sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

perduré jusqu’en 1950 ! Le protectionnisme économique accompagnait évidemment

cette forme de politique. Malgré l’ouverture des frontières en 1950, malgré

cinquante ans d’aides étrangères, de présence d’étrangers : Occidentaux, Japonais,

Sud-Coréens..., les dirigeants d’aujourd’hui ont conservé, au fond d’eux-mêmes,

cette mentalité. Le cas des permis de trek et d’expédition le démontre. En 1950, le

Népal ouvre ses frontières, si on néglige l’afflux ponctuel et limité dans le temps des

112

hippies, les universitaires, les chercheurs du C.N.R.S. et les himalayistes ont été les

premiers bénéficiaires de cette mesure libérale. Plus tard sont venus les trekkeurs et les

simples touristes. Mais ouvrir en grand le pays, proclamer que tout le pays, toutes les

montagnes du Népal étaient ouvertes à tous était inconcevable aux décideurs népalais.

Immédiatement des limitations au droit d’étudier, d’escalader, de visiter, de trekker sont

apparues. Et ont été créés des :

- permis d’expédition interdisant certains sommets, n’accordant l’autorisation de gravir

une montagne qu’à une seule expédition, obligeant la présence d’un officier de liaison...

- permis de trekkings pour des zones bien définies, les autres étant interdites.

Ces interdictions ou limitations étant expliquées par la nécessité de protéger le touriste

ou les autochtones ! Les conséquences de cette forme de protectionnisme, je l’ai

expliqué, ont été évidentes : création de zones riches jouxtant des zones peuplées de

misérables : Annapurna et terres de Lamjung ou de Baglung, Langtang et basses collines

adjacentes, Khumbu et Solu... Le mouvement maoïste a profité de ce phénomène, il en a

retiré une grande part de sa puissance.

TOURISME AU NEPAL

Voir cahier Tourisme au Népal dans le site http:/www.nepalsherpasig.fr/

Imaginons un pays réellement entièrement ouvert dès 1950, les flots de trekkeurs allant

librement dans toutes les régions de colline, dans tous les piémonts himalayens, des

himalayistes explorant les montagnes, traversant des cols, pratique courante lors de

l’exploration des Alpes et des Pyrénées, ces étrangers irrigant de leurs devises toutes ces

112

More magazines by this user
Similar magazines