25.06.2013 Views

la lettre - Filmer en Alsace

la lettre - Filmer en Alsace

la lettre - Filmer en Alsace

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

AUTOMNE<br />

HIVER 2009<br />

<strong>Filmer</strong><br />

dans le Grand-Est<br />

<strong>la</strong> <strong>lettre</strong>


Films <strong>Alsace</strong><br />

Annuaire de <strong>la</strong> production 2007-2008<br />

Vidéo Les Beaux Jours rec<strong>en</strong>se tous les deux ans l’état<br />

de <strong>la</strong> production sur le territoire régional et rassemble<br />

une grande partie de ces fi lms à <strong>la</strong> vidéothèque de <strong>la</strong><br />

Maison de l’image. L’annuaire Films <strong>Alsace</strong> 2007-2008<br />

est sorti cet automne, le sixième d’une série qui couvre<br />

désormais <strong>la</strong> période 1995-2008.<br />

Il est disponible à :<br />

Vidéo Les Beaux Jours<br />

Maison de l’image<br />

31 rue Kag<strong>en</strong>eck 67000 Strasbourg<br />

téléphone 03 88 23 86 51<br />

www.videolesbeauxjours.org


éditorial<br />

Le <strong>la</strong>c de Gérardmer, r<strong>en</strong>contres Grand-Est de mars 2009.<br />

PHOTO DAMIEN FRITSCH<br />

PHOTO DR<br />

L’automne est aux débats, notamm<strong>en</strong>t avec les cafés culture à Strasbourg.<br />

Espérons que l’hiver verra certains changem<strong>en</strong>ts : <strong>la</strong> profession bataille<br />

pour continuer à réaliser et à produire.<br />

Profi tons de cet éditorial pour un exercice d’admiration. Pour A<strong>la</strong>in<br />

Cavalier qui nous donne Irène. Un fi lm magnifi que, plus qu’un fi lm,<br />

un acte. A<strong>la</strong>in Cavalier r<strong>en</strong>oue avec un art anci<strong>en</strong> qui croyait à <strong>la</strong><br />

convocation des morts pour réouvrir l’espace m<strong>en</strong>tal de nos propres<br />

vies. Il inv<strong>en</strong>te un rituel cinématographique pour faire revivre Irène<br />

sous nos yeux. Nous pourrions très bi<strong>en</strong> ne pas nous s<strong>en</strong>tir concernés,<br />

nous demander <strong>en</strong> quoi cette histoire, son histoire, nous regarde. Et<br />

nous sommes, au contraire, comme investis. Irène que nous n’avons<br />

pas connue est prés<strong>en</strong>te, c’est elle qui nous accompagne et devi<strong>en</strong>t <strong>la</strong><br />

proche de nos propres disparus. Ainsi, A<strong>la</strong>in Cavalier, <strong>en</strong> convoquant<br />

Irène, convoque le peuple des morts.<br />

Et puis, sans abandonner nos batailles, comm<strong>en</strong>t ne pas être touchés<br />

par <strong>la</strong> leçon qu’il nous donne : « J’ai r<strong>en</strong>du l’arg<strong>en</strong>t neutre » dit-il. Les<br />

moy<strong>en</strong>s ne font pas les fi lms. Un très grand fi lm peut se faire avec<br />

une petite caméra à peine professionnelle. A<strong>la</strong>in Cavalier fi lmant le<br />

monde qui l’habite nous emmène à imaginer aussi comm<strong>en</strong>t il est<br />

possible d’habiter le monde et le cinéma autrem<strong>en</strong>t qu’à partir de nos<br />

habitudes.<br />

L’équipe de La Lettre<br />

Merci pour ce numéro à : Regina de Almeida, Charlotte Béfort, Estelle Cavoit,<br />

Afsaneh Chehregosha, A<strong>la</strong>in Chréti<strong>en</strong>, Pascal Cling, Laur<strong>en</strong>t D<strong>en</strong>é, Brigitte<br />

Daudé, Jean-Marie Fawer, Johanna Flecheux, Estelle Furst<strong>en</strong>berger, Anne-Noëlle<br />

Gaessler, Gauthier Gumpper, Georges Heck, Abel Kavanagh, Julia Laur<strong>en</strong>ceau,<br />

Yannis et Alexis Metzinger, Isabelle Pantic Guillet, Juli<strong>en</strong> Rancoule, Jean-Philippe<br />

Rameau, Raoul Sang<strong>la</strong>, Serge Steyer, Raphaël Soatto, Bruno Tackels.<br />

<strong>la</strong> <strong>lettre</strong><br />

<strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

qui regroupe l’Association<br />

des producteurs audiovisuels<br />

d’<strong>Alsace</strong> (APAA)<br />

représ<strong>en</strong>tée par Josiane<br />

Schauner et Yannis Metzinger,<br />

<strong>la</strong> Safi re représ<strong>en</strong>tée<br />

par Dami<strong>en</strong> Fritsch<br />

et Zouhair Chebbale,<br />

Vidéo Les Beaux Jours<br />

représ<strong>en</strong>té par Georges Heck,<br />

l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong><br />

représ<strong>en</strong>tée par Brigitte Daudé,<br />

iconoval représ<strong>en</strong>té<br />

par Michèle Clém<strong>en</strong>t-Théclé,<br />

l’Ina Grand-Est représ<strong>en</strong>té<br />

par Isabelle Pantic Guillet,<br />

l’Université de Strasbourg<br />

représ<strong>en</strong>tée par<br />

Jean-François Moris<br />

<strong>en</strong> Franche-Comté<br />

Institut régional de l’image<br />

et du multimédia (Irimm)<br />

représ<strong>en</strong>té par<br />

Jean-Philippe Rameau<br />

<strong>en</strong> Bourgogne<br />

Association des<br />

producteurs audiovisuels<br />

Rhin-Rhône (Appar)<br />

représ<strong>en</strong>tée par<br />

Estelle Cavoit<br />

<strong>en</strong> Lorraine<br />

Safi re Lorraine<br />

représ<strong>en</strong>tée par<br />

A<strong>la</strong>in Chréti<strong>en</strong>, Juli<strong>en</strong> Drapier,<br />

Philippe Thomine<br />

<strong>en</strong> Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

Offi ce régional culturel<br />

de Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

(Orcca) représ<strong>en</strong>té par<br />

Raphaël Soatto<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

est sout<strong>en</strong>u par :<br />

- le ministère<br />

de <strong>la</strong> Culture<br />

DRAC <strong>Alsace</strong><br />

DRAC Lorraine<br />

- <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong><br />

- le Départem<strong>en</strong>t<br />

du Haut-Rhin<br />

- <strong>la</strong> Ville de<br />

Strasbourg<br />

et par :<br />

- <strong>la</strong> Scam (Safi re).<br />

SOMMAIRE<br />

Éditorial .............................................1<br />

Édition ................................................2<br />

Qu’est-ce<br />

que le scénario<br />

<strong>en</strong> docum<strong>en</strong>taire ? ....................3<br />

Propositions de <strong>la</strong> Safi re .....3<br />

Histoires de fi lms.......................4<br />

Production ......................................6<br />

Chiffres Grand-Est ...................8<br />

Programme<br />

des Journées<br />

professionnelles<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> ...............I à IV<br />

Qu’est-ce<br />

que le scénario<br />

<strong>en</strong> docum<strong>en</strong>taire ? ................13<br />

Grand-Ouest .............................14<br />

Histoires de fi lms...................20<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> prison .....................18<br />

Retour de .....................................20<br />

Portrait ...........................................24<br />

Films<br />

<strong>en</strong> fabrication ..................3 à 17<br />

sortis de fabrique ......19 à 23<br />

primés, sélectionnés............25<br />

L’INVITÉ<br />

Raoul Sang<strong>la</strong><br />

<strong>en</strong> cahier c<strong>en</strong>tral<br />

Responsable<br />

de <strong>la</strong> publication :<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Coordination<br />

et secrétariat de rédaction :<br />

Marie Frering<br />

Graphisme :<br />

L’intranquille<br />

Impression :<br />

Gyss imprimeur, Obernai<br />

4e trimestre 2009<br />

ISBN <strong>en</strong> cours<br />

Contact :<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

c/o La Maison de l’image<br />

31 rue Kag<strong>en</strong>eck<br />

67 000 Strasbourg<br />

téléphone 03 88 23 86 51<br />

info@fi lmer<strong>en</strong>alsace.eu<br />

www.fi lmer<strong>en</strong>alsace.eu<br />

Contact pour La Lettre :<br />

<strong>la</strong>-<strong>lettre</strong>@<strong>la</strong>poste.net<br />

1


2<br />

édition<br />

En Champagne-Ard<strong>en</strong>ne, les formes du souti<strong>en</strong> à <strong>la</strong> création et à <strong>la</strong><br />

diffusion se veul<strong>en</strong>t multiformes et à l’écoute des réalités du terrain. C’est<br />

ainsi qu’est née <strong>la</strong> collection Portraits d’artistes.<br />

Christian Lapie. Des jours et des lunes de Rémi Duhamel<br />

Portraits d’artistes<br />

La Région Champagne-Ard<strong>en</strong>ne a souhaité mettre <strong>en</strong> œuvre une politique<br />

de souti<strong>en</strong> à l’image de manière globale et diversifi ée. Comme beaucoup,<br />

elle accompagne <strong>la</strong> diffusion cinématographique, l’éducation à l’image,<br />

mais aussi les pratiques amateurs. Elle s’est égalem<strong>en</strong>t dotée <strong>en</strong> 2003<br />

d’un fonds d’aide à <strong>la</strong> création cinématographique et audiovisuelle qui<br />

lui permet de sout<strong>en</strong>ir de jeunes réalisateurs pour <strong>la</strong> création de courts<br />

métrages et de docum<strong>en</strong>taires. Dernièrem<strong>en</strong>t, <strong>la</strong> Région s’est inscrite, pour<br />

<strong>la</strong> première fois, dans le fi nancem<strong>en</strong>t d’un long métrage de fi ction qui<br />

sera tourné <strong>en</strong> Haute-Marne dans le courant de l’année 2010, poursuivant<br />

ainsi le développem<strong>en</strong>t de son souti<strong>en</strong> à <strong>la</strong> création cinématographique.<br />

En 2006, afi n de répondre le mieux possible aux demandes émanant du<br />

terrain, il a été initié une nouvelle aide, consacrée à des réalisateurs et<br />

des sociétés de production imp<strong>la</strong>ntés <strong>en</strong> Champagne-Ard<strong>en</strong>ne. Dans ce<br />

cadre, elle a accompagné <strong>la</strong> réalisation de différ<strong>en</strong>ts docum<strong>en</strong>taires dont<br />

une série de portraits d’artistes champard<strong>en</strong>nais produits par Marie-Noëlle<br />

H<strong>en</strong>negrave, productrice indép<strong>en</strong>dante rémoise. D’une durée de 26’, ces<br />

portraits favoris<strong>en</strong>t <strong>la</strong> découverte du travail de p<strong>la</strong>stici<strong>en</strong>s, écrivains,<br />

musici<strong>en</strong>s, circassi<strong>en</strong>s…<br />

À ce jour, ceux des artistes Franz Bartelt, écrivain, Christian Lapie, sculpteur,<br />

Ismaël Kachtihi del Moral, p<strong>la</strong>stici<strong>en</strong>, le photographe Gérard Rondeau, le<br />

créateur de bandes dessinées B<strong>en</strong>oit Sokal, le musici<strong>en</strong> Vinc<strong>en</strong>t Segal, le<br />

circassi<strong>en</strong> Jean-Baptiste André ont déjà été produits. D’autres devrai<strong>en</strong>t<br />

voir le jour prochainem<strong>en</strong>t, notamm<strong>en</strong>t sur le stylisme.<br />

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. En effet, afi n d’assurer <strong>la</strong> plus <strong>la</strong>rge<br />

diffusion possible, le pôle cinéma de l’ORCCA a souhaité s’investir dans<br />

une nouvelle av<strong>en</strong>ture : l’édition de DVD, afi n de constituer une galerie<br />

de portraits. Ces fi lms, loin d’être didactiques, se construis<strong>en</strong>t plutôt dans<br />

l’accompagnem<strong>en</strong>t de l’artiste et d’une réfl exion sur son propre travail.<br />

Ils ont <strong>la</strong> volonté de s’ouvrir à <strong>la</strong> parole et de s’attarder sur les gestes de<br />

chaque spécialité, sur le rapport corporel que l’artiste <strong>en</strong>treti<strong>en</strong>t avec <strong>la</strong><br />

photographie, <strong>la</strong> sculpture, l’écrit, <strong>la</strong> danse…<br />

C’est le sculpteur Christian Lapie qui a ouvert<br />

le bal il y a un an avec <strong>la</strong> sortie du fi lm de Rémi<br />

Duhamel, Des jours et des lunes, où on peut le<br />

voir travailler pas à pas, des repérages jusqu’à<br />

<strong>la</strong> mise <strong>en</strong> œuvre, sur le montage d’une sculpture<br />

monum<strong>en</strong>tale à Jaipur, <strong>en</strong> Inde. Dans sa<br />

recherche de formes archaïques et symboliques,<br />

mémorielles et mémorables, ce sont d’abord les<br />

esquisses et <strong>la</strong> douceur de <strong>la</strong> main, puis rapidem<strong>en</strong>t<br />

<strong>la</strong> tronçonneuse, <strong>la</strong> force physique à<br />

l’œuvre <strong>en</strong>tre deux p<strong>en</strong>sées <strong>en</strong> train de se faire<br />

qu’il nous est proposé d’observer. Le travail de<br />

l’écrivain Franz Bartelt ou celui du photographe<br />

Gérard Rondeau sont égalem<strong>en</strong>t r<strong>en</strong>dus, <strong>en</strong>tre<br />

<strong>la</strong> s<strong>en</strong>sibilité et l’<strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t physique, dans <strong>la</strong><br />

poésie de leur médium respectifs.<br />

Cette collection est distribuée dans les bibliothèques,<br />

les musées, les CDI du milieu sco<strong>la</strong>ire<br />

sur tout le territoire champard<strong>en</strong>nais, les c<strong>en</strong>tres<br />

d’art, les part<strong>en</strong>aires associatifs, et se propose<br />

d’être ainsi le re<strong>la</strong>is culturel et contemporain<br />

non seulem<strong>en</strong>t des œuvres, mais des artistes<br />

qui viv<strong>en</strong>t et travaill<strong>en</strong>t toujours au cœur d’une<br />

société. C’est le rôle de <strong>la</strong> collection que de<br />

proposer un zoom sur <strong>la</strong> poésie et <strong>la</strong> force de<br />

l’artiste dans des contextes donnés, les plus<br />

divers soi<strong>en</strong>t-ils.<br />

Le prochain numéro prévu sera dédié à Jean-<br />

Baptiste André, circassi<strong>en</strong> se défi nissant luimême<br />

comme distortionniste, où <strong>la</strong> réalisatrice<br />

Mireille Jacquesson nous propose de nous<br />

attarder sur un artiste qui met <strong>en</strong> scène <strong>la</strong> transversalité<br />

<strong>en</strong>tre les arts du cirque, les nouvelles<br />

technologies et l’art contemporain comme un<br />

moteur de recherche et de création.<br />

Une histoire à suivre…<br />

Raphaël Soatto,<br />

Offi ce régional culturel<br />

de Champagne-Ard<strong>en</strong>ne (ORCCA)<br />

www.orcca.asso.fr


scénario<br />

La Lettre avait initié au numéro précéd<strong>en</strong>t cette série qui propose à chaque<br />

fois à deux réalisateurs des régions de répondre à <strong>la</strong> question « Qu’est-ce<br />

que pour vous le scénario dans le docum<strong>en</strong>taire ? » Réponse ci-dessous<br />

d’A<strong>la</strong>in Chréti<strong>en</strong>, réalisateur <strong>en</strong> Lorraine.<br />

Cristallisation des t<strong>en</strong>sions<br />

Pour obt<strong>en</strong>ir le fi nancem<strong>en</strong>t qui permet de débuter le tournage d’un<br />

fi lm, il faut un dossier épais, écrit, avec de <strong>la</strong> technique, de <strong>la</strong> prose<br />

et un scénario. Un scénario que le producteur et le diffuseur lis<strong>en</strong>t,<br />

tritur<strong>en</strong>t, tortur<strong>en</strong>t, analys<strong>en</strong>t, critiqu<strong>en</strong>t, comm<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t, mais un<br />

scénario qui donne une idée du sujet, des propos des interv<strong>en</strong>ants,<br />

des lieux de tournages, bref, une p<strong>la</strong>quette promotionnelle, pleine de<br />

bonnes int<strong>en</strong>tions et de tape-à-l’œil.<br />

Le message à destination des fi nanceurs est simple : croyez à ce que<br />

vous lisez, imaginez-vous le fi lm, son histoire, ses images et ses sons,<br />

faites-nous confi ance et payez avant de voir. Ceci n’est pas propre au<br />

docum<strong>en</strong>taire mais à toute forme de production unique, prototypale.<br />

C’est le lot des architectes, des paysagistes, des ag<strong>en</strong>ces de voyage et<br />

des restaurants découverts lors d’un périple.<br />

Il existe pourtant deux types de voyage : celui de <strong>la</strong> fi ction et celui du<br />

docum<strong>en</strong>taire. Par opposition au premier, le docum<strong>en</strong>taire serait un<br />

fi lm sans scénario, sans continuité dialoguée ni découpage. Mais peuton<br />

fi lmer sans int<strong>en</strong>tion, sans savoir de quoi il retourne et pourquoi on<br />

le fait ? D’où l’importance du dossier de départ.<br />

C’est l’<strong>en</strong>semble de ce dossier qui cristallise toutes les t<strong>en</strong>sions, qui<br />

est “scénario”. C’est un échafaudage (et non une maquette) qui permet<br />

d’imaginer <strong>la</strong> future construction telle qu’elle existe dans <strong>la</strong> tête de<br />

l’auteur-réalisateur. En creux, il permet aussi d’expliquer ce que<br />

le fi lm ne sera pas. Il est important de désamorcer les constructions<br />

imaginatives des lecteurs du dossier.<br />

A<strong>la</strong>in Chréti<strong>en</strong><br />

Auteur-réalisateur, son dernier fi lm Au-delà du bitume<br />

a été tourné à Metz-Borny et dresse le portrait de jeunes<br />

pris dans l’<strong>en</strong>gr<strong>en</strong>age de <strong>la</strong> drogue et de <strong>la</strong> viol<strong>en</strong>ce.<br />

Propositions de <strong>la</strong> Safi re<br />

à <strong>la</strong> politique audiovisuelle<br />

de <strong>la</strong> Ville de Strasbourg<br />

Dans le cadre des assises de <strong>la</strong> culture de <strong>la</strong> Ville de Strasbourg<br />

et suite au café culture que <strong>la</strong> Safi re a organisé le 30 juin 2009 au<br />

café La Hache, l’association a rédigé un cahier de propositions<br />

portant sur les types d’aides et leurs conditions d’attribution ; le<br />

fi nancem<strong>en</strong>t de l’écriture et du développem<strong>en</strong>t des projets ; le<br />

fi nancem<strong>en</strong>t des diffuseurs locaux et leur politique de coproduction ;<br />

le fonctionnem<strong>en</strong>t et <strong>la</strong> composition des commissions du fonds de<br />

souti<strong>en</strong> audiovisuel de <strong>la</strong> Ville et de <strong>la</strong> Région ; l’éducation à l’image<br />

et les lieux de diffusion à Strasbourg.<br />

Le cahier a été remis aux élus <strong>en</strong> charge de l’audiovisuel de <strong>la</strong> Ville.<br />

Il est consultable et téléchargeable sur le blog de <strong>la</strong> Safi re :<br />

http://safi re.hautetfort.com/<br />

fi lms <strong>en</strong> fabrication<br />

Résonances<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Serge Fretto (HD)<br />

Peut-être avez-vous déjà <strong>en</strong>t<strong>en</strong>du parler des ondes électromagnétiques<br />

? Celles-ci sont généralem<strong>en</strong>t asso ciées<br />

à l’électrosmog – cette pollution électromagnétique<br />

générée par les appareils de notre quotidi<strong>en</strong>… Parallè lem<strong>en</strong>t<br />

aux voix qui s’élèv<strong>en</strong>t et qui considèr<strong>en</strong>t ces champs<br />

électromagnétiques comme néfastes pour l’homme,<br />

de nombreux chercheurs ont fait des découvertes<br />

étonnantes <strong>en</strong> biophysique. Ce champ d’investigation<br />

sci<strong>en</strong>tifi que questionne <strong>la</strong> nature et le rôle des ondes<br />

électro magnétiques sur le vivant.<br />

Coproduction Ana fi lms, Mosaïk TV, Domino production<br />

fi lms <strong>en</strong> fabrication<br />

Charles de Foucauld,<br />

chemin d’humanité<br />

Docu-fi ction de 26’ de Daniel Ziegler (HD)<br />

La vie d’une communauté de sœurs dans le diffi cile<br />

quartier des Coteaux de Mulhouse, dont l’exemp<strong>la</strong>rité et<br />

le sacrifi ce se veul<strong>en</strong>t à l’image des principes de Charles<br />

de Foucauld. Ce dernier n’a néanmoins pas eu le parcours<br />

simple qu’on pourrait imaginer. La première moitié de<br />

sa vie comme offi cier de cavalerie a été fertile <strong>en</strong> excès<br />

de tous g<strong>en</strong>res. La découverte du Maroc et du Hoggar<br />

l’amènera vers une quête spirituelle où <strong>la</strong> foi <strong>en</strong> Dieu<br />

lui permettra d’accomplir son destin. La réalisation de<br />

l’humain montre des parcours dont <strong>la</strong> singu<strong>la</strong>rité peut<br />

surpr<strong>en</strong>dre…<br />

C<strong>la</strong>p production<br />

Hubert Nyss<strong>en</strong>,<br />

<strong>la</strong> mémoire sous les mots<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Sylvie Deleule (HDV)<br />

En Prov<strong>en</strong>ce et <strong>en</strong> Belgique à <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre d’Hubert<br />

Nyss<strong>en</strong>, fondateur des éditions Actes Sud, né belge puis<br />

naturalisé français. « Écrivain d’abord, éditeur <strong>en</strong>suite »,<br />

il se considère avant tout comme un passeur. À 84 ans, il<br />

manifeste une incroyable vitalité et reste un merveilleux<br />

conteur. En l’écoutant faire sonner les mots, on a toujours<br />

le s<strong>en</strong>tim<strong>en</strong>t qu’il raconte sa vie pour <strong>la</strong> première fois,<br />

tout simplem<strong>en</strong>t parce qu’il ne <strong>la</strong> raconte jamais de <strong>la</strong><br />

même façon.<br />

Coproduction Cresc<strong>en</strong>do fi lms,<br />

France 5 (collection Empreintes)<br />

Tito<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Sabina Subasic et Robin Hunzinger (Betanum)<br />

Sabina est une jeune femme qui a grandi dans un pays<br />

qui n’existe plus, <strong>la</strong> Yougos<strong>la</strong>vie de Tito. Membre des<br />

Jeunesses communistes comme <strong>la</strong> plupart des jeunes<br />

de sa génération, elle se souvi<strong>en</strong>t des grandes manifestations<br />

organisées dans les stades <strong>en</strong> commémoration de<br />

l’anniversaire de Tito, de <strong>la</strong> fête de <strong>la</strong> jeunesse ou de celle<br />

de l’indép<strong>en</strong>dance. Avec elle, nous questionnerons aussi<br />

l’héritage de Tito aujourd’hui, l’héritage de l’idéologie<br />

d’une époque.<br />

Coproduction Ère production, Real production,<br />

France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne, TG4 Ir<strong>la</strong>nde, BIH TV, VRT<br />

3


4<br />

histoires de fi lms<br />

Ce n’est pas une surprise, c’est un étonnem<strong>en</strong>t. Que Franck Vialle ne cède ri<strong>en</strong>, dans le g<strong>en</strong>re docum<strong>en</strong>taire, du regard sur le réel qu’il<br />

avait développé dans ses précéd<strong>en</strong>tes fi ctions, c’était le moins qu’on pouvait att<strong>en</strong>dre de lui. Que son art s’épanouisse à ce point,<br />

que <strong>la</strong> musique et l’image se déploi<strong>en</strong>t et s’<strong>en</strong><strong>la</strong>c<strong>en</strong>t ainsi dans une même durée, voilà qui provoque l’étonnem<strong>en</strong>t. Que se passe-t-il ?<br />

À quoi assiste-t-on ? À un fi lm ? À quelque chose de plus qu’un fi lm ?<br />

And I Ride and I Ride<br />

de Franck Vialle et Emmanuel Abe<strong>la</strong><br />

La chevauchée<br />

Ce fi lm est un portrait du musici<strong>en</strong> Rodolphe Burger, originaire de <strong>la</strong> vallée<br />

de Sainte-Marie-aux-Mines. Rodolphe Burger n’hésite pas à parler à <strong>la</strong><br />

caméra à quelques reprises – sans qu’il y ait de véritable interview posée –,<br />

on r<strong>en</strong>contre égalem<strong>en</strong>t quelques personnes qui ont croisé le parcours<br />

du musici<strong>en</strong> à un mom<strong>en</strong>t ou à un autre, mais aucun musici<strong>en</strong>, aucune<br />

célébrité. À côté de ces r<strong>en</strong>contres, le fi lm se conc<strong>en</strong>tre beaucoup sur <strong>la</strong><br />

musique, sur les répétitions <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, à <strong>la</strong> Maison de <strong>la</strong> radio ou ailleurs,<br />

fi lmées le plus souv<strong>en</strong>t <strong>en</strong> longs p<strong>la</strong>ns séqu<strong>en</strong>ce.<br />

Si le fi lm a été écrit à quatre mains avec le journaliste Emmanuel Abe<strong>la</strong>, le<br />

li<strong>en</strong> avec les précéd<strong>en</strong>ts fi lms de Franck Vialle est évid<strong>en</strong>t. Il y a d’abord<br />

<strong>la</strong> musique, et sa manière toute particulière de revisiter <strong>la</strong> prés<strong>en</strong>ce de<br />

<strong>la</strong> musique à l’écran. Un g<strong>en</strong>re (du rock expérim<strong>en</strong>tal), et une forme : <strong>la</strong><br />

musique jouée à l’écran, <strong>en</strong> de longues p<strong>la</strong>ges sonores. Ce qui, dans les<br />

fi ctions, ouvrait <strong>la</strong> trame narrative vers un ailleurs plus proche de l’essai<br />

ou de <strong>la</strong> rêverie poétique, trouve dans ce docum<strong>en</strong>taire une p<strong>la</strong>ce naturelle<br />

– presque trop naturelle ! Mais Franck Vialle se garde bi<strong>en</strong> de déjouer les<br />

att<strong>en</strong>tes <strong>en</strong> fi lmant de simples “captations” : les longs travellings sinueux<br />

épous<strong>en</strong>t et <strong>en</strong><strong>la</strong>c<strong>en</strong>t <strong>la</strong> musique jusqu’à ne former plus qu’un avec elle,<br />

l’image et le son se déploi<strong>en</strong>t, s’étir<strong>en</strong>t, se répèt<strong>en</strong>t, jusqu’à créer une durée<br />

<strong>en</strong>ivrante, hallucinée.<br />

Mais ce n’est pas là le seul point commun avec ses précéd<strong>en</strong>ts fi lms. On<br />

retrouve aussi l’<strong>Alsace</strong>. Après le c<strong>en</strong>tre-ville de Avec les mots des autres,<br />

après le retour dans <strong>la</strong> banlieue de son <strong>en</strong>fance dans Pétunia et Naphtaline<br />

et HOM (Heart of Mine) qui, toujours <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, porte sur quelque chose<br />

comme <strong>la</strong> recherche d’un lieu où fonder une maison (et une famille),<br />

Franck Vialle se r<strong>en</strong>d au fi n fond du Val d’Arg<strong>en</strong>t à <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre du voisin<br />

de Rodolphe Burger, un paysan absolum<strong>en</strong>t incroyable. Dans tous les fi lms<br />

de Franck Vialle il y a cet attachem<strong>en</strong>t à <strong>la</strong> terre, à un lieu, qui r<strong>en</strong>tre <strong>en</strong><br />

confl it avec <strong>la</strong> t<strong>en</strong>tation de <strong>la</strong> fuite et de l’errance. Et il a trouvé un parfait<br />

compère dans Rodolphe Burger, souv<strong>en</strong>t <strong>en</strong> voyage ou <strong>en</strong> tournée, mais<br />

sans jamais cesser de “travailler” son li<strong>en</strong> avec sa Sainte-Marie-aux-Mines<br />

natale. Qu’il s’agisse de docum<strong>en</strong>taire ou de fi ction, Franck Vialle avance<br />

dans <strong>la</strong> même direction, développe une même œuvre.<br />

And I Ride and I Ride n’<strong>en</strong> est pas moins le portrait d’un personnage réel.<br />

Mais un portrait paradoxal. On ne nous dira ri<strong>en</strong> de <strong>la</strong> vie ni de <strong>la</strong> carrière<br />

de Rodolphe Burger : pas de voix off, pas d’interviews, pas de témoignages<br />

de proches ou de stars. Rodolphe Burger arbore un peu une image<br />

de rocker philosophe mais ici, c’est tout juste si le réalisateur le <strong>la</strong>isse<br />

m<strong>en</strong>tionner une seule fois le philosophe Gilles Deleuze. (Mais les auteurs<br />

sont suffi samm<strong>en</strong>t habiles pour que l’ess<strong>en</strong>tiel soit dit malgré tout !).<br />

Mais que voit-on, qu’appr<strong>en</strong>d-on alors de<br />

Rodolphe Burger ?<br />

And I Ride and I Ride peut être vu comme<br />

un portrait <strong>en</strong> creux, <strong>en</strong> miroirs : ce n’est pas<br />

Rodolphe Burger qui nous r<strong>en</strong>seigne sur luimême,<br />

mais les autres, ces autres personnes<br />

que nous prés<strong>en</strong>te ou qu’évoque le fi lm, et<br />

qui incarn<strong>en</strong>t autant de “rock’n roll attitudes”<br />

décalées et attachantes. C’est d’ailleurs une<br />

technique littéraire et picturale éprouvée : à <strong>la</strong><br />

suite du Portrait de l’artiste <strong>en</strong> jeune chi<strong>en</strong> de<br />

Dy<strong>la</strong>n Thomas, on aurait ici un « portrait de<br />

l’artiste <strong>en</strong> paysan de <strong>la</strong> Vallée », ou un « portrait<br />

de l’artiste <strong>en</strong> guitariste mulhousi<strong>en</strong> <strong>en</strong> tournée<br />

avec Bob Dy<strong>la</strong>n », etc. On n’est pas loin du<br />

procédé de Todd Haynes dans son I’m not there :<br />

Bob Dy<strong>la</strong>n y était incarné par plusieurs acteurs<br />

ou actrices très différ<strong>en</strong>ts les uns des autres, seul<br />

procédé possible pour incarner <strong>la</strong> multiplicité<br />

des facettes de l’artiste.<br />

Si les autres sont Rodolphe Burger, Rodolphe<br />

Burger, lui, qui est-il ? Sans jamais tomber dans le<br />

narcissisme ou l’artifi ciel, And I Ride and I Ride<br />

est peut-être aussi un « portrait du réalisateur <strong>en</strong><br />

Rodolphe Burger »…<br />

Car le réalisateur n’est jamais très loin – <strong>en</strong> voix off<br />

ou même carrém<strong>en</strong>t allongé dans l’herbe devant<br />

<strong>la</strong> caméra aux côtés d’Emmanuel Abe<strong>la</strong>. Histoire<br />

de rappeler régulièrem<strong>en</strong>t, <strong>en</strong> gage d’honnêteté,<br />

le dispositif de tournage du fi lm. « Une fi ction<br />

est toujours un docum<strong>en</strong>taire sur son tournage »<br />

a dit Jacques Rivette. Le docum<strong>en</strong>taire And I Ride<br />

and I Ride est aussi ce<strong>la</strong>. Il n’est pas anodin que<br />

les premières paroles de Rodolphe Burger dans<br />

le fi lm s’adress<strong>en</strong>t à l’équipe de tournage, pour<br />

marquer son p<strong>la</strong>isir à voir une caméra 16 mm.<br />

Ce n’est pas un simple clin d’œil. C’est rappeler<br />

que le fi lm n’est pas qu’un fi lm sur un chanteur,<br />

mais aussi le fi lm d’un regard. La caméra (et le<br />

micro, que l’on aperçoit <strong>en</strong> conclusion cocasse<br />

d’une jolie scène dans une barque !) sont des<br />

acteurs du fi lm à part <strong>en</strong>tière.


Comme dans un fi lm policier, ces deux scènes (celle où Burger parle<br />

de <strong>la</strong> caméra, celle où l’on aperçoit le micro) install<strong>en</strong>t les indices<br />

qui nous serviront à compr<strong>en</strong>dre l’incroyable scène de <strong>la</strong> voiture à <strong>la</strong><br />

(presque) fi n du fi lm…<br />

Dans cette scène, Rodolphe Burger est au vo<strong>la</strong>nt d’une vieille voiture,<br />

dans une route de montagne <strong>en</strong>neigée, et tout <strong>en</strong> rou<strong>la</strong>nt, il comm<strong>en</strong>ce<br />

à nous raconter l’histoire de Freddy Koel<strong>la</strong>, un guitariste de Mulhouse<br />

qui, parti jouer à <strong>la</strong> Nouvelle Orléans, a fi ni par accompagner Bob Dy<strong>la</strong>n<br />

lors d’une de ses tournées. L’anecdote dure longtemps et Franck Vialle<br />

n’arrête pas de fi lmer. Comme l’aération est coupée pour ne pas gêner<br />

<strong>la</strong> prise de son, Rodolphe Burger doit régulièrem<strong>en</strong>t essuyer <strong>la</strong> buée<br />

du pare-brise. Et comme les bobines de 16 mm ont une durée limitée,<br />

chaque changem<strong>en</strong>t de bobine se traduit par quelques secondes de<br />

b<strong>la</strong>nc (tandis que le son, lui, continue). On compr<strong>en</strong>d alors qu’il était<br />

indisp<strong>en</strong>sable de souligner dès le début du fi lm l’importance de <strong>la</strong><br />

caméra et du micro dans le principe même du fi lm. La scène dure,<br />

dure… L’histoire de Freddy Koel<strong>la</strong> est passionnante, <strong>la</strong> manière dont<br />

Rodolphe Burger <strong>la</strong> raconte est drôle, et Franck Vialle ne lâche pas une<br />

minute sa caméra.<br />

Et c’est alors que l’on compr<strong>en</strong>d que And I Ride and I Ride n’est pas<br />

le portrait d’un homme, <strong>en</strong>core moins une <strong>en</strong>quête sur un type particulier<br />

de musique. Au cœur de ce fi lm, il y a l’appréh<strong>en</strong>sion d’une<br />

certaine durée. Rodolphe Burger avec sa guitare, Franck Vialle avec sa<br />

caméra, tous deux étir<strong>en</strong>t les notes ou les images au maximum, cré<strong>en</strong>t<br />

un même rythme l<strong>en</strong>t, hypnotique. Le dispositif de “représ<strong>en</strong>tation”<br />

induit par le cinéma, par le montage, déjà mis à mal par les rappels<br />

réguliers de <strong>la</strong> prés<strong>en</strong>ce de <strong>la</strong> caméra et de l’équipe de tournage, se<br />

délite progressivem<strong>en</strong>t au fi l des p<strong>la</strong>ns séqu<strong>en</strong>ces, des longs travellings<br />

sur les instrum<strong>en</strong>ts lors des répétitions, de <strong>la</strong> scène de <strong>la</strong> voiture… À<br />

l’image de ce que produis<strong>en</strong>t certains morceaux de Rodolphe Burger,<br />

c’est une forte impression de prés<strong>en</strong>t, et de prés<strong>en</strong>ce, que l’on ress<strong>en</strong>t.<br />

Le temps construit se déconstruit, quelque chose de l’ordre de <strong>la</strong> durée<br />

pure advi<strong>en</strong>t, affl eure l’image.<br />

And I Ride and I Ride. C’est bi<strong>en</strong> ce<strong>la</strong> qu’avait pointé Gilles Deleuze<br />

dans L’image-temps, le deuxième tome de son ouvrage sur le cinéma : <strong>la</strong><br />

fuite et l’errance ont bousculé les repères spatio-temporels du cinéma<br />

c<strong>la</strong>ssique pour faire adv<strong>en</strong>ir un autre regard sur le réel. Une approche<br />

que n’aurait pas r<strong>en</strong>iée notre musici<strong>en</strong>-philosophe…<br />

Yannis et Alexis Metzinger<br />

http://ledeuxiemesouffl e.blogspot.com<br />

fi lms <strong>en</strong> fabrication<br />

La p<strong>en</strong>sée vi<strong>en</strong>t <strong>en</strong> marchant<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Anja Unger<br />

(DV, Super 8 noir et b<strong>la</strong>nc)<br />

Un temps seul. Un temps <strong>en</strong> dehors de tout, comme un<br />

cadeau. Pr<strong>en</strong>dre le temps pour réfl échir. Une retraite<br />

du monde. Se retrouver. Ral<strong>en</strong>tir l’incroyable vitesse de<br />

nos vies. Pour chacun <strong>en</strong>gagé sur ce chemin, il semble<br />

qu’il est à un mom<strong>en</strong>t charnière de sa vie. Est-ce que<br />

<strong>la</strong> marche aide à voir plus c<strong>la</strong>ir ? Un fi lm de r<strong>en</strong>contres,<br />

de mom<strong>en</strong>ts partagés sur cette longue route qui mène<br />

les protagonistes vers Santiago de Composte<strong>la</strong>, lieu d’un<br />

pèlerinage millénaire.<br />

Coproduction Cresc<strong>en</strong>do fi lms, Cityz<strong>en</strong> Tv,<br />

Regards.doc, Les Films Jack Fébus<br />

fi lms <strong>en</strong> fabrication<br />

Mon Amérique<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de C<strong>la</strong>udia Marschal (HD cam)<br />

Dans un monde où les <strong>la</strong>ngues sont mortelles, que perd-on<br />

lorsqu’une <strong>la</strong>ngue disparaît ? Le fi lm propose une exploration<br />

ludique <strong>en</strong>tre l’<strong>Alsace</strong> et le Texas pour t<strong>en</strong>ter de<br />

répondre à cette question.<br />

Coproduction Cresc<strong>en</strong>do fi lms,<br />

France 3 <strong>Alsace</strong>, France 3 National<br />

Reichshoff<strong>en</strong><br />

Fiction de 45’ de Gareguin Zakoyan (35 mm)<br />

Reichshoff<strong>en</strong>, petite ville alsaci<strong>en</strong>ne de 5 500 habitants…<br />

Comme par stances, l’instantané du quotidi<strong>en</strong> exhale<br />

<strong>la</strong> mémoire du passé… Parce que l’id<strong>en</strong>tité est faite par<br />

l’Histoire, <strong>la</strong> vie, les émotions, les espoirs.<br />

Coproduction Le Deuxième Souffl e, Louys fi lm (Arménie)<br />

Comme le brouil<strong>la</strong>rd<br />

monte de <strong>la</strong> terre<br />

Fiction de 45’ de Marie Frering (35 mm)<br />

Sur les versants géorgi<strong>en</strong>s du Caucase, les montagnes<br />

sont vertes jusqu’aux alpages. Durant les mois d’été,<br />

c’est là-haut que l’on s’installe avec les bêtes. Plus haut<br />

<strong>en</strong>core, on se réunit pour les sacrifi ces rituels, tributs aux<br />

dieux préchréti<strong>en</strong>s. Ici, Le<strong>la</strong> et Vaja viv<strong>en</strong>t chacun leur<br />

vie de montagnards. Leurs maisons sont voisines, d’une<br />

montagne à l’autre, néanmoins distantes de longues<br />

heures de marche. Un amour naît <strong>en</strong>tre eux à presque<br />

cinquante ans, nourri des vers qu’ils se dis<strong>en</strong>t et d’une<br />

idée de l’amour qui s’<strong>en</strong>t<strong>en</strong>d <strong>en</strong> poésie.<br />

Coproduction Le Deuxième Souffl e, Atopic<br />

Les g<strong>en</strong>s ne sav<strong>en</strong>t pas peut-être<br />

Long métrage fi ction de 100’ de Ro<strong>la</strong>nd Edzard (35 mm)<br />

Thriller dans les Vosges. Une famille aux secrets bi<strong>en</strong><br />

gardés, un fusil à portée de main, <strong>la</strong> pluie, <strong>la</strong> tempête.<br />

Quand le fi ls révolté est accusé à tort d’avoir mis le feu à<br />

<strong>la</strong> voiture de sa mère, il disparaît dans <strong>la</strong> nature. Et plus<br />

personne ne sera le même à l’aube du quatrième jour…<br />

Coproduction Unlimited, Pijo productions,<br />

Poly-Son post-production, Le Fresnoy, Les Films de l’étranger<br />

5


6<br />

production<br />

Ana fi lms, société de production basée à Strasbourg, créée <strong>en</strong> 1993, a à son actif une dizaine de courts métrages de fi ction, une<br />

vingtaine de docum<strong>en</strong>taires et de nombreux fi lms de commande, principalem<strong>en</strong>t à caractère social. Un long compagnonnage <strong>en</strong>tre<br />

Gauthier Gumpper et Jean-Marie Fawer, l’un à <strong>la</strong> production, l’autre à <strong>la</strong> réalisation. À l’heure de <strong>la</strong> retraite de Jean-Marie, les deux<br />

compères trouv<strong>en</strong>t un autre li<strong>en</strong> de transmission, et invers<strong>en</strong>t les rôles.<br />

De <strong>la</strong> transmission<br />

et du passage<br />

Jean-Marie Fawer : Nous avons monté cette boîte<br />

<strong>en</strong>semble, c’est Gauthier qui était chargé de <strong>la</strong><br />

production, mais j’ai toujours été au cœur de<br />

cette société et ce n’est pas un hasard si <strong>la</strong> société<br />

porte le nom de ma fi lle Ana, <strong>la</strong> question de <strong>la</strong><br />

fi liation y est inscrite. Je crois beaucoup au fait de<br />

transmettre. Avec Gauthier on forme une équipe,<br />

et après tant d’années, ce compagnonnage me<br />

réchauffe. Car c’est toujours avec Ana fi lms que<br />

j’ai pu monter les projets qui me t<strong>en</strong>ai<strong>en</strong>t le plus<br />

à cœur.<br />

Marie Frering : Racontez-nous les débuts…<br />

Gauthier Gumpper : J’ai r<strong>en</strong>contré Jean-Marie quand<br />

il était interv<strong>en</strong>ant au lycée Jean Sturm à<br />

Strasbourg, et il a vu très rapidem<strong>en</strong>t que j’étais<br />

motivé par ce métier, plus que par l’école… Moi,<br />

j’imaginais que c’était un métier qu’on pouvait<br />

appr<strong>en</strong>dre sur le tas, ce qui est vrai, <strong>en</strong>core vrai.<br />

Très vite Jean-Marie m’a proposé de v<strong>en</strong>ir sur<br />

des tournages professionnels, d’être assistant,<br />

pour le son d’abord et d’aider à toutes sortes de<br />

tâches. J’étais fasciné par tout, par le matériel,<br />

les g<strong>en</strong>s, l’organisation, les fi lms. Les mom<strong>en</strong>ts<br />

de <strong>la</strong> fabrication des fi lms m’ont toujours r<strong>en</strong>du<br />

très heureux. Et alors que j’étais <strong>en</strong> train d’écrire<br />

mon premier fi lm, un court métrage, Jean-Marie<br />

m’a proposé de monter une association pour<br />

gérer nous-mêmes les fi lms de commande que<br />

nous faisions <strong>en</strong>semble, et pour produire mon<br />

fi lm. De fi l <strong>en</strong> aiguille on a créé une société, c’est<br />

comme ce<strong>la</strong> que Ana fi lms est né, j’ai pu y faire<br />

mes premières armes. J’ai été le gérant de cette<br />

société p<strong>en</strong>dant 15 ans, Jean-Marie était un peu<br />

le papa, j’ai grandi avec lui, et maint<strong>en</strong>ant qu’il<br />

est à <strong>la</strong> retraite c’est lui qui devi<strong>en</strong>t gérant.<br />

J’avais 20 ans à <strong>la</strong> création de <strong>la</strong> société, mais on<br />

n’est pas producteur à 20 ans, on n’est d’ailleurs<br />

pas grand-chose à 20 ans et les cinq, six premières<br />

années, j’ai été producteur et réalisateur. Mais<br />

depuis 10 ans que nous sommes installés dans<br />

nos locaux et que nous avons comm<strong>en</strong>cé à<br />

produire du docum<strong>en</strong>taire pour <strong>la</strong> télé, je n’ai<br />

plus fait de fi lms, mais je ne suis pas frustré<br />

du tout, ces années ont été extrêmem<strong>en</strong>t <strong>en</strong>richissantes<br />

avec des r<strong>en</strong>contres humaines et des<br />

sujets passionnants. J’ai aussi beaucoup voyagé<br />

à travers les fi lms, dans ma tête et <strong>en</strong> vrai,<br />

nous avons tourné <strong>en</strong> Amérique, au Vietnam, <strong>en</strong><br />

Afrique noire, <strong>en</strong> Afrique du Nord…<br />

Et maint<strong>en</strong>ant je me suis remis à écrire et je<br />

revi<strong>en</strong>s à <strong>la</strong> réalisation.<br />

J-M.F : Quand Gauthier a eu son bac, je l’ai aussi emm<strong>en</strong>é au lycée Sturm<br />

pour <strong>en</strong>cadrer, car sa jeunesse et son ouverture d’esprit étai<strong>en</strong>t des choses<br />

très importantes vis-à-vis des élèves. Et là, dans ce vivier, nous avons fait<br />

des r<strong>en</strong>contres formidables, et les fi lms les plus marquants ont été faits<br />

avec ces g<strong>en</strong>s-là, Joseph Tran Ti<strong>en</strong> Duc, Nadège Bühler et d’autres. Ce<br />

sont tous des g<strong>en</strong>s de l’âge de Gauthier, c’était génial de voir ça et sans a<br />

priori, car ce qui nous intéressait c’était de voir les histoires, les histoires<br />

humaines que ça dégage. C’était des vrais fi lms, pas des exercices, de<br />

réelles expéri<strong>en</strong>ces et par ailleurs les fi lms les plus diffi ciles à monter.<br />

Des av<strong>en</strong>tures de g<strong>en</strong>s debout, dignes, sincères et qui avanc<strong>en</strong>t dans leurs<br />

convictions d’ouverture au monde.<br />

G.G : Oui, ce sont les av<strong>en</strong>tures qui nous intéress<strong>en</strong>t. Nous avons produit<br />

récemm<strong>en</strong>t des fi lms à connotation catholique, je suis athée mais le<br />

réalisateur a réussi à me pr<strong>en</strong>dre avec lui dans son univers, parce qu’un<br />

fi lm c’est raconter une histoire, ce qui importe c’est le li<strong>en</strong> que le réalisateur<br />

a avec son sujet, qu’il n’y ait pas de bluff, que <strong>la</strong> personne soit vraim<strong>en</strong>t<br />

habitée par son sujet et alors ce qu’on a <strong>en</strong>vie c’est de lui offrir les meilleures<br />

conditions possibles pour que le fi lm qu’il a dans sa tête existe.<br />

J-M.F : Si on avait une ligne à dire ce serait ça : <strong>la</strong> vision <strong>la</strong> plus <strong>la</strong>rge possible.<br />

Bi<strong>en</strong> sûr nous avons fait des fi lms qui sont moins bons que d’autres mais<br />

nous ne regrettons pas d’avoir travaillé avec cet esprit-là parce que c’est<br />

ça qui est important. Au fi l des années, ça ne nous a pas quittés et c’est<br />

<strong>en</strong>courageant car quelquefois fois le business fait, l’économie fait qu’on est<br />

obligé de perdre un peu de sa conviction, certains dis<strong>en</strong>t de son âme, oui<br />

aussi un peu. Nous n’avons pas perdu notre âme là-dedans et continuons<br />

sur <strong>la</strong> même lignée. Et ce qui est <strong>en</strong>courageant, c’est peut-être paradoxal,<br />

mais c’est que le travail n’est jamais fi ni, il faut toujours remettre le métier<br />

sur l’ouvrage.<br />

M.F : Comm<strong>en</strong>t analysez-vous cette diffi culté à produire des fi lms indép<strong>en</strong>dants ?<br />

J-M.F : Je p<strong>en</strong>se que c’est l’ultralibéralisme qui provoque l’écrasem<strong>en</strong>t.<br />

Les années Lang, si on veut les situer, c’était un mom<strong>en</strong>t où il y a eu<br />

une démocratisation des moy<strong>en</strong>s de production cinéma et vidéo, il y a<br />

eu aussi les nouveaux formats qui ont donné un accès plus facile et il y<br />

a eu une poussée des jeunes que nous étions qui n’étai<strong>en</strong>t pas étiquetés<br />

“professionnels”. Nous étions des espèces d’électrons libres pour <strong>en</strong>foncer<br />

les grands monopoles, <strong>la</strong> télé etc. Tout ce<strong>la</strong> s’est fait <strong>en</strong> même temps car il<br />

y avait une effervesc<strong>en</strong>ce politique, on avait l’impression que <strong>la</strong> démocratie<br />

était quelque chose de réel. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, nous sommes<br />

dans un recul démocratique, les grands trusts de l’image c’est l’image du<br />

pouvoir qui se conc<strong>en</strong>tre et il y a de moins <strong>en</strong> moins de p<strong>la</strong>ce. Il y a toujours<br />

les strapontins on pourrait dire, on est <strong>en</strong>core là à pouvoir faire des fi lms<br />

mais quelquefois je me demande si ça va <strong>en</strong>core durer. Pour l’av<strong>en</strong>ir, je<br />

ne sais pas car j’aurais t<strong>en</strong>dance à être plutôt pessimiste. Je dis souv<strong>en</strong>t,<br />

par boutade, qu’il y a de plus <strong>en</strong> plus de contrôleurs dans cette société, y<br />

compris dans <strong>la</strong> fabrication des fi lms. Il y a plus de contrôleurs que de g<strong>en</strong>s<br />

créatifs et pour moi c’est grave, une société qui se coupe du risque.<br />

G.G : Le problème est que souv<strong>en</strong>t ce n’est plus <strong>la</strong> valeur des fi lms qui<br />

compte, mais le réseau qu’on a. Et nous sommes souv<strong>en</strong>t perdus face à ce<strong>la</strong><br />

car il est très rarem<strong>en</strong>t question de <strong>la</strong> matière des choses et beaucoup plus<br />

souv<strong>en</strong>t des conting<strong>en</strong>ces.<br />

M.F : Quels sont les fi lms que tu as réalisés, Jean-Marie, qui te ti<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t le plus à cœur ?<br />

J-M.F : Mes fi lms sur l’Algérie, car c’est quelque chose que je porte toujours<br />

<strong>en</strong> moi et qui n’<strong>en</strong> fi nit pas de m’interroger.<br />

Propos recueillis par Marie Frering<br />

www.anafi lms.fr


L’héritage sans le testam<strong>en</strong>t de Jean-Marie Fawer<br />

fi lms <strong>en</strong> fabrication<br />

Samucha, le berger du Causase<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ et 43’ de Andreas Voigt (HDCam)<br />

Samucha, un “cow-boy” du Caucase, mène une vie solitaire<br />

avec ses moutons, une grande partie de l’année, dans<br />

une région de Géorgie à <strong>la</strong> frontière de <strong>la</strong> Tchétchénie.<br />

Il fait partie des Touches, un peuple de bergers et de<br />

guerriers fi ers de leurs traditions. Cette année, Samucha<br />

va transmettre le troupeau à ses deux fi ls, pour qu’eux<br />

aussi puiss<strong>en</strong>t vivre de cet élevage, trouver une femme<br />

et fonder une famille. Continueront-ils à m<strong>en</strong>er <strong>la</strong> même<br />

vie que leur père ?<br />

Coproduction Seppia, BEFP (Berlin)<br />

fi lms <strong>en</strong> fabrication<br />

La belle vie<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Ro<strong>la</strong>nd Muller (Betacam)<br />

À Seltz, à quelques kilomètres de Strasbourg, un petit<br />

<strong>la</strong>c autour duquel s’est installé un camping. L’<strong>en</strong>droit<br />

n’est pas franchem<strong>en</strong>t exotique, ne profi te pas d’un cadre<br />

de verdure exceptionnel, ni d’une situation touristique<br />

privilégiée. Pourtant ce camping affi che toujours complet.<br />

Il est dev<strong>en</strong>u le cadre de vie de Strasbourgeois et d’Alsaci<strong>en</strong>s<br />

à <strong>la</strong> recherche de vie <strong>en</strong> plein air, de r<strong>en</strong>contres<br />

avec les autres, avec à <strong>la</strong> clé une impression d’être <strong>en</strong><br />

vacances, six mois dans l’année.<br />

Coproduction Ère production,<br />

France 3 <strong>Alsace</strong>, France 3 National<br />

Cœur de brousse<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ et 43’ de Nico<strong>la</strong>s Gruaud (HDCam)<br />

À <strong>la</strong> frontière du Cameroun et du Tchad, une poignée<br />

d’hommes camerounais, français, tchadi<strong>en</strong>s et allemands<br />

ont décidé de réhabiliter un parc naturel <strong>en</strong> impliquant<br />

fortem<strong>en</strong>t les popu<strong>la</strong>tions locales dans <strong>la</strong> sauvegarde.<br />

Le parc est une mine de biodiversité et un refuge pour<br />

des espèces tout à fait uniques d’antilopes, de rhino -<br />

céros, d’oiseaux…<br />

Seppia<br />

Nancy jazz pulsations 2009<br />

Kouyaté & Neerman<br />

60’ de Jean Marc Birraux (HD CAM)<br />

Concert de Kouyaté & Neerman, <strong>en</strong>registré lors du festival.<br />

Sun Ra Arkestra<br />

60’ de Jean Marc Birraux (HD CAM)<br />

Concert du Sun Ra Arkestra, <strong>en</strong>registré lors du festival.<br />

Coproduction Supermouche productions,<br />

Mezzo, Images plus télévision Vosges<br />

Mariana Ramos<br />

60’ de Sylvain Pierrel (Digital Betacam)<br />

Concert de Mariana Ramos, <strong>en</strong>registré lors du festival.<br />

Terry Callier<br />

60’ de Sylvain Pierrel (Digital Betacam)<br />

Concert de Terry Callier, <strong>en</strong>registré lors du festival.<br />

Coproduction Supermouche productions,<br />

France télévisions Pôle France 3,<br />

Images plus télévision Vosges<br />

7


8<br />

chiffres grand-est<br />

Les aides de <strong>la</strong> CUS et de <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong>, sessions 1 et 2 de 2009 CUS Région <strong>Alsace</strong><br />

DOCUMENTAIRES<br />

demandé obt<strong>en</strong>u demandé obt<strong>en</strong>u<br />

Tomi Ungerer, un regard sur l’Amérique, 52’ RÉALISATION Tania Rakhmanova PRODUCTEUR Vision internationale 15 825 € 12 000 € 20 000 € 10 000 €<br />

L’épuration <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>, 52’ RÉALISATION Luis Miranda PRODUCTEUR Cresc<strong>en</strong>do fi lms 15 825 € 15 000 € 15 000 € 15 000 €<br />

La voix vivante, 26’ RÉALISATION Laur<strong>en</strong>ce Mouillet PRODUCTEUR Ana fi lms 8 440 € 8 000 € 8 000 € 8 000 €<br />

Kapitalisme, notre recette secrète, 52’ et 90’ RÉALISATION Alexandru Solomon PRODUCTEUR Seppia 15 825 € 0 € 23 000 € 23 000 €<br />

Douze éd<strong>en</strong>s et retour, chroniques du paradis, 90’ RÉALISATION Albert Knechtel PRODUCTEUR Seppia 28 000 € AJOURNEMENT 43 000 € 0 €<br />

Purim, les tunnels de <strong>la</strong> mémoire, 52’ RÉALISATION Mariette Feltin PRODUCTEUR Seppia 10 000 € 10 000 € 15 000 € 0 €<br />

Albert Schweitzer, 52’ RÉALISATION Georg Misch PRODUCTEUR Seppia 10 550 € 10 000 € 12 000 € 10 000 €<br />

Lalique, sculpteur de cristal, 26’ RÉALISATION Camille Guichard PRODUCTEUR Bix fi lms 10 000 € 10 000 € 15 000 € 15 000 €<br />

De père <strong>en</strong> fi lle, 60’ RÉALISATION Jean-Baptiste Mathieu PRODUCTEUR Les Films de l’étranger 25 000 € 0 € 25 000 € 15 000 €<br />

La belle vie ou <strong>la</strong> cité des Peupliers, 52’ RÉALISATION Ro<strong>la</strong>nd Muller PRODUCTEUR Ère production 18 990 € 10 000 € 25 000 € 15 000 €<br />

Les imams vont à l’école, 52’ RÉALISATION Kaouther B<strong>en</strong> Hania PRODUCTEUR FilFil fi lms 15 825 € 12 000 € 15 000 € AJOURNEMENT<br />

Ma plus belle histoire, 52’ RÉALISATION Sarah-Myriam Poirson PRODUCTEUR Human Doors 17 935 € 0 € 17 000 € 15 000 €<br />

Archéologue aéri<strong>en</strong>, 52’ RÉALISATION D<strong>en</strong>is Becker PRODUCTEUR CasaDei productions 5 275 € 5 000 € 10 000 € 0 €<br />

Jean-Georges, l’Alsaci<strong>en</strong> de Manhattan, 52’ RÉALISATION Jean-Louis André PRODUCTEUR Armoni productions 21 100 € 0 € 20 000 € 0 €<br />

Alfonso et compagnie, 52’ RÉALISATION Dami<strong>en</strong> Fritsch PRODUCTEUR Dora fi lms 15 825 € 10 000 € 15 000 € 10 000 €<br />

R<strong>en</strong>dez-vous par temps de crise, 52’ RÉALISATION Pierre Toussaint PRODUCTEUR Bix fi lms 15 000 € 0 € 15 000 € 0 €<br />

Zuber, impressions panoramiques, 52’ RÉALISATION Philippe Poirier PRODUCTEUR Bix fi lms 10 000 € 10 000 € 15 000 € 10 000 €<br />

Une école dans un théâtre, 52’ RÉALISATION Sandrine Dumarais PRODUCTEUR Comic Strip production 21 100 € 10 000 € 20 000 € 10 000 €<br />

De quel côté des cordes ?, 52’ RÉALISATION Thomas Ermel PRODUCTEUR Real productions 15 825 € 15 000 € 15 000 € 10 000 €<br />

Mon Amérique, 52’ RÉALISATION C<strong>la</strong>udia Marschal PRODUCTEUR Cresc<strong>en</strong>do fi lms 18 990 € 10 000 € 18 000 € 15 000 €<br />

L’appel des bonbonnières, 52’ RÉALISATION Christophe Berthaud PRODUCTEUR La Curieuse 15 825 € 0 € - -<br />

Le tribunal des vaincus, 52’ RÉALISATION Christophe Gargot PRODUCTEUR Le Deuxième Souffl e 16 880 € AJOURNEMENT 16 000 € AJOURNEMENT<br />

Mission paradis, 90’ et 52’ RÉALISATION Albert Knechtel PRODUCTEUR Seppia 40 000 € 15 000 € - -<br />

Voyeur voyant voyou, 52’ RÉALISATION Olivier Stephan et Vinc<strong>en</strong>t Roy PRODUCTEUR Des Jours meilleurs 20 045 € 15 000 € 20 000 € 0 €<br />

Hellofl ore, Samuel Rousseau au château d’And<strong>la</strong>u, 52’ RÉALISATION André de Roux PRODUCTEUR Double Éléphant - - 20 000 € 0 €<br />

Leptis Magna, <strong>la</strong> Rome de l’Afrique, 90’ et 52’ RÉALISATION Baudouin Ko<strong>en</strong>ig PRODUCTEUR Seppia - - 35 000 € 20 000 €<br />

COURTS MÉTRAGES<br />

Dans <strong>la</strong> jungle des villes, 22’ RÉALISATION D<strong>en</strong>is Eyriey PRODUCTEUR Année Zéro 11 605 € 11 000 € 15 000 € 15 000 €<br />

Une âme voilée, 12’ RÉALISATION Sylvain Bresson PRODUCTEUR Skopitone productions 19 000 € 15 000 € 20 000 € 0 €<br />

System, 14’ RÉALISATION Alexandrine Wagner PRODUCTEUR Médias associés 34 815 € 20 000 € 33 000 € AJOURNEMENT<br />

Les grands-mères, 10’ RÉALISATION Frédéric Malegue PRODUCTEUR Goyave production 15 825 € 10 000 € 20 000 € 15 000 €<br />

Le jour de <strong>la</strong> comète, 28’ RÉALISATION Hervé Freiburger PRODUCTEUR Forge 42 200 € 10 000 € 58 000 € 15 000 €<br />

Crash, 10’ RÉALISATION Marc Lahore PRODUCTEUR Melting productions 15 825 € AJOURNEMENT 14 500 € 0 €<br />

Chronique de l’Afrique sauvage, 15’ RÉALISATION Issam Mathlouti PRODUCTEUR Mysteo 20 000 € 0 € 35 000 € 20 000 €<br />

S’<strong>en</strong> retourner, 20’ RÉALISATION Anne-Sophie Lepicard PRODUCTEUR Les Films après <strong>la</strong> pluie 17 935 € AJOURNEMENT 16 000 € AJOURNEMENT<br />

PZB, 20’ RÉALISATION Y. Kerninon et S. Lecordier PRODUCTEUR Le Deuxième Souffl e 15 000 € AJOURNEMENT - -<br />

Duo de vo<strong>la</strong>illes, sauce chasseur, 6’ RÉALISATION Pascale Hecquet PRODUCTEUR Médias associés 15 825 € 8 000 € 15 000 € 10 000 €<br />

La rampe, 15’ RÉALISATION Jean-Michel Fete PRODUCTEUR Orok fi lms - - 15 000 € 0 €<br />

Pierre, 30’ RÉALISATION Guil<strong>la</strong>ume Schmitter PRODUCTEUR Axel fi lms - - 35 000 € 0 €<br />

La fée sommeil, 22’ RÉALISATION Émile Gavois-Kahn PRODUCTEUR B<strong>la</strong>ck Bird production - - 40 000 € 0 €<br />

Un 45 tours de cheveu, 10’ RÉALISATION Franck Beauvais PRODUCTEUR Red Star cinéma - - 10 000 € 0 €<br />

La prise <strong>en</strong> passant, 15’ RÉALISATION Yvan De<strong>la</strong>tour PRODUCTEUR Triade fi lms - - 35 000 € AJOURNEMENT<br />

AIDES AU PILOTE<br />

L’insaisissable Monsieur Kahn, 5’ RÉALISATION Robin Hunzinger PRODUCTEUR Bix fi lms - - 5 000 € 5 000 €<br />

TÉLÉFILMS<br />

Les invincibles (saison 2), 8 x 52’ RÉALISATION P. Gantelmi D’Ille et A. Castagnetti PRODUCTEUR Makingprod 237 375 € 165 000 € 225 000 € 180 000 €<br />

LONGS MÉTRAGES<br />

Nos résistances, 90’ RÉALISATION Romain Cogitore PRODUCTEUR Cinéma defacto 105 500 € 75 000 € 100 000 € 100 000 €<br />

Captifs, 90’ RÉALISATION Yann Goz<strong>la</strong>n PRODUCTEUR Sombrero fi lms 100 000 € 55 000 € 100 000 € 85 000 €<br />

Carjacking, 120’ RÉALISATION Lars Blumers PRODUCTEUR Cassidy 105 500 € 70 000 € 100 000 € 100 000 €<br />

Les fi ls du v<strong>en</strong>t, 90’ RÉALISATION Bruno Le Jean PRODUCTEUR Les Films du Veyrier 47 475 € AJOURNEMENT 45 000 € 45 000 €<br />

Turning Point, 92’ RÉALISATION Suzy Coh<strong>en</strong> PRODUCTEUR Babylone production - - 100 000 € 0 €


Les aides de l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>, 2009 (3 sessions)<br />

AIDES À LA PREMIÈRE ŒUVRE (MONTANT FORFAITAIRE DE 10 200 €)<br />

ACA<br />

demandé obt<strong>en</strong>u<br />

L’appel des bonbonnières, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Christophe Berthaud PRODUCTEUR La Curieuse 10 200 € 10 200 €<br />

Robert Mitchum est mort, long métrage fi ction, 90’ RÉALISATION Fred Kihn et Olivier Babinet PRODUCTEUR Ferris & Brockman 10 200 € 10 200 €<br />

Détours, court métrage fi ction, 15’ RÉALISATION Yannis Metzinger PRODUCTEUR Cerigo fi lms 10 200 € 10 200 €<br />

AIDES À L’ÉCRITURE<br />

Un pont sur le Tonlé Sap, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Iv Charbonneau et Jérémy Knittel NC 1 500 €<br />

Entre Sophie et Soo Jin, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Gabriel Laur<strong>en</strong>t et Choi Yun-Junge NC 1 500 €<br />

Monkey business, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Laure Brasseul NC 1 500 €<br />

Hermann Billing, portrait de l’architecte, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Mélissa Décaire NC 1 500 €<br />

AIDES AU DÉVELOPPEMENT<br />

Vacances à <strong>la</strong> Montagne verte, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Anne-Noëlle Gaessler PRODUCTEUR Dora fi lms NC 2 500 €<br />

Labyrinthe vert, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Abel Kavanagh PRODUCTEUR Zaradoc NC 3 000 €<br />

Mon Amérique, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION C<strong>la</strong>udia Marschal PRODUCTEUR Cresc<strong>en</strong>do fi lms NC 3 000 €<br />

Des bus à Beyrouth, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Aïdan Obrist PRODUCTEUR Ana fi lms NC 3 000 €<br />

Dans le jardin du temps, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Clém<strong>en</strong>t Cogitore PRODUCTEUR Seppia NC 3 000 €<br />

L’île, docum<strong>en</strong>taire, 60’ RÉALISATION Julia Laur<strong>en</strong>ceau PRODUCTEUR Dora fi lms NC 3 200 €<br />

Certainem<strong>en</strong>t s’il y a des sorcières, cette fi lle-là <strong>en</strong> est une, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Amanda Beaugé Rubinstein PRODUCTEUR ADR productions NC 4 000 €<br />

Sous les tilleuls, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Anja Unger PRODUCTEUR Cresc<strong>en</strong>do fi lms NC 3 200 €<br />

Avoir quinze ans sous l’Occupation, six Alsaci<strong>en</strong>nes racont<strong>en</strong>t, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Nadège Buhler PRODUCTEUR Des Jours meilleurs NC 2 500 €<br />

Les aides de <strong>la</strong> Région Bourgogne, premier semestre 2009<br />

AIDES AU LONGS MÉTRAGES<br />

Région Bourgogne<br />

demandé obt<strong>en</strong>u<br />

Captifs, 90’ RÉALISATION Yann Goz<strong>la</strong>n PRODUCTEUR Sombrero fi lms 150 000 € 0 €<br />

Évid<strong>en</strong>ces, une <strong>en</strong>quête de Tom Joad à Pernand-Vergelesses, 100’ RÉALISATION Vinc<strong>en</strong>t Gérard et Cédric Laty PRODUCTEUR Lamplighter fi lms 100 000 € 0 €<br />

Alice au pays des merdailles, 90’ RÉALISATION Anne Commode PRODUCTEUR Wall Works 50 000 € 0 €<br />

Les meilleurs amis du monde, 90’ RÉALISATION Juli<strong>en</strong> Rambaldi PRODUCTEUR Kare productions 150 000 € 0 €<br />

Chère Ca<strong>la</strong>mity, 90’ RÉALISATION Christine All<strong>en</strong> PRODUCTEUR Spoutnik productions 150 000 € 0 €<br />

Je suis un no man’s <strong>la</strong>nd, 90’ RÉALISATION Thierry Jousse PRODUCTEUR Les Films Hatari 150 000 € 150 000 €<br />

Pour de vrai, 100’ RÉALISATION Jean-Louis Leconte PRODUCTEUR De<strong>la</strong> prod 150 000 € 0 €<br />

AIDES A LA PRODUCTION DOCUMENTAIRE<br />

Je passais, par hasard, 52’ RÉALISATION Dominique Debaralle PRODUCTEUR Couleur du monde production 25 000 € 0 €<br />

Le temps de l’école, 52’ RÉALISATION Marc Grün PRODUCTEUR Ère production 20 000 € 20 000 €<br />

Partir, c’est déjà réussir, 52’ RÉALISATION Jean-Michel Dury PRODUCTEUR Dynamo production 30 000 € 20 000 €<br />

Le joueur de cerf-vo<strong>la</strong>nt, 52’ RÉALISATION Kean-Paul Mignot PRODUCTEUR Ligne de front 25 000 € 20 000 €<br />

TÉLÉFILMS<br />

La Commanderie, 8 x 52’ RÉALISATION Didier Le Pêcheur PRODUCTEUR Tetramedia 100 000 € 100 000 €<br />

AIDES COURTS MÉTRAGES<br />

Le guetteur, 12’ RÉALISATION Carl Lionnet PRODUCTEUR Les Films de l’Avalée 25 000 € 0 €<br />

Plume, 20’ RÉALISATION Cécile Ravel PRODUCTEUR Les Productions aléatoires 25 000 € 15 000 €<br />

Les bassins de vie, 16’ RÉALISATION Steed Cavalieri 25 000 € 0 €<br />

Le miraculé de Saint-Sauveur, 15’ RÉALISATION Caroline Chu Vandevelde PRODUCTEUR Cinelora 24 800 € 0 €<br />

Le 21 décembre, 20’ RÉALISATION Jérôme Debusschere PRODUCTEUR Satourne productions 20 000 € 0 €<br />

La ville est calme, 25’ RÉALISATION Alexandre Labrussiat PRODUCTEUR Satourne productions 20 000 € 0 €<br />

C<strong>la</strong>ire visage, 12’ RÉALISATION Brice B<strong>la</strong>nqué PRODUCTEUR Inward productions 23 050 € 0 €<br />

Crash, 10’ RÉALISATION Marc Lahore PRODUCTEUR Melting productions 25 000 € 0 €<br />

Mauvaise graine, 25’ RÉALISATION Nico<strong>la</strong>s Habas PRODUCTEUR CLC productions 25 000 € 0 €<br />

Fracture, 20’ RÉALISATION Nico<strong>la</strong>s Sarkissian PRODUCTEUR De fi lms <strong>en</strong> aiguille 25 000 € 20 000 €<br />

At Home Crochu, 18’ RÉALISATION Lionel Mur et Nicky Marbot PRODUCTEUR La Terre tourne 25 000 € 0 €<br />

Peintre <strong>en</strong> résid<strong>en</strong>ce, 12’ RÉALISATION Christophe Gand PRODUCTEUR Parfum de fi lms 25 000 € 0 €<br />

Des arbres à abattre, 25’ RÉALISATION Raphaël Éti<strong>en</strong>ne PRODUCTEUR Kazak productions 25 000 € 0 €<br />

Les trois sœurs, 30’ RÉALISATION Véronique Bett<strong>en</strong>court PRODUCTEUR JPL productions 25 000 € 25 000 €<br />

La rhapsodie des omelettes urbaines, 10’ RÉALISATION Jean-Luc Annest PRODUCTEUR Constance production 25 000 € 0 €<br />

Alibi, 15’ RÉALISATION Hervé Lavayssiere PRODUCTEUR Romance production 25 000 € 0 €<br />

Boucles d’or, 18’ RÉALISATION Richard Martin-Jordan PRODUCTEUR Pal<strong>la</strong>dium productions 25 000 € 0 €<br />

La vie continue, 52’ RÉALISATION Salim Torki PRODUCTEUR Salim 25 000 € 0 €<br />

Coup de foudre, 15’ RÉALISATION Tibo Pinsard PRODUCTEUR Comme 1 image 25 000 € 0 €<br />

Simon et Suzanne, Ninon, 20’ RÉALISATION François Guignard PRODUCTEUR Les Films du Veyrier 20 000 € 0 €<br />

Cut, 15’ RÉALISATION Éric Ducher PRODUCTEUR Studio Kremlin 25 000 € 0 €<br />

Notre <strong>en</strong>nemi, 45’ RÉALISATION Pierre Chosson PRODUCTEUR Les Films de <strong>la</strong> Grande Ourse 5 000 € 0 €<br />

Cosmorgasmique, 20’ RÉALISATION Marjo<strong>la</strong>ine So<strong>la</strong>ro PRODUCTEUR 4 A 4 productions 25 000 € 0 €<br />

Les cybernautes rêv<strong>en</strong>t-ils d’amours digitales ?, 20’ RÉALISATION Gilles Bindi PRODUCTEUR R ! Stone productions 20 150 € 0 €<br />

9


10<br />

chiffres (suite)<br />

Les aides de <strong>la</strong> Région Bourgogne, premier semestre 2009<br />

Région Bourgogne<br />

demandé obt<strong>en</strong>u<br />

La vie à l’<strong>en</strong>vers, 18’ RÉALISATION Laetitia Manbert PRODUCTEUR Envie de tempête productions 25 000 € 0 €<br />

La révolte des sapins, 8’ RÉALISATION Michel Leray PRODUCTEUR Gulliver productions 25 000 € 0 €<br />

Assurance-vie, 15’ RÉALISATION Bruno Lefevre PRODUCTEUR Utopie fi lms 25 000 € 0 €<br />

Plusieurs fois <strong>la</strong> commune, 45’ RÉALISATION Katharina Bel<strong>la</strong>n PRODUCTEUR 25 fi lms 25 000 € 0 €<br />

Chez l’épicier, 11’ RÉALISATION Raphael Canard PRODUCTEUR Syloe production 25 000 € 0 €<br />

Gamin, 25’ RÉALISATION Stéphane Noël PRODUCTEUR Kaléo fi lms 25 000 € 0 €<br />

La résurrection des natures mortes, 10’ RÉALISATION Bernard Mandico PRODUCTEUR Société parisi<strong>en</strong>ne de production 25 000 € 21 000 €<br />

On Air, 15’ RÉALISATION Rémy Baudequin PRODUCTEUR Unik Baudequin 25 000 € 0 €<br />

Génie, Kaspar et les autres, 50’ RÉALISATION Flor<strong>en</strong>ce Pezon PRODUCTEUR 25 fi lms 24 000 € 24 000 €<br />

AIDES PROJETS ASSOCIATIFS<br />

Le cri, 15’ RÉALISATION Coline Ferchaud ASSOCIATION Asso Proddij’ 4 000 € 0 €<br />

Saint Pantaléon, l’histoire de…, 40’ RÉALISATION Gérard Simon ASSOCIATION Asso imago du hanneton 5 000 € 0 €<br />

J’ai pas de face, 20’ RÉALISATION Arnaud Lebrun et Jean-Baptiste Soulier ASSOCIATION KSM 5 000 € 0 €<br />

9 November, 26’ RÉALISATION Stéphane Castang ASSOCIATION L’Épatante 5 000 € 3 000 €<br />

Mil ou <strong>la</strong> vanité des songes, 60’ RÉALISATION Clém<strong>en</strong>t Schneider ASSOCIATION Les Films d’argile 5 000 € 0 €<br />

Anost fait son cinéma, 45’ RÉALISATION Philippe Dodet ASSOCIATION Anost cinéma 5 000 € 0 €<br />

Ligne de démarcation, 26’ RÉALISATION Jean-Michel Dury ASSOCIATION Les Films du tilleul 5 000 € 5 000 €<br />

Néopallimum, 9’ RÉALISATION Gaetan Laloge ASSOCIATION Camera club Côte d’Ori<strong>en</strong> 5 000 € 0 €<br />

Le premier jour, 22’ RÉALISATION Simon Gillet ASSOCIATION Les Yeux voyageurs 5 000 € 4 000 €<br />

La rose de St<strong>en</strong>dhal, 60’ RÉALISATION Gaëtan Bailliet ASSOCIATION Éva fi lms 4 500 € 0 €<br />

L’averse, 20’ RÉALISATION Anne-Gaëlle Jourdain ASSOCIATION Un Temps pour les anges 5 000 € 0 €<br />

La tête de l’emploi, 26’ RÉALISATION Muriel André-Petid<strong>en</strong>t et Éric Lefebvre ASSOCIATION Les Grandgousiers 5 000 € 4 000 €<br />

Dégénération, 22’ RÉALISATION Annabel Lannier ASSOCIATION Décadrage 5 000 € 4 000 €<br />

AIDES À L’ÉCRITURE<br />

Trois vil<strong>la</strong>ges, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Annick Filley 6 000 € 0 €<br />

Elles dans<strong>en</strong>t seules, docum<strong>en</strong>taire, 135’ RÉALISATION Sabrina Karine 5 500 € 0 €<br />

Les pérégrinations de Dominique Vivant D<strong>en</strong>on, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Patrick Nasles 5 000 € 3 000 €<br />

État d’Israël contre X, docum<strong>en</strong>taire, 90’ RÉALISATION Sou Abadi-Klein 6 000 € 6 000 €<br />

Humus, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Frédéric Labonde 6 000 € 0 €<br />

Fugue, docum<strong>en</strong>taire, 50’ RÉALISATION Didier Mercier 6 000 € 0 €<br />

Emirates City, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Juli<strong>en</strong> Godret 6 000 € 0 €<br />

Retour à Wysoka, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Anaïs Vinc<strong>en</strong>t 6 000 € 0 €<br />

Éducation surveillée, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Édith Farine 5 000 € 5 000 €<br />

Le luthier de Siegburg, fi ction télévisée, 90’ RÉALISATION Laur<strong>en</strong>t Pascaud 6 000 € 0 €<br />

Étrangers à <strong>la</strong> terre, fi ction télévisée, 90’ RÉALISATION Yves Pontonnier 3 000 € 0 €<br />

L’arbre de vie, fi ction télévisée RÉALISATION Xavier Morel 6 000 € 0 €<br />

Sur un air d’autoroute, fi ction télévisée, 8 x 52’ RÉALISATION Franck Lebon, Vinc<strong>en</strong>t Burgevin… 10 000 € 6 000 €<br />

Les jours sombres, long métrage, 90’ RÉALISATION Samuel Jacquemin 6 000 € 5 000 €<br />

La dernière p<strong>la</strong>ine, long métrage, 75’ RÉALISATION David Deppesseville 5 000 € 0 €<br />

Trio, long métrage, 90’ RÉALISATION Amélie Covil<strong>la</strong>rd 6 000 € 0 €<br />

Une mort empêchée, long métrage, 95’ RÉALISATION Philippe C<strong>la</strong>udel et Pascal Garnier 6 000 € 0 €<br />

Ida, long métrage, 120’ RÉALISATION Juline Husson 6 000 € 0 €<br />

Tanarive, long métrage, 90’ RÉALISATION Marc Eacersall 6 000 € 0 €<br />

L’arme à gauche, long métrage, 105’ RÉALISATION David Deff<strong>en</strong>di 6 000 € 5 000 €<br />

Mater Apis, long métrage, 120’ RÉALISATION François Br<strong>en</strong>iaux 6 000 € 0 €<br />

Sans vouloir te commander, long métrage RÉALISATION Stéphanie Vasseur 6 000 € 0 €<br />

Les aides de <strong>la</strong> Région Champagne-Ard<strong>en</strong>ne, premier semestre 2009<br />

AIDES A LA PRODUCTION COURT MÉTRAGE<br />

Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

demandé obt<strong>en</strong>u<br />

Regarder les morts, 30’ RÉALISATION Jean-Gabriel Periot PRODUCTEUR Local fi lms 35 000 € 35 000 €<br />

Johnny, 28’ RÉALISATION Bruno Ballouard PRODUCTEUR Offshore 35 000 € 35 000 €<br />

Le <strong>la</strong>pin immobile <strong>en</strong> plein phare, 12’ RÉALISATION Vinc<strong>en</strong>t Damon PRODUCTEUR Stromboli fi lms 22 780 € 22 780 €<br />

La ville est calme, 23’ RÉALISATION Alexandre Labarussiat PRODUCTEUR Satourne productions 35 000 € 35 000 €<br />

Mars, 30’ RÉALISATION Emmanuel Saget PRODUCTEUR Bathysphere productions 35 000 € 35 000 €<br />

Voyage chez les vivants, 40’ RÉALISATION Éric Forestier PRODUCTEUR Red Star cinéma 35 000 € 35 000 €


Les aides de <strong>la</strong> Région Franche-Comté, session de septembre 2008<br />

AIDES À L’ÉCRITURE<br />

Région Franche-Comté<br />

demandé obt<strong>en</strong>u<br />

Aire 33, long métrage RÉALISATION Kevan Stev<strong>en</strong>s 7 600 € 4 000 €<br />

Amin, long métrage RÉALISATION Philippe Faucon PRODUCTEUR Istiq<strong>la</strong>l 7 600 € 3 000 €<br />

La petite Sibérie, long métrage RÉALISATION Laur<strong>en</strong>ce Ferreira Barbosa PRODUCTEUR Alfama fi lms 7 600 € 0 €<br />

La Servante, long métrage RÉALISATION Éric Nivot PRODUCTEUR S<strong>en</strong>sito fi lms 7 600 € 0 €<br />

L’arme à gauche, long métrage RÉALISATION Jean-Pierre D<strong>en</strong>is PRODUCTEUR Récifi lms 7 600 € 4 000 €<br />

Ida, long métrage RÉALISATION Guil<strong>la</strong>ume Leiter PRODUCTEUR Les Films du rat 7 600 € 0 €<br />

Lady, long métrage RÉALISATION Kim Massee 7 600 € 0 €<br />

La vie <strong>en</strong> face, long métrage RÉALISATION Patricia Cesbron 5 500 € 0 €<br />

Les couleurs du temps, long métrage RÉALISATION Guy Beaujard 7 600 € 0 €<br />

Mon père, long métrage RÉALISATION Lanis Guerrero 7 600 € 4 000 €<br />

Ni fl eurs ni couronnes, long métrage RÉALISATION Gérard Pautonnier PRODUCTEUR 7e Apache fi lms 7 600 € 0 €<br />

L’école de <strong>la</strong> liberté, téléfi lm RÉALISATION Jean-Philippe Nico<strong>la</strong>s 6 000 € 0 €<br />

Tata Fatima, téléfi lm RÉALISATION Karim Traïdia PRODUCTEUR Sarah fi lms 5 000 € 0 €<br />

Un cadeau pour Noël, téléfi lm RÉALISATION Jérémy Hugues PRODUCTEUR Sarah fi lms 5 000 € 0 €<br />

AIDES À LA PRODUCTION COURT MÉTRAGE<br />

Gamin RÉALISATION Stéphanie Noël PRODUCTEUR Kaleo fi lms 25 000 € 25 000 €<br />

H<strong>en</strong>ri, <strong>la</strong> cad<strong>en</strong>ce RÉALISATION Rodolphe Clém<strong>en</strong>dot PRODUCTEUR Milodon productions 25 000 € 0 €<br />

Jacques et Juliette RÉALISATION Lee Sullivan PRODUCTEUR Butterfl y productions 25 000 € 0 €<br />

Jalousie RÉALISATION Bibi Naceri PRODUCTEUR Carlito 25 000 € 0 €<br />

Lâcher <strong>la</strong> rampe RÉALISATION Jean-Michel Fête PRODUCTEUR Orok fi lms 25 000 € 0 €<br />

L’annonce RÉALISATION Rodolphe Viémont PRODUCTEUR Soleil cherche futur productions 45 000 € 0 €<br />

L’annonciation RÉALISATION Laur<strong>en</strong>ce Ba<strong>la</strong>n et David Bart PRODUCTEUR Red Star cinéma 25 000 € 0 €<br />

L’épouvantail RÉALISATION Corinne Garfi n PRODUCTEUR Tara fi lms 25 000 € 0 €<br />

Les grands-mères RÉALISATION Frédéric Malègue PRODUCTEUR Goyave production 16 000 € 0 €<br />

Les neiges éternelles RÉALISATION Philippe Prouff PRODUCTEUR S<strong>en</strong>sito fi lms 25 000 € 20 000 €<br />

Majorité opprimée RÉALISATION Éléonore Pourriat PRODUCTEUR Shadows fi lms 25 000 € 0 €<br />

Mardi RÉALISATION Gilles François PRODUCTEUR Parfum de fi lms 25 000 € 0 €<br />

Peintre <strong>en</strong> résid<strong>en</strong>ce RÉALISATION Christophe Gand PRODUCTEUR Les Productions du Bled 25 000 € 0 €<br />

R<strong>en</strong>dez-vous sur Mars RÉALISATION David Vernier PRODUCTEUR Filmacran 25 000 € 0 €<br />

Ta bouche RÉALISATION Nils Hamelin PRODUCTEUR Prométhée productions 25 000 € 25 000 €<br />

Temps de chi<strong>en</strong> RÉALISATION Viva Delorme PRODUCTEUR Carlito 25 000 € 0 €<br />

Coup de foudre RÉALISATION Tibo Pinsard PRODUCTEUR Comme une image 25 000 € 0 €<br />

Du plomb dans l’aile RÉALISATION Sandrine Poget PRODUCTEUR Tarmak fi lms 25 000 € 15 000 €<br />

Droit d’asile RÉALISATION Anthony Combet PRODUCTEUR Bruixa productions 25 000 € 0 €<br />

Du poil de <strong>la</strong> bête RÉALISATION Sylvain Drécourt PRODUCTEUR Barking Dogs productions 20 000 € 0 €<br />

El Ninjo RÉALISATION Olivier Jean PRODUCTEUR Pitbull fi lms 25 000 € 0 €<br />

Farces et attrapes RÉALISATION Patrick Hernandez PRODUCTEUR Bagan fi lms 25 000 € 0 €<br />

Good luck charm RÉALISATION Romain Cole PRODUCTEUR Yukunkun productions 25 000 € 0 €<br />

L’accordeur RÉALISATION Olivier Treiner PRODUCTEUR 24 25 production 25 000 € 0 €<br />

L’amour-propre RÉALISATION Nico<strong>la</strong>s Silhol PRODUCTEUR Kazak productions 25 000 € 0 €<br />

La nuit du Leviathan RÉALISATION Jean-Yves Fischbach PRODUCTEUR Inward production 25 000 € 0 €<br />

Le grand combat RÉALISATION Nico<strong>la</strong>s Rivat PRODUCTEUR C fon fi lm productions 25 000 € 0 €<br />

Le <strong>la</strong>pin immobile <strong>en</strong> plein phare RÉALISATION Vinc<strong>en</strong>t Damon PRODUCTEUR Stromboli fi lms 22 780 € 0 €<br />

Le miroir RÉALISATION Sébasti<strong>en</strong> Rossignol PRODUCTEUR G<strong>la</strong>dys Glover fi lms 25 000 € 0 €<br />

Le vivier RÉALISATION Sylvia Guillet PRODUCTEUR Paris-Brest productions 25 000 € 25 000 €<br />

Les brasiers d’Erzurum RÉALISATION Thibaut Oskian PRODUCTEUR Fire<strong>la</strong>nd productions 25 000 € 0 €<br />

Pas de cadeaux RÉALISATION Lewis Eizykman PRODUCTEUR Prométhée productions 25 000 € 0 €<br />

Que puis-je te souhaiter avant le combat RÉALISATION Sofi a Babluani PRODUCTEUR Kometa fi lms 25 000 € 0 €<br />

Quittée RÉALISATION Emmanuel Vernières PRODUCTEUR Sedna fi lms 25 000 € 0 €<br />

Rêves et paix RÉALISATION Anthony Combet PRODUCTEUR Bruixa productions 25 000 € 0 €<br />

Sacerdoce RÉALISATION Sébasti<strong>en</strong> Sort PRODUCTEUR Avalon 25 000 € 0 €<br />

AIDES À LA PRODUCTION DOCUMENTAIRE<br />

Christophe RÉALISATION Dominique Garing et Jean-Baptiste B<strong>en</strong>oit PRODUCTEUR Vie des Hauts production 25 000 € 25 000 €<br />

Dancing RÉALISATION Loïc Mahé PRODUCTEUR Faites un vœu 22 000 € 20 000 €<br />

Ent<strong>en</strong>dez-vous dans nos campagnes ? RÉALISATION Gilles Perez PRODUCTEUR Treize au Sud 40 000 € 15 000 €<br />

Les crampons de <strong>la</strong> gloire RÉALISATION Pierre Cholbi PRODUCTEUR Comic Strip production 20 000 € 0 €<br />

Les secondes vies de M. Proudhon RÉALISATION Anne Argouse et Hugues Peyret PRODUCTEUR Antoine Martin production 15 000 € 15 000 €<br />

Jacques Livchine, l’homme de l’unité RÉALISATION Martine Deyres PRODUCTEUR Groupe Ga<strong>la</strong>ctica 21 000 € 0 €<br />

Jean-Paul Goude, grand imagier RÉALISATION Jill Emery PRODUCTEUR Calisto productions 40 000 € 0 €<br />

Un trésor sauvé des eaux RÉALISATION Jean-Luc Bouvret PRODUCTEUR Le Miroir 40 000 € 0 €<br />

Voyeur voyant voyou RÉALISATION Olivier Stephan, Vinc<strong>en</strong>t Roy PRODUCTEUR Des jours meilleurs 25 000 € 20 000 €<br />

GéNéRiQ # 09 RÉALISATION Alexandre Perrier PRODUCTEUR v 27 000 € 15 000 €<br />

No man’s <strong>la</strong>nd RÉALISATION Jean-Philippe Macchioni PRODUCTEUR Vie des Hauts production 25 000 € 0 €<br />

11


12<br />

chiffres (suite)<br />

Les aides de <strong>la</strong> Région Franche-Comté, session de septembre 2008<br />

Région Franche-Comté<br />

demandé obt<strong>en</strong>u<br />

Princesses peluches RÉALISATION Virginie Valissant-Brylinski PRODUCTEUR Virginie Valissant-Brylinsk 25 000 € 0 €<br />

Un jour <strong>la</strong> pandémie vi<strong>en</strong>dra RÉALISATION Jill Emery PRODUCTEUR Stel<strong>la</strong> productions 40 000 € 30 000 €<br />

AIDES AU LONG MÉTRAGE<br />

Chère Ca<strong>la</strong>mity RÉALISATION Christine All<strong>en</strong> PRODUCTEUR Spoutnik productions 100 000 € 0 €<br />

Elle ne pleure pas, elle chante RÉALISATION Philippe de Pierpont PRODUCTEUR Perspective fi lms 150 000 € 0 €<br />

Je suis un no man’s <strong>la</strong>nd RÉALISATION Thierry Jousse PRODUCTEUR Les Films Hatari 130 000 € 130 000 €<br />

Ré<strong>en</strong>chanter le monde RÉALISATION Jérémy Forni PRODUCTEUR Compagnie des phares et balises 100 000 € 30 000 €<br />

En ville RÉALISATION Valérie Mréj<strong>en</strong> PRODUCTEUR Aurora fi lms 150 000 € 0 €<br />

L’arme à gauche RÉALISATION Jean-Pierre D<strong>en</strong>is PRODUCTEUR Récifi lms 150 000 € 125 000 €<br />

Louise Wimmer RÉALISATION Cyril M<strong>en</strong>negun PRODUCTEUR Zadig productions 150 000 € 125 000 €<br />

Pour solde de tout compte RÉALISATION Pierre Lacan PRODUCTEUR Sombrero fi lms 150 000 € 0 €<br />

Mes chères études, téléfi lm RÉALISATION Emmanuelle Bercot PRODUCTEUR Les Films du kiosque 100 000 € 100 000 €<br />

AIDES FILMS SANS DIFFUSEURS ET ASSOCIATIFS<br />

Buster & Charlie RÉALISATION collective PRODUCTEUR Forgett<strong>en</strong> Fridge production 2 000 € 0 €<br />

Les yeux de Simone RÉALISATION Jean-Louis Porchet PRODUCTEUR CAB productions 20 000 € 0 €<br />

C<strong>la</strong>ir soleil 2 RÉALISATION Dami<strong>en</strong> Maheu PRODUCTEUR Two Tone Club 25 000 € 0 €<br />

Les aides de <strong>la</strong> Région Lorraine, session de mai 2009<br />

Région Lorraine<br />

demandé obt<strong>en</strong>u<br />

AIDES À L’ÉCRITURE<br />

Myosotis RÉALISATION Jonathan Rescigno 2 000 € 2 000 €<br />

L’av<strong>en</strong>ir est au hasard RÉALISATION Loïc Millot 2 000 € 0 €<br />

Aberrant RÉALISATION Sébasti<strong>en</strong> Voignier 2 000 € 0 €<br />

En cas d’erreur RÉALISATION D<strong>en</strong>is Herzog 2 000 € 2 000 €<br />

AIDES A LA PRODUCTION COURT MÉTRAGE<br />

C’est gratuit pour les fi lles, court métrage, 25’ RÉALISATION C<strong>la</strong>ire Burger PRODUCTEUR Dharamsa<strong>la</strong> 32 000 € 30 000 €<br />

La crèche, court métrage, 12’ RÉALISATION Francis Grosjean PRODUCTEUR Gulliver productions 15 000 € 15 000 €<br />

Peintre <strong>en</strong> résid<strong>en</strong>ce, court métrage, 12’ RÉALISATION Christophe Gand PRODUCTEUR Parfum de fi lms 15 340 € 0 €<br />

AIDES AU DÉVELOPPEMENT<br />

Rue des singes, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION D<strong>en</strong>is Robert PRODUCTEUR Nomades TV 5 000 € AJOURNEMENT<br />

Bankable, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION D<strong>en</strong>is Robert PRODUCTEUR Nomades TV 5 000 € 4 000 €<br />

Le choix, téléfi lm, 90’ RÉALISATION Patrick Basso PRODUCTEUR Timecode productions 5 000 € 0 €<br />

Art et squats, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Emmanuel Jolly PRODUCTEUR Hors Série fi lms 5 000 € 2 000 €<br />

Entre-temps, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Laetitia Giroux PRODUCTEUR La Bascule 5 000 € 4 000 €<br />

Le secret de Kaidi Aïda, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION A<strong>la</strong>in Chreti<strong>en</strong> PRODUCTEUR Faites un vœu 5 000 € 4 000 €<br />

Poilus d’A<strong>la</strong>ska, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Daniel Duhand PRODUCTEUR Bonne Pioche 5 000 € 0 €<br />

Monsieur X, docum<strong>en</strong>taire, 53’ RÉALISATION Régis Caël PRODUCTEUR Ère production 4 000 € 3 000 €<br />

D’une prison à l’autre, docum<strong>en</strong>taire, 52’ RÉALISATION Guy Girard PRODUCTEUR La Huit 5 000 € 0 €<br />

AIDES À LA PRODUCTION DOCUMENTAIRE<br />

Yves Wernert, itinéraire d’un sampleur, 26’ RÉALISATION Stéphane Le Gall-Viliker PRODUCTEUR Veilleur de nuit 13 000 € 13 000 €<br />

L’horizon caché, 52’ RÉALISATION Pierre Hornberger PRODUCTEUR Prodaction 28 000 € 28 000 €<br />

C<strong>en</strong>tre Pompidou Metz, 2 x 26’ RÉALISATION Michel Quinejure PRODUCTEUR Mirage illimité 20 000 € 0 €<br />

L’autre école, 52’ RÉALISATION Éric Mutschler et Jérôme Plessy PRODUCTEUR Oxygène productions 22 500 € 0 €<br />

Émaux de Longwy, un trait de génie, 26’ RÉALISATION Jean-Baptiste Mathieu PRODUCTEUR Jean-Baptiste Mathieu 12 000 € 12 000 €<br />

La République alsaci<strong>en</strong>ne des conseils, 52’ RÉALISATION Jean-Noël De<strong>la</strong>marre PRODUCTEUR Ère productions 20 000 € 18 000 €<br />

Le geste ordinaire, 52’ RÉALISATION Maxime Coton PRODUCTEUR Ère productions 14 000 € 14 000 €<br />

La belle vie ou <strong>la</strong> cité des peupliers, 52’ RÉALISATION Ro<strong>la</strong>nd Muller PRODUCTEUR Ère productions 25 000 € 25 000 €<br />

Verdun, 2 000 ans d’histoire, 52’ RÉALISATION Régis Caël et Régis Latouche PRODUCTEUR Ère productions 25 000 € 25 000 €<br />

Ent<strong>en</strong>dez-vous dans nos campagnes, 3 x 52’ RÉALISATION Gilles Perez PRODUCTEUR Treize au sud 25 000 € AJOURNEMENT<br />

De père <strong>en</strong> fi lle, 52’ RÉALISATION Jean-Baptiste Mathieu PRODUCTEUR Les Films de l’étranger 25 000 € 25 000 €<br />

AIDES AU LONG MÉTRAGE<br />

Le bonheur qu’ils disai<strong>en</strong>t, 120’ RÉALISATION Laetitia Giroux PRODUCTEUR La Bascule 75 000 € 75 000 €<br />

H<strong>en</strong>ry, 100’ RÉALISATION Pascal Remy PRODUCTEUR Les Films <strong>en</strong> hiver 200 000 € 125 000 €<br />

Proie, 90’ RÉALISATION Antoine Blossier PRODUCTEUR Quasar Pictures 100 000 € 0 €<br />

The Hunters, 90’ RÉALISATION Éti<strong>en</strong>ne Huet PRODUCTEUR Humal productions 200 000 € 0 €<br />

Nos résistances, 90’ RÉALISATION Romain Cogitore PRODUCTEUR Cinema de facto 200 000 € 100 000 €<br />

Robert Mitchum est mort, 90’ RÉALISATION Olivier Babinet et Fred Kihn PRODUCTEUR Ferris et Brockman 75 000 € 0 €<br />

Pour solde de tout compte, 90’ RÉALISATION Pierre Lacan PRODUCTEUR Sombrero 200 000 € AJOURNEMENT<br />

Départ<br />

Brigitte Daudé, responsable du départem<strong>en</strong>t audiovisuel et cinéma de l’Ag<strong>en</strong>ce Culturelle d’<strong>Alsace</strong>, quitte ses fonctions le 30 novembre. En sept ans, Brigitte aura<br />

fortem<strong>en</strong>t marqué l’audiovisuel alsaci<strong>en</strong> par ses initiatives et ses actions, notamm<strong>en</strong>t par <strong>la</strong> mise <strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce d’une aide au développem<strong>en</strong>t, un accompagnem<strong>en</strong>t<br />

pertin<strong>en</strong>t des producteurs sur les marchés, <strong>la</strong> promotion des fi lms de <strong>la</strong> région, les stages d’analyse fi lmique, ou <strong>en</strong>core par son <strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t fort dans <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong><br />

<strong>Alsace</strong>. Sa curiosité vis-à-vis de nos métiers, sa prés<strong>en</strong>ce aux r<strong>en</strong>contres profes sionnelles, sa fi délité lors des projections, son caractère bi<strong>en</strong> trempé et son ouverture<br />

d’esprit nous étai<strong>en</strong>t chers. Après celui de D<strong>en</strong>is Darroy de <strong>la</strong> DRAC au printemps dernier, nous regrettons aujourd’hui à nouveau le départ d’un interlocuteur de<br />

qualité et d’un part<strong>en</strong>aire <strong>en</strong>gagé. Les producteurs de l’APAA


<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

9-12<br />

déc<br />

2009<br />

Je voudrais aimer personne<br />

de Marie Dumora<br />

MERCREDI 9 DÉCEMBRE JEUDI 10 DÉCEMBRE VENDREDI 11 DÉCEMBRE<br />

| |<br />

À L’UNIVERSITÉ DE STRASBOURG,<br />

INSTITUT LE BEL, AMPHI 5<br />

20 h Jeunes Tal<strong>en</strong>ts<br />

Sélection de fi lms<br />

d’étudiants de l’IUT<br />

de Mulhouse (services et<br />

réseaux de communication),<br />

de l’École supérieure<br />

des arts décoratifs<br />

de Strasbourg,<br />

du Master pro réalisation<br />

docum<strong>en</strong>taire de<br />

l’Université de Strasbourg.<br />

Invitée : École régionale des<br />

beaux-arts de Besançon<br />

Deux prix de 1 000 euros<br />

dotés par l’Université<br />

de Strasbourg.<br />

Jury composé de Juli<strong>en</strong><br />

Mathis (Safi re), Josiane<br />

Schauner (APAA), Michèle<br />

Clém<strong>en</strong>t (iconoval), Raphaël<br />

Soatto (ORCCA Champagne-<br />

Ard<strong>en</strong>ne) et Flor<strong>en</strong>ce<br />

Gautier (Région Lorraine)<br />

Merci à Michaël Gaumnitz<br />

(ESAD Strasbourg),<br />

Luc Maechel (IUT Mulhouse),<br />

Jean-François Moris<br />

(Université de Strasbourg),<br />

Vassili Teriakidis<br />

(ERBA Besançon)<br />

Les Journées professionnelles<br />

AU MUSÉE D’ART MODERNE<br />

ET CONTEMPORAIN<br />

10 h 30 Atelier<br />

Ouverture<br />

par Jean-François Moris,<br />

présid<strong>en</strong>t de <strong>Filmer</strong><br />

<strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

Le web docum<strong>en</strong>taire<br />

<strong>en</strong> prés<strong>en</strong>ce d’un auteur<br />

d’un web-docu<br />

et d’un producteur<br />

13 h Pause déjeuner<br />

15 h Atelier<br />

Le scénario<br />

dans le docum<strong>en</strong>taire<br />

De l’écriture<br />

à <strong>la</strong> production<br />

Étude d’écriture<br />

scénaristique<br />

Invitée : Marie Dumora<br />

Lecteur : Martin Adamiec<br />

18 h Projection<br />

Je voudrais aimer<br />

personne<br />

de Marie Dumora, 2008,<br />

109’, Quark production<br />

|<br />

AU MUSÉE D’ART MODERNE<br />

ET CONTEMPORAIN<br />

Les inv<strong>en</strong>tions<br />

bretonnes<br />

Journée d’échange<br />

interprofessionnel<br />

et interrégional à partir<br />

de l’expéri<strong>en</strong>ce bretonne<br />

10 h 30 Atelier<br />

Comm<strong>en</strong>t exister<br />

<strong>en</strong> région alors<br />

que tout se c<strong>en</strong>tralise ?<br />

avec Serge Steyer<br />

(Films <strong>en</strong> Bretagne)<br />

et Ariel Nathan (Arbre)<br />

13 h Pause déjeuner<br />

15 h Projection<br />

Olivier Bourbeillon,<br />

de Paris-Brest productions,<br />

prés<strong>en</strong>te une série de<br />

courts métrages.<br />

Nathalie Marcault,<br />

réalisatrice, prés<strong>en</strong>te<br />

À <strong>la</strong> gauche du père,<br />

docum<strong>en</strong>taire, 2009, 66’,<br />

coproduction Movia<strong>la</strong><br />

fi lms, Tarmak fi lms<br />

SAMEDI 12 DÉCEMBRE<br />

|<br />

À L’AUDITORIUM<br />

DE FRANCE 3 ALSACE<br />

15 h Projection de f ilms<br />

régionaux inédits<br />

Nourrir l’animal<br />

de S. Louis, 2009,<br />

13’, Redstar Cinéma<br />

La vie sombre trois fois,<br />

se relève sept et neuf fois<br />

fl otte à <strong>la</strong> dérive<br />

de Xuan-Lan Guyot,<br />

2009, 48’<br />

Chroniques<br />

de l’Afrique sauvage<br />

de Issam Mathlouti, 2009,<br />

15’, Mysteo<br />

La lég<strong>en</strong>de du chou<br />

de Pascale Hecquet, 2009,<br />

9’30, Ambiances… asbl,<br />

Les Médias associées<br />

Merci à Brigitte Daudé<br />

pour <strong>la</strong> sélection<br />

17 h 30 Clôture<br />

et prix Jeunes Tal<strong>en</strong>ts<br />

Temps de restitution,<br />

remise des prix Jeunes Tal<strong>en</strong>ts<br />

et projection des fi lms primés<br />

Cocktail de clôture<br />

I


II<br />

MERCREDI 9 DÉCEMBRE JEUDI 10 DÉCEMBRE<br />

Jeunes Tal<strong>en</strong>ts<br />

|<br />

|<br />

Projection<br />

à 20 h<br />

École supérieure<br />

des arts décoratifs<br />

de Strasbourg<br />

L’opération<br />

schmitti<strong>en</strong>ne<br />

de Caroline<br />

Cutaia, 7’<br />

Statistiquem<strong>en</strong>t<br />

<strong>en</strong> communiquant<br />

avec tous les Schmitt<br />

de Strasbourg, j’ai plus<br />

de chance de tomber<br />

sur mon voisin.<br />

Une journée<br />

ordinaire<br />

de Bérangère<br />

Magaud, 4’10<br />

Triptyque vidéo<br />

des temps simultanés,<br />

des espaces<br />

et des atmosphères<br />

de <strong>la</strong> ville, au sein<br />

d’une journée<br />

poétique.<br />

L’épaisseur<br />

de <strong>la</strong> route<br />

de Maud<br />

Guerche, 4’53<br />

Entre départ et<br />

arrivée. Ce qu’il y<br />

a <strong>en</strong>tre – ce nulle<br />

part – est rarem<strong>en</strong>t<br />

cité, puisqu’invisible,<br />

impalpable,<br />

insaisissable.<br />

Samy<br />

d’Olivia<br />

Grandperrin, 12’<br />

Un cas de synesthésie :<br />

particu<strong>la</strong>rité<br />

neurologique<br />

selon <strong>la</strong>quelle deux<br />

ou plusieurs s<strong>en</strong>s<br />

sont mé<strong>la</strong>ngés.<br />

Molloy. Elle est<br />

si con <strong>la</strong> lune<br />

de Coline<br />

Aguettaz, 4’26<br />

Sur un texte de<br />

Samuel Beckett.<br />

I don’t know<br />

d’Emma<br />

Lidbury, 13’<br />

Sur les contreforts<br />

de l’Hima<strong>la</strong>ya.<br />

Gobbledigook<br />

de Delphine<br />

Roux, 3’15<br />

Sur une musique<br />

de Sigur Ros,<br />

une animation<br />

au scanner…<br />

Université<br />

de Strasbourg<br />

Ranrupt, sa p<strong>la</strong>ce,<br />

ses forêts et<br />

autres histoires…<br />

de David<br />

Richardier, Hélène<br />

Orth et Sophie<br />

Bal<strong>la</strong>nd, 30<br />

Un petit vil<strong>la</strong>ge<br />

vosgi<strong>en</strong> dévoile<br />

son quotidi<strong>en</strong>.<br />

Le <strong>la</strong>c des brumes<br />

de Mariette<br />

Auvray, 29’<br />

Phuong Thao a grandi<br />

<strong>en</strong> France. Ses par<strong>en</strong>ts<br />

p<strong>en</strong>s<strong>en</strong>t à fermer leur<br />

restaurant et repartir<br />

au Vietnam. La jeune<br />

fi lle et ses par<strong>en</strong>ts<br />

s’affront<strong>en</strong>t.<br />

IUT de Mulhouse<br />

Chat p<strong>la</strong>nté<br />

de Florian<br />

Coulon, 6’50<br />

La triste et<br />

inquiétante r<strong>en</strong>contre<br />

<strong>en</strong>tre un vagabond<br />

errant dans <strong>la</strong> nature<br />

et un épouvantail…<br />

Invitée<br />

École régionale<br />

des beaux-arts<br />

(ERBA) de Besançon<br />

I’m runing free<br />

de Thierry<br />

Vizzaccaro, 2’03<br />

N’avez-vous<br />

jamais eu cette<br />

s<strong>en</strong>sation de vivre<br />

à contre-courant ?<br />

J.T.K.<br />

de Gerald<br />

Colomb, 5’10<br />

Parallèle <strong>en</strong>tre<br />

<strong>la</strong> sculpture, l’écriture<br />

et <strong>la</strong> marche.<br />

Quid du web<br />

docum<strong>en</strong>taire ?<br />

|<br />

|<br />

Atelier à 10 h 30<br />

Ce<strong>la</strong> fait maint<strong>en</strong>ant une demi-douzaine<br />

d’années que l’on parle de ce g<strong>en</strong>re docum<strong>en</strong>taire,<br />

sans que l’on sache bi<strong>en</strong> de quoi il <strong>en</strong><br />

retourne. On peut avancer que c’est un docum<strong>en</strong>taire,<br />

créé avec d’autres outils, ceux qu’on<br />

appelle <strong>en</strong>core les nouvelles technologies :<br />

internet, multimédia, vidéo… En sachant que<br />

l’on y retrouve les élém<strong>en</strong>ts habituels, images,<br />

sons, textes, et les mêmes fi nalités : un point<br />

de vue, un propos, des informations, une écriture…<br />

Après les inévitables balbutiem<strong>en</strong>ts,<br />

le web docum<strong>en</strong>taire semble aujourd’hui<br />

s’affi rmer et s’affi cher comme un domaine à<br />

part <strong>en</strong>tière.<br />

Raison de plus d’y voir de plus près, de découvrir<br />

quelques exemples d’œuvres qui ont montré<br />

<strong>la</strong> réalité d’une forme avec <strong>la</strong>quelle il faut<br />

désormais compter, un terrain qu’il faudrait<br />

investir parce que canal supplém<strong>en</strong>taire de<br />

diffusion, avec ses contraintes spécifi ques.<br />

France Télévisions et des chaînes locales ont<br />

déjà emboîté le pas à Arte qui a été pionnière<br />

dans ce domaine. Le CNC a <strong>la</strong>ncé des appels<br />

à projets et souhaite accompagner les premiers<br />

essais pour pr<strong>en</strong>dre précisém<strong>en</strong>t <strong>la</strong> mesure de<br />

ce qui se prés<strong>en</strong>te comme un nouveau champ<br />

prometteur.<br />

À <strong>la</strong> suite de Doc’Ouest <strong>en</strong> septembre dernier,<br />

poursuivons cette exploration, pour se situer<br />

de manière raisonnée, sinon raisonnable, sans<br />

att<strong>en</strong>dre davantage !<br />

En prés<strong>en</strong>ce d’un auteur<br />

et d’un producteur de web docum<strong>en</strong>taire<br />

Atelier coordonné<br />

par l’APAA


JEUDI 10 DÉCEMBRE<br />

Le scénario<br />

dans le docum<strong>en</strong>taire<br />

|<br />

|<br />

Atelier à 15 h<br />

Prés<strong>en</strong>tation de <strong>la</strong> g<strong>en</strong>èse<br />

de Je voudrais aimer personne<br />

par son auteur Marie Dumora,<br />

accompagnée de <strong>la</strong> lecture<br />

du scénario par Martin Adamiec<br />

Problématique abordée : mise <strong>en</strong> lumière de<br />

ce qui s’é<strong>la</strong>bore dans cette phase initiale, dont<br />

on ne connaît pas bi<strong>en</strong> l’importance autant<br />

dans le temps qu’il faut y consacrer que dans<br />

l’<strong>en</strong>jeu même. Il est demandé à un auteur de<br />

dévoiler ce qu’a été pour lui ce mom<strong>en</strong>t du<br />

fi lm et d’<strong>en</strong> livrer quelques fragm<strong>en</strong>ts donnés<br />

à <strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre, avant de découvrir le fi lm que<br />

l’on verra <strong>en</strong>suite. Dans cet exercice, le fi lm<br />

déjà se met à exister m<strong>en</strong>talem<strong>en</strong>t, y compris<br />

sa nécessité, au travers de l’<strong>en</strong>gagem<strong>en</strong>t tout<br />

<strong>en</strong>tier de son auteur.<br />

Atelier coordonné par l’APAA<br />

et Vidéo Les Beaux Jours<br />

Projection à 18 h<br />

Je voudrais aimer personne<br />

de Marie Dumora, 2008, 109’,<br />

Quark production<br />

Avec ses bottes b<strong>la</strong>nches et ses seize ans, Sabrina<br />

marche vite. Elle arp<strong>en</strong>te les routes qui <strong>la</strong> sépar<strong>en</strong>t<br />

des si<strong>en</strong>s <strong>en</strong>tre Mulhouse — où elle vit avec<br />

d’autres jeunes fi lles à L’Hermitage — et Colmar.<br />

Sabrina ne peut compter que sur elle et son fi ls<br />

Nico<strong>la</strong>s, dix mois. Elle trace pour garder son cap<br />

tandis que tout vacille autour d’elle. Un beau jour,<br />

Sabrina décide de baptiser son fi ls, comme pour<br />

mieux se protéger de l’ombre qui gagne.<br />

Marie Dumora a réalisé :<br />

Le square Burq est impec (1997)<br />

Après <strong>la</strong> pluie (1999)<br />

Tu n’es pas un ange (2000)<br />

Avec ou sans toi (2002)<br />

Emm<strong>en</strong>ez-moi (2004)<br />

VENDREDI 11 DÉCEMBRE<br />

Les inv<strong>en</strong>tions bretonnes<br />

|<br />

|<br />

Atelier à 10 h 30<br />

Comm<strong>en</strong>t exister <strong>en</strong> région alors que tout se c<strong>en</strong>tralise ?<br />

La Bretagne a vécu ces dernières années d’importantes transformations,<br />

dans lesquelles chaque acteur a t<strong>en</strong>u un rôle clé. Comm<strong>en</strong>t<br />

<strong>la</strong> Bretagne (qui dispose d’un TGV depuis un peu plus longtemps que<br />

nous !) s’est structurée ? Nous explorerons <strong>la</strong> manière dont ils ont<br />

appréh<strong>en</strong>dé les réalités régionales, fait face aux diffi cultés, dessiné<br />

des perspectives…<br />

Interv<strong>en</strong>tions de Serge Steyer, réalisateur,<br />

présid<strong>en</strong>t de Films <strong>en</strong> Bretagne,<br />

et de Ariel Nathan, réalisateur, membre de l’Association<br />

des auteurs et réalisateurs <strong>en</strong> Bretagne (Arbre).<br />

Ils prés<strong>en</strong>teront <strong>la</strong> manière dont Films <strong>en</strong> Bretagne s’est constituée et<br />

a évolué et r<strong>en</strong>dront compte égalem<strong>en</strong>t du précieux travail d‘analyse<br />

qui a conduit à <strong>la</strong> publication de deux monographies : Photographie de<br />

l’activité audiovisuelle et cinématographique <strong>en</strong> Bretagne (80 pages),<br />

sortie <strong>en</strong> juin 2009 et publié avec l’aide de <strong>la</strong> Région Bretagne, et<br />

Le c<strong>en</strong>tralisme audiovisuel <strong>en</strong> France (64 pages), conduite par Philippe<br />

Baron, réalisateur, et sortie <strong>en</strong> septembre 2009.<br />

Projection à 15 h<br />

Olivier Bourbeillon, de Paris-Brest Productions,<br />

prés<strong>en</strong>te une série de courts métrages<br />

et <strong>en</strong> particulier l’exemple de Nue, qui s’est prolongé<br />

par une collection suscitée par Arte et reprise régionalem<strong>en</strong>t.<br />

Nue de Catherine Bernstein, 2009, 8’, docum<strong>en</strong>taire<br />

Le serrurier de Sylvia Guillet, 2008, 8’, fi ction<br />

La femme serp<strong>en</strong>t de Marie Hélia, 2008, 38’, fi ction<br />

La dernière journée de Olivier Bourbeillon,<br />

2005, 12’, docum<strong>en</strong>taire<br />

Nathalie Marcault, réalisatrice,<br />

prés<strong>en</strong>te son fi lm À <strong>la</strong> gauche du père, 2009, 66’,<br />

coproduction Movia<strong>la</strong> fi lms, Tarmak fi lms<br />

Chaque soir, je voyais mon père monter <strong>la</strong> rue <strong>en</strong> titubant. Il est mort, il y a<br />

18 ans, des suites de son alcoolisme. Depuis, je cours après un fantôme.<br />

J’ai demandé à ma famille de m’aider à lui redonner chair pour m’<strong>en</strong> libérer.<br />

Journée coordonnée<br />

par <strong>la</strong> Safi re<br />

III


IV<br />

SAMEDI 12 DÉCEMBRE<br />

Films régionaux<br />

inédits<br />

|<br />

|<br />

Projection<br />

à 15 h<br />

Nourrir l’animal<br />

de S. Louis,<br />

2009, 13’,<br />

Redstar Cinéma<br />

Au fond d’une<br />

vallée alsaci<strong>en</strong>ne,<br />

un quartier ouvrier<br />

s’est peu à peu<br />

dépeuplé. L’usine de<br />

recyc<strong>la</strong>ge de papier<br />

trône au c<strong>en</strong>tre de ce<br />

monde. À l’intérieur<br />

du bâtim<strong>en</strong>t, <strong>la</strong><br />

mécanique des<br />

machines fait rage.<br />

Les hommes, eux,<br />

font leur travail.<br />

La vie sombre<br />

trois fois,<br />

se relève sept<br />

et neuf fois<br />

fl otte à <strong>la</strong> dérive<br />

de Xuan-Lan<br />

Guyot, 2009, 48’<br />

Retour sur le destin<br />

brisé d’une femme<br />

fi lmé par sa petite fi lle<br />

qui revi<strong>en</strong>t, à l’heure<br />

où ses os seront<br />

ré<strong>en</strong>terrés, sur les<br />

événem<strong>en</strong>ts viol<strong>en</strong>ts<br />

de son histoire, et<br />

à travers eux, sur<br />

l’histoire viol<strong>en</strong>te<br />

de son pays.<br />

Chroniques de<br />

l’Afrique sauvage<br />

de Issam<br />

Mathlouti,<br />

2009, 15’,<br />

Mysteo<br />

Cette fable urbaine<br />

met <strong>en</strong> scène six<br />

jeunes de banlieue<br />

qui se réuniss<strong>en</strong>t<br />

toutes les nuits dans<br />

un abribus une fois le<br />

service terminé. Un<br />

beau soir, un ouvrier<br />

maghrébin d’une<br />

soixantaine d’années<br />

vi<strong>en</strong>t à leur r<strong>en</strong>contre.<br />

Le dialogue s’installe.<br />

La lég<strong>en</strong>de<br />

du chou<br />

de Pascale<br />

Hecquet,<br />

2009, 9’30,<br />

Ambiances… asbl,<br />

les Médias associés<br />

On dit que les bébés<br />

naiss<strong>en</strong>t dans les<br />

choux… Une étrange<br />

expression dont<br />

l’origine reste <strong>en</strong>core<br />

fl oue à l’heure<br />

actuelle… Quoique !<br />

Toupie <strong>la</strong> taupe <strong>en</strong> sait<br />

quelque chose, et nous<br />

assure d’ailleurs qu’il<br />

est loin d’être étranger<br />

à cette rumeur !<br />

Clôture<br />

|<br />

|<br />

Remise des<br />

prix à 17 h 30<br />

Conclusions<br />

des Journées,<br />

projection<br />

des fi lms primés<br />

et cocktail<br />

de clôture.<br />

Les Journées<br />

professionnelles<br />

de <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

seront aussi l’occasion<br />

pour l’Interrezo,<br />

regroupem<strong>en</strong>t<br />

des associations<br />

de réalisateurs des<br />

régions de France,<br />

de se réunir le samedi<br />

12 décembre<br />

au matin.<br />

Images<br />

Samy<br />

d’Olivia Grandperrin<br />

Gobbledigook<br />

de Delphine Roux<br />

Je voudrais aimer personne<br />

de Marie Dumora<br />

Le serrurier<br />

de Sylvia Guillet<br />

Chroniques<br />

de l’Afrique sauvage<br />

de Issam Mathlouti<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong> est une association<br />

regroupant l’APAA, <strong>la</strong> Safi re,<br />

l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong>,<br />

iconoval, Vidéo Les Beaux Jours,<br />

l’Université de Strasbourg et l’Ina Grand-Est.<br />

R<strong>en</strong>seignem<strong>en</strong>ts et inscriptions<br />

<strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong><br />

c/o Maison de l’image<br />

31 rue Kag<strong>en</strong>eck 67000 Strasbourg<br />

téléphone 03 88 23 86 51<br />

info@fi lmer<strong>en</strong>alsace.eu<br />

www.fi lmer<strong>en</strong>alsace.eu<br />

Adresses utiles<br />

Amphi 5 de l’Institut Le Bel,<br />

Université de Strasbourg,<br />

4 rue B<strong>la</strong>ise Pascal<br />

Musée d’art moderne et contemporain<br />

1 p<strong>la</strong>ce Jean Arp<br />

France 3 <strong>Alsace</strong><br />

p<strong>la</strong>ce de Bordeaux<br />

Avec le souti<strong>en</strong> de <strong>la</strong> Région <strong>Alsace</strong>,<br />

de <strong>la</strong> Ville de Strasbourg,<br />

du Conseil général du Haut-Rhin,<br />

du ministère de <strong>la</strong> Culture DRAC <strong>Alsace</strong><br />

Remerciem<strong>en</strong>ts<br />

au Musée d’art moderne<br />

et contemporain,<br />

au service de l’action culturelle<br />

de l’Université de Strasbourg,<br />

à France 3 <strong>Alsace</strong>.


scénario<br />

Autre réponse à <strong>la</strong> question « Qu’est-ce que pour vous le scénario dans<br />

le docum<strong>en</strong>taire ? ». Pascal Cling a écrit et réalisé depuis une quinzaine<br />

d’années des fi lms ayant trait à <strong>la</strong> transmission de l’Histoire et à l’espérance<br />

humaine, fi lms multiformes, parfois à <strong>la</strong> lisière de <strong>la</strong> fi ction et du docum<strong>en</strong>taire.<br />

Interv<strong>en</strong>ant dans le cadre d’ateliers, auprès de publics jeunes et moins<br />

jeunes, il aime à dire : « Je fais des fi lms, dont les mi<strong>en</strong>s… »<br />

À l’épreuve des mots<br />

Un diffuseur ou un producteur m’a plongé un jour dans un profond<br />

embarras <strong>en</strong> me demandant un scénario. Pour ce qui est de mes fi lms<br />

hors commandes, j’ai l’habitude de prés<strong>en</strong>ter des séqu<strong>en</strong>ciers, qui<br />

constitu<strong>en</strong>t un <strong>en</strong>chaînem<strong>en</strong>t de scènes p<strong>la</strong>usibles, et vois franchem<strong>en</strong>t<br />

mal lequel de mes fi lms aurait pu donner lieu à un scénario.<br />

Si ce terme convi<strong>en</strong>t à des docum<strong>en</strong>taires très prémédités, écrits à <strong>la</strong><br />

virgule près, avalisés par des experts, voire storyboardés, ainsi qu’aux<br />

docu-fi ctions avec acteurs, pour beaucoup d’autres projets l’emploi<br />

d’un tel jargon frise l’incongru. Il va de soi, par exemple, qu’<strong>en</strong> matière<br />

de cinéma direct les paroles que prononceront des personnages et les<br />

gestes qu’ils feront revêt<strong>en</strong>t un caractère imprévisible, et c’est ce qui<br />

fait <strong>la</strong> force de ce cinéma-là.<br />

Au demeurant, <strong>la</strong> nature même de certains fi lms gagne à être préservée,<br />

qui ne doiv<strong>en</strong>t pas à tout prix <strong>en</strong>trer avec un chausse-pied dans <strong>la</strong><br />

pantoufl e de part<strong>en</strong>aires frileux, au risque d’y perdre leur moelle.<br />

J’<strong>en</strong>t<strong>en</strong>ds d’ici <strong>la</strong> mouche du coche me dire : « Après tout, même pour<br />

un fi lm <strong>en</strong> cinéma direct, trouver des fonds suppose de prés<strong>en</strong>ter une<br />

version écrite, alors à quoi bon faire tout un p<strong>la</strong>t du mot scénario,<br />

comme s’il était tabou ? Appr<strong>en</strong>ons à mettre notre projet à l’épreuve des<br />

mots, d’autant plus qu’il faut rompre avec l’idée reçue selon <strong>la</strong>quelle<br />

qui dit scénario dirait forcém<strong>en</strong>t dialogues… »<br />

Certes sur le fond. Mais vous oubliez, chère mouche du coche, que<br />

nous les auteurs-réalisateurs docum<strong>en</strong>taristes sommes inégaux face à<br />

<strong>la</strong> forme scénaristique. Ceux d’<strong>en</strong>tre nous qui mani<strong>en</strong>t à merveille <strong>la</strong><br />

<strong>la</strong>ngue française, ne serait-ce que parce qu’ils ont une fi bre littéraire,<br />

sont plus à même de convaincre grâce à un dossier bi<strong>en</strong> fagoté. D’autant<br />

qu’à <strong>la</strong> différ<strong>en</strong>ce de ce qui a cours dans le domaine de <strong>la</strong> fi ction, nous<br />

disposons généralem<strong>en</strong>t de moy<strong>en</strong>s trop réduits pour pouvoir nous<br />

adjoindre les compét<strong>en</strong>ces d’un spécialiste de l’écrit. En somme, quand<br />

bi<strong>en</strong> même parfois nous voudrions procéder autrem<strong>en</strong>t, nous faisons<br />

avec les moy<strong>en</strong>s du bord.<br />

Il est notoire que les aides au cinéma offr<strong>en</strong>t <strong>la</strong> part belle aux auteurs à<br />

l’aise avec l’écrit. Plutôt que de nous réc<strong>la</strong>mer des scénarios, pourquoi<br />

ne pas nous permettre tout type de prés<strong>en</strong>tation ? Qu’on nous <strong>la</strong>isse<br />

assortir notre dossier de diverses “pièces à conviction” : bande-image,<br />

dossier photo, bande-son, objet, etc., <strong>en</strong> plus d’une trame écrite évidemm<strong>en</strong>t,<br />

d’un continuum ; qu’on nous reçoive au lieu d’exiger de<br />

nous ce qui va quelquefois à l’<strong>en</strong>contre des projets dont nous sommes<br />

les auteurs. Pourvu qu’à l’av<strong>en</strong>ir les mi<strong>en</strong>s ne doiv<strong>en</strong>t pas passer à<br />

tout prix par les fourches caudines de décideurs friands de scénarios,<br />

peut-être parce qu’eux-mêmes ont cette culture de l’écrit.<br />

Consci<strong>en</strong>t du temps qu’il me faut pour faire aboutir un fi lm, je veille à<br />

ne pas fi ger mon imaginaire, <strong>en</strong> évitant de prêter à mes personnages,<br />

êtres vivants, une montagne de paroles fi ctives qui, le mom<strong>en</strong>t du<br />

tournage v<strong>en</strong>u, scléroserai<strong>en</strong>t ma spontanéité. Essayer de me plier à<br />

des formes att<strong>en</strong>dues reste pour moi un exercice épineux. Les fi lms<br />

que j’initie ayant un li<strong>en</strong> avec mon histoire, autant je suis à l’aise avec<br />

<strong>la</strong> note d’int<strong>en</strong>tion (ou le séqu<strong>en</strong>cier), autant je rechigne à l’idée de<br />

rédiger un scénario d’après des critères établis. Sans compter le fait<br />

que – aussi aberrant que ce<strong>la</strong> puisse paraître – contourner le problème<br />

<strong>en</strong> écrivant un scénario à partir de rushes, de paroles déjà dites face à<br />

<strong>la</strong> caméra, expose nos projets à être jugés irrecevables : rares sont <strong>en</strong><br />

effet les subv<strong>en</strong>tions accessibles aux fi lms tournés <strong>en</strong> partie ou dans<br />

leur intégralité…<br />

Pascal Cling<br />

fi lms <strong>en</strong> fabrication<br />

No man’s <strong>la</strong>nd<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Jean-Philippe Macchioni (HDCam)<br />

Nobert Bournez est berger à <strong>la</strong> Petite Échelle, ferme<br />

d’alpage située sur <strong>la</strong> Haute-Chaîne du Jura. En hiver,<br />

il y accueille les randonneurs et les skieurs de passage.<br />

Dès le début du mois de juin, une transhumance originale<br />

fait monter à l’alpage de <strong>la</strong> Petite Échelle un troupeau<br />

de génisses dont Norbert aura <strong>la</strong> charge durant quatre<br />

mois. Plusieurs dizaines d’alpages seront ainsi occupés,<br />

avec une curieuse tradition : les éleveurs suisses peuv<strong>en</strong>t<br />

égalem<strong>en</strong>t louer et occuper ces espaces <strong>en</strong> territoire<br />

français, au nom d’un très anci<strong>en</strong> traité noué <strong>en</strong>tre <strong>la</strong><br />

France et <strong>la</strong> Suisse, toujours <strong>en</strong> vigueur aujourd’hui.<br />

Coproduction Vie des Hauts production,<br />

France 3 Bourgogne Franche-Comté<br />

C<strong>la</strong>ude Monet à Giverny<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Philippe Piguet,<br />

avec Jean Breschand (HD)<br />

43 années durant, de 1883 à sa mort <strong>en</strong> 1926, C<strong>la</strong>ude<br />

Monet a vécu à Giverny. Exactem<strong>en</strong>t <strong>la</strong> moitié de sa<br />

vie. En s’instal<strong>la</strong>nt dans sa maison de Normandie, une<br />

nouvelle vie comm<strong>en</strong>ce pour le peintre. Veuf et père<br />

de deux <strong>en</strong>fants, il s’y installe avec Alice Hoschedé, six<br />

<strong>en</strong>fants, qu’il n’épouse qu’<strong>en</strong> 1892. À l’écart des rumeurs<br />

de <strong>la</strong> capitale, Monet a trouvé ses marques et porté <strong>la</strong><br />

peinture au plus haut d’une av<strong>en</strong>ture prospective qui<br />

devait éc<strong>la</strong>irer le XX e siècle. Le fi lm re<strong>la</strong>tera <strong>la</strong> vie de<br />

Monet à Giverny à travers <strong>lettre</strong>s et photos familiales<br />

inédites, mises <strong>en</strong> re<strong>la</strong>tions avec les décors d’aujourd’hui.<br />

Coproduction Bix fi lms, Musée d’Orsay<br />

fi lms <strong>en</strong> fabrication<br />

Un triptyque protestant<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 3 x 26’<br />

de Philippe François et Jean-Paul Fargier (HD)<br />

Une anthologie fi lmée de <strong>la</strong> poésie protestante. Trois fi lms<br />

de 26’, Création(s), Histoire(s) et Vision(s), composés de<br />

poèmes protestants, d’auteurs divers, de siècles divers,<br />

de Clém<strong>en</strong>t Marot à B<strong>la</strong>ise C<strong>en</strong>drars, d’Agrippa d’Aubigné<br />

à Francis Ponge, de Du Bartas à Dadels<strong>en</strong>. En faisant<br />

<strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre des textes choisis lus par Charles Berling, Diane<br />

Niedermann, D<strong>en</strong>is Podalydés, Christian Rist ou chantés<br />

par Anne Azéma, chaque fi lm s’efforce de tramer visuel -<br />

lem<strong>en</strong>t leurs li<strong>en</strong>s théologiques, esthétiques et historiques.<br />

Bix fi lms<br />

Alfonso et compagnie<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 60’ de Dami<strong>en</strong> Fritsch (DV cam)<br />

Alfonso est le fondateur, <strong>la</strong> cheville ouvrière et <strong>la</strong> fi gure<br />

emblématique d’une chorale chantant le gospel : les Gospel<br />

Kids ne cess<strong>en</strong>t de grandir, réunissant des <strong>en</strong>fants des<br />

quartiers de Strasbourg. Le fi lm raconte l’histoire d’un<br />

jeune homme qui, par le gospel, transmet l’idée d’un<br />

monde égalitaire au-delà des différ<strong>en</strong>ces sociales, culturelles<br />

ou religieuses. Mixité, oecuménisme, communion<br />

humaine pr<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t tout leur s<strong>en</strong>s, sans prosélytisme, uniquem<strong>en</strong>t<br />

par le partage du chant.<br />

Coproduction Dora fi lms, <strong>Alsace</strong> 20<br />

13


14<br />

grand-ouest<br />

Certains acteurs de Films <strong>en</strong> Bretagne sont nos invités pour les journées professionnelles. Ce texte repr<strong>en</strong>d les fi nalités et missions de<br />

Films <strong>en</strong> Bretagne. Le texte ci-après est fondateur de <strong>la</strong> deuxième phase de développem<strong>en</strong>t de Films <strong>en</strong> Bretagne. En 2006, l’association<br />

avait atteint son déploiem<strong>en</strong>t maximum sur <strong>la</strong> base du bénévo<strong>la</strong>t et d’une équipe sa<strong>la</strong>riée réduite, il s’agissait de passer <strong>la</strong><br />

vitesse supérieure par une professionnalisation de <strong>la</strong> structure. L’expéri<strong>en</strong>ce a failli mal tourner, avec quelques erreurs de pilotage, des<br />

t<strong>en</strong>sions et des ruptures. Depuis un an, <strong>la</strong> tourm<strong>en</strong>te est passée et les actions ont repris le pas sur <strong>la</strong> gestion de crise.<br />

Membres du conseil<br />

d’administration<br />

de Films <strong>en</strong> Bretagne<br />

(2008-2009)<br />

Philippe Baron, réalisateur<br />

Jean-Jacques Rault,<br />

réalisateur<br />

Serge Steyer, réalisateur,<br />

présid<strong>en</strong>t de l’association<br />

Marie-Laur<strong>en</strong>ce De<strong>la</strong>unay,<br />

productrice Cande<strong>la</strong><br />

productions<br />

Jean-François Le Corre,<br />

producteur Vivem<strong>en</strong>t Lundi<br />

Gilles Padovani,<br />

producteur Mille et une<br />

Films, vice-présid<strong>en</strong>t<br />

de l’association<br />

Flor<strong>en</strong>ce Blondeau,<br />

comédi<strong>en</strong>ne<br />

Frédéric Le Gall, régisseur,<br />

trésorier de l’association<br />

Jean-Yves Gourvès,<br />

comédi<strong>en</strong><br />

A<strong>la</strong>in Mottais,<br />

L’ImagiMer<br />

Muriel Avrit,<br />

Le Groupe Ouest<br />

Gilbert Le Traon,<br />

Cinémathèque de Bretagne,<br />

secrétaire de l’association<br />

L’association<br />

Films <strong>en</strong> Bretagne<br />

bénéfi cie du souti<strong>en</strong><br />

de <strong>la</strong> DRAC Bretagne,<br />

du Conseil régional<br />

de Bretagne,<br />

du Conseil général<br />

des Côtes d’Armor,<br />

de Cap l’Ori<strong>en</strong>t,<br />

de <strong>la</strong> Ville de<br />

Pléneuf Val-André,<br />

de <strong>la</strong> Procirep<br />

et de <strong>la</strong> Scam.<br />

Nue de Catherine<br />

Bernstein<br />

Films <strong>en</strong> Bretagne<br />

Créée <strong>en</strong> 1999, Films <strong>en</strong> Bretagne réunit et<br />

représ<strong>en</strong>te les professions de l’audiovisuel et<br />

du cinéma <strong>en</strong> Bretagne, avec pour vocation de<br />

favoriser le développem<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> production et de<br />

<strong>la</strong> création audiovisuelles et cinématographiques<br />

<strong>en</strong> Côtes d’Armor, Finistère, Ille-et-Vi<strong>la</strong>ine, Loire-<br />

At<strong>la</strong>ntique et Morbihan. L’association développe<br />

les quatre missions suivantes.<br />

Fédérer les professionnels<br />

Films <strong>en</strong> Bretagne fédère <strong>en</strong> quatre collèges les<br />

structures représ<strong>en</strong>tatives du paysage audiovisuel<br />

breton : l’association des producteurs<br />

audiovisuels de Bretagne (APAB), l’association<br />

des auteurs et réalisateurs <strong>en</strong> Bretagne (Arbre),<br />

l’association des technici<strong>en</strong>s et comédi<strong>en</strong>s de<br />

l’Ouest (Actions Ouest) et plusieurs organismes<br />

œuvrant dans les domaines de <strong>la</strong> recherche, de<br />

<strong>la</strong> diffusion, de <strong>la</strong> gestion d’archives et de l’éducation<br />

à l’image. L’association est un lieu unique<br />

d’échange et de travail. Elle se fi xe comme<br />

objectifs d’animer le réseau de professionnels –<br />

mission qui est <strong>la</strong> base du travail de l’association<br />

depuis sa création – et d’intégrer de nouveaux<br />

acteurs <strong>en</strong> étant ouverte aux nouvelles pratiques<br />

de l’image et aux acteurs concernés, afi n<br />

d’accroître sa représ<strong>en</strong>tativité et <strong>la</strong> pertin<strong>en</strong>ce<br />

de ses propositions au regard de l’évolution du<br />

secteur audiovisuel et de r<strong>en</strong>contrer les futurs<br />

professionnels. En effet, le diagnostic de <strong>la</strong><br />

profession fait apparaître <strong>la</strong> disparition de <strong>la</strong><br />

transmission du savoir-faire aux générations<br />

suivantes et <strong>la</strong> diffi culté des nouveaux <strong>en</strong>trants<br />

à intégrer le secteur professionnel après une<br />

formation initiale.<br />

Observer et proposer<br />

En fédérant les acteurs de l’audiovisuel et du<br />

cinéma, <strong>en</strong> aidant à <strong>la</strong> structuration du secteur,<br />

Films <strong>en</strong> Bretagne a permis des avancées par le<br />

débat, <strong>la</strong> réfl exion et <strong>la</strong> proposition concertée.<br />

L’association, au cœur de l’activité et de ses<br />

problématiques, est un représ<strong>en</strong>tant objectif, un<br />

interlocuteur privilégié, un part<strong>en</strong>aire et une<br />

structure ressource pour aborder de manière<br />

transversale les questions concernant l’audiovisuel<br />

et le cinéma <strong>en</strong> Bretagne. Elle a aussi une<br />

Photo DR


fonction de veille sur un secteur <strong>en</strong> mutation.<br />

Informer et promouvoir<br />

C’est une des missions historiques de l’association. Films <strong>en</strong> Bretagne<br />

est au cœur de l’information et organise sa diffusion pour <strong>en</strong>cl<strong>en</strong>cher un<br />

réseau de réfl exion et un courant d’échange d’idées. Ainsi l’asso ciation<br />

a pour but de partager <strong>la</strong> connaissance, notamm<strong>en</strong>t par <strong>la</strong> Lettre de<br />

Films <strong>en</strong> Bretagne qui, au fur et à mesure de ses six années d’exist<strong>en</strong>ce,<br />

est dev<strong>en</strong>ue non seulem<strong>en</strong>t une référ<strong>en</strong>ce <strong>en</strong> Bretagne et <strong>en</strong> France mais<br />

égalem<strong>en</strong>t un lieu d’information et de débats pour l’<strong>en</strong>semble de <strong>la</strong><br />

profession ayant un intérêt pour <strong>la</strong> production <strong>en</strong> région. L’association<br />

publiera prochainem<strong>en</strong>t <strong>la</strong> seconde édition régionale d’un annuaireguide<br />

de l’audiovisuel et du cinéma. Le site www.fi lms<strong>en</strong>bretagne.com<br />

est un outil de service et d’information complém<strong>en</strong>taire qui s’adresse<br />

à <strong>la</strong> fi lière professionnelle, aux part<strong>en</strong>aires du secteur et au public<br />

curieux. Les statistiques de fréqu<strong>en</strong>tation confi rm<strong>en</strong>t son rôle d’information<br />

et de promotion du paysage audiovisuel breton (de 6 000 à<br />

9 000 visiteurs par mois).<br />

La volonté de promotion des productions et des savoir-faire a donné<br />

lieu à <strong>la</strong> création, <strong>en</strong> 2001, des r<strong>en</strong>contres docum<strong>en</strong>taires Doc’Ouest<br />

qui souhait<strong>en</strong>t confronter les expéri<strong>en</strong>ces et ouvrir de nouvelles pistes<br />

de réfl exion sur <strong>la</strong> création et <strong>la</strong> production de docum<strong>en</strong>taires. En<br />

accueil<strong>la</strong>nt les professionnels des autres régions, <strong>en</strong> invitant les responsables<br />

d’unités docum<strong>en</strong>taires de chaînes nationales, les r<strong>en</strong>contres<br />

se sont peu à peu ouvertes à d’autres horizons docum<strong>en</strong>taires. En<br />

2006, les 13 tables rondes, ateliers-débats et 28 projections ont réuni<br />

260 profes sionnels. L’id<strong>en</strong>tité de Doc’Ouest s’est affi rmée comme un<br />

r<strong>en</strong>dez-vous interrégional ess<strong>en</strong>tiel : un lieu où fi lms d’ici et de très loin<br />

se confront<strong>en</strong>t, un lieu d’accueil pour <strong>la</strong> diversité des professions et<br />

des personnes qui travaill<strong>en</strong>t à l’émerg<strong>en</strong>ce d’un cinéma <strong>en</strong> région.<br />

Dans <strong>la</strong> continuité du travail <strong>en</strong>trepris depuis 2005 sur <strong>la</strong> diffusion<br />

culturelle, pour favoriser <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre avec les publics, des initiatives<br />

collectives sont prises pour favoriser une réfl exion commune pour<br />

r<strong>en</strong>forcer aussi <strong>la</strong> promotion et <strong>la</strong> diffusion des productions réalisées <strong>en</strong><br />

Bretagne. Films <strong>en</strong> Bretagne développe aussi <strong>la</strong> prés<strong>en</strong>ce des professionnels<br />

de <strong>la</strong> région sur les festivals et marchés français et europé<strong>en</strong>s.<br />

Accueillir les tournages<br />

Répondant à une demande exprimée depuis une dizaine d’années, <strong>la</strong><br />

création du Bureau d’accueil des tournages (ou Commission du fi lm) est<br />

effective depuis le 1er juillet 2005 par délégation du Conseil régional de<br />

Bretagne, de l’État (DRAC) et du C<strong>en</strong>tre national de <strong>la</strong> cinématographie<br />

(CNC). En incitant les productions à v<strong>en</strong>ir tourner dans notre région,<br />

Films <strong>en</strong> Bretagne – accueil de tournages a pour objectif de valoriser<br />

le territoire et les compét<strong>en</strong>ces régionales, de maximiser les retombées<br />

économiques et <strong>en</strong> particulier l’embauche locale. Pour ce<strong>la</strong>, l’association<br />

développe des outils comme <strong>la</strong> base de données de décors qui permet<br />

une première approche des décors (consultable <strong>en</strong> ligne) recherchés par<br />

les professionnels pour leurs tournages. La base technici<strong>en</strong>s, artistes,<br />

fi gurants (TAF) rec<strong>en</strong>se plus de 300 professionnels de Bretagne. La base<br />

de données prestataires et fournisseurs est consultable sur le site dans<br />

<strong>la</strong> rubrique annuaire-guide. Des réunions sont organisées à destination<br />

des comédi<strong>en</strong>s et technici<strong>en</strong>s de <strong>la</strong> région selon des thématiques<br />

particulières (besoins <strong>en</strong> formation des régisseurs, etc.). Le bureau<br />

d’accueil des tournages propose égalem<strong>en</strong>t des séances photos à l’usage<br />

des comédi<strong>en</strong>s de <strong>la</strong> région, indisp<strong>en</strong>sables pour leur inscription sur<br />

<strong>la</strong> base TAF. L’association mène égalem<strong>en</strong>t un accompagnem<strong>en</strong>t des<br />

collectivités territoriales pour <strong>la</strong> mise <strong>en</strong> valeur de décors pot<strong>en</strong>tiels,<br />

<strong>la</strong> réfl exion sur les procédures d’information et de décision au sein des<br />

collectivités, etc.<br />

Du côté du développem<strong>en</strong>t des part<strong>en</strong>ariats, de multiples contacts<br />

ont été établis afi n de favoriser <strong>la</strong> mise <strong>en</strong> valeur des territoires et des<br />

compét<strong>en</strong>ces : comité régional du tourisme, comités départem<strong>en</strong>taux,<br />

offi ces de tourisme, Petites Cités de caractère, Villes d’art et d’histoire…<br />

Serge Steyer<br />

www.fi lms<strong>en</strong>bretagne.com<br />

fi lms <strong>en</strong> fabrication<br />

Dancing<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Loïc Mahé (HD)<br />

C’est l’histoire de Yasmine, Roger et Simone, Franco… Ils<br />

sont à <strong>la</strong> retraite. Chaque dimanche, ils fréqu<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t les<br />

pistes de danse. Ils s’habill<strong>en</strong>t, s’apprêt<strong>en</strong>t, se font beaux.<br />

Dans <strong>la</strong> semaine ils y p<strong>en</strong>s<strong>en</strong>t, compt<strong>en</strong>t les jours. À leur<br />

façon, ils cultiv<strong>en</strong>t le même art de vivre, <strong>en</strong> rythmant leur<br />

vie autour du bal, autour de ces danses de couples.<br />

Coproduction Les Films de l’Avalée, Faites un vœu,<br />

France 3 Bourgogne Franche-Comté<br />

fi lms <strong>en</strong> fabrication<br />

Terre à terre<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Jean Will (HDcam)<br />

C<strong>la</strong>ude et Lydia Bourguignon, ingénieurs agronomes<br />

dissid<strong>en</strong>ts, ont créé, il y a près de 20 ans, le Laboratoire<br />

d’analyse microbiologique du sol. Leurs préconisations,<br />

qui contribu<strong>en</strong>t à une agriculture vraim<strong>en</strong>t durable,<br />

comm<strong>en</strong>c<strong>en</strong>t aujourd’hui à faire école…<br />

Seppia<br />

Disparus<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Monique Seemann et Laur<strong>en</strong>t Lutaud (HDcam)<br />

Parmi les 130 000 Alsaci<strong>en</strong>s et Mosel<strong>la</strong>ns incorporés de<br />

force dans l’armée allemande, on estime à 10 500 le nombre<br />

d’hommes disparus, dont le décès n’a pu être établi. Les<br />

familles continu<strong>en</strong>t toujours à faire des recherches, dans<br />

l’espoir de savoir ce qu’est dev<strong>en</strong>u ce père, frère ou oncle,<br />

dont on ne sait ri<strong>en</strong> depuis 1944.<br />

Seppia<br />

Mission paradis<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 90’<br />

de Albert Knechtel et Jacques Maigne (HDCam)<br />

Le docum<strong>en</strong>taire pr<strong>en</strong>dra <strong>la</strong> forme d’une quête fantaisiste,<br />

incongrue, celle du Jardin des origines, d’un év<strong>en</strong>tuel<br />

paradis terrestre…<br />

Coproduction Seppia, Mischief fi lms (Autriche), ARTE, ORF<br />

Purim, les tunnels de <strong>la</strong> mémoire<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Mariette Feltin (HDV)<br />

À Linz, ville dont Hitler vou<strong>la</strong>it faire sa capitale, les<br />

coulisses et le travail de création d’une pièce de théâtre<br />

bi<strong>en</strong> peu conv<strong>en</strong>tionnelle qui sera jouée p<strong>en</strong>dant purim,<br />

le carnaval juif.<br />

Coproduction Seppia, <strong>Alsace</strong> 20<br />

Albert Schweitzer<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ et 90’ de George Misch (HD)<br />

En 1953, le Time Magazine sacrait Schweitzer The<br />

greatest man in the world. Derrière cette image publique<br />

véhiculée par les médias, le fi lm part à <strong>la</strong> découverte de<br />

<strong>la</strong> véritable personne qu’était Schweitzer. Il cherchera<br />

à compr<strong>en</strong>dre comm<strong>en</strong>t un jeune cancre est dev<strong>en</strong>u<br />

un génie et éc<strong>la</strong>i rera <strong>la</strong> personnalité et <strong>la</strong> p<strong>en</strong>sée de<br />

Schweitzer à <strong>la</strong> lueur de ses deux plus grandes infl u<strong>en</strong>ces,<br />

<strong>la</strong> nature et <strong>la</strong> musique de Jean-Sébasti<strong>en</strong> Bach.<br />

Coproduction Seppia, Mischief fi lms (Autriche),<br />

NFP (Allemagne)<br />

15


16<br />

histoires de fi lms<br />

De RG Films à Dijon, il est dit sur leur site web : « Deux expéri<strong>en</strong>ces, un seul<br />

regard ». Pierre-Antoine Rousseau est réalisateur et producteur, Juli<strong>en</strong> Glowinski<br />

auteur, producteur et pilote de ligne. Coup de projecteur sur Pierre-Antoine<br />

Rousseau qui, à son retour <strong>en</strong> France, a été fondateur de RG Films.<br />

Pierre-Antoine Rousseau,<br />

résistances afghanes<br />

Après des études de cinéma à l’ESEC, Pierre-Antoine Rousseau a débuté<br />

son parcours dans le montage et l’habil<strong>la</strong>ge de clips et de vidéos publicitaires<br />

ainsi que dans le domaine des fi lms institutionnels. Dès le départ,<br />

Pierre-Antoine Rousseau s’est intéressé plus particulièrem<strong>en</strong>t à <strong>la</strong> forme<br />

et à <strong>la</strong> mise <strong>en</strong> forme. Il a égalem<strong>en</strong>t travaillé sur des courts métrages de<br />

fi ction, <strong>en</strong> régie et <strong>en</strong> assistanat, <strong>en</strong> particulier avec Philippe Lubac des<br />

Films du requin. C’est là qu’il a découvert le métier de comédi<strong>en</strong>, ce qui<br />

représ<strong>en</strong>tait une fracture avec ce qu’il connaissait auparavant. Il décide<br />

donc de suivre cette piste et s’inscrit au cours Flor<strong>en</strong>t. Il découvre alors<br />

le théâtre <strong>en</strong> jouant dans trois spectacles <strong>en</strong> même temps, des pièces de<br />

C<strong>la</strong>udel, Gogol, Ionesco… En parallèle il effectue des démonstrations<br />

techniques pour <strong>la</strong> FNAC.<br />

En 2005, il part pour l’Afghanistan, au départ pour quelques mois. Il y restera<br />

deux ans et demi. Vidéo manager pour une ag<strong>en</strong>ce de communication, il<br />

travaille pour des ONG, l’ONU, le ministère de <strong>la</strong> Culture afghan. Il réalise<br />

tout d’abord des fi lms sur l’armée afghane qui est <strong>en</strong> pleine reconstruction<br />

à ce mom<strong>en</strong>t-là. Ces fi lms de 20’ sont diffusés sur <strong>la</strong> télévision nationale<br />

et sont destinés à inciter les jeunes à rejoindre l’armée.<br />

Il travaille égalem<strong>en</strong>t avec le Théâtre national de Kaboul qui organise des<br />

tournées de théâtre itinérant éducatif dans les vil<strong>la</strong>ges. Ces tournées sont<br />

destinées à informer <strong>la</strong> popu<strong>la</strong>tion sur les <strong>en</strong>jeux des élections et sur le<br />

fonctionnem<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> nouvelle administration locale. À <strong>la</strong> demande de<br />

Handicap international et de l’Unicef, il réalise<br />

égalem<strong>en</strong>t des fi lms destinés à l’intégration des<br />

personnes handicapées victimes des mines.<br />

Et réalise un docum<strong>en</strong>taire et une fi ction sur<br />

ce thème.<br />

Sur p<strong>la</strong>ce, Pierre-Antoine Rousseau travaille<br />

avec des Afghans qu’il forme aux métiers de<br />

l’audiovisuel : tournage et montage, il y découvre<br />

des g<strong>en</strong>s qui vont se former et s’adapter très<br />

vite. Dans le pays, <strong>la</strong> devise semble être « tout<br />

est possible ». Malgré <strong>la</strong> faiblesse des moy<strong>en</strong>s<br />

disponibles dans un pays <strong>en</strong> guerre et <strong>en</strong> pleine<br />

reconstruction, <strong>la</strong> matière grise, l’amitié et <strong>la</strong><br />

solidarité sont les moteurs du travail. Avec ses<br />

nouveaux col<strong>la</strong>borateurs, il réalise des fi lms<br />

docum<strong>en</strong>taires sur les douanes, le théâtre itinérant,<br />

l’opium, <strong>la</strong> police afghane, un fi lm interactif<br />

sur <strong>la</strong> sécurité routière ainsi qu’un fi lm sur<br />

les conseils de province.<br />

De retour <strong>en</strong> France, il s’installe à Dijon et monte<br />

une société de production : RG Films. Il choisit<br />

cette voie afi n de préserver son indép<strong>en</strong>dance<br />

dans <strong>la</strong> réalisation des projets qu’il veut mettre <strong>en</strong><br />

œuvre. Refusant les compromis, il veut réaliser<br />

des fi lms qui correspond<strong>en</strong>t aux valeurs qu’il<br />

déf<strong>en</strong>d : volonté de continuer à travailler avec les<br />

PHOTO DR PHOTO DR


Afghans, conserver son id<strong>en</strong>tité, « résister ». Il veut pr<strong>en</strong>dre le temps de<br />

connaître les g<strong>en</strong>s. Consci<strong>en</strong>t du rêve et de l’idéalisme de sa démarche<br />

face aux contraintes économiques du secteur, il rev<strong>en</strong>dique son côté<br />

syndicaliste et sa diffi culté à r<strong>en</strong>trer dans des cases.<br />

Touche-à-tout, Pierre-Antoine Rousseau n’abandonne pas le théâtre et<br />

a monté La dernière nuit de Don Juan de Edmond Rostand au théâtre<br />

du Nord-Ouest. La pièce s’est jouée de juillet à septembre 2009. Dès son<br />

arrivée <strong>en</strong> Bourgogne, Pierre-Antoine Rousseau est allé à <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre<br />

des acteurs de <strong>la</strong> fi lière audiovisuelle, il vi<strong>en</strong>t d’adhérer à l’Association<br />

des producteurs audiovisuels Rhin-Rhône (APARR).<br />

Il développe actuellem<strong>en</strong>t trois projets docum<strong>en</strong>taires :<br />

Improvisation afghane, un docum<strong>en</strong>taire de 90’ débuté lors de son<br />

séjour <strong>en</strong> Afghanistan. Masih, acteur du théâtre itinérant, va se marier.<br />

À travers le portrait de ce comédi<strong>en</strong> partagé <strong>en</strong>tre tradition et attrait<br />

pour l’Occid<strong>en</strong>t, il veut évoquer l’av<strong>en</strong>ir du théâtre <strong>en</strong> Afghanistan sur<br />

fond de reconstruction, et poser <strong>la</strong> question de quelle id<strong>en</strong>tité artistique<br />

pour ces g<strong>en</strong>s ?<br />

Séparation est un docum<strong>en</strong>taire de 52’ qui raconte l’histoire de Pierre,<br />

49 ans, lourdem<strong>en</strong>t handicapé après un arrêt cardiaque surv<strong>en</strong>u lorsqu’il<br />

avait 30 ans. Vivant depuis 12 ans chez sa mère, il doit intégrer une<br />

maison de retraite. Le réalisateur suit sa fi lle Camille qui traverse <strong>la</strong><br />

France pour le retrouver.<br />

Les naufragés du Bosphore, un docum<strong>en</strong>taire de 52’ coréalisé avec<br />

Juli<strong>en</strong> Glowinski, traite des “marins perdus” de <strong>la</strong> mer Noire, marins<br />

victimes de bateaux “poubelles” et d’armateurs peu consci<strong>en</strong>cieux, qui<br />

se retrouv<strong>en</strong>t abandonnés dans des ports, sans sa<strong>la</strong>ire et sans aucune<br />

aide. Les auteurs suiv<strong>en</strong>t les marins géorgi<strong>en</strong>s d’un cargo, le Nemesis.<br />

Des projets de courts métrages de fi ction sont égalem<strong>en</strong>t <strong>en</strong> cours à RG<br />

fi lms : Le réveil, un fi lm de Pierre-Antoine sur un scénario de Juli<strong>en</strong><br />

Glowinski, où Bernard M<strong>en</strong>ez, le prés<strong>en</strong>tateur du journal télévisé, se<br />

trouve <strong>en</strong>fermé dans <strong>la</strong> télévision et sauvé par Goethe, et Ouverture de<br />

Gwénael Brac de <strong>la</strong> Perrière, où un cascadeur décide de passer <strong>en</strong> plein<br />

ciel d’un avion à un autre, sans parachute…<br />

Pierre-Antoine Rousseau est à <strong>la</strong> recherche de diffuseurs pour fi naliser<br />

ses projets.<br />

Jean-Philippe Rameau, Irimm<br />

www.rgfi lms.com<br />

PHOTO DR<br />

fi lms <strong>en</strong> fabrication<br />

Le premier jour<br />

Court métrage fi ction de 20’ de Simon Gillet (HD)<br />

Une femme, séquestrée par un homme depuis dix ans,<br />

se libère de son bourreau. Ses derniers mom<strong>en</strong>ts d’<strong>en</strong>fermem<strong>en</strong>t,<br />

son premier jour de liberté…<br />

Les Yeux voyageurs<br />

Bret Brothers & cie<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Guil<strong>la</strong>ume Bodin (P2)<br />

Le docum<strong>en</strong>taire prés<strong>en</strong>te <strong>la</strong> vie d’une exploitation viticole<br />

<strong>en</strong> biologie et biodynamie : Les Bret Brothers et<br />

La Soufrandière dans le Mâconnais. Le but est de faire<br />

interagir différ<strong>en</strong>ts acteurs du monde viticole et du<br />

monde de <strong>la</strong> bio afi n d’avoir un fi lm constructif sur les<br />

bases de ces techniques ainsi que tout le concept spirituel<br />

qui amène à produire dans cette logique. L’auteur a une<br />

formation viticole et vit dans ce milieu depuis une dizaine<br />

d’années. Il est possible de vivre différemm<strong>en</strong>t que <strong>la</strong><br />

machine capitaliste dans <strong>la</strong>quelle nous sommes. Avec<br />

<strong>la</strong> mise <strong>en</strong> ligne de nombreuses interviews de vignerons<br />

ainsi qu’une base de données pour <strong>la</strong> compréh<strong>en</strong>sion de<br />

l’univers du vin sur le site www.universditvin.com.<br />

Autoproduction, Défi jeune Bourgogne<br />

fi lms <strong>en</strong> fabrication<br />

¡Ojo ! Plein les yeux<br />

Long métrage de Julia B<strong>la</strong>gny<br />

et les <strong>en</strong>fants des rues de La Paz, Bolivie (HD)<br />

Le but de ce projet est de réaliser un fi lm avec les jeunes de<br />

Sarantañani, association qui souti<strong>en</strong>t les <strong>en</strong>fants vivant<br />

dans les rues de La Paz, <strong>en</strong> Bolivie. Il s’agit de constituer<br />

un groupe de jeunes riches d’idées, pour lequel sera mis<br />

<strong>en</strong> p<strong>la</strong>ce un stage d’écriture de scénario, de réalisation et<br />

de préparation au tournage.<br />

Autoproduction, Défi jeune Bourgogne<br />

Séparation<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Pierre-Antoine Rousseau (DV)<br />

Pierre a 49 ans. Depuis 12 ans il habite chez sa mère,<br />

assis dans un fauteuil. À l’âge de 30 ans, Pierre a eu<br />

un arrêt cardiaque, il était marié et père de trois fi lles.<br />

Aujourd’hui, il part <strong>en</strong> maison de retraite. Avec Camille sa<br />

fi lle de 20 ans, nous traversons <strong>la</strong> France pour retrouver<br />

son père.<br />

RGfi lms Dijon<br />

Dans le jardin du temps :<br />

Ely et Nina Bielutin<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Clém<strong>en</strong>t Cogitore (HDcam)<br />

Ely et Nina Bielutin possèd<strong>en</strong>t l’une des collections privées<br />

d’art de <strong>la</strong> R<strong>en</strong>aissance (Le Caravage, Titi<strong>en</strong>, Van Eyck ou<br />

Léonard de Vinci…) les plus importantes au monde. Sous<br />

l’œil des chefs-d’œuvre de cette collection mystérieuse<br />

et jalousem<strong>en</strong>t gardée à Moscou dans leur appartem<strong>en</strong>t,<br />

l’artiste et l’histori<strong>en</strong>ne de l’art t<strong>en</strong>t<strong>en</strong>t d’écrire leur<br />

propre lég<strong>en</strong>de.<br />

Seppia<br />

Ô racines !<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Cécile Couraud (HD)<br />

La caméra racontera ici l’histoire d’une tribu de nomades<br />

sahraouis <strong>en</strong> quête d’eau, un liquide ret<strong>en</strong>u par les d<strong>en</strong>ts<br />

du barrage El Mansour Eddahbi près de Ouarzazate, <strong>la</strong><br />

porte du Grand Sud marocain. Aujourd’hui, l’oued Drâa<br />

ne peut plus atteindre l’océan, se perdant dans les sables<br />

près de M’Hamid. Les pâturages réduisant comme peau<br />

de chagrin, rares sont ceux qui n’ont pas opté pour <strong>la</strong><br />

séd<strong>en</strong>tarisation. Et pourtant certaines familles continu<strong>en</strong>t<br />

de perpétuer <strong>la</strong> tradition nomade. Un futur <strong>la</strong>rgem<strong>en</strong>t<br />

compromis par cette abs<strong>en</strong>ce d’eau…<br />

Autoproduction<br />

17


18<br />

fi lmer <strong>en</strong> prison<br />

Le projet m<strong>en</strong>é à <strong>la</strong> c<strong>en</strong>trale d’Ensisheim par Regina De Almeida et son équipe était ambitieux : proposer<br />

de donner caméra et micro à des personnes dét<strong>en</strong>ues condamnées à de longues peines, <strong>en</strong> les invitant à<br />

porter leurs regards sur le monde à partir de leur situation particulière. Quel s<strong>en</strong>s donner au temps de<br />

<strong>la</strong> peine ? Comm<strong>en</strong>t vivre <strong>la</strong> perpétuité ? Espérer une sortie conditionnelle qui peut être rejetée ? Quelles<br />

constructions possibles <strong>en</strong>tre le dedans et le dehors ? Le fi lm, intitulé À <strong>la</strong> limite… Traces est là comme un<br />

conc<strong>en</strong>tré d’expéri<strong>en</strong>ces et de questions.<br />

Une expéri<strong>en</strong>ce :<br />

un fi lm <strong>en</strong> forme de questions<br />

Sortir des images réalisées par des personnes incarcérées s’inscrit dans<br />

<strong>la</strong> recherche d’une représ<strong>en</strong>tation sociale de <strong>la</strong> prison et du prisonnier<br />

qui dépasse les stéréotypes. Soulever ce questionnem<strong>en</strong>t <strong>en</strong> prison, c’est<br />

proposer à <strong>la</strong> société de s’interroger sur elle-même. La prison, comme les<br />

personnes qui y sont dét<strong>en</strong>ues, fait partie intégrante de <strong>la</strong> société. Les<br />

premières interrogations sont là : quel fi lm, quelles images, quel discours,<br />

pour qui ?<br />

L’av<strong>en</strong>ture pour moi a comm<strong>en</strong>cé <strong>en</strong> juillet 2005 quand La Fi<strong>la</strong>ture m’a<br />

proposée de pr<strong>en</strong>dre <strong>en</strong> charge un atelier d’analyse fi lmique et de<br />

programmation pour l’extérieur. Il s’agissait de créer un espace de réfl exion<br />

sur l’image et le cinéma par le visionnage et <strong>la</strong> discussion autour des<br />

fi lms. Ces fi lms étai<strong>en</strong>t <strong>en</strong>suite prés<strong>en</strong>tés à La Fi<strong>la</strong>ture, à Mulhouse.<br />

Si regarder <strong>la</strong> télévision <strong>en</strong> prison est une activité banale, analyser et<br />

compr<strong>en</strong>dre <strong>la</strong> fabrication du s<strong>en</strong>s par l’image et le son le sont moins. Et<br />

se r<strong>en</strong>dre compte des possibilités de s’exprimer <strong>en</strong> fabricant soi-même<br />

ses images et ses sons a été pour certains une découverte formidable. La<br />

formation Réaliser un docum<strong>en</strong>taire faisait suite à une première formation<br />

d’initiation. La réalisation <strong>en</strong>visagée, d’<strong>en</strong>viron 30’, serait collective et<br />

destinée à une diffusion hors les murs. Prévue sur douze mois (de janvier<br />

à décembre 2008), <strong>la</strong> formation va fi nalem<strong>en</strong>t durer quinze mois, jusqu’<strong>en</strong><br />

mars 2009. Huit professionnels sont interv<strong>en</strong>us à tour de rôle, parfois à<br />

deux ou trois <strong>en</strong> simultané.<br />

Mais quel fi lm faire ? Une chose était c<strong>la</strong>ire : sortir des stéréotypes fabriqués<br />

par les médias. D’un commun accord, le groupe a décidé de « ni remettre<br />

<strong>en</strong> cause notre quotidi<strong>en</strong>, ni de mettre <strong>en</strong> scène ce que nous vivions au<br />

jour le jour. Nous voulons éviter les clichés et les caricatures trop connus<br />

comme les grilles, les barreaux, les bruits de clés, les coursives… Au<br />

contraire, il faut montrer <strong>la</strong> banalité de notre quotidi<strong>en</strong>, les répétitions au<br />

jour le jour qui peuv<strong>en</strong>t, d’ailleurs, ressembler au quotidi<strong>en</strong> de beaucoup<br />

de g<strong>en</strong>s à l’extérieur. »<br />

Donc ce ne sera pas un fi lm de témoignage, ni de dénonciation des<br />

conditions d’incarcération, ni de doléances auprès de l’administration<br />

pénit<strong>en</strong>tiaire. « Lorsqu’on m’a proposé de faire partie de cette av<strong>en</strong>ture,<br />

je ne me doutais pas des diffi cultés et de tout ce que ce<strong>la</strong> impliquerait.<br />

Il m’a fallu vaincre ma timidité, appr<strong>en</strong>dre à travailler <strong>en</strong> groupe, à me<br />

dévoiler aux autres et surtout faire tomber <strong>la</strong> barrière des différ<strong>en</strong>ces ou,<br />

du moins <strong>en</strong> faire abstraction. Au début nous étions dix dét<strong>en</strong>us autour<br />

d’une table, chacun avec un vécu différ<strong>en</strong>t. Nous étions d’accord sur un<br />

point : notre docum<strong>en</strong>taire ne parlerait pas de <strong>la</strong> prison, du moins pas<br />

comme ce<strong>la</strong> a été fait jusqu’à prés<strong>en</strong>t dans tous les docum<strong>en</strong>taires réalisés<br />

<strong>en</strong> prison. » (Charly). Ce<strong>la</strong> a été, peut-être, l’une des grandes diffi cultés<br />

du projet : travailler <strong>en</strong> groupe.<br />

À <strong>la</strong> limite… Traces<br />

Visage découvert ou visage caché ?<br />

Même si <strong>la</strong> légis<strong>la</strong>tion donne aux personnes<br />

incarcérées <strong>la</strong> possibilité d’apparaître à l’image,<br />

sous réserve de leur cons<strong>en</strong>tem<strong>en</strong>t éc<strong>la</strong>iré, quelle<br />

position pr<strong>en</strong>dre ? Al<strong>la</strong>it-on faire un fi lm avec les<br />

visages découverts ? Pourquoi cacher ou montrer<br />

le visage ? Est-ce qu’un visage est une id<strong>en</strong>tité ?<br />

Pourquoi s’interdire d’être vu ? La question se<br />

posait alors d’elle-même : « Comm<strong>en</strong>t démontrer<br />

au public que les dét<strong>en</strong>us, bi<strong>en</strong> que leurs parcours<br />

de vie les ai<strong>en</strong>t am<strong>en</strong>és <strong>en</strong> prison, n’<strong>en</strong> demeur<strong>en</strong>t<br />

pas moins des êtres humains, contrairem<strong>en</strong>t à<br />

l’éti quette de “monstres” qui peut parfois nous<br />

être attribuée ? » (Luc).<br />

Un grand travail de docum<strong>en</strong>tation sur le visage<br />

a démarré avec <strong>la</strong> lecture de textes, le visionnage<br />

de fi lms, <strong>la</strong> recherche de représ<strong>en</strong>tations iconographiques<br />

et picturales. « Mon visage ? Il y a le<br />

visage du matin, puis vi<strong>en</strong>t le visage de midi, bi<strong>en</strong><br />

t<strong>en</strong>du, <strong>en</strong> pleine forme, tout souriant, qui avec<br />

<strong>la</strong> lumière du jour donne une bonne mine. Alors<br />

<strong>la</strong> nuit arrive ! Et là mon visage soudainem<strong>en</strong>t<br />

est plus sombre, les yeux un peu plus fermés, les<br />

rides plus perceptibles et le faciès plus sombre.<br />

Si je devais choisir le visage, je favoriserais celui<br />

du soir, lorsque je pleure, mais ce<strong>la</strong> est tellem<strong>en</strong>t<br />

rare, que j’ai le s<strong>en</strong>tim<strong>en</strong>t profond que ce visage<br />

avec ces <strong>la</strong>rmes qui coul<strong>en</strong>t sur mes joues est le<br />

plus beau ! » (Nordine).<br />

Comm<strong>en</strong>t construire un fi lm sans visages ? Quelle<br />

mise <strong>en</strong> image où l’abs<strong>en</strong>ce de visage serait un<br />

choix et non pas un interdit. Comm<strong>en</strong>t faire<br />

exister un personnage sans visage ? Une abs<strong>en</strong>ce<br />

qui ici ferait s<strong>en</strong>s…<br />

Le personnage qui se dessine alors pour le<br />

fi lm ne sera pas représ<strong>en</strong>té par un visage. Ce<br />

personnage se trouve dans chaque participant du<br />

groupe, c’est un “il” dont on ne découvrira pas<br />

<strong>la</strong> couleur de peau, <strong>la</strong> forme du nez, <strong>la</strong> longueur<br />

des cheveux. C’est un homme du quotidi<strong>en</strong>.<br />

Ses gestes sont banals, simples. Comme les<br />

gestes qu’une personne incarcérée est am<strong>en</strong>ée<br />

à accomplir chaque jour. « Porte, f<strong>en</strong>être, le<br />

cadre dans le cadre, sortir, extrait, extraire,<br />

sortir, exclure, sortir du cadre, sortir, sortir,


construire du dehors, sortir du cadre, le cadre, le monde, <strong>la</strong> vision<br />

sociale, le s<strong>en</strong>sible, le cadre. » (Le groupe). Le groupe <strong>en</strong>trepr<strong>en</strong>d alors<br />

de travailler les images sur les lieux, avec des angles de prise de vue<br />

serrés, avec des très gros p<strong>la</strong>ns et sur des ambiances ne permettant pas<br />

de reconnaître <strong>la</strong> prison.<br />

Mon intimité, ma gestuelle<br />

L’idée est v<strong>en</strong>ue de Charly, qui a proposé de tourner dans sa cellule<br />

son intimité, sa gestuelle. L’idée était intéressante : le fi lmeur sera aussi<br />

fi lmé. Que peut-on tirer de cette expéri<strong>en</strong>ce ? Quatre autres tournages <strong>en</strong><br />

cellule ont suivi. Chacun avec <strong>la</strong> liberté de faire comme il vou<strong>la</strong>it, se<br />

mettre <strong>en</strong> scène ou <strong>la</strong>isser aller le hasard… « Il y des soirs, comme ce<br />

soir, comme tant d’autres peuv<strong>en</strong>t les vivre. Tu allumes ta télé et tu<br />

noies ta solitude dans un grand bol d’actualités. Tremblem<strong>en</strong>t de<br />

terre <strong>en</strong> Chine, cyclone <strong>en</strong> Birmanie, guerres. Images insout<strong>en</strong>ables<br />

de visages exprimant <strong>la</strong> souffrance, l’incompréh<strong>en</strong>sion. Tu zappes,<br />

l’esprit rempli de vide face à l’impuissance de ne pouvoir changer le<br />

cours des événem<strong>en</strong>ts. » (Charly).<br />

Le tournage continue, le montage comm<strong>en</strong>ce. Anne Toussaint et<br />

Kamel Regaya <strong>en</strong>trepr<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t un dialogue avec le groupe devant <strong>la</strong><br />

table de montage. Les idées de montage sont tout de suite essayées.<br />

« La découverte des multiples possibilités d’ag<strong>en</strong>cem<strong>en</strong>t des p<strong>la</strong>ns et<br />

le travail du son ont permis de faire s<strong>en</strong>tir <strong>la</strong> faisabilité de création<br />

d’espaces et <strong>la</strong> création d’images plus s<strong>en</strong>sibles, au-delà de ce qui<br />

est vu. » (Anne Toussaint). « La réalité qu’on veut se construire dans<br />

le futur est imaginaire » dit le groupe.<br />

Un bi<strong>la</strong>n<br />

« Ce fi lm est avant tout une av<strong>en</strong>ture humaine, parce que dix personnes<br />

ont décidé de réaliser un fi lm. Dix personnes donc dix réalisateurs. Dix<br />

personnes donc dix personnalités. Dix personnes donc dix fois plus<br />

d’idées. Dix personnes donc dix fois plus complexe. Le fi lm qui <strong>en</strong><br />

est sorti m’a permis de voir que, grâce au montage, les images et les<br />

sons tournés peuv<strong>en</strong>t dire autre chose que ce qu’ils montr<strong>en</strong>t, à savoir<br />

un s<strong>en</strong>tim<strong>en</strong>t, une émotion. Faire ress<strong>en</strong>tir plutôt que de montrer. Ce<br />

fi lm ne nous “raconte” pas, il ne “montre” pas, il essaye de vous faire<br />

“ress<strong>en</strong>tir”. Du moins je l’espère. » (Luc).<br />

Et après ?<br />

Mais pour les auteurs-réalisateurs qu’ils sont dev<strong>en</strong>us, pourrontils<br />

r<strong>en</strong>contrer le public de leur fi lm ? Pourront-ils échanger, discuter,<br />

expliquer certains choix, certaines abs<strong>en</strong>ces ? La question reste <strong>la</strong> même<br />

avec le fi lm fi ni : pourquoi faire un fi lm <strong>en</strong> prison ? C’est peut-être et<br />

surtout une production de temps différ<strong>en</strong>t, une façon d’<strong>en</strong>visager<br />

d’autres actes possibles et par là sortir du “subir” <strong>en</strong> interrogeant<br />

<strong>en</strong>semble, et non plus chacun pour soi, ce que c’est que d’être <strong>en</strong>fermé.<br />

Regina de Almeida<br />

fi lms sortis de fabrique<br />

Un piranha sous <strong>la</strong> capuche<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Zouhair Chebbale (Betacam et HD)<br />

Bix fi lms<br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong>, Images plus<br />

Lalique, sculpteur de cristal<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Camille Guichard (HD)<br />

Bix fi lms<br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong><br />

fi lms sortis de fabrique<br />

La Passagère<br />

Court métrage de fi ction de 28’ de Flor<strong>en</strong>t Darmon (DV cam)<br />

Le Deuxième Souffl e<br />

Un bout d’chemin<br />

Court métrage fi ction de 20’<br />

de Cyril Sobaszek et Emmanuel Georges (HD et 35 mm)<br />

Coproduction Supermouche productions,<br />

Images plus télévision Vosges, REC<br />

Diffusion Images plus télévision Vosges, REC<br />

Tomi croque New York<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Tania Rakhmanova (HDCam, DVCam)<br />

Coproduction Seppia, Vision internationale,<br />

France 3 et France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong> 5 décembre 2009<br />

L’union et <strong>la</strong> force<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Jean Quatremer<br />

et Jean-Michel Meurice (DVC pro)<br />

Coproduction Seppia, Arte<br />

Diffusion Arte, juin 2009<br />

Kapitalisme, notre recette secrète<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ et 90’ de Alexandru Solomon (HDCam)<br />

Coproduction Seppia, HiFilm (Roumanie),<br />

Arte, TVR, HBO East Europe, RTBF<br />

Diffusion 1 er décembre sur Arte et RTBF,<br />

<strong>en</strong> 2010 sur HBO East Europe et TVR<br />

Émaux de Longwy,<br />

un trait de génie<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Jean-Baptiste Mathieu (Betacam)<br />

Bix fi lms<br />

Diffusion France 3 Lorraine<br />

Zuber & Cox,<br />

impressions panoramiques<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de Philippe Poirier (Betacam)<br />

Bix fi lms<br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Le vrai trésor<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Régis Latouche et Régis Caël (Betanum)<br />

Coproduction Ère production,<br />

France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

Diffusion France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

19


20<br />

retour de…<br />

Lussas, arrivée du nouveau ministre de <strong>la</strong> Culture<br />

PHOTO GEORGES HECK<br />

DOKFest Leipzig<br />

La 52e édition du festival international DOKfest de Leipzig aura accueilli<br />

<strong>en</strong>viron 31 000 visiteurs se plongeant dans douze salles obscures, pour<br />

découvrir 330 fi lms v<strong>en</strong>ant de 69 pays. Une int<strong>en</strong>se semaine proposant<br />

un mé<strong>la</strong>nge éclectique et s<strong>en</strong>suel de fi lms docum<strong>en</strong>taires et d’animation.<br />

Cette édition est surtout celle d’un important anniversaire : les 20 années<br />

des Montagsdemonstration<strong>en</strong> (les manifestations du lundi) de Leipzig<br />

– prélude à <strong>la</strong> chute du mur de Berlin. L’heure était donc propice à<br />

<strong>la</strong> réfl exion autour de cette ligne imaginaire qu’est une frontière – pure<br />

construction.<br />

C’est <strong>en</strong> pleine forêt amazoni<strong>en</strong>ne <strong>en</strong>tre le Brésil, le Pérou et <strong>la</strong> Colombie<br />

que le concept de territorialité et de frontière ethnique vi<strong>en</strong>t perdre sa<br />

validité et <strong>la</strong>isse p<strong>la</strong>ce à l’utopie. Terras, fi lm essai de Maya Da-Rin nous<br />

amène à Leticia – île urbaine – où le fl euve vi<strong>en</strong>t se transformer de par ses<br />

rives, son amont et son aval <strong>en</strong> un point de r<strong>en</strong>contre et d’échange. Mais<br />

qu’<strong>en</strong> est-il lorsque vous êtes incarcéré pour meurtre, trafi c de drogues ou<br />

vol à main armée ? C’est dans <strong>la</strong> prison berlinoise de Tegel, modèle unique<br />

<strong>en</strong> son g<strong>en</strong>re que des criminels cherch<strong>en</strong>t à trouver leur liberté intérieure<br />

<strong>en</strong> rev<strong>en</strong>ant sur leurs actes à travers <strong>la</strong> philosophie socratique. Les réalisateurs<br />

Aleksandra Kumorek et Silvia Kaiser dans leur fi lm The Conquest<br />

of Inner Freedom vi<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t habilem<strong>en</strong>t scier les barreaux d’un univers<br />

trop souv<strong>en</strong>t stéréotypé. Un modèle pour nos sociétés (sur)répressives,<br />

récomp<strong>en</strong>sé par le Prix du jury de <strong>la</strong> Filmschule Leipzig.<br />

Point besoin de cellule pour subir <strong>la</strong> viol<strong>en</strong>ce de l’<strong>en</strong>fermem<strong>en</strong>t : Le temps<br />

presse de Xavier Marquis – jeune réalisateur à suivre – nous démontre<br />

<strong>en</strong> 52’ qu’une simple horloge suffi t. Une exploration historique qui vi<strong>en</strong>t<br />

nous rappeler qu’<strong>en</strong> ce début de jeune siècle où tout va trop vite, le temps<br />

est dev<strong>en</strong>u l’une des d<strong>en</strong>rées les plus rares et constitue ainsi une quatrième<br />

dim<strong>en</strong>sion de l’espace.<br />

Le programme des Pink Elephants proposait une sélection des meilleurs<br />

fi lms d’animation du mom<strong>en</strong>t, le tout suivi d’une délicieuse fête ! Orgesticu<strong>la</strong>nismus<br />

de Mathieu Labaye – Prix du public – nous invite à franchir<br />

les démarcations de nos corps <strong>en</strong> conjuguant les thèmes du mouvem<strong>en</strong>t et<br />

du handicap.<br />

Le prestigieux Prix de <strong>la</strong> colombe d’or fut attribué à C<strong>la</strong>udine Bories et<br />

Patrice Chagnard pour leur fi lm Les Arrivants. Un regard humain suivant<br />

des demandeurs d’asile face à <strong>la</strong> rigidité d’une Europe toujours trop<br />

ancrée derrière ses frontières et schèmes de p<strong>en</strong>sées colonialistes. Certains<br />

politici<strong>en</strong>s au pouvoir devrai<strong>en</strong>t se r<strong>en</strong>dre plus régulièrem<strong>en</strong>t au cinéma…<br />

Abel Kavanagh<br />

www.dok-leipzig.de<br />

Lussas, États généraux<br />

du fi lm docum<strong>en</strong>taire<br />

D’une édition à l’autre, se poursuit une belle<br />

av<strong>en</strong>ture avec un succès qui ne faiblit pas. Même<br />

si les motifs d’inquiétude ne manqu<strong>en</strong>t pas. Les<br />

différ<strong>en</strong>tes collectivités prés<strong>en</strong>tes à l’ouverture<br />

n’ont pas manqué de les partager, elles, qui<br />

apportant un souti<strong>en</strong> sans faille, ne sav<strong>en</strong>t pas<br />

si elles pourront continuer à le faire dès lors que<br />

les projets de révision des politiques publiques<br />

pourrai<strong>en</strong>t à l’av<strong>en</strong>ir interdire aux départem<strong>en</strong>ts<br />

de sout<strong>en</strong>ir des projets culturels…<br />

Raison de plus pour saluer à nouveau ce<br />

r<strong>en</strong>dez-vous incontournable, fréqu<strong>en</strong>té par des<br />

professionnels, mais aussi par de nombreux<br />

jeunes étudiants <strong>en</strong> cinéma et jeunes cinéastes<br />

v<strong>en</strong>us chercher là des raisons de s’investir dans<br />

un cinéma qui regarde le monde dans lequel<br />

nous vivons, et qui fait aussi retour sur l’histoire<br />

d’un art majeur du XX e siècle.<br />

Raison de plus de regretter le peu de professionnels<br />

de notre région prés<strong>en</strong>ts à Lussas, à<br />

peine une demi-douzaine. Des lieux comme<br />

Lussas, les festivals aussi certes, Doc’Ouest<br />

comme nos Journées professionnelles, sont des<br />

occasions trop rares de ressourcem<strong>en</strong>t, de remises<br />

<strong>en</strong> questions.<br />

Intéressants les séminaires et surtout <strong>la</strong> sélection<br />

de près d’une tr<strong>en</strong>taine de docum<strong>en</strong>taires<br />

réc<strong>en</strong>ts, regroupés dans Incertains regards. Ce<br />

qui a été relevé par tous, c’est l’inversion qui s’est<br />

effectuée d’année <strong>en</strong> année : au début des États<br />

généraux, il y a une vingtaine d’années, les fi lms<br />

étai<strong>en</strong>t dans leur très <strong>la</strong>rge majorité coproduits<br />

avec des chaînes de télévision ; aujourd’hui, ce<br />

n’est plus qu’une petite part d’<strong>en</strong>tre eux qui l’est,<br />

s’agissant de chaînes du “premier cercle”.<br />

Dans tout cet <strong>en</strong>semble, ret<strong>en</strong>ons quelques<br />

mom<strong>en</strong>ts et thèmes forts.<br />

La Pologne, où Marcel Lozinski, qui est le<br />

maître du docum<strong>en</strong>taire polonais, proposait une<br />

sélection parcourant près d’un demi-siècle de<br />

cinéma, avec ses fi lms bi<strong>en</strong> sûr, mais aussi ceux<br />

d’autres cinéastes confi rmés ou plus jeunes.<br />

À côté, un cycle sur <strong>la</strong> Roumanie montrait<br />

comm<strong>en</strong>t le docum<strong>en</strong>taire a pu être marqué<br />

durem<strong>en</strong>t par un système qui le bridait jusque<br />

dans les moy<strong>en</strong>s prolongeant ses effets bi<strong>en</strong><br />

après 1989. L’Afrique était très représ<strong>en</strong>tée avec<br />

une série de fi lms que Jean-Marie Barbe au nom<br />

d’Ardèche images a accompagnée et qui form<strong>en</strong>t<br />

une première collection, Lumière d’Afrique : s’y<br />

constatait l’émerg<strong>en</strong>ce d’une nouvelle génération<br />

de jeunes cinéastes, déterminés et prometteurs.<br />

Le contin<strong>en</strong>t africain lève <strong>la</strong> tête <strong>en</strong> proposant


des fi lms qui parl<strong>en</strong>t de sa culture comme des problèmes économiques<br />

et politiques. Les séances spéciales se sont avérées des lieux de<br />

découvertes majeures.<br />

L’association des amis de Lussas, créée lorsque les États généraux avai<strong>en</strong>t<br />

été m<strong>en</strong>acés dans leur pér<strong>en</strong>nité, proposait ainsi pour <strong>la</strong> première fois<br />

une journée de r<strong>en</strong>contre autour de <strong>la</strong> question de l’espace public,<br />

proposant de croiser le regard de cinéastes et de p<strong>la</strong>stici<strong>en</strong>s, comme<br />

Marcel Tril<strong>la</strong>t et Ernest Pignon-Ernest.<br />

La Scam <strong>la</strong>issait de côté cette année ses Brouillons d’un rêve, projets de<br />

fi lms faisant l’objet d’un souti<strong>en</strong> déterminant pour leur aboutissem<strong>en</strong>t.<br />

Elle prés<strong>en</strong>tait un fragm<strong>en</strong>t d’une programmation dont elle a eu<br />

l’ini tiative, <strong>en</strong> écho à <strong>la</strong> crise, une série de fi lms par<strong>la</strong>nt du système<br />

éco nomique actuel et de ses effets pervers : fi lms effi caces, terrifi ants<br />

parfois, diffusés le plus souv<strong>en</strong>t par les chaînes publiques. Leur juxtaposition<br />

décup<strong>la</strong>it leurs effets, de prise de consci<strong>en</strong>ce comme d’angoisse :<br />

on se serait cru <strong>en</strong> plein fi lm d’horreur, n’était cette froideur des<br />

constats et des démontages des systèmes bi<strong>en</strong> rodés qui gouvern<strong>en</strong>t un<br />

territoire supra-national, qui <strong>la</strong>iss<strong>en</strong>t les pays re<strong>la</strong>tivem<strong>en</strong>t impuissants<br />

face à ces échanges souterrains. 1<br />

Quant au séminaire sur l’actualité politique du docum<strong>en</strong>taire, nous<br />

nous sommes ess<strong>en</strong>tiellem<strong>en</strong>t intéressé à <strong>la</strong> saga de D<strong>en</strong>is Gheerbrant :<br />

La république Marseille. Le grand docum<strong>en</strong>tariste s’est immergé dans<br />

<strong>la</strong> métropole méditerrané<strong>en</strong>ne à <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre des g<strong>en</strong>s qui habit<strong>en</strong>t ces<br />

nombreux quartiers qui du c<strong>en</strong>tre à <strong>la</strong> périphérie form<strong>en</strong>t cette cité<br />

composite. De ces multiples r<strong>en</strong>contres, il <strong>en</strong> a tiré un fi lm <strong>en</strong> plusieurs<br />

volets, visibles <strong>en</strong>semble ou séparém<strong>en</strong>t et que l’on aura l’occasion de<br />

découvrir à Strasbourg fi n novembre. Il s’agit de r<strong>en</strong>contres marquantes,<br />

où <strong>la</strong> caméra devi<strong>en</strong>t le vecteur d’une re<strong>la</strong>tion portée par une empathie<br />

à <strong>la</strong> fois puissante et affectueuse. C’est ce que le cinéma de D<strong>en</strong>is<br />

Gheerbrant nous donne de fi lm <strong>en</strong> fi lm : <strong>la</strong> possibilité de <strong>la</strong> r<strong>en</strong>contre,<br />

trop rare dans le docum<strong>en</strong>taire contemporain qui <strong>la</strong>isse à distance les<br />

sujets fi lmés par une caméra d’<strong>en</strong>tomologiste.<br />

Face aux fantômes, c’est le fi lm que Jean-Louis Comolli a consacré<br />

au travail de l’histori<strong>en</strong>ne Sylvie Lindeperg qui a publié <strong>en</strong> 2007<br />

Nuit et Brouil<strong>la</strong>rd, un fi lm dans l’histoire (aux éditions Odile Jacob),<br />

aboutissem<strong>en</strong>t d’un long travail d’<strong>en</strong>quête et d’analyse sur le fi lm<br />

d’A<strong>la</strong>in Resnais. Cette recherche a mis <strong>en</strong> évid<strong>en</strong>ce aussi bi<strong>en</strong> les<br />

déterminations multiples qui ont été à <strong>la</strong> source du fi lm de Resnais<br />

que ce qu’il <strong>en</strong> est adv<strong>en</strong>u d’une œuvre qui avait fait le pari de l’art,<br />

pour décrire l’indicible. C’est cette démarche portée par <strong>la</strong> parole de<br />

l’histori<strong>en</strong>ne que restitue parfaitem<strong>en</strong>t le fi lm de Comolli. Disons-le,<br />

cette cure, artistique et politique <strong>en</strong>semble, est irremp<strong>la</strong>çable pour<br />

redonner un é<strong>la</strong>n au défi que constitue le projet de parler du monde<br />

<strong>en</strong> cinéma.<br />

Georges Heck, Vidéo Les Beaux Jours<br />

1 Ce thème sera repris avec certains de ces films et d’autres<br />

<strong>en</strong> janvier prochain par Vidéo Les Beaux Jours.<br />

www.lussasdoc.com/etatsg<strong>en</strong>eraux<br />

fi lms sortis de fabrique<br />

fi lms sortis de fabrique<br />

Parole de moines<br />

version France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Les moines b<strong>la</strong>ncs de l’Œl<strong>en</strong>berg<br />

version Arte<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ pour <strong>la</strong> version France 3 <strong>Alsace</strong>,<br />

de 43’ pour <strong>la</strong> version Arte de Jean-Luc Nachbauer (HV)<br />

Coproduction JLN vidéo productions, Les Films de l’Europe<br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong> janvier 2010,<br />

Arte Géo 360° 18 décembre 2009 et 4 janvier 2010<br />

La pomme.<br />

Du jardin d’éd<strong>en</strong> aux OGM<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’<br />

de Catherine Peix et Corinne Ibram (HDCam)<br />

Coproduction Seppia, Läng<strong>en</strong>grad Filmproduktion (Allemagne)<br />

Diffusion Arte, France 3 <strong>Alsace</strong>, MDR, RTBF<br />

Les héros de papier<br />

ne meur<strong>en</strong>t jamais<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Xavier Truti<br />

et Jean Michel Dury (Betanum)<br />

Coproduction Ère production,<br />

France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

Diffusion France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

Les nouvelles av<strong>en</strong>tures<br />

de Jeanne d’Arc<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Régis Latouche (Betanum)<br />

Coproduction Ère production,<br />

France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

Diffusion France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

et Bourgogne Franche-Comté<br />

Quand le drapeau rouge<br />

fl ottait sur <strong>la</strong> cathedrale<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Jean-Noël De<strong>la</strong>marre (Betanum)<br />

Coproduction Ère production,<br />

Les Films de <strong>la</strong> Lanterne, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Diffusion France 3 <strong>Alsace</strong><br />

L’école de <strong>la</strong> première chance<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Caroline Philibert (Betanum)<br />

Coproduction Ère production,<br />

France 3 Bourgogne Franche-Comté<br />

Diffusion France 3 Bourgogne Franche-Comté<br />

21


22<br />

retour de…<br />

PHOTO DR<br />

Doc’Ouest<br />

Les neuvièmes r<strong>en</strong>contres docum<strong>en</strong>taires de Doc’Ouest se sont t<strong>en</strong>ues à<br />

Pléneuf Val-André du 23 au 26 septembre 2009. Face à <strong>la</strong> mer. Et marquées<br />

par de très beaux mom<strong>en</strong>ts de cinéma.<br />

Affaires de grandes familles de Samuel Gantier explore l’univers des<br />

grandes familles du Nord, de l’industrie textile, leur rêve de grandeur, leur<br />

reproduction, leurs lois sociales et familiales, leur souci de transmission<br />

et leur effondrem<strong>en</strong>t. Lui-même petit-fi ls d’une de ces grandes familles,<br />

le réalisateur soumet à <strong>la</strong> question ses oncles, cousins, par<strong>en</strong>ts qui, du<br />

fait qu’ils s’adress<strong>en</strong>t à une personne de leur c<strong>la</strong>n, peuv<strong>en</strong>t exprimer sans<br />

complexe leurs évid<strong>en</strong>ces (un monde d’<strong>en</strong>tre soi, un monde de belles<br />

demeures), mais aussi leurs douleurs (<strong>la</strong> culpabilité d’être <strong>la</strong> branche qui a<br />

connu l’effondrem<strong>en</strong>t et qui a trahi <strong>la</strong> desc<strong>en</strong>dance). De l<strong>en</strong>ts panoramiques<br />

initi<strong>en</strong>t chaque <strong>en</strong>treti<strong>en</strong> révé<strong>la</strong>nt l’<strong>en</strong>vironnem<strong>en</strong>t de celle ou celui<br />

interrogé et ainsi, les signes de richesse qu’il expose ou au contraire dénie.<br />

Très beau égalem<strong>en</strong>t, Six de Guil<strong>la</strong>ume Giovanetti et Çag<strong>la</strong> Z<strong>en</strong>ciri met <strong>en</strong><br />

scène <strong>la</strong> vie des habitués d’un bar à Tokyo nommé La Jetée (!) et dont <strong>la</strong><br />

propriétaire est partie un soir sans prév<strong>en</strong>ir, <strong>en</strong> <strong>la</strong>issant <strong>la</strong> porte ouverte.<br />

L’événem<strong>en</strong>t inhabituel, provoqué <strong>en</strong> réalité par les deux réalisateurs, va<br />

permettre aux uns et aux autres de se dévoiler (et de boire) plus que de<br />

coutume. Ce que ces deux auteurs nomm<strong>en</strong>t « <strong>la</strong> fi ction sincère » repose<br />

une fois de plus <strong>la</strong> question des frontières <strong>en</strong>tre docum<strong>en</strong>taire et fi ction,<br />

une question qu’on devrait peut-être cesser de se poser, tant les fi lms qui<br />

<strong>en</strong> font fi déti<strong>en</strong>n<strong>en</strong>t souv<strong>en</strong>t une justesse rare.<br />

La matinée du v<strong>en</strong>dredi consacrée à <strong>la</strong> création d’une unité régionale de<br />

programmes coproduite par le groupem<strong>en</strong>t de trois télévisions locales<br />

(Tv R<strong>en</strong>nes 35, Ty Télé et Tébéo) a <strong>la</strong>ncé des pistes de réfl exion qui<br />

pourrai<strong>en</strong>t être transposables à notre région, vues les diffi cultés à établir <strong>en</strong><br />

<strong>Alsace</strong> des coproductions sur des docum<strong>en</strong>taires de création. Tv R<strong>en</strong>nes 35,<br />

porteur du projet, a signé une conv<strong>en</strong>tion d’objectifs et de moy<strong>en</strong>s avec <strong>la</strong><br />

Région Bretagne qui aide <strong>la</strong> p<strong>la</strong>teforme à hauteur de 590 000 euros, dont<br />

150 000 alloués au fi nancem<strong>en</strong>t de <strong>la</strong> mutualisation des télévisions et le reste<br />

aux coproductions de programmes “d’intérêt régional”. Si Tv R<strong>en</strong>nes 35<br />

assurait que les fi lms serai<strong>en</strong>t coproduits avec plus de 100 euros/minute<br />

pour être au-dessus du minimum CNC, <strong>la</strong> notion “d’intérêt régional”,<br />

semb<strong>la</strong>nt défi nir <strong>la</strong> ligne éditoriale de <strong>la</strong> future p<strong>la</strong>teforme, n’a pas été<br />

c<strong>la</strong>irem<strong>en</strong>t défi nie. Espérons que de donner une part importante à <strong>la</strong><br />

coproduction de docum<strong>en</strong>taires de création sera jugé comme tel.<br />

Toujours <strong>en</strong> ce qui concerne <strong>la</strong> diffusion, le responsable de France 3 Ouest,<br />

Jean-Michel Le Gu<strong>en</strong>nec, a affi rmé lors de <strong>la</strong> prés<strong>en</strong>tation de <strong>la</strong> ligne<br />

éditoriale de <strong>la</strong> chaîne, que France 3 Ouest, tout comme les France 3 Régions,<br />

continuerait sa politique de souti<strong>en</strong> et de coproduction du docum<strong>en</strong>taire.<br />

Sachant, concernant <strong>la</strong> “quantité” et ce d’après les rapports du CNC, que<br />

les coproductions docum<strong>en</strong>taires des France 3 Régions ont baissé <strong>en</strong> 2008<br />

d’<strong>en</strong>viron 20 % par rapport à 2006-2007, et que, au niveau “qualité”,<br />

Jean-Marie Barbe a rappelé cet été à Lussas qu’à<br />

l’origine des États généraux, 20 ans <strong>en</strong> arrière,<br />

80 % des fi lms sélectionnés étai<strong>en</strong>t produits par<br />

les télévisions contre 16 % aujourd’hui ; on ne<br />

peut que se montrer confi ants.<br />

Doc Ouest consacrait égalem<strong>en</strong>t une journée<br />

<strong>en</strong>tière au web doc. Ainsi sachez que pour un<br />

web doc, il faut considérer que votre spectateur<br />

ou plutôt, pardon, votre internaute, passera à<br />

autre chose au bout de dix minutes ; qu’il faut<br />

p<strong>en</strong>ser « navigation secondaire » et non « dramaturgie<br />

» ; préférer les mots « habil<strong>la</strong>ge sonore »<br />

au mot « écriture » et que votre grande chance<br />

sera que sur le web, le spectateur est actif alors<br />

que l’on sait bi<strong>en</strong> que devant un fi lm de cinéma,<br />

il est passif (et ne v<strong>en</strong>ez pas me parler des deux<br />

écrans, celui physique de <strong>la</strong> projection et celui<br />

m<strong>en</strong>tal du spectateur, ce sont des élucubrations<br />

d’intellectuels).<br />

Mise à part cette petite déception, Doc Ouest a<br />

été une belle occasion pour les réalisateurs de<br />

l’interrezo (l’interrégionale des réalisateurs) de<br />

se retrouver et de remettre à p<strong>la</strong>t leurs objectifs<br />

de travail. Nous avons ainsi défi ni les dossiers<br />

sur lesquels l’interrezo compte travailler et se<br />

mobiliser, que ce soit concernant <strong>la</strong> suppression<br />

de <strong>la</strong> participation du CNC aux aides à l’écriture<br />

et au développem<strong>en</strong>t dans <strong>la</strong> plupart des régions<br />

ou de <strong>la</strong> p<strong>la</strong>ce des télés locales dans le dispositif<br />

de coproduction aujourd’hui. Une prochaine<br />

réunion de l’interrezo est prévue à Strasbourg à<br />

l’occasion des journées de <strong>Filmer</strong> <strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>.<br />

Enfi n, les r<strong>en</strong>contres ont été l’occasion pour le<br />

réalisateur Philippe Barron de prés<strong>en</strong>ter son<br />

travail sur Le c<strong>en</strong>tralisme audiovisuel <strong>en</strong> France,<br />

publié par Films <strong>en</strong> Bretagne et téléchargeable<br />

sur le site de l’association. Un travail de fond<br />

qui fait à <strong>la</strong> fois un état des lieux précis de<br />

<strong>la</strong> production dans chaque région française<br />

(chiffres et cartes à l’appui), qui donne à lire<br />

des témoignages accab<strong>la</strong>nts de producteurs,<br />

comédi<strong>en</strong>s, technici<strong>en</strong>s et réalisateurs concernant<br />

les différ<strong>en</strong>ces de traitem<strong>en</strong>t subis <strong>en</strong> tant<br />

que “locaux” et parisi<strong>en</strong>s. Un travail à lire, un<br />

terreau de propositions concrètes pour une<br />

politique de l’audiovisuel déc<strong>en</strong>tralisée.<br />

« Ce serait un grand bonheur pour<br />

<strong>la</strong> belle France si, au lieu d’un c<strong>en</strong>tre,<br />

elle <strong>en</strong> possédait dix répandant<br />

tous <strong>la</strong> lumière et <strong>la</strong> vie » Goethe<br />

Julia Laur<strong>en</strong>ceau<br />

www.fi lms<strong>en</strong>bretagne.com


Festival tourné monté<br />

Le week-<strong>en</strong>d du 23 et 24 octobre était bi<strong>en</strong> chargé à Strasbourg et<br />

<strong>en</strong> <strong>Alsace</strong>. J’ai choisi d’aller voir <strong>la</strong> magie du super 8 et <strong>la</strong> neuvième<br />

édition du Festival tourné monté Super 8.<br />

Au pa<strong>la</strong>is des fêtes de Strasbourg où avait lieu le festival, le logo de<br />

l’association Ma Lucarne annonce les organisateurs. L’idée est de faire<br />

un fi lm qui se réalise sans montage, <strong>la</strong> première prise doit être <strong>la</strong> bonne<br />

et le fi lm est tourné chronologiquem<strong>en</strong>t. On <strong>en</strong>voie <strong>la</strong> pellicule super 8<br />

au <strong>la</strong>boratoire de développem<strong>en</strong>t qui retourne directem<strong>en</strong>t <strong>la</strong> pellicule<br />

à l’association Ma Lucarne. Les réalisateurs découvr<strong>en</strong>t leurs fi lms <strong>en</strong><br />

même temps que les spectateurs. Le public vote pour ses fi lms préférés.<br />

De plus, à <strong>la</strong> fi n du festival, après avoir vu l’<strong>en</strong>semble des œuvres <strong>en</strong><br />

compétition, un jury a été, pour <strong>la</strong> première fois cette année, invité à<br />

remettre trois prix spéciaux. Parfois, pourtant, il arrive que certains<br />

fi lms ne soi<strong>en</strong>t pas visibles ou qu’ils ne soi<strong>en</strong>t pas synchrones avec<br />

le son.<br />

P<strong>en</strong>dant ces deux soirées, 28 courts métrages avec des thèmes et des<br />

g<strong>en</strong>res complètem<strong>en</strong>t différ<strong>en</strong>ts, c’est l’expression libre de ce festival.<br />

Les fi lms v<strong>en</strong>ai<strong>en</strong>t de partout <strong>en</strong> France, assez peu d’<strong>Alsace</strong>. Le premier<br />

soir, pas de musique live pour accompagner les fi lms mais, le<br />

l<strong>en</strong>demain, on pouvait voir des orchestres, des <strong>en</strong>sembles, des voix…<br />

On pouvait y <strong>en</strong>t<strong>en</strong>dre un groupe de rock, un contrebassiste, et même<br />

un ballon éc<strong>la</strong>ter. À mon s<strong>en</strong>s, le meilleur fi lm du premier soir fut<br />

Theat d’Alexandre Moisescot. Et le meilleur fi lm du deuxième soir<br />

Le grand débal<strong>la</strong>ge de Hubert Barrion qui a été récomp<strong>en</strong>sé par le prix<br />

du meilleur fi lm. En deuxième partie de soirée, chacun des deux soirs<br />

et après un <strong>en</strong>tracte bi<strong>en</strong> mérité, ont été prés<strong>en</strong>tées des sélections de<br />

fi lms issus des festivals Super 8 europé<strong>en</strong>s Toma Unica (Espagne),<br />

Tourné monté (Suisse), Szeged (Hongrie), Cambridge (Angleterre).<br />

Afsaneh Chehrehgosha<br />

festivalsuper8.free.fr<br />

PHOTO DR<br />

fi lms sortis de fabrique<br />

Le dossier textile ou le temps fi ni<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de A<strong>la</strong>in Guillon (Betanum)<br />

Coproduction Ère production,<br />

France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

Diffusion France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

Paroles de sourds<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Laur<strong>en</strong>t Lutaud (DVCam)<br />

Coproduction Seppia, CRDP Rhône-Alpes<br />

Diffusion TLM, CNDP, France 3 <strong>Alsace</strong><br />

Séqu<strong>en</strong>ces<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 26’ de A<strong>la</strong>in Guillon (Betanum)<br />

Coproduction Ère production,<br />

France 3 Lorraine Champagne-Ard<strong>en</strong>ne<br />

Diffusion France 3 National<br />

À <strong>la</strong> limite… Traces<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 32’ de Luc Bitsch, Charles Cretello,<br />

Christian, Didier, Hakim El Bachir, Joël, Marcel,<br />

Nordine B<strong>en</strong>ziane, Philippe Toli<strong>la</strong>,<br />

mise <strong>en</strong> œuvre de Regina de Almeida,<br />

Kamel Ragaya, Anne Toussaint<br />

Les Yeux de l’ouïe<br />

Diffusion Écrans docum<strong>en</strong>taires<br />

Tartine et Fine.<br />

L’affaire du coq chauve<br />

Animation de 7’ de Annetta Zucchi, scénario,<br />

Marion Moreau, auteur graphique,<br />

et Prakash Topsy, réalisateur (35 mm, HD)<br />

Coproduction Les Médias associés,<br />

aaa production, Ambiances… asbl<br />

Diffusion <strong>en</strong> cours<br />

fi lms sortis de fabrique<br />

23


24<br />

portrait<br />

Dans le cadre de confér<strong>en</strong>ces sur Les perdants magnifi ques, l’École des arts<br />

décoratifs de Strasbourg invitait fi n octobre le cinéaste Boris Lehman. L’occasion<br />

rare de r<strong>en</strong>contrer ce drôle d’oiseau du cinéma. Nous avons le privilège, partagé<br />

seulem<strong>en</strong>t avec Bruxelles et Lausanne, de pouvoir consulter l’<strong>en</strong>semble des<br />

œuvres de Boris Lehman à <strong>la</strong> Maison de l’image (fonds de Vidéo Les Beaux Jours).<br />

Boris l’espiègle au pays des fi lms<br />

Il ressemble à un personnage de BD. Il ressemble à Lambic, pour être<br />

précis, le héros de Bob et Bobette, une bande dessinée très popu<strong>la</strong>ire <strong>en</strong><br />

Belgique, malheureusem<strong>en</strong>t inconnue des Français. Une sorte de mixte de<br />

professeur Nimbus et de Jean-Luc Godard <strong>en</strong> version surréaliste. Sa posture<br />

de juste l’appar<strong>en</strong>te à Tintin, mais son abs<strong>en</strong>ce de surmoi le rattache<br />

aux délires de Gaston Lagaffe. Quelques que soi<strong>en</strong>t les référ<strong>en</strong>ces, sa vie<br />

s’abreuve à l’imaginaire de <strong>la</strong> BD du p<strong>la</strong>t pays. Il ti<strong>en</strong>t une caméra dans<br />

<strong>la</strong> main depuis l’âge de 14 ans, et depuis quarante ans, il ne l’a jamais<br />

lâchée. Pas un jour sans qu’il ne fi lme, et même quand il ne fi lme pas, il<br />

vit sa vie comme un p<strong>la</strong>n. Le désir de fi lmer prime sur <strong>la</strong> commande<br />

bordée à l’avance. Les fi lms naiss<strong>en</strong>t d’un temps d’arrêt, p<strong>en</strong>dant lequel<br />

<strong>la</strong> matière fi lmée fait naître une histoire possible. Boris Lehman pr<strong>en</strong>d à<br />

rebrousse-poil toutes les pratiques <strong>en</strong> vigueur dans le cinéma professionnel.<br />

Et pourtant il produit ! On peut même dire qu’il est prolifi que, porteur<br />

de plus de cinquante fi lms – même si <strong>la</strong> diffusion reste très artisanale,<br />

et toujours <strong>en</strong> prés<strong>en</strong>ce de leur “auteur”, qui les porte donc littéralem<strong>en</strong>t<br />

avec lui pour les projeter.<br />

Car Boris Lehman ne se s<strong>en</strong>t pas l’auteur de ses fi lms, plutôt celui qui les<br />

révèle. Ce qu’il y a à fi lmer s’impose toujours, avec nécessité, c’est-à-dire<br />

par pure intrusion du hasard, l’allié le plus précieux du cinéaste-fl âneur.<br />

Mais paradoxalem<strong>en</strong>t ce cinéaste d’une “politique sans auteur” affi rme<br />

sans concession que le cinéma est subjectif, et chacun de ses fi lms parle à <strong>la</strong><br />

première personne. Quoi de plus naturel pour dire « je » que d’apparaître<br />

directem<strong>en</strong>t à l’écran ? Et les apparitions de Boris Lehman sont ess<strong>en</strong>tielles<br />

à son cinéma. Elles font voir à <strong>la</strong> fois un acteur très puissant, et un auteur<br />

très faible. Un exercice d’équilibre vertigineux, qui nous plonge au cœur<br />

de l’histoire, celle de <strong>la</strong> Belgique, celle des juifs, celle de celui qui nous<br />

raconte ces histoires.<br />

Sa passion du cinéma l’a m<strong>en</strong>é à un point-limite : <strong>la</strong> décision d’arrêter de<br />

faire des fi lms… qui ne peut s’énoncer que dans un fi lm, qui n’<strong>en</strong> fi nit pas<br />

de comm<strong>en</strong>cer à fi nir. Même phénomène pour comm<strong>en</strong>cer un fi lm : Boris<br />

Lehman ne peut s’empêcher d’<strong>en</strong>trer dans le p<strong>la</strong>n pour nous faire vivre,<br />

avec lui, ce comm<strong>en</strong>cem<strong>en</strong>t qui ne va pas de soi. Dans Babel, un fi lm qui<br />

dure plus de six heures, on ne dénombre pas moins de six démarrages<br />

du fi lm !<br />

Tout se passe comme si le cinéaste cherchait à faire du cinéma <strong>en</strong> dehors<br />

du format contraignant du fi lm, prisonnier d’un système de production<br />

étouffant. Le cinéma de Boris Lehman n’est pas seulem<strong>en</strong>t l’héritier du<br />

surréalisme belge, il distille avec malice quelques leçons de politique qui<br />

dépass<strong>en</strong>t <strong>la</strong>rgem<strong>en</strong>t le seul champ du cinéma.<br />

Boris Lehman aura passé sa vie à redonner au cinéma ses <strong>lettre</strong>s de liberté,<br />

rev<strong>en</strong>diquant de fabriquer du cinéma avec <strong>la</strong> même autonomie qu’un<br />

sculpteur, un musici<strong>en</strong> ou un poète. En s’<strong>en</strong>tourant de ses “amis”, il échappe<br />

à <strong>la</strong> lourdeur castratrice des carcans habituels de <strong>la</strong> production ciné matographique.<br />

« Quand je cherche un décor pour tourner, je me promène<br />

dans mon appartem<strong>en</strong>t et, pour trouver des acteurs, j’ouvre mon carnet<br />

d’adresses et j’appelle mes amis. Et alors <strong>la</strong> fi ction peut comm<strong>en</strong>cer. »<br />

Ainsi que les <strong>en</strong>nuis de diffusion. En ram<strong>en</strong>ant le cinéma au rang d’un<br />

artisanat du quotidi<strong>en</strong>, il déc<strong>la</strong>re <strong>la</strong> guerre au Capital cinématographique,<br />

drapé dans les ors de <strong>la</strong> Fiction formatée par Hollywood. Assumant<br />

d’emblée le rôle du “perdant magnifi que”, Lehman est sans aucun doute le<br />

cinéaste qui pousse à bout <strong>la</strong> logique d’un fi lm sans aura. Il assume donc<br />

courageusem<strong>en</strong>t <strong>la</strong> réception déceptive de ceux qui ne sont pas sortis de<br />

l’illusionnisme du cinéma des origines, et déf<strong>en</strong>d les formats inc<strong>la</strong>ssables<br />

d’un cinéma qui instruit le docum<strong>en</strong>taire autant que <strong>la</strong> fi ction.<br />

Conversation avec Boris Lehman de Clém<strong>en</strong>tine Lemaître<br />

Et puis l’humour belge, le profond, n’est pas<br />

forcém<strong>en</strong>t aussi universel que voudrait nous le<br />

faire croire <strong>la</strong> vague branchée fl amandophile…<br />

En refusant à <strong>la</strong> fois les conv<strong>en</strong>tions du scénario<br />

de cinéma et les conditions (privées) de sa production,<br />

Boris Lehman fait fi gure de hors-<strong>la</strong>-loi<br />

et de clochard céleste. Qui va au bout de sa<br />

démarche, sans aucune concession au pouvoir,<br />

quelle qu’<strong>en</strong> soit <strong>la</strong> forme. Il déf<strong>en</strong>d naturellem<strong>en</strong>t<br />

l’abolition immédiate des droits d’auteur, et<br />

rev<strong>en</strong>dique <strong>la</strong> libre circu<strong>la</strong>tion des œuvres, sans<br />

aucune contrainte fi nancière. Avec ses fi lms,<br />

il r<strong>en</strong>voie à ses contemporains un miroir qui<br />

dérange leurs certitudes <strong>en</strong>dormies. Et le personnage<br />

qu’il y vit ressemble fi nalem<strong>en</strong>t davantage<br />

à Tijl Uil<strong>en</strong>spiegel, un personnage de conte<br />

popu<strong>la</strong>ire, né <strong>en</strong> Basse-Saxe au XIV e siècle. Ce<br />

saltimbanque farceur et malicieux a donné <strong>en</strong><br />

français le beau mot d’espiègle, et ses tours<br />

ressembl<strong>en</strong>t comme deux gouttes d’eau aux p<strong>la</strong>ns<br />

de Boris Lehman : pr<strong>en</strong>dre les mots et les choses<br />

au pied de <strong>la</strong> <strong>lettre</strong>, pour moquer les travers et<br />

les abus de son temps. Boris l’espiègle a <strong>en</strong>core<br />

de beaux fi lms devant lui.<br />

Bruno Tackels<br />

www.borislehman.be<br />

Muet comme une carpe de Boris Lehman<br />

L'<strong>en</strong>semble des œuvres de Boris Lehman est visible à <strong>la</strong><br />

Maison de l'image, dans le fonds de Vidéo Les Beaux Jours.<br />

www.videolesbeauxjours.org


fi lms primés, fi lms sélectionnés<br />

A<strong>la</strong>mo<br />

Court métrage fi ction de 22’ de Jean-François Pey<br />

Coproduction Ana fi lms, Starlight productions<br />

Grand Prix du Jury, Bischheim, 2009<br />

And I Ride and I Ride<br />

Long métrage docum<strong>en</strong>taire<br />

de 107’ de Franck Vialle et Emmanuel Abe<strong>la</strong><br />

Coproduction Le Deuxième Souffl e,<br />

Atopic, Aurora fi lms, <strong>Alsace</strong> 20<br />

Sélections :<br />

- Séance spéciale FID, Marseille 2009<br />

- Séance spéciale, V<strong>en</strong>dôme 2009<br />

- Compétition internationale DOX,<br />

Cop<strong>en</strong>hague 2009<br />

DOR<br />

Court-métrage expérim<strong>en</strong>tal<br />

de 35’ de Ramona Po<strong>en</strong>aru<br />

Coproduction Le Deuxième Souffl e, Le Fresnoy<br />

Sélection hors compétition<br />

<strong>Filmer</strong> à tout prix, Bruxelles 2008<br />

Sélection Exils, Corsica.doc 2009<br />

Sélection offi cielle, V<strong>en</strong>dôme 2009<br />

fi lms primés, sélectionnés<br />

Éco-crimes<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 3 x 52’<br />

de Thomas Weid<strong>en</strong>bach et Heinz Greuling<br />

Coproduction Seppia,<br />

Läng<strong>en</strong>grad Filmproduktion (Allemagne)<br />

Grand Prix au Envirofi lmfestival (Slovaquie)<br />

Prix du Jury international au festival<br />

du fi lm Tech Film à Prague (République tchèque)<br />

Gold Award et Prix spécial<br />

Global Awar<strong>en</strong>ess Award<br />

à World Media Festival (Hamburg)<br />

Silver Scre<strong>en</strong> Award à l’International Film US<br />

& Vidéo Festival, West Hollywood (États-Unis)<br />

Merit Award à l’International Wildlife Film<br />

Festival,Missou<strong>la</strong>, Montana (États-Unis)<br />

Grand Prix à <strong>la</strong> 5th European, Environnem<strong>en</strong>t<br />

Festival Gre<strong>en</strong> Wave - 21 e siècle (Bulgarie)<br />

La belle image <strong>en</strong> Bolivie<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 45’ de Julia B<strong>la</strong>gny<br />

Autoproduction, Bourgogne<br />

Sélection compétition régionale,<br />

F<strong>en</strong>êtres sur courts, Dijon 2009<br />

L’affaire du faux poisson<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Vinc<strong>en</strong>t Gérard<br />

Coproduction Seppia, Lamplighter fi lm<br />

Sélection Bi<strong>en</strong>nale du verre 2009, Strasbourg<br />

La lég<strong>en</strong>de du chou<br />

Animation de 8’ de Pascale Hecquet (HD et 35 mm)<br />

Coproduction Les Médias associés,<br />

Thierry Zamparutti, Ambiances… asbl (Belgique)<br />

Sélections :<br />

- 27 e édition du festival ciné-jeune de l’Aisne,<br />

Saint-Qu<strong>en</strong>tin, 2009<br />

- 24 e édition du festival du fi lm international<br />

du fi lm francophone de Namur, 2009<br />

(Belgique)<br />

- 18 e édition du festival Séqu<strong>en</strong>ce court-metrage,<br />

Toulouse, 2009<br />

- 29 e édition du festival international<br />

du fi lm d’Ami<strong>en</strong>s, 2009<br />

La Paloma,<br />

une chanson nommée désir<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 90’ et 52’ de Sigrid Faltin<br />

Coproduction Seppia, Whitepepper fi lms<br />

Gold<strong>en</strong> Palm, 2009 (Mexico)<br />

Best Film of art, Parnu, 2009 (Estonie)<br />

Nomination au Prix allemand du docum<strong>en</strong>taire 09<br />

La première séance<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 18’ de Daniel Coche<br />

Dora fi lms<br />

Sélection Fida Doc’souss,<br />

Festival international du docum<strong>en</strong>taire d’Agadir, 2009<br />

Le mulot m<strong>en</strong>teur<br />

Animation de 20’ de Andréa Kiss<br />

Coproduction Les Médias associés,<br />

Ambiances… asbl (Belgique), Keckskemetfi lm Ltd (Hongrie)<br />

Sélections :<br />

- 9 e festival du fi lm court francophone<br />

de Vaulx-<strong>en</strong>-Velin, 2009<br />

- 20 e Festival Travelling Junior, R<strong>en</strong>nes, 2009<br />

- Freeze Frame, Winnipeg, 2009 (Canada)<br />

- 17th International Animation Festival of Brazil,<br />

Anima Mundi, Rio de Janeiro, 2009<br />

- 39 e festival du fi lm de Giffoni, 2009 (Italie)<br />

- 15 e festival international<br />

du court-métrage de Drama, 2009 (Grèce)<br />

- Miskolc International Festival of Young Filmmaker,<br />

Cinefest 2009, Miskolc, 2009 (Hongrie)<br />

- EKWA, festival international du fi lm de l’Océan indi<strong>en</strong>,<br />

Ile-de-La Réunion, Ile Maurice, 2009<br />

- 26th CICFF, Chicago International<br />

Childr<strong>en</strong> Film Festival, 2009<br />

- 7th International Animation Film Festival Tindirindis,<br />

Vilnius, 2009 (Lituanie)<br />

- 6th China International Animation and Digital Arts<br />

Festival (CICDAF), Changzhou, 2009 (Chine)<br />

M<strong>en</strong>tion spéciale du jury Trickywom<strong>en</strong> fi lm festival,<br />

Vi<strong>en</strong>ne, 2009 (Autriche)<br />

M<strong>en</strong>tion spéciale du jury 17th Mediterranean Festival<br />

of New Film-Makers, Larissa, 2009 (Grèce)<br />

Prix du meilleur court-métrage du 32 e festival<br />

du fi lm pour <strong>en</strong>fants, Lucas 2009, Frankfort, 2009<br />

L’énergie de l’espoir<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Jean-Marie Fawer<br />

Coproduction Ana Films, RFO-FÔ, Télé<strong>Alsace</strong>, Mosaïk TV<br />

Sélection festival international du fi lm<br />

des droits de l’homme, Paris et Strasbourg 2009<br />

Les nomades du Cercle po<strong>la</strong>ire<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 52’ de Andreas Voigt<br />

Coproduction Seppia, Barbara Etz Film Produktion, Berlin<br />

Prix Bergfi lm Festival Graz 2009 (Autriche)<br />

Rêve général<br />

Docum<strong>en</strong>taire de 63’ de Julia Laur<strong>en</strong>ceau<br />

Coproduction Dora fi lms, Label vidéo<br />

Sélection 12 e festival international<br />

du docum<strong>en</strong>taire d’Istanbul, 2009<br />

Trompe l’œil<br />

Fiction expérim<strong>en</strong>tale de 13’ 50<br />

de Séverine Hubard<br />

Les Films de l’Avalée<br />

Sélection compétition régionale,<br />

F<strong>en</strong>êtres sur courts, Dijon 2009<br />

De haut <strong>en</strong> bas :<br />

La belle image <strong>en</strong> Bolivie<br />

A<strong>la</strong>mo<br />

L’énergie de l’espoir<br />

And I Ride and I Ride<br />

DOR<br />

Trompe l’œil<br />

25


Le Filmeur de A<strong>la</strong>in Cavalier<br />

Séminaires<br />

et ateliers d’analyse f ilmique<br />

|<br />

AUTOMNE HIVER 2009-2010<br />

|<br />

Samedi 7 et dimanche 8 novembre à <strong>la</strong> Maison de l’image<br />

atelier d’analyse f ilmique<br />

A<strong>la</strong>in Cavalier<br />

avec François Niney<br />

<strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec l’Ag<strong>en</strong>ce culturelle d’<strong>Alsace</strong><br />

Samedi 5 décembre de 10 h 30 à 18 h<br />

à l’auditorium du Musée d’art moderne et contemporain<br />

séminaire<br />

Face aux fantômes<br />

avec Jean-Louis Comolli<br />

et l’histori<strong>en</strong>ne Sylvie Lindeperg,<br />

auteur de Nuit et brouil<strong>la</strong>rd,<br />

un fi lm dans l’histoire (2007, éd. Odile Jacob)<br />

<strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec l’Université de Strasbourg<br />

Samedi 20 et dimanche 21 février 2010<br />

à l’auditorium du Musée d’art moderne et contemporain<br />

atelier d’analyse f ilmique<br />

Roberto Rossellini<br />

1. Le temps du cinéma<br />

avec A<strong>la</strong>in Berga<strong>la</strong><br />

suivie d’une deuxième partie <strong>en</strong> avril sur le temps de <strong>la</strong> télévision,<br />

<strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec le Musée d’art moderne et contemporain<br />

et l’Université de Strasbourg<br />

Samedi 6 mars 2010 de 14 h 30 à 18 h<br />

à <strong>la</strong> Médiathèque Neudorf<br />

séminaire<br />

Johan Van der Keuk<strong>en</strong><br />

avec Georges Heck<br />

<strong>en</strong> part<strong>en</strong>ariat avec <strong>la</strong> Médiathèque Neudorf<br />

Inscription<br />

Vidéo Les Beaux Jours<br />

Maison de l’image<br />

31 rue Kag<strong>en</strong>eck<br />

67000 Strasbourg<br />

téléphone 03 88 23 86 51<br />

www.videolesbeauxjours.org

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!