Démission k Cabinet LA GUERE La Révolutîôn Risse

images.expressdumidi.bibliotheque.toulouse.fr

Démission k Cabinet LA GUERE La Révolutîôn Risse

SAMEDI 8 SEPTEMBRE 1917.- 26 e Année — N° 8.999 (QCBE ORGANE DE DÉFENSE SOCIALE ET RELIGIEUSE

i O cent.

DIRECTION: 25, H8 R0ïU9lalHe; TOULOUSE , 1

EN ATTENDANT

LE PROCHAIN MINISTÈRE

Ces oeTveSes politiciennes sont de nou-

veau en ébul'lition.

Le ministère est démissionnaire.

Mais cette démission n'est pas sé-

rieuse. Le ministère de demain aura la

même firme que celui d'hier. Un sim-

jfle replâtrage 1 Quelques hommes qui

sont partis. D'autres qui vont arriver. Et,

si petit bonhomme vit encore le 18 sep-

tembre, les archives parlementaires s'en-

richiront d'une déclaration mi*-**** Wïe

déplus.

A coté du grand dranr ira if* :-

chée, cet événement est d& b: i minime

importance, et l'on compreui que les

Français dont les enfants, les frères et

les amis se battent pour nous, ne prêtent

qu'une attention distraite à la fausse sor-

tie du vénérable M. Ribot.

Et pourtant l'heure n'est ni aux plai-

santeries, ni aux badinages de la porte.

Les Allemands sont toujours h Lille et...

le pays, admirable de confiance et de

.calme, attend patiemment la déli-

vrance t

En lisant certaines éluctibrations, on

se demande si,

M. Golden, délégué des Etats-Unis, a dé«

claré que les ouvriers allemands ou hien ap-

prouvent les actions ù& leur .gouvernement,

ou bien sont des lâches.

La Révolutîôn Risse

LE PROCÈS SOUKHOMLINOFF

, . Pétrograd, 7 septembi-e»

Le général Alexeieff, dans sa déposition au

procès Soukhomlinoff, a déclaré que les mu-

nitions manquaient dès le début de la guer-

re. Selon lui, Soukhomlinoff avait négligé de

demander des munitions ou bien il avait fait

des déclarations rassurante au sujet des ap-

provisionnements existants.

Au sujet de l'espion autrichien Altschuller,

oui, était, soupçonné de haute trahison et dont

de précédents témoignages affirmaient qu'il

avait été vu dans le cabinet de Soukhomli-

noff en train d'étudit'r les plans de guerre, le

témoin confirme que cet espion était dans

les meilleurs termes avec l'accusé.

UNE FOULE

VEUT LYNCHER SOUKHOMLINOFF

Stockholm, 7 septembre.

.On mande de Pétrograd que Soukhomlinoff

vient d'être l'objet d'une tentative de lyncha-

ge. Après la sixième séance du tribunal mili-

taire, et comme ses gardiens ramenaient l'ac-

cusé en automobile du Palais de justice à la

forteresse PWrre et Paul, la foule attaqua la

voiture, tentant d'en arracher Soukhomlinoff,

tout en se livrant sur lui à de violentes voies

de fait. Après una lutte acharnée, les gar-

diens réussirent à dégager leur prisonnier qui

fut transporté à la forteresse grièvement bles-

sé et couvert de sang.

PÉTROGRAD

DANS LA ZONE DES ARMÉES

Pétrograd, 7 septembre.

Les iournaux disent que par suite de la rec-

tification du front entraînée par le recul de

l'armée de Riga, Pétrograd se trouve mainte-

nant dans la zone des armé-t*. La présence du

gouvernement et des services administratifs

empêchant l'application de la juridiction mili-

taire dans la capitale, le gouvernement a l'in-

tention de' créer une administration civile

spéciale chargée notamment du maintien de

l'ordre civil.

L'Offensive Italienne

Rome, 7 septembre.

'(Communiqué du commandement suprême):

Au nord est de Corizia bien que subissant

déduis plusieurs jours des pertes très éle-

vées, l'ennemi y oppose une résistance déses-

pérée à notre pression, qui continue énergï.

auement.

pendant la journée d'hier nous avons cap

turé 3 officie""» et 201 hommes de troupe.

Sur le Carso, des actions de détail et de

bombardements Intenses ont fait suite aux

combats des jours précédents.

Nos avions ont semé à plusieurs reprises

la destruction et le désordre sur ies batteries

ennemies du bois de Panovl et de Panovizza

dans la Selva de Tarnova et sur l'arrière des

lignes ennemies du Carso. — Signé : CA

DONNA.

LES COMBATS AU NORD-EST DE CORITZ

Londres, 7 septembre

On télégraphie d© Rome au Times .-

t La lutte colossa'f! engagée au nord-est de

Goritz se développe dans Ou

tiuns pour l'Italie, quoique les

6 COUIÎJ

ricfiietiB.

LA CRISE INDUSTRIELLE

Pétrograd, 7 septembre.

Là crise industrielle et la crise des trans-

ports ont tendance à s'agraver. Les usines

Poutiloff sont complètement fermées, ce qui

va encore réduire la production en munition8

de guerre déjà bien affaiblie. Depuis la ré-

volution aucune précaution et aucune me-

sure de conservation n'étant prise par les

ouvriers, nombre de mines de charbon de-

viennent peu à peu inexploitables ; les atten-

tats anarchistes soudoyés par les allemands

se multiplient.

LES POUVOIRS DU GÉNÉRAL KORNILOFF

Pétrograd, 7 septembre.

Il y a quatre jours, le Conseil des minis-

tres a décidé d'accorder au général Korni-

loff tous les pouvoirs extraordinaires qu'il

demande, mais il apparaît que plusieurs de?

ministres socialistes opposés à l'octroi de ces

pouvoirs n'étaient pas présents à la délibé-

ration et que, mis au courant par la suite,

ils ont protesté et ont suscité les protesta-

tions des soviets. A l'heure actuelle, il est

donc impossible de dire de façon certaine, si

le généralissime a bien reçu satisfaction ».

CE QU'A DIT KORNILOFF

A LA CONFÉRENCE DE MOSCOU

Pétrograd, 7 septembre.

Les iournaux publient le discours pronon- .

cé par le général Korniloff à, la conférence

de Moscou.

Après avoir vigoureusement insisté sur le -

rétablissement de la peine de mort, le géné-

ral a été d'avis que la puissance de l'armée

dépendait surtout de l'état dans lequel se

trouve la zone de l'arrière :

i Le sang qui coulera inévitablement pen-

dant le rétablissement de l'ordre sur le front,

dit-il, risque de demeurer stérile si l'armée

organisée et préparée pour le combat resie

sans renforts et sans ravitaillement en pro-

jectiles et équipements.

t C'est pourquoi je juge indispensable que

les mesures prises pour assurer le bon fonc-

tionnement sur le front soient appliquées

aussi à l'arrière ; c'est d'autant plus indis-

pensable que je possède sur la situation de

nos chemins de fer des renseignements tels,

aue vers le mois de novembre l'armée risque

de ne plus recevoir d'approvisionnements

En terminant son discours, le généralis-

sime a exprimé sa ferme assurance que les

mesures qu'il a proposées seront mises aussi-

tÔ « Je^croîs^co'nclut Korniloff, que le génie

et la raison du peuple russe sauveront le

pays ie crois à la vaillance de l'armée et

l'aï fo'i que son ancienne gloire ne tardera

pas à être rétablie a.

LA CONTRE-RÉVOLUTION

LES ARRESTATIONS CONTINUENT

Pétrograd, 7 septembre.

Le gouvernement provisoire a fait publier

aujourd'hui un communiqué relatif au com-

plot contre-révolutionnaire récemment décou-

vert.

Aux termes de cette communication, des

preuves décisives ont été établies sur les rela*

tiens qui existaient entre les grands-duçs- ar-

rêtés, d'autres membres de l'ex-famille impé-

riale et «c-rtains hommes politoques notoires

inféodés au tsarisme.

Des pei'duisitions effectuées à P/'tiograd,

ainsi qu'à Kieff et en Sibérie, ont permis de

reconstituer toute la genèse du complot et de

déterminer l'importance des sommes dont le»

i-oîi.-piratetirs disposaient pour SO, réahsa&on.

Les arrestations continuent,

Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés


SAMEDI 8 SEPTEMBRE 1917

wetss

La Retraite Russe j

ESTEL ÉTAIT AU PILLAGE

Amsterdam, 7 septembre.

Les .iournaux allemands rapportent que les

années qui sTemparèreUt de Riga étaient com-

mandées par von HuHer ; le» autres oMP

Étalent le prince Eiteï et von Soûler Zweig;

ancien gouverneur de Bruxelles.

CE QUE LES BOCHES AURAIENT PRIS

Zurich, 7 septembre.

Votëi d'anrès le communiqué allemand le

bilan, de la* pîise de BJtfa :

Le nombre des prisonniers faits jusqu ici au

cours de notre rapide avance n'a été qu'in-

oomiplètememt établi ; on l'évalue à 120 offi-

ciels et plus de 7.50O hommes.

Nous avons capturé en outre 190 canons, 20&

'mitrailleuses, plusieurs lanks et un très abon.

tfanct matériel de- fruorivj de toute sorte.

RIGA A ÉTÉ DÉFENDUE

•Pétrograd. 7 septembre.

Les nouvelles relatives à la prise de Riga

©ar les Allemands confirment que cet événe-

ment regrettable ne rappelle en rien la capi-

tulation honteuse de Tarnopol.

Tous les témoins certifient que ce n'est

au'au prix d'iîii bombardement d'une intensi-

té extrême que les Allemands réussirent fina-

lement à réduire l'artillerie russe* au silence.

Les régiments d'infanterie de la division

du Général N... supportèrent héroïquement le

choc formidable de l'ennemi, contre-attaquè-

xent trois fois, musique en tête, tous les sol-

dats chantant la Marseillaise.

Pétrograd offre le spectacle d'une dépres-

sion considérable ; on r*! discerne cependant

aucune espèce de panique.

ÉVACUATION DE L'ÉPIRE

Athènes, 7 septembre.

L'évacuation de l'Kpirc par les Italiens s'ef-

fectuant rapidement, M. Starfladis, commis-

saire du gouvernement grec, a demandé télé-

graphiquement une force policière suffisante

pour le territoire évacué.

La Suerrs

UNE DÉCLARATION DE M. LANSINC

SUR L'ALLEMAGNE

Londres, 7 septemîsne.

On mande de Londres au Daily Chronide :

Ep Laneing a déclaré mardi :

« Le ipeuiple allemand peut faire tout ce qui

lui plait, le gouvernement des Etats-Unis sera

en situation de lui dicter les mesures qu'il doit

prendre ; toutefois l'Amérique sera juge des

changements effectués dans la forme de son

gouvernement et s'ils sont tels que les Etats-

Unis puissent accorder leur confiance au gou-

vernement allemand. »

Cette déclaration démontre clairement que

l'abdication du kaiser n'est pas considérée par

l'Amérique comme îa condition préliminaire

6t nécessaire à la conclusion de la paix.

UN APPEL DE LA O. G. T.

AU PROLÉTARIAT FRANÇAIS

(Paris, 7 septembre.

La G. G. T. communique la déclaration su>

vante, dont elle a décidé la publication :

Une agitation malsaine, fangeuse en ses

moyens réactionnaires, dans ses origines

comme daiis ses Ans. cherche à troubler 1»

conscience du pays.

rfJ 0 A Ut< V la pre?*î d'a«aires de corruption et

£?,^X? C i tlon . soc1ale fr


Front Français

COMMUNlOÏÏis OFFïCîELS

DE LA NUiT

iourr.ee les du front, notam-

actiws !" . ie vauxa;lieo, en Champagne,

•peut a i *« ^ mWte ^ 6Uf Jes ûeux

rïvës S Meuse.

COMMUNIQUÉ BRITANNIQUE

Londres, 7 septembre, H h. 50 soir.

Sur le front de Lens, nous avons fait lé-

gèrement progresser nos lignes d'avani-pos

tes à Avion et à lest câ'Eleu dit Leauvette.

L'artiMerie allemande a montré monts

d'activité au caurs de ia joursêe, sauf à la

Basse-Villo et au norà de Messine eu «03

positions ont été bemfeardées.

Le mauvais temps a entraîné dans la jour-

npa du 6 une diminution de la grande acti-

vité aérienne des deiix jours précédents. Un

certain nombre clas-

se (subsistance militaire) : M. Jean Bru, ré-

sidant à Portets (Gironde).

PROMOTIONS

Infanterie. — Au grade de sous-lieutenant

à titre temporaire : M P>, Vieillard, aspirant

au 4° territorial,

PETITES NOUVELLES

Du 7 septembre.

— L'empereur d'Autriche a levé la peine

de (mort prononcée contre Frédéric Adler ; en

conséquence, la Cour supérieure de justice

l'a condamné à 18 ans de réclusion.

— Le journal Officiel d'Espagne publie un

décret interdisant d'une Caçon absolu l'ex-

portation des huiles d'olive.

— On vient de snspendre ans Etats-Unis

Jusqu'au premier octobre l'obligation des

permis pour le coton brut destinés à l'An-

gleterre, à la France, à l'Italie et au Japon.

La Chambre de Washington a voté a

l'unanimité une loi ratifiant l'émission en

bons du Trésor de 11 milliard 539 millions

nom la poursuite de la guerre.

— Le Libéral dément catégoriquement que

M. Pablo Iglesias ait été destitué de la pré-

sidence du parti socialiste espagnol.

— Le personnel des Postes et Télégraphes

de Porto a de nouveau abandonné le travaiL

DANS LES CINÉMAS, —

Ï£ mm mecft* . Flétrissure

Le ©SES? r..^ es C0llr «ure. - Le Circuit Kita.V-

Apollo-Théâtre. —

drame en 4 partie j :

Orchfslrô TT^n "inquillc, comique. —

«CMNn : Généralissime ; la Mascottle, poita.

a " m A £ ~ £e sir et demain

S^g- iP- « « b- 45 : La Fille du Ministre j rut

t «us. drame ijatrictique.

Habitude Cinéma. — A 8 h 30 changement

te programme : Sous les l'twrel Uràme> vvl JE

SAmea et documentaires c-tc ét" '

*Z c s?« lMlliC0, ^ avemue Camille-Pujon

-- -Ce soir : concert et grande revue. ''

Pour se conformer a l'arrêté préfectoral

C0 £H P^î-r^,^^ 6 ' Grands 1 S

« AU CAPITOLE » seront fermés à s x fieuret

du soir à partir du lundi 10 septembre sauf

te samedi ou lis seront ouv*ts jusqua 7 ttf

«VLLÊE DES ZEPHIRS

Tous les soirs, à 9 heures. — Matinées

Jeudis et dimanches, à 3 heures.

n», ? f, G T ,A1L,STE pOUR VUES AFFAIBLIES^

KULZIL, opiic.en, breveté s. g. d. g.. 11. rue

de Metz, Toulouse.

S

SAINT-CAUDENS.

Le muniqué allemand dit <

..THÉÂTRE ORIENTAL DE LA GUERRE ,

FRONT DU MARÉCHAL PRiliCE LÉOPOLD

DE BAVIÈRE. — Les mouvements de retraite

des Russes au nord-est de la Duna inférieure

ont continué hier.

Notre cavalerie a livré des combats heu-

reux aux arrières gardas ennemies au swd-

ouest de Nitau et près de Neu-Kaipen, 70 kilo-

mètres à l'est de Riga.

Entre le lac de l'Obe et Frledrlchstad, l'en-

nemi a incendié les localités dans sa retraite.

Sur le reste du front jusqu'à la mer Noire,

il n'y a pas eu d'action importante.

FRONT DE MACÉDOINE. — Entre les lacs

d'Ochrida et de Prospa. combat entre déta-

chements mobiles.

A l'est du Vardar, vive canennade.

LA CRISE MINISTERIELLE

AU PALAIS-BOURBON

Paris, 8 septembre.

Les couloirs de la Chambre commencent à

s'animer, mais des conversations engagées ne

ressort aucune conclusion précise quant à la

crise.

Le dénouement de celle-ci étant naturelle-

ment ajourné jusqu'au retour à Paris des

présidents des Chambres.

L'on ne pose, à l'heure actuelle, aucune

certitude quant au jour où M. Poincaré rece-

vra MM. Dubost et DeschaneL

Le président du Sénat se trouverait à La

Tour du Pin. dans l'Isère, et le président de

la Chambre ferait des excursions en auto:

Ce n'est donc qu'aujourd'hui samedi, au

plus tôt, ou peut-être dimanche, oue l'un et

l'autre pourraient se rendre à l'Elysée.

Jusque-là, il serait prématuré d'annoncer

que la crise recevra telle ou telle solution.

LUDENDORFF BLESSÉ

Bâle. 8 septembre.

On mande de Berlin :

Le bruit a couru, avec persistance, ces der-

niers temps, en Allemagne, que le général

Ludendoff était gravement malade ou blessé.

Une note officieuse de Berlin expose que

le train qui ramenait Ludendorff, le 19 août

au soir, du front des Flandres, eut une colli-

sion avec un train de munitions, dans une

gare près de Bruxelles.

L'accident aurait été causé par une erreur

d aiguillage.

Ludendorff et les officiers qui l'accompa-

gnaient furent légèrement blessés par des dé-

!*ps, dans leur wagon, qui fut renversé par

*a locomotive dn train tamponneur, mais au-

^ffi ne fut mis en état d'incapacité de servir.

ttah no'te aioute que le maréchal Hindenburg

aussi dans ce train, mais non l'empe-

reur, qui était sur le front oriental.

Front Russe

L'ACTION GENERALE RUSSE

rand état-major gêné-

M. JUSTIN GOBART SUR LE FRONT ITALIEN

Rome. 8 septembre.

M. Justin Godart. sous-secrétaire d'Etat,

venant d'Athènes, a visité les formations sani-

taires du front et s'est ensuite rendu sur le

champ de bataille du Carso, où le roi Ta

reçu en uudjeiice st l'a retenu à dîner.

M. Godart a visité hier le front italien -, il a

assisté au combat engagé au nord-est de Go-

rizio.

Aujourd'hui, il s'est rendu aux Dolomites.

Après cette dernière visite, il s'apprête à re-

gagner Paris.

Succès Mien en Trv;cïitmd

Rome, 8 septembre.

L'agence Stéphanie publie la note suivante :

« Le gouverneur de la Tripolitaine, sui-

vant un plan établi d'avance, a donné au

.général Cassini l'ordre de partir de Zuara

pour opérer contre les mehalas rebelles qui

s'étaient reconstituées à l'est de Zuara au-

delà de Agilah.

Un autre colonne est partie le 3 septembre

de Zuara ; le lendemain elle s'est rencontrée

près de Gilah avec les rebe^es, au nombre

d'au moins cinq mille avec cinq canons £t

commandés par des officiers turcs.

L'ennemi a été repoussé el ans

"lariisg

Arfateàju r Balti «ne, au sud de Pernow, des

"suitât

eniwmis ont ieté des bombes sans

«S" s la journée du 3 septembre, des sous

de RÎM

mands ayant pénétré dans le golfe

4o nrniJ ,°"t cananné la côte sur trois po nts;

Kardnui Ss ont été lancés sur le village de

blessés. ' Une fe!t1me et une fillette ont été

•"^a'ail 9 même Journée, un sous-marin enne

il a .a,, 9 l,e le transswîrt « Liol », sur lequel

"'ayant S e ^8nvîr0n 20 projectiles, bien que

transnnr*

d t,ue des canons de 37 m/m, le

Mn „,

a engagé la lutte aveo le sous-ma-

«u 2 hia«* 0l,traint a s'immerger ; nous avons

Pilleurs ««J nos cnalcupes, canonnières, tor-

et, sn „ "°nt restés jusqu'au dernier moment,

Se atix «? .?": ont emmené avec eux les vais.

r88s e alnl^" le matérie| Notant de la forte

SBa ux J „' ? lle du Pcrt de Riga ; nos vais

tent urà, H* ,9 matériel flottant de la forte

'A"' accepter la bataille avec l'en

B,a « "ont 9 «l e ia nuit d" 6 Hptembre, nos pi

attaqué la gare de Baranovitshi

Autour de la Guerre

LES SOCIALISTES ET LE GOUVERNEMENT

Le gioupe socialiste de la Chambre, auquel

s'était jointe la commission administrative

permanente du parti, s'est réuni, cet après-

midi, au Palais-Bourbon, pour examiner la

situation politique et, en particulier, la ques-

tion de la participation des membres du

groupe au gouvernement.

Quatre motions ont été présentées.

La première, par M. Alexandre Blanc, kien-

ihalien, nettement hostile à toute participa-

tion ; elle a recueilli 4 voix.

La deuxième, de M. Pressemane, minori-

taire, également hostile à la participation mi-

nistérielle ; elle a recueilli 16 voix.

La troisième, de M. Moutet. majoritaire,

favorable à la participation, sous certaines

réserves, pour la défense républicaine contre

la diplomatie secrète ; elle a recueilli 7 voix.

La quatrième, de M. Renaudel, favorable à

la participation, mais sous certaines condi-

tions d'une action plus énergique de la con-

duite de la guerre, a été adopté par 29 voix.

Voici, au surplus, le texte de la motion de

M. Renaudel :

i Le groupe socialiste déclare que, confor-

mément aux décisions antérieures du parti,

il reste prêt à une collaboration gouverne-

mentale, à la défense nationale, mais il pense

que cette participation aux responsabilités ne

peut n'être par lui assumée de nouveau qu'à j

la condition qu'il soit assuré que le gouverne-

ment dans lequel il entrerait, par l'un ou

plusieurs de ses membres, mènera une action

vigoureuse, fixant les mesures les plus éner-

giques et les conditions les plus favorables à

la victoire ; dans l'ordre militaire et dans

l'ordre économique, sauvegardant les libertés

publiques et ouvrières, qui ne sauraient être

menacées par de fausses interprétations des

nécessités de la défense nationale ; affirmant

aussi dans la politique internationale, en vue

de la paix juste et durable, la volonté d'écar-

ter les méthodes de diplomatie secrète, de

maintenir les buts de guerre des Alliés dans

des limites de revendication du droit.

« Le groupe déclare que dans ces condi-

tions c'est avec des délégués régulièrement

mandatés que devront êtres discutées et son

concours et les garanties qu'il entend trou-

ver pour fortifier la Défense nationale elle-

même, a

En conformité de cet ordre du jour, le

groupe a désigné, en outre, une délégation

composée de MM. Albert Thomas, Moutet,

Veber. Hubert, Rouger, pour entrer le cas

échéant en pourparlers avec le chef du gou-

vernement et rendre compte su groupe.

Notons d'autre part que la commission ad-

ministrative permanente appelée à voter sur

lea quatre motions a donné 11 voix ~\ la mo-

tion Renaudel. 2 à la motion Moutet. 9 à la

motion Pressemane, 2 à la motion Alexandre

Blanc.

NOUVELLES MILITAIRES

Du 8 septembre.

NOMINATIONS

Artillerie. — Sont ratifiées les nominations

au grade 'do sous-lieutenant d'artillerie, à

titre temporaire, coneprnant les aspirant?

Le Fanion du 283°

Le fanion offert aux héros du 6a bataillon

du 283e a été commandé à la Maison Mormo.

Il sera exposé dès la semaine prochaine au

Hall de VExpness.

Les parents et amis des combattants du

283 e désireux de s'associer à cet hommage,

voudront bien envoyer leur offrande soit au

Hall de l'Express, 17, rue d'Alsace, soit à la

Direction du journal, 25, rue Roquelaiae.

Les noms des souscripteurs seront transmis

au colonel de notre brave régiment.

ÉMISSION DE SONS DE MONNAIE. — La

•Chambre de commerce de Toulouse informe le pu-

blie


•MO»! « «BPTEMftîRE IfW 1

Notre Service des ReeUes

DES SOLDATS DISPARUS

ter DES PRISONNIERS DE GUERRE

Les Retrouvés

jAVIS IMPORTANT

aux familles des disparus

B arrive souvent que des soldats disparus

éonnent directement des nouvelles & leurs

famlïïes. Celles-ei sont priées d'en prévenir

Immédiatement M. le directeur du Service

des Disparus.

SI ks Disparu est prisonnier, Indiquer très

lisiblement lo camp où II se trouve en Alle-

magne, le numéro de la baraque, le numéro

matricule, etc.

Poux gagner du temps, dans l'Intérêt des

lamilles. nous avons demandé a nos cor-

respondants de Suisse et de Hollande d'in-

former directement les familles wles-mêmes.

Elles voudront bien envoyer une copie des

renseignements qu'elles recevront à M. le di-

recteur du service des disparu», 45, rue Ro-

due lui ne, Toulouse.

NOS PRISONNIERS

LES BOCHES LEUR VOLENT LES COLIS

Paris, 7 septembre.

Un de nos correspondants parisiens nous

télégraphie :

Devuis deux mois, un grand nombre de pri-

sonniers français se plaignent dans leurs let-

tres que les colis ne leur parviennent pas.

Ces lettres ne sont pas toutes parties du mê

me camp dont les autorités directrices pour-

raient, en conséquence, être considérées com

me coupables.

Elles viennent d'un peu partout, notamment

'des camps de Chemnllz, de Landshut, de Lan-

gensalga, de Wurzbourg, de Uammelbourg, de

Gilben, de Zerbst. de Hôlzmuinden, d'Alten-

Grabovi, et toutes disent la même chose

Quand les colis arrivent, ce qui est tout d

fait irrégulier, ils sont frustrés de tout ou par-

tie de leur contenu.

Le fait que les chefs de camp laissent les pri-

sonniers exprimer ces doléances, semble bien

indiquer qu'ils tiennent par là à établir leur

innocence personnelle en la circonstance.

Il faut donc croire que entre le moment où

te colis entre en Allemagne et celui où il est

remis au camp, des larcins se produisent, lar-

cins que la disette générale suffit amplement

à rendre vraisemblables.

Ainsi que l'Ea'press l'a annoncé dans son

numéro du 3 septembre, les Présidents de

ïŒuvre toulousaine de recherches des dispa-

rus et d'assistance aux prisonniers du Midi

et de l'Association des parents des prisonniers

de la Haute-Garonne, ont signalé les. faits ci-

dessus au ministère de la guerre.

. ^ÎHL des correspondantes en Suisse

de J Œuvre toulousaine de Recherches

des Disparus et des Prisonniers du Midi,

nom envoie la liste ci-dessous de

gui viennent d'être provisoirement in-

ternés à Nous nous tenons à la

disposition des familles pour leur don-

ner tous renseignements sur ces re-

trouvés :

G rfnne) {lt * Q) ' U9 °

6t ' F - élix ^ e ^-

D

l

B

r^fmJSnntr m ' ^ 6aUV6 "

^aronne) ( ' Raymond > W ' col. Balma (Hte-

COUTANCEAU (Gratin). 84« colonial. Lapey-

rère (Hte-Garonne).

BUSCA (Pierre). Si* colonial. Montjoire

(Hte-Garonne).

CALDAIROU, 7* cuirassiers, Thonon-les-Bains

(Hte-Savoie).

PEGOT (Manus), 64» colonial, Carbonne (Hte-

Garonne).

CANTAGRIL (Alexandre), 84» colonial, Tou-

reilles (Les) (Hte-GaronneJ.

PROTET (Roger), 144« inf.. BtrzeVsur-Tarn

(Hte-Garonne).

^i30^ (Louis), 367» inf., M» comp.. Cordes

(Tarn).

£45?? (Jean-Marie), '7« Inf., Grenade (Hte.G.).

£ASïS. (£ rnest '' Ue colonial, Baux (Hte-Gar. .

COURS (Maxime), 84« colonial, Cazères (Hte-

Garonne).

BOULEY (Charles), caporal, 83» Inf., 7» comp.,

St-Léger (Saône-et-Loire).

BE3SE (Adrien), 356» inf., 15» comp.. Mon-

tastruc (Tarn-et-Garorme).

JAMIMES (Louis), 30» inf., 11» comp., Bourg-

St-Bernard (Hte-Garonne).

BOUÊ (Jean), 160» inf., JuretrdTzaut (Hte

Garonne).

CAUDET (iMarcellin), 84" chasseurs, Lalande

(Hte-Garonne).

ENCAUSSE (Jean-Bertrand), IIS» inf., Huos

(Hte-Garonne).

inf., Castelginest

THOMAS (Joseph),

(Hte-Garonne).

GAU (Paul-Henri), U>

Naves (Tarn).

ANDRIEU (Henri), U»

colonial, 10» comp.,

Inf., St-Martin-du-

Touch (Hte-Garonne)

BOUDET (Louis), 308» inf.. Rieux (Hte-Gar.),

{A suivre),

***

Demain, l'« Express » commencera la pu-

biication de la liste des nouveaux prisonniers

Internés en Suisse

GERS

Pour les transports

Le Conseil général du Gers, dans sa session

Bu mois d'avril, vota un crédit de 40.000 fr.

pour l'acquisition d'un camion automobii? en

vue de faciliter les transports des marchandi-

ses destinées au ravitaillement des p émana-

tions du Gers.

Le camion a été confié à la Chambre de

commerce d'Auch qui a accepté de l'exploiter

après une convention entre M. ie préfet et

M. le président de la Chambre de commerce.

Celle-ci pourvoit à l'entretien, au logement, au

choix du conducteur et à l'approvisionnement

en essence du camion.

Les tarifs des transports sont établis par

îa Chambre de commerce et soumis à l'appro-

bation du préfet et devront tenir compte des

charges de l'exploitation proprement dite et:

de l'amortissement du maériel qui doit s'effec-

tuer en quatre années. Les transports se fe-

ront dans l'ordre des demandes et la percep-

tion des tarifs sera faite d'une manière égale

ï>our tous sans aucune faveur.

Cependant un droit de priorité sera réservé,

en cas d urgence, pour les denrées de première

nécessité destinées aux communes du Gers,

sur la demande du préfet et pour cinq tonnes

au minimum.

Sulfate de cuivre

Le département du Gers a reçu "de l'Etat

154.600 kilos de sulfate de cuivre pour le ré>-

ipartir dans les divers services de l'agricultu-

re aux propriétaires qui en feront la de-

mande.

Culture mécanique

En exécution de la délibération du Conseil

général en, date du 28 février 1917, la com-

mission départementale a décide d'accorder

au syndicat de culture mécanique des Bes-

quiers, a l'Isle-Jourdain, une subvention de

2.000 -francs et pareille somme au syndicat de

culture mécanique d'Aueh.

AUCH. — La vente de la viande. — Le mai-

re vient de prendre un arrêté aux termes

duquel à l'occasion de la fête et de la grande

foire annuelle de la ville d'Auch. il est au-

torisé exceptionnellement de vendre au dé-

tail de la viande, de la volaille et âu gibier

les. lundi 10 et mardi 11 septembre 1917.

Les deux jours sans viande seront reportés

au mercredi 12 et jeudi 13 septembre.

Conseil municipal. — Le conseil municipal

se réunira ce soir samedi 8 septembre, à 9

heures du soir, à la mairie, pour examiner

les questions inscrites à l'ordre du jour : .

1. Approbation des comptes et budgets du

Collège de jeunes filles du Bureau de bien-

faisance de la commune d'Auch ; 2. Vote de

crédits ; 3° Lettre de M. le proviseur ; 4. De-

mande de résiliation de bail au marché ; 5.

Demande de coupe extraordinaire de bois

1918-1919 ; 6. Demandes de bourses ; 7. Ques-

tions diverses ; 8. Canalisation rue de Metz

.{caserne Lannes).

Cinéma-Théâtre. — Ce soir et demain, ou-

verture de la saison : « Le Document se

cret », grand film ; « Une vie », drame, etc.

Lundi, grande foire, matinée et soirée.

MIRANDE. — Trains pour la foire d'Auch.

— A l'occasion de la foire d'Auch, lundi 10

septembre, la Compagnie du Midi mettra en

marche des trains spéciaux, aller et retour,

entre Mirande et Aueh, comportant des voi-

tures de toutes classes aux heures oi-après

Aller. — Départ de Mirande, 8 h. 34 : arri-

vée à Auch, 9 h. 18.

Retour. — Départ d'Auch, à 18 b. B : arri-

vée à Mirande, 19 h. 8.

Primes aux juments poulinières. — Résub

tat du concours des primes aux juments pou-

linières pour les cantons de Montesquiou,

Slasseube et Mirande, qui a eu lieu le 5 sep

tembre. sur le boulevard Laseours

MM. Urbain Villeuneuve, Mazerettes-MI-

rande, 350 fr. ; Ader-Boubée. Saint-Michel

300 fr. ; Louis Abadie, Moncassin, 250 ; de

i Castelbajac, Guy. Miramont, 200 fr. ; Jean-

Baptiste Dcffès, 150 fr. ; Victor Burgade, 150

fr. : Orner ÎMries, Bézucs-Bajon, 150 fr.

AlCNAN. — L'action agricole. — Diman

che. 9 courant, aura lieu à la mairie, à 8

heures et demie de l'après-midi, une réunion

pour examiner, conformément a la résolu-

tion votée par le Conseil général dans sa

dernière sesion, tous les moyens propres à

faciliter l'exploitation des tèrîe*5 du canton.

MM. le sous-préfet et le présidént du Co

mité d'arrondissement d'Union et de Propa-

gande patriotique assisteront à cette réu-

nion, à laquelle sont particulièrement con-

voqués MM. les maires conseillers munici-

paux, membres des Comités d'Action Agri-

cole communaux et cantonaux, les membres

des Comités d'Union et les agriculteurs et

agricultrices du canton.

Taxe du pain. — Le prix du pain est ainsi

fixé :

Pain long, 50 c. le kilo ; pain rond, 47 c. le

kilo ; pain ordinaire de 5 kilos, 8 fr. 35 eenti>

mes.

LEOTOURE. — Une escapade. — Les jeunes

Henri Garderb. 13 ans, et Pierre Bajolles, 14

ans. las. sans doute, de la vie familiale

trompant la surveillance de leurs parents

ont. mardi soir pris la fuite, ils ont prist

nrésume-t-on le train de 4 heures pour se

diriger vers Bordeaux afin de se procurer

de l'argent. Ils avaient réussi 4 vendre leur

bicyclette.

On est à leur recherche et leur signale

ment a été donné.

PRÉSERVEZ-VOUS. S0I6REZ-V0US

#n respirant les émanations antiseptiques des

P ASTILLES VALDA

qui agissent directement, par inhalation sur les

VOIES RESPIRATOIRES,

«tûmes, Maux de gorge, Bronchites Grippe, etc., sont toujouri

énêrgiquement combattus par leur antisepsie volatile.

Ayez toujours sous la main UNE BOITE de

PASTILLES VALDA

VÉRITABLES'

, ÏR0CUREZ-V0DS-EN DE SUITE

mais REFUSEZ IMPITOYABLEMENT les Pfstil ««

qui vous seraient proposées au détail! pour

quelgues sous. Ce sont toujours des Imitation!

- VOUS NE SEREZ CERTAINS D'AVOIR LES

Véritables Pastilles VALDA

«M il tau lu ichetn en BOITES te 1.75

portant 1* NOM

VALDA

Revue Bibliographique

LES LIVRES

LES OUVRAGES DE LA MAISON PAYOT

Conseil municipal. — Réunion dimanche

tirochain, à B heures du soir.

HÉRAULT

BÊZiERS. — Orages. — Dans la nuit de

mercredi à jeudi, un orage accompagné d'é-

clairs et de violents coups de tonnerre', s'est

abattu vers 11 heures sur Béziers et la ré-

gion.

— Avant-hier, vers 1 heure de l'après-midi,

rai' deuxième orage non moins violent, a en-

core éclaté sur notre ville.

Le tonnerre gronde, les éclairs sillonnaient

les rues, et une pluie diluvienne s'est mise

à tomber, transformant aussitôt les rues en

de véritables cours d'eaux, causant quelques

dégâts à certains vignobles.

De ce fait les travaux des vendanges ont dû

êtie suspendus une bonne partie de la jour-

née.

Nous souhaitons nn temps plus favorable

nour la cueillette des raisins...

Tribunal correctionnel. — Toujours les

laitiers. — A la dernière audience du tribn-

nal correctionnel, a comparu M. Pierre Ca-

raud. 59 ans, laitier a Agde, sous l'inculpa-

tion de mise en vente de lait mouillé à 15 %.

Il a été condamné à deux jours de prison

avec sursis. 100 francs d'amende et aux frais

d'insertion du jugement dans deux jour-

naux.

— Le nommé'Marius Charlet. 83 ans, mé

canicien. sujet russe, insoumis de la légion

étrangère, est inculpé de recel d'une somme

de 5.000 francs, dérobée a M. Joseph Andruiz<

zi par sa petite-fille, qui l'avait remisé au

mécanicien.

Le tribunal condamne le prévenu à 4 mois

de prison.

— Raoul Dangibeaud, 17 ans et demi, com

parait pour tentative de vol d'un réticule, au

préjudice de Mme Dedieux-Malart. Il est

condamné à deux mois de prison avec sur-

sis.

x En géclame

LE COFFRET

o mi • tendre* 87 13 A .ânes sont radicalement guéris par les

97 18 i^pagi.-, wi , ignares,

v*.

More magazines by this user
Similar magazines