sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

Le Nouvel Obs. puise ses informations à bonne source. Il cite madame Sujata Koirala du

parti Népali Congres. Cette dame est la fille de Girija Prasad Koirala, le vieux pilier de

ce parti Népali Congres dont elle fait partie. Ce parti de la droite dure, de l’immobilisme,

des gens de caste qui ont exercé le pouvoir pendant des années, le parti de l’hindouisme

religion d’état. Il cite aussi, ce qui aurait fait bondir les Népalais s’ils avaient lu l’article,

les mots de monsieur Moriarty. Celui qui a été pendant la guerre civile Ambassadeur des

Etats-Unis de monsieur Bush, celui qui a été honni par tous les Népalais qui l’ont

maintes fois conspué. Celui dont l’Ambassade a été plastiqué ! Ce détestable personnage

qui, tout le temps qu’a duré la guerre et même alors que la deuxième révolution était en

195

cours, a bavé sur les maoïstes, les a traité de terroristes à abattre, à déclaré –après son

prédécesseur- que Bhattaraï, le numéro deux du mouvement maoïste, était comparable à

Goebbels, Celui qui, alors que la deuxième révolution allait être victorieuse, retournant

brusquement sa veste, sans pudeur, a déclaré :

Le temps est compté. Si le roi ne comprend pas qu’il doit accepter un compromis et donc finir par

partir. Et quand je dis finir je pense que le plus tôt sera le mieux.

Le Nouvel Obs. oublie de dire que les U.S.A. faisaient partie du complot qui a permis de

mettre le roi Gyanendra sur le trône par les moyens que l’on sait aujourd’hui, que les

U.S.A. de cette Excellence ont équipé et financé l’armée et la police népalaise, ont

envoyé des spécialistes de l’armée américaine pour conseiller l’armée de ce roi.

Le Nouvel Obs. choisit vraiment mal ses conseils ! Enfonçons le clou, on lit dans un de

ses articles :

Si le peuple népalais a gagné une bataille, il n’a pas gagné la démocratie.

Noter que le mot démocratie, est le premier qui vient sous la plume d’un journaliste d’un

journal de gauche, la misère de 25 millions de népalais peut attendre. Sans honte, ce

journaliste cite un général de la Royal Népal Army, la R.N.A. sur la question posée par

l’intégration de l’armée maoïste –demandée par l’O.N.U.-, la People Libération Army, la

P.L.A. dans cette R.N.A.:

Ce n’est pas réaliste, ces gens (admirez le mot !) sont des terroristes, nous sommes une armée de

professionnels qui s’est illustrée partout dans le monde. Comment peut-on nous mettre sur le même

plan.

195

More magazines by this user
Similar magazines