sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

concurrent commercial direct et premier de ce bloc occidental ! « Ne jamais parler des

défauts de nos alliés » principe élémentaire de politique internationale !

Quel trekkeur s’est posé des questions sur les mouvements Naxalite et maoïste népalais

? Pourquoi des gens luttent-ils encore avec des armes contre l’autorité ? Pour le plaisir

de freiner le tourisme ? Pour le plaisir de jouer avec des armes ? Pour le plaisir de voir

couler du sang ? Pour le plaisir de tuer des hommes ? Pour le désagrément de se faire

blesser, de se faire emprisonner, de se faire tuer ? Pour le ravissement qu’il y a, s’ils sont

attrapés, à se faire torturer ? Les Indiens qui se battent sont de simples paysans

misérables qui ont faim, ou de simples étudiants qui, par solidarité, se placent à leur

côté. Ce ne sont pas des tueurs. Ils se battent contre le pouvoir en place, contre des

forces de l’ordre du pouvoir en place! L’ordre, l’Etat ! Pourquoi ne se contentent-ils pas

de défiler comme le font les Occidentaux mécontents ? Ils ne le font pas parce qu’ils ont

faim, parce que leurs enfants n’ont pas de quoi manger, parce que leurs enfants ne sont

pas soignés et qu’ils sont obligés de travailler dès leur plus jeune âge !

161

Les dirigeants indiens ne se foutent sans doute pas de la misère mais elle n’est pour eux

qu’un problème de deuxième ordre. Pour eux la réussite économique de leur pays –et de

ceux qui votent pour eux- passe avant tout. Ils raisonnent comme les partis de droite et

des partis de pouvoir de gauche occidentaux. Ils raisonnent marée et bateaux, vous

savez, je l’ai souvent écrit :

Quand la marée monte, elle soulève les yachts, les tankers, les cargos, tous les bateaux...

Les bateaux des riches mais aussi les bateaux des pauvres ! Hé ! Hé !

Au fond, ces paysans pourraient prendre patience, ils n’en sont pas à quelques

souffrances près, à quelques générations de morts prématurées près. On le sait

aujourd’hui, le capitalisme est la seule économie possible, les socialistes français l’ont

confirmé, les communismes tournent en dictatures puis font faillite. Les dirigeants

indiens ont peur de la montée du communisme dans leur pays et (ou) au Népal, pays

sous leur coupe. Ils en avaient déjà peur en 1950 au moment de la réinstallation sur le

trône du roi Tribhuwan au Népal. Ils avaient peur que le communisme népalais prenne

de l’ampleur, et c’est pourquoi ils ont imposé leurs règles aux politiciens népalais du

161

More magazines by this user
Similar magazines