et il invite tous. Voyons au travers des

yeux de Dieu, voyons GRAND, par la foi. Si les 10 000 adventistes de la

Guadeloupe, se mettant à genoux, disant à Dieu : «Seigneur, permetsmoi

de conduire une personne à t’adorer durant cette année», et se

mettant à l’œuvre, il donnera au Seigneur l’occasion de faire de lui un

outil d’attraction au salut. Jésus a déclaré : «J’attirerai tous les hommes

à moi». Il n’a pas renoncé à ce but. Servons-lui de pieds et de bouche,

il touchera les cœurs. Soyons associés avec lui.

Cette année ayant été un peu spéciale - car toutes les sections locales

ont pris un nouveau départ avec de nouveaux officiers - il y a eu beaucoup

de choses à mettre en place pour fonctionner. C’est ainsi que

notre période habituelle d’évangélisation fut décalée au mois d’avril.

Nous sommes conscients des perturbations que cela a dû causer. Cependant,

durant ces quatre premiers mois écoulés, certaines communautés

n’ont pas voulu manquer le train de l’évangélisation intensive. Un

grand remerciement à toutes celles-là. Nous avons reçu pour le début

du mois de mai le rapport de 100 nouveaux frères et sœurs qui ont

rejoint le troupeau de Jésus en vue du séjour éternel. Nous disons gloire

à Dieu. D’autres sont en préparation. Prions pour ceux-là et entourons

ceux qui font la route du ciel à nos côtés.

Du 2 au 4 mars, nous avons réalisé les assises de l’évangélisation en

Guadeloupe. Cette rencontre devait nous permettre de faire l’analyse de

Ministères Personnels

Pour un renouveau dans

l’évangélisation en Guadeloupe

la situation quant à l’évangélisation en Guadeloupe en ce qui concerne

notre mission, nos méthodes de travail, leur efficacité, les résultats obtenus,

les publics atteints et à atteindre, l’implication de nos membres

dans ce qui est notre raison d’être comme église. Compte tenu du fait

que beaucoup de communautés n’ont pas pu faire le travail préalable

qui consistait à faire remonter certaines données à partir qu’un questionnaire,

nous n’avons pas pu mener jusqu’où nous le voulions la réflexion.

D’autre part, nous avons été dans l’incapacité de fournir des données

statistiques dû au fait que seulement un quart des sections locales

envoie à la fédération un rapport du travail accompli. Pourtant chaque

sabbat les registres sont remplis dans les classes de l’EDS. Nous avons

salué l’engagement à longue durée de certains prédicateurs laïcs qui

d’année en année milite en tenant des campagnes dans les communes

de la Guadeloupe. Ce sont pratiquement les mêmes sur une période

de vingt ans. Un appel a été lancé pour que d’autres les rejoignent, car

certains sont déjà fatigués vu leur âge avancé.

Nous avons cependant organisé des ateliers de réflexion autour des

problématiques le samedi après-midi et dimanche matin. C’étaient les

suivants :

• Comment expliquer la diminution anormale du nombre de baptêmes

annuels ?

• Pourquoi nos Croisades sont-elles peu fréquentées ?

• Pourquoi cette diminution des prédicateurs laïcs ? Pourquoi ce

sont quasiment les mêmes qu’on voit en 20 ans ?

• Pourquoi cette diminution des témoins laïcs sur le terrain ?

• Nos méthodes d’évangélisation, sont-elles adaptées à la Guadeloupe

? Quelles sont les suggestions à explorer ?

• Les financements (% du budget d’église), correspondent-ils à

nos souhaits dans la mission ?

• Comment les départements devraient-ils faire pour s’impliquer

d’avantage dans la mission évangélique ?

• L’évangélisation des notables, comment cela est possible

aujourd’hui ? Donner des pistes.

• Comment faire pour améliorer l’amour fraternel dans les communautés

locales ?

Nous n’avons pas été en mesure de conclure le weekend par la rédaction

d’un document à retourner dans les sections locales avec des

suggestions et pistes à explorés pour améliorer le travail. Nous nous

sommes séparés avec comme recommandation la mise en place d’un

comité de pilotage qui continuerait les réflexions à partir des données

recueillies dans les ateliers et lors des exposés présentés par les intervenants.

Nous nous sentons concernés par la nécessité de faire en sorte

que chaque classe de la société guadeloupéenne soit touchée par le

message clair de l’évangile du salut. Il s’avère urgent que chacun, en

tant que disciple de Jésus, accomplisse sa part dans la mission alors

que le temps est propice.

L’évangélisation, c’est notre raison d’être

et le retour de Jésus est lié à notre engagement

à finir la tâche. Consacrons-nous

à Dieu et donnons-lui l’occasion de nous

utiliser au maximum dans les jours et les

années qui viennent en tant que disciple

passionnés de Jésus.

DUFAIT Pierre

4 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

5


Education

Matinée de louange

du 30 mars 2012

Témoignage d’un parent d’élève

J’étais à la recherche d’un établissement scolaire capable d’enseigner les vraies valeurs chrétiennes.

J’ai choisi l’école primaire LA PERSEVERANCE et je m’en réjouis car divers points ont retenu mon attention :

La solidarité qui existe entre les enseignants des différentes classes. Le programme scolaire est travaillé, discuté, réalisé afin que chacun

s’investisse pour une réussite de groupe et non seulement individuelle.

La directrice est attentive à toutes propositions, aux familles, aux élèves, aux enseignants et non enseignants permettant à chacun de

s’exprimer, de travailler une vision d’ensemble.

• Chaque enseignant dans leur salle de classe accompagne tous les matins, à la première heure des cours, leurs élèves dans un moment

: de prières, chants, lecture biblique, révision des versets ou psaumes appris.

• Tous les 15 jours, toutes les classes se réunissent à la chapelle pour présenter différents sujets, chants, prière devant l’assemblée.

• J’aime ce moment fraternel qui révèle des dons de conteurs, chanteurs et bien d’autres.

• Le personnel de cuisine débute chaque journée dans la prière, méditation, chants. Il est toujours prêt à encourager les élèves à choisir

des plats variés pour prendre plaisir aux différents goûts.

Avec d’autres parents bénévoles nous aidons à la chapelle, dans les classes, à la cantine, aux séances sportives hebdomadaires, aux sorties

et fêtes scolaires.

Ma fille de 10 ans s’y plait car elle dit prendre plaisir à écouter et mettre en pratique les conseils de son enseignante.

Elle arrive souvent joyeuse à la maison pour s’installer et faire son travail scolaire. Son progrès et son enthousiasme m’aident aussi dans mon

attachement au Seigneur. Je loue Dieu pour ce privilège que nous avons de le servir.

L’enseignante chrétienne ne cherche pas seulement le progrès intellectuel de l’élève mais l’aide à pallier aux faiblesses de son caractère afin

de l’emmener à un caractère qui honore Dieu.

LA PERSEVERANCE : un mot que j’aime. Elle produit la résistance dans l’épreuve (la patience) et la résistance, la victoire : « VICTOIRE EN

CHRIST ».

Je me suis engagée, entourée de parents d’élèves, d’enseignants et de l’équipe administrative dévoués de l’école primaire LA PERSEVE-

RANCE.

Nous encourageons, soutenons, portons en prière ceux qui y sont présents afin qu’ils réussissent leur parcours scolaire.

A travers les différentes organisations, nous percevons des dons et des talents qui muriront pour permettre à chacun de réussir dans son

choix futur.

D’autres organisations sont en cours, les élèves s’investissent pour que leur présence au sein de l’établissement soit un souvenir mémorable

à partager avec d’autres.

GUILOHEL mère de CELY M.

Témoignages des

élèves La Persévérance

Boissard

Le pasteur est venu dans la classe. Il s’est présenté. Nous lui

avons posé des questions. Il a cherché dans la Bble pour nous

répondre. Il a répondu à toutes nos questions.

Kéwan lui a demandé : c’est quand la fin du monde ? Il a dit que

nous sommes aux orteils de la statue et c’est bientôt la fin du

monde. Il est très gentil, le pasteur.

Mathéo / Kéwan (CE1).

La matinée de louange

La matinée de louange se déroula le vendredi 30 mars 2012 à

la chapelle. Nous avons chanté divers chants que nous avons

appréciés. Les chants étaient beaux et exprimaient beaucoup

de joie. Et je suis sûre que Dieu était parmi nous dans ce beau

moment de louange.

Les mots et les versets nous faisaient réfléchir. On vous encourage

à faire un autre moment de louanges.

Merci beaucoup !

QUELLERY-SELBONNE Célia

POLLION Tabitha (CM2).

6 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7eme 6 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 jour de la Guadeloupe

eme jour de la Guadeloupe

7


Education

La louange

Ce moment restera pour moi historique dans mon cœur. Ce jour était

formidable pour la découverte des talents artistiques des élèves. Je

remercie DIEU de m’avoir fait connaître cette école fantastique.

Et les chants, je n’ose pas vous en parler, rien à dire. C’était vraiment

plus que parfait.

Les ateliers

Rien de plus fantastique, merci aux maîtresses qui nous ont fait

connaître tant de belles choses.

Merci, et encore merci beaucoup.

La chapelle

Ange-Aurore (CM1)

Bonjour,

Je m’appelle Lubin Michaëlle. Je suis arrivée dans l’école de Boissard

en Janvier. Il y a une activité qui me plait beaucoup, c’est la chapelle.

Là j’ai pu partager ma foi en chantant. J’ai aussi appris de nouveaux

chants. C’est aussi le moment où je peux communiquer avec Dieu.

J’encourage avec un large sourire chacun de toujours persévérer et

de ne jamais abandonner.

Merci pour ces bons moments passés à la chapelle !!!

Michaelle LUBIN(CM1).

Visite des pasteurs à

l’école de Boissard

CM2

La Directrice avait prévenu que le 18 novembre 2011 serait la journée

pastorale.

Nous ne savions pas ce qui allait se passer et nous attendions le

moment avec impatience.

La matinée commença par une séance de chapelle avec le pasteur

Alphonso. Plusieurs pasteurs se tenaient sur la chaire avec lui. Il les

présenta et nous étions étonnés d’entendre appeler des femmes «

pasteurs ».

Après ce bon moment, nous avons reçu dans la classe, pasteur Alphonso

et pasteur Siona (une femme bien sûr). Ils nous racontèrent

comment ils étaient arrivés au ministère. Nous avons écouté avec

attention car leur témoignage était intéressant. Nous avons compris

que c’est le Dieu qui choisit. La classe était silencieuse, puis le

moment des questions est arrivé. Beaucoup d’élèves voulaient savoir

comment faire pour devenir pasteur.

Trois de vos camarades ont même dit que c’est ce qu’ils avaient déjà

choisi, car le père de l’un d’entre eux est pasteur.

C’était une matinée agréable, nous avons appris beaucoup de

choses.

Murielle / Loanna / Célia (CM2)

CE1

J’ai aimé quand le pasteur a répondu à nos questions. J’aimerai un

peu plus de découverte. Moi j’ai beaucoup aimé.

Vous avez répondu à mes questions.

Je vous remercie d’être humble avec nous. J’ai beaucoup aimé

votre visite à l’école.

Merci pasteur pour cette lecture que Dieu vous bénisse, vos enfants

et votre femme’.

J’ai aimé quand vous avez donné des exemples. On a posé des

questions et vous avez répondu à nos questions.

Vous avez prié pour nous.

Enfin nous avons chanté pour nous « le bon berger »

Merci beaucoup de votre visite pasteur.

Lilia et Yliana (CE1).

Ils sont venus de partout, du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest,

de 65 pays. Ils étaient protestants et catholiques, musulmans

et Juifs, baptistes, mennonites, adventistes du septième jour,

membres de l’Eglise de Scientologie, ils ont convergé dans le centre

de Barcelo Bavaro Convention Center à Punta Cana.

Les vacanciers en tenue légère, attirés par ce séjour de rêve «all inclusive»

se prélassant au bord des eaux turquoises et cristallines de la

mer des Caraïbes, sur l’une des plages reconnues comme l’une des

plus belles du Monde, ont dû se demander ce qui se passait : qui

étaient ces gens qui tout à coup envahissaient les chemins menant

au Convention Center, des hommes en costume et cravate, et les

femmes en talons hauts ?

La Liberté Religieuse

7 ème Congrès mondial pour la défense

de la Liberté Religieuse à Punta Cana

(République Dominicaine) :

Une expérience enrichissante et

inoubliable pour la délégation de la

Guadeloupe.

Délégation de l’UAGF.

Mais si ces vacanciers s’étaient approchés de la grande salle du

Convention Center située au milieu de ce magnifique complexe hôtelier,

ils auraient été encore plus étonnés. Ils auraient vu l’installation

de la traduction simultanée anglais/espagnol/français. Le groupe

des francophones, perdus au milieu d’une invasion hispanophone,

cherche rapidement des écouteurs pour être branchés ! Une vingtaine

de délégués de l’Union des Antilles et de la Guyane françaises

se retrouvent lors des pauses et se rapprochent des délégués francophones,

français, haïtiens, canadiens du Québec, Africains francophones,

quelques suisses et belges….

En ouverture, prenant la parole devant près de 900 délégués, Denton

Lotz, pasteur, secrétaire général de l’Alliance Baptiste Mondiale

et président de l’IRLA (International Religious Liberty Association) a

8 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7eme 8 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 jour de la Guadeloupe

eme jour de la Guadeloupe

9


La Liberté Religieuse

Délégation de la Guadeloupe.

résumé le but de cet événement de trois jours: «Nous sommes ici

aujourd’hui, parce que nous croyons que la liberté de religion est la

liberté la plus essentielle des droits de l’homme.» Et il continuait : «La

plupart des gens dans le monde souffrent d’un manque de liberté religieuse.

70% de la population mondiale vit dans des pays où s’exerce

la répression religieuse….Il nous incombe de travailler ensemble pour

que nous vivions dans l’harmonie et la concorde»

S’adressant au même auditoire qui comprenait, des mennonites, des

méthodistes, des catholiques romains, des baptistes, des Juifs, des

Mormons, des adventistes du septième jour, quelques musulmans

et des membres de l’Eglise de Scientologie, entre autres, John Graz,

secrétaire général de l’IRLA a déclaré : «Ce congrès traite de la liberté

religieuse, mais ce n’est pas un événement religieux…Nous sommes

tous ici ensemble, représentant différentes confessions, de religions

différentes, venant d’ églises diverses. Nous sommes différents, mais

nous sommes respectueux les uns des autres.»

La liberté religieuse, un don de Dieu

J’étais l’une des 900. La liberté, voilà ce que nous a amenés à Punta

Cana. Indépendamment de nos origines ou des traditions religieuses,

nous avons partagé notre passion pour la liberté et plus particulièrement

la liberté religieuse.

Liberté ! Combien j’aime la saveur de ce mot ! Et la plus douce des

libertés est la liberté religieuse. Elle est la première des libertés, parce

que toute autre liberté découle d’elle.

La liberté religieuse vient de Dieu. Lors de la création, Dieu a fait

l’homme à son image, avec la possibilité de choisir. Nous portons le

cachet divin, et nous avons été faits pour adorer notre Créateur. La

liberté religieuse fait partie intégrante de notre être.

Voilà pourquoi «nous devons inculquer aux jeunes l’amour pour la préservation

de la liberté religieuse et la liberté de conscience.» C’est en

ces termes que le Président de la Conférence Générale de Adventistes

du 7ème jour a ouvert son intervention. Ted NC Wilson affirme encore

que «la liberté religieuse porte la signature d’un Dieu d’amour.»

Mais cette liberté est fragile. Toutes les libertés sont vulnérables. La

liberté religieuse est particulièrement à risque, toujours, en tout lieu.

Elle n’est jamais acquise une fois pour toutes ! La preuve ? Pas loin de

chez nous, en France. Alors que la France, pays de liberté par excellence

était classée pendant longtemps par la commission des droits

de l’homme de l’ONU dans la catégorie «des pays séculiers» , c’està-dire

des pays qui ne s’opposent à aucune croyance ou pratique

religieuse et appliquent la séparation des pouvoirs entre l’Eglise et

l’Etat, respectant les minorités religieuses, comme tous les pays industrialisés

d’Europe du Nord ou d’Amérique du Nord, depuis quelques

années, elle a été placée dans la catégorie « des pays laïcs » : pays qui

mentionnent dans leur Constitution le principe de la laïcité et la séparation

des pouvoirs entre l’Eglise et l’Etat. L’enseignement public ne

permet pas la formation religieuse sauf sous un aspect civilisationnel .

Donc un statut n’est jamais figé !

70 % de la population mondiale vit dans

des pays où sévit la répression religieuse.

Aujourd’hui, des femmes et des hommes, dans divers pays croupissent

en prison parce qu’ils ont choisi de suivre leur conscience. La violence

contre les croyants reste un problème majeur : un document vidéo

préparé par l’IRLA et présenté en session d’ouverture rappelle les pays

champions en matière de persécution religieuse : 16 pays détiennent

la palme d’or : dans le rapport annuel 2012 publié par la Commission

américaine sur la Liberté Religieuse Internationale (connue sous

le nom USCIRF), qui formule des recommandations au département

d’État des Etats-Unis (l’équivalent du Ministère des Affaires étrangères

en France) la Commission désigne les pays qui devraient être classés

comme «pays particulièrement préoccupants» en matière de liberté

religieuse : la Birmanie, la Chine, l’Egypte, l’Erythrée, l’Irak, l’Iran, le

Nigéria, la Corée du Nord, le Pakistan, l’Arabie Saoudite, le Soudan,

le Tadjikistan, la Turquie, le Turkménistan, l’Ouzbékistan et le Vietnam.

Ce rapport souligne également que dans des pays comme le Pakistan

et l’Egypte, les citoyens subissent deux types de persécution : la

répression religieuse par les autorités ainsi que les violences menées

par des extrémistes.

L’année 2011 a été marquée par les assassinats de responsables

pakistanais Salman Tasseer, gouverneur de la province du Pendjab tué

par son propre garde du corps, pour avoir osé critiquer la loi pakistanaise

sur le blasphème et pour avoir soutenu dans son combat une

Le Convention Center

jeune femme chrétienne condamnée à mort. En mars 2011, Shahbaz

Bhatti. ministre des minorités, lui-même catholique a été assassiné

pour s’être opposé à la loi sur le blasphème dans son pays. Au moment

où nous écrivons, Yousef Nadarkhani, pasteur chrétien en Iran

est en attente de son exécution . Son crime ? Il est un apostat qui

a abandonné l’Islam. On lui a proposé de se rétracter et de vivre. Il

a refusé et est condamné à être lynché.. Malheureusement certains

hommes se joindront encore à l’imposant cortège des héros qui ont

payé le prix ultime pour le respect de leur liberté de conscience !

«Laïcité et liberté religieuse - conflit ou

partenariat» ?

Autour du thème fixé par le Congrès, «Laïcité et liberté religieuse -

conflit ou partenariat ?», conférenciers et délégués ont tenté de définir

les défis d’un monde de plus en plus hostile à la variété d’expressions

religieuses dans la sphère publique.

«Quand la religion devient laïque, je crois qu’elle est le plus grand défi à

la liberté religieuse, a déclaré aux délégués Denton Lotz. «Quand nous

permettons à la sécularisation de notre foi de transcender le transcendant,

elle perd sa signification», a t-il ajouté. Selon Lotz, «La religion

va mourir quand elle ne se centre plus sur Dieu, mais seulement sur

l’homme autonome. La religion prospère quand elle est centrée sur

Dieu.»

Bien que reconnaissant l’inévitable conflit entre les valeurs de croyants

et celles de la culture laïque, Ted Wilson a déclaré : «Nous devons

accepter cette tension dans le cadre d’une société libre. Nous devons

accepter les défis et trouver des réponses appropriées à travers l’inspiration

divine. Il faut à tout prix exclure la tentation d’un état religieux.

Ce serait une source de grand danger pour la liberté religieuse. Ted

Wilson, Président de la Conférence Générale de l’Eglise Adventiste

du 7ème jour a déclaré clairement : «Si l’Etat donne à une religion

une position privilégiée juridiquement, il n’y a pas d’égalité possible et

la vie devient un cauchemar pour tous les autres citoyens. Quel type

de société condamne quelqu’un à mort pour apostasie parce qu’il a

changé de religion ? Un Etat laïc ou un Etat religieux ?»

L’actualité nous donne régulièrement la réponse : en Iran, les persécutions

sont nombreuses contre les minorités religieuses !

Mais en matière de laïcité, il faut établir une distinction entre deux types

de laïcité : d’une part la laïcité «radicale» ou laïcité «extrême» qui vise à

exclure toute expression religieuse de la sphère publique . Si cette laï-

Ted WILSON, président C.G., John GRAZ,

responsable Liberté religieuse & affaires

publiques

cité intolérante et idéologique s’attaque à nos valeurs religieuses, nous

devons les défendre énergiquement et avec conviction. Aujourd’hui

cette laïcité rampante menace d’exclure de la vie de l’être humain la

croyance et la pratique religieuses . On pourrait la rapprocher de ce

qu’on pourrait appeler « un athéisme d’Etat ». D’autre part, la « gouvernance

laïque » qui reste neutre entre les différentes religions et protège

les droits de la liberté religieuse des minorités.

Voilà pourquoi il est important de défendre la liberté religieuse et la lecture

des résolutions du 7ème congrès mondial de la liberté religieuse

fut accueillie avec une ovation des participants .

A la question posée : la laïcité : conflit ou partenariat, une des résolutions,

parmi d’autres, conclut clairement que la liberté religieuse est

menacée dans le cas d’une laïcité élevée comme une idéologie totalitaire,

une vision du monde qui ne reconnaît que les valeurs laïques,

excluant de fait les valeurs religieuses, qui serait une sorte de sécularisme

militant. En revanche, les régimes caractérisés par une laïcité

visant à établir un cadre neutre, qui accueille et cherche à tenir compte

des différences religieuses sont les plus propices à favoriser la liberté

religieuse.

Les 900 délégués présents à Punta Cana ont entendu les menaces

et avertissements répétés contre les dérives totalitaires ou une laïcité

dangereuse élevée comme idéologie étatique. Tous les orateurs et experts

engagés religieusement ou laïcs ont exhorté les délégués à être

de vigilants défenseurs de la liberté, à se lever pour défendre les droits

des opprimés qui veulent suivre leur conscience.

N’oublions pas les paroles attribuées au pasteur protestant allemand

Martin Niemöller sur la façon dont le régime nazi a systématiquement

étouffé la dissidence :

« D’abord, ils sont venus chercher les Communistes

Et je n’ai rien dit parce que je n’étais pas communiste.

Puis ils sont venus chercher les syndicalistes

Et je n’ai rien dit parce que je n’étais pas syndicaliste.

Puis ils sont venus pour les Juifs,

Et je n’ai rien dit parce que je n’étais pas un juif.

Puis ils sont venus pour moi

Et il n’y avait plus personne pour me défendre»

Les paroles de Niemöller sont extrêmement percutantes . Mais si nous

substituons à « Juifs, à communistes, à syndicalistes, » les termes

de Mormons, Musulmans, Adventistes du 7ème jour ou n’importe

quel groupe, cible de la violence religieuse et de la persécution dans

son pays…. ce texte prend toute sa signification : la nécessité d’être

présents et vigilants en tout temps et en tout lieu : c’est ce que fait

l’IRLA, association la plus ancienne historiquement (1896) militant pour

la Liberté religieuse au plan mondial et qui est l ’interface laïque du

département de la Liberté Religieuse et des Affaires Publiques de la

Conférence Générale de l’Eglise Adventiste du 7ème jour.

Oui, la liberté est un bien précieux. La liberté religieuse est particulièrement

précieuse. Mais elle coûte en investissement et elle se perd

facilement.

Patricia Sablier

Département de la Liberté Religieuse

Bibliographie :

Site de l’IRLA : www.irla.org

L’atlas des religions, Le Monde –La Vie, Hors-série, Edition 2011

10 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

11


Entre-nous

VECU de deux jeunes

du secteur Sud-Ouest Grande-Terre

Quelques jeunes de la Guadeloupe ont participé, du 17 au 29 juillet

2012, à un programme humanitaire, sociale et d’évangélisation

en Guyane Française et ils sont revenus plein d’enthousiasme ;

mais un an auparavant, avec l’autorisation de leurs parents, deux jeunes

filles ont fait le choix de partir, de manière spontanée, vivre une aventure

merveilleuse en République Dominicaine. Ces deux jeunes de l’Eglise

du Raizet, Aurore DURSUS (16 ans) et Léandra HUGHES (17 ans ½)

ont livré leurs impressions à la rédaction de la revue «Reflet».

Reflet : quelle expérience avez-vous vécu durant les vacances

de juillet-août 2011 ?

Aurore et Léandra : Lors de la Retraite Spirituelle de la jeunesse de la Guadeloupe, du

1 er au 3 mai 2009, nous avions échangé avec l’invité, le pasteur Hosein FAZADUDIN, et

il nous avait suggéré d’effectuer un séjour à Porto-Rico pour une meilleure maîtrise de la

langue espagnole.

Ce projet a-t-il pu se

concrétiser ?

Aurore et Léandra : Non, car nous

avons sans succès cherché une famille

qui pouvait nous accueillir à Porto-

Rico. Cependant nous avons été mis

en contact avec la famille LEE habitant

la République Dominicaine. A l’époque

où nous sommes arrivés dans ce pays,

la famille LEE était engagée dans un

programme de prévention sanitaire

coordonné par l’Agence Adventiste

de Développement et de Secours ou

ADRA (Adventist Development and

Relief Agency).

Cette famille adventiste nous a donc

proposé de participer à ce programme

humanitaire.

en quoi consistait

ce programme de

prévention ?

Aurore et Léandra : C’était une campagne

de prévention et de lutte contre

le choléra qui se déroulait pendant la

journée et le soir nous participions à

une campagne d’évangélisation.

Nous devions quelquefois marcher

durant quatre heures pour atteindre

les populations qui vivant dans des

secteurs très reculés. Pendant trois se-

maines nous avons montré aux gens

comment se laver les mains et comment

utiliser le chlore.

Comment avez-vous réussi

à communiquer avec les

autres jeunes adventistes

et la population ?

Aurore et Léandra : Nous avons

réussi à communiquer avec les jeunes

adventistes et la population car nous

avions de bonnes bases en espagnol

et en anglais. Nous avions même la

possibilité de chanter le soir au cours

INTERVIEW

de la série de conférences et notre participation

a été appréciée.

Y a-t-il quelque chose qui

vous aurait marquée ?

Aurore et Léandra : Nous avons été

impressionnées par les défilés des

Eclaireurs. Ils passaient dans les rues

en uniforme et d’autres enfants (non

adventistes) se joignaient à eux et entraient

dans l’église. Nous avons aussi

constaté que l’équipe pastorale était

composée de jeunes ouvriers ce qui

apportait du dynamisme à l’ensemble

des programmes qui étaient organisés.

auriez-vous un message

à transmettre aux

jeunes adventistes de la

guadeloupe ?

Aurore et Léandra : Nous aimerions

un jour retourner en République Dominicaine

car nous y avons reçu un bon

accueil. Mais nous interpellons les

jeunes adventistes de la Guadeloupe

quant à leur engagement et nous les

invitons à s’impliquer dans des actions

de bienfaisance en faveur des Guadeloupéens

les plus défavorisés.

12 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

13


Entre-nous

le journal

«reflet», a le

plaisir de vous

présenter dans ce

présent numéro

la «Jad mov’up

session». le

style est «jeune»,

dynamique et

sans «langue de

bois».

le rendez-vous de la jeunesse

reflet : La Team JMU, bonjour !

team Jmu : Bonjour !

reflet : Pouvez-vous nous dire en quelques mots ce qu’est la «Jad

Mov’Up Session»?

nico : Tout d’abord, rapidement, nous aimerions présenter l’intitulé «Jad

Mov’Up» qui est parfois difficile à prononcer pour certains !! (rires). Alors, «Jad»

pour jeunesse adventiste et «mov’up» pour montrer que cette jeunesse bouge

(to move en anglais) et surtout qu’elle va de l’avant (up) avec Jésus. Voilà ! Ce

sera sûrement plus clair pour nombre de personnes.....

Ensuite, La «Jad Mov’Up Session» c’est le rendez-vous de la jeunesse

chaque troisième samedi du mois sur Radio Vie Meilleure 93.3. L’idée

est de traiter de sujets d’actualité qui préoccupent la jeunesse, en recevant des

invités de «qualité» comme l’aime dire Chellene (rires) qui répondent aux questions

de façon pratique et spirituelle.

reflet : Alors, justement cette année, Y aura-t-il plus d’invités dans

«JMU Session» ?

Chellene : Oui, effectivement nous avons dès l’an dernier décidé de présenter

nos questions comme des petites études de cas très pratiques qui requièrent

des réponses précises et parfois techniques. Nous sommes donc dans l’obligation

de trouver des invités qui savent parler aux jeunes franchement et sans

tabous. On aura donc, durant toute cette année, des professionnels, des

experts, des témoignages, un peu de tout pour des thèmes toujours intéressants

comme «la sécurité routière» qui fut d’ailleurs le thème de notre première

émission de l’année, le 20 octobre 2012.

reflet : Nous espérons qu’il y aura toujours la chronique humoristique

de Jim P pour présenter le thème ?

Pour des questions

plus directes en direct

nous recevons les appels

des auditeurs au

0590 89 25 73

Jim p : L’humour est un moyen efficace

pour parler aux jeunes. Vous savez, nous

sommes dynamiques et aimons bien

«délirer». La chronique humoristique de

Jim P a donc sa place tout comme les

bons plans de Bibine et les conseils du

Docteur Flo qui ne sont pas placebo. En

tout cas, nous tenterons à chaque émission,

grâce à l’humour, de déblayer le

terrain et de toucher les thèmes en profondeur

afin que chaque auditeur trouve

un maximum de réponses.

reflet : Vous voulez nous dire que

Docteur Flo sera toujours là pour

donner ses conseils ?

Docteur Flo: Effectivement, les auditeurs

auront l’opportunité de m’envoyer à

l’avance leur questions sur les thèmes

abordés grâce à notre adresse mail

(jadmovup@live.fr) ou encore sur le Facebook

de la team. Bien sûr, nous continuerons

à recevoir également les appels

des auditeurs au 0590 89 25 73 (notezle!)

pour des questions plus directes en

direct (lol).

reflet :

Y aura-tilcependant

des

nouveautés ?

team Jmu :

(éclats de rires)

Rejoignez

nous sur le

facebook de

la team

reflet : La question

dérange-t-elle ?

bibine : Non pas du tout !! En réalité,

nous y travaillons fortement, nous avons

déjà quelques surprises au niveau du

format de l’émission; nous sommes

même en phase de recrutement. A la

rentrée d’octobre, vous découvrirez

donc d’autres membres de la JMU

Family (ils sont près de 2000 sur le Facebook

!!) ainsi que d’autres rubriques... Je

n’en dis pas plus, si ce n’est que dans

tous les cas la «Jad Mov’Up Session»

saison 2, c’est plus de bons plans, plus

de jeux et de cadeaux à gagner, plus de

vidéos ... Bref, la «JMU Session» c’est +

+ + !!!! (rires)

INTERVIEW

Notre adresse mail

jadmovup@live.fr

reflet :

Donc rendezvous

?

ray : Chaque troisième samedi du mois

de 15h00 à 16h20.

- Sur internet c’est : www.radioviemeilleure.com,

- Sur Facebook vous tapez «Jad

Mov’Up»,

- Sur Itune et Tune In ... non je pense

que l’on va s’arrêter là (rires)

J’oubliais… Merci d’avoir été au rendezvous

le samedi 20 octobre à l’occasion

de la première émission de la saison

2012-2013 ! Et qu’on se le dise : La

«Jad Mov’Up» c’est un espace de fraîcheur

sur Radio Vie Meilleure !

14 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

15


Réflexion

Il y a de cela quelque temps, j’ai reçu des SMS et des mails

sur la sortie d’un film. Un e-mail m’a particulièrement interpellé.

Je vous en livre des extraits :

“Le film « Corpus Christi» (le Corps du Christ) doit sortir

entre le mois de juin et août 2012. Ce film dégoûtant présente

Jésus et ses disciples comme des homosexuels!

C’est une moquerie révoltante à l’égard de notre Seigneur

(…) Si vous envoyez ce message autour de vous, nous

pouvons empêcher la diffusion de ce film. Nous avons

besoin de beaucoup de prières et beaucoup de courriers

électroniques. Comme Chrétien je veux rester ferme (…)

et arrêter cette moquerie de Jésus Christ notre Sauveur.

Aidez-nous s’il vous plaît à empêcher de tels délits contre

notre Seigneur. Si vous n’êtes pas intéressés, ne vous

plaignez pas quand Dieu n’aura pas de temps pour vous.

Souvenez-vous, Jésus a dit « celui qui me reniera sur la

terre je le renierai devant mon Père et Ses anges.“

Pour la rédaction de cet article, j’ai procédé à quelques recherches

sur certains films mettant en scène Jésus (auteurs,

réalisateurs, producteurs, acteurs, bandes annonces, affiches,

critiques, dates et lieux de sortie en salle). A mon grand étonnement,

je n’ai rien trouvé concernant ce fameux «film», à part

une pièce de théâtre du même titre, dans le même esprit, présentant

Jésus comme un gay trompé par son amant.

Ce film existe-t-il vraiment ? Intox, manipulation ? Peu importe,

parlons-en puisqu’il donne la nausée aux chrétiens.

Après la lecture de l’e-mail, un flot de questions est monté à

mon esprit. Ai-je besoin d’intercéder pour que Dieu agisse dans

une affaire où Il est directement mis en cause ? Si je ne participe

pas en envoyant un mail en quoi aurais-je été un traître au point

que Jésus-Christ me renierait ? Pourquoi le monde en est-il

arrivé à cette bassesse? Pourquoi la chrétienté est-elle aussi

frileuse ?

Un peu d’histoire.

“Le Dernier Homme” : un temps où l’art, la culture et les valeurs

s’élaborent indépendamment de la chrétienté.

En réalité il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

En 1960, au début du film La Dolce Vita de Federico Fellini,

on voit apparaître une statue géante du Christ destinée au

Vatican transportée par hélicoptère au-dessus de Rome où des

gens indifférents se prélassent au soleil.

En 1988, Martin Scorsese réalise un film, La Dernière Tentation

du Christ, une adaptation du roman de Nikos Kazantzakis.

Il revisite librement la vie du Christ en la dénaturant. Le

film fait scandale, mais le réalisateur est nominé aux Oscars.

En 2003, Dans son «Da Vinci Code», Dan Brown raconte

que Marie-Madeleine a eu des enfants avec Jésus, mais l’Église

catholique aurait étouffé ces faits par la force et la terreur et fait

de Marie-Madeleine une prostituée en lui donnant une image

négative. En 2006, Ce roman fut porté à l’écran.

Récemment (Septembre 2012), Karen King 1 , chercheuse à

Harvard Divinity, a relancé le débat sur la situation matrimoniale

de Jésus en présentant un papyrus copte datant du IV ème

siècle sur lequel est inscrit «Jésus leur a dit ma femme».

Les fouilles archéologiques de Kuntillet et la découverte d’inscriptions

à Khirbet el-Qôm 2 , datant de l’époque des rois

Amastias et Joas, ont révélé l’existence de la déesse Ashérah

3 «(…) YHWH et son Ashe-rah», présentée comme l’épouse

de Iahvé.

Ces trois découvertes font débat dans les milieux de la recherche

(théologiens, historiens, archéologues, philologues…).

1 La Dépèche.fr, 20 septembre 2012.

2 André Lemaire. Les inscriptions de Khirbet el-Qôm et l’Ashérah de

YHWH. 1987.

3 On trouve le mot Ashérah une quarantaine de fois dans l’Ancien

Testament.

L’irréligiosité : un signe des temps ?

On a fait dire à André Malraux «le 21 ème siècle sera religieux/

spirituel/mystique ou pas 4 ». A ce jour, il y a divergence sur

le véritable qualificatif employé par lui lors de sa conférence.

L’apôtre Paul souligne que «dans les derniers temps les

hommes seront fanfarons, irréligieux 4 » Nous vivons véritablement

dans un monde séculier. L’irréligiosité est un signe des

temps. Pour son équilibre intellectuel, le chrétien doit intégrer

cette réalité. La seule valeur judéo-chrétienne ne domine plus

la pensée, la conscience, la production artistique des individus.

D’autres valeurs s’opposent à elle. Le philosophe Pierre Burgelin

5 fait observer que «l’ère constantinienne est close», en

d’autres termes, la religion chrétienne ne domine plus totalement

la vie de l’homme occidental. Roger Mehl théologien et

éthicien, note que «l’église n’est plus spontanément présente

dans les centres créateurs de la culture. La culture s’élabore

indépendamment d’elle» 6 .

C’est ainsi que «la culture moderne perd peu à peu les marques

de ce christianisme qui l’avait créée et formée» 7 .

«Le Dieu des chrétiens est ignoré, et le message chrétien

considéré comme totalement périmé, éperdument sans valeur

contemporaine. La mort de Dieu est, par rapport à de vastes

segments de la vie moderne, incontestable» 8 .

Il nous faut nous rendre à l’évidence, l’Occident vit une

forme d’athéisme. Dieu, serait « mort » dans le champ de la

conscience occidentale. On assiste à une chose inimaginable.

Ce sont les ex-colonisés, convertis au christianisme qui portent

l’évangile en Occident. Les églises chrétiennes de tous bords

ont des pasteurs et des prêtres africains et sud-américains. Ce

sont les chrétiens venus de ces régions qui prêchent désormais

la Bonne Parole et qui tentent de reconvertir les occidentaux au

christianisme. Ils sont les nouveaux évangélisateurs au chevet

de la chrétienté occidentale qui a perdu son premier amour et

vendu son âme à la sécularisation.

La théologie : impliquée dans la «mort»

de Dieu ?

Engloutie dans la culture post-chrétienne, la chrétienté est secouée

dans ses fondements. Aussi étrange que cela puisse paraître,

elle a contribué elle-même à cette situation. En 1960, est

né aux Etats Unis d’Amérique, un courant théologique qu’on

peut qualifier d’athéisme chrétien connu sous le nom de théothanatologie

(La théologie de la mort de Dieu). Ce qui est troublant

dans ce courant théologique, c’est que ses fondateurs,

les théothanatologistes, sont des chrétiens. Jugez en vousmêmes

: Gabriel Vahanian, un protestant réformé de l’université

de Syracuse, Harvey COX, un baptiste de la faculté

de théologie de Harvard, Thomas Altizer, un laïc épiscopalien

de l’université d‘Emory, William Hamilton, baptiste du New

Collège et Paul Van Buren un prêtre épiscopalien de la faculté

de théologie de Temple. Mais bien avant :

Le théologien luthérien allemand Rudolf Bultmann (1884-

1976), a mis en place la démythologisation du Nouveau Testament.

Son but était d’extirper les mythes de la prédication de

Jésus-Christ pour ainsi la replacer dans son contexte historique

en ayant dégagé le noyau intentionnel.

4 La Bible. 2 Timothée 3.2.

5 Pierre Burgelin, La fin de l’ère constantinienne, Foi et Vie, LVIII /1),

16 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

14-15.

6 Roger Mehl, Traité de sociologie du Protestantisme, Neuchâtel :

Delachaux et Niestlé, 1965, p.67.

7 Gabriel Vahanian, La mort de Dieu, George Braziller, New York

1961. P.228.

8 John Warwick Montgomery, La mort de Dieu, Editions Oberlin, Paris

1971, p.14.

17


Réflexion

Dans son livre Vie de Jésus (1863), Ernest Renan (1823-1892),

philosophe et historien français déclare que la biographie de

Jésus doit être comprise comme celle de n’importe quel autre

homme et que la Bible doit être soumise à un examen critique

comme n’importe quel Karl Barth (1886-1968), pasteur protestant

suisse, considéré comme le plus grand théologien chrétien

du siècle dernier, dit à propos de la résurrection du Christ que si

pour la foi elle est un événement réel, elle n’a cependant jamais

été établie. Donc elle ne peut pas être vérifiée par l’histoire. De

plus, selon lui, la révélation biblique ne serait en réalité qu’un

mélange de vérités divines et d’erreurs humaines.

Le nihilisme et la «mort» de Dieu.

En réalité la «mort» de Dieu n’est pas un phénomène nouveau.

Le philosophe allemand Friedrich Nietzche (1844-1900), est

celui qui a certainement le mieux compris la problématique de

cette «mort». Selon lui elle est liée au nihilisme 9 , le règne de

l’absurde, du rien. Dieu est «mort» parce que l’homme des

Temps Modernes l’a tué. Les ténèbres ont remplacé la Lumière.

«Cette mort de Dieu, est marquée, en notre temps, par la venue

du Dernier Homme. (…) Le Dernier Homme désigne ce qu’il y

a de plus méprisable en ce monde : celui qui est impuissant à

créer et à aimer, l’individu totalement asservi et jouissant d’un

bonheur programmé et mesquin. Il sautille ainsi à la surface de

la terre… 10 »

Citoyen d’un autre monde ?

Le monde est déchu. Le mal en effet l’a parasité de toute part

et sa semence toxique a donné naissance à une multitude de

comportements. Il est donc normal pour le chrétien de rompre

avec lui et de prendre ses distances. L’apôtre Paul demande

aux chrétiens de Rome de ne pas se conformer au monde présent

et même d’en sortir.

La chrétienté, malgré sa croissance rapide, ne correspond dans

le monde qu’à une minorité. De plus, ce monde n’est pas sa

patrie. En tout cas, c’est la déclaration du Christ dans sa magistrale

prière dite sacerdotale que rapporte l’évangéliste Jean.

«Ils ne sont pas sortis du monde comme moi je ne suis pas sorti

du monde. (…) Je te demande de les préserver du mauvais11 ».

9 Doctrine niant l’existence d’un absolu

10 Jacqueline Russ, Dictionnaire de Philosophie, ed Bordas, Paris

1991, p. 357

11 La Bible. Jean 17.16’17.

La population de la Terre en 2011 était estimée à 7 milliards

d’individus. Il n’existe que 2,2 milliards de chrétiens dispersés

dans des milliers de confessions différentes (1 milliard de catholiques,

800 millions de protestants, 300 millions d’orthodoxes et

divers chrétiens).

Ce monde n’est pas le nôtre. Le Christ ne nous demande

pas de nous battre contre ce que par ailleurs l’apôtre Paul

appelle les «éléments du monde». Ces éléments déchus sont

en révolte constante contre Dieu. La pensée paulinienne nous

invite à nous préserver des éléments du monde en ne nous y

conformant pas. Frédéric de Coninck, sociologue chrétien,

les désigne par le terme «structure» : «une réalité où des éléments

divers se soutiennent l’un l’autre, (…).de sorte que c’est

l’ensemble qui est pertinent. Oui c’est notre tâche de repérer

les «éléments du monde », les pièces de ce jeu de construction

qui oppresse les hommes et nous au premier chef. (…) Nous

ne pourrons demeurer valablement dans ce monde que si nous

sommes au clair, au préalable, sur les enjeux qui s’y nouent 12 ».

Certains chrétiens voudraient prendre les rênes du monde

dominionisme chrétien , établir un pouvoir où la Bible serait la

norme comportementale. Mais ils oublient que ce monde est

sous la domination de l’ange déchu et que le Christ Lui-Même

n’en veut pas. Il a dit : « Mon Royaume n’est pas d’ici bas 14 » Le

rejet de ce monde pollué par le Mauvais est tel, qu’à la parousie

il y aura un Nouveau Monde qui sera sous la domination éternelle

du Fils de Dieu.

L’homosexualité : une structure du monde

séculier ?

Quelle que soit la raison de l’homosexualité, et en respectant le

choix de vie des personnes qui s’y adonnent, elle n’entre pas

dans le plan du Créateur pour la sexualité humaine. La Bible

prône l’altérité. Le concept de famille est basé sur l’union d’un

mâle et d’une femelle et en toute normalité seule cette union

est procréatrice.

Sur la prétendue homosexualité de Jésus et de Ses disciples, il

y a des chrétiens qui ne sont pas forcément offusqués. En effet,

au sein des communautés chrétiennes, il existe des chrétiens

très engagés et homosexuels. Certains sont même pasteurs et

prêtres. Certaines églises chrétiennes tolèrent l’homosexualité

comme un choix de vie, et ne sont pas contre le mariage homosexuel.

Il existe des homosexuels chrétiens (influencés par certains

critiques) qui utilisent des personnages de la Bible comme

exemples de gays ou de lesbiennes.

Ainsi, ces critiques présentent les couples suivants : David et

Jonathan, Ruth et Naomi, Marie et Marthe des lesbiennes

s’appelant «sœurs». Lydia en Actes 16, est présentée comme

étant la chef d’une communauté de lesbiennes, l’apôtre Paul,

célibataire endurci, d’apparence misogyne, comme un homosensible

ayant des relations très ambigües avec certains de

ses collaborateurs (Timothée, Silas, Démas, Jean-Marc, Barnabas…).

Ces critiques font de Jésus un homosexuel qui réfrène ses

pulsions, disons un homosensible. Ainsi l’expression souvent

répétée, «celui que Jésus aimait» qualifiant Jean le disciple

bien-aimé couché sur le sein de Jésus reflèterait l’homosensibilité

du Fils de Dieu et la relation équivoque unissant Le Maître

et Son disciple. Jean est généralement peint sous des trais efféminés,

le tableau de Léonard de Vinci, L’Ultima Cena (le Dernier

Repas), est très révélateur. Ils interprètent comme des indications

d’un comportement homosensible cette autre parole que rapporte

l’évangéliste Marc «Jésus l’ayant regardé l’aima» ainsi que son

affection particulière pour Lazare (un vieux garçon vivant avec ses

deux sœurs vieilles filles, l’une d’elle dit à Jésus : «celui que tu

aimes est mort»).

Présenter Jésus comme un homosexuel, est l’aboutissement de

la bêtise humaine. Christ, dépouillé de ce qui fait Sa différence, Sa

puissance, devient un homme ordinaire de la même nature morale

déchue que les autres hommes. Dès lors, Ses attitudes et Ses

paroles peuvent être étudiées sous un nouvel angle et on peut ainsi

Lui trouver les travers communs aux autres mortels.

Des causes pour protester.

On attribue à Voltaire la citation suivante : «Je ne suis pas d’accord

avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le

droit de le dire.»

Nos valeurs ne sont pas les seules à exister dans ce monde. Il y en

a d’autres et nous devrions accepter leur présence. Et cela d’autant

plus que notre fonction n’est que celle d’ambassadeurs : représenter

le Royaume de Dieu ici-bas. Nous, chrétiens, ne devrions

pas seulement défendre nos paroisses, mais défendre toutes les

libertés. Cependant dans ce monde qui n’est pas le nôtre, faudraitil

tout accepter au nom de la liberté ? N’y aurait-il pas des occasions

où nous devrions protester ?

- Faudrait-il fermer les yeux devant la parution des caricatures

de Mahomet dans le journal danois Jyllands-Posten et le film

«l’innocence des Musulmans» de l’obscur égypto-américain

copte Nakoula Basseley Nakoula ? Il y dépeint l’islam

comme un cancer, une religion de la haine et Mahomet comme

un homme qui de son vivant ne s’est intéressé qu’au sexe et à

l’argent.

- Faudrait-il se taire face à l’attitude de ce pasteur baptiste,

blanc, Stan Weatherford16 , qui a refusé de marier un homme et

une femme dans son église parce qu’ils étaient noirs ?

- Dans une «Pub» pour Axe, diffusée en 2010 à la télévision, les

anges abandonnent Dieu et succombent au désir sexuel suscité

par l’attrait du parfum. Dans le même registre, en 2011, une

autre «Pub» montre Jésus et ses anges qui s’invitent chez le

diable, alléchés par l’odeur d’un steak. Devant ces publicités

avilissantes ou à la limite diffamatoires, faudrait-il rester silencieux

?

Federico Lombardi, porte parole du Vatican, a déclaré à juste titre

: «Le respect profond pour les croyances, les textes, les grands

personnages et les symboles des diverses religions est une

condition essentielle à la coexistence pacifique des peuples» 17 .

12 Frédéric de Coninck, Ethique Chrétienne et Sociologie, collection

Alliance, Ed. Sator, France 1972.

13 Un seul gouvernement mondial ayant une législation religieuse

appuyée par un pouvoir civil.

14 La Bible. Jean 18.36.

15 Par homosensibilité ou homo- affectivité, on fait allusion aux tendances

homosexuelles non avérées.

16 Figaro.fr

17 Figaro.fr. 12/09/2012

18 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

19


Réflexion

Le «Dernier Homme» a-t-il l’intelligence éclairée pour comprendre

ça ? Nous pouvons en douter. Pour preuve, le tirage

du mercredi 19 septembre 2012 du journal satirique Charlie

Hebdo. Dans un contexte de crise, où plusieurs personnes

sont mortes suite aux violentes manifestations islamistes, occasionnées

en réaction à la propagande sur la toile du film «l’innocence

des Musulmans», ce journal publie de nouveaux

dessins sur le prophète Mahomet, le montrant entre autre nu.

Ambassadeurs ni justiciers ni avocats.

Alors qu’il avait à l’affiche «La Dernière Tentation du Christ»,

le cinéma Espace Saint-Michel fut incendié. Pas nécessaire

d’être Don Matteo pour connaitre les pyromanes (lol).

Les homosexuels devraient-ils se sentir légalement autorisés à

demander la fermeture de tous lieux religieux où l’on enseignerait

que leurs pratiques sont une abomination, de la perversité ?

Voire même les incendier ?

Nous chrétiens, à cause justement de notre histoire (les persécutions

romaines, puis l’inquisition), devrions être les premiers

à respecter le principe de la liberté de conscience en tolérant

- ce qui ne signifie pas cautionner - toutes les consciences,

même celles qui sont en opposition flagrante et inconciliables

avec nos valeurs. Si ce film «Corpus Christi» existe, je ne partage

pas la vision du réalisateur. Toutefois, je ne puis ignorer la

liberté d’expression de l’autre, quel que soit mon état d’âme.

Que penserions nous si une pétition circulait afin de fermer nos

églises, nos écoles et nos institutions ou afin de rendre non

légales la tenue de nos conférences bibliques publiques ?

Certains disent que si nous gardons le silence «les pierres

crieront». Le contexte de ce verset est clair ; il est en relation

directe avec la seule mission reçue du Maitre, la proclamation

de l’Evangile éternel à tout peuple, toute nation, tout individu

et ceci avec sagesse et prudence au milieu des structures du

monde. Nous ne devrions pas, à cause de notre sensibilité

émotionnelle, dire ou faire des choses qui pourraient nuire à

cette proclamation.

Aussi paradoxal et étrange que cela puisse paraitre, nous

devrions, au-delà de nos pratiques religieuses et divergences

doctrinales, collaborer avec toute la chrétienté dans la proclamation

de cette mission. Et si les 2.2 milliards de chrétiens du

monde, vivant la Vie du Christ, se donnaient la main en vue de

la proclamation de la Bonne Nouvelle : Jésus-Christ est Le

Seul capable de sauver l’humanité déchue ! Ne serait-ce

pas l’argument le plus authentique à l’encontre de toutes les

basses attaques contre Celui qui a déclaré «Je suis la Lumière

du monde (…) Le Chemin, la Vérité et la Vie (…) Qui de vous me

convaincra de péché ?»

Par notre témoignage essayons de gagner certains aux valeurs

du Royaume de Dieu. Je crois que c’est là la tâche à laquelle

nous devrions nous atteler, pour le reste, c’est de l’énergie à

dépenser en vain. L’effet de La Parole Du Crucifié a plus de

résultats positifs sur les structures des humains que le seul fait

de se liguer contre leurs pratiques. Ce n’est pas notre combat.

Ne cherchons pas de représailles inutiles dans la mesure où

notre liberté n’est pas en danger ou mise en cause.

Christ cherche un témoin, pas un avocat, c’est Lui l’Avocat.

Nulle part dans le Nouveau Testament nous ne voyons Jésus

demander aux disciples de Le défendre. Lorsque Malchus Le

frappa, Il tempéra l’ardeur vengeresse de l’apôtre Pierre en lui

ordonnant de ranger son épée et Il recolla l’oreille du soldat

romain. Il ajouta : «Penses-tu que je ne puisse pas invoquer

mon Père, qui me donnerait à l’instant plus de douze légions

d’anges ? 19 » Bien au contraire Il leur demande de prendre la

défense des plus faibles (les veuves, les pauvres, les orphelins,

l’étranger). Il précise que chaque fois que nous agirons de la

sorte envers le plus petit parmi Ses frères et sœurs, c’est envers

Lui que nous aurons agi. Je suis un lâche si je courbe l’échine

devant les injustices et les abus de ce monde à l’encontre

des petits frères du Christ en refusant de donner ma voix aux

sans voix. Je suis plus enclin à vouloir défendre le Christ qu’à

défendre ses frères, oubliant que les défendre, c’est le défendre

le Christ Lui-même.

Il aurait pu Se libérer de l’ignominie de la crucifixion, mais là

encore Il ne réagit même pas, Il inhiba Sa puissance divine.

N’agissons pas avec nos seules émotions, utilisons la raison

éclairée par l’Esprit. A chacun sa mission, laissons Dieu régler

les choses à Sa façon avec les détracteurs, en nous rappelant

que Ses voies ne sont pas nos voies.

Ce monde est sans conteste sous le règne de l’absurde, alors

que pourrait-il venir de bon de lui ? Pourquoi nous offusquer ?

Les signes des temps montrent bien que « le Dernier Homme »

sera irréligieux. Dépeindre le Christ comme un homosexuel, est

une ignominie digne de ces temps de la fin.

La sexualité est un sujet sensible pour la chrétienté. Mais relevons

que la plus grande ignominie subie par le Christ a été la

crucifixion. L’Inspiration précise : «Il a souffert l’ignominie».

Cette ignominieuse souffrance a été décrite dans toute l’horreur

des détails de Son Sacrifice par un film sorti en 2004, «La

Passion du Christ» de Mel Gibson. Ce film bouleversant, n’a

pas laissé indifférent la chrétienté. Il a fait davantage prendre

conscience, et avec plus de profondeur, de la hauteur du sacrifice

du Fils de Dieu et de sa noblesse.

Le Christ, l’Homme parfait, n’a jamais succombé aux bas

instincts sexuels des humains. Dieu prend note et au temps

marqué Il traînera devant Son Tribunal, pour diffamation, tous

Ses détracteurs détraqués. En attendant le temps de Dieu qui

n’est pas le nôtre, vivons en témoins, en «sel et lumière de

ce monde 21 », tout en sachant que nous ne sommes pas sa

conscience.

Pour réagir : adicf@hotmail.com

Jean-Claude Baltimore

18 Série télévisée : un curé de campagne qui aide la police à résoudre

les intrigues.

19 La Bible : Matthieu 26.53 ; Luc 22.50 -51.

20 La Bible. Hébreu 12.2.

21 La Bible. Matthieu 5.13-16.

La vie des secteurs

Semaine de prière tenue à l’église

de Salem à Basse-Terre

Suite à la semaine de prière tenue à

l’église de Salem par le frère Lucien

COCO, 3 personnes ont choisi de

devenir enfants de Dieu, en acceptant

le baptême, le samedi 31 mars 2012. Il

s’agit du Frère et de la sœur NOCANDY

(qui ont uni leur vie par les liens sacrés

du mariage, le jeudi 29 mars 2012), originaires

de Trois-Rivières, frère et sœur

NOCANDY sont présents à Salem depuis

déjà de nombreux mois.

Fr. YOMBO Mathias originaire du Cameroun,

a suivi la semaine de prière avec

assiduité, et n’a eu aucune hésitation à

répondre Oui à l’appel du Seigneur.

Après quelques hésitations, notre sœur

MONTAS Marie-Claude, épouse du Frère

FRANCIQUE, 1er diacre de Salem, a elle

aussi choisie de suivre Jésus en acceptant

le baptême du 28 avril 2012 sur la

plage de Rocroy.

A ces 4 nouveaux membres de la famille

de Dieu, nous souhaitons bonne persévérance

car «celui qui persévérera

jusqu’à la fin, sera sauvé»

Marie-José Baptistide

20 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7eme Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 jour de la Guadeloupe

eme jour de la Guadeloupe

21


La vie des secteurs

Marie-Galante

COMMUNICATION

Longtemps les églises adventistes de Marie-Galante ont

souffert en matière de communication, par rapport aux

programmes et aux informations qui nous parvenaient

tardivement.

Aujourd’hui, le secteur a mis au point un relais avec un système

de boites aux lettres clef en main et chaque responsable de

communication récupère son courrier dans sa boite aux lettres.

Nous sommes heureux de nous mettre à la page, car désormais

nous voulons vivre les informations simultanément avec

la Guadeloupe continentale.

LA VISIO CONFERENCE

DU 2 AU 4 MARS 2012

Lors des assises de l’évangélisation de la Guadeloupe du 2 au

4 Mars 2012, tous les comités des églises adventistes de la

Guadeloupe étaient invités au gymnase de Boissard. Cependant,

les membres de Marie-Galante ne pouvant se déplacer,

ont pu assister à cet événement grâce aux avancées technologiques.

Et de ce fait, une visioconférence installée à l’église

de Grand-Bourg a permis, non seulement aux membres du

comité du secteur, mais à l’église entière de Marie-Galante, de

vivre cet événement en direct.

Nous étions touchés par l’ampleur de la tâche à venir et pour

couronner le tout, nous avons pu voir un autochtone de notre

secteur en la personne d’ARIEL ARDENS interpréter deux morceaux

instrumentaux qui nous ont réjouis.

Maintenant, nous pouvons dire grâce à Dieu, par le biais d’internet,

la communication est entièrement ouverte entre Marie-

Galante et la Guadeloupe. Les membres remercient la fédération

pour cette prouesse technique et Dieu de tout cœur.

Photo de famille de L'AJAG

avec les membres du

Secteur de Marie-Galante

Past. Olivier GODARD

Des Eclaireurs engagés !

Past. Volatire en rénuion

avec les Res. JA du secteur de Marie-Galante

Le secteur acceuille la convention de la Jeunesse

Convention des départements

à Marie-Galante

Photo de Famille qui signe la fin de la convention

L’unité des chrétiens Marie-galantais s’est fait ressentir lors

de la convention des départements du 20 au 22 Janvier

et du 10 au 12 Février 2012. Ils étaient tous d’un commun

accord pour recevoir la délégation de Guadeloupe composée

des responsables suivants :

• Past. Angerville Alain : Président & Resp. du

Ministère de l’Esprit de Prophétie

• Past. Bibrac Jack : Secrétaire & Resp. du

Ministère de la Gestion Chrétienne

• Fr Négoce Félix : Trésorier : & Resp. du

Ministère des Publications

• Past. Alphonso Marcel : Resp. Association Pastorale

& du Ministère des Communications

Membres de la déléguation de la convention

• Pst Dufait Pierre : Resp. Famille, Ministère

personnel & Ecole du sabbat

• Sr Martias Marie-Andrée : Resp. du Ministère de l’Education

• Fr Sanassy Paul : Resp. du Ministère de la Musique

• Buffon Maurice : informaticien

• Pst Voltaire Franck : Resp. de la Jeunesse

• Sr. Musquet Guylaine : Resp. du Ministère

des Enfants et Aventuriers

• Li-Tsoé Pascal : Resp des Eclaireurs.

Richard Rémie et Pascal lors

de la convention des départements

22 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

23


La vie des secteurs

A travers la première convention, les différents responsables

des sections locales étaient présents pour apprendre, et par la

suite mettre en pratique la formation dispensée.

Vendredi soir, première rencontre : Le programme a commencé

sur les notes du chant thème de la fédération tant apprécié de

tous «Avec joie et confiance nous marchons vers la glorieuse

espérance». Au nom de tout le secteur, le pasteur Godard olivier

souhaita une bienvenue exotique aux invités sur la grande

galette ; il fut suivi d’une présentation originale de Fr. Félix Négoce.

Comment oublier l’atmosphère d’adoration créée par le

groupe Stand up. Et enfin, Pasteur Dufait Pierre d’un pas ferme

et résolu appela le peuple à l’engagement dans le mouvement

de «Vision Un Million.» Ce dernier consiste à former 1 million

de Laïques à la prédication du retour imminent de Jésus Christ

sous l’influence du l’Esprit Saint.

Les membres du secteur ont répondu massivement à cet appel

car une joie immense les animait, heureux d’être formés sur l’ile

et non en Guadeloupe. Le samedi matin les pasteurs étaient

répartis dans chaque église du secteur. Et l’après midi jusqu’au

dimanche midi les différents responsables de ministères étaient

en formation pour le service du maître.

Le samedi soir, le président Alain Angerville n’a pas manqué

de faire la promotion du «projet Jéricho» de manière exception-

Levons-nous et rénovons !

En 2010 les groupes de Saint-Louis bourg et de Mayolette

fusionnaient. Au cours du premier trimestre 2011 de cette

fusion naissait l’église de Saint-Louis. La nouvelle section

locale se réunit dans le lieu de culte de Mayolette, un bâtiment en

construction légère devenu vétuste avec le temps. Forts de cette

nouvelle union et poussé par le Saint-Esprit, nous, membres de

Saint-Louis, soutenus par les sections locales de Capesterre et

de Grand-Bourg, avons dit « levons-nous et rénovons » le bâtiment

afin d’en faire une maison digne du Dieu que nous servons.

Après avoir obtenu l’accord de la Fédération, unis et motivés,

les frères se mirent à l’ouvrage et en moins de quatre mois les

grosses œuvres étaient terminées. Restaient les finitions c’est-àdire

le carrelage ; l’électricité ; la menuiserie, et la peinture. Ces

professionnels étant très peu nombreux sur l’île, nous avons décidé

de demander l’aide de nos bienaimés de la « Guadeloupe

continentale ». C’est ainsi que sur l’impulsion du Président Alain

ANGERVILLE et de Construisons Ensemble, plusieurs professionnels

se sont portés volontaires pour prêter main forte à la communauté

de Saint-Louis dans la rénovation de la maison du Seigneur

à Mayolette. A ce jour les travaux de finitions sont en bonne voie.

Nous espérons l’achèvement des travaux pour la fin du premier

semestre. Que toute gloire revienne à l’Eternel notre Dieu.

Jean-Claude SOUILA

Pst Alphonso assure la formation des diacres diaconnesses et anciens

nelle. Ceci a suscité chez les membres une adhésion spontanée

et le soir même après le coucher du soleil des chèques

ont été signés et remis aux administrateurs à la gloire de Dieu.

La convention de la jeunesse sous la direction de pasteur

Franck Voltaire, ne fut pas en reste. Entouré de ses collaborateurs,

il nous dispensa la formation de qualité pour redynamiser

la jeunesse de l’île.

En conséquence, Les membres attendent avec engouement

les prochaines conventions des départements sur le secteur

Marie-Galantais.

Eglise de Mayolette

avant rénovaton

Past. Olivier GODARD

Avancée de la rénovation

SEMAINE DE PRIERE JA

DU 17 AU 24 MARS 2012

«ET SI TU DONNAIS TOUT A JESUS»

La jeunesse de Marie-Galante a eu l’opportunité d’avoir

comme orateur le pasteur Franck VOLTAIRE, à Capesterre.

Durant une semaine, il nous a présenté la personne de Jésus

: sa venue au monde jusqu’à sa mort, et sa résurrection.

Satan a tout fait pour empêcher la naissance du Sauveur

depuis Adam jusqu’à Marie.

Nous devons être des explorateurs de la parole de DIEU.

Tout doit être basé sur elle. Connaître Jésus, c’est mieux

refléter son caractère ; aussi, la prière et l’étude de la Bible

sont-elles primordiales.

Samedi 17 Mars, nous avons eu une grande fête spirituelle.

Castors, Aventuriers, Eclaireurs, JA, étaient au rendez- vous

en uniforme, pour la cérémonie d’engagement et chantant

de tout leur cœur «nous sommes de forts éclaireurs, de

vrais serviteurs de DIEU, nous sommes aventuriers et nous

le sommes partout».

Samedi 23 Mars, un repas fraternel a réuni les jeunes du

secteur, suivi d’un débat autour du thème : «la vision du

jeune par rapport à la vie de l’église».

Saint-Martin

Remise de certificats

Félicitation aux frères et sœurs de l’église Adventiste du 7ème jour de Philadelphie à Sandy Ground Saint-Martin. Car grâce

à leur travail de missionnaire nous avons effectués le dimanche

25 Février 2012 une remise de 25 certificats aux participants

des différentes leçons de la Voix de l›Espérance. Comme le

dit Jésus dans le livre de Jean au chapitre 12 : 26 «Si quelqu›un

Entrée des Eclaireurs à l'Eglise

Capesterre de Marie-Galante

Pasteur Voltaire nous a quittés

à regrets, mais confiant, car à Marie Galante, il y a des soldats

engagés pour le Christ.

La semaine de prière a été le début d’une grande œuvre

opérée par le Seigneur à Marie-Galante. Le jour suivant,

nous voilà partis pour 4 semaines d’évangélisation interne

et le peuple connut ce jour-là l’exode rural. Car le secteur

à quitté l’église de Capesterre pour se retrouver à l’église

d’Emmaüs de Grand-Bourg.

me sert, qu›il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur.

Si quelqu’un me sert, le père l’honorera»

Que le seigneur nous aide à poursuivre notre mission évangélique

jusqu’à son retour.

EXILE JOSEPH : Directeur du ministère personnel

ALEXIS EVELYNE : Secrétaire

24 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

25


Infos d’ici et d’ailleurs

Des nouvelles de l’AGPAS

Les professionnels de santé de la Guadeloupe, de gauche à droite :

Dina GELABALE, Lisette CECILIA, Monique ROSNEL, Marie-Claude GUIOLET, Anny MANLIUS, Didier DESPLAN, Viviane

BRARD, Lucile MARIVAL, Myrlène PETIT-FRERE, Laurence JACQUES, Evelyne OCULI.

Le 17 mai 2012 se tenait à la salle polyvalente du comité

d’entreprise de la CGSS aux Abymes, l’Assemblée Générale

de l’AGPAS (Association Guadeloupéenne des Professionnels

Adventistes de Santé) qui a atteint ses 26 années

d’existence.

A cette rencontre était réunie une quarantaine de professionnels

de santé autour du thème :

« La vie associative, une implication bienfaisante».

Nous avons été très enrichis par les interventions successives

de Dany MARIVAL, responsable du Ministère de la Santé à

l’UAGF lors de la dévotion, et de Lionel DELASSE, un formateur

en provenance de la Martinique qui après avoir fait l’historique

des Associations de loi 1901 (WALDECK-ROUSSEAU),

a traité les points suivants :

• Association et bénévolat, réseau de solidarité

• Le rôle des associations en temps de crise. Pierre

ROSAMVALON auteur du livre : « l’état providence est

malade de la crise »

• Association et engagement chrétien.

• Nous avons retenu entre autre :

• la définition du bénévolat : c’est un acte facultatif, non

contraint, non rémunéré, qui s’exerce en direction d’autrui.

• Et cette pensée de Mère Térésa : «A la fin de nos jours,

nous ne serons pas jugés selon le nombre de diplômes

reçus, l’argent que nous avons accumulé ou les réalisations

de notre actif. Nous serons jugés par notre réponse

à : « j’avais faim et vous m’avez donné à manger, j’étais

nu et vous m’avez vêtu, j’étais malade et vous m’avez

soigné, j’étais sans abri et vous m’avez accueilli… »

Ensuite l’Assemblée Générale proprement dite s’est déroulée

comme à l’ordinaire avec la lecture et l’approbation des différents

rapports. Puis nous avons procédé au renouvellement

d’une partie du Conseil d’Administration pour remplacer les 6

membres sortant tirés au sort.

Le nouveau Conseil d’administration s’est réuni à la fin de la

séance pour nommer les membres du bureau. Sa composition

est la suivante :

Président : Didier DESPLAN, infirmier libéral (élu)

Vice-présidente : Evelyne OCULI, assistante sociale

Secrétaire : Myrlène PETIT-FRERE, psychomotricienne (élue)

Secrétaire adjoint : Marie-Claude GUIOLET, massothérapeute

(élue)

Trésorière : Dina GELABALE, assistante sociale

Trésorière adjointe : Laurence JACQUES, préparatrice en

pharmacie (élue)

Autres membres :

Anny MANLIUS, sage-femme

Lisette CECILIA, sage-femme retraitée

Lucile MARIVAL, pharmacienne (élue)

Monique ROSNEL, aide-soignante retraitée

Viviane BRARD, diététicienne (réelue)

Dany Marival

Responsable santé

UAGF

26 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

Lionel Delasse

Membres d’office :

Alain ANGERVILLE (président église adventiste de la Guadeloupe)

Simone PELIS-SEJOR (responsable Ministère de la Santé

Guadeloupe)

Dany MARIVAL (responsable Ministère de la Santé UAGF)

Quelques jeunes sont venues rafraîchir l’équipe et nous apprécions

leur engagement. Nous sommes persuadés qu’avec

l’aide de Dieu, leur contribution permettra à d’autres jeunes

professionnels et étudiants de s’impliquer dans cette Association

qui a pour but de proposer et de développer des programmes

visant le Mieux Etre (Santé Globale) des membres de

notre communauté et de nos compatriotes.

Communication

AVIS Aux

lecteurS

La puissance

du saint-esprit

est toujours disponible …

Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

ministères personnels

Vision

“Un Million”

1

2nd Trimestre 2012

la liberté religieuse musique & adoration

7ème Congrès mondial pour la défense Expériences charismatiques dans l’église

de la liberté religieuse Adventiste d’aujourd’hui et de demain

Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

1

Nous avons une pensée particulière pour les pionniers de l’AG-

PAS et saluons leur détermination.

Accomplissons fidèlement l’œuvre à laquelle nous avons été

appelés sans se laisser distraire. Bien qu’imparfaits, Dieu nous

a choisis comme ses collaborateurs pour le salut des âmes et il

nous fait cette promesse : «Bien-aimé, je souhaite que tu prospères

à tous égards et sois en bonne santé comme prospère

l’état de ton âme» 3 Jean 2

Professionnel de santé (médical, paramédical, social, médicosocial,

administratif, technicien, etc.), engages-toi sans retenue

et rappelle toi que : «La santé est le bras droit de l’Evangile»

(Témoignage pour l’Eglise Vol I p 486).

L’équipe de rédaction du REFLET souhaite que cette revue soit

véritablement le reflet de la vie et de la dynamique de l’Eglise

adventiste du 7 ème jour en Guadeloupe.

Chers lecteurs/lectrices et responsables de Communications

des sections locales nous voudrions avec vous redessiner les

pages de ce journal et recevoir de votre part : des nouvelles

(naissances, mariages, décès), des articles avec photos relatant

les programmes réalisés au sein des églises et des secteurs,

des poèmes, des réflexions, des témoignages, etc. pouvant

servir à l’enrichissement de tous. Nous souhaiterions, dans la

mesure du possible, que vous nous remettiez sous cl» USB

vos textes et photos ou que vous nous le envoyiez par mail à :

adventiste.communication@orange.fr

Merci et à bientôt

Marcel ALPHONSO

Dina GELABALE

27


Musique et adoration

EXPERIENCES CHARISMATIQUES DANS L’EGLISE

ADVENTISTE D’AUJOURD’HUI ET DE DEMAIN

Les expériences

et les avertissements du passé

Alors que nous nous rapprochons de la fin de l’histoire de la

terre et que nous attendons impatiemment le retour imminent

de Jésus, le peuple de Dieu s’intéresse de plus en plus au rôle

du Saint Esprit. En faisant référence à la pluie de la première

et de l’arrière-saison, les auteurs bibliques nous donnent l’assurance

que le Saint Esprit sera activement impliqué dans les

derniers événements de l’histoire (Osée 6:3 ; Zacharie 10:1 ;

Jacques 5:7). Les Adventistes du Septième Jour croient que

les prophéties sur les pluies de la première et l’arrière-saison

s’appliquent à l’histoire de l’Eglise chrétienne et à l’expérience

du peuple de Dieu. Historiquement, les prophéties ayant trait

à la pluie de la première saison (ou du printemps) se sont accomplies

dans la puissance accordée à la Pentecôte, qui a

propulsé l’église primitive dans sa mission mondiale, mais une

plus grande effusion de la puissance du Saint Esprit, la pluie

de l’arrière-saison, accompagnera l’achèvement de la mission

évangélique. Le symbolisme prophétique qui décrit le don de

l’arrière-saison est constaté dans l’œuvre de l’ange ayant une

grande autorité dans Apocalypse 8:1.

Les prophéties ayant trait aux pluies de la première et de l’arrière-saison

sont également accomplies dans la vie individuelle.

De même que la première pluie est tombée sur la graine nouvellement

semée au Moyen-Orient, lui permettant de germer puis

de pousser, de même le Saint Esprit guide le pécheur repentant

dans une expérience de nouvelle naissance et dans une relation

croissante avec Jésus. De même que la pluie de l’arrière-saison

prépare les céréales à la moisson, de même l’effusion finale

de la puissance du Saint-Esprit juste avant le retour de Jésus

achèvera l’œuvre de rédemption dans les cœurs du peuple

attentiste de Dieu, et les préparera pour l’enlèvement.

On m’a beaucoup demandé si les expériences extatiques et

les manifestations libres des émotions sont une preuve du

baptême du Saint-Esprit, et si ces expériences accompagneront

le don de l’arrière-saison ? Des manifestations parmi les

Millérites, au début, parmi lesquelles des hurlements et de la

louange avec une voix forte, ont continué à se produire après

1844 dans la vie de ceux qui ont établi l’Eglise Adventiste du

Septième Jour, avec au moins quatre expériences de parler en

langues documentées. L’absence de ces expériences montret-elle

que l’église est devenue froide, formelle et dépourvue de

la puissance de l’Esprit ? Devons nous chercher à revivre les

expériences animées des premiers temps comme la puissance

de la pluie de l’arrière-saison descendant sur l’église ?

On trouve un document excellent sur le site du White Estate qui

passe en revue et évalue les expériences qui se sont produites

parmi les premiers croyants dans le message adventiste.

Il s’agit d’une série de 12 articles préparés pour la Review

and Herald en 1972 et 1973, par Arthur White, qui était alors

secrétaire du White Estate. Intitulé «Les expériences charisma-

tiques dans l›histoire des premiers Adventistes du Septième

Jour» [charisme.htm], les détails historiques rapportés par

Arthur White n›ont pas besoin d›être répétés ici. Cependant,

un résumé est utile pour comprendre le conseil qu›Ellen White

donne à l›église alors que nous anticipons la venue de la pluie

de l›arrière-saison. Nous encourageons le lecteur intéressé

dans ces premières expériences charismatiques à étudier ce

document par lui-même.

James et Ellen White ont tous deux décrit des expériences religieuses

extatiques, ainsi que des parlers en langue en 1847,

1848, 1849 et 1851 («Tongues in Early SDA History» [les

langues au début de l’histoire adventiste], Review and Herald,

15 mars 1973). Arthur White résume son étude sur le parler en

langue de nos premiers membres en déclarant :

«Il n’existe aucune trace du soutien explicite d’Ellen White à

ces expériences extatiques avec des langues inconnues, ni son

adhésion, bien qu’elle ait été témoin de trois d’entre elles sur

les quatre. (…) Il lui fut plus tard montré que les pensées et les

émotions d’une personne influencent beaucoup ces expériences.»

«Bible study versus extatic experiences» [Etude biblique contre

expériences extatiques], – Review and Herald du 22 mars 1973.

Arthur White a également remarqué : «Il est intéressant de noter

qu›Ellen White, avec les nombreuses visions reçues pendant

des années, confrontée à beaucoup d›expériences, ne se

sentait pas en mesure d›affirmer sans équivoque qu›il se produirait

une expérience extatique, comme le parler en langues

inconnues, en lien avec l›effusion de l’Esprit de Dieu. En fait, à

aucun moment elle ne relie les preuves de l›effusion de l›Esprit

(parfois appelé le baptême du Saint Esprit) à des expériences

extatiques.» «the gift of tongues at Portland, Maine» [le don des

langues à Portland], Review and Herald le 5 avril 1973.

En référence à l’excitation fanatique, dont le parler en langues,

qui accompagnait un groupe de personnes ayant fixé la venue

de Jésus à 1854, Ellen White écrit ceci :

«Certains d’entre eux ont ce qu’ils appellent des dons et disent

qu’ils les ont reçus du Seigneur. Ils prononcent des mots

incompréhensibles, qu’ils appellent une langue étrangère, mais

qui est étrangère non seulement aux hommes, mais aussi au

Seigneur. De tels dons sont d’origine humaine et d’inspiration

satanique. Le fanatisme, l’excitation malsaine, le faux parler

en langues et d’autres exercices bruyants ont été considérés

comme des dons envoyés par Dieu à l’Eglise. (…) Mais l’influence

de telles réunions n’est pas bienfaisante. Quand le sentiment de

bien-être a disparu, on se trouve à un niveau moins élevé qu’avant

la réunion, car ce bonheur ne vient pas de bonne source.» – Témoignages

pour l›Eglise, volume 1, pages 180 à 181.

Dès 1850, il fut montré à Ellen White l’ordre qui existe au ciel

et entre les anges de Dieu. Elle mit alors en garde contre les

«pratiques» et il lui fut dit qu’ils étaient «en grand danger de devenir

adultère, (…) c’est pourquoi une confiance implicite ne pouvait

pas être accordée à ces pratiques ». Elle rajoute : « Je vis que nous

devrions toujours lutter pour être libre de l’excitation malsaine et

inutile. Je vis qu’il existait un grand danger de laisser la Parole de

Dieu, de se reposer sur des pratiques et d’avoir confiance en elles.

Je vis que Dieu avait fait venir Son esprit sur vous dans certaines

de vos pratiques, mais je vis le danger arriver. » Ms 11, 1850, voir

dans – Manuscript Releases, volume 5, pages 226 à 227.

Quel était ce danger que le prophète voyait, danger projetant

son ombre sur le chemin du peuple de Dieu ? Se pouvait-il

qu’elle comprenait que Satan introduirait des expériences extatiques

dans nos services de culte dans le but de détourner

les gens de la Parole de Dieu, faisant des expériences sensationnelles

le critère d’une expérience authentique, comme

le juge de l’expérience religieuse de chacun ? Ce qui est sûr,

c’est qu’au fur et à mesure que la compréhension d’Ellen White

s’approfondissait, que Dieu lui révélait les méthodes dont Satan

se servirait pour contrôler les églises chrétiennes à la fin de la

28 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

29


Musique et adoration

tragédie des siècles, ses avertissements devinrent de plus en

plus clairs et fermes, tandis qu’elle éloignait l’église le plus loin

possible des expériences sensationnelles et extatiques.

Les avertissements liés

à des expériences actuelles et à venir

Les Adventistes du Septième Jour savent depuis des décennies

que peu avant l’effusion de la puissance de la pluie de

l’arrière-saison promise, Satan ferait une manœuvre tactique

pour tenter d’émousser l’influence de la puissance de l’Esprit

sur le monde chrétien. Ellen White a prédit :

« Aussi, avant que les jugements de Dieu fondent sur la terre,

il y aura au sein de son peuple un réveil de la piété primitive

tel qu’on n’en a pas vu depuis les jours des apôtres. Dieu

accordera à Ses enfants l’Esprit et la puissance d’en haut.

Alors, de nombreuses âmes sortiront des églises où l’amour du

monde a supplanté l’amour de Dieu et de sa Parole. Beaucoup

de pasteurs et de fidèles accepteront joyeusement les vérités

que Dieu a fait proclamer en ce temps-ci pour préparer un

peuple en vue de la seconde venue du Christ. Pour enrayer

cette œuvre, l’ennemi des âmes en suscite des contrefaçons,

donnant l’impression que la bénédiction de Dieu est répandue

sur les églises qu’il égare. De grands réveils sembleront se

produire, et des multitudes attribueront au Seigneur des

choses merveilleuses dues à un tout autre esprit. Déguisé sous

le manteau de la religion, Satan tentera d’étendre son influence

sur le monde chrétien. » – La tragédie des siècles, page 504.

Les Adventistes du Septième Jour ont vu l’accomplissement au

moins partiel de cette prophétie dans le mouvement charismatique.

Les pratiques sensationnelles dans les services de culte

sont considérées comme l’œuvre du Saint Esprit, prouvant la

présence et la bénédiction de Dieu. Les chrétiens qui vivent ces

expériences extatiques acceptent ces sensations de bonheur et

d’élévation générées dans ces rencontres charismatiques comme

étant le critère de la vérité spirituelle. Si les enseignements bibliques

ne sont pas directement reliés à l’expérience charismatique

et aux enseignements des personnes dirigeant ces cultes,

alors ces enseignements bibliques sont à remettre en cause sur

leur représentativité de la vérité et à être carrément rejetés.

Voilà qui soulève une question à laquelle doivent faire face les

Adventistes du Septième Jour d’aujourd’hui : est-il possible

qu’il se produise la même chose dans notre église ? En se

basant sur notre histoire passée, Ellen White non seulement

croyait que c’était possible, mais elle déclare catégoriquement

que Satan introduira une contrefaçon à l’expérience de la pluie

de l’arrière-saison, essayant, soit d’empêcher que celle-ci ne se

produise, soit de faire échouer la reconnaissance et la réception

de l’effusion quand elle aura lieu.

Le conseil qui suit protégera le peuple de Dieu d’accepter une

expérience « charismatique » à la place de l’expérience authentique

qui se produira sous la pluie de l’arrière-saison.

Un sain enthousiasme

Nos services de culte ne doivent pas être froids ni sans vie. Ellen

White affirme qu’il existe un enthousiasme sain, mais quel est-il

? « Seul le Saint Esprit de Dieu est capable de susciter un sain enthousiasme.

Laissons agir Dieu ; que le serviteur humain marche

humblement devant lui, veillant, priant, regardant constamment à

Jésus, sous la direction et le contrôle de l’Esprit qui est lumière

et vie. » (Messages choisis, volume 2, page 17). Un sain enthousiasme

est une joie sainte qui est provoquée par la contemplation

des actions de Dieu. Cette joie s’exprime dans la louange et

l’adoration, alors que l’être humain marche doucement et respectueusement

dans la présence du grand Créateur et Rédempteur.

Une expérience spirituelle

devant être fondée sur la Parole

Nous devons être sur nos gardes pour que notre expérience

spirituelle soit fondée sur la Parole de Dieu plutôt que sur des

expériences extatiques. De sévères avertissements sont donnés

à ceux qui recherchent des fortes sensations à travers une

« expérience spirituelle ». C’est la Parole de Dieu qui doit être le

solide fondement sur lequel bâtir notre expérience. Tout autre

élément se révélera finalement être fondé sur le sable. Remarquez

l’accent mis sur la Parole comme étant la base de nos

vies spirituelles.

« Le Seigneur veut qu’aujourd’hui ses serviteurs prêchent la

vieille doctrine évangélique : douleur du péché, repentance,

confession. Il nous faut des sermons à l’ancienne mode, des

coutumes à l’ancienne mode, des pères et des mères en

Israël à l’ancienne mode. Il faut travailler pour le pécheur avec

persévérance, zèle et sagesse, jusqu’à ce qu’il reconnaisse son

état de péché, qu’il se repente d’avoir transgressé la loi de Dieu

et qu’à la repentance envers Dieu il ajoute la foi au Seigneur

Jésus-Christ. » – Messages choisis, volume 2, page 20.

« C’est par sa Parole, et non pas par nos impressions ou nos

excitations, que nous voulons amener les gens à obéir à la vérité.

Nous pouvons tenir ferme avec assurance sur le fondement de

la Parole de Dieu. » – Selected Messages, volume 3, page 375.

«Ils [les chrétiens de nom] s’enorgueillissent de leur conformité

à la volonté de Dieu parce qu’ils se sentent heureux. Mais

lorsqu’ils sont éprouvés, quand la Parole de Dieu est avancée

pour évaluer leur expérience, ils ferment leurs oreilles à l’écoute

de la vérité et déclarent « Je suis sanctifié(e) », mettant ainsi fin à

la polémique. Ils n’en auront rien à faire de sonder les Ecritures

pour savoir ce qu’est la vérité, et prouver qu’ils se trompent

effroyablement. La sanctification consiste en bien plus qu’une

succession d’impressions.

L’excitation n›est pas la sanctification. La conformité entière à

la volonté de notre Père qui est aux cieux est, seule, la sanctification,

volonté qui s›exprime dans sa sainte loi. La sanctification,

c›est garder tous les commandements de Dieu, c›est

prouver que l›on est un enfant obéissant de la Parole de Dieu.

C›est elle qui est notre guide, et pas les opinions ou les avis des

hommes. » –Selected Messages, volume 3, page 204.

Le Saint Esprit est absent

du chahut et du vacarme

Ce qui suit est non seulement utile dans l’avertissement qu’il

donne, mais aussi instructif quant à ce auquel on peut s’attendre

juste avant la fin du temps de grâce : « Les choses que vous

avez décrites comme se passant dans l’Indiana sont justement

celles que le Seigneur m’a montrées et qui doivent se produire

avant l’expiration du temps de grâce. Toutes sortes d’imprudence

seront commises. Il y aura des clameurs, avec tambour,

musique et danses. Des êtres raisonnables en auront les sens si

confus qu’ils seront incapables de prendre de bonnes décisions.

Et c’est cela qu’on attribue à l’action du Saint-Esprit.

Le Saint Esprit ne se manifeste jamais par de telles méthodes,

dans un bruit infernal. Il y a là une invention de Satan visant

par des moyens ingénieux à neutraliser les vérités pures, authentiques,

ennoblissantes et sanctifiantes, destinées à notre

temps. » – Messages choisis, volume 2, page 41.

L’église a maintes fois reçu des avertissements contre le fanatisme

qui se révèle dans les manifestations émotionnelles du

culte. Par exemple, en 1909, Ellen White écrit ceci : « La religion

n’existe pas de grandes démonstrations du corps. (…)

Ces choses ne prouvent nullement la présence de l’Esprit de

Dieu. » (Messages choisis, volume 2, pages 41 à 42). En 1908,

elle passe en revue l’expérience vécue au début par les croyants

de l’Avènement et elle écrit : «Pendant ces années difficiles,

quelques-uns de nos chers croyants se laissèrent entraîner dans

le fanatisme. J’ajoutai qu’avant la fin nous verrons d’étranges

manifestations chez des personnes professant être conduites

par le Saint-Esprit. Il s’en trouvera qui attacheront une grande

importance à ces manifestations particulières, qui ne procèdent

pas de Dieu mais qui ont pour effet de distraire beaucoup

d’esprits en les éloignant des enseignements de la Parole de

Dieu.» – Messages choisis, volume 2, page 47.

Elle ajoute : «Rien ne ferait plus de tort à l’oeuvre de Dieu en ce

temps-ci que de tolérer dans nos églises un esprit de fanatisme

accompagné d’opérations étranges que l’on attribuerait faussement

à l’Esprit de Dieu. » (Messages choisis, volume 2, pages 47

à 48). « De terribles vagues de fanatisme surviendront. Mais Dieu

délivrera ceux qui le rechercheront avec ardeur et voudront se

consacrer à son service.» – Messages choisis, volume 2, page

54.

Le piège de la musique

Tout comme pour le mouvement de la sainte chair, Satan se

servira à nouveau de la musique pour essayer d’amener le

peuple de Dieu à des expériences qui jetteront le doute sur les

actions véritables de l’Esprit Saint. « Les choses qui ont marqué

le passé vont se retrouver dans l’avenir. Satan se servira de la

musique comme d’un piège par la manière dont elle sera dirigée.

» –Messages choisis, volume 2, page 43.

Une augmentation des décibels n’indique pas la présence de

l’Esprit, et elle n’amène pas non plus à la véritable adoration.

Ellen White n’avait pas assez de mots à l’encontre d’une personne

qui était persuadée que tout ce qui était « fort » était

saint : « Tout ce qui est insolite ou spécial et qui est entretenu

attire l’attention des gens et détruit l’impression grave et solennelle

que devrait susciter la musique sacrée. Tout ce qui est

bizarre et excentrique dans le chant porte atteinte à la gravité et

à l’aspect sacré du culte.

L’expression corporelle n’apporte que peu de bonnes choses.

Tout ce qui est lié au culte religieux doit être honorable, solennel

et impressionnant. Dieu ne se réjouit pas lorsque des pasteurs

prétendant être des représentants du Christ le représentent si

mal en se servant de leur corps pour des attitudes théâtrales,

gesticulant ou faisant des gestes de manière indigne, grossière

et peu raffinée. Tout cela est amusant, ça suscite la curiosité de

ceux qui souhaitent voir des choses étranges, insolites et passionnantes,

mais elles n’élèvent pas les pensées et les cœurs

de ceux qui en sont les témoins.

On peut dire exactement la même chose du chant. Vous adoptez

des comportements peu dignes. Vous mettez toute la

puissance et le volume de votre voix que vous pouvez. Vous

étouffez les accords plus beaux et les notes de voix plus mélodieuses

que les vôtres. Cet exercice corporel et une voix dure

et forte ne produisent pas une mélodie à ceux qui entendent

sur terre et ceux qui écoutent dans les cieux. Cette manière

de chanter n’est ni conforme ni acceptable par Dieu comme

des accords de musique parfaits, doux et purs. Il n’existe pas

de telles manifestations parmi les anges comme celles que j’ai

parfois vues dans nos réunions. Des notes et des gesticulations

si discordantes ne s’expriment pas dans la chorale angélique.

Leur manière de chanter n’écorche pas les oreilles. C’est doux

et mélodieux, sans avoir besoin de tous ces efforts dont j’ai été

témoin, et cette manière de chanter n’exige ni de se forcer, ni

de casser sa voix, ni de l’exercice physique. » –Selected Messages,

volume 3, page 333.

La présence du Saint-Esprit

c’est la paix

Comment savoir quand l’Esprit de Dieu est en notre présence et

qu’Il bénit nos cultes ? Ellen White écrit : « N’accordons aucune

place à des exercices étranges qui nous éloignent réellement

de l’influence profonde du Saint-Esprit. L’œuvre de Dieu est

toujours caractérisée par le calme et la dignité. » – Messages

choisis, volume 2, page 48.

« Il nous faut nous présenter au monde avec la ferme Parole de

Dieu ; quand ils l’auront reçue, le Saint-Esprit pourra venir, mais,

comme je l’ai déjà dit, il vient toujours de manière à se recommander

aux personnes de bon jugement. Dans nos discours, dans nos

chants, dans tous nos exercices spirituels, nous devons manifester

le calme, la dignité, la crainte pieuse qui inspirent tout véritable

enfant de Dieu. » – Messages choisis, volume 2, page 49.

« Tout est paisible dans les actions de Dieu en faveur de son

peuple ; tout est calme et sans prétention chez ceux qui se

confient en lui. » – Messages choisis, volume 2, page 111.

La phrase qui suit résume au mieux la compréhension d’Ellen

White sur l’action de l’Esprit Saint parmi le peuple de Dieu tandis

qu’il se rassemble : « Les réunions qui permettent le plus de progrès

spirituel sont celles que caractérise la solennité, dans lesquelles

on cherche de tout son cœur à se connaître soi-même

et à se placer aux pieds du Maître dans un esprit de ferveur et

de profonde humilité. » – Témoignages pour l’Eglise, volume 1,

page 181.

George Rice

White Estate • Septembre 1990

(Consulter: http://www.ellenwhitecenter.org/whiteestate/experiences-charismatiques-actuelles-futures)

30 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

31


32 Revue officielle de l’Eglise Adventiste du 7 eme jour de la Guadeloupe

Similar magazines