sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

Ce monsieur ne cesse de maudire, de critiquer ces terroristes népalais dans ses

déclarations quasi quotidiennes à la presse, à la radio, à la télévision.

Printemps 2002, les dirigeants népalais reprennent ce mot à leur compte :

Les maoïstes sont des terroristes.

Mais sont-ils des terroristes ces Hommes des forêts, ces Jungle manche ? C’est ainsi que

se baptisent les insurgés népalais. On lit qu’ils se seraient nommés également : Pieds nus

Kali Kouta. Or ces mots Pieds nus me plaisent car ils me font penser aux Va nu pieds

superbes de Victor Hugo. Va nus pieds qui ont gagné la guerre contre les forces de

l’ordre d’alors : les armées des pays monarchistes voisins, comprenant les émigrés qui

avaient perdu leur pouvoir et leurs privilèges.

Le Népal est-il un Etat voyou, un Rogue State abritant des terroristes ? Prachanda-

Pushpa Kamal Dahal est-il comparable à Ben Laden ? A Sadam Hussein ? Le mot

Terreur qualifie la période qui a suivi la révolution française de 1789 mais nos Sans-

culottes étaient-ils des terroristes ? Certes ils étaient violents ! De Révolution Consulat

Empire de Biard, Bourdin, Marzagalli :

La prise de la Bastille marque les esprits par les violences populaires qui l’accompagnent.

Les allemands qualifiaient aussi de Terroristes nos maquisards, pour la plus grande fierté

182

de ceux-ci dans la France occupée, pour leur plus grande gloire dans la France libérée.

Mais ce qualificatif, les maoïstes népalais ne l’ont gardé que pendant la durée de la

guerre. Il a suffi qu’aux élections de 2006 ils obtiennent le plus fort pourcentage de voix

pour que, brutalement, le nouvel Ambassadeur des U.S.A. au Népal décrète que les

maoïstes n’étaient plus des terroristes. Voici un bel exemple d’absence de pudeur ? Mais

non, la honte en diplomatie... ! Personnellement, j’ai trouvé haïssable l’utilisation de ce

mot terroriste pour qualifier des misérables en lutte contre un régime féodal et une

puissante aristocratie qui étaient les causes de l’intense misère qui sévissait dans leur

pays.

Les gouvernants indiens, eux, avaient (ils l’ont encore) un sérieux motif pour lutter

contre les maoïstes : la présence sur leur sol de Naxalites –des misérables dont nous

avons parlé- qui ont eux aussi lutté et luttent encore sous une bannière portant faucille et

182

More magazines by this user
Similar magazines