Kim Jong Il et les habitants du Jagang - Naenara

naenara.com.kp

Kim Jong Il et les habitants du Jagang - Naenara

http://www.naenara.com.kp

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012


2

LA COREE D’AUJOURD’HUI

REVUE MENSUELLE

N ° 5 (672) L’an 101 du Juche (2012)

Tout le peuple suit le Soleil····································································································· 2

La RPDC, pays chanceux ········································································································ 5

Drapeau de la victoire et de la gloire························································································· 7

A l’occasion du centenaire de la naissance du grand Leader Kim Il Sung

Discours prononcé par le camarade Kim Jong Un, Dirigeant suprême de notre Parti et

de notre peuple lors du défilé militaire consacré au centenaire de la naissance

du Généralissime Kim Il Sung ······················································································ 8

Le désir de Kim Il Sung va en devenant une réalité ························································12

L’attirance et le sentiment de vénération pour le grand homme vont au-delà des frontières·····14

La RPDC que j’ai vue ············································································································15

Excellent festival, belle ville···································································································17

L’exposition-festival qui a atteint son apogée ············································································18

J’ai été témoin de la droiture du peuple coréen··········································································18

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

S O M M A I R E

Notes d’impressions en RPDC


Première page : U Won Yong,

célèbre méritant de l’époque

du Songun (à droite).

En RPDC, les gens sont

nombreux à avoir aidé

beaucoup à l’édification d’un

puissant Etat prospère et à

avoir ainsi pris rang parmi les

héros du jour.

Photo : Ra Phyong Ryol

Quatrième page : Par un beau jour

de printemps, saison de la

floraison.

Photo : Kim Jong Su

13504 ㄱ-28217

© Publiée par les Editions de Revues

en Langues Etrangères, Pyongyang,

RPDC 2012

ISSN 1727-9003

La classe ouvrière coréenne et l’esprit Chollima························· 19

Réunion suspendue à deux reprises ········································· 22

Souvenirs du Premier Mai ······················································ 23

Sous le flambeau du Hamnam

Le complexe de constructions mécaniques de Ryongsong,

titulaire du titre de héros ·················································· 24

Un contre trois································································· 26

Stratagème pertinent····························································· 27

Kim Jong Il et les habitants du Jagang···································· 28

L’hymne à la louange d’une puissance éternelle ························· 30

Le désir le plus cher d’une scientifique······································ 32

Epoux enseignants vivant dans l’avenir ··································· 33

L’acupressing en voie de perfectionnement scientifique ··············· 34

Plus de 20 ans avec la natation synchronisée····························· 35

Les activités de la Croix-Rouge en RPDC ·································· 36

La réserve zoologique de Taegaksan ······································ 37

Conte

Jeune fille qui brode le pays aux belles montagnes et

aux eaux limpides ·························································· 38

Coutumes relatives à la vie de famille vues à travers des documents

anciens ················································································ 40

Astérismes antiques······························································ 41

Les « promesses » du dictateur et la réalité································ 42

Que les troupes d’occupation américaines quittent au plus tôt

la Corée du Sud····································································· 45

Projet de désarmement, programme fallacieux··························· 46

Le Japon est tenu de prendre au plus tôt le parti d’exorciser

son passé·············································································· 47

Adresse: Commune de Sochon,

arrondissement de Sosong, Pyongyang

Email : flph@star-co.net.kp

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012 3


Tout le peuple suit le Soleil

Cérémonie des officiers et soldats des forces de terre, de mer et de l’air de l’Armée populaire de Corée

organisée à l’occasion de la publication de la résolution commune de baptiser

le Palais-Mémorial de Kumsusan « Palais du Soleil de Kumsusan ».

A

l’heure actuelle, le peuple de la RPDC a un attachement plus

vif et une vénération plus chaleureuse que jamais pour

Kim Jong Il, en brûlant de lui demeurer à jamais fidèle.

Pour lui, Kim Jong Il était un Père affectueux et un grand

précepteur plutôt qu’un chef du pays.

Le grand Général, en se livrant à des activités idéologiques et

théoriques énergiques, a enrichi et développé sur tous les plans les

idées du Juche, idées du Songun, en conformité avec les

aspirations des masses populaires, a consolidé et développé plus

que jamais le socialisme axé sur les masses populaires.

Lorsque les impérialistes s’acharnaient plus que jamais à

tenter d’obtenir l’étouffement de la RPDC à la faveur de la chute

du système socialiste mondial, Kim Jong Il a mené sur tous les

plans la politique de Songun, accroissant ainsi considérablement

le prestige et la dignité du pays et da la nation et ouvrant la phase

décisive vers l’édification d’un puissant Etat prospère et l’ère de la

réunification du pays suivant l’esprit de la déclaration commune

Nord-Sud du 15 Juin, soit suivant le principe « Entre nous,

Coréens ».

En dirigeant depuis de longues années le peuple coréen, il

partageait toujours le sort du peuple coréen et n’a ménagé

aucunement ses efforts pour assurer à celui-ci une dignité on ne

peut plus grande et un bonheur digne de ce nom.

Pour le peuple coréen, il était donc le constructeur et

défenseur de son bonheur, le Soleil du Songun qui a garanti son

bel avenir.

Voilà bien pourquoi, le peuple coréen voit en lui le Soleil du

Songun et est ferme dans sa volonté de lui rester à jamais fidèle

avec une loyauté on ne peut plus noble et de faire honneur à sa vie

révolutionnaire et à son œuvre accomplie en jetant non sans

émotion un coup d’œil sur le chemin on ne peut plus ardu mais

glorieux et plein de victoires qu’il a parcouru pour construire le

socialisme sous la direction du Soleil du Songun.

2

4

LA

LA COREE

COREE D’AUJOURD’HUI

D’AUJOURD’HUI N°

N° 5, 2012

5, 2012

En traduisant la volonté unanime du peuple coréen d’être

toujours auprès du respecté Kim Jong Il et de faire de génération

en génération honneur à son œuvre accomplie, un peu partout

dans le pays, ont été érigées et installés ses statues et ses portraits

au visage rayonnant de sourire et construits des monuments à son

immortalité ; le Palais-Mémorial de Kumsusan, temple suprême

du Juche, où le grand Leader Kim Il Sung et le grand Dirigeant

reposent à leur image de leur vivant, a été rebaptisé Palais du

Soleil de Kumsusan, le 16 février, jour anniversaire de la

naissance de Kim Jong Il, a été proclamé fête de l’Etoile.

Le CC du Parti du travail de Corée, la Commission militaire

centrale de ce Parti, le Comité de la défense nationale de la RPDC

et le Présidium de l’Assemblée populaire suprême de la RPDC ont

décidé en commun de décerner à Kim Jong Il le titre de

Généralissime de la RPDC, tandis qu’ont été institués l’Ordre de

Kim Jong Il, le prix Kim Jong Il, le prix d’honneur

Kim Jong Il pour la jeunesse, le prix d’honneur Kim Jong Il

pour les enfants .

A l’occasion du 100 e jour du décès de Kim Jong Il, des

rassemblements ont été organisés en grande pompe à la mémoire

de celui-ci, au niveau central et provincial et au niveau de villes et

d’arrondissements.

Ont été créés de nombreux nouveaux ouvrages littéraires et

artistiques consacrés au vif attachement du peuple à Kim Jong Il,

à la vie révolutionnaire de celui-ci et à son œuvre accomplie.

Le film documentaire Le grand Dirigeant Kim Jong Il

s’éternise a vu le jour ; le concert a été donné à l’occasion du 1 er

janvier lunaire 2012 par l’orchestre Unhasu sous le signe de

L’œuvre du Soleil sera éternelle, le spectacle de variétés de

musique et de danse Nous demeurerons à jamais fidèles à notre

Commandant suprême et d’autres concerts et représentations

artistiques ont été donnés, en connaissant une grande vogue.

Tous les secteurs de l’économie nationale ont été animés


De gauche à droite : L’ordre de Kim Jong Il, la médaille d’or du prix Kim Jong Il, la médaille pour le prix d’honneur

Kim Jong Il pour la jeunesse, l’insigne pour le prix d’honneur Kim Jong Il pour enfants, fraîchement institués.

d’une lutte exaltante pour exécuter à tout prix les dernières

recommandations de Kim Jong Il, soit pour imprimer un grand

essor à la production.

Le Rodong Sinmun, le Joson Inmigun, le Chongnyon Jonwi,

les trois plus grands quotidiens de la RPDC, ont publié en

commun le 1 er janvier dernier l’éditorial « Auréolons 2012 de

glorieuses nouvelles victoires, faisons ainsi de cette année l’ère

de l’inauguration d’une grande prospérité, suivant les dernières

recommandations du grand Dirigeant Kim Jong Il ».

Tout le peuple a imprimé un grand essor à la production pour

marquer le centenaire de la naissance de Kim Il Sung et la 4 e

conférence du Parti du travail de Corée par un élan

d’enthousiasme politique et par de brillants succès dans le travail.

Les constructeurs de machines « Ryonha », pionniers de la

révolution industrielle du nouveau siècle, ont réussi à fabriquer le

prototype d’un nouveau modèle de machine high-tech suivant les

dernières volontés de Kim Jong Il, tandis que des milliers

d’usines et autres entreprises du pays ont accompli de beaucoup

tôt que prévu leur plan d’économie nationale.

Au cœur de la ville de Pyongyang, les travaux de

construction d’un nouveau théâtre et de nouveaux immeubles

d’habitation ont été rapidement poussés, l’ont été également les

travaux d’aménagement de plusieurs nouvelles unités d’activité

destinées à améliorer le niveau de vie de la population.

Le vif attachement du peuple coréen pour Kim Jong Il, sa

grande fidélité à celui-ci et sa vénération sans bornes pour celuici

suscitent une grande admiration chez les peuples de par le

monde.

Au cours de sa tournée à Paris en mars dernier, l’orchestre

Unhasu de la RPDC a exécuté la musique orchestrale

Fascination, hymne à la louange de Kim Jong Il.

Après avoir assisté à ce spectacle, un caméraman de

« France-Musique » a déclaré : « Il est rare qu’on voie des

instrumentistes de la scène exécuter une musique orchestrale en

versant des larmes. Je savais que le peuple coréen avait une

confiance remarquable en Kim Jong Il, mais ce n’est

Officiers et soldats de l’Armée populaire, travailleurs de toutes catégories, jeunes et enfants

déposant des couronnes de fleurs au pied des statues de Kim Il Sung et de Kim Jong Il.

LA LA

COREE COREE

COREE

D’AUJOURD’HUI D’AUJOURD’HUI

D’AUJOURD’HUI



5,

5,

2012 2012

2012

5

3


Rassemblement organisé au niveau central, sur la place Kim Il Sung, à la mémoire de Kim Jong Il à

l’occasion du 100 e jour de son décès (en mars 2012).

qu’aujourd’hui que je suis parvenu à me persuader que

l’attirance pour Kim Jong Il est profondément enracinée à

chacun des Coréens. »

La volonté du peuple coréen d’édifier à tout prix un puissant

Etat prospère sous l’éternelle direction de Kim Jong Il comme

le désirait tant celui-ci, va en se réalisant brillamment sous la

direction du respecté Kim Jong Un.

Le peuple coréen voit dans ce dernier qui poursuit sans répit

sa tournée d’inspection en allant d’une unité à l’autre de

l’Armée populaire le grand Dirigeant Kim Jong Il qui

défendait de pied ferme le pays et le peuple en menant la

politique de Songun. En regardant le respecté Kim Jong Un

prodiguer des sollicitudes affectueuses au peuple en considérant

des intérêts de celui-ci comme la priorité de ses priorités, et

Une scène de Tout le peuple suit le Soleil, concert donné à l’occasion de la fête de l’Etoile par l’orchestre Unhasu.

4 LA

6

LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 5, 2012

2012

comme un principe à respecter absolument, le peuple coréen se

sent toujours entouré par les sollicitudes affectueuses du

Dirigeant Kim Jong Il qui disait que son objectif à vie et sa

joie étaient de se dévouer tout entier pour la construction d’un

pays riche et puissant et pour assurer un bonheur digne de ce

nome au peuple.

Voilà bien pourquoi le peuple coréen est infiniment fidèle à

Kim Jong Un qui tient du Dirigeant Kim Jong Il quant à la

pensée, à l’art de diriger et aux qualités, en voyant en lui le

Soleil, et il est optimiste pour l’avenir du pays comme il l’a été

toujours par le passé où, sous la direction de Kim Jong Il, il a

toujours volé de victoire en victoire en dépit de multiples

épreuves et obstacles.

Kim Hyok Myong


La RPDC, pays chanceux

Kim Il Sung et Kim Jong Il faisant le tour de la baignade de distractions de

Mangyongdae (en août 1985).

ent ans sur un million d’années de l’histoire de

C l’humanité ne représentent qu’un moment. Toutefois,

cette période est suffisante pour pouvoir décider du sort d’une

nation.

Alors, que veulent dire les événements qui sont entrés

depuis cent années dans l’histoire de la nation coréenne ?

En 1905, le Japon occupa la Corée manu militari. Les

Coréens se virent obligés à se réduire en esclavage colonial et

privés même de leur droit de se faire désigner par leurs noms

coréens.

Toutefois, l’âme de la Corée survivait. En se lamentant sur

le destin en déclin de la nation, les patriotes étaient nombreux

à se débattre et à verser leur sang pour tenter de faire bloc et de

combattre l’occupant. Certains d’entre eux se présentèrent

même dans la salle de la conférence de paix universelle avec

une pétition pour l’indépendance nationale, mais ils furent en

butte à un cruel mépris et se suicidèrent sur place par hara-kiri

en se plaignant de la tristesse de nation faible.

Si la nation coréenne s’est vue obligée à subir ce sort

tragique, c’est parce qu’elle n’avait pas de leader pour la

diriger, autour duquel elle puisse faire bloc, et à qui elle puisse

confier son sort. Elle attendait donc avec impatience

l’avènement d’un éminent leader de la révolution qui puisse

l’éclairer sur la voie à suivre.

Comme pour satisfaire ce brûlant désir, Kim Il Sung,

futur grand leader et Soleil de la nation, est né le 15 avril 1912.

Ainsi, a commencé, la nouvelle histoire de la Corée du Juche.

La création d’un Etat nouveau, d’un Parti nouveau, d’une

armée de type nouveau, l’avènement d’un peuple nouveau,

d’un régime nouveau et la construction d’une vie nouvelle, on

les doit à Kim Il Sung.

Depuis des temps immémoriaux, on croyait que l’homme

est fatalement condamné à subir son sort et que Dieu n’est pas

capable de résoudre le problème du destin de l’homme que nul

ne peut prévoir et auquel nul ne peut résister.

Toutefois, Kim Il Sung a proclamé, pour la première fois

LA LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 5, 2012 2012

7 5


dans l’histoire, que le sort de l’homme

n’est pas fatal.

On lui doit également les idées du

Juche selon lesquelles chacun est maître

de son destin et a les forces de le

façonner. Ainsi, l’humanité est enfin

parvenue à avoir une boussole

idéologique l’éclairant sur la voie à

suivre pour façonner elle-même son

destin.

Sous la direction pertinente de

Kim Il Sung, le peuple coréen a su

mettre pour la première fois dans

l’histoire un terme au fatalisme.

Toujours, sous sa direction, il a su

mener à une issue victorieuse deux

guerres révolutionnaires, deux révolutions

et l’œuvre d’édification du socialisme

de plusieurs étapes, parvenant ainsi à

atteindre le sommet de la gloire et à

construire sur son sol où régnaient le

retard et le paupérisme un puissant Etat

socialiste souverain, indépendant et

auto-défensif en matière de sécurité

nationale.

Pour le peuple coréen qui, par le

passé, s’était vu obligé à supporter la

servilité vis-à-vis des grandes

6

8

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

puissances et toutes formes d’humiliation

et d’opprobre, Kim Il Sung était le Père

de sa renaissance, le fondateur de la

Corée socialiste et son Père affectueux.

Voilà bien pourquoi il voyait en lui

le Soleil de la nation, en croyant en lui

comme en Dieu et lui confiant

entièrement son sort.

L’époque de grand homme est

censée ne durer qu’une génération.

Toutefois, le peuple coréen a eu la

chance d’avoir un nouveau Leader-

Kim Jong Il et Kim Jong Un inspectant le complexe de vinalon « 8

Février » (en octobre 2011).

grand Soleil, portrait tout craché de

Kim Il Sung pour le diriger. Depuis le

décès de Kim Il Sung, il a vécu dans

une affliction on ne peut plus cruelle, en

passant par des épreuves d’une dureté

sans précédent.

Alors que le peuple coréen était mis

dans cette alternative : ou bien rester

maître de son destin ou bien se laisser

duire à nouveau en esclavage par les

impérialistes, Kim Jong Il a donné la

mesure de ses qualités de grand homme

en se sacrifiant entièrement à la défense

du pays.

« La puissance d’un pays ne dépend

pas de sa superficie territoriale ni de son

potentiel économique. Même un tout

petit pays encore en voie de

développement peut prendre rang parmi

les grandes puissances, pourvu qu’il soit

ferme dans son idéologie et qu’il ait une

puissante arme. » Telle était la

conviction de Kim Jong Il.

Voilà bien pourquoi il a tout mis en

œuvre pour imprégner le peuple des

idées du Parti et lui inculquer une foi

révolutionnaire et une noble morale,

parvenant ainsi à réaliser une cohésion

monolithique de toute la

société. Par ailleurs, en

érigeant l’Armée populaire de

Corée en pilier de la

révolution, en principal acteur

de l’édification du socialisme,

il en a renforcé par tous les

moyens la puissance au point

de la rendre invincible.

Si la RPDC a pris rang parmi

les puissances nucléaires, les

constructeurs- lanceurs de

satellites artificiels, on le doit

également à Kim Jong Il.

De même, si Kim Il Sung,

fondateur de la Corée

socialiste et Père affectueux du

peuple, s’éternise et si la

glorieuse histoire de la Corée

de Kim Il Sung, Soleil de la

nation se poursuit toujours

avec le glorieux calendrier

Juche, on le doit également à

Kim Jong Il.

Pour le peuple coréen, ce

dernier était le Soleil du

Songun qui a jeté de solides

fondations d’un puissant Etat

prospère à construire.

Toujours pour le peuple

coréen, sa plus grande chance

était d’avoir vécu sous deux

grands Leaders.

S’il a été un peuple on ne peut plus

chanceux et que la Corée socialiste a su

répandre son éclat sur l’échiquier

mondial, c’est qu’ils avaient pour

Leaders Kim Il Sung et Kim Jong Il,

grands hommes.

A l’heure actuelle, il a un nouveau

grand Leader pour le diriger, et voit

ainsi une nouvelle ère, celle

d’allégresse.

Kim Jong Un possède toutes les

qualités propres à un grand homme, une

habileté exceptionnelle dans l’art de

diriger et des vertus on ne peut plus

nobles. Depuis longtemps, il a assisté le


grand Dirigeant

Kim Jong Il dans la

conduite de la

révolution fondée sur

le Songun, ce qui lui

a valu le respect et la

confiance sans bornes

du peuple.

Il est son prédécesseur

tout craché

aussi bien quant à la

prescience

idéologique et théorique

que quant à l’art

de diriger et même

quant à la vertu. Il

mène toutes les affaires

suivant fidèlement

la pensée et la volonté

de Kim Jong Il.

En décembre de

l’année dernière,

Kim Jong Un a été

nommé Commandant

suprême de l’Armée

populaire de Corée.

Et la 4 e conférence du Parti du

travail de Corée et la 5 e Session de la

12 e Assemblée populaire suprême de la

RPDC tenues en avril dernier l’ont élu

au sommet de la hiérarchie de ce Parti

et de la RPDC.

A avoir confié son sort entièrement

au respecté Kim Jong Un, le peuple

coréen n’a plus rien à envier au monde,

A l’heure actuelle, sur la

planète, les idées et les

exploits de Kim Il Sung,

éternel Président de la

RPDC, se perpétuent tout

comme le Soleil s’éternise. Il

Kim Jong Un, Dirigeant suprême de notre Parti et de notre peuple répondant

aux acclamations enthousiastes de la foule (en avril 2012).

pas plus qu’il n’a peur de rien.

Le 15 avril dernier, à l’occasion du

centenaire de la naissance du

Généralissime Kim Il Sung, un défilé

militaire a eu lieu sur la place Kim Il Sung

à Pyongyang en présence du respecté

Kim Jong Un.

A cette occasion, la foule a salué ce

dernier par des acclamations

enthousiastes, en signe de sentiment de

vénération sans bornes pour lui. Le

peuple coréen a ainsi donné libre cours

à sa joie d’avoir Kim Jong Un, un

nouveau Soleil, au sommet de la

hiérarchie du Parti, de l’Etat et de

l’armée, en se raffermissant dans sa

volonté de faire bloc autour de lui en

comptant entièrement sur lui.

Drapeau de la victoire et de la gloire

en est de même pour les

idées et les exploits de

Kim Jong Il, Secrétaire

général du Parti du travail

de Corée. On le doit à

Kim Jong Un, excellent

continuateur fidèle de

l’œuvre révolutionnaire, qui

est au sommet de la

hiérarchie du Parti, de l’Etat

et de l’armée.

Cela fait non seulement

la joie du peuple coréen mais

aussi la nôtre.

Cette tendance inspire la

Won Chung Guk

peur aux impérialistes mais

la fierté et l’espérance aux

amis de la Corée socialiste.

Le respecté camarade

Kim Jong Un représente

un grand drapeau de la

victoire et de la gloire.

L’écrivain russe

Grami Goghya

LA LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 5, 2012 2012 2012

9 7


10

A l’occasion du centenaire de la naissance du grand Leader Kim Il Sung

Luttons avec énergie pour la victoire finale

en portant plus haut le drapeau du Songun

Le respecté Kim Jong Un prononçant un discours lors du défilé militaire consacré

au centenaire de la naissance du Généralissime Kim Il Sung (15 avril 2012).

Officiers et soldats des forces de terre, de mer et de l’air

et de la troupe des fusées stratégiques de l’héroïque Armée

populaire de Corée, et du Corps populaire de l’Intérieur de

Corée,

Membres de la Garde rouge des ouvriers et des paysans

et de la Garde rouge de la jeunesse,

Travailleurs de tout le pays et citoyens de la ville de

Pyongyang,

Frères du Sud et Coréens de la diaspora,

Camarades et amis,

C’est avec une grande fierté et une haute dignité

nationales que nous assisterons aujourd’hui à un défilé

militaire solennel consacré au centenaire du Président

Kim Il Sung, grand Leader.

Ce défilé sans précédent dans l’histoire de l’édification

de notre armée, redevable à la noble volonté et à l’initiative

personnelle du grand camarade Kim Jong Il visant à honorer

pour toujours les hauts faits immortels accomplis par

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 5, 2012

l’éminent Président Kim Il Sung en la matière et à

démontrer au monde entier la force de notre puissance

socialiste, sera un grandiose festival de vainqueurs.

A cette occasion mémorable, je tiens à exprimer

l’admiration sans bornes de tous les officiers et soldats de

l’Armée populaire et civils et à présenter mes plus grands

respects et une gloire suprême aux éminents Président

Kim Il Sung et camarade Kim Jong Il, fondateurs et

bâtisseurs de nos forces armées révolutionnaires et étendards

de l’invincibilité.

De même, je rends hommage aux martyrs de la

révolution antijaponaise et de l’Armée populaire qui ont fait

le sacrifice de leur précieuse vie pour l’indépendance, la

souveraineté de la patrie et la libération du peuple.

Je félicite chaleureusement les officiers et soldats de

l’Armée populaire et du Corps populaire de l’Intérieur, les

membres de la Garde rouge des ouvriers et des paysans et de

la Garde rouge de la jeunesse ainsi que le peuple entier qui


ont donné toute la carrière à leur héroïsme et à leur

abnégation sans pareils aux postes de toute la ligne de

défense de la patrie et sur tous les chantiers de l’édification

d’une puissance prospère: les brillantes réalisations qu’ils ont

accomplies au niveau de l’accroissement du potentiel de

combat et du grand essor révolutionnaire ont honoré les fêtes

mémorables de l’année en cours.

De même, j’adresse mes chaleureuses salutations aux

frères du Sud et Coréens de la diaspora qui donnent le

meilleur d’eux-mêmes pour la cause patriotique de la

réunification, de la richesse, de la puissance et de la

prospérité de la patrie, et je remercie les amis étrangers qui

soutiennent et encouragent de leur mieux la juste cause de

notre peuple.

Camarades,

L’histoire de cent ans de la grande nation Kim Il Sung

confirme clairement la vérité incontestable qu’un pays, une

nation, doit avoir un homme éminent à sa tête pour accéder à

la dignité, à la puissance et à la prospérité.

Petite nation lamentablement colonisée, réduite à se

résigner à la servilité envers les grandes puissances et à la

ruine comme une fatalité parce que, toute fière qu’elle fût de

son histoire cinq fois millénaire et de l’éclat de sa culture,

elle ne jouissait pas d’une direction pertinente ni n’avait la

force de se défendre, telle se révélait notre nation il y a un

siècle.

Or, les cent ans de la nation Kim Il Sung ont mis pour

toujours un terme à ce martyre et porté la dignité de notre

patrie et de notre peuple au plus haut palier de leur histoire.

Si la situation géopolitique du pays reste invariable, il est

devenu aujourd’hui, de faible nation jadis cruellement foulée

aux pieds comme arène de lutte entre les grandes puissances,

une fière puissance politique et militaire; et notre peuple peut

jouir de la dignité d’un peuple souverain invulnérable.

Ce prodigieux changement dans le destin de notre nation

n’est nullement un produit spontané du temps, mais relève

d’une nécessité historique, les grands Président Kim Il Sung

et camarade Kim Jong Il, promoteurs et dirigeants de la

révolution fondée sur le Songun, étant à son origine.

Pour avoir eu à leur tête de grands hommes sans pareils

qui surent édifier l’armée révolutionnaire la plus élitaire qui

soit en attribuant aux armes une importance essentielle dans

la révolution, notre patrie et notre peuple ont pu voir leur

destin changer radicalement, le grand festival solennel

d’aujourd’hui pouvant d’ailleurs manifester au monde entier

le potentiel national de la Corée du Songun.

Le grand Président Kim Il Sung a mis en évidence que

les armes sont vitales pour une nation et représentent la

victoire de la révolution et fondé en conséquence, il y a 80

ans, dans la forêt du Paektu, l’Armée révolutionnaire

populaire coréenne, première force armée révolutionnaire du

type Juche, avec les meilleurs fils et filles du peuple.

Grâce à la création de cette armée, notre peuple a pu se

doter de la première armée authentique de son histoire; et

c’est dès lors que la révolution coréenne a pu écrire une

glorieuse histoire en progressant par la force des armes.

S’investissant en priorité, tout le long de ses activités

révolutionnaires, pour l’accroissement des forces armées

révolutionnaires, le Président Kim Il Sung a vaincu en une

seule génération les deux impérialismes les plus féroces,

véritable prodige militaire du 20 e siècle, érigé l’Armée

populaire en un corps armé dont les membres peuvent

combattre à un contre cent, armé le peuple entier et fortifié

tout le territoire du pays, créant ainsi un efficace gage

militaire pour la souveraineté du pays et la prospérité

éternelle de la nation.

Le grand camarade Kim Jong Il, s’étant fait une mission

pour toute sa vie de poursuivre et d’achever l’œuvre

révolutionnaire Songun inaugurée par le Président Kim Il Sung

sur la base des idées du Juche, a ouvert l’âge d’or de nos

forces armées révolutionnaires en faisant preuve d’une

perspicacité hors du commun, d’un éminent art du

commandement et d’une audace sans pareille.

Alors que notre révolution traversait des épreuves des

plus rudes, le camarade Kim Jong Il a, grâce à son

invincible politique de Songun, érigé l’Armée populaire en

corps de combattants le plus élitaire, conduit à des victoires

successives la lutte inédite menée pour la sauvegarde du

socialisme et accompli l’immense exploit historique en

hissant notre pays au rang d’une puissance militaire d’ordre

mondial.

Sous la direction des grands Président Kim Il Sung et

camarade Kim Jong Il, nos forces armées révolutionnaires

ont démontré sans réserve leur puissance d’armée marquée

d’un caractère révolutionnaire prononcé, d’une combativité et

d’une force incomparables.

Sur leur glorieux parcours, nos forces armées

révolutionnaires ont eu à la fois à mener contre les puissants

impérialistes d’âpres confrontations décisives qui mettaient

en jeu notre vie et de grandes batailles de construction

appelées à préparer un terrain éternel pour la richesse et la

puissance de la patrie.

Dans ces journées, nos forces armées révolutionnaires se

sont révélées d’une fidélité sans bornes à leur mission

primordiale d’armée authentique du Leader et du Parti et ont

justifié on ne peut mieux l’attente de la patrie et du peuple.

Le noble esprit de défendre au risque de la vie le Leader,

esprit créé par les partisans de la guerre contre les Japonais,

est devenu la devise absolue de notre armée, la source

fondamentale de sa force morale et de sa capacité de combat

et la précieuse tradition des générations successives.

D’avoir été la première à lever l’étendard de l’esprit de

défendre le Leader au péril de la vie et sauvegardé

résolument en avant-garde le fil de la vie de la révolution

Juche aux heures de gloire comme aux heures d’épreuve est

le plus grand exploit accompli par notre Armée populaire

devant la révolution.

L’histoire de notre armée qui a commencé avec deux

LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012 2012

11


pistolets et a évolué en armée sans rivale, inspirant de la

terreur aux agresseurs impérialistes, est sans précédent dans

les annales mondiales de l’édification de l’armée.

Pendant les longues années ayant suivi sa fondation,

notre Armée populaire a mené la guerre de partisans et la

guerre régulière ainsi qu’une confrontation sans coups de feu,

parvenant ainsi à acquérir un art de la guerre Juche d’une

efficacité absolue et une expérience invincible et a évolué en

armée d’une force inépuisable, munie de moyens offensifs et

de moyens défensifs achevés de notre cru, pouvant faire face

à toute forme de guerre moderne.

La technique militaire supérieure n’est plus le monopole

des impérialistes, et le temps est à jamais révolu où l’ennemi

pouvait nous menacer et nous faire chanter avec la bombe A.

Le confirmera sans équivoque le grandiose défilé

d’aujourd’hui.

Depuis qu’elle a gravé dans son appellation le mot

«populaire», notre Armée populaire a laissé des empreintes

nettes non seulement dans la défense de la patrie, mais aussi

dans l’édification d’une patrie riche et puissante à titre

d’artisan du bonheur du peuple.

Les constructions monumentales qui ont fait leur

apparition partout dans la patrie et les nombreux biens

socialistes contribuant au bien-être du peuple sont empreints

du sang et de la sueur précieux des officiers et soldats de

notre Armée populaire.

La puissante armée révolutionnaire du Paektu, fière

d’appartenir au Leader, au Parti et au peuple et se révélant

d’une force invincible, est le plus grand bien patriotique

laissé en héritage par nos éminents Généralissimes, précieux

héritage où notre Parti et notre peuple voient une chance et

un sujet de fierté incommensurables.

La carrière toujours victorieuse de l’héroïque Armée

populaire de Corée a fait la gloire des cent années d’existence

de la Corée du Juche de même qu’elle promet pour toujours

un avenir certain à la nation Kim Il Sung-Corée Kim Jong

Il.

La chronique révolutionnaire sacrée et les immortels

hauts faits des grands Président Kim Il Sung et camarade

Kim Jong Il brilleront à jamais dans les annales de la patrie,

eux qui, en frayant la voie à la révolution marquée du Songun

à travers des difficultés, ont ouvert une nouvelle ère, celle de

l’indépendance nationale, et jeté une solide base à la

puissance et à la prospérité du pays et au bonheur de la

postérité.

Camarades,

Nous sommes au tournant de l’histoire, seuil des

nouveaux cent ans du Juche.

Pour nous qui avons reçu une formation révolutionnaire

dans le giron du camarade Kim Jong Il, c’est le moment de

haute responsabilité et d’importance majeure de redoubler

résolument d’effort plus que jamais dans notre lutte.

La 4 e Conférence du PTC et la 5 e session de la 12 e

Assemblée populaire suprême, réunions historiques qui ont

12 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

eu lieu il y a quelques jours, ont proclamé le grand camarade

Kim Jong Il Leader éternel de notre révolution, Secrétaire

Général éternel du Parti du travail de Corée et Président

perpétuel du Comité de la défense nationale de notre

République.

C’est le témoignage de la volonté immuable de notre

Parti, de notre armée et de notre peuple de poursuivre jusqu’à

son achèvement à la lettre et sans la moindre concession à la

manière du Président Kim Il Sung et du Général Kim Jong Il

sous la bannière du kimilsunisme-kimjongilisme l’œuvre

révolutionnaire Juche entreprise au mont Paektu.

Suivre sans dévier la voie de l’indépendance, la voie du

Songun et celle du socialisme frayées par les grands

Président Kim Il Sung et camarade Kim Jong Il, là est la

stratégie éternelle de notre révolution, là réside le garant de

sa victoire finale.

Si nous voulons préserver pour toujours la dignité de la

Corée du Songun et réussir l’édification d’une puissance

socialiste prospère, il nous faut absolument et avant tout

renforcer par tous les moyens l’Armée populaire.

L’Armée populaire doit, sous la direction du Parti,

continuer à se frayer un chemin à travers une neige vierge et

défendre efficacement par la force des armes la cause du Parti

en troupe d’éclaireurs et point d’appui ferme dignes de

confiance de la révolution nourrie du Songun.

Le temps s’écoulera et les générations se succéderont,

mais jamais notre Armée populaire modelée sur le Président

Kim Il Sung et le Général Kim Jong Il ne pourra changer

dans sa nature révolutionnaire pas plus que cette puissante

armée révolutionnaire du Paektu qui porte dans sa marche le

drapeau rouge du Parti du travail avant tout ne pourra

changer de mode d’action.

Il faut développer plus en profondeur le mouvement des

7 e régiments O Jung Hup en fonction des impératifs de

l’évolution de la réalité pour transformer l’armée entière en

7 e régiment animé de l’esprit de se faire balles et bombes

datant de la résistance antijaponaise.

L’Armée populaire doit appliquer strictement les idées et

la ligne militaires Juche de notre Parti dans ses affaires

militaires et politiques et se doter d’un système de

commandement révolutionnaire toujours plus solide pour se

muer en un corps idéologiquement pur et une organisation

intégrale, en adoptant la pensée, le souffle et l’allure du Parti.

On ravivera au sein de l’Armée populaire entière l’ardeur

générale à l’exercice du type du Paektu pour transformer tous

ses officiers et soldats en guerriers dignes de ce nom, munis

de la stratégie et de la tactique Kim Il Sung-Kim Jong Il

invincibles, d’un mode d’offensive audacieux et d’aptitudes à

combattre infaillibles, et perfectionner encore son aspect

régularisé d’armée révolutionnaire la plus élitaire, disciplinée

et belle à tous les points de vue.

Une union indéfectible supposant celle de l’armée entière

autour du Parti en troupe de compagnons d’armes et le bloc

formé entre l’armée et le peuple, là est la vraie puissance de


notre Armée populaire, là réside la clé de l’accroissement de

sa force.

L’Armée populaire doit porter bien haut le mot d’ordre

«Que l’armée entière se fasse une troupe de vrais

compagnons d’armes!»: épanouir toujours davantage la belle

tradition d’unité entre officiers et soldats et se convertir en un

corps de compagnons d’armes prêts à se sacrifier les uns pour

les autres sur la voie de la révolution nourrie du Songun.

Tous les officiers comme tous les soldats sont de

précieux compagnons d’armes du Commandant suprême.

Nous comptons, non sur des armes modernes quelconques

comme les canons et les fusées, mais sur nos chers soldats

dont le service constitue la raison d’être des officiers comme

du Commandant suprême.

Tous les officiers doivent s’occuper avec chaleur des

soldats avec le sentiment d’être leurs frères ou sœurs aînés et

leurs vrais compagnons d’armes et s’accoutumer à se

dépenser infatigablement pour eux.

L’unité entre l’armée et le peuple est le fondement de

notre société et la base de tout dans la révolution nourrie du

Songun.

L’Armée populaire doit, fidèle à la tradition des partisans

de la résistance antijaponaise, jouer toujours un rôle actif et

de pionnier dans le renforcement de la grande union entre

elle et le peuple.

Elle doit porter comme toujours le mot d’ordre «Venons

en aide au peuple!» proposé par le grand Général Kim Jong Il.

Ses officiers et soldats doivent rendre toujours plus de

services au peuple avec le sentiment d’aider leurs propres

parents et frères et de soigner leurs propres maisons et cours,

pour s’acquitter du devoir de l’armée du peuple.

Notre peuple est le meilleur qui soit au monde, lui qui a

soutenu avec dévouement le Parti en traversant toutes les

épreuves. Lui épargner toute nouvelle privation, mais lui

permettre de vivre à volonté dans une aisance et un confort

dignes du socialisme, telle est la résolution inébranlable de

notre Parti.

C’est à nous de soigner les précieuses semences

répandues par le grand camarade Kim Jong Il pour la

construction d’une puissance économique et l’amélioration

de la vie du peuple et de les développer brillamment dans la

réalité.

Une union étroite et un potentiel militaire indéfectible

plus une révolution industrielle digne du nouveau siècle, c’est

une puissance socialiste prospère.

Nous devons raviver les flammes de la révolution

industrielle du nouveau siècle, flammes du Hamnam, pour

inaugurer l’édification générale d’une puissance économique.

Il incombe aux officiers et soldats de l’Armée populaire

de prouver comme jusqu’ici les capacités illimitées d’une

armée révolutionnaire dans tous les secteurs principaux

touchant à l’édification d’une puissance économique et au

mieux-être du peuple et d’ouvrir la voie à la marche générale

pour un grand essor.

Tous les cadres, membres du Parti et autres travailleurs

devront s’inspirer du style d’action et de la façon de faire de

l’Armée populaire accoutumée à venir d’un seul coup à bout

de toute tâche dès qu’elle s’y est décidée et engagée et aviver

leur ardeur à faire dans tous les secteurs de l’édification du

socialisme des innovations et bonds marquants devançant des

décennies.

La paix est bien précieuse pour notre Parti et le

gouvernement de notre République qui se proposent pour

objectif global de construire une puissance prospère et

d’améliorer le bien-être du peuple. Mais la dignité de la

nation et la souveraineté du pays le sont plus encore.

Tous les officiers et soldats de l’Armée populaire

doivent, sans jamais perdre leur nature révolutionnaire, rester

fin prêts pour les combats et assurer fermement par la force

des armes l’œuvre d’édification d’une puissance prospère de

notre Parti afin de préserver intactes la dignité et la

souveraineté de notre République et de défendre la paix

authentique et la sécurité du pays.

Il est vraiment navrant de voir nos compatriotes qui ont

vécu au long des siècles en nation homogène sur un même

territoire souffrir depuis près de 70 ans de la partition.

Notre Parti et le gouvernement de notre République

tendront la main à tous ceux qui désirent sincèrement la

réunification du pays et souhaitent la paix et la prospérité de

la nation et se dépenseront de façon responsable et avec

persévérance pour la cause historique de la réunification.

Camarades,

Notre cause est juste, et la Corée unie par la vérité a une

force inépuisable.

Dans la mesure où les grands Président Kim Il Sung et

camarade Kim Jong Il qui vivront à jamais dans le cœur de

tous les officiers et soldats de l’Armée populaire et du peuple

entier nous souhaitent un avenir radieux, où nous avons pour

nous l’armée révolutionnaire sans rivale du Paektu, la grande

union indéfectible entre l’armée et le peuple de même qu’un

peuple fidèle qui soutiennent consciencieusement et avec

loyauté la cause du Parti, nous vaincrons sans faute.

Pour ma part, je serai un digne compagnon d’armes

toujours prêt à partager heur et malheur avec vous,

camarades, sur la voie de la révolution sacrée nourrie du

Songun, et je m’acquitterai, fidèle aux recommandations du

camarade Kim Jong Il, des responsabilités assumées devant

la patrie et la révolution.

Luttons tous avec vigueur, étroitement unis dans une

seule pensée et une seule volonté, en dignes descendants du

grand Président Kim Il Sung, en dignes soldats et disciples

de l’éminent Général Kim Jong Il.

En tête de nos rangs de révolutionnaires qui ne

connaissent que victoire et gloire flottera toujours l’étendard

du Soleil des grands Président Kim Il Sung et camarade

Kim Jong Il, nous encourageant et nous incitant

constamment à de nouvelles victoires.

En avant vers la victoire finale!

LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012 2012

13


A l’occasion du centenaire de la naissance du grand Leader Kim Il Sung

Il

y a quelques années, un jour, le grand Dirigeant

Kim Jong Il a affirmé : « Le désir de toujours de

notre respecté Leader était de transformer notre

pays en un Etat socialiste prospère, fort et riche, où le peuple

vivra heureux jusqu’à n’avoir plus rien à envier au monde. »

Ce souhait du grand Leader va aujourd’hui en devenant

une brillante réalité.

La production sidérurgique et celle de fibre et d’engrais à

la coréenne qui permettent de se passer des importations ont

été lancées ; les terres agricoles du pays ont été remembrées

jusqu’à devenir de grandes surfaces standard, et de grands

canaux d’irrigation sans pompage construits, ce qui aide avec

efficacité au développement de l’économie nationale. Ainsi,

12 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

14

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

Le désir de Kim Il Sung va en

devenant une réalité

le paysage du pays a été embelli considérablement.

Ces dernières années, ont été remises à neuf de

nombreuses usines d’industrie légère, dont l’usine textile

Kim Jong Suk de Pyongyang et l’usine de chaussettes de

Pyongyang. Et partout dans le pays, ont été aménagés de

modernes centres d’élevage d’animaux et de poissons, ceux

d’arboriculture fruitière d’envergure.

Pyongyang, capitale du pays, a vu surgir un grand

nombre de nouveaux immeubles d’habitation dignes de

servir de modèles de logements du nouveau siècle, tandis que

Ryongrim, Taehung, Hoeryong et nombre d’autres villes de

province et de villages ont été transformés en merveilles du

socialisme.

Les changements spectaculaires, on les doit au grand

Dirigeant Kim Jong Il qui s’est dévoué tout entier pour la

prospérité du pays.

Depuis qu’il a mis en avant son projet d’ouvrir, avant la

fin de 2012, année du centenaire du grand Leader Kim Il Sung,

la porte d’un puissant Etat prospère, Kim Jong Il a

poursuivi sans répit sa tournée d’inspection en parcourant

toutes les régions du pays par souci de réaliser à tout prix ce

projet.

Entre-temps, sans se donner jamais un moment de repos

auquel il avait droit en tant que Leader et que pourtant tous

nos concitoyens ont pris, il a fait preuve d’un grand

dévouement et d’une ardeur surhumaine pour encourager le


peuple à remporter des succès spectaculaires.

Sa longue tournée d’inspection marquée par un

patriotisme et un dévouement sans bornes, a mis pleinement

en jeu les forces et l’intelligence inépuisables de nos

concitoyens. Ainsi, la richesse du peuple n’a fait que

s’accroître.

Au terme de sa visite de la boucherie-poissonnerie de

l’avenue Pothongmun, Mme Pak Jong Sun, domiciliée dans

la commune no 3 de Rangnang de l’arrondissement du même

nom de Pyongyang, déclare : « Chaque fois que je regarde,

dans ce magasin, des esturgeons et des ryongjong-o, ces

poissons frétillants, de la viande de bœuf venue du centre

d’élevage bovin Myonggi de Song-am, je pense de moimême,

à la peine que le respecté Dirigeant Kim Jong Il a dû

se donner pour améliorer l’alimentation du peuple et je ne

peux m’empêcher d’avoir larmes aux yeux.

En effet, le respecté Kim Jong Il était le Père affectueux

qui s’est donné tout entier pour assurer à notre peuple tous

les bonheurs possibles. »

En poursuivant sans répit sa tournée d’inspection,

Kim Jong Il pensait toujours au grand Leader Kim Il Sung.

Chaque fois que de nouveaux obstacles surgissaient et qu’il

se sentait fatigué, il prenait courage en dialoguant dans son

for intérieur avec le respecté Kim Il Sung ; chaque fois

qu’un nouveau produit high-tech était développé dans le pays

et qu’une nouvelle construction venait de surgir, il brûlait

d’envie de les montrer à celui-ci.

Si, du vivant du grand Leader, son plus grand bonheur

était de faire la joie de celui-ci et de lui donner satisfaction,

sa plus noble obligation après le décès de Kim Il Sung, était

de réaliser pleinement le désir de celui-ci.

Le désir de toujours de Kim Il Sung pour la réalisation

duquel le Dirigeant Kim Jong Il n’a ménagé aucunement

ses efforts, va aujourd’hui en se réalisant plus pleinement que

jamais sous la direction éprouvée de Kim Jong Un.

Ce dernier est le portrait craché de Kim Il Sung et de

Kim Jong Il tant quant à la pensée qu’à l’art de diriger et

même quant aux qualités. Donc, faciliter absolument la vie

du peuple est toujours la priorité de ses priorités.

Sous sa direction, le Théâtre du peuple, récente

réalisation, temple de la culture et des arts populaires, a surgi

sur la colline Mansu ; les travaux d’aménagement du parc

folklorique de Pyongyang, de la patinoire à ciel ouvert du

peuple, des salles de bains comparables au centre de bains

publics de Changgwang, de l’aquarium pour dauphins,

touchent à leur fin ; les travaux d’aménagement ou de

réfection de restaurants et établissements de service public

battent leur plein dans les chefs-lieux de province et dans les

arrondissements.

Grâce à de grands hommes sans égal pour qui le peuple

est leur Dieu, l’avenir de la RPDC est riant et beau.

Sim Chol Yong

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

13

LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012 2012

15


A l’occasion du centenaire de la naissance du grand Leader Kim Il Sung

Le

L’attirance et le sentiment de vénération

pour le grand homme vont au-delà des frontières

grand Leader Kim Il Sung a accompli une œuvre

révolutionnaire gigantesque, digne d’entrer dans

l’histoire de son temps, et il possédait toutes les qualités propres

à un grand homme, ce qui le faisait passer pour le Soleil aussi

bien du peuple coréen que de toute l’humanité.

Notons qu’on a donné son nom à la plus belle des fleurs et

que, de partout dans le monde, de précieux cadeaux, marques de

sentiment de vénération sans bornes des peuples pour

Kim Il Sung, arrivaient sans cesse en RPDC.

Ce sentiment s’accentuait chaque année, notamment en

avril, mois de la naissance de Kim Il Sung.

En avril dernier, par exemple, il y a eu un afflux de visiteurs

étrangers à Pyongyang. Ainsi, on a fêté en grande pompe

l’anniversaire de la naissance de Kim Il Sung. Cette fois,

puisqu’il s’agissait du centenaire de sa naissance, le climat de

fête à Pyongyang a atteint son apogée.

Au Congrès mondial sur les idées du Juche qui a réuni à

cette occasion à Pyongyang les délégués de l’Institut

international des idées du Juche et des organisations pour

l’étude des idées du Juche de différentes régions et pays de par

le monde, s’est élevée vivement la voix à la louange du grand

Leader Kim Il Sung, auteur de cette pensée, arme idéologique

et théorique pour le façonnage du destin des masses populaires.

Vishwanath, administrateur général de l’Institut

international des idées du Juche, qui avait en maintes fois

l’honneur d’être reçu en audience par le grand Leader

Kim Il Sung, a affirmé que celui-ci était un vétéran du monde

politique de notre planète et l’illustre Leader à qui l’on doit

d’avoir inauguré, sous le drapeau des idées du Juche, un

nouveau tournant de l’œuvre d’émancipation des peuples.

De leur côté, le président de la Société européenne pour

l’étude des idées du Juche, le président de l’Association

britannique pour l’étude de la politique de Songun, le président

Des participants au Festival international destiné à célébrer le centenaire de la

naissance de Kim Il Sung assistent à la plantation des arbres en souvenir.

14 16 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 5, 2012

2012

Salle d’exposition de photos et livres à l’occasion du

Congrès mondial sur les idées du Juche.

de l’Association népalaise des journalistes pour d’étude de la

politique de Songun et nombre d’autres orateurs étaient

unanimes à insister sur la nécessité de vulgariser largement les

idées du Juche permettant aux masses populaires de façonner en

toute indépendance et d’une manière créatrice le destin du

monde et leur propre destin.

Dans son allocution de clôture,

Vishwanath, a fait remarquer

que cette conférence mondiale

était un rendez-vous à la louange

de grands hommes sans égal au

cours duquel a explosé le

sentiment de vénération sans

bornes pour ceux-ci, auteur des

idées du Juche et son successeur

qui a développé ces idées en

profondeur.

La voix exprimant un vif

attachement pour Kim Il Sung

et le chant à la louange de celuici

se sont également fait

entendre au 28 e Festival

artistique d’amitié « Printemps

d’Avril » qui a réuni en avril

dernier à Pyongyang de

nombreux prix de concours

international et national et autres


étais l’un des participants à la cérémonie d’inauguration

J’ des statues de Kim Il Sung et de Kim Jong Il,

vedettes de la scène de différents pays.

Le groupe de joueurs My Harmonica World de Malaysia

s’est produit avec la quintette d’harmonica, Chant du Général

Kim Il Sung, immortel hymne révolutionnaire, tandis que la

chorale conduite par Stanislav Kalinine, chef de la faculté de

technique de direction d’orchestre du conservatoire d’Etat

Tchaïkovski de Moscou, s’est produite avec le chef-d'œuvre

d’une valeur immortelle Chant de la nostalgie qui fut une des

chansons favorites de Kim Il Sung. C’est elle-même qui

l’avait arrangée.

Le solo vocal masculin Notre respecté Leader de la troupe

artistique du Théâtre d’Etat de chant et de danse du Vietnam, a

été exécuté avec brio à la grande satisfaction des spectateurs.

La fête du Soleil, soit le centenaire de la naissance de

Kim Il Sung, qu’on a célébrée en avril dernier, a été pour les

chefs d’Etat de nombreux pays, l’occasion de faire parvenir en

La RPDC que j’ai vue

L’histoire du Soleil se poursuit toujours

fraîchement érigés sur

la colline Mansu.

Répondant aux

acclamations enthousiastes

de la foule, Son

Excellence le respecté

Kim Jong Un faisait

son apparition sur le

lieu de cérémonie

d’inauguration. On

avait alors l’impression

de revoir Kim Il Sung,

au visage rayonnant de

sourire, qui s’éternise

dans les cœurs des

peuples.

On avait également

l’impression de voir l’univers s’éclairer sous la lumière

émanant du grand homme.

J’ai eu l’honneur de déposer une corbeille de fleurs au nom

des participants du Festival organisé à l’occasion du centenaire

de la naissance du grand Leader Kim Il Sung. Les mots me

manquent pour exprimer mon sentiment indicible de ce

moment-là.

Les acclamations et les feux d’artifice qui plongent toute la

ville de Pyongyang dans l’allégresse et la joie traduisent non

seulement la confiance et la foi et le sentiment de vénération

sans bornes du peuple coréen pour les grands hommes du mont

Paektu, mais aussi le désir unanime des peuples de souhaiter

leur éternité.

À travers la cérémonie d’inauguration des statues de

Kim Il Sung et de Kim Jong Il, la volonté du peuple coréen

de rester toujours fidèle à la politique de Songun et à l’œuvre

révolutionnaire Juche, en dépit de toutes vicissitudes, s’est

manifestée, je crois, incontestablement à la face du monde.

RPDC leurs télégrammes de félicitations dans lesquels ils ont

fait remarquer que la vie révolutionnaire de Kim Il Sung fut

on ne peut plus brillante et on ne peut plus excellente et que

l’œuvre qu’il avait accomplie pour la révolution mondiale

s’éternisera, ainsi que des cadeaux et des corbeilles de fleurs,

marques de leur sentiment de vénération pour le grand homme.

Ce centenaire a été également marqué dans de nombreux

pays par des expositions de photos, des symposiums et des

séances de projection de films sur les activités révolutionnaires

de Kim Il Sung et sur ses exploits.

Les manifestations qui, en avril dernier, ont marqué en

RPDC et dans de nombreux autres pays le centenaire de la

naissance de Kim Il Sung montrent que les peuples vénèrent

de tout cœur sans distinction de nationalité, Kim Il Sung en

voyant en lui le Soleil et le Père affectueux de l’humanité.

Song Yong Sok

LA LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 5, 2012 2012 2012

17 15


Et je me suis persuadé une fois de plus que Son

Excellence le respecté Kim Jong Un est le grand homme des

Le défilé militaire organisé à l’occasion du centenaire

de la naissance de Kim Il Sung était on ne peut plus

magnifique.

L’allure martiale des militaires qui défilaient

vigoureusement jusqu’à n’avoir rien à désirer, en

scandant : « Défendons au risque de notre vie notre

Leader ! », était plus qu’admirable. Je n’ai jamais vu des

militaires aussi admirables et qui puissent soutenir la

comparaison avec eux. S’ils avaient regardé de grands

16 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

18 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

grands hommes, appelé à diriger l’œuvre d’émancipation des

peuples opprimés du 21 e siècle.

J’ai été témoin de la puissance invincible de la RPDC

missiles défiler, les maîtres de la Maison blanche eux

aussi auraient été frappés de stupéfactions.

Les Coréens avaient larmes aux yeux à l’écoute du

discours prononcé à cette occasion par Kim Jong Un. En

assistant à cette scène, j’ai pu me faire une idée exacte de

la cohésion monolithique de la société coréenne.

L’unisson des mouvements d’innombrables militaires

et civils montre où en sont l’esprit d’organisation du

peuple coréen, sa volonté de fer et sa grande cohésion.

L’avenir de la RPDC est riant


est, pour moi, un honneur C’ insigne de me présenter

au festival artistique d’amitié

« Printemps d’Avril » qui va avoir

lieu conjointement avec un autre

festival international devant

marquer le centenaire de la

naissance de Kim Il Sung et

avec le Congrès mondial sur les

idées du Juche.

A vrai dire, je n’aurais pas

cru, en venant pour la première

fois à Pyongyang, que le festival

artistique d’amitié « Printemps

d’Avril » serait une manifestation

aussi excellente.

En regardant les artistes de

différents pays réunis se lier

d’amitié entre eux, j’ai beaucoup

L’allure vigoureuse des jeunes participants à la soirée de

gala fait entrevoir l’avenir radieux de leur pays.

Cette foule de jeunes vêtus de vêtements propres et

décents faisait penser à une mer de fleurs; et surtout la tenue

traditionnelle des jeunes filles était très impressionnante.

A l’heure actuelle, l’identité nationale va en se flétrissant

dans de nombreux pays, sous l’impact de l’occidentalisation

et de la mondialisation.

Cependant, les jeunes coréens aiment porter des

vêtements traditionnels coréens, danser à la coréenne et

chanter le chant de nature à inspirer l’esprit de sacrifice pour

le Leader, ce qui est pour moi le plus impressionnant.

Excellent festival, belle ville

réfléchi.

Ce festival est, je crois, un

modèle de festival mondial, car il

permet aux artistes de par le

monde de se réunir sur un pied

d’égalité et de chanter ensemble

l’amitié et la paix.

Une autre impression que j’ai

reçue au cours de mon premier

séjour à Pyongyang, est que les

rues de cette ville sont claires et

belles.

Avant ma visite à Pyongyang,

je me faisais, par l’intermédiaire

d’Internet, une idée erronée de la

RPDC et de cette ville.

Toutefois, une fois à

Pyongyang, je m’en suis fait une

idée nouvelle et tout fait

Moi aussi, je me ferai un des éternels compagnons

d’arme de Son Excellence Kim Jong Un, successeur de

Kim Jong Il et partisan de la politique de Songun, et me

dévouerai tout entier pour réaliser l’œuvre d’émancipation

des masses populaires opprimées de par le monde.

Ibrahim Mantu, ex-vice-président du Sénat de Nigeria,

président de l’Association de l’amitié Nigeria-RPDC et coprésident

du comité international de préparation pour la

célébration du centenaire de la naissance du Président

Kim Il Sung

contraire à la propagande qu’on

faisait par Internet.

Hier soir, j’ai été au Théâtre

Moranbong qui nous était

réservé pour que nous y donnions

notre spectacle. C’était un

théâtre qui nous plaisait

beaucoup.

En contemplant du haut de ce

théâtre le panorama nocturne de

Pyongyang et des immeubles

magnifiques, nous nous sommes

persuadé que c’est une très belle

ville.

Paul Aday,chef d’orchestre

de la chorale Sons of Jubal des

Etats-Unis

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012 2012

19

17


L’exposition-festival qui a atteint son apogée

La 14e Exposition-festival de kimilsunia tenue

récemment à Pyongyang a atteint son apogée

car elle a marqué

le centenaire de

la naissance de

Kim Il Sung.

Lors de la cérémonied’inauguration

de cette exposition,

j’ai vu des

Coréens de différentes

couches,

notamment les

enfants. Toutes les

fleurs de kimilsunia

exposées dans ces floralies étaient singulièrement

grandes, belles et élégantes.

En faisant le tour de la salle d’exposition, j’ai pu

ressentir le vif attachement du peuple coréen pour

Kim Il Sung. C’est-à-dire, je me suis persuadé plus

profondément que celui-ci s’éternise dans les cœurs

des Coréens et des autres peuples.

Lors de cette exposition-festival, je me suis vu

attribuer le prix du Mérite. Ce n’est pas parce que j’ai

’est ma première visite en RPD de Corée. J’ai été

C impressionné par le vif sentiment de vénération du

peuple coréen pour Kim Il Sung.

Je l’ai été notamment lors de ma visite à la maison natale de

ce dernier à Mangyongdae.

En assistant au spectacle de grandes variétés donné à

l’occasion du centenaire du grand Leader Kim Il Sung Nous

vivrons de génération en génération sous notre respecté

Leader, j’ai vu les instrumentistes exécuter tous les morceaux

avec toute leur sincérité et les chanteurs donner toute leur âme à

chanter. En les regardant verser de chaudes larmes en chantant

18 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

20 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

des connaissances horticoles ou un penchant pour

fleurs, mais parce que j’ai essayé de traduire dans

mes fleurs mon sentiment de vénération pour

Kim Il Sung.

Depuis 2009, je participe chaque année à ces

floralies. A l’avenir aussi, j’y participerai avec mes

fleurs plus belles et plus charmantes.

Remy Lardinois, président de la co-entreprise

pharmaceutique de Pyongsu

J’ai été témoin de la droiture du peuple coréen

des chansons à la louange du Leader, j’ai été très profondément

impressionné.

Il s’agissait de l’éruption d’un

sentiment de vénération pour leur

Leader, sentiment venant du fond de

leur cœur.

Li Tiejun, chef de

troupe d’acrobates

de Chine


La classe ouvrière coréenne et l’esprit Chollima

La statue de Chollima, cheval ailé

s’envolant vers le ciel, au pied de la

colline Moran, à Pyongyang, symbolise

la ferme volonté du peuple coréen de

construire au plus tôt un Etat socialiste

prospère.

Le Chollima, cheval fabuleux, sert

depuis des décennies de symbole de

l’allure et de l’esprit de la classe

ouvrière coréenne.

Statue de Chollima.

Le mouvement Chollima en RPDC

a démarré à l’aciérie de Kangson (futur

complexe d’aciérage Chollima), avec

la session plénière de Décembre 1956

du CC du Parti du travail de Corée,

alors que la lutte pour l’édification du

socialisme entrait dans une étape

active.

A l’époque, les métallos de cette

aciérie menaient un mouvement

Chollima, sous le mot d’ordre

« Courons à l’allure du Chollima ! ».

Dans le cadre de ce mouvement, ils ont

réussi à créer de nouvelles normes de

travail et à établir de nouveaux records

dans la production.

En 1957, par exemple, ils ont

produit 120 000 tonnes d’aciers

laminés au moyen de leur blooming

censé être capable de laminer 60 000

tonnes d’aciers tout au plus.

Le flambeau du grand essor qu’ils

ont hissé a gagné rapidement tout le

pays. Ainsi, les ouvriers de l’usine

sidérurgique Kim Chaek (futur

complexe sidérurgique Kim Chaek)

ont produit 270 000 tonnes de fonte au

moyen de leur haut fourneau censé

être capable d’en donner 190 000

tonnes tout au plus. Partout dans le

pays, la passivité, le conservatisme et

le mysticisme à l’égard de la

technique ont été brisés et on a ainsi

réussi à fabriquer coup sur coup sans

faire appel à une aide technique les

prototypes de camion, de tracteur, de

pompe à eau géante, de pelle

mécanique et de locomotive électrique

adaptée à la réalité du pays.

Le flambeau du grand essor

Chollima s’étant ainsi avivé, au cours

des années (de 1957 à 1970) de

l’industrialisation socialiste du pays,

la production industrielle a été accrue

chaque année à un rythme de 19, 1 %

en moyenne. Dans la même période,

de nombreuses équipes de travail ont

pris rang parmi les équipes de travail

Chollima et un grand nombre de

travailleurs parmi les cavaliers de

Chollima.

L’objectif ambitieux qu’était

l’industrialisation socialiste du pays, a

été brillamment atteint au bout de 14

années de lutte.

L’esprit Chollima, esprit inflexible

de la classe ouvrière, veut qu’on fasse

cent pas alors que les autres en

feraient dix et qu’on coure cent « ri »

alors que les autres en courent dix.

A l’époque du Songun, cette allure

de la classe ouvrière coréenne s’est

accentuée plus que jamais.

Dans les années 1990, les tentatives

d’étouffement et le blocus

économique contre la RPDC que

multipliaient plus que jamais les

impérialistes à la faveur de la chute

des régimes socialistes dans plusieurs

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

19

LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012 2012

21


Polders de Taegyedo.

pays, ont obligé la RPDC à faire une Dure marche, marche

forcée.

A l’époque, malgré de multiples obstacles et difficultés,

la classe ouvrière de la RPDC a assuré, sans faire appel à une

aide technique, le tremplin vers l’édification d’un puissant

Etat prospère, donnant ainsi à nouveau la mesure de son

esprit inflexible en présence des impérialistes qui parlaient de

l’imminence de l’effondrement de la RPDC.

Les ouvriers de la province du Jagang, par exemple, ont

aménagé un peu partout des centrales hydrauliques de petite

et moyenne taille et transformé les unités de production et les

villages en merveilles dignes d’un pays socialiste.

L’esprit de Kanggye, qui a ainsi vu le jour dans la ville

du même nom de cette province, a gagné rapidement tout le

pays. Ont été ainsi allumés coup sur coup les flambeaux de

Songgang et de Ranam et a vu le jour l’esprit de Thaechon.

Les terres agricoles du pays ont été remembrées en de

vastes surfaces standard au point d’être dignes d’un pays

socialiste, tandis que les usines et autre entreprises des

secteurs prioritaires de l’économie nationale, des industries

de base, ont commencé à reprendre l’activité et de nouvelles

unités de production de l’industrie légère, de nouvelles unités

de production d’assaisonnements, de nouveaux centres

d’élevage et bassins piscicoles ont surgi coup sur coup.

Vient s’y ajouter le satellite artificiel « Kwangmyongsong

1 », qui, fabriqué dans le pays sans faire appel à une

aide technique, a été lancé avec succès.

La lutte de la classe ouvrière coréenne pour imprimer un

nouveau et grand essor révolutionnaire et ouvrir ainsi à tout

prix en 2012 la porte d’un puissant Etat prospère, a pris de

l’essor.

Ainsi, les ouvriers du complexe d’aciérage Chollima ont

20 LA LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 5, 2012

2012

réussi à construire par leurs propres moyens un nouveau four

électrique à arc UHP, tandis que ceux du combinat de

constructions mécaniques Ryonha de Huichon ont lutté avec

énergie pour posséder la maîtrise de la technologie de pointe

et ont ainsi construit coup sur coup les prototypes de

nouvelles machines-outils à CNC de haute fidélité.

L’élan d’enthousiasme en faveur de la maîtrise de la

technologie de pointe a gagné toutes les usines et autres

entreprises du pays. Ainsi, de grands succès ont marqué la

lutte pour la modernisation des unités de production, tandis

que sont entrées en service coup sur coup de nouvelles usines

et autres entreprises équipées de machines high-tech et donc

adaptées aux impératifs de l’époque de la révolution

industrielle du nouveau siècle.

Les mineurs de la mine de la Jeunesse Héros de Taehung

et de la mine de Ryongyang ont réussi à réaliser l’extraction

de minerai sur une grande échelle et par des moyens

modernes et à adapter l’industrie de magnésie lourde à la

réalité du pays.

De leur côté, les constructeurs des polders de Taegyedo

ont réussi à mettre en valeur 8 800 hectares de terres salées

par endiguement de la mer de l’Ouest de la Corée, donnant

ainsi une fois de plus la mesure des capacités de la classe

ouvrière coréenne et montrant cette vérité : « Une fois

décidée, la RPDC ne manque pas de parvenir à exécuter. »

En décembre 2008, au complexe d’aciérage Chollima, on

a hissé le flambeau d’un grand et nouvel essor

révolutionnaire.

Suivant ce flambeau, partout dans le pays, on a obtenu de

nouveaux succès spectaculaires.

Ainsi, est entrée dans la vie la technique coréenne de

production de fer Juche et d’engrais Juche et la production


d’une fibre chimique d’invention

coréenne a été relancée. Au complexe

sidérurgique Kim Chaek, a été aménagée

une unité de production d’aciers laminés

au moyen d’un four à réchauffer par

combustion d’air à haute température.

En avril 2009, c’est le lancement du

« Kwangmyongsong 2 », nouveau

satellite artificiel coréen.

Bientôt, un nouveau flambeau de

Hamnam a été allumé dans la province

du Hamgyong du Sud. Au complexe

d’engrais de Hungnam, l’unité de

gazéification de la 1 ère série est entrée

en service et a commencé à produire de

l’engrais, tandis qu’au complexe de

constructions mécaniques de

Ryongsong, on a réussi, au bout de 135

jours d’efforts, à fabriquer le premier

prototype d’équipement géothermique

à la coréenne. Au complexe de vinalon

« 8 Février », c’est l’entrée en service

d’une unité de filage horizontal.

Le flambeau de Hamnam a stimulé

l’ardeur du peuple coréen, notamment

de la classe ouvrière, en lutte pour

ouvrir à tout prix la porte d’un puissant

Etat prospère.

A l’heure actuelle, les ouvriers de

la RPDC se dévouent tout entiers sous

la direction du respecté Kim Jong Un

pour remporter de nouveaux succès

spectaculaires dans tous les domaines

tout comme leurs aînés avaient

travaillé à l’allure du Chollima.

Telle est aujourd’hui, à l’époque du

Songun, l’image de la classe ouvrière

coréenne.

Complexe d’engrais de Hungnam : unité de gazéification de la 1 ère série,

récente réalisation, et production d’engrais

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

Sim Hyon Jin

21


22

Le

Réunion suspendue

à deux reprises

11 août 1969, alors qu’il poursuit

sa tournée d’inspection dans la

province du Phyong-an du Nord, Kim ll Sung

fait venir les hauts responsables de

l’arrondissement de Pyokdong à Changsong

et les fait rassembler en une réunion

consultative.

Parmi eux, on note la présence d’une

femme.

A cette occasion, le Président Kim Il Sung

les interroge sur les conditions de vie des

habitants de leur arrondissement et les

éclaire sur le moyen d’accroître la

production de viande à l’intention de la

population.

Alors que la réunion dure depuis peu, il

leur propose soudain de faire une petite

pause avant de recommencer la réunion.

Ses interlocuteurs se montrent inquiets,

croyant qu’il se sent fatigué.

Or, Kim Il Sung, en esquissant un

sourire doux, s’adresse à cette femme

cadre :

« …Vous pouvez maintenant vous

occuper de votre bébé. »

« Hein… ? »

Elle se montre très confuse.

« Ça ne fait rien encore, respecté

Président. »

Cependant, Kim Il Sung la presse

toujours sur un ton doux.

« Ne vous inquiétez pas. Occupez-vous

vite de l’enfant, s’il vous plaît. »

C’est pour lui donner le temps de faire

téter son bébé qu’il a suspendu exprès la

réunion.

Celle-ci n’a pas duré longtemps mais a

été suspendue ainsi à deux reprises.

Le bébé n’aurait pu comprendre qu’on a

suspendu deux fois la réunion à cause de

lui. Après avoir tété à satiété sa mère, il

dormait.

Ri Mun Chol

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 3, 5, 2012

Souve

D epuis la création de la fête du 1er Mai, les

travailleurs de tous les pays ont lutté

vigoureusement contre l’exploitation de l’homme par

l’homme, l’oppression et la privation de leurs droits en

s’unissant les uns aux autres.

Cette année, le peuple coréen fête le Premier Mai avec

un sentiment singulier.

Les travailleurs de la RPDC doivent à Kim Il Sung de

les avoir érigés pour la première fois en êtres les plus

précieux du monde, en maîtres de l’histoire, eux qui ne

servaient que d’instruments d’enrichissement aux classes

possédantes, d’ « instruments » parlants.

Soucieux d’affranchir les Coréens du joug asservissant

de l’occupant, Kim Il Sung a lancé une Lutte armée sous

le drapeau antijaponais et a ainsi accompli une œuvre

historique qu’était la libération du pays.

Pendant les années de la Lutte armée, il a veillé à ce que

ses combattants fêtent d’une manière mémorable et

impressionnante au moins le Premier Mai malgré de

multiples rudes épreuves à vaincre.

Le 1 er mai 1940, par exemple, les combattants de

l’armée de guérilla sous sa direction avaient à célébrer cette

fête en trompant leur faim avec des mets de grenouilles

faute de vivres. Alors, le Commandant en chef Kim Il Sung a

laissé entendre en leur présence : « Bien qu’aujourd’hui,

nous soyons obligés à tromper notre faim avec des mets de

grenouilles malgré cette fête du Premier Mai, lorsque nous

aurons mis à bas l’occupant japonais, nous fêterons la

libération du pays à Pyongyang en dégustant le plat de

muge du fleuve Taedong. Bien qu’actuellement, notre

ennemi s’acharne sur nous pour tenter de nous anéantir,

nous ne nous laisserons jamais fléchir ni n’abandonnerons

notre lutte. Nous lutterons avec plus de fermeté pour abattre

l’impérialisme japonais et libérer le pays avec confiance

dans l’avenir et fiers d’appartenir à la nation coréenne et

d‘être révolutionnaires coréens. » Ainsi, il les a raffermis

dans leur confiance dans la victoire.

Plus tard, avec la libération du pays (août 1945) que

l’on doit à Kim Il Sung, le peuple coréen a été érigé en

maître du pays, en propriétaire des usines et des terres.

Ainsi, il est parvenu à pouvoir fêter en grande pompe le

Premier Mai comme fête des vainqueurs, comme jour

glorieux.

Kim Il Sung aimait célébrer le Premier Mai avec les

travailleurs pour stimuler leur ardeur révolutionnaire.

Cela a été, par exemple, le cas lors de la célébration du

Premier Mai après la libération du pays. Plus tard, lors de la

G

1

d

p

l

a

c

d

l

R


nirs du Premier Mai

Soirée de gala aux feux d’artifice placée sous le signe « Nous

gagnerons » et organisée à l’occasion du 1 er Mai, fête internationale

des travailleurs du monde entier (en 2009).

uerre de libération de la patrie (juin

950-juillet 1953), il a lancé, en son nom

e Commandant suprême de l’Armée

opulaire de Corée l’ordre intitulé « A

occasion du Premier Mai ». Plus tard, il

conduit toujours les travailleurs à

élébrer les 1 ers Mai comme fêtes

es vainqueurs, ce qui est entré dans

es annales de la révolution coréenne.

La classe ouvrière et le peuple de la

PDC qui s’étaient présentés, sous la

direction de Kim Il Sung, comme les

maîtres de la Corée héros, Corée Chollima,

sur la scène de l’histoire, ont toujours célébré

le Premier Mai comme fête des vainqueurs

sous la direction de Kim Jong Il.

Ce dernier a honoré de sa présence la

cérémonie organisée pour célébrer le

Premier Mai 2009. Le peuple coréen s’en

souvient avec une profonde émotion.

« Nous ferons tirer des feux d’artifice

le Premier Mai, a-t-il dit alors, comme

c’était le cas pendant la fête du Soleil (le

15 avril). A cette occasion, nous

féliciterons ainsi avec largeur d’esprit

les ouvriers parce qu’entre-temps,

ils ont travaillé beaucoup. » Sur ce,

il a pris toutes les mesures qui

s’imposaient.

Ainsi, a été organisé une magnifique

soirée de gala avec des feux d’artifice

pour la célébration du Premier Mai sous

le signe « Nous gagnerons ».

Encouragés par les sollicitudes et la

confiance du Dirigeant Kim Jong Il, les

ouvriers et le peuple de la RPDC ont

remporté coup sur coup des succès

spectaculaires susceptibles d’aider à la

prospérité du pays.

Parmi ces brillantes réalisations :

lancement avec succès des « Kwangmyongsong

1 et 2 », satellites artificiels de

fabrication tout à fait coréenne,

implantation de schéma de production

sidérurgique à la coréenne au complexe

d’aciérage de Songjin, maîtrise de la

technologie de pointe de CNC, la reprise

de la production de vinalon, fibre d’invention

coréenne, création d’unités de

production d’engrais à la coréenne,

aménagement des polders de Taegyedo,

merveilles dignes d’un pays socialiste qui

vont en se multipliant, autres constructions

monumentales

En effet, le peuple coréen, la classe

ouvrière en particulier, est toujours allé de

victoire en victoire, de gloire en gloire et

a accompli des exploits spectaculaires en

fêtant chaque année en grande pompe le

Premier Mai.

Cette année, il fête le Premier Mai,

solidement uni autour du respecté

Kim Jong Un, portrait craché de

Kim Jong Il, et fier d’avoir obtenu de

brillants succès dans sa lutte pour

l’édification d’un puissant Etat à

économie de la connaissance.

Ri Myon

LA

LA

COREE COREE

COREE

D’AUJOURD’HUI

D’AUJOURD’HUI



5, 3,

5,

2012 2012

2012 23


Sous le flambeau du Hamnam

Le complexe de constructions mécaniques

de Ryongsong, titulaire du titre de héros

Le Présidium de l’Assemblée populaire suprême de la

RPD de Corée a conféré en décembre 2011 le titre de

héros du Travail de la RPD de Corée au Complexe de

constructions mécaniques de Ryongsong qui avait

fabriqué des équipements high-tech et des machines

géantes nécessaires aux différents secteurs de l’économie

nationale et avait ainsi contribué grandement à

l’édification d’un puissant Etat prospère.

On doit à ce complexe d’avoir aidé avec efficacité au

développement de l’industrie mécanique du pays, en

accumulant des succès éclatants : tour à plateau

horizontal de 8 m, presse à forger de 3 000 t et de 6 000 t

dans les années 1960, grand tour de 20 m, tour à plateau

horizontal de 18 m et la sonde de 5 000 m dans les

années 1970, compresseur de gaz de haute tension de 3

000 kW, grande raboteuse à portique de 70 m et presse à

forger de 10 000 t dans les années 1980, compresseurs de

plusieurs milliers de kW en quelques mois et de

nombreuses autres machines hors série nécessaires aux

différentes usines dans les années 1990 alors que le pays

traversait par de rudes épreuves à cause du blocus

économique des impérialistes et de dures calamités

naturelles.

Au nouveau siècle, le complexe a poussé avec force la

modernisation de ses équipements et unités de

production et a ainsi consolidé encore plus ses

infrastructures matérielles et techniques.

Fort de succès, on y a construit avec succès l’an

dernier, par ses propres moyens techniques, des

installations à absorption de gaz à envoyer pour la

future unité de gazéification de la 1 ère série du complexe

d’engrais de Hungnam.

24 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 3, 2012

Usine de fonte Songun.

Au début, il était prévu d’importer les équipements

importants hors série pour cette unité de gazéification

qui était en projet. Mais il était devenu impossible de les

importer à temps. Alors, les techniciens et ouvriers du

complexe ont décidé de les fabriquer par leurs propres

moyens.

L’essentiel était de construire dans le délai fixé la

tour d’absorption de gaz carbonique et celle de raffinage

de l’hydrogène.

On a eu l’idée de modifier les dessins originaux et de

construire la tour plateau par plateau, ce qui a permis de

duire le temps de fabrication des installations

d’absorption de gaz.

Les techniciens et les ouvriers du complexe ont

poussé de front la fabrication des plateaux de la tour et

le montage des installations d’absorption de gaz et ont

ainsi réussi au bout d’un mois à achever la tour

d’absorption de gaz et les tours de raffinage de

l’hydrogène en peu de temps.

Ce n’est pas tout.

Ils ont construit également sans faire appel à une

aide technique les prototypes d’équipements


Fabrication d’un équipement hors série.

géothermiques high-tech. C’était,

pour eux, une terra incognita.

Cependant, les dessinateurs de

l’institut de dessins industriels de

machines de Ryongsong ont

analysé profondément les

données et les livres techniques

en la matière et se sont engagés

dans l’élaboration du dessin des

équipements géothermiques de

pointe adaptés à la réalité de

notre pays.

Des idées excellentes ont été

émises et les dessins pour toutes

les installations géothermiques

qui auraient pris plusieurs mois

ont été terminés en peu de temps.

La production des équipements

géothermiques aussi a été

poussée à un rythme rapide.

Au bout de moins d’un mois,

ont été achevés l’usinage de

toutes les pièces des équipements

géothermiques et la fabrication

des tuyauteries.

Ainsi, les cadres, techniciens et

ouvriers du complexe ont créé de

nouveaux prodiges dans la

fabrication des équipements

sophistiqués.

Sans se reposer sur leurs

lauriers, ils ont redoublé d’ardeur

cette année.

Ainsi, ces dernières années, ils

ont obtenu coup sur coup de

grand succès dans la fabrication

des équipements hors série

nécessaires aux différents

secteurs de l’économie nationale.

Immenses sont les tâches

qu’ils ont à accomplir soit la

construction des équipements

hors série nécessaires à

l’aménagement de l’unité de

gazéification de la seconde série

de Hungnam et à la

modernisation du complexe de

vinalon « 8 Février ».

Les obstacles sont légion mais

les cadres, techniciens et ouvriers

du Complexe de constructions

mécaniques de Ryongsong se sont

dressés comme un seul homme,

fiers de travailler dans une

entreprise ayant reçu le titre de

héros du Travail de la RPD de

Corée.

Ils ont déjà développé un

nouveau modèle d’équipement

géothermique moderne dont la

capacité est 2,5 fois supérieure à

celle de l’ancien modèle, et

actuellement s’investissent dans

la construction des équipements

nécessaires aux travaux de

modernisation du Complexe de

vinalon « Huit Février ».

La production des machines à

envoyer aux usines des industries

extractive, électrique, chimique et

métallurgique, la fabrication des

grandes machines nécessaires

aux travaux de l’unité de

gazéification de la seconde série

de Hungnam, aussi, vont en

prenant de l’essor.

Song Yong Chol

LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 3, 2012 2012

25

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012 25


Sous le flambeau du Hamnam

« Notre usine est spécialisée dans la production de

confiseries nécessaires à l’alimentation de la population.

Ces dernières années, les travaux de modernisation des

unités de production de confiseries de qualité ont été réalisés

avec succès aux frais de l’Etat. Ainsi, l’atelier de fabrication

de confiseries a déjà été modernisé et récemment, ont été

aménagés ou modernisés trois autres unités de production

chargées des opérations d’avant et concourant à l’activité de

cet atelier », déclare en ma présence le chef-ingénieur de

l’usine de transformation des céréales de Pyongyang, Son

Song Ho.

Par unités de production chargées des opérations d’avant,

il entend les unités de production de fécule, sucre mou et

ferments nécessaires à la production de confiseries.

L’aménagement ou la modernisation de ces unités sont le

préalable de la production de confiseries délicieuses et très

nourrissantes.

En poussant de front les travaux d’aménagement et de

modernisation, on a concentré les efforts sur l’aménagement

de la nouvelle unité de production de ferments, parce que

cette unité était le maillon central reliant l’unité de

production de fécule à celle de sucre mou.

Avant, à l’usine, on traitait de l’amidon, produit de

l’unité de production de fécule, au moyen d’acide

chlorhydrique comestible et produisait des matières sucrantes

en utilisant de l’amidon ainsi traité.

26 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 5, 3, 2012

2012

Un contre trois

Les matières sucrantes ainsi produites avaient des

inconvénients : elles étaient trop riches en sucre et

contenaient des groupements acides. Donc, elles étaient de

nature à hâter la carie sous l’action de groupements acides.

En utilisant les ferments à la place de ces opérations, il

serait possible de prévenir la carie, de modérer la saveur

douce du sucre et de rendre la couleur des confiseries plus

claire et plus transparente.

En y ajoutant divers colorants et aromates, il serait

également possible d’étendre la gamme des produits.

On s’est donc fixé pour un des objectifs majeurs de la

modernisation de produire des denrées alimentaires

irréprochables et très demandées à l’intention de la

population.

On se mit à aménager une unité multifonction de

production de ferments.

Toutefois, cette unité était, pour tout le monde, une

nouveauté, et d’ailleurs, de multiples difficultés surgirent.

Cependant, tous se dressèrent comme un seul homme

pour approvisionner au plus tôt la population en confiseries

irréprochables.

On parvint ainsi, au bout d’un mois, à terminer le

montage des équipements censé prendre trois mois.

Et, 5 jours après, on réussit à terminer tous les préparatifs


de production de ferments.

Au chantier de réaménagement de l’unité de

production de fécule, la vieille unité de macération ouverte

fut remplacée par une nouvelle fermée, et un système

informatique fut établi pour la production, tandis qu’ont

été aménagées de nouvelles unités d’emballage de fécule

sèche et de production d’huile fine.

Au chantier de réaménagement de l’unité de

production de sucre mou, c’est l’introduction d’un

nouveau procédé de filtrage permettant de débarrasser

totalement la solution sucrée de toutes impuretés.

A l’heure actuelle, les confiseries de cette usine

jouissent d’une très bonne réputation parmi les clients.

A la 3 e exposition de marchandises du grand magasin

n o 1 de Pyongyang, ses pastilles, bonbons parfumés,

gâteaux feuilletés, gâteaux pour enfants et autres produits,

ont connu une grande vogue pour leur saveur exquise et

leur grande capacité de réduction du taux de carie chez les

enfants qui aiment le sucre.

A l’atelier de fabrication de confiseries, mon guide

Son Song Ho dit pour finir :

« Les produits des 3 unités de production chargées des

opérations d’avant sont finis ici. Bien que nous ayons

réussi à moderniser les 3 unités de production en un mois

contre trois mois prévus, nous nous sommes fixé pour un

nouveau objectif de moderniser plus vite les autres unités

de production et de procurer ainsi une plus grande joie à la

population. »

Ri Kum Song

Stratagème

pertinent

Le 23 janvier 2000, le Dirigeant Kim Jong Il convoqua

ses collaborateurs pour les éclairer sur le moyen d’améliorer le

niveau de vie de la population.

Après avoir écouté jusqu’au bout un rapport détaillé sur

l’état de l’industrie légère du pays, il laissa entendre : «Le

tenace embargo qu’appliquent les impérialistes contre notre

pays et les fléaux naturels qui l’ont frappé coup sur coup ont

suscité d’extrêmes difficultés dans la vie de notre peuple. A la

pénurie de vivres, est venu s’ajouter le manque d’articles de

première nécessité, ce qui cause à la population de multiples

embarras. »

Après avoir ensuite insisté sur la nécessité de résoudre,

selon le principe de la complémentarité, le problème des

produits d’industrie légère, il fit remarquer : « Il est

souhaitable de concentrer nos efforts sur la production

d’importantes marchandises dont nous sommes capables de

produire irréprochablement, et quant à d’autres articles de

première nécessité, il est préférable d’en importer pour

satisfaire les besoins du peuple en la matière. » Et d’ajouter :

« Mais, quant à nos produits traditionnels et favoris de notre

peuple et à ceux de première nécessité, nous nous devons de ne

jamais négliger leur production et de la pousser toujours avec

énergie. Pour cela, il faut approvisionner suffisamment les

unités de production concernées en électricité et en matières

premières de façon à pouvoir produire et fournir sans arrêt à la

population des produits de beauté comme la pâte dentifrice et

le savon de toilette. »

Kim Jong Il insista également sur la nécessité

d’améliorer la qualité des assaisonnements et de satisfaire

mieux aux besoins de la population en la matière, d’accroître la

production du soda sucré de bon goût et d’en vendre de façon

continue aux clients, de produire des boissons rafraîchissantes

spéciales à base de fruits sauvages et d’améliorer la qualité de

la bière.

Ensuite, il donna des éclaircissements détaillés sur le

moyen de vaincre les problèmes à résoudre pour la production

des articles de première nécessité dont les ustensiles émaillés,

les bouteilles en verre de soda sucré, les produits en chlorure

de vinyle, les bicyclettes, les machines à coudre, pour la

spécialisation en matière de production d’appareils à l’usine

d’horlogerie, pour l’alimentation des usines d’industrie légère

en électricité, pour l’amélioration de la qualité des services

notamment ceux dans le restaurant.

« Les tâches à réaliser sont énormes et considérables,

poursuit-il, mais elles sont bien réalisables, pourvu qu’on

parvienne à en saisir la clef et cherche à vaincre un à un les

problèmes surgis. Il faut dresser exactement les plans et

résoudre graduellement et substantiellement tous les

problèmes. »

Ses instructions pertinentes ainsi données ont servi de

guide-programme à suivre, dans la lutte pour imprimer un

nouvel essor à l’industrie légère de la RPDC après une époque

de dures épreuves et améliorer sensiblement le niveau de vie

de la population.

LA LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 3, 5, 2012 2012

27 27


Kim Jong Il et les habitants du Jagang

Auteurs de l’esprit de Kanggye

Au milieu des années 1990, la RPDC état obligée à

passer par de dures épreuves.

La chute des régimes socialistes est-européens, le décès

du Président Kim Il Sung, des fléaux de la nature qui

frappèrent durement le pays coup sur coup, les tentatives

d’étouffement contre la RPDC que multipliaient plus que

jamais les forces coalisées impérialistes à la faveur de ces

événements obligeaient le peuple coréen à faire une dure

marche.

Toutes les provinces du pays avaient de graves difficultés

économiques à vaincre, mais cela était surtout le cas de la

province du Jagang, province montagneuse à terres arides.

Bon nombre d’usines et autres entreprises se sont vues

obligées à s’arrêter de tourner. Vint s’y ajouter une grande

pénurie de vivres. Cependant, les travailleurs de la province

n’abandonnèrent pas leur travail, inébranlables dans leur

confiance dans le socialisme et la victoire de la révolution.

Soucieux de mener la dure marche à une issue

victorieuse en utilisant la province du Jagang comme

modèle, Kim Jong Il trouve alors le temps d’inspecter cette

province et met ainsi l’ardeur de ses habitants en action.

Les ouvriers et autres habitants de la province

concentrent toutes leurs énergies d’abord sur l’aménagement

28

28

LA

LA COREE

COREE D’AUJOURD’HUI

D’AUJOURD’HUI N°


5,

5, 3,

2012

2012

de centrales de moyenne et petite taille destiné à venir à bout

du manque d’énergie électrique et sur la relance de la

production.

Sous le mot d’ordre « Allons notre chemin, en riant, aussi

ardu qu’il soit ! », ils endiguent des cours d’eau houleux

malgré un froid de loup et parviennent ainsi à aménager les

centrales un peu partout, parmi lesquelles celles flottantes et

celles à barrage étayé de rondin. Leur autre préoccupation

majeure est de remettre sur les rails les usines et autres

entreprises et de réaménager les lieux de travail et les

villages pour les rendre dignes d’un pays socialiste.

Les nombreuses centrales, fruits de leurs efforts patients,

commencent ainsi à donner de l’énergie électrique,

d’importantes usines et autres entreprises, des usines

d’industrie légère et celles d’industrie locale à tourner à plein

régime.

Voilà comment a vu le jour le fameux esprit de Kanggye,

esprit de défense du socialisme qui a permis à tout le pays de

porter toujours haut le drapeau rouge, drapeau socialiste et

esprit révolutionnaire de la confiance en soi qui a permis à

nos concitoyens d’aviver le flambeau du grand essor en dépit

de toutes formes d’adversité. Voilà toujours comment ont

surgi les « illuminations sur les rives de la rivière Jangja »,

qui passent chez nous pour l’une des merveilles de l’époque

du Songun.

Illuminations sur les rives de la Jangja.


En janvier 2008, le Dirigeant Kim Jong Il revoilà dans la

province du Jagang. A cette occasion, il prend le temps de

visiter l’exposition de photos organisée sous le signe «Les dix

années d’une éminente direction » par les autorités

compétentes locales pour célébrer le 10 e anniversaire de la

naissance de l’esprit de Kanggye.

« Les ouvriers et autres habitants de la province du Jagang,

laisse-t-il entendre à cette occasion, sont des fidèles du Parti du

travail de Corée, parce qu’à une époque on ne peut plus

difficile pour notre patrie, ils ont écarté les premiers les

obstacles surgis, en partageant la pensée, la volonté, le souffle

et le sort du Parti du travail de Corée ; ils sont également, pour

moi, de précieux camarades révolutionnaires qui, à l’époque,

m’ont donné du courage en faisant preuve d’une combativité

inflexible et d’une vaillance exceptionnelle. »

A la pointe de la lutte pour l’édification d’un

puissant Etat à économie de la connaissance

A l’époque, Kim Jong Il encourage les ouvriers et autres

habitants de la province du Jagang à livrer une lutte énergique

pour posséder la maîtrise de la technologie de pointe, soit pour

moderniser les machines en conformité avec les impératifs de

la construction d’un puissant Etat prospère.

En juin 1998, il inspecte un jour le combinat de machines

Ryonha de Huichon, alors combinat de machines-outils de

Huichon. Il insiste, à cette occasion, sur la nécessité pour ce

combinat d’ouvrir une nouvelle percée pour le développement

de l’industrie coréenne de constructions mécaniques. Làdessus,

son intention est de lancer ainsi une révolution

industrielle pour le nouveau siècle à travers le pays. Les cadres

et ouvriers du combinat se dressent comme

un seul homme pour réaliser à tout prix son

dessein, soit pour posséder la maîtrise de la

technologie de pointe. Bientôt, ils

parviennent à porter à un niveau requis la

production de machines-outils universelles

comme le tour « Huichon 5 » et la fraiseuse

et, par la suite, à fabriquer les prototypes de

diverses sortes de tours à CNC et de

fraiseuses à CNC.

Ils parviennent également à construire,

sans faire appel à une aide technique, un

système de fabrication flexible. Sans se

reposer sur leurs lauriers, ils étudient dans

les détails la tendance mondiale de

l’industrie de machines-outils à CNC, les

fiches techniques des machines à CNC de

haute fidélité et l’état de développement

d’importantes pièces à l’étranger, cela en

mettant en commun leur intelligence et leur

force avec celles de l’équipe de

développement de nouvelles machines

Ryonha qui a rempli un rôle moteur dans le

développement et l’introduction de

nouveaux modèles de machines-outils à

CNC dans notre pays.

Forts de ce succès, ils réussissent à

lancer la production en série de divers modèles de machinesoutils

standard à CNC de 4 et 5 arbres et à fabriquer les

prototypes de centres d’usinage pour les travaux de tournage à

8, 9 arbres de qualité irréprochable.

Les cadres et ouvriers du combinat, les scientifiques et

techniciens de la direction de l’industrie des constructions

mécaniques Ryonha sont également parvenus à pouvoir

fabriquer, sans faire appel à une aide technique, les pièces de

machines-outils à CNC qu’on importait jusque là, dont l’arbre

principal et les vis à tête ronde, augmentant ainsi

considérablement le pourcentage des pièces de production

nationale.

Au combinat, on a également poussé avec largeur d’esprit

les travaux d’installation d’un système de conditionnement

géothermique à la place de la vieille chaudière à charbon en

conformité avec la tendance mondiale, par souci de

transformer le combinat en une usine modèle dotée en

techniques de CNC et ses bâtiments en ceux à température

constante et à humidité constante.

C’était, pour tout le monde, une terra incognita, mais on

était sûr de réussir et ferme dans sa volonté d’y parvenir à tout

prix et de servir ainsi de pionnier dans ce domaine, parce

qu’on possédait la maîtrise de la technologie de pointe.

On a réussi à découvrir une source d’eau géothermique à

proximité du combinat. Fort de ce succès, on a conçu avec

hardiesse un système de conditionnement central adapté à la

réalité du combinat et a poussé pour de bon les travaux de

réaménagement des bâtiments des ateliers en bâtiments

économes en énergie.

Ainsi, les toits à une bonne dizaine de surfaces des vieux

bâtiments ont été remplacés par ceux à 2 surfaces fabriqués sur

place et capables d’assurer un ensoleillement optimal. De cette

manière, le combinat a été transformé en une usine digne de

l’industrie verte.

Faisant preuve de cet esprit voulant qu’on innove et fasse

bond en avant sans interruption, on a réussi à développer un

nouveau modèle de rectifieuse pour vilebrequins, machine à

CNC high-tech dont d’importantes usines de constructions

mécaniques avaient besoin et à fabriquer le prototype de

nouveau modèle d’équipement géothermique à structure

simple.

En octobre de l’année passée, le Dirigeant Kim Jong Il a

honoré un jour le combinat de son inspection. Après s’être

renseigné à cette occasion sur les réalisations enregistrées au

combinat, il a fait remarquer : « Ce sont précisément ces

innovations la révolution industrielle du nouveau siècle. »

Le flambeau de la révolution industrielle du nouveau siècle

hissé à ce combinat, a gagné tout le pays. Un rôle majeur lui

revient dans la lutte pour édifier un puissant Etat prospère, soit

pour faire passer notre économie nationale à une économie de

la connaissance.

Actuellement, sous la direction du respecté Kim Jong Un,

les habitants de la province du Jagang accélèrent leur grande

marche pour faire de cette année l’année d’une victoire

glorieuse, année du démarrage de la grande prospérité.

Kim Ye Ryong

LA

LA

COREE COREE

COREE

D’AUJOURD’HUI

D’AUJOURD’HUI



5, 3,

5,

2012 2012

2012

29

29


Le 1er

L’hymne à la louange d’une puissance éternelle

janvier dernier, le Rodong

Sinmun, organe du CC du Parti du

travail de Corée, a inséré à la une la

chanson La Puissance de la RPD de

Corée.

En voici la première strophe :

Partout dans le pays faisant un bond

en avant à l’allure d’une tempête,

Le peuple appelle le nom de son Père

affectueux.

Rien qu’à jeter le regard vers lui, on

se sent réconforté

Jusqu’à pouvoir accomplir miracles

et exploits étonnants.

Le Général Kim Jong Il représente

l’ardeur brûlante des millions et des

millions de cœurs,

L’union solide du peuple fait sa

force.,

Notre respecté Général Kim Jong Il,

Il représente la puissance de la RPD

de Corée.

Lorsque la RPDC était obligée à faire

une Dure marche, on était loin de

pouvoir croire qu’elle aborderait comme

aujourd’hui l’ère de la grande prospérité.

De tenaces tentatives impérialistes

d’étouffement contre elle obligeaient ses

nombreuses usines et autres entreprises à

s’arrêter de tourner faute de matières

premières et de matériaux.

Vint s’y ajouter une cruelle pénurie

de vivres consécutive à des fléaux de la

nature qui frappèrent coup sur coup le

pays.

Dans ces conditions, faire un bond

vers un puissant Etat prospère et non

maintenir le statu quo ou entreprendre un

simple redressement, aurait été

inimaginable.

Toutefois, animés d’une ferme

confiance dans l’avenir, nos concitoyens

se dressèrent comme un seul homme

suivant l’appel du Dirigeant Kim Jong Il

pour construire à tout prix un puissant

Etat prospère.

Si malgré de multiples épreuves

aussi dures, nos concitoyens ont su ainsi

se redresser, on le doit à leur confiance

dans le Dirigeant Kim Jong Il.

Déjà dans les années 1970 qui les

avaient vus livrer une bataille pour la

réalisation de grands projets de

construction du socialisme et dans les

années 1980, époque de la lutte pour

ériger de grandes constructions

monumentales, nos concitoyens ont

appris par l’expérience qu’en suivant

fidèlement les instructions de Kim Jong Il,

un avenir heureux ne manquera pas

d’arriver.

C’est pourquoi, s’il agissait d’un

ordre de Kim Jong Il, nos concitoyens

30 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

30 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 3, 2012

se faisaient un devoir de l’exécuter

inconditionnellement plutôt que de se

soucier d’analyser théoriquement les

possibilités de le réaliser.

Les ouvriers ne quittaient pas leur

machine bien que torturés par une cruelle

faim, tandis que les paysans transportaient

du fumier au moyen de

traîneaux pour en répandre sur les

champs de leur ferme sans se soucier

d’aller se procurer des vivres pour leur

famille.

Tels étaient nos concitoyens.

Désireux de les rendre les plus

heureux du monde, Kim Jong Il a

poursuivi sans répit sa tournée d’inspection

comme on faisait une marche

forcée.

Où qu’il aille, il saisissait vite les

problèmes en suspens, éclairait les cadres

locaux sur le moyen pertinent

d’améliorer les affaires économiques et

encourageait les travailleurs à imprimer

un nouveau grand essor à la production.

C’est ainsi qu’a vu le jour le fameux

esprit de Kanggye, qu’ont été allumés

coup sur coup les flambeaux de

Songgang (complexe d’aciérage de

Songjin) et de Ranam et qu’une grande

marche de tout un peuple, un grand et

nouvel essor révolutionnaire, a démarré,

ce qui a permis au pays de s’assurer un

solide tremplin vers l’édification d‘un

puissant Etat prospère.

A ce sujet, une personnalité en vue

du Japon écrira dans son article intitulé

« Kim Jong Il, symbole de l’indépendance

et de la dignité » : « Si…le

tremplin vers l’édification d’une grande

puissance prospère a été assuré en quatre

années à partir du milieu des années

1990 qui furent l’époque la plus difficile

dans l’histoire de la construction du

socialisme en RPDC, cela vaut un

miracle historique. »

Entre-temps, le peuple coréen s’est

raffermi plus que jamais dans sa

conviction que pour lui, en suivant le

Dirigeant Kim Jong Il, il n’y a rien

d’impossible.

En croyant que si au cours de la lutte

pour vaincre les difficultés et épreuves,

on est à court d’intelligence et de force,

cela est imputable à l’insuffisance de sa

fidélité au Dirigeant Kim Jong Il, nos

concitoyens redoublaient d’ardeur chacun à

son poste pour accomplir de nouveaux

miracles et exploits.

C’est ainsi que ces dernières années,

des succès spectaculaires ont marqué les

travaux d’aménagement des centrales

électriques de Huichon.

Le Dirigeant Kim Jong Il a honoré

maintes fois de son inspection le chantier

de construction de ces centrales en

faisant fi tantôt d’une chaleur caniculaire

tantôt d’un froid de loup ( la température

atteignait moins 30 degrés). C’était, pour

lui, autant d’occasions de prodiguer des

sollicitudes affectueuses aux

constructeurs de ce chantier.

L’année dernière, par exemple, dès

son retour de son long voyage à

l’étranger, Kim Jong Il a inspecté de

nouveau ce même chantier et a vivement

encouragé les constructeurs du chantier

qui avaient exécuté avec une rapidité

fulgurante les travaux de construction en

faisant preuve d’un esprit inflexible.

Rappelons qu’encouragés par ses

inspections réitérées, ils avaient terminé

les travaux de percement des tunnels

d’amenée d’eau, au bout de 4 mois

contre 2 années prévues, ceux de

construction du barrage de Ryongrim, au

bout d’un peu plus de 700 jours, les

travaux de montage de génératrices

d’électricité pour 6 mois, au bout de 40

jours et ont ainsi achevé ou presque au

bout de 2 années l’ensemble des travaux

d’aménagement des centrales de

Huichon qui auraient pris au moins 10

années.

L’entrée en service de nouvelles

unités de production sidérurgique et de

production d’engrais à la coréenne, la

relance de la production de vinalon, fibre

chimique d’invention coréenne, l’achèvement

des travaux d’aménagement des

polders de Taegyedo, la possession de la

maîtrise de la technologie de pointe de


CNC, de grandes centrales hydrauliques

surgies un peu partout dans le pays, des

usines chic modernisées, les merveilles

de l’époque de Songun qui se multiplient

au fil des jours, et d’autres récentes

réalisations spectaculaires entrées dans

l’histoire de la construction d’un

puissant Etat prospère, montrent

qu’inépuisable est la force de l’unité

entre le peuple et son Dirigeant fondée

sur l’unisson de volontés et l’amitié.

Le patriotisme de Kim Jong Il fait

sa force , celui-ci représente la puissance

de la justice.

Cette puissance permet de

construire un puissant Etat en battant

tout ennemi redoutable

Kim Jong Il, porteur d’arme de la

vérité, dirige la Corée invincible.

… …

Les impérialistes menaçaient plus

que jamais d’attaquer la Corée socialiste,

à la faveur de la chute des régimes

socialistes est-européens, pour tenter

d’obtenir l’étouffement de la RPDC.

Face à cette grave situation, estimant

que la capacité d’autodéfense est

indispensable pour le développement du

pays et la prospérité de la nation et

par son patriotisme, Kim Jong Il a

défini la politique de Songun comme

principal mode de gouvernement

socialiste.

« En présence de cette alternative :

ou bien vivre en peuple indépendant ou

bien se laisser réduire en esclavage

colonial par les impérialistes, nous

devons suivre toujours la voie du

socialisme et nous ne pouvons

l’abandonner », telle était sa conviction,

sa volonté. Donc, il a amené nos

concitoyens à garder la vérité de la

révolution fondée sur le Songun comme

devise pour leur vie et leur lutte.

« L’armée vaut le Parti, vaut l’Etat,

vaut le peuple. »

Ce principe du Songun qu’il a

inculqué à nos concitoyens a servi de

base idéologique et morale à unir

solidement nos concitoyens par l’unisson

de pensées et de volontés, de force

motrice qui a permis à nos concitoyens

de faire bloc d’autant plus que les

épreuves et les obstacles se multipliaient

et de poursuivre leur marche vers

l’édification d’un puissant Etat prospère.

Pour Kim Jong Il, les affaires

militaires étaient les plus importantes des

affaires de l’Etat. Donc, il a renforcé par

tous les moyens l’Armée populaire de

Corée aussi bien sur les plans politique

et idéologique que sur les terrains

militaire et technique en poursuivant

sans répit son long périple pour la

concrétisation du principe du Songun.

Suivant la ligne de l’édification de

l’économie de l’époque du Songun qu’il

a tracée et qui consiste à développer

simultanément l’industrie de guerre,

l’industrie légère et l’agriculture en

accordant la priorité à cette première, il a

veillé à ce qu’on donne la priorité au

développement de l’industrie de guerre.

Sous sa direction pertinente, la

RPDC a renforcé par tous les moyens

son potentiel militaire suivant le principe

du Songun, ce qui lui a permis de

remporter victoire sur victoire dans la

confrontation sourde avec les

impérialistes et de prendre rang parmi

les constructeurs et lanceurs de satellites

artificiels et les puissances nucléaires.

A l’heure actuelle, Kim Jong Un,

portrait tout craché de Kim Jong Il,

conduit nos concitoyens vers de

nouvelles victoires, en leur inculquant le

patriotisme et la volonté de Songun

légués par son prédécesseur.

La chanson La Puissance de la RPD

de Corée, hymne à la louange d’une

puissance éternelle, encouragera toujours

le peuple coréen qui va de l’avant sous la

direction du respecté Kim Jong Un.

Participants au rassemblement de masse de la ville de Pyongyang animés d’une ferme volonté d’imprimer

à tout prix un grand essor à l’édification d’un puissant Etat prospère suivant les dernières

recommandations du Dirigeant Kim Jong Il (janvier 2012).

Ri Kum Chol

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

31

LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 3, 2012 2012

31


Un

Le désir le plus cher d’une scientifique

jour d’été, voici 24 années, une jeune fille

au corps dodu et de petite taille, entre à pas

comptés dans l’institut de recherche enzymologie de

la section de science d’industrie légère de l’Académie

nationale des sciences.

C’est Kim Myong Hui, fraîche émoulue de la

faculté de technologie de denrées alimentaires de

l’école supérieure de l’industrie légère Han Tok Su de

Pyongyang. Elle est affectée comme chercheuse à cet

institut.

En l’accueillant, les chercheurs et les laborantins

cachent mal leur étonnement, en se demandant si

cette petite jeune fille serait à la hauteur des travaux

de recherche.

Personne ne croirait qu’elle deviendra le plus

grand expert en technique de traitement d’aliments

à base de pommes de terre. Pourtant, cela n’arrivera

que beaucoup plus tard.

Myong Hui s’en souviendra :

« Ce jour-là, j’avais des palpitations toute la

journée. Il m’était difficile de me calmer. Parce que je

craignais que je n’arrive pas à faire quelque chose

d’utile au peuple. »

Elle se fixe pour son premier objectif de créer un

zymogène à puissant pouvoir diastasique dont l’idée

lui est venue pendant ses années d’études

supérieures.

Dès le début, elle se heurte à de multiples

obstacles.

Toutefois, avec l’aide sincère de ses aînés, elle

jette petit à petit des bases pour ses travaux. Par

ailleurs, elle trouve souvent le temps de se rendre à

des usines alimentaires dans la ville de Pyongyang

et en province pour pousser ses travaux en faisant

appel à l’intelligence et à la capacité des techniciens

32 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

32 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 3, 2012

et ouvriers sur les terrains.

Ainsi, elle parvient à réaliser dans un bref espace

de temps son premier objectif de recherche. Avec sa

première invention, elle réussit à améliorer la

qualité de diverses boissons.

Plus tard, elle travaille sur la pomme de terre

dans plusieurs fermes de l’arrondissement de

Taehongdan et porte de gros efforts sur la mise au

point de la technique de fabrication de boissons à

base de pomme de terre.

Avant, dans cette région fertile en pomme de

terre, on utilisait des boissons tirées de pomme de

terre, mais elles ne jouissaient pas d’une bonne

réputation chez les consommateurs, parce qu’elles

contenaient des impuretés.

Myong Hui approfondit donc ses travaux sur les

composants de la pomme de terre et parvient ainsi à

détecter les défauts de fermentation de pomme de

terre et à mettre sur pied une nouvelle technique de

fermentation. Elle approfondit également ses

travaux sur les boissons à base de pomme de terre et

réussit enfin à déterminer des indices optimaux des

boissons.

Depuis, la Taehongdan Soju, boisson alcoolique à

base de pomme de terre de son invention, jouit d’une

très bonne réputation.

En février 2002, alors qu’il inspecte

l’arrondissement de Taehongdan, Kim Jong Il loue

la scientifique d’avoir fait ses travaux de recherche

dans cette lointaine région, loin de chez elle, et

d’avoir ainsi trouvé une solution satisfaisante à de

nombreux problèmes scientifiques et techniques

posés par la préparation d’aliments à base de pomme

de terre.

Plus tard encore, Myong Hui poursuivra ses

travaux dans les usines alimentaires de plusieurs

autres régions dont Kanggye, Hoeryong, Changsong,

Tokchon, Haeju et réussira ainsi à résoudre de

nombreux problèmes technoscientifiques posés par la

production de boissons substantielles.

« Mon plus cher désir, déclare-t-elle, c’est de

remporter des succès dignes de ce nom dans mes

travaux de recherche et de parvenir ainsi à faire la

joie du Dirigeant Kim Jong Il, qui, soucieux

d’approvisionner notre peuple en boissons de

meilleure qualité, se dévouait tout entier pour y

parvenir. »

Sim Chol Yong


Le

Epoux enseignants vivant dans l’avenir

matin, au moment de partir au

travail, tout le monde est

pressé, mais il y a des époux

enseignants plus pressés que les autres,

parce qu’ils ont de nombreux disciples

et parents d’élèves avec qui ils doivent

échanger des salutations au moment de

déplacement domicile-travail.

C’est Jong Yong Chun, professeur à

l’école secondaire no 1 de Pyongyang,

et son épouse, Pae Mi Ran, enseignante

à l’école secondaire de Kaeson de

Pyongyang.

Ce premier a étudié à l’école normale

supérieure Kim Hyong Jik, et sa femme,

à l’université de technologie Kim

Chaek.

C’est leur volonté commune de

consacrer toute leur vie à l’enseignement

qui les a unis par mariage.

Yong Chun a déjà 20 années

d’ancienneté dans l’enseignement et sa

femme, 10. Malgré leur différence

d’ancienneté, ils se dévouent tout

entiers l’un comme l’autre pour

l’enseignement.

Ils sont tous les deux enseignants

exemplaires et titulaires de certificats de

nouvelle méthode pédagogique et de

ceux d’invention de nouveaux matériels

didactiques.

Ils sont également professeurs de

mathématiques.

Yong Chun possède un art de donner

le cours de 45 minutes d’une manière

très intéressante.

S’il s’agit d’un principe mathématique,

il l’explique quelque difficile

qu’il soit d’une manière intelligible en

le comparant avec des choses et

phénomènes de la vie quotidienne ou

avec des principes que ses disciples ont

déjà appris et en leur posant parfois des

questions très délicates, ce qui leur

permet de comprendre eux-mêmes le

fond du problème.

Aussi, pour ses disciples, les

mathématiques sont leur discipline

scolaire la plus intéressante, et le cours

de mathématiques leur cours le

plus attendu.

Si plusieurs élèves de

l’école secondaire n o 1 de

Pyongyang ont su remporter des

concours scolaires

multidisciplinaires nationaux,

ils le doivent à Yong Chun et

surtout à son habileté.

Celui-ci a eu également

l’honneur de donner un cours

de démonstration en présence

des enseignants concernés de

tout le pays. Il est connu

comme professeur très

compétent.

« Le secret de ma réussite

n’est pas ailleurs, déclare-t-il

interrogé sur sa technique.

J’ai essayé seulement

d’instruire mes disciples en faisant

appel à des méthodes heuristiques en

conformité avec l’exigence fondamentale

de la pédagogie socialiste.»

Quant à sa femme, Mi Ran, elle

excelle dans l’art de trouver des enfants

très doués parmi ses disciples.

Un exemple est éloquent.

Kim Myong Hak, est un des anciens

disciples de Mi Ran.

Lorsqu’il suivait les cours de cette

dernière, ses résultats d’examens laissaient

à désirer.

D’un caractère doux et calme, il ne

se faisait guère remarquer d’habitude

dans la vie quotidienne.

Mais il lui arrivait parfois de

répondre très pertinemment à des

questions demandant un esprit d’initiative,

qu’on lui a posées, et de poser à

son tour des questions saugrenues.

Croyant donc qu’il avait du talent,

Mi Ran commença à l’observer attentivement.

Et elle se décida à l’instruire à part

en conformité avec sa personnalité et

avec sa psychologie pour développer

ses capacités intellectuelles. En lui

expliquant les principes théoriques pour

qu’il puisse comprendre plus qu’on lui

enseigne, elle approfondit les cours

particuliers et élargit peu à peu en

accord avec son niveau le cercle des

connaissances à lui enseigner. Pour

cela, elle lui fit résoudre divers

problèmes pour qu’il puisse posséder des

capacités à appliquer ses connaissances

déjà acquises sans aide et d’une manière

créatrice.

Ainsi, Kim Myong Hak parvint à

connaître trois langues et à exceller dans

les études et, après l’école secondaire, il

obtint de se faire inscrire à l’école

supérieure des sciences, où il est connu

comme meilleur étudiant.

Il le doit à Mi Ran, enseignante à un

très haut niveau de qualification

professionnelle et qui n’a aucunement

ménagé ses efforts pour l’aider dans ses

études.

Celle-ci a à son tour Yong Chun,

professeur très expérimenté, pour

l’aider dans l’exercice de son métier.

Yong Chun se fait un devoir de lui

procurer de nouveaux matériaux

pédagogiques et de nouveaux livres de

références pour qu’elle puisse s’adapter

aux impératifs de l’époque de

l’économie de la connaissance, et de lui

faire comprendre souvent ses défauts en

matière de direction de ses disciples

dans leurs études. Pour Mi Ran, il est

donc à la fois son mari et son précepteur

exigeant.

Il leur arrive souvent d’engager un

débat sur de méthodes pédagogiques et

la solution de problèmes mathématiques

et de se donner un cours simulé.

Il leur arrive également parfois un

événement intéressant.

Par exemple, une fois, certains des

disciples de Mi Ran ont été admis en

cours de leurs études dans l’école

secondaires n o 1 de Pyongyang et ont

fait ainsi partie de la classe dont est

chargé son mari, Yong Chun.

Ainsi, nombre de leurs anciens

disciples communs sont reconnus

aujourd’hui comme brillants étudiants

de grand avenir dans des établissements

d’enseignement supérieur et dans des

écoles spécialisées.

En rentrant du travail, ils trouvent

souvent le temps de se promener

ensemble et visitent parfois les jours

fériés avec leur fille le zoo central. Ils

mènent ainsi une vie très culturelle. Ils

passent pour des époux constructeurs de

l’avenir du pays.

Forts de leur confiance et de leur

amour mutuels qui s’approfondissent

au fil des jours, ils se dévouent tout

entiers pour obtenir toujours de plus

grands succès dans leur travail.

« Pour notre pays, les talents

humains valent son pesant d’or, parce

que ce sont eux qui garantissent son

avenir.

La conscience de l’enseignant est

prouvée non par les résultats présents

mais par les futurs résultats.

Nous vivons donc dans l’avenir

plutôt que dans le présent pour que nous

puissions nous regarder tête haute dans

le futur visage de nos anciens

disciples. »

Kim Son Ae

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

33

LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 3, 2012 2012

33


A l’institut de recherche en acupuncture de

l’Académie des sciences médicales Coryo, on

s’investit dans le perfectionnement scientifique de la

technique d’acupressing.

Les chercheurs de l’institut, au bout de leurs

longues années de pratique et de travaux de

recherche, sont parvenus à mettre au point une

nouvelle méthode standard de traitement pour les

maladies à taux d’apparition très élevé.

La nouvelle thérapeutique de leur invention pour

l’hernie intervertébrale (HI) est à citer.

Avant, pour le traitement de cette maladie, on

faisait appel le plus souvent à une intervention

chirurgicale et rarement à d’autres procédés.

Les chercheurs ont procédé à une enquête

détaillée sur l’efficacité des traditionnels procédés

thérapeutiques et les causes de la récidivité de la

maladie en question.

En tirant profit des résultats de cette enquête, ils

ont déterminé un à un les problèmes à résoudre pour

traiter cette maladie au moyen de l’acupressing et

ont déployé des efforts patients pour mettre au point

des méthodes thérapeutiques adaptées à chaque cas.

En faisant référence à des documents sur la

traditionnelle technique de massage et à des

techniques d’acupressing qu’on pratique à d’autres

pays, ils ont également étudié les traits

caractéristiques de la constitution de divers malades

et l’anatomie. Ainsi, ils ont réussi à établir

théoriquement une nouvelle thérapeutique

scientifique. Leur préoccupation essentielle était de

mettre au point les thérapies à associer avec le

traitement intensif de la région responsable de l’HI

pour accroître l’efficacité de celui-ci.

34 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

34 LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 3, 2012

L’acupressing en voie de

perfectionnement scientifique

Ils ont accumulé leurs expériences en modifiant

l’intensité et la durée du traitement en fonction de

l’état d’esprit et de l’état nutritif des patients et de

leur endurance à l’acupressing, en tenant compte des

opinions les uns des autres. Ils ont également fait

appel à d’autres moyens subsidiaires, procédés

thérapeutiques Coryo comme l’acupuncture, le moxa

et l’application de ventouses, ce qui a permis

d’accroître l’efficacité du traitement.

En cas de complications chez le malade, ils n’ont

pas oublié d’appliquer d’autres procédés

thérapeutiques pour mettre au point des thérapies

plus efficaces.

A persévérer dans leurs efforts, ils ont enfin

réussi à établir une nouvelle thérapeutique

rationnelle très efficace pour la luxation de disques

intervertébraux.

Depuis, ils traitent avec succès cette maladie

grâce à cette nouvelle thérapeutique sans faire appel

à une intervention chirurgicale et à d’autres

procédés.

Malade de HI, Kim Yong Il, 49 ans, chauffeur, se

fait actuellement soigner à l’institut en question.

D’après lui, avant, il s’est fait traiter par diverses

méthodes thérapeutiques, mais en vain. Aussi, a-t-il

beaucoup souffert. « Depuis que j’ai commencé à me

faire soigner à cet institut, déclare-t-il, mon état de

santé connaît une amélioration sensible.

Maintenant, je me sens frais et dispos et je suis sûr

d’être guéri. »

Les chercheurs de l’institut peuvent également se

prévaloir d’avoir inventé et d’appliquer largement

des techniques de traitement par acupressing de

diverses autres affections consécutives à l’avarie des

vertèbres cervicaux et de vertèbres lombaires et

d’autres maladies : lumbago, asynergie neurovégétative,

névrose cardiaque, dyssomnie, hypertension,

angine de poitrine, etc.

Les spécialistes de ce domaine sont nombreux à

venir les voir pour apprendre leurs expériences et

leurs techniques de traitement et les chercheurs en

question se voient souvent inviter à donner des cours

en la matière.

« Si nous avons remporté des succès dans le

traitement de l’HI et d’autres maladies, déclare Ju

Hak Chol, chef d’un service de l’institut, ce n’est

qu’un premier pas vers le perfectionnement

scientifique de la technique d’acupressing. Nous

inventerons de nouvelles techniques de traitement

par acupressing pour diverses maladies, en

travaillant avec plus dévouement pour développer

toujours les procédés d’acupressing déjà mis au

point, en conformité avec les impératifs de l’époque

de l’informatique. »


En

Plus de 20 ans avec la natation synchronisée

RPD de Corée, bien que soit courte son histoire,

cette discipline sportive connaît un rapide

développement.

On le doit en partie à Ryu Jong Ae, entraîneuse de

natation synchronisée au Club sportif du ministère de

l’industrie des produits de la mer.

Son point fort est entre autres dans l’originalité dans la

création d’œuvres.

Elle sait créer des mouvements magnifiques et fascinants,

choisir une belle musique adéquate en accord avec les

mouvements et harmoniser ceux-ci avec la mélodie. Son

idéal en tant qu’auteur d’œuvres est de conquérir la

suprématie dans le monde de natation synchronisée en faisant

appel à l’attrait des pas propres à la danse coréenne.

Ses efforts ont produit dès le début de bons effets.

Lors de la Coupe « Magazine féminin du monde »

organisée en 1997 à Moscou, l’équipe de la RPDC, pour qui

c’était sa première participation à une compétition

internationale, s’est présentée à la finale au grand

étonnement du grand public.

Bien des experts et des amateurs ont été fascinés par son

jeu éblouissant.

En voyant ses joueurs exécuter avec confiance des pas

gracieux de danse coréenne en évoluant diversement au son

de la chanson populaire nationale, l’entraîneuse de l’équipe

russe a dit:

« Il n’y a rien d’étonnant à ce que l’équipe coréenne ait

réussi à se présenter à la finale pour laquelle même ses

homologues étrangères vieilles de plusieurs dizaines

d’années n’ont pu être qualifiées. Le jeu des Coréennes est

très particulier. Bien que leur équipe ne soit pas sortie

gagnante, leur jeu pèse sur l’orientation à suivre

ultérieurement par la natation synchronisée mondiale.»

Plus tard aussi, lors des 11 èmes Championnats du monde

de natation en 2005 et des JO en 2008, l’équipe coréenne que

Ryu Jong Ae a dirigée, s’est présentée à nouveau à la finale,

montrant où en est le niveau de la natation synchronisée

coréenne.

Née à un village très montagneux, à plusieurs dizaines de

ri du chef-lieu de l’arrondissement de Wiwon, province du

Jagang, elle s’est mise à l’âge de 10 ans à s’initier à la danse

au Conservatoire de musique et de danse de Pyongyang (nom

d’alors), parce que l’Etat s’était arrangé pour qu’on trouve

les enfants de talent et leur donne une formation suffisante.

Depuis, elle s’est produite chaque année au spectacle de

variétés donné par des enfants à l’occasion du Nouvel An et

à l’épopée de musiques et de danses Chant de la gloire

auxquels a assisté le Président Kim Il Sung.

Après ses études à ce conservatoire, elle travaillait

comme danseuse à une troupe artistique.

Or, l’Etat s’est arrangé à nouveau pour qu’elle poursuive

ses études. Ensuite, elle a été affectée en 1990 comme

entraîneuse de la natation synchronisée, discipline

fraîchement mise sur pied dans le pays.

Aujourd’hui, elle passe pour l’entraîneuse réussie et

talentueuse parmi ses collègues et les amateurs. On s’accorde

pour dire que les œuvres de sa création se caractérisent par

une belle musique, une composition serrée, la finesse

d’exécution et l’élégance des mouvements techniques.

Deux numéros de sa création Nous chantons le Parti et

Que le Général Kim Jong Il ne marche pas sur le chemin

enneigé figuraient dans le répertoire d’un spectacle de

natation synchronisée donné à titre exemplaire en février

2011 à l’occasion du jour anniversaire de Kim Jong Il, sous

le signe de « Février-printemps éternel ». Dans ces œuvres,

Ryu Jong Ae a développé plus que jamais son originalité.

D’après elle, ces deux œuvres sont une synthèse de ses

expériences de vie qu’elle a eues, en se dévouant pour le

développement de la natation synchronisée coréenne, et de

ses sentiments éprouvés entre-temps.

« Les sportifs doivent, déclare-t-elle, leurs performances

au Dirigeant Kim Jong Il qui leur a prodigué des

sollicitudes affectueuses. Pour ma part, je consacrerai toute

mon intelligence et toute mon énergie à la gloire du pays. »

Ri Ryok

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

35

LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 3, 2012 2012

35


Les activités de la Croix-Rouge en RPDC

La société de la Croix-Rouge de

la RPDC organise largement dans

toute l’étendue du pays des services

bénévoles en accord avec la loi et les

statuts de la Croix-Rouge et avec les

principes fondamentaux du

mouvement international de la Croix-

Rouge et du Croissant-Rouge. Ses

plus importants objectifs : protéger la

vie et les biens de la population contre

toutes formes de calamités et de

maladies et améliorer la santé et le

bien-être des habitants. Elle ne

ménage aucunement ses efforts pour

les réaliser.

En présence des fléaux de la

nature de plus en plus fréquents

consécutifs au changement du climat,

elle a fait d’une manière substantielle

des préparatifs institutionnels,

humains et matériels et a amélioré ses

capacités d’intervention d’urgence

pour faire face aux sinistres en

coopérant étroitement avec la

fédération internationale des sociétés

de la Croix-Rouge et du Croissant-

Rouge et de nombreuses sociétés

nationales de la Croix-Rouge et du

Croissant-Rouge, notamment celles de

Norvège, Suède, Finlande, Danemark,

Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas,

Canada, Australie. Elle a également

porté de gros efforts sur la réalisation

de son programme de réduction de

risques de calamités dans les zones

résidentielles à capacités faibles.

Ces dernières années, par

exemple, elle a organisé d’une

manière unifiée les activités relatives

à la gestion des calamités comme les

préparatifs pour faire face aux

catastrophes, la prévention des

calamités, les secours d’urgence et le

relèvement, à l’assistance médicale

sociale et à l’hygiène d’eau, en se

fixant pour son principal objectif

l’aménagement de zones résidentielles

sûres et animées, cela suivant son plan

quinquennal stratégique (2011-2015)

pour la réduction de risques de

calamités.

En poussant les préparatifs pour

faire face aux catastrophes et arrêtant

des mesures pour la prévention et

l’atténuation des calamités, elle a créé

dans diverses régions des groupes

anti-calamités à part par souci

d’assurer la promptitude et l’efficacité

des secours d’urgence et a veillé à en

accroître le rôle et le sens de la

36 36 LA LA COREE D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 2012

5, 3, 2012

Les militants de la Croix-Rouge se sont dressés pour

duire les risques de sinistres de la nature.

responsabilité. Par ailleurs, par ses

soins, des postes de surveillance ont

été installés dans les zones à gros

risques de calamités, et la surveillance

et l’information en matière de fléaux

de la nature comme l’inondation et le

glissement de terrains de montagnes

sont effectuées substantiellement par

la mobilisation de bénévoles. Dans de

nombreuses unités d’activité, se

trouve implanté un système de préalerte

contre les calamités et le plan

pour le cas d’urgence a été réalisé

avec succès. Donc, pendant la saison

des grandes pluies de l’année

dernière, dans ces unités, il n’y a eu

aucune perte de vie humaine et les

dommages subis par des logements,

des terres agricoles et des

constructions publiques ont été réduits

considérablement.

L’année passée, quand une

inondation a frappé certaines de

régions, la société de la Croix-Rouge

a envoyé sans tarder dans les régions

sinistrées des groupes d’enquête

d’urgence, qui, en coopération avec

les personnels des sections locales de

la Croix-Rouge, les bénévoles et les

fonctionnaires des organismes locaux

du pouvoir, ont procédé à une enquête

sur les dommages causés par

l’inondation et les besoins des

sinistrés.

La société de la Croix-Rouge a

également envoyé à temps, avec l’aide

de la délégation de la fédération

internationale des sociétés de la

Croix-Rouge et du Croissant-Rouge,

des secours d’urgence dans les régions

sinistrées et a ainsi aidé avec

efficacité à la stabilisation des

conditions de vie des sinistrés.

L’année passée était l’ « année des

bénévoles ».

La société de la Croix-Rouge a

donc organisé un cours de formation

destiné à faire face à des calamités et

à assurer le secours d’urgence pour les

cadres concernés et les bénévoles des

provinces du Hwanghae du Sud, du

Phyongan du Sud et du Kangwon et

d’autres provinces, ce qui a aidé à

porter à un niveau plus élevé les

préparatifs pour faire face aux

calamités et améliorer les capacités de

secours.

Elle a également organisé, avec la

mobilisation des bénévoles, diverses

autres activités comme

l’aménagement du territoire, la

plantation d’arbres et l’éducation pour

la sécurité dans la circulation, ce qui a

permis de remonter le moral des

bénévoles et de stimuler leur

enthousiasme et a également permis

au grand public de se faire une idée

correcte de la réduction des risques de

calamités.

Les bénévoles se sont


La réserve zoologique de Taegaksan

Cette réserve s’étend autour du mont Taegak, dans la

province du Hwanghae du Nord, au centre de la région

ouest de la Corée.

Puisqu’il s’agit d’une région montagneuse de haute

altitude, le climat y est proche du climat continental et la

moyenne des températures durant l’année est de 9 o C

environ. La moyenne des précipitations annuelles, quant à

elle, est relativement riche (de 1 200 à 1 300 mm). Dans la

région, les conifères côtoient les arbres à feuilles larges

(chêne, mélèze, pin pignon, bouleau, « korochoe », une

variété d’érable, etc.), ce qui offre un excellent habitat

pour les animaux.

A plus de 1 000 m d’altitude, une forêt mélangée

l’emporte. Au pied de montagnes de la région, croissent le

mélilot, le noisetier, et d’autres arbrisseaux, la vigne

sauvage, « tarae » (espèce d’actinidia), le poirier sauvage

et d’autres arbres fruitiers sauvages, « mansam »,

« chamdanggwi », « jokduriphul », la fougère, le

campanule, « todok » et d’autres espèces de plantes

médicinales, tandis qu’au flanc de montagnes, ce sont le

pin pignon, le noyer sauvage, « punji » et d’autres plantes

de valeur économique.

Dans la réserve, vivent un peu plus de 30 espèces de

bêtes : chamois, chevrotain porte-musc, chevreuil,

chevrotain, sanglier, blaireau, grisard, renard, ours,

belette, ocelot, lièvre, écureuil, écureuil de Corée, rat des

champs, rat à longues oreilles, hérisson, etc.

Viennent s’y ajouter un peu plus de 100 espèces

enthousiasmés plus que jamais pour la

santé publique et les premiers secours.

Les cours de formation et les échanges

de vues sur le travail sanitaire et les

premiers secours dans les zones

résidentielles ont permis d’améliorer

les capacités des personnels de la

Croix-Rouge et des bénévoles pour la

vulgarisation des connaissances

médicales et les premiers secours,

tandis que diverses formes d’assistance

médicale ont permis de remporter des

Jeunes et enfants militants de la Croix-Rouge pendant la campagne de

reboisement de printemps (2011).

d’oiseaux: faisan, faisan de plaine, caille, pigeon sauvage,

coucou, « pongori-pokugi », « saemae-pokugi »,

« joptongsae », toutes trois espèces de coucou, grand duc,

halcyon, « khunallak taktaguri » (espèce de pic), pic

tacheté, pic noir, petit pic, jwisae(espèce d’oiseau),

« owesokdoki », martinet, etc.

Dans le bois au pied de colline du mont Taegak, vivent

un peu plus de 10 espèces de reptiles : vipère des tas de

pierres, vipère noir, couleuvre, « surukbaem », couleuvre

verte, serpent aquatique, lézard à longue queue,

« phyomun domabaem » (espèce de lézard), etc. et

plusieurs espèces d’amphibiens : crapaud, rainette, « pidan

gaeguri », grenouille à tambour, rana nigromaculata, rana

rugosa, salamandre, etc.

Dans la rivière Taegak, ce sont quelque 10 espèces de

poissons : anguille, carassin, omble, goujon, carpillon,

silure, autres.

Cette réserve a été créée en 1976.

On porte de gros efforts sur la protection de l’habitat

pour animaux.

Le chevreuil porte-musc et le pic noir sont l’objet

d’une protection à l’échelle mondiale. Les travaux de mise

en valeur et la chasse sont donc interdits d’une façon

rigoureuse dans la région. On se préoccupe également de

prévenir l’incendie de forêt.

Kim Kyong Sun, chercheuse à la Fédération coréenne

pour la protection de la nature

succès remarquables en faveur de la

protection de la vie de la population et

de l’amélioration de la santé publique.

Grâce à l’intervention enthousiaste

des bénévoles, le plan en matière

d’hygiène d’eau a été réalisé avec

succès et dans de nombreuses régions,

les canalisations d’eau potable et

d’égouts et les installations

hygiéniques ont été installés ou refaits,

ce qui a permis d’assurer un milieu

écologique salubre.

Les mois printanier et automnal en

faveur de l’hygiène, la « journée

mondiale de l’eau » et la « journée

mondiale des installations d’hygiène »

et d’autres ont été autant d’occasions

d’organiser des conférences et des

activités artistiques, ce qui a permis à

la population de se faire une idée

correcte de l’hygiène d’eau.

Les personnels et les bénévoles de

la Croix-Rouge de la RPDC font

toujours de leur mieux pour s’acquitter

de leur mission humanitaire.

Kim Chol Jun

LA LA COREE COREE D’AUJOURD’HUI D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 3, 2012

2012

37


Conte

Sun

I commence à réfléchir, en

la regardant, un doigt dans

la bouche.

Son cœur bat à tout rompre, tandis

que la jeune fille baisse la tête vers

elle. Le foulard bleu cache les yeux de

Sun I et un souffle parfumé lui

effleure le front. Sun I revient de ses

illusions en sursaut…

« Grand-mère, qui est-ce ? »

« De qui s’agit-il ? »

« Mais, pourquoi ne m’as-tu pas

accompagnée ? »

« Personne ne peut t’accompagner

quand tu es dans l’illusion. »

Alors qu’elle n’est pas encore

arrivée à deviner l’énigme

mystérieuse, Sun I eut déjà 12 ans, et

la même année, elle connut encore

une fois pareil événement.

Pour elle, dix jours était une

période très longue, un jour lui

paraissait on ne peut plus long. Dès le

lever du soleil, elle attendait que le

jour tombe vite, et une fois la nuit

tombée, elle attendait avec impatience

le lever du soleil.

En voyant Sun I se plonger

fréquemment dans une méditation,

Sok Jin la trouve étrange. Lorsqu’ils

étudiaient à l’école, Sok Jin était de

deux années plus en avance que Sun I.

Fils d’un prospecteur géologique, il

savait donner des noms différents à

des morceaux de pierre semblables et

connaissait bien la sonde servant à

forer le terrain jusqu’à des milliers de

mètres de profondeur. Toutefois, il

ignorait les herbes, les insectes, voire

même l’écureuil, ce qui étonnait ses

copains.

Or, un jour, il lui arriva de vanter

ses connaissances agricoles au grand

étonnement de ses camarades. Il avait

acquis quelques connaissances sur le

riz, en lisant le livre Les plantes de

notre pays. Il avait ainsi appris qu’à la

38 LA LA COREE D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 2012

5, 2012

Jeune fille qui brode le pays aux

belles montagnes et aux eaux limpides

(Suite du numéro 3) Han Ung Bin

différence de la pomme de terre et du

millet, le riz ne croît que dans des

terrains humides. C’est ce qu’il a

vanté en présence de ses copains. Ce

n’est qu’alors que ces derniers ont

découvert que leur village n’avait pas

de rizière. Cela était pour leur village

un deuxième grand malheur. Le

premier malheur, c’était que leur

village n’avait pas de pont fait d’un

tronc d’arbre. Ils ne savaient pas que

dire comme cela avait été le cas

lorsqu’un de leurs camarades qui

habitait dans un autre village qu’une

quinzaine de « ri » séparaient du leur,

s’était prévalu du pont fait d’un troc

d’arbre qu’avait son village.

« On peut cultiver le riz dans

notre village, n’est-ce pas ? » balbutia

Sun I sans assurance.

« Sur vos terres, le riz ne croîtrait

pas mais mourrait », répondit Sok Jin.

S’il dit « vos terres » comme s’il

était une tierce personne, c’est qu’il

s’est fixé dans le village depuis

quelques mois.

C’est cette expression qui agaça

fort ses camarades.

« Ne te comportes pas en

connaisseur. On pratique, disait-on, la

riziculture dans la commune de xx. »

« Votre village est situé dans une

région à haute altitude », dit Sok Jin.

Il essaya de démontrer son argument

en citant des expressions de son père

inintelligibles pour lui-même comme

la « différence d’altitude ».

Les autres enfants n’avaient pas

d’autre moyen que de chercher une

consolation dans le fait que leur

village est situé à une altitude 200

mètres plus haute que la commune de

xx.

Quelques jours après, alors qu’elle

était dans la commune de xx pour

faire les commissions de sa grandmère,

Sun I eut la chance d’observer

attentivement des plants de riz hauts

d’à peine d’une quinzaine de cm.

(Pourquoi serait-il impossible de

pratiquer la riziculture dans notre

village ?)

Aux racines blanches des plants

de riz, restaient encore pendus des

paddys jaunes. Sur le chemin de

retour, à un monticule près de la

source d’eau, à l’orée de son village,

Sun I se sentait une main étrangement

gourde. Elle regarda sa main, et à sa

grande surprise, elle avait toujours

une touffe de plants de riz dans la

main.

« Ah ! Bah ! »

Du coup, elle eut l’air larmoyant.

Les feuilles des plants se

flétrissaient déjà sous l’effet de

l’ensoleillement.

Elle se précipita vers la source

d’eau en contrebas du monticule et

trempa vite les plants de riz dans

l’eau. …

Vint enfin le dixième matin

qu’elle attendait tant.

Sun I sortit de chez elle, alors que

l’aube ne poignit pas encore.

Que de fois elle avait suivi ce

sentier depuis dix jours?! Les

broussailles d’églantier qui, voici dix

jours, ne portaient que des bourgeons,

étaient couvertes de fleurs blanches.

Les framboises qui étaient bleuâtres,

mûrissaient déjà devenues rouges. La

rosée froide du matin qui s’était perlée

sur des feuilles d’herbes, dégoulinait

en mouillant ses mollets et pieds. Sun

I s’arrêta court. Elle avait l’impression

de suffoquer.

Les plants frêles de riz qui

frémissaient dans l’eau, avaient

disparu, mais des feuilles vertes

cachaient la rigole. Se courbant, Sun I

regardait attentivement. Entre des

touffes de plants de riz, une grenouille

tachetée la regardait en face, en


sourcillant.

« Ah, voilà une grenouille ! »

La grenouille sourcilla encore

quelques fois de plus, se plongea dans

l’eau, puis s’élançait en écartant l’eau,

remuant les racines de riz et laissant

dans son sillage une traînée d’eau

boueuse.

Comme si elle s’inclinait devant le

directeur de son école, Sun I s’inclina

profondément en signe de gratitude en

direction du grand-père qui devait

exaucer quelque part le souhait des

enfants gentils.

« Grand-père, je vous remercie de

tout cœur. »

3

Dès après le coude de la route au

pied de la montagne, le peintre poussa

un cri d’admiration.

En contrebas du monticule, des

rizières vertes ondoyaient ; çà et là, on

voyait des têtes portant des foulards

rouges ou bleus, tandis que se faisait

entendre la voix vigoureuse de la

speakerine.

Vrombissements de tracteurs,

panneaux portant écrits des mots

d’ordre et plantés çà et là sur la plaine

et aux versants de montagne…

Le sentier où, la nuit, les

bourdonnements des insectes faisaient

frissonner les enfants de peur

d’obscurité, avait disparu une fois pour

toutes. Sur les champs maraîchers des

légumes, des asperseurs pour irrigation,

produisaient des arcs-en-ciel en

projetant des gouttelettes d’eau.

Le tracteur voilà enfin dans le

village, sa destination.

« Comment trouvez-vous le

village ? »

« C’est admirable. »

De jeunes filles couvertes

d’imperméables rouge clair passent, en

riant aux éclats.

« Elles sont des membres de

l’équipe de culture maraîchère. Si elles

portent des imperméables, c’est

qu’elles travaillent toujours sous des

gouttelettes d’eau projetées par les

asperseurs…Voici dix années encore,

on croyait qu’il était impossible de

pratiquer la culture maraîchère et la

riziculture dans notre région. C’est

surtout moi qui y croyais…. Mais, ce

n’est plus le cas aujourd’hui… »

Le tractoriste donne soudain un

coup de frein. A cause de la vitesse

acquise par la course, le peintre a failli

se cogner le front contre la vitre avant

du tracteur. Trois tricycles d’enfant

barraient la route au tracteur juste

devant le capot en forme de front d’un

criquet. Rouges de colère, les enfants

cyclistes regardent avec de gros yeux le

tracteur.

« Qu’est-ce qui vous prend,

monsieur ? Nous faisions un match »,

fait un des enfants.

Ces derniers manifestent ainsi leur

mécontentement contre le tractoriste

qui a interrompu leur compétition. En

regardant le tractoriste expliquer aux

enfants qu’il n’avait pas le temps de les

éviter, le peintre s’empêche à grandpeine

de se pouffer.

Les enfants parviennent enfin à

reconnaître que le tracteur fait un

travail non moins important que leur

compétition et se décident à sympathiser

avec le tractoriste qui dit qu’il

est difficile de faire reculer sa grosse

machine avec sa remorque.

Comme s’ils faisaient une grande

aumône, ils passent près du tracteur en

faisant la moue.

Le peintre se rend voir d’abord le

président du comité gestionnaire de la

ferme coopérative. Celui-ci est un

homme âgé, mais aime beaucoup

bavarder.

« Vous voyez le plan à long terme

de notre ferme là-bas. Des membres de

l’Union de la jeunesse travailleuse

socialiste (nom d’alors) de notre ferme

ont mis plusieurs jours à le tracer. Leur

plan à long terme était si formidable

qu’il paraissait mal fondé. Je ne voulais

pas donc fourrer le nez dans leurs

affaires. Or, ils discutaient d’une

manière acerbe souvent jusqu’à une

heure avancée de la nuit, s’agissant

même d’une route ou d’une diguette de

champ comme s’ils voulaient les

reconstruire ailleurs.

C’étaient surtout Sun I et Sok Jin,

le tractoriste, jeune homme qui vous a

amené tout à l’heure, qui se

passionnaient plus que les autres pour

la discussion sur le plan à long terme.

Ce tractoriste vit dans notre village

depuis onze années. »

« Va-t-il quitter le village ? »

« Oui. Son père est prospecteur.

L’équipe de prospection dont celui-ci

fait partie va partir ailleurs. Le jeune

homme doit donc partir avec ses

parents. A l’équipe de prospection, on

compte, paraît-il, l’employer comme

conducteur de camion. Ils partiront

demain matin. A part cela, il faut dire

que les meneurs de ce plan sont lui et

Sun I. Celle-ci disait… Et j’ai entendu

cela en passant.

--Camarades, disait-elle, établissons

avec plus de largeur d’esprit le plan à

long terme. Imaginez l’avenir de notre

village où il fera mieux vivre. Il y a dix

ans je me plongeais dans de multiples

rêveries. J’imaginais alors déjà comme

dans un conte de fées que notre village

deviendrait pareil éden. Mais vous

voyez, où en est-il maintenant ?--

Je réfléchissais donc debout sur

place. C’est vrai. Moi aussi,

j’imaginais souvent, voici dix ans,

l’avenir de notre ferme. Mais, qu’estelle

devenue depuis ? Notre plus cher

désir était d’installer l’éclairage

électrique dans tous les foyers, mais

quelle est la réalité d’aujourd’hui ? …

Et quelle serait-elle d’ici à dix

ans ? Et 20 années après ? Et après

encore ? J’ai failli être

considérablement en retard sur notre

temps… »

« Voulez-vous parler plus en détail

de Sun I ? »

Le président du comité gestionnaire

commence à fouiller dans ses

souvenirs, heureux d’avoir l’occasion

de parler de Sun I, chère jeune fille de

la ferme …

Pendant une saison du repiquage

du riz, à la nuit tombante, alors qu’elle

était une toute jeune fille, sur une

diguette entre rizières, il était arrivé à

Sun I d’éclater en sanglots en appelant

« mon tonton président du comité

gestionnaire », parce que c’était, pour

elle, sa première rencontre avec lui

depuis qu’elle avait commencé à

travailler comme paysanne de la ferme,

bien que dans son enfance, lors des

travaux de transformation de champs

en rizières et de ceux de construction

de canaux d’irrigation, elle ait déjà fait

connaissance de lui.

Or, lors de cette première

rencontre, la jeune fille avait pleuré en

disant : « J’ai vu tout à l’heure les

plants de riz plongés jusqu’à

l’extrémité de tige dans une rizière.

J’en ai fait part au vieux Choe chargé

de la régulation du niveau de l’eau. Or,

au lieu de prêter l’oreille à mes

supplications, il m’a chassée de la

rizière en hurlant. »

La paysanne est chassée de la

rizière !

« Je vais me renseigner, mais

pourquoi pleures-tu si abondamment ?

Calmes-toi, tu vas inonder le sol de tes

larmes », fit le président du comité

gestionnaire.

Le vieux Choe, accroupi sur la

diguette, se contentait de fumer la

cigarette.

« Respecté Choe, je vois que la

rizière est trop pleine d’eau », lui dit le

président.

« Vous le dites vous aussi, répondit

le vieil homme. Mais, regardez làbas.

»

Plus haute que les autres parties,

une partie de la rizière mal nivelée de

l’autre côté était émergée au point

qu’on pouvait voir les racines de riz.

Puisque les plants de riz avaient déjà

commencé à prendre racine, il était

impossible de niveler de nouveau la

rizière.

(A suivre au prochain numéro)

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

39


40

Coutumes relatives à la vie de famille vues

à travers des documents anciens

3. Relations entre enfants des mêmes familles

Depuis des temps immémoriaux, en Corée, il est de

coutume que les frères et sœurs s’aiment, se chérissent et

s’entendent bien entre eux.

Le frère aîné (ou sœur aînée) se faisait un devoir d’aimer

ses cadets(ou cadettes), de veiller sur eux et s’efforçait de

leur servir d’exemple dans le langage et dans la conduite.

A leur tour, ceux-ci se faisaient un devoir de respecter

leurs aînés et de suivre fidèlement leurs conseils.

Les frères et sœurs observaient strictement les règles de

la politesse entre eux. Le jeune frère (ou sœur) ne se

permettait jamais d’appeler ses aînés par leur nom ni de les

tutoyer. Ils ne les appelaient qu’avec un terme honorifique.

L’aîné des enfants occupait une position spéciale dans la

famille. Ses jeunes frères (ou sœurs) le ou la traitaient

presque d’égal à égal avec leurs parents, se faisant un devoir

de suivre ses conseils. Surtout, pour les orphelins, leurs aînés

valaient leurs parents, parce que les aînés considéraient

comme leur obligation morale de les aimer et de s’occuper

d’eux.

Il n’arrivait guère aux enfants des mêmes familles de se

disputer le droit de propriété sur les biens. Au moment de

quitter, après le mariage, le foyer parental pour fonder à part

un foyer, ils se partageaient d’une manière égale les biens

hérités de leurs parents, en cherchant à s’entraider.

Après la fondation de leurs foyers respectifs aussi, ils

s’entraidaient toujours en se fréquentant quotidiennement.

Les jours de fête comme le jour de l’an lunaire et le 15

août lunaire, les cadets mariés se faisaient un devoir de

rendre visite avec les leurs et des aliments préparés

spécialement pour cette occasion, à leur aîné vivant avec

leurs vieux parents et de célébrer ainsi la fête ensemble en

partageant le repas.

Cette coutume était toujours de mise tant à l’occasion de

l’anniversaire de leurs parents que lorsqu’il y avait une fête

à donner chez l’aîné et même après le décès de leurs parents

Les relations d’intimité entre enfants des mêmes familles

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

(Suite du numéro 3)

se poursuivaient toujours après leur mariage. L’aide entre

eux était de mise surtout lorsqu’il y avait chez l’un d’entre

eux un nouveau membre de famille à accueillir.

L’épouse du frère aîné traitait les jeunes frères de son

mari d’égal à égal avec ses propres jeunes frères en

s’occupant de son mieux d’eux. A leur tour, les jeunes frères

du mari, en considérant la femme de son frère aîné comme

leur propre sœur, la traitait sans façon, en l’aidant de son

mieux dans la vie quotidienne.

La belle-sœur (sœur du mari) et la bru (épouse du frère

aîné) aussi s’entendaient bien entre elles comme des sœurs

d’une même famille. Elles mettaient en commun leurs efforts

pour aider de leur mieux la mère (ou la belle-mère),

maîtresse de maison, dans les travaux domestiques.

Pour une famille, les relations entre belles-sœurs

comptaient plus que celles entre beaux-frères, parce que

ceux-ci, vivant des maisons différentes, prenaient moins

souvent contact entre eux dans la vie quotidienne que les

belles-sœurs qui, vivant quotidiennement, pour la plupart,

sous le même toit, entretenaient entre elles un lien étroit.

L’aînée des belles-sœurs, future maîtresse de maison,

entourait les autres belles-sœurs de soins affectueux, tandis

que celles-ci tenaient le ménage sous la direction de leur

aînée. Donc, les belles-sœurs se dévouaient de leur mieux les

unes pour les autres en s’entraidant de leur mieux. Après

l’installation de leurs familles respectives hors du foyer

parental, aussi, elles se faisaient un devoir de s’entraider et

de suppléer aux besoins les unes des autres. Un rôle très

important revenait aux belles-sœurs dans le maintien de

l’harmonie entre membres de la famille.

Les relations entre membres de famille se caractérisent

ainsi par la fidélité et l’aide mutuelle entre époux, par

l’amour et le dévouement entre parents et leurs enfants, par

la loyauté et l’intimité entre enfants. De nos jours, ces belles

coutumes et bonnes mœurs des Coréens se conservent

toujours.

Kim Won Nam


cemment, dans la commune de Jongdong de

Ré l’arrondissement d’Unchon, province du

Hwanghae du Sud, ont été mis à découvert plusieurs dizaines

de dolmens à dalle portant gravées des constellations d’un

ciel nocturne. Ces dolmens datent de l’époque de la Corée

antique de Tangun.

Les constellations sont représentées par de petits creux

gravés à la surface des dalles reposant sur les pierres

verticales. Les creux sont en différentes formes : verre,

coupe, forme elliptique, etc., parce que les formes des étoiles

vues de la terre de nuit sont différentes les unes des autres.

C’est-à-dire que les étoiles fixes, les planètes, les satellites et

les comètes vues de la terre sont gravées telles qu’elles

étaient. Parmi ces petits creux, figurent des creux à queue,

soit ceux semblables à la comète. Le plus gros des creux a

près de 10 cm de diamètre, le plus petit, environ 2 cm de

diamètre, et les autres de 5 à 6 cm en général.

Certaines des dalles portent plus de cent creux, certaines

d’autres, de 3 à 5. La différence de dimensions entre creux

traduit celle de luminosité entre étoiles, estime-t-on.

Certains des astres paraissent plus gros que les autres,

certains d’autres plus petits, et les distances qui nous séparent

des étoiles sont différentes, ce qui explique la différence de

luminosité entre étoiles.

Il est donc évident que les petits creux gravés à la surface

des dalles des dolmens représentent les étoiles du ciel

Astérismes antiques

nocturne, vu leurs formes, leurs dimensions et leur nombre.

Depuis l’antiquité, on a représenté les étoiles vues de la

terre de nuit après les avoir divisées en constellations,

auxquelles on a donné des noms de personnages légendaires,

ceux d’animaux ou d’objets.

Donc, les formes et les noms des constellations diffèrent

d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre et suivant les

nations ou tribus.

Les creux représentant les constellations à la surface des

dalles de dolmens en question, sont reliés entre eux par des

rainures. Ils sont divisés en groupes de 2 à 5 ou de 20 à 30

reliés par des rainures. Parmi ces groupes, il y en a un en 7

creux répartis en forme d’une louche. Il représente sans doute

la Grande Ourse.

Pareils astérismes antiques sont rarissimes. On n’en

trouve guère dans les objets historiques astronomiques d’il y

a 5 000 années d’autres pays.

Les astérismes gravés à l’époque de la Corée antique sont

identiques à 28 constellations (« kak », « pyok », « ru »,

« kwi », « song », « jang », « ik », « sam », etc.), réparties

autour de l’équateur céleste et de l’orbite lunaire qui figurent

sur le « Chonsangryolcha Punyajido », planisphère céleste

dressé chez nous en 1395 en se référant au planisphère

leste gravé sur pierre sous le royaume du Coguryo (277

avant J.-C.- 668 après J.-C.).

Certaines des dalles portent gravée la galaxie, certaines

autres, l’étoile Altaïr et

la Véga séparées l’une

de l’autre par la galaxie.

Les astérismes antiques

mis à découvert sur

le site mentionné plus

haut représentent presque

toutes les constellations

vues de nuit durant

l’année.

Jusqu’à présent, avaient

été découverts dans

toute l’étendue du pays

de nombreux dolmens à

dalle portant gravés des

astérismes, mais c’est la

première fois qu’on en a

trouvé aussi nombreux

dans un secteur limité.

Constellation de la Grande Ourse gravée sur la dalle reposant

Sim Hyon Jin

sur les pierres verticales d’un dolmen.

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

41


Quatre années se sont écoulées depuis que l’actuel numéro

un sud-coréen était arrivé au pouvoir en alléchant les électeurs

par de nombreuses promesses spécieuses comme la « relance de

l’économie » et la « politique pour les gens du peuple ».

Maintenant que son mandat va expirer, aucune des ses

« promesses » n’a été réalisée comme on l’aurait souhaité, ce qui

montre que c’étaient des promesses en l’air destinées à s’emparer

du pouvoir en gagnant la faveur des électeurs.

« Pragmatisme ? » Pour qui ?

Au début de son mandat, le numéro un sud-coréen s’est

engagé à mener une « politique étrangère pragmatique axée

exclusivement sur les intérêts nationaux », en disant que « pas

d’alliance si elle va à l’encontre des intérêts nationaux ».

Toutefois, les « intérêts nationaux » dont il parlait, n’étaient pas

les intérêts des Sud-Coréens mais ceux des Etats-Unis qui

l’avaient aidé de leur mieux à s’emparer du pouvoir.

Déjà avant l’« élection présidentielle », il avait insisté sur la

nécessité pour la Corée du Sud de renforcer l’«alliance » avec les

Etats-Unis en parlant de risques de « nuire aux relations

d’alliance » avec les Etats-Unis. Dès son arrivée au pouvoir, il a

commencé par rendre visite à l’ambassade des Etats-Unis à Séoul

et au quartier général des troupes d’occupation américaines. Peu

après son entrée en fonction, plus précisément lors de sa visite

aux Etats-Unis, il a sollicité les autorités locales de « porter les

relations d’alliance » américano-sud-coréennes à un niveau plus

élevé, en échange de quoi il a accepté d’ouvrir le marché sudcoréen

au bœuf de provenance états-unienne, bœuf à risque de

maladie de la vache folle et d’envoyer des troupes sud-coréennes

en Afghanistan.

En 2010, il a imploré les Etats-Unis d’ajourner le délai de

« rétrocession des droits de contrôle d’opérations en temps de

guerre » jusqu’en 2015, ce qu’il a obtenu, a entamé de nouvelles

négociations sur l’« accord de libre-échange » sud-coréo-étatsunien

et a accepté d’ouvrir le marché sud-coréen aux

automobiles de provenance américaine et de satisfaire d’autres

exigences supplémentaires des Etats-Unis concernant l’ouverture

du marché sud-coréen.

En novembre de l’année passée, malgré l’opposition et la

protestation véhémentes des Sud-Coréens de diverses catégories,

les conservateurs locaux au pouvoir ont fait adopter à la sauvette

la « motion sur la ratification de cet accord » antinational par

l’« assemblée nationale », ce qui en dit long sur l’esprit proaméricain

et la servilité du numéro un sud-coréen vis-à-vis des

grandes puissances.

Promesse de « relance de l’économie », promesse en l’air

Lors de l’« élection présidentielle » organisée en 2007, les

Sud-Coréens s’intéressaient beaucoup au problème économique,

soit au problème relatif à leur existence.

A la faveur de cette tendance, l’actuel numéro un local a

promis de relancer l’économie et de se faire un « président

économiste », en laissant entendre qu’il était le seul à être

capable de sauver l’économie sud-coréenne en crise, parce qu’il

était « ancien industriel ». C’est ainsi qu’il est parvenu à

42

Les « promesses » du dictateur et la réalité

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

s’emparer du pouvoir.

Toutefois, depuis son arrivée au pouvoir, l’économie locale,

au lieu de reprendre l’activité, n’a fait que courir vers un désastre

irrémédiable et sa dépendance vis-à-vis de l’économie étrangère

n’a fait que s’aggraver.

La « promesse 747 » qu’avait faite le numéro un local en

entrant en fonction, celle de réaliser une « croissance

économique annuelle de 7 % », a été révoquée, et les principaux

indices économiques comme le taux de croissance ont atteint le

niveau le plus bas depuis 2004.

Au sujet de cette « promesse 747 », un établissement

étranger spécialisé dans l’appréciation de la crédibilité a raillé en

ces termes : « La hausse du prix de pétrole sur le marché

international et l’instabilité de l’économie des Etats-Unis ont

précipité la « promesse 747 » dans un trouble de courant. » Et de

poursuivre : « Coupable de la hausse des prix de 7 % et meneur

d’une politique qui ne favorise que les intérêts de la haute classe

représentant 4 % de la population, Ri Myong Bak a vu sa cote

tomber à 7 %. Ainsi, sa « promesse 747 » a fait son temps. »

Puisque les actuelles autorités locales ont pratiqué une

politique économique axée sur les jaebols, la promesse de

« développement des petites et moyennes entreprises » de Ri

Myong Bak reste lettres mortes.

Dans la première moitié de la première année depuis

l’avènement du « gouvernement pragmatique », les bénéfices

nets réalisés par les grandes entreprises ont augmenté de 39 %

par rapport à la même époque de l’année précédente, tandis que

chaque année, plus de 2 500 petites et moyennes entreprises dont

le nombre total représente 99 % de la totalité des entreprises sudcoréennes

ont fait banqueroute. La faillite en chaîne des petites et

moyennes entreprises qui représentent 88 % du marché d’emploi

a aggravé plus que jamais le problème du chômage, portant le

nombre des chômeurs à plusieurs millions.

Les dettes du « gouvernement » sud-coréen dues à la faillite

de l’économie s’élèvent à 1 448, 6 milliards de dollars US.

Sous l’actuel numéro un, la dépendance de l’économie sudcoréenne

vis-à-vis de l’étranger a été aggravée plus que jamais.

En estimant que pour vaincre la crise économique et assurer

la survie d’une économie tournée à l’exportation, il fallait

transformer la Corée du Sud en un « centre du libre-échange de

l’Asie du Nord-Est », les autorités locales ont conclu en 2010

des « accords de libre-échange » avec de nombreux pays dont

ceux de l’Union européenne et ont entamé une nouvelle

négociation avec les Etats-Unis pour la conclusion de pareil

« accord ».

A cause de cette politique, la Corée du Sud a subi des pertes

considérables dans l’exportation d’automobiles, -- secteur qui

représente 10 % du produit intérieur brut, 13 % des exportations

totales, et 35 % des emplois de l’industrie manufacturière--, et

dans d’autres domaines. Ainsi, la partialité et la difformité de la

structure commerciale ont été fort aggravées. Le déficit du

commerce avec le Japon, par exemple, a connu une croissance

considérable.

Surtout, la situation de l’agriculture et de l’élevage est très

grave, ce qui est imputable à la conclusion de l’« accord de libre-


échange » sud-coréo-américain.

D’après une donnée émanant d’une « inspection

parlementaire » effectuée l’année dernière en Corée du Sud, les

pertes causées dans l’agriculture et la pêche pendant 15 années

qui ont suivi l’entrée en vigueur de cet « accord », s’élèvent à 12

668, 3 milliards de « won », soit 844, 5 milliards de « won » en

moyenne par an.

Ce sont surtout les produits de l’élevage qui subissent les

plus grosses pertes.

Les pertes causées dans ce domaine depuis 15 années, soit

depuis l’entrée en vigueur de ce même « accord », se montent à

7 299, 3 milliards de « won », soit 59, 7 % de la totalité des

pertes. Au contraire, d’après les chiffres publiés par le monde

états-unien de l’agriculture et de l’élevage, pendant la même

période, les exportations américaines de produits de la terre et de

l’élevage vers la Corée du Sud ont augmenté de 2, 3 milliards de

dollars, et dans ce domaine, plus de deux cents milles nouveaux

emplois seront créés aux Etats-Unis, dit-on.

Le plus gros bénéficiaire de l’« accord » en question est le

monde américain de l’élevage. Les exportations états-uniennes

annuelles de bœuf vers la Corée du Sud sont évaluées à 850

millions de dollars. Lorsque cet « accord » sera entré

complètement en vigueur, elles atteindront 1, 8 milliard de

dollars.

Cela montre qu’avec l’entrée en vigueur de ce même

« accord », l’agriculture et l’élevage de la Corée du Sud seront

dévastés et que les Sud-Coréens seront tributaires

exclusivement des Etats-Unis pour les produits de la terre et de

l’élevage.

« Promesse d’augmentation du bien-être des gens du

peuple », promesse fallacieuse

Ri Myong Bak, en laissant entendre : « Mon objectif est de

permettre aux jeunes gens démunis de continuer après leurs

études scolaires de s’instruire jusqu’à leurs études à l’étranger,

dût le gouvernement les aider », a promis de diminuer de moitié

les droits d’inscription pour les établissements d’enseignement

supérieur. Cependant, pendant la durée de son manat, les droits

d’inscription ont augmenté jusqu’à s’élever à plus de 10 000

dollars US, à cause de sa politique de « mise en autonomie et de

privatisation des établissements d’enseignement supérieur »,

qu’il a pratiquée en insistant sur la nécessité de « rendre

l’enseignement pratique ».

Les droits d’inscription exorbitants contraignent 44 % des

étudiants à abandonner leur projet de s’inscrire, et

d’innombrables étudiants à errer à la recherche d’un emploi dans

des restaurants, à des chantiers de construction ou à des boîtes de

nuit pour tenter de gagner de l’argent. La plupart d’entre eux

finissent par se suicider.

Ri Myong Bak avait également promis de « résoudre à tout

prix, au cours de son mandat, au moins le problème de l’emploi

et celui de l’enseignement », mais cette « promesse » aussi est

devenue lettres mortes. Il avait dit qu’il créerait chaque année

600 000 nouveaux emplois et résoudrait ainsi le problème du

chômage, mais il a diminué cet objectif à 350 000 en mars 2008,

à 200 000 en juin. Il a fini par tourner complètement le dos

même à cet objectif réduit en poursuivant une politique axée sur

les jaebols. Aussi, le nombre des chômeurs en Corée du Sud

s’élève-t-il à plus de 4, 6 millions, et celui des chômeurs à temps

partiel -- qui vivent au jour le jour d’un travail de contrat pour un

jour ou quelques mois--, à plus de 8, 6 millions.

Rappelons que Ri Myong Bak s’était engagé à « renforcer

Corée du Sud : Manifestation pour l’obtention de l’abrogation de l’ « accord sud-coréo-américain sur le libreéchange

», accord humiliant, et contre la politique antipopuaire.

LA

LA

COREE

COREE

D’AUJOURD’HUI

D’AUJOURD’HUI



5,

5,

2012

2012

43


44

l’aide à la santé publique, au bien-être

et aux soins médicaux pour les classes

en marge de la société», en disant que

« la santé du peuple est le miroir du

niveau du bien-être de la population et

sert de critère pour juger le niveau

d’avancement du pays ». Cela aussi

était une promesse mensongère.

Dès son arrivée au pouvoir, il a

accepté d’ouvrir le marché sud-coréen

au bœuf de provenance américaine

soupçonné de porter la maladie de la

vache folle, menaçant ainsi en danger

la vie de la population.

Il a également diminué le budget

pour la santé publique au profit des

travaux d’aménagement de quatre

cours d’eau, entreprise extravagante.

Ces travaux que poussent les

conservateurs au pouvoir sur

l’initiative de Ri Myong Bak malgré

l’opposition et le rejet de diverses

catégories de la population, causent de

plus en plus de malheurs à la

population.

Sur les chantiers de ces travaux,

des accidents se succèdent, causant

fréquemment des pertes en vies

humaines et d’énormes pertes

matérielles, et les travaux sont réalisés

souvent aux dépens de monuments

historiques.

Lors de sa campagne électorale, Ri

Myong Bak avait également promis de

construire chaque année 500 000

nouveaux logements et de les distribuer

à vil prix aux gens les plus défavorisés

de la société, mais cette « promesse »

aussi a été faussée si bien que depuis

son arrivée au pouvoir, le nombre des

LA LA COREE D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 5, 2012 2012

ménages sans logement s’est élevé à 7

millions.

Dès son arrivée au pouvoir, il a

déterminé un peu plus de 50 sortes

d’articles indispensables pour la vie

quotidienne du peuple et a promis d’en

baisser les prix, mais ceux-ci ont

augmenté de 90 %, voire de plus de

110 %.

La hausse des prix, les pires

difficultés de la vie et les dettes

criardes obligent de plus en plus de

Sud-Coréens à se suicider en

maudissant la société. Notons qu’avec

plus de 40 suicidés en moyenne par

jour, la Corée du Sud vient au premier

rang du monde quant au taux de

suicide.

Telle est la réalité en Corée du Sud.

Pourtant, Ri Myong Bak a dit comme

on récite des textes bouddhiques

vouloir construire un « pays développé

de premier rang où les gens du peuple

vivront heureux » et ouvrir une « ère

de la grande prospérité du peuple ».

Tout cela montre que son projet de

« relance de l’économie », d’

« amélioration du niveau de vie du

peuple » et d’autres était une promesse

tout à fait mensongère.

Les Sud-Coréens se sont dressés

contre les politiques antipopulaires des

conservateurs au pouvoir et pour

obtenir l’annihilation de l’« accord du

libre-échange » sud-coréo-états-unien

et la solution du problème des droits

d’inscription.

Kim Ja Yong

Sud-Coréens en lutte pour l’obtention de la démission

du traître Ri Myong Bak.

ans leur éditorial publié en

D commun le 1 er janvier dernier, les

trois plus grands quotidiens de la RPDC,

Rodong Sinmun, Joson Inmingun et

Chongnyon Jonwi, insistent sur la

nécessité de faire retirer les troupes

d’occupation américaines, principal

obstacle au maintien de la paix dans la

péninsule coréenne, ce qui traduit

l’attitude immuable de la RPDC

désireuse d’obtenir à tout prix le

règlement du problème du maintien de la

paix dans la péninsule.

La paix et la sécurité en Asie du

Nord-Est et dans le reste du monde

passent par l’implantation d’un

mécanisme de paix dans la péninsule

coréenne.

Un des signataires de l’accord

d’armistice de Corée, les Etats-Unis

s’immiscent depuis longtemps dans le

problème de la péninsule coréenne, en

exerçant le droit de contrôle militaire sur

la Corée du Sud.

Donc, l’issue des efforts

d’implantation du mécanisme de paix

dans la péninsule dépend entièrement de

leur attitude.

Tant du point de vue de la situation

dans la péninsule coréenne que de la

tendance du temps, les Etats-Unis ont le

devoir de retirer au plus tôt leurs troupes

de la Corée du Sud.

C’est parce qu’elles sont des troupes

d’occupation, celles d’agression.

C’est sous couleur de « désarmer les

forces japonaises » qu’elles ont occupé la

Corée du Sud peu après la capitulation du

Japon (en août 1945) en se faisant passer

pour des « libératrices ». Or, le Japon

ayant signé une capitulation

inconditionnelle, ses forces s’étaient

désarmées d’elles-mêmes. Donc, en

Corée du Sud, il n’y avait pas de forces à

« désarmer ». Cependant, sous prétexte

de « désarmer » les forces nipponnes, les

Que q


les troupes d’occupation américaines

uittent au plus tôt la Corée du Sud

troupes américaines ont occupé la Corée

du Sud.

Du point de vue juridique, aussi,

l’occupation américaine de la Corée du

Sud est tout à fait injustifiable.

L’accord d’armistice de Corée

stipule qu’en trois mois après la

conclusion de cet accord, une

conférence politique d’un niveau plus

élevé sera convoquée pour négocier le

problème de l’évacuation de la Corée

par toutes les troupes étrangères.

Du point de vue du droit

international, il est de règle qu’après le

cessez-le-feu, les belligérants dissipent

l’hostilité entre eux et normalisent les

relations entre eux et que, pour cela, ils

mettent d’abord fin à leur présence

militaire sur le territoire d’autrui.

Tous les pays, sauf les Etats-Unis,

qui avaient envoyé leur contingent aux

« forces des Nations unies » pendant la

guerre de Corée ont retiré leurs troupes

de la Corée du Sud, mais les Etats-Unis

ont signé avec la Corée du Sud un

« traité de défense mutuelle » stipulant

la présence indéfinie de leurs troupes en

Corée du Sud, en vertu duquel ils y

maintiennent toujours leur présence

militaire.

Le retrait des troupes d’occupation

américaines est également l’impératif

découlant d’une résolution des Nations

unies.

En 1975, la 30 e session de

l’Assemblée générale de l’ONU a

adopté à une écrasante majorité des voix

une résolution de faire retirer les troupes

américaines de la Corée du Sud.

Avant, les Etats-Unis avaient

allégué que leurs troupes étaient

présentes en Corée du Sud en vertu

d’une résolution des Nations unies.

Donc, ils auraient dû avoir retiré leurs

troupes de la Corée du Sud en vertu de

la résolution de l’ONU de 1975.

Pendant la guerre froide, les

Américains avaient cherché à faire

croire que leur présence militaire en

Corée du Sud avait pour but d’enrayer

l’ « expansion soviétique vers le sud » et

que leurs troupes en Corée du Sud

servaient de « forces de dissuasion »

contre cette « expansion » et aidaient à

la « défense de la paix ». Mais la guerre

froide a pris fin et l’Union soviétique a

été démantelée. Depuis, la présence

militaire américaine en Corée du Sud

n’a plus de raison d’être et les Etats-

Unis n’ont plus de prétexte de la

maintenir.

La présence militaire américaine en

Corée du Sud est le principal obstacle à

la paix dans la péninsule coréenne, ce

qui nécessite également le retrait des

troupes américaines de la Corée du Sud.

Les Etats-Unis ont transformé la

Corée du Sud en l’arsenal nucléaire le

plus grand de l’Extrême-Orient, en une

base nucléaire avancée on ne peut plus

dangereuse, en torpillant d’une manière

systématique l’accord d’armistice de

Corée, augmentant sans cesse leurs

effectifs militaires dans cette partie de la

péninsule et y introduisant mêmes des

armes nucléaires.

Par de fréquentes manœuvres

militaires, les troupes d’occupation

américaines ont déjà achevé leurs

préparatifs de guerre nucléaire contre la

RPDC et guettent l’occasion de se

lancer dans une attaque préemptive

nucléaire contre la RPDC.

A cause de leurs agissements, une

nouvelle guerre risque d’éclater

n’importe quand dans la péninsule. La

tension qui monte toujours dans la

péninsule coréenne, menace en

permanence la paix et la sécurité en

Asie du Nord-Est et en Asie-Pacifique.

Elle vaut une bombe à retardement prête

à éclater.

La paix et la sécurité dans la

péninsule coréenne sont étroitement

liées à celles en Asie du Nord-Est et

dans le reste du monde. Elles passent

par le retrait des troupes d’occupation

américaines en Corée du Sud, qui valent

un cancer dans la région.

Leur retrait est également un des

impératifs du temps.

Les Sud-Coréens exigent le départ

des troupes américaines en scandant

« Non aux Etats-Unis, indépendance,

réunification du pays ! »

La voix en faveur du retrait des

troupes américaines de la Corée du Sud

s’élève aux Etats-Unis aussi.

L’année dernière, dans son article

publié dans la revue américaine Forbes,

un chercheur supérieur d’un institut des

Etats-Unis a écrit : que la présence

militaire américaine en Corée du Sud

n’est plus nécessaire.

Et de poursuivre : « A l’époque de

la guerre froide, on pouvait croire que la

péninsule coréenne était directement liée

aux intérêts des Etats-Unis, mais

maintenant que la RPDC possède des

armes nucléaires, les dizaines de milliers

de soldats américains en Corée du Sud

ne servent que d’otages pour les armes

nucléaires de la RPDC. Il faut donc

retirer les troupes américaines de la

Corée du Sud. »

Les peuples de par le monde

réclament eux aussi le retrait des troupes

US de la Corée du Sud.

Nous vivons à une époque de la paix

et du progrès.

Les Etats-Unis ont intérêt à ne pas

tourner le dos à la tendance du nouveau

siècle et à l’opinion publique mondiale

et à retirer sans tarder leurs troupes de la

Corée du Sud.

Kim Jong Son

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

45


En

décembre de l’année dernière, le secrétaire à la

défense des Etats-Unis a annoncé que son pays

duirait, d’ici en quelques années à venir, considérablement

les dépenses militaires et que, dans le cadre de ce projet, les

armements et les effectifs militaires seraient diminués à un

niveau déterminé.

A son tour, le secrétariat d’Etat américain a rendu public,

chiffres à l’appui, le projet de réduction d’armes nucléaires

sous contrôle du ministère de la défense.

Les Etats-Unis insistent sur la nécessité pour les autres

pays de suivre leur exemple, en alléguant que ces mesures

aideraient aux désarmements à l’échelle mondiale et auraient

un bon impact sur la paix et la sécurité dans le monde. En bref,

leur allégation veut dire qu’ils procèdent intentionnellement et

d’une manière primordiale au désarmement afin d’assurer la

paix dans le monde.

Or, actuellement, ils poussent la modernisation des forces

armées contrairement à leur projet de désarmement, ce qui

inquiète fort la communauté internationale.

Rappelons que l’année passée, les Américains ont procédé

à un vol d’essai d’un nouveau type de missile ultrasupersonique

dont la vitesse est 5 fois supérieure à celle du

son, cela dans le cadre de leur projet de développement

d’ « armes ultra-supersoniques à haute fidélité» capables de

frapper en une heure n’importe quel point sur la planète.

Une somme colossale a été dépensée pour ce projet.

Les Etats-Unis ont également décidé de renforcer les

effectifs de l’institut national de physique nucléaire de Los

Alamos, établissement spécialisé dans l’étude et le

développement d’armes nucléaires à l’Etat du Nouveau-

Mexique, de le moderniser et de le remettre à neuf.

Tout porte à croire que les Etats-Unis s’acharnent à

développer de nouvelles armes nucléaires sous couleur de

procéder au désarmement.

Par le passé, ils avaient conclu avec la Russie un nouveau

traité sur la diminution des armes d’attaque stratégiques, en

vertu duquel ils ont contracté avec la Russie l’obligation de

duire leurs armements nucléaires et ont accepté de diminuer

les armes nucléaires qu’ils possédaient depuis longtemps.

A vrai dire, ils allouaient chaque année une somme

pléthorique sur la maintenance de leurs vieilles armes

nucléaires et les dépenses en la matière augmentaient au fil

d’années. Ces dépenses sont au-dessus de leurs forces à eux qui

sont en butte à une crise financière permanente.

46

Projet de désarmement, programme fallacieux

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

En décidant de supprimer une partie de leurs vieilles armes

nucléaires, leur but est de développer, avec la somme ainsi

économisée, de nouveaux types d’armes nucléaires et d’autres

armes sophistiquées dont la puissance de frappe et de

destruction ne serait nullement inférieure à celle des vieilles

armes nucléaires.

Donc, depuis longtemps déjà, les Etats-Unis ont donné un

coup d’accélération au développement de nouvelles armes

sophistiquées susceptibles de servir de nouveaux « moyens de

dissuasion » à la place de leurs vieilles armes nucléaires qui

seraient supprimées en vertu du traité précité.

Ainsi, a été développée et a commencé à être disposée leur

« Bunker Buster », nouveau modèle de bombe pour destruction

d’ouvrages souterrains géants afin de faire face aux combats.

La puissance explosive en est 10 fois plus supérieure à celle

des bombes traditionnelles.

Il est donc évident que les Etats-Unis cherchent à produire

et à stocker des armes sophistiquées à grande puissance de

frappe et destructive à la place des vieilles armes nucléaires

hors d’usage et qui seraient donc supprimées.

Devant la scène, ils parlent du désarmement nucléaire,

mais en coulisse, ils renforcent leurs forces armées nucléaires

dans deux sens : modernisation de vieilles armes nucléaires et

développement de nouvelles. Là-dessus, ils accordent la

priorité à la modernisation des armes nucléaires, soit au

perfectionnement des armes nucléaires ou au prolongement de

leur durée d’usage.

Rien qu’en 2009, ils ont dépensé plus de 10 milliards de

dollars pour cette modernisation.

D’ici en quelques années à venir, ils envisagent de

dépenser 80 milliards de dollars pour la même entreprise.

Ce n’est pas tout.

Leur projet de développement de nouveaux types de

vecteurs en cours de réalisation et leur programme

d’implantation du système de défense antimissile qu’ils

poursuivent sous couleur de faire face à la menace de missiles

d’Iran et d’autres pays, sont également révélateurs du caractère

fallacieux de leur projet de désarmement qu’ils affichent

pompeusement.

Tout porte à croire que les Etats-Unis sont les principaux

coupables de la perturbation de la paix et de la sécurité dans le

monde.

Kim Ja Yong


Le Japon est tenu de prendre au plus tôt

le parti d’exorciser son passé

A

l’heure actuelle, la

normalisation des relations

nippo-coréennes relève de l’un des

importants problèmes extérieurs à

résoudre en priorité par le Japon.

L’essentiel dans cette affaire est,

pour celui-ci, d’exorciser son passé.

Début du dernier siècle, le Japon

occupa la Corée manu militari.

Pendant sa domination, il déporta et

enleva plus de 8,4 millions de jeunes

coréens, en vue de faire la guerre

d’agression contre d’autres Etats,

d’assurer la production de matériel de

guerre et l’exécution des travaux

d’installations militaires. Il n’hésita

pas même à commettre des crimes

inhumains faisant penser à la chasse

d’esclaves du Moyen Age, en

recrutant de force environ 200 000

Coréennes dont des jeunes filles entre

10 et 20 ans et des femmes mariées,

pour en faire des « femmes de

réconfort » au service de son armée.

L’enlèvement des Coréens et des

Coréennes par le Japon relève de

crimes d’une extrême violence

commis par des moyens de coercition

moral et physique (réquisition,

arrestation, supercheries, menace ou

chantage, fraudes, etc.).

Dans le but de réquisitionner et de

déporter les mains-d’œuvre coréennes

au nom des autorités administratives

et militaires, l’occupant japonais

lança coup sur coup le « décret sur la

mobilisation générale d’Etat » (en

avril 1938), le « décret sur la

réquisition des citoyens » (en octobre

1939) et d’autres lois vicieuses, et

exerça une coercition pour les faire

exécuter.

Au fur et à mesure que son armée

subissait défaite sur défaite sur le

front, l’occupant révisa le « décret sur

la réquisition des citoyens » (en

octobre 1940), lança le « décret sur la

réquisition de tous les jeunes », le

« décret sur le service de travail

obligatoire des étudiants », le « décret

sur le service de travail obligatoire

des femmes de réconfort » et d’autres

décrets-lois vicieux, en vertu desquels

il réquisitionna de force tous les

jeunes coréens sans distinction de

profession, d’âge et de sexe et les

astreignit à des cruelles corvées.

Au début, l’occupant

réquisitionnait les habitants sous

formes de « recrutement d’ouvriers »

ou de « bons offices pour procurer

l’emploi aux demandeurs », usant

tantôt d’apaisement tantôt de

coercition, mais depuis le début des

Coréennes qu’on emmène de force pour les utiliser comme « femmes de

réconfort » au service des soldats de l’armée d’agression japonaise.

années 1940 où sa guerre d’agression

prit de l’ampleur, il déportait au

hasard les Coréens sous le couvert de

« réquisition » et « conscription ».

La réquisition des Coréens se

faisait en fait par l’enlèvement mais

surtout par la coercition, au moyen de

laquelle ce premier fut assuré.

A ce sujet, une publication éditée

au Japon écrit : « Primo, on a déporté

les Coréens sous forme de

« réquisition » par l’entremise

nippone, mais en fait, on s’est procuré

les mains-d’œuvre en trompant les

gens par de belles paroles, sous le

couvert de « contrat de travail pour 2

années ». De cette manière, plus de

200 000 Coréens furent déportés.

Secundo, il s’agit de « bons offices

pour procurer l’emploi aux

demandeurs ». C’est à cette méthode

que le « gouvernement général

japonais en Corée » et son organisme

affilé « Association de travailleurs de

Corée » ont eu recours le plus

souvent. Avec cette même méthode,

furent déportées quelque 260 000

autres Coréens. Tertio, c’était la

déportation de Coréens par le

gouvernement japonais en vertu de

son « décret de réquisition ». Il s’agit

de la plus atroce des méthodes de

déportation. C’était une véritable

« chasse aux hommes ». En moins

d’une année tout au plus depuis

l’entrée en vigueur en 1939 du

« décret de réquisition », plus de 400

000 Coréens furent déportés. »

Yoshida Seiji, l’un des anciens

responsables aux affaires relatives au

recrutement des femmes de réconfort

au service de l’armée japonaise, en

affirmant que le recrutement forcé des

femmes de réconfort avait été

organisé sur l’ordre des autorités

japonaises, s’en souvient : « Rien que

sur mon ordre, on a recruté de force

plus de 1 000 femmes de réconfort.

Une fois arrivés dans un village, nous

avons fait d’abord sortir dans une

cour tous les villageois dont le

nombre ne comptaient qu’entre 100 et

LA

LA

COREE

COREE

D’AUJOURD’HUI

D’AUJOURD’HUI



5,

5,

2012

2012 47


200 tout au plus. Parmi eux, il y avait

à peine 4 ou 5 femmes qui puissent

servir de femmes de réconfort. Il y en

avait qui tentaient de s’enfuir, mais

on les a battus à coups d’épée en

bois. Les femmes qui portaient leur

enfant au dos se débattaient

désespérément. Les policiers

séparèrent les mères de leurs

nourrissons, et firent monter celles-ci

dans le car, les tirant par leurs nattes

de cheveux, après avoir jeté leurs

enfants à des vieilles. Un enfant de 3

ou 4 ans suivait en courant le car en

pleurant. Je m’en souviens encore

comme si c’était hier. En un mot,

c’était une chasse aux êtres humains.

Il faut se rendre à l’évidence, ce

n’était pas un recrutement des

femmes de réconfort, mais une rafle.

Pas une femme n’a accepté

volontairement d’être recrutée

comme femmes de réconfort. C’est

en Corée que furent recrutées la

plupart des femmes de réconfort au

service de l’armée japonaise. »

Les militaristes japonais

réquisitionnèrent de force même les

petites filles candides et les écolières

du primaire. Preuves : À l’école

primaire de Pangsan à Séoul, on a

récemment mis à découvert un

registre scolaire ancien attestant que

des écolières de 12 ans à peine

avaient été déportées comme femmes

de réconfort pour l’armée nipponne.

Le japonais Ikeda, ancien maître de

cette école qui avait participé à ce

crime, a avoué : « Depuis j’ai vécu en

célibataire sans oser lever la tête sur

le ciel du côté de la Corée toujours en

proie à un sentiment de culpabilité. »

Cette révélation en dit long sur la

cruauté des organisateurs des groupes

de femmes de réconfort au service de

l’armée japonaise. « Le décret de

mobilisation des filles élèves comme

« femmes de réconfort », poursuit-il,

était un ordre irréfutable donné par

l’empereur japonais. »

Pendant la période de

colonisation, plus d’un million de

Coréens ont été tués par les

impérialistes japonais.

Aujourd’hui encore, les victimes

des atrocités japonaises, les anciens

48

LA LA COREE D’AUJOURD’HUI N° N° 5, 5, 2012 2012

Ouvriers coréens assujettis à des travaux éreintants au chantier de

construction d’un pont en fer sur le fleuve.

déportés, les victimes de

l’enlèvement et des corvées

d’esclave, les anciennes femmes de

réconfort au service de l’armée

nipponne, tous ceux qui avaient été

contraints à servir de chair à canon à

cette armée, et même les fantômes

d’un grand nombre des Coréens tués

par les bourreaux japonais dénoncent

leurs atrocités impardonnables.

Toutefois, le Japon s’obstine à

dénier et à farder ses vieux crimes et

cherche à éviter d’exorciser son

passé. Un tollé contre cette attitude

s’élève non seulement chez les

Coréens mais aussi dans la

communauté internationale.

Les assemblées nationales de

plusieurs pays ont adopté des

résolutions condamnant les crimes de

guerre commis par le Japon,

notamment le problème des femmes

de réconfort au service de l’armée

nipponne et exigeant du Japon de

présenter ses excuses et d’indemniser

les victimes des atrocités nipponnes.

Dans plusieurs pays dont la

Nouvelle-Zélande, la Grande–

Bretagne, auxquels le Japon avait

causé des dommages, de nouvelles

organisation oint été crées

spécialement pour demander

l’exorcisation de son passé.

Une voix s’élève également au

sein de l’Assemblée générale de

l’ONU et de plusieurs autres réunions

internationales et régionales pour

condamner ces crimes et demander

au Japon de présenter ses excuses

pour ces mêmes crimes et de payer

les indemnités. Même dans

l’archipel, il y a l’ « Association

réfléchissant sur la responsabilité de

l’Etat japonais dans le massacre des

Coréens lors du grand tremblement

de terre de Kanto » et d’autres

nombreuses organisations demandant

aux autorités d’effectuer une enquête

sur les crimes du Japon et leurs

victimes et de liquider les vieux

comptes.

La liquidation par le Japon de ses

vieux comptes relève des impératifs

pressant du temps. Actuellement, en

Asie du Nord-Est, notamment dans la

péninsule coréenne, se font jour des

signes de changement de la situation ;

Certains pays de la région veulent de

plus en plus normaliser les relations

entre eux et résoudre les problèmes

d’actualité par voie de dialogue et de

coopération. Seul le Japon refuse

toujours d’exorciser son passé en

compliquant ses rapports avec la

RPDC. Cela ne ferait que le mettre au

ban de la communauté internationale.

Kim Jun


La tour octogonale à 13 niveaux au temple Pohyon

au massif Myohyang

C

onstruite vers la fin de l’époque du

Coryo, cette tour a au total 10,03 m de

haut. Sa base est un octogone dont chaque

côté a 1, 2 m de long. Le degré inférieur

reposant sur un sol en pierre est constitué de

3 marches à pierres superposées ; la pierre de

base du degré supérieur porte gravées à sa

face supérieure des fleurs de lotus

pendantes ; la tour est couronnée d’un

chapiteau en bronze. Les 13 niveaux forment

autant d’avant-toits octogonaux, qui portent,

au bout de leurs sommets, 104 grelots

pendants, soit 8 chacun, qui, donc, peuvent

tinter au gré du vent.

LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012


LA COREE D’AUJOURD’HUI N° 5, 2012

More magazines by this user
Similar magazines