sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

echerché un rapprochement avec les maoïstes. Il se serait dressé contre le pouvoir de

l’armée dirigée par les généraux qui ont défendu l’ancien régime pendant des siècles,

pendant les dix ans de guerre et qui ont honteusement conservé leur place. Il aurait

combattu de toutes ses forces ce feodalism qu’il critique dans ses discours en refusant de

collaborer avec les membres du Népali Congres : le parti de ceux qui n’ont pas émigré

comme l’ont fait nos nobles en 1789.

Pour obtenir une majorité il a donc ratissé large. Il a créé des ministères, des

secrétariats d’Etat. Le gouvernement comptera 42 ministres choisis dans 22 partis (sic).

Si un rapport était établi en tenant compte du nombre d’habitants, le gouvernement

296

français compterait 82 ministres !

Mais ce Madhav Kumar Népal est fidèle à ses propos. N’avait-il pas déclaré au moment

de l’élection du Président de la République, que :

The rôle of the Nepali Congres is important for institutionalizing the republic and running the

government.

Les membres du Népali Congress républicains !

Dès sa nomination une photo significative paraît dans un quotidien. Elle montre Madhav

Kumar Népal assis à côté du chef Maoïste Prachanda-Pushpa Kamal Dahal. Derrière

eux, debout, étendant la main en guise d’assentiment le vieux Girija Prasad Koirala.

Geste symbolique : le vieux leader Népali Congres donne son accord !

Imaginons un député de nos Sans-culottes demandant que soient intégrés dans les

gouvernements de la France qui ont suivi la Révolution française de 1789 les

représentants de la noblesse émigrée ! Plus tard Madhav Kumar Népal annoncera sans

rire mais hélas sans humour :

Qu’un consensus entre son parti et le parti maoïste doit être trouvé.

Déclaration hypocrite, à chaque difficulté que rencontrera son gouvernement, le Premier

Ministre Madhav Kumar Népal va répéter ce propos en se tournant vers la droite : le

Népali Congres, les partis Madesh, l’Inde. Il applique leur politique. Le 19 juin 2009, il

approuve la décision du Président de la République Yadav de laisser en place le général

Rookmangud Katawal. Le pouvoir militaire est ainsi définitivement reconnu état dans

296

More magazines by this user
Similar magazines