Soldats ambassadeurs sous le Directoire, an IV-an VIII - talleyrand

le.prince.de.talleyrand.fr

Soldats ambassadeurs sous le Directoire, an IV-an VIII - talleyrand

LA MISSION DE CLARKE

Alvinzi à la fin d'octobre. Une quatrième campagne

s'ouvre et conduit les Autrichiens aux journées

d'Arcole, — l'J-lT novembre.

Donc, au commencement de novembre 1796,

l'Autriche espère encore réparer par un nouvel

elFort, les défaites subies depuis sept mois et le

tout puissant ministre de l'empereur, le baron de

Thugut, ne songe aucunement à la paix. De son

côté, le Directoire exécutif ne se leurre pas outre

mesure des avantages remportés jusqu'en octobre

en Italie. Les conquêtes au delà des Alpes parais-

sent bien lointaines et incertaines. On les considère

surtout à Paris, — dit M. de Sybel, — « comme des

instruments diplomatiques propres à faciliter Tac-

quisition de la Belgique et des provinces rhé-

nanes. »

Au moment même oii Alvinzi allait commencer la

quatrième campagne, le Directoire s'était donc

décidé, malgré certaines objections formulées par

Bonaparte, à tenter de négocier séparément avec

l'Autriche pendant que des négociations générales

continueraient à se poursuivre à Paris avec lord

Malmesbury. Puis, le principe de négociation

séparée une fois admis, il avait fallu trouver un

négociateur. Carnot pensait qu'un général pourrait

seul traiter utilement les questions politiques et

militaires, et il proposa à ses collègues, dans la

ance du 22 brumaire (12 novembre), d'envoyer à

Vienne même, avec des pouvoirs extraordinaires,

un de ses protégés, le général Clarke.

L'idée de l'envoi direct à Vienne d'un négocia-

More magazines by this user
Similar magazines