sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

nepalsherpasig.fr

sur les mots guerre civile au nepal - Népal Sherpa Sig

Si on leur dit :

- Le premier des nucléaires à combattre est le nucléaire militaire car il a pour fonction de tuer alors

que le nucléaire civil a pour fonction d’aider l’humanité.

Ils répondent sans temps mort :

- Il faut, au plus vite, supprimer le nucléaire civil.

Faut-il laisser parler ceux qui, émus, observent le Népal misérable, cherchent à

comprennent le Népal politique, le Népal social ? Ils sont si peu nombreux qu’ils doivent

se contenter de ces trois lignes ?

Et bien non ! Je parle en leur nom. Eloigné des foules, peu sensible aux modes, aux

engouements, aux spiritualités-matérialistes, aux soungti-amulettes et aux mani-exvotos,

aux peurs gauloises, je considère que le Népal politique, le Népal social, la misère

du Népal, le Népal des révolutionnaires, le Népal qui sort d’une guerre civile de dix ans,

méritent plus qu’un chapitre.

Et c’est pourquoi j’en suis venu à poser le problème comme le fait le philosophe André

Gorz, qui, dans le Monde diplomatique, s’exprime ainsi :

Il faut poser la question franchement : que voulons-nous ? Un capitalisme qui s’accommode des

contraintes écologiques ou une révolution économique, sociale et culturelle qui abolit les contraintes

du capitalisme et, par là même, instaure un nouveau rapport des hommes à la collectivité, à leur

environnement, à la nature.

Ridicule logique. La majorité des trekkeurs se révolte et me crie :

- Tu nous emmerdes avec tes citations. Là n’est pas le problème. Nous sommes venus pour visiter le

Népal, pas pour philosopher ni faire de la politique. Le temps est au Népal gnian gnian, vive le Népal

gnian gnian. Ah ! Thamel ! Ah ! Ils sont beaux ! Ah ! Ils sont gentils et toujours souriants ! Ah ! La

non-violence ! Ah ! Le bucolique ! Ah ! Les médecines douces... ! Tu dis : la misère ! N’exagère pas,

il y a des riches dans ce pays ! De plus les maoïstes, lorsqu’ils occupaient les villages, faisaient régner

la terreur, ils faisaient fuir les habitants, ils enrôlaient des enfants soldats... Ils ne respectaient pas

les Droits de l’homme, ils torturaient, ils assassinaient...

Noter que je n’ai jamais entendu, ni lu, qu’ils avaient violé, mais il a été écrit maintes

fois qu’ils enrôlaient de force des jeunes filles : « Ecoutez mon silence ! »

Merveilleux gnian gnian qui a d’ailleurs ses médicaments pour réduire la misère, ils sont

dans les mots :

Développement durable. Trekking équitable. Trekking solidaire.

52

52

More magazines by this user
Similar magazines