sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

EAU POTABLE. NOTIONS D’HYGIENE

Si l’ensemble du pays est bien irrigué, Katmandu, la capitale du Népal est bien mal

desservie en eau. Il ne faut pas dire eau potable, elle ne l’est qu’exceptionnellement, elle

139

est même extrêmement dangereuse si on la consomme sans la traiter. La cause ? La

nullité des Ministres des T.P. –quand ils existaient !- qui se sont succédés. Une multitude

d’installations privées capte des eaux au pied des collines qui entourent la capitale et les

conduisent dans la cuvette de Katmandu. Combien de fontaines dans cette ville si on ne

compte pas les fontaines sacrées ? bien peu. Le projet de captage des eaux du torrent

Mélamchi qui a pour but d’alimenter la ville pourrait inspirer une pièce de théâtre

semblable à l’Arlésienne d’Alphonse Daudet. Bien que la route de Tankot et ses

ouvrages d’art soient terminés. Il reste à creuser le tunnel à travers la colline de

Shiwapuri. Mensuellement quelque quotidien Kathmandouite en parle, mais rien, jamais,

n’apparaît. Le mot corruption, lui, est visible en filigrane dans les articles, est perceptible

même quand il n’est pas prononcé. Des entrepreneurs non payés, des sommes détournées

... des sommes énormes ! La haute administration veillait !

Nous l’avons écrit, en période sèche, plus de huit mois par an, la majorité des maisons

est presque totalement privée d’eau. Ceux qui ont des réservoirs dans leur villa achètent

des pompes électriques, tentent de les remplir, la nuit, en douce, quand les services

spécialisés ouvrent un peu les vannes. Les riches népalais, les résidents étrangers riches,

eux, s’approvisionnent en faisant venir des camions citerne.

Hygiène, notions d’hygiène inconnues. La faute aux Ministres de l’Education nationale

et de la santé -quand ils existaient ! : Dans quelle école du Népal a-t-on appris aux

enfants les règles élémentaires de l’hygiène ? Cela aurait dû être fait, au moins depuis

que le pays a ouvert ses frontières ! Dans les campagnes, fort rares sont les personnes

qui prennent l’eau dans des sources. On en voit quelquefois, elles ont souvent été

éduquées par des étrangers. Ainsi des habitants de Lake side à Pokhara, quelques

habitants qui vivent autour du lac Begnas, font venir de l’eau captée de l’autre côté de

leur lac. Chacun son tuyau bien sûr. Dans les collines, l’eau potable est presque partout

139

More magazines by this user
Similar magazines