Elles et ils étaient 1500 à Perpignan pour exiger un revenu égal au ...

letc.fr

Elles et ils étaient 1500 à Perpignan pour exiger un revenu égal au ...

1,80 - N°3269 -Semaine du 6 au 12 juin 2008

Elles et ils étaient 1500 à Perpignan pour exiger

un revenu égal au SMIC et un accès réel aux soins

Le Travailleur Catalan

L’HEBDOMADAIRE COMMUNISTE DES PYRÉNÉES-ORIENTALES ★ POUR DES LENDEMAINS QUI CHANGENT

Pas la mendicité!


TC 3269 4/06/08 20:12 Page 2

2 lu-vu-entendu 7 sur 7

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

Consultez

le Travailleur

Catalan

en ligne

Dès le mardi

sur le site

www.letc.fr

Bulletin d’abonnement

Nom:

Prénom:

Adresse:

Je souhaite recevoir

à mon adresse pendant :

3 mois (19 €) 6 mois (36 €)

Je règle:

Par chèque

à l’ordre du

Travailleur Catalan

1 an (70 €)

Par prélèvement

automatique

(18 €/trimestre)

Service abonnements: Tel 04 68 67 00 88

44 av de Prades - 66000 Perpignan

Salauds de pêcheurs !

Ne me parlez plus des pêcheurs, j’ai la haine contre eux ! Pas parce qu’ils ont bloqué les dépôts

de carburant en guise de protestation contre le véritable racket qu’ils subissent, que nous subissons

tous, vu le prix du gasoil notamment. Pas parce qu’ils s’insurgent contre les politiques

libérales européennes qui menacent leurs métiers et les incitent à déchirer leurs bateaux, un peu

comme on arrache une vigne. Pas parce qu’ils ont vidé les étals de poissons de la grande distribution

à la recherche de produits venus de pays tiers souvent non européens auxquels les

mesures communautaires font place nette sur nos marchés. Non ce n’est pas pour cela que j’en

veux à ces travailleurs de la mer, mains rugueuses et peaux burinées par les embruns et les

coups de mers, au contraire quand ils luttent comme ça je les trouve sympathiques. Non je

peste contre eux parce l’autre jour sur le parking d’un super marché ils ont réparti gratuitement

aux passants du poisson frais et surgelé réquisitionné sur les étals. Et bien figurez-vous que

mon voisin a eu la langouste et moi le surimi, c’est pas dégueulasse ça ? Salaud de pêcheurs.

Des Bacchus pourquoi faire ?

Que cela soit clair, la cérémonie des Bacchus

dans les PO est une belle manifestation, fort

utile pour la promotion de nos vins. Mais malgré,

les rires, les fastes et les paillettes d’une

soirée «VIP», on ne peut s’empêcher de penser,

à chaque remise de statuette, cette cave

sera-t-elle là l’année prochaine. Ce vin sera-t-il

acheté à un prix rémunérateur? Nombre de

caves surtout coopératives qui ont été primées

cette année ou les précédentes, sont menacées

quand elles n’ont pas déjà disparu. Lundi dernier

au Palais des Congrès c’était l’agriculture

«Jean qui rie», tous les jours sur le terrain c’est

«Jean qui pleure». Malgré l’embellie pour quelques

uns, dans la dernière période, en général

les cuves sont pleines des récoltes des années

passées, les regroupements parfois spectaculaires

et médiatisés de caves se concrétisent

sur fond d’arrachage et de réduction de l’espace

cultivé. Pour bon nombre de vignerons la

relève ne se fera pas et pour cause, vivre du

RMI quand on fabrique un produit aussi remarquable…

Un jour à Rivesaltes un des patrons

syndicaux de la profession expliquait que seuls

les viticulteurs les plus solides survivraient et

s’en sortiraient bien, les autres devaient crever.

On y arrive, on y arrive…

Hebdomadaire édité par la

Fédération des Pyrénées-Orientales

du Parti Communiste Français

Rédaction - Administration

Maison communiste

44 av. de Prades - 66000 Perpignan

Tél. 04 68 67 00 88 - Fax 04 68 67 56 14

Courriel : letravailleurcatalan@wanadoo.fr

Commission Paritaire N° 0409 I 84 621

N° ISSN 1279-2039

Gérant : Rémi Cathala

Directeur de publication : Jean-Jacques Cadéac

Rédaction :

Jean-Jaques Cadéac, Michèle Devaux,

Annette Dieguez, Robert Escaro, Philippe Galano,

Nicolas Garcia, Nicole Gaspon, Paul Hallenaut,

Roger Hillel, Yvette Lucas, Jacques Majester,

Sébastien Pouilly, Raymonde Pumareda,

Jean Quillio (Photo), Nicole Santasusana,

Jean-Pierre Ventura

Correction : Pierre Régnaud

Mise en page : Le Travailleur Catalan

Impression : Imprimerie Salvador

Webmaster : Christian Dieguez

Abonnement : Tél : 04 68 67 00 88

Régie publicitaire : Richard Siméon

Le Travailleur Catalan - Inter Perpignan Publicité

44 av. de Prades - 66000 Perpignan

Tél. 04 68 67 00 88 - Fax 04 68 37 53 76

Courriel : letravailleurcatalan@wanadoo.fr

Au PS de l’Hérault, c’est le b… pour les sénatoriales

Le «ouaï», c’est le «ouaï» s’écriait hier un militant socialiste de Montpellier venu vivre

(pas à cause de ça) dans les PO. Le département le plus peuplé du Languedoc

Roussillon va élire ses sénateurs en septembre prochain. Dans l’attente d’une hypothétique

réforme, ce sont les grands électeurs qui votent à ce scrutin donc des élus désignés

généralement par d’autres élus. La population de l’Hérault ayant explosé, le département

gagne un 4ème sénateur et le vote au scrutin proportionnel à un tour sur liste

bloquée. Il n’en faut pas plus pour réveiller la guerre civile entre Vézinhet et Frêche, les

deux frères ennemis du PS héraultais. Un conflit de même type avait provoqué, il y a

quelques mois, à l’occasion d’une sénatoriale partielle, l’élection d’un sénateur de

droite. Et bien pour septembre, on semble vouloir repartir comme en 14, c’est le cas

de le dire. La FD du PS et son patron Navarro ont désigné Georges Frêche pour

conduire la liste socialiste aux prochaines sénatoriales, mais une liste dissidente poussée

par le Président du Conseil Général, André Vézinhet, vient de s’annoncer. Cette dernière,

qui conteste dans la forme et le fond la désignation du président du Conseil

Régional, serait conduite par Robert Tropéano, maire de Saint Chinian et sénateur sortant,

avec le soutien de beaucoup de maires, conseillers généraux et députés de la ruralité

héraultaise. Dans quelques temps Georges Frêche risque de ne pas être le seul

exclu du PS languedocien.

La valse des «chef’cab».

Même s’il doit être de courte durée

(annulation probable exige) le

poste de chef au cabinet de Jean

Paul Alduy doit être pourvu. Eric

Duchan, actuel attaché du groupe

UMP au Conseil Général, va occuper

le siège de Philippe Maréchaux

qui lui-même fera un saut de puce,

du fauteuil de «chef’cab» à celui

de directeur de cabinet. Tout le

monde a compris que, contrairement

aux apparences du vocabulaire,

directeur c’est plus fort que

chef… Du coup nous pourrions

craindre qu’Eric Touron, l’autre

conseiller politique du groupe de

droite quai Sadi Carnot, s’ennuie

tout seul. Et bien non, ce dernier

sera remplacé illico presto, bien

qu’au vu de l’activité des

«Sarkozystes» dans l’assemblée

départementale, on se demande si

le remplacement est si pressé que

cela.

La catalogne du Sud n’a plus soif.

Dans le Principat de Catalunya, la sécheresse en

aura fait couler de l’encre et de la salive, elle en

aura provoqué des débats politiques tendus au

point de mettre en difficulté le gouvernement de

la Generalitat. Il y a quelques semaines à peine,

l’alimentation en eau potable de Barcelone était

devenue un problème national en Espagne, la

question était même quotidiennement évoquée

par les députés aux Cortès. Des bateaux citernes

arrivent encore tous les jours dans le port de la

capitale catalane chargée d’une eau potable à 14

€ le M 3 soit 6 ou 7 fois le prix actuel au robinet.

Pourtant il n’aura fallu que quelques pluies, certes

diluviennes, pour que tout s’arrête, sauf le

transport en bateau qui lui continuera jusqu’à la

fin de l’été. Fini les restrictions et la construction

du tuyau visant à récupérer puis à amener

depuis Tarragone les excédents d’eau en provenance

de l’Ebre destinés aux arrosant de cette

zone, essentiellement des paysans. Il faut dire

que ce projet de canalisation, autorisé par le

gouvernement central espagnol, était plus que

contesté y compris dans les propres rangs de la

coalition qui dirige aujourd’hui la Generalitat. Il

n’en reste pas moins que même si le seuil critique

en réserve d’eau (54%) est dépassé, on est

loin d’être en sécurité et qu’à la fin de l’été après

le passage de la saison touristique, le spectre de

la sécheresse risque bien de ressurgir. Certes

d’ici là, une usine de désalinisation de l’eau de

mer, en construction prés de Barcelone, sera

terminée, mais personne ne peut encore dire si

la solution aura un caractère durable. En effet

ces équipements, parfois très polluants, sont le

plus souvent de forts consommateurs d’énergies

fossiles.


TC 3269 4/06/08 19:52 Page 3

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

CIAH 66

l’actu de la semaine

«Nous ne sommes

pas des mendiants»

Plus de 1500 manifestants à l’appel du Collectif inter-associatif Handicap 66.

Le cortège était submergé de pancartes

et de banderoles aux inscriptions des

plus explicites : « 628euros, pouvoir

d’achat, pouvoir de rien ; handicap,

maladie = pauvreté ; franchises médicales

: pour nous c’est non ; handicap+pauvreté

= double peine ». De

cette multitude émanait une joie d’exister

à faire des jaloux chez les personnes

les plus valides. Et aussi de la colère.

Les handicaps, des plus légers aux plus

lourds, se sont exposés refusant la compassion

et exigeant de ceux qui gouvernent

les moyens de « vivre et non survivre

». Une banderole reprenait les

propos du Président de la république à

l’adresse des associations d’handicapés:

« je ne vous mentirai pas, je ne

vous décevrai pas, je ne vous trahirai

pas ». Les clameurs n’étaient pas tendre

à l’égard des ces palinodies. Ces

femmes et ces hommes ont fait la

démonstration spectaculaire que,

comme ils l’ont écrit dans leur appel «

La détermination de cette mobilisation

s’inscrit dans une alternative sociale

Pour le 1er Janvier 2009 :

Créer un revenu d’existence

égal , au moins, au SMIC

brut et indexé sur celui-ci,

assorti de cotisations sociales

et soumis à l’impôt pour

toutes les personnes qui ne

peuvent pas travailler en raison

de leur handicap ou de

leur maladie invalidante,

quel que soit leur âge, qu’elles

aient cotisé ou non. Ce

revenu doit être indépendant

des ressources du conjoint,

du concubin, de la personne

Handicap + pauvreté = double peine

dans laquelle les valeurs de solidarité,

de non-discrimination, de dignité et de

respect devraient cesser d’être des

mots, toujours des mots, rien que des

mots dans le discours de nos politiques.

» Cette mobilisation pèsera surement

dans le déroulement de la Conférence

du Handicap présidée par le Président

de la République le 10 Juin.

RH

Halte au scandale! Les aumônes, ça suffit!

Les revendications du collectif ont été lues en fin de manifestation

avec laquelle un pacte civil

de solidarité a été conclu ou

encore des personnes vivant

sous le même toit, et ce, quel

que soit le lieu de vie (domicile

propre, établissement,

chez un tiers…), l’âge, afin

de garantir une véritable

autonomie financière.

Permettre un cumul de ce

revenu d’existence avec un

revenu professionnel, selon

le principe du RSA (revenu

de solidarité active), pour

toutes les personnes en

situation de handicap ou de

maladie invalidante, qui peuvent

avoir accès au travail,

garantissant ainsi un revenu

supérieur au SMIC brut.

Dans l’attente de ce revenu

égal au SMIC : dès 2008,

revaloriser au plus vite de

5% toutes les allocations et

pensions à destination des

personnes touchées par un

handicap et une maladie

invalidante- et pas seulement

l’AAH (pension d’invalidité,

allocation supplémentaire

invalidité, minimum

vieillesse ainsi que rentes

accident du travail et de

maladies professionnelles) :

revalorisation de 5% pendant

5 ans, comme promis.

Favoriser l’accès réel aux

soins en ouvrant le bénéfice

de la CMU complémentaire

à toutes les personnes en

dessous du seuil de pauvreté

soit 817€/mois (alors que le

plafond de ressources pour

avoir ce droit est aujourd’hui

abaissé à 606€/mois pour

une personne seule) et en

supprimant les franchises

médicales.

Supprimer l’exigence de non

activité professionnelle pendant

12 mois pour toute

demande d’AAH (Allocation

aux adultes handicapés) par

une personne ayant un taux

d’incapacité entre 50 et

80%.

Assouplir les critères d’accès

au complément des ressources

pour toutes les personnes

en situation de handicap

ou de maladie invalidante

qui ne peuvent pas travailler

et qui ont des ressources

inférieures ou égales au

montant de la garantie de

ressources des personnes

handicapées ( GRPH) c’est à

dire 800€. Aujourd’hui, seulement

quelques dizaines de

milliers de personnes ont

accès à ce complément alors

qu’une majorité des bénéficiaires

de l’AAH et/ou de

pension d’invalidité ne peuvent

pas travailler.

l’édito

de Philippe Galano

3

Comme un besoin de rupture!

Les mobilisations sociales du mois de mai ont donné le

ton d’une contestation qui s’amplifie à la mesure des

réformes dictées par le Medef. Dans les transports, aux

impôts, les grandes surfaces, les travailleurs sociaux,

les autoroutes, l’AFPA, les enseignants, les agents territoriaux

et hospitaliers, les pécheurs, les agriculteurs,

des convergences prennent corps.

Ce qui inquiète le Medef, ce n’est pas tant la contestation,

mais le caractère unitaire qu’elle pourrait prendre.

Le 22 mai dernier, plus de 8000 manifestants ont défilé

à Perpignan. Près d’un million partout en France. Pas un

jour ne se passe sans que l’on compte une entreprise en

grève, sans que l’on commente des luttes, tant dans le

secteur public que privé. Jamais le besoin de cohésion

et d’unité syndicale ne s’est autant fait ressentir. Un

mouvement social tout azimut qui se cherche, mais qui

ne désarme pas. Le 10 juin et surtout le 17 juin seront

les prochains tests qui donneront l’ampleur de la

contestation.

Les réformes ordonnées par le gouvernement Sarkozy

dans une révision générale des politiques publiques

(RGPP) ont pour seul objectif de réaliser des coupes

sombres dans les budgets publics. Pas moins de 139

milliards d’euros d’économies ont été planifiées. Une

véritable rupture culturelle dans la conception de l’intérêt

général et du service public est en train de s’opérer

mettant au coeur des débats un choix de société.

A ce titre, la stigmatisation des chômeurs, les heures

supplémentaires en guise de revalorisation du travail, la

remise en cause des retraites, des 35 heures font partie

d’un projet cohérent du Medef qui n’a pour seul objectif:

« la domination du modèle capitaliste ».

Une bataille idéologique largement plébiscitée par une

droite outrancière et arrogante, relayée localement et

avec zèle par les parlementaires UMP. Dans notre

département aucune opposition aux quatre députés et

deux sénateurs UMP, porte-voix du Medef et du gouvernement

Sarkozy, pour faire passer les réformes impopulaires

: remise en cause du code du travail, constitution

Européenne, les OGM, remise en cause des retraites,

de l’école publique, des 35 heures, combien d’autres

réformes impopulaires voteront-ils encore ?

Au terme des luttes et des mobilisations sociales, nous

y voyons clairement le rejet de cette politique par la

grande majorité des Français. Malgré ce constat, les

mobilisations qui convergent expriment difficilement le

besoin d’un changement profond de société. La question

du pétrole est certes une problématique qui fait

apparaître les réalités parfois dramatiques des différentes

situations tant économiques que sociales. Mais elle

est loin d’en être la cause fondamentale. Ce gouvernement

le sait bien.

Il y a donc un cap à passer qui ne peut se satisfaire de

simples ajustements avec l’existant, et qui pose clairement

le choix d’une rupture avec le capitalisme et le

libéralisme sous toutes ses formes.


TC 3269 4/06/08 19:55 Page 4

4 dans le département

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

Ecole des Beaux Arts de Perpignan

Jacqueline Amiel Donat

précise

La chef de file de l’opposition, a tenu, à

la suite du dernier conseil municipal

(voir notre précédente édition), à préciser

sa position à propos de deux dossiers

présentés et adoptés ( augmentation

des tarifs et demandes de subventions)

concernant l'Ecole des Beaux Arts.

« Ces décisions sont graves non pas par

leur contenu mais par ce qu'elles induisent :

la limitation de cette école au seul cursus de

master ( bac+4 et 5) et la suppression des

trois premières années.

Ainsi que j'ai pu le dire au cours de ce

conseil, il y a chaque année 70 élèves qui

obtiennent un Bac avec option Arts plastiques

ou Cinéma -Audiovisuel ( formations

dispensées dans différents lycées de la Ville)

qui ne pourront plus continuer leurs études

après Bac à Perpignan. Il faudra qu'ils partent

faire leurs trois premières années supérieures

ailleurs...

De plus, le Lycée Maillol vient de lancer une

option Cinéma qui aboutira dans deux ans à

une vingtaine de bacheliers qui se retrouveront

sans possibilité de continuer à

Perpignan.

L'option de Jean-Paul Alduy et de Maurice

Halimi est grave car elle repose sur l'espoir,

alors que l'intégralité de la filière n'est pas

maintenue, que des étudiants ayant commencé

leurs études supérieures ailleurs,

reviennent à Perpignan pour le master

«Transmission et Document» ???

* c'est pédagogiquement une aberration

* c'est politiquement une faute

Rejeter comme ils le font la responsabilité

sur le Conseil général et la Région qui ne

payeraient pas ... est encore une fois la

négation de leur compétence : les écoles

supérieures des Beaux Arts sont juridiquement

municipales et financièrement d'Etat.

Elles ne font d'ailleurs pas l'objet d'un budget

autonome et les subventions demandées

vont directement dans les caisses de la

Ville, sans flêchage ni affectation obligatoire

ni contrôle. C'est là une des difficultés pour

connaître le coût véritable de cette école car

ils valorisent le coût des locaux, du personnel

municipal... alors que cette école est un

service municipal comme un autre.

Ainsi que je lui ai fait remarquer, Jean-Paul

Alduy marquera l'histoire de cette ville

comme le «recordman» des fermetures

d'écoles ( maternelles et Beaux Arts) !!!

Avec sa copine Pécresse, ils arriveront peutêtre

aussi à la fermeture de l'Université».

Elne

Bric à Brac

Mercredi 11 juin de 10h à 17h30, le

Secours Populaire organise dans ses

locaux, 13 rue du Salita (près du collège),

une braderie où seront proposés, à des prix

très modiques, des vêtements, des bibelots,

des meubles, etc.

Le produit de cette vente permettra de financer

en partie la journée des enfants «Oubliés

des vacances» qui se déroulera au mois

d’août en Conflent. Une petite visite solidaire

nous serait agréable.

Baixas

Une antenne de

l’Université

Vendredi 30 mai à 17 heures 30 aura lieu au

Château Les Pins de Baixas la signature de

la convention entre l'Université de

Perpignan Via Domitia, représentée par son

président Jean Benkhelil et la Commune de

Baixas, représentée par Monsieur le Maire,

Gilles Foxonet. Cette signature avait dû être

remise à cause d’incidents survenus dans le

village et dont la presse s’était faite l’écho.

Cette convention va permettre le démarrage

d’un projet ambitieux : la mise en forme au

sein du domaine du Château les Pins d’une

antenne de l’Université de Perpignan, avec

pour objectif la création d’une «Université

du Vin» ainsi que la mise en route d’un

«Centre culturel universitaire» rattaché à

l’UPVD. Cette collaboration entre l’UPVD et

la municipalité de Baixas confirmera la vocation

culturelle et viticole de ce domaine, déjà

fort connu pour la qualité de son vin, à travers

diverses activités pédagogiques, culturelles

mais aussi de prestige. Nous vous

invitons à vous joindre à nous pour cet événement

qui devrait, dans les années à venir,

offrir à notre département un important lieu

de culture et de prestige grâce, au concours

de l’Université de Perpignan et à la vocation

affirmée de Baixas comme village culturel.

Cet événement se clôturera dans la cour du

Château par une dégustation des prestigieux

vins de notre terroir.

Caixas

Hommage aux

guerillleros Espagnols

Samedi 14 juin à partir de 10h30.

Monument aux morts - Le Moulin – Caixas

Cabestany

La fête des immeubles a

battu son plein

Contre les conditions météorologiques l’on

ne peut lutter ! Malgré la pluie, le 27 mai

2008 ; dès 18h30, l’animation immeuble en

fête a eu lieu à Cabestany. Ici, des expériences

scientifiques captivantes ont enchanté

petits et grands. Les petits yeux brillaient de

curiosité et d’intérêt. Là, des démonstrations

de sculpture de terre ont été très suivies.

Ailleurs, des ateliers de contes tenaient les

oreilles grandes ouvertes et les visages

attentifs. Une bien belle fête qui a fédéré la

ville dans la joie et l’enthousiasme. L’équipe

de la maison des quartiers organisatrice de

cet événement tient à remercier les différents

partenaires qui se sont associés à

cette manif : les bailleurs sociaux Roussillon

Habitat, opdhlm, les associations locales

secours populaire, hand ball coc, csf, les

petits débrouillards, le service municipal

jeunesse, les marcheurs du CCAS, les différents

habitants des 6 quartiers qui se sont

mobilisés pour que cette action ait lieu malgré

le mauvais temps. Croire en la solidarité

entre voisins ne peut se résumer à une soirée,

mais ce genre d’évènements peut permettre

le début d’une discussion, d’une rencontre,

d’un partage et créer un lien permettant

aux personnes de sortir de la solitude.

A l’année prochaine !!

Michel Martinez

Vinca

Mai 68 – Mai 2008

Dimanche 29 avril 2007, quelques jours

avant le second tour des élections présidentielles,

Nicolas Sarkozy prononçait un virulent

discours contre l’héritage de Mai 68.

Il proposait aux français de rompre réellement

avec l’esprit, avec les comportements,

les idées de Mai 68, de rompre avec le

cynisme de Mai 68. Il fallait désormais tourner

la page !

Le 6mai 2007, Nicolas Sarkozy était élu

Président de la république française.

Quarante ans après mai 68, peut-on dire

que mai 68 c’est fini ?

La cellule communiste de Vinça vous invite

à en discuter autour d’une projection le

samedi 7 juin 2008 à 21 h, salle Gipulo.

Canet en Roussillon

Permanence logement au

Secours Populaire

De plus en plus de locataires ont très sou-

vent des problèmes de logement : dettes,

montant du loyer ou des charges excessifs,

accès, maintien, relations avec les bailleurs,

les agences immobilières, etc.

Si vous êtes dans cette situation, le Secours

Populaire Français peut vous aider grâce à

sa connaissance de la réglementation.

Vous pouvez vous présenter :

Le lundi après midi de 14 à 17h à la

CCAS Foyer MOUNDAT Canet en

Roussillon Ou nous contacter au 04 68

86 71 66

A vendre

Yamaha 650

42000 Km (1998)

Avec accessoires (sacoches, etc…)

3000 €

Contact:

Richard Simeon au 06 80 50 21 93

Elevage du Mas Sisqueilles

Lieu dit La Salut - Pia (66) Tel: 06 14 78 08 95

Vente chiots toutes races - VAC -TAT - Garanties

yzf66@hotmail.fr


TC 3269 4/06/08 20:06 Page 5

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

La Bataille de l’Ebre,

ou l’eau en concurrence

La pénurie qui frappe Barcelone relance le débat sur les utilisations de

la ressource, notamment du célèbre fleuve. Saragosse se pose en

exemple «durable ».

Barcelone, capitale euroméditerranéenne,

ville olympique, mais à court

d’eau potable. Ironie : le salut (provisoire)

est venu de Marseille (société

d’économie mixte détenue majoritairement

par Veolia et la Lyonnaise des eaux)

qui abreuve donc la capitale catalane,

confrontée à un épisode exceptionnel de

sécheresse. Un contrat de six mois, 500

000 m3 par mois. De son côté, la Société

du canal de Provence SCP expédie les

mêmes volumes. L’affaire est particulièrement

juteuse pour les deux sociétés mais

suscite l’opposition de ceux qui dénoncent

le « business de l’eau » et provoque

des interrogations jusqu’en « haut lieu ».

La préfecture de la région PACA a ainsi

adressé un courrier à la SEM lui demandant

de fournir « très rapidement» les

éléments juridiques du contrat en lui rappelant

que les équipements dont elle

assure la gestion « servent à alimenter

les Bouches du Rhône, le Var et la ville de

Marseille ».

Côté barcelonais, ce « pont d’eau »

venu de France s’annonce financièrement

lourd : le chiffre de 53 millions

d’euros est avancé. Il met surtout en

lumière les immenses difficultés que rencontrent

nombre de régions d’Espagne

dans la maîtrise de la ressource. Pour

Saragosse qui profite de l’organisation,

du 14 juin au 14 septembre, de l’exposition

internationale pour rappeler son

ambiance de devenir une référence européenne

en la matière, combien de villes

et de régions n’ont pas pris la mesure –

loin s’en faut – de l’enjeu ? A titre exemple

: la région aragonaise dispose

aujourd’hui de 451 000 hectares irrigués.

L’objectif est de franchir le seuil du

Georges Fréche, président de la Région L.R., se dit prêt à étudier la prolongation du

“tuyau” Montpellier/Perpignan jusqu’à Barcelone

demi – million d’ici cinq ans et, pourquoi

pas, les 600 000. Sachant que l’agroculture

représente 70% de la consommation

d’eau dans le bassin de l’Èbre.

Les effets de la fuite en avant productiviste

sont accentués par les conséquences

du changement climatique. Or,

comme le rappelait, lors d’un récent colloque,

José Maria Cuadrat, président de

la société espagnole de climatologie,

«l’eau est la ressource la plus sensible au

changement climatique ». La taille des

glaciers diminue, la fonte des neiges se

fait plus précoce, et le château d’eau que

constituent les Pyrénées ne se montre

plus tout à fait aussi prodigue.

Selon José Luis Alonso, président de la

Confédération hydrographique de

l’Èbre, « nous sommes dans la pire des

situations connues ces quinze dernières

années. Nous sommes en situation d’urgence

dans tout le bassin de l’Èbre ». La

crise barcelonaise a relancé ce que le

quotidien Diario Alto Aragon appelle

pudiquement « une vive confrontation

politique ». En fait une bataille à couteaux

tirés entre provinces, avec Madrid

pour arbitre puisque, malgré une autonomie

poussée, la gestion des fleuves et

des rivières relève toujours de l’État central.

Cette guéguerre peut même ignorer

les couleurs politiques puisque les socialistes

catalans – qui dirigent la

Generalitat – se sont fachés avec le premier

ministre, José Luis Zapatero. Ce dernier

oppose son veto à leur projet du

transvasement d’eau depuis le Segre, un

des plus importants affluents de l’Ébre,

région Conseil Régional

vers Barcelone. « Aberration écologique

», a tranché le chef de l’éxécutif espagnol.

Le même argument avait été

opposé aux pouvoirs conservateurs (Parti

populaire) de Valence et de Murcie qui

réclament de l’eau de l’Ébre pour irriguer

les cultures d’agrumes et développer le

tourisme (piscines, golfs…). L’un des

premiers gestes du gouvernement socialiste

fut, en 2004, de remiser au placard

un pharaonique plan hydrologique qui

visait à « brancher » en permanence

Valence et Murcie sur l’Ébre.

Finalement, face à l’urgence, Madrid a

accepté la prolongation vers Barcelone

d’une canalisation qui achemine déjà

de l’eau de l’Ébre vers Tarragone, à une

centaine de kilomètres au sud de la

capitale catalane. Six mois de travaux

pour un coût de 180 millions d’euros.

Valence et Murcie crient au scandale. Le

Gouvernement central assure que ce

transport partiel ne sera que temporaire,

en attendant la mise en fonctionnement,

prévue fin 2009, d’une usine

de dessalement d’eau de mer de 200

000 m3.

Faute d’accord à long terme sur l’Ébre,

Barcelone pourrait se tourner vers… le

Rhône. Georges Frêche, président du

conseil régional Languedoc –

Roussillon, qui contrôle, depuis le 1er

janvier, la compagnie du Bas-Rhône et

du Languedoc (BRL) dans le cadre d’une

concession d’état, s’est dit prêt à étudier

la prolongation du « tuyau »

Montpellier-Perpignan (achèvement

prévu d’ici à 2012) jusqu'à Barcelone.

5

250 000 € à la prévention

des incendies

Suite aux grands incendies de 2003 et

2004, dix Régions méditerranéennes se

sont fédérées afin de mutualiser outils,

connaissances et expériences sur les feux

de forêts, autour d’un projet « Incendi » ,

sous la forme d’une Opération de cadre

régionale (OCR). Pour cela, un budget global

de 5 M? a été mis en place (250 000 ?

sont apportés par la Région). Sur les huit

thématiques centrales retenues, la Région a

assuré la coordination des actions mises

en oeuvre sur les coupures de combustible.

Des campagnes de sensibilisation

auprès des scolaires et du grand public ont

été réalisées. L’OCR, en LR, a fait l’objet

d’un partenariat fort avec les Conseils

généraux de l’Aude, du Gard, de l’Hérault et

des PO, les Services départementaux d'incendie

et de secours (SDIS) des PO et de

l’Aude, le Syndicat des propriétaires forestiers

sylviculteurs des PO, le Groupe régional

d'animation et d'initiation à la nature et

l’environnement du LR (GRAINE LR) et le

Service « Inter chambres » (Algarve,

Andalousie, Baléares, Languedoc-

Roussillon, PACA, Corse, Toscane,

Sardaigne, Nord Egée, Tanger- Tétouan).

Un séminaire interrégional de clôture,

ouvert à tous les acteurs de la lutte contre

les incendies a été organisé le 5 juin à

Montpellier et une visite le 6 juin sur le site

du Pont du Gard.

MD

Conseil de Rivages de la Méditerranée du

Conservatoire du Littoral

Michel Moly Président

Le vendredi 30 mai 2008, à Sète, s’est

déroulé le vote pour la fonction de

Président du Conseil de Rivages de la

Méditerranée (toute la côte de Menton à

Cerbère) du Conservatoire du Littoral.

Sur les 14 membres du bureau, 13 ont

voté et Michel Moly, maire de Collioure et

conseiller général, a été élu avec 9 voix (4

bulletins blancs). Il fera donc désormais

partie du Conseil d’Administration National

du Conservatoire du Littoral, comme tous

les autres Présidents de Conseil de rivages.

Michel Moly succède à Jean-Louis Dieu,

décédé au mois de décembre dernier,

conseiller régional de la Région Provence

Alpes Côte d’Azur.

Cette élection est la reconnaissance du formidable

travail mené par Michel Moly et le

Conseil Général des Pyrénées-Orientales,

entre autres sur le site de Paulilles et l’ensemble

du canton de la Côte Vermeille.

Pour Christian Bourquin qui a fortement

soutenu la candidature de Michel Moly, « à

travers cette élection d’importance, le travail

que nous menons, au Conseil Général

des Pyrénées-Orientales, est reconnu et

apprécié. Ainsi, c’est tout notre territoire

qui se retrouve mis en avant et valorisé ».

À Noter : Il y a 9 Conseils de Rivages

du Conservatoire du Littoral en France.


TC 3269 4/06/08 20:18 Page 6

6 social

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

Mediapost

Les salariés de Médiapost

étaient en grève le 28 mai.

Cette entreprise, la plus importante «filiale courrier»

du groupe La Poste, est spécialisée dans la

distribution en boîtes aux lettres de documents

publicitaires. Des milliers d’annonceurs font

appel à elle. Elle emploie de très nombreux salariés

qui utilisent leur propre véhicule. Depuis le

début de l’année, ils sont durement touchés par

la hausse des carburants. C’est la goutte, et elle

est de taille, qui a fait déborder le vase, car

depuis longtemps, ils ont accumulé les griefs

contre leur direction. Il y a le travail non payé du

fait de la sous estimation scandaleuse des temps

pris en compte pour charger la voiture, pour

encarter les documents publicitaires, pour établir

la feuille de route de chaque tournée. En ce sens,

ils dénoncent ce qu’ils appellent du travail dissimulé.

S’ajoute la question de la prime d’intéressement.

Jusqu’à présent, celle-ci était de 120

euros par an, mais, du fait des nouvelles dispositions

gouvernementales qui consistent à la calculer

sur la base des bénéfices réalisés, elle est

passée à un peu plus de 20 euros. Il a suffit que

par un tour de passe-passe, la direction de

Mediapost ne déclare plus qu’une partie des

bénéfices. Les salariés ont donc fait grève pour

exiger le paiement des indemnités kilométriques

au prorata des augmentations de carburant

depuis le début de l’année, la revalorisation de

30% de leur frais kilométriques, l’arrêt du travail

illégal. Ils demandent en outre que la prime d’intéressement

soit calculée sur les bénéfices réels

de leur entreprise. Cette grève est un avertissement

qui devrait avoir des suites.

Il pleut, nous n’avons pas de sono, il y a

des hauts et des bas, mais on finira bien

par y arriver », c’est un responsable syndical

qui s’adresse aux personnels grévistes

massés devant l’Hôtel des impôts de

Perpignan. Quelques minutes avant, Ils

avaient hués certains de leurs collègues de

travail qui franchissaient la grille d’entrée

sous la protection, bien inutile, de la

police. Ils étaient surtout désolés de voir

RH

Administration pénitentiaire

Les travailleurs sociaux regimbent

Les conseillers d’insertion et de probation et les assistants sociaux contestent

le projet de réforme statutaire présenté prochainement à l’Assemblée

nationale et exigent une revalorisation de leurs salaires

« Le texte qui nous a mis en colère

prévoit que nous allons être évalués en

fonction du nombre de personnes libérées

qui n’auront pas récidivé » : Ce

sont les représentants CGT des travailleurs

sociaux pénitentiaires, Stéphane

Ferrer et Béatrice Menuteau, qui s’expriment

ainsi au nom des dix sept TSP

du centre pénitentiaire de Perpignan

chargés du contrôle et du suivi de l’insertion

et de la probation de 650 détenus

et de 1500 condamnés placés en

milieu ouvert. Cela fait un peu plus de

125 dossiers pour chacun d’entre eux,

ce qui rend impossible l’accomplissement

correct de leurs missions. Et

encore, si la dimension sociale de leur

travail de base était préservée, ce

serait un moindre mal, mais ce n’est

pas le cas, dans la mesure où ils sont

obligés de passer beaucoup de temps

à des taches administratives annexes.

A celles-ci s’en ajoutent d’autres auxquelles

ils sont mal préparés, comme

l’animation de groupes de parole

(agresseurs sexuels, chauffards récidivistes).

Et c’est dans ce contexte diffi-

Personnels des impôts

Assemblée générale des grévistes

« Depuis le début de la semaine dernière, les personnels

des Impôts de Perpignan, de Prades et de Céret sont en

grève. Mardi matin, ils étaient une bonne centaine en AG

devant le centre des impôts de Perpignan.

Mobilisation des personnels des impôts

contre le projet de loi “mobilité”

que des salariés aussi mal traités qu’eux,

n’avaient pas encore compris l’extrême

gravité des mesures gouvernementales

dont celle et non des moindres de la

mobilité forcée (voir notre précédente édition).

Le projet de loi sera mis en discussion

à l’Assemblée nationale à partir du

11 juin. « Réveillons-vous et ouvrez les

yeux: c'est bien le Statut de la Fonction

Publique qui passe à la trappe » leur ontils

expliqué, patiemment, pédagogiquement,

car il n’y a pas d’autres issues que

d’agir ensemble. Idem en direction de

leurs collègues du Trésor, qu’ils enjoignent

de les suivre. Et même ainsi, cela ne suffira

pas. Alors, ils en appellent aux deux autres

fonctions publiques : Territoriale et

Hospitalière. Vont-elles embrayer à l’occasion

de la journée du 10 novembre ? Tous

leurs espoirs sont fondés sur l’élargissement

du mouvement.

RH

de G à D : Stéphane Ferrer et Béatrice Menuteau (représentants des TS CGT), Gilles

Peressinoti et Thierry Labelle (UD-CGT), Stéphane Quintin (représentant CGT des personnels

de surveillance)

cile, « qu’on va leur demander de faire

du chiffre, qu’on va les évaluer sur

leurs résultats et leur attribuer des primes

en conséquence ». Ils contestent

ce mode de rémunération et présentent

comme revendication principale,

la révision de leur grille indiciaire qui

Personnels des maisons sociales

Alerte sur les MSP

Il y avait foule et l’atmosphère était électrique.

Pour en comprendre les raisons il faut

se rappeler que le rôle du CG dans le

domaine de l’action sociale et médicosociale

est considérable et qu’une part importante

de ses actions s’exerce à travers les

Maisons Sociales de Proximité. Dans ces

lieux exemplaires de solidarité travaillent

des personnels de spécialités professionnelles

très diverses, du médecin à la secrétaire

en passant par les assistantes sociales.

Le moindre dysfonctionnement comme

le non remplacement du personnel pour

cause de maladies de longue durée ou

congés de maternité, a des effets de cascade

sur l’ensemble du personnel. A cela

s’ajoute l’augmentation de la charge de

travail liée aux transferts de compétences

décidées par le gouvernement sans les

moyens correspondant. Le ras le bol n’a

pas été évalué à sa juste mesure et à force

de tirer sur la corde, elle a fini par péter.

n’a pas évolué depuis 1994. Ce sont

sur ces bases que 80 sur les 130 services

pénitentiaires d’insertion et de

probation sont mobilisés et qu’une

manifestation nationale est prévue le

5 juin à Paris.

RH

Les salariés de la Direction des solidarités du Conseil

général ont déposé la semaine dernière un préavis de grève

à durée illimitée. Après avoir observé une journée de grève,

ils ont tenu une AG mardi à midi à l’Hôtel départemental.

Leur « coup de gueule » n’aura pas été

vain. Le CG a répondu à l’urgence pour

d’ici la fin juillet : recrutement de 24 agents

titularisables et de 8 personnes sortant de

l’Institut régional des travailleurs sociaux

pour assurer sous contrat les remplacements.

L’intersyndicale doit rencontrer

Christian Bourquin avant le 15 juin pour

examiner les problèmes sur le long terme.

L’AG n’a pas voté la grève mais se réserve

de relancer l’action au vu des résultats de

cette entrevue.

RH


TC 3269 4/06/08 20:27 Page 7

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

social

35 heures

Le coup de force du gouvernement

En dépit d’une solennelle mise en garde des secrétaires généraux de la CFDT et

de la CGT, le gouvernement a décidé unilatéralement de modifier la

réglementation sur le temps de travail. Dans un avant-projet de loi qu’il devait

soumettre aux partenaires sociaux à partir du 29 mai, il retient des mesures qui

vont bien au-delà des dispositions négociées entre le patronat et les syndicats.

Dans un avant projet de texte traitant de

la démocratie sociale et du temps de travail,

qui devrait être soumis au Parlement

avant l’été, le gouvernement a décidé

concernant le temps de travail, d’aller

bien au-delà de la position commune du

10 avril dernier négociée entre les partenaires

sociaux. Et de ne tenir aucun

compte des recommandations syndicales

pas plus d’ailleurs que de l’opinion de la

présidente du Medef qui, elle, souhaitait

qu’on s’en tienne au texte de compromis

– « faisons cela et nous verrons après ».

Bref, le gouvernement a décidé de n’en

faire qu’a sa tête, en violation des principes

de la loi sur le dialogue social votée

en janvier 2007, et au risque, comme le

soulignait Bernard Thibault , « de donner

des motifs de colère supplémentaires à

ceux qui sont déjà inquiets ».

Les modifications envisagées ne sont pas

une mince affaire. Elles touchent à l’ensemble

de la législation. Citons pêlemêle,

la définition par accord d’entreprise

des contingents d’heures supplémentaires

mais aussi des repos compensateurs

; l’élargissement du dispositif des

forfaits heures à l’ensemble des salariés

et non plus aux seuls cadres et salariés

itinérants ; l’assouplissement de tous les

dispositifs d’annualisation et de modulation

du temps de travail (voir encadré).

Elles dénotent surtout la volonté du gouvernement

comme le rappelle Xavier

Conventions de forfait en

heures sur la semaine

ou le mois

La durée de travail de tout salarié pourra

être fixée, sans accord collectif préalable,

par une convention individuelle de forfait

en heures sur la semaine ou sur le mois.

Conventions de forfait en

jours sur l’année

Le salarié qui le souhaite peut, en

accord avec son employeur, travailler

au-delà de la durée annuelle fixée par la

convention individuelle de forfait ou

Bertrand dans une interview aux échos,

de sortir définitivement du carcan des

35h». «Dès le 26 décembre dernier, le

premier ministre demandait aux partenaires

sociaux de négocier sur le financement

des syndicats et sur le temps de

travail. Visiblement, «ils n’ont pas voulu

réellement se saisir de ce sujet, prétend

le ministre, puisque la position commune

se contente d’aller de manière expérimentale

au delà du contingent conventionnel

d’heures supplémentaires. » Et

d’assurer: « Nous avions prévenu les partenaires

sociaux que nous irions plus loin

et aujourd’hui, nous l’assumons pleinement

en le faisant dans une clarté

totale.»

Dans un contexte social marqué par la

déception et le mécontentement, et alors

que plusieurs très lourds dossiers sont

sur la table – retraite, assurance chômage

– le gouvernement prend le risque

d’agréger les mécontentements. Il y a

toujours quelque danger à prôner le dialogue,

à vanter la négociation, pour finalement

n’en tenir aucun compte et passer

en force.

J J.C. et la V.O.

Le gouvernement n’en fait qu’à sa tête, au risque de “donner des motifs de colère supplémentaires”

Les principales dispositions

de l’avant-projet de loi

renoncer à une partie de ses jours de

repos en contrepartie d’une majoration

de son salaire, dans le respect du nombre

maximal de jours travaillés (qui peut

excéder 218 jours). La majoration de

rémunération qui ne peut être inférieure

à 10% est négociée entre le salarié et

l’employeur.

Aménagement du temps

de travail

Un accord collectif d’entreprise ou d’établissement

peut définir les modalités

d’aménagement du temps de travail et

organiser la répartition de la durée de

travail sur tout ou partie de l’année. À

condition de prévoir les conditions et

délais de prévenance des changements

de durée ou d’horaire de travail, les limites

pour le décompte des heures supplémentaires.

Le contingent d’heures

supplémentaires

IL sera défini par accord d’entreprise, ou

« à défaut par un accord de branche ».

En l’absence d’accord, il sera déterminé

par décret. Il en ira de même pour les

repos compensateurs obligatoires au

delà de ces contingents. Le salarié

pourra, en accord avec son employeur,

obtenir le paiement de ce repos compensateur.

Fonction publique

Mobilisation

mardi 10 juin

7

À l’appel de la FSU 66,

la CGT Educ’Action,

CGT Impôts

Contre la RGPP et le projet de loi «

Mobilité », la suppression de postes à

l’Education Nationale, la remise en

cause du droit de grève…

Pour une fonction publique et des services

publics de progrès social au service

de la population

Vallespir

250 emplois menacés

chez Arjowiggins

La valse des délocalisations se poursuit

pour les entreprises du Vallespir. Après

les bouchons Sabaté, la multinationale

Arjowiggins se débarrasse insidieusement

de sa production Catalane de

papier. 250 salariés sont à terme menacés

de licenciement.

Le leader industriel du papier et de l’emballage

de luxe après avoir absorbé ses

concurrents fait le ménage sans même

que certains s’en aperçoivent. Ainsi le

maire d’Amélie-les-bains déclarait pas

plus tard qu’en début de semaine : « La

direction nous a rassuré, il n’y a aucun

souci pour les salariés ».

Pourtant, le schéma de la délocalisation

crève les yeux : en 2006 première externalisation

de la production en Tchéquie,

lors du dernier Comité d’entreprise

annonce d’une seconde externalisation en

2009 toujours en Tchéquie. Puis pour la

même année arrêt d’une machine papier :

25 à 35 emplois d’intérim vont disparaître

sur le site d’Amélie les bains.

Au premier juillet 2008 le site avec ses

250 emplois sera entièrement externalisé

sur place dans un processus de filialisation

à la maison mère. Ce qui permettra

au PDG d’Arjowiggins d’éviter un plan

social coûteux et médiatisé.

La suite elle est écrite. Pour la CGT seul

syndicat à avoir alerté les salariés et les

médias : « si rien n’est fait pour conserver

ce site dans le groupe, la mise en

concurrence de la nouvelle filiale avec les

entreprises de l’Est achèvera le processus

de fermeture de l’entreprise Catalane ».

Une expertise a été demandé par la CGT

elle aura pour mission d’évaluer la viabilité

du site de production d’Amélie les

bains. (affaire à suivre).

Philippe Galano.


TC 3269 4/06/08 20:31 Page 8

8 crise financière

À l’invitation des Amis

du Monde diplomatique,

d’Attac 66 et du Conseil

général, Gérard

Duménil, chercheur au

CNRS et membre du

Conseil scientifique

d’Attac, a donné mardi

27 mai à Perpignan une

conférence sur la crise

financière actuelle et

ses possibles

conséquences.

ATTAC 66

Vendredi 6 juin, à 20h30 Centre culturel,

Cabestany

De « réforme » en

«réforme», la destruction

des droits des salariés

Conférence-débat avec Gérard Filoche

inspecteur du travail, membre du

Conseil scientifique d'Attac. Gérard

Filoche présentera et signera ses derniers

ouvrages le même jour à l7h,

Bourse du Travail, place Rigaud,

Perpignan

Fin de l’hégémonie états-unienne ?

Le passionnant exposé de Gérard Duménil

a permis à la bonne centaine d’auditeurs

très attentifs de mieux comprendre une

situation pour le moins complexe. Le capitalisme

a connu un âge d’or dans le premier

tiers du XXe siècle, jusqu’au moment

où, suite à la crise de 1929, aux luttes

sociales, à la Seconde Guerre mondiale et

à la concurrence de l’URSS, il lui a fallu

faire des concessions : la part relative des

profits des plus riches a baissé, tandis que

les salariés voyaient leurs conditions de

vie s’améliorer. En gros, cela correspond à

ce qu’on appelle généralement les Trente

Glorieuses. Mais, dès la fin des années

1970, le néolibéralisme se met en place,

avec comme fers de lance Margaret

Thatcher au Royaume-Uni et Ronald

Reagan aux États-Unis. On décide de mettre

fin à l’inflation en augmentant fortement

les taux de crédit, tandis que les

politiques d’austérité se développent partout

dans le monde. Résultat : les écarts se

creusent entre les détenteurs du capital,

de plus en plus riches, et les salariés, qui

voient leur pouvoir d’achat et leurs avantages

sociaux réduits d’année en année.

Malgré l’intervention des banques

centrales, la crise perdure.

Seulement voilà : pour que le système

fonctionne, on a besoin de consommateurs.

Menacés de récession lors de la

crise des nouvelles technologies en 2001,

les États-Unis décident d’inverser la tendance

: baisse des taux de crédit, prêts à

la consommation et à l’achat de biens

immobiliers deviennent la règle d’or de la

Banque centrale américaine. Et on prête à

tout le monde, y compris à des personnes

dont la solvabilité est douteuse. C’est ce

qu’on appelle les «subprimes», à l’origine

de l’actuelle crise financière. Pour atténuer

les risques, du moins le pensent-elles, les

banques mettent au point un ingénieux

système appelé «titrisation», supposé

noyer les créances douteuses dans des

titres financiers à haut revenu. Mais, pen-

dant l’été 2007, la bulle spéculative

éclate, et voilà les États-Unis plongés à

nouveau dans la récession. Malgré l’intervention

des banques centrales, la crise

perdure. Mais, précise Gérard Duménil, ne

prenons pas nos désirs pour nos réalités :

le capitalisme a connu bien d’autres crises,

les a toutes surmontées et en est

même parfois sorti renforcé. Reste que la

situation des États-Unis est fragile et que

leur hégémonie, au moins sur les plans

économique et financier, est aujourd’hui

largement contestée. N’oublions pas

cependant qu’une éventuelle redistribution

des cartes, si elle devait par exemple

profiter au néolibéralisme chinois, ne s’accompagnerait

sans doute pas d’une amélioration

du sort des travailleurs.

D’où la conclusion de Gérad Duménil :

plus que jamais, la lutte des classes est

d’actualité, et le marxisme, même s’il doit

s’adapter à de nouvelles réalités comme

la mondialisation, reste la meilleure grille

d’analyse de la société contemporaine.

Jean Tosti

La bourse ou la vie !

Revenus des patrons en folie, +57,8% en 2007

Alors que les salariés font grise mine, les

grands patrons s'offrent des augmentations

indécentes.

La presse nationale l'a confirmé, les revenus

des patrons du CAC40 ont fait un

bond de plus 57,8% en 2007. Le cumul

de leurs salaires de base, de leurs bonus,

des stock-options, des dividendes et

autres jetons de présence représente un

total de 160 millions d'euros; un gain

moyen de 4 millions mais jusqu'à 18 millions

pour Pierre Verluca, patron de

Vallourec. .Pendant ce temps dans les

entreprises, les temps de travail s'allon-

Une performance sur le dos des salaires et du social

gent, la productivité s'accroît pour des

gains salariaux infimes. Chez Total, là

l'échelle des salaires allait de un à dix (

années 1970) elle va désormais, de 1 à

400.

Le scandale des revenus patronaux du

CAC 40 n'est qu'une partie visible d'un

iceberg financier autrement plus important.

De fabuleuses sommes financières

grossissent en permanence par le jeu

spéculatif… L'écrasement salarial et la

surexploitation sont le prix à payer pour

alimenter ces mécanismes qui alimentent

en même temps la crise financière inter-

nationale. Et sans vergogne, le gouvernement

Fillon et Sarkozy prétendent distribuer

du pouvoir d'achat en multipliant

les cadeaux fiscaux aux plus riches La

finance est toujours la seule gagnante et

les salaires du plus grand nombre des

éternels perdants.

Quelques revenus en 2007: P Verluca (

Vallourec) 18,12 millions d'euros +

2.312% .; G Mestrallet (Suez) 15,54 millions

+ 364%, X Huillard (Vinci) 13,10

millions +552%, JB Lévy (Vivendi) 5,42

millions +129%. ( l'Expansion ).


TC 3269 4/06/08 20:36 Page 9

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

Transformer radicalement

les structures

«Depuis deux décennies, le cours de la

finance mondiale n’est qu’une longue

suite de crises (…) Pourquoi une telle

répétition ? Parce que toutes les entraves

à la circulation des capitaux et à l’« innovation»

financière ont été abolies. Quant

aux banques centrales qui ont laissé enfler

la bulle, elles n’ont plus d’autre choix que

de se précipiter au secours des banques et

des fonds spéculatifs en mal de liquidités(…).

Y mettre un terme suppose d’intervenir

au coeur du «jeu», c’est-à-dire

d’en transformer radicalement les structures.

Or, au sein de l’Union européenne,

toute transformation se heurte à l’invraisemblable

protection que les traités ont

cru bon d’accorder au capital financier.

C’est pourquoi nous, citoyens européens,

demandons l’abrogation de l’article 56 du

Traité de Lisbonne, qui, interdisant toute

restriction à ses mouvements, offre au

capital financier les conditions de son

emprise écrasante sur la société. Et nous

demandons également que soit restreinte

la «liberté d’établissement» (art. 48) qui

laisse opportunément au capital la possibilité

de se rendre là où les conditions lui

sont le plus favorables, et permettrait ici

aux institutions financières de trouver

asile à la City de Londres ou ailleurs.»

Changer l’action des banques

pour un autre crédit

Les personnalités réunies le 15 mai formulent

plusieurs propositions, avec, entre

autres :

-la création dans toutes les régions des

«Fonds publics régionaupour prendre

en charge tout ou partie des intérêts des

crédits pour les investissements matériels,

de recherche, en logiciels….avec des taux

d’intérêt d’autant plus abaissés, jusqu’à

zéro, que sont créés de bons emplois et de

bonnes formations.

-la création d’un pôle financier public

national. Outre la récupération des fonds

publics d’exonérations de cotisations

sociales patronales dans un Fonds national

pour l’emploi et la formation, cela

concernerait la Caisse des dépôts, les

Caisses d’épargne, les banques mutualistes,

la Banque postale, avec des conventions

de coopération avec toutes les

autres banques.

-Le contrôle de la banque centrale européenne

(BCE) par les Parlements nationaux

et européen pour que, en liaison

avec les banques centrales nationales par-

crise financière

Spéculation et crises : ça suffit !

Deux appels contre la spéculation viennent d’être publiés. Le premier émane

d’économistes européens et parmi eux des français pour la plupart membres

d’Attac ou de la fondation Copernic. Le deuxième appel a été lancé le 15 mai

dernier à l’issue d’un colloque organisé par les économistes du PCF.

79% des

Français

jugent que la

politique du gouvernement

n'a rien amélioré.

Les communistes

proposent d'adresser une

lettre d'exigences à

Nicolas Sarkozy.

ticipantes comme la Banque de France,

elle refinance les banques avec des taux

d’intérêt d’autant plus abaissés pour les

crédits aux investissements réels que sont

programmés plus d’emplois et de formations

efficaces. Au contraire, les taux

seraient fortement relevés pour les placements

financiers.

-une refondation du Fonds monétaire

international (FMI) avec des droits de vote

démocratisés l’émancipant du contrôle

par les Etats-Unis, avec une monnaie

commune mondiale à partir des droits de

tirage spéciaux (DTS). Sur ces bases, le

FMI pourrait refinancer les banques centrales

pour le co-développement des peuples.

Ici aussi, les taux d’intérêt seraient

d’autant plus abaissés pour les crédits aux

investissements réels que ceux-ci programment

plus d’emplois et de formations

dans les entreprises et les services

publics.

Parmi les propositions avancées par les économistes du PCF: la création d’un pôle financier public national

Monsieur le Président, écoutez-nous!

Vous aviez dit « tout est possible » et

votre politique depuis un an aggrave

toutes les difficultés de la France. Et les

nôtres. Vous avez choisi de servir le

MEDEF, les circuits financiers et vos

amis notamment avec le « paquet fiscal».

Et pour cela vos « réformes » cassent

tous les acquis construits par nos

aînés, école publique, sécurité et protection

sociales, hôpital, culture, code

du travail... Vous êtes le Président du

«travailler plus pour gagner moins ».

Ca ne peut pas durer comme ça! Nous

NOM PRENOM

ADRESSE

voulons une autre vie pour nous et nos

enfants. S'il faut la rupture, rompons

avec la logique du tout pour le fric. Un

Président de la République en a la possibilité

et les pouvoirs. Vous allez en

juillet prochain devenir Président de

l'Europe.

Sachez que nous ne nous tairons pas.

Déjà, beaucoup d'entre nous manifestent

nombreux contre les effets néfastes

de vos choix. Nous voulons

construire une alternative où l'humain

soit au centre.

SIGNATURE

9

PCFdes Pyrénées Orientales

Pour un prolongement

politique des luttes

sociales

Rassemblement le 19 juin à

18h devant la préfecture

Le mécontentement exprimé ces dernières

semaines par les salariés tant du

public que du privé montre combien la

politique de Sarkozy, de l’UMP soutenus

par le Medef, va à contre courant des

aspirations des Françaises et des

Français.

Bas salaires, aggravations des conditions

de travail et de vie, précarité, chômage,

mise à sac de nos services publics, inflation,

force est de constater que les conséquences

des réformes engagées par la

droite et le gouvernement ne répondent

en rien aux enjeux de société qui nous

sont donnés.

Le Parti Communiste Français déterminé

aux côtés des travailleurs sociaux, des

agents des impôts, du conseil général,

des enseignants, et de l’ensemble des

personnes qui luttent, condamne fermement

ce gouvernement, qui pour toute

réponse, fait donner la charge par la

police pour « libérer » les lieux de travail

occupés. Une attitude qui montre son

incapacité à régler politiquement ce grave

conflit.

Le Parti communiste des Pyrénées

Orientales appelle l’ensemble des

citoyens et des forces de gauche à soutenir

les mobilisations du 10 et 17 juin prochain

et propose un rassemblement le 19

juin à 18 h devant la préfecture pour exiger

de l’Etat les mesures qui s’imposent

en faveur des salaires et de l’utilisation de

l’argent. Ce rassemblement s’inscrit dans

la volonté de construire une alternative

politique au capitalisme, plutôt que d’attendre

« l’alternance».

La vie rêvée des

dirigeants de PSA

Le nouveau Pdg Christian Streiff perçoit

chaque jour 5.796€. 1,9 millions en

2007 ( + 120%) et en prime 140.000

strock-options. Il veut distribuer 351 millions

d’€ aux actionnaires (+11%);

parmi eux, le baron Seillière ex président

du MEDEF qui, sans mettre les pieds

dans l'entreprise, touchera 27.000€;et

le nouveau patron de l'UIMM, Frédéric

Saint-Geours qui, en se libérant de ses

21.000 stock-options, a déjà encaissé

504.000€. Des joies de la finance qui

ne font pas sourire les salariés dont le

nombre, chez PSA, est passé de

211.750(fin 2006) à 207.850(fin 2007).

Le pdg de Peugeot peut donc se glorifier

devant les gros actionnaires de PSA

d'avoir augmenté les rémunérations de

quelques-uns au détriment de l'emploi

et de salaires de milliers d'autres.


TC 3269 4/06/08 20:43 Page 10

10 forum logement d’elne

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

Un toit pour tous, qui détient les

Martine, Delphine, Pierrette respectivement

agents du Centre Social et du CCAS de la

ville, font partie des « petites mains » dont

l'intervention quotidienne auprès des familles

fragilisées et le travail en amont avec la

commission logement sont précieux.

Ce qui leur tient à coeur, c'est la prévention:

« il faut éviter les loyers impayés qui

amènent au surendettement des familles et

faire se connaître techniciens et associations

pour créer un réseau permanent

d'échanges et de travail » indique Martine.

Les locataires, les propriétaires ont des

droits et des devoirs en matière de logement.

Énergie, expulsions, travaux de

réhabilitation, garantie de loyers, accès

ou maintien dans le logement, surendettement...

Les thèmes de discussion

du Forum Logement à Elne ont occupé

une bonne partie de la journée du

samedi 24 mai et concernaient beaucoup

de monde...

Accueillis par un espace associatif et

institutionnel, les visiteurs ont afflué

dès le matin vers les stands d'informations.

Marie-Claude Palau, élue déléguée à la

vie sociale et à la solidarité débute sa

nouvelle responsabilité avec beaucoup

d'énergie.

TC : Pourquoi un forum du logement

à Elne ?

MCP : Devant les difficultés croissantes

que rencontrent les gens pour se loger

ou gérer leurs faibles revenus sans se

surendetter, l'idée principale était de

faire connaître les outils d'informations

et de conseils existants pour aider à

résoudre tous problèmes ayant trait au

logement, de la simple demande d'allo-

Nicolas Garcia et Mme Boquillon lors de l’inauguration des locaux de la fédération

départementale pour le logement social

Questionnaire remis à toute la population

(extraits analyse)

2 500 envois, 250 retours (10 %)

51 % estiment que responsabilité de la politique du logement incombe à

l'Etat, 33 % à la commune, 16 % au Département et à la Région.

62 % estiment que chaque personne a droit à un logement décent.

cation logement au litige entre bailleurs

et locataires ou problèmes de dégradations

de logement et d'expulsions.

TC : Est-ce suffisant pour répondre

aux soucis des familles ?

MPC : Par cette initiative, il n'était pas

question de répondre aux demandes de

logement, qui, comme sur tout le territoire

français, ne sont pas toutes satisfaites.

Nous avons tenté de créer des

relations moins formelles avec les familles

pour être au plus près de leurs

préoccupations. Il s'agissait aussi de

mettre en contact, entre eux et avec la

population, tous les partenaires associatifs

et les institutionnels, en quelques

mots faire se rencontrer tous les

concernés par les problèmes

de logement dans le

sens large du terme et

débattre des responsabilités.

T.C : Avez-vous eu le

retour escompté?

MCP : Les associations

ont été nombreuses à

répondre présentes*, elles ont

su créer une ambiance conviviale et ont

Jean Vila Vice-Président du Conseil Général

délégué au logement était excusé, et l'assemblée

a regretté l'absence des entités de

l'Etat : DDE, DDASS, CAF et Mme la députée.

En préambule, Eric Arnault a fait un état des

lieux en France : « d'après l’association

Abbé Pierre, on frise dangereusement les 4

millions de personnes mal logées en France.

Si on ajoute toutes les situations de difficultés

liées au logement, on est autour des 9

millions pour un peu moins de 70 millions

d’habitants ». Et d'ajouter : « aux deux tiers

de ces personnes, il n’est pas apporté de

réponse aujourd’hui. En même temps, on

subi partout sur le territoire, une inflation

immobilière et foncière démesurée ». Il pose

la question : « le logement social

aujourd’hui est-il encore logement social ?».

M. Barbe confirme : « le Département des

P.O présente un constat tout à fait catastrophique

qui rejoint, voire dépasse les éléments

nationaux ». Mais optimise : « on a

des prévisions sur 2009-2010 de 800 à 900

logements sociaux par an. Mais aussi des

projets de constructions, des opérations

d’acquisitions, d'améliorations sur environ

mis à disposition des visiteurs un grand

nombre d'informations.

Il est plus difficile de faire déplacer et

agir les populations fragilisées.

Le seul regret, c'est l'absence remarquée

des organismes d'État pourtant

directement concernés : la CAF, la

DDASS, la DDE et Mme la députée.

TC : Avec le recul, quel est le bilan de

ce forum ?

MCP : Il est intéressant même s'il manquait

des acteurs. C'est une démarche

innovante à Elne pour les gens comme

pour les associations et le débat de la

mi-journée, en présence d'un intervenant

de l'ANECR** a été particulièrement

riche.

T.C : Et pour l'avenir ?

MCP : Nous allons

poursuivre ce genre de

pratique toujours en

direction des familles

qui en expriment le

besoin. Aujourd'hui, on

voit pointer d'énormes difficultés

en matière de protection

santé, si le questionnaire


Le débat du forum présidé par Nicolas GARCIA,

à Elne, Pierre Barbe directeur adjoint de l’Office

Directrice de la Fédération Départementale

130 communes du Département. Il est vrai

que la précarisation de la population, on la

touche du doigt au quotidien. Rien que

notre organisme représente 5 900 demandes

».

M. Spiagia à son tour explique : « nous

sommes une petite société anonyme HLM

avec 1 600 logements sur le département et

un niveau de production d’environ 100

logements par an, c’est relativement faible à

l’échelle du département, mais avec une

volonté de doubler assez rapidement la

capacité de production, donc de travailler

auprès des Maires ». Il s'offusque « on fait

croire aux gens qu'il faut tous être propriétaires

de son logement. C’est un modèle qui

est mis dans leur tête aujourd’hui par nos

autorités gouvernementales. Je ne suis pas

convaincu que ce soit un bon modèle, je

pense qu’on leurre les gens ! La banalisation

du Livret A, c’est une perte de moyens,

mais c’est surtout dans un premier temps,

jeter les outils. Si on jette la truelle et le marteau

et à la place on me donne des euros, je

ne saurais pas trop quoi en faire.... Sur la

politique gouvernementale « démolitionreconstruction

», j’irai un peu plus loin.

Quand vous construisez 600 000 logements

parce q

même

dis que

des be

catastr

Interro

de l’ar

pour lo

Donc à

pas ob

ponsab

gauche

n'appo

qu’il fa

est un

citoyen

détient

Mme B

est un

intervie

et en d

La rais

répond

les et

parce q

manqu

départe


st vrai

, on la

n que

eman-

nous

HLM

ent et

100

aible à

c une

ent la

vailler

on fait

ropriéèle

qui

ar nos

is pas

èle, je

nalisaoyens,

temps,

e marros,

je

Sur la

litions

loin.

ments

TC 3269 4/06/08 20:50 Page 11

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

nt les clés ?

envoyé à la population le confirme, ce

sera certainement le terme retenu au

printemps prochain.

Propos recueillis par R. Pumareda

* Associations et institutions présentes

: Indecosa (aide aux litiges de la

consommation), la Maison Catalane de

la Consommation (endettement des

familles, dossiers de surendettement),

la Confédération Syndicale des Familles

(représentation des intérêts généraux

de la famille) ; La CLCV (Consommation

Logement et Cadre de Vie) (contrats

liés au logement), le Bureau

Information Jeunesse (dossier social de

l'étudiant, recherches de logement,

aides au logement, réglementation), le

Pass-Grl, le Conseil Général (accès et

maintien au logement, parcours du

locataire), les Toits du Coeur (baux glissants,

recherche de propriétaires),

Patrimoine-Habitat, EDF (diagnostics

gestion des factures, conseils en isolation...),

la FDPLS (réhabilitation de l'habitat),

Médiance 66 : (orientation,

conseil, maîtrise d'énergie).

** ANECR : Association Nationale des

Élus Communistes et Républicains.

parce que vous en avez détruits 600 000,

même si ce ne sont pas les mêmes, moi je

dis que cela fait zéro. Au regard des chiffres

des besoins au niveau national, c’est la

catastrophe ».

Interrogé, N. Garcia accuse : « la question de

l’argent et des moyens qu’on se donne pour

loger les gens est au coeur du débat. Donc à

partir de là, le reste du débat n’est pas obsolète

mais il est secondaire. Les responsables

politiques, de droite comme de gauche, qui

ne se posent pas cette question, n'apporteront

pas de réponses. C’est sûr qu’il faut une

volonté politique. Quand on est un acteur du

logement social ou un citoyen, il faut poser

les vraies questions. Qui détient les clés ? ».

Mme Boquillon intervient : « la fédération

est un regroupement d'associations qui

intervient sur la problématique du logement

et en direction de personnes en difficulté.

La raison d’être de l'association, c'est de

répondre à un contexte particulier pour celles

et ceux qui n’arrivent pas à se reloger

parce que les loyers ont augmenté et qu'il

manque 6 500 logements sociaux. Dans le

département, il y 80 % de la population qui

peut prétendre à un logement social. A un

moment donné, il y a un déséquilibre ».

Elle précise : « la FDLS s’est engagée sur la

production de logements. On travaille sur les

centres anciens, des maisons fermées, pour

produire ce type de logement. Notre difficulté,

c'est qu'on s’engage à produire 5

logements par an. Ce n’est pas beaucoup

mais c’est à l’échelle aussi de notre fédéra-

forum logement d’elne

“Quand on est acteur du logement social ou un citoyen, il faut poser les vraies questions: qui détient les clés” a accusé Nicolas Garcia

érobade de l'Etat

Maire d’Elne a rassemblé le public et des personnalités, notamment : M. Sicart responsable de l’OPAH

HLM Départemental 66, Thierry Spiagia nouveau Directeur de Roussillon Habitat 66, Mme Boquillon,

Pour le Logement Social, Eric Arnault spécialiste des questions de logement à l'ANECR.

tion. l'Etat nous donne les moyens de produire

1 et demi logements par an ! On a à

la fois des élus qui se sont engagés et qui

ont conscience de la problématique, qui le

vivent au quotidien comme les associations,

mais les moyens ne sont pas là ». Plus

modérée, elle ajoute : « je ne sais pas où il

faut aller chercher cet argent. »

11

M. Sicart affirme l'implication de son organisme

: « l'ANAH* s'associe à la problématique

du logement et réhabilite 30 à 40

habitations l'an. Mais la démarche est individuelle,

on ne peut pas obliger les propriétaires

ou locataires à faire des travaux de

rénovation, quand bien même des aides à

caractère social sont proposées ».

Alors qui détient les clés ?

Les participants sont unanimes, il manque

de l'argent et le gouvernement ne répond

pas.

La députée UMP favorable aux restrictions

budgétaires sur les dépenses publiques et

sociales et les services de l'Etat à qui on les

impose ayant décliné l'invitation de la commune

d'Elne, le débat se terminera sur ce

constat consensuel. Les intentions de chaque

acteur sont louables, mais rien ne prédit

que consensus il y aura pour prendre l'argent

là où il est. Citoyenne, citoyen, le logement,

c'est bien une histoire de choix politique,

donc l'affaire de toutes et de tous !

R. Pumareda

* Agence Nationale de l'Habitat


TC 3269 4/06/08 20:59 Page 12

12 vie associative

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

ARAC 66

Votre journal :

“Le réveil”

Le réveil vous informe sur : l’actualité; la

défense de vos droits (Tableau des pensions

d’invalidité); le civisme et la

mémoire; la situation internationale; la

solidarité.

Le journal est à votre disposition au siège

de notre association.

La constitution d’une rente mutualiste est

ouverte aux anciens combattants de tous

les conflits, aux ascendants, descendants

et veuves de « Morts pour la France » à

titre militaire.

Ecrivez nous en précisant votre date de

naissance, le conflit auquel vous avez

participé et la date de délivrance de votre

carte de combattant ou de votre titre de

reconnaissance de la nation.

Les versements effectués sont déductibles

à 100% de votre revenu imposable.

Venez aux permanences avec vos documents,

nous nous chargerons de faire

pour vous les démarches auprès de l’office

pour obtenir votre carte.

Renseignements : du lundi au vendredi

de 9 à 11h au siège de l’ARAC.

4, rue de l’Académie 66000

Perpignan. Tél : 0618320951

Médiance 66

Inauguration des locaux

Médiance 66 vient d'inaugurer ses nouveaux

locaux 11 rue des Carmes à

Perpignan.

L'association Médiance 66 créé en 2006

développe des actions gratuites de médiation

sociale. Elle se veut au service des

habitants prioritairement logés dans les

quartiers définis par les contrats urbains

de cohésion sociale.

Elle tente, entre autre action, de tisser des

liens de proximité avec les entreprises

(Edf, Gdf, France Télécom, etc...) en

aidant les locataires à comprendre leurs

factures, à connaître et comprendre les

services proposés, à trouver le bon interlocuteurs

et des solutions aux contentieux,

à négocier des étalements de paiement.

Elle propose même des notions de

diététique et d'équilibre alimentaire au

travers d'ateliers de cuisine.

Action humanitaire et Développement durable

« Aider les pays en difficulté

pour plus d’égalité dans le monde »

« Aile Universelle »apporte son aide dans les pays émergents,

elle a besoin de soutien financier

Créée par Michelle Béghin et Madeleine

Aiello qui, face aux situations catastrophiques

en Inde et en Afrique dont elles

avaient été témoins, ne pouvaient plus

rester sans réagir, l’Aile Universelle s’inscrit

dans le cadre de la solidarité internationale,

avec une priorité : les enfants et

des femmes. « Tâche titanesque qui relevait

plus d’une vocation que d’un choix

raisonné … Depuis 2004, elles ont pu

ainsi transférer quelque 9.000 euros, tel

des bailleurs de fonds en Inde du Sud, à

Congo Brazza et au Ghana, pour leurs

programmes de Développement Durable

auprès d’ONG et d’associations qu’elles

ont connues sur le terrain et avec lesquelles

elles sont devenues partenaires.”

Partenaire des associations

d’aide à la personne

« Aile Universelle apporte aussi sa contribution

à des associations amies/partenaires

locales nationales et internationales

oeuvrant dans l’Aide à la Personne

(Secours Populaire, Chaîne de l’Espoir,

Sidaction, la Mouette 66, Association

Alexandre) et aussi auprès de familles en

grande précarité vivant en France. Elle

fournit une aide matérielle aussi comme

les expéditions en nature transportées par

l’ADISE (Aide au Développement en Inde

pour la Santé et l’Education), leur partenaire,

mais aussi par les nombreux membres

actifs transformés en « Touristes

Solidaires », le temps d’un voyage comme

à Pondichéry. Elle participe à la mise en

place de forages, à l’achat de vaches lai-

Appel/Pétition Afghanistan-Otan

«Ni guerre- Ni alliance militaire. Paix –

Liberté - Démocratie...Nous exigeons

que le président de la République

renonce à l'envoi de renforts en

Afghanistan et à le réintégration de la

France dans le haut commandement

militaire de l'Otan.".

C'est le résumé de l'Appel/Pétition lancé

le 29 avril 2008, à Paris, par 45 organi-

Les étudiants infirmiers du CHU de Perpignan au CHU Certh-India de Pondichéry

tières, à aider les enfants des rues en partenariat

avec les Francas, à financer les

frais de formation de jeunes »

Des interventions variées

Citons : la mise en contact entre le CHU

Certh-India de Pondichéry et celui de

Perpignan permettant à 2 promotions

d’étudiants infirmiers (2007 et 2008) de

réaliser leur stage de fin de cursus en

Inde. Le soutien, en Afrique, de la mission

« Amurt de Brazzaville » concernant l’orphelinat,

des cantines scolaires, les 2 ateliers

de réinsertion professionnelle ; soutien

aussi à la Mission du Père Desportes

à Brazzaville pour l’acheminement de

médicaments recyclés. A Accra, au Ghana,

elle collabore au financement des frais de

formation de jeunes orphelines. Une aide

substantielle est aussi apportée à l’amélioration

de deux cliniques : Domiabra et

Akwakwa. Soutien aussi au projet agro-

Rassemblement à Perpignan le 11 juin, à 18 heures

sations nationales dont le Mouvement

de la Paix, la LCR, le Mrap, le PCF, les

Verts. Appel à signer auprès de ces organisations

ou en ligne: www..appelotanafghanistan.org,

si vous ne l'avez déjà

fait.

Rassemblements comme à Paris, à

Marseille ou à la clôture du Festival de

Cannes, conférences de presse -mercredi

biologique à Pondichéry : création de jardinets

potagers au sein de communautés

rurales indiennes, initier à l’agriculture

biologique et libérer les paysans indiens

des lobbies fabricants de semences et

d’engrais. Mise en place d’une remise à

niveau du personnel en matière informatique

des cliniques citées plus haut, ainsi

qu’auprès des jeunes orphelines du

Centre du Lotus sur Accra (mission humanitaire

pour une étudiante de Perpignan).

Soutenir, c’est aussi adhérer à l’association

(30 euros), faire don de vos livres

pour enfants ou jouets. L’association sera

présente à la Fête du Travailleur Catalan

les 27 et 28 juin.

Contacts : Aile Universelle. 16 Rue Joseph

Planes à Elne. aileuniverselle@free.fr, site

Internet http://aileuniverselle.free.fr/ ou

Michelle Beghin (04 68 22 34 74) ou

Madeleine Aiello (04 68 35 18 89)

28 mai, à Perpignan- se multiplient. Le

11 juin 2008 sera une journée nationale

d'actions en France . Nous vous appelons

à vous joindre au rassemblement

qui aura lieu à Perpignan le 11 juin 2008

à 18h devant la Préfecture à l'occasion

de la remise des signatures récoltées par

les organisations engagées.

Noëlle Canadell


TC 3269 4/06/08 20:58 Page 13

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

OAS

La banderole largement étendue

à la tribune des organisateurs de

la conférence en dit suffisamment

sur la volonté du collectif

de peser sur la décision du

Préfet afin que « la stèle érigée

en 2003 soit déplacée dans un

site privé » et qu’il « interdise,

comme l’an dernier, cette cérémonie

du 7 juin visant à honorer

les 105 fusillés et disparus pour

que vive l’Algérie française ».

Aucune réponse à ce jour auprès

du collectif, des associations qui

ont, individuellement, interpellé

le Préfet et le maire de

Perpignan. Après l‘exposé des

motifs, à savoir retrait de la stèle

dans l‘espace public et interdiction

du rassemblement, un

débat s’installe parmi les organisateurs

qui, tour à tour, expriment

le pourquoi de leur présence.

JP Kaminker, au nom du

Mouvement de la Paix, solidaire

de l’action, met l’accent sur le

fait « qu’un monument participe

à l’éducation par les valeurs qu’il

symbolise […] Aucun monument

n’a vocation aujourd’hui à

figurer dans l’espace public s’il

célèbre une action reposant sur

le mépris du droit et sur le

recours à la terreur sanglante»

et d’ajouter « un Etat garant des

valeurs de paix ne doit pas permettre

ni ces rassemblements, ni

la présence de cette stèle ».

Quant à l’AFMD partie prenante

du collectif, sa présidente Nicole

Rey, tout en rappelant que son

association « rend compte de

mémoire

« Non au rassemblement de la Honte »

La conférence de presse du collectif départemental * a permis à chaque association d’affirmer son

opposition à la cérémonie organisée par l’Adimad le 7 juin au cimetière du Haut Vernet

Les représentants des nombreuses organisations qui appelent au rassemblement anti-OAS

Vous êtes connu dans le département,

pour autant, qui êtes-vous ?

JM : je suis né en Algérie, à Guelma ville

tristement célèbre, où le 8 mai 45 des massacres

de musulmans par l’armée française

épaulée par des colons, ont été perpétrés

durant un mois. Je suis, comme l’on dit,

pied noir mais je ne pense pas comme les

autres, ceux de l’Adimad.

D’où vient ce mot « pied noir » ?

JM : en Algérie on n’a jamais entendu parler

de pied noir. On était des français ou des

européens et les autres étaient des musulmans.

La seule explication plausible du mot

« pied noir » est que les premiers colons,

arrivés en Algérie, avaient des guêtres en

cuir noir qui montaient jusqu’au genou. Les

arabes disaient « ils ont les pieds noirs ».

Certains font la confusion entre un

rapatrié d’Algérie et un pied noir. Qu’en

est-il ?

JM : au départ nous avons été des rapatriés,

c’est De Gaulle qui avait dit « il faut

rapatrier ». Puis ce mot pied noir est arrivé,

et on a vu fleurir en France, des porte-clés,

des drapeaux qu’on n’avait pas vus en

Algérie. A-t-on voulu, dès notre arrivée en

France, nous classer dans une catégorie à

part ? On n’était pas des français à part

entière, on était des pieds noirs, comme il y

toutes les mémoires », s’insurge

contre « cette banalisation du

mal ». Marcel Le Goallec, président

de l’ARAC, s’indigne « c’est

grave ! Tout cela se fait avec

l’accord de la préfecture ».

Enfin, la LDH, dans son commu-

avait les harkis. Eux aussi étaient

des rapatriés et français. Est-ce

les pieds noirs qui ont lancé

cela pour se démarquer des

harkis ? Je ne me suis jamais

identifié à « pied noir », je

suis d’abord un algérien, parce

que né en Algérie.

Pourquoi créer une association de pieds

noirs progressistes?

JM : on s’est aperçu, au fil des évènements

et surtout à Perpignan, avec la stèle de

l’OAS et du centre de documentation, que

l’histoire de l’Algérie était faussée par la

pensée unique véhiculée par les nostalgiques

de l’Algérie française, donc du colonialisme.

Cela fait quarante six ans que je

lis sur l’Algérie et je m’aperçois, au fil des

années, que l’histoire que l’on m’a racontée

sur les arabes, avait été faussée, et tout ce

que j’ai pu entendre de certains pieds noirs,

sur le 8 mai 45 à Guelma, est faux.Aussi en

lisant des livres écrits par des gens ayant

vécu l’évènement, on comprend pourquoi

en 1954, les algériens se sont soulevés,

alors qu’en 1945 ils revendiquaient la légitimité

de l’Algérie, et peut-être son autonomie

avec les pieds noirs, avec ces français

qui étaient algériens comme eux.

Aujourd’hui, les « autres » se sont fait

entendre, trop entendre, partout des asso-

13

niqué, rend hommage à Aimé

Césaire et Germaine Tillon pour

lesquels « la lutte contre le colonialisme

a été un des nombreux

points communs de leurs engagements.

Nous constatons –

ainsi que de nombreuses associations

et organisations

citoyennes – que tout un courant

de pensée essaye d'imposer

une version positive de la colonisation

comme une valeur historique

».

Le collectif, en l’absence de

réponse des autorités, en

appelle à la mobilisation, le

samedi 7 juin à partir de 9 heures,

cimetière du Haut Vernet,

pour protester contre le rassemblement

de l’Adimad.

Michèle Devaux

*le collectif regroupe : AFMD,

AFPS, ARAC, ASTI, ATTAC, Coup

de Soleil des PO, CGT, Femmes

Solidaires, FFREEE, FSU, LCR,

LDH, LO, MRAP, PCF, SURVIE,

UNSA, Verts

Association «des pieds noirs progressistes et de leurs amis»

Les nostalgiques de l’Algérie

Française et plus largement ceux

du colonialisme ont, depuis

l’élection de Sarkozy, des

velléités fortes se traduisant par

l’érection de stèle comme à

Perpignan, de projet de création

de lieux « de mémoire de la

période coloniale » comme à

Marseille ou de musée de

«l’histoire de la France en

Algérie » comme à Montpellier.

De nombreuses voix se font

entendre désormais pour

témoigner, pour rétablir les faits

de ce que furent les 132 années

de domination coloniale, une

association « des pieds noirs

progressistes et de leurs amis »

se crée autour de Jacky Malléa.

Nous l’avons rencontré. Entretien

ciations de pieds noirs, et bon nombre

d’elles sont « encoquinées » à

l’Adimad (Front national et OAS).

Ça suffit ! Nous aussi, on a droit

à la parole. Doit-on appeler cette

association « pied noir » ou pas ?

Certains progressistes ne veulent

pas de ce mot car ce serait être dans

la pensée colonialiste, de l’OAS, de tous

ceux qui ont fait du mal à l’Algérie.

Quel est l’objectif recherché ?

JM : le but, c’est de dire qu’une autre histoire

existe avec le peuple algérien. On

n’est pas contre un centre de documentation

sur l’Algérie mais il faut que ce soit une

histoire commune, franco algérienne. Notre

association portera témoignage par ses

écrits, par les travaux d’historiens que

l’Algérie algérienne était inscrite dans

l’Histoire. On est d’accord pour dire que le

FLN lui aussi a fait des massacres, on ne

veut pas minimiser la souffrance des pieds

noirs qui sont partis d’Algérie, mais il faut

écrire l’histoire telle qu’elle a été. Cette

association sera nationale car, ce qui se

passe à Perpignan, se passe aussi à Sète, à

Marseille, mais aussi à Montpellier où un

président d’agglo socialiste veut faire un

centre de documentation de l’Algérie française.

Ça suffit !

Entretien réalisé par Michèle Devaux


• TC 3269 4/06/08 21:02 Page 14

14 vie associative

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

«Quelle communication

pour et au service

des élus ?»

Le Centre d’Information, de

Documentation, d’Etude et de

Formation des Elus des Pyrénées

Orientales organise un stage de formation

ayant pour thème « Quelle communication

pour et au service des élus ?

», ce lundi 9 juin 2008, à partir de

18h30, à la Médiathèque Joan Pau Giné,

Rue de la Paix à Bages (66670), avec la

participation de Jean-Pascal

Bonsignore, Conseiller Municipal à

Draveil, Directeur de communication en

collectivité. Ce stage est également

ouvert aux responsables chargés de la

communication dans votre collectivité.

Inscriptions et renseignements au

04.68.68.50.23 (cette formation

inclut un repas pris en commun,

merci de confirmer votre inscription

le plus tôt possible). Cidefe 66

– 44 Avenue de Prades – 66000

Perpignan. Tél. 04.68.68.50.23 – Fax

04.68.85.24.94 – cidefe66@wanadoo.fr

AVIS DE CONSTITUTION

Suivant acte reçu par Maître Jean-Christian

Séguret, Notaire Soussigné membre de la

Société Civile Professionnelle «Jean-

Christian Séguret, Marie Joffre et Philippe

Sarda», titulaire d’un Office Notarial à la

Résidence «Galaxie» , 51 Avenue du

Général de Gaulle – 66000 Perpignan, le 29

mai 2008,en registré à Pole Enregistrement

Perpignan Têt» a été constituée une société

civile immobilière ayant les caractéristiques

suivantes :

La Société a pour objet : l’acquisition par

voie d’achat ou d’apport, la propriété, la

mise en valeur, la transformation, la

construction, l’aménagement, l’administration

et la location de tous biens et droits

immobiliers, de tous biens et droits pouvant

constituer l’accessoire, l’annexe ou le

complément des biens et droits immobiliers

en question.

La dénomination sociale est : SCI THIHU.

Le siège social est fixé à :

Perpignan(66000), 12, Rue Julien Duvivier

La Société est constituée pour une durée

de 99 années

Le capital social est fixé à la somme de :

Mille euros (1.000,00 EUR)

Les apports sont en numéraire.

Les parts sont librement cessibles au profit

d’un ou plusieurs associés ou au profit du

ou des conjoints d’eux, toutes les autres

cessions sont soumises à l'agrément préalable

à l’unanimité des associés.

Le premier gérant de la société est :

Monsieur Thierry Cicorella, demeurant à

Perpignan (66.000 ) 12 rue Julien Duvivier.

La société sera immatriculée au registre du

commerce et des sociétés de PERPIGNAN

Pour avis

Le Notaire.

Maison Catalane de la Consommation

Le plafonnement des frais

pour incidents de paiement entre en vigueur

(Loi sur le droit au logement de mars 2007 et le décret du 15 novembre 2007

limitant les frais pour incidents de paiement notamment pour les chèques)

Frais de rejet de chèque sans provision,

facturation de la lettre d’information

préalable, frais de rejet de prélèvement,

lettre de relance… A partir du 15 mai

2008 ces frais prélevés par les banques

à la suite des incidents de paiement

seront plus encadrés. Le décret qui les

plafonne entre en vigueur ce 15 mai. Il

impose aux banquiers une limite de

frais de 50 € pour les rejets de chèque

supérieurs à 50 €. Jusqu’à présent chaque

établissement fixait librement le

prix pour les incidents supérieurs à

50€, seuls les incidents liés aux chèques

inférieurs à 50 € étant plafonnés

(à 30 €).

Pour les incidents de paiement autres

que le rejet d’un chèque, celui d’un prélèvement

par exemple, les frais bancaires

perçus ne peuvent désormais excéder

le montant de l’ordre de paiement

rejeté et ce dans la limite d’un plafond

de 20 €.

La loi s’attache à limiter les frais prélevés

par les banques en cas d’accumulation

d’incident. Le décret précise qu’en

cas de présentation du même chèque

annonces légales - annonces légales

AVIS DE CONSTITUTION

Suivant acte reçu par Maître Jean-Christian

Séguret, Notaire Soussigné membre de la

Société Civile Professionnelle «Jean-

Christian Séguret, Marie Joffre et Philippe

Sarda», titulaire d’un Office Notarial à la

Résidence «Galaxie» , 51 Avenue du

Général de Gaulle – 66000 Perpignan, le 26

mai 2008, enregistré à Pole Enregistrement

Perpignan Têt a été constituée une société

civile immobilière ayant les caractéristiques

suivantes :

La Société a pour objet : l’acquisition par

voie d’achat ou d’apport, la propriété, la

mise en valeur, la transformation, la

construction, l’aménagement, l’administration

et la location de tous biens et droits

immobiliers, de tous biens et droits pouvant

constituer l’accessoire, l’annexe ou le

complément des biens et droits immobiliers

en question.

La dénomination sociale est : SOLEROIG.

Le siège social est fixé à : Perpignan

(66000),10, Rue Rempart Villeneuve .

La Société est constituée pour une durée

de 99 années

Le capital social est fixé à la somme de :

Mille euros (1.000,00 EUR)

Les apports sont en numéraire.

toutes les cessions de parts, quelle que

soit la qualité du ou des cessionnaires,

sont soumises à l'agrément préalable à

l’unanimité des associés.

Le premier gérant de la société est :

Madame Marie-Claude Roig demeurant à

Perpignan,10 Rue Rempart Villeneuve et

Monsieur David Soler, demeurant à

Perpignan,10 Rue Rempart Villeneuve ,

pour une durée illimitée.

La société sera immatriculée au registre du

commerce et des sociétés de Perpignan.

Pour avis

Le Notaire.

COMMUNE D’ELNE

AVIS D’APPEL PUBLIC A

LA CONCURRENCE

PROCEDURE ADAPTEE

de 4 000 à 206 000 € H.T.

(Artcle 28 du Code des marchés publics)

1) Identification de la collectivité qui

passe le marché

Commune d’ELNE- Boulevard Voltaire- B.P.

11- 66 200 ELNE Cedex.

2) Objet de la consultation :

Construction de 12 groupes de 12 casiers

individuels au cimetière neuf route de

Latour

3) Caractéristiques principales

- marché de travaux

4) Renseignements et modalité d’obtention

du dossier de consultation :

Les dossiers sont remis gratuitement et

sont à retirer à l’adresse suivante :

Mairie d’Elne- Services Techniques

Messieurs Semper Pascal/Christian

Munoz

14, Boulevard Voltaire-66200 Elne

ou d’un prélèvement à plusieurs reprises,

la banque ne pourra facturer son

client qu’une seule fois. C’est toutefois

le client qui en fera la demande, les

banques ne pouvant toujours pas

reconnaître un prélèvement en cas de

présentation multiple. Il lui appartiendra

donc d’apporter la preuve du caractère

unique de l’incident.

Pour tout renseignement contactez la

Maison Catalane de la Consommation

au 04 68 50 10 95

Reynes

Prompt rétablissement

Notre camarade et fidèle collaboratrice

Annette Diéguez a dû être hospitalisée

suite à quelques ennuis de santé sans

gravité mais particulièrement douloureux.

La rédaction du journal et la direction

fédérale lui souhaitent une prompte guérison

et l’assurent de toute leur affection

Tél : 04.68.37.38.39 Fax :04.68.37.94.14.

5) Justifications à produire et critères

d’attribution :

Se conformer aux articles 45 et 46 du Code

des Marchés Publics et au règlement de la

Consultation. Pour les critères d’attribution

voir le règlement de consultation.

6) Date limite de remise des offres :

Le 20 juin 2008 à 17 heures

Les offres seront déposées contre récépissé

ou envoyées en recommandé avec

accusé de réception à : Mairie d’Elne -

B.P.11-Boulevard Voltaire-66 200 Elne

cédex

Elles porteront les mentions suivantes :

Construction de 12 groupes de casiers

individuels au cimetière neuf route de

Latour

« Ne pas ouvrir par le service du courrier »

7) Délai de validité des offres :

120 jours, à compter de la date limite de

réception des offres.

8) Date d’affichage et d’insertion sur le

site net de l’AMF Le 30 mai 2008

Le Maire,

Nicolas GARCIA.


TC 3269 4/06/08 21:05 Page 15

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

TOP 14 - 24 e Journée: Auch : 13 - U.S.A.P : 25

Première Victoire

En remportant leur cinquième victoire à

l’extérieur (Castres, Paris, Bourgoin, Brive)

les catalans, jamais en danger, ont bien

Crédit photo USAP

Le coin du XV de Jean-Pierre Ventura

entamé leur série de trois matches, en

remportant un succès primordial face à

Auch d’ores et déjà condamné en Pro D2.

La puissance de Tuilagi, la vitesse de

Candelon, les accélérations des sang et or

ont eu raison d’Auscitains fidèles à leur

réputation, accrocheurs, coriaces, et qui

n’ont jamais renoncé. Quatrième au classement

avec deux points d’avance sur

Biarritz, cinq sur Castres, et un match en

moins, l’U.S.A.P en cas de victoire à domicile

contre Toulouse ferait un grand pas

vers la qualification pour les demi-finales.

TOP 14 - 23 e Journée: USAP : 50 - Toulouse : 6

Nöel avant l’heure

Malgré un public nombreux (14000 personnes)

venu assister à un match " amical

", l’ambiance des grands jours n’était

pas au rendez-vous. Toulouse s’est

déplacé en terre catalane sans ses

cadres, avec une équipe jeune qui résista

une mi-temps (5-3) à des catalans jouant

de façon trop individualiste durant la première

période. Il aura fallu attendre le

second acte, avec la rentrée de

Laharrague (en remplacement de Marty)

pour débloquer la situation.

Paris 44 B (3e - 75pts) - Castres 15 (6e - 61pts)

Albi 13 (11e - 46pts) - Bayonne 6B (9e - 49pts)

Biarritz 30 B (5e - 64pts) - Bourgoin 10 (10e - 48pts)

Brive 15 (12e - 45pts) - Toulouse 12B (2e - 82pts)

Auch 13 (14e - 19pts) - U.S.A.P 25 (4e - 66pts)

Montauban 18 (7e - 58pts) - Clermont 16 B (1ier - 91pts)

Dax 16 (13e - 34pts) - Montpellier 36 B (8e - 53pts)

PRO D2

Lyon 36 B (5e - 79pts) Toulon 3 (1ier - 101pts)

Agen 19 (4e - 81pts) - Grenoble 10 (8e - 76pts)

Narbonne 23 (12e - 57pts) - La Rochelle 19 B (7e - 76pts)

Tarbes 37 (14e - 45pts) - Blagnac 19 (16e - 27pts)

Limoges 30 (15e - 31pts) - Oyonnax 21 (9e - 69pts)

Mont de Marsan 22 (3e - 89pts)- Pau 5 (11e - 64pts)

Racing-Metro 30 (2e - 94pts) - Béziers 8 (6e - 76pts)

Aurillac 25 B (10e - 66pts) - USBCABBG 28 (13e 56pts)

Prévoyance Obsèques

Testament Crématiste

Organisation d’obsèques

L’ U.S.A.P faisant cavalier seul dans le

second acte (7essais) s’impose dans

cette rencontre avec le point bonus

offensif. Manquant une victoire aux sang

et or pour l’accès (sans calculs) aux

demi-finales, le déplacement à Dax doit

être impérativement positif. La dernière

journée à Aimé Giral avec la réception du

Stade Français pourrait être l’arbitre de la

troisième ou quatrième place du classement

général pour les hommes de

Brunel.

Résultats et classement

Excellence B

16e : 8e : Torreilles 10 - L’avenir Moissagais 13

Promotion Honneur

16e : Le Boulou 10 - Lacapelle Biron 14

1 ere série

16e : Tautavel Vingrau 8 - Aucamville 13

2 eme série

16e : FL Haut-Vernet 8 - Tour Crieul 3

3 eme série

8e : Les Albères 13 - Saint-Donat 20

4 eme série

8e : Prats-de-Mollo : 13 - Panjas 17

Réserve Honneur

16e : Bièvre St-Geoirs 3 - Millas 13

O FFICE

F UNÉRAIRE ET

C RÉMATISTE

Crématorium Régional

Cimetière St Michel 66 140 Canet en

Roussillon

Renseignement et devis 04 68 73 50 50 ou

www.pompes.funebres.fr

Le point de vue du XIII de Robert Escaro

Les Palauencqs, après une remarquable

saison, abordent les derniers rendez vous,

avec confiance et sérieux, samedi dernier

en finale de la coupe Paul Dejean à Ille et

devant un nombreux public, ces joueurs

n’ont pas fait le détail devant les audois

d’Ornaisons qui ne sont pas les premiers

venus. Ce match fut rugueux, mais le 16 à

2 à la pause était de bonne augure, et avec

Fédérale

La coupe Falcou, on

connaît ça à la maison pianencque

et cette année, les

lot et garonnais de Trentels

sont passés à la trappe, et

avec un 20 à 2 aux citrons,

la cause semblait entendue,

ce qui fut le cas et cette victoire

de 36 à 8 a démontré,

la maîtrise de cette équipe

qui sera confiante à

Béziers pour décrocher un

titre qu’elle recherche

depuis des années.

Palau vise la passe de deux

Juniors

Les quarts de finale de la Cup, ont été très

disputés et hormis la large victoire de

Wakefield sur Oldham 46 à 4, Saint Helens

a du cravacher ferme pour gagner à Hull

KR 22 à 18 et le leader ,Leeds, à la main

mise sur tout en allant éliminer Wigan 23

à 16. Cependant, la surprise vient de

Bradford ou l’avant dernier Hull FC est allé

gagner 22 à 16. La prochaine journée de

Super League sera pleine d’intensité.

Prochaine journée, 6,7 et 8 juin : Leeds –

Hull FC ; Saint Helens – Hull KR ;

Castelford – Wakefield ; Harlequins –

Warrington ; Wigan – Huddersfield

Dimanche 16h Bradford – Dragons

Après la large victoire face à Huddersfield,

les dragons ont consolidé leur position, et

profité d’une semaine de relaxation, car

hormis le lundi ou un léger décrassage a

eu lieu autour du stade, suivi d’un gros

travail musculaire, Brutus a retrouvé son

calme pendant une semaine et cela nous,

semble t-il, a été salutaire, car les organismes

sont sollicités chaque jour. Avant ce

difficile déplacement, fort bien préparé

ZI. La Mirande

66240 Saint-Estève

Tél. 04 68 51 30 20

les sports

Les jeunes stéphanois

trop indisciplinés, ont

laissé le titre s’envoler

devant un Lescure qui n’a

pas gaspillé inutilement

ses forces.

Cadets, Minimes

Après les demi – finales

disputées à Saint Estève,

dans une ambiance de

folie, les 2 équipes catalanes

se rendront à Morieres

Super League

un 28 à 2, la coupe restait en Roussillon.

Dimanche, la finale du championnat sera

d’un autre accabit, mais à n’en plus douter,

Palau vise le doublé, mais il y aura une

densité certaine car le finaliste, Lescure,

dont les juniors viennent de remporter le

titre de champion de France sera aussi

déterminé que les catalans, donc, il y aura

du suspens pour ce dernier rendez vous. .

Le reste du championnat

15

près d’Avignon pour l’ultime

match. En minimes,

Pia, qui possède une belle

ossature devrait semble t-il

s’imposer devant Limoux

et le coach, Franck, a bien

préparé ses jeunes.

En cadet, l’excellente

équipe d’Ille, très appréciée

à Saint Estève, possède

de bien meilleurs

atouts que Limoux et là, il

y aura de l’ambiance, car

plusieurs bus seront là,

pour soutenir leur équipe.

cette semaine, toute l’équipe est

consciente, pour ramener un septième

succès extérieur, et remettre si possible, le

même couvert que précédemment et

consolider son troisième fauteuil. Pour

nos joueurs, ce sera, si l’on peut dire, un

oral de rattrapage, car à l’aller, Bradford à

la dernière minute venait coiffer les locaux

20 à 18, dans un stade ou le succès semblait

acquis. Comme quoi, rien n’est joué,

jusqu’au trille final, surtout quand l’écart

est étroit ; les hommes de Potter qui

seront sans doute au complet, pensant

que la défaite à l’aller, n’a aucun impact et

les résultats le prouvent ; de plus, l’élimination

en Cup, de ces anglais, sur leur

herbe est une opportunité a saisir car cette

équipe est perfectible bien que les pièces

maîtresses, l’arrière Pratt, le centre

Tadulala (6 essais) ou l’ouvreur Deacon,

soient à surveiller de près mais les

Dragons veulent continuer sur cette voie

royale et ils ont les moyens de le prouver,

car tous les points comptent et avant la

venue à Brutus de Wigan et Warrington,

quel coup d’éclat ce serait.

Pompes Funèbres

Conseillers Funéraires du Roussillon

Y. GUIZARD Père & Fils & H. CARBONELL

8, Place Gambetta - 66000 Perpignan - Tél. 04 68 51 30 20

Site Internet : http://www.pompes.funebres.fr

Chambres Funéraires :

57, av. aérodrome

66000 Perpignan

Tél. 04 68 51 30 20

Crématorium

66140 Canet-en-Roussillon

Tél. 04 68 73 50 50


TC 3269 4/06/08 21:08 Page 16

16 la culture

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

VISA 2008 - Du 30 août au 14 septembre

C'est la vingtième édition,

Et oui, le temps a passé, et le festival du

photojournalisme est devenu une dimension

incontournable du paysage local,

national et international. Vingt ans que

Visa nous fait voir le monde sous tous

ses aspects, si souvent violents ou dramatiques,

mais c'est ainsi qu'il est,

hélas. Vingt ans que les perpignanais se

pressent aux expositions, aux soirées,

vont à la rencontre des photoreporters.

Vingt ans que , pour quelques jours, en

septembre, la ville change, frémit, vit au

rythme du festival. Non, Visa n'a plus

rien à prouver, et se prépare à fêter en

beauté son anniversaire. La conférence

de presse d'annonce se tenait la semaine

dernière, dans les jardins de l'hotel

Pams, comme il se doit. Entouré des

"institutionnels"financeurs, Jean François

Leroy, tel qu'en lui même, comme si le

temps n'existait pas. On a eu droit aux

habituelles et mutuelles congratulations,

à l'hommage appuyé à Jean Paul Alduy,

aux grandes déclarations en faveur de la

liberté d'expression , aux principes cardinaux

qui devraient régir le métier de

journaliste...On en aurait presque oublié

que Perpignan avait fait la une de la

presse nationale en mars dernier, c'est

vrai le temps passe.

Quel souhaits en cet anniversaire? Que

Visa ne perde pas son âme, que ce festival

continue à faire réfléchir sur l'image,

sa fonction, ses dérives. Ce que s'emploie

à faire le colloque qui , cette année

encore, explore le sujet: "Crise du photo-

qui l’eût cru?

journalisme, crise du journalisme, crise

de l'information?", si vaste qu'il n'a pas

été épuisé en 2007.

Quid de cette 20è édition?

*Les expositions: Une trentaine. Tout

n'est pas encore calè, mais JF Leroy a

annoncé des "monuments", l'hommage à

Alexandra BOULAT trop tôt disparue, une

sélection de ses photos, et l'espace des

Minimes devenant "Espace Pierre et

Alexandra Boulat" plus un Prix du même

nom, Göksin SIPAHIOGLU et son regard

sur mai 68, Horst FAAS, 50 ans de photojournalisme,

Paula BRONSTEIN pour

ses photos sur l'Afghanistan, et, "une

pépite", le travail de David Douglas DUN-

CAN sur la guerre de Corée.

*Les soirées: L'accent est mis sur ce

dont les journaux ne parlent pas ou peu;

le Darfour, la Tchéchénie, l'assassinat de

Bénazir Bhutto, Israël/Palestine, le

Liban...

Avec le vendredi 5 septembre une soirée

spéciale anniversaire, plus longue, pour

retrouver les moments forts.

*Les nouveautés: 20 reportages dans

20 magazines ou carte blanche à 20

photographes amis de Visa, ils seront

exposés. Retransmission des 3 dernières

soirées sur la place de la République.

Cinq panneaux sur les grilles du jardin

du Luxembourg, renouvelés au rythme

de l'actualité. Un nouveau lieu: la

Poudrière Un catalogue vendu 25 €

NG

Galerie Thérèse ROUSSEL

Les rafraîchissantes peintures de

Françoise Dumayet

Un mois, c'est le temps qui nous est

donné pour aller se ressourcer à la galerie

de la place Desprès avec une exposition

qui vous plonge dans un univers de

sérénité et de beauté. Une exposition qui

raconte une histoire puisqu'elle s'intitule

"les beaux murs de l'impératrice Livia",

ou, du moins , qui est évocatrice d'une

période, les débuts de notre ère, de la

splendeur des ornements d'une villa

patricienne. Françoise Dumayet a rêvé

ces parois, les animaux ,les paysages, le

ciel, la terre, les fleurs, les feuilles...

d'où ces peintures aux couleurs pastels,

des bleus doux, des jaunes, des roses...

qui tiennent de la mosaïque, de Matisse,

de Dufy, parfois même, de la BD... mais

qui sont bien autre chose, un havre de

paix, une symphonie joyeuse, un postulat

de vie. A l'image de l'artiste, jeune

vieille dame au regard mutin, dont la

peinture est un magnifique pied de nez

au temps qui passe.

A voir jusqu'au 30 juin

NG

Le Carrefour des Artistes

par Paul Hallenaut

Exposition collective

Galerie Molière - 1, rue Molière (Ville haute),

Elne. Jusqu’au 15 juin 08

Exposition des peintres de Denise Barioulet,

Jocelyne Pons et Mado Reverte-Gomez. Une

quarantaine d’huiles et aquarelles célèbrent la

beauté de la nature. Ouvert tous les jours de

14h30 à 18h30. Vernissage le samedi 7 juin à

partir de 18h.

Brigitte Auvergne

Musée des Arts et traditions populaires de Thuir.

Du 8 au 15 juin

Terre plate, cire, bronze sont les matériaux

favoris de cet artiste (née en 1961 à Perpignan

et ancienne élève des Beaux Arts ) qui ne lisse

pas ses ?uvres pour conserver la spontanéité

du geste et l’intensité du mouvement . Elle

aime le premier jet, l’instantané quand la terre

ou la cire garde encore l’empreinte de ses

doigts. Il en résulte des sculptures pleines de

vie au modelé expressif.

Ouvert tous les jours de 15h à 18h. Vernissage

le samedi 7 juin à partir de 18h30.

Viatges romàntics

i historics à Rossello

Musée Rigaud. 16,rue de l’ange – Perpignan.

Jusqu’au 9 juin

Pour commémorer l’évenement « Perpinyà,

capital de la cultura catalana 2008 », le musée

Rigaud exposera tout au long de l’année des

oeuvres issues de ses réserves. A travers quatre

expositions thématiques, le musée perpignanais

entraînera le public à la découverte de

1000 ans d’art catalan. Après « le bleu dans la

céramique catalane », le musée Rigaud poursuit

son exploration de 1000 ans d’art en catalogne

à travers ses collections en s’intéressant

au 19ème siècle et à la redécouverts du patrimoine

perpignanais au cours de cette période

où se mêlent goût romantique de la ruine et

intérêt historique pour le monument, témoin

d’un passé médiéval désormais vécu comme

un âge d’or. La révolution pose la question du

substrat patrimonial alors que Perpignan peut

s’enorgueillir d’une grande densité patrimoniale

; cloîtres et églises en ruines suscitent curiosité

et débats. Ouvert du mercredi au lundi de 12h à

19h. Entrée 4 et 2€

Rosette Salsa

et Renée Bouigue

Mairie de Banyuls – sur – mer. Jusqu’au 15 juin

Rosette Salsa présente des peintures aux couleurs

soutenues et flamboyantes sur le thème

de la mode au début du 20 ème siècle ainsi que

des nus aux anamorphoses , bien controlées.

Renée Bouigue exalte le corps féminin à travers

des sculptures enveloppantes caractérisées par

la petitesse des têtes, la force des cuisses et le

volume de postérieurs gentiment rebondis.

Ouvert tous les jours de 10h30 à 19h.

Lil Dupeux

Hôtel Kennedy. 9, avenue Pierre Cambres –

Perpignan. Jusqu’au 30 août

Sous le titre « Perpignan, ma ville » Lil Dupeux,

prix d’honneur au Salon International de

Béziers 2004, présente une quinzaine d’aquarelles.

Vernissage le mardi 10 juin à 18h30.

Infants del museu de Montserrat

Centre Culturel de Caixa Girona. Carrer

Ciutadans, 19 – Girona. Fins al 15 de Juny

Aquesta exposicio té un caràcter extraordinari ;

trenta de les obres exhibides, es troben actualmente

en les sales permanents del Museu de

Montserrat. Del total de les obres,15 son

dibuixos que tenen també un especial interes ja

que permeten una lectura resumida de tot el

contingut de l’exposicio i presenten autèntiques

novetats en la historia de la pintura catalana,

com son els dibuixos inédits de Joan Llimona,

de Franceso Sardà o de Maria Clavé. L’exposicio,

que esta comissariada per l’escriptor i critic d’art

Joseph Corredor – Matheos, il-lustra diferents

temes : l’infant feliç ; l’infant pensaros ; la nena

que ha de ser bonica ; l’infant entremaliat ; l’infant

que juga i l’infant dins la familia.

Yoruba

Collection Desnoyer. Rue Emile Zola – Saint

Cyprien village. Jusqu’au 15 juin

Cette collection privée, constituée par Philippe

Heller, spécialiste en arts africains, est exclusivement

concentrée autour de l’ethnie Yoruba (

Nigéria – Bénin ). Elle réunit un ensemble cohérent

et spectaculaire d’une cinquantaine de

sculptures de cérémonie. Le profond mystère

qui entoure les rites Yorubas est renforcé par

l’aspect mystique et étrange de ces objets dans

lesquels sont mêlés les aspects esthétiques (

beauté, rigueur, technique, aura ) et ceux liés à

leur fonction. De là, la spécificité de l’art africain,

à la fois virtuose et ésotérique. Un tel

nombre de pièces Yorubas réunies en une

seule exposition est rarissime et

aucune collection, à notre connaissance

n’a d’équivalent en la matière.

La force de ces « morceaux de bois

» comme les appellent certains collectionneurs,

parle d’elle même et

ouvre une porte sur l’univers de

l’art africain ou, sans être guidé

par un oeil passionné et expert,

on peut rapidement se perdre.

Ouvert de 10h à 12h et de

14h à 16h. Fermé le

mardi. Plein Tarif : 6€.

Tarif réduit : 4€.


TC 3269 4/06/08 21:17 Page 17

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

Ille en Scène

Photos géantes en musique

Vendredi 6 juin de 19h à 23h

Il y a deux ans, deux reporters-photographes

professionnels genre Tintin et Rouletabille,

Alex Abdoun et Yann Kerveno, posaient leurs

valises à Ille sur Tet. Joignant leurs talents,

ils créèrent un blog d’info sur le net qui

devint vite une addiction pour les internautes

du village : tout s’y trouve, des portraits, des

actualités, des reportages, des annonces, le

tout assorti de photos magnifiques, commenté

avec intelligence et sans parti pris. Un

trésor pour une petite ville comme Ille, et

gratuit, en plus ! Le journaliste, Yann, ne

tarda pas à repérer la Fabrica, théâtre privé

mais solidement immergé dans le village et la

vie associative, car il y trouve une vraie

démarche en faveur du développement du

spectacle vivant et de la pratique artistique en

milieu rural. Le photographe, Alex, suivit la

troupe de théâtre amateur les Tréteaux d’Ille

(rattachée à la Fabrica) dans ses créations

annuelles qui ont pour souci de mettre le

vieux village en valeur depuis bientôt vingt

ans. Le résultat fût que de solides liens se

tissèrent entre « ille-sur-blog.com » et la

Fabrica, et informés des lourdes charges

financières qui pèsent sur cette structure,

Tintin et Rouletabille décidèrent de lui consacrer

une soirée complète de projection de

leur superbe travail photographique : projec-

tion en continu des portraits dans le foyer, et

projection des 1500 photos de reportage

dans la grande salle, accompagnées par

Jean-Paul et Florence Sire à l’accordéon et

piano, ainsi que Paul Augé au violon. La soirée

commence à 19h, se termine à 23h, le

bar de la Fabrica est ouvert, et à deux pas de

là, la Casa del Ram sert de délicieux tapas

Slow Food. Une soirée tout à fait exceptionnelle

au bénéfice de la Fabrica, qui demande

une participation de 2€ ou plus à l’entrée.

renseignements 04 68 84 08 09 – www.lafabrica66.com

-www.ille-sur-blog.com

St André

9ème Festival de Théâtre

Le 9ème Festival de Théâtre de Saint

André aura lieu du 6 au 11 juillet

Organisé par l’Office Municipal de la Culture,

le festival propose 11 pièces de théâtre, avec

des troupes amateurs ou professionnelles. Il

en est à sa 9ème édition. L’objectif de cette

manifestation est de permettre l’accès à la

culture pour tous. Les tarifs sont très attractifs:

25€ pour 10 représentations

Des personnalités ont parrainé le festival :

Pierre Richard, Pierre Maguelon, Christine

Delaroche, Bernard Menez, Marie Bunel.

Des prix sont attribués : Prix d’interprétation

(masculine et féminine – 400€), prix du

public (800€), de l’originalité (500€) et de

la culture

MUME

“Músiques de l’Holocaust”

Activités Temporaires du Musée-Mémorial de l’Exil - Samedi 7 juin à 19 h.

Concert offert par le Brossa Quartet

Le Musée – Mémorial de l’Exil

continue avec sa programmation

d’activités. Le prochain 7

de juin, à 19 heures, aura lieu

le concert ‘’Músiques de

l’Holocaust ‘’ offert par le

Brossa Quartet. Créé le mois de

janvier de 2004 dans la formation

musicale ‘’ Orquestra de

Cambra de Terrassa 48’’ le

Brossa Quartet - formé par

Aleix Puig (violon), Père

Bartolomé (violon), Imma Lluch

(viole) et Oleguer Aymamí (violoncelle)

– est né avec la

volonté de cultiver les répertoires

éloignés des scénarios

habituels de la musique classique

et de chercher des points

d’affinité avec toute sorte de

genres musicaux. “Musiques

de l’Holocauste” est une

action musicale (texte et musique)

conçue à partir du matériel

artistique créé aux camps

de concentration nazis et fait

par les mêmes victimes.

Pendant la deuxième guerre

mondiale (1939 – 1945), différentes

personnalités du

monde de la culture attachées

au régime nazi ont réalisé des

enregistrements sonores de

chansons populaires chantées

par ses victimes afin de garder

leurs traditions musicales après

leur mort. Et aussi une partie

des survivants, une fois en

liberté, ont enregistré ces

compositions musicaux qui leur

avait aidé à survivre dans un

moment si hostile. Le Brossa

Quartet de Corde, avec l’accordéoniste

Gregori Ferrer et l’acteur

Elies Barberà nous proposent

un voyage sonore par ces

musiques qui procèdent de

différentes cultures, mais avec

un rôle très important de l’héritage

des juives du centre de

l’Europe. Ces musiques, en

plus de leur valeur artistique,

deviennent un vrai témoignage

des terribles circonstances

des camps de concentration.

Une série de compositions

d’auteurs comme Rudi Gogël,

Herber Zipper, Alexander

Kulisiewich - avec la réalisation

d’un pont entre la musique

classique et les musiques klezmer,

tzigane et méditerranéenne-

sont combinés avec

une sélection de textes de

Primo Levi, Joaquim Amat

Piniella, Jorge Semprún, Imre

Kertesz, entre d’autres. Textes

et musiques deviennent une

expérience très émouvante

pour le spectateur. Entrée gratuite

Autres activités

Jusqu’au 6 juillet on peut visiter

l’exposition ‘’Un llarg

camí, Bòsnia, la vergonya

d’Europa’’ de Miquel Ruiz. Le

délai pour visiter cette exposition

a été prolongé encore un

mois. Autres expositions prévues

sont: ‘’Israel/Lebanon’’ et

‘’Ausencias’’. La première des

démonstrations est formée par

un ensemble de photographies

sur la guerre que Israel , l’été

du 2006, déchaîna en territoire

libanais pour combattre

le mouvement islamique

Herbollah; la deuxième

“Ausencias”, du photographe

argentin Gustavo Germano,

présente un approchement

émouvant et poétique aux

disparus pendant la dictature

du Conseil Militaire argentin

des années soixante-dix . Par

la suite on vous fournira de

l'information spécifique sur les

deux expositions annoncées.

la ville (800€). Les troupes ne sont pas rétribuées

mais elles ont la possibilité d’être

logées gratuitement. Elles reçoivent des frais

de déplacement et peuvent gagner un ou plusieurs

prix. Les demandes de participation

sont de plus en plus nombreuses et un

comité de sélection choisit les spectacles.

Outre les entrées, le financement est assuré

par les subventions de la municipalité qui

met à la disposition des organisateurs toutes

les structures nécessaires, du Conseil général,

du Conseil régional ainsi que quelques

sponsors. C’est un petit groupe de bénévoles

et un directeur artistique qui organisent le

festival en s’investissant au moins 9 mois

dans sa préparation. Le festival de théâtre de

Saint-André a su fidéliser un public et des

troupes. Pendant une semaine, loin de l’agitation

touristique, Saint André donne une place

de choix à la culture, dans son sens le plus

noble.

Information et réservations : 04 68 89 04

85 / 04 68 95 23 23. contact@saintandre66.fr

- www.saint-andre66.fr

Exposition

Exposition de Corinne Luce et de Varelli du 2

au 27 juin 2008. Entrée gratuite. A la mairie

de Saint André, de 9h à 12h et de 15h à 18h.

Concert anniversaire des Cantarelles.

Dimanche 8 juin à 16h, concert à la salle des

fêtes. Entrée gratuite.

LIBRAIRIE TORCATIS

Rencontre-Expo

Fourques

Festival jeune public

17

Charles Dreyfus

Être à

part

Rencontre le vendredi 6 juin à 17h30

Georges Bartoli

“Cette France là…”

Mardi 10 à 17h30

Présentation avec Georges Bartoli

de son livre photo "Cette France

là, carnet de campagne 2007

José Bové"

J.Y. Laurichesse

“Place Monge”

Mercredi 11 à 17h30 rencontre avec

JY Laurichesse pour son ouvrage

"Place Monge"

Avec la compagnie ACTE les 7 et 8 juin au foyer.

Samedi 7 juin à 15h30, 16h30, 17h30 : «Nuit

blanche de blanc mouton» spectacle de

marionnettes et manipulation de formes, à

partir d’un an. Ancien café. «Chèvre ou ne

pas chèvre» théâtre et marionnette, à partir

de 5 ans. Salle de l’aire de loisirs. A 15h30 et

17h30 : «Mesdames, mesdemoiselles, messieurs»

théâtre, à partir de 10 ans. Foyer

rural. De 18h à 20h30 : buvette et repas musicaux

avec «oh pied levé» et «bas les pattes».

20h30 : «l’augmentation» de Georges Perec,

par «jeu à nous», théâtre de Fourques.

Dimanche 8 juin à 15h30, 16h30, 17h30 : «1

de +» spectacle de marionnettes à partir de 1

an. Salle de l’aire de loisirs. «Oh un monstre»,

théâtre et marionnettes. Foyer rural.

«Têtue» conte musical, à partir de 7 ans.

Ancien café. De 18h à 20h : Buvette musicale

avec «Virgile» et ses chansons hors d’âge.

15h, ouverture de la billetterie. Attention, les

places sont gratuites mais limitées.

Médiathèque de Perpignan

Conférence «Informatique:

vive la liberté!»

Samedi 7 juin à 15h - Médiathèque de

perpignan -15 rue Emile Zola


TC 3269 4/06/08 21:27 Page 18

18 la culture

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

Amis du Cinéma

Clôture de la saison

avec le jouissif Faster Pussycat ! Kill ! Kill !

de Russ Meyer (Usa 1966). Jeudi 12 juin –

19h – salle Marcel Oms

Varla, Rosie et Billie, trois go-go danseuses aussi

sexy que furieuses, font des courses folles dans

le désert au volant de leur bolide. Avides de sensations

fortes, les trois furies rencontrent ensuite

un couple d'amoureux. Varla provoque le jeune

homme en duel motorisé et finit par le tuer. Le

trio prend alors la fille en otage et, apprenant

qu'un magot est caché dans une maison isolée,

décide de tout faire pour le récupérer. Mais les

amazones devront se confronter aux propriétaires

du lieu, un vieillard pervers aidé de ses deux

fils, dont l'un est un colosse tout en muscles qui

lui obéit au doigt et à l'oeil…

Si le nom de Russ Meyer est le plus souvent

assimilé à la série des Vixen et à sa fixation sur

les femmes aux attributs mammaires surdéveloppés,

il avait tourné avant cela plusieurs films

assez provocateurs. Parmi ceux-ci, Faster

Pussycat Kill Kill sort nettement du lot et le film a

acquis au fil des ans un statut de film culte. Vu

avec le recul, le côté violent qui pouvait fortement

choquer à l’époque s’est émoussé, ce qui

permet d’apprécier d’autant plus la façon qu’avait

Russ Meyer de retourner tous les codes habituels

: ses trois héroïnes se comportent tout à

fait comme des mecs très basiques, querelleuses

et violentes, avides et sans scrupules. Il entremêle

tout cela d’un érotisme assez puissant mais

sans aucune nudité, parfois

même très allusif. La photographie

en noir et blanc

est assez éclatante, avec

des cadrages parfois surprenants.

Un film qui se

situe totalement en dehors

des sentiers battus et une

véritable bonne série B

jouissive dont Quentin

Tarantino, véritable fan du

film, envisage sérieusement

d’en réaliser un remake.

A l’issue de la projection l’équipe des

AC propose de se retrouver autour d’un

buffet auquel chacun peut apporter une

participation culinaire de son choix.

L’Institut fournira les boissons.

Projection à 19h – salle Marcel Oms –

Arsenal, 1 rue Jean Vielledent, Perpignan.

Renseignements : 04 68 34 09 39

Horaires au 08 92 68 01 29

cine-movida.com

Sous les bombes - Into the wild - The

Bubble - G.A.L. - Un conte de noël -

Shotgun Stories - Le cahier - Grace is

gone - Deux soeurs pour un roi - Le

grand alibi - Algérie, histoires à ne pas

dire - Maradona -Yoruba - Mèche blanche

- Arrivederci amore ciao - Tabarly -

Loulou et autres loups - Les climats -

De l’autre côté - Deux jours à tuer - le

dernier voyage du juge Feng - Du

rouge dans le noir - Agnus dei - Des

temps et des vents -

Argeles

Vendredi 6 Rome

Samedi 7 Rec

Dimanche 8

Lundi 9

Mardi 10

Mercredi 11 Tu peux

Jeudi 12

Vendredi 13 Father

Poèjazzie à la Rencontre

«Week-end de pluie, week-end jazzie !»

Voila ce que se disaient les gens de Rime

aux Romarins qui invitaient pour trois

soirs Jean Michel Llanes et le groupe,

‘’UNIK’’ au Théâtre de la Rencontre.

Mettre une basse(électrique) au centre

d’un dispositif poético-musical peut

paraître gonflé, mais après tout Süskind

a bien fait une pièce de théâtre avec la

grand-mère à cordes, alors ! De plus

comme c’est Llanes qui mène le fil rouge

du concert-, il faut bien qu’il soit quelque

part pour poser cette question fondamentale

et piégeante : qu’est ce que la

musique ?

Vlan ! Voilà qui met l’auditeur sur la

braise mal à l’aise. C’est comme si vous

demandiez pourquoi Cali plonge dans le

public alors que il y a une si belle piscine

au Moulin à Vent ? Késkelamusik donc ,

aurait dit Zazie qui serait venue jazzer

pour que Jason jase avec ses argonautes.

Et Jason-Llanes est sacrément bien

«argonauté» avec son équipage :

Christophe Puccio au piano, Olivier

Marques à la tenora et Damien Françon

aux percussions. Belle bordée qui permet

à Llanes, de n’être pas ‘’seul comme un

grain’’ pour faire passer l’amour des

notes et des mots qu’il a dans la tête. Un

grain qui roule et tourneboule du slam

jusqu’au middle jazz des plus belles

années, piquant même sa bigatane sur

une Estaca cool et swinguée comme un

papillon ivre de fleur de pomme. Passent

aussi des créations et des arrangements

chantés qui surprennent et séduisent par

la découverte ou redécouvertes qu’ils

proposent.

Même si la basse de Llanes est parfois un

peu trop présente en volume et rotations

sourdes., c’est là de la belle ouvrage,

tranquille et amoureuse dans des textes

où les traces de Nougaro, Bobby

Lapointe, Vian et même Trenet, sont perceptibles,

appuyées par des partenaires

musicalement très en place (il est rare

aujourd’hui d’entendre un batteur aussi

jeune que D.Fraçon, savoir pulser avec

discrétion et autorité, sans jamais gonfler

La Fabrik'à Braques

Stage percussions

Avec deux maitres de la percussion africaine Cécé Koly

au dunun et Souleymane «cobra» Camara au djembé

Le stage de djembé, animé par Souleymane Camara se déroulera

de 9h à 12h le samedi 14 et le dimanche 15 juin. Le stage

de dunun par Cécé Koly se déroulera de 14h à 17h ces mêmes jours.

Renseignements/Inscriptions : 06.50.02.57.63 ou par e-mail : lafabrikabraques@gmail.com

P.-Vendres

Deux jours

Il y a ...

Rome

Tu peux

Indiana

Programme du 6 au 13 juin 2008

Elne

Indiana

Deux jours

Le grand

Tu peux

Canet

Le grand

Indiana

Sexy Dance

Cabestany

Rec

Le grand

My father

Les films proposés sont également projetés à Banyuls sur mer, Elne, Palau-del-Vidre, St Nazaire, Tresseire, Villelongue

dels Monts, Banyuls dels Aspres, Ortaffa, Brouilla, Sorède, St Génis des Fontaines, Montesquieu, Laroque des Albères.

Renseignements et tarifs : 04.68.06.22.16 Site Internet : www.cinemaginaire.org

Rom e

Amélie

Hauts murs

Indiana

Deux jours

l’instant par des frappes inutiles et vaines.

Ce type fait ‘’chanter sa batterie’’,

quand d’autres la boxent sans style!).

Christophe Puccio, tout aussi efficace en

grilles d’accords qu’en chorus improvisés,

donne à son piano une volubilité

inventive et une précision parfois sidérantes.

Quant à Olivier Marquès, à la

tenora ou à la graille de ‘’cobla’’, il fait

sonner à nos oreilles les racines de nos

arbres chlorophyllo-catalans, sans rien

lâcher de ce qui fait le feuillage de cette

soirée : le jazz et ses compagnons. Même

une ‘’Ha, valse’’ vient balader ses trois

temps syncopés, dans le plus pur style de

‘’Bluesette ‘’de Toots Tilman .

Alors, bon, au final c’est quoi la musique?

A l’heure où nous écrivons, le mystère

reste entier, impénétrable à la raison,

mais pénétré par le coeur… et c’est

bien l’essentiel, puisque de toutes

façons, ni Mozart, ni Count Basie n’ont

voulu répondre.

Carl Mingus

Concert de Michel Benita et Manu Codjia

Mas Genegals entre Vingrau et Opoul

Dimanche 8 juin 15h30

Tarifs : 13 € / 10 €. Reserv. : 04 68 51 13 14

Las Vegas 21

14h-16h30-19h45-22h10 ...

Super Heros Movie

14h-16h-20-22h10h ...

JCVD

14h-16h-18h-20h & 22h10 …

Indiana Jones

14h-16h30-19h45-22h10 ...

L’ile de Nim

16h-18h …

Le Méga Castillet. Adresse. Rens. 08 92 68 01 29

Jackpot

20h-22h10 …

Horton

14h …

Les chroniques de Spiderwick

18h …

Cash

14h-20h …

48 heures

14h-16h-18h-20-22h10 …


TC 3269 4/06/08 21:25 Page 19

N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

SUDOKU à vous de jouer !… DIFFICILE

Perpignan

La citation de la semaine

Vélo en fête

C’est aussi ça, la vie...…

Histoire des noms Histoire

des noms Histoire des noms

Histoire des noms Histoire

des noms Temporal

Histoire des noms

Histoire Nom catalan qui des signifie noms orage, tempête. Histoire Sans

des doute un noms surnom Histoire donné à une des personne noms coléreuse

(ou encore surnom anecdotique donné à

Histoire des noms Histoire

la suite d'une tempête). On trouve aussi le nom

des dans l'Ain noms (variante Histoire Temporel), où des il doit avoir noms le

Histoire même sens (attesté des en occitan noms et en Histoire provençal),

ce qui reste cependant à vérifier. Le lien avec

des l'adjectif noms temporel Histoire paraît plus douteux. des noms

Histoire Source : jeantosti.com des noms Histoire

des noms Histoire des noms

Le Samedi 7 juin, Vélo En Têt organise un

circuit MANIFESTIF. Rendez-vous à vélo à

11h00 place de la Victoire devant le

Castillet. Enfants bienvenus…

9h Ouverture

10h30 Démonstration de

fabrication de fromage (SCFF 66)

11h30 Accueil des invités

12h Inauguration

15h30 Fabrication de fromage (SCFF 66)

« S’il se nettoie,

c’est donc ton frère! »

Alphonse Allais

17h Demonstration de traite

Et toute la journée: exposition d’animaux

et assiette de dégustation

de fromages

19

La F’ESTIVE

EYNE les 13 et 14 juin

Vendredi 13 juin

19 h : Inauguration officielle de la F’estive - Apéro-

Concert surprise sous le petit chapiteau

21 h : Sous le grand châpiteau: Téquila Sunrise; Barrio

Jaleo; Les 100 grammes de têtes

Samedi 14 juin

9h : Montée en estive des troupeaux dans la vallée, dégustations

et discussions montagnardes.

A partir de 12 h : Marché des producteurs et artisans locaux,

des producteurs bio du pays, des produits du Commerce

Equitable et Solidaire et des associations militantes et citoyennes.

Coin «restauration locale» et buvette (les sodas sont

proscrits depuis quelques années déjà). Pain bio au four de Cal

Rigol. Ateliers de pâte à sel, de dessins, confection de cerfvolants...

Pesée du jambon et jeux de bois géants. Balade et atelier

nature conférence. Exposition de photos et découverte du jardin

ethnobotanique. Spectacle les Zouzous d’Eyne.

19 h : sous le petit châpiteau - Repas montagnard (artisanal et

local - 15 T). Les Amis de Brassens (concert GRATUIT)

21 h : Sous le grand châpiteau : Des scènes surprises et Stevo’s

Teen (ska-fanfare).

Avec la participation de: La Mairie d’Eyne; La Réserve Naturelle d’Eyne; Le

Conseil Régional du Languedoc-Roussillon; Le Conseil Général des

Pyrénées-Orientales; Le Syndicat Intercommunal d’Exploitation du Cambre

d’Aze; Le Parc Naturel Régional des Pyrénées Catalanes; Les Agriculteurs

d’Eyne; Les Organisateurs du Glou-Gou Musical (OGM; Les Associations

Militantes pour un Mieux Vivre; ;Attac-66; le Collectif antiOGM 66 et Les

Faucheurs Volontaires; Greenpeace; Sortir du Nucléaire; Les Casseurs de Pub;

Le C.N.T; La confédération Paysanne;; Oxfam; Agir Ici; Artisans du Monde

Roussillon; Pierre Meyer; notre Boulanger; la Bio-Coop de Prades La Plantula;

les communes et communautés de communes de Cerdagne et Capcir...


TC 3269 4/06/08 22:05 Page 20

20 N°3269 - Semaine du 6 au 12 juin 2008

Ambiance

de fête samedi

31 mai pour les

10 ans

d’Elmediator :

orchestres pour

danser, projections

de vidéo

proposées par

les participants

et l’obligatoire

exposition rétrospective

balayant

l’ensemble des

activités de la

maison.

Le Village

sera ouvert

les 6, 7

et 8 Juin

Avec : Solidarité internationale,

protection de la planète, commerce

équitable, promotion de

la citoyenneté... Annexe 21,

AFEV, Artisans du Monde,

Collectif d'associations culturelles

de Lleida, Coup de Soleil,

Eléphant Vert, France Palestine,

Greenpeace 66, Horizon Yoga,

Institut Jean Vigo, Le journal du

35, Maison de Vie du

Roussillon, Mouvement de la

Paix 66, Planning Familial,

Radio Zygomar, SEL 66, Sortir

du Nucléaire…

De la joie pour

tous à l’Arsenal

Vendredi 6, samedi 7,

Dimanche 8 juin

Ce sera ces trois jours le

grand week-end d’Ida Y

Vuelta, avec le désordre musical

qui se promet d’en donner

pour tous les goûts.

Perpignan

Gerone

10 ème congrès

international

Domitor

17 - 21 juin 2008

18h :

Groupe Liana Farina,

Tango, Danse orientale,

Groupe Zora,

Danse Flamenco,

Atelier percussion

africaine

A 20h30 :

Rumba del

Vernet

Lura

Soha

Intermèdes avec le

collectif la Foire aux

Ferrailleurs :

Champ de Foire -

tome1 et Champ de

Foire - tome2

Vendredi 6

Ce colloque est organisé par

l’Association internationale

Domitor et se déroulera successivement

à Girona (17 et

18 juin) et à Perpignan (19,

20 et 21 juin).

DOMITOR, l'association internationale

pour le développement de

la recherche sur le cinéma des

premiers temps, est une association

internationale à but non

lucratif regroupant des chercheurs

intéressés par le cinéma des premiers

temps (CPT), de ses débuts

jusqu'en 1915. L'association

s'efforce d'explorer de nouvelles

méthodes de recherches et de

connaissances historiques, favorisant

les échanges d'information,

de documents et d'idées à

l'échelle mondiale.

Dico d’aqui

Les dédicaces

de Gérard Jacquet

Prada : Samedi 7 Juin à la

maison de la Presse, le matin.

Villefranca de Conflent:

Samedi 7 Juin au Bar du

Canigou, de 14 H30 à 16 H.

Ribesaltes : Mercredi 11 Juin

Médiathèque à partir de 15 H.

Perpinyà : Samedi 14 juin à la

librairie Privat à 15 H.

Cotlliure : Samedi 28 juin à

L’Ermitage Notre Dame de

Consolation à 17 H.

Samedi 7

Atelier capoeira, Atelier Funk & Chorale

Soul, Steel band de la Casa, Atelier

Chorale ado, Atelier flamenco, Chant

africain, Groupes de Lleida

A 20h30

Seb Jean Racine

Dub Incorporation

En intermèdes : batucada

16h :

Programme

Le programme est constitué de communications

autour des thèmes suivants

: Production et réalisateurs (17

juin, matin à Girona), Distribution,

exploitation (17 après-midi et 18

matin), Réception, situation du spectateur,

périphérie face au centre (18

après-midi à Girona et 20 matin et

après-midi à Perpignan), Niveau inter-

médiatique, rapport à d’autres séries

culturelles – Historiographie (20

matin), Genre, périphérie dans l’espace

générique (le 21). Table ronde (le

20 à 17h.) . Projections, ciné-concert,

visites. Les chercheurs participants

viennent e nombreux

pays : Grande-

Bretagne, USA,

Espagne, France,

Canada, Irlande,

Suède, Pays-Bas…

Dimanche 8

16h

Atelier blue, Atelier Funk,

Percussions cubaines, Pagode,

Atelier rap, Groupe Maxime, Les

bidons du Vernet

20h30

DJ Sem RIM'K

REDA Taliani

La rai.

More magazines by this user
Similar magazines