sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

as de sa mère. Et c’est le cataclysme « naturel », d’autant plus meurtrier qu’il s’abat sur un

peuple épuisé par le racket, la corruption de ses élites, le pillage de ses richesses.

Or la pauvreté n’est pas un hasard. C’est le résultat de l’organisation de la plupart des sociétés

humaines : la loi du plus brutal, du plus armé, du plus cupide sous les traits du latifundiaire, du

trader soumis à la loi du profit maximal et de ses donneurs d’ordre inconnus et « respectables »...

Le Népal, le véritable Népal est dans ces lignes. Et c’est pourquoi la lutte contre la

misère népalaise doit être la première des luttes à engager puis à soutenir par l’honnête

trekkeur, par le jeune trekkeur irrespectueux des discours à la mode, car elle concerne 20

à 25 millions d’individus. Cette misère conduit à des vies de souffrance, à des

successions de drames, à des morts prématurées, à des morts immédiates. Premier but de

l’honnête trekkeur : hiérarchiser, orienter ses actes et ses combats. Placer au deuxième

plan la lutte contre la féroce colonisation chinoise qu’a subi, il y a 50 ans, un peuple

quatre fois moins nombreux que le peuple népalais. Ce peuple d’ailleurs asservi,

entretenait un clergé pléthorique, était dirigé par un haïssable état théocratique et féodal.

Elle n’est pas à placer sur le même plan que les combats engagés pour la défense du

monde animal ou pour résoudre des problèmes d’élévation de température qui vont,

peut-être, survenir. Combats, qui, curieusement ne sont envisagés que par une fraction

des quelques 500 millions d’Occidentaux nantis, mais qui laissent indifférents les trois

milliards d’individus misérables qui eux, quotidiennement, cheminent douloureusement,

confrontés qu’ils sont à une misère qui tue.

Par ailleurs, ce texte n’a pas la prétention de convaincre la majorité des trekkeurs. La

presque totalité des Français qui vient au Népal évolue dans un microcosme

composé d’une infime partie de la société népalaise, celle de Népalais nantis. Le

personnel d’encadrement des trekkings et des expéditions n’a rien de commun avec

le Népalais resté misérable. Les Français évoluent, je l’ai écrit maintes fois, dans

des régions touristiques qui ne sont plus représentatives du véritable Népal. Je ne

me lasse pas de le répéter : Le Népal est encore le pays le plus pauvre de l’Asie.

Bien peu de trekkeurs le savent, perçoivent cette réalité avec leur sensibilité, la vérifient

sur place, s’en émeuvent, l’utilisent pour fonder leur opinion et plus rarement encore

pour agir.

13

13

More magazines by this user
Similar magazines