les enjeux de l'édition du livre dans le monde numérique - ANEL

anel.qc.ca

les enjeux de l'édition du livre dans le monde numérique - ANEL

LES ENJEUX DE L’ÉDITION DU LIVRE

DANS LE MONDE NUMÉRIQUE

ÉTUDE RÉALISÉE POUR LE COMPTE DE

L’ASSOCIATION NATIONALE DES ÉDITEURS DE LIVRES

Sous la direction de

Guylaine BEAUDRY

Auteurs :

Guylaine BEAUDRY

Gérard BOISMENU

Magali SIMARD

Karim BENYEKHLEF et

Éric LE RAY

1 er juillet 2007


Table des matières

Table des matières.....................................................................................................1

Liste des figures ........................................................................................................7

Liste des tableaux......................................................................................................9

Introduction.............................................................................................................11

Le mythe de l’immatérialité.................................................................................11

Le livre dans le paradigme du numérique.............................................................12

« Déménager ou rester là » (Réjean Ducharme) ...................................................13

Participer et contribuer à une réflexion ................................................................17

L’impossible, même si on ne peut y être tenu.......................................................19

Propositions de parcours de lecture......................................................................21

Synthèse..................................................................................................................23

L’édition de livre, de l’imprimé au numérique .................................................23

Tendances et enjeux techniques ...........................................................................25

Tendances........................................................................................................26

Processus potentiels de numérisation ...............................................................28

Les modes de commercialisation du livre et ses acteurs ..................................29

Les aspects juridiques de la diffusion de livres sur Internet .............................32

Questions relatives aux contrats d’édition ........................................................32

Contrats avec les distributeurs « classiques » (librairies et autres) ....................33

L’accès international aux œuvres publiées .......................................................34

Les programmes gouvernementaux......................................................................35

Chapitre 1 L’édition de livre, de l’imprimé au numérique......................................39

Le livre et le numérique.......................................................................................39

La concomitance de logiques d’édition................................................................42

Refonte et transposition des métiers de l’édition ..................................................49

Chapitre 2 Tendances et enjeux techniques.............................................................53

Tendances de l’industrie......................................................................................53


2

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Le concept Web 2.0.........................................................................................54

Multiplicité des dispositifs d’affichage.............................................................56

Intelligence collective......................................................................................56

Le potentiel des données..................................................................................57

Expérience de lecture satisfaisante...................................................................58

Micro-commerce .............................................................................................59

Accélération du rythme de vie .........................................................................61

Vieillissement de la population........................................................................61

Augmentation des règles d’accessibilité...........................................................61

Engagement social, environnement et développement durable .........................62

Situation actuelle dans l’industrie ........................................................................62

Processus de numérisation existants.................................................................62

Formats numériques ........................................................................................66

Services numériques existants..........................................................................69

Définitions...........................................................................................................69

Principales normes de l’industrie .........................................................................70

Normes de l’IDPF............................................................................................71

Open eBook Publication Structure (OEBPS) version 1.2..............................72

Open eBook Publication Structure (OEBPS) version 2.0..............................73

Open Container Format (OCF) version 1.0...................................................74

PDF (Portable Document Format)...................................................................75

Digital Talking Books Standard.......................................................................77

NIMAS (National Instructional Materials Asscessibility Standard) .................79

ONIX (ONline Information eXchange) ............................................................79

Digital Rights Management (DRM) .................................................................82

Normes du W3C (World Wide Web Consortium) .............................................83

Logiciels de lecture et formats numériques ..........................................................85

Adobe Reader - PDF........................................................................................87

MobiPocket - PRC...........................................................................................90


Table des matières

Microsoft Reader - LIT....................................................................................91

Palm Reader - PDB .........................................................................................92

Formats graphiques numériques...........................................................................93

Format JPEG ...................................................................................................93

Format GIF......................................................................................................93

Format PNG ....................................................................................................94

Formats audio numériques...................................................................................94

Format MP3 ....................................................................................................94

Format RealAudio ...........................................................................................95

Format AAC (iPod) .........................................................................................95

Format WMA ..................................................................................................96

Formats vidéo numériques...................................................................................96

Format Quicktime............................................................................................96

Format MPEG-4..............................................................................................97

Format Windows Media Video .........................................................................97

Format RealVideo............................................................................................97

Proposition de formats pour les livres numériques ...............................................98

Services et fonctionnalités numériques ................................................................99

Expérience de l’usager................................................................................... 100

Expérience de e-commerce .......................................................................... 102

Défis technologiques ..................................................................................... 104

Processus potentiels de numérisation ................................................................. 105

Chapitre 3 Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs ................... 111

Vente en ligne des titres sur le site Web de l’éditeur .......................................... 111

Remarques liminaires .................................................................................... 112

Caractéristiques ............................................................................................. 113

Potentiel et limites ......................................................................................... 121

Défis et enjeux............................................................................................... 124

Vente des livres imprimés en librairies en ligne ................................................. 125

3


4

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Caractéristiques ............................................................................................. 126

Potentiel et limites ......................................................................................... 134

Défis et enjeux............................................................................................... 136

Librairies en ligne pour le livre numérique seulement........................................ 137

Caractéristiques ............................................................................................. 138

Potentiel et limites ......................................................................................... 141

Défis et enjeux............................................................................................... 142

Livres audionumériques..................................................................................... 143

Caractéristiques ............................................................................................. 144

Potentiel et limites ......................................................................................... 145

Défis et enjeux............................................................................................... 146

Agrégateurs ....................................................................................................... 147

Caractéristiques ............................................................................................. 147

Potentiels et limites........................................................................................ 149

Défis et enjeux............................................................................................... 152

Outils de recherche............................................................................................ 152

Caractéristiques ............................................................................................. 153

Potentiels et limites........................................................................................ 160

Défis ou enjeux.............................................................................................. 167

Entrepôt numérique ........................................................................................... 173

Caractéristiques ............................................................................................. 173

Potentiels et limites........................................................................................ 174

Défis et enjeux............................................................................................... 175

Pour conclure .................................................................................................... 176

Chapitre 4 Les aspects juridiques de la diffusion de livres sur Internet................. 179

Questions relatives aux contrats d’édition.......................................................... 181

Contrat entre l’éditeur et l’auteur ................................................................... 181

Détention des droits d’auteur ..................................................................... 181

Rémunération des auteurs .......................................................................... 183


Table des matières

Droits moraux............................................................................................ 185

Exclusivité de distribution.......................................................................... 186

Contrats entre l’éditeur et les tiers.................................................................. 187

Contrats avec les distributeurs « classiques » (librairies et autres) .............. 187

Contrats avec les intermédiaires techniques................................................ 187

Contrats avec les agrégateurs, librairies numériques et autres distributeurs de

contenu...................................................................................................... 188

Remarques générales : ............................................................................... 188

Librairies en ligne...................................................................................... 189

Agrégateurs ............................................................................................... 190

Outils de recherche .................................................................................... 190

Entrepôts numériques................................................................................. 192

Questions relatives à l’accès international aux œuvres publiées ......................... 192

Protection législative des droits d’auteur à l’extérieur du Canada................... 192

Identification et sanction des contenus illicites selon l’État ............................ 193

La protection des renseignements personnels ............................................. 194

La divulgation de secrets d’État ................................................................. 195

La diffamation ........................................................................................... 195

Le plagiat et les citations............................................................................ 196

Les contenus criminalisés (propagande haineuse, incitation à commettre un

crime, informations criminelles, etc.) ......................................................... 196

Conclusion ........................................................................................................ 197

Chapitre 5.............................................................................................................. 199

Les programmes gouvernementaux ....................................................................... 199

Les programmes fédéraux.................................................................................. 199

L’étalon : le livre imprimé ............................................................................. 200

Le numérique et le circuit du livre imprimé ................................................... 201

Passer de l’individuel au collectif................................................................... 202

S’exporter...................................................................................................... 203

5


6

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Les programmes du Québec............................................................................... 203

Ouverture pour rendre compte du livre actuel ................................................ 204

Une vision traditionnelle persiste ................................................................... 205

Le multimédia, qu’est-ce à dire ? ................................................................... 205

Pour une relecture attentive de l’action publique................................................ 206

Chapitre 6 Recommandations et vue d’ensemble d’une infrastructure d’édition

numérique ............................................................................................................. 209

I - Les conditions d’exercice du métier d’Éditeur dans le monde numérique ..... 210

II - Valorisation du livre dans l’environnement numérique ................................ 214

III – Intégration du numérique dans la chaîne du livre........................................ 217

Vue d’ensemble d’une infrastructure d’édition numérique ............................. 217

Les fonctions ................................................................................................. 219

Le droit d’auteur ........................................................................................ 219

Le commerce électronique ......................................................................... 220

Le marketing.............................................................................................. 221

Livrels, livres à lire – Conversion des fichiers............................................ 224

Livres audionumériques, livres à écouter – Production............................... 225

Entrepôt numérique.................................................................................... 225

Interface Web ............................................................................................ 226

Métadonnées.............................................................................................. 226

Préservation à long terme........................................................................... 227

Les acteurs..................................................................................................... 229

Le point sur les compétences acquises ........................................................... 230

Un nouvel acteur à identifier.......................................................................... 230

Acteurs et calendrier de mise en œuvre.............................................................. 234

Annexe 1 – Lettre de mandat................................................................................. 238


Liste des figures

Figure 1 - Modèle général de production et vente d’un livre imprimé ......................63

Figure 2 - Le numérique et le processus de production d’un livre imprimé ..............64

Figure 3 – Processus général de production de livres ............................................. 107

Figure 4 – Modèle « Vendre-livre, Imprimer-livre » ............................................. 108

Figure 5 – Modèle « Imprimer-livre, Vendre-livre ».............................................. 108

Figure 6 – Intégration des modèles ........................................................................ 109

Figure 7 – Processus de protection des droits d’auteur d’un livre........................... 109

Figure 8 – Offre d’achat en ligne, l’Hexagone ...................................................... 114

Figure 9 – Achat en ligne, PUL - éditeur indépendant............................................ 115

Figure 10 – Bordereau de commande, PDF offert, XYZ.......................................... 116

Figure 11 – Services offerts aux lecteurs................................................................ 118

Figure 12 – Formats diversifié du livre et charte de prix, PUQ .............................. 119

Figure 13 – Page d’accueil du site iChapters de Thompson à l’attention des étudiants

...................................................................................................................... 120

Figure 14 – Exemple d’une alerte basée sur un achat antérieur .............................. 127

Figure 15 – Page d’accueil livres chez Renaud-Bray, le 6 juin 2007 ...................... 128

Figure 16 – Page d’accueil livres chez Archambault, le 6 juin 2007....................... 129

Figure 17 – Page d’accueil livres chez Amazon.fr, le 6 juin 2007........................... 130

Figure 18 – Service Search inside chez Amazon .................................................... 132

Figure 19 – Page d’accueil de AbeBooks.fr, 7 juin 2007......................................... 133

Figure 20 – e-harlequin.com, information sur les droits par format........................ 138

Figure 21 – e-harlequin.com, vente en ligne des versions numériques ................... 139

Figure 22 – Random House, Inc., offre de la version numérique ............................ 140

Figure 23 – Page d’accueil de eBooks.com, 15 juin 2007 ...................................... 141


8

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Figure 24 – Démarche de l’acheteur d’un livre audionumérique (Audible.fr) ......... 145

Figure 25 – Page d’accueil pour les livrels (eBooks) sur NetLibbrary .................... 148

Figure 26 – Pour fin d’illustration : une page de chapitre de livre dans NetLibrary 151

Figure 27 – Interface de « Recherche avancée de livres » de Google ..................... 154

Figure 28 – Résultat de recherche Google.............................................................. 156

Figure 29 – Service WorldCat d’OCLC ................................................................. 158

Figure 30 – Citations bibliographiques de WorldCat.............................................. 159

Figure 31 – Résultats de recherche pour « histoire du canada garneau » dans Google

– Recherche de livres..................................................................................... 161

Figure 32 – Histoire du Canada (F.X. Garneau, p. 62), numérisée par Google....... 163

Figure 33 – Œuvre complète de Molière, troisième tome - Fausse page de titre sous la

main de l’ouvrière.......................................................................................... 164

Figure 34 – Biographie de Franklin – Page tronquée.............................................. 165

Figure 35 – Page tronquée et numérisée en mouvement......................................... 166

Figure 36 – Abrégé de l’histoire du Canada de F.X. Garneau numérisé par Google

...................................................................................................................... 171

Figure 37 – Les fonctions d’une infrastructure d’édition numérique....................... 220

Figure 38 – Exemple de widget (Random House) .................................................. 222

Figure 39 – Résultats de recherche à l’intérieur d’un livre par un widget ............... 224

Figure 40 – Fonctions en regard du niveau d’expertise observé.............................. 231


Liste des tableaux

Tableau 1 - Modes de commercialisation et évaluation relative des exigences et

retombées ........................................................................................................31

Tableau 2 - Les grandes étapes de production d’un livre..........................................44

Tableau 3 – Comparaison des tâches pour la conception et la fabrication d’un livre

imprimé et d’un livre numérique......................................................................47

Tableau 4 - Principaux formats numériques pour les livrels .....................................85

Tableau 5 – Modes de commercialisation et évaluation relative des exigences et

retombées ...................................................................................................... 178

Tableau 6 - Acteurs et calendrier pour la mise en œuvre des recommandations...... 236


10

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique


Introduction

Le numérique fait reprendre conscience que « le livre est un livre », peu

importe sa matérialité. Que sa forme d’expression soit l’oralité, le manuscrit,

l’imprimé ou le numérique, les idées et l’imaginaire de l’auteur sont matérialisés

pour atteindre, émouvoir ou faire agir le lecteur. Cette matérialisation et le choix

(voire le contrôle) des modes de transmission vers le lecteur sont précisément

l’objet du savoir-faire de l’éditeur ou de l’acteur qui a occupé cette fonction dans

l’histoire du livre et de l’édition.

LE MYTHE DE L’IMMATÉRIALITÉ

Pour certains, le monde numérique serait caractérisé par la dématérialisation

des produits de l’édition. Roger Chartier fait référence à la représentation

numérique comme « l’immatérialité de textes sans lieu propre » 1 . Régis Debray,

dans la même logique, affirme que « le livre s’est désacralisé en se

dématérialisant » 2 . Alan Marshall, quant à lui, parle du « processus de

dématérialisation des techniques graphiques » 3 . Pourtant, bien que visiblement

intangibles, ces documents sont bien réels et possèdent une existence concrète.

Des octets servent à les encoder sous différents formats informatiques qui sont

stockés dans des fichiers déposés, non moins matériellement, sur différents

supports (disque rigide, dévédérom, ruban magnétique, etc.) dont la lecture est

rendue possible par des équipements matériels et logiciels. D’ailleurs, tout le

vocabulaire relatif aux pratiques de sauvegarde renvoie à la manipulation d’objets

1 e e

Roger Chartier. Culture écrite et société : l’ordre des livres XIV -XVIII siècle, « Bibliothèque Albin Michel.

Histoire », Paris, Albin Michel, 1996, p. 32.

2

Régis Debray, « Les révolutions médiologiques dans l’Histoire : Pour une approche comparative »,

Bulletin des Bibliothèques de France, vol. 45, n° 1, 2000.

3

Alan Marshall, « Les mutations de la chaîne graphique au XXe siècle », Revue française d’histoire du livre, n°

106-109, 2001: p. 275.


12

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

concrets : copie, multiplicité des supports, dispersion géographique des supports,

etc.

On peut penser que dans la civilisation du numérique, plutôt que la

dématérialisation, c’est l’uniformité de la représentation du texte et de l’image par

l’écran qui bouleverse les perceptions et les pratiques. La dématérialisation n’est

pas liée au fait qu’il n’y ait plus de support, puisqu’il y en a bel et bien un. Ce qui

bouleverse le plus avec le numérique, c’est l’inutilité du support pour l’évaluation

de la qualité éditoriale d’une source : c’est en cela que le numérique bouleverse

considérablement les conventions de l’édition.

LE LIVRE DANS LE PARADIGME DU NUMÉRIQUE

On assiste bel et bien à une redéfinition de pans complets de la logique de

production, de diffusion et d’utilisation de l’information et des publications. C’est

comme si cette impression de dématérialisation arrivait à faire perdre de vue la

réalité ainsi que les possibilités des nouveaux objets créés avec le numérique.

Pourtant, l’examen des enjeux démontre bien qu’en maîtrisant le numérique,

certains ont déjà un avantage dans le jeu de la redéfinition des rôles de la

configuration des acteurs du monde de l’édition.

Entrer de plain-pied dans le numérique pour l’éditeur implique d’intégrer dans

toute son organisation l’idée transformatrice qu’un livre n’est pas nécessairement

imprimé. Un livre doit emprunter plusieurs supports ou formats de

matérialisation, dont l’imprimé, pour aller à la rencontre de son lecteur.

Le paradigme numérique laisse au lecteur le choix du rapport qu’il entend avoir

avec l’entité livre. Ce faisant, il choisit la forme d’expression ou la matérialisation

du texte dont il souhaite prendre connaissance. En cela, l’éditeur a avantage à

contrôler toutes les formes de matérialisation de l’œuvre qu’il publie pour élargir

et diversifier son lectorat, et pour optimiser les investissements consentis pour la


Introduction

préparation de la première copie. Outre les conditions de production des

différentes formes d’expression, numériques ou analogiques, l’éditeur voit aussi

dans l’arrivée du numérique un passage de la vente d’objets livres à la vente de l’accès

à des systèmes d’information et de documents. Ce changement de paradigme

transforme de façon significative les modèles économiques du monde de l’édition.

Ce changement de paradigme conduit à s’intéresser à l’encadrement normatif

et légal de l’édition, de même qu’aux considérations techniques de l’activité de

l’édition dans son nouvel environnement. De plus, le redéploiement des acteurs et

la diversité des modes de commercialisation méritent une grande attention. Cela

permet de cerner de façon plus circonstanciée le milieu de l’édition et, plus

généralement, la chaîne de l’édition dans la période actuelle. L’expression la

« chaîne de l’édition » désigne l’ensemble des processus et des arbitrages qui vont

de la sélection des textes, à la préparation et correction des contenus, tout en se

poursuivant dans la publication des ouvrages selon une facture précise et jusqu’à

la dissémination de l’information sur l’existence du livre et à ses modes de

commercialisation. Cela renvoie au métier d’éditeur, comme chef d’orchestre qui,

tantôt s’appuyant sur son savoir-faire et son flair, tantôt utilisant les compétences

externes, réussit à tenir une chaîne aux maillons dissemblables, qui assure la

régulation de la relation distante mais essentielle d’un auteur avec un lectorat.

« DÉMÉNAGER OU RESTER LÀ » (RÉJEAN DUCHARME)

Le monde change rapidement, mais, paradoxalement, on y retrouve ses

repères, pourrait-on dire. Ce monde qui change échappe à notre contrôle : il est

traversé par un renouvellement des façons de concevoir, de « transporter », de

transmettre, de s’approprier et de restituer les œuvres de création et la

connaissance formalisée. De nouvelles pratiques bouleversent le quotidien. De

13


14

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

nouveaux équipements, apparemment superflus et dispendieux, deviennent des

nécessités de la vie sociale et un bien banalisé, comme cela a été le cas du iPod.

L’évolution des pratiques et des attentes des lecteurs, ainsi que leur expérience

du monde numérique, ce qui a une consonance générationnelle, imposent de

repenser les formes de matérialisation et les modes de transmission du livre 4 .

Cette évolution s’accompagne, au plan technique, des progrès concernant les

modes d’accès, la connectivité, les équipements (à la fois pour leur performance et

leur ergonomie) et la définition de standards ou normes. L’environnement social

est aussi de la partie, de telle manière que le numérique n’est pas seulement une

possibilité lointaine ou exotique, mais bien une option concrète qui donne lieu à

des choix d’individus et de catégories professionnelles. Pensons, sur ce dernier

point, aux bibliothécaires qui, de plus en plus, privilégient la documentation en

format numérique — et en Amérique du Nord le cap a été franchi : c’est plus de

la moitié des budgets pour l’acquisition des périodiques qui vont à la

documentation numérique 5 .

Cela dit, en contrepoint, on doit souligner une récente enquête IpsosReid pour le

Canada qui conclut que le numérique ne rendra pas obsolète le monde du livre

imprimé, que les influences les plus négatives sont passées et l’avenir moins

menaçant et que le livrel et le livre audionumérique connaîtront une croissance

certaine sans que l’on puisse parler d’explosion. On assiste à une coexistence de

deux environnements, mais surtout à une mixité dans l’utilisation du potentiel et

4 Tables rondes Livre 2010, Programmes, Notes d’état des lieux, Comptes rendus, Ministère Culture,

Communication de France et Centre national du livre, février 2007, p. 49 et s.

5 Voir à ce sujet le communiqué de l’Association canadienne des bibliothèques de recherche de septembre

2006, Pour la deuxième année consécutive, les dépenses des bibliothèques de recherche pour les périodiques électroniques

dépassent celles des périodiques imprimés, http://www.carl-abrc.ca/projects/statistics/pdf/stats_media_release-

2006-f.pdf


Introduction

des modes de communication des deux paradigmes 6 . Le refus de cette mixité

poserait la question de qui occupera ce territoire, sachant que la nature a horreur

du vide.

L’adoption des processus d’édition numérique dans la production et la

commercialisation du livre s’impose sans doute, mais elle n’est pas sans soulever

plusieurs interrogations tant chez les acteurs que chez les analystes. Toute période

de transition est marquée par des forces qui poussent vers un ailleurs et par des

contraintes et des obstacles, de même que par un sentiment d’insécurité, car les

assurances, que donne le contrôle de la situation présente, font défaut pour la

situation projetée. Sur ce plan, on peut citer en vrac que la valeur ajoutée du

numérique n’est pas toujours évidente, surtout pour les formats numériques

« primaires », que les appareils de lecture font des progrès énormes sans être pour

autant arrivés à un standard satisfaisant (qualité du rendu, coût, interopérabilité),

que les modèles économiques sont encore en émergence, que les formats sont

encore multiples et la solution à la pérennité des supports reste à trouver, et que le

numérique pose le défi des compétences, du mode organisationnel et de la

capacité de financement. Ces facteurs peuvent alimenter crainte et scepticisme. Ce

point de vue peut sembler raisonnable. Mais, à l’opposé, les tendances observées,

dans leur ensemble, peuvent apparaître lourdes et porteuses pour la

reconfiguration de l’industrie du livre. Si c’est une question de coût, quel serait

celui de ne pas en être ?

Pour le livre, cette transition soumet les acteurs à une redéfinition ou, à tout le

moins, à une adaptation des rôles, en commençant par celui de l’éditeur. Mais il

n’est pas le seul, car doivent se préciser de nouveaux modèles économiques et

organisationnels, alors qu’émergent de nouvelles figures, de nouveaux

6 Steve Mossop, Market Forces: Driving Digital Demand, Booknet Canada, 21 mars 2007.

15


16

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

personnages qui se veulent fort actifs. Il faut être attentif pour identifier en quoi

évoluent les fonctions et le statut d’un éditeur dans ce passage du monde de

l’imprimé au monde du numérique. De même, il est nécessaire d’identifier les

fonctions des acteurs, de l’imprimé comme du numérique, qui, par leurs pratiques

professionnelles au quotidien, construisent aujourd’hui les règles qui seront celles

de demain.

Le titre de la chanson de Ducharme, repris en début de section, invite à deux

remarques sur le sujet.

• Quelle que soit la situation, le choix entre options est toujours

possible. On peut décider de « rester là », car le changement effraie ou parce

qu’en ce domaine on croit qu’être le dernier de classe est une vertu. Pour qui

d’emblée ne veut rien changer peut faire l’économie de la lecture de cette

étude. Mais soyons clair : l’argument du there is no alternative ne convainc pas

le sceptique et n’informe pas beaucoup le dubitatif. Cet argument d’autorité

n’a aucune résonance pour les auteurs de la présente étude. Ce n’est pas

dans cette perspective qu’elle a été écrite. Lorsqu’on met en balance le

mouvement de fond et les contraintes, il devient plus facile de faire un choix

réfléchi et, le cas échéant, de s’imposer l’inconfort du changement.

• En même temps, le déménagement, si l’on peut dire, se fait avec les

meubles, les biens et le patrimoine. La notion de transition ne signifie pas

qu’un paradigme chasse l’autre, mais qu’une combinaison s’installe qui

permet un changement par hybridation. Le syndrome de la table rase serait

de bien mauvais conseil. L’éditeur a tout intérêt à investir ce nouveau

territoire, à s’approprier cet univers et à le féconder, et non à leder à

d’autres professions comme une reddition sans condition. L’histoire de

l’édition et l’expérience des années récentes de l’édition numérique est riche


Introduction

d’enseignement 7 . On peut retenir que, loin de le dépouiller de tout intérêt, le

numérique enrichit de travail d’édition qui, par ailleurs, ne se maintient pas à

l’identique. Le numérique enrichit le travail d’édition et pose des défis qui

peuvent être relevés en ayant recours à de nouvelles ressources, en

comparaison à celles engagées dans les processus bien connus de l’imprimé.

La passion de l’éditeur pour le livre, son expertise, son expérience pour mener

à bien des projets éditoriaux avec les créateurs et son esprit d’entreprise sont

garants du succès de l’intégration du numérique dans les processus d’édition. Cet

éditeur doit savoir aussi que l’imprimé est là pour rester, et que s’il est en

confiance dans ce secteur, il apprendra à se colleter et apprivoiser la

transformation de la structure du secteur, notamment, avec « l’irruption » de

nouveaux types d’intermédiaires et le redéploiement de nouveaux modes de

commercialisation.

PARTICIPER ET CONTRIBUER À UNE RÉFLEXION

Les essais, les études, les prospectives, les rapports, les appels

programmatiques, les actions d’institutions privées ou publiques pullulent au

cours des dernières années. Cela révèle à la fois l’imminence de l’arrivée d’un

nouveau paradigme dans le monde de l’édition et la lancinante expectative dans

laquelle sont plongés les acteurs qui font ce milieu et ceux qui, dans le domaine

public, cherchent à valoriser l’édition et le livre. Le Québec ne fait pas exception.

Les études faites à l’initiative particulièrement de la SODEC 8 fournissent un

matériau utile, mais on doit souligner que la problématique de l’édition numérique

7 Guylaine Beaudry et Gérard Boismenu, « Du concept à l’outil », dans Claire Brossaud et Bernard Reber

(dir.), Les sciences humaines et sociales à l’heure des technologies de l’information et de la communication, Éditions

Hermès, à paraître 2007, p. 181-194.

8 On trouve le rapport sur Les librairies du Québec, profil économique, réalisé par la Société de développement

des entreprises culturelles (SODEC) en 1997, et celui de 1999, toujours pour la SODEC, réalisé par le

17


18

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

reste peu traitée, tant pour ce qui est de la transition pour les éditeurs ou les

libraires du secteur de l’édition au Québec que du passage d’un modèle

économique traditionnel au modèle de l’économie numérique. On sait que le

CEFRIO est à l’origine de deux études abordant la question sous l’angle des

« affaires électroniques ». 9 Quel que soit le mérite de ces travaux de pionnier,

l’étude de l’appropriation de l’édition numérique au Québec et ses enjeux sur le

développement de la chaîne du livre reste un chantier où beaucoup est à faire.

Cette question revêt aussi une dimension internationale, car la valorisation et

l’inscription forte de contenus québécois dans la sphère numérique participent au

caractère plurilingue du Web. On sait que la langue française serait à moins de

5 % des contenus dans le Web, mais en troisième place. La montée en force du

plurilinguisme du Web, fait reculer la langue anglaise qui, il y a peu, trônait sans

partage.

Les institutions fédérales canadiennes ne sont pas en reste et sont à l’origine de

plusieurs travaux 10 . On remarque que, dans l’ensemble, le commerce électronique

Groupe de travail sur la consolidation et la rentabilité des librairies qui va servir de fondement aux études ultérieures

du Comité Larose sur Les pratiques commerciales dans le domaine du livre entre l’automne 1999 et l’automne

2000. La majeure partie du travail de collecte et d’analyse du Comité Larose va soutenir aussi l’étude Les

chiffres des mots réalisée par Marc Ménard en 2001 pour la SODEC. Celui-ci va refaire une étude pour la

même société, publiée en mai 2002, sur La librairie agréée au Québec : sur la concordance entre les critères d’agrément

et la réalité économique. En 2003 la SODEC demande à son adjoint au directeur général, Dominique Jutras et

l’économiste Marc Ménard, de faire le point sur Un état de situation sur les salons du livre au Québec, 1997 à

2002 pour la première et sur Le marché du livre au Québec. L’observatoire de la culture et des

communications du Québec va sortir une étude sur l’État des lieux du livre et des bibliothèques en septembre

2004 et en décembre 2006 la SODEC produit, par l’intermédiaire de Marc Ménard et Julie L’Allier, un bilan

de la mesure sur Le crédit d’impôt pour l’édition de livres au Québec de 2000 à 2001 et de 2004 à 2005.

9 La première portait sur Les affaires électroniques et l’industrie de l’impression au Canada : une analyse sectorielle, la

deuxième étude sur Les affaires électroniques et l’industrie de l’édition au Canada : une étude sectorielle. 2003. En 2004

la société CEFRIO complète ses deux premières études par des études complémentaires sur L’adoption des

affaires électroniques dans l’industrie de l’impression et de l’édition : facteurs-clés de succès et barrières à l’adoption, avec

plusieurs cas dans le domaine de l’imprimerie et de l’édition. Pour le premier secteur, Le cas Impression

Paragraphe, Le cas de l’Institut des Communications Graphiques du Québec et Le cas de Caractéra inc.-Imprimé et

Néomédia. Pour le deuxième secteur, celui de l’édition, on retrouve Le cas du Regroupement des éditeurs

canadiens-français, le cas Gestion, Revue Internationale de Gestion ou encore le cas Coopsco.

10 Vers une nation axée sur le savoir : l’apport de la numérisation. Recommandations du Groupe de travail fédéral sur la

numérisation, n’a pas été suivie d’autres études du genre avant les débuts de l’an 2000. Le comité permanent du


Introduction

et l’économie numérique sont les thèmes prioritaires, alors que le thème de

l’édition numérique est obscurci par les débats sur la numérisation des archives

nationales, administratives ou de fonds spécifiques. Le débat national sur la

problématique de la numérisation des fonds des bibliothèques ou des fonds des

éditeurs ou des libraires, aussi capital qu’il soit, reste à faire. C’est dans ce contexte

qu’ont été lancées, en parallèle au printemps 2007, l’étude pour l’Association of

Canadian Publishers (ACP), et la présente étude pour l’Association Nationale des

Éditeurs de livres (ANEL). Ces études cherchent à faire le point sur les enjeux de

l’introduction du numérique dans la chaîne du livre, en se plaçant du côté de

l’éditeur. Elles ont pour mission de lancer la discussion au sein de la profession et

de dégager des pistes d’action en les situant dans le temps, sachant bien que, dans

ce domaine comme dans d’autres, il est illusoire de faire comme si on pouvait

procéder par génération spontanée.

L’IMPOSSIBLE, MÊME SI ON NE PEUT Y ÊTRE TENU

Cette étude réalisée pour le compte de l’Association nationale des éditeurs de livres

(ANEL) a été réalisée de la mi-avril à la fin juin 2007. Elle s’inscrit dans une

démarche collaborative entre l’ANEL et l’Association of Canadian Publishers (ACP)

patrimoine canadien, par l’intermédiaire du député Clifford Lincoln, fera une étude sur Le défi du changement :

étude de l’industrie canadienne du livre en juin 2000. Le rapport d’activités de l’industrie de l’édition du livre 2000-2001,

publié en septembre 2001 de Patrimoine Canadien et le rapport annuel 2004-2005, publié en 2006, toujours

de Patrimoine Canadien qui porte sur la Politique et programmes de l’édition du livre, Question d’édition, n’abordent

pas le problème de l’édition numérique. On peut trouver ici et là des articles sur le thème de la

numérisation comme celui de Beth Stover, sur Le Canada en devenir : un projet de numérisation des premières

publications officielles publié au printemps 2006 dans la revue parlementaire canadienne. Statistique Canada

fournit aussi de nombreux articles de qualité. Sa Division des sciences, de l’innovation et de l’information électronique,

produit depuis quelques années des études intéressantes sur le thème de la révolution numérique. En

particulier, le texte de G. Sciadas sur La vie à l’ère du numérique mais trop générale pour être spécifiquement

adapté à l’industrie de l’édition. La lettre Le Quotidien de Statistique Canada porte sur le Commerce électronique et

technologie et produit de nombreux articles bien documentés. Industrie Canada sur son site Internet tient une

page complète sur l’ Économie numérique au Canada depuis 2000 et met en ligne régulièrement des articles de

réflexion sur l’évolution du commerce électronique et de ses technologies mais rien de spécifique et

directement lié au monde de l’édition numérique. Nous avons trouvé cependant deux études publiées en

février 2004 sur Vue d’ensemble du commerce électronique, Industrie de l’édition au Canada et celle sur Vue d’ensemble

du commerce électronique Industrie de l’impression au Canada mais pas sur l’édition numérique.

19


20

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

sur les questions touchant le numérique pour leurs membres dans le cadre des

activités du Groupe de travail conjoint ANEL/ACP sur la numérisation. En lien à celle-

ci, une autre étude a été réalisée pour le compte de l’ACP par Diane Davy a été

déposée le 31 mai 2007 11 .

La lettre de mandat du 12 avril 2007 du directeur général de l’ANEL à

Guylaine Beaudry est reproduite en annexe 1. Pour la réalisation de ce mandat,

notre démarche a comporté, en accord avec la direction de l’ANEL, les éléments

suivants :

1. Pour assurer un traitement riche et professionnel de chacun des aspects à

couvrir, nous avons eu recours aux services de personnes compétentes

pour la recherche et la rédaction des chapitres sur les sujets à traiter. Le

premier chapitre portant sur la transition de l’imprimé au numérique a été

rédigé par Éric Le Ray, stagiaire postdoctoral à la Chaire de recherche

industrielle Quebecor sur l’impression et les communications graphiques

de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Le deuxième chapitre sur les

normes techniques et les tendances a été réalisé par Magali Simard,

spécialiste en technologies et en gestion de projet, à l’emploi de Canoë. Le

quatrième chapitre portant sur les aspects juridiques de la diffusion de

livres sur Internet a été confié à Karim Benyekhlef, professeur titulaire de

droit et directeur du CRDP de l’Université de Montréal. Enfin, le troisième

chapitre sur les modes de commercialisation du livre dans le monde

numérique, le cinquième sur les programmes et le sixième chapitre

comportant les recommandations de ce rapport ont été réalisés par

Guylaine Beaudry, directrice du Centre d’édition numérique de l’Université

de Montréal et directrice générale du Consortium Érudit et du projet

11 Des échanges ont eu lieu entre Diane Davy et Guylaine Beaudry au cours de la présente étude.


Introduction

Synergies, et Gérard Boismenu, professeur titulaire de science politique,

président du Consortium Érudit et directeur du Centre d’excellence sur

l’Union européenne. Guylaine Beaudry a agi comme coordonnatrice et

responsable de l’étude.

2. Trois séances de travail ont eu lieu entre l’équipe de réalisation du rapport

et la direction de l’ANEL : le 25 mai, les 18 et 20 juin. Plusieurs échanges

par courriel et par téléphone entre Guylaine Beaudry et Pierre Le François

ont eu lieu.

3. De façon à bien comprendre les besoins et la situation des éditeurs, une

dizaine d’entrevues avec des éditeurs ont eu lieu au cours de la période de

recherche et de rédaction du rapport. La sélection des éditeurs, assurée par

la direction de l’ANEL, représentait bien l’ensemble des domaines des

éditeurs membres.

4. Un rapport préliminaire a été déposé le 25 mai.

5. Les membres de l’équipe de réalisation de ce rapport ont agi à titre

personnel et d’une façon neutre et professionnelle. Par souci de

transparence, nous avons donné au point 1 les affiliations professionnelles

et institutionnelles de chacun.

PROPOSITIONS DE PARCOURS DE LECTURE

Le rapport est volumineux. Il représente le fruit du travail de recherche et de

réflexion d’une équipe de collaborateurs. La synthèse au début du rapport donne

l’essentiel et constitue la première étape d’un parcours de lecture rapide. Pour le

responsable d’une maison d’édition, le chapitre trois sur les modes de

commercialisation et celui portant sur les recommandations et la vue d’ensemble

d’une infrastructure pour l’édition numérique pour les membres de l’ANEL

(chapitre six) sont certainement pertinents.

21


22

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Les chapitres de ce rapport constituent de bons états de la question sur des

sujets identifiés par la direction de l’ANEL. Nous espérons que leur exhaustivité

soit une source d’information pertinente pour vous-mêmes et vos collaborateurs.


Synthèse

Cette synthèse a pour objectif de couvrir l’essentiel des chapitres 1 à 5. Pour

avoir une vue complète de l’étude, sa lecture doit être suivie par celle du

chapitre 6, qui réunit les recommandations et lignes d’action retenues par les

rédacteurs de l’étude.

On assiste à une redéfinition de pans complets de la logique de production, de

diffusion et d’utilisation de l’information et des publications. C’est comme si cette

impression de dématérialisation arrivait à faire perdre de vue la réalité ainsi que les

possibilités des nouveaux objets créés avec le numérique. Pourtant, l’examen des

enjeux démontre bien qu’en maîtrisant le numérique, certains ont déjà un

avantage dans le jeu de la redéfinition des rôles de la configuration des acteurs du

monde de l’édition.

Entrer de plain-pied dans le numérique pour l’éditeur implique d’intégrer dans

toute son organisation l’idée transformatrice qu’un livre n’est pas nécessairement

imprimé. Un livre doit emprunter plusieurs supports ou formats de

matérialisation, dont l’imprimé, pour aller à la rencontre de son lecteur.

L’ÉDITION DE LIVRE,

DE L’IMPRIMÉ AU NUMÉRIQUE

Le livre jusqu’à nos jours est issu du modèle dit de « Gutenberg », qui utilise le

papier comme support pour y représenter des textes et des illustrations, afin d’y

projeter les différentes expressions de l’âme humaine avec l’intention de laisser

une trace sur un support palpable. Avec l’apparition du numérique, nous assistons

au bouleversement de la chaîne du livre, dans ses composantes et dans

l’articulation de celles-ci. La chaîne du livre, c’est également les ressources

nécessaires à la production du livre et à la mise à disposition du livre auprès des


24

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

lecteurs, d’où l’émergence d’une nouvelle économie numérique dans le secteur du

livre.

On pourrait parler de crise de l’édition traditionnelle et proposer que le

numérique soit la solution à cette crise ; il s’agirait d’un environnement alternatif

capable de résoudre le problème de la rentabilité du livre imprimé. On peut aussi

avancer d’autres arguments, à savoir : la réduction du coût, la meilleure

conservation des documents, la facilité des mises à jours et la commodité de la

consultation pour une lecture de recherche, de confrontation, de croisement, avec

la navigation hypertexte, interactive, avec un enrichissement possible avec des

contenus multimédias. Bien qu’ayant une vraisemblance, tous ces éléments sont à

considérer dans un ensemble, comprenant plusieurs dimensions : intellectuelle et

culturelle, professionnelle, financière et commerciale, technique et sociétale.

L’intérêt de plus en plus grand pour le livre numérique est conditionné par des

changements dans les attentes, les compétences et les pratiques de lecture d’un

certain nombre de lecteurs. Pour l’heure, il y a cohabitation du monde de

l’imprimé et de celui du numérique. Cette cohabitation passe par la conjonction

de ces deux univers au sein d’une même entreprise ou d’un même éditeur, ou par

l’émergence de nouveaux acteurs institutionnels entièrement dédiés à de nouvelles

pratiques issues de l’univers numérique. Le livre numérique apparaît comme un

ouvrage conservé, échangé ou publié sous forme de fichier numérique, et pouvant

être diffusé sur différents supports (papier de façon minoritaire, Internet,

cédérom, livrel, papier numérique).

Certains pourraient voir dans l’édition numérique une réduction importante

des coûts de fabrication et un motif pour faire cet apprentissage. Cela ne saurait

épuiser la question, d’autant plus que, dans le court terme, le numérique peut se

présenter comme étant à l’origine d’un engagement financier majeur. Il reste que

les enjeux financiers sont importants et se présentent au moins comme un


Synthèse

déplacement des postes et des flux d’investissement. On assiste à une baisse

sensible des coûts de gestion, comme des coûts de fabrication ou de stockage des

biens « physiques » livres. Mais le numérique impose aussi son florilège de coûts, à

commencer par la maîtrise des savoir-faire dans un champ en constantes

découvertes et avancées, avec des normes imparfaitement établies, que ce soit

pour la production, la diffusion et la conservation à long terme du fonds éditorial.

La refonte des métiers de la chaîne du livre se fait naturellement par un

transfert d’un support à un autre. L’édition numérique nécessite de construire des

politiques éditoriales et marketing, innovantes en amont et en aval de la chaîne de

production du contenu. Mais les contenus demandent toujours à être travaillés,

contrôlés, ciblés. Les compétences des métiers associés à l’imprimé restent donc

nécessaires à la fabrication du livre numérique. Les différents niveaux de

réalisation éditoriale comprennent les auteurs, le directeur éditorial, le secrétaire

d’édition, les correcteurs, les conseillers, les lecteurs, la recherche iconographique,

les graphistes, les maquettistes, les illustrateurs, la recherche documentaire, les

services commerciaux et promotionnels. Que l’entreprise édite des livres

imprimés ou sous forme numérique, elle ne peut faire l’économie de tels profils.

TENDANCES ET ENJEUX TECHNIQUES

Des tendances lourdes favorisent le développement et l’adoption du livre

numérique. Elles correspondent à des facteurs socio-économiques (i.e. : sociaux,

professionnels, économiques, culturels, etc.) qui peuvent influencer les jugements

(critères de choix). De plus, elles auraient une influence certaine sur le choix des

orientations technologiques auxquelles sont et seront de plus en plus confrontées

les acteurs de l’industrie du livre en général, dont les maisons d’édition. Voyons

ces tendances.

25


26

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Tendances

Le concept Web 2.0 est une nouvelle façon de concevoir le Web. L’utilisation du

Web s’oriente de plus en plus vers l’interaction entre les utilisateurs et vers la

création de réseaux sociaux. Les compagnies, qui évolueront vers le Web 2.0,

cherchent, par exemple, à avoir le contrôle sur des sources de données uniques (et

dont la richesse s’accroît à mesure que les gens les utilisent), à considérer les

utilisateurs comme des participants, à offrir de la souplesse dans les interfaces

utilisateurs, les modèles de développements et les modèles d’affaires.

La multiplicité des dispositifs d’affichage correspond à la réalité des contenus Web

de plus en plus fragmentés, du point de vue technique, en raison de l’émergence à

un rythme de plus en plus rapide d’appareils très différents (ex.: PC, cellulaires,

appareil livrel, PDA) qui possèdent des caractéristiques différentes comme la

capacité d’affichage, la bande passante, le multimédia, le format d’encodage. Il y a

donc un très vif intérêt de l’ensemble des acteurs de l’industrie du Web pour

régler les problèmes que cause la multiplication des formats d’encodage, incluant

les utilisateurs qui désirent pouvoir consulter tous les contenus par leur appareil.

Les communications et la diffusion de l’information deviennent de plus en plus

fluides et rapides. Au fur et à mesure que les utilisateurs ajoutent du contenu,

celui-ci est intégré à la structure du Web par d’autres utilisateurs qui les

découvrent et placent des liens vers ceux-ci. C’est ce que certains qualifient

d’intelligence collective. Les entreprises seront bien avisées de tabler sur cette

caractéristique, notamment en exploitant les commentaires des acheteurs ou les

invitations à participer (de plusieurs manières et sur quasiment toutes les pages),

ainsi que l’activité des utilisateurs pour affiner les résultats des recherches sur leur

plateforme. Amazon a beaucoup utilisé cette démarche.

La puissance des services proposés aux clients sera liée à l’importance du volume, à

la qualité et à la structuration des données. Toutes les applications Web d’importance


Synthèse

sont liées à une base de données spécialisée : la base d’exploration Google, l’index

de Yahoo, la base de produits Amazon, la base d’utilisateurs d’eBay, la base de cartes

de MapQuest, pour ne donner que quelques exemples.

Le consommateur recherche une expérience de lecture se rapprochant de celle de

lecture d’un livre imprimé. Pour l’instant, l’expérience est peu concluante, mais

elle s’améliore peu à peu, suite à l’évolution de la technologie et à la sortie de

nouveaux appareils livrels (ex. : eReader de Sony). Pour beaucoup de gens, il y a une

résistance au changement qui opère. Cette résistance est quasi nulle chez les

générations plus jeunes, celles qui sont élevées avec les ordinateurs et qui sont

moins réfractaires au changement. Ces férus de technologies sont très exigeants

face aux nouvelles expériences de lecture.

Les compagnies présentes sur Internet constatent que les produits à bas prix

ont stimulé leurs ventes et leur croissance. Le micro-commerce devient de plus en

plus populaire. Il se distingue par la vente de produits et services à très bas prix

ou à très faibles mensualités. Selon Gartner, d’ici 2010, les ventes annuelles des

marchandises de moins de 5 dollars atteindront 30 000 millions de dollars. Le

micro-commerce dans le livre numérique pourrait intéresser plus particulièrement

certains segments de la clientèle en raison des coûts plus légers et de la facilité

d’accès.

La fluidité des communications engendre une accélération du rythme de vie.

Cellulaires, agendas électroniques intégrés, Internet, etc., tous ces outils, qui

devraient nous faciliter la vie, ont plutôt comme effet de diminuer les temps

libres. Cette accélération tend à favoriser une tendance à la baisse du nombre de

lecteurs de livres. La réponse à apporter est d’offrir des produits et des services

permettant de redynamiser la lecture en l’intégrant dans les circuits et les créneaux

de diffusion où évoluent les clientèles visées.

27


28

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Le vieillissement de la population est une caractéristique des nouveaux marchés. Les

éditeurs doivent s’adapter aux besoins de cette clientèle de plus en plus

importante. La venue du numérique permet plusieurs types d’affichage à partir

d’un même contenu.

Le Disability Discrimination Act aux États-Unis fait en sorte que des moyens

doivent maintenant être pris pour faciliter l’accès à l’information permettre aux

personnes ayant un handicap (visuel ou auditif, par exemple).

Finalement, les problématiques environnementales, le développement durable et

l’engagement social interpellent de plus en plus la population. La notion de société

sans papier fait de plus en plus d’adeptes.

Processus potentiels de numérisation

Pour permettre la production de livres numériques, le processus de production

d’un livre doit être adapté. Ces changements doivent se faire non pas en ajoutant à

la fin de la production papier une ou plusieurs étapes, mais bien en créant, à partir

d’un même processus, des formats de représentation d’une œuvre qui soient, par

exemple, imprimé ou numérique. Ce processus peut conserver les anciennes

étapes (telle que la mise sous presse), tout en ajoutant la notion de production de

livres numériques. Il faut repenser le livre en fonction du texte numérique.

Également, les relations aux distributeurs et les efforts de normalisation des

échanges d’informations au sujet des livres offerts (exemple : respect de la norme

ONIX) devront en premier lieu être effectués de manière à uniformiser la

production de ce type d’information.

Force est de constater que ces normes et standards sont encore en évolution.

De façon générale, l’éditeur doit suivre l’évolution des normes, influencer les

autres acteurs de la chaîne du livre afin de minimiser le nombre de formats

demandés par les distributeurs. Par ailleurs, l’éditeur doit intégrer à sa pratique, la


Synthèse

gestion, la production et la commercialisation de la version numérique des livres

publiés par sa maison. Ces activités peuvent se faire en interne, en externe ou par

une structure collaborative, afin de minimiser les efforts de maintenance, de

gestion et de création de ces informations.

LES MODES DE COMMERCIALISATION

DU LIVRE ET SES ACTEURS

La prise en compte des modes de commercialisation et de leurs acteurs permet

de distinguer sept modes de commercialisation établis et en émergence qui

rendent possible la valorisation du fonds d’un éditeur. Ces modèles ne sont pas

mutuellement exclusifs. Il s’agit de la vente de livres sur le site Web de l’éditeur,

de la vente de livres imprimés par les libraires en ligne, de la vente de livres

numériques par les libraires en ligne, de la vente de livres audionumériques, des

agrégateurs, des outils de recherche et, finalement, de l’entrepôt numérique.

Dans le monde numérique, un seul modèle ne peut constituer toute la stratégie

d’un éditeur afin de valoriser au mieux son fonds. Évidemment, les options

retenues sont aussi fonction des investissements à consentir, du niveau de risque

acceptable pour l’éditeur, des exigences que les modèles revêtent et de l’évaluation

de l’intérêt d’être présent sur ce terrain et à quelles conditions.

Une prise en compte des tenants et aboutissants permet de dresser une

synthèse des modes de commercialisation en regard d’une évaluation relative des

exigences techniques, organisationnelles, des investissements financiers à

consentir et du niveau d’appropriation du numérique qu’ils permettent.

Les choix qui sont faits ne sont pas neutres ou équivalents. Ce qui est en cause

au premier chef, c’est d’abord une question d’appréciation et de volonté de la part

de l’éditeur. Il serait difficile d’établir une relation nette entre le statut de l’éditeur,

sa valeur relative dans l’industrie et le genre littéraire pratiqué d’une part, et

29


30

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

d’autre part, l’engagement dans des modes diversifiés de commercialisation qui

retiennent les possibilités du numérique. Clairement, l’option, qui vise à intégrer le

plus possible le numérique dans les processus de la chaîne de l’édition, pose des

exigences nettement plus élevées et représente un réel défi pour l’industrie.

Le défi est d’autant plus aigu qu’il repose sur la nécessité — dans un avenir qui

reste à déterminer — de procéder à cette intégration, au moment où les modèles

et les capacités organisationnelles, techniques et financières, ainsi que l’assurance

d’une demande solvable satisfaisante sont loin de pouvoir être portés dans la

colonne des acquis. Sur plusieurs plans, les éditeurs, surtout dans une société

immédiate qui reste « petite », se situent au plan des expectatives, tout en ayant la

conviction qu’une action est nécessaire. Cette question peut être et est traitée sur

une base individuelle. L’éditeur fait ses choix et, dans l’ensemble, pour notre

société de référence, ceux-ci sont modestes, bien que significatifs pour plusieurs.

L’exploitation du numérique dans la conception et les processus de l’édition, en

fonction d’une variété de formes de matérialisation, en est encore à ses

balbutiements.

Le tableau qui suit condense l’estimation des exigences pour l’éditeur des divers

modes de commercialisation et fait le point sur le niveau respectif d’appropriation

du numérique dans l’ensemble de la chaîne du livre.


Tableau 1 - Modes de commercialisation et évaluation relative

Modes Exigences

Site Web de

l’éditeur

Vente de livres

imprimés par les

libraires en ligne

Vente de livres

numériques par

les libraires en

ligne

Vente de livres

audionumériques

Agrégateurs

Outils de

recherche

Entrepôt

numérique

techniques

Faibles

Faibles

Moyennes à

élevées 12

Élevées

Nulles

Nulles

Élevées

des exigences et retombées

Exigences

organisationnelles

Nulles

Nulles

Faibles

Faibles

Faibles

Faibles

Élevées

Investissement

financier

Moyen

Faible

Moyen à éle

Éle

Faible

Nul

Éle

Synthèse

31

Appropriation

du numérique

Faible

Nulle

Faible à élevée

Moyen

Nulle

Nulle

Élevée

12 Selon le ou les formats numériques produits. La production de fichier PDF ne nécessite pas beaucoup

plus d’expertises techniques que celles déjà à la disposition des éditeurs. Par contre, la production de PDF

selon les spécifications des différents matériels de lecture (Mobipocket, eReader de Sony, Illiad de IREX,

etc.) commande une expertise technique plus approfondie et des moyens financiers à l’avenant.


32

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

LES ASPECTS JURIDIQUES DE LA DIFFUSION

DE LIVRES SUR INTERNET

Les éditeurs de livre doivent assurer une présence contrôlée de leurs œuvres

sur le Web s’ils veulent éviter une distribution illicite et anarchique de celles-ci, les

privant ainsi des profits associés à la vente d’exemplaires de telles œuvres.

Plusieurs choix s’offrent à eux et la mise en ligne peut se faire selon plusieurs

modèles d’affaire. Quel que soit le modèlelectionné, il va de soi que

d’importantes considérations juridiques doivent être étudiées. Sur ce plan, certains

réflexes doivent être développés afin d’éviter certains pièges. Concernant la

question des contrats d’édition, il est utile de rappeler que le droit québécois

reconnaît le principe de la liberté contractuelle, ce qui signifie qu’il appartient aux

parties de décider si elles désirent réellement accepter les conditions du contrat.

Ce principe doit être à l’esprit de l’éditeur tant lorsqu’il contracte avec les auteurs

qu’avec les agrégateurs et libraires.

Questions relatives aux contrats d’édition

D’abord, il faut s’assurer que les contrats avec les auteurs permettent la mise en

ligne et le modèle de distribution prévu. Avant même de penser diffuser en ligne

certaines œuvres littéraires, un éditeur doit s’assurer détenir les droits nécessaires à

une telle distribution ou diffusion. Un éditeur devra obtenir l’accord de l’auteur de

l’œuvre avant de la diffuser via Internet, même si cette diffusion est contrôlée par

un système d’abonnements. Le transfert complet des droits d’auteurs sera même

nécessaire pour la diffusion via certains agrégateurs ou certaines librairies

numériques.

Tout contrat devra également tenir compte du modèle d’affaire sélectionné par

l’éditeur quant à la rémunération de l’auteur. Il appartient à l’éditeur de négocier

avec chaque auteur la rémunération associée à chacun de ces types de copies, que

ce soit, par exemple, le paiement d’une somme forfaitaire pour avoir un accès


Synthèse

illimité à toutes les œuvres disponibles sur le serveur ou le versement d’un

montant périodique selon le nombre d’exemplaires numériques consultés durant

cette même période

Au-dedu contrat, il faut savoir que, dans plusieurs juridictions (le Canada et

la France, par exemple), les auteurs possèdent certains droits qui sont incessibles.

Ces droits (droits moraux) assurent à l’auteur un certain contrôle sur l’utilisation

qui peut être faite de son œuvre. Un auteur canadien pourrait ainsi invoquer ses

droits moraux pour empêcher la numérisation de son œuvre, d’où l’importance de

prévoir celle-ci au contrat.

La mise en ligne d’une œuvre rendant celle-ci accessible à travers le monde, il

faudra s’assurer d’avoir le droit exclusif de distribuer l’œuvre. Des ententes avec

d’autres éditeurs prévoyant une répartition territoriale deviennent inconséquentes

sur Internet puisque l’internaute européen peut très facilement avoir accès à un

site canadien et vice-versa. Un éditeur n’ayant qu’un droit de distribution au

Canada pourrait se faire reprocher d’avoir outrepassé ses droits en diffusant sur le

Web puisqu’il rend l’œuvre accessible partout à travers le monde

Contrats avec les distributeurs « classiques » (librairies et autres)

Dans la même veine, si l’éditeur accorde l’exclusivité de vente sur un territoire

donné à un libraire, il va de soi qu’il ne pourra permettre la diffusion numérique

d’oeuvres sur ce même territoire. Il est important de ne pas accorder de

monopole de distribution en ligne à une seule entreprise afin d’assurer une plus

grande diffusion de nos œuvres.

La diffusion via le Web implique la signature de nouveaux contrats avec de

nouveaux intervenants, ce qui demande une attention certaine. Par exemple, il

importe de s’assurer qu’un contrat avec un distributeur est bel et bien un contrat

de distribution et nom une cession de droit. De même, il serait utile de préciser

33


34

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

dans le contrat les limites de l’utilisation du nom et de la marque de commerce

des éditeurs pour faire la promotion de leurs œuvres.

Tout autant d’attention doit être portée pour la relation contractuelle existante

entre la librairie en ligne et l’éditeur. Notamment, si l’ouvrage est livré en format

numérique, le format choisi doit posséder les protections nécessaires afin

d’assurer que l’œuvre ne puisse être reproduite ou partagée par l’utilisateur sans le

consentement de l’éditeur. Cela n’épuise pas le sujet, car ilfaut penser aux ententes

contractuelles concernant, par exemple, des services comme search inside de

Amazon, les agrégateurs, les outils de recherche ou l’entrepôt numérique.

À chaque fois, la problématique, le statut des acteurs et les enjeux diffèrent et

doivent faire l’objet d’un traitement spécifique.

L’accès international aux œuvres publiées

L’aspect international d’Internet entraîne des conséquences tant au niveau des

droits d’auteur que de la responsabilité pour le contenu distribué. Comme

Internet rend les œuvres accessibles partout à travers le monde, il faut tenir

compte du fait que cela risque de rendre des œuvres accessibles dans certains

États où il deviendrait impossible de défendre ses droits. Il pourrait s’avérer utile

d’interdire contractuellement la reproduction d’une œuvre, et ce, avant le

téléchargement ou la visualisation de celle-ci, ou encore, de prévoir des

mécanismes pour informer le lecteur des conditions d’utilisation de l’œuvre et lui

permettre de payer les droits de reproduction si tel est l’usage qu’il compte en

faire.

Si le droit d’auteur est différent d’un pays à l’autre, c’est également vrai pour les

autres sphères juridiques, notamment en matière de protection des

renseignements personnels et de vie privée, de diffamation, de contenus

criminalisés et autres contenus illicites. Notons que, dans la majorité des États


Synthèse

(dont le Canada et les États-Unis), l’éditeur sera le premier responsable du

contenu des œuvres publiées. Qui plus est, la librairie numérique échappera

normalement à toute responsabilité (Canada, Etats-Unis, Europe). Cela démontre

l’importance, pour l’éditeur, d’assurer un contrôle sur l’accessibilité des textes mis

en ligne. Un tel contrôle devrait être prévu au contrat.

Ces remarques visent à souligner que l’aspect international du réseau implique

de nouvelles réalités juridiques tant en matière de droit d’auteur que de

responsabilité. Les risques associés à la mise en ligne de contenus devront donc

faire l’objet d’une étude particulière. Pensons à la protection des renseignements

personnels, à la divulgation des secrets d’État, à la diffamation, au plagiat et aux

citations, ainsi qu’aux contenus criminalisés.

Dans l’ensemble, il n’est pas question de conseiller ou déconseiller la signature

d’ententes de distribution d’œuvres en format électronique, mais plutôt de mettre

en évidence les risques associés à la signature de telles ententes afin de permettre

d’effectuer un choix éclairé en toute connaissance de cause.

LES PROGRAMMES GOUVERNEMENTAUX

L’analyse des interventions publiques permet de conclure que le paradigme qui

a présidé à la conception et à l’instrumentation des programmes visant l’édition,

c’est celui du livre imprimé. Il serait dorénavant judicieux d’éviter que les

formulations un peu vieillies, face à de nouveaux enjeux et défis, viennent

décourager ou inhiber des initiatives et de nouvelles pratiques dans l’édition. Il ne

s’agit pas de déplacer le curseur d’un pôle à l’autre, mais plutôt de reconnaître, de

façon assez générale, la diversité des formes de matérialité du livre et d’en rendre

compte dans les critères d’admissibilité aux programmes.

Un effort a été fait, dans certains cas, pour reconnaître les versions numériques

ou audionumériques, mais il convient de s’interroger sur le préalable de l’existence

35


36

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

première de l’ouvrage en version imprimée conventionnelle. Il serait important de

tester l’interprétation à donner à la terminologie de tous les programmes afin de

leur permettre de soutenir l’édition du livre, mais en assurant qu’aucune initiative

structurée pour développer de « nouvelles physionomies » ne soit exclue

d’emblée. Par exemple, comprend-on de la même façon la notion de multimédia,

pourquoi le produit dérivé soit-il être physiquement lié à l’objet livre, etc.

Le programme le plus obtus sur ce point est sans conteste celui des crédits

d’impôt remboursables du gouvernement du Québec. Mais, de façon générale, on

peut comprendre que les pouvoirs publics ont cherché à répondre à l’évolution du

milieu au mieux et qu’il n’y a pas une vision d’école qui s’opposerait au monde

numérique. À la veille d’entreprendre un certain tournant, en assimilant davantage

le monde numérique dans les processus de production et de commercialisation, il

serait approprié d’apporter une attention aux règles des concours afin de donner à

ces programmes tout leur potentiel pour supporter l’innovation et l’esprit

d’entreprise, tout en ne compromettant pas les voies les plus usuelles, à ce jour, de

penser et de travailler l’édition.

L’élaboration de nouveaux processus numériques devrait davantage être

valorisé. Dans le contexte actuel, cette dimension des choses serait assimilée à la

notion de logiciel, mais en même temps serait, sous ce vocable et avec les

contraintes associées, très mal desservie. Il ne s’agit pas tant là de commercialiser

un nouveau logiciel, mais de se donner les outils numériques pour établir un

protocole de travail et la jonction de ceux-ci dans un processus de production qui

exploite le potentiel du numérique pour produire soit des objets physiques (livres,

cédérom, dévédérom, cassettes, etc.) soit des fichiers numériques (livrel, livres

audionumériques, fichiers MP3, etc.). Ce travail est tout à fait essentiel et devrait

susciter l’intérêt des pouvoirs publics tout autant que des éditeurs.


Synthèse

Avec les volets de programme destinés au développement (recherche, stages),

ou ceux ouverts aux actions ou démarches collectives, il y a une « fenêtre

d’opportunité » non négligeable pour concevoir des projets à la fois innovateurs et

à retombées collectives (tout en étant menés par un regroupement d’acteurs).

Cette possibilité, que l’on se doit d’utiliser au mieux pour le numérique, est une

occasion pour faire une avancée importante, en termes de processus, de

commercialisation et de convergence des acteurs. À ce propos, le cadre de travail

présenté par le gouvernement fédéral est déjà mieux adapté, encore qu’au Québec

des actions publiques hors programme sont sans doute plus envisageables.

La présentation d’un projet d’envergure et supporté par un regroupement

représentatif des éditeurs, tout en étant innovateur et porteur au plan de la

diffusion nationale et internationale, peut retenir l’attention des pouvoirs publics

au Québec. Sa correspondance avec les priorités culturelles et de rayonnement

international — parce que le numérique franchit les frontières et les obstacles de

tous ordres, que l’imprimé a toujours eu du mal à contrer — peut susciter un

intérêt qui à ce jour n’est pas annoncé, encore moins « formaté » dans un

programme en bonne et due forme.

Du côté fédéral, le programme de la Chaîne du livre arrive à son terme à la fin

de cette année. Les crédits devraient rester à la même hauteur, encore faut-il qu’ils

soient canalisés dans des créneaux porteurs. C’est en ce sens, que le temps presse

pour faire valoir des priorités dont pourrait bénéficier le plus grand nombre. Dans

la logique des dernières années, il s’agirait d’ouvrir un nouveau chantier en mesure

de s’appliquer au plus grand nombre (donc à l’industrie) et de profiter à la gestion,

à la diffusion et à la rentabilité du métier d’éditeur et à tous ses artisans. L’heure

est à réfléchir à un projet, aussi systémique dans ses effets, mais qui ouvrirait la

voie à l’intégration du numérique dans les processus d’édition et de diffusion du

37


38

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

livre. Et la question qui reste constante porte sur la capacité de définir une

démarche conjointe pour l’ensemble du Canada.


Chapitre 1

L’édition de livre,

de l’imprimé au numérique

L’imprimé n’est pas né avec l’imprimerie et l’impression n’est pas né avec

l’imprimerie. L’imprimé xylographié ou imprimé apparaît au tournant du XVI e

siècle après une période d’adaptation et après avoir copié le codex manuscrit qui

lui-même avait copié le volumen et sa calligraphie particulière. L’imprimé se

détache de l’écriture manuelle et s’impose d’abord avec le livre en développant

l’écriture mécanique par l’intermédiaire de la typographie. Le livre jusqu’à nos

jours est issu de ce modèle dit de « Gutenberg » qui utilise le papier comme

support pour y représenter des textes et des illustrations afin d’y projeter les

différentes expressions de l’âme humaine avec l’intention de laisser une trace sur

un support palpable, analogique, naturel, même s’il est le fruit d’un travail de

transformation de l’être humain. Avec l’apparition du numérique au XX e siècle,

nous assistons au bouleversement de la chaîne du livre, dans ses composantes et

dans leur articulation. La chaîne du livre, c’est également les ressources nécessaires

à la production du livre et à la mise à disposition du livre auprès des lecteurs, d’où

l’émergence d’une nouvelle économie numérique dans le secteur du livre.

LE LIVRE ET LE NUMÉRIQUE

Il y a plusieurs manières de traiter de la question du livre et du numérique. Il y

a la sociologie des pratiques de lecture, l’histoire longue de la culture écrite, et

particulièrement du livre, et enfin l’économie de l’édition. Sur ce dernier plan, on


40

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

serait tenté de parler d’une « crise à l’intérieur de l’édition traditionnelle… » 13 .

Limitant son analyse au secteur des sciences humaines, des essais, des livres de

savoir et de la fiction, Chartier considère que la décennie 1990 a été une décennie

de recul, de recul du nombre global de volumes vendus pour les sciences

humaines et sociales et pour l’ensemble de la littérature qu’on appellerait d’essais

ou de savoir – et de recul du nombre d’exemplaires vendus pour chaque titre. Ce

recul a été accompagné, paradoxalement, par l’accroissement du nombre de titres

publiés, ce qui témoigne de la volonté de trouver de nouveaux marchés, de

nouveaux publics, à travers de nouvelles formes pour compenser le recul du

nombre d’exemplaires vendus, donc finalement publiés par titre, qui entraîne le

recul global du nombre de volumes vendus.

Le numérique apparaîtrait comme la voie de solution à cette crise, dans la

mesure où il présenterait un environnement alternatif capable de résoudre le

problème de la rentabilité du livre imprimé. On constate d’ailleurs que, dans le

secteur des livres spécialisés issus du monde de la recherche et des scientifiques

— et nous limitons les considérations à ce seul secteur pour le moment —, le

monde numérique semble avoir plus de prise dans la production et la diffusion de

ouvrages. Pensons aux livres d’érudition ou aux études monographiques, ou

encore aux encyclopédies (l’Encyclopeida Britannica ou l’Encyclopedia Universalis), qui

sont proposées sous forme numérique. La réduction du coût, la meilleure

conservation des documents, la facilité des mises à jours et la commodité de la

consultation pour une lecture de recherche, de confrontation, de croisement, avec

la navigation hypertexte, interactive, avec un enrichissement possible avec des

contenus multimédias, sont des arguments souvent avancés pour expliquer une

telle pratique. L’inconvénient majeur reste l’inconfort de la lecture, mais le papier

numérique, inventée en 1997 par le MIT, devrait régler ce problème.

13 Chartier Roger, Les métamorphoses du livre, sur les rendez-vous de l’édition : le livre et le numérique, 8 janvier 2001.


L’édition de livre, de l’imprimé au numérique

Cet aspect du monde numérique n’est pas séparé du contexte de l’édition

classique car ces réalisations peuvent être prises en charge par des institutions ou

des éditeurs classiques. Cette perspective est une perspective de cohabitation car

l’augmentation de la visibilité de la version numérique d’un document

s’accompagne souvent de l’augmentation de la diffusion de ce même document

sous forme papier.

De nouvelles pratiques éditoriales seraient difficiles à imaginer sans Internet et

l’« espace » de communication qu’il crée 14 . Pareil à cet espace, le marché de

l’édition numérique est infini. Avec l’impression numérique, on pouvait dire

qu’« avant on imprimait et on diffusait [depuis] on diffuse et on imprime ». Avec

l’environnement numérique, on peut imaginer que nous n’avons plus besoin

d’imprimer. Cet « univers à finalités ouvertes », que représente Internet, s’enrichit

au fur et à mesure qu’une personne intègre le réseau et sa nouvelle réalité

virtuelle 15

. Un des premiers sens d’Internet a été d’exprimer une remise en cause

de « l’espace public » 16 , compris comme le « type idéal » 17 d’un espace social où

l’opinion publique, constituée grâce à l’imprimé et la presse d’opinion, se crée par

la discussion, l’argumentation et « l’usage public du raisonnement ». Le processus

de diffusion des savoirs dans ce « nouveau monde numérique » 18 remplace

l’imprimé et la presse d’opinion classique en devenant le nouveau « quatrième

pouvoir » décrit par Edmund Burke comme un des quatre piliers de la démocratie

14

Charlotte Nikitendo et de Peter Stockinger (dir.), « La publication en ligne », Les cahiers du numérique,

volume 1, n° 5.

15

Guy Millière, La septième dimension, le nouveau visage du monde, éditions du Rocher, 2007, p. 19.

16 Habermas Jürgen, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la

société bourgeoise, Paris, Payot, 1992 (1 er édition : 1978), 324 pages.

17 Pignard-Cheynel Nathalie, La communication des sciences sur Internet, stratégies et pratiques, thèse présentée en

vue de l’obtention du doctorat en Sciences de l’information et de la Communication, soutenue

publiquement le 17 décembre 2004, Université Stendhal Grenoble 3.

18 Boismenu Gérard et Guylaine Beaudry, Le nouveau monde numérique, le cas des revues universitaires, Les Presses

de l’Université de Montréal, 2002.

41


42

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

occidentale. Christian Vandendorpe 19 insiste aussi sur la façon dont notre

civilisation crée, emmagasine et transmet le savoir au seuil d’une civilisation de

l’information qui s’appuie, en réponse à la révolution individuelle contemporaine

qui entraîne une modification de l’imaginaire, sur une nouvelle forme de lecture et

une nouvelle forme d’écriture. Cela dit, l’écrit reste cependant le moyen qui

permet la communication à distance, dans le temps ou l’espace, propre à la

communication indirecte.

L’écrit est né de l’image ; à ce titre, les technologies de l’information permettent

la fusion de l’image avec le son et la vidéo, et remettent l’homme dans les

conditions de l’oralité et du langage propre à la communication directe 20

. Cette

révolution de l’écriture « multimédiatique », qui copie la spécificité naturelle de

l’être humain, suscite, dans l’économie émergente de l’édition numérique,

plusieurs défis pour la publication sur Internet. Des défis liés à l’hypertexte et aux

hyperlectures, aux cybertextes et aux méta-éditions où lele de l’éditeur change

ou renaît sous une autre forme. Il y a aussi les défis économiques car de nouveaux

modèles d’affaires et de ventes apparaissent pour les éditeurs.

LA CONCOMITANCE DE LOGIQUES D’ÉDITION

On peut traiter la question dans des termes abstraits et en référence à un

univers analytique transhistorique en s’intéressant à l’évolution du sens et de la

conception de la communication des savoirs et de la création. En soi, cela est d’un

grand intérêt, mais, dans le cadre de cette étude, nous allons plutôt chercher, de

façon pragmatique et dans le temps court (une dizaine d’années), à comprendre

les manifestations d’une transition, marquée à la fois par le mouvement et la

19

Vandendorpe Christian, Du papyrus à l’hypertexte, Essai sur les mutations du texte et de la lecture,

Boréal, 1999.

20

Christin Anne-Marie, L’image écrite ou la déraison graphique, Flammarion, 2001.


L’édition de livre, de l’imprimé au numérique

concomitance du « nouveau » et de l’ « ancien », en gardant à l’esprit la référence à

la réalité canadienne et québécoise.

Dans une étude commanditée par la SODEC, on constate qu’en 2001 près de

4000 nouveaux titres sont publiés chaque année, et avec la production étrangère,

c’est plus de 25 000 nouveautés, qui, tous les ans, sont mis à disposition des

lecteurs dans les rayons des librairies et autres commerces. L’auteur, Marc Ménard

s’interroge sur les effets de l’entrée des nouvelles technologies sur l’ensemble de la

filière du livre. Il constate que, confrontée à la révolution numérique du « tout en

un », la filière du livre relève de deux logiques, celle de la logique éditoriale et celle

du flot 21 . Pourtant, la filière du livre reste tributaire de la logique éditoriale, en

référence au rôle central que joue l’éditeur ou le producteur, intermédiaire qui

assure la jonction entre la fonction de création des contenus et celle de la

production matérielle et de la reproduction industrielle des œuvres. Le rôle de

l’éditeur est de choisir, fabriquer et distribuer le livre selon les modalités d’une

politique éditoriale. L’édition est tout de même passée d’un stade relativement

artisanal à un stade industriel. Comme toute industrie, elle est traversée par des

mouvements contraires, marqués par la concurrence et par une différenciation de

la taille des entreprises et des groupes. Comme toute industrie, le milieu n’est pas

homogène, tout en étant conditionné par les savoir-faire d’un métier lié à la

création. L’éditeur échappe difficilement à son rôle de gestionnaire, mais on

s’attend à ce qu’il remplisse tout autant un rôle intellectuel.

Il est bon de rappeler les grandes étapes de production d’un livre, tout en

introduisant des éléments de l’impact du numérique sur la chaîne graphique du

livre. Ici on est dans une relation : Auteurs – manuscrits – soumission par voie

postale ou échanges électroniques exclusivement avec éditeurs.

21 Marc Ménard, Les chiffres des mots, Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), 2001.

43


44

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Tableau 2 - Les grandes étapes de production d’un livre 22

PRÉ-PRESSE : Mise au point du texte FRAIS FIXES

- Gestion des informations ( qualité des saisies, récupérations initiales, contrôle de

transmission, bases de données)

- fichier de traitement de texte (word) compatibilité

- numérisation éventuelle

- stockage

- création de jeu de maquettes

- préparation feuilles de style

- relecture

- correction

- conversion PAO

- logiciels Quark Xpress, Illustrator, photoshop, FrameMaker, PageMaker, Indisigne

- Mise en page PAO

- Insertion des corrections

- Insertion des illustrations éventuelles

- Préparation du format d’imposition

- Fabrication du livre papier à la demande (PDF pour envoyer vers l’imprimeur)

ou sous forme numérique

- Suivi de production et contrôle qualité

- PRESSE & IMPRESSION FRAIS VARIABLES

- Photogravure sur film ou sur écran (computer to press & computer to paper)

- Presse & imprimerie classique ou à la demande

- Papier intérieur / couverture

- Façonnage classique ou intégré (xerox)

- Suivi de production et contrôle qualité

ÉDITION NUMÉRIQUE FRAIS FIXES

Mise en ligne et hébergement : distribution numérique

- création livre numérique

- table des matières interactive

- fenêtres de repères interactifs

- couverture numérique

- enrichissement types notes interactives

- création des éléments HTML pour mise en ligne

- Suivi de production et contrôle qualité

22 Tableau adapté à partir du schéma proposé par Jérôme Encrevé, webmaster chez 00h00, société crée en

1998 et fermée en 2002, utilisé en 2000 par Charlotte Nikitenko dans son article « De l’édition

traditionnelle à l’édition numérique » dans Les cahiers du numérique, vol. 1, – n° 5, 2000.


FINITION & DISTRIBUTION

- Par voie de livraison postale

- Par Internet et voie numérique ou électronique

- Suivi de production et contrôle qualité

L’édition de livre, de l’imprimé au numérique

Par opposition à la logique éditoriale, la logique de flot est celle qui régit la mise

à disposition des produits par la diffusion massive et simultanée à un grand

nombre de consommateurs (cas de la radio et de la télévision, où lele central

est joué par le programmateur). Dans la logique de réseau ou de « club privé »,

c’est le distributeur (câblodistributeur, opérateur de service par satellite, par

micro-ondes, etc) qui compose un catalogue ou un bouquet de services, qu’il offre

aux consommateurs de services de base et additionnels, en contrepartie du

paiement d’un abonnement mensuel ou contre un paiement supplémentaire. Cette

logique occupe une plus grande place avec l’intégration du numérique dans la

chaîne du livre.

L’intérêt de plus en plus grand du livre numérique est conditionné par des

changements dans les attentes, les compétences et les pratiques de lecture d’un

certain nombre de lecteurs. Pour l’heure, il y a cohabitation du monde de

l’imprimé et de celui du numérique. Cette cohabitation passe par la conjonction

de ces deux univers au sein d’une même entreprise ou d’un même éditeur, ou par

l’émergence de nouveaux acteurs institutionnels entièrement dédiés à de nouvelles

pratiques issues de l’univers numérique. Le livre numérique apparaît comme un

ouvrage conservé, échangé ou publié sous forme de fichier numérique, et pouvant

être diffusé sur différents supports (papier de façon minoritaire, Internet,

Cédérom, livrel, papier numérique). Le monde numérique apparaît

paradoxalement comme un soulagement possible à la crise de l’édition

conventionnelle.

45


46

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Dès 2004, la numérisation croissante des contenus dans les secteurs

traditionnels et l’interpénétration rapide de la radiodiffusion, de l’édition et des

services audiovisuels créent de nouveaux produits pour l’exploitation de contenus

numériques, notamment sur les marchés grand public. Ils se présentent sous la

forme de données, de textes, de musique, de films et d’images, dont la distribution

est assurée via de nouvelles techniques et de nouvelles formes d’édition

numérique 23 . La logique de flot se cale très bien dans ce domaine en pleine

expansion.

Avec l’édition numérique, le travail de l’éditeur pourrait se polariser sur une

station informatique et de nouveaux schémas d’organisation et de gestion. Il s’agit

de mettre en place un site, un lieu virtuel qui réunit la maison d’édition et la

librairie, où se tient l’entreprise. Le livre ou l’article présente des caractéristiques

particulières lorsqu’il est diffusé via le web. Il peut se présenter sous plusieurs

formats de fichier afin d’être téléchargé sur l’ordinateur, le lecteur livrel, le iPod

ou le iPhone de l’utilisateur, et être acheté par un mode rapide grâce au courrier

électronique. On s’affranchit ici des étapes de productions traditionnelles lors de

l’impression conventionnelle ou à la demande : pas de film, pas de délai, pas de

coût de calage. L’édition numérique transforme la chaîne traditionnelle de

production du livre. Le tableau qui suit prête à discussion (prenons le comme une

occasion à exploiter), mais il propose une comparaison des tâches mobilisées pour

la conception et la fabrication d’un livre imprimé en relation au livre numérique

diffusé par téléchargement.

23 Technologie de l’information et des communications, Perspectives des technologies de l’information

2004, principales conclusions, OCDE, 418 pages, 2004.


L’édition de livre, de l’imprimé au numérique

Tableau 3 – Comparaison des tâches pour la conception et la fabrication

d’un livre imprimé et d’un livre numérique 24

Étapes de réalisation Chaîne traditionnelle

du livre imprimé

Téléchargement

Prémaquette & gabarits nécessaire Inutile ou inapplicable

Maquette standard Inutile ou inapplicable nécessaire

Achat de texte / Droits d’auteurs nécessaire nécessaire

Documentation Optionnel Optionnel

Traduction Optionnel Optionnel

Réécriture Optionnel Optionnel

Préparation de copie Nécessaire Optionnel

Corrections d’épreuves Nécessaire Nécessaire

Maquette Nécessaire Inutile ou inapplicable

Création lignes de code Inutile ou inapplicable Nécessaire

Enrichissement (interactivité) Inutile ou inapplicable Nécessaire

Transcodage Nécessaire Inutile

Mise en page / conversion au

format Postcript ou PDF

Nécessaire Nécessaire

Flashage / Films Nécessaire Inutile

Recherche iconographique Optionnel Optionnel

Frais de prises de vue/tirages Optionnel Optionnel

Droit d’agence Optionnel Optionnel

Droits de reproduction Optionnel Optionnel

Dessinateur Optionnel Optionnel

Illustrateur Optionnel Optionnel

Infographiste Optionnel Optionnel

Numérisation des documents Inutile Nécessaire

Photogravure

(épreuves, retouches)

Nécessaire Inutile

24 Libre adaptation du tableau proposé en 2000 par Charlotte Nikitenko dans son article « De l’édition

traditionnelle à l’édition numérique » dans les cahiers du numérique volume 1 – n° 5 – 2000.

47


48

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Papier

(corps d’ouvrage / hors texte)

Nécessaire Inutile

Maquette Nécessaire Inutile

Maquette stantard Inutile Nécessaire

Composition Nécessaire Nécessaire

Recherche iconographique Optionnel Optionnel

Droit d’agence Optionnel Optionnel

Illustrateur Optionnel Optionnel

Photogravure Optionnel Inutile

Support d’impression Nécessaire Inutile

Régularité des mises à jour Inutile Nécessaire

Information Nécessaire Inutile

logistique Nécessaire Inutile

Définition de l’office Nécessaire Inutile

Décision de tirage Nécessaire Inutile

Imposition & photogravure Nécessaire Inutile

Montage film Nécessaire Inutile

Calage (gâche et passe) Nécessaire Inutile

Roulage (gâche et passe) Nécessaire Inutile

Montage Nécessaire Inutile

Calage (gâche et passe) Nécessaire Inutile

Roulage (gâche et passe) Nécessaire Inutile

Pelliculage Optionnel Inutile

Refente Nécessaire Inutile

Pliage Nécessaire Inutile

Assemblage Nécessaire Inutile

Pose de la couverture (thermocollée,

agrafée, cousue, reliée.etc)

Nécessaire Inutile

Suppléments (signets, gardes, etc) Optionnel Inutile

Mise sous film à l’unité Optionnel Inutile


L’édition de livre, de l’imprimé au numérique

Mise sous film en nombre Optionnel Inutile

Mise sous caisse en carton Optionnel Inutile

Mise sur palette avec film plastique Optionnel Inutile

Impression et pose d’étiquette Optionnel Inutile

VPC Optionnel Inutile

Déchargement via le réseau Inutile Nécessaire

Vente directe Optionnel Inutile

Grande distribution Optionnel Inutile

Librairies et autres points de vente Optionnel Inutile

Bibliothèques Optionnel Inutile

Stock éditeur Nécessaire Inutile

Traitement des retours Nécessaire Inutile

Certains pourraient voir dans l’édition numérique une réduction importante

des coûts de fabrication et un motif pour faire cet apprentissage. Cela ne saurait

épuiser la question, d’autant plus que, dans le court terme, le numérique peut se

présenter comme étant à l’origine d’un engagement financier majeur. Il reste que

les enjeux financiers sont importants et se présentent au moins comme un

déplacement des postes et des flux d’investissement. On assiste à une baisse

sensible des coûts de gestion, comme des coûts de fabrication ou de stockage des

biens « physiques » livres. Mais le numérique impose aussi son florilège de coûts, à

commencer par la maîtrise des savoir-faire dans un champ en constante

découvertes et avancées, avec des normes imparfaitement établies, que ce soit

pour la production, la diffusion et la conservation à long terme du fonds éditorial.

REFONTE ET TRANSPOSITION DES MÉTIERS DE L’ÉDITION

La refonte des métiers de la chaîne du livre se fait naturellement par un

transfert d’un support à un autre. La maison d’édition numérique s’affranchit dans

un premier temps d’abord des contraintes du point de vue commercial de la

chaîne économique traditionnelle du livre. Celle-ci offre aussi la possibilité de

49


50

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

recevoir son livre de façon virtuelle en version numérique et non plus seulement

en version papier. Les liens entre le producteur et le consommateur sont plus

étroits, voire directs. Le travail de la prépresse dans le numérique reste le même

que pour un éditeur traditionnel sur papier. On retrouve la réception et la lecture

des manuscrits en comité de lecture, la relation avec les auteurs jusqu’au BAT, la

préparation de la copie, la correction des épreuves papier, le bon à télécharger ou

BAT. Les exigences sont les mêmes et l’expérience est nécessaire même si le

support à changé. Les délais de publication sont plus rapides. L’édition numérique

nécessite de construire des politiques éditoriales et marketing, innovantes en

amont et en aval de la chaîne de production du contenu 25 . Mais les contenus

demandent toujours à être travaillés, contrôlés, ciblés. Les compétences des

anciens métiers traditionnels associés à l’imprimé restent donc nécessaires à la

fabrication du livre numérique.

Les différents niveaux de réalisation éditoriale comprennent les auteurs, le

directeur éditorial, le secrétaire d’édition, les correcteurs, les conseillers, les

lecteurs, la recherche iconographique, les graphistes, les maquettistes, les

illustrateurs, la recherche documentaire, les services commerciaux et

promotionnels. Que l’entreprise édite des livres imprimés ou sous forme

numérique, elle ne peut faire l’économie de tels profils.

Pour cerner les tenants et aboutissants de ces transformations et de leurs

significations pour l’éditeur de livres imprimés, tout en mettant l’accent sur les

acteurs, nous avons pris le parti de retenir un angle d’attaque qui permet de

centrer la discussion en termes pragmatiques. Sept modes de commercialisation

du livre ont été repérés dans notre environnement. Chacun ne fait pas la part aussi

25 W. Menvielle, D. Pettigrew et Jocelyn D. Perreault, La synergie communicationnelle de l’entreprise ou comment

intégrer Internet dans la stratégie de communication de l’entreprise : une étude de cas exploratoire en PME, 6° Congrès

international francophone sur la PME, HEC Montréal, octobre 2002.


L’édition de livre, de l’imprimé au numérique

belle au numérique, mais chacun participe à la caractérisation de l’état des lieux et

des tendances qui se profilent. Ces sept modes reviendront transversalement dans

les chapitres qui suivent, comme autant de façon de poser les questions

techniques, organisationnelles, juridiques, économiques, stratégiques, etc. qui

interpellent l’éditeur de livre. Il s’agit : de la vente de livres sur le site Web de

l’éditeur, de la vente de livres imprimés par les libraires en ligne, de la vente de

livres numériques par les libraires en ligne, de la vente de livres audionumériques,

des agrégateurs, des outils de recherche et, finalement, de l’entrepôt numérique.

51


52

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique


Chapitre 2

Tendances et enjeux techniques

Le chapitre porte sur les tendances lourdes qui favorisent le développement et

l’adoption du livre numérique ainsi que sur l’état de la situation des technologies

numériques utilisées par l’industrie de l’édition dans le monde occidental, en

particulier concernant l’édition de livres. Nous présentons un inventaire des

principales normes et technologies existantes d’intérêt pour cette industrie, ainsi

que des services potentiellement disponibles. Finalement, nous proposons des

recommandations portant sur les orientations à privilégier quant aux normes et

aux technologies, ainsi que la conversion à ces normes des livres imprimés et

numériques existants, incluant l’archivage.

Le chapitre se limite à l’édition des livres, par opposition à l’édition des

journaux et de périodiques. La notion de livre est prise dans son sens large. C’est-

à-dire, qu’un livre peut être composé de textes de différents formats éditoriaux, de

figures, de tableaux, d’images et éventuellement, de sons, de courts-métrages, etc.

Les normes et technologies dont il est question dans cette étude sont utilisées

pour l’encodage selon différents formats numériques dans les différentes étapes

de la production des livres. Cette étude cible plus spécifiquement les normes et

standards de l’édition numérique d’ouvrages diffusés dans Internet. Cela implique

que les normes et technologies pour le matériel informatique de numérisation

ainsi que pour les logiciels de mise en page ne sont pas visées par cette étude.

TENDANCES DE L’INDUSTRIE

Cette section présente les variables structurantes relatives au domaine en pleine

évolution qu’est l’industrie du livre, en particulier dans le secteur des technologies

numériques. Ces variables « structurantes » correspondent à des facteurs socio-


54

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

économiques (i.e. : sociaux, professionnels, économiques, culturels, etc.) qui

peuvent influencer nos jugements (critères de choix). Ces variables devraient avoir

une influence certaine sur le choix des orientations technologiques auxquelles

sont et seront de plus en plus confrontées les acteurs de l’industrie du livre en

général, dont les maisons d’édition.

Le concept Web 2.0

Le terme Web 2.0 est un mot à la mode faisant partie d’une jargonnerie

courante, mais il représente tout de même une nouvelle façon de concevoir le

Web. Le concept de Web 2.0 est apparu il y a quelques années, à la suite d’une

séance de remue-méninges entre O’Reilly et Medialive International 26 . Dale

Dougherty, pionner du Web et vice-président de O’Reilly, y notait que le Web

n’avait jamais été aussi important et que nombre de nouveaux sites et applications

à caractères innovants apparaissaient avec une régularité déconcertante (ex. :

Napster, Wikipedia, Flickr).

Dans sa conception originale, le Web (nommé dans ce contexte le « Web 1.0 »)

comprenait des pages Web statiques qui étaient rarement mises à jour, voire

jamais. Les succès de ces nouvelles applications se basaient souvent sur un Web

dynamique (parfois appelé « Web 1.5 »), où des systèmes de gestion de contenu

servaient des pages Web dynamiques, créées à la volée à partir d’une base de

données. Le Web était considéré principalement comme un outil de diffusion et

de visualisation de données, où des aspects comme le nombre de pages vues et

l’esthétique revêtaient une très grande importance.

Les partisans de l’approche Web 2.0 pensent que l’utilisation du Web s’oriente

de plus en plus vers l’interaction entre les utilisateurs et la création de réseaux

sociaux. Ces nouveaux sites servent du contenu exploitant les effets de réseaux.

26 http://www.oreillynet.com/pub/a/oreilly/tim/news/2005/09/30/what-is-Web-20.html


Tendances et enjeux techniques

En ce sens, les sites Web 2.0 agissent plus comme des points de présence, ou

portails Web centrés sur l’utilisateur.

Plusieurs idées du Web 2.0 ont été employées sur des sites Web bien avant que

le terme soit employé, ce qui démontre bien la force de cette tendance. Par

exemple, Amazon a permis à ses utilisateurs d’écrire des critiques et des guides de

consommation depuis son origine en 2002.

sont :

Les compétences de bases des compagnies qui évolueront vers le Web 2.0

• offrir des services, plutôt qu’un ensemble de logiciels, avec des

possibilités d’économie d’échelle ;

• avoir le contrôle sur des sources de données uniques, difficiles à

recréer, et dont la richesse s’accroît à mesure que les gens les utilisent ;

• considérer les utilisateurs comme des participants ;

• tirer partie de l’intelligence collective (i.e. : disponibilité de

l’information ainsi que son évolution dynamique) ;

• toucher le marché jusque dans sa périphérie à travers la mise en

place de service « prêt à consommer » ;

• « libérer le logiciel du PC » (i.e. : support d’appareils variés et

mobiles pouvant accéder au Web) ;

• offrir de la souplesse dans les interfaces utilisateurs, les modèles de

développements et les modèles d’affaires.

Ces compétences représentent une tendance lourde du Web. Tendance qui va

certainement influencer le choix des orientations technologiques des éditeurs de

livres en ce qui concerne leur numérisation et leur distribution via l’Internet.

55


56

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Multiplicité des dispositifs d’affichage

Les contenus des sites Web sont de plus en plus fragmentés, du point de vue

technique, en raison de l’émergence à un rythme de plus en plus rapide d’appareils

très différents étant offerts sur le marché (ex.: PC, Cellulaires, appareil livrel,

PDA 27 ) possédant des caractéristiques différentes comme la capacité d’affichage,

la bande passante, le multimédia, le format d’encodage. Ainsi, les fournisseurs

Web créent des sites conçus pour ne supporter qu’un sous-ensemble de ces

appareils (ex. : sites pour cellulaires seulement). Les solutions qui sont utilisées par

les entreprises désireuses de rendre leurs sites Web universellement accessibles à

différents appareils, ainsi que leurs publications, demandent la gestion parallèle de

plusieurs versions d’un même contenu en fonction des différentes capacités

d’affichage des différents appareils. Cette situation entraîne des problèmes de

cohérence de l’information et des coûts importants de production, de gestion et

de contrôle de la qualité. Il y a donc un très vif intérêt de l’ensemble des acteurs

de l’industrie du Web pour régler les problèmes que cause la multiplication des

formats d’encodage, incluant les utilisateurs qui désirent pouvoir consulter tous

les contenus par leur appareil (ex. : appareils livrels).

Intelligence collective 28

Les communications et la diffusion de l’information deviennent de plus en plus

fluides et rapides. Les liens hypertextes sont le fondement du Web. Au fur et à

mesure que les utilisateurs ajoutent du contenu, celui-ci est intégré à la structure

du Web par d’autres utilisateurs qui les découvrent et placent des liens vers ceux-

ci. Telles des synapses formant un cerveau où les associations se renforcent à

27 Un PDA signifie « Personal Digital Assistant » (ex.: Palm Pilot).

28 http://www.oreillynet.com/pub/a/oreilly/tim/news/2005/09/30/what-is-Web-20.html


Tendances et enjeux techniques

force de répétitions et d’intensité, les interconnections du Web se multiplient

organiquement selon l’activité et les contributions de l’ensemble des utilisateurs.

Par exemple, Amazon vend les mêmes produits que des concurrents tels que

Barnesandnoble.com, ils reçoivent les mêmes descriptions de produits, images de

couverture et contenus de la part des éditeurs. Mais Amazon a implanté une

stratégie d’implication du consommateur. Cette compagnie est un cran au-dessus

des autres en ce qui concerne les commentaires des acheteurs, les invitations à

participer (de plusieurs manières et sur quasiment toutes les pages) – et plus

important encore, ils se servent de l’activité des utilisateurs pour affiner les

résultats de leurs recherches. Alors que les recherches de Barnesandnoble.com

poussent les utilisateurs vers ses propres produits ou vers des résultats

commandités, Amazon renvoie toujours vers « les plus populaires », une notion

calculée en temps réel non pas à partir des ventes mais à partir de ce que les gens

d’Amazon appellent le « flow » (i.e. : le nombre d’accès) autour des produits. Il n’y a

donc rien d’étonnant à voir la croissance des ventes d’Amazon dépasser celles de

ses concurrents.

Le potentiel des données

Les concepts Web 2.0 indiquent qu’au cours des prochaines années, la

puissance des services proposés aux clients sera liée à l’importance du volume, à la

qualité et à la structuration des données. Toutes les applications Web

d’importance sont liées à une base de données spécialisée : la base d’exploration

Google, l’index de Yahoo, la base de produits Amazon, la base d’utilisateurs d’eBay, la

base de cartes de MapQuest, pour ne donner que quelques exemples. La gestion de

base de données est le cœur du métier des sociétés du Web 2,0, à tel point qu’on

donne parfois à leurs applications le nom d’ « infoware » plutôt que software (ndt :

« infogiciel » plutôt que logiciel).

57


58

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

La situation d’Amazon est cependant plus contrastée. Tout comme ses

concurrents (BarnesandNoble.com par exemple), sa base de données d’origine

provient du fournisseur de registre ISBN RR Bowker. Mais à la différence de

MapQuest, Amazon améliore sans cesse ses données, en ajoutant du contenu

provenant des éditeurs 29 , par exemple. Plus important encore, les éditeurs sont

invités à évaluer les données, de telle sorte que maintenant, c’est Amazon et non

plus Bowker, qui est devenu la référence en matière ressources bibliographiques

pour les universitaires, les bibliothécaires et les libraires. Amazon a aussi introduit

son propre système d’identifiant, le « ASIN », qui correspond à l’ISBN lorsqu’il

est présent et crée un code équivalent lorsqu’il n’existe pas. En un mot, Amazon

s’est véritablement doté d’une politique de gestion des données, mais aussi des

fournisseurs de celles-ci.

Comme la montée du logiciel propriétaire a conduit au mouvement du logiciel

libre, il est envisageable de voir le mouvement « des données libres » s’opposer

peu à peu à l’univers des données propriétaires. On peut en voir les premiers

signes dans des projets ouverts comme Wikipedia, la licence Creative Commons, le

mouvement de l’Open Access ou encore dans des projets tels que GreaseMonkey qui

permet à l’utilisateur de s’approprier un peu plus les données envoyées par les

pages Web en en contrôlant l’affichage.

Expérience de lecture satisfaisante

Le consommateur recherche une expérience de lecture se rapprochant de celle

de lecture d’un livre imprimé. Pour l’instant, l’expérience est peu concluante, mais

elle s’améliore peu à peu suite à l’évolution de la technologie et à la sortie de

nouveaux appareils livrels (ex. : eReader de Sony).

29 Les éditeurs faisant affaire avec Amazon peuvent transmettre l’information sur leurs livres sous forme

de métadonnées (ex. : format ONIX).


Tendances et enjeux techniques

Pour beaucoup de gens, il y a une résistance au changement qui opère. Aucun

livrel ne pourra remplacer pour eux la sensation rassurante du papier. Par contre,

cette résistance est quasi nulle chez les générations plus jeunes, celles qui sont

élevées avec les ordinateurs et qui sont moins réfractaires au changement. Ces

férus de technologiques, parce qu’elles sont pour eux une seconde nature, sont

très exigeants face aux nouvelles expériences de lecture 30 .

Il faut également noter les avantages secondaires d’utilisation d’un appareil

livrel, tels que le poids et la dimension par rapport à certains formats de livre ainsi

que la possibilité d’avoir plusieurs livrels stockés dans un seul petit appareil. De

plus, le consommateur expérimente une sensation de lecture privé plus accrue

dans les espaces publics, car l’appareil livrel, contrairement au livre imprimé,

permet à son utilisateur de lire un livre sans que ses voisins puissent facilement

savoir quel en est le titre.

Micro-commerce

Les compagnies qui sont présentes sur Internet ont constaté que les produits à

bas prix ont stimulé leurs ventes et leur croissance 31 . La musique est l’un des

secteurs qui a le plus bénéficié de cette nouvelle donne du marché numérique. Les

pièces musicales achetées sur Internet pour moins qu’un dollar ou l’achat de

tonalités pour les mobiles pour moins de deux dollars, sont seulement quelques

exemples de micro-commerce. Le micro-commerce devient de plus en plus

populaire. Il se distingue par la vente de produits et services à très bas prix ou à

très faibles mensualités. Dans le domaine de l’édition, par exemple, Harlequin a

30 http://blogs.adobe.com/billmccoy/

31 http://www.iese.edu/en/files/6_15478.pdf

59


60

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

débuté ce type de petite vente en offrant des livres numériques à moins de

5 dollars 32 .

Selon Gartner 33 , d’ici 2010 les ventes annuelles des marchandises de moins de

5 dollars atteindront 30 000 millions de dollars 34 . On prévoit que les

consommateurs débourseront de plus en plus de petits montant tels 5 dollars ou

5 euros pour des services Web. Donc, beaucoup de petites ventes.

La venue de la numérisation dans un éventail de marchés (comme le marché du

livre) permettra à des compagnies de vendre leurs produits avec plus de flexibilité,

c’est-à-dire, en les décomposant par morceaux ou par fonctionnalités. Les clients

auront ainsi la possibilité du paiement à de plus petites unités, ce qui correspond,

dans le monde du livre, à des chapitres ou d’autres fractions de l’unité

documentaire « livre ». De cette façon, l’offre est beaucoup plus flexible et les prix

chutent si le client désire seulement une petite partie du produit. L’objectif à

atteindre est de répondre de façon flexible aux besoins d’information précis et

bien défini du client. C’est ainsi que les prévisions évoquées plus haut pourraient

se concrétiser dans certains domaines, dont l’édition, par ces petites ventes qui

contribueront de façon significative au chiffre d’affaires des éditeurs.

Il est à noter que le micro-commerce dans le livre numérique pourrait

intéresser plus particulièrement certains segments de la clientèle en raison des

coûts plus légers et de la facilité d’accès. L’exemple de Harlequin est probant à cet

égard. Pour rejoindre sa clientèle féminine, Harlequin offre de courtes nouvelles à

très bas prix sous format numérique.

32 http://ebooks.eharlequin.com

33 www.gartner.com : Management Update: Predicts 2005: Emerging Trends

Drive Business Opportunities, Jackie Fenn, Alexander Linden, Mark Raskino, Ken McGee, Simon

Hayward, Tom Austin, Nick Jones, ID Number: G00124872

34 Entre $60 milliards (probabilité 70%) et $240 milliards (probabilité 60%) de revenus annuels d’ici 2015.


Accélération du rythme de vie

Tendances et enjeux techniques

La fluidité des communications engendre une accélération du rythme de vie.

Cellulaires, agendas électroniques intégrés, Internet, etc., tous ces outils qui

devraient nous faciliter la vie ont plutôt comme effet de diminuer les temps libres.

Des enquêtes récentes ont par exemple démontré qu’aux États-Unis et au Canada,

un pourcentage significatif de travailleurs ne prenait pas toutes les vacances

auxquelles ils avaient droit et/ou apportaient du travail en vacances tout en

restant “connectés”. Cette accélération tend à favoriser une tendance à la baisse

du nombre de lecteurs de livres. La réponse à apporter est d’offrir des produits et

des services permettant de redynamiser la lecture en l’intégrant dans les circuits et

les créneaux de diffusion où évoluent les clientèles visées.

Vieillissement de la population

Le marché des 60 ans et plus augmente. Le vieillissement de la population

amène, par exemple, un besoin d’impression de livres à plus large caractères. Les

éditeurs doivent s’adapter aux besoins de ce type de clientèle de plus en plus

importante. La venue du numérique permet plusieurs types d’affichage à partir

d’un même contenu, par exemple, l’affichage en fonction des besoins de

l’utilisateur.

Augmentation des règles d’accessibilité

Aux États-Unis, le Disability Discrimination Act fait en sorte que des moyens

doivent maintenant être pris pour permettre aux personnes ayant un handicap

(visuel ou auditif, par exemple) d’accéder à l’information. En 2004, le Congrès

américain a adopté la loi IDEA (Individuals with Disabilities Education Act) pour

61


62

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

favoriser l’intégration des étudiants ayant des limitations, le NIMAS (National

Instructional Materials Asscessibility Standard) est un standard reconnu par cette loi 35 .

Engagement social, environnement et développement durable

Les problématiques environnementales interpellent de plus en plus la

population. Le consommateur est de plus en plus appelé à agir et à faire des

pressions sur les compagnies pollueuses et à effectuer lui-même des actions

concrètes. Dans ce contexte, la notion de « paper less environment » fait de plus en

plus d’adeptes. Il n’y a qu’à observer la situation des journaux pour constater une

tendance à la baisse des tirages et une augmentation des fréquentations de leurs

sites Web.

SITUATION ACTUELLE DANS L’INDUSTRIE

Cette section présente les processus de numérisation actuellement en usage

dans l’industrie en général. Une attention est portée aux formats d’encodage

utilisés ainsi que les services et les usages qu’ils permettent.

Nous avons considéré les usages les plus courants. Certaines exceptions, telle

que la maison d’édition Harlequin, nettement à l’avant-garde dans l’industrie pour

la production et la vente de livres numériques, ne seront pas traitées dans le

modèle global présenté.

Processus de numérisation existants

Les formats numériques en usage dans l’industrie sont principalement utilisés

pour la production de livres imprimés, et non pour la production et la vente de

livres numériques. Le modèle classique « Imprimer livres ! Vendre livres » est

utilisé. La figure suivante illustre ce modèle.

35 http://en.wikipedia.org/wiki/National_Instructional_Materials_Accessibility_Standard


Livres

Commandes

Éditeur

Production

Diffuseur (s)

Nombre limité

(Inventaire )

Tendances et enjeux techniques

Canaux

Libraires

indépendants

Détaillants

Internet

Chaînes de

magasins

Fournisseurs en

bibliothèque

Clubs de livres

(Inventaire )

Figure 1 - Modèle général de production et vente d’un livre imprimé

Ce modèle comporte les principales caractéristiques suivantes :

• impression de livres en quantité déterminée selon certains

paramètres de production évalués par l’éditeur en fonction du marché

potentiel pour un livre donné ;

• constitution et gestion d’inventaires de livres ;

• gestion des multiples déplacements des livres entre les différents

acteurs de la chaîne du livre ;

• existence de la notion de rupture de stock.

La Figure 2 illustre le processus de production en ce qui a trait à l’utilisation

des technologies numériques lors de la production d’un livre papier :

63


64

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Révision , peaufinage du texte

Éditeur

Préparation

- Préparation première copie .

- Maquettes intérieures ;

- !ypographie et mise en pages ;

- Révision et correction des épreuves ;

- Création maquette page couverture .

Fabrication

- Prépresse ;

- Impression et reliure .

Livres

Archivage

Fichier ou

groupe de

fichiers

Fichier

PostScript ,

PDF

PDF, Word , Quark ,

PageMaker ,

InDesign ,

FrameMaker , RTF,

PostScript

Figure 2 - Le numérique et le processus de production d’un livre imprimé

L’étape de révision et de peaufinage est effectuée à l’aide de logiciels d’édition

et/ou de mise en page, donc en utilisant des fichiers numériques. Les formats

numériques les plus fréquemment utilisés sont : PDF, Word (.doc), Word (.rtf),

Quark, PageMaker, InDesign et FrameMaker. Les auteurs créent la plupart de leurs

fichiers et présentent à l’éditeur tous les composants (texte, graphique, images,

etc.) se rapportant à l’œuvre à publier. Ensuite, le processus de production débute

pour en arriver à la production de la première copie. Les principales étapes sont :

• la correction linguistique ;

• la typographie et la mise en pages ;

• la révision et la correction des épreuves ;

• la création de la maquette des pages couverture ainsi que des

maquettes intérieures ;


• la prépresse, l’impression et la reliure.

Tendances et enjeux techniques

Lors de la production, si cela n’a pas déjà été fait par l’auteur 36 , les fichiers

fournis sont assemblés pour préparer le fichier d’impression, de format PostScript

ou PDF. Il est à noter que le format PDF devient de plus en plus populaire en

raison des multiples avantages, notamment celui de la gestion des fontes. Ce

fichier d’impression peut passer par de multiples étapes de préproduction avant

d’être utilisé en impression numérique ou à la presse. Dans tous les cas, les

fichiers d’impression PostScript et PDF sont les principaux formats utilisés afin

de livrer et de préparer le livre pour son impression finale.

Une fois la production complétée, le fichier d’impression est conservé et

archivé. La période d’archivage est en fonction des normes propres aux maisons

d’édition 37 . En raison de la loi sur le dépôt légal, l’éditeur dépose à Bibliothèque et

Archives nationales du Québec et à Bibliothèque et Archives Canada 38 chacun deux

exemplaires du titre publié. C’est donc toujours le format imprimé qui prime pour

la conservation à long terme.

Si un tirage additionnel doit être effectué plus tard, les fichiers d’impression

peuvent être réutilisés. Si ces fichiers ne sont plus disponibles, ou si leur format

numérique est dépassé, la numérisation du livre, voire une nouvelle saisie du texte,

devra alors être effectuée.

Dans le cas d’une réédition, les fichiers numériques conservés en archives

peuvent être utilisés. Si ces fichiers ne sont plus disponibles ou si leur format est

36

Dans certains cas, l’auteur va même jusqu’à créer le fichier PostScript ou PDF selon de paramètres

convenus.

37

Ces normes semblent très variables et sont parfois inexistantes.

38 Le dépôt à Bibliothèque et Archives Canada n’est pas toujours effectué. Donc, c’est Bibliothèque et Archives

nationales du Québec qui possède réellement toutes les publications des éditeurs québécois.

65


66

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

non utilisable (ex. : format dépassé), la numérisation du livre ou une nouvelle

saisie devra être effectuée.

Formats numériques

L’éditeur est confronté à plusieurs options pour choisir un format à utiliser

dans la production. Cette section fournit un inventaire des principaux formats

utilisés par l’industrie. Les caractéristiques générales de chacun de ces formats

sont données en tenant compte des besoins de base du processus de production

actuel. Il est donc important de noter que dans le présent contexte, le but

principal de ces formats est de permettre par la suite de produire des fichiers en

format PostScript ou PDF pour fins de production de livres imprimés.


RTF

Word

Formats Commentaires

FrameMaker

PageMaker

InDesign

QuarkXPress

Tendances et enjeux techniques

Ce format propriétaire est développé par Microsoft et permet la codification

des éléments de formatage des documents. Sa vocation initiale était d’être un

format pivot entre logiciels et platesformes hétérogènes. Les fichiers RTF

sont en fait des fichiers ASCII avec des codes particuliers pour les

informations de formatage (et non de mise en page), telles que les polices et

les marges 39 .

Ce format propriétaire sert principalement à l’édition et au formatage de

textes en utilisant le logiciel Microsoft Word. Il peut être exporté en divers

formats 40 . Microsoft Word occupe environ les neuf dixièmes du marché des

dernières années. Il est le logiciel de traitement de texte le plus utilisé, faisant

de son format de fichier propriétaire (.doc) un standard de facto. De ce fait,

les éditeurs de logiciels concurrents essaient de permettre son utilisation,

mais la documentation sur sa structure est insuffisante pour permettre une

compatibilité à 100%.

Ce format propriétaire est produit par le logiciel de composition et de mise en

page Adobe FrameMaker. FrameMaker permet d’effectuer de la mise en

page complexe 41 . FrameMaker est très bien adapté à l’édition d’ouvrages de

plusieurs centaines de pages. Il est particulièrement apprécié dans le monde

de l’édition scientifique et technique.

Ce format propriétaire est produit par le logiciel Adobe PageMaker qui fut

l’un des leaders de l’industrie des logiciels de mise en page, ce qui n’est plus

le cas à présent 42 .

Ce format propriétaire est produit par le logiciel de mise en page Adobe

InDesign qui est un des leaders de l’industrie dans ce domaine. Il est utilisé

pour créer des magazines, des journaux, des livres, des plaquettes, etc.

Comme ses concurrents, il est axé sur la forme et permet d’appliquer des

mises en page beaucoup plus complexes et créatives qu’un logiciel de

traitement de texte. Son grand concurrent est XPress de la société Quark.

InDesign en est actuellement à sa cinquième version, appelée CS 3. Il est de

plus en plus utilisé grâce à son prix bas (par rapport à la concurrence) et ses

fonctionnalités d’édition poussées 43 .

Ce format propriétaire est produit par le logiciel de mise en page

QuarkXPress qui est un des leaders de l’industrie dans ce domaine 44 . Destiné

principalement aux maquettistes, il permet d’effectuer des mises en page

évoluées destinées à l’impression. Il est couramment utilisé dans le monde de

la presse écrite et de la publicité (création de brochures, d’emballages,

d’affiches, etc.). Ses fonctions avancées de manipulation de textes et

39 http://en.wikipedia.org/wiki/E-books#Formats

40 http://desktoppub.about.com/cs/software/f/best_software.htm

41 http://desktoppub.about.com/cs/software/p/framemaker.htm

42 http://desktoppub.about.com/cs/software/p/pagemaker.htm

43 http://fr.wikipedia.org/wiki/InDesign

44 http://desktoppub.about.com/od/findsoftware1/p/quark.htm

67


68

PDF

PostScript

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

d’images ainsi que de gestion typographique en font une référence dans ce

domaine.

Ce format propriétaire fut initialement créé par Adobe Systems afin de fournir

un format standard pour conserver et éditer les documents imprimés. La

spécificité du PDF est de préserver la mise en forme (polices, images, objets

graphiques, ...) telle que définie par son auteur, et ce, quelles que soient

l’application et la plateforme utilisées pour lire le fichier PDF. Les fichiers

PDF peuvent être créés avec des options personnalisées, tant aux niveaux de

la compression des images et des textes, de la qualité d’impression du fichier,

que du verrouillage (interdiction d’impression, de modification, ...).

Ce format très commun est conçu pour reproduire une image de la page.

Deux sous-ensembles du format PDF ont été normalisés par l’ISO, il s’agit

des formats PDF/A-1 (PDF for Archive, référencé par la norme ISO 19005-

1) et PDF/X (PDF for Exchange). Deux autres sous-ensembles sont

actuellement en proposition pour devenir des standards : PDF/E (PDF for

Engineering) et PDF/UA (PDF for Universal Access).

Le 29 janvier 2007, Adobe a annoncé son intention de soumettre la

spécification complète du format PDF (dans sa version 1.7) à l’AIIM

(Association for Information and Image Management) pour une publication

par le comité ISO. La durée de cette standardisation devrait être d’environ 3

ans 45 .

Les fichiers PDF sont créés principalement en utilisant Acrobat Adobe ou

d’autres produits Adobe. Des produits autres peuvent également être utilisés

tels que PDFCreator, OpenOffice, et FOP. Acrobat Reader est le produit

d’Adobe employé pour visualiser des fichiers PDF 46 .

Le format propriétaire PostScript est utilisé principalement dans le secteur de

l’édition et des publications électroniques afin de décrire le contenu d’une

page imprimée 47 .

PostScript est un format d’encodage spécialisé dans la description de page. Il

a été mis au point par Adobe. Il repose sur des formulations vectorielles de

ses éléments. Ce langage inter-plateformes permet d’obtenir un fichier

unique comportant tous les éléments décrivant la page (textes, images,

polices, couleurs, etc.). PostScript est devenu pratiquement un standard, la

plupart des imprimantes récentes peuvent traiter directement le format

PostScript (NB : sur les imprimantes plus anciennes, il fallait utiliser un filtre

logiciel en entrée pour convertir le langage PostScript en un format

compréhensible).

45 http://www.adobe.com/aboutadobe/pressroom/pressreleases/200701/

012907OpenPDFAIIM.html

46 http://en.wikipedia.org/wiki/E-books#Formats

47 http://en.wikipedia.org/wiki/E-books#Formats


Services numériques existants

Tendances et enjeux techniques

Les technologies numériques utilisées par l’industrie des éditeurs de livres

servent principalement à la mise en page et l’impression des livres. Le modèle de

base étant « Imprimer livres ! Vendre livres ».

Il existe quelques exceptions (telles que les maisons d’édition Harlequin, Lulu,

Thompson (iChapters)) qui offrent, via leur site Internet, la vente de livres

numériques ainsi que de livres imprimés. Les livres numériques sont

principalement offerts en commerce électronique par des acteurs tels qu’Amazon.

Les librairies en ligne offrent la possibilité de mettre en vente une version

numérique du livre, en plus de la vente de sa version imprimée. Amazon, par

exemple, offre aux maisons d’édition ses services de numérisation de livres, si la

maison d’édition ne peut fournir la version numérisée du livre.

La plupart du temps, les éditeurs de livres n’offrent pas de service numérique

direct à leur clientèle (exemple : la vente de livres numériques). C’est le livre

imprimé qui prime. Pour la distribution, les informations sur les livres peuvent

être transmises sous forme numérique en utilisant des métadonnées conformes à

certains standards prédéfinis (ex. : ONIX) 48 . Ces standards et leurs potentiels

d’utilisation seront traités dans les prochaines sections, ainsi que les services à la

clientèle à développer pour les livres numériques.

DÉFINITIONS

Cette section présente quelques définitions afin d’utiliser d’un vocabulaire

commun.

48 L’utilisation de formats numériques pour la transmission de ces informations est actuellement en

progression, mais il reste beaucoup de chemin à parcourir par les différents acteurs impliqués.

Présentement, ces informations sont transmises de différentes manières, par exemple via Excel, Word etc.

et également sous format imprimé.

69


70

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Un livrel est également appelé livre électronique ou e-book (aussi: eBook,

ebook). Un livrel est l’équivalent numérique du contenu d’un livre imprimé

conventionnel. Un livrel est habituellement assemblé par un éditeur pour fins de

distribution.

Un appareil livrel est également appelé appareil livre électronique ou

appareil e-book (e-book device) ou lecteur e-book (e-book reader). Il s’agit

d’un appareil utilisé pour lire des livrels (e-book). Un appareil livrel peut être

conçu seulement comme un appareil de lecture, ou pour servir à d’autres types

d’usage. Ce terme est réservé à tout appareil physique, et non à des logiciels.

Les métadonnées sont des « données sur des données ». Elles servent à

décrire une unité documentaire indépendamment de son support (papier ou

numérique), en respectant un format d’encodage prédéterminé. Les

métadonnées peuvent donc décrire une autre donnée, un groupe de données ou

un document. Dans le contexte du livre, les métadonnées contiennent les

informations relatives à l’auteur, au titre, à l’éditeur, aux droits d’auteur, la langue,

le genre, ISBN, etc. À la limite, les métadonnées peuvent comprendre le

document au complet (ex. : le format CodeBooks, aussi appelé dictionnaire de

codes).

PRINCIPALES NORMES DE L’INDUSTRIE

Cette section présente les principales normes de l’industrie pour les

publications numériques en tenant compte des nouvelles technologies et des

tendances lourdes. Les normes, qui peuvent influencer les choix technologiques

des éditeurs pour les livrels, se retrouvent sous quatre grands groupes :

• normes de contenu se rapportant au livre numérique lui-même ;

• normes d’encapsulation des différents éléments numériques

composant un livre ;


Tendances et enjeux techniques

• normes portant sur les données informationnelles (métadonnées)

pour décrire un livre ;

• normes technologiques du Web proprement dit.

Les prochaines sections présentent ces principales normes et les organismes

régissant ces normes. Il est important d’ajouter que dans certains cas, ces normes

sont « de facto » ou en développement. Ces cas spéciaux ont été indiqués.

Normes de l’IDPF

L’International Digital Publishing Forum 49 (IDPF) exerce une influence significative

pour la création et l’évolution des trois premiers grands groupes de normes. Le

but de l’IDPF est de mettre en place des normes technologiques « pour faciliter la

création du contenu numérique, sa distribution, et son utilisation par les clients ».

Plus de 40 éditeurs, compagnies de technologie, et organismes sont impliqués

dans ce regroupement, dont Adobe Systems, Benetech, DAISY Consortium, eBook

Technologies, Hachette, Harlequin, iRex Technologies, Mobipocket, netLibrary, OverDrive,

Random House, Simon & Schuster, WGBH.

Selon l’IDPF, « ces normes devraient permettre aux éditeurs de transmettre un

simple fichier standard à travers leurs canaux de ventes et de distribution ainsi que

de permettre aux consommateurs et aux librairies d’échanger des livrels

déencryptés via l’utilisation d’outils de lecture numériques qui suivraient ces

nouvelles normes ». Les normes de l’IDPF influencent l’évolution des formats

numériques dans l’industrie, mais aucun format propre à l’IDPF n’a été popularisé

par cet organisme jusqu’à présent.

Les normes créées par l’IDPF sont Open eBook Publication Structure (OEBPS)

version 1.2, Open eBook Publication Structure (OEBPS) version 2.0 (aussi appelée

49 http://www.idpf.org/

71


72

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

OBE ou OPS/OPF ou OPS) et Open Container Format (OCF) version 1.0. Il est à

noter que la majorité des éditeurs et compagnies de logiciels qui produisent du

texte numérique respectent les normes de base OEBPS 50 . Il existe donc des

dizaines de milliers de publications numériques respectant OEBPS en circulation

sur Internet. Les vendeurs de logiciels de lecture numérique respectant les normes

OEBPS/OPS incluent : Adobe, Microsoft, eBook Technologies, Mobipocket (une

compagnie d’Amazon), eReader.com, Irex, Sony et d’autres. Adobe, eBook Technologies,

Mobipocket et OSoft ont déjà mis en application ou ont annoncé des plans

d’exécution pour OCF. Ces normes utilisent les standards ouverts et publics tels

XML, XHTML, CSS, Unicode, DTBook, Open Document Format d’OASIS et

d’autres.

Open eBook Publication Structure (OEBPS) version 1.2

Open eBook Publication Structure (OEBPS) de l’IDPF est un format basé sur XML

pour la création de publications numériques. Le but d’OEBPS est de permettre de

créer un fichier numérique unique pour encoder une publication et ainsi

permettre son utilisation par différents appareils de lecture. Cette initiative répond

à la situation actuellede coûts énormes et de nombreux soucis pour les clients

sont liés à l’obligation de produire un format d’encodage spécifique pour chacun

des logiciels ou matériels de lecture.

OEBPS utilise les standards ouverts suivants :

(W3C))

• Unicode (Unicode Consortium)

• Extensible Markup Language, XML (World Wide Web Consortium

• XHTML (W3C)

50 http://www.idpf.org/forums/viewtopic.php?t=2&sid=967f025f7091d1bc6461a415079e3d4e


• Cascading Style Sheets, CSS (W3C)

• Portable Network Graphics, PNG (W3C)

Tendances et enjeux techniques

• JPEG (standard de compression des fichiers images du W3C,

format de fichier du Independent JPEG Group)

• Dublin Core (Dublin Core group).

Il est à noter que cette version de l’OEBPS ne répond pas aux besoins quant à

l’application du respect des droits d’auteurs.

Open eBook Publication Structure (OEBPS) version 2.0

Au moment de rédiger ce rapport, la nouvelle version d’OEBPS, aussi appelée

OBE ou OPS/OPF 51 ou OPS 52 , est en cours de révision 53 et devrait être déposée

au cours de l’année 2008. Cette future norme a été divisée en deux parties pour en

augmenter la modularité :

• Les spécifications Open Publication System (OPS) décrivent la

représentation ou l’étiquetage du contenu des publications numériques.

Cette norme permet notamment de produire du texte à repositionnement

dynamique (reflowable text), pour permettre sa lecture par différents types

d’appareils livrels (contrairement au PDF standard qui fige le miroir

d’écran).

• Les spécifications Open Packaging Format (OPF), permettent la

description de l’encapsulation, de la navigation, des métadonnées et d’autres

informations qui définissent la manière dont les diverses composantes d’un

livre numérique sont en relation.

51 http://www.idpf.org/events/presentations/aap_idpf06/gconboy.pdf

52 http://www.idpf.org/events/presentations/aap_idpf06/jhevenstone.pdf

53 Les spécifications pour ces normes sont en révision au cours du printemps 2007.

73


74

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Le travail de normalisation se concentre principalement sur des spécifications

d’un format de contenant ou de paquet pour « emballer » et relier les fichiers d’un

livre numérique, de sorte que les éditeurs puissent facilement transmettre leur

contenu numérique aux distributeurs, aux détaillants et finalement aux

consommateurs.

Open Container Format (OCF) version 1.0

Le standard OCF (Open Container Format) a été approuvé par l’IDPF en octobre

2006. OCF est le contenant utilisé pour les publications OEBPS ou OPS/OPF.

Les fichiers répondant à cette norme porte l’extension « .epub ». Il s’agit en fait

d’un fichier ZIP contenant des fonctionnalités additionnelles afin d’inclure les

composantes d’une publication, telles que les fichiers étiquetés, les images, les

métadonnées, etc. Une composante obligatoire d’un fichier « .epub » est l’OPF

(Open Packaging Format). OPF étant la racine d’une publication pointant vers toutes

ses composantes. OCF permet aux éditeurs de créer et de distribuer un fichier

unique pour la publication d’un livre numérique qui pourra être lu par tous les

systèmes de lectures supportés. OCF emballe les composantes des publications

OEBPS ou OPS/OPF pour fins de transmission et de livraison 54 . Il peut

également empaqueter des fichiers de formats tels que PDF. Par exemple, un

fichier de type OCF peut contenir un livrel de format PDF, les métadonnées

ONIX relatives à ce livrel et son matériel marketing 55 .

54 http://www.idpf.org/forums/viewtopic.php?t=22&sid=967f025f7091d1bc6461a415079e3d4e

55 http://www.idpf.org/events/presentations/aap_idpf06/mgorner.pdf


PDF (Portable Document Format)

Tendances et enjeux techniques

La compagnie Adobe participe activement à l’IDPF et tentera d’intégrer à son

format PDF les nouvelles normes OPS/OPF 56 . Le format PDF (Portable Document

Format), créé par cette compagnie, est un format très répandu dans l’industrie. Ce

format est dit sécuritaire 57 , contrairement à la première version du format produit

par IDPF 58 (i.e. : Open eBook Publication Structure, OEBPS, version 1.2).

Le 29 janvier 2007, Adobe a annoncé son intention de soumettre la

spécification complète du format PDF (dans sa version 1.7) à l’AIIM (Association

for Information and Image Management) pour une publication par l’ISO. La durée de

ce processus de standardisation devrait être d’environ 3 ans 59 . Adobe travaille avec

un comité technique ISO afin de soumettre PDF, version 1.7, à une

reconnaissance formelle comme standard ouvert nommé ISO 32000. ISO 32000

serait maintenu et ensuite développé par ce comité technique avec, comme

objectif, de protéger l’intégrité et la longévité de PDF. Cette normalisation du

PDF comme standard ouvert aura un effet sur les milliards de fichiers PDF

produits à ce jour. Adobe indique qu’il supporte, et supportera, les versions

spécifiques de PDF ayant été définies comme étant des standards ouverts 60 .

Deux sous-ensembles du format PDF ont été normalisés par ISO, il s’agit des

spécifications :

• PDF/A-1 : PDF for Archive, norme ISO 19005-1. La spécification

PDF/A-1 a été publiée par l’ISO et est utilisée par les organismes de

56 http://labs.adobe.com/technologies/digitaleditions/faq.html

57 http://www.adobe.com/manufacturing/pdfs/gartner_1691.pdf

58 http://en.wikipedia.org/wiki/Talk:E-book

59 http://www.adobe.com/aboutadobe/pressroom/pressreleases/200701/

012907OpenPDFAIIM.html

60 http://www.adobe.com/enterprise/standards/index.html

75


76

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

normalisation du monde entier pour garantir la sécurité et la fiabilité de la

diffusion et des échanges de documents numériques. Un des principaux

avantages de ce format est que les fichiers au format PDF sont fidèles aux

documents originaux : les polices, les images, les objets graphiques et la mise

en forme du fichier source sont préservés, quelles que soient l’application et

la plate-forme utilisées pour le créer ;

• PDF/X : PDF for Exchange. Les spécifications de ce format

permettent d’assurer l’échange fiable de documents PDF dans le domaine

de la pré-impression. Les fichiers PDF sont vérifiés avant leur envoi de

façon à éviter les différences d’interprétation des RIP Postscript. La lettre

« /X » signifie Blind eXchange (échange aveugle). L’objectif de PDF/X est de

permettre un « échange aveugle » de fichiers PDF dans un flux de

production graphique ;

Deux autres sous-ensembles sont actuellement en proposition pour devenir des

spécifications :

• PDF/E : PDF for Engineering. Spécifications pour l’échange de

schémas d’ingénierie ;

• PDF/UA : PDF for Universal Access Accessibility. PDF/UA est un

comité de standards formé par l’AIIM (Association for Information and Image

Management). Sa mission est de développer des standards technologiques et

autres pour l’édition et la validation du contenu PDF afin d’en assurer

l’accessibilité auprès des personnes handicapées.

De plus, Adobe travaille présentement à la création de la deuxième génération du

format PDF, dont le nom de code est MARS 61 . Cette deuxième génération serait

61 http://labs.adobe.com/technologies/mars/


Tendances et enjeux techniques

une implantation « XML-friendly » de la syntaxe PDF. Le format PDF « MARS »

devrait incorporer des normes additionnelles de l’industrie telles que SVG, PNG,

JPG, JPG2000, OpenType, Xpath et XML dans un fichier « contenant » de type

ZIP. Ce genre d’annonce de la part de Adobe concernant l’intégration du XML

dans le PDF n’est pas une primeur. Déjà en 2003, des efforts en ce sens étaient

annoncés par l’entreprise. La suite sera intéressante à connaître.

Il est important de noter que pour la création de livrels, les distributeurs ont

des demandes variées, tant en termes d’information sur les livres qu’en termes de

configuration des livrels. Par exemple, le type de mise en forme numérique

(comme équivalent à « mise en page » pour l’imprimé), quel que soit le format

numérique (ex. : standardiser les liens URL, les liens des chapitres vers la table des

matières jusqu’à trois niveaux, les liens vers les notes de bas de page, etc.). Le

respect de normes ouvertes est de plus en plus demandé pour la production et la

distribution des livrels de manière à diminuer les coûts de production et

d’intégration, afin de produire un livrel sous un format unique. Dans ce contexte,

on a vu poindre une tentative de normalisation telle que le format PDF Universel

de codeMantra 62 , qui a été reconnu par le Live Search Books Publisher Program de

Microsoft, pour la soumission de fichiers numériques. Ce format permet aux

éditeurs, avec l’aide de produits et services codeMantra, de créer des livrels

conformes aux exigences du Live Search Books de Microsoft ainsi qu’à celles d’autres

canaux de distribution basés sur le PDF tels que Google Book Search, NetLibrary,

ebrary, ebooks.com/EBL, MyiLibrary/Coutts, OverDrive, Follett, EBSCO, et Amazon.

Digital Talking Books Standard

Un livre audio est une représentation analogique d’une publication imprimée.

Un livre audio numérique (Digital Talking Book –DTB) est une représentation

62 http://www.codemantra.com/

77


78

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

multimédia (i.e. : texte et audio synchronisés) d’une publication. Dans les deux

cas, le rendu de l’acoustique est effectué par la voix humaine 63 .

Le consortium DAISY est un organisme visant à établir des normes ouvertes

pour faciliter l’accessibilité des contenus aux handicapés. Ce consortium participe

à l’IDPF 64 . Il est reconnu par le NISO (National Information Standards Organization 65 )

comme étant l’organisme officiel de maintenance du standard DAISY/NISO,

formellement appelé ANSI/NISO z39.86, Spécifications for the Digital Talking Books.

Cet organisme travaille en collaboration avec plusieurs autres groupes tels le W3C

et ISO. La mission du consortium DAISY est de développer, intégrer et

promouvoir les normes internationales DAISY, les technologies et les stratégies

internationales d’implantation pour permettre l’accès global à l’information

fournie par les éditeurs traditionnels, les gouvernements, et les bibliothèques à des

personnes avec des limitations de lecture d’une manière qui sera également à

l’avantage d’une communauté plus large.

Le standard DAISY/NISO (DTBook) fut donc spécifiquement conçu pour du

contenu livrel. Plusieurs éléments sémantiques (i.e. : éléments de contenu ou

balises), ne faisant pas partie du XHTML, y sont inclus : les notes de bas de page,

les barres latérales, les annotations, les numéros de page, etc. identifiant les débuts

de page et les numéros de page comme dans une publication imprimée. Tous ces

repères de consultation d’un ouvrage permettent une navigation au début de

chaque page comme dans une publication imprimée. La mémorisation des

paramètres des pages d’impression permet à un utilisateur d’un document encodé

selon la norme DTBook de repérer exactement les différents éléments de la page

63 http://www.daisy.org/about_us/default.asp

64 http://www.idpf.org/forums/viewtopic.php?t=2&sid=967f025f7091d1bc6461a415079e3d4e

65 http://www.niso.org/


Tendances et enjeux techniques

imprimée de référence, et d’avoir les mêmes repères de consultation qu’un lecteur

consultant la version imprimée.

NIMAS (National Instructional Materials Asscessibility Standard)

En 2004, le Congrès américain a adopté la loi IDEA (Individuals with Disabilities

Education Act) pour favoriser l’intégration des étudiants ayant des limitations. Le

NIMAS 66 (National Instructional Materials Asscessibility Standard) est un standard

reconnu par cette loi. Il a pour but d’aider à faciliter l’accès à du matériel

d’enseignement aux étudiants aveugles ou ayant des problèmes de vision.

Le NIMAS est une utilisation ou application d’un DTBook 67

. Le standard

DTBook est un modèle de données répondant à la norme XML qui représentent

le contenu et la structure de livres et de publications. Le standard NIMAS est un

ensemble de fichiers qui comporte toute l’information qui devrait être

normalement préparée pour la publication, incluant les métadonnées, les images

et le texte.

ONIX (ONline Information eXchange)

La communauté internationale du livre prône l’implantation du standard

ONIX (ONline Information eXchange) pour le maintien et la communication de

données bibliographiques et commerciales. ONIX est la norme numérique

employée au cours des cinq dernières années pour transmettre les données

bibliographiques (titre, auteur, prix, etc.) pour la vente des livres imprimés 68 . Les

66 http://en.wikipedia.org/wiki/National_Instructional_Materials_Accessibility_Standard

67 http://www.daisy.org/dkn/modules/presentations.csun2007.brailleindaisy/page3.html

68 http://www.publishingtrends.com/copy/07/0703/0703ONIX.html

79


80

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

principaux libraires en ligne, tels qu’Amazon, BN.com, et Borders, ont adopté

ONIX 69 .

La norme ONIX est développée et gérée par EDItEUR 70

en collaboration

avec l’Association of American Publishers, Book Industry Communication (UK), Book

Industry Study Group (US) et avec des groupes d’utilisateurs en Australie, au Canada

(BookNet Canada et la BTLF), en France 71 , en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas,

en Norvège, en Espagne et en République de la Corée. ONIX 3.0 est en

développement. Une amélioration sera l’addition d’un sous-ensemble de normes

pour traiter le cas des métadonnées des livrels.

L’industrie canadienne du livre a donc emboîté le pas à cette norme afin de

suivre les tendances internationales 72 . Pour le marché francophone, les éditeurs

doivent fournir la preuve qu’ils ont soumis leurs données bibliographiques

internes directement à la Société de gestion de la banque de titres de langue française

(BTLF) dans le format requis (niveau minimal). Ainsi, le Programme d’aide au

développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) exige dorénavant que les

éditeurs bénéficiant d’un soutien du Projet de la chaîne d’approvisionnement

(PCA) prouvent, chaque année, que leurs données bibliographiques répondent

aux normes de qualité de l’industrie, soit les processus implantés par la BTLF à

partir du standard ONIX pour le marché francophone.

Les groupes de travail d’IDPF ont soumis des spécifications pour normaliser

les éléments de métadonnées basés sur ONIX 73 . ONIX est un format de fichier

69 http://www.bisg.org/onix/onix_faq.html

70 http://www.editeur.org/onix.html

71 Pour les utilisateurs des pays francophones, il existe une traduction en français des ONIX Version 2.1,

révision 03 Guidelines, réalisée sous le contrôle du groupe ONIX France et avec le soutien du Cercle de la

Librairie (Paris).

72 http://www.btlf.qc.ca/Page/editeurs.htm

73 http://www.idpf.org/membership.htm


Tendances et enjeux techniques

basé sur XML permettant aux éditeurs d’échanger de l’information sur leurs livres

de manière optimale sous forme de métadonnées. Voici un exemple d’un

enregistrement produit ONIX. Un produit est décrit par un groupe d’éléments

commençant par une balise XML et finissant par une balise XML

. L’ensemble des éléments encadrés par ces deux balises forme un

enregistrement produit ONIX. L’enregistrement produit est l’unité fondamentale

d’un message d’Information Produit ONIX. Presque toujours, cet enregistrement produit

décrit un article susceptible d’être commercialisable séparément :


9438000062

03


02

2765406553


BC


01

Traité pratique d!édition



1

A01

Schuwer, Philippe

Philippe Schuwer a été secrétaire de rédaction dans la presse, sousdirecteur

de fabrication aux PUF, directeur aux éditions Tchou, directeur de département chez

Hachette, Nathan et Larousse. Diplômé du British Institute et de l!Ecole des hautes études en

sciences sociales, il a créé les premiers cours d!édition à l!Université Paris

VIII.


REV

2


01

fre


689


01

070.34


06


01

Une refonte de cet ouvrage analysant les étapes de la conception, de la

fabrication et de la commercialisation du livre, rendue indispensable par les évolutions de la

81


82

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

profession. Elle intègre la mutation accélérée de l!édition française et internationale : concentration

ascendante, nouvelles orientations éditoriales, modifications du code de la propriété intellectuelle,

réflexions sur la révolution informatique et les produits multimédias



08

La nouvelle édition enrichie et commentée du Traité pratique d!édition de Philippe

Schuwer embrasse complètement le paysage éditorial français. L!auteur dresse un tableau de

l!édition française, analyse les tendances, définit lesles des différents professionnels de cette

industrie... Deux index, permettant de trouver rapidement une réponse à toute question, font de

l!ouvrage un outil précieux et maniable. Jacques Mousseau, Communication et Langages, 2e

trimestre 1997


Editions du Cercle de la Librairie



01

Electre - Editions du Cercle de la Librairie


1997


01

240

mm



02

160

mm



03

035

mm



1234567

IP


04

7.00




Digital Rights Management (DRM)

Pour les médias numériques, le but des technologies de gestion des droits

d’auteurs (Digital Rights Management – DRM) est de tenter de contrôler ou

d’empêcher la copie ou l’accès à de l’information numérique protégée par des

droits d’auteurs. Les défis sont élevés en la matière. Il n’y a qu’à observer


Tendances et enjeux techniques

l’industrie de la musique numérique pour en être convaincu. Des compagnies

telles qu’Adobe offrent des solutions E-DRM, mais des efforts sont encore à faire

pour leur normalisation. Ce domaine est en développement.

L’ACAP (Automated Content Access Protocol) 74 est un standard en développement

dans l’industrie de l’édition, en collaboration avec divers partenaires dans les

domaines des moteurs de recherche, des technologies et du commerce. Ce

standard devrait permettre aux fournisseurs de tous les types de contenu édités

sur le Web de communiquer les informations relatives aux permissions

(concernant l’accès et l’utilisation de ce contenu) sous une forme qui peut être

automatiquement identifiée et interprétée, de sorte que les partenaires puissent

systématiquement se conformer aux politiques des éditeurs. Un projet pilote

d’une durée d’une année est en cours depuis novembre 2006. Un des principaux

buts de cette norme est de devenir un standard e-commerce de base dans le

domaine de l’édition numérique.

Normes du W3C (World Wide Web Consortium)

Dans le monde de l’Internet, l’organisme World Wide Web Consortium (W3C) est

reconnu par l’industrie pour la mise en place et la gestion des standards Web. Les

normes du domaine de l’édition numérique utilisent à la base des normes du

W3C. Les normes technologiques telles que XHTML, XML, RDF, CSS, XSL et

Xforms sont utilisées, ainsi que des normes régissant la réalisation des interfaces

pour les usagers selon différents domaines d’application.

• Accessibilité : Normes pour permettre aux personnes ayant un

handicap d’accéder aux informations ;

74 http://www.the-acap.org/

83


84

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

• Web sémantique : Ensemble de technologies visant à rendre le

contenu des ressources du Web accessibles et utilisables par les programmes

et agents logiciels, grâce à un système de métadonnées formelles, utilisant

notamment la famille de langages développés par le W3C ;

• Device Independence (DI) 75 : Normes pour permettre la communication

de contenus Web équivalents en fonction d’appareils variés (ex.: PC,

Cellulaires, PDA 76 ) possédant des caractéristiques différentes (ex. : capacité

d’affichage, bande passante, multimédia) et aussi, en fonction des

préférences des utilisateurs (ex. : couleurs d’affichage, grosseur des

caractères);

• Widgets 77 : Depuis novembre 2006, une première version de la

norme sur les widgets est accessible à l’état d’ébauche 78 , donc non officiel. Ce

qui implique que pour le moment, les formats dépendent de leurs logiciels et

de leur interopérabilité avec les systèmes d’exploitation. (ex. : Dashboard de

Apple, Widgets Microsoft, Yahoo! Widget disponibles sous MAC OS et

Windows 79 ).

75 Depuis mars 2007, ce concept a été remplacé pour laisser place à celui, plus évolué, de Ubiquitous Web

Applications Activity, afin de tenir compte d’outils comme les sondes. Les domaines d’application incluent la

maison intelligente, le divertissement à la maison, les équipements de bureau, mobile et les véhicules à

moteur.

76 Un PDA signifie « Personal Digital Assistant » (ex.: Palm Pilot).

77 Widget est un mot anglais apparu aux États-Unis dans les années 1920. Il est la concaténation de

l’expression wise gadget. De manière générale, il est utilisé pour désigner un objet banal et quelconque, mais

utile. En français on peut le traduire par « machin » ou gadget. En informatique, le mot widget recouvre

deux notions distinctes en relation avec les interfaces graphiques, il peut désigner : 1)un composant

d’interface graphique, un élément de base d’une liste déroulante, (bouton, etc.) ou 2) un widget de bureau,

un petit outil qui permet d’obtenir des informations facilement et rapidement (météo, actualité,

dictionnaire, carte routière, pense-bête (en anglais post-it), traducteur etc.). Un exemple d’application sont

les widgets disponibles dans le tableau de bord avec le système X de Mac. C’est dans ce dernier contexte

qu’il sera utilisé dans cette section.

78 http://www.w3.org/TR/widgets/

79 http://en.wikipedia.org/wiki/Comparison_of_widget_engines


LOGICIELS DE LECTURE ET FORMATS NUMÉRIQUES

Tendances et enjeux techniques

Cette section présente les principaux choix de formats pour les livres

numériques. Le domaine des formats numériques et donc des logiciels de lecture

numérique est très diversifié. Certains le surnomment même la « Tour de eBabel »

afin de bien illustrer son manque de normalisation. On dénombre plus d’une

vingtaine de formats numériques, ouverts ou propriétaires. Le Tableau 4 présente

une synthèse des principaux formats 80 .

Tableau 4 - Principaux formats numériques pour les livrels

Format Avantages

Compatibilité

multiplateformes,

Imprimable, Affichage

page simple ou double

Dédié aux eBooks,

Accès mobile aux

livres numériques

Dédié aux eBooks,

Inclus plusieurs autres

logiciels

Facile à utiliser,

Configurable. Peut

être lu sur tout ce qui

contient un navigateur

Aucun logiciel de

lecture spécifique

requis autre

qu’Internet Explorer,

Facile à utiliser

Logiciel de

lecture

Et autres

85

Navigation Images Plateformes

Bibliothèque, Table

des matières, liens

chapitres, Signets

Bibliothèque, Table

des matières, Signets

Bibliothèque, Table

des matières, Signets

80 http://www.ebookmall.com/knowledge-collection/format-comparisons.htm

Oui

Oui

Liens hypertextes Non

Windows PC,

Macintosh, Palm

Gemstar & Rocket

eBook

Oui Appareils hiebook

Windows PC,

Macintosh, Linux,

Unix, Palm, Pocket

PC, eBookMan

Liens hypertextes Oui Windows PC


86

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Affichage ClearType,

Calque

l’environnement de

lecture d’un livre,

Signets et annotations

Environnement

familier, imprimable,

Texte adaptable

Utilisable sur

n’importe quel PDA

Très simple, Peut être

lu sur à peu près

n’importe quoi,

Imprimable

Excellent livrel pour

PDA

Bibliothèque, Table

des matières, liens

chapitres, Signets

Oui

Liens hypertextes Oui

Bibliothèque, Table

des matières, liens

chapitres, Signets

Oui

Aucun Non

Bibliothèque, Table

des matières, liens

chapitres, Signets

L’industrie semble s’entendre sur le fait qu’Adobe Reader, MobiPocket Reader,

Microsoft Reader et Palm Reader soient les quatre principaux logiciels de lecture

numérique. Ces logiciels sont présentés sur fond gris dans le tableau précédent.

Donc, on peut en conclure que les quatre principaux formats numériques sont

Portable Document Format (PDF), MobiPocket (PRC), Microsoft LIT (LIT), eReader

(PDB) 81 . Les prochaines sections présentent de manière plus détaillée ces quatre

principaux formats et lecteurs.

81 http://www.ebookmall.com/knowledge-collection/format-comparisons.htm

http://www.openreader.org/index.php?option=com_content&task=view&id=69&Itemid=149

http://www.techWeb.com/encyclopedia/defineterm.jhtml?term=e-book

http://en.wikipedia.org/wiki/E-books

Non

Windows PC,

Pocket PC

Windows PC,

Macintosh

Palm, Pocket PC,

eBookMan,

Blackberry,

Symbian, any PDA,

Windows PC,

Windows Tablet

Windows,

Macintosh, Linux,

Unix, Palm, Pocket

PC, eBookMan

Palm OS,

Pocket PC,

PC portatifs,

Windows CE,

Windows PC


Adobe Reader - PDF

Tendances et enjeux techniques

Ce format fut initialement créé par Adobe Systems, pour fournir un standard de

stockage et d’édition des documents imprimés. PDF est maintenant un standard

« de facto » reconnu par l’industrie et les gouvernements à l’échelle mondiale 82 . Il

respecte les standards de l’industrie incluant PDF/A, PDF/X et PDF/E 83 .

De plus, deux sous-ensembles du format PDF ont été normalisés par ISO, il

s’agit des formats PDF/A-1 (PDF for Archive, référencé par la norme ISO 19005-

1) et PDF/X (PDF for Exchange). Deux autres sous-ensembles sont actuellement

en proposition pour devenir des standards : PDF/E (PDF for Engineering) et

PDF/UA (PDF for Universal Access). On a vu poindre une tentative de

normalisation telle que le format PDF Universel de codeMantra 84 , pour la mise en

page « numérique » et demandé par les distributeurs. Les travaux de l’IDPF

devraient aider à effectuer cette normalisation de manière plus « ouverte » que par

la seule initiative de codeMantra.

Puisque les documents dans le format de PDF peuvent facilement être vus et

imprimés par des utilisateurs sur une variété de types d’ordinateur et de

plateforme, ils sont très communs sur Internet. Mais puisqu’ils sont conçus pour

reproduire des images de page, et que le texte ne peut pas être affiché de manière

à s’adapter à la largeur des écrans, il est difficile de lire à l’écran (tous types : PDA,

moniteurs d’ordinateur, livrels, etc.) des fichiers PDF conçus pour être imprimé.

Avec ses dernières versions, Adobe commence à tenter de trouver des réponses

à ces problèmes pour faciliter la lecture de textes encodés en PDF de plus petits

écrans tels que les PDAs. Acrobat Reader pour le PDA possède maintenant une

82 http://www.adobe.com/products/acrobat/adobepdf.html

http://partners.adobe.com/public/developer/en/pdf/library/datasheet.pdf

83 http://www.adobe.com/devnet/pdf/pdf_reference.html

84 http://www.codemantra.com/

87


88

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

fonctionnalité de redistribution du texte pour s’adapter au miroir du matériel de

lecture (PDA, livrel ou autres). Malheureusement, certaines configurations

doivent être effectuées lors de la création du document PDF afin de lui permettre

de supporter cette fonctionnalité, ce qui signifie que la quasi totalité des

documents PDF existants ne permettront pas de tirer bénéfice de cette nouvelle

fonctionnalité.

PDF est si populaire que Microsoft avait initialement annoncé que PDF serait

supporté dans sa version Office 2007. Cependant, en raison des objections légales

d’Adobe, Office ne pourra pas intégrer par défaut le PDF, mais cette fonctionalité

sera disponible en téléchargeant gratuitement du module.

Les principales caractéristiques d’Acrobat Reader – PDF sont 85 :

• offre une représentation exacte du format imprimé (i.e. : préserve la

mise en forme : polices d’écritures, images, objets graphiques, etc.) à moins

d’utiliser les nouvelles fonctions de repositionnement du texte ;

• multiplateformes ;

• recherche en texte intégral dans le document ;

• recherche de documents en utilisant les métadonnées ;

• modification de la grosseur des caractères en permettant un

repositionnement du texte à travers la page ;

• ajustement des couleurs et des contrastes pour une meilleure

lisibilité ;

• utilisation de diverses fonctions d’insertion de commentaires et de

sur lignages ;

85 http://en.wikipedia.org/wiki/E-books


Tendances et enjeux techniques

• possibilité d’inclure les éléments interactifs tels que des boutons

pour l’entrée de formulaires ou pour déclencher des sons et des films ;

• optimisation pour diffusion dans l’Internet afin d’afficher le texte

avant les images graphiques et les liens hypertextes ;

• fonctions de zoom intégrées ;

• plus de 100 million d’usagers Acrobat Reader ;

• création et l’usage de liens afin de faciliter et d’accélérer la

navigation ;

• restriction d’impression, de copie et de modification ;

• protection de l’intégrité et de l’authenticité des documents par

l’utilisation de signatures numériques et de la technologie Public Key

Infrastructure (PKI) ;

• protection des documents par l’utilisation de mots de passe et du

standard d’encryptions Advanced Encryption Standard - AES, approuvé par le

gouvernement américain pour les informations classifiées ;

• possibilité de créer des fichiers PDF en utilisant d’autres logiciels

que ceux offerts par Adobe ;

• fonction de lecture de synthèse (text-to-speech) qui permet de cliquer

sur un mot pour entendre sa prononciation ou d’écouter un texte 86 ;

• fonction de bibliothèque virtuelle pour les versions mobiles.

86 http://www.adobe.com/aboutadobe/pressroom/pdfs/ebookaag.pdf.

89


90

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

MobiPocket - PRC

Mobipocket.com était une compagnie française incorporée en mars 2000 qui

produisait le lecteur Mobipocket. En 2005, Mobipocket.com a été acheté par Amazon.

MobiPocket est un lecteur universel pour PDAs. Le logiciel Mobipocket est gratuit et

se compose d’outils d’édition et de lecture dédiés aux PDA et Smartphone (Symbian,

Windows Mobile, Palm, Blackberry et Psion).

Les principales caractéristiques de Mobipocket - PRC sont :

• fonction de gestion d’une bibliothèque virtuelle (notion de page

d’accueil personnalisée) ;

• ajout de pages blanches dans n’importe quelle partie d’un livre ainsi

que création de schémas à main levée ;

• fonctions d’annotations – surlignages, signets, corrections, notes et

schémas – qui peuvent être inscrites, organisées et rappelées d’un endroit

unique ;

• signets électroniques du lecteur Mobipocket apparaissant dans les

marges de page ;

• recherche de définitions de mot par une fonction de dictionnaires

intégrés, ces derniers (un ou plusieurs) sont également disponibles pour la

recherche ;

• mode de lecture plein écran ;

• supporte un grand nombre de PDAs et Smartphones. Les produits

Mobipocket supportent la plupart des logiciels de système d’exploitation

Windows, Windows Mobile, Symbian, Blackberry et Palm, mais non Linux et

Macintosh ;


Tendances et enjeux techniques

• format de livrel de Mobipocket est basé sur le standard Open eBook

employant HTML, Javascript ;

• système d’encryptions de Mobipocket n’est pas basé sur la notion de

mot de passe. Son DRM se base sur le numéro de série du PDA.

Microsoft Reader - LIT

Microsoft ne supporte plus le format LIT et a arrêté de supporter Microsoft Reader

dans sa nouvelle version Office 2007. De plus, aucune nouvelle version de

Microsoft Reader n’est prévue et ne sera plus supporté dans Windows Mobile 6.

Les principales caractéristiques Microsoft Reader - LIT sont : 87

lecture que par le logiciel propriétaire Microsoft Reader ;

• intègre les fonctionnalités DRM ;

• utilisation de la technologie brevetée d’affichage ClearType 88 ;

• navigation effectuée par clavier, souris, pointeur, ou signets

électroniques ;

• catalogue de la bibliothèque enregistre les livres du lecteur dans une

« page d’accueil » personnalisée ;

livres affichés avec ClearType afin d’améliorer leur lisibilité ;

• fonctions d’ajout d’annotations et de notes à n’importe quelle page ;

87 http://www.microsoft.com/reader/includes/LayoutGuide.doc

88 Microsoft a développé une technologie d’affichage appelée ClearType. Cette technologie

manipule les sous-pixels rouges, verts et bleus qui composent les pixels d’un écran d’affichage à

cristaux liquides, de manière à améliorer la résolution d’un facteur pouvant aller jusqu’à trois.

91


92

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

lecteur ;

• création de schémas à main levée sur les pages ajoutés par le

• dictionnaire intégré permettant à l’utilisateur la recherche de mots ;

• fonctionnalités de synthèse vocale (Text-to-speech) (Format vocal

wma et image wmv).

Il est à noter que la fin de LIT signifie probablement que Microsoft a décidé de

mettre tout en œuvre pour que son nouveau format Open XML, supporté par

Office 2007, devienne un standard. Microsoft tente actuellement de soumettre le

format Open XML à l’organisme ISO. Open XML semble rencontrer une vive

opposition de la part des différents acteurs du Web 89 .

Palm Reader - PDB

Les principales caractéristiques de Palm Reader (i.e. : eReader) - PBD sont :

• visualisation des livrels de Palm ;

• versions eReader sont disponibles pour PalmOS, PocketPC,

Symbian OS, Windows, Windows Mobile Editions, Windows Mobile

Smartphone et Macintosh ;

• affichage du texte une page à la fois comme pour un livre imprimé ;

• intégration d’hyperliens et d’images ;

• la plupart des livres formatés pour eReader sont encryptés. La clef

étant composée du nom complet et du numéro de carte de crédit de

l’acheteur. Cette information n’est cependant pas stockée dans le livrel. Une

méthode sophistiqués est utilisée, ce qui amène qu’il y a peu ou pas de risque

que l’information de l’utilisateur puisse être extraite.

89 http://fr.wikipedia.org/wiki/Open_XML


FORMATS GRAPHIQUES NUMÉRIQUES

Tendances et enjeux techniques

Les formats graphiques actuellement les plus utilisés sur le Web sont :

Format JPEG

• JPEG (Joint Photographic Experts Group – extension .jpg ou .jpeg)

• GIF (Graphics Interchange Format – .gif)

• PNG (Portable Network Graphics – .png).

Le format JPEG est un format de compression très efficace mais avec perte de

qualité. Plus l’image est compressée, plus la qualité de l’image diminue. Il convient

donc de trouver un compromis permettant un chargement rapide tout en gardant

une qualité acceptable. Le format JPEG est particulièrement adapté et

recommandé pour les images de type photographie. Un fichier JPEG peut

comprendre en effet en effet 16.7 millions de couleurs et donne un bon rendu

pour les images nuancées et les dégradés. Le format JPEG ne supporte pas la

transparence et ne permet pas de créer des animations. Le format JPEG

sauvegarde davantage d’informations couleur que le format GIF et garantit de ce

fait un nombre élede couleurs. La compression flexible rend possible une

duction de la taille du fichier JPEG sans avoir trop d’impact sur la qualité de

l’image.

Format GIF

Le format GIF est un format qui utilise une compression sans perte de qualité.

Les images au format GIF peuvent contenir un maximum de 256 couleurs, ce qui

rend ce format peu adapté pour les photographies, les images nuancées et les

dégradés. Par contre, ce format donne d’excellents résultats pour les images avec

un petit nombre de couleurs, les logos, les formes géométriques, les boutons de

navigation, etc. Le format GIF permet la transparence et la création des

93


94

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

animations : les GIFs animés. Le format GIF fait l’objet d’un brevet détenu par

UNISYS.

Format PNG

PNG est un format d’images numériques ouvert, c’est-à-dire non propriétaire,

qui a été créé pour remplacer le format propriétaire GIF (soumis à un brevet).

PNG a été normalisé par l’ISO (ISO/CEI 15948:2004). Le format PNG utilise

une compression sans perte de données. Le PNG supporte, comme le GIF, une

palette indexée jusqu’à 256 couleurs, mais également les niveaux de gris jusqu’à 16

bits et les couleurs réelles jusqu’à 42 bits. Le PNG supporte la transparence ainsi

que 254 niveaux de transparence partielle. Les fichiers PNG sont généralement

plus légers que les GIF, par contre, le PNG est moins performant que le JPEG

pour la compression des photographies. Le PNG ne permet pas de créer des

animations. Seuls les navigateurs récents reconnaissent le format PNG. Il est à

noter que PNG possède un alter ego nommé MNG pour créer des animations,

mais il n’est pas supporté par tous les navigateurs Web.

FORMATS AUDIO NUMÉRIQUES

Les formats audio actuellement les plus utilisés sur le Web sont:

Format MP3

• MP3 (MPEG-1/2 Audio Layer 3) ;

• RealAudio ;

• AAC (Advanced Audio Coding) ;

• WMA (Windows Media Audio).

Le MP3 est l’abréviation de MPEG-1/2 Audio Layer 3, la spécification sonore

du standard MPEG-1, du Moving Picture Experts Group (MPEG). Ce format


Tendances et enjeux techniques

populaire de compression audio est ouvert et permet une compression

approximative de 1:4 à 1:12. Un fichier audio occupe ainsi quatre à douze fois

moins d’espace une fois transcodé en format MP3. Une spécificité intéressante

qui facilite le téléchargement et permet d’engranger quantité de données musicales

sur un support numérique, tel que par exemple un disque dur ou une mémoire

flash. Outre le fait de stocker la musique de façon très compacte tout en

conservant une qualité acceptable, le MP3 apporte une fonctionnalité rarement

présente sur les formats audio qui l’ont précédé : les métadonnées (données sur

les données). En clair, le fichier MP3 ne contient pas seulement la musique ou un

livre audio, mais peut également apporter des informations sur ceux-ci (telles que

l’auteur, le titre, le nom de l’album ou du livre, la pochette, les paroles ou du

karaoké). Ces informations sont stockées sous forme d’étiquettes dont il existe

plusieurs versions.

Format RealAudio

Le format RealAudio permet de diffuser la musique sur Internet en utilisant la

technique de lecture en transit 90 . Ce format propriétaire vient de la société

RealNetworks et est lisible avec RealPlayer, Helix Player et aussi Real Alternative. On

peut le créer avec RealProducer.

Format AAC (iPod)

L’Advanced Audio Coding ou AAC est un algorithme de compression audio avec

perte de données ayant pour but d’offrir un meilleur ratio qualité/compression

que le format plus ancien MPEG-1/2 Layer 3 (mieux connu sous le nom de

MP3). Il est un format propriétaire basé sur le standard MPEG4 de Dolby. Il a été

90 La « lecture en transit » est l’expression proposée par l’Office de la langue française en 1997 pour

l’anglais streaming. Il s’agit d’une technique de lecture de fichier multimédia permettant à un internaute de

lire le fichier en temps réel, sans avoir à attendre son téléchargement complet, en faisant appel à une

mémoire tampon situé sur le poste client grâce à un lecteur de contenu multimédia. (OLF)

95


96

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

choisi par différentes firmes comme Apple ou Real Networks. L’AAC est le format

de fichier audio supporté par Apple pour son baladeur numérique iPod et de son

logiciel iTunes 91 .

Format WMA

Windows Media Audio aussi appelé WMA est un format propriétaire de

compression audio de type « lossy » (destructeur) développé par Microsoft. Le

format WMA offre la possibilité de protéger dès l’encodage les fichiers de sortie

contre la copie illégale par une technique nommée gestion des droits numériques

(ou GDN). Il est par contre souvent illisible sur lecteurs portables, à cause de la

gestion des droits et des restrictions dans le format wma.

FORMATS VIDÉO NUMÉRIQUES

Les formats vidéo actuellement les plus utilisés sur le Web sont :

• Quicktime ;

• MPEG-4 (Moving Picture Experts Group) ;

• Windows Media Video ;

• RealVideo.

Format Quicktime

QuickTime est un format très populaire développé par Apple. Quicktime est

multi-plateformes et utilise de nombreux standards de l’industrie. QuickTime est

composé de trois éléments principaux :

le format de fichier ".mov" documenté et libre d’usage ;

91 Pour ce qui est de son service de vente musicale en ligne iTunes Music Store, la norme AAC ne proposant

pas de système de gestion des droits numériques, Apple a développé son propre système, appelé FairPlay.

Les créateurs de la cassette (Philips) et du baladeur CD (Sony) ont acheté lors de problèmes financiers

connus de la société InterTrust, la Technologie InterTrust DRM concurrente d’Apple.


Tendances et enjeux techniques

les logiciels de lectures de médias (gratuit et payant) ;

des outils de développements pour les éditeurs de logiciels et de

matériels.

Un fichier QuickTime contient une ou plusieurs pistes, chacune comporte un type

de données particuliers : audio, vidéo, effet ou texte (pour des sous-titres par

exemple). Chaque piste contient une piste media, soit le stream codé

numériquement (avec un codec tel Cinepak, Sorenson, MP3, JPEG, MPEG-4,

DivX...) ou une référence à un média situé dans un autre fichier ou sur un réseau.

Format MPEG-4

MPEG-4 (ISO/CEI 14496), est une norme de codage d’objets audiovisuels

spécifiée par le Moving Picture Experts Group. Il est à noter que le format MPEG-4

fut basé sur le format QuickTime. Les usages de MPEG-4 englobent toutes les

nouvelles applications multimédias comme le téléchargement et la lecture en

transit sur Internet, le multimédia sur mobile, la radio numérique, les jeux vidéo,

la télévision et les appareils haute définition.

Format Windows Media Video

Windows Media Video (terme anglais couramment abrégé par WMV) est le nom

d’une famille de codecs vidéo propriétaires développé par Microsoft. Sur Internet, il

est fréquent de rencontrer ce type de fichiers vidéo, que ce soit en téléchargement

ou la lecture en transit.

Format RealVideo

Le RealVideo est un codec vidéo propriétaire développé par RealNetworks. Le

RealVideo est beaucoup utilisé sur Internet en lecture en transit. Le RealVideo a été

créé pour diffuser des vidéos en lecture en transit sur Internet : de ce fait, il est

97


98

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

optimisé pour les bas débits. RealVideo est supporté sur plusieurs plateformes

dont Windows, Mac, Linux, Solaris et plusieurs appareils mobiles.

PROPOSITION DE FORMATS POUR LES LIVRES NUMÉRIQUES

En conclusion, pour la création, la conservation et la consultation sur écran des

livres numériques, le format PDF s’avère pour le moment être le standard de

facto. De plus, ce format est en processus de reconnaissance par l’ISO afin de

devenir le standard officiel et être géré par un groupe externe à Adobe.

Adobe semble très actif au sein des activités de l’IDPF et montre une volonté

de faire progresser PDF (ex. : nouvelle génération, appelée Mars, en

développement) et de respecter les futures normes OPS/OCF. Il faut cependant

noter que ces normes nouvelles normes OPS/OCF (aussi appelé OBE),

pourraient permettre à l’industrie du livre numérique de s’orienter vers deux sous-

ensembles de formats, soient PDF et OBE 92 . Mais, cela reste à être démontré,

PDF bénéficiant d’une très forte avance.

Par contre, pour ce qui est des appareils portatifs, style PDA, la décision est

moins évidente. Premièrement, Palm et Mobipocket 93 semblent mieux adaptés, car

conçus pour ce type d’appareils. Cependant, les dernières versions d’Adobe Reader

offrent des fonctions de repositionnement du texte (texte dynamique) en fonction

de l’appareil livrel. Adobe semble ainsi montrer une volonté d’adapter son lecteur à

cet environnement en en fournissant des versions mobiles.

Compte tenu de l’état de la situation des éditeurs de l’ANEL et de l’effort et

des coûts à assumer pour produire et développer l’expertise pour deux formats

numériques, il est recommandé de choisir Adobe PDF, à tout le moins, pour un

92 «Will the eBook will finally supersede paper? ». China Daily (North American edition), 6 octobre 2006, p.6.

93 Un avantage sensible est donné à Mobipocket, comparativement à Palm, en raison du fait qu’il semble

pouvoir être utilisé sur tous les PDA.


Tendances et enjeux techniques

avenir prévisible. Par contre, pour les éditeurs désireux de produire un format

propre aux mobiles, le format Mobipocket pourrait être intéressant car il supporte

une plus grande variété de PDAs que le format de Palm 94 .

Le choix d’un format de livre numérique impliquera des décisions et de

orientations à prendre pour les livres ayant déjà été publiés et n’étant pas en PDF.

Il faudra également décider si les livres qui sont uniquement en version imprimée

devront tous être numérisés ou seulement certains selon des critères propres à la

stratégie de l’éditeur. Le bénéfice de transformer ces livres en format numérique,

tel PDF ou autres, implique qu’ils pourraient éventuellement être disponibles, par

exemple, pour de la recherche textuelle. Mais tout cela implique des coûts.

Finalement, en ce qui concerne le volet multimédia du livrel, les formats audio,

graphiques et vidéo suivants sont suggérés pour le moment. Pour les formats de

fichier audio (ex. : utilisation pour livres audio), le populaire format MP3 reste un

choix intéressant et son format est ouvert. Pour les graphiques, les formats

ouverts suggérés sont JPEG et PNG en fonction des besoins spécifiques

recherchés 95 tandis que le format propriétaire GIF reste le choix pour les

animations. Pour les vidéos, les formats suggérés sont QuickTime et MPEG-4.

SERVICES ET FONCTIONNALITÉS NUMÉRIQUES

L’implantation du livre numérique apportera des changements importants des

différents acteurs de l’industrie. Elle changera l’expérience de lecture en la

dynamisant, elle rendra les communications entre les acteurs plus fluides.

Cependant, les défis sont importants, car un besoin significatif de normalisation

94

À cet égard, les possibilités d’affaires pour le monde de l’édition du lancement du nouveau iPhone de

Apple sont à suivre de près.

95

Voir les sections précédentes sur ces formats pour plus d’information.

99


100

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

des formats de livres et des informations échangées entre les différents acteurs est

très présent afin de permettre une transition sans heurts et bénéfique.

Les prochaines sections présentent les changements potentiels qui seront

rencontrés pour les services et fonctionnalités numériques offertes en termes

d’expérience usager, d’expérience e-commerce et de défis technologiques.

Expérience de l’usager

Un livre imprimé, en plus de contenir du texte, des graphiques et des tableaux

peut également contenir une table des matières, un glossaire, des références, des

notes de bas de page, etc. Un livre imprimé offre une lecture séquentielle et une

mise en page selon un format spécifique en termes de dimension de page, de taille

ainsi que de couleur des caractères, selon la maquette créée par l’éditeur.

Parallèlement, un livre audio classique est basé sur un livre imprimé et offre donc

également une écoute séquentielle du livre.

Les livres numériques amènent de nouvelles possibilités. La lecture séquentielle

n’est plus incontournable de même que la mise en forme n’est plus immuable. De

nouvelles fonctionnalités changent l’expérience de lecture en raison du nouveau

média, du mode imprimé au mode numérique. Ces principales fonctionnalités

sont :

• formatage dynamique en fonction des grandeurs d’écran ;

• formatage dynamique en fonction des préférences des utilisateurs,

comme par exemple, le choix et la taille des caractères ;

• liens dynamiques hypertextes permettant la navigation entre

différentes sections d’un livre numérique et permettant également l’accès à

des sites Internet ;


Tendances et enjeux techniques

• ajout de vidéos et/ou de sons, de musiques afin d’enrichir

l’expérience littéraire ;

• fonction d’écoute des mots peu familiers prononcés lors de la

lecture, utile pour l’apprentissage des enfants, par exemple ;

• permettre de continuer sa « lecture » dans des situations où cela

était auparavant impossible, comme par exemple, en conduisant son auto,

grâce à des fonctions d’audio intégrale synchronisée au texte ;

• fonction de recherche de texte ;

• utilisation d’outils permettant l’inscription de commentaires, de

notes, de surlignages, etc. ;

• possibilité de création de sa bibliothèque virtuelle en stockant les

livres numériques sur son appareil livrel ou sur son ordinateur personnel.

De plus, l’expérience d’achat d’un livre change pour le consommateur :

• accès à des librairies en ligne par Internet ;

• accès aux informations numériques de prévente des livres pour fins

de consultation ;

• accès aux critiques et autres informations littéraires permettant de

faciliter le choix ;

• limitation des déplacements, achat en ligne à partir de la maison

possible ;

• choix plus diversifié pour les livres audionumériques ;

• achat de parties et/ou sections de livres.

101


102

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Expérience de e-commerce

L’édition et la publication de livres imprimés sont encore très répandues.

Cependant, les livres numériques apparaissent peu à peu. Dans le domaine e-

commerce, l’expérience des éditeurs risque de changer de manière à dynamiser ses

relations avec les distributeurs et la clientèle. La venue du livre numérique devrait

apporter des changements importants aux possibilités de services et

fonctionnalités offerts à la clientèle, ainsi que définir de nouveaux besoins chez

les distributeurs et de la part de la clientèle :

• offre de livres numériques qui soient compatibles avec différents

appareils livrel et logiciels de lecture ;

• intégration de technologies permettant un respect plus strict des

droits d’auteur (Digital Rights Management) qui empêchent les fonctions

d’impression, de sauvegarde et de copie ;

• outils de recherche en texte intégral (Google Book Search (PDF),

Amazon) ;

• informations de prévente riche des livres numérique (Search Inside the

Book, Widgets et Upgrade Amazon) ;

• découpage de livres par chapitre pour fins de vente par section ;

• vente de mise à jour de livres à informations « périssables » (ex. :

guide de restauration) ;

• publicité contextuelle associée aux livres : Quand un utilisateur

consulte une page numérisée d’un livre, une technologie « lit » cette page et

ajoute une publicité ciblée par rapport au contenu de cette page ou un

widget. Et lorsque des utilisateurs cliquent sur ce type de publicité, le


Tendances et enjeux techniques

distributeur paie des droits de redevance (ex. : Google search). La publicité

contextuelle complémente un livre ainsi que les revenus des éditeurs ;

• vente de courtes œuvres littéraires variées, non publiée (ex. :

Amazon Shorts) : Dans le cas d’Amazon, ces œuvres distribuées

électroniquement n’ont jamais été publiées et sont pour vente numérique

exclusive à ce site. Ces courtes œuvres couvrent une variété de sujets et sont

disponibles en format électronique pour $0.49. Ceci est une bonne méthode

pour les auteurs de maintenir un lien plus direct et fréquent avec leurs

lecteurs ;

• visualisation partielle d’un livre : Ce type de fonctionnalité fournit

aux consommateurs l’information requise pour leur permettre de choisir le

livre adéquat et donc de prendre une décision d’achat éclairée. Des

fonctions telles que “Visualiser un échantillon” (i.e.: See Sample Pages)

permettent de consulter différentes parties d’un livre telles que la

couverture, l’index, Surprise Me, et plus. Amazon indique que la demande est

croissante pour les titres inscrits dans ce type de programme et dépasse

habituellement ceux qui ne sont pas dans le programme par plusieurs points

de pourcentage. Il est à noter qu’actuellement, les distributeurs tels

qu’Amazon offre des services de numérisation de livres afin de créer les

informations requises lorsque non disponible de l’éditeur ;

• « Upgrade », suite du service précédent, « Visualisation partielle d’un

livre », est également offert par Amazon, permet à des clients « d’améliorer »

leur achat pour inclure l’accès en ligne complet au livre. À partir du service

« Search Inside », les clients peuvent regarder et rechercher chaque page du

livre, aussi bien qu’ajouter des signets, des surlignages, et des notes aux

pages numériques. Ils peuvent également copier le texte des pages de livre et

l’imprimer, selon des limites strictes. Le contenu n’est pas téléchargé sur

103


104

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

l’ordinateur d’un utilisateur. Le contenu reste sur les serveurs du

distributeur. Le livre entier est ainsi montré, sans aucune restriction ;

• abonnement à une librairie virtuelle spécialisée, telle que Safari 96 ,

pour les professionnels en technologie de l’information. Permettant ainsi

l’accès à des livrels spécialisés et offrant au consommateur la possibilité de

se créer un livre adapté à ses besoins en termes d’information spécifique

recherchée.

Défis technologiques

Concevoir du contenu pour des livres numériques est sensiblement différent de

concevoir du contenu pour des livres imprimés, surtout si on désire que ces livrels

s’adaptent à différents appareils. Les principales différences sont liées aux trois

points suivants.

• Texte « dynamique » : le contenu d’un livre numérique est rarement

conçu de sorte que, par exemple, une image spécifique devrait être affichée à

une position spécifique sur une page spécifique. Au lieu de cela, les tailles

des caractères peuvent être modifiées par l’utilisateur au besoin, pour en

augmenter la lisibilité, pour créer une édition à gros caractères, ou pour

maximiser la quantité de texte par page. Cette flexibilité permet une

meilleure expérience de lecture, mais elle est un défi pour le concepteur qui

doit structurer le texte du livre numérique.

• Un livrel doit être lu par plusieurs appareils de lecture, sans oublier

l’évolution constante des formats et des appareils. Tel Internet, l’affichage

change en fonction du logiciel et de la plateforme par lesquels le livre

numérique, sans oublier les choix du lecteur. À l’inverse du monde de

96 https://members.oreilly.com/cs/promo/rlogin?x-url=https://ssl.safaribooksonline.com%2fpromo


Tendances et enjeux techniques

l’édition imprimée, c’est maintenant le lecteur qui choisit son rapport au

texte. Puisqu’une version unique d’un livre numérique doit être lisible sur

n’importe quel dispositif de lecture, la solution technologique à retenir par

l’éditeur exige un niveau élevé d’expertise et un effort méticuleux de

formatage. Il est impossible de prévoir la mise en page (ou mise en forme)

du contenu pour toutes les configurations d’écrans possibles. Il faut plutôt

indiquer la position des éléments selon un pourcentage de positionnement

pour chaque section. Cette solution facilite un affichage adéquat sous

n’importe quel format.

• Certaines pages numériques sont de très petite dimension.

L’élément le plus important à considérer est que les livres numériques

peuvent être visualisés sur des écrans de diverses dimensions, d’aussi petit

que 3 " X 4 " à aussi grand que 9 " X 12 ". Les grands tableaux en format

paysage et les graphiques sont difficiles, mais plusieurs types de livres sont

plus faciles à adapter à ces dimensions.

PROCESSUS POTENTIELS DE NUMÉRISATION

Pour permettre la production de livres numériques, le processus de production

d’un livre doit être adapté. Ces changements doivent se faire non pas en ajoutant à

la fin de la production papier une ou plusieurs étapes, mais bien en créant, à partir

d’un même processus, des formats de représentation d’une œuvre qui soient, par

exemple, imprimé ou numérique.

Premièrement, l’auteur ou l’éditeur pourra utiliser une application telle

qu’Adobe FrameMaker, Adobe PageMaker, QuarkXPress, ou Microsoft Word afin de

produire la représentation numérique du livre, comme c’est le cas actuellement.

Si le contenu existant est disponible en PostScript (Comme c’est le cas pour

plusieurs documents archivés), il pourra alors être converti en Adobe PDF. Les

105


106

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

fichiers Adobe PDF peuvent également être générés directement à partir de

fichiers HTML, de documents créés avec Microsoft Office, ou virtuellement, de tout

fichier numérique. Par contre, si le livre à produire est en format papier ou dans

un format numérique périmé, donc non réutilisable, une activité de numérisation

du livre papier sera alors requise à laquelle pourra s’ajouter de l’entrée de texte

manuellement.

Une attention doit être portée afin de s’assurer que les images et graphiques

soient dans un format approprié afin d’assurer le meilleur équilibre possible entre

fidélité visuelle et grosseur du fichier. De plus, il faudra créer le fichier PDF en

fonction des besoins requis. Par exemple, si on désire que le livre numérique soit

adapté à l’univers des PDAs, il faudra rendre disponible les fonctionnalités de

repositionnement du texte.

La figure suivante montre le processus général de production de livres

(numérique et papier). Ce processus peut conserver les anciennes étapes, telle que

la mise sous presse, tout en ajoutant la notion de production de livres numériques.


- !ypographie et mise en pages ;

- Correction des épreuves ;

- Création maquette page

couverture ;

Révision , peaufinage du texte

Impression

Presse

Livre

numérique

Publication

CD

Tendances et enjeux techniques

Éditeur

Fichier ou

groupe de

fichiers

Production

PDF, Word , Quark ,

PageMaker ,

InDesign ,

FrameMaker , RTF,

PostScript , ...

Archivage

Figure 3 – Processus général de production de livres

Et autres formats :

PNG, TIFF , Etc..

La mise en place d’un tel processus permettra de pouvoir répondre aux deux

modèles de vente suivants des livres papier, soient : «Imprimer-livre, Vendre-

livre » et «Vendre-livre, Imprimer-livre» qui peut aussi être nommé «Imprimer-à-

la-Demande». Ces modèles sont illustrés dans les prochaines figures.

107


108

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Commandes

Livres

Éditeur

Production

Et

Impression

sur demande

(Multi sites )

Distributeur (s)

Multiples

(Pas d’inventaire )

Réception

Canaux locaux

Libraires

indépendants

Détaillants

Internet

Chaînes

Fournisseurs en

bibliothèque

Clubs de livres

(Pas d’inventaire )

Expédition

Figure 4 – Modèle « Vendre-livre, Imprimer-livre »

Dans ce modèle, c’est le consommateur qui initie la demande de production

d’un livre.

Livres

Commandes

Éditeur

Production

Distributeur (s)

Nombre limité

(Inventaire )

Canaux

Libraires

indépendants

Détaillants

Internet

Chaînes

Fournisseurs en

bibliothèque

Clubs de livres

(Inventaire )

Figure 5 – Modèle « Imprimer-livre, Vendre-livre »

Dans ce modèle, c’est l’éditeur qui initie la demande de production de livres.


Tendances et enjeux techniques

La prochaine figure tente d’illustrer l’intégration de ces deux modèles.

Commandes

Livres

Éditeur

Production

Et

Impression

sur demande

(Multi sites )

Distributeur (s)

Nombre limité

(Inventaire )

Distributeur (s)

Multiples

(Pas d’inventaire )

Réception

Canaux

Libraires

indépendants

Détaillants

Internet

Chaînes

Fournisseurs en

bibliothèque

Clubs de livres

(Inventaire pour

les canaux

classiques )

Expédition

Figure 6 – Intégration des modèles

Les modèles pour les livres numériques suivent naturellement le modèle

« Vendre-livre, Imprimer-livre », mais en le renommant, « Vendre-livrel, Envoi-

livrel » ou « Vendre-livrel, Dévérouiller-livrel ». La figure suivante tente

d’expliquer comment le processus de sécurité relatif aux droits d’auteurs pourrait

fonctionner lors de la vente de livres numériques.

Auteur

- Créer contenu

- Word

PDF

Éditeur

Marchand PDF

- Génère clé

- Barre PDF

Clé

PDF encrypté

Distributeur

-Gestion des clés

-Gestion des PDF barrés

Clé

PDF encrypté

PDF encrypté

Détaillant

-Commerce

-Barre clé avec info HW /

usager

Clé

HW/User ID

Clé personnelle

PDF encrypté

Figure 7 – Processus de protection des droits d’auteur d’un livre

109

Consommateur

-Achète contenu

- Fournit HW /User ID

Acrobat Reader Web Buy

- Débarre et visualise eContent

Ce processus, basé sur les fonctionnalités de sécurité de droits d’auteur, offert

par Acrobat, implique qu’une clé d’encryptée est associée à un livre numérique et


110

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

que lors de l’achat, cette clé est encodée de manière à enregistrer des informations

sur l’acheteur et sur son appareil de lecture pour éviter ou limiter les copies

pirates.

Les nouveaux processus de production impliqueront le changement de

processus internes d’édition. Il faut repenser le livre en fonction du texte

numérique. Par exemple, formatage du texte de manière à tenir compte des

appareils mobiles, insertion de liens URL, production d’information riche pour la

vente du livre, etc.

Également, les relations aux distributeurs, les efforts de normalisation des

échanges d’informations au sujet des livres offerts (exemple : respect de la norme

ONIX) devront en premier lieu être effectués de manière à uniformiser la

production de ce type d’information.

Ce chapitre a fait l’état des lieux concernant les principales normes et

standards. Toutefois, force est de constater que ces normes sont encore en

évolution. De façon générale, l’éditeur doit suivre l’évolution des normes,

influencer les autres acteurs de la chaîne du livre afin de minimiser le nombre de

formats différents demandés par les distributeurs. Par ailleurs, l’éditeur doit

intégrer à sa pratique, la gestion, la production et la commercialisation de la

version numérique des livres publiés par sa maison. Ces activités peuvent se faire

en interne, en externe ou par une structure collaborative, afin de minimiser les

efforts de maintenance, de gestion et de création de ces informations.


Chapitre 3

Les modes de commercialisation

du livre et leurs acteurs

Ce chapitre s’intéresse au marché de l’édition numérique du point de vue de

l’éditeur. Sept modes de commercialisation établis et en émergence qui permettent

de valoriser le fonds d’un éditeur sont décrits et commentés :

1. le site Web de l’éditeur ;

2. la vente de livres imprimés par les libraires en ligne ;

3. la vente de livres numériques par les libraires en ligne ;

4. la vente de livres audionumériques ;

5. les agrégateurs ;

6. les outils de recherche ; et

7. l’entrepôt numérique.

Ces modèles ne sont pas mutuellement exclusifs. Dans le monde numérique, un

seul modèle ne peut constituer toute la stratégie d’un éditeur afin de valoriser au

mieux son fonds. Évidemment, les options retenues sont aussi fonction des

investissements à consentir, du niveau de risque acceptable pour l’éditeur, des

exigences que les modèles revêtent et de l’évaluation de l’intérêt d’être présent sur

ce terrain et à quelles conditions.

VENTE EN LIGNE DES TITRES SUR LE SITE WEB DE L’ÉDITEUR

La vente de livres peut passer par un recours aux facilités et fonctionnalités du

Web. Certaines agences vont s’y employer, on y reviendra. L’éditeur peut aussi

s’investir dule de commerçant de ses propres livres. Dans un premier temps, il

peut considérer que ce rôle appartient au libraire et qu’en bonne intelligence avec


112

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

ces partenaires traditionnels, il serait inapproprié d’entrer sur ce territoire

professionnel.

Remarques liminaires

Dans le monde anglophone, les grands éditeurs pratiquent la vente sur leurs

sites (des exemples seront donnés dans ce chapitre). Plus près de nous, nous

avons procédé à un recensement rapide d’une trentaine d’éditeurs membres de

l’ANEL, indépendants ou associés à un groupe ; de là, on peut observer que

plusieurs ont franchi le pas.

Nous avons, somme toute, plusieurs cas de figure. D’abord, assez peu

d’éditeurs, certains notamment en littérature générale (Pierre Tyssère ou

Hurtubise HMH), mais aussi dans le livre scolaire (Chenelière ou CEC), font

l’impasse sur le Web comme mode de commercialisation de leurs livres. Ces

éditeurs, dans leurs sites, proposent, comme mode de commercialisation de leurs

titres, la voie conventionnelle, qui passe par la librairie, en indiquant les endroits

où s’adresser : les diffuseurs et distributeurs auprès des librairies. Ensuite, d’autres

sont fidèles à cette pratique, mais prévoient un mode d’accès aux libraires

électroniques. Parmi les librairies électroniques mentionnées dans les sites

référencés, nous retrouvons : Amazon, Coop UQAM, Librairie Archambault, Librairie

Chapters-Indigo, Librairie Clément Morin, Librairie Gallimard, Librairie Gemini, Biblairie

GGC, Librairie La Liberté, Librairie Monet, Librairie Pantoute, Librairie Renaud-Bray,

Fnac, Amazon.fr, Alapage.fr, La Librairie du Québec à Paris. Évidemment l’interface, la

convivialité et l’inventaire disponible varient d’un site à l’autre. Nous y

reviendrons, mais l’idée reste la même : on facilite au visiteur l’achat d’un de ses

titres en le dirigeant vers une librairie électronique. Dans ce cas de figure, on peut

mentionner les sites de Boréal, Québec-Amérique ou Fides.


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Cela dit, près des deux tiers des sites consultés montrent que l’éditeur est

désormais prêt à s’engager dans la vente directe de ses livres par le Web. Le

regroupement d’éditeurs peut ici fausser la perception générale du phénomène,

car les groupes amplifient le nombre total d’éditeurs établis en fonction des

raisons sociales. Par exemple, le Groupe Sogides réunit plusieurs raisons sociales de

maison d’édition dans l’option de la commercialisation par le Web, ne serait-ce

qu’en fournissant un service commun à chacune des entités qui participent au

Groupe. Mais il faut ajouter que de plus petits regroupements existent (pensons à

Guérin avec Lidec, par exemple) et qu’un nombre significatif d’éditeurs

indépendants (comme PUL, PUQ, Médiasaul, Varia, Septentrion, XYZ) ont mis en

place une interface et le service nécessaire à la vente directe.

C’est ce modèle qui est considéré dans cette section, soit la mise en place d’un

service de vente en ligne par l’éditeur ou son groupe. Il est à noter que dans ce

cas, et cela peut apparaître bien compréhensible, les sites des éditeurs font

généralement abstraction de la vente en librairie conventionnelle ou en librairie en

ligne.

Caractéristiques

La vente des titres par l’éditeur lui-même ou par un service dont il s’est doté

directement permet à la personne qui consulte le site Web de l’éditeur de

lectionner un livre et de s’engager, avec un minimum d’opérations, à l’acheter

moyennant paiement par carte de crédit. Deux exemples permettent d’illustrer le

propos. Sur le site d’Hexagone, pour chaque titre affiché en nouveautés de même

que pour chaque titre en catalogue 97 , on propose au visiteur du site de se procurer

le livre en procédant à la transaction sur le site même.

97 http://www.edhexagone.com/index.asp

113


114

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Figure 8 – Offre d’achat en ligne, l’Hexagone

De là, le visiteur a accès à une interface qui fonctionne par analogie au panier de

provision. Plusieurs titres peuvent être ajoutés, puis le coût total de la transaction

est affiché. Dans ce cas, tous les membres du Groupe Sogides bénéficient de ce

service. Jusqu’à la sélection des titres de l’éditeur et au calcul du coût de la

transaction, le visiteur-acheteur reste dans une interface au nom et avec la

signature graphique de l’éditeur 98 , puis, lorsqu’il enclenche la procédure du

paiement, il est acheminé vers une interface commune à Sogides 99 . De là, se fait le

paiement sécurisé. Le client recevra par la poste son ou ses livre(s) dans un délai

de un à 14 jours selon la destination, mais généralement en moins d’un semaine

lorsqu’il réside au Canada ou aux États-Unis.

Cet exemple permet de mettre en évidence non seulement un service qui est

assez standard, mais aussi la mise en place d’une plateforme commerciale

commune par un regroupement d’éditeurs. De façon toute autre, un éditeur

98 http://www.edhexagone.com/sb_edit_order.asp?CodeProduit=324045&by=&quantity=1

99 https://secure.sogides.com/EditionSecure/frais.asp


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

indépendant peut s’engager dans ce genre de service, sans bénéficier du soutien

d’un groupe. L’appartenance à un groupe n’apparaît pas nécessaire à la mise en

place du service. L’exemple des Presses de l’Université Laval permet de l’illustrer.

D’entrée, tous les titres sont offerts en achat direct. Puis, on passe à l’étape de la

transaction dans une interface qui semble appartenir en propre à cet éditeur. Les

procédures ne présentent rien de nouveau par rapport à ce qui a été mentionné.

Figure 9 – Achat en ligne, PUL - éditeur indépendant

115


116

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Dans cet exemple, on est toujours dans l’univers de l’achat et de la livraison par

la poste de la copie imprimée du livre. Mais le livre peut se décanter autrement.

Les services qui suivent permettent de l’illustrer.

L’éditeur XYZ offre à ses visiteurs-acheteurs la possibilité de se procurer par la

poste copies de ses livres imprimés, selon la démarche commune. Mais s’ajoute

aussi la possibilité de se procurer le livre en format numérique. Sur demande, et à

un prix moindre, le lecteur peut recevoir le livre en fichier PDF. Dans ce cas

particulier, il peut y avoir un délai de livraison du fichier par courrier électronique,

mais qui est moindre que le délai de la livraison postale. Le client doit choisir le

support sur lequel il veut s’approprier le livre, ce qui a une incidence sur l’objet,

sur le prix et sur le délai de livraison 100 .

Figure 10 – Bordereau de commande, PDF offert, XYZ

100 http://www.xyzedit.qc.ca/panier.php?lang=fr


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

L’introduction de l’offre du PDF n’est pas singulière. Tantôt tous les livres font

l’objet de cette offre — comme c’est le cas chez XYZ —, tantôt l’offre est limitée

à une partie des titres (que l’on peut présumer épuisés) — pensons à

Septentrion 101 —, mais aussi l’introduction du PDF peut servir à « décomposer » le

livre dans ses parties. Parmi les éditeurs québécois, Les Presses de l’Université du

Québec 102 donnent un bel exemple des possibilités en cette matière.

Dans ce cas, l’offre d’acquisition du livre se présente de la façon suivante : livre

imprimé, livre numérique, livre imprimé et numérique, chapitre numérique. Les

prix se déclinent en fonction du choix fait par le client. Plus de 200 titres du fonds

sont vendus en format numérique, mais aucun qui fasse partie de la liste des

nouveautés. On ne peut repérer non plus une barrière mobile qui serait tributaire

de la date de parution. D’autres considérations sont retenues.

Notons au passage que l’on propose divers éléments pour informer le client

potentiel sur le titre en question, allant de la fiche produit, jusqu’à la table des

matières et en passant par l’introduction et la préface (nous avons pris un titre au

hasard 103 ). On peut ajouter, le cas échéant, les commentaires publiés sur le livre.

101 http://www.septentrion.qc.ca/panier.php

102 http://www.puq.ca/fr/index.asp

103 http://www.puq.ca/fr/repertoire_fiche.asp?titre=numeriques&noProduit=D1154

117


118

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Figure 11 – Services offerts aux lecteurs

La très grande majorité des livres en format numérique sont également

proposés sous forme de chapitres que l’on peut se procurer séparément. Le

lecteur-client a le loisir d’acheter l’un ou l’autre chapitre d’un livre plutôt que

l’intégralité du texte. Dans le cas affiché ci-dessous (Le commerce électronique), le prix

d’un chapitre est équivalent au quart du prix du livre intégral.


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Figure 12 – Formats diversifié du livre et charte de prix, PUQ

L’achat de la version numérique est conclu par paiement par carte de crédit. Le

client peut télécharger presque sur le champ son fichier et il ne peut différer

l’opération de plus de 48 heures. Les mêmes restrictions reliées au droit d’auteur

s’appliquent dans l’utilisation du fichier numérique ou dans l’usage de la version

imprimée du fichier numérique. Cette pratique commerciale introduite par les

PUQ participe à une tendance qui croît en importance chez les grands éditeurs

internationaux. On peut citer Thompson en exemple 104 pour la vente de chapitres

d’ouvrages. Par la stratégie marketing employée, on peut facilement constater que

le client visé est l’étudiant. Dans ce cas, le paiement peut se faire par carte de

crédit ou par carte débit, cette dernière sur le modèle de la carte iPod.

104 http://www.ichapters.com/

119


120

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Figure 13 – Page d’accueil du site iChapters de Thompson à l’attention des étudiants

Le nombre des éditeurs québécois qui s’engagent dans la vente directe aux

lecteurs-clients par le Web va croissant. Ceux qui ont passé ce cap ne se

caractérisent pas nécessairement par l’importance relative de leur place dans le

monde de l’édition ni nécessairement par la valeur de leur fonds ou de leur santé

financière. Mis à part l’intérêt et l’ouverture que les uns et les autres peuvent

démontrer pour le monde numérique, c’est l’appréciation de l’opportunité de

s’investir dans un nouveau rôle et de la transgression dule conventionnel de

l’éditeur face au distributeur et au libraire qui semble en cause pour l’éditeur.

Explicitement ou implicitement cette question doit être tranchée. Ce préalable

se situe aussi dans un champ d’interrogations qui portent sur l’intérêt d’aller en ce

sens. L’appréciation et l’anticipation que l’éditeur peut faire des retombées

financières et des engagements financiers préalables font nécessairement partie du


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

tableau d’ensemble. Au-dede la vision et des principes concernant lesles

réciproques, l’intérêt pécuniaire ne peut être passé sous silence.

Évidemment, plus les services seront diversifiés, plus la présence d’un soutien

technique et la capacité organisationnelle de l’éditeur seront posées. La

disponibilité des ressources nécessaires au sein du personnel ou le recours à un

prestataire externe de services relève d’un choix d’entreprise, mais ne change pas

le fait qu’il y ait un coût rattaché à l’opération.

La question ne se pose peut-être pas uniquement en termes de

coûts/bénéfices. Le rayonnement, la visibilité, la disponibilité des titres que

permet la vente par le Web peuvent être considérés comme des valeurs

intangibles rattachées à la mission de l’éditeur et auxquelles des décideurs peuvent

accorder une grande importance. De plus, la pratique de la vente en ligne

devenant courante, ce service peut vraisemblablement être identifié à une

composante de l’image de marque de l’éditeur. Ajoutons que certains secteurs se

prêtent davantage ou suscitent sans doute de plus grandes attentes concernant ces

services. On peut penser, par exemple, que le livre universitaire est l’un de ces

secteurs où la décomposition du livre en chapitres peut apparaître acceptable et

répondre aux attentes, alors que dans d’autres secteurs, cela ne rencontrerait pas le

même intérêt.

Potentiel et limites

Dans la relation qu’entretient l’édition de livres avec le monde numérique, la

vente par l’éditeur sur son site Web reste une avenue très fragmentaire et

témoigne d’une influence très limitée du potentiel du numérique. Cela ne veut pas

dire que ce soit sans intérêt. Il faut retenir que le livre, dans sa conception, sa

fabrication, ses caractéristiques physiques comme objet, et son intégrité éditoriale,

reste ce qui il est. C’est le mode d’acquisition qui se modifie.

121


122

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Cependant, lorsqu’on introduit la vente du fichier numérique en format PDF,

quelques-uns de ces derniers éléments sont revus. Cela peut avoir une portée

significative à terme. Par exemple, les caractéristiques physiques du livre sont

modifiées, le mode d’acquisition passe par la communication électronique (et non

par la poste) et il devient possible de fragmenter l’entité livre (et son intégrité

éditoriale) en le livrant par fractions, au besoin. Mais à l’origine, le travail éditorial

se fait en référence au livre conventionnel : le numérique et ses potentialités

n’investissent pas cette étape du processus. Cela souffre certaines réserves, si on

pense à l’utilisation du multimédia pour du matériel didactique accompagnant le

livre pédagogique, par exemple.

Ajoutons que l’utilisation du format PDF est à la portée du plus grand nombre,

éditeurs comme lecteurs. C’est une procédure à peu de frais qui peut facilement

faire partie des routines, même pour préparer un fichier léger pour la diffusion

Web (qui n’est donc pas celui envoyé à l’imprimeur). Le format PDF est devenu,

de fait, une norme au sens où c’est un format quasi-universel et pour lequel la

barrière à l’entrée est à peu près nulle : installation sans frais et rapide,

multiplateformes et usage généralisé. Le service du format PDF ne semble pas

imposer de grandes contraintes, financières, organisationnelles ou techniques.

Si cette pratique tarde à s’implanter, c’est sans doute pour une série de

considérations. Un accès au fichier numérique du livre dès son lancement est

susceptible de nuire aux ventes du livre conventionnel et non seulement apporter

un lectorat supplémentaire. On pourrait comprendre, dans cette perspective, qu’il

y ait un embargo concernant le fichier PDF pour les nouveautés. Par ailleurs, la

vente d’un fichier numérique change la vision conventionnelle du livre et est

virtuellement porteuse d’un déplacement du paradigme pour sa conception et le

processus éditorial, surtout si l’éditeur s’engage dans le fractionnement de son

intégrité éditoriale. Ce passage demande à être réfléchi et ce, en fonction du


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

secteur d’activité de l’éditeur, soit de la nature de l’entité éditoriale ; un livre

universitaire se décompose sans doute plus aisément en chapitres qu’un roman

historique ou un thriller, par exemple. Enfin, notons que le fichier transmis en

format PDF est soumis aux mêmes règles du droit d’auteur que le livre

conventionnel. L’acquéreur du livre à des droits et des contraintes dans

l’utilisation qu’il fait de l’œuvre quel que soit son support physique. Mais l’éditeur

peut craindre, en offrant le fichier numérique, de faciliter une utilisation

incorrecte, en raison de la plasticité et de la polyvalence du support numérique. Ce

faisant, le fichier numérique peut apparaître comme une menace. Il s’agit là d’une

appréciation qui peut être contestée, mais on peut estimer qu’elle est assez

répandue, encore que l’entité physique livre permet ce que certains ont appelé le

« photocopillage ».

Il convient de noter que le format d’encodage PDF reste relativement

« primaire ». Il permet de lire à l’écran et d’utiliser certaines fonctionnalités plus

« avancées », telle l’annotation, mais il est largement retenu pour imprimer ce qui

est la réplique de la version imprimée conventionnelle du document, que ce soit

un livre, un article ou un rapport. Cette remarque pour dire que le PDF reste un

format « primitif » du livre numérique. Ce format ne semble pas devoir s’imposer

dans le monde du nouveau livre numérique et la compagnie-mère (Adobe) a déjà

concédé ce fait. Ce constat permet de prendre la mesure de l’utilisation de ce

format dans la relation de l’édition du livre au monde numérique, avec ses larges

potentialités.

En somme, l’ouverture d’une vitrine permettant, à partir du catalogue des

titres, d’acheter le ou les livre(s) directement du site de l’éditeur consiste à ouvrir

un nouveau vecteur de vente. L’éditeur permet au lecteur de faire l’acquisition de

ses ouvrages avec un minimum de contrainte (disponibilité, déplacement, mode

de paiement) et de procéder à l’achat sans délai. Cette vitrine, étant hébergée sur

123


124

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

le site de l’éditeur, celui-ci définit en toute autonomie son image graphique et la

relation qu’il établit avec le lecteur-client. En somme, il s’agit d’un nouveau

service interne par lequel il ne se départit d’aucun de ses droits ou de ses privilèges

dans la valorisation de sa marque (sa personnalité éditoriale ou d’entreprise). Mis à

part l’intérêt intrinsèque du fonds des titres publiés de chaque éditeur, les

retombées d’un tel service dépendent largement du nombre de visiteurs sur le site

de la maison d’édition. Un site « confidentiel » aura peu d’effets, alors que le

référencement du site, la connaissance ou la publicité de l’existence de ce service

peut attirer les visiteurs et donc le « trafic » sur le site. Faute de données

d’entreprise, il est difficile d’estimer les retombées financières et celles-ci doivent

être mises en balance avec les ressources consenties pour un tel service.

Défis et enjeux

L’introduction de ce service exige de consentir certaines ressources et de réunir

certaines conditions organisationnelles. Leur importance relative dépend de la

diversité et de la qualité du service.

Le site Web doit être configuré pour annoncer et faciliter la mise en œuvre de

ce service. L’interface doit notamment prévoir, mis à part un fichier d’aide au

client, les fonctionnalités nécessaires à la sélection des titres, à la facturation, à

l’encaissement par carte de crédit (ce service peut être imparti à un prestataire

externe). De plus, le fonds doit être disponible (livre physique, fichier numérique

[tout ou partie]) et les titres livrés par la poste ou par communication électronique.

Cela nécessite certains outils et des processus d’affaires qui les accompagnent.

Dans l’ensemble, les exigences organisationnelles, techniques et financières, si

tant est que l’éditeur dispose d’un site Web de bonne facture, ne semblent pas

hors de portée. D’ailleurs des outils logiciels ou des prestataires de services


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

peuvent venir appuyer l’éditeur dont l’expertise ou l’infrastructure seraient

limitées.

L’introduction et la généralisation de la vente directe de l’éditeur

contreviennent à la répartition conventionnelle des responsabilités des divers

intervenants dans le monde du livre, partant de l’éditeur au libraire, en passant par

le diffuseur-distributeur. Cette répartition des tâches est certainement ébranlée par

la vente directe de l’éditeur, et il faut en saisir l’impact. À son échelle, la vente

directe par l’éditeur a certes un effet systémique sur la chaîne de l’édition

conventionnelle, l’impact spécifique reste encore difficile à évaluer. En même

temps, cela se situe dans un environnement où c’est l’ensemble de cette chaîne

des compétences qui se recompose, notamment avec l’avancée du monde

numérique. La vente directe de l’éditeur n’est qu’un des éléments perturbateurs,

alors que les secousses viennent de diverses parts. Les sections qui suivent

l’illustreront par autant de lieux d’incidence de ces effets déstabilisateurs.

VENTE DES LIVRES IMPRIMÉS EN LIBRAIRIES EN LIGNE

Quelques éditeurs du Québec pointent, de leur site Web, les librairies en ligne.

On y retrouve, au total, la plupart des libraires en ligne susceptibles de bien

représenter les livres et les éditeurs québécois. On pense notamment à Biblairie 105 ,

Archambault 106 , Renaud-Bray, 107 Librairie Pantoute, 108 Librairie Zone, 109 Mosaiqueinter, 110 et

Gallimard. 111 D’autres librairies sont aussi mises en évidence. À côté de la Libraire

105 http://www.biblairie.qc.ca/ ;

106 http://www.archambault.ca/store/ ;

107 http://www.renaud-bray.com/ ;

108 http://www.librairiepantoute.com/ ;

109 http://www.zone.ul.ca/ ;

110 http://www.mosaiqueinter.com/

111 http://www.gallimardmontreal.com/

125


126

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

du Québec à Paris 112 , on retrouve notamment Amazon.ca 113 et Amazon.fr. 114 Il reste

que peu d’éditeurs font cet exercice, sachant que tous les éditeurs qui vendent en

ligne s’en abstiennent. D’autres grands joueurs auraient pu être cités, comme

Chapters 115 et la FNAC 116 . Il serait inutile de faire l’inventaire détaillé de ces

librairies en ligne et encore davantage du service mis en place sur chacun de ces

sites. Ce qui importe davantage, c’est de saisir la nature de ce service et son

positionnement pour la vente du livre, en se plaçant du point de vue de l’éditeur.

Caractéristiques

Le service de vente de livres par une librairie en ligne relève d’une initiative

commerciale d’une librairie, soit comme extension de son service conventionnel,

soit comme activité principale voire exclusive d’une librairie nouveau genre. Le

lecteur y vient de plusieurs façons. Il peut y être référé par un éditeur, mais plus

souvent il y accède directement car il connaît ce service. D’ailleurs, les librairies en

ligne les plus pro-actives ont mis en place des services d’alerte afin de créer un

lien avec le lecteur-client, en se basant sur ses achats antérieurs et sur les choix

congruents des personnes s’intéressant aux mêmes thématiques. Cette façon de

faire favorise une fidélisation du client, basée sur le fonds disponible chez ce

libraire et non en fonction d’un éditeur précis. En d’autres termes, du point de

vue de l’éditeur, il ne s’agit en aucun cas d’un service dédié et il a une capacité

d’influence bien mince pour ce qui est de la valorisation de ses titres.

112 http://www.librairieduquebec.fr/

113 http://www.amazon.ca

114 http://www.amazon.fr/

115 http://www.chapters.indigo.ca/

116 http://www.fnac.com/


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Figure 14 – Exemple d’une alerte basée sur un achat antérieur

En fait, lorsque le lecteur-client se présente sur un site de librairie en ligne, il

prend connaissance d’une mise en place librairie qui reflète la stratégie marketing

du site et il est appelé à faire usage de fonctionnalités diverses qui sont assez

communes. Par exemple, une consultation la même journée (le 6 juin 2007) de

différentes librairies en ligne montre très bien que la page d’accueil des livres attire

l’attention sur des titres assez différents. Pour faire image, deux sites de ces

libraires du Québec sont retenus, de même que deux sites français.

127


128

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Figure 15 – Page d’accueil livres chez Renaud-Bray, le 6 juin 2007


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Figure 16 – Page d’accueil livres chez Archambault, le 6 juin 2007

Les pages d’accueil pour les livres ont des présentations assez caractéristiques.

Des recoupements peuvent être faits pour certains titres, mais chaque librairie

garde sa personnalité pour le contenu et pour la forme. Que ce soit par l’habillage

graphique, par la démarche marketing, par la sélection des contenus et par la

diversité des produits, nous avons là deux entreprises distinctes. Il est à noter que

le livre n’est toujours qu’un type de produits parmi d’autres. Plus que jamais, c’est

la librairie-bazar qui s’offre au lecteur-client, faisant en sorte que les sollicitations

129


130

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

multiples proposées par l’interface ne le mettent pas à l’abri de la dispersion dans

des voies de consultation et d’investigation.

Figure 17 – Page d’accueil livres chez Amazon.fr, le 6 juin 2007

Les diverses fonctionnalités des sites se recoupent : moteur de recherche,

instruments de navigation, sélection des « meilleurs » titres, etc. Évidemment, la

qualité de ces services diffère, mais il n’est pas dans notre propos d’en faire

l’évaluation. Contentons-nous de mentionner que les moteurs de recherche n’ont

pas la même efficacité (indépendamment de l’inventaire), certains produisant

beaucoup de bruit. De même, la sélection des titres dans les « coups de cœur » ou

les « incontournables » est susceptible d’être discutée. Là encore, ces


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

caractéristiques appartiennent à la librairie en ligne et font partie de la marque de

commerce de chacune ; chose certaine, elles échappent à l’éditeur.

La fonctionnalité la plus innovante sur ce genre de site, c’est la possibilité

offerte de feuilleter les livres. Cette fonctionnalité est désignée sous le nom Search

inside ou « chercher au cœur » du livre sur les sites Amazon. Cette possibilité n’est

offerte que pour les livres munis d’une autorisation préalable, donnée à la librairie

en ligne par le porteur des droits d’auteur du livre. Cette autorisation permet à

Amazon de donner au lecteur-client la possibilité de parcourir une partie du livre.

De cette façon, il est possible, non seulement de prendre connaissance de la

couverture et de la déclaration du copyright, mais aussi d’un extrait du livre. On

note que ce feuilletage se limite généralement à cinq pages. À cela s’ajoute la

possibilité de rechercher un mot ou une suite de mots dans l’ensemble du livre et

de prendre connaissance des extraits liés à cette requête de recherche, extraits de

quelques pages à chaque fois, afin de contextualiser le mot ou l’expression

recherché(e). Cette fonctionnalité, qui permet de feuilleter le livre, et donc de

bouquiner, est présente sur Amazon, mais, de toute évidence, demande des

moyens qui ne sont pas à la portée du plus grand nombre des librairies en ligne.

131


132

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Figure 18 – Service Search inside chez Amazon

De façon générale, la présence des livres des éditeurs québécois est bien

assurée sur les librairies en ligne au Québec et plutôt satisfaisante sur des sites

concurrents en France. Ce jugement s’appuie sur la présence des titres de 24

éditeurs québécois (dans tous les secteurs) sur les sites Renaud-Bray.com, Amazon.ca,

Amazon.fr et Fnac.com. Il n’est pas surprenant que le nombre de titres et la présence

soient plus importants sur les deux sites québéco-canadiens, mais il faut noter une

très importante représentation sur le site Amazon.fr. En comparaison, le site de la

Fnac est beaucoup plus décevant pour les titres et éditeurs québécois. De façon

générale, Amazon.ca a en catalogue plus de titres par éditeur qu’Amazon.fr, mais il

n’est pas exceptionnel qu’Amazon.fr ait autant, voire plus de titres par éditeur que

Renaud-Bray, ce qui donne la mesure de la couverture de Amazon.fr.


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Figure 19 – Page d’accueil de AbeBooks.fr, 7 juin 2007

On peut signaler la quasi-absence de certains éditeurs sur l’écran-radar des

librairies en ligne, alors que ces éditeurs s’investissent dans le numérique en

offrant sur leurs sites respectifs l’achat direct. On pense, en particulier, à : PUL,

PUQ et Médiasaul. Il y a fort à parier que la question se joue d’abord sur le terrain

du distributeur. Si ce dernier n’est pas agréé par les libraires en ligne — pour

quelque motif — les livres y seront absents. Une investigation pourrait montrer

qu’il peut s’agir également d’une volonté de l’éditeur ou du distributeur de se

retirer de ce canal de vente. Pour prendre un exemple étranger, on sait que les

titres des éditions Peter Lang – P.I.E., qui table sur les ventes par leur site, ne sont

133


134

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

pas disponibles dans les libraires en ligne. Cela ne semble pas être la volonté des

PUL et PUQ, mais on pourrait trouver ce cas de figure.

Avant de terminer ce panorama, on doit mentionner le site, ou les sites,

AbeBooks qui fédère(nt) 13 500 vendeurs partenaires distribués dans 53 pays.

AbeBooks est en effet la plus grande plateforme en ligne de livres neufs, anciens,

rares ou d’occasion car elle a franchi en octobre 2006 le cap des 100 millions de

livres disponibles. En 10 ans, la plateforme est passée de 1 à 100 millions de

livres, ce qui témoigne d’une croissance vertigineuse. Une recension rapide

permet de retrouver de très nombreux titres d’éditeurs québécois. Prenons pour

exemple, Libre expression avec (environ) 1000 exemplaires, les PUM avec 900,

Chenelière, avec 300, Boréal avec 6000, Hurtubise HMH avec 1200 et Québec-Amérique

avec 2000.

Dans tous les cas, l’éditeur en tant que tel est assez passif dans la mise en vente

de ses titres par la libraire en ligne. Plusieurs cherchent à s’assurer que leurs titres

soient présents et, pour ce faire, que le distributeur soit agréé ou collabore avec

ces librairies. L’implication financière est près d’être nulle et demande rien en

termes de soutien technique. Sur ces plans, comme sur celui de la capacité

organisationnelle, la charge est portée par un autre maillon de la chaîne du livre,

soit le distributeur. C’est ainsi, par exemple, que les ouvrages des PUL ne sont pas

encore sur Amazon.ca, alors que, distribué en France par la Librairie du Québec à

Paris, ils sont présents, pour près d’une cinquantaine sur Amazon.fr.

Potentiel et limites

Les librairies en ligne, tout comme la vente directe du site Web de l’éditeur, a

une incidence périphérique sur la place du livre dans le monde numérique.

L’édition est fonction de l’imprimé et le processus éditorial n’est en rien touché

ou conditionné par les technologies numériques, si bien que l’entité livre répond à


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

sa définition la plus conventionnelle. Ces librairies jouent un rôle non-négligeable

dans la commercialisation du livre, sachant bien que l’activité de

commercialisation relève d’abord et avant tout de l’initiative de la libraire en ligne

et non de l’éditeur. Il suffit que le distributeur s’assure de son statut auprès de la

librairie pour que celle-ci mette en vente le catalogue ou une partie du catalogue

de l’éditeur.

Se situant au terme de la chaîne du livre, soit après la distribution, et n’ayant

pas d’impact sur le processus éditorial, tant pour le contenu que pour le format,

l’éditeur garde le plein contrôle éditorial et l’ensemble se situe dans le plein

respect des droits d’auteur. Sur ce plan, ce n’est que les modalités de consultation,

de transaction et de livraison qui change, alors que ce qui est amont reste intact.

Notons cependant que l’introduction du service Search inside est susceptible de

modifier cette « neutralité », du moins pour ce qui est du contrôle sur les droits et

sur le produit visualisé.

L’incidence des librairies en ligne, c’est d’ajouter une avenue supplémentaire

dans la vente aux lecteurs, soit dans l’établissement des modalités de proposition

du fonds éditorial et de transactions avec le client. Il est difficile de juger des

retombées sur les ventes de cette nouvelle vitrine. D’ailleurs, il n’est pas certain

que les distributeurs fassent bien la différence, dans leurs relevés de ventes, entre

la vente par libraire conventionnelle et la vente par librairie en ligne. Ce faisant,

l’impact réel reste relativement opaque. Il n’empêche que, même s’ils n’en font

pas largement la promotion sur leurs propres sites, les éditeurs considèrent qu’ils

ne peuvent être absents de telles plateformes, estimant que ce serait pour eux un

déficit, non seulement monétaire, mais aussi en termes d’image de marque. Cela

dit, même lorsque les éditeurs font référence à ces plateformes de librairie en

ligne, ils renvoient non pas à l’un ou l’autre de leurs titres nommément, mais à la

page d’accueil pour les livres. Il n’est pas dit, que la transaction soit conclue et

135


136

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

rendue à son terme, c’est-à-dire au paiement et à la livraison, car il y a de

nombreuses embûches avant de se rendre jusque-là, dont de nombreuses

sollicitations pour d’autres titres, nouveautés, meilleurs vendeurs, sélections coup

de cœur, etc. Sur ce plan, la vente du site de l’éditeur établit un lien simple et

direct entre le titre repéré et l’achat. L’effet boutique et bazar ne joue pas dans ce

cas de figure.

Défis et enjeux

En raison du fait que la barrière à l’entrée sur les plateformes des librairies en

ligne est relativement peu élevée — la présence de la pluralité des éditeurs

québécois sur les principaux sites en est la démonstration —, les exigences

techniques et organisationnelles pour en être peuvent être considérées comme

faibles. Par ailleurs, cela ne demande pas de consentir à quelque investissement

digne de mention. En fait, une fois le distributeur accrédité, tout le processus est à

la charge du libraire qui tire des bénéfices de la vente.

Le défi peut être posé est ailleurs. D’abord, plutôt que de faire référence aux

sites de librairies en ligne de façon générale, sans qu’il n’y ait de lien entre un livre

et son repérage dans le site du libraire en ligne, on peut imaginer que l’éditeur

veuille proposer un service comme celui de Google Book Search qui désigne les

librairies qui offrent ce livre avec une « arrivée directe » sur le référencement du

livre. Un éditeur comme Random House offre ce service. Mais plusieurs éditeurs

semblent aller dans une autre direction. Les éditeurs vont souvent dans le sens de

l’amélioration de leur service de vente directe sur leur propre site. Nous y

revenons tout de suite, mais notons, ensuite, que le défi posé à l’éditeur par une

librairie comme Amazon, avec son service Search inside, c’est que la librairie en ligne

est en mesure de numériser la totalité du livre ou presque (en fonction des

réserves exprimées par l’éditeur) et de fournir cette version numérisée en petites

pièces détachées. Sous réserve d’une utilisation respectueuse du droit d’auteur,


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

cette utilisation peut s’avérer favorable à la vente des ouvrages. Mais il y a là un

dessaisissement de la part de l’éditeur pour lequel les risques éventuels doivent

être appréciés en termes juridiques et en termes de fiabilité (confiance).

La prise en compte des librairies en ligne permet de mettre en évidence que le

livre se décline de plus en plus sur des supports physiques différents. En ce sens,

le livre reste inchangé, si l’on peut dire, en termes d’unité éditoriale, mais

emprunte des formats qui sont à géométrie variable. Il n’est pas rare, surtout

lorsqu’on consulte une librairie ayant pour fonds des éditeurs américains, de se

voir offrir le livre en version audio, non seulement sur support cédérom ou

cassette, mais aussi dans une version téléchargeable, pour ordinateur ou MP3. De

même, les sites d’éditeurs majeurs aux États-Unis illustrent assez bien

l’importance croissante que peut prendre le livre téléchargeable, mais en version

lecture. Ces différents formats seront l’objet de notre intérêt dans les sections qui

suivent.

LIBRAIRIES EN LIGNE POUR LE LIVRE NUMÉRIQUE SEULEMENT

La vente de livres en ligne porte sur des supports de plus en plus diversifiés.

L’un des supports qui prend de l’essor et qui semble annonciateur d’un bel avenir,

c’est la vente du livre numérique. Nous avons vu précédemment qu’en cette

matière s’ouvre une panoplie de questions posées en termes de normes de

l’industrie, de logiciels de lecture et de formats numériques. Ce monde est en plein

mouvement et la norme reste à définir. Cela représente une donnée essentielle

dans la mise sur pied d’un service de vente de ces produits. La libraire en ligne de

livres numériques seulement est pratiquée par des sites spécialisés, mais aussi par

certains éditeurs.

Deux exemples permettent d’illustrer cette réalité et certains éléments de

complexité : il s’agit de Random House et de Harlequin. De ces exemples liés à des

137


138

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

maisons d’édition, nous repérerons les librairies spécialisées pour le livre

numérique.

Caractéristiques

Un éditeur comme Harlequin, bien connu pour son genre romanesque, s’est

investi très clairement dans l’offre de ses livres en version numérique, qui peuvent

être lus avec un ordinateur, un livrel ou autre appareil dédié. En parallèle de la

publication et de la vente du livre imprimé, s’ouvre tout un secteur sur le site

américain, dont le nom de domaine annonce les couleurs : e-harlequin.com, désigné

comme un e-book boutique. Un nombre impressionnant de livres sont proposés sur

l’un et l’autre de trois des quatre logiciels de lecture les plus utilisés (Adobe,

Microsoft et Mobipocket).

On porte une attention intéressante pour informer le lecteur sur les tenants et

aboutissants de ce nouveau médium, mais aussi des droits et restrictions rattachés

à ces formats.

Figure 20 – e-harlequin.com, information sur les droits par format

Pour le reste, les services de vente en ligne du livre numérique sont identiques

à ceux que l’on retrouve pour la vente du livre imprimé.


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Figure 21 – e-harlequin.com, vente en ligne des versions numériques

Random House inc., de son côté, a aussi retenu l’option de la publication

numérique, en préparant une version numérique de très nombreux titres. On en

annonce plus de 1000 sur leur site et cela, dans des genres très diversifiés. À partir

de leur site, qui a ménagé un service très développé de vente en ligne, on offre, le

cas échéant, la version numérique du livre. À titre d’illustration, nous avons retenu

un livre de Julian Barnes pour lequel la version numérique existe. En retenant

cette possibilité, une nouvelle fenêtre apparaît, avec un prix spécifique, et il est

rappelé au client que la version imprimée est disponible.

139


140

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Figure 22 – Random House, Inc., offre de la version numérique

Il faut noter cependant que tout en offrant la version numérique sur son site,

Random House ne vend pas directement de son site les versions numériques de ses

ouvrages, alors qu’il assure la vente de la version imprimée. Ainsi, selon les

préférences pour le logiciel de lecture (format numérique), le lecteur reçoit la

recommandation de s’adresser à l’un ou à l’autre des libraires en lignes de livres

numériques. C’est ainsi qu’une liste de correspondance entre les formats et les

librairies en ligne est proposée sur le site de Random House.

Le lecteur est dans une situation analogue à celle où un éditeur l’achemine vers

une librairie en ligne pour la version imprimée. Les entreprises ne sont pas les

mêmes, mais la démarche est similaire.


Potentiel et limites

Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Figure 23 – Page d’accueil de eBooks.com, 15 juin 2007

Le développement de versions du livre sur support numérique représente une

avancée pour le développement de l’édition numérique. Si tant est que l’on

considère la chose désirable, il y a là un progrès indubitable en comparaison à la

seule livraison de fichiers PDF, comme cela se pratique comme nous l’avons vu

sur des sites d’éditeurs. En relevant le défi de proposer les livres numériques sur

des logiciels de lecture diversifiés et destinés notamment aux appareils lecteurs de

livrels, l’éditeur s’engage dans un environnement changeant tant pour ce qui est

des normes, des « équipementiers » que des acteurs corporatifs. Il faut devoir tenir

compte de cet aspect dans les défis, mais il est bon de retenir l’avancée dans

141


142

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

l’édition numérique est au prix, dans les conditions actuelles, d’un engagement

conséquent qui a des dimensions multiples. Sur ce plan, il est intéressant de noter

qu’un éditeur de l’envergure de Random House, qui a sa propre plateforme de vente

en ligne pour l’imprimé, laisse à d’autres le soin de commercialiser ses propres

livres, selon le format de préférence du lecteur-client.

La question du contrôle éditorial et du contrôle de qualité du livre, tel qu’il est

livré en format numérique, demande certainement le développement d’une

expertise et des partenariats commerciaux avec des intervenants qui ne sont pas

familiers dans l’univers de l’édition imprimée. Par ailleurs, la question des droits

d’auteur se pose dans des termes renouvelés. Selon les formats et les supports de

lecture, des restrictions existent. Nous avons vu que certains sites soulignent cette

dimension auprès des acheteurs potentiels. Sur ce plan encore, des considérations

nouvelles sollicitent l’éditeur.

Défis et enjeux

Il s’agit d’un nouveau terrain à occuper et à contrôler, non seulement dans ses

contours, mais dans ses composantes et sa diversité, non seulement sous l’angle

de la seule commercialisation mais aussi sous l’angle de l’édition et de la

production. Le premier défi consiste à développer une expertise ou à s’en

remettre à une expertise préexistante pour chacune de ces composantes. Reporté

à l’échelle d’un seul éditeur, le défi peut être jugé imposant, voire disproportionné.

Il est symptomatique d’observer que Random House laisse à d’autres intervenants la

livraison de ses livres numériques, déclinés dans les principaux logiciels de lecture,

alors qu’il contrôle toute la chaîne pour l’imprimé. On peut y voir un signe. À

savoir que, même si pour certains éditeurs, comme Harlequin, l’engagement et

l’investissement peuvent se faire sur toute la chaîne, dans d’autres cas, il peut

sembler plus judicieux d’avoir recours à des services externes et, particulièrement,

à des « agences » spécialisées qui empruntent la forme « d’entrepôt » et qui offrent


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

une solidité et une polyvalence dans l’expertise exigée, aussi bien pour la

publication, la commercialisation dans la gamme des formats et la conservation.

Nous allons le voir dans une prochaine grande section. Mais sachons, dès à

présent, que ce genre de structure est apparu comme réponse aux défis posés par

les exigences techniques, organisationnelles et financières de l’engagement

conséquent dans l’édition d’un livre numérique et dans une mise à disposition

auprès des lecteurs qui soit compatible avec les outils de pointe pour la lecture des

fichiers numériques. Cet enjeu est réel car il oppose la capacité de faire et les

modes d’accès déjà performants, comme les divers modèles de livrels, qui

devraient s’imposer dans un proche avenir.

LIVRES AUDIONUMÉRIQUES

143

On parle beaucoup ces derniers temps de l’ordinateur, de la télévision et

du cinéma. Mais aucun de ces trois médias n’est aussi malléable que ce

jouet fait de papier, d’encre et de rêves. On peut le mettre dans sa poche

et l’amener partout avec nous. On peut lire dans un taxi, dans le métro,

dans un autobus, en marchant 117 .

Comme le souligne avec justesse Dany Laferrière, la portabilité est

incontestablement une des caractéristiques et un des attraits du livre imprimé.

Parlons ici maintenant du livrel, celui qui est audionumérique. Au dede la

possibilité de le mettre dans sa poche, de le lire dans un taxi, dans le métro ou

l’autobus ou en marchant, le livrel audionumérique nous accompagne dans tous

les lieux et les toutes circonstances pour lesquelles le lecteur du monde papier

pourrait choisir d’écouter la radio. Alors, qu’en principe, le citoyen dispose de plus

en plus de nouveaux instruments pour l’aider à s’organiser et à travailler, ces

téléphones mobiles, ordinateurs portatifs ou assistants numériques (PDA) nous

117 Dany Laferrière, Porte-parole de la 11 e Journée mondiale du livre et du droit d’auteur, Association

nationale des éditeurs de livres, En première ligne pour préparer l’édition de demain : Rapport d’activités 2005-2006,

p. 25.


144

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

mènent à une restructuration des modalités de communication entre la personne

et l’organisation qui l’emploi et une diminution du temps libre. Il en résulte

souvent une diminution du temps disponible pour la lecture. Cette réalité ne

diminue pourtant en rien l’intérêt des lecteurs pour la littérature, pour le livre

pratique ou pour les biographies. On peut ainsi imaginer que si l’éditeur arrive à

intégrer les canaux de diffusion dans lesquels s’inscrivent ses nouveaux lecteurs

potentiels, il saura répondre à leurs besoins de lecture.

Caractéristiques

Plusieurs genres de livres sont susceptibles de trouver leur « lecteur » par ce

mode : on pense tout de suite à la littérature, mais il ne faut pas oublier le livre

pratique pour répondre aux questions du citoyen telles que « comment faire du

compost » ou « comment aider mon ado à devenir un homme », jusqu’à l’écoute

des articles de magazine. Il ne s’agit pas de prévisions futuristes mais bien de

services réels déjà offerts par plusieurs éditeurs. Pour s’en convaincre, il suffit de

visiter Amazon qui donne souvent la possibilité de se procurer un même titre sous

différents supports (livre imprimé, audionumérique, PDF ou autres) ou encore le

succès du site Audible.com, notamment par les alliances conclues avec plusieurs

entreprises, telles que les quotidiens comme The New York Times ou Die Zeit.

Le fonctionnement, d’un point de vue technologique, est assez simple. Il s’agit

de préparer des versions lues de qualité des ouvrages publiés par une maison

d’édition. Tout comme le livre audio traditionnellement diffusé sur cassettes,

cédérom ou dévédérom, la lecture est réalisée par un comédien. Par rapport à cet

ancien modèle, seul le format d’encodage change. Par la suite, les services qu’on

retrouve dans tout entrepôt numérique permettent de répondre aux besoins des

clients individuels ou institutionnels.


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Du point de vue du client, le système est très simple également. Tirée du site

français de l’entreprise Audible.com, la Figure 24 résume la démarche du client.

Figure 24 – Démarche de l’acheteur d’un livre audionumérique (Audible.fr)

Après avoir créé un compte dans le site du fournisseur (par exemple,

Audible.com ou Amazon), le client doit s’assurer de posséder un logiciel de lecture

de fichiers audio. Il est à noter que la plupart des ordinateurs disposent de tels

logiciels. Par la suite, selon paiement (forfaitaire ou achat unitaire), le client

télécharge le fichier du livre qu’il a choisi. Il a la possibilité de l’intégrer dans son

assistant numérique (PDA), son lecteur de MP3, son iPod ou encore de le graver

sur un cédérom ou un dévédérom.

Potentiel et limites

Le potentiel de ce mode de commercialisation est très important en raison des

nouvelles habitudes de vie des personnes susceptibles de devenir clients et

145


146

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

lecteurs de livres à écouter. Besoin de lecture intègre maintenant besoin d’écoute.

Le livre à écouter est prêt pour un marché auquel le livre n’a plus ou n’a jamais eu

accès auparavant. La capcité d’équipements, tels le iPod, les téléphones mobiles,

les Blackberry et, sous peu, le iPhone permettent d’avoir accès aux livres, en

permettant au lecteur de choisir le rapport au texte par l’écoute, par

l’audionumérique. Ainsi, c’est non seulement en taxi, en métro, en autobus ou en

marchant qu’on peut entrer dans un livre, mais aussi, dans en voiture au beau

milieu d’un bouchon, au gymnase ou en convalescence à l’hôpital. Le livre

audionumérique a devant lui une renaissance qui pourrait bien révolutionner le

monde de l’édition.

Le modèle de commercialisation du livre audionumérique est très différent du

modèle traditionnel. Bien que l’achat au titre soit possible, la commercialisation se

fait plus souvent sous forme d’abonnement, tant pour les individus que pour les

institutions. Pour un individu, un abonnement de quelques dollars par mois

donne la possibilité de télécharger deux ou trois titres mensuellement. Pour une

institution, c’est plutôt le modèle de l’abonnement à l’ensemble d’un fonds. Il est

par ailleurs courant de rencontrer, particulièrement pour des phases de lancement,

des offres pour les abonnés à des quotidiens pour jumeler à leur abonnement à un

journal, un nombre déterminé de titres de livres audionumériques d’une

plateforme telle que Audible.com.

Défis et enjeux

Le marché est prêt à recevoir ce type de contenu, les individus comme les

institutions. Toutefois, cette demande ne rencontre pas une offre de contenu en

langue française. S’il faut s’en convaincre, voici un extrait bien en vue de la page

Web de livres audionumériques que la Bibliothèque publique d’Ottawa met à

disposition de ses utilisateurs :


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

147

La Bibliothèque publique d’Ottawa déploie tous les efforts possibles pour

acquérir des titres de langue française afin de les verser au catalogue

audionumérique. À l’heure actuelle, seul un certain nombre de titres pour

enfants sont disponibles 118 .

À l’heure actuelle, en raison de la quasi absence du livre de langue française sur

le marché, le défi principal pour l’éditeur est de faire en sorte d’y être le plus

rapidement possible pour faire partie des premiers. Ce positionnement fera en

sorte que des ventes seront générées sur le critère principal de l’offre de contenu

en langue française.

Un autre défi important pour l’éditeur réside en sa capacité de réaction rapide

pour s’adapter à ce type de marché, tant dans les alliances avec des partenaires

pour la réalisation des productions des livres à écouter que pour l’adaptation de sa

grille tarifaire et son modèle d’affaires aux modèles qui ont déjà court.

AGRÉGATEURS

Tous les éditeurs reçoivent des offres d’institutions commerciales pour la

numérisation et la vente de leurs livres dans de méga-bases de documents. Citons,

pour mémoire, à Canadian Electronic Labrary, NetLabrary ou ProQuest. Cette formule

est à distinguer des librairies de livres numériques (comme eBooks.com) tout

comme des outils de recherche (à la Google).

Caractéristiques

Le principe de base de l’agrégateur c’est de drainer des contenus éditoriaux

pour lesquels l’entreprise ne possède pas de droits d’auteur ou de droits moraux.

L’objet de la transaction, c’est de proposer aux détenteurs de ces droits, aux

éditeurs en particulier, de leur remettre une copie de ces œuvres pour fin de

118 http://overdrive.biblioottawalibrary.ca/4019FC23-0A6E-43CC-9F0E-

0A4B187CB9B9/10/231/fr/Default.htm


148

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

diffusion en mode numérique. Ce qui caractérise ici l’agrégateur, c’est sa capacité

d’intégrer ces œuvres en format numérique dans un système d’information et de

vendre, par abonnements ou autre, un accès à cette base de données

documentaire. L’agrégateur vend des accès à une base documentaire qui peut être

à géométrie variable selon les caractéristiques de ses acheteurs. Les agrégateurs

sont portés à définir des services et des contenus différenciés selon les profils des

clients, qui sont le plus souvent institutionnels. On aura des agrégateurs qui se

spécialiseront aussi en fonction de marchés institutionnels spécifiques :

bibliothèques de recherche, bibliothèques pour l’enseignement secondaire,

bibliothèques publiques, par exemple. Le raffinement du « produit » peut être

assez poussé. Par exemple, dans un domaine externe au livre, l’entreprise Cédrom-

SNI a bien diversifié ses « produits » avec un système d’information alimenté par

les journaux et périodiques.

Figure 25 – Page d’accueil pour les livrels (eBooks) sur NetLibbrary


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

L’éditeur, comme propriétaire des ouvrages diffusés ainsi, donne par contrat la

permission à l’agrégateur d’intégrer une version numérisée dans son système

d’information, contre une redevance calculée selon des modèles économiques

assez variés et qui peuvent être complexes, selon les facteurs pris en

considération. Par exemple, le volume global de revenu de la vente de l’accès à la

base de données documentaire est le point de départ du calcul de la répartition

des recettes, auquel s’ajoute la prise en considération, notamment, du poids relatif

des titres de l’éditeur dans la base de données et dans le flux de consultations.

D’un autre côté, le coût de la numérisation fluctue en fonction de l’existence et de

l’état des fichiers numériques que l’éditeur possède sur les œuvres qui font l’objet

de l’entente. Un éditeur qui ne possède que la version imprimée des livres devra

acquitter des frais spécifiques. Ces ententes de diffusion sont basées sur le

principe de la non-exclusivité et sont à renouveler périodiquement. Un éditeur

peut avoir en parallèle plus d’une entente avec des agrégateurs concurrents. C’est

une réalité et non un simple cas d’école. Pour l’agrégateur, la chose ne pose pas

problème, car l’un des objectifs, c’est d’avoir la plus grande masse documentaire

pour qu’elle présente un contenu qui, sans être exhaustif, soit imposant, riche et

diversifié.

Potentiels et limites

Pour l’éditeur, cette avenue peut être intéressante pour augmenter la visibilité et

le rayonnement de ses livres. C’est une façon de donner accès, par une voie

parallèle à celle des librairies en ligne, aux ouvrages à des lectorats liés à des

institutions pour leur formation ou le développement de leur culture. Pour ce qui

est de la diffusion, il y a un intérêt. Mais l’intérêt est aussi pécuniaire, car la valeur

des redevances peut être étonnante, surtout qu’elle s’ajoute, c’est-à-dire qu’elles

pourraient difficilement être obtenues par un autre canal. Le coût pour l’éditeur

149


150

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

est faible. Le coût de la numérisation est souvent défalqué des redevances à

percevoir ou est inférieur aux redevances perçues.

L’impact de l’action des agrégateurs pour l’éditeur en termes de développement

et de maîtrise d’une compétence en publication numérique est à toute fin pratique

nul. Au mieux, cela peut inciter à faire préparer des fichiers numériques pour

l’édition imprimée répondant aux normes des agrégateurs, ce qui atténue d’autant

le coût de la numérisation et de l’intégration dans le système d’information. Cela

reste, par rapport à la question posée, marginal.

Le contrôle sur les contenus reste presque entier, mais, les ouvrages faisant

partie d’un système d’information beaucoup plus vaste, l’éditeur a peu de contrôle

sur le voisinage de ses ouvrages avec les autres qui font partie de la collection. Les

ouvrages en langue française peuvent être noyés dans un environnement

anglophone ou dominé par des genres littéraires ou des formats d’édition éloignés

de ce que l’éditeur verse lui-même dans cette base documentaire. De même,

l’éditeur n’a pas véritablement de contrôle sur la confection des bouquets qui

seront déclinés comme autant « d’offres profilées » selon les clientèles. Ce qui

peut gêner aussi, pour l’éditeur généralement soucieux de la facture de ses livres,

de la qualité de la présentation et du soin dans le respect des règles

typographiques, c’est le droit de regard assez modeste sur le « rendu » de la

version numérique. Les normes des agrégateurs répondent à d’autres impératifs et

l’éditeur souscrit de fait à ces normes lorsqu’il donne son accord. Il ne sera pas

rare, par exemple, de voir des textes non-justifiés. Ce qui est clair, c’est que

l’agrégateur n’est pas tenu à respecter la maquette graphique du document

d’origine.


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Figure 26 – Pour fin d’illustration : une page de chapitre de livre dans NetLibrary

Le choix de s’engager avec un agrégateur répond à un souci d’accroître la

diffusion des ouvrages dans l’un ou l’autre des systèmes d’information

concurrents et de toucher en retour une redevance. La croissance de certains de

ces agrégateurs est assez impressionnante. Au Canada, Canadian Electronic Library,

qui est davantage spécialisé dans le livre universitaire, met en ligne des livres de

près de cinquante éditeurs au cours de l’été 2007 et annonce des ajouts

importants. 119 Si ce genre d’entreprise est en flèche, c’est qu’elle permet, sans

lourdeur et sans effet pervers, une présence accrue dans le monde numérique de

la communication des œuvres. Cela dit, les bénéfices tirés par l’éditeur dans son

avancement dans l’édition numérique sont très faibles.

119 Communiqué émis par Canadian Electronic Library, le 24 mai 2007.

151


152

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Défis et enjeux

La contribution de l’éditeur dans le processus est à peine plus exigeante que

celle reliée à la vente par les librairies en ligne de livres imprimés et sans doute

inférieure à la mise en place d’un service de vente en ligne par l’éditeur lui-même.

L’éditeur doit livrer des fichiers numériques, ou à défaut l’imprimé, à l’agrégateur,

qui se charge de la correspondance des fichiers à ses normes, de leur intégration

dans le système d’information, de la vente de l’accès à ce système d’information à

des clients et qui répartit les redevances. Au total, il est difficile d’imaginer que

cette opération soit déficitaire pour l’éditeur, même si les rentrées ne sont pas

toujours à la hauteur des anticipations les plus optimistes. Cela dit, les exigences

organisationnelles et techniques sont très faibles et les exigences financières

absentes. Cela explique sans doute la croissance de ces bases documentaires et la

capacité de rallier de plus en plus d’éditeurs.

OUTILS DE RECHERCHE

Depuis les débuts de l’Internet, plusieurs logiciels ont été créés pour repérer

des informations ou des documents. L’utilisateur peut identifier des sites sans en

connaître l’adresse. Les outils de recherche tels que Google, Live Search (Microsoft),

Lycos, Yahoo ou Altavista constituent des index de plus ou moins tous les contenus

diffusés dans le Web en lançant des robots d’indexation (crawlers) qui visitent

automatiquement chaque site. L’index ainsi constitué est traité par les algorithmes

de l’outil de recherche, et c’est justement selon ces algorithmes que les documents

et leur ordre de présentation à l’utilisateur sont déterminés 120 .

120 Pour davantage d’information sur les outils de recherche, consultez :

http://www.bibl.ulaval.ca/vitrine/giri/mod3/3ex1.htm


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Depuis quelques années, les stratégies d’affaires des entreprises d’outils de

recherche sont orientées résolument vers la constitution de fonds. Google 121 est

déjà très avancé sur ce terrain, Yahoo est associé au programme Open Content

Alliance 122 et Microsoft est sur le point de lancer son programme Live Search Books 123 .

Cette diversification de la mission de ces entreprises, l’empressement et les

ressources considérables qu’elles mettent à constituer des fonds confirment, s’il

fallait s’en convaincre, que l’enjeu des prochaines années est le contrôle de

contenus validés et de qualité ainsi que la numérisation des patrimoines

éditoriaux, tant culturels que scientifiques.

Caractéristiques

Ce mode de commercialisation consiste pour l’éditeur à transmettre

gratuitement en tout ou en partie son fonds à une entreprise pour qu’elle procède

à la numérisation des livres pour en permettre l’indexation. La numérisation des

livres est faite à la charge de l’une ou l’autre de ces entreprises pour ensuite être

repérable dans l’outil de recherche selon plusieurs critères (mots du texte intégral,

titre, auteur, éditeur, date de publication et ISBN). Selon les programmes des

entreprises d’outils de recherche, l’éditeur reçoit des redevances basées sur les

revenus des publicités présentées dans les pages qui diffusent ses propres titres.

Pour le moment, seule l’entreprise Google a terminé l’implantation de son

programme. Nous nous limiterons donc à la description de ce dernier 124 .

121 http://books.google.com/intl/fr/googlebooks/about.html

122 http://www.opencontentalliance.org/

123 http://publisher.live.com/Default.aspx

124 Microsoft a récemment annoncé le lancement de son programme Live Books Search. Déjà, les éditeurs sont

sollicités : http://publisher.live.com/ProgramPolicies.aspx. Toutefois, seuls les textes en langue anglaise

seront pour le moment numérisés et mis en ligne. Contrairement à Google, Microsoft n’offre pas de revenus

publicitaires.

153


154

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Dans le système Google – Recherche de livres, deux interfaces sont offertes aux

lecteurs : l’interface simple qui ne comprend qu’une boîte de saisie de texte et

l’interface de « Recherche avancée de livres », reproduite au-dessous dans la

Figure 27. Il n’est, par exemple, pas possible de naviguer dans une liste ordonnée

des livres d’un même auteur ou d’un même éditeur.

Figure 27 – Interface de « Recherche avancée de livres » de Google

Au début de son programme Recherche de Livres, Google, par sa courte histoire et

ses missions 125 , n’avait pas un seul livre à mettre en ligne. D’où proviennent les

livres que Google numérisent, indexent et diffusent par sa plateforme?

Principalement de deux sources : des grandes bibliothèques publiques et

universitaires ainsi que des éditeurs. Plusieurs bibliothèques participent au projet

125 Il est utile de rappeler ici que Google a été lancé en 1998 par Larry Page et Sergey Brin qui se sont

rencontrés à Stanford University en 1995 alors qu’ils étaient étudiants en informatique. Ils ont travaillé

ensemble à partir de janvier 1996 à élaborer un outils de recherche appelé BackRub, nommé en référence à

son algorithme qui attribue un rang aux documents indexés en fonction des liens (back links) qui pointent

des autres pages du Web. http://www.google.com/corporate/history.html


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Google, notamment Stanford University, University of Michigan 126 , Harvard University,

New York Public Library et Oxford University. L’objectif de Google est d’étendre ces

partenariats aux bibliothèques d’autres pays 127 . Par exemple, Bayerische

Staatsbibliothek 128 et la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne 129 ont joint

récemment le projet de Google.

Les ententes entre Google et les bibliothèques portent autant sur les livres de

leurs collections faisant partie du domaine public que ceux qui sont sujets à

l’application des lois sur le droit d’auteur 130 . Par ailleurs, contrairement aux

contrats avec les éditeurs dont nous avons pu prendre connaissance, pour ce qui

est de l’entente de University of Michigan, Google assume les coûts de transport des

livres 131 . Toutefois, la plus grande distinction entre l’offre aux bibliothèques et

celle proposée aux éditeurs est que celles-ci se voient offrir une copie numérisée

de tous les livres de leur fonds participant au programme de Google 132 .

Bien qu’il soit courant d’entendre que Google ne diffuse pas le texte intégral des

livres du domaine public 133 , la documentation de Google 134 ainsi que la consultation

de la base de données prouvent le contraire. Comme en fait foi l’interface de

recherche (voir Figure 27), l’utilisateur n’a qu’à sélectionner le critère « Affichage

du livre entier » pour obtenir comme résultats seulement des livres dont le texte

126 University of Michigan/University Library a mis en ligne le contrat qui la lie à Google à l’adresse suivante :

http://www.lib.umich.edu/mdp/umgooglecooperativeagreement.html

127 http://books.google.fr/googlebooks/common.html

128 http://www.ledevoir.com/2007/03/09/134113.html

129 http://www.ledevoir.com/2007/05/16/143662.html

130 Voir, entre autres, la section 4.2 du contrat University of Michigan/Google cité plus haut.

131 Voir la section 3 du contrat University of Michigan/Google cité plus haut.

132

Voir la section 2.5 du contrat University of Michigan/Google cité plus haut.

133

Brewster Kahle, Science Friday, entre autres.

http://www.sciencefriday.com/pages/2007/May/hour1_051107.html

134

http://books.google.com/intl/en/googlebooks/about.html

155


156

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

intégral est diffusé. Compte tenu des procédures en cours devant les tribunaux,

cette possibilité se limite aux titres du domaine public. Conséquemment, Google

Recherche de Livres a été recentré vers un service d’aide aux lecteurs à découvrir des

livres, et non pour permettre de les lire entièrement. Selon Google, consulter des

livres dans leur site revient à feuilleter des ouvrages dans une librairie 135 . Comme

le précise le contrat entre l’éditeur et Google, seulement des extraits de l’ouvrage

peuvent être consultés. Nous avons remarqué que ces extraits sont souvent

déterminés de façon arbitraire, par exemple, la table des matières peut être

amputée de ses dernières pages. L’index du livre est souvent présenté, de même

que les premières pages de quelques chapitres. Le lecteur peut ainsi se faire une

idée du livre et évaluer rapidement son besoin de le consulter en entier.

Advenant cette décision, trois possibilités s’offrent à lui. Les deux premières

concernent le livre sous protection du droit d’auteur (voir Figure 28). En cliquant

sur un des liens vers le site d’un libraire électronique, le lecteur se retrouvera dans

la page de la notice de l’ouvrage, prêt à commander au libraire en question.

Figure 28 – Résultat de recherche Google

135 http://books.google.com/intl/fr/googlebooks/help.html


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Google ne reçoit pas de commission sur la vente des livres à partir d’un lien

d’une page du service Google Recherche de Livres vers celle d’un libraire en ligne. Et

ces libraires ne paient pas pour l’affichage des liens vers leur site. L’autre

possibilité est de cliquer sur le lien « Rechercher ce livre dans une bibliothèque »

qui mène vers le service WorldCat d’OCLC ou de Amicus de Bibliothèque et Archives

Canada 136 . Seulement par ce clic, WorldCat donne au lecteur la localisation du livre,

avec le nombre de kilomètres qui le sépare de son domicile ou de son lieu de

travail, selon le code postal qu’il a donné (voir Figure 29), ainsi que plusieurs

formats bibliographiques à « copier/coller » pour citer le titre recherché 137 (voir

Figure 30).

136

Il faut convenir que l’interface et les services offerts par Amicus sont beaucoup moins intéressants que

ceux offerts par OCLC.

137

Ce dernier service n’est pas sans erreur typographique, comme on peut le constater en lisant la Figure

30.

157


158

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Figure 29 – Service WorldCat d’OCLC


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Figure 30 – Citations bibliographiques de WorldCat

Plus d’un million de livres ont été numérisés à ce jour. Selon Michael Keller,

directeur de la bibliothèque de Stanford, le coût de numérisation, selon la méthode

et les choix de Google, est de 30 $ par livre 138 . Toutefois, ni l’éditeur, ni la

bibliothèque n’ont un sous à débourser pour la numérisation. Pour la

bibliothèque, les implications financières se limitent au temps de travail des

personnels pour la préparation et la gestion du projet. Pour l’éditeur, en plus des

138 Information citée par Michael Keller, University Librarian, Director of Academic Information Resources dans un

entretien diffusé à http://www.sciencefriday.com/pages/2007/May/hour1_051107.html

159


160

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

personnels impliqués dans l’opération, les frais de transport des livres constituent

l’investissement à consentir.

Au plan technique, puisque tout le travail de numérisation, d’archivage à long

terme, de même que les fonctions de commercialisation et de diffusion sont

assurées par l’infrastructure et l’expertise de Google et d’autres partenaires

(libraires, WorldCat, etc.), aucune expertise ou infrastructure technologique ne sont

à intégrer dans la chaîne de production de l’éditeur. En somme, le fonds entier de

l’éditeur peut être numérisé et éventuellement diffusé, rien n’y paraît dans les

processus et l’organisation du travail. Reste à espérer que la visibilité promise par

Google est bien réelle et que les revenus soient tangibles.

Potentiels et limites

Google présente son service Recherche de livres comme un mode de

commercialisation visant à faire connaître et vendre les livres imprimés des fonds

des éditeurs. Par l’interface du système de Google, le client peut éventuellement se

procurer le livre en cliquant sur un des liens vers les sites des libraires ou de

l’éditeur. Par ailleurs, en appliquant son modèle d’affaires à l’origine de sa fortune

au monde de l’édition, Google offre une nouvelle source de revenus aux éditeurs. Il

s’agit des revenus potentiels liés au nombre de clics que les visiteurs font sur les

liens publicitaires diffusés dans la même page que les livres de l’éditeur. Ces liens

sont affichés dans le contexte des résultats d’une recherche en fonction des mots-

clés achetés par les publicitaires. Il s’agit là, du mode de revenu le plus important

pour Google. Toutefois, selon la documentation rendue disponible aux éditeurs, les

modalités de distribution des recettes sont opaques. Rien n’est dit par le géant du

Web sur la formule de répartition des revenus entre Google et les éditeurs.

En permettant aux clients d’utiliser l’outil de recherche Google pour identifier

un livre, en donnant également accès à la recherche en texte intégral, en donnant


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

accès à des extraits (snippets) du livre selon les mots recherchés ou à des sections

prédéterminées par l’éditeur, finalement, en faisant des liens vers les sites des

libraires, Recherche de livres consiste officiellement en un mode de

commercialisation du livre imprimé.

Ce modèle a l’avantage de ne rien modifier dans la structure organisationnelle

de l’éditeur. Les processus de production et de commercialisation restent

intouchés. Il n’y a ainsi aucune nécessité à créer une structure organisationnelle

collaborative ou encore, d’avoir recours à un service externe pour procéder à la

préparation des versions numériques des œuvres publiées. Le danger de cette

approche est que l’éditeur puisse voir en signant avec Google – parce que son

fonds sera numérisé, que davantage de titres seront vendus et qu’en plus, il

bénéficiera de revenus publicitaires – le début et la fin de sa stratégie numérique.

Figure 31 – Résultats de recherche pour « histoire du canada garneau »

dans Google – Recherche de livres

161


162

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Il ne faut pas surestimer les capacités du géant Google et demeurer vigilants. Le

programme de Google implique qu’il soit seul responsable du contrôle de qualité

des livres numérisés. Or, il suffit de quelques minutes d’utilisation du système de

Google pour remarquer un nombre impressionnant d’erreurs. On remarquera de

nombreuses erreurs dans les notices bibliographiques (voir par exemple, Figure

28) ou des imprécisions malencontreuses (par exemple, les notices de l’Histoire du

Canada de Garneau qui omettent la tomaison, erreurs dans les capitales du titre,

etc.) (voir Figure 31). Dans les documents eux-mêmes, plusieurs lignes sont

souvent floues, manquantes ou tronquées (voir Figure 32, Figure 33, Figure 34 et

Figure 35).


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Figure 32 – Histoire du Canada (F.X. Garneau, p. 62), numérisée par Google

163


164

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Figure 33 – Œuvre complète de Molière, troisième tome - Fausse page de titre sous la

main de l’ouvrière


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Figure 34 – Biographie de Franklin – Page tronquée

165


166

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Figure 35 – Page tronquée et numérisée en mouvement


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Ces problèmes de contrôle de qualité peuvent avoir un effet sur la réputation et

la renommée de la marque de l’éditeur. En ce sens, il est plus avisé pour l’éditeur

de transmettre ses propres fichiers PDF pour une éventuelle utilisation par Google.

Défis ou enjeux

La capitalisation boursière de Google, soit 155 milliards de dollars, vaut à elle

seule quasiment autant que Yahoo! (38,5 milliards), eBay (45,1 milliards) et Apple

(73,7 milliards) réunis. Son chiffre d’affaires en 2006 a été de 10,6 milliards

(+ 72% par rapport à 2005). Une croissance phénoménale 139 . Un empire colossal.

Cette réalité peut déjà susciter quelques inquiétudes pour certains quant aux

enjeux.

Par ailleurs, Google mène allègrement une stratégie judiciaire, tant en réponse à

des poursuites que par les nombreuses requêtes déposées par ses avocats, qui vise

à repousser les limites de l’application du droit d’auteur. Les poursuites contre

Google concernent d’une part, l’utilisation non autorisée de titres de quotidiens

dans ses systèmes, et d’autre part, le fait que les livres faisant l’objet de son

programme de numérisation massive ne font pas l’objet d’une demande a priori

auprès du détenteur des droits. Notamment, l’Association of American Publishers et

Authors Guild ont conjointement déposé une requête contre Google sous le motif

que ce dernier, en numérisant entièrement les livres pour les indexer en texte

intégral pour en permettre la recherche, viole le droit de l’auteur ou de l’éditeur en

le faisant sans sa permission 140 . Par ailleurs, Google n’hésite pas à déposer des

requêtes contre ses compétiteurs pour tenter de découvrir des « secrets

industriels » ou obtenir des informations. Par exemple, Google prétend que ce que

139

Nathalie Brafman, « Google creuse l’écart avec un Yahoo! En quête d’un nouveau modèle », Le Monde,

2 février 2007.

140

http://www.authorsguild.org/news/sues_google_citing.htm

167


168

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

l’AAP lui reproche, Amazon (avec son service Search Inside) le fait déjà 141 . Toujours

en utilisant des moyens judiciaires, Google veut en savoir plus sur le travail réalisé

par Open Content Alliance, un groupe dont fait partie Microsoft et Yahoo 142 . De

l’avis même des avocats de Google, cette stratégie vise clairement à repousser les

limites du droit et de son application en matière de protection des droits d’auteur.

Le titre d’un article paru dans le New York Times en octobre 2006 en dit long sur

l’attitude de Google à cet égard et des moyens quasi sans limites à sa disposition

dans cette tactique judiciaire : We’re Google, so sue us 143

.

On aura compris que Google indexe tout le contenu qu’il numérise, sans avoir

quelque droit de propriété intellectuelle sur le contenu. Les fonds qui lui sont

confiés ne lui appartiennent pas, malgré qu’ils soient numérisés par ses soins et

déposés dans ses infrastructures informatiques auxquels les détenteurs des droits

n’ont évidemment pas accès. Par ailleurs, Google en ferme l’accès aux autres

moteurs. Autrement dit, un livre numérisé par Google ne pourra être repérable que

par l’outil de recherche Google. Comme le fait noter Brewster Kahle They don’t want

the books to appear in anyone else’s search engine but their own, which is a little peculiar for a

company that says its mission is to make information universally accessible 144

. Dans la même

veine, le contrat Google/University of Michigan (article 4.4.1) stipule bien que la

bibliothèque peut diffusée dans son site Web les documents numérisés par Google,

en autant qu’ils ne puissent pas être indexés (en utilisant robot.txt) par des outils

de recherche. Devant cette position, on ne peut que rappeler que la recherche

dans le Web est devenue ce qu’elle est parce que chacun pouvait en indexer le

141 Voir http://news.zdnet.com/2100-9588_22-6129470.html

142 Voir http://arstechnica.com/news.ars/post/20061006-7925.html

143 Voir à ce sujet, l’article paru en octobre 2006 dans le New York Times : We’re Google. So sue us.

http://www.nytimes.com/2006/10/23/technology/23google.html?ex=1179806400&en=d02a7148d660d

097&ei=5070

144 http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/12/20/AR2006122000213_pf.html


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

contenu. Si les premières entreprises d’indexation du Web (outils de recherche tels

que Lycos) avaient fermé l’indexation des pages qu’elles indexaient, Google n’aurait

jamais existé et nous chercherions toujours dans le Web avec Lycos.

Google détiendra, à terme, le texte intégral d’un nombre considérable de livres

que lui confient les éditeurs, il y a lieu de poser la question de l’avantage

concurrentiel indéniable et de la position stratégique que cette entreprise aura

dans un proche avenir. Indirectement, Google se transforme d’une entreprise dont

l’activité principale est de créer et mettre à disposition des internautes un outil de

recherche, à une entreprise disposant du plus grand fonds numérisé, constitué à

partir des fonds des éditeurs et des bibliothèques, de toutes les périodes et dans

un très grand nombre de langues. Les éditeurs et les bibliothèques permettent à

Google de la constitution d’un fonds mondial qui lui donnera une position sans

précédent dans l’histoire du livre et de l’édition. Malgré la stratégie judiciaire

menée par Google, les éditeurs et les auteurs, l’enjeu est plutôt, à l’âge de l’accès 145 ,

de posséder les formes numérisées des contenus, physiquement entreposées dans

une infrastructure informatique en réseau. Parce que si la propriété intellectuelle

des contenus demeure un actif des éditeurs et des auteurs, les fichiers numérisés

produits par Google sont bien la propriété de ce dernier. En faisant ainsi, Google

ajoute résolument à ses activités d’outil de recherche, un rôle de fournisseur de

contenu.

On peut se demander si Google aurait la même position stratégique si les

éditeurs et les bibliothèques étaient en mesure de procéder à la numérisation de

leur fonds. D’aucuns pourraient prétendre que Google s’est construit cette position

enviable parce qu’il offre aux éditeurs et aux bibliothèques ce qu’ils ne sont pas en

mesure de faire : entrer dans le monde numérique et penser leurs stratégies

145 Rifkin, Jeremy. L’âge de l’accès: survivre à l’hypercapitalisme, Paris, Éditions La Découverte, 2000.

169


170

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

d’affaires et leurs services en fonction du numérique. Cette situation pose dès

maintenant le problème du « contrôle » par Google des fonds numérisés des

éditeurs, et par ses partenariats avec les bibliothèques, des fonds patrimoniaux et

nationaux. C’est ainsi qu’on peut certainement se réjouir de trouver à quelques

clics plusieurs des tomes de l’Histoire du Canada de F.X. Garneau dans le fonds de

Google. En effet, on ne peut que s’émerveiller de la facilité d’accès à cette œuvre

(ainsi qu’à plusieurs autres) de notre patrimoine maintenant du domaine public.

En réalisant toutefois que ces livres de notre patrimoine ne sont pas disponibles

sous forme numérisée par nos entreprises ou nos institutions, et compte tenu de

la position de quasi-monopole dont jouit Google, cette situation nous fait prendre

conscience qu’une œuvre peut bien être du domaine public, elle fait tout de même

partie d’un patrimoine national. Ce n’est pas que Google numérise l’Histoire du

Canada en apposant son logo sur chacune des pages qui pose nécessairement

problème (voir Figure 36), c’est qu’il soit encore le seul à l’avoir numérisé et le

seul à le diffuser. Cette situation pourrait amener certains à prétendre que nous

n’avons pas à procéder à la réalisation du chantier de numérisation pour mettre en

ligne notre patrimoine éditorial puisque Google s’affaire à constituer son fonds.

Considérant l’étendue particulièrement modeste pour le Québec,

comparativement à d’autres sociétés, du nombre de pages à numériser, cette

décision à courte vue serait bien mal avisée. Au moment où les chantiers de

numérisation démarrent aux quatre coins du globe, le Québec aurait assurément

avantage à être dans les premières sociétés à avoir tout numérisé son patrimoine.

Compte tenu de l’expertise dont nous disposons, cette contribution pour la

diversité culturelle et le développement de bonnes pratiques assureraient une

visibilité extraordinaire du Québec à l’échelle internationale.


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

Figure 36 – Abrégé de l’histoire du Canada de F.X. Garneau numérisé par Google

En fait, Google n’est pas ce qu’il dit être : un moyen pour les éditeurs de vendre

de livres. Dans cette période du développement d’Internet qui est celle du

contenu, Google est en quête de livres pour la constitution de son fonds

numérique. L’outil de recherche construit par deux jeunes étudiants qui nous a

ébahi en 1998 par son efficacité est devenu une multinationale dont l’enjeu pour

la réussite encore plus grande est le contenu.

Que doit faire l’éditeur devant une proposition de contrat de Google? L’intérêt

d’y être est certain compte tenu de l’absence d’investissement, ne serait-ce que

171


172

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

pour recevoir une part des revenus publicitaires et faciliter d’éventuelles ventes

par les libraires en ligne. Deux modèles peuvent être identifiés pour assurer le

respect des normes de qualité de la maison d’édition et utiliser Google pour ce qu’il

est : un outil de recherche.

Le premier consiste à transmettre à Google non pas des exemplaires imprimés,

mais des fichiers PDF produits par l’éditeur qui en garde la propriété. Ce modèle

assure la qualité de la numérisation selon les normes de l’éditeur et permet

d’utiliser les fichiers dans d’autres canaux de diffusion 146 . Il s’agit là d’un moyen

facile à implanter.

Le deuxième modèle consiste à préparer la version numérisée des livres qui

comprend l’ensemble des métadonnées ainsi que le texte intégral dans un format

qui permet l’indexation et la présentation de la notice, mais pas la présentation

dans l’interface de Google du texte intégral 147 . Celui-ci serait accessible par un lien

hypertexte directement de la notice diffusée dans Google vers le site de l’éditeur ou

tout autre infrastructure de diffusion Web que ce dernier aura choisi pour diffuser

son fonds. De cette façon, l’éditeur tire tous les bénéfices que Google peut lui

offrir, Google obtient l’information brute, mais suffisante pour l’indexation, sans

toutefois posséder une version lisible, donc « commercialisable », du texte. La clé

ici est pour l’éditeur de posséder ou d’avoir accès à une infrastructure de diffusion

Web.

L’application du deuxième modèle confirme Google dans sa position d’outil de

recherche.

146 Il est à noter que certains agrégateurs (tels que Gibson) transmettent à l’éditeur les fichiers des livres

qu’ils numérisent, ce qui permet éventuellement de les faire parvenir à Google ou à d’autres services de

diffusion.

147 Ce modèle est souvent utilisé par les éditeurs scientifiques dans leur collaboration avec Google,

notamment au Québec pour Érudit (www.erudit.org) qui transmet à Google tous les articles de revues

savantes publiés dans un format déterminé par Google qui permet l’indexation et le référencement

(production de la notice), tout en conservant la diffusion dans le site d’Érudit.


ENTREPÔT NUMÉRIQUE

Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

De la même manière que pour l’imprimé, les publications numériques doivent

être stockées, archivées, diffusées et distribuées. Pour des raisons analogues à

celles qui ont conduit les éditeurs à recourir aux services d’entrepôts mutualisés

pour l’imprimé, depuis quelques années, des services d’entreposage numérique

sont offerts aux éditeurs, particulièrement aux États-Unis.

Caractéristiques

Ces entreprises 148 offrent des services de gestion et d’hébergement des fichiers

des publications, de préparation des différents formats numériques des

publications de l’éditeur (à partir d’un fichier Quark, InDesign ou PDF, par

exemple), de gestion des droits numériques, de distribution de livrels de façon

sécuritaire et certains vont jusqu’à offrir des services de distribution et de

fabrication de livres imprimés sur demande. D’autres offrent également des

services de distribution de livres imprimés aux libraires.

Après signature d’un contrat avec l’entrepôt, l’éditeur n’a qu’à accéder à une

interface sécurisée qui lui permet de déposer les fichiers de ses livres avec les

informations (métadonnées telles que auteur, titre, sujet, etc.) et les documents

(image de la couverture, etc.) permettant leur diffusion. Par les personnels et les

outils dont dispose l’entrepôt, les fichiers sont convertis selon les normes requises

(PDF, XML, Mobipocket, etc.). Les fichiers des livres ainsi traités par le personnel

et l’infrastructure matérielle et logicielle de l’entrepôt sont déposés dans des

serveurs de grande capacité pour ensuite être distribués dans plusieurs canaux de

diffusion. Dans certains cas, les titres sont intégrés dans un catalogue numérique

relié aux distributeurs de l’industrie du livre.

148 Par exemple : Ingram (www.ingrambook.com), OverDrive (www.overdrive.com) et son service

ContentReserve (www.contentreserve.com) ou Lightning Source (www.lightningsource.com). Nous n’avons eu

connaissance d’aucun service comparable qui soit issu d’un projet collaboratif.

173


174

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Outre les éditeurs, les clients des entrepôts numériques sont les libraires qui

peuvent intégrer dans l’infrastructure de leur site Web les services de

commercialisation de livres, aux bibliothèques universitaires et publiques à qui ils

vendent des livres numérisés pour répondre à la demande de leurs usagers et

finalement, à tous les agrégateurs qui vendent leurs services à des clientèles

spécifiques qui correspondent à des segments de marché précis.

Potentiels et limites

Toute activité professionnelle en matière d’édition numérique nécessite un

savoir-faire pour la préparation des publications à diffuser ainsi qu’une

infrastructure pour stocker, gérer et distribuer les livres numériques. C’est sans

conteste la meilleure façon pour s’intégrer dans les canaux de diffusion du

numérique en ayant recours à des personnels qualifiés et une infrastructure

performante. Contrairement au monde papier où les modes et les outils de travail

sont connus et maîtrisés de façon relative aisément, les technologies du

numérique évoluent encore à grande vitesse, ce qui commande un niveau

d’expertise élevé. Par ailleurs, alors que la technologie de l’imprimé donne comme

résultat un objet stable et quasi immuable, le numérique impose des normes

d’accessibilité 24/7 qui impliquent toute une artillerie de serveurs pour assurer la

production, la diffusion, la relève en cas de panne, etc. Pour les mêmes raisons,

l’interopérabilité entre les différents acteurs (libraires, agrégateurs, entrepôts,

bibliothèques) en ce qui concerne les métadonnées et les livrels eux-mêmes est

assurée par le respect à 100% de normes techniques. Le foisonnement des

formats d’encodage, encore pour quelques années à tout le moins, justifie d’autant

le recours à ces services spécialisés.

Un tel dispositif est coûteux à mettre en place. Pensons seulement aux coûts

des serveurs et des logiciels à implanter, à la sécurité informatique des données et

des accès à garantir ou à la main d’œuvre hautement qualifiée nécessaire pour son


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

exploitation. Devant un tel constat, l’éditeur peut rapidement conclure qu’il serait

hasardeux pour son entreprise d’assurer tous les frais d’un entrepôt numérique 149 .

On peut ainsi convenir que la création d’entrepôts numériques répond à un

besoin réel du nouveau marché de l’édition numérique, tout en demandant un

capital de risque considérable pour se constituer.

Défis et enjeux

Pour les éditeurs membres de l’ANEL, l’enjeu principal est de lier leurs

activités à un entrepôt numérique qui saura répondre aux besoins spécifiques de

leurs fonds en fonction du contexte québécois et canadien. Des questions de

nature juridique sont posées dès que les publications sous forme numérique

seront hébergées, archivées et diffusées à partir de serveurs américains, par

exemple 150 . Par ailleurs, compte tenu que de tels services ne sont offerts pour

l’heure que par des entreprises américaines, il est justifié de se demander si un

système de commercialisation de livres dans lequel une goutte d’eau de contenu

en langue française se retrouve dans un océan de documents en langue anglaise

saura répondre aux besoins de diffusion et de commercialisation des livres publiés

par les membres de l’ANEL? Ou est-ce qu’un tel service pourrait voir le jour au

Québec? Et, compte tenu de la tradition de la communauté des éditeurs membres

de l’ANEL, serait-il possible qu’un entrepôt numérique soit créé en adoptant un

modèle collaboratif?

Cette option réfère à un modèle qui préconise le regroupement de plusieurs

éditeurs pour la mise en place d’une plateforme de production, d’hébergement, de

diffusion, de promotion et de commercialisation de leurs fonds. Une telle

149 C’est d’ailleurs la conclusion à laquelle est arrivée Oxford University Press, comme en a témoigné son viceprésident

des technologies, Cory Podolsky, lors du colloque Digital Book 2007 de l’IDPF à New York le 9

mai 2007. Toutefois, d’autres maisons, telles que Harlequin ou HarperCollins, ont créé leur propre entrepôt.

150 Voir le chapitre 4 à ce sujet.

175


176

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

infrastructure permettrait de constituer et d’offrir aux lecteurs un fonds mutualisé.

Par ailleurs, du côté de l’éditeur, les pratiques de commercialisation et de

tarification de chacun des membres du regroupement auraient à être respectées. Il

s’agit là d’un défi de taille, mais qui ne constitue qu’une des parties du dispositif à

créer. En se fondant sur les services offerts par les entrepôts numériques, le

chapitre 6 de ce rapport esquisse un modèle qui peut contribuer à la réflexion des

membres de l’ANEL et de leurs partenaires sur les actions à prendre pour entrer

de façon contrôlée et assurée dans le monde numérique.

POUR CONCLURE

En conclusion de ce chapitre, le Tableau 5 propose une synthèse des modes de

commercialisation en regard d’une évaluation relative des exigences techniques,

organisationnelles, des investissements financiers à consentir et du niveau

d’appropriation du numérique qu’ils permettent.

Les choix qui sont faits ne sont pas neutres ou équivalents. De façon générale,

on peut affirmer que c’est d’abord une question d’appréciation et de volonté de la

part de l’éditeur. Il serait difficile d’établir une relation nette entre le statut de

l’éditeur, sa valeur relative dans l’industrie et le genre littéraire pratiqué d’une part,

et d’autre part, l’engagement dans des modes de commercialisation diversifiés qui

retiennent les possibilités du numérique. Il est cependant clair que l’option, qui

vise à intégrer le plus possible le numérique dans les processus de la chaîne de

l’édition, pose des exigences nettement plus élevées et représente un réel défi pour

l’industrie.

Le défi est d’autant plus aigu qu’il repose sur la nécessité — dans un avenir qui

reste à déterminer — de procéder à cette intégration, au moment où les modèles

et les capacités organisationnelles, techniques et financières, ainsi que l’assurance

d’une demande solvable satisfaisante sont loin de pouvoir être portés dans la


Les modes de commercialisation du livre et leurs acteurs

colonne des acquis. En d’autres termes, sur plusieurs plans les éditeurs, surtout

dans une société immédiate qui reste « petite », se situent au plan des expectatives,

tout en ayant la conviction qu’une action est nécessaire. Cette question peut être

et est traitée sur une base individuelle. L’éditeur fait ses choix et, dans l’ensemble,

pour notre société de référence, ceux-ci sont modestes, bien que significatifs pour

plusieurs. L’exploitation du numérique dans la conception et les processus de

l’édition, en fonction d’une variété de formes de matérialisation, en est encore à

ses balbutiements.

Le tableau qui suit condense l’estimation des exigences pour l’éditeur des divers

modes de commercialisation et fait le point sur le niveau respectif d’appropriation

du numérique dans l’ensemble de la chaîne du livre.

177


178

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Tableau 5 – Modes de commercialisation et évaluation relative

des exigences et retombées

Modes Exigences

Site Web de

l’éditeur

Vente de livres

imprimés par les

libraires en ligne

Vente de livres

numériques par

les libraires en

ligne

Vente de livres

audionumériques

Agrégateurs

Outils de

recherche

Entrepôt

numérique

techniques

Faibles

Faibles

Moyennes

à élevées 151

Élevées

Nulles

Nulles

Élevées

Exigences

organisationnelles

Nulles

Nulles

Nulles

Faibles

Faibles

Faibles

Élevées

Investissement

financier

Moyen

Faible

Moyen à éle

Éle

Faible

Nul

Éle

Appropriation

du numérique

Faible

Nulle

Faible à élevée

Moyen

Nulle

Nulle

Élevée

151 Selon le ou les formats numériques produits. La production de fichier PDF ne nécessite pas beaucoup

plus d’expertises techniques que celles déjà à la disposition des éditeurs. Par contre, la production de PDF

selon les spécifications des différents matériels de lecture (Mobipocket, eReader de Sony, Illiad de IREX,

etc.) commande une expertise technique plus approfondie et des moyens financiers à l’avenant.


Chapitre 4

Les aspects juridiques

de la diffusion de livres sur Internet 152

Est-il utile de le rappeler, Internet constitue un canal privilégié pour la

distribution d’œuvres protégées par droit d’auteur. Le réseau permet de rejoindre

un auditoire beaucoup plus vaste et assure une visibilité accrue. Évidemment, si

les détenteurs de droits d’auteur désirent bénéficier de cet outil, ils doivent assurer

eux-mêmes la distribution de leurs œuvres. Sinon, un tiers le fera, ce qu’a appris

l’industrie musicale à ses dépens.

Tout comme cette industrie, les éditeurs littéraires doivent assurer une

présence contrôlée de leurs œuvres sur le Web s’ils veulent éviter une distribution

illicite et anarchique de celles-ci, les privant ainsi des profits associés à la vente

d’exemplaires de telles œuvres. Pour ce faire, plusieurs choix s’offrent à eux. Si la

majorité de ceux-ci visent la numérisation et la mise en ligne des œuvres dont ils

détiennent les droits, cette mise en ligne peut se faire selon plusieurs modèles

d’affaire.

Un éditeur peut choisir de permettre un accès à ses œuvres via son propre site

Web, un site partagé avec un regroupement d’éditeurs, un agrégateur ou une

librairie numérique 153 . Cet accès pourra être ouvert (gratuit et accessible à tous) ou

encore contrôlé par mot de passe. Dans le dernier cas, les frais de consultations

ou de lecture seront établis selon un abonnement forfaitaire (consultation

illimitée de toutes les œuvres disponible pour x $ par mois) ou encore à la pièce

152

Karim Benyekhlef tient à remercier Nicolas Vermeys pour sa collaboration dans la préparation de son

analyse.

153

Voir le chapitre 3 de cette étude portant sur les différents modes de commercialisation du livre que

permet le numérique.


180

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

(x $ pour chaque consultation d’une œuvre, voire même d’un chapitre ou d’une

page). Un modèle d’affaire similaire à celui développé par le site iStore de Apple

(www.istore.com) pourrait également être envisagé. Celui-ci permet le

téléchargement d’une œuvre complète pour une somme préétablie. Le

consommateur possède donc une copie numérique de l’œuvre au lieu d’en acheter

une copie « physique » au magasin. Des mesures de protection sont alors

envisageables afin de limiter le nombre de copies et d’empêcher le piratage.

Quel que soit le modèlelectionné, il va de soi que d’importantes

considérations juridiques doivent être étudiées. D’abord, il faudra s’assurer que les

contrats avec les auteurs permettent la mise en ligne et le modèle de distribution

prévu. Ensuite, l’aspect international d’Internet entraîne des conséquences tant au

niveau des droits d’auteur que de la responsabilité pour le contenu distribué.

Sur la question des contrats d’édition, il est utile de rappeler que le droit

québécois reconnaît le principe de la liberté contractuelle. Tel qu’il est indiqué

dans la Base de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du

Canada, « Le principe de la liberté contractuelle (freedom of contract, freedom to contract

ou liberty of contracting) relève du principe général de l’autonomie de la volonté. Il

établit le droit de quiconque en a l’habilité de former, d’accepter ou de refuser

tout contrat et de s’engager par contrat avec tout autre contractant. » Bref, sauf

lorsque l’ordre public est en jeu, il est permis de conclure toute entente, aussi

injuste puisse-t-elle sembler. En effet, comme le souligne le juriste Jean Pineau,

« il est rare que, dans un cadre contractuel, chacune des deux parties contractantes

fasse une aussi bonne affaire l’une que l’autre. » Il appartient donc aux parties de

décider si elles désirent réellement accepter les conditions du contrat. Ce principe

doit rester dans l’esprit de l’éditeur tant lorsqu’il contracte avec les auteurs qu’avec

les agrégateurs et libraires.


Les aspects juridiques de la diffusion de livres sur Internet

Le présent document vise à faire le survol des principales incidences juridiques

liées à la mise en ligne d’œuvres littéraires, peu importe le modèle utilisé. Nous

aborderons tour à tour les questions relatives aux contrats d’édition (1) et les

questions relatives à l’accès international des œuvres publiées (2). Évidemment,

comme il s’agit d’un aperçu d’un cadre législatif complexe, et que nous ne

connaissons pas le contexte exact dans lequel les éditeurs visés comptent évoluer,

ce document ne constitue pas un avis juridique formel, mais bien un texte

informatif visant à fournir certains réflexes et souligner certains pièges à éviter

lors de la mise en ligne de contenus protégés par droit d’auteur ou lors de

négociations avec un « cyber » distributeur.

QUESTIONS RELATIVES AUX CONTRATS D’ÉDITION

Avant même de penser diffuser en ligne certaines œuvres littéraires, un éditeur

doit évidemment étudier les contrats visant ces œuvres afin de s’assurer détenir les

droits nécessaires à une telle distribution ou diffusion. Regardons rapidement

certains de ces contrats et des possibles freins à la mise en ligne de contenus.

Contrat entre l’éditeur et l’auteur

Détention des droits d’auteur

Un éditeur devra obtenir l’accord de l’auteur de l’œuvre avant de la diffuser via

Internet, même si cette diffusion est contrôlée par un système d’abonnements.

Qui plus est, le transfert complet des droits d’auteurs sera notamment nécessaire

pour la diffusion via certains agrégateurs ou certaines librairies numériques

puisque ceux-ci exigent normalement que l’éditeur détienne les droits exclusifs sur

les œuvres communiquées pour publication. Le contrat de NetLibrary prévoit par

exemple que « L’Editeur possède des droits exclusifs à différents ouvrages et

181


182

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

autres contenus », alors que le contrat de Gibson Library Connections Inc.

indique que « Publisher certifies ownership of the right to licence titles for re-distribution ».

Pour ce qui est des œuvres publiées avant l’avènement d’Internet ou pour

lesquelles aucune clause précise ne vise la diffusion via le Web, il s’agira d’évaluer

au cas par cas la teneur exacte du contrat. Un contrat rédigé en termes plus

généraux (par exemple, une clause qui prévoit la cession des droits pour la

distribution de l’œuvre sans préciser de moyen de diffusion spécifique) pourrait,

selon le contexte, être suffisant pour englober la diffusion via le Web.

Il faut également faire attention afin d’identifier quel(s) démembrement(s) du

droit d’auteur sont visés par le contrat. En effet, le droit d’auteur renferme

plusieurs droits subsidiaires, dont le droit de publier l’oeuvre, le droit de la

traduire, de l’adapter au grand écran, etc. Or, selon la Cour suprême 154

, le fait de

« publier » une œuvre en ligne n’est pas relié au droit exclusif de publication, mais

découle plutôt du droit exclusif de communiquer une œuvre au public par

télécommunication. En effet, comme l’explique le DAMIC (Droit d’auteur /

Multimédia-Internet / Copyright) :

• Selon la Loi, la télécommunication inclut toute « transmission de

signes, signaux, écrits, images, sons ou renseignements de toute nature par

fil, radio, procédé visuel ou optique ou autre système électromagnétique ».

• Cette définition est suffisamment large pour englober la diffusion

sur l’Internet, et ce, en dépit des différentes infrastructures empruntées pour

acheminer les contenus. La diffusion dont il s’agit doit se faire « au public ».

Ainsi, la transmission d’une œuvre sur un site Internet constitue une

communication au public tandis que sa simple transmission par courrier

154 Voir Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique c. Assoc. canadienne des fournisseurs Internet,

[2004] 2 R.C.S. 427


Les aspects juridiques de la diffusion de livres sur Internet

électronique, adressée à un ou quelques récipiendaires, n’équivaut pas

nécessairement à une communication publique par télécommunication. À

noter, cependant, que dans ce cas il y aurait application du droit de

reproduction. Le producteur de sites Internet aura à libérer ce droit auprès

du titulaire, soit en le mentionnant explicitement ou en mentionnant que la

diffusion de l’œuvre se fera sur l’Internet.

Ainsi, selon le modèle choisi, la distribution d’une œuvre via le Web sera soit

une publication, soit une communication par télécommunication. Il importe donc

de prévoir ces deux possibilité dans le cadre de contrats éventuels avec les auteurs.

Pour les contrats antérieurs, il s’agira encore une fois d’analyser chacun de ces

écrits dans sa totalité pour établir s’il est possible d’étendre son application à la

diffusion via Internet. Dans la négative ou encore s’il y a ambivalence, il sera

préférable de simplement signer une nouvelle entente visant la diffusion via le

Web avec l’auteur en prenant soin de prévoir tous les modèles de distribution

envisagés.

Afin d’éviter toute ambiguïté lors de la signature du contrat avec un auteur, une

bonne pratique serait d’insérer les contrats signés avec les agrégateurs ou libraires

en annexe du contrat d’édition en prenant soin de s’assurer que l’auteur accepte

que son œuvre soit diffusée selon les modalités inscrites. Cela aura également

pour effet d’assurer que l’auteur comprend la relation existant entre l’éditeur et

l’agrégateur ou le libraire.

Rémunération des auteurs

Tout contrat devra également tenir compte du modèle d’affaire sélectionné par

l’éditeur quant à la rémunération de l’auteur. Les auteurs reçoivent souvent une

quote-part pour chaque exemplaire vendu de leur œuvre. Dans le cas de copies

numériques d’une œuvre, la notion d’« exemplaire » devient cependant plus floue,

183


184

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

d’où l’importance de la définir. Par exemple, les copies temporaires créées dans la

mémoire cache d’un ordinateur (antémémorisation) lors du téléchargement d’une

œuvre numérique sont-elles des exemplaires de l’œuvre ? Les tribunaux 155 se sont

prononcés à l’effet que ces copies ne sont pas des reproductions au sens de la Loi

sur le droit d’auteur, mais il serait préférable de le prévoir au contrat, ce que font

d’ailleurs certains agrégateurs. NetLibrary indique par exemple dans son contrat

que « l’apparition temporaire d’une Version Electronique NL dans la mémoire

vive de l’ordinateur d’un utilisateur ne constituera pas une reproduction pour

laquelle des frais sont payables ».

Ensuite, la création d’une version numérique d’une œuvre (en fichier PDF ou

OeB par exemple) implique nécessairement sa reproduction, ce qui devra

également être prévu au contrat, au même titre que s’il est prévu de vendre le livre

sous différents formats « papier » (couverture souple, couverture rigide, format de

poche, etc.) les maquettes de ces différents formats ne sont pas des exemplaires

pour lesquels l’auteur sera rémunéré.

Finalement, une ou plusieurs copies pourraient être entreposées sur différents

serveurs par l’éditeur, l’agrégateur ou la librairie numérique pour satisfaire leurs

obligations envers les abonnés, notamment en matière d’archivage. À cette fin

NetLibrary précise par exemple que « NetLibrary peut faire des copies de

Versions Electroniques NL vendues aux destinataires afin de satisfaire ses

obligations d’archive de tiers ».

Encore une fois, il appartiendra à l’éditeur de négocier avec chaque auteur la

rémunération associée à chacun de ces types de copies. L’objectif n’est pas de

dicter quelles copies devraient être rémunérées, mais bien de souligner le fait que

155 Voir, par exemple, la Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique c. Assoc. canadienne des

fournisseurs Internet, [2004] 2 R.C.S. 427


Les aspects juridiques de la diffusion de livres sur Internet

les termes « copie » ou « exemplaire » doivent être bien définis dans le contrat

d’édition.

Par ailleurs, si le modèle d’affaire sélectionné pour la mise en ligne des œuvres

est plutôt le paiement d’une somme forfaitaire pour avoir un accès illimité à

toutes les œuvres disponibles sur le serveur, il va de soi que le procédé de

rémunération des auteurs devra être revu en conséquence. Il serait alors

envisageable, par exemple, d’accorder une rémunération au prorata selon la

popularité des œuvres consultées; d’appliquer un modèle de distribution des

revenus en fonction de l’importance proportionnelle du contenu (en nombre

d’octets, par exemple) par rapport à l’ensemble du fonds, ou encore tout autre

critère déterminé par l’éditeur.

Finalement, contrairement aux bibliothèques qui achètent un certain nombre

de copies d’un livre, les distributeurs numériques versent un montant périodique

selon le nombre d’exemplaires numériques consultés durant cette même période.

Il faudra donc tenir compte de cette réalité lors de la signature de l’entente de

paiement avec un auteur, notamment pour s’assurer que les périodes de

versement correspondent afin de ne pas devoir avancer de fonds.

Droits moraux

Au-dedu contrat, il importe de souligner que, dans plusieurs juridictions,

comme le Canada et la France, les auteurs possèdent certains droits qui sont

incessibles. Ces droits, communément appelés droits moraux, assurent à l’auteur

un certain contrôle sur l’utilisation qui peut être faite de son œuvre. Ainsi, certains

auteurs pourraient s’opposer à la numérisation de leurs œuvres si celle-ci allait à

l’encontre du message véhiculé. Par exemple, l’auteur du livre The Dangerous Book

for Boys, Conn Iggulden, s’est opposé à la numérisation de son œuvre puisqu’elle

traite de la nécessité, pour les jeunes garçons, d’éteindre leurs ordinateurs pour

185


186

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

aller jouer dehors. Le medium informatique va donc à l’encontre du message

véhiculé. Un auteur canadien pourrait ainsi invoquer ses droits moraux pour

empêcher la numérisation de son œuvre, d’où l’importance de prévoir celle-ci au

contrat.

Exclusivité de distribution

La mise en ligne d’une œuvre rendant celle-ci accessible à travers le monde, il

faudra aussi s’assurer d’avoir le droit exclusif de distribuer l’œuvre. En effet,

certains auteurs contractent avec différents éditeurs selon le territoire donné.

Ainsi, un même livre pourrait être édité par deux maisons d’éditions différentes,

l’une ayant une exclusivité sur le territoire nord-américain, l’autre ayant une

exclusivité sur le territoire européen. Évidemment, ces limites territoriales

deviennent inconséquentes sur Internet puisque l’internaute européen peut très

facilement avoir accès à un site canadien et vice-versa.

Ainsi, un éditeur n’ayant qu’un droit de distribution au Canada pourrait se faire

reprocher d’avoir outrepassé ses droits en diffusant sur le Web puisqu’il rend

l’œuvre accessible partout à travers le monde (on parle alors d’importations

parallèles de livres). Certains agrégateurs soulèvent d’ailleurs cette problématique

et requièrent d’en être informées. Gibson, par exemple, indique dans son contrat

que « If you have territorial or restricted rights on a title, you may submit it for the

service and advise us of the fact that you have less than world rights ».

La solution à cette situation est de ne permettre l’accès à un site qu’aux seuls

citoyens du territoire visé par le contrat de l’éditeur (en demandant de fournir une

preuve quelconque), ce qui peut s’avérer très complexe. Une autre possibilité

serait de refuser de transmettre ou de communiquer l’œuvre commandée à un

consommateur dont l’adresse de facturation ou l’adresse IP (Internet protocol) est


Les aspects juridiques de la diffusion de livres sur Internet

située à l’extérieur du territoire visé par le contrat d’édition. Ces solutions ne sont

pas parfaites, mais réduisent les risques de violation d’ententes de co-édition.

Contrats entre l’éditeur et les tiers

Un éditeur doit signer de nombreuses ententes pour permettre la diffusion des

œuvres de ses auteurs. La mise en réseau ne change pas réellement la nature de

ces ententes, mais peut être impossible en vertu de celles-ci.

Contrats avec les distributeurs « classiques » (librairies et autres)

Dans la même veine que ce qui précède, si l’éditeur accorde l’exclusivité de

vente sur un territoire donné à un libraire, il va de soi qu’il ne pourra permettre la

diffusion numérique d’oeuvres sur ce même territoire. Cette observation vaut

également pour les librairies numériques. En effet, accorder le monopole de

distribution à une librairie numérique viendrait empêcher la vente de copies

physiques du même livre. Dans le même ordre d’idées, il est important de ne pas

accorder de monopole de distribution en ligne à une seule entreprise afin

d’assurer une plus grande diffusion de nos œuvres.

Contrats avec les intermédiaires techniques

La diffusion via le Web implique la signature de nouveaux contrats. Selon le

modèle d’affaire sélectionné, la création d’un site nécessitera la signature d’une

entente de service pour la création et l’hébergement du site. Une entente avec des

intermédiaires de paiement sera également nécessaire pour assurer le paiement par

carte de crédit ou de débit pour les œuvres consultées ou téléchargées.

Évidemment, cela ne sera nécessaire que si l’éditeur est propriétaire du site (seul

ou en partenariat avec d’autres éditeurs).

187


188

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Contrats avec les agrégateurs, librairies numériques et autres distributeurs de contenu

Afin de ne pas avoir à assurer la gestion d’un site, un éditeur pourra choisir de

plutôt faire affaire avec une librairie numérique, un agrégateur ou encore un

service tel Google Books. Ces entités offrent la possibilité de rendre les œuvres

accessibles à des tiers via leur service en échange, par exemple, d’un pourcentage

du prix de vente ou de consultation d’une œuvre. Cependant, certaines remarques

doivent être faites quant aux contrats imposés par ces entreprises.

Remarques générales :

Voici certaines remarques générales suite à la lecture des différents contrats

nous ayant été fournis (Google, Gibson et NetLibrary) :

• Il importe de s’assurer qu’un contrat avec un distributeur est bel et

bien un contrat de distribution et nom une cession de droit. En effet, la

nouveauté des modèles d’affaire peut rendre la gestion et la propriété des

droits ambigus. L’insertion d’une clause contractuelle réservant la propriété

du contenu à l’éditeur pourrait être envisagée. Par exemple, le contrat de

Google prévoit, à sa clause 5, que « Nothing in this agreement conveys any

ownership right to Google in any of the Publisher content ».

• Tout contrat, quel qu’il soit, prévoit typiquement que les litiges en

découlant seront soumis à une juridiction particulière et aux lois d’un état

donné. Par exemple, le contrat de Google impose le recours aux lois et aux

tribunaux de la Californie, alors que ceux de Gibson et NetLibrary sont

respectivement soumis aux lois de l’Ontario et du Colorado. Un éditeur

préférera sûrement soumettre les litiges aux lois et tribunaux québécois,

d’abord parce qu’ils lui sont plus familiers, ensuite pour éviter les

déplacements. Il est aussi envisageable de prévoir au contrat que les litiges

seront soumis à un arbitre plutôt qu’à un juge. Cela aura pour effet


Les aspects juridiques de la diffusion de livres sur Internet

d’accéléré le processus et a pour avantage de ne pas publiciser le litige

puisque les décisions d’un arbitre sont confidentielles.

• Les distributeurs se réserveront normalement le droit d’utiliser le

nom et la marque de commerce des éditeurs pour faire la promotion de

leurs œuvres (ce que font notamment Gibson et Google). Afin d’assurer un

contrôle sur les utilisations faites de ces marques, il serait utile de préciser au

contrat les limites de ces utilisations. Google, par exemple, fait référence à la

politique d’utilisation de l’éditeur. Dans certains cas, il serait préférable

d’exiger l’obtention d’une autorisation au cas par cas.

Librairies en ligne

Du point de vue juridique, la relation contractuelle existante entre la librairie en

ligne et l’éditeur n’est guère différente de celle existant entre l’éditeur et la librairie

« classique », et ce, peu importe si les livres vendus sont imprimés ou numériques.

Il importe surtout de s’entendre sur le pourcentage du prix de vente qui sera

récupéré par l’éditeur une fois l’ouvrage vendu. Il serait également utile de prévoir

au contrat les obligations de la librairie en cas de perte ou de vol des exemplaires

tant imprimés que numériques, bien que ces obligations soient déjà prévues au

Code civil du Québec.

Si l’ouvrage est livré en format numérique, il importe que le format choisi

possède les protections nécessaires afin d’assurer que l’œuvre ne puisse être

reproduite ou partagée par l’utilisateur sans le consentement de l’éditeur. Il faut

cependant comprendre que l’une des principales qualités du format numérique est

sa facilité de reproduction. Ainsi, même si le libraire élimine l’accès aux fonctions

« copier-coller » (ce que fait notamment Google), il demeure qu’un internaute le

moindrement futé pourra toujours trouver un moyen de reproduire un document,

189


190

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

par exemple, en utilisant la fonction « print screen » sur les PC ou « command-

shift-4 » sur les Macs.

Le service search inside de Amazon mérite que l’on s’y attarde. Sans nous

prononcer sur l’intérêt commercial d’un tel projet, il importe de souligner qu’il ne

s’agit pas d’une utilisation permise par la loi d’une œuvre d’un tiers puisque, à

notre avis, les passages reproduits ne le sont ni dans un but de recherche, ni de

compte rendu, ni dans l’un des autres contextes d’utilisation équitable prévu par la

Loi sur le droit d’auteur. Ainsi, il reviendra à l’éditeur et à l’auteur de décider si la

participation à ce service s’avère intéressante et à en fixer les balises (surtout quant

à la longueur des extraits). Le même commentaire pourrait être fait du projet

Google Book Search.

Agrégateurs

Au sens juridique, les agrégateurs ne sont pas vraiment différents des libraires

puisqu’ils assurent la distribution des œuvres leur ayant été remises en échange

d’un pourcentage du prix de vente (ou plutôt de visualisation). Évidemment, le

modèle d’affaire diffère, mais les obligations demeurent les mêmes.

Outils de recherche

L’outil de recherche a une position juridique unique en droit québécois

puisqu’il bénéficie notamment de son propre régime de responsabilité en vertu de

l’article 22 de la Loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information. En effet,

un outil de recherche n’est pas responsable de son contenu sauf s’il est avisé que

ce contenu est illicite et qu’il persiste à le répertorier.

Il est utile de se demander si le service Google Book Search est toujours un outil

de recherche, notamment parce que Google héberge et sélectionne les œuvres

cataloguées. En effet, quant à sa relation contractuelle avec l’éditeur, Google n’est


Les aspects juridiques de la diffusion de livres sur Internet

pas différent du libraire ou de l’agrégateur au sens juridique, si ce n’est que par

l’originalité de son système de rémunération.

En effet, Google prévoit, à la clause 7 de son contrat, que les éditeurs seront

rémunérés selon le nombre de fois qu’un internaute « clique » sur les messages

publicitaires présents sur les pages de ses œuvres. Bien qu’il puisse sembler

inéquitable, ce procédé ne pose pas de problème juridique majeur. Cependant il

importe de souligner que le contrat ne prévoit pas qui sera responsable de

lectionner quelles publicités seront associées à quelles œuvres. Cela mérite d’être

précisé. Évidemment, si Google choisit de se réserver ce droit, il s’attribue

indirectement le droit de fixer lui-même le prix payé. En effet, une annonce pour

se rendre sur le site d’Amazon associée au dernier Harry Potter risque d’engendrer

plus de clics qu’une annonce pour de l’équipement sportif, par exemple. Notons

par ailleurs que la question des droits moraux pourrait également poser problème

puisqu’un auteur pourrait s’objecter à ce que son œuvre soit associée à une

publicité pour un site pornographique, par exemple.

Qui plus est, Google énonce une série d’exception lui permettant de ne pas

rémunérer l’éditeur (annonces de Google, annonces cliquées illicitement, annonces

pour lesquelles l’annonceur n’a pas payé, etc.). Encore une fois, cela n’est pas

illégal, mais peut impliquer que l’éditeur ne touchera aucune rémunération, même

si ses œuvres sont consultés régulièrement. Finalement, mentionnons que Google

se réserve le droit de modifier sa politique de paiement en tout temps.

Évidemment, cela implique qu’un nouveau contrat devra être signé si la politique

est modifiée. Il demeure cependant que Google peut donc mettre fin au contrat à sa

guise grâce à cette clause, bien que la clause 12 du contrat prévoit que les parties

ne peuvent y mettre fin qu’après la durée du terme (1 an) suivant un avis de 30

jours. D’ailleurs, selon cette clause, Google se réserve le droit de continuer à

indexer les œuvres de l’éditeur, même s’il est mis fin au contrat.

191


192

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Entrepôts numériques

L’entrepôt numérique demeure un entrepôt au sens juridique du terme. Il est

donc responsable de la sécurité des informations et des livres qui y sont déposés.

L’entrepôt devra seulement permettre l’accès aux données entreposées aux

personnes identifiées par l’éditeur. Comme nous le verrons plus loin, la situation

géographique des serveurs aura cependant un impact sur cette obligation et donc

sur les risques associés à l’accès aux données et métadonnées entreposées.

QUESTIONS RELATIVES À L’ACCÈS INTERNATIONAL AUX ŒUVRES PUBLIÉES

Outre le fait que la mise en réseau d’œuvres littéraires pourrait aller à l’encontre

d’ententes territoriales limitant la distribution de ces mêmes œuvres à l’extérieur

de frontières préétablies, l’aspect transnational, voire international, d’Internet est

source d’autres préoccupations importantes au niveau juridique.

Protection législative des droits d’auteur à l’extérieur du Canada

Tous les régimes de droit d’auteur ne s’équivalent pas. Certains pays ont une

protection très forte du droit d’auteur (les États-Unis par exemple) d’autres y

accordent peu ou pas d’importance (la Chine notamment). Or, comme Internet

rend les œuvres accessibles partout à travers le monde, il faut tenir compte du fait

que cela risque de rendre des œuvres accessibles dans certains États où il

deviendrait impossible de défendre ses droits.

L’auteur William Arms 156 rappelle une anecdote historique qui souligne bien

cette problématique : [traduction] « au dix-neuvième siècle, les États-Unis avaient

un régime de droit d’auteur pour les auteurs américains, mais pas pour les auteurs

étrangers ; les œuvres d’auteurs européens n’étaient pas protégées et étaient

copiées sans gène, malgré les plaintes d’auteurs tels Dickens et Trollope ». La

156 Digital Libraries, 2000, M.I.T. Press.


Les aspects juridiques de la diffusion de livres sur Internet

situation est aujourd’hui inversée et ce sont les œuvres d’auteurs américains qui

sont reproduites sans gènes par certains pays tels la Chine. En rendant les œuvres

accessibles sur le Web, on y facilite notamment l’accès pour les gouvernements

qui ne respectent pas les traités internationaux en matière de droits d’auteur. Il

devient donc plus facile d’en faire des reproductions illicites.

Afin de contrer cette problématique, il sera donc utile d’interdire

contractuellement la reproduction d’une œuvre, et ce, avant le téléchargement ou

la visualisation de celle-ci, ou encore, de prévoir des mécanismes pour informer le

lecteur des conditions d’utilisation de l’œuvre et lui permettre de payer les droits

de reproduction si tel est l’usage qu’il compte en faire. Certains sites tels Springer

comportent effectivement un formulaire permettant au lecteur de préciser ses

besoins, d’évaluer précisément la valeur d’une telle utilisation et, finalement, de

payer les droits de reproduction ou d’utilisation. Ce système semble en lien avec

plusieurs sociétés de gestion de droits.

Identification et sanction des contenus illicites selon l’État

Si le droit d’auteur est différent d’un pays à l’autre, c’est également vrai pour les

autres sphères juridiques, notamment en matière de protection des

renseignements personnels et de vie privée, de diffamation, de contenus

criminalisés et autres contenus illicites. Notons que, dans la majorité des États

(dont le Canada et les États-Unis), l’éditeur sera le premier responsable du

contenu des œuvres publiées. Qui plus est, la librairie numérique échappera

normalement à toute responsabilité (Canada, Etats-Unis, Europe).

En effet, l’éditeur d’une œuvre est tenu responsable de son contenu puisque

« publier signifie communiquer de l’information à des tiers en sachant que cette

information sera lue, vue ou entendue ». À l’opposé, comme le libraire numérique

n’est pas présumé connaître le contenu des œuvres distribuées, son obligation se

193


194

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

limitera à retirer de son site les contenus illicites suite à la réception d’un avis à cet

effet. Le critère pour établir la responsabilité semble être la possibilité de contrôler

l’information en amont.

Notons cependant que cela n’est pas nécessairement le cas dans tous les pays,

poussant ainsi les libraires et autres distributeurs à exiger que l’éditeur les tienne

indemnes en cas de poursuites associées au contenu d’une œuvre. C’est

notamment le cas pour Google et Gibson dont les contrats prévoient non seulement

que l’éditeur les dédommagera, mais qu’il couvrira également leurs frais d’avocat.

Cela démontre l’importance, pour l’éditeur, d’assurer un contrôle sur

l’accessibilité des textes mis en ligne. Un tel contrôle devrait être prévu au contrat.

La protection des renseignements personnels

La création de sites protégés par mots de passe et la demande de paiement

pour avoir accès à certaines oeuvres obligent nécessairement les gestionnaires

d’un site à récolter des renseignements concernant leur clientèle. Comme

plusieurs de ces informations constituent des renseignements personnels en vertu

de la loi, il est essentiel de s’assurer que la récolte de celles-ci est faite en

respectant les lois des pays concernés, surtout en Europe où le niveau de

protection accordé aux renseignements personnels est particulièrement élevé.

L’éditeur qui confie ses œuvres à une librairie numérique ou à un agrégateur

n’aura pas à gérer cette question épineuse, si ce n’est que de s’assurer que son

cocontractant a une politique de protection des renseignements personnels qui se

veut respectueuse de la vie privée de ses clients ; le tout afin d’éviter d’être associé

à une entreprise fautive.

Cependant, si l’œuvre est confiée à une librairie numérique ou un agrégateur, il

faudrait s’enquérir sur le lieu et les conditions d’hébergement des œuvres et des

informations y associées. Si le serveur est situé aux États-Unis, par exemple, le


Les aspects juridiques de la diffusion de livres sur Internet

U.S.A. P.A.T.R.I.O.T. Act réserve au gouvernement américain le droit d’exiger

l’accès aux données contenues sur un serveur lorsqu’une question de sécurité

nationale est en cause. Quant aux conditions d’hébergement, il faudra s’assurer

que des conditions minimales de sécurité soient en place afin d’éviter qu’un

bidouilleur (Hacker) ne puisse accéder aux données entreposées. Une garantie à

cet effet, ainsi qu’une obligation de dédommagement de la part du libraire

devraient d’ailleurs être insérées dans le contrat.

La divulgation de secrets d’État

La majorité des États criminalisent la divulgation de secrets étatiques ou autres

informations pouvant affecter la sécurité nationale. Nous n’avons qu’à penser à

l’affaire fortement médiatisé concernant l’agent secret Valerie Plame Wilson aux

États-Unis il y a deux ans 157 . Ainsi, si la publication au Canada d’un livre exposant

les secrets d’État du Kazakhstan n’est pas en soit interdite, rendre ce livre

accessible en territoire Kazakh pourrait avoir des répercussions juridiques

importantes. Qui plus est, la notion de secret d’État n’a pas la même définition

dans tous les pays et certains gouvernements plus totalitaires pourraient

considérer la divulgation d’une information autrement anodine comme étant un

affront voire une attaque envers ce gouvernement. Ici encore, il serait utile

d’exercer un certain contrôle sur les consommateurs qui peuvent avoir accès à une

œuvre 158 .

La diffamation

Tout comme la divulgation de secrets étatiques, la propagation de propos

diffamatoires est également proscrite dans plusieurs États, dont le Canada et les

157

Voir David IGNATIUS, « A Leak’s Wider Ripples » Washington Post, édition du vendredi 13 mai 2005,

page A23.

158

Voir le titre « Exclusivité de distribution » de la présente section.

195


196

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

États-Unis. Cependant, des paroles diffamatoires prononcées au Canada ne

seraient pas nécessairement catégorisées ainsi aux États-Unis où le droit est

beaucoup plus permissif. Quoi qu’il en soit, la liberté d’expression étant protégée

tant au Canada qu’aux États-Unis, il demeure que des propos jugés acceptables

dans ces deux pays ne le seraient pas nécessairement dans un pays où la liberté

d’expression n’est pas un principe constitutionnel.

Le plagiat et les citations

Notons que le droit d’auteur canadien permet la citation d’œuvres de tiers et la

reproduction de passages dans certains cas bien déterminés (notamment pour les

ouvrages académiques). Cependant, une telle exception n’est pas nécessairement

présente dans toutes les législations étrangères.

Bien qu’il s’agisse d’un faux problème puisque les œuvres citées sont

normalement d’auteurs canadiens, américains ou européens (pour qui l’exception

existe également), il demeure que la possibilité d’une poursuite pour plagiat

pourrait être possible dans de très rares cas.

Les contenus criminalisés (propagande haineuse, incitation

à commettre un crime, informations criminelles, etc.)

Certains contenus sont considérés illicites dans certaines juridictions. C’est

notamment le cas de textes nazis en Allemagne, d’écrits blasphémateurs en sol

arabe ou de manuels de confection de bombes au Canada. Ainsi, par exemple, un

éditeur américain qui voudrait vendre une version numérique du livre Mein Kampf

via une librairie virtuelle devra interdire l’accès à ce livre aux citoyens allemands

sous peine d’amende. Une décision en ce sens a d’ailleurs déjà été rendue par le


Les aspects juridiques de la diffusion de livres sur Internet

Tribunal de grande instance de Paris 159 . Avant de rendre une œuvre accessible en

ligne, il devient donc essentiel d’en connaître le contenu et de s’assurer que celui-

ci n’est pas considéré illégal outremer.

CONCLUSION

Le présent chapitre se veut un guide de référence pour identifier les incidences

juridiques associées à la mise en ligne de contenus. Il est utile de rappeler une fois

de plus que le contrat est la loi des parties et que, de ce fait, il est essentiel d’en

négocier le contenu et de ne pas signer une entente que l’on juge trop défavorable.

Il faut aussi garder en tête que l’aspect international du réseau implique de

nouvelles réalités juridiques tant en matière de droit d’auteur que de

responsabilité. Les risques associés à la mise en ligne de contenus devront donc

faire l’objet d’une étude particulière.

Finalement, les pages qui précèdent soulèvent certains réflexes que doivent

développer les éditeurs qui envisagent entreprendre la diffusion de leur fonds via

le Web. Il n’est pas ici question de conseiller ou déconseiller la signature

d’ententes de distribution d’œuvres en format électronique, mais plutôt de mettre

en évidence les risques associés à la signature de telles ententes afin de permettre

d’effectuer un choix éclairé en toute connaissance de cause. Évidemment,

plusieurs autres considérations d’ordre juridique devront être abordées, chaque

cas étant un cas d’espèce. Il sera donc important de soumettre tout contrat avec

un tiers, qu’il soit auteur ou distributeur, à un avocat.

Les remarques précédentes sous-tendent les recommandations qui sont

présentées en chapitre 6.

159 L’Union des Etudiants Juifs de France et la Ligue contre le Racisme et l’Antisémitisme c. Yahoo! Inc. et

Yahoo France, TGI Paris, 22 mai 2000

197


198

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique


Chapitre 5

Les programmes gouvernementaux

L’analyse des programmes des gouvernementaux fédéral et du Québec se limite

à considérer les dispositifs existants qui s’adressent aux éditeurs de livre. Il ne

nous est pas possible de traiter la question en termes d’évaluation de l’impact ou

de l’efficacité. Par ailleurs, la question n’est pas de s’interroger sur la meilleure

façon d’orchestrer une action publique tournée vers les éditeurs de livre et

promouvant l’industrie du livre. Plus modestement, la question est posée dans les

termes suivants : en quoi les programmes actuels sont-ils adaptés pour accueillir

les initiatives des éditeurs de livre dans l’environnement numérique ? De là,

certaines recommandations se dégageront, lesquelles seront reprises dans le

chapitre suivant.

LES PROGRAMMES FÉDÉRAUX

Le ministère Patrimoine canadien a la responsabilité de mettre en œuvre les

programmes d’aide à l’édition du livre et, plus généralement, à l’industrie de

l’édition au Canada. Le programme d’aide au développement de l’industrie de

l’édition est composé de quatre volets :

• Aide aux éditeurs

• Projet de la chaîne d’approvisionnement

• Initiatives collectives (anciennement Aide à l'industrie et aux

associations)

• Aide à la commercialisation internationale

Le premier programme vise à appuyer la production et la promotion continues

de livres d’auteurs canadiens, alors que le second cherche à renforcer et à


200

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

moderniser la chaîne d'approvisionnement du livre au Canada, notamment par

l’amélioration des données bibliographiques, la promotion du transfert

électronique de documents uniformisés et l'accessibilité des données sur les ventes

de livres. Alors que ces deux derniers programmes s’adressent à l’éditeur

individuel, le programme d’initiatives collectives, comme le nom l’indique, veut

permettre d’élaborer les outils et d’acquérir les compétences nécessaires pour

maintenir la vigueur, la viabilité, et la capacité d'investir de l’industrie pour la

promotion du livre canadien, en mobilisant des organismes, des associations

professionnelles et des entreprises. Enfin, l’aide à la commercialisation

internationale est administrée par l’Association pour l'exportation du livre

canadien.

L’étalon : le livre imprimé

Dans son programme général d’aide aux éditeurs, il est convenu que nous

faisons référence à la publication du livre imprimé. Les critères d’admissibilité des

livres pour le dossier de candidature au programme en témoignent aisément : le

livre doit avoir au moins 48 pages et être imprimé (au Canada, il va de soi). La

chose est soulignée lorsqu’il est fait mention de « matériel non imprimé provenant

manifestement de livres imprimés admissibles ».

D’ailleurs, il s’agit là d’une ouverture importante car le programme mentionne

l’admissibilité du matériel non imprimé. Cette notion renvoie à la fois à du

matériel « électronique », compris comme un « dossier téléchargeable utilisé dans

un appareil eLivre ou un ordinateur personnel, y compris un dossier audio », et à

du matériel « physique », au sens de « bande sonore, cédérom audio, cédérom,

DVD ou produit similaire ». Les critères d’admissibilité s’ouvrent donc sur une

panoplie de formes de matérialisation du livre, autres que l’imprimé. Mais on note

qu’il s’agit d’une catégorie résiduaire (« autres ouvrages admissibles », par

opposition à l’imprimé) et qu’un lien semble établi entre ces formes de


Les programmes gouvernementaux 201

matérialisation et l’existence préalable d’un livre imprimé admissible. Dans la

même veine, la notion de produit dérivé admissible est également et plus

strictement dépendante de la préexistence du livre imprimé et le produit dérivé lui

est attaché physiquement. On écrit très clairement que le livre avec produit dérivé,

c’est un « livre admissible emballé et vendu en combinaison avec un article autre

qu’un livre, par exemple un CD ou un jouet. »

On comprend que le livre est compris de façon traditionnelle et qu’il n’y a pas

d’hostilité à l’égard du numérique. Cependant les versions non imprimés du livre

ont une reconnaissance conditionnée par l’existence préalable de l’imprimé .

Le numérique et le circuit du livre imprimé

Le programme sur la chaîne d’approvisionnement est, d’un autre côté, très

intéressant parce que révélateur d’influences diverses. Ce programme, qui en est à

sa dernière année, vise le « renforcement de la chaîne d'approvisionnement du

livre en facilitant l’adoption de technologies et de pratiques relatives à la gestion

de la chaîne d’approvisionnement ». Pour ce faire, l’alimentation et l’entretien de

bases de données bibliographiques de grande qualité ont été jugés hautement

prioritaires. D’où l’accent mis sur l'exactitude et l’exhaustivité des données

bibliographiques concernant les livres, sur l’échange de documents électroniques

fondé sur des normes, et sur l’accès à des données exactes et à jour sur les ventes

de livres au Canada.

En d’autres termes, l’amélioration de la gestion du livre imprimé dans le circuit

de la mise à disposition du livre auprès du lectorat passe par une meilleure

appropriation de normes d’indexation et de catalogage des livres et par la fluidité

de la circulation de l’information entre les agents qui participent à la diffusion et à

la vente du livre. Les normes internationales retenues et l’information produite

ont été exploitées, transmises et utilisées grâce aux technologies et équipements


202

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

du monde numérique. Cette appropriation a mis à contribution les éditeurs dans

leur ensemble, et, le plus souvent, sur la base d’un engagement individuel. De

plus, ce programme a permis la mise en place d’infrastructures et d’organismes de

nature collective au Canada (BookNet Canada) et au Québec (BTLF), afin d’assurer

un service. Ces organismes s’appuient maintenant sur une expertise et sur des

bases de données, dont les services et l’impact peuvent être optimisés sans un

investissement colossal. À l’échelle micro comme à l’échelle macro, ce programme

est à l’origine d’une infrastructure précieuse.

Le programme en est à sa dernière année (2007-2008). Deux considérations

sont à mettre de l’avant. D’abord, le gouvernement veut confirmer et pérenniser

le succès de ce programme. Les éditeurs auront à poursuivre leur contribution et

leur participation, afin de maintenir leur niveau de certification auprès des

organismes cités. D’ailleurs, on s’interroge sur la « possibilité d'exiger, à partir de

2008-2009, un niveau minimum de certification des données bibliographiques

pour les éditeurs qui font des demandes au volet Aide aux éditeurs. » Ensuite, les

sommes investies au cours des dernières années dans ce programme pourraient

être reportées sur un autre projet d’envergure, qui reste indéfini. Expérience

acquise en la matière, on peut imaginer qu’une autre forme de contribution des

technologies du numérique pour soutenir et transformer le monde de l’édition

puisse être mise de l’avant dans un nouveau plan triennal. Il ne faudrait pas perdre

de vue cette occasion.

Passer de l’individuel au collectif

Le programme d’initiatives collectives permet des actions à retombées plus

larges et des initiatives portées par des regroupements, associations, etc. Dans

l’ensemble, même si le livre se conjugue essentiellement dans le paradigme de

l’imprimé, il semble tout à fait approprié de soumettre des projets dont l’objet

serait l’intégration du numérique dans la chaîne de l’édition. Si on peut soumettre


Les programmes gouvernementaux 203

des projets touchant la commercialisation et la promotion, il est tout aussi légitime

de définir des orientations en termes de perfectionnement professionnel ou de

recherche sur l’industrie, voire de planification d’entreprise.

C’est sans doute un programme susceptible d’être fort pertinent pour une

initiative à portée collective, dans une démarche ambitieuse d’intégration du

numérique dans les diverses facettes du métier de l’éditeur,

S’exporter

Enfin, l’Aide à la commercialisation internationale est offerte « en collaboration

avec l'Association pour l’exportation du livre canadien (AELC) » Elle présente

divers programmes de soutien et outils conçus pour développer les marchés

d'exportation et augmenter les ventes à l'exportation, y compris le financement,

l’aide promotionnelle et logistique, et l'information sur les marchés. Il s’agit de

mécanismes assez conventionnels destinés à soutenir l’exportation.

LES PROGRAMMES DU QUÉBEC

Les programmes du Québec, qui sont rattachés à la Société de développement

des entreprises culturelles, se composent principalement :

• Du programme d’aide aux entreprises du livre et de l’édition

spécialisée

• Du crédit d’impôt remboursable pour l’édition de livres

• Du financement des entreprises

Le premier programme cherche à contribuer à la consolidation de l’industrie de

l’édition, à soutenir la diffusion et la création de nouveaux marchés pour le livre, à

permettre l’accessibilité physique à un prix raisonnable et à soutenir le réseau de

librairies. Le deuxième est une dépense fiscale destinée spécifiquement à soutenir

l’édition du livre. Enfin, le troisième, qui porte sur le financement des entreprises,


204

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

poursuit des objectifs distincts selon le secteur d’application dans le domaine des

arts, de la culture, du livre. Pour le livre, ce programme veut soutenir la vitalité de

l’ensemble des activités rattachées au livre, soit l’édition, la distribution, la

diffusion et les librairies.

Ouverture pour rendre compte du livre actuel

Tout comme c’est le cas pour les programmes fédéraux, il faut « revisiter » la

définition du livre quand il s’agit de l’aide aux entreprises du livre, mais une

ouverture pour les nouveaux formats est déjà présente. Le programme en est un

de subvention et vise à soutenir l’édition et la promotion.

Dans l’économie générale du programme, la référence première est celle du

livre imprimé, si bien que le livre parlé et le livre en version numérique ne sont

reconnus aux fins du calcul de la subvention que dans la mesure où une version

imprimée existe déjà. Les ouvrages doivent être « déjà publiés en format

traditionnel ». Il en est de même de l’aide à l’édition spécialisée. On note donc une

ouverture à l’égard des nouveaux supports matériels du livre, notamment lorsque

le livre électronique est défini comme le « contenu original d’un livre, numérisé et

pouvant être téléchargé en format standardisé vers les supports informatiques de

lecture ». Par cette définition, on s’ouvre directement sur le livrel. La seule

restriction, c’est qu’une version imprimée doit exister préalablement pour que le

livrel ait une existence pour la subvention.

Les activités de promotion admissibles sont énumérées. Pour l’essentiel, le

paradigme de l’imprimé est omniprésent. On mentionne, parmi ces activités, la

création et la mise à jour d’un site Internet pour l’éditeur. On peut supposer que

le développement des outils de vente en ligne et de transaction sécurisée sur le site

serait admissible, par analogie. C’est certainement l’un des défis de l’heure, encore


Les programmes gouvernementaux 205

faudrait-il que cette activité soit recevable. D’autres activités promotionnelles

conventionnelles sont retenues, de même que le transport physique des ouvrages.

Une vision traditionnelle persiste

Quand on traite du programme de crédit d’impôt remboursable pour l’édition

du livre, on constate plutôt une fermeture. La définition devient restrictive. Cette

définition du livre rappelle celle du programme fédéral d’aide aux éditeurs que

nous avons vue, mais on y ajoute à la description physique du livre : l’ouvrage doit

être « publié dans un livre relié sous couverture ». Les frais préparatoires

admissibles comprennent les activités d’édition du contenu de l’ouvrage, mais

aussi essentiellement des frais en référence à la préparation d’un ouvrage imprimé.

En toute logique, on ajoute à ces frais, les frais d’impression. Manifestement, ce

programme est resté hermétique aux changements de la période actuelle, en n’y

introduisant pas d’éléments permettant de rendre compte de la publication

numérique et de la diversité des formats pour le livre.

Le multimédia, qu’est-ce à dire ?

Par le programme du financement des entreprises, l’intervention publique

passe par des outils financiers, tels le prêt, le crédit renouvelable, la garantie de

prêt et, exceptionnellement, l’investissement dans le projet et le capital-actions.

Pour le secteur du livre, on entend utiliser ce programme pour participer au

« financement des entreprises existantes qui contribuent au développement de

produits québécois d’édition ». Les exemples fournis — fonds de roulement ou

acquisitions d’immobilisations — montrent que l’on est dans l’univers de l’édition

du livre conventionnel. Il faut plutôt jeter un œil du côté de la section multimédia

pour que soit désignée l’édition (ou la coédition) de produits ou de titres

multimédias. Ce qui reste un peu confus, c’est ce que l’on associe au multimédia :


206

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

le livrel, et le livre audionumérique sont-ils une expression particulière du

multimédia, compris au sens du programme de financement des entreprises ?

POUR UNE RELECTURE ATTENTIVE DE L’ACTION PUBLIQUE

Il est assez net que le paradigme qui a présidé à la conception et à

l’instrumentation des programmes publics visant l’édition, c’est celui du livre

imprimé. La chose n’est que normale : il ne s’agit pas de s’en étonner. Cela dit, il

serait judicieux d’éviter que les formulations un peu vieillies, face à de nouveaux

enjeux et défis, viennent décourager ou inhiber des initiatives et de nouvelles

pratiques dans l’édition. Il ne s’agit pas de déplacer le curseur d’un pôle à l’autre,

mais plutôt de reconnaître, de façon assez générale, la diversité des formes de

matérialité du livre et d’en rendre compte dans les critères d’admissibilité aux

programmes.

Un effort a été fait, dans certains cas, pour reconnaître les versions numériques

ou audionumériques, mais il convient de s’interroger sur le préalable de l’existence

première de l’ouvrage en version imprimée conventionnelle. Il serait important de

tester l’interprétation à donner à la terminologie de tous les programmes afin de

leur permettre de soutenir l’édition du livre, mais en assurant qu’aucune initiative

structurée pour développer de « nouvelles physionomies » ne soit exclue

d’emblée. Par exemple, comprend-on de la même façon la notion de multimédia,

pourquoi le produit dérivé doit-il être physiquement lié à l’objet livre, etc.

Le programme le plus obtus sur ce point est sans conteste celui des crédits

d’impôt remboursables du gouvernement du Québec. Mais, de façon générale, on

peut comprendre que les pouvoirs publics ont cherché à répondre à l’évolution du

milieu au mieux et qu’il n’y a pas une vision d’école qui s’opposerait au monde

numérique. À la veille d’entreprendre un certain tournant, en assimilant davantage

le monde numérique dans les processus de production et de commercialisation, il


Les programmes gouvernementaux 207

serait approprié d’apporter une attention aux règles des concours afin de donner à

ces programmes tout leur potentiel pour supporter l’innovation et l’esprit

d’entreprise, tout en ne compromettant pas les voies les plus usuelles, à ce jour, de

penser et de travailler l’édition.

Dans ce sens, l’élaboration de nouveaux processus numériques devrait

davantage être valorisée. Dans le contexte actuel, cette dimension des choses

serait assimilée à la notion de logiciel, mais en même temps serait, sous ce vocable

et avec les contraintes associées, très mal desservie. Il ne s’agit pas tant là de

commercialiser un nouveau logiciel, mais de se donner les outils numériques pour

établir un protocole de travail et la jonction de ceux-ci dans un processus de

production qui exploite le potentiel du numérique pour produire soit des objets

physiques (livres, cédérom, dévédérom, cassettes, etc.) soit des fichiers

numériques (livrel, livres audionumériques, fichiers MP3, etc.). Ce travail est tout

à fait essentiel et devrait susciter l’intérêt des pouvoirs publics tout autant que des

éditeurs.

Les données utilisées ne nous permettent pas de juger jusqu’à quel point les

volets de programme destinés au développement (recherche, stages) ou ceux

ouverts aux actions ou démarches collectives ont été bien exploités au cours des

dernières années. Mais il y a là une « fenêtre d’opportunité » non négligeable pour

concevoir des projets à la fois innovateurs et à retombées collectives (tout en

étant menés par un regroupement d’acteurs). Cette possibilité, qu’il faut s’assurer

d’utiliser au mieux pour le numérique, est une occasion pour faire une avancée

importante, en termes de processus, de commercialisation et de convergence des

acteurs. À ce propos, le cadre de travail présenté par le gouvernement fédéral est

déjà mieux adapté, encore qu’au Québec des actions publiques hors programme

sont sans doute plus envisageables.


208

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

La présentation d’un projet d’envergure et supporté par un regroupement

représentatif d’éditeurs, s’il est étoffé, innovant et porteur au plan de la diffusion

nationale et internationale, peut retenir l’attention des pouvoirs publics au

Québec. Sa correspondance avec les priorités culturelles et de rayonnement

international — parce que le numérique franchit des frontières et des obstacles de

tous ordres que l’imprimé a toujours eu du mal à contrer — peut susciter un

intérêt qui à ce jour n’est pas annoncé, encore moins « formaté » dans un

programme en bonne et due forme.

Du côté fédéral, le programme de la Chaîne du livre arrive à son terme à la fin

de cette année. Les crédits devraient rester à la même hauteur, encore faut-il qu’ils

soient canalisés dans des créneaux porteurs. C’est en ce sens, que le temps presse

pour faire valoir des priorités dont pourrait bénéficier le plus grand nombre. Dans

la logique des dernières années, il s’agirait d’ouvrir un nouveau chantier en mesure

de s’appliquer au plus grand nombre (donc à l’industrie) et de profiter à la gestion,

à la diffusion et à la rentabilité du métier d’éditeur et à tous ses artisans. L’heure

est à réfléchir à un projet, aussi systémique dans ses effets que celui de la Chaîne

du livre, mais qui ouvrirait la voie à l’intégration du numérique dans les processus

d’édition et de diffusion du livre. Et la question qui reste constante porte sur la

capacité de définir une démarche conjointe pour l’ensemble du Canada.

Les remarques précédentes sous-tendent les recommandations qui sont

présentées en chapitre 6.


Chapitre 6

Recommandations et vue d’ensemble

d’une infrastructure d’édition numérique

Ces recommandations s’adressent à l’ANEL et à ses membres, et plus

largement à l’ensemble de la communauté des éditeurs de livre. L’ANEL est

perçue comme levier qui a des responsabilités collectives non seulement au plan

de la représentation et de la formation, mais aussi au plan de prestation de

services.

Ces recommandations postulent que, dans l’environnement numérique actuel,

l’éditeur est prêt à revoir ou mettre en cause les responsabilités conventionnelles

des différents acteurs qui interviennent dans la chaîne de l’édition, du choix

éditorial jusqu’à la vente en librairie en passant par la diffusion et la distribution.

La préservation du modèle conventionnel rend inopérantes les recommandations

qui suivent, mais, en même temps, la préservation de ce modèle est considérée

comme un handicap pour le développement de l’industrie du livre, dans quelque

société que ce soit.

Ces recommandations prennent résolument pour point d’ancrage l’éditeur

confronté aux défis posés par le monde numérique. La distinction faite plus tôt

est reprise. Sont en effet distinguées les dimensions qui, d’une part, concernent la

valorisation du livre à l’aide des services et de la communication numérique et,

d’autre part, visent à l’intégration du numérique dans l’ensemble des processus,

qui vont du choix éditorial à la production et jusqu’à la livraison de l’entité livre

auprès des lecteurs. Dans ce dernier champ de préoccupation, le livre peut avoir

plusieurs supports de matérialisation — y compris l’imprimé évidemment. On sait

que c’est en s’inscrivant dans ce dernier champ de préoccupation que l’éditeur


210

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

relève les défis actuels de l’édition numérique, mais on sait aussi que c’est la voie

la plus exigeante.

Les recommandations sont regroupées en trois sections. D’abord, une section

générale porte sur les conditions d’exercice du métier d’Éditeur de livre dans le

monde numérique. Ensuite, une section s’intéresse à la valorisation du livre dans

l’environnement numérique. Enfin, des recommandations portent précisément

sur l’intégration du numérique dans la « chaîne du livre ».

I - LES CONDITIONS D’EXERCICE DU MÉTIER D’ÉDITEUR

DANS LE MONDE NUMÉRIQUE

Le monde numérique étant ambiant, tout un chacun a une appréhension de sa

signification dans des domaines d’activités très divers. Au plan professionnel, il

faut aller au-dede cette perception et de cette compréhension intuitive pour

bien s’approprier des éléments pertinents pour l’édition et l’industrie du livre.

1. L’Éditeur doit se doter de tous les outils pertinents pour s’acquitter de

ses responsabilités dans le monde numérique. Notamment, il doit

s’assurer des dispositions légales et contractuelles permettant d’utiliser,

d’exploiter et de diffuser les contenus édités, non seulement pour

l’imprimé, mais aussi pour l’une ou l’autre des versions numériques.

En particulier, les balises suivantes devraient être incorporées dans les

pratiques courantes :

• Prévoir une clause d’élection de for et de législation applicable dans

les contrats tant avec les auteurs qu’avec les distributeurs. L’élection de for

signifie de prévoir le tribunal de quel état/province et de quel district

(Montréal, Québec, etc.) sera compétent en cas de litige, alors que la

législation applicable indique les lois de quel état doivent être appliquées en

cas de conflit lié au contrat. Il est évidemment préférable d’imposer les lois


Recommandations et vue d’ensemble

et les tribunaux du Québec puisque les avocats d’ici sont plus familiers avec

ceux-ci et que cela implique qu’un éventuel procès devra avoir lieu au

Québec.

• Envisager de soumettre les litiges à l’arbitrage. Afin d’éviter les

délais liés à l’administration de la justice, il peut être préférable de soumettre

tout litige issu du contrat à l’arbitrage. Cela aura également pour effet

d’assurer la confidentialité du litige et d’éviter un cirque médiatique. Si telle

est l’avenue sélectionnée, il serait utile de le prévoir au contrat.

• S’assurer que les contrats avec les auteurs prévoient la diffusion et

l’exploitation numérique des œuvres. D’ailleurs, il peut être utile de faire

directement référence aux contrats avec les agrégateurs, librairies, etc. dans

les contrats avec les auteurs et même d’annexer ces documents aux contrats

d’édition.

• Prévoir, dans le cadre des contrats avec les auteurs, quels types de

copies et d’exemplaires seront rémunérés. Par exemple, indiquer que les

copies en antémorisation et les copies numérisées pour archivage ne seront

pas comptées comme étant des exemplaires.

• Éviter d’accorder une exclusivité territoriale (ou internationale) à un

libraire, agrégateur ou autre distributeur. Dans le même sens, il faut s’assurer

de ne pas accorder un monopole sur un médium (Internet, par exemple) à

un seul distributeur.

• Rédiger les contrats avec les auteurs de façon à prévoir et inclure les

futurs modes de distribution.

• S’assurer que les contrats avec les distributeurs ne prévoient aucune

cession de droits.

211


212

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

2. L’Éditeur a une responsabilité de premier ordre dans la production,

l’exploitation, la diffusion, la conservation des fichiers numériques des livres

en production courante et des livres déjà publiés. À ce titre, l’Éditeur

• doit s’assurer de disposer de la version numérique de ses

publications courantes pour en assurer la diffusion et la commercialisation.

• doit aussi prendre les mesures pour assurer la préservation des

fichiers numériques de ses publications comme archives d’entreprise.

• doit procéder à la numérisation rétrospective de son fonds. Avec

l’appui de l’ANEL, les éditeurs doivent chercher à mobiliser les ressources

nécessaires pour faire un travail selon les règles de l’art.

3. L’ANEL doit développer une stratégie d’information et de formation auprès

des éditeurs, en réunissant des compétences nationales et internationales, afin

de permettre une connaissance assez fine de l’état des lieux en cette matière et

une appropriation par le milieu de l’édition des « meilleures pratiques ».

L’organisation d’événements prenant la forme de comptes rendus

d’expérimentation et de pratiques par certains éditeurs américains (Harlequin,

Random House, etc.) devraient être considérés. Trois dimensions devraient être

retenues :

les grands enjeux de l’édition de livres dans le monde numérique ;

les modèles économiques et les modes de commercialisation dans le

monde numérique ;

les formats, les logiciels et les équipements participant à l’édition et

à la diffusion numérique des livres et tous outils et processus qui participent

au processus de travail des éditeurs.

4. L’ANEL devrait devenir membre de l’IDPF et s’assurer d’une représentation

aux activités de formation organisées par cette organisation (notamment la


Recommandations et vue d’ensemble

journée annuelle Digital Book). Cette action permettra aux membres de

l’ANEL de participer aux prises de décisions et aux actions pour influencer les

acteurs de l’industrie pour restreindre le nombre de normes en usage et le

développement de normes ouvertes pour permettre la visualisation d’un même

fichier-livre sur plusieurs matériels de lecture. Dans la même veine, l’ANEL

doit suivre le développement des normes techniques d’édition numérique,

particulièrement OPF/OCF et PDF.

5. L’ANEL doit jouer son rôle de représentation pour amener les pouvoirs

publics à adapter, de façon conséquente, les mesures, dispositifs et

programmes touchant les éditeurs de livre à l’environnement numérique et

faire en sorte qu’ils deviennent des outils favorables à l’exploitation du

numérique dans le développement de l’industrie du livre. En particulier, un

intérêt particulier doit être porté à :

• La reformulation des conditions d’admissibilité de tous les

programmes pour s’assurer que le livre ne soit pas exclusivement défini en

référence au livre imprimé et que le livre numérique (quels que soient les

formats) n’apparaisse plus uniquement comme un sous-produit du livre

imprimé

• L’établissement d’un équilibre dans l’intervention publique entre,

d’une part, la sauvegarde et la consolidation du métier d’éditeur et de la

chaîne conventionnelle du livre et, d’autre part, l’émergence et la

confirmation de nouvelles formes d’expression de l’entité livre, dans sa

production et sa dissémination, avec l’intégration du monde numérique dans

les processus.

• La prise en compte des efforts de développement informatique,

dans les procédés de travail de l’édition numérique et de mise en phase de

ceux-ci dans des processus de production et de diffusion, dans la définition

213


214

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

des besoins et des dépenses admissibles, ainsi que l’encouragement à

l’adoption de normes internationales en matières numérique comme critère

de la valeur de projets déposés auprès des pouvoirs publics.

• L’élaboration d’un projet englobant, avec programmation

multiannuelle, permettant de jouer un rôle structurant sur l’ensemble de

l’industrie du livre. Ce projet devrait s’appuyer sur des convergences fortes

de nombreux artisans du livre et d’établissements, et convaincre les pouvoirs

publics, par le biais de programmes ou de priorités gouvernementales, de

l’importance stratégique d’agir de façon réfléchie, mais dans des délais très

courts, afin de participer pleinement à l’édition et à la commercialisation du

livre dans le monde numérique — seule condition permettant de tenir sa

place et de la conforter dans l’évolution des usages chez les auteurs, les

lecteurs et les acheteurs institutionnels. La possibilité d’initiatives collectives

dans les programmes, la fenêtre d’opportunité de l’après « chaîne

d’approvisionnement » et la compatibilité de projet structurant avec les

préoccupations à l’échelle de l’action publique québécoise permettent de

penser que cette action soit possible et s’inscrive dans une conjoncture

propice.

• Par ailleurs, l’ANEL, en étroite collaboration avec les éditeurs, doit

s’assurer des ressources nécessaires pour soutenir et maintenir le niveau de

certification des éditeurs pour la BTLF pour les années à venir (afin

d’assurer leur admissibilité aux programmes d’aide publique).

II - VALORISATION DU LIVRE DANS L’ENVIRONNEMENT NUMÉRIQUE

L’Éditeur doit assimiler le fait que l’entité livre est une entité éditoriale dont la

matérialité est diverse. Le livre peut être tout autant un objet (livre imprimé,

cédérom, cassette) qu’un fichier électronique (livrel, fichier MP3). Parallèlement,


Recommandations et vue d’ensemble

le monde numérique permet une distribution plurielle qui utilise plusieurs canaux,

concurrents ou complémentaires. Dans cet environnement, la valorisation du livre

peut et doit emprunter divers canaux et l’Éditeur doit veiller à en maximiser

l’impact. Dans un premier temps, la commercialisation par Internet suppose que :

6. L’Éditeur cherche à développer un service de vente en ligne de ses ouvrages

sur son propre site Web, éventuellement en ayant recours à une plateforme de

paiement sécurisé en collaboration avec des partenaires (avec le distributeur,

par exemple) qui, outre l’achat de livres imprimés ou numériques, permette

également les micro-paiements.

7. L’Éditeur est invité à évaluer l’intérêt et l’impact de la vente en ligne du livre

en fichier numérique de type PDF, ainsi qu’à la possibilité de scinder l’unité

documentaire livre en plusieurs segments (par chapitres, par exemple).

8. L’Éditeur devrait s’assurer d’offrir un service qui, à partir d’un titre sélectionné

sur son site, pointe directement sur la notice de ce livre précis dans les

librairies en ligne, de préférence à un lien général à la page d’accueil de ces

derniers sites

Dans un second temps, la valorisation et la diffusion passe par des intermédiaires

qui développent un service spécifique :

9. L’Éditeur devrait privilégier les ententes contractuelles avec les agrégateurs,

dans la mesure où la qualité du service et les conditions légales sont

compatibles avec sa politique. Ces ententes permettent une diffusion élargie

des ouvrages et sont à l’origine de redevances dont les modalités sont

connues d’avance et basées sur les ventes d’accès aux clients (institutionnels,

généralement)

10. L’Éditeur devrait considérer avec précaution les propositions des Outils de

recherche, comme Google, dans la mesure où le modèle d’affaires n’est pas

215


216

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

transparent et où il y a une appropriation des contenus avec une utilisation qui

reste problématique pour l’avenir

11. L’ANEL a un rôle important à titre de conseil et d’appui pour soutenir et

donner un avis documenté en matière d’entente avec les agrégateurs et Outils

de recherche. L’ANEL devrait, à ce titre, organiser des séances d’information

ou tout autre activité jugée pertinente pour accompagner l’Éditeur dans la

conclusion d’entente avec des intermédiaires

12. L’ANEL devrait faciliter le développement de la présence de l’édition

québécoise par la voie de l’agrégateur. Particulièrement, il devrait s’engager à

réunir les conditions organisationnelles et matérielles pour constituer un

agrégateur qui réunirait une importante collection de livres québécois de

différents genres et qui s’adresserait à des clients institutionnels diversifiés. La

collection de ce nouvel agrégateur devrait réunir des ouvrages de référence,

des œuvres littéraires, des livres pratiques et cet agrégateur devrait pouvoir

constituer des collections « profilées » selon les besoins des bibliothèques, en

raison de leur sphère d’activité (universitaires, collégiales, secondaires,

publiques). Ce nouvel agrégateur devrait également offrir des services de vente

pour les individus (sous forme d’achat ou d’abonnement). L’ANEL serait le

promoteur de ce projet qui sera une composante de la démarche plus globale

présentée dans la prochaine section.

13. L’Éditeur, de concert avec l’ANEL, devrait inciter la BTLF à élargir ses

services de telle sorte qu’à partir de Mémento, elle puisse diffuser ses

métadonnées à toutes les librairies pertinentes et assurer des services dédiés

aux bibliothèques, à savoir : préparer des notices MARC, fournir un service

d’alerte et proposer un service d’achat spécialisé


Recommandations et vue d’ensemble

III – INTÉGRATION DU NUMÉRIQUE DANS LA CHAÎNE DU LIVRE

Les recommandations qui précèdent cherchent à tirer le meilleur profit du

numérique pour améliorer la diffusion de livres. Ces actions sont nécessaires, mais

elles ne conduisent pas à une intégration du numérique dans les processus de la

chaîne du livre. Si on retient que le livre peut se matérialiser par plusieurs supports

(imprimé, cédérom, livrel, livre audionumérique) et que les modes d’accès, de

saisie et d’utilisation des unités documentaires, et même musicales, sont en

profonde transformation, l’exploitation du numérique doit investir la conception

des divers supports qui ne sont plus nécessairement des objets physiques.

L’investissement dans ce genre d’infrastructure possède ses exigences, posées

en termes de compétence et d’expertise, d’organisation, de financement (pour ne

nommer que celles-là). Autant il y a nécessité d’aller dans cette voie, autant un tel

engagement semble difficile si on se situe à l’échelle d’un éditeur. L’exemple

américain, se référant aux choix stratégiques de grands éditeurs, plaide pour

considérer que les services spécialisés et diversifiés à mettre en place doivent être

proposés à plusieurs éditeurs. De ce fait, la difficulté porte notamment sur la

capacité de réunir les conditions organisationnelles pour mobiliser la communauté

des éditeurs dans une action consensuelle. L’ANEL est appelée à jouer un rôle

crucial pour relever ce défi.

Vue d’ensemble d’une infrastructure d’édition numérique

Pour saisir les tenants et aboutissants d’un tel rôle et des recommandations qui

y sont associées, la présentation d’une vue d’ensemble d’une infrastructure

d’édition numérique s’impose.

L’ensemble de l’infrastructure d’édition numérique et de ses dispositifs qui est

dépeint peut sembler imposant et exigeant, voire inaccessible. C’est un cadre de

référence qui désigne l’infrastructure complète et donne une cohérence aux

217


218

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

démarches individuelles ou collectives, fragmentaires ou globales. Ce cadre de

référence devrait inspirer et baliser les actions à entreprendre. En ce sens, les

actions retenues par la communauté des éditeurs devraient participer à la

réalisation progressive de cette infrastructure.

Deux autre remarques préalables permettent de mettre en perspective la

conception de l’infrastructure d’édition numérique qui est exposée.

• Compte tenu des informations colligées, à ce jour, au sujet

d’entreprises comparables en activité (essentiellement américaines) et de

l’application qui pourrait être faite de ce concept par les membres de

l’ANEL — peu importe la nature organisationnelle de cette

infrastructure —, il apparaît certain qu’elle devra répondre aux besoins des

éditeurs de façon neutre. Concrètement, chacune des fonctions du dispositif

décrites dans ce qui suit doivent être proposées aux éditeurs en répondant à

leurs commandes précises : l’acteur décisionnel dans le processus est

l’éditeur, l’exécutant le responsable de chacune de ces fonctions.

• En deuxième lieu, il est impératif de relier chacune des fonctions

pour créer un système intégré. Sans cette intégration horizontale des

fonctions et la plus étroite collaboration possible des acteurs, cette

infrastructure ne générera pas tout le potentiel attendu. Cette intégration

facilitera la libre circulation des informations entre les fonctions, de façon à

favoriser les ventes et le profit par une plus large diffusion des livres

(imprimés ou numériques) et de leurs métadonnées. Il s’agit certainement

d’un défi auquel la communauté des éditeurs aura à faire face.

Avant de présenter quelques recommandations majeures, nous allons, dans un

premier temps, présenter cette vue d’ensemble de l’infrastructure, en décrivant

sommairement chacune des fonctions à remplir. Par la suite, quelques


Recommandations et vue d’ensemble

propositions et questions sont posées, en lien avec le contexte des membres de

l’ANEL, concernant les acteurs qui assument déjà ou pourraient prendre en

charge la responsabilité de ces fonctions. Finalement, avec le troisième volet des

recommandations, sont proposées une démarche, à mettre en discussion entre les

membres de l’ANEL, et les grandes étapes préalables à la réalisation d’un tel

projet.

Les fonctions

Dans la figure suivante, les fonctions d’une infrastructure d’édition numérique

sont identifiées. Certaines de ces fonctions sont déjà présentes avec l’imprimé,

mais elles se transforment avec le numérique. D’autres apparaissent avec le

numérique et doivent trouver leurs acteurs et leur économie propre.

L’infrastructure dont on parle est par essence collaborative, dans la mesure où

c’est un instrument de travail pour l’éditeur qui garde plein contrôle sur son

produit, sa stratégie marketing et ses choix en matière de commercialisation.

Le droit d’auteur

Particulièrement dans le monde numérique, le droit d’auteur doit faire partie du

dispositif et de l’infrastructure au service des éditeurs. La loi s’applique de la

même manière pour les œuvres numériques que pour les œuvres imprimées.

Toutefois, les processus pour la faire appliquer doivent faciliter la transaction et la

communication des informations sur les modalités pour respecter le droit

d’auteur. C’est la raison pour laquelle ces processus doivent être partie prenante et

être intégrés dans « l’expérience du client » qui consulte ou achète une œuvre pour

laquelle des conditions s’appliquent pour l’usage ou la reproduction 160 .

160 Voir à ce sujet les processus en ligne dans certains sites pour faciliter le paiement des droits de

reproduction. Par exemple, http://bjps.oxfordjournals.org/cgi/content/full/58/2/113 par le système du

Copyright Clearance Centre (www.copyright.com).

219


220

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

©

Livrels

(livres à lire)

Conversion des

fichiers

Livres

audionumériques

(livres à écouter)

Production

Figure 37 – Les fonctions d’une infrastructure d’édition numérique

Le commerce électronique

Commerce

électronique

Individus ou

institutions

Entrepôt

numérique

Hébergement,

diffusion et archives

d’affaires

Métadonnées

Préparation et

diffusion

Marketing

Interface

Web

Préservation à

long terme et

référencement

permanent

Cette infrastructure pourrait comporter un module de commerce électronique,

mis à la disposition des éditeurs, en lien à leur propre site Web, en plus d’offrir les

services de vente des livres imprimés, numériques ou audionumériques. À cette


Recommandations et vue d’ensemble

offre destinée aux individus, cette fonction permettrait également de négocier et

de vendre des services d’accès aux publications auprès de clients institutionnels,

telles que les bibliothèques universitaires ou publiques. En ce sens, une première

réalisation de ce projet pourrait être la création d’un agrégateur, tel que défini dans

la recommandation numéro 12.

Le marketing

Comme les autres, la fonction marketing aurait pour mission d’instrumentaliser

la stratégie conçue par les éditeurs. Dans le monde numérique, par exemple, outre

la mise en ligne des différents éléments d’accompagnement de base pour préparer

la notice d’un ouvrage pour les libraires en ligne, cette fonction permettrait,

notamment, de créer les widgets 161 des livres à intégrer dans les sites des éditeurs,

des libraires ou des citoyens en général.

161 L’Office de la langue française propose dans son Grand dictionnaire la traduction « gadget logiciel »

comme traduction de widget. Cette proposition fait partie d’une définition de 2001 et ne nous semble pas

adaptée au concept de widget comme nouvel outil marketing pour le livre. Nous utiliserons donc, en

attendant un autre terme que « gadget logiciel », widget pour désigner ce nouvel objet. Pour plus de détail

sur le widget, voir la note 5 du chapitre 2.

221


222

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Figure 38 – Exemple de widget (Random House)

Le widget est un nouvel outil de marketing qui se présente sous la forme d’une

image de la couverture sur laquelle l’internaute peut cliquer pour qu’une fenêtre

distincte apparaisse (voir Figure 38). Il vise à offrir au client potentiel l’expérience

qu’il peut avoir en bouquinant dans une librairie : consulter/être attiré par une

couverture, lire la quatrième de couverture, consulter la table des matières,


Recommandations et vue d’ensemble

l’introduction et éventuellement le début de quelques chapitres. Le widget 162 d’un

livre offre tout cela, et davantage : le client potentiel peut procéder à une

recherche en texte intégral dans le livre dont seules les occurrences lui donnant

accès aux contenus dont la diffusion est autorisée pourront être consultées (voir

Figure 39). Il pourra aussi acheter directement et facilement le livre par un seul

clic sur « Buy ». Mais plus encore, en cliquant sur un bouton de la couverture

« + » ou « Add to my site » (dans l’exemple du livre cité en note 3), l’internaute

n’aura qu’à faire un simple copier/coller des quelques lignes de code 163 pour les

intégrer dans son site personnel, son blogue ou sa page « MySpace ». Par cette

dernière fonctionnalité, le widget est un mode d’intégration dans les communautés

informelles. On peut imaginer aisément un journaliste ou un blogueur faisant une

critique d’un livre et intégrant à son article le widget du livre en question. Du coup,

l’éditeur fait entrer au cœur des échanges informels une information, un contenu

et un processus d’achat qu’il contrôle totalement, puisque le widget est stocké et

diffusé à partir d’un seul lieu (éventuellement un entrepôt) qu’il maîtrise.

On peut ainsi imaginer que la fonction marketing du dispositif à mettre en

œuvre puisse offrir des services de création, de stockage et de diffusion de widgets

et de tous les autres éléments d’une stratégie marketing Web à venir et à inventer.

162 Pour un exemple de widget, voir

http://www.randomhouse.com/catalog/display.pperl?isbn=9781400066155

163 Voici, par exemple, le code pour faire apparaître le widget du livre About Alice :


new InsightBookReader(‘preview’, ‘9781400066155’, ‘About%20Alice’,

‘Calvin%20Trillin’, ‘0’, ‘‘,

‘http://www.randomhouse.com/cgi-bin/buy_landing.php?isbn=9781400066155’);

223


224

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

Figure 39 – Résultats de recherche à l’intérieur d’un livre par un widget

Livrels, livres à lire – Conversion des fichiers

La multiplicité des supports de lecture 164 ne permet pas aux éditeurs de

disposer en interne de l’expertise nécessaire sur tous les formats pour la

préparation des livrels. Cette expertise est coûteuse et les professionnels qui la

pratiquent doivent suivre les développements de l’industrie sur une base quasi

164 Voir le chapitre 2 sur les normes technologiques.


Recommandations et vue d’ensemble

quotidienne. Cette fonction de l’infrastructure permettrait de procéder à la

conversion des fichiers des livres publiés, à partir des formats de mise en page

usuels (InDesign, Quark, etc.), vers les formats de livrels en cours. On peut penser

également que cette fonction pourrait être responsable de la maîtrise d’ouvrage

pour la numérisation rétrospective des fonds des éditeurs, alors que ces derniers

doivent agir comme promoteur de ce chantier important..

Livres audionumériques, livres à écouter – Production

Le livre audionumérique, le livre qu’on écoute à l’aide de son iPod ou de tout

autre lecteur, est assurément un nouveau marché à investir pour les éditeurs 165 . Ne

parlons pas des livres à écouter produits par synthèse vocale qui répondent à des

besoins particuliers, mais des livres lus par des comédiens qui sauront intéresser

les usagers des transports en commun, des banlieusards pris dans les

embouteillages et de toute personne habilitée à faire une activité (ou même flâner)

avec des écouteurs personnels ou dans un lieu qui rend possible la pratique de

l’écoute de la lecture d’un texte.

Ces livres audionumériques pourraient être produits par une des fonctions de

ce dispositif. Il s’agit là de véritables productions à petite échelle, certes, mais qui

impliquent une foule d’opérations allant de l’élaboration du budget de production,

y compris éventuellement d’une demande de subvention, à la production du

fichier MP3 final, en passant par l’étape d’enregistrement en studio avec le ou les

comédiens.

Entrepôt numérique

Tous ces fichiers doivent être hébergés, gérés et sécurisés pour être accessibles

24h/24, 7 jours par semaine. Cette fonction assurerait ce service crucial qui doit

165 Voir le chapitre 3 à la section « livres audionumériques ».

225


226

Les enjeux de l’édition du livre dans le monde numérique

répondre à des normes de sécurité informatique et de redondance en cas de

panne. Il s’agit ici de constituer un parc de serveurs sur lesquels chaque éditeur

aurait un espace réservé pour stocker, diffuser et commercialiser son fonds. Ce

centre-serveurs serait relié à toutes les fonctions et constituerait le lieu névralgique

donnant accès aux livres consultés et vendus, selon les modalités déterminées par

les éditeurs (droit d’auteur, commercialisation, diffusion par des tiers –

agrégateurs ou autres, libraires, etc.).

Interface Web

Par la nature des fonds constitués et les fonctions qu’elle réunit, cette

infrastructure donnerait accès à ses services auprès des éditeurs par une interface

Web. Un autre type d’interface Web serait également créé pour donner accès aux