Views
5 years ago

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Le paradoxe chez ... - e-Sorbonne

UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE Le paradoxe chez ... - e-Sorbonne

Bien que la proposition

Bien que la proposition ne soit pas en soi un paradoxe (la lumière ayant un rayonnement limité, elle se voit entourée d’obscurité), d’une part le contexte proche du poème qui vient d’énoncer un paradoxe temporel (l’inversion du cours des heures) et d’autre part le contexte général de la poésie talensienne (où, selon notre postulat, le paradoxe est très présent) font que le lecteur peut être amené a réunir les termes sombra et luz dans une association paradoxale comme le suggère leur position finale. Nous retrouvons le même type de schéma issu de l’effet de spatialisation avec d’autres paires paradigmatiques comme l’un et le pluriel (« Nunca los cuerpos solos en su soledad, / siempre aislados en la multitud » 518 ) ; la folie et la lucidité (« la violencia con que el azar las leyes / niegan la lucidez de la locura / optar por la locura de la lucidez » 519 ) ; l’amour et la haine (« (…) ese volumen / que alguien llamó misterio algunos odio / y otros más cautos simplemente amor » 520 ). A travers cette série d’exemples, nous n’avons abordé que les cas où les deux termes mis en position cataphorique appartenaient à des paradigmes opposés, créant ainsi des associations. Néanmoins, le second grand type de structure paradoxale que nous avions définie dans la première partie, la dissociation, peut également utiliser le même effet de spatialisation. Le cas le plus révélateur de ce procédé est la répétition en position finale du même terme. Alors que leur place identique semble renvoyer directement à leur identité sémantique, la syntaxe en revanche indique une négation d’identité. L’effet de spatialisation insiste alors sur la frustration de cette identité entre la répétition des deux termes. Nous pouvons en trouver un exemple dans le poème Inscripciones : Vuelvo así, desde un tiempo que está fuera del tiempo ; 521 Malgré la répétition à l’identique du même terme dans la même position, le lecteur se trouve néanmoins face à une dissociation. L’identité que supposent le sémantisme et l’effet de spatialisation rejoint la doxa du lecteur pour qui le temps est un et immuable. Mais le reste de la proposition nie cette conception du temps au profit d’une notion plus complexe où il existe plusieurs ligne de temps dont une ne se définit paradoxalement pas par rapport au temps luimême. Il y a donc une forte tension entre la proposition paradoxale et l’effet de spatialisation qui a pour conséquence de renforcer le sentiment paradoxal du lecteur. 518 LA, p. 124. 519 CS, p. 208. 520 LA, p. 77. 521 LA, p. 161. 250

Pour leur part, les propositions dont les pôles sont en position anaphorique proposent les mêmes fonctionnements. Nous pouvons ainsi trouver principalement des associations entre les paradigmes du début et de la fin (« la mort où tout repose c’est le but le zéro / le recommencement double corps où je flotte » 522 ) ; de la lumière et de l’obscurité (« Tú, oscuridad de la que yo desciendo, / ilumíname ahora en la penumbra » 523 ) ; ou encore du moi face au toi : eres yo mismo estoy lleno de ti como la tierra lo está de un río mudo irremisible 524 Remarquons que dans ces vers d’ouverture de Paradís, la superposition du moi et du toi va de pair avec la superposition de ser et de estar. Ceci implique que l’identité entre les deux personnes est valide tant d’un point de vue de l’essence que de l’état : le toi n’est pas qu’un sujet extérieur servant de miroir au moi, et permettant de ce fait son existence et sa reconnaissance. Ils partagent une essence commune, une nature fondamentale indifférenciée. Toutefois, si les pôles des propositions paradoxales sont régulièrement placés à la fin des vers en position cataphorique, la figure inverse de l’anaphore est pour sa part beaucoup moins courante. Nous retrouvons encore une fois l’importance de la position finale chez Jenaro Talens où, dans le cadre du paradoxe, tout fonctionne comme si la voix poématique constatait d’abord un état (du monde l’environnant, de lui-même ou de l’autre, etc.) et que cette vision contenait elle-même une nature paradoxale, source d’un sentiment d’étrangeté, de désarroi. La présence finale du paradoxe si majoritaire pourrait alors signifier ce processus de perception d’abord, puis de sentiment paradoxal. Dans cette perspective, la poésie talensienne ne part pas d’une théorie préalable basée sur le paradoxe, mais au contraire d’une appréhension qui subit la nature paradoxale de sa propre nature. 4.4. Le cas des enjambements La figure de l’enjambement par sa nature englobe plusieurs effets de spatialisation, et par là multiplie les possibilités de création de sens. Cela en fait un outil poétique très 522 CS, p. 117. 523 LA, p. 119. 524 LA, p. 284. 251

  • Page 1:

    UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE ÉCOLE D

  • Page 4 and 5:

    4.3.1. Nature des pôles………

  • Page 6 and 7:

    2.3. Le miroir…………………

  • Page 8 and 9:

    6. Le rythme paradoxal…………

  • Page 10 and 11:

    INTRODUCTION GENERALE 10

  • Page 12 and 13:

    porque no es luz 6 el subterfugio d

  • Page 14 and 15:

    Sur la base de cette différance, d

  • Page 16 and 17:

    paradoxal qui en résulte le pousse

  • Page 18 and 19:

    Veo cómo su ingravidez gotea desde

  • Page 20 and 21:

    Le XXème siècle poursuit l’évo

  • Page 22 and 23:

    La notion d’évidence, qui a donn

  • Page 24 and 25:

    Le paradoxe logique part donc de la

  • Page 26 and 27:

    Le sentiment paradoxal naît ici de

  • Page 28 and 29:

    chaque époque ou société corresp

  • Page 30 and 31:

    - Pour finir, la doxa est indissoci

  • Page 32 and 33:

    Economie d’effort intellectuel bi

  • Page 34 and 35:

    sentiment de soi, et ne pas avoir

  • Page 36 and 37:

    siècle : Jakobson et Meschonnic. C

  • Page 38 and 39:

    paradoxe qui part du sentiment para

  • Page 40 and 41:

    il convient de remettre celui-ci au

  • Page 42 and 43:

    englober et pourrait paraître comm

  • Page 44 and 45:

    d’une signification particulière

  • Page 46 and 47:

    la chaîne discursive. Les trois di

  • Page 48 and 49:

    paradoxe dans la poésie talensienn

  • Page 50 and 51:

    Nous avons choisi de diviser notre

  • Page 52 and 53:

    Domingo Sánchez-Mesa Martínez dan

  • Page 54 and 55:

    poème est en fait un extrait recop

  • Page 56 and 57:

    que tous les éléments du paradoxe

  • Page 58 and 59:

    el día. Pero no muere. Nada muere.

  • Page 60 and 61:

    par la difficulté conceptuelle qu

  • Page 62 and 63:

    La voix poématique définit deux

  • Page 64 and 65:

    - Una flor. ¿Una flor ? Bruma. ¿B

  • Page 66 and 67:

    traduisent par soit la répétition

  • Page 68 and 69:

    4.1. Types de propositions menant

  • Page 70 and 71:

    Enfin la dissociation peut se forme

  • Page 72 and 73:

    - (…) un sueño que no es sueño

  • Page 74 and 75:

    longues, moins percutantes, et souv

  • Page 76 and 77:

    Muerte que instaura que dispersa mu

  • Page 78 and 79:

    L’eau et l’air sont deux élém

  • Page 80 and 81:

    Le substantif nombre est d’abord

  • Page 82 and 83:

    historia existe. 161 ) jusqu’au d

  • Page 84 and 85:

    Parmi d’autres rajouts faits au v

  • Page 86 and 87:

    L’association entre les deux pron

  • Page 88 and 89:

    elation paradoxale définie : si le

  • Page 90 and 91:

    La deuxième possibilité d’entor

  • Page 92 and 93:

    autant l’absence que la présence

  • Page 94 and 95:

    des deux pôles mais semble aussi d

  • Page 96 and 97:

    Ce fragment nous propose d’abord

  • Page 98 and 99:

    détail les paradigmes sur lesquels

  • Page 100 and 101:

    Nous proposons ici l’étude du pa

  • Page 102 and 103:

    I - Les paradoxes du réel PREMIERE

  • Page 104 and 105:

    A cela Diderot rajoute l’importan

  • Page 106 and 107:

    La distinction entre le langage et

  • Page 108 and 109:

    provoque. De cette incapacité prem

  • Page 110 and 111:

    est aussi une contradiction puisque

  • Page 112 and 113:

    Comme il est dit dans d’autres po

  • Page 114 and 115:

    es más profunda y dulce que el olo

  • Page 116 and 117:

    lumière / obscurité. Cependant, s

  • Page 118 and 119:

    nier, c’est-à-dire que la nuit e

  • Page 120 and 121:

    S’il semble naturel de relier la

  • Page 122 and 123:

    3. Les paradoxes de l’ouïe 3.1.

  • Page 124 and 125:

    contraires, le début ne s’oppose

  • Page 126 and 127:

    Nénamoins, derrière cet éclateme

  • Page 128 and 129:

    7. Conclusion Les paradoxes liés

  • Page 130 and 131:

    Le point de départ de la définiti

  • Page 132 and 133:

    pero yo soy también mi cuerpo y ex

  • Page 134 and 135:

    l’inexistence et non au réel pui

  • Page 136 and 137:

    La renuncia a un lenguaje que nos r

  • Page 138 and 139:

    Dans cette perspective le poème de

  • Page 140 and 141:

    développe par la suite une sorte d

  • Page 142 and 143:

    du texte. La lecture est donc toujo

  • Page 144 and 145:

    qui consiste à affirmer un état q

  • Page 146 and 147:

    lui-même. La deuxième caractéris

  • Page 148 and 149:

    Outre le fait que la doxa n’accep

  • Page 150 and 151:

    2.4. La mort Puisque la vie se voit

  • Page 152 and 153:

    attendue, à savoir au sein même d

  • Page 154 and 155:

    distinguer un début et une fin, al

  • Page 156 and 157:

    Se aman en el espacio de un instant

  • Page 158 and 159:

    Il y a donc un temps du réel, l’

  • Page 160 and 161:

    Nous le voyons, la notion de durée

  • Page 162 and 163:

    moi poématique. Ceci implique que

  • Page 164 and 165:

    III - Les paradoxes du moi La doxa

  • Page 166 and 167:

    sein de sa production poétique. R

  • Page 168 and 169:

    Ce rejet du moi vient ensuite émai

  • Page 170 and 171:

    présente : le moi est alors en que

  • Page 172 and 173:

    Les dissociations du moi mènent do

  • Page 174 and 175:

    Or si le moi n’est pas une entit

  • Page 176 and 177:

    Ainsi, quel que soit le biais par l

  • Page 178 and 179:

    différente du reste, et réciproqu

  • Page 180 and 181:

    Mais le paradoxe de la fragmentatio

  • Page 182 and 183:

    me différencie des autres, ce qui

  • Page 184 and 185:

    Le fait d’abord que la fragmentat

  • Page 186 and 187:

    2.3. Le miroir L’acte autoréfér

  • Page 188 and 189:

    como un bulto sin rostro hace suya

  • Page 190 and 191:

    Là encore l’adjectif ajeno est u

  • Page 192 and 193:

    elations entre le moi et le poème.

  • Page 194 and 195:

    4.3. Le poème comme recherche du m

  • Page 196 and 197:

    qui oscille entre l’incompréhens

  • Page 198 and 199:

    Troisième partie AXE POETIQUE : PO

  • Page 200 and 201: paradigmatique, si riches en elles-
  • Page 202 and 203: La distinction entre les deux nivea
  • Page 204 and 205: I - Les effets de spatialisation PR
  • Page 206 and 207: paradoxes laisse voir une claire te
  • Page 208 and 209: Dans cet exemple, le paradoxe initi
  • Page 210 and 211: Le moi s’affirme ici clairement
  • Page 212 and 213: el sol. Ahora tu sed, la sombra de
  • Page 214 and 215: conseil au moi sous la forme d’un
  • Page 216 and 217: 3.1. Poèmes dont les paradoxes ne
  • Page 218 and 219: un aluvión de imágenes confusas l
  • Page 220 and 221: la compréhension du monde qui l’
  • Page 222 and 223: même de la stabilité définitive
  • Page 224 and 225: 475 LA, p. 278. la ambiguedad que m
  • Page 226 and 227: cómo mis ojos funden su presencia
  • Page 228 and 229: donde la hierba es dulce a mediodí
  • Page 230 and 231: valides issues de réflexions ou de
  • Page 232 and 233: - la perception qui est d’une par
  • Page 234 and 235: souterrain qu’elles se renvoient,
  • Page 236 and 237: SECONDE SECTION : LES EFFETS DE SPA
  • Page 238 and 239: ou à son rythme 484 , mais par rap
  • Page 240 and 241: Outre le développement du paradoxe
  • Page 242 and 243: etrouvons donc avec la spatialisati
  • Page 244 and 245: Si la plupart des propositions para
  • Page 246 and 247: Ce vers de Cuerpo Fragmentario acco
  • Page 248 and 249: procédé a été particulièrement
  • Page 252 and 253: dynamique et à la grande potential
  • Page 254 and 255: Tras las altas tapias, en las afuer
  • Page 256 and 257: traditionnels, formes fixes propres
  • Page 258 and 259: pour génie d’y insérer leur pro
  • Page 260 and 261: Dans ce premier exemple issu du deu
  • Page 262 and 263: poématique fuit ce corps qui ne lu
  • Page 264 and 265: He aprendido a observar lo que amo
  • Page 266 and 267: parallélisme puisque tous deux son
  • Page 268 and 269: un fort contraste avec le rythme tr
  • Page 270 and 271: 2 (5) 6 pero que ahora es mío 4 (5
  • Page 272 and 273: Enfin, d’une manière beaucoup pl
  • Page 274 and 275: violente du [a] apertural. Le troub
  • Page 276 and 277: prend place dans les premiers vers
  • Page 278 and 279: second ne le fait pas. Afin de cons
  • Page 280 and 281: le rythme naturel de la syntaxe com
  • Page 282 and 283: Ces trois vers qui ouvrent le poèm
  • Page 284 and 285: est constituée de phrases, elles m
  • Page 286 and 287: sentido. Nous pouvons voir ici que
  • Page 288 and 289: composent. Nous avons pu dégager d
  • Page 290 and 291: Après l'analyse de deux poèmes en
  • Page 292 and 293: Ce deuxième exemple de paradoxe di
  • Page 294 and 295: Contradicciones Esa silueta frágil
  • Page 296 and 297: tridécasyllabe, constitué de deux
  • Page 298 and 299: cuanto ignoro de mí, le moi devena
  • Page 300 and 301:

    L’alejandrino apparaît entre par

  • Page 302 and 303:

    Voici donc trois hendécasyllabes s

  • Page 304 and 305:

    Un premier exemple frappant de silv

  • Page 306 and 307:

    Le rapprochement entre la désorgan

  • Page 308 and 309:

    composé de quatorze vers renvoie

  • Page 310 and 311:

    silva nous semble rejoindre l’imp

  • Page 312 and 313:

    ythmique indique non seulement un

  • Page 314 and 315:

    discours 616 . Nous en voulons pour

  • Page 316 and 317:

    nous parlerons alors de paradoxe ex

  • Page 318 and 319:

    troisième par l’ouverture en [s]

  • Page 320 and 321:

    a correr. Me miro desvanecerme al f

  • Page 322 and 323:

    comprend l’affirmation d’une lu

  • Page 324 and 325:

    en [i] font que ces trois termes co

  • Page 326 and 327:

    parallélisme qui indique tant les

  • Page 328 and 329:

    ainsi identique, à savoir un ensem

  • Page 330 and 331:

    Dans ce paradoxe du toi, le deuxiè

  • Page 332 and 333:

    CONCLUSION GENERALE 332

  • Page 334 and 335:

    les textes de Talens et les noms ci

  • Page 336 and 337:

    espacio del poema 654 qui ouvre l

  • Page 338 and 339:

    nada » 659 ) ou de Kerouac (« She

  • Page 340 and 341:

    Teitaro Suzuki 671 , Shinken 672 ,

  • Page 342 and 343:

    tant que tel puisqu’il n’est qu

  • Page 344 and 345:

    paires qui construit les propositio

  • Page 346 and 347:

    le principe de la dualité, et cett

  • Page 348 and 349:

    son sein la dualité, sans s’y re

  • Page 350 and 351:

    Sans nous étendre sur ce poème qu

  • Page 352 and 353:

    paradoxes talensiens renversent les

  • Page 354 and 355:

    Deux énoncés très proches par le

  • Page 356 and 357:

    écupérée par la doxa. Mais au mo

  • Page 358 and 359:

    los cedros y las nubes, la noche qu

  • Page 360 and 361:

    attribuer une fonction de dépassem

  • Page 362 and 363:

    L’objet consiste donc à connaît

  • Page 364 and 365:

    obtient la même réponse : « litt

  • Page 366 and 367:

    Le corps amoureux est omniprésent,

  • Page 368 and 369:

    -(...) mientras arde / un mar que e

  • Page 370 and 371:

    para tus ojos. Vives y contemplas.

  • Page 372 and 373:

    fueran discurso útil, lugar de con

  • Page 374 and 375:

    la carrera empredida construye lo i

  • Page 376 and 377:

    Uccello - ¿Qué esfera ambicionar?

  • Page 378 and 379:

    Cuerpo sin atributos (texte entier)

  • Page 380 and 381:

    - las puertas se abren solas es un

  • Page 382 and 383:

    tanto, relativos. Este principio, s

  • Page 384 and 385:

    ANOMIA Salmo dominical - finalmente

  • Page 386 and 387:

    Relevé des propositions paradoxale

  • Page 388 and 389:

    CARREFOUR ROYAUMONT - El miedo es v

  • Page 390 and 391:

    por el que un río ya cansado se re

  • Page 392 and 393:

    a mi lado, diciéndolo, estás solo

  • Page 394 and 395:

    madres de un sol con que comienza e

  • Page 396 and 397:

    NOVIEMBRE COMO HIPNOSIS - He conoci

  • Page 398 and 399:

    aunque suene en mi oído, con el ru

  • Page 400 and 401:

    o quizá a causa de permanecer, y n

  • Page 402 and 403:

    (ya perdió la costumbre de ser cie

  • Page 404 and 405:

    PROXIMIDAD DEL SILENCIO (1980 - 198

  • Page 406 and 407:

    DE GRADACIONES - Erra por un camino

  • Page 408 and 409:

    VÉRTIGO DEL DESPLAZAMIENTO - y el

  • Page 410 and 411:

    LA VOLUNTAD DE SABER - pienso en m

  • Page 412 and 413:

    ANNEXE 2 Tableau de répartition de

  • Page 414 and 415:

    El sueño del origen y la muerte (1

  • Page 416 and 417:

    su nombre es la mirada que nada mir

  • Page 418 and 419:

    y la apariencia de mi rostro - mi f

  • Page 420 and 421:

    (es como si te desvitieras piernas

  • Page 422 and 423:

    j’aime encore » ; le poème sera

  • Page 424 and 425:

    1982-1994 : Il obtient la chaire de

  • Page 426 and 427:

    BIBLIOGRAPHIE BIBLIOGRAPHIE DE JENA

  • Page 428 and 429:

    - Puntos Cardinales. Poesía 1992-2

  • Page 430 and 431:

    - El sujeto vacío. Cultura en el t

  • Page 432 and 433:

    - “Estructura narrativa e ideolog

  • Page 434 and 435:

    - “Novalis”, Lateral : revista

  • Page 436 and 437:

    COMANY, Juan Miguel, « Más allá

  • Page 438 and 439:

    o FERNÁNDEZ SERRATO, Juan Carlos,

  • Page 440 and 441:

    RUIZ CASANOVA, José Francisco, «

  • Page 442 and 443:

    - CURTO, Natalia, MORENO SANDOVAL,

  • Page 444 and 445:

    Littérature et psychanalyse - ANZI

  • Page 446 and 447:

    - Le crépuscule des idoles (1888),

  • Page 448 and 449:

    Paradoxe - ABITEBOUL, Olivier, « L

  • Page 450:

    RESUME en français Ce travail de d

La monumentalité urbaine - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
au nom de l'art-v10-web.pdf - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Mémoire Segre Amar - Université Paris-Sorbonne
Photographies - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
JOURNÉE DE RENTRÉE - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
L'officier de Marine - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
JOURNÉE DLÉTUDES - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
JOURNÉE D'ÉTUDES - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
la démocratie des regards - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
:tLOQUENCE D'·VN MONUMENT Chez 'U n e e n q u ê t e de
UNIVERSITÉ PARIS IV – SORBONNE - e-Sorbonne
UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE - e-Sorbonne
UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE - e-Sorbonne
UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE - e-Sorbonne
UNIVERSITÉ PARIS-SORBONNE - e-Sorbonne
UNIVERSITE DE PARIS 1 – PANTHEON-SORBONNE - E-ajd.com
Hardy, MELEAGRE - CRHT - Université Paris-Sorbonne
Télécharger le document - CRLC, Paris Sorbonne - Université Paris ...
Les préverbes et prépositions en bulgare - Université Paris-Sorbonne
La Bible illustrée par Marc Chagall - Université Paris-Sorbonne
Université de Paris-Sorbonne, Paris IV Ecole doctorale Concepts et ...
télécharger - LaLIC - Université Paris-Sorbonne
Paradoxe et mystère Logique théologique chez Henri de Lubac