Téléchargez votre magazine - Ville de Blois

blois.fr

Téléchargez votre magazine - Ville de Blois

numéro 77 - septembre 2011

www.blois.fr

VILLE - AGGLO CULTURE

Rencontre avec Marc Gricourt

et Christophe Degruelle

Rencontre ncontre avec

Marc c Gricourt Gricourt et

Christophe he Degruelle

L'exposition

Speech Objects

mag

Agl'eau

Le centre aquatique


URBANISME

La 1 ère étape

du PLU est

franchie

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

01


02 BLOIS mag

| numéro 77 | septembre 2011


ÉDI

T O

du MAIRE

C'EST UNE RENTRÉE PLACÉE SOUS LE SIGNE DU

CHANGEMENT. Beaucoup de projets sortent de terre, signe

que la ville change et qu'elle sait se doter d'équipements à la hauteur

de son potentiel.

Lors du dernier conseil municipal, j'avais annoncé que le nouvel espace

polyvalent situé dans les quartiers nord de Blois porterait le nom de Jorge

Semprun. Grand témoin du XX e siècle, luttant jusqu'à la fin de sa vie contre

toutes les formes de barbarie, il était porteur d'un idéal de paix, de démocratie,

de justice et était très attaché à la liberté de conscience. Il était aussi un

immense écrivain et nous sommes nombreux à nous souvenir de l'énergie

qui l'animait lorsqu'il a présidé les Rendez-vous de l'Histoire en 1999 ou

lorsqu'il participait au prix Roblès. Il me paraissait opportun de baptiser ce

nouvel équipement structurant pour toute la ville du nom d'un personnage

qui portait haut les valeurs républicaines.

Mais avant cela, le 29 août nous accueillerons avec joie l'ouverture du

centre aquatique dénommé "Agl'eau". Ce centre était attendu par beaucoup

et a pour vocation d'accueillir tous les habitants de l'agglomération.

Ce projet, porté par Agglopolys et soutenu par la Ville de Blois, ainsi que la

réalisation à venir d'une salle à vocation sportive, culturelle et de congrès,

sont les signes, pour ceux qui en doutaient, que le tandem Ville-Agglo

fonctionne bien.

Toujours au chapitre des nouveautés, l'école Ferry ouvre ses portes

ces jours-ci, les travaux de l'école Mandela viennent de se terminer et

la signalétique commerciale attendue par les commerçants blésois depuis

longtemps a été installée durant l'été. Education et développement

commercial demeurent deux priorités majeures de notre action.

Marc Gricourt et Sonia Bompastor, capitaine de l'équipe de France de football,

à l'occasion de sa venue à Blois le 21 juillet dernier avec les enfants du Stade ouvert

"Beaucoup de projets

sortent de terre, signe

que la ville change et

qu'elle sait se doter

d'équipements à la

hauteur de son potentiel"

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

éd t

édito

© Thierry Bourgoin

03


BLOIS

04 mag | numéro 77 | septembre 2011

© Thierry Bourgoin

© Thierry Bourgoin


1/ DES LYRES D'ÉTÉ : La Guinguette au port de

la Creusille, l'exposition "Blois - Grand format" de

Jean-Philippe Thibault et le concert de Stromae

le 13 juillet ont rythmé la période estivale

2/ TOUR KENNEDY : Emotion palpable lors

de la démolition de la tour Kennedy dans le

cadre du Projet de rénovation urbaine

3/ POLICIERS EN VTT : Retour attendu d'une

police nationale de proximité avec la création

d'une brigade VTT au commissariat de Blois ;

brigade qui sera la bienvenue aux côtés de la

police municipale

4/ DÉMOLITION DE L'ÎLOT DUCOUX :

Nouvelle étape dans le réaménagement du

quartier Gare avec la démolition d'une partie

de l'îlot Ducoux

5/ BLOIS - AZROU : Signature le 13 juillet

dernier d'un protocole de coopération avec

la Ville d'Azrou au Maroc

6/ TOTEMS INFOS COMMERCES : Installé

en juillet dernier par la Ville, ce nouveau dispositif

de 10 totems vise à renforcer la visibilité des

commerces avec notamment un plan par quartier

précisant la localisation des commerçants

7/ BLOIS-PARIS ILLICO : Forte mobilisation

des élus locaux en gare de Blois le 5 juillet dernier.

Marc Gricourt et Christophe Degruelle ont

ensuite été reçus au cabinet du Ministre des

transports pour évoquer le cruel manque de

qualité actuelle du service, le projet de cadencement

ainsi que le futur tracé LGV "Ligne Grande

Vitesse Paris – Orléans – Clermont-Ferrand – Lyon "

8/ CHANTIER INTERNATIONAL DE JEUNES

BÉNÉVOLES : Échanges et découvertes au

programme du chantier organisé par la Ville et

l'association Concordia qui visait à rénover

l'espace jeunes La Fabrique (ex Arc-en-Ciel)

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

retour t en images

05


BLOIS mag

Directeur de la publication : Marc Gricourt

Directeur de la communication

et de la rédaction : Benoît Colin (50 19)

Rédactrice en chef : Aurélie Belair (55 40)

Rédaction : Françoise Huard (55 32), Chantal Sommier (50 19),

Virginie Perchenet (55 35), Frédéric Pavy, Mary Cheynel,

Camille Jaunet, Anne-Sophie Perraudin,

Marie Remande-Archer, Michel Lemay,

Richard Ode, Alain Amiot, Quentin Hérel

Maquette : Anne-Marie Fontaine (55 41),

Claire Daniels (50 11)

Photographe : Jean-Philippe Thibault (52 43)

Photo de couverture : Jean-Philippe Thibault

Photo Speech Objects : Musée de l’Objet / Ecole d’art

de Blois-Agglopolys

Publicité : Françoise Huard (55 32)

Impression : Ouest Impressions Europe

Tél. 05 49 65 01 75

Distribution : pour signaler un problème de distribution,

contactez la Ville de Blois

au 02 54 44 50 19

Ont collaboré à ce numéro : Aire publique, Laura Mirq,

Frédéric Mandard, Marie-Jeanne Boistard,

Marie Tassigny, Jean-Marie Génard, Adèle Gagnier

Blois mag est édité par la Ville de Blois

9, place Saint-Louis - 41000 Blois

06 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

Courriel : bloismag@ville-blois.fr

Dépôt légal septembre 2011 - ISSN 1633-7557

Tirage : 27 000 exemplaires.

Pour joindre votre correspondant, composez

le 02 54 44 suivi du numéro entre parenthèses.

TM

BILAN CARBONE

selon la méthode

développée par l’ADEME

La Ville de Blois s’engage pour l’environnement.

Ce magazine est imprimé à l’encre à base végétale

sur un papier issu de forêts gérées durablement.

20-21

© skylantern.fr

14-17

24-27

07 Portrait

Sonia Bompastor

08-11 Intramuros

13 Travaux

14-17 Dossier

Le centre aquatique

ouvre ses portes

18-19 Quartiers

20-21 Développement

durable

La tête dans les étoiles...

et au-de

24-27 Entretien

Ville - Agglo :

rencontre avec Marc Gricourt

et Christophe Degruelle

28-29 Culture

Un "Musée" qui change

d'objet

30-31 Focus

Plan local d’urbanisme

33 Sport

La fête du sport

35 Histoire

Le Président Charles

de Gaulle à Blois en 1959

36 Chroniques

37 Agenda

38 Tribune


Portrait

CERTES, SONIA BOMPASTOR

EST TOMBÉE DANS LA

MARMITE DU FOOTBALL

QUAND ELLE ÉTAIT TOUTE

PETITE. Mais son chemin, elle l’a tracé

toute seule, avec talent, opiniâtreté et

féminité !

Quelques jours avant de reprendre l’entraînement

et de rejoindre Lyon où elle

joue, Sonia Bompastor a fait escale chez

elle, à Mer. "Ma famille est très importante."

L’aventure de la capitaine des Bleues lors

de la récente Coupe du monde marque

pour la jeune femme qui a déjà préparé

sa reconversion, une prolongation de

carrière sportive. "J’ai 31 ans et j'envisageais

d’arrêter la compétition. Mais la qualification

pour les Jeux olympiques de Londres a

changé le programme et l’année d’après, ce

sera la coupe d’Europe. Alors je continue,

un peu, avant de privilégier ma vie privée."

Avec un papa arbitre et un frère aîné footballeur,

Sonia passait ses week-ends sur

les bords des terrains. "Je m’amusais toute

seule avec un ballon. Je jouais aussi avec

mes copains à l’école. À 8 ans, j’ai intégré

l’équipe de Mer. C’était super, j’étais la chouchoute."

Et la demoiselle se débrouille

plutôt bien balle au pied. Sauf que la

mixité s’arrête à 12 ans ! Heureusement,

une équipe féminine existe à Thoury…

Repérée par le club de Tours, elle entre

en sports études à l’âge de 16 ans. Et en

même temps que l’obtention de son

BEP action

vente, elle découvre

le sport

de haut-niveau

et ses exigences.

"J’ai eu la chance

qu’en 1998 se crée le centre technique à

Clairefontaine pour les filles. J’étais en

équipe de France jeunes à l’époque et l’ai

intégré."

Après Tours, Sonia jouera à La Roche-sur-

Yon, puis à Montpellier. Quatre ans plus

tard, elle rejoint le seul club féminin entièrement

professionnel, Lyon… Qu’elle

quitte pour une escapade de deux ans à

Sonia

Bompastor

en 5 dates

Le 8 juin 1980

Naissance à Blois

1998

Rejoint le Centre technique du

football féminin à Clairefontaine

2006

Recrutée par Lyon, seule équipe

française entièrement composée

de pros

2009

Départ pour Washington

pour deux saisons

2011

Demi-finaliste de la Coupe du

monde de football et vainqueur

de la Ligue des champions avec

l'Olympique lyonnais.

Sonia Bompastor cultive sa féminité comme

son mental de championne !

Washington, avant de revenir l’année

dernière. Sans oublier l’équipe de France

qui a "explosé" cette année. "L’équipe de

France est une vitrine. Et j’espère bien que

l’engouement suscité autour de nous cet

été va permettre de développer nos structures

et faire venir le public et les médias".

Il n’y a, en France, que 5.500 licenciées.

"Nous ne pouvons pas nous comparer au

foot masculin et je ne sais pas si cela serait

une bonne chose."

"développer nos structures

et faire venir le public et les

médias"

Si Sonia était un

"garçon manqué"

dans son enfance,

elle est devenue

une jeune femme épanouie et coquette.

"Les gens qui nous imaginent en vêtements

de sports tout le temps se trompent." Croisez

Sonia, ses cheveux blonds coupés au

carré, ses yeux verts légèrement soulignés

et sa silhouette menue dans une

tenue estivale et vous comprendrez que

la capitaine de l’équipe de France tient à

sa féminité autant qu’à ses performances

sportives !

BLOIS

mag | numéro 77 | septembre 2011

07


intramuros

La fête de l’enfance

fait ses premiers pas

LE 17 SEPTEMBRE AURA LIEU LA PREMIÈRE JOURNÉE DE

L’ENFANCE ET DE LA FAMILLE "ENFANT - PHARE". Cette biennale

qui se déroule en alternance avec le Forum Jeunesse, est consacrée aux

plus jeunes (0-11 ans) et se veut à la fois un lieu de réflexion et de

loisirs. "Le temps" est le thème de cette édition. Il sera notamment au cœur de

deux grandes conférences, sur le rythme scolaire et les étapes du développement

de l’enfant. Au-dede la plate-forme dédiée aux débats, les visiteurs

pourront déambuler à travers des espaces de loisirs, d’expositions, de détente

et de restauration. "L’idée, c’est que l’on puisse venir en famille et qu’il y en ait

pour tout le monde", résume Yann Bourseguin, adjoint au Maire en charge de

l'éducation, en citant entre autres la présence d’une garderie et l’organisation

de nombreux jeux. Un chocolat dansant ponctuera l’événement.

· Journée de l’enfance et de la famille

Samedi 17 septembre 2011, à partir de 10h

Espace Jorge Semprun / Plaine Croix-Chevalier

25 rue Jean-Baptiste Charcot

Programme complet dans les lieux publics et sur www.blois.fr

L'Espace Jorge Semprun

08 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

Listes électorales :

plus que quatre mois

pour vous inscrire

et voter en 2012 !

Vous avez 18 ans ou les aurez au plus

tard en 2011 ? Vous venez d’arriver

à Blois ou avez changé de quartier ?

Pour vous faire entendre et exercer votre

droit de vote, inscrivez-vous sur

les listes électorales avant le 31 décembre

2011. Muni(e) d’une pièce d’identité et

d'un justificatif de domicile, présentezvous

en mairie ou mairies annexes afin

d'effectuer cette formalité. Pour mémoire

: le 22 avril et le 6 mai 2012,

élection présidentielle, et les 10 et

17 juin, élections législatives.

Renseignements : 02 54 44 50 50

Baptisé Jorge Semprun, le nouvel espace polyvalent, situé rue Charcot est un lieu destiné

aux familles, aux associations, comités d'entreprises, aux manifestations et réunions

publiques. Ce nouveau lieu de vie devrait favoriser une

meilleure mixité sociale, culturelle et générationnelle.

D'une capacité de 300 places, la grande salle est réservée

en priorité aux usagers et à certains spectacles de la

Maison de Bégon. Elle pourra être louée le week-end et les

salles annexes en soirée. L'Espace regroupe plusieurs

dispositifs autour des questions éducatives, familiales

et de jeunesse : une équipe d'animation jeunesse, le

projet de réussite éducative ou encore le Relais

Parents-Assistantes Maternelles.

Renseignements : 02 54 50 51 91


Le dessin de bd BOUM

Découvrez l'affiche de l'édition 2011 de bd BOUM réalisée

par Jean-Pierre Gibrat, Grand Boum - Ville de Blois.

Bienvenue

aux nouveaux étudiants

LA VILLE POURSUIT SON

ACTION EN FAVEUR DES

NOUVEAUX ÉTUDIANTS

BLÉSOIS, QU'ILS SOIENT

EN 1 RE ANNÉE OU QU'ILS ARRI-

VENT EN COURS DE FORMATION

À BLOIS. Depuis 4 ans, la Ville a mis

en place le Pass étudiant. Ce dispositif

permet aux étudiants de disposer d'un

mini chéquier qui leur offre la possibilité

de bénéficier d'entrées gratuites dans les

structures culturelles et sportives blésoises

afin de découvrir et de s'approprier la vie

à Blois.

Pour le retirer, rendez-vous à la soirée de

remise du Pass étudiant (apéro – DJ)

jeudi 22 septembre à 18h à la Halle aux

grains.

Renseignements : www.blois.fr

Forum Emploi

et diversité

La Maison de l'emploi du Blaisois

organise, en partenariat avec la Ville et

Agglopolys, la 3e édition du Forum

emploi et diversité mercredi

12 octobre de 10h à 16h30 à l'espace

Jorge Semprun (rue Jean-Baptiste

Charcot). Il s'agit d'une rencontre entre

employeurs du territoire blaisois

et demandeurs d'emplois.

Les entreprises proposent des postes à

pourvoir dans différents secteurs, pour

des personnes sans qualification

à bac + 5. Plus d'informations dans

le prochain Blois mag.

Renseignements :

Maison de l'emploi, 02 54 51 17 67

LE CHIFFRE

3 576

C'est le nombre de

personnes qui ont

répondu à l'enquête

"Quel projet de territoire

durable pour

demain ?", menée par

la Ville de Blois et Agglopolys.

Découvrez le

détail des résultats qui

contribueront à l'élaboration

de l'Agenda 21

dans le Blois mag d'octobre.

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

intramuros t

09


intramuros

EN BREF…

Nouvelle conseillère

municipale

Le conseil municipal

a accueilli

un nouveau

membre en la

personne de Marie

Chollet. Cette

dernière remplace

Emmanuelle Sailly.

Le conseil des jeunes

recrute pour l'année

2011/12

Vous avez entre 16 et 25 ans

et souhaitez vous impliquer pour

votre ville, alors rejoignez le conseil

des jeunes ! Envie de découvrir

le fonctionnement de la ville,

élaborer des projets, débattre des

questions de la cité... Pour connaître

la démarche à suivre : contactez

le service Initiatives jeunesse

au 02 54 56 08 89.

Une section

"Art dramatique"

au conservatoire

Pour la rentrée 2011/2012,

le conservatoire de musique

de Blois-Agglopolys ouvre

une section théâtre. Les cours

s'installeront de manière définitive,

d'ici quelques mois, dans des locaux

jouxtant le théâtre Nicolas Peskine.

Renseignements : 02 54 55 37 30

Conférence santé

sur Alzheimer

Dans le cadre de la journée mondiale

Alzheimer, la prochaine conférence

santé aura lieu mercredi

21 septembre à 18h30 à la Maison

de la magie sur le thème "Maladie

d'Alzheimer : enjeux éthiques, enjeux

humains". Avec la participation

du professeur R. Gil, doyen de

la Faculté dedecine de Poitiers.

Renseignements : 02 54 55 66 86

Conseil municipal

Le conseil municipal se réunira à

l'Hôtel de Ville mardi 20 septembre à

18h. La séance est ouverte au public.

10 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

Maison de Bégon :

le projet retenu

DÉCOUVREZ LE PROJET DE RÉHABILITATION ET D'EXTENSION

DE LA MAISON DE BÉGON. A l'issue du concours de maîtrise d'œuvre,

la Ville de Blois a retenu le projet du cabinet Caraty-Poupart-Lafarge pour la

réhabilitation et l'extension de la Maison de Bégon. Celui-ci a été sélectionné

parmi cinq projets en lice. Le projet prévoit de remettre aux normes le bâtiment

existant, de reconstruire la salle de concert et ses annexes le long de l'avenue de

France et de transformer la salle actuelle en salles de danse. Chaque activité de

l'équipement pourra ainsi disposer d'une surface spécifique. D'un montant de

1 600 000 € HT, les travaux débuteront au cours de l'été 2012 pour s'achever en

décembre 2013. Aux côtés du Fonds européen de développement économique et

régional (800 000 €) et de la CAF (200 000 €), la Ville finance les travaux à hauteur

de 600 000 €.

Petit sportif deviendra

grand

Grâce aux écoles de sport municipales

- qui comptaient près de 400 inscrits

l’année dernière - les enfants de 4 à 11 ans

peuvent se familiariser avec la pratique

sportive. "Le but, c’est d’éviter une spécialisation

trop précoce qui ne sert ni les clubs,

ni les familles, explique Bernard Mériel,

adjoint au maire en charge du sport :

nous sommes là pour permettre aux

enfants de faire leurs choix." Les possibilités,

en l’occurrence, sont nombreuses : on

trouve, parmi les disciplines proposées, du

VTT, du tir à l’arc ou encore de l’escalade,

mais aussi et surtout du baby-sport :

destinée aux 4/5 ans, cette activité déve-

loppe la motricité globale - apprendre à

sauter, faire une roulade, lancer, attraper,

etc.

Écoles municipales de sport

Tarifs : 12,20 € / Blésois

16 € / non Blésois - par an

Inscriptions à partir

du 12 septembre.

Service des sports

3, allée de Bury

02 54 52 20 00

Brochure

téléchargeable

sur www.blois.fr

© Cabinet Caraty-Poupart-Lafarge


L’école Ferry fait sa rentrée

AVOIR UN NOUVEAU CARTABLE, C’EST BIEN, MAIS UNE NOUVELLE ÉCOLE,

C’EST ENCORE MIEUX ! Surtout lorsqu’il s’agit d’un établissement tel que la maternelle

Jules Ferry, qui ouvre ses portes à la rentrée. Le

bâtiment principal, peu énergivore et possédant

un toit végétalisé, abritera six classes, comme l’école

précédente (qui comptait 151 élèves l’année dernière). Une

attention particulière a été portée à la cour, inscrite dans

une démarche paysagère. Pour construire cet ensemble,

issu du projet de rénovation urbaine et conçu en collaboration

avec l’équipe enseignante, les agents de la Ville

et les parents d'élèves, l’enveloppe de 4 millions d’euros

a été respectée, tout comme les délais. Si le résultat est

bénéfique à l’environnement en général, il l’est également

à celui dans lequel il s’inscrit : "Son positionnement

est un point remarquable, commente Yann Bourseguin,

adjoint au maire en charge de l'éducation. Les quartiers

nord avaient droit à ce projet neuf."

2 e édition de l'agora des

associations

Rendez-vous samedi 1 er octobre pour

la 2 e édition de cette agora. Celle-ci

constitue, pour les associations inscrites,

en matinée, un temps d'échanges et d'informations

(au programme : conférence sur le développement

durable et présentation du site de la Ville www.blois.fr).

Puis de 14h à 18h, plus de 100 associations oeuvrant

dans des domaines variés (jeunesse, culture, solidarité…)

vous donnent rendez-vous à la Halle aux grains.

Renseignements : 02 54 44 52 87 ou 02 54 44 50 60

Journées

du patrimoine

Moment unique pour revivre l’Histoire de France, les journées

européennes du patrimoine s’offrent à vous les 17 et 18 septembre

avec pour thème le voyage du patrimoine. Vous comprendrez

mieux pourquoi la France et Blois se "taillent" une

renommée mondiale. Le Val de Loire, classé au patrimoine

mondial de l’Unesco, participe à cette réputation.

Blois avec son château, ses musées, ses belles demeures,

ses édifices religieux mais aussi ses jardins et la Loire, est

l'une des villes les plus riches pour fêter ces journées. Durant

ces deux jours, la ville vous ouvre encore plus grandes ses

portes en y apportant une touche ludique. "Nous donnons un

élan pédagogique afin que chacun soit acteur du patrimoine

notamment les enfants" explique Emmanuelle Plumet, animatrice

du patrimoine. Samedi et dimanche le stand "Ville

d’art et d’histoire" vous accueillera au château avec toutes les

informations sur les animations, entre autre le rallye familial.

La nouveauté : "A pied et à leur rythme avec une feuille de visite

Rêves urbains :

appel à vos talents !

Lancé en 2010 par les Villes de Blois, Vendôme

et Romorantin, le festival Rêves urbains souhaite

faire connaître les arts urbains (rap, graff, break-dance...)

en les mettant en avant sur les grandes scènes

du département. A l'occasion de sa 2 e édition (du 9 au

17 mars 2012), les organisateurs désirent confier la

création de l'affiche à un artiste. Le visuel doit illustrer et

caractériser le festival. Tout type de support est accepté :

peinture, dessin, photo, graff, graphisme numérique... à

condition qu'il soit déclinable sur les différents supports

de communication.

Pour participer, envoyez ou déposez votre proposition

à la Halle aux grains, 2 place Jean Jaurès à Blois

ou à sandrine@halleauxgrains.com jusqu'au 15 octobre

2011. Chaque proposition doit être accompagnée

du nom, prénom, adresse, email et numéro de téléphone

de son auteur.

en main, les familles auront tout loisir de découvrir le patrimoine

blésois. Des ateliers familiaux avec montage de voûte d‘ogive se

dérouleront pour vivre le patrimoine autrement" complète

Emmanuelle. Ces journées gratuites vous offrent l’opportunité

de pénétrer dans des lieux magiques habituellement

fermés comme l’Hôtel d’Alluye (XVI e siècle) ouvert pour la

première fois ou bien d’entrer dans les coulisses de la préfecture

sans oublier des visites guidées du quartier de l'ancienne

Chocolaterie Poulain, des circuits sur le thème des

vitraux...

Le 16, une grande opération pédagogique a lieu pour les

écoles (inscrites) de Blois.

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

intramuros t

11


Banque Tarneaud S.A. à Directoire et conseil de Surveillance au capital de EUR 26 529 328 - SIREN 754 500 551- RCS

Limoges - Siège social : 2 et 6 rue Turgot - 87011 Limoges Cedex - Illustration étoile : Antoine Magnien - Photos : Skye

Chalmers / Stephan Hoeck / Getty Images

12 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

La culture à volonté

Renseignements : www.blois.fr ou 02 54 44 51 81

Parce qu’être votre banquier,

c’est être aussi

celui de votre famille.

Rencontrons-nous à Blois

3 Porte Côté

Tél. 02 54 46 51 51

Gratuit

En exclusivité pour les Blésois

Expos, visites et spectacles,

en accès libre et gratuit

ou à tarif réduit

Crédit photo : Jean-Philippe Thibault et Pierre Grosbois


travaux

Chantiers d'été pour les écoles

POUR LES ÉCOLES, L’ÉTÉ EST SYNONYME

DE CHANTIER ! Les vacances 2011 n’ont pas

fait exception à la règle et plus d’une douzaine

de bâtiments scolaires ont fait l’objet de rénovation et

de réparations durant les mois de juillet et août pour

un montant de près de 725 000 €.

Le plus gros chantier a concerné l’école Nelson-Mandela.

Après l’incendie qui a ravagé les bâtiments le 8 décembre

dernier, les cinq classes de la maternelle ont provisoirement

emménagé dans les locaux de l’école primaire

Croix-Chevalier. Une solution qui ne pouvait durer. Ni

pour les 119 tout-petits ; ni pour les 275 écoliers.

Une enveloppe de 200 000 € a été débloquée pour

démolir la partie très endommagée de l'école Nelson-Mandela et réhabiliter

le reste pour y aménager deux classes, une salle polyvalente et un dortoir. Cela

permet aux classes primaires de récupérer de l’espace pour la bibliothèque

et la salle informatique. Autre maternelle à bénéficier de travaux de réhabilitation

: l’école Picardie. A la rentrée dernière, la fermeture de Robert-Cartier avait

augmenté d’une classe sa capacité. Cette année, 280 000 € lui sont consacrés :

peintures, menuiseries, isolation, sanitaires…

Au groupe scolaire Jules-Ferry, c’est le transformateur qui a été changé (20 000 €).

Au groupe scolaire de la Quinière, la mise en conformité du réseau électrique

a été effectuée (10 000 €).

A l’école maternelle Jean-Perrin, c’est le chauffage qui a été changé (45 000 €).

Des gouttières neuves à Clérancerie (13 800 €), de nouvelles menuiseries à

Tourville (94 000 €), l’aménagement d’une salle pour les enseignants à Raphaël-

Périé (5 900 €), un coup de neuf sur les façades (19 000 €) et une nouvelle

classe "musicale" à Marguerite-Audoux (10 000 €), un réseau de distribution

de chauffage changé à Charcot (15 000 €)…

Travaux à l'école Picardie

FORÊT DOMANIALE

DE BLOIS

Est 2

Des dispositifs pour limiter la vitesse

QUARTIER

SAINT-GEORGES

1

1 1 1 1

1

LA LOIRE

1

1

AUTOROUTE “AQUITAINE” A 10

Rares sont les réunions de quartier où le problème de la vitesse des véhicules n’est pas évoqué ! C’est

une question de sécurité qui préoccupe les Blésois dans de nombreux secteurs. Des dispositifs pour

ralentir les automobilistes ont été multipliés ces dernières années. En juillet, un aménagement de

réduction de la vitesse a été posé rue du Cavalier (coût 6 300 €). En août, c’est la rue André Boulle qui

a été équipée (4 750 €). La sécurité nous concerne tous, adoptons une conduite responsable !

1

HOPITAL

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

2

3

2

1

3 Est

Dépôt de bus : le chantier est lancé !

M

ENÉE PAR AGGLOPOLYS, LA

CONSTRUCTION D’UN DÉPÔT DE

BUS SUR LA FRICHE NABON

RUE LAPLACE A ÉTÉ LANCÉE EN

JUILLET AVEC LA DÉMOLITION DU

BÂTIMENT EXISTANT. Actuellement,

les bus sont stationnés sur une aire

louée à Véolia. Une solution peu

satisfaisante. C’est pourquoi les élus

ont décidé de construire leur propre

équipement, leur assurant

une meilleure maîtrise des transports.

Sur un terrain de 20 000 m2 , le chantier

a donc débuté par la destruction des

bâtiments (qui servaient au stockage

de céréales). Cette première phase

sera terminée le mois prochain.

Place ensuite à la construction qui

comprend un bâtiment de bureaux,

un atelier de maintenance et

réparation, une aire de stationnement

pour les bus et véhicules du personnel,

une station de distribution

du carburant et une aire de lavage.

travaux

13


Dossier

Agl’eau :

le centre

aquatique

ouvre enfin

ses portes

Il faisait partie des engagements de campagne

de l’équipe municipale : le nouveau centre

aquatique de Blois ouvre ses portes le 29 août,

après de multiples rebondissements... Agl’eau,

c’est le nouvel équipement, attendu par de

nombreux Blésois mais aussi par les habitants de

toute l’agglomération. par Camille Jaunet

CE NOUVEAU CENTRE

AQUATIQUE, C’EST L’ÉVÉ-

" NEMENT DE LA DÉCENNIE !"

LA SATISFACTION DE CHRIS-

TOPHE DEGRUELLE, PRÉSIDENT DE LA

COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION DE

BLOIS – AGGLOPOLYS EST GRANDE.

"L’idée d’une piscine pour l’ensemble

des communes du Blaisois date du deuxième

mandat de Jack Lang à la mairie

de Blois. Mais à l’époque, l’intercommunalité

n’était pas assez avancée et le dossier

a progressé difficilement, au gré des

alternances politiques et des problèmes

juridiques... C’était une promesse de

campagne de voir la piscine construite

14 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

avant la fin de notre mandat et nous

avons immédiatement mobilisé nos

équipes... Compte tenu de la complexité

du projet, il n’y avait pas de temps à

perdre ! Nous avons repris le cahier des

charges existant (NDLR : celui-ci obligeait

la reconversion du site Saint-Jean.

Reprendre le cahier des charges de zéro

faisait encore perdre plusieurs années),

avons choisi le délégataire et mené la

réalisation du projet. Aujourd’hui, nous

sommes particulièrement satisfaits du

résultat. Ce nouveau centre aquatique

participe à la dynamique d’aménagement

du territoire et favorise le développement

économique, sportif et d’équipement de

l’agglomération."

Parmi les objectifs de promotion du

sport d’Agglopolys figure l’apprentissage

de la natation pour les enfants

du CP au CM1. "La demande était forte

de la part des habitants de l’agglomération.

Jusqu’à présent, tous les enfants

n’avaient pas cette possibilité, par

manque d’équipement.

Désormais, ils seront pris en charge pendant

les temps scolaires et bénéficieront d’un

enseignement dispensé par un Maître

Nageur Sauveteur. Agglopolys prendra

en charge les coûts d’entrée et d’enseignement

de la natation, à raison de 10 séances

par an et par enfant."


Un centre multi-espaces

l’intérieur du bâtiment, quatre

A bassins : un bassin de natation

de 25mx15,4m permettra d’accueillir

l’activité des clubs et les compétitions

de natation, natation synchronisée et

water-polo. Grâce à un plancher

mobile, la profondeur d’une partie

du bassin peut varier jusqu’à deux

mètres. L’autre partie du bassin, d’une

profondeur de cinq mètres, sera notamment

dédiée à la pratique de la

plongée.

Un bassin d’apprentissage, avec

quatre lignes de nage, est prévu pour

l’enseignement de la natation, avec

une profondeur progressive. Un bassin

ludique est équipé de banquettes

Des espaces modulables pour offrir

une large gamme d'activités

bouillonnantes, de cascades, courants

à jets d’eau et d’un toboggan

de 50m pour les amateurs de glisse !

Enfin, une pataugeoire de 60m 2 est

prévue pour les plus petits.

Un bassin extérieur permettra de nager

en toute saison. Il comportera un espace

détente avec une banquette à bulles.

Un espace de jeux comprendra un terrain

de beach volley, une zone de jeux

secs, une zone de jeux humides et un

pentagliss.

A l’étage, les amateurs de bien- être

retrouveront hammams, saunas,

douches hydrojet mais aussi bassin

balnéo, jets d’eau, solarium extérieur

et salle de remise en forme

avec cardio training.

"Cet équipement a été envisagé pour

répondre aux besoins et envies du plus

grand nombre : sportifs et associations,

mais aussi familles, enfants et touristes,

poursuit Christophe Degruelle. Nous

avons porté une attention particulière

à l’accessibilité d’Agl’eau aux personnes

à mobilité réduite. Un travail que nous

avons mené en collaboration avec le Pôle

ressources national sport et handicap."

Une situation géographique

exceptionnelle

Situé à proximité de la Loire, Agl’eau

devrait attirer de nombreux touristes.

"La construction s’intègre parfaitement

dans l’environnement paysager, ajoute

Christophe Degruelle. Un bâtiment

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

15


sobre, doté de nombreuses verrières qui

permettent de profiter, à l’intérieur, des

vues exceptionnelles et inédites : d’un

côté, le magnifique panorama sur le Val

de Loire, le Château royal, l'église Saint-

Nicolas ou la cathédrale Saint-Louis et de

l’autre sur le côteau et la forêt."

"Le terrain a été fourni par la Ville en 1995,

précise Bernard Mériel, adjoint aux

sports à la Ville de Blois. Il fait partie des

cinq options de terrains qui avaient été

proposées lors des premières réflexions.

Pour chacun d’entre eux, nous avons mené

des études comparatives sur les temps de

parcours pour les scolaires, les contraintes

techniques liées à l’équipement et au terrain,

la proximité de la Loire... Le choix que

nous avions fait à l’époque n’a jamais été

remis en cause depuis..."

Parce qu’Agl’eau est situé en zone inon-

UNE GESTION DÉLÉGUÉE

La gestion du centre aquatique

est sous forme de délégation de

service public (DSP) de type concession

de travaux. Celle-ci concerne la

conception, la construction, le financement,

l’exploitation et la gestion du

16 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

dable, il a fallu tenir compte, lors de sa

construction, du Plan de prévention

contre le risque d’inondation (PPRI). "Le

PPRI est associé à un certain nombre de

contraintes fortes sur le plan urbain en

Vienne, complète Christophe Degruelle.

En contrepartie, il offre à cet équipement

un cadre extraordinaire, en pleine nature,

avec la garantie qu’aucune construction

ne sera réalisée à proximité."

Agl’eau est le premier d’une série d’équipements

de sport et de loisirs qui vont

faire du quartier un important pôle

sportif, par exemple avec le nouveau

complexe de l’AAJB pour lequel la Ville

participe à hauteur de 250 000 euros.

"Agglopolys a financé des travaux de sécurisation

du carrefour, indique Christophe

Degruelle. Ces aménagements permettent

à la fois de respecter la fluidité de la

centre. Elle a été confiée à Aquaval,

filiale de Spie Batignolles, après appels

d’offres et négociation sur ses modalités.

Concrètement, une DSP permet à la

collectivité gestionnaire de conserver

son autonomie en matière de politique

circulation sur cette voie très passagère.

Nous modifions également les circuits de

transports en commun afin d’y intégrer

des arrêts de bus à proximité du centre

aquatique."

Dans le respect du développement

durable

Maîtrise de l’impact environnemental

du chantier, gestion de l’eau et

de l’énergie, confort hygrothermique

et qualité sanitaire de l’air, telles sont

les cibles retenues par Agglopolys dans

ce projet engagé dans une démarche

Haute Qualité Environnementale. "Notre

objectif est de prendre en compte les aspects

liés au respect de l’environnement et au

développement durable tant pour la

construction de cet équipement que pour

sa gestion quotidienne"

tarifaire notamment. Elle définit le

périmètre du service public qu’elle

confie à une société privée, qui peut,

si elle le souhaite, assurer une activité

commerciale complémentaire de

l’équipement.


EN PRATIQUE

AGL'EAU

30 avenue Pierre Brossolette

Blois Vienne - www.agl-eau.fr

Espace aquatique :

- Adultes : 5,15 € (5,90 € *)

- Tarif réduit : 3,10 € (3,60 € *)

- Enfants (3-13 ans) : 4,10 € (4,70 € *)

- Pass horaire 10h : 25,75 € (29,90 € *)

(décompté selon le temps pratiqué ; 1h = 2,57 €)

Apprentissage aquagym :

- entrée : 8,25 € (9,50 €*)

- abonnement mensuel : 30 € (34,50 € *)

Balnéo + aquatique :

- entrée : 12 € (13,80 €*)

- pass trimestriel : 160 € (185,00 € *)

Balnéo + fitness + aquatique :

- entrée : 13,50 € (15,50 €*)

- pass trimestriel : 205 € (235,75 € *)

* tarifs hors agglomération

Pour en savoir plus sur les tarifs et horaires d’ouverture,

rendez-vous sur www.agl-eau.fr

PROGRAMME DE L'INAUGURATION

Ouverture au public le 29 août

Inauguration le samedi 3 septembre.

Venez fêter l'ouverture du centre aquatique !

Rendez-vous de 19h à 22h

(30 avenue Pierre Brossolette)

AU PROGRAMME :

- visite du centre aquatique

- animations surprises

- et spectacle plein air "La féerie des eaux"

Possibilité de parking au parc des expositions et

système de navettes pour se rendre sur le site

2 questions à...

Bernard Mériel,

adjoint au maire en charge des sports

Que représente pour vous l'ouverture

de ce centre aquatique ?

C’est l’aboutissement d’une longue aventure ! Je me

suis investi sur ce dossier en 1995, à la demande de

Jack Lang. A l’époque, en l’absence de structure intercommunale

compétente pour un tel projet, nous avions

créé un SIVU (syndicat intercommunal à vocation

unique) pour réfléchir au projet d’une piscine.

29 communes avaient alors participé à la réflexion.

Nous avons travaillé sur un cahier des charges autour

de trois priorités : trouver le lieu d’implantation, définir

les objectifs du projet et répartir les financements. Fin

96, nous avions rempli notre mission : le lieu était choisi

(en Vienne), les financements étaient répartis et les

objectifs définis : cette piscine devait permettre la

pratique sportive, l’apprentissage de la natation pour

les enfants mais aussi être un espace ludique. Il était

alors temps de passer du SIVU d’étude à un SIVU de

réalisation, ce qui n’a pas pu se faire car plus de la

moitié des communes n’ont pas suivi... J’ai été très

frustré à l’époque mais aujourd’hui, je suis réellement

satisfait que le projet aboutisse et qu’il soit resté fidèle

aux grands principes définis en 1996.

Quelle est votre politique en matière

de sports nautiques ?

Elle est la même que pour le sport en général. Notre

souhait est d’ouvrir la pratique sportive à toute la

population, des plus jeunes aux plus âgés, en passant

par les publics en difficultés (personnes handicapées,

ou ayant des difficultés d’insertion). Cette démarche

s’exprime par exemple à travers la fête du sport que

nous organisons, depuis 2008, le deuxième samedi de

septembre. Cet événement permet aux associations

d’aller à la rencontre du public, de lui faire découvrir

leurs activités et pourquoi pas de recueillir des inscriptions

! Avec l’ouverture du centre aquatique, le mois de

septembre 2011 sera plus que jamais synonyme de

rentrée sportive !

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

dossier

17


Est

Vide-greniers

L'association des Amis des écoles

Picardie et Mardelle organise

un vide-greniers dimanche

2 octobre à l'ex-école Robert Cartier

(rue E. Bleau) de 7h à 18h. Le prix

de 5 m2 sera de 8 €. Possibilité de

se restaurer sur place.

Renseignements : 06 98 41 59 07

ou assopicardiemardelle@gmail.com

Centre

Conseil de quartier

Suite au départ du Vice-président

du conseil de quartier Centre en

juin dernier, Mélanie Steinmetz-

Herten, membre du collège

habitants, occupe désormais

cette fonction.

Vienne

Nouveaux aménagements

à Etelin

Le plateau sportif Etelin bénéficiera

dès la rentrée d’un anneau

d’athlétisme complet, là où il

n’existait qu’une ligne droite.

Les travaux ont été réalisés en août.

Outre la création de cet anneau

de trois couloirs en enrobé, les bacs

à sable qui servaient au saut ont

été enlevés : ils seront remplacés

par une pelouse destinée à l’initiation

au rugby. Les semis seront réalisés

en septembre, en même temps

qu’une "reprise" du gazon autour

de l’anneau d’athlétisme. De plus,

le terrain de hand-ball a été

légèrement déplacé et de nouveaux

buts installés. Coût total

des aménagements : 80 000 €.

Les élus de quartier

à votre écoute

Les élus sont vos interlocuteurs

privilégiés sur le terrain : Geneviève

Baraban pour le quartier Ouest,

Corinne Garcia-Calloux pour

le Nord, Jean-Michel Bernabotto

pour le Centre, François Thiollet

pour l’Est et Jérôme Boujot pour

le Sud. Vous pouvez les contacter

au 02 54 44 51 39 ou par email

via www.blois.fr (rubrique vie

municipale).

18 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

Nord

Chantier d'insertion :

vers un emploi durable

LA VILLE DE BLOIS RENOUVELLE L'EXPÉRIENCE DU DISPOSITIF

"CHANTIER D'INSERTION". Encadrées par la Régie de quartier, Environnement

41 et les services techniques de la Ville, 6 personnes, en recherche

d'emploi et de professionnalisation vont, pendant 6 mois, embellir, créer,

nettoyer et entretenir en priorité des espaces libérés par le Projet de rénovation

urbaine, suite aux démolitions. Ces contrats sont aidés par des subventions du

Fonds social européen, par l'État et la Ville. Suite à un échange avec les habitants

et les usagers du centre social Mirabeau, ils aménageront notamment l'esplanade

de la place Mirabeau en espace de promenade avec des parcelles de jardin dès le

mois de septembre.

Centre

Pose et remplacement de mobilier urbain, rue Christophe Colomb

Nouvelle configuration du mail

Pierre Sudreau : les conseils de

quartier et les Sages saisis

L’OUVERTURE DU CENTRE AQUATIQUE A SIGNÉ LA FIN DE LA

PISCINE SAINT-JEAN. Marc Gricourt a exprimé sa volonté de réaménager le

mail Pierre-Sudreau et la promenade Pierre-Mendès-France dans le cadre

d’un élargissement du GPCV (Grand projet de centre-ville).

C’est dans ce cadre que vingt-cinq conseillers de quartiers et Sages ont été sollicités.

Dès la mi-juin, ils se sont mis au travail : rencontres avec les acteurs municipaux

(espaces verts, service culturel, du patrimoine...) pour évaluer les contraintes et

opportunités des lieux. Le groupe a ensuite élaboré un questionnaire pour une

large enquête sur les attentes des Blésois par rapport au centre-ville. Le questionnaire

a été déposé chez une vingtaine de commerçants partenaires, distribués sur les

marchés. L’étude est également en ligne sur www.blois.fr et les internautes

peuvent y répondre jusqu’au 16 septembre.

Le dépouillement de ces données, qui doivent définir les attentes des citoyens en

terme d’utilisation et d’aménagement de l’espace du centre urbain, sera réalisé

fin septembre. Et c’est en octobre que le résultat sera remis au maire et aux élus.

© Thierry Bourgoin


C'est la rentrée à la Quinière

DES NOUVEAUTÉS QUI COMPLÈTENT LES ACTIVITÉS QUI

REMPORTENT UN FRANC SUCCÈS DEPUIS PLUSIEURS

SAISONS : LE PROGRAMME DU CENTRE SOCIO-CULTUREL

QUINIÈRE OUVRE LE DIALOGUE, LES ÉCHANGES ET L’INFOR-

MATION À TOUS.

Une "pause-café", apprendre le français ou apprendre à lire, gérer son stress, se

relaxer, faire de la couture, de la gym, des jeux, accueillir des petits, organiser

des conférences, des activités manuelles ou plastiques… Il y en aura pour tous

les goûts et tous les âges ! Sans oublier les permanences de la mairie, des assistantes

sociales, de la consultation PMI et les grands rendez-vous qui rythment

la vie de la "maison", une vie à laquelle les habitants du quartier, mais aussi tous

les Blésois sont invités à participer ! A l’accueil, Bénédicte et Françoise répondent

à toutes les questions, du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h15.

Sans oublier toutes les activités proposées par l'Alep.

Première date à retenir : mardi 13 septembre, avec les "portes ouvertes"

de 14h à 20h30 avec buffet partagé à 19h.

Au revoir, Monique

et Jean-Claude

VOILÀ, C’EST LA FIN D’UNE BELLE HISTOIRE D’AMOUR

AVEC VOUS QUI ÊTES MA DEUXIÈME FAMILLE", LANÇAIT

MONIQUE LEROUX AUX CLIENTS-AMIS RÉCEMMENT

RÉUNIS POUR LA FERMETURE DÉFINITIVE DE LA

BOULANGERIE-PÂTISSERIE DU 24, RUE DU 1ER "

SEPTEMBRE. Elle

et son mari Jean-Claude auront tenu boutique pendant vingt-cinq ans,

succédant aux six propriétaires précédents, mais sans repreneur cette

fois. Une partie de leur matériel a été donnée pour aider un jeune

entrepreneur. Un exemple de la générosité des Leroux qui ramassaient

aussi des bouchons de liège et de plastique pour des causes humanitaires,

vendaient des confitures pour une jeune handicapée du quartier,

reconduisaient à leur domicile les clients âgés qui avaient bravé la pluie

ou le verglas… "Vous allez nous manquer. On va regretter votre pain de

campagne, vos Paris-Brest, votre bonne humeur, votre enthousiasme, votre

gentillesse…", pouvait-on lire dans le livre d’or du départ. Pour les Leroux,

maintenant installés à Soings-en-Sologne, 2011 aura été une année

marquante car leur seule fille, Nathalie -ils ont deux fils, Rémi et Frédérics’est

mariée le 6 août dernier.

Visuel CSQ

Des travaux

pour améliorer la sécurité

Des aménagements de sécurité ont été

réalisés cet été par la Ville. Rue des Ecoles,

un plateau surélevé au carrefour avec

la rue Franciade, 2 dos d'âne et le passage

en zone 30 permettent de diminuer

la vitesse. Coût des travaux : 12 000 €.

Les abords de l'école des Hautes Saules

ont été sécurisés par l'installation

de ralentisseurs à proximité du passage

piétons et la mise aux normes

d'accessibilité pour les personnes

à mobilité réduite (rue de la Croix

Pichon), de dos d'âne et d'un îlot

central (rue Marcel Doret), ainsi que

de ralentisseurs (au carrefour avec

la rue Pelletier Doizy)

- coût des travaux 34 000 €.

La sécurité a également été renforcée,

levée des Tuileries, passée en zone 30

et à une seule voie avec la réalisation

d'une bande cyclable (50 000 €).

Au carrefour des rues Auger-Métairies,

un îlot a été réalisé pour obliger

les véhicules à tourner à droite et

interdire le changement de direction

par la gauche, trop dangereux (20 000 €).

Centre

Jean-Jaurès :

nouveau destin pour

le château d'eau

Place Tien An Men, l’imposant château

d’eau dresse sa silhouette depuis des

décennies. Sauf qu’il y a bien longtemps

qu’il est désaffecté et méritait une

reconversion. Propriété de la Ville,

le château d’eau était à vendre. Il a trouvé

preneur pour un projet insolite : la société

Imoter vient de l’acheter pour 30 000 €

et le projet de transformer les 430 m2 du

bâtiment en restaurant panoramique.

Le conseil municipal a voté cette cession

en juin dernier à l'unanimité.

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

quartiers t

19


Développement durable

La tête dans les étoile

et au-de

Dans le cadre de l'élaboration de son agenda 21, la Ville de

Blois participera le 1 er octobre prochain au "Jour de la nuit".

Une soirée festive de sensibilisation aux effets négatifs de

la pollution lumineuse. Etoiles au programme !

Par Marie Remande-Archer

" A

BLOIS, NOUS DÉPEN-

SONS CHAQUE ANNÉE

425 275 EUROS RIEN

QU'EN CONSOMMA-

TION ÉLECTRIQUE DES LAMPA-

DAIRES, ce qui représente 25% de notre

facture d’électricité", décrit Catherine

Fourmond, adjointe au maire en charge

du développement durable. Cela a un

coût économique, mais aussi écologique.

20 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

Pour le faire savoir aux habitants, la Ville

participera, le samedi 1 er octobre prochain,

à un événement national intitulé

"Le Jour de la nuit".

Éteindre les lumières de la ville

Cette action phare marque la seconde

étape de la concertation autour des

agendas 21 de la Ville et de l’agglomération,

après le succès de l’enquête "Quel

Des lanternes lumineuses porteuses d'un vœu pour l'avenir seront lâchées le 1 er octobre

projet de territoire durable pour demain"

publiée en juin dernier. Entre 18h30 et

23h30, l'éclairage public restera éteint

dans le centre-ville et le quartier Vienne

(1). "Nous souhaitons ainsi interpeller les

gens et les amener largement à participer

aux animations proposées dans les jardins

de l'Evêché", explique Catherine Fourmond.

Plusieurs temps à la fois ludiques, informatifs

et poétiques rythmeront la soirée et

© skylantern.fr


s...

permettront de sensibiliser les habitants

aux méfaits de la pollution lumineuse,

une forme de nuisance encore mal

connue (voir encadré). "Cette action est

importante pour la symbolique qu'elle

représente", ajoute Christian Mary, viceprésident

d'Agglopolys en charge du

développement durable. "J'espère qu'elle

aura un effet d'entraînement sur l'ensemble

des communes de l'agglomération."

"Faux conseil municipal" et observation

des étoiles

Plusieurs temps forts émailleront

cette journée. A 18h, à l'Hôtel de

Ville, nous vous invitons à vous mettre

dans la peau d’un élu en participant

à un faux conseil municipal spécial

Agenda 21. Les idées les plus utopiques

sont les bienvenues ! En parallèle, aux

jardins de l’évêché, un premier bilan

de l'enquête de juin dernier sera dévoilé

et les lauréats du concours "Famille à

énergie positive" viendront témoigner.

L'éclairage urbain entraîne des nuisances et

rompt l'équilibre naturel réglé par l'alternance

naturelle du jour et de la nuit qui rythmait la

vie sur Terre depuis des milliards d'années.

C'est la plupart du temps la peur instinctive du

noir et l’impression d’insécurité qui ont poussé

à augmenter cet éclairage public, générateur

de grosses dépenses (48% en moyenne du

total des consommations électriques des communes).

Et pourtant, la plupart des cambriolages

se passent de jour et les rues éclairées incitent

aux rassemblements tardifs ou à rouler plus

vite. Cette pollution lumineuse entraîne aussi

Traditionnellement symbole de chance,

un lâcher de lanternes lumineuses volantes,

sur lesquelles chacun pourra inscrire un

vœu, se tiendra à 20h. Enfin, une séance

d'observation des étoiles sera animée

par l'association Blois Sologne astronomie

qui mettra à disposition des télescopes

(en cas de météo incertaine, des informations

pratiques seront disponibles au

02 54 46 83 39).

Et après ?

Les étapes suivantes de la concertation

consisteront à consulter les

bénévoles lors de l’agora des associations

et réaliser un "portage de paroles"

sur les marchés et les lieux publics de

la ville et l'agglomération. Les habitants

peuvent donc s'attendre à rencontrer

des conseillers de quartiers,

conseillers jeunes ou Sages venir les

interroger sur leurs rêves pour la ville,

toujours pour alimenter la construction

de l'Agenda 21. Une soirée de clôture se

BLOIS

SAUVER LA NUIT ?

la disparition du ciel étoilé, élément essentiel

de l'environnement terrestre, que l'on a désormais

du mal à observer en ville. Elle perturbe la vie

naturelle nocturne (respiration des végétaux,

déplacement, migration et nourriture des animaux

nocturnes) ainsi que le sommeil des riverains.

L'Association nationale pour la protection du ciel

et de l'environnement nocturnes (ANPCEN)

milite pour que les communes adoucissent

leurs éclairages nocturnes, voire les suppriment,

lorsque c'est possible, entre minuit et 5h du

matin. Elle est aussi organisatrice de cette

3 e édition du Jour de la nuit.

Halo lumineux de Blois visible depuis Cour-Cheverny à 14 km

déroulera le 3 novembre dans le nouvel

Espace Jorge Semprun. En attendant,

réservez surtout votre 1 er octobre pour

vous mettre plein d'étoiles dans les

yeux... et dans la tête, avec les projets de

tous, les vôtres y compris !

Programme complet sur www.blois.fr

(1) Le périmètre concerné par l'extinction de

l'éclairage se situe dans le quartier Centre

jusqu'à l'avenue Maunoury (non incluse), le

bd Daniel Dupuis, l'échangeur du carrefour de

Verdun, les trois ponts et les quais inclus, ainsi

que tout le quartier Vienne.

Devenez conseiller municipal

d'un jour !

Si vous souhaitez faire partie des 43

"conseillers municipaux" qui siégeront

le 1er octobre, merci de vous inscrire

auprès du Service développement

durable de la Ville - 02 54 56 51 68 (inscription

recommandée). Ouvert à tous y

compris aux enfants (à partir de 10 ans).

mag | numéro 77 | septembre 2011

21

© Christophe Martin-Brisset


BLOIS mag

La sélection sera rude !

Renseignements et candidatures :

Ville de Blois - Service initiatives jeunesse

initiativesjeunesse.cdj@ville-blois.fr

02 54 56 08 89 / www.blois.fr

22 | numéro 77 | septembre 2011

Le

Conseil Des Jeunes

Recrute

Crédit photo : Fotolia


Sam 01 Oct. 2011

Parvis de la Halle aux Grains - Blois

14h00 - 18h00 Salon des associations

Ouverture au public

Renseignements sur www.blois.fr et au 02 54 44 50 60 / 52 87


Entretien

Ville - Agglo

Rencontre avec

Marc Gricourt et

Christophe Degruelle

Après 3 années aux responsabilités Marc

Gricourt et Christophe Degruelle avancent

et redoublent de projets. Le tandem et les

deux collectivités (Ville - Agglo), dont de nombreux

services sont mutualisés, travaillent ensemble

pour mieux aborder les dossiers importants qui

arrivent. Rencontre. par Richard Ode

OÙ EN EST LE TANDEM ?

Marc Gricourt : Nous travaillons et

avançons, ensemble, sans déclarations

tonitruantes, car nous avons un engagement

envers les Blésois et le Blaisois. Il y a

des discussions, des approches différentes

parfois, mais nous savons nous retrouver

au profit de l'intérêt collectif.

Christophe Degruelle : Notre différence

minime constitue notre force. Aucun

dossier n’a ralenti le tandem ! Il y a cohérence

et respect des postes occupés. Nous

sommes complémentaires.

AGGLOPOLYS VA S'AGRANDIR,

QUELLE EST VOTRE SENTIMENT ?

Christophe Degruelle : Si l’agglo doit

24 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

grandir, et c'est le sens de l’histoire, elle

n’explosera pas comme une grenouille car

elle sera plus efficace et pertinente dans ses

actions à 48 communes (ndlr : 26 actuellement).

La compétence de l’aménagement

du territoire doit primer autour d’une villecentre

correspondant à l’aire urbaine avec

une inter-

communalité

proche

du périmètre

cohérent du

Schéma de cohérence territoriale (SCOT). Il

ne doit pas y avoir de nouvelles compétences,

mais il faut affiner les existantes, dans une

harmonie entre ville principale et campagne.

Marc Gricourt : Je suis un conseiller communautaire

attentif aux intérêts de notre

agglomération. Il faut redéfinir les contours

des agglomérations, en bassins de vie, en

partages économiques et tendre vers une

harmonie ville-centre – communes. Tout ceci

doit se faire sans de trop grandes agglomérations

car cela poserait alors l’existence et le

bien-fondé des conseils généraux.

Un réexamen de certaines compétences et

une clarification de celles-ci seront certainementné-

"Nous avons un engagement

envers les Blésois et le Blaisois"

cessaires,

c o m m e

l’enseignement

qui

devrait revenir en globalité à la Région ou

encore les routes.

Christophe Degruelle : Si la Révolution

a créé les communes et les départements,

en 1789, il faudra être révolutionnaire,

aujourd’hui, pour assumer les espaces vécus

des Français et les adapter. Retrouvons le

souffle de la Révolution française !


COMMENT VOUS COORDONNEZ-

VOUS ?

Marc Gricourt : Avec nos directeurs

généraux des services et nos cabinets

respectifs, nous nous réunissons chaque

vendredi matin pour étudier tous les sujets

communs inscrits dans nos programmes.

Nous nous voyons également régulièrement

lors de réunions thématiques.

ETES-VOUS TOUJOURS DANS UNE

OPTIQUE DE MUTUALISATION DE

VOS SERVICES ?

Marc Gricourt : Absolument. C'est la

logique des choses. C'est une nouvelle organisation

qui n'est parfois pas évidente pour

les agents qui sont fortement mis à contri-

bution. La charge de travail est conséquente,

nous en sommes conscients.

Christophe Degruelle : C'est juste. Il faut

leur rendre hommage et saluer leur travail,

leur investissement et leur sens du service

public.

LA PISCINE, PROMESSE DE CAM-

PAGNE, OUVRE SES PORTES.

EST-CE UNE SORTE D'ABOUTIS-

SEMENT ?

Christophe Degruelle : La piscine

ouverte, enfin ! C'est la première concrétisation

d’un gros chantier, lancé il y

a plus de 15 ans. Bernard Mériel s’était

déjà occupé du premier dossier, dès

1995, avec le SIVOM de l’époque, et

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

25


même du temps de Pierre Sudreau, on en

parlait déjà.

Marc Gricourt : Il y allait de la crédibilité de

nos conseils, municipal et communautaire.

C’était plus un dossier intercommunal que

blésois, et ce, dès le début. Mais, il y a eu une

grosse perte de temps de la part de la municipalité

précédente, et aussi de l’agglo, les

deux structures étant présidées par le même

élu. Notre priorité commune a été de ressortir

le dossier et de le lancer, dans les temps.

Christophe Degruelle : C’était un choix

de crédibilité de réussir cette entreprise.

Il fallait éviter les grosses erreurs de

notre prédécesseur. Les Blésois n’auraient

rien compris si la construction ne

s’était pas concrétisée. Le délai de 3 ans

a été respecté.

ET AU NIVEAU DES TARIFS ?

Christophe Degruelle : Les tarifs sont

bien plus bas que ceux pratiqués dans des

villes d’égale population ou même supérieure,

avec de tels équipements.

Marc Gricourt : Les tarifs sont les plus

BLOIS

26 mag | numéro 77 | septembre 2011

serrés possibles. Par exemple, celles et ceux

qui viendront entretenir leur forme, entre

12 et 14 heures, pourront le faire grâce à

un "Pass Horaire". (ndlr : voir page 17)

QUID DE LA PISCINE SAINT-JEAN ?

Marc Gricourt : Le cahier des charges

pour la réalisation de L'Agl'eau, élaboré par

la précédente municipalité, prévoyait la

fermeture de la piscine Saint-Jean. Ne pas

Christophe Degruelle : C'est une

chance historique pour Blois que d'avoir

l'occasion de s'attaquer au réaménagement

du mail. C'est un enjeu fondamental

pour la ville, et dans le respect du classement

au patrimoine mondial !

QUELS SONT VOS AUTRES PROJETS

COMMUNS EN COURS ?

Christophe Degruelle : La bibliothèque

Maurice-Genevoix est en pleine

restauration et sera agrandie, dans le

cadre du PRU. L'agglo investit 645 000 €,

tandis que la Ville apporte une aide de

225 000 € à cette opération commune,

Ville-Agglo. Les élus des communes de

Vineuil et Fossé ont été associés au jury

blésois. Là aussi, la solidarité a parfaitement

fonctionné entre communes.

"pose de la première pierre de la salle

du jeu de paume avant la fin du mandat"

suivre ce cahier des charges allait encore

nous faire perdre plusieurs années. Nous

nous acheminons donc probablement

vers une démolition de la structure au

profit certainement de la construction

d’un parking, en silo vertical aérien, ce

qui libérerait le mail Pierre Sudreau, pour

le restaurer, le réhabiliter et l’aménager,

tout comme la promenade Pierre Mendès

France. Une étude est engagée sur le sujet.

Les villes doivent reconquérir les bords des

fleuves qui les traversent. Il faut réconcilier

fleuve et cité. Le dossier est porté à égalité

par les deux collectivités au service du

territoire, en globalité, sans négliger

l’attractivité touristique qui s’en dégagera.

Marc Gricourt : Des élus de l’agglomération

ont, aussi, participé au projet de rénovation

du quartier Gare de Blois, lieu pas

uniquement utilisé par des Blésois, car ce

sont des dossiers qui dépassent, de loin,

l’intérêt communal.

Nous pouvons également citer le futur

crématorium, un dossier mis en place sur un

terrain de la ville de Blois qui répond à une

attente importante en Loir-et-Cher.


Christophe Degruelle : La salle du jeu

de Paume (salle multi-fonctions) suivra,

avec pose de la première pierre avant la

fin du mandat. Autre sujet, la réforme de

l’attribution des transports urbains en

cours permettra d’adapter l’offre à la réalité

démographique de l’agglo. Le réseau

actuel des TUB imaginé avant les années 80'

ne correspond plus à la vie d’aujourd’hui.

L’idée sera d’avoir, sur le noyau urbain,

une desserte plus cadencée, plus structurante,

accompagnant un développement

du transport à la demande sur le reste

du territoire, plus rural. Le transport à la

demande (21 communes à ce jour, hors

ancien SIVOM), devra s’organiser, de différente

manière, en fonction des demandes.

Exemple avec Les Grouëts ou Vineuil. Il

nous faut réinventer le réseau de demain.

Marc Gricourt : Pour répondre au mieux

aux attentes des usagers, les premiers

concernés, sans oublier, au passage, les

scolaires, consommateurs privilégiés. Le

transport collectif doit devenir une alternative

réelle à la voiture individuelle, en

tendant vers un meilleur équilibre dans

la diversité des modes de mobilité (vélo,

marche à pied, train…).

Dans le cadre de la relance

de l’élan commercial, l’hyper-centre

de Blois sera

repensé, avec un plan de

circulation revu, une voie

réservée aux transports

en commun, et ce, à partir

de 2013. La ville devrait

offrir de meilleures infrastructures, plus

en harmonie avec les flux de voitures, afin

d’irriguer au mieux les commerces traditionnels,

tout en développant les espaces

piétonniers.

L'agglo et la Ville travaillent main dans la

main sur de nombreux autres projets. Le

quartier Gare par exemple où l'agglo

s'occupera de la réalisation du pôle

d'échange pendant que la Ville gèrera les

aménagements de tout le quartier. Par

ailleurs les deux collectivités ont placé le

développement durable au coeur de leur

politique.

QUELS SONT VOS LEVIERS EN

FAVEUR DU DÉVELOPPEMENT

ÉCONOMIQUE ?

Marc Gricourt : Nous travaillons en

étroite collaboration également sur cette

"ne rien négliger

en matière d'emploi et agir comme

facilitateurs d'opportunités pour les

entreprises"

thématique. Il ne faut rien négliger. Des

partenariats avec les acteurs économiques

locaux (CCI, Fédération des commerçants),

en passant par la requalification des friches

industrielles, le soutien ou la création d'initiatives

pour l'emploi… nous nous devons

d'être sur tous les fronts.

Nous accordons également une très grande

importance à la maîtrise du foncier.

Christophe Degruelle : Maîtriser le

foncier est fondamental. Cela nous permet

d'être maîtres de notre développement

et de nous inscrire sur du long terme. Par

exemple, Agglopolys vient d'acquérir à

moindre coût les terrains de l'ex-Québecor,

cela va nous permettre de maîtriser le

devenir de ce site.

Mais Marc a raison, en matière de développement

économique, il faut faire feu

de tout bois et jouer sur tous les tableaux.

Emploi, friches industrielles, mais aussi

enseignement supérieur, agriculture raisonnée

de proximité, commerces, artisanat...

Marc Gricourt : Nous prospectons dans

de nombreux salons pour attirer des entreprises,

des franchises, des commerces.

Nous accompagnons les porteurs de

projets dans leur installation. Nous agissons

comme facilitateurs d'opportunités.

Par ailleurs, nous menons une politique

active de promotion de notre territoire.

Il faut donner envie aux entrepreneurs,

cadres, salariés de s'installer dans notre

ville ou dans notre agglomération.

A mi-parcours, Marc Gricourt et Christophe

Degruelle sont résolument en ordre

de marche pour préparer les trois années

à venir. Les deux élus souhaitent mener

leurs collectivités à bon port, travailler

ensemble sur la durée et à l'écoute des

citoyens

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

27


Culture

Un "Musée"

qui change

d'objet

À

travers l’exposition Speech Objects, la partie

"collection d’art contemporain" des locaux rue

Franciade vit une profonde transition, entre un

passé consacré à la mise en valeur de la collection Fabre,

et un futur dédié à l’expression de l’artiste Ben Vautier.

par Anne-Sophie Perraudin

ACTUELLEMENT, LA TEN-

DANCE EST AU RECY-

CLAGE : QUANTITÉ DE

CHOSES SE RÉINVENTENT

ET ENTAMENT UNE SECONDE VIE.

C’est aussi le cas du Musée de l‘Objet,

dont les murs s’apprêtent à totalement

changer de destination. La structure, en

effet, a restitué comme prévu la collection

d’œuvres d’art du galeriste parisien Eric

Fabre, qui lui était prêtée depuis quinze

ans, pour abriter, à terme, une "Fondation

du Doute" (nom provisoire) imaginée par

l’artiste Ben (Vautier), qui a déjà marqué

Blois et les esprits d’un majestueux "Mur

des mots" situé, comme le musée et

l’École d’Art, dans l’ancien couvent des

Minimes. Un changement d’objet radical,

et qui ne se fait pas en un jour : si la collection

Fabre a d’ores et déjà déménagé

des lieux, il faudra attendre le second

28 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

trimestre 2012 pour voir la "Fondation du

Doute" occuper la place. (NB : Eric Fabre

reste cependant associé au futur projet

et une autre formule de prêt d'œuvres

de sa collection est envisagée).

En attendant, au centre de la cour de

l’ancien couvent, le pavillon d’exposition

poursuit son œuvre : il accueille, depuis

le 28 mai et

jusqu’au 13

novembre, le

projet Speech

Objects, qui

peut être inter-

"sortir de l'idée du musée pour

entrer dans un lieu très ouvert et

très ludique "

prété comme une transition reflétant celle

que vit le musée entre une forme d’art

qui vouait un culte à l’objet et une autre

qui cherche à s’en éloigner - conformément

à la conception défendue par Vautier

: "Dans les années 1960, Ben a été le

porte-parole en Europe du mouvement

Proposition de Grace

Samboh, commissaire

indépendante, écrivain et

chercheur, à Yogyakarta,

Indonésie. La plupart des

objets représentent une

partie du passé de

l'artiste.

Fluxus", tel que le relate Alain Goulesque,

directeur du Musée de l’Objet et de

l’École d’Art, en expliquant qu’il s’agit

là d’un état d’esprit venu des États-Unis

et né de la performance. "C’est l’idée que

l’art ne provient pas seulement d’objets,

renchérit Etienne Bernard, l’un des

commissaires de l’exposition, mais qu’il

peut procéder

de l’éphémère,

du partage,…"

Ainsi l’espace

autrefois consacré

à la collection

Fabre sera-t-il tout à fait différent

une fois la "Fondation du Doute" installée

: "L’esprit de Ben, et le nôtre, c’est de

sortir de l’idée du musée, explique Alain

Goulesque, pour entrer dans un lieu très

ouvert et très ludique avec beaucoup de

surprises."


Une collection d’objets de discussion

Etienne Bernard et les Australiens du

groupe A Constructed World, commissaires

de l’exposition, ont cherché

à mettre en avant des œuvres inscrites

dans la performance : en l’occurrence,

des objets aptes à faire parler d’eux.

On trouve ainsi, parmi les éléments de

cette exposition, une proposition de

Triple Candie, un Centre d’art associatif

qui, en 2006, proposait à Harlem une rétrospective

non autorisée de David Hammons

sous forme de reproductions A4

de ses œuvres : plutôt que de prêter telle

quelle cette exposition à leurs confrères

blésois, le collectif a proposé de mettre

toutes ces copies dans une boîte inaccessible,

perchée en haut d’une échelle :

"C’est un véritable speech object, relate

Etienne Bernard. Avec, en plus, le côté absurde

d’exposer sans montrer."

Plus loin, la fameuse Paper room affiche

sur ses murs les résultats des discussions

entre une artiste et les visiteurs.

"Aujourd’hui, Internet est un lieu de débats,

commente Etienne Bernard, mais cela ne

remplacera jamais une table, deux chaises

et un cactus." Dans un coin, pour finir,

est affiché le menu très spécial d’une

performance intitulée "Une exposition

dans votre bouche" : "Ben Kinmont a créé

un repas en relation avec des propositions

artistiques existantes, comme, par

exemple, un steak tartare qu’il attribue à

Marcel Duchamp, relate Etienne Bernard.

La dégustation fait office d’exposition…

et qu’y a-t-il de plus objet à discussion que

ce que l’on a dans l’assiette ?" Un autre

repas de ce genre aura lieu le 17 septembre

prochain lors des Journées du

patrimoine. Pour ceux qui ont l’eau à la

bouche… et la langue bien pendue

LES JOURNÉES DU PATRIMOINE

POUR OBJET

Les 17 et 18 septembre, à 14h, le musée organisera des visites guidées au cours desquelles le visiteur partira à la rencontre

du "Mur des Mots" de Ben avec Alain Goulesque, directeur de l’établissement, puis à la découverte de l’exposition Speech

Objects en compagnie d’Etienne Bernard, l’un de ses commissaires. Le samedi, un dîner artistique gratuit comportera,

entre autres, une dégustation de fromages de chèvre imaginés par l’artiste spécialiste du terroir Nicolas Boulard, reprenant

douze formes issues de l’art minimal. (Limité à 50 places - réservation obligatoire).

INFOS PRATIQUES :

Musée de l’Objet – collection d’art

contemporain

6 rue Franciade - 02 54 55 37 40

www.museedelobjet.org

Exposition Speech Objects

28 mai - 13 nov. 2011

Ouv. mer.-dim. 14h-18h30

entrée libre

© Musée de l’Objet / Ecole d’art

de Blois-Agglopolys

Fabien Vallos et Clémence de Montgolfier

dans la Paper Room de Speech and What Archive

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

29

© Musée de l’Objet / Ecole d’art de Blois-Agglopolys


Focus

Plan local d’urbanisme

la première étape est franch

Mettre en valeur les atouts du territoire, conforter l’attractivité

économique, encourager le dynamisme démographique et

adapter les équipements : tel est l'objet de l’élaboration du

Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Blois. Alors que la première étape

se termine, retour sur cette procédure complexe et pourtant décisive

pour l’avenir de Blois.

Le développement durable au cœur

du projet

"En décidant, en décembre 2008, d’élaborer

notre Plan Local d'Urbanisme (PLU),

nous avons souhaité nous doter d’un

outil d’aménagement global et cohérent

avec le nouveau visage de la ville",

explique Marc Gricourt. Si, comme

le Plan d'Occupation des Sols (POS)

auquel il succède, le PLU va déterminer

où construire, cette procédure nouvelle

est surtout l’outil indispensable pour

30 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

instaurer une politique d'aménagement

pleinement respectueuse du développement

durable. Le PLU doit en effet agir

en faveur de principes tels que la réduction

des gaz à effet de serre, la préservation

du paysage ou la rationalisation de

la demande en déplacements.

Parce qu’elle a la volonté d'être exemplaire

en la matière, la Ville de Blois a

décidé d’adopter une démarche conçue

par l’Ademe 1 : l'Approche Environnementale

de l’Urbanisme® (AEU®) qui

analyse chaque choix du PLU selon son

impact sur l’environnement (énergie,

biodiversité, eau, déchets…).

Une procédure au long cours

Avant 2013, année lors de laquelle le

PLU devrait être mis en application,

différentes étapes doivent être franchies.

Préalable indispensable à l’élaboration

du PLU, le diagnostic territorial. Reposant

sur le principe d’une photographie

du territoire sous tous les angles, cette

Exposition sur le PL


:

ie

première étape permet d’étudier les

atouts et les faiblesses du territoire et

d’identifier ses enjeux pour l’avenir.

A la fois thématique et sectoriel, le

diagnostic est établi dans le respect

des autres documents réglementant

l’urbanisme : SCOT (Schéma de

cohérence territoriale), PDU (Plan

de déplacements urbains), PSMV

(Plan de sauvegarde et de mise en

valeur)…

Le diagnostic aujourd’hui terminé,

deux nouvelles étapes restent encore

à franchir.

Les enjeux issus du diagnostic vont

tout d’abord permettre à l’équipe

municipale de définir le Projet

d’Aménagement et de Développement

Durables (PADD), expression

claire et compréhensible de la

politique municipale en matière

d’urbanisme pour les 15 prochaines

années.

Sur la base de cette stratégie d’aménagement,

sera alors défini le nouveau

droit des sols à travers un

plan de zonage et un règlement

qui fixeront les règles d’urbanisme

applicables à chaque terrain et seront

opposables à tous : administrations,

particuliers, entreprises, ainsi

qu’à tout permis de construire, opération

d’aménagement ou lotissement.

Les Blésois au cœur du projet

Pour parvenir à élaborer un tel projet, le

PLU doit se construire en concertation

avec l’ensemble des acteurs du territoire : élus, partenaires ou citoyen,

à l’image des visites urbaines organisées entre janvier et mars 2011.

Ces 7 visites dédiées aux problématiques d’urbanisme et aux questions

environnementales ont chacune réuni une vingtaine de participants. A

pied ou en bus, conseillers de quartiers, Sages et habitants volontaires ont

pu échanger librement trois heures durant sur les problématiques de

fonctionnement et d’aménagement des différents quartiers blésois. Loin

d’une explication formelle par des experts, l’idée était au contraire de

recueillir informations complémentaires et suggestions pour compléter le

diagnostic technique. Suivis et animés par des professionnels, les débats

issus de ces visites utiles témoignent de la volonté des habitants de

vivre dans une ville à taille humaine, où chaque quartier est connecté

aux transports en commun et où l’audace architecturale côtoie les

espaces paysagers

U - parvis de l'Hôtel de Ville - jusqu'au 30 septembre

(1) Ademe : Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

LES OUTILS DE LA CONCERTATION

Le PLU octroie une place importante à la concertation avec les

acteurs du territoire tout au long de son élaboration :

Exposition retraçant les études du PLU - parvis de l’Hôtel de

Ville - jusqu'au 30 septembre

Articles réguliers dans Blois mag

Registre de concertation à la Direction de l’Urbanisme

(34 rue de la Villette)

Réunions publiques à chaque étape

Journée de concertation dédiée à la démarche environnementale…

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

31


SAMEDI 10 SEPTEMBRE 2011

RENCONTREZ LES ASSOCIATIONS SPORTIVES BLÉSOISES

ET DÉCOUVREZ DE NOMBREUSES ACTIVITÉS

Renseignements :

VILLE DE BLOIS - SERVICE DES SPORTS

Tél. : 32 02 BLOIS 54 52 mag20

| numéro 00 77 | septembre - www.blois.fr

2011

// 15H - PLACE LOUIS XII


Sport

La Fête du Sport

fait toujours plus fort

Une nouvelle édition

de la fête blésoise

dédiée au sport est

sur la ligne de départ. Son

coup d’envoi sera donné le

samedi 10 septembre à

15h, et annoncera trois

heures et demie d’actives

festivités. par Anne-Sophie Perraudin

L’ORGANISATION DE LA

FÊTE DU SPORT EST UNE

DISCIPLINE BIEN CONNUE

DES SERVICES DE LA VILLE,

PUISQUE SA PREMIÈRE ÉDITION

EUT LIEU EN 1998. Mais elle était alors

régie par d’autres règles, ne s’adressant,

depuis St-Georges, qu’à un public restreint.

"Depuis 2008, nous nous efforçons de

ramener l’événement en centre-ville parce

que nous voulons ouvrir cette fête à toute

la population, relate Bernard Mériel,

adjoint au maire en charge du sport.

C’est aussi la raison pour laquelle nous

l’organisons un samedi après-midi."

Le but étant, en cette période d’inscriptions,

d’exposer au plus grand nombre

l’étendue de l’offre. Désireuses de susciter

l’intérêt des badauds, les associations

présentes - 80 % environ de celles du

monde sportif blésois - multiplient les

actions : "La tendance, depuis quelques

années, est de proposer de plus en plus

d’ateliers", note Anthony Nail, chef de

projet, en citant des démonstrations

d’escalade, de rugby, de danse, de tennis,

d’escrime, d’arts martiaux mais aussi,

d’échecs et de billard. Autant d’animations

EN PRATIQUE :

LA FÊTE DU SPORT

Samedi 10 septembre - 15h à 18h30

Centre-ville : de la rue des Jacobins à la rue du Commerce en passant

par les rues Emile-Laurens, Saint-Martin, etc.

Programme détaillé disponible dans les lieux publics et sur blois.fr

qui, associées à celles de la Fédération

des commerçants blésois, partenaire de

l’événement, contribuent à l’esprit de

fête.

La gestion d’une telle effervescence n’est

pas chose simple : "La multiplication des

animations nous a obligé à étendre notre

périmètre", explique Bernard Mériel.

L’organisation est d’autant plus technique

que, si certains sports peuvent

être regroupés par thématique, d’autres

- ceux nécessitant un accompagnement

musical par exemple - se gênent. Aussi

la manifestation demande-t-elle un fort

investissement des équipes de la Ville :

"Le service des sports est mobilisé dans

son ensemble, commente Farid Oulami,

son directeur, mais aussi ceux des Fêtes

et manifestations, de la Police municipale,

des Places et marchés ou encore de la

Propreté."

Si la Ville profitera de la manifestation

pour faire la promotion des activités

sportives qu’elle propose et présenter le

nouveau centre aquatique d'Agglopolys,

le but premier reste de permettre aux

associations de nouer des contacts de

qualité : "Le visiteur peut apprécier le sport

avant de s’inscrire, plutôt que de le laisser

tomber au bout de deux séances, conclut

Anthony Nail. De plus, il y a un prolongement

les semaines qui suivent, puisque l’on

peut venir dans les clubs essayer la discipline

choisie"

BIEN PLUS

QU’UN DIVERTISSEMENT

Pour la seconde année consécutive,

la Fête du sport mettra l’accent sur

le "Sport-Santé". "De nombreuses

personnes s’intéressent au sport

comme moyen de préserver leur

santé physique. Plusieurs articulations

seront présentées en ce

domaine, à travers, par exemple,

une association accompagnant des

enfants malades, une autre destinée

aux seniors, un club consacré à

prévenir les problèmes de cœur, ou

encore une activité destinée aux

jeunes en surpoids.

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

33


34 BLOIS mag

| numéro 77 | septembre 2011


par Frédéric Pavy

Le Président

Charles

de Gaulle

à Blois en 1959

Le 9 mai 1959, Charles de Gaulle, premier président de la

V e République, en déplacement dans le Loir-et-Cher, faisait

étape à Blois.

ARRIVÉ À 10H25 IL FUT

ACCUEILLI PLACE DE LA

RÉPUBLIQUE PAR LE

MAIRE DE

L'ÉPOQUE, MARCEL

BUHLER, avant un

premier rendez-vous

à la préfecture afin de

s'entretenir avec les

élus du département

et les personnalités

des corps constitués.

Moins d'une heure

après, il partit pour le

Château royal où une

foule l'attendait. Le

chef de l'État y prononça

une allocution du

perron de l'aile Gaston

d'Orléans où il dit notamment ceci : "On

nous dit "la Caravelle", bien ; on nous dit

"l'Allouette", bien ; on nous dit "les Flora-

Le Général de Gaulle signant le livre d'or de la Ville de Blois. À sa gauche Marcel Bühler, maire de Blois (Musée des Beaux Arts de Blois)

lies", bien ; on nous dit "la Foire de Paris",

on nous dit "la sidérurgie française", on

nous dit "les grands ensembles industriels

mécaniques

français". Nous

finissons par

trouver cela

tout naturel. Eh

bien, c'est très

bon signe, cela

prouve que cela

devient notre

seconde nature

et, à l'époque où

nous sommes,

il faut que la

Le Géneral de Gaulle, au Château de Blois,

saluant la conservatrice du Château

(Musée des Beaux Arts de Blois)

France épouse

son temps".

Son discours

terminé, le Général s'avança vers la

foule avant de quitter le Château à

bord de la voiture présidentielle,

une DS 19 décapotable, pour se

rendre à la Préfecture où était organisé

un déjeuner.

À quinze heures, le président de la République

quitta Blois pour Amboise.

Une foule dense était alors massée

sur les quais de la Loire qu'emprunta

à ce moment le cortège présidentiel

quand, arrivé au carrefour de la

Résistance, le Général de Gaulle fit

arrêter sa voiture pour aller serrer

les mains de personnes provoquant

une véritable ruée vers lui.

Ce fut ainsi la première visite officielle

d'un président de la République française

à Blois. Il fallut attendre 32 ans

pour qu'un tel événement se reproduise,

avec la venue de François

Mitterrand le 21 juin 1991, à l'occasion

notamment du dixième anniversaire

de la Fête de la musique

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

histoire

35


36 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

LIVRE

Le coup de cœur

DES BIBLIOTHÈQUES

DE BLOIS-AGGLOPOLYS

Des clous - Tatiana Arfel

Tatiana Arfel, prix Roblès 2009 des lecteurs de Blois-

Agglopolys, publie son deuxième roman : Des clous.

Chroniques

Une entreprise internationale spécialisée dans "la mise

en place de procédures pour d'autres sociétés" a des employés jugés bizarres,

parce qu'ils se comportent comme des humains ordinaires, vous et moi en

somme. Ils sont inscrits à un séminaire de remotivation, histoire de les redresser

(ou de les enfoncer ?), comme si c'était des clous tordus. Poussés à tout rationaliser,

ils vont peu à peu cesser de penser et de sentir... La ressemblance avec des

situations réelles ne paraît pas fortuite ni involontaire...

Vous pourrez rencontrer l'auteur, ainsi que deux autres lauréates du Roblès, Carole

Martinez et Estelle Nollet, le 9 septembre à 18h, à la bibliothèque Abbé-Grégoire.

FILM

Le coup de cœur

DE CINÉFIL

Pater - France, 201, 1h45

Alain Cavalier et Vincent Lindon ont décidé un jour de réaliser un film

ensemble, à partir de cette simple trame : "on dirait qu'Alain ferait le président

de la République française et que Vincent serait le nouveau premier ministre,

censé mettre en œuvre des mesures sociales urgentes". Pendant un an, ils se

sont vus et ils se sont filmés. Le cinéaste et le

comédien, le Président et son Premier Ministre,

Alain Cavalier et Vincent Lindon. Dans Pater, vous les

verrez à la fois dans la vie et dans une fiction qu’ils

ont inventée ensemble. Pater s’impose comme le

film politique le plus renversant de l’année, d'une

fantaisie ludique et malicieuse, un des événements

du dernier festival de Cannes.

ALBUM

Le coup de cœur

DU CHATO'DO

Angel, Rod Anton - autoproduction

A l'affiche au cinéma Les Lobis du 26 septembre

au 4 octobre.

Il est de ces histoires qui s'enrichissent au fur et à mesure

du temps, des voyages, des rencontres. Celle

de Rod Anton débutera en Jamaïque avec Cédric

Myton, chanteur du groupe The Congos. Celui-ci enregistrera et posera sa

voix sur le premier titre de l'album de Rod Anton sorti en novembre 2010. Un

disque si typé qu'il semble tout droit sorti d'un studio de Kingston. La force

de Rod réside dans son grain de voix si singulier, une voix bercée au fado et

à la soul américaine sur les mélodies reggae-soul de The Ligerians. Les sonorités

électro-dub et les basses omniprésentes subtilement arrangées par son

compère Babs rendent délicate l'apposition d'une étiquette tant les influences

musicales sont nombreuses. Mais l'histoire ne fait que commencer et une nouvelle

rencontre se dessinera lors du concert de Danakil et Rod Andon & The

Ligerians en novembre prochain au Chato'do.

Retrouvez Rod Anton sur l'Electrophone - www.lelectrophone.fr


DU VÉLO

Dimanche 4 septembre à Chailles

(rendez-vous au stade entre 9h et 11h)

C'est devenu une tradition ! L'Office de Tourisme de

Blois-Pays de Chambord organise chaque année la

Fête du Vélo, le premier dimanche de septembre. Les

participants auront le choix entre deux parcours, l'un

de 38 km et l'autre de 50 km. Tout au long des deux

trajets, des animations seront présentes : sportives,

ludiques, culturelles, musicales ou valorisant le patrimoine

local. Les itinéraires seront sécurisés et balisés

et emprunteront les voies cyclables des Châteaux à

vélo. Plus de 2 500 participants sont attendus ! histoireFÊTE

Plus d'infos : www.bloispaysdechambord.com/fr

104/09

Fête du vélo

430/09

Concert

CONCERT

SOIRÉE DE RENTRÉE DU CHATO'DO : CABARET FREAKS !!

Vendredi 30 septembre de 22h à 5h

Après la soirée Travesti Monsters qui avait marqué l'anniversaire

des 15 ans du Chato'do, place pour cette rentrée au Cabaret

Freaks ! Au programme, le savant mélange d'une programmation

electro-rock explosive avec entre autre Daryl Corn Flexx,

Mr Magnetix, Fowatile, Dj Khips, croisée à des performances

déjantées (magie, burlesque, ombres chinoises, mr loyal...).

Costume de martien de rigueur (dress code vert et accessoires

loufoques) pour participer à cette soirée des plus folles !

10 € / Devenez adhérent et la place est offerte !

Renseignements : 02 54 45 50 00 ou sur www.chatodo.com

FESTIVAL

L’ÉTÉ SANS FIN

Samedi 17 et dimanche 18 septembre à la Halle aux grains

Temps fort de la rentrée : un week-end festif et convivial, à

voir en famille...

À l’occasion de la troisième édition du festival de rentrée

de la scène nationale, venez découvrir la magie nouvelle de

Scorpène (Réalité non ordinaire), le théâtre d’agit-prop de

la Compagnie Escale (Est ou ouest, procès d’intention) mais

également, à voir en famille dès 7 ans les marionnettes rock

de High dolls et les circassiens de La Serre.

Tarif unique : 5 €

Renseignements et réservations : 02 54 90 44 00

www.halleauxgrains.com

17 et 18 /09

Festival

2

22/09

Soirée

nouveaux étudiants

3

SOIRÉE NOUVEAUX ÉTUDIANTS

REMISE DU PASS ÉTUDIANT

Jeudi 22 septembre à 18h, à la Halle aux grains

Pour la 4 e année, la Ville met à disposition de ses

nouveaux étudiants un minichéquier qui leur offre

la possibilité de bénéficier d'entrées gratuites dans

les structures culturelles et sportives blésoises. Pour

le retirer, rendez-vous à la soirée de remise du Pass

étudiant (apéro – DJ).

Renseignements : www.blois.fr

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

agenda d

37


tribune

Majorité municipale

GROUPE SOCIALISTE ET RÉPUBLICAIN

Fin de contrat des EVS ou quand l'État

ne respecte plus ses engagements.

Vous l'avez peut-être lu dans la presse locale

avant les vacances d'été, mais le gouvernement

a décidé de mettre fin aux contrats

des EVS (emploi vie scolaire) le 30 juin

dernier alors même que ces contrats

devaient durer jusqu'au 30 septembre.

Encore une fois, le pouvoir en place fait le

choix des coupes budgétaires arbitraires

au mépris de l'intérêt des enfants.

Ces emplois sont pourtant essentiels dans

les écoles primaires, car ils permettent

d'apporter un soutien aux enfants en situation

de handicap. Permettre à ces agents

de terminer leur contrat aurait pourtant

été bien utile pour les écoles en cette

période de rentrée scolaire où l'énergie

de chacun est nécessaire pour encadrer

au mieux les élèves. Sans ces agents, c'est

une rentrée bien difficile que les enfants

vont subir. Ces employés leur apportaient

un soutien essentiel en matière d'aide en

LES VERTS

Destruction durable

Ce n'est plus en 10 ans que l'équivalent d'un département français

est artificialisé mais en 4 ans : 26 000 hectares de bonnes terres

agricoles disparaissent chaque année. Une bonne couche de

peinture verte pour la bonne conscience, et c'est parti pour les

projets de sorties d'autoroutes, de nouvelles grandes surfaces, de

zones d'activité (du Breuil par exemple), de barrages collinaires,

de golfs et pourquoi pas, de ligne à grande vitesse ! Des projets

toujours placés sous la protection de saint Grenelle qui ne remettent

surtout pas en cause nos modes de vie.

Développement durable, que d'erreurs ne commet-on pas en ton

nom !

Les Verts : http://envertavecblois.overblog.com

Catherine Fourmond, François Thiollet, François Bourdillon

Opposition

GROUPE UMP, NOUVEAU CENTRE,

GAUCHE MODERNE ET DIVERS

38 BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

classe, aux devoirs, pour les déplacements

et les gestes du quotidien.

Le gouvernement rompt ces contrats d'EVS

avant leur terme, ce qui est fortement

déloyal vis-à-vis d'agents déjà fortement

précaires. En effet, ces employés ont des

contrats aidés et sont faiblement rémunérés

eu égard à l'action qu'ils mènent dans

les groupes scolaires, alors même qu'ils

remplissent une fonction essentielle en

matière d'égalité des chances.

La loi de 2005 relative aux droits et à l’égalité

des chances des personnes handicapées a

réaffirmé le droit à l’éducation pour tous les

enfants, en priorité en milieu ordinaire.

Pourtant, selon les associations, encore plus

d’une dizaine de milliers d’enfants en

situation de handicap reste sans solution

éducative, particulièrement à partir du

secondaire et de façon plus criante encore

dans l’enseignement supérieur. Supprimer

ces emplois d'EVS va aggraver cette situa-

Tribune non parvenue dans les délais.

tion, car sur les 200 000 enfants actuellement

scolarisés, la majorité ne passe que

quelques heures par semaine à l’école,

faute de personnel d’accompagnement et

de locaux accessibles. Qu'en sera t-il cette

année avec ces suppressions de postes?

Au lieu d'investir dans l'éducation et de

permettre aux enfants handicapés d'avoir

les mêmes chances à l'école que les autres

et d'avoir un enseignement de qualité, le

gouvernement fait le choix de gagner

quelques dizaines de milliers d'euros sur

ces postes d'EVS, rendant ainsi beaucoup

plus compliquée la possibilité pour ces

enfants de suivre un cursus scolaire. Cette

décision fait écho aux suppressions de

postes qu'opère le gouvernement dans

l'éducation, depuis 2002 c'est 100 000 emplois

qui ont été supprimés dans l'Éducation

nationale, provoquant ainsi, fermetures de

classes, augmentation des effectifs moyens

dans les classes, suppression des RASED,

diminution des crédits...

PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS

La SNCF doit revoir sa copie…

Le plan Fret de la SNCF a pour objectif de réduire le trafic, il

abandonne plusieurs territoires et se sépare de moyens. Pour le

transport de voyageurs, le nouveau cadencement de Blois

propose des nouveaux horaires qui ne correspondent pas aux

besoins réels des voyageurs. Et contrairement aux engagements

du Grenelle de réduire le tout routier, ces plans vont aggraver la

situation en terme de lutte contre le changement climatique et

d’aménagement du territoire. L’objectif de réduire les Gaz à Effet

de Serre dans le secteur des transports n’est pas renégociable,

tout comme le service rendu aux usagers. La SNCF et le ministère

des transports doivent revoir leur copie.

Les élus communistes soutiennent les mobilisations des usagers

pour améliorer ce service public.

Laurianne Delaporte, Odile Soules et Françoise Suss-Godeau


A. Créations 02 47 20 63 63 - D. Lepissier

B

Val de Loire - Loire Valley

LOIS

SON & LUMIÈRE

Ainsi Blois vous est conté

02 54 90 33 33

www.chateaudeblois.fr

BLOIS mag | numéro 77 | septembre 2011

39


40 BLOIS mag

| numéro 77 | septembre 2011

More magazines by this user
Similar magazines