sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

Energies, dans ce domaine aussi s’est révélée l’incurie des administrateurs du Népal. Le

Népal n’a aucune énergie fossile, comme source d’énergie naturelle il possède :

- le solaire, le soleil brille plus de neuf mois par an. Mais le solaire est adapté aux

150

maisons individuelles. Il est inefficace pour les hautes puissances. De plus, le soleil ne

brille pas la nuit, il nécessite donc des batteries de stockage. Or le problème posé par la

fiabilité des batteries n’est pas encore résolu.

- Eole : il y a des régions très ventées, la haute Kali Gandaki par exemple, mais même

dans ces régions le vent n’est pas permanent. Eole ne peut être qu’une énergie d’appoint.

A Katmandu il y a, au printemps, des coups de vent importants, ils sont de courte durée.

Comme pour le soleil, le vent ne souffle jamais 24 heures sur 24, il nécessite l’usage de

batteries.

- un énorme potentiel hydraulique. Pourtant N.E.A., Népal Electricity. Authority,

l’E.D.F. népalais, impose aux habitants du Népal des coupures de courant qui

atteignent, en saison sèche, 8 mois par an, 16 heures par jour ! Comment font les

industries ? Les artisans qui utilisent les kW ? Certains ont des groupes électrogènes

couplés à de puissants onduleurs. Les supermarchés, eux ont toujours de ces groupes.

Les coupures de courant intempestives sont classiques, gare aux ordinateurs qui ne sont

pas équipés d’une batterie protectrice (petit onduleur). Le Népal, grâce à des aides

indiennes, a construit des usines hydroélectriques. Non, il faut écrire : l’Inde a construit

au Népal des centrales hydroélectriques. Il est évident que si les administrateurs, les

politiques népalais au pouvoir avaient eu le sens de l’Etat, le souci de la Nation, la part

de kW accordée à leur pays lors de la construction, par l’Inde, de barrages en terres

népalaise aurait été bien plus grande. Egalement, si la corruption avait été moins intense,

les pays qui aident le Népal, les grands financiers dont les organismes type Banque

mondiale, voire des capitaux privés, auraient financé la construction de grands barrages

dont une partie de la production aurait éclairé le pays, l’autre partie, vendue à l’Inde, au

Tibet, aurait assuré de notables entrées de devises au pays. Autre lacune, les barrages

que possède le Népal ne permettent pas la rétention de masses importantes d’eau, celui

de Kulékani est le seul. Ce ne sont que de simples prises d’eau. Or la saison des pluies

est courte, trois mois par an, la période sèche est longue, il n’y a pas de réservoir

150

More magazines by this user
Similar magazines