sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

Ce rédacteur ajoute :

Entre 100.000 et 250.000 personnes déplacées pendant le conflit sont toujours découragées de

rentrer chez elles, en raison de l’insécurité ambiante !

Entre 100.000 et 250.000, ah ! ah ! Quelle précision ! Insécurité ambiante ! En 1790, des

nobles, chez nous, ont été déplacés, et ils ne sont pas revenus sur leurs terres en raison

sans doute de l’insécurité ambiante, on les appelait des émigrés. Triste chose, car ces

nobles avaient fait le bonheur et la richesse de la France et de son peuple qui s’est

révolté injustement contre eux. Ingrats maoïstes népalais qui se sont révoltés par plaisir !

Ce rédacteur s’enlise :

De plus, le Sud du pays en proie à de nouveaux affrontements, liés à la révolte des maoïstes, une

population discréditée, parce que considérée par les Népalais comme des immigrants venus de

l’Inde...

Vaste éclat de rire. Rappelons que le sud du pays est composé de deux parties :

- le Teraï occidental et central dans lesquels résident en majorité des pauvres souvent de

l’ethnie Tharu, souvent révolutionnaires ou franchement maoïstes.

- un Teraï oriental nommé Madesh qui est le grenier du Népal, sur les terres duquel se

trouve la grande industrie népalaise et où résident ceux qui veulent :

One Madesh, one desh.

Un Madesh, un pays ! Pourquoi ? Parce que ses habitants sont simplement riches et

qu’ils ne se considèrent pas comme des Népalais à part entière. A l’extrême ils se sentent

plus Indians que Népalais. Dans cette région sont les puissants brahmanes. Le premier

Vice-président de la République népalaise Paramananda Jha, comme le Président, en est

un. C’est un pur Madeshi, il a d’ailleurs prononcé son discours d’investiture en Maïthili,

la langue des Madeshi, sensiblement l’hindi. Le tribunal népalais l’a condamné à redire

son discours en népali. Se sont alors élevées des voix du Madesh People’s Rights Forum,

parti de droite qui exprimait leur :

Dissatisfaction over the fresh oath taken by Vice president Jha in Népali.

200

Pauvre peuple Madesh partisan d’une autonomie baptisée fédéralisme parce que le mot

est à la mode. Gentils Madeshis dont les milices armées, je l’ai écrit, ont quand même,

alors que l’accord de paix était signé, froidement assassiné une trentaine de maoïstes

dans leur camp.

200

More magazines by this user
Similar magazines