sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

121

faux propriétaires de terrains ! Banlieue de Katmandu : une personne achète un terrain,

commence à construire. Le voisin s’insurge, il fait venir un groupe, le leader :

- Nous sommes des maoïstes, ce terrain est à moi.

Enquête du propriétaire, du secrétaire de mairie de la commune. Le leader est convoqué,

la police est là. Le leader est arrêté c’est un faux maoïste, un kao-badi, un voleur qui fait

partie d’un gang.

La conduite des véhicules, le comportement au volant illustre l’incurie des dirigeants. Il

a donné naissance à la formule :

Les Népalais se comportent comme ils conduisent !

Les Népalais conduisent comme ils se comportent !

Autre grief que l’on doit formuler à l’égard de cette administration : son influence s’est

limitée à la cuvette de Katmandu -600 kilomètres carrés contre 141.000 pour l’ensemble

du pays- et à quelques rares régions. Des régions entières sont négligées, oubliées :

The area has been neglected by the state for centuries...

Ce dont ont tiré parti les maoïstes quand, au cours de la guerre, ils ont cherché des zones

refuges sur lesquelles ils pouvaient exercer leur autorité.

Ces privilégiés du système ont de plus construit un état hindou, la laïcité est un mot

inconnu au Népal. Naïfs occidentaux qui ont parlé de tolérance des Népalais parce qu’il

n’y avait pas eu dans ce pays de franche guerre de religion. 85 à 90 % de la population

est hindouiste, comment les adeptes d’autres religions dont les bouddhistes localisés

dans des zones bien précises auraient-ils pu s’imposer ? De plus le népali-sanscrit est à la

base de la formation d’un élève d’une école gouvernementale. L’école gouvernementale

est une école hindoue, exemples dans la banlieue de Katmandu :

- celle de Pasikot près de Buddhanilgantha –mais ce genre de chose est classique- un

temple hindouiste est construit dans la cour, à trois mètres des salles de classe.

- remise des prix de fin d’année à l’école gouvernementale de Golfutar : le directeur

appose sur le front des bons élèves un tika dont la taille va décroissant : les premiers de

la classe bénéficient d’un énorme tika, les derniers n’ont rien.

121

More magazines by this user
Similar magazines