LA CHARTE DE LA PAIX LE CONTROLE FISCAL DES VALEURS ...

images.expressdumidi.bibliotheque.toulouse.fr

LA CHARTE DE LA PAIX LE CONTROLE FISCAL DES VALEURS ...

Edition de Toulouse

p\0

TfcS^TSPTEMBREJ^^ 33 e Année -N° 11.523

2-12 - Chèque postal : C. N» 4.936

C. Organe de Défense Sociale et Religieuse

DIRECTION : 25, Rixe Roquelaine, TOULOUSE PRIX DES UOJIEIERTS

3 mois S mois t an

Franco et Colonies 13 tj ïb fi «8 tr

Etranger î5 fr w f r «j f,.

. ^ confrère. M. Gabriel Bon-

^ *Tit U y a quelques jours, en

Notrdémoatrait

va lot, TToùrré de textes et do prouva,

* arùcle »J Herriot s'obstine à faire

ï« W»**, ? ia loyauté allemande », l'Ail*

SSflaaoei«J oue jamais agressive et mena-

ïa^' £S£ même par la dangereuse

Ç^-, nos abat) dons, à Londres et à

bout à l'autre du Reieh

1 1 d'un ooui a •

circule " ^ ge préparer en silmce

„ Haïr et se rheure de l'attaque et, en

ea vue de 1 '

oralise r notre armée, susci-

a tieodani, ^ révolutionnaires chez nous

des trou révo ite de nos indigènes

e t organisa

ftux col(>I ^ e3

[ [i a holi'a;u© concorde, du reste,

Ce P lan e ^ Soviets ont déjà corn-

t aveo ceiu ^ lefl SOTfets> ^ ne

•'ignorer, au moment où le gou-

eonent radical se prépare à reconnaître

m:

toti pas

SSSSô^w* 1 leur pouvoir '

diplôme ^, rarce (j'^ii noyau compact de

déi a 011 . ^tièrement aux ordres de Mos-

26 d rL représentants authentiques de la

C0U ' Mtaae révolutionnaire de Russie, exé-

» ép ' 1

ft dèles de la consigne que Berlin

outeurs transmet ,tre > s'occupent eux aussi

A î lonies- Dans un manifeste adressé

d6S *ef fanatique des tribus insoumises du

M'roc Sidi Àbd-el-Krkn, les agents com-

un i S tes du complot russo-boche appellent

f'Vïes Marocains à l'insurrection et font

v,, vœUX — eux députés au Parlement

français I — P0" ld) gi bieal ^ 6

pour étayer son opinion, ne craint pas de

dire : « La politique n'est point accessible

à tout le monde : il faut savoir le rappeler,

à l'heure où l'on abandonne volontiers le

pouvoir à des illettrés. La politique est une

branche de la. philosophie ». Il énumère

donc les vertus qui sont nécessaires à

l'homme politique : la clarté dans les idées,

l'indépendance d'esprit, la force de carac-

tère, le goût critique de la tradition, qui

n'est autre que le sens de l'histoire.

Il rappelle encore qu'il est plus facile de

faire son devoir que de le connaître, plus

aisé dç parler que de penser, et que l'empi-

risme et la sentimentalité irraisonnée ont

ruiné souvent les régimes.

Dans notre France, où le réveil de l'in-

tellectualisme catholique est indéniable, la

restauration de l'intelligence catholique

dans la politique est fatale. A chacun de

faire que ce retour soit le plus prompt pos-

sible.

Dans quelques seemaines, paraîtra, aux

Editions Spes, un livre que je voudrais voir

dans les mains de tous les prêtres, de tous

les professeurs, de tous les catholicrues let-

trés et surtout des jeunes gens. C'est un

Manuel illustré de la littérature catholique

en France de 1870 à nos jours. Georges

Goyau accepta d'en rédiger l'introduction

et chacun des chapitres consacrés aux con-

tours, aux romanciers, aux poètes, aux au-

tours dramatiques, aux critiques, aux his-

toriens, aux philosophes, aux orateurs et

aux journalistes a été confié à un spécia-

liste. Je crois bien que notre ami Armand

Praviel est l'auteur des pages sur la criti-

que. Les catholiques seront étonnés de

constater à quel merveilleux travail de pen-

sée leurs coreligionnaires se sont livrés de-

puis cinquante ans. Justice est rendue là à

de nombreux et modestes auteurs dont le

talent valait une réhabilitation publique.

Et plus de cent portraits vulgarisent la

physionomie de beaucoup de ceux qui, avec

désmtôressement, ont élaboré pour l'idée.

Les auteurs du manuel n'ont pas craint

d aller réveiller jusqu'au fond des provin-

ces l'humilité de ceux dont l'œuvre n'a pas

bénéficié encore de la large publicité.

Eh ! bien, à feuilleter ce livre, la pre-

mière réflexion du lecteur se rapporte au

peu de place qu'y tiennent les orateurs et

les penseurs politiques. Et l'opportunité des

conseils de M. Gonzague do Reynold appa-

raît plus lumineuse. Je les laisse donc com-

me un sujet de méditation à tous les élec-

teurs timorés qui n'ont pas su, aux derniè-

res élections législatives, soutenir l'effort

des candidats catholiques et surtout aux

quelques prêtres qui se sont abstenus ou

qui ont poussé l'aberration jusqu'à voter

pour leurs adversaires, dans le but, sans

doute, de pratiquer cette politique du pire

qui n a toujours été qu'un empirisme hon-

teux et un expédient indigne des esprits

libres et réfléchis.

Chaque fois que la Seine déborde, 1 ittdU 1

gnation déborde aussi contre les autorités

imprévoyantes qui n'ont pas su éviter le

péril des inondations. On agite toutes sortes

de projets. Puis le temps presse, le fleuve

rentre dans son lit et, jusqu'à la prochaine

crue, on ne parle plus de rien.

Il en est de même pour la guerre. On

peut dire que. à peu près une fois par

siècle, il y a une grande mêlée européenne,

après quoi les gouvernements décident de

prendre des mesures pour empêcher le re-

tour de pareilles calamités. C'est l'histoire

de tous les congrès où l'on a tenté d'orga-

niser l'Europe contre la guerre.

Après l'horrible carnage du XX" siècle,

il était nature! que l'Europe cherchât à se

prémunir contre la périodicité de ces catas-

trophes. Depuis six ans bientôt que l'armis- »

tice a été signé, on cherche encore. Le

pacte, de la Société des Nations, salué com-

me la charte définitive de la paix, n'a pas

suffi. Il s'est montré criblé de trous. Il n'a

pas été appliqué. Son article 10, celui qui

organisait déjà l'assistance mutuelle, a

subi tant d'objections qu'il est tout de suite

entré en sommeil.

A l'Asseanblée de Genève, cette année,

00 ramène tout cela. De jeunes apôtres

sont arrivés avec une nouvelle ardeur.

De temps en temps, des messages nous-

viennent, véritables messages de victoire :

la thèse française a triomphé ; l'arbitrage,

la sécurité, le désarmement sont dès au-

jourd'hui des réalités ; la paix, ce bonheur

que notre main va attemdre, ne sera plus

un rêve.

Il n'y aurait pas lieu de railler si c'était

vrai. Et nous n'en voulons pas à M. Paul-

Bonoour s'il nous a donné de fausses joies.

IJÔ secret de l'action, c'est d'affirmer le suc-

cès. On crée les choses .en' disant qu'elles

sont faites. Le doute et le pessimisme sont

inféconds. Tout cela fait pardonner cer-

taines fanfares.

On peut retourner le problème de la paix

sous toutes ses faces, il n'y a qu'une solu-

tion : il faut que la paix, comme la justice,

selon la définition de Pascal rappelée par

M. Herriot, soit garantie par la force. Qui

mettra la force au service du bon droit ?

Dès qu'on examine cette question, qui re-

vient à savoir comment chacun payera sa

prime ou son écot, les difficultés commen-

cent, le désaccord aussi. On se heurte à

l'obstacle qu'ont toujours rencontré les

plans de République chrétienne ou de

Sainte-Alliance : le besoin d'indépendance,

qui est vital pour les peuples, leur répu-

gnance naturelle à se subordonner à une

sorte de super-Etat.

Les nouvelles contestations que les délé-

gués anglais ont soulevées avant-hier à Ge-

nève ne tiennent pas à autre chose. On se

rappelle que M. Macdonald, à la surprise

de beaucoup, avait repoussé le pacte d'as-

eistanoe mutuelle. On avait été surpris, cette

fois agréablement, que lord Parme or eût

accepté, à Genève, de mettre les forces de

la Grande-Bretagne, et, bien entendu, ses

forces navales, à la disposition de la Digue

quand il s'agirait d'appliquer des sanctions

au délinquant qui aurait repoussé l'arbi-

trage obligatoire.

Dès que le sens donné, surtout par les

Français, à l'acceptation de lord Parmoor

a été connu, il y a eu une tempête de pro-

testations dans la presse anglaise. Il serait

imprudent de se faire la moindre illusion

à cet égard. L'Angleterre n'est pas mûre,

si elle doit jamais l'être, nour un système

dans lequel elle abandonnerait l'usage de

ses escadres. L'Angleterre n'est pas prête

à assumer le rôle de policeman des mers,

un policeman qui devrait aller rétablir

l'ordre au Sud ou au Nord, à l'Est ou à

l'Ouest, à la première réquisition de la

Ligue. L'Angleterre refuse de signer le

« chèque en blanc » dont M. Macdonald

avait déjà parlé en rejetant le traité d'as-

sistance mutuelle.

Alors, ne se considérant pas comme

engagée par quelques déclarations de lord

Parmoor, elle soulève maintenant des dif-

ficultés. Elle exige que le nouveau pacte

soit ratifié, avec les sanctions, par l'una-

nimité des membres de l'Assamblée de fé-

vrier et non pas seulememt, comme le vou-

drait la France, par la majorité. Elle pré-

tend, en outre, que rien ne sera définitif

avant que la conférence du désarmement

ait eu lieu.

En d'autres termes, elle se dérobe. Mais

quand on lit les journaux de Londres, on

s'aperçoit que les Anglais ont l'impression

que la. délégation française a voulu leur

forcer la main. Ils ont peut-être tort. Mais

c'est leur état d'esprit. Il faut « les com-

prendre », dans cette affaire-là comme dans

les autres, ainsi que nous le recommandait

naguère M. Herriot. Il serait imprudent de

négliger l'avis du Daily Telegraph, qui

écrivait que dans tous les milieux politi-

ques, même chez les travaillistes, on ne

voulait pas d'un semblant d'accord inter-

national, d'un traité « truqué », car les ac-

cords truqués ne servent ensuite qu'à des

récriminations amères-

Le Daily Telegraph mentionne, d'autre

part, que, selon le plan de Genève, pour

lequel les anglais montrent tant de répu-

gnance, la Franco assurerait la police sur

terre grâce à son armée, comme la Grande-

Bretagne sur moi - , grâce à sa flotte. La

France serait le policeman terrestre, la

Grande-Bretagne le policeman maritime.

Autrement dit, nous signerions, nous aussi,

un chèque en blanc.

Cela vaut peut-être qu'on y regarde à

deux fois. Il pourrait y avoir des réveils

désagréables si nous entrions à la légère

dans un pacte ainsi généralisé.

La proposition de la Chine, relative a son

droit à un siè.ge non permanent au Conseil

est renvoyée à la commisison de l'ordre du

jour. Après un rapport SOT l'organisation des

communications et du transit, M. salandra

premier délégué italien, a informé l'Assam-

blée qnun traité d'arbitrage venait d'êire

signé aujourd'hui à Rome entre l'Italie et la

Suisse.

Ce traité d'arbitrage et de conciliation ost

beaucoup plus étendu que tous ceux qui eut

existé jusqu'à maintenant.

La Suisse et l'Italie acceptent l'idée de la

procédure de conciliation pour tous les diffé-

rends qui pourraient surgir enue les deux

pays.

prochaine séance plénière lundi.

LE CONTROLE FISCAL

DES VALEURS MOBILIERES

Le Bordereau de GoUpoq§

LA SÉCURITÉ ET I.E DÉSARMEMENT

Genève, 20 septembre.

La troisième comimistion (réduction des ar-

mements) se réunira lundi en séance plénièie

pour examiner le n-xte de l'avant-prgiet sur

l'arbitrage, la sécurité et le désarmement,

préparé par le Comité des Douze et la sous-

commission de la première commission (quee.

tions juridiques)

On croit que la discussion en commission

sera brève.

11 reste une question importante à régler :

celle des mesuras conservatoires h prendre

pour empêcher quo pendant une. instance

d'arbitrage un pays ne se livre à des prépara-

tifs militaires. Ge.tt« quesition, qui ''intéresse

la sécuirté des pays de bonne foi soulève des 1

Paris, 20 septembre.

Voici un résumé du décret relatif à l'appli-

cation du bordereau de coupons institué pour

le contrôle des valeurs mobilières par la loi

du 22 mars 1924.

Doivent demander l'autorisation de payer

des coupons tous ceux qui font profession de

payer des intérêts, dividendes, revenus et au-

tres produits de valeurs mobilières : sociétés,

compagnies, banquiers, changeurs, officiers

publics ou ministériels, agents d'affaires, re-

reveurs de rentes, etc..

En sont dispensées les collectivités qui se bor-

nent à payer le dividende de leurs actions et

les intérêts de leurs obligations, les caisses

d'épargne et de crédit municipal.

cbiectiomis,

D'autre par, la Conférence du désarmement

est prévue comme devant être ouverte à tous

les pays, même à ceux qui no fouit point par-

tie de la S. D. N.

LE CONTROLE MILITAIRE INTERALLIÉ

Berlin, 20 septembre.

Les manœuvres d'automne étant terminées,

la commission interalliée de contrôle va com-

mencer l'inspection de la Reichswehr. Cette

inspection portera surtout sur les organes de

commandement et les états-majors.

Aucun incident n'a été jusqu'à présent si-

gnalé.

LA RETRAITE DE LORD D'ABIERMOH

Paris. 20 septembre.

On télégraphie de Berlin, à l'Agence i-'our-

nier, Le 19 septembre, à 21 heures :

< J'apprends que lord d'Abernon, ministre

d'Angleterre à Berlin, quittera son poste.dès

que les accords de Londres auront commencé

à entrer en application. «

FORMES

DE LA DEMANDE D'AUTORISATION

La demande, sur papier libre, doit être

adressée au ministre des finances par l'in-

termédiaire du directeur des contributions

directes dans le mois qui suit la publication

du présent décret. Elle doit porter le nom,

prénoms, domicile et nationalité du requé-

rant, le lieu du siège principal ou la raison

sociale et le siège social.

Les décisions portant autorisation ou refus

sont notifiées au requérant par lettre recom-

mandée.

LA PRODUCTION DU BORDEREAU

Les personnes ou Sociétés indiquées plus

haut doivent exiger de toute personne deman-

dant le paiement de coupons la production

du bordereau prévu à l'article 62 de la loi.

Même obligation pour les collectivités et

comptables publics, ainsi que pour les cais-

siers d'épargne, au sujet des coupons accep-

tés comme numéraire.

LES DÉPENSES

Les personnes autorisées selon les formes

indiquées plus haut sont dispensées de la pro-

duction du bordereau pour les coupons qu'elles

présentent elles-mêmes à l'encaissement; mais

elles doivent en tenir un pour les coupons des

titres qui leur appartiennent.

LES MENTIONS NÉCESSAIRES

Ce bordereau doit mentionner les nom,

prénoms et nationalité de la personne qui

présente les coupons, le lieu de domicile et

de la résidence habituelle ; il porte, en outre,

les indications suivantes :

1° Nature des coupons ; 2° Nombre des

coupons ; 3° Montant en monnaie française;

des sommes versées pour l'ensemble des cou-

pons de chaque catégorie ; 4° Montant total

des sommes versées ; enfin, la date du joui;

où il est déposé.

L'IDENTITÉ

Enfin, le requérant doit justifier de son

identité par les pièces habituelles, carte élec-

torale, diplômes, contrat de mariage, livret

de 'amille, permis de chasse, etc., livret mi-

litaire, carte d'identité, quittance de loyer,

etc., toutes pièces énumérées au long dans

le décret lui-même.

DâMS US REGÏOHS OCCUPEE

VERSEMENT DE 8.840,000 FRANCS

Mayence, 20 septembre.

La Régie des chemins de fer t'es territoires

occupés a effectué aujom-â'ffîri, en fra'ncs

français une treizième versement de 8 mil-

lions 840.000 francs, par prélèvement sur ses

bénéfices d'exploitation.

A quoi rêvent les AUemamds :

TOUTE LA PUISSANCE DE LA FRAN-

CE REPOSE SUR SON ARMÉE. AUSSI-

TOT QUE L'ARMÉE DISPARAITRA, CET-

TE PUISSANCE S'ÉCROULERA. OR,

L'ARMÉE FRANÇAISE PRÉSENTE DES

SYMPTOMES INTERESSANTS. LES

FRANÇAIS SONT CAPABLES DÉ SE

LAISSER ENTRAINER ET ETOURDIR

PAR DES PARLEURS ÉLOQUENTS.

L'ARMEE FRANÇAJSE PRÉSENTE UNE

AUTRE FAIBLESSE : LES TROUPES DE

COULEUR COMMENCENT A S'AGITER...

LE MOMENT VIENDRA POUR L'ALLE-

MAGNE. EN ATTENDANT, IL FAUT

ETRE PRUDENTS, FOMENTER DÉS

RÉBELLIONS DANS LES TROUPES CO-

LONIALES, POURSUIVRE UNE D1PLO

| MAT1E RUSÉE, FINE, ADROITE. « HAIR

ET SE TAIRE ».

(Article-manifeste de la Deutsche

Zeilung, cité par Gabriel Bonvalot.)

FAITS D'ITALIE

KM Ose Cirille Eira issle

Berlin, 20 septembre.

Le grand duc Cyrille, cousin de f .eu le tsar,

vient do 6'igner une proclamation où il se

déclare empereur de toutes les Russres.

Cette proclamation paraîtra demain dans le

Yizna i Vernost (foi et fidélité), un journal

russe publié à Belgrade.

Le grand duc affirme qu'il voit la nécessité

de créer un centre russit sans parti auquel

tous les Russes pourront se rallier.

Il proclame son fils Wladimir, âgé de 7 ans,

héritier du trône, jure fidélité â l'Eglisp or-

thodoxe, tout en accordant une complète li-

berté religieuse dans le pays et affirme qu'il

se consacre à libérer la Russie du joug com-

muniste.

I1SK

LA LIBERTÉ DE LA PRESSE

ET LE FASCISME

Borne, 20 septembre.

Une discussion très orageuse a eu lieu, au

Congrès des avocats italiens, sur ropportu-

hlté de traiter la question de la liberté de la

presse.

Les congressistes s'étant trouvés en désac-

cord, les avocats fascistes ent abandonné la

salle, tandis que les autres entonnaient

l'hvmne du t Risorgimento » et criaient

« Vive la iiberté 1 Vive la Constitution 1 »

Les concressistes ont voté alors un ordre

du jour revendiquant le principe absolu de

la liberté de la presse.

LE SA1NT-PÈRS ET LES VIOLENCES

FASCISTES

Rome, 20 septembre.

A la suite de la dévastation du Cercle de

la Jeunesse catholique de Foligno, l'évêqi»

de cette ville avait adressé une protestation

à M. Mussolini

L'évêque de Foligno vient de recevoir une

lettre du Pape, ou celui-ci fait alluMon aux

odieuses mutilations subies par son portrait,

au Cercle de la Jeunesse caiholique.

< jVarrat- ces actes de vandalisme, écrit le

Saint Père, il en est un qui regarde et touche

Notre personne Nous sommes indi-its à pen-

ser que Nous sommée pour quelque chose et

peut-c^re pour beaucoup dans les torts que

le--, institutions et les personnes ont eu ré-

cemment a souffrir en ce lieu.

< Cette penséo Nous fait tout de suite re-

connaître deux dettes dont Nous éprouvons le

besoin de Nous acquitter sans tarder : une

dette de spécial réconfort et une dette de non

exemple. » , ,, ,. „ Jn

Le Pane invite ensuite les catholiques de

Foliamo a trouver un réconfort dans la pen-

fiôè que plus que jamais c'est swffrir pour

Jésus et avec Jésus que da souffrir avec et

pour son vicaire.

Quant h 1 exemple. 11 le uonr.e

pardonner de tout cœur

Le Saint-Père termine par des

d'apaisement et supplie les diverse

à ne ras raviver par la provocation les hai-

nes polit tqu.ee.

>-»-


DIMANCHE 21 SEPTEMBRE 1024

ta F^éçiçtai)Ge fyiigietiie I

LE CONGRES CATHOLIQUE DE COLMAR

Colmiar, 20 septembre'.

Hier, s'est déroulé© lu deuxième journée

®u Congrès caUicliquo d'Alsace.

Elle a débuté par la séance de la section

des œuvres morales et sociales.

Le docteur Duhumelle a parlé contre l'ini-

moialitô. A la fin de son expose, l'aasttnblej

a adopté a l'unanimité une résolution invi-

tant le» députés a s'employer pour que soit

mis le plus tôt possible en discussion devant

il* Parlement le projet de loi tendant a donner

aux associations qui luttent contre l'ini mora-

lité publique lo droit de poursuivie en justice

lW dépositaires qui mettent en circulation des

publications pornographiques.

La resolution mvite lois catholiques a se

faire inscrire dans nos associations et à inter-

venir éiiergiqucnicrit contre les modes païen-

nes.

Dans la morne eootsce, différentes commu-

nications ont été faites par M. l'abbé Brimi-

non. cure d'Ingcnshoim, sur la lutte conire

l'alcoolisme.

M. l'abbé Gércime, curé cl Ertoeshoim.a parlé

de la lutte contre l'ûiiiiigxaTion dans Les gran-

des villes.

A la séance de 1 après midi, M. l'abbé Hihl,

curé doyen de Sehlttighem, a fait un rapport

sur la nécessité ce créer dans toutes les pa-

roisses des œuvres de jeunes filles.

En mémo temps, siégeait au Cercle Saint-

|Ii ntn le Comité diocésain.

Le soir à 8 heures, M. Waiter, député, a

parlé sur' l'importance àch manifestation!) qui

protestent contre l'introduction des lois laï-

ques en Alsace

U a rappelé que le clergé alsacien a été le

igardien fidèle de l'IÀéè française en Alsace,

et que les boanrs ont entretenu duis les cœurs

des Alsaciens l'amour de la France..

Mgr Rtich, ôvêqiae de Strasbourg, a rendu

hommage aux qualités d'homme, de chrétien

et de catholiovo du député Wnlter

Dans sa séance de l'apres-mldl. le Comité

iaioccisain a adopté la résolution suivante -.

« Le Congrès de la Ligua des catholiques,

réuni à Colrnar, s'associe aux manilcstations

éôérgiquea et spontanée»; qui ont, lieu dans

tout 'le pays, ciwtre la menace do l'introduc-

tion de. la législation laïque dus nos provin-

ces. . ,

« Il s'apuie d'une nart sur les promesses qui

«nt été données solennellement et à plusieurs

reprises au nom de la France, a la popula-

tion croyante de* provinces recouvrées, et

d'autre part sur le droit imprescriptible des

pareras à élever leurs enfants dans la foi du

père de famille. ,

« Sur cette double base, le Congrès de la

Ligue des catholiques d'Alsace loi-mule une

ni-ôtestaiion énerctique contre toute introduc-

^ II vient d'eu arriver tune bien bonne à

l'oxoelloinl poet» et romancier do l'Auver-

gne, M. Henri Pourrai. Il avait écrit, ce

printemps dernier, pour servir de préface

à Cœurs paysans, le prochain roman du

bel écrivain limousin Charles Silvestre, une

Note sur l'amour aux champs, une dizaine

de pages tout à fait remarquables, qu'a

publiées, en avril, la jeune revue régiona-

liate l'Auvergne littéraire, artistique et féli-

bréenne.

Or, clans ces dix pages de remarques

! pénétrantes et sérieuses, éclairées, ça. et là,

de quelques touches de poésie, on trouve,

esquissé en vingt lignes, un type de femme

légère de petit bourg campagnard, « une

ipperbo créature », au dire, paraît-il, du

vétérinaire et du cafetier de l'endroit.

Ca type de femme se rencontre un peu

partout on France et ailleurs. Mais Henri

Pourrat, lait ses observations en Auvergne

et ses écrits sentent toujours le terroir

d'Auvergne, sont aux couleurs de l'Auver-

gne. Alors ?

Alors il est arrivé cette chose singulière

que, dans les vingt lignes dont j'ai parié,

une Auvergnate s'est reconnue, a cru se

reconnaître. Estimant qu'Henri Pourrat

l'avait diffamée, sans la nommer, sans dire

le lieu de sa résidence, sans même la pein-

dre exactement, elle l'a assigné en justice

et lui demande dix mille francs de doan-

magee et intérêts.

Fichtre 1 A ce compte, le métier de ro-

mancier peintre de mœurs pourrait devenir

difficile. 11 faudrait observer les mœurs, les

peindre au naturel, mais de telle façon que

personne n'y pat reconnaître les siennes.

Si c'est trop précis, on pourra vous pour-

suivre, à cause de l'exactitude même. Si ce

n'est pas exact, on pourra également vous

poursuivre, à cause du mal qui s'attache à

no pas dire la vérité. Si l'avare se reconnaît

dams Harpagon, il poursuivra Molière, soit

pour l'avoir peint exactement, soit pour

avoir changé quelques traits à ea physio-

nomie réelle.

ce Ne trouvez-vou3 pas, écrit dans l'Au-

vergnat de Paris notre excellant confrère

le poète Gandilhon Gens d'Armes, qu'elle a

'un. bien honnête souci do sa réputation,'

l'aimable personne qui se reconnaît dans la

figure anonyme et littéraireiment arrangée

lion d'écoles simultanées En tant que par d une personne de mauvaise réputation ?

cette mesure, les pères catholiques sont pri-

vés de l'école catholique que leur garantit la

loi Fciioux.

« U proteste également avec énergie contre

les abus qui se sont délit introduits à l'école,

contrairement à la loi, soit au point de vue du

pi'ivr.iniiD* d'enseignement, soit au point de

Vue cle« maîtres et des inspecteurs .Le Con-

grès réclame qu'il soit mis un terme immédiat

a ces pratiques, et il est résolu à en pouroui-

yue la suppression par tous les moyens. »

le Soiiesiraî an Littoral Français

Paris, 20 saptcmhre.

Sur la proposition de M. Dumesnil, ministre

de la marine, sont nommés :

Les vice-amiraux de Marguerie, comman-

Bant ©n chef, préfet maritime du 1°' arron-

dissement à Cherbourg ; Patou, commandant

en chef préfet maritime du 5» arrondissement

à Toulon ; Exelinans, commandant en chef,

préfet maritime du (i° arrondissement en Al-

gérie-Tunisie ; Grout, commandant en chef,

Eréfet maritime du 2« arrondissement à Erest.

Les contre-amiraux Duc, commandant du

secteur maritime de Brest ; Revaud, major

général à Cehrbourg ; Grandclément, com-

mandant de la marine en Algérie ; jlasire,

commandant du secteur maritime de Toulon;

de Cacqueray, commandant du secteur mari-

time de Cherbourg ; Olmi, commandant de la

[marine à Marseille.

Les Retraites des mm

M Peytral ministre des travaux publics, a

(répondu à M. Soulié, sénateur et maire de

Paint-Etienne, qui lui avait écrit au sujet de

l'application aux cheminots retraniw de la

loi du 14 avril 1924, portant réforme des pen-

^ « n Gette loi n'est pas applicable aux anciens

fe«ents des chemins de fer, lesquels jouissent

d'un régime de retraites propre. Toutefois,

les grands réseaux vont procéder à la péré-

quation des pensions sur le taux des nou-

veaux traitements, et j'insisterai auprès d'eut

pour qu'ils fassent bénéficier leurs agents re-

traités des coefficients forfaitaires de majo-

ration prévus pa? l'article S3 de. la lot du

i!4 avril 1924. »

L© porte-plume va-t-il devenir plus dange-

reux à manier que le revolver ?

ce II devient difficile de vivre en. société,

comme aussi de se .reconnaître en toutes

ces histoires de justice.

« Et la liberté de la presse ? Et la liberté

de penser et d'écrire ? Celle de penser,

passe encore : on l'a toujours, celle-là ;

car qui donc pourrait bien vous empêclier

de penser,' si, en ayant par hasard les

moyens, vous tenez vraiment à vous livrer

à ce silencieux exercice mental ? Mais la

liberté d'écrire, c'est plus épineux : quand

on ne dit pas la vérité, on peut être pour-

suivi ; quand on la dit, on peut l'être aussi.

Ce n'étrit vraiment pas la peine de prendre

la Bastille pour aboutir à cette impasse. »

Hé oui 1 car tout cela dérive de la vanité,

disons mieux, do la mégalomanie univer-

sedle. A moins qu'ils r.e soient comblés, en

publie, de compliments souvient les plus

ridicules, les gens se trouvent constamment

maltraités et lésés. Au lieu de pratiquer

l'excellente méthode du pèna Thiers, qui

recommandait de ne jamais répandre aux

injures, parce que c'était le meilleur moyen

de les faire très vite oublier, — il y a même

un mot do Tacite là-dessus, — ils s'empres-

sent de mettre la main à la plume, de vous

accabler de rectifications qui ne rectifient

rien ou de vous traîner devant les tribu-

naux.

Remarquez que c est. d'ailleurs, ainsi que

Ton attire l'attention du public, et souvent

sa malveillance, sur des situations ou des

faits qui lui eussent certainement échappé.

— Mais, mie fait-on observer, dans l'affai-

re Henri Pourrai, il y a tout antre chose :

la plaignante recherche la célébrité, les

autours aussi... Alors, de quoi vous plai-

gnew-v ous ?

Oh ! alors, si tout le monde est. content...

Maître JACQUES.

Le Budget de 1925

Paris, £0 septembre.

L'impression des fascicules contenant les

propositions budgétaires du gouvernement

pour chaque ministère se poursuit actuelle-

ment.

Vers le 25 septembre, certains rapporteurs

Seront saisis des fascicules qui les concernent;

de la sorte, la commission des finances de la

faliambire dies députés se réunira très vraisem-

blablement le 29 courant,

La discussion du budget pourrait être précé-

dée d'un exposé général.

Dès le lendemain matin, commencerait, sans j

SntetTuption, l'examen des budgeits p-axtiou

liers |

CENT IV!ELLE CATHOLIQUES AMÉRICAINS

SE MUNISSENT h WASHINGTON

Washington, 20 septembre.

La Convention de la Société catholique du

Saint-Nom, qui rient ses assises à Washington,

sous la présidence du cardinal O'Gonnel, a

attiré plus de cent mille personnes, représen-

tant toutes les organisations catholiques des

Etats-Unis.

Un message spécial du Pape, exprimant son

admiration pour l'Amérique, a été lu par l'ar-

chevêque de Baltimore.

Les membres de la Convention défileront

dimarucîie devant le monument de Washing-

ton, où le cardinal O'Goranel et le président

Coolldge prendront la parole

AU TREMBLAY

Paris, 20 septembre.

Prix Chancelier, à réclamer 5.000 fr., dis-

tance 21u0 mètres. — 1. Au Revoir, à M. Pier-

re Weiternier (R. Brethes) ; 2. Port Marly, a

M. A. de Keppen (A. Rabbe) ; 3. Gladys, à

M. laines Henuessy (J. Jennings).

Non placés : Gabèche (Delfargueil), Ulette

(Mauves), Timur (Bartholoincv), Gentille Da-

me (D. Leroy).

Mutuel. — Pesage : Gagnant, 69 ; placés,

Au Revoir, 39,50 : Port Marly, 30.

Pelouse : Gagnant, 1U0 ; placés, Au Revoir

41 ; Port Marly, 15.50.

Prix Thormanby, à réclamer, 8.000 fr.; dis-

tance, 1.400 m. — 1 Lucide, à Marttnez de

tiOZ (H. Semblât) ; 2 The Pilot, a M H.-R.

Strasburgen (A. Esling) ; 3 Rose Sang, à M.

Harry Ternynclc (A Sliarpe).

Non placés : Cliicar.meau (.1. lennings) Mib

(lîartholoiiiew). Consulat (Mac Gee),' Prince

Citron (R. Brethes)

Mutuel — Pesagno : gagnant, 38 ; placés :

Lucide, 22 ; The Pilot, 50 50

Mutuel. -- Peiousî : gagnant, 20 50; placés :

Lucide», 14 50 ; The Pilot, 31.

Prix do Sancy, a réclamer, 2.000 fr., distan-

ce, 2.600 m mm 1 Optlai.ist, i M. J.-L. Repogle

(F. ONetll).

Non placés : Soclln (F. Wiliams), Dandiprat

(G. Gainer).

Mutuel. — Pesage ': gagnant, 40.

Muteul. — Pelcuse : gagnant, 18.

Prix Strathoonan, à réclamer, 5.000 mètres,

distanco, 1100 mètres. — Sapépée, à M. Gusta-

ve Vattinna (F. Williams) ; 2. Rosita à M.

Frank Gould (H. Brière) ; 3. Thalysic, a

M. Louis Fabre (H. Pantall).

Non placés : Samienne (G. Bartholomev),

Arceuse (A. Esling), Perle du Japon ,(11.

Semblât).

Pesage : Gagnant 73.50 ; placés, Sapépèe,

29.50 ; Rosita, 37.50.

Pelouse : Gagnant, 34 ; placés, Sapépée,

14.50 ; Rosita, 16.50.

Prix Harlhorn, ù réclamer 10.000 fr., dis-

tance 2.000 mètres. —- 1. Fanatic, à M. Jean

Stern (As Sharpe) ; 2. Diablesse, à M. Michel

Lazard (H. Semblât) ; 3. Livia, à M. Alexis

Delau (J. Clay).

Non placés : Neuville aux Bois (G. Garner),

Garlousctie (A. Néel).

Mutuel. — Pesage : Gagnant, 40.50; placés,

Fanatic, 16.50 ; Diablesse, 13.50.

Pelouse : Gagnant, 19.50 ; placés, Fanatic, 8;

Diablesse, 7.

Prix Gem of Gems, à réclamer, 7.000 fr.,

2.300 mètres. «- 1 -André, à M. Gustave Beau-

vols (A. Esling) ; 2. Phlox, à M. Jean Stern

(A. Sharpe) ; 3. Triboulet, à M. Ch. Klem

(G. Bartholomew).

Non placés : Une-Pensée (A. Rabbe), Prince-

Louis (.1. jennings).

Mutuel. — Pesage : gagnant, 49.50 ; placés :

André. 22 ; Phlox, 26.

Pelouse gagnant, 17 ; placés André, 10.50;

Phlox, 12.50.,

A LQHGCHJMPS

Paris, £0 septembre

Demain, caarsea à LonsclKiiiiiiS. Partants c-t

montes prolubies ;

Prti de la lorle — Rigama fLesi.lnas), Puri-

taUi (Martin). Marseillaise (X.) Pre-y-Olive (c.

fctaUbe). Exaltation (JennUiiirsi Exalte (X.), Gilles

(Mac-Gée). Buoeatawe IBaroUaloniow), Fantasia iE.

A.'leimariitl). L.a-Meiii6t> (Esliiijr.', Bure 'Semljla.t). —

Partant douteux : Bastos (X-i.

Prix de Madrid — Mon-fiouzon (Stern), Grand-

Henry (E. AUwnawJI, Daraoiseau-11 liiaitirolomew).

Mariai (Esling). Ariel (MaO-Gée) Kejaumom !C.

IkOtos). Nazeiles (Gariior). Djaba IC'Aeii), Gun-

saillit (S.).

Prix de Satory. — Î.Iazeppa-11 (O'Neil), Jort

(Bartdiolomewl, Nocd (E. AUeniandj. polyeucte

'D'Englancic-rl, Tricard (Semblât), Manoir (Clay),

Salnt-^lc; (Brooks). La-Tenaill.î (Lnncaster).

Prix cîe la Salamandre. — Belfonds (Semblât),

Sous-Préfet (E. Allemand), MUpiette (Sharpe), Ba

vnfpeux (Garner) Némo (Jennings). Jatlco-Lanthern

(O'Nftl!), Chacurra (Eartholomew), Caerry-Jam

(Mac-Gée), Soa Queen (X.).

Prix du Prince-d'Orange. — GHÎSTCCEUT (Bartho-

lomew), Almavlva (Sharpe), GrUlcmont ,'Stern),

Prlnce-d'Orange II (O'Neil), Quoi iE. Allemand),

Ruban (F- Lyne). Lamnrtine (Ferré), Yvelin (Jen-

nuisrs) Le-Grcs-Morne (Mac-Gce), Caduin (Clay),

Sang -Froid IBretliês).

Prix de Oh.ltUlon. — Katerlelto (Sharpe), Noor-

.tahan (HoUbs), Storm-Cloud (Jennings), TOTCII-

Bearer (O'Neil). Pratzen (Semhlat) Banasa (Ferré),

Ainykïa» (Bartiholomew), Usurpateur (Garner), Pa-

n-âtandbj tKtwill, LaFtlause (Lopinte), ISellota

lErethès), Allumeras© (iGrenvei).

Pronostic*

paru-Sport. — La-Meuse et Exalté. Ariel st

Mon-Bouzou. -- -Tort et Polyenete. — Belfonds ft

Xèmo. — I^-Gros viorne et Grillemont. — Banasa

et Storm-Cleuil. ' ' ,

Le Jotkn, — E.i3.1t6 et IsucentaaiTO. — Arlel et

Mon-Bouzou — Jort et Tricaivi. — M:azzini et

Nemo. — i^é-GTOs-Morne et Rutoau. — Noor-Jahan

et Katerlelto. ,i , , ,

La Veine. — Pauline et Exalté. — Arlel f;v

Grand Henry. — Tricard et Polytucte — Beltomls

et Sea Queon. — Ecurie E. .1e Rothschild et Lamar-

tine. — Noor-Jaiian et Allumeuso,

Par suite de forfait, l'équipe 2» du C. A. C.

louerait à Castelsarrasln, le 28 septembre.

Ecrire au secrétaire, 3, place du Progrès, à

Castelsarrasln, le plus tôt possible.

Aujourd'hui, 21 septembre, l'équipe Ire du

C A. C. se rendra à Verdun-sur-Garonne, et

l'équipe deuxième à Mauzac.

Troubles en Arménie

Constantinipple, 20 septembre.

Le bruit court que des troubles ont éclaté

dans la région de Van, où deux régiments en

garnison à Kars auraient été envoyés, tout

dernièrement.

ta Fanfare Se Strasioarg à Paris

Paris, 20 septembre.

Lies membres de la célèbre fanfare « Seïle-

hick Veeesia >, de Strasbourg, ont. été reçus

au Ouoi d'Orsay, par le président du Conseil.

P'uiis ils se sont rendus à l'Hôtel des Invalides,

en ils ont visité la salle des drapeaux, le tom-

beau de l'Empereur et le Musée de l'Armée

taux Invalides.

Ils ont été ensuite reçus par lie général Gou-

Paud, à qui deux jeunes Alsaciennes ont re-

mis une magnifique gerbe de fleurs.

La fanfare a exécuté, suir la demande du

général Gouraud, la Marche d'Alsace-Lor-

raine.

La « Sellenick vogesia » a été reçue ensuite

à l'Hôtel-de-Ville.

pot de Benzine ea

TROIS MORTS

Naples, 20 septembre.

Un incendie, qui s'est déclaré dans un dé.

pôt do benzine, à Poggioraale, a pris immé-

diatement des proportions inquiétantes ; trois

pompiers qui luttaient ©oratre le sinistre sont

morts asphyxiés.

Lc6 dommages s'élèvent à 600.000 lires.

— ' >©•>—• l""

NOUVELLES EXPRESS

Du 20 septembre.

»-> M. Glàssmann, secrétaire de Trotskv,

s'est suicidé. On ignore les mobiles de cet

acte. x

s»-* M. Àsscrio Gallardo, ancien ministre

espagnol, a été mis en liberté.

•»-» Mgr intreccialagli. archevêque de Mon-

reale, de l'Ordre des Carmes, est décédé à Pa-

ïenne.

*>-»• La banqu» Pay et Hcaton, l'un des plus

anciens établissements financiers de Wall

Street, vient de suspendre ses paiements.

Les prêtres anciens combattants du dio-

cèse de Clennont-Ferrand viennent de se cons-

tituer en une Association, ouverte également

aux parents des prêtres et séminaristes morts

à Vcnvemi.

de la Peau

lues souffrances provenant de maladies de la

peau peuvent être évitées en employant a temps

fa Pommade Cadum. Elle arrête immédiatement

les démangeaisons, calme et guont touto irri-

tation ou inflammation de la peau. Bien aes soui-

frances sont évitées en employant a temps la

Pommade Cadum contre l'eozoma, les bou tons,

Trots autres viiiaees ont été oetruus aan» t d »rE\,$it~^

le district, de Enssinicr, où l'o M compte «o : runlcs,uruciure,croutos,te»

BiiBiiaBJssstJisisïaaiejjstasssnKBtsssîssHij,,,,,^

LES SOVIETS CONTRE LE SPORT

Londres, 20 septembre.

Selon un message de la Britlsh United, près

de Moscou, le gouvernement des Soviets, ju-

geant la boxe dégradante, a interdit ce genre

de sport.

La Température

du 20 septembre 1924

Une aire de faible pression couvre aujour-

d'hui le Midi de la France. Dans nos régions

lo baromètre est au-diessous de la n'oïnials'

Le ciel est nuageux dans presque toute lâ

France, beau dans le Midi.

La température est encore très élevée oa

note 30° à Nîmes, 28° à Montpellier 26° à

Perpignan et 28° à Bordeaux.

Pression barométrique : a. midi, 761 m/m

Température • à midi, 28°.

Température minima, 18°; maxima, 29", ]

Vent : à midi, Sud-Est, 3 m.

Soleil : lover, 5 h. 39 ; coucher, 17 h 50. '

Lune : nouvelle, le 28.

Probabilités : Temps nuageux, chaud que!<

ques orages ou pluies orageuses.

BULLETIN AGRICOLE DE LA TOUR EIFFEL

pour la 121 septembre 1324

MASSIF CENTRAL. — Temps orageux ; ciel

très nuageux avec averses orageuses et ora,

ges épars ; vents du Sud-Ouest â Ouest, 2 b

i mètres ; hausse nocturne de temnérature,

RÉGION SUD-OUEST. — Temps orageux;

ciel très nuageux avec averses orageuses «t.

orages épars ; vents du Sud-Ouest 2 a 4 mi-

tres ; même température.

Les Pèlerinages

à Lourdes

Dans la journée de vendredi, sont reparti?

les pèlerinages de Troyes, Le Puy et Sainv-

Brieuc. La procession du Saint-Sacrement se

déroula à l'heure habituelle ; elle était pré<

sidée par les Anglais. Mgr l'Evêque de Nor.

tbampton portait l'ostensoir. Derrière le dais,

on remarquait Mgr l'Evêque du Congo fran«

çais, successeur de Mgr Augouard.

Dans la soirée arrivèrent un groupe d'Ita*

liens et lo pèlerinage national du Luxem>

bourg.

Seules les exhibitions prévues seront auto- I X VI e Pélôrîn d.Cfe trd.ïiCRlS

risées, a condition qu'elles ne dépassent pas , . ^ /

deux rounds. ! du Rosaire a Lourdes

A Perpignan. — U. A. Libournaise contre

U S. Perpisnanaise..

A Narbonne. — R C. Narboinnais contre Ar-

lertuins Pierpignanais.

A Saint-Gaudens. — Stadoceste Tarbais con-

tre Stade Saint-Gaudinois.

A Périgueux, — U. S. Tosterine contre C. A.

Périgourdin. . ^ ,.

A Moïssao. — Cheminots Agenais contre

Avenir Mol ssn gais.

A Basnôree, — Rordeaux Etudiants Club

contre Stade Bagnérais.

A Montréjeau — Jeunesse Snortlve Tar-

baise contre U. S Momtréjeaulaise.

A Castres. — Toulotise-Bonnefoy Sportif

contre Castres Olympique.

A Plaisance-rtu-Toiroh. — Carbonne contre

Plaisance Sportif. j,* '

A Lourdes. — O'oron contre F. C Lourdais.

A Bordeaux. — Nantes contre S. A. Bor-

dielals

À Biajjnao. — Toulouse-Bonhoure Olympi-

que contre Blagnac. .

CALENDRIER

DU SPORT ATHLÉTIQUE BORDELAIS

lit saison du rugby est déjà commencée en

Côte d'Argent Elle s'annonce très chargée.

Au fur et à mesure qu'ils parviendront à

notre connaissance, nous publierons les ca-

lendriers des clubs de première série.

Voici celui de l'équipe première du Sport

Athlétique Bordelais, dont le ground, superbe,

et d'où la vue s'étend de toutes tes plafces,

est situé au chemin de Suzon, à Talcnce, très

proche des boulevards extérieurs. •

Septembre. — 21 ; S.N.N.C, à Suzon ; 28 :

S.A.B à Cognac.

Octobre. - 5 : S.A.B., a Pau ; 12 : U. S.

Cognaçaise, à Suzon ; 19 : S.A.B., à Toulou-

se ; 26 : S.A.B., à La Teste.

Novembre. — 2 : Bègles à Suzon ;


DIMANCHE 21 SEPTEMBRE 1924

Ï parlementaires

^ le Midi Vîticole

d0t

P onr^ RÉUNION

Béliers, le 20 septembre.

, et tenue une grande et imper-

otin,s est ,„ À laCG.V., souslaprési-

Jrifitèl M. 18 °f, d'administration,

i^fi de 5!; conseil^artu^ émis et la pr0 p0.

ISS^

on * ép -u"téV au nom de ses

Lf a * é VitTcole de la Chambre

«fi acclamée par tous les mem-

col1" 0 cirât. a .

et ^nVéscnts- ^«ichc, *SÏÏ 6 «oidre L au / ,ournal Officiel »,

] & pSî^n fixé mr g , éra ^i on du contingent

L é 'é nr 923 > alo s nJl U , 1er i" illet ISB* »u

SPossih 8 ce décrei qu -, a ,! a . dat0 a laquelle

l te v^ e a'êvalu 1 n 6tilit matériellement

fe^«iani cole de ? r,; importance de la ré-

fl^ do aux r a Rég ence.

^vlvi^^oyer 0 ^^^" 1 ^ du Parle-

''u?Ô°eZ le "e nouv Ut ^ V ° M '

Ma es/ommis „"?u ra,,.'t ab »s de pou

.- s . de vi "i s .P a r des importations fr-

bwS» 18 *^?*' 1 Pie : Union nationale des combattant»,

vuuer. tout projet d'union l lécs Lafayette, 22 ; 4micafe des Poilus

douanière entre la France et l'Algérie d une

part, la Tunisie de l'autre et à faire repous-

ser ce projet par le Parlement dans le cas

où il serait déposé par le Gouvernement.

Troisième résolution

Régime de l'alcool

L'Assemblée, émet le voeu :

Que le projet de loi établissant le régime

définitif de l'alcool actuellement on instance

devant le Sénat vienne en discussion dans le

plus bref délai possible devant la Haute

Assemblée, de façon qu'il puisse être voté

par les deux Chambres avant le 23 février

1926, date à laquelle doit expirer le régime

provisoire institué par la la loi du 30 juin

1916 et prorogé jusqu'à cette date par. des

lois successives.

Ligue des Droits

du Religieux

ancien combattant

La Ligue D. R. A. C. fonde une section à

Toulouse pour notre région.

Voici le vibrant appel qu'elle lance à tous

les amis du droit et de la liberté :

CE QUE NOUS VOULONS

La paix ! Voilà ce que nous voulions tous

pendant la guerre, Français aux innombra-

bles opinions religieuses et politiques. Et ter-

ribles à l'ennemi, qui n'a pu nous avoir, nous

n'étions entre nous que de bons et loyaux ca-

marades. Nous espérions l'être toujours. Nous

en attestons nos 1.500.000 frères d'armes éten-

dus raides dans la terre qu'ensemble nous

avons sauvée. Nous nous aimions alors. Nous

les aimons toujours et nous les pleurons, ces

braves frustrés des douceurs de la victoire.

Du moins, nous pouvions espérer que nous,

les rescapés de l'affreuse tuerie, nous trouve-

rions chez tous nos concitoyens de l'arriére,

pour qui nous avions risqué notre vie, la Paix

totale qu'eux, les chers morts, avant de dis-

paraître, nous avaient si généreusement pro-

diguée 1 V

Héias ! Un président du conseil qui ne s es»

pas battu qui a réclamé la Paix pour ceux

qui ont failli au devoir sacré de la défense du

pays qui est olein de clémence pour ceux qui

ont tue nos frères et voulaient nous tuer nous-

mêmes et asservir notre patrie, déclare que

certaine Français, irréprochables dans la

guerre et dans la paix sur le terrain du droit

commun, ne peuvent jouir de la paix collec-

tive sur cette terre qu'ils ont contribué a sau-

ver et qui reste éternellement ennoblie d'une

partie de leur sang !

Aucun anathème ne jaillira de nos plumes,

pas plus que de nos bouches ; mais, aussi ré-

solus que jadis sous l'éclatement des 420 ou

les nappes de gaz asphyxiant, nous défen-

drons le droit contre la violence.

Nous voulons que tous les enfants de la

douce France et surtout ses martyrs qui ont

sacrifié de leur sang — et ce n'est pas pour

ne l'avoir pas tout offert qu'ils ne l'ont pas

tout perdu, — puissent jouir, jusqu'à leur der-

nier souffle, de la Paix commune.

La Paix commune I La Paix de tous I

Pas pins, mais pas moins. .

O religieux, vous qu'on ne trouve oa parmi

les profiteurs de la guerre, ni parmi les fau-

teurs du désordre, vous qui ne vous êtes si-

gnalés ni par des vols, ni par des assassi-

nats - vous qui n'avez manié les armes meur-

trières que par amour de la patrie, qui, pour

elle, voulez vous dévouer après comme pen-

dant la guerre, nous n'admettrons pas que

vous soyez privés de la Paix qu'en parue

nous vous devons.

Et no no voulons pas non plus que vos

tendres -urs. les douces religieuses qui ont

soigné avec tant de délicatesse nos membres

sanglants soient moins bien traitées qu'une

anarchiste qui a bénéficié de l'extrême bien-

veillance des pouvoirs publics après avoir

insulté les gardiens officiels de la Paix, et tué

un de nos plus vaillante camarades, que les

. féroces agresseurs de la France n'avaient pu

1 détruire tout entier. Nous avons trop le res-

pect de l'idéal qui nous animait tous dans

notre lutte pour le droit et la liberté.

Nous continuerons de vous aimer, parce que

c'est vous maintenant qui incarnez le droit

pour lequel, pendant cinq ans, nous étions

prêts à nous faire casser la figure. C'est vous

qui représentez à la face des peuples le vrai

visage de la France loyale et pacifique. Cest

vous les entialiïs dans ce qu'il y. a de plus

sacré au monde : la conscience. Et nous ne

mettrons pas trois ans, ni trois jours pour en

avoir l'évidence et affirmer que nous sommes

avec vous et que nous mettons toutes nos

forces au service de votre droit.

Que sera l'avenir ? Mystère. Mais ce que

nous savons, ce que nous jurons, c'est que,

ensemble nous serons lee irréductibles cham-

pions de la Paix, de la Paix totale dans le res-

pect des droite de tous.

La Paix pour vous, pour BOUF,, pour tous

les Français pour toute l'humanité I Voilà ce

que nous voulons. Et pour l'avoir, nous y

mettrons le prix, fallût-il, comme au front,

risquer notre peau.

Pour le Comité Directeur :

CEZE, Commandeur dê la Légion d'hon-

neur ; BERTRAND, Commandeur de la

Légion d'honneur ; VEDRINE. Cheva-

lier de la Légion d'honneur ; PRAT,

Médaille militaire ; GAY, Croix de

guerre.

Le siège de la Ligue (14 bis, rue d'Assas.

Paris) est, pour la section de Toulouse, L rue

d'Astorg.

Une permanence y est établie de 17 à 19

heures, pour donner tous renseignements et

pour recevoir les adhésions.

La ligue s'adresse à toutes les bonnes vo-

lontés, masculines ct féminines.

Les membres actifs doivent justifier de leur

qualité d'anciens oombattanls, par la présen-

tation d'une carte de membre adhérent d'une

association d'A. C. ou de mutilé (par exem

pie : Union nationale des combattants. Al

407 50;

; mars,

855 75;

Septembre, 413; octobre, 439 50; novembre

tlécemnre, 335; janvier, 3S5 75; février, 884 2£

37* 50; avril, 373 50; niai. 301 75, Juin

juillet, 34? 75; août, incote

Laines. — Tendance calme SeptomaTe

et no.-emhre, l,73u: déoemhre.' îcoo laatft!

février, et mars, 1,620; reste, lnocté.

MARCHE DES CEREALES

New-York. 19 septembre.

Més roux rt'ldver durs. — DlsiontMe, 144 1/2.

,. CL'Ucaso, 19 septembre.^

Mais. msponume, 116 7/8; septembre 110- 'dé-

cembre, 103 7/8; mai, 109 7/S.

Avoines. — Septembre, 48 5/8, décembre 52 1/2;

mai, 58 1/2.

Blés. — Septembre. 129 3/4; décembre, 133 7/8;

mai, i30 5/S.

MARCHE DES METAUX

Londres, 19 septembre.

C2 6/3; à 3 mois, 63 C/3,

Front, rue de Rémusat, 17; Anciens Prison-

niers de guerre, place du Capitole, 2 ; Chemi-

nots anciens combattants, place du Capitole,

2, etc..

Ceux et celles oui n'ont pas fait partie

d'une formation de combat sont cependant

instamment priés de s'inscrire à la Ligue

des Droits du Religieux Ancien Combattant,

en qualité de membre adhérent, ou titulaire,

ou participant, ou honoraire, ou fondateur.

Une jeune îemme

se jette à la Mer

OH N'A PAS RETROUVÉ LE CADAVRE

Biarritz. 20 septembre.

Vendredi, vers 7 heures du matin, les em-

ployés de l'établissement de bains et les quel-

ques personnes qui, à cette heure matinale, se

promènent sur la plage, virent derrière le

Casino Bellevue, à la Boche de Dasta, une

femme paraissant assez jeune, nue tête et

vêtue de blanc, avancer.dans la mer en tour-

nant le dos à la vague.

Avant qu'on ne puisse venir à son secours,

la malheureuse avait disparu dans un re-

mous.

Suicide, sans doute ! L'enquête le découvri-

ra. Jusqu'à présent, l'état de la mer ne per-

met pas de rechercher le cadavre.

Danger des Armes à ieu

Ardigas (Gers), 20 septembre.

En maniant un fusil chargé, laissé impru-

demment par les parents aux travaux des

champs, un jeune garçon de 12 ans, le petit

Roumeguère a tué sa sœur âgée de 11 ans qui,

atteinte au cou et au côté, tomba foudroyée.

La mort instantanée a été constatée par le

docteur de Cologne, en présence du père et de

la mère de la malheureuse victime, en proie à

un grand désespoir.

Cuivre. — Comptant

électro, C6 10 à 67.

. Etaiu. — Comptant, 233 10; à 3 mois, 25i 12/6.

' Ploaiu. — Comptant, 33 2/6; éloigné, 32 10; aa-

glals, 34 10.

Zinc — Comptent, 32 16/3; éloigné, 32 11/3.

Antimoine P.ég"Jius, 49 10 a 50.

Argent on barres. — Comptant 34 11/16 l'once;

éloigné, 34 11/ltt.

Or en barres. — domptant 92/9

Mercure, 12 12/6 ipar bouteille.

MARCHÉ DES .VINS

Carcassonne, 20 septembre.

Vins rouges, de s à il degrés.

A l'Exposition de Toulouse (Grand-Rond)

Venez tous déguster les incomparables

CAFÉS MASSET

LES PLUS FORTS — LES PLUS FARFUMÊS

Supériorité reconnue partout

ferne! de l'« Express»

. .MAISSAMCgS

Philippe et Jacques Duby ont la joie

de vous annoncer la naissance de leur petit

frère Albert.

Toulouse, 59, Allées Jean-Jarres,

.7 septembre 1924

....MARIAGES

En l'église Cathédrale de Rodez, le 16 sep-

tembre a été célébré le mariage de M Guii-

> a n me »^

er ' avocat du barreau d'Albi, et de

Récolte 1923.

3 50 le degré.

Récolte 1924. — Da s à 11 degrés, 7 75 le degré,

non logé, l'hectolitre pris chez la récoltant.

Alcools. — Pas d'affaires.

Perpignan, 20 septembre.

Vins nouveaux, sous marc, à retirer de suite, 7 fr.

le rtOijrô ; loge, 7 .4 7 50 le degré suivant 1© délai

de retfraison. Vins vieux, S à S a lo degré ; Man-

rj\ récolte 1923, divers lots, U"5 de 14s à 155 fr.

Ihecto, récolte 1921 ; divers lots, 10', à 200 ïr.

l'hocto Alcools, pas de cote.

Eézierg,

Cote officielle des vins et alcools. — Vins récolte

1923, rouges, S à 10°, 04 à 85 fr.: blanc et rosés,

ipas d'affaires.

Vins récolte 1924. Tous plants sous-marc, 7 à

7 25, cave logé , Tin rouge. 7 25 à 7 75 le degré.

Alcools, pas d'affaires.

Ces prl xs'entendent l'hectolitre nu, pris chez le

récoltant, tous frais en sus, salivant qualité, situa-

tion et conditions et pour des vins de


pjpiHMpanHneT'-.—? DIMANCHE 21 SEPTEMBRE 1024

Oui, certes l ce lut une heure do bien douco

gaieté etir laquelle le rapporteur général du

budget est ensuite venu jeter le seau d'eau

froide de set. centime! additionnais et le voile

sonore de son total déficitaire.

L. de FERRAND.

H WBÊÈÊÊÉÊiËÊÊBÈÊÉÈÊÊÈÉÈÊËLWM

Nouvelles Religieuses

PAROISSE DE CHOIX-DAURADE. — NOUS

apprenons que la troupe des Syndicats Cliré-

tiïjiis de Toulouse va interpréter pour la cin-

quième fois, dimanche prochain 2tS septembre,

le, lo heures dans la salle de notre école libre,

la merveilleuse pastorale d'Henri Ghéon, qui

et pour titre « La Bergère au pays des Loups ».

Cette représentation est organisée sous les

'auspices de l'Union Sociale du Midi et au pxo-

fit de l'Ecole libre et du Pensionnat de la pa-

roisse qui ont Juiàtement pour patronne Sainte

Germaine de Pibrac

Pour les billets d'entrée et tous remselerne-

ments, s'adresser à l'Ecole libre de Croix-Dau-

rade.

A SAINT-NICOLAS. — FETE DE SAINT-CY-

F1UEN. — Programme des morceaux qui se-

ront exécutés dans l'église Saint-Nicolas, à

10 heures du matin, par la Lyre de Satnt-Cy-

iprien avec le gracîteux concours des Frères

•Amen ; Mlle BUr.y ; M. Bebely et M. Pujol :

1. Mlemento, marche funèbre.

i. La flûte enchantée, trie pour saxophones

et oTffne.

3. Fantaisie religieuse.

4. Sanctus et Benedictus.

5. Absoute

(j. Lacyina, marche funèbre

Bôunioii des musiciens, tambours et clai-

rons a 9 h, 1S au cours Dillon (casquette et

manchon).

Les Pèlerins Alsaciens

à Saint-Sernin

Une personne nous communique la lettre

«uivante que lui a adressée un des membres

du grand pèlerinage alsacien, dont nous

avons relaté le récent passage à Toulouse :

< Mon cher ami.

« .l'ai lu avec intérêt la relation de notre

visite à Toulouse, parue dans ' le Journal

VE.rprcss du Midi. Mais, vraiment, les Tou-

lousains sont trop modeste... comme leurs

charmantes violettes. Votre journal parle, en

effet de l'allocution prononcée à Saimt-Ser-

nin par le directeur de notre pèlerinage, Mgr

le grand-vicaire Kretz ; mais il ne signale pas

— et c'est un tort à nos yeux — le discours,

plein de flamme patriotique, qu'au cours de

notre trop rapide visite de votre belle Basi-

lique a prononcé le cuvé de Sakit-Semin,

M le chanoine ToutnlWf, et dans lequel, après

nous avoir lumineusement résumé l'histoire

«le la belle église toulousaine, il a rappelé

les liens spéciaux qui unissent Saint-Sernm

h l'Alsace puisoue Saint-Sermin demeure la

paroisse toulousaine des Alsaciens chaque

fois que leur pèlerinage annuel les amène

dans le Midi de la France.

« Il faut rendre à. César ce qui est il César

et au curé de Saint-Sernin l'hommage que

nous lui devons peur nous accueillir — lut et

ses vicaires — si . généreusement, «i aimable-

ment comme de vrais frères que nous vou-

lons être pour les Français en général et les

Toulousains en particulier.

< Votre bien dévoué. — X... »

— les Toulousains doivent être, en effet,

reconnaissants au clergé de l'Insigne Basili-

que de la contribution qu'il apporte en rece-

vant avec tant d'amabilité Tes nombreux vi-

Sileurs de Saint-Sernin. à l'extension du bon

renom de leur Cité et de sa réputation de

ville accueillante et hospitalière.

Nos Conseillers Généraux

à table

On lit dans le Journal de Toulouse :

« M et Mme Paul Second ont reçu ^ leur

table mercredi soir, les membres de ffBWia-

tolée départementale. Les sénateurs et les dé-

putés avaient été invités à cette réunion, qui

a été très cordiale. .

c Parmi le6 convives, citons : MM. Honoré

Leygue, Paul Feuga, Ducheln, Bluignan,

Saint-Martin, Jean Rieux et Bedouce, Cazas-

eus le président Bellet et. les éléments radi-

caux el modérés du conseil général.

r M. EUen Prévôt était parti avant le dîner,

pour Paris.

« L'absence de M. Dueos et celle de M. Ray-

mond Leygue ont été très remarquées. »

Les Pharmacies ouvertes

Service de garde du dimanche dans les

p.'rarmacies :

Pharmacies Chaubct, place VVilson, 7, rue

Lapeyrouse; Médale, boulevard d'Artillerie, 40;

Torne, Croix-Daurade • Fouchou, allées Ba-

layette, 73; Lespiau, place des Carmes, 22.

Massip, place du Fer-ft-Chcval, 13.

Les pharmacies ci-dessus assureront égale-

ment te service de nuit, pendant la semaine

qui suivra, du 21 au 27 septembre, et reste-

ront ouvertes jusqu'à 9 heures du soir.

Concert Militaire

La musique militaire du 83 e l'U. devant ')

pil ler son concours aux fêtes de Ramiers, au-

jourd'hui 21 courant, le concert militaire pré-

vu pour ce jour là n'aura pas lieu.

If

Syndicat des marchande forains étalagistes. —

Assemble* générale le 21 courant, a 4 U. 30 du

»olr, salle, du caté Cbabaud, 14. arcades du Capp

tolc.

Ordre du tour ; 1, Compte-rendu du mandat, c|o

la commission executive ; 2. Transfert du suve

social : 3. Journal do l'Union.

La carte sera rigoureusement c.xlKéo à l'entrée

le trésorier ct )« secrétaire te tlr-ndront à là

porto pour délivrer les cartes aux nouveaux adhé-

rents.

'fi â»

RENVERSE PAR UHF. AUTO

Avant hier, à 17 h. 15, une collision s'est

îjci'oduite rue St-Romc, ewale rue Peyras, en-

tre l'automobile u° 1289-T-G, conduite par le

sieur Léon Tarie, au service de M. Richard,

négociant en vins, et une bicyclette montée

par le sieur Louis Servat, employé de com-

merce, demeurant rue de la Bourse, 6.

Le cycliste a été renversé par l'automobile

et ne s'est fait aucun mal. La roue avant de

la machine a été endommagée.

OU SONT LES OUTILS ?

Une enquête est ouverte au 6e arrondisse-

ment contre inconnu pour vol de divers ou-

tils de maçon et de chaipentier commis ces

jours-ci A la villa « Yvetot », en démolition, si-

tuée route de Vieille-Toulouse, au préjudice

de Joseph David, entrepreneur de travaux,

demeurant Allée des Zépiiirs, 19.

DEUX PROSES VERBAUX

Procès verbal a été dressé au leir arrondis-

sement contre les nommés :

1° José Gil, sujet espagnol, âgé de 23 ans,

sandalier, demeurant rue Bonrepos, 21, incul-

pé de port d'arme prohibée.

2° Antonio Pocilîo, sujet espagnol, âgé de

22 ans, manœuvre, demeurant à la même

adresse, pour défaut de carte d'identité.

Ces deux individus avaient été arrêtés dans

le cour ont de ja nuit dernière, par les agents

de la brigade cycliste.

LE VIN MAUVAIS

Hier soir, h 8 heures, le nommé Etienne

Borrel, pêcheur, rue Fontaine-Lestang, qui ve-

nait de consommer dans le débit tenu par

Mme Baudis, rue de la- République avec qua-

tre camarades, a été frappe à coups de poings

par le nommé Salomon Marius, 24 ans, de-

meurant rue Va lu de, 45. Ce dernier aurait

frappé sans provocation. Il venait die con-

sommer avec Borrel qui a porté plainte. Une

enquête est ouverte.

Vol de

rogé E...

au préjudice

A L

des

H6TRUCTIGN

.r. — M. Brusniiôre a inter-

culpés de vol de matériaux

Charpentiers Toulousains.

Loi» faits sont reconnus par les inculpés. La

procédure a été transmise au Parquet à fin

d«; règlement,

Un singulier représentant de commerce. —

Il a entendu un témoin au sujet de la plainte

d'un négociant en fourrures contre Henri A...,

représentant, et il a lancé diverses commis-

sions rogatolres avec mission de vérifier les

dires de l'inculpé.

Vols. — Il s'est occupa de deux vols commis

par un mineur.

Les bénéfices de guerre. — Pour dissimula-

tion de bénétlces da guerre, 11 a renvoyé de-

vant le tribunal correctionnel ; Marcel Galy,

directeur du Comptoir Métallurgique du Lan-

guedoc, boulevard Carnet, et, pour compli-

cité. Reclus et Devivier, ces derniers habitant

Paris.

M pi?

AUX VARIÉTÉS

Sai3on d'opérette 1923-1925

Directeur ; Georges Audoui (5° année)

ARTISTES DU CHANT

Mraes Jerouy Syril, de l'Opéra-Comique ;

Jane Montauge, de l'Opéra-Comique • Anna

Martens. du CeHscum de Londres - M Lo-

rnnd, du Grand-Théâtre de Bordeaux" ; Hu-

giiette Dracy, du Trianon Lyrique ; Odette,

Van Riell des Célesfîns de Lyon ; Jane La-

coste, de I'Apollo de Paris ; MarccTîo Pignon,

Toulouse. °

MM. Georges FoLx, de l'Opéra-Comique i

larquim D'Or, de l'Opéra-Comique ; A Du-

J?., lïl d


DIMANCHE 21 SËPTEMIJRIÏ v.)Zi

et

f a ù

Ve »° tre

„ r donnes, dans cette Revue sont les

neral . «» peuvent donner

modifications, suivant tes

e général

correspondanl spécial

19 septembre.

Paris,

„,,„ précise» commencent â

^tût 3lir Mité excessive mil a

La produc.:

prévalu

en blé a

. ïAe* 15 iu» u i«nsTe Nord-Est, en ce sens

fe1ouflf*«structlon, maie le poids

P e i', a PaaA u , diminué, même dans iû

les débits sub s par l?s

.irtHraDles dan :- toute la val-

(*'- rf -. =nnt conb,, Ils tout le Nord-Est et en

-~- la région pari-

des pluies beau-

t préféré laisser

les devenant des

grains ou ont

.•mures °j" Si'es crue l'on avait fauché

»2J» AÛle" rs - n Œ et ont germé en grau-

StPV^peutV *» * «*

% P^n 'très gros donc

S» d, notâmes de teri

erraves

OP lXi ,\ sont

» la Sao*

lest]

perdu leurs

ette céréale

mmagos ne

aucoup de

t»' B "j,;S po

f° ur pas moms ^ r 'j.£8t _ et probablement

sont

uépa

tans d'at

Midi _

ssii tan

aussi — on récoltera

Ernenee- En ce qui concerne

dre on signale un retard de

our ia vigne, en dehors du

iiitrA on se plaint que le so-

pas assez pour favoriser la

«meurent soutenus tout en

luctuations assez larges.

Ci.ES ET FARINES

e» .

qui

le

du

ord-t

Cenu'

de c

inn apparaît un peu plus stable

« ue par conséquent, moins in-

i H DW* a, en effet, accordé quel-

Tnr les précipitations qui se sont

/1P temps à autre ont été courtes

qu'espacées de sorte que l'on

ms de large* proportions le

e des céréales dans le Nord-

icoup de cas, activer les bat-

conditions, la pression que

çait sur len marchés de blé

très atténuée, apportant un

ns les transactions. Malgré

îps

3 s est

oins sont toujours très grands et

beso

lie

(JU- tout ce nu

toutes les disponibilités

Ss'la sortie des batteuses. Il

>as de stocks, d'abord parce

=st battu doit passer instan-

ensuite

nr daiis la consommation et

tanerneut u ]g néffoce> ni la meunerie ne

parcfinpTit à acheter au delà des besoins ur-

cheTdans la crainte de baisse, va que l'on

se -o, tout des intentions du gouvernement

jgrioiB ^. ^ nllf , ern8 les droits douanière.

en « oui concen

t*. s'agit plus, ce—

Il 7 francs, mais on

II

fols, d'un abaissement

parle beaucoup de la

'on' complète des 14 francs, ce qui

.ferait les blés exotiques à peu près à la

„, S des indigènes, fin conçoit dès lors que

Keheteurs soient prudents et ne prélèvent

,« nour leurs besoins ; ces derniers étant

fflrré tout importants en province et la

Saandise n'étant pas surabondante, les

Six sont bien tenus, mais avec une nuance

d 4u é marché libre, on fait les blés de Beau-

»' orlénais, Touraine, Poitou, Anjou, 106

f '107 50 départ ; -Allier, Cher, Nièvre, Puy-

^p-Dôme 107 à 108. Mayenne, Sarthe, Ven-

ise Charente 105 à 106 ; Marne, Aube, Yon-

îw'Côted'Or 105 50 k 106 50 ; Oise, Somme,

'Aisne Ardennes 106 à 107 ; Pas-de-Calais,

Nord"' 107 à 108. En livrable sur les quatre

derniers, on fait 103 à 109 départ.

Farnes indécises, à cauea de la taxe, on

fait 130 à 133 départ. Sons fermes : gros,

63 à 64 ; fins, 65 à 70.

CÉRÉALES DIVERSES

Les avoines sont moins fermes en raison

â&s battages qui permettent des offres. Lee

autres grains sont soutenus.

On cote, avoines nouvelles grises d hiver

m printemps, départ Beauce, Brie, Eure,

Centre 78 à 79 noires Centre, Poitou 78 à

79; Est, région parisienne 79 à 80 ; jaunes

des cinq départements du Nord, 80 à 81 :

Manches Nord, Centre 81 50 à 82 ; ligowo

62 à 83.

Orpes de brasserie fermes : Gâtmais, 109

i 110 ; Allier, Auverfme, 108 à 109 ; Champa-

frae, Beauce, 106 à 107 ; Berri, Poitou, 107 à

108 ; Vendée, Charente, 107 à 108 ; Sarthe,

Mayenne, 106 à 107. Escourgeons fermes :

Champagne, Beauce, 106 à 107 ; Poitou, Ber-

ri, 105 à 106 ; Vendée. Charente, 104 à 105.

Seigle, ferme. Beauce, Champagne, 91 à

82 ; Sarrasins sur septembre, 97 à 98 départ ;

maïs, 86 à 89 ports.

Pailles, fermes ; fourrages, calmes. En

Galles pressées aux 100 kilos, gare départ

Centre, Est, Nord • paille de blé, 12 à 12 30 ;

d'avoine, orge, 9 50 à 9 80 ; foin, 22 à 23 ;

luzerne, 23 à 24 : trèfle, 18 à 20.

BESTIAUX

L'allure du marché aux bestiaux s'est un

peu améliorée grâce à la modération des ar-

rivages. Le gros bétail, en particulier, a très

sensiblement raffermi ses cours, sans cepen-

dant retrouver le niveau élevé des prix de la

fin mai. et sa vente est active. La tenue des

veaux, néanmoins, a un peu laissé ta désirer

en ce qui concerne les bonnes qualités jugées

d'une cherté trop prononcée, mais les qualités

secondaires, et surtout les veaux de service,

ont bénéficié d'une très bonne vente. Los

moutons ont encore renchéri, principalement

dans l'entredeux et pour les brebis. Quant

aux porcs, les cours se tiennent dans les bons

cochons gras ou maigres, tandis qae la petite

marchandise et les coches, tout en conser-

vant leur prix, subissent un placement par-

fois difficile.

Les bœufs extras des meilleures provenan-

ces ont été traités entre 4.30 et 4.45 et parfois

4.50 la livre nette. Bons normands 4.15 à 4.30 ;

ordinaires 3.90 a 4.10. Bons cliarollais, niver-

nais, bourbonnais et bourguignons 4.10 à 4.30,

ordinaires 3.85 a. 4.05. Boiïis Salers des Deux-

Sèvres, rouges de la Vienne, dorachons de la

Creusa 4.10 à 4.35, ordinaires 3.80 à 4. Bons

gris de l'Ouest, vendéens, maraîchins choie-

rais nantais manceaux et Maine-Anjou, 3.90

à 4.25 ordinaires, 3.60 à 3.85. Bretons 3.75 a

4.25. Bœufs médiocres de. toutes races 3.30 à

3.50 Génisses extras 4.30 à 4.55 ; bonnes gé-

nisses 3.90 il 4,25 ; bonnes vaches 3.80 à 4.25 ;

vaches médiocres 3.45 & 3.75. Viande à. saucis-

son 3.10 à 3.40. Taureaux 3.20 a 3.75.

Les veaux de sortes extras ont été faits par

bande-3 de 5 à 5.35 la livre nette at au détail

de 5.20 à 5.70. Bons Câlinais, Beauce, Blésois,

Eure 5.15 à 5.35, ordinaires 4.50 â 5.10. Cham-

penois die Sézanme, Bomillv, Nogent 4.50 A

5.25. autres Champenois 4.30 à 4.90. Touran-

geaux de Sainte-Maure ou Richelin 4.85 à 5.25;

autres tourangeaux 4.30 à 5.05. Manceaux

d'Koominoy, Mayet, Château-du-Loir, de Lude

4.70 à 5.25 ; bons Sa.rthols 4.35 à 5.10 ; man-

ceaux ordinaires et Maine-et-Loire 4.20 à 4.95.

Avoyron et Lot 4.10 à 5 ; angevins et gour-

nayéux 4.10 à 4.95 ; bretons 4.10 à 4.60 ; veaux

de service limousins 4 â 4.50 petits veaux 3 à

3.80.

Les agneaux extra-Ans Southdown en laine

ont valu de 6.80 à 7 15 la livre nette. Agneaux

croisés rasous 6.20 il 6.65 ; Ile-de-France ml-

laine 6.30 à 6.70 ; charmois laine 6 65 à 7 :

bretons et maraîchins laine 6.25 à 6.60 j nt-

vernais laine 6.30 à 6.65 ; bourguignons ra-

sons 5.30 à 5.80. Moutons Ile-de-France 5.85 à

6.70. Loiret rasons 6 a, 6.40. Vienne tondus 5.90

à 6.20 • hivernais et bourbonnais mi-laine

5.60 à 6.35 : berrichons mi-laine 5.50 à 6.20 ;

channois mi-laine 6 à 6.55 : choletaig rasous

5.30 a 5,80 ; bretons laine 5.80 à 6.40 ; gascons

et aveyronnais rasons 5 à 5.40 ; albigeois ra-

sous 5.60 à 5.85 ; auvergnats riemi-laine 5.35

à 5.60 ; bizets du Plateau Central mi-laine 5.50

à 5.70 ; limousins- dami-laine 5.40 à 5.80 : cha-

pentaie. périgourdins mi-laine 5.25 â 5.60 : lo-

zérots rasous 5 à 5.40 ; métis Basses-Alpes

mi-laine 5.35 à 5.70 ; Hantes-Alpes ml-!aine

5.50 à 5.80. Brebis Ile-de-France 4.95 à 5.70 ;

berrichonnes 4.95 à 5.50 ; auvergnates 4.80 à

5.20 ; bretonnes 4.85 à 5.10 ; aveyronnaises

4.80 à 5.05 mères usées 4 h 4.40. Moutons

afrisains 5 à 5.60 ; 'ots de réserve 5.70 â 6 fr.

Porcs gras 5 90 h 6.40 ; porcs maigres 5.80 à

6.30 ; choix de côté 6.40 • petite marchandise

5.50 à 5.SO ; coches 3.50 k 4.60

VINS ET CIDRES

Le nègre des vins reste toujours sur ses

positions et attend que la situation se des-

sine. Les vendanges du Midi n'ont apporté

aucun argument capable d'influencer iê mar-

ché dans un sens ou dans l'autre, car les

excédents ou non logés constatés dans le

Gard sont normaux et se produisent chaque

année dans cette région par suite de l'impré-

voyance chronique de ces viticulteurs. On ne

peut pas raisonnablement conclure qu'il y a

là une forte récolte Le Midi, dans l'ensemble,

donnera un total plus fort que celui de cha-

cune des deux dernières années qui avaient

été déficitaires, mais ce total sera normal. Pes-

tent les autres vignobles et notamment le cen-

tre. Jusqu'ici, le négoce n'a pas émis d'opi-

nion précise à ce sujet, mais jusqu'à plus

ample informé, on doute fort sur lâ qualité,

d'autant plus que le soleil est toujours avare

de ses rayons et, s'il y aura vraisemblable-

ment beaucoup de vin dans les Charentes et

même certaines parties de la vallée de la

Loire, Il est des régions importantes comme

le Bordelais et la Bourgogne oui seront peut-

être loin du rendement d'une année normale.

En somme, on peut, estimer que les besoins

seront couverts, tout juste, quantitativement,

mais avec beaucoup de difficulté au point de

vue qualité

La cueillette des pommes à cidre subira

certains retards par suite du mauvais temps.

On cote les provenances de Seine-Inférieure

110 à 120 fr. la tonne départ ; Manche et Eura

140 à 150 ; Sarthe 150 à* 160.

ENGRAIS

Aucun changement : les changes avant peu

varié, les engrais azotés sont restés au même

niveau, mais la demande de la culture est

calme. Pour les engrais potassiques, les li-

vraisons sont de plus en plus lente».

Pour adresses et renseignements, se rendre

écrira à Toulouse, â l'Agence de l'Office

«anouai du Commerce extérieur, 2 bis, rue

A '^ C6 -i-orrain8 (Hôtel d» la Chambre de

commerce). Téléphone : Toulouse 8-34.

a bordeaux, 'i l'Office de renseignement

fin,,, région économique, palais de la

course. Téléphone. Bordeaux 58-77.

tlrLi 0 jrtPellier, a l'Agenr . de l'Office Na-

CftnTo Commerce extérieur, Hôtel Saiut-

Mime. Téléphone • Montpellier 6-76.

.3.484, — o

Via

ARTICLES OFFERTS

laindoux, salaisons, conserves c*

t,0Ur fà -^srves de fruits. (Agents demandés

o r... légion).

'(Ri^-T Charbon, coke et anthracite angiais.

>entant demandé pour la place de

Bordeaux.)

NmiBi>"v>t^ i - tro ' nfi ' oranges et mandarines de

idéaux f (Représentant demandé pour

decrari'riûl Coi Uures d'enfants. (Représentants

fcsne.)

pour Bordeaux, Sud-Ouest et Bré-

M9s" ~~ ïî'4 3 ins secs et sultantnes.

3.*fe' ~~ „°if de Yougoslavie.

- 3197' H " m .! 6 .o'oiive et dattes.

Ivjc

ri;

-ouveuses artificielles et matériel

Dau'dTnm, ( !. i ' t ! lres o'^fan's. ORe-nrésentant

,3.5ii J'°]H la région.)

lJ W demanru

3ouets non mécaniques.

1«S 0" s centlm.

PèieHnss fw'u m

chouto. Le 100 do lontr

El 5 fr. do plus par

nés on

CnouV

Si »

f à!a ;,îpo).

L' « Almanach des Agriculteurs de France »

pour 1925 paraîtra en novembre prochain et

traitera entre autres les questions sutvant-

tes : Législation sur les accidents du travail

agricole; le Livret do prévoyance agricole; le

tallago du blé; Labours profonds et labours

fouillés; Les microbes du sol; Les blés do

printemps; Amélioration des prairies humt-

des par le lotier; Les nouveaux engrais azo-

tés; Emploi des engrais phosphatés; Une mé-

thode simple et pratique de comptabilité agri-

cole ; La tuberculose et l'alimentation des

veaux; Le mouton de l'Uo de France; La race

porcine de Baveux; Variations dans la com-

position du lait; Destruction des foyers d'oï-

dium; Le vin et la lune: Emploi du charbon

de bois comme carburant; Traitement d'hiver

des arbres fruitiers, Le durcissement du ci-

dre; Invasion du doryphora; La vérité sur la

richesse agricole.

D'après l'énnoncé ci-dessus, il est facile

de se rendre compte que ce petit ouvrage

condense une quantité de renseignements

utiles auxquels les membres de la Société et

des syndicats agricoles ont intérêt à se re-

porter.

Nous engageons donc nos adhérents et le*

syndicale agricoles à nous remettre dès

maintenant leurs commandes, accompagnées

de leur montant.

Voici nos conditions de vente pour l'édi-

tion 1923 :

Un exemplaire franco par poste. 0 fr. 65;

10 exemplaires franco gare, 4 fr. 75; 35 exem-

plaires, 12 fr. ; 60 exemplaires, 20 fr. ; 125

exemplaires, 40 francs.

Avis très Important. — Les conditions de

vente étant établies au plus Juste prix, et

pour, éviter dos frais supplémentaires très

onéreux, il ne sera tenu compte que des com-

mandes accompagnées de leur montant.

Pour les livraisons à domicile, jusqu'à 125

almanachs. ajouter 0 fr. 00 par colis aux prix

ci-dessus.

Pour quantités supérieures nous établirons

un prix spécial suivant distance.

Eaint-Anfonin, 29 septembre, H. des Thermes.

J tîailiao, 30 sept., H de France, Bousquet.

I Agen, 1er octobre, Hôtel du Midi.

Eauze, 2, Hôtel Coubiran. ,

| Rïsale, 3 oct., Hôtel Dumartin (Gare),

j Audi, 4 octobre. Hôtel de France,

j Maïssao, 5 oct.. Hôtel du Luxembourg*

OEtissade, 6 octobre, Hôtel Larrooue

TOULOUSE, les 7 et 8 octobre, Hôtel Capoul,

place La lavette.

Gourdon 9, 'Hôtel de la Boule d'Or.

Carmaux', 10 Hôtel de la Poste,

j Oahora, 11, Hôtel de l'Europe.

Nérao, 12 octobre, Hôtel de France.

L'éminent aide de M Glaser recevra 5 \

Bayonr.e, 22, hôtel Moderne.

Orinez, 23, Grand-Hôtel.

Lannemc'.an, 24, hôtel de la GaTe.

Tarljes, 25, hôtel Darmau et Commerce.

Oloron-Sainte-Marie 26, de 8 h. à 3 h., hôtel

Loustalot.

Bagnéres'do-Bigorra, 27, hôtel Bousquet, place

Lafayette.

Lourdes, 28, hôtel de France.

Pau, 29, hôtel du Commerce.

Uaulieurgueti 30, de 8 h. à 3 h., hôtel de

France.

Lézlgnan, 1er octobre, hôtel du Luxembourg.

Narîaoïjne, 2, Grand-Hôtel, -

; nr: 3, hôtel Pigeon.

Csircassonne 4, hôtel Bernard.

Quilla», hôtel des Pyrénées. Moulines.

f:astelnaudary, 6, hôtel de France.

Bergerac, 11, hôtel de Londres et Voyageurs.

NOUVELLE CEINTURE VEfdTRIE-HE pour

déplacement tous organes. Traité de la Hernie,

franco sur demandé, à M. GLASER, 44, bou-

levard Sébastopol, PABIS.

Cours élémentaires : rentrée, 15 octobre.

Cours normaux ; examens, 28-29 octobre.

Internat et Externat

Programmes envoyés gratuitement sur de-

mande, Hôtel Saint-Jean.

Rue des Trente-Six-Ponts — TOULOUSE

Etablissement d'Education chrétienne. —

Enseignement secondaire. — Section D scien-

ces-langues vivantes ; Industrie, Commerce et

Agriculture.

On reçoit des pensionnaires, des demi-

pensonniaires et des externes. Préparation

aux divers examens. Cours spéciaux pour

enfants de 6 à 11 ans,

Rentrée le 3 octobre

A partir du 1-R octobre

LUU0Q]

actuellement rue des Fleurs, 22, sera transfé-

rée Villa Ste-Marie des Champs, Toulouse,

point terminus du tramway n° 22.

L'installation, complètement réorganisée,

présente tout le confort moderne. Chauffage

central, vaste préau, trois hectares de parc.

L'établissement recevra comme par le passé

pensionnaires, demi-pensionnaires et exter-

nes, et préparera aux divers examens.

Ecole Saint-Stanislas

4. Boulingrin (Grand-Rond), Toulouse

Classes de 6S classique 7 e , 8", 9", 10 e .

Rentrée le 3 octobre.

L*3 :&2

"S 9

ài)5 ie? Villes d'Ea

LE PLUS CBAND MUTILR OB TCtn.OWSE

qm se tient toujours a la déposition des per

sennes qui voudraient nien lui faire leurs

commandes de tous vêtement* tri/v>tés

Onsoiencteux clans son travail, exécuté sur

nue machine perfectionnée avec ses laine»

et ses solee de qualité supérieure, tels sont

les fer.teuti oui lui font la renommée crro.

EAUX-BONNES : M. Marmayou, libraire.

LAKAUNE.LES.BAIWS i M. Aimé CabroL

LUCHON : Mina Dourteau, journaux ;Mine Es-

trade tabac .

LOURDES t M, Jacqulnot, 17, rue de la Grotte.

LOUftES-BARBAZAN l M. J. Raysot.

LA NOUVELLE : Mlle l"5éphitie l^irmeL

PIERREFITTE-NESTALAS i M. Gerde, re-

traité..

QUILI.AN : M. François.

HENNÉIS-LES-SAINS : M. Flamand, «ol

SAI-IES.DE.BieA«N ! M. Blnet, dénOSl

M. Léon Cères

Ecole Moderne d'Enseignement

général par correspondance. Recommandée

par le Bulletin de l'Institut Catholique de Pa-

ris, 50, bis, rue Violet, Paris (XV»). Cours pri-

maires et secondaires, préparation aux bre-

vets et baccalauréats. Benseignements gra-

tuits.

Fondée en 4900

49, bis. Boulevard de Strasbourg,

Angle de la rue Saint-Bernard]

Place Matabiau-Saint-Sermn, Toulouse

Dirigée par Mme M. Noubel

Professeur

Lauréat de l'Institut Sténographique

de France

Préparation aux diverses carrières féminine^ :

de l'Administration des Secrétariats, M

Commerce et de l'Industrie.

Leçons et exercices pratiques ':

Sténographie Duployé-Institut

Dactylographie

Comptabilité et Administratioa

Correspondance commerciale

Economie Politique et Droit .Usuel

Géographie économique

Diplômes de Sténographié

de l'Institut Sténographique de Franc| |

Placement gratuit des Elèves

Tous travaux de Sténographie

et de Dactylographie

L'Ecole Normale de Sténo-Dactylographie*

49 bis, boulevard de Strasbourg, angle de la;

rue SaintBernard, par la valeur de son en-

seignement, son «installation de travail, sa'

situation centrale, présente toutes garantie^

à ses élèves.

cols Sss Notariat Sa Maise

Ouverture des Cours 5 3 novembre 1924

ECOLE PRATIQUE de Droit : Préparation;

aux concours administratifs; contributions di-

rectes. Ouverture ; 6 octobre.

Enregistrement, magistrature. Ouverture 1

3 novembre.

Siège des Ecoles j_8. rue des Puits-Creusés.

Ecol© B©r>li-fczi

37, rue d'Alsace-Lorraine.

Entrée : 52. rue de la Pomme, Toulouse,

Langues vivantes — Préparation aux exaV

mens — Traductions — Correspondances.

Des professeurs nationaux expérimentés!

enseignent d'après la méthode Berlitz, qui ne!

peut être employée en dehors de l'Ecole. Bu-

reau de 9 h. à 18 heures, ,

Ecole-Libre ©t Pensionnat

Ste-Germaine

Route d'Albi — Croix-Daurade (Tonlousejl

Enseignement primaire pour jeunes filles —»

cours de piano et do solfège. — Reçoit des

pensionnaires, des demi-pensionnaires et des

externes. — Classe enfantine. — Avantages"

du grand air tout en étant à proximité de la)

ville.

issUhiiion Sainte-Marie

MOMTESQUIEU-VOLVESTRE

Education chrétienne. — Enseignement pri-

maire pour jeunes filles—-Ménage—-Couture:

— Musique. — Pensionnaires. — Demi-pen*

1 sioniiaires. — Prix modérés

Rentrée le 2 octobre.

Concession de TOULOUSE

Direction : 1, Place Saint-Pantaléon, 1

Préparation aux concours administratifs t P. T, T., Ponts et Chaus-

sées, Douanes (cours nouvellement créé). Prix au mois.

Préparation aux «arrières commerciales : Sténo-Dactylo, Commerce,

Comptabilité. Correspondance comm., etc. Prix au mois et à forfait*

Division « Futurs négociants » : Commerce, Comptabilité, Surveil-

lance "t contrôle, Droit commercial, Droit fiscal, etc. Durée une an-

née. Ouverture octobre.

Division « Futurs employés » : Préparation aux emplois de secré-

taire, Caissier, Aide-Comptable, Comptable, Chef comptable, exper>

comptable eto.

Placement gratuit des olives. Inscription à tonte époque de l'année. Programme sur demande

La plus grande école spécialisée pour l'instruction teohniquo comemroiale, possédant

65 établissements en France et à l'étranger, formant des élèves par milliers et leur oi-

frant chaque année plus de 15.000 emplois. — Diplômes de fin d'études. Sténograpriie t

100 mois (commercial), 150 mots (supérieur), Daotylographie : 30 mots (commercial}, u

mots (supérieur), Comptabilité. Suivant degrés ; certificat de teneur de livres, ûipiomeae

comptable et d'expert comptable.

ECOLE PSGIEIB

Ecole pratique de commerce fondée en France en 1850

Section des

DAMES

1, Pl. St-Pantaléon

Section des

ic-ïOîM-MES

20, Rue Lafayette

SALIES-OU-SALAT

PeVrel

SAINi.ANTGNIN , M. 1<

SAlMT.f-.KfV» M. Dedlei

SAINT-GAUDENS t M. M(

USBIT-LES-BAINS i M.

8AINT-JEAN-DE-LUZ I \

clielou.

VIOHV : Bibliothèque gai

Deville, 54, rue de Part*

rdinand M.kjuei.

i ; M. Puységur.

ntaut.

HuUle. tabacs.

Mme Armand Po-

ire i librairie Jean

GUÉRISSEZ VOS DOULEURS ! Rhu-

matisants, goutteux, arthritiques, si |

vous essayez, mûiof en travaillant,

l'Bllxlr antirhumatismal suédois, pré-

paré par M. Georges CRANIER. phar-

maclen de 1" clasee, ex-élève de La-

boratoire des cliniques des hôpitaux,

CAYLUS (Tarn-St-Garonne), tous vos 1

malaises disparaîtront en peu de Jours, i

vous n'aurez plus de névralgies, d'ac I

cès de goutte, da crises rhumatismales

et de coliques néphrétiques. Prix du j

flacon contre remboursement : S fr. 50.

TtiAVAUX FuNÉRAlBES i:l RELiGifcUX

Monuments, Caveaux. Croix, Pserrev tombales

et tous travaux de bâtisse et constructions,

pour Toulouse et la région.

ESCOURBIAC, 2, S et 10. Allées Torre-Cabade.

TOULOUSK

Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés


: c moleskine, à souf- ÏDmtCQC écolier, cuir façon croco, garnie, n «r

te

flet, donblées toîle,

rlWvuwC neuf pièces. La trousse..(i.... £,«fD

29 c. 32 «. ISc. SS c.

.j» mine de. piomb. Pièce,

i-©

0.15. • .-rj

7.'? 5 H La dou7.ntnc !,Ud

• en oci « toile caoutchoutée, à sonSet.

i3 29 c. 32 c. 35 c. 88 c. PLOMB carton laqué, décore. 1.95

"~?.~45" "gras QAS Tô"."so

UIlCCffiT rlECF35AJF'E * moleskine briilonîe, pour écolier.

HWICllt 26 c. 29 c. 32 c. 35 c.

3..7S 4.3 4.4B 4.1Î3

Dâii;E?.3 100 pages.

o "écolier, rc;/fc travtaàafcge.

,fos W.IiiùTO 20 pages 28 ptifief *P pose»

i M

O.tO O.ÎS *>.RO


couverture o:;trn

p mm » AD GAP1T8LE forte , avec

~ don lotie, 100 pagf.s. Kxcoptionnel ... 0.55

ifs Mflf|M£$ DUMé, papier vergé extra, couverture

KlWHsuH rusticpie.

40 nages 60 pages 80 pages 96 Pjjjei

o.ae ©74s~~ o..ss ©.«if

couverture Lyon,

taira. % page» .. .

papier écolier uni, Ira vers on

Sftr'Mù. La manu.

ït&A nnfifiSJiïïtvr» papi^ vergé extra, couverture cuir

9 114 VW-x y2 prises 240 P3g«w_ 2BS pa^es

STfe S.'i.ô

da dowxe crayffRs de couleur entres,

£, éloi. ,..... . i-75,

e ' i " u8 * u! ' e

PSJ.lliPOr.TrrP «nîant eoton noir tissé et j en

UiMUcjotl lEO diminué. Le 6 ans 4.Î)U

Augmente de ©.25 par 2 ans jusqu'à 14 ans.

nin coton côte fine, pied diminué noir ou j np

DAg cuir. Le 6 ans 4.t0

Augmente de 0.50 par 2

3

ans jusqu'à 14 ons. o

DflTTrn lacet, box calf, noire, petit talon. i

, de 3 lu-osses bonnr qualité. BUTTES Du 24 au 27 Zi §0 ce

Dimension 20x18. 6.75

Du 28 au 34.

.80

nftlTC J,t>!s blanc, longueur HTi cent., contenant

en veau noir, semelles chevillées. O

LWIlE ariioles de loilelto bonne dualité. n oc BOÎTES Du 28 au 84 35 » s»

La boite complète, 13.SO- La liôflc vide... O.DD

Du 35 au M 39 » SB

CHEMISES fœW^ÛW. 3.95

" Petlt-Poccot" p- filletles, O

Augmentation rie O.SO par 5 c/m jusqu'à 100 cm. PAMPUHEI tatîetle, pet. bouts, maflehe mode. 18.90 va

\M Culotte fermée assortie, le 26 c/m... 6,@£> PKArPIICSJ nouveauté pour fillettes, en ,»

tz

Augmentation de Q.50 par 5 c/m jusqu'au 55 c/in.

M

bfTHrCLICn joli fentre, tous colorie moàe. lb.JU ct>

fini ira écolier satin coton noir extra fort, gnr- DCI HM!2~ caoutchoutée pour lillcltt, article soi- &.

lHDUi.it çonnet ou fillette, lorme blouso < u rCURmC gné, longueur 50 c/m .... _S

boutonné devant. Le 6â c/m il "

Augmeutalion de 1 fr. par 5 c/ni jusqu'au 120 c/m.

Augmentation de 3 Fr. par taille de 5 e/m. l4.aU 2S

;n tennis couleurs pour Butants, irt^n

Co BERET miX^"?^.?^^* 5^95 |

plastron uni srms'col'

Taille :?8. lU.L'U

Augmentées do 1 fr. par 2 tailler, jusqu'au"26. iJfSQTIlWî: Garconn.t, forme touriste, en balle

UWOluiflt draperie chinée, martingale volante •

ftiJiriuiRrp de nuit 'garçonnet shirting renforcé de 9 à 12 ans de 13 à 15 ans

UUi.mlu/CU garni galon rouac, col rabattu, .n rn

Taiilc 23 : 10.90. Taille 30 I Z.Ûli 65 »r. 75 Ffi.

Augmentées de t fr. par 2 tailles jusqu'au 30.

écossais panr robes de flliettes,

(fin sport coton noir, revers fantaisie, p -ir

largeur 95 c/m 15,95

Ma Le 6 ans 5,15

Augmentation de O.SO P°r 2 ans jusqu'à 14 ans.

belle qttâltfe, carreaux bleus, uolrs,

VICHY rouges et teintes uuies, lOOc/m 4.05

(Vis ry coton écru bonne qualité, 3 boutons, « ni

CrnXl manches longues. Le 6 ans >L8' ««•s coton noir pour tabliers d'écoliers, r nr

Augmenté de O.SO par 2 ans jusqu'à 14 ans. i f H larg. 130 c/m : 7. «5, - 100 c/m. 0.S5

Gr£ d çBoîx de I>rap êe pension, Coton écru et blanchi, Linge de toilette ,Mouchoirs , Ceintures cuir |

WK& Wfmm mm 6t «T st d'IiliLLMg $m m &m à partir éz 2g Friaes MM^&m

CAPOTE COLLÈGE drap bleu> 80

COSTUME COLLÉGIEN cheviotte bl P e rTx. le 12 ans - ^^

COSTUME NORFOLK Ve,our8 C % 1 &'":. 49, 62

LEMNE VOSGIENNE moUeton bl pri^°. Dg :. 0 :!!-..

garçonnet satin noir plis, le 0,60.

Uqueur*

Tonique et Digestfvflf

PUR SUCRE

LA REINE DÛS CRÛMES

DE MENTHE

ttendu ilm fe PIPPERMIXT

es! le Meilleur des HaFrakhlsserjtm

fe^t.sias-GET FR£RES-»Em.

More magazines by this user
Similar magazines