Régionales 2010 - Le Travailleur Catalan

letc.fr

Régionales 2010 - Le Travailleur Catalan

N°3350 - Semaine du 29 janvier au 4 février 2010

dans le département

Vœux du PCF 66. 2010, une année propice

à une « révolution culturelle » des communistes

L’affluence des invités aurait-elle une signification qui dépasse celle d’une

présentation de vœux, serait-ce celle d’un parti politique? Et leur

empressement à parler, échanger, avec un brin d’excitation, n’allait-il audelà

du plaisir de se retrouver ensemble?

Cela faisait longtemps que les communistes

et leurs amis n’avaient pas

répondu en si grand nombre à l’invitation

de la présentation des vœux du

PCF 66. Peut-être étaient-ils venus,

aussi, pour se féliciter, ensemble, du

courage politique dont ils ont fait

preuve en faisant un «choix stratégique»

inédit à l’occasion des prochaines

élections régionales. Était-ce un indice

de cette «révolution culturelle» évoquée

dans le discours du secrétaire

fédéral, Nicolas Garcia? «Les communistes

sont partout dans la bataille.

Dans notre région, un accord a été

conclu entre le NPA et le Front de gauche,

dans la création duquel nous avons

été hyperactifs. (…) Mais, ne nous le

cachons pas, s’il correspond à ce qu’attendait

de nous une partie de notre

peuple, il constitue, pour le PCF et ses

adhérents, une véritable révolution culturelle.»

Une révolution culturelle qui, en tout

cas, n’a pas gagné quatre vice-présidents

de Région, «qui osent se dire

encore communistes» après avoir rallié

la liste de Georges Frêche, comme l’a

dénoncé Nicolas Garcia. Une attitude

fustigée en ces termes: «Je le dis tranquillement,

on ne peut se dire communiste

quand on suit le chemin du déshonneur

et qu’on méprise la quasi-unanimité

des femmes et des hommes qui

composent notre parti.»

Il était alors question de se vendre

«pour un plat de lentilles», une expression

dont l’orateur a fait usage pour

désigner nombre de présidents de

Région socialistes «qui ont tout

accepté», précisant encore, pour le

déplorer, que «la gauche, prise dans les

alliances électorales que nous avons

connues jusqu’à présent, dirigeait vingt

régions sur vingt-deux, la moitié des

départements et des communes. De

quoi bloquer la machine de destruction

alimentée par Sarkozy. Cette résistance

farouche, qui aurait été si utile à notre

peuple, n’a pas eu lieu, ou si peu.»

Pour ces régionales,

la situation est tout autre

«Le Front de gauche n’est pas évident à

construire, son alliance avec le NPA

encore moins, mais ce qui se passe dans

notre région est une avancée positive,

qui consolide la démarche des communistes

et du Front de gauche», a précisé

Nicolas Garcia. «Nous ne voulons pas

seulement sanctionner la droite, nous

voulons proposer et représenter une

vraie alternative à sa politique ou aux

politiques qui s’en rapprochent. Les

objectifs sont clairs: battre la droite et

rassembler la gauche sur le projet le

plus transformateur possible. Travailler à

mettre en œuvre, dans la gestion, les

propositions que nous porterons, ce qui

implique une volonté d’engagement au

sein de majorités de gauche. Nous

devons en appeler clairement aux électeurs

socialistes qui ne se reconnaissent

pas dans la dérive sociale-libérale du

PS, illustrée par les propos de Martine

Aubry sur les retraites, et qui refusent de

voir Georges Frêche les représenter. Ils

peuvent voter pour les listes conduites

par René Revol et par Jean Boucher

dans le département, leur donner du

poids, afin que nous puissions, au

deuxième tour, battre la droite et

construire une majorité avec les autres

listes de gauche, présidée par un socialiste,

pourquoi pas, mais pas par

Georges Frêche, qui, par ses comportements,

ses propos et sa politique, se

démarque totalement de la gauche.

Tout dépendra, pour obtenir ce résultat,

de la campagne électorale que nous

mènerons. Elle sera courte et doit être

d’autant plus conquérante, offensive,

populaire, hyper rassembleuse. Nous

sommes attendus. Ensemble, nous pouvons

bousculer la donne.»

Roger Hillel

Pour Nicolas Garcia, les communistes ne veulent pas seulement sanctionner la droite, ils veulent

proposer et représenter une vraie alternative à sa politique ou aux politiques qui s’en rapprochent.

5

UNRPA 66

« L'importance de notre vote

aux élections régionales »

« Des retraités et personnes âgées, comme beaucoup

trop de citoyens, méconnaissent les compétences

de la Région. Pourtant, elle intervient sur

leur vie au quotidien, notamment dans trois domaines:

- Les transports: organisation des services de

transports routiers non urbains et des transports

ferroviaires de la région.

- La formation: adoption d'un programme d'apprentissage

et de formation professionnelle des jeunes

et des adultes. Dans ce cadre, elle intervient pour

les formations aux métiers autour des services à la

personne, de l'aide à domicile, etc.

- La santé: la Région peut assurer des activités en

matière de vaccination. Elle peut participer, selon

certaines conditions, au financement d'équipements

sanitaires.

La mise en œuvre de ces compétences est faite

avec le souci de répondre prioritairement aux

besoins des populations ou, à l'inverse, de les mettre

au service des intérêts financiers. L'Union nationale

des retraités et personnes âgées, dont la vocation

première est d'œuvrer pour la défense et l'amélioration

des conditions de vie de tous les retraités

et personnes âgées, invite donc chacune et chacun

à remplir, en toute indépendance, son devoir de

citoyen, en confiant son mandat à la liste qui, à son

avis, avance les propositions les plus crédibles pour

la Région. Elle rappelle que l'administration d'une

Région, comme de toute collectivité, ne se résume

pas aux seuls critères de gestion, mais doit être

jugée aussi sur les orientations, en matière de services

publics, de plus de social et d'égalité, enfin,

de prospectives en vue d'un meilleur avenir. Depuis

plus de soixante ans, l’UNRPA, Union nationale des

retraités et personnes âgées, défend les intérêts des

retraités et personnes âgées et les grands principes

de solidarité et, plus que jamais, en 2010, l’UNRPA

se mobilisera. »

Canet-en-Roussillon

L’unité, une démarche constante

des communistes canétois

Ces derniers mois, le conseil municipal de Caneten-Roussillon

a connu d’importantes turbulences.

Ce n’est pas, hélas, la première fois. Aussi les communistes

canétois ont-ils décidé de replacer cet épisode

dans un contexte plus large, celui des campagnes

électorales qui ont rythmé la vie de notre

commune depuis la Libération.

À partir des archives de Francis Sentis, un des responsables

de la cellule communiste de Canet-Plage,

ils ont réalisé une première plaquette retraçant les

élections de 1945 à 1977 et leur combat pour

constituer, dans la clarté, des listes unitaires. Par

ailleurs, ils se sont lancés dans la réalisation d’un

dictionnaire biographique des militants canétois.

En présence de Francis Sentis et d’anciens candidats,

ce travail et d’anciennes photos ressuscitant le

visage de militants de ces années-là seront présentés,

le mercredi 3 février à partir de 16h, au foyer

Moudat de Canet-Plage.

Puis, à partir de 18h, la cellule PCF de Canet présentera

ses vœux à la population et lancera un

appel à la création d’un comité de soutien à la liste

«À gauche maintenant» aux élections régionales.

G.S.

More magazines by this user
Similar magazines