Rapport d'activité 2009 - LPO

lpo.fr

Rapport d'activité 2009 - LPO

Photos mouette rieuse couv. et échasse blanche page 02 © Christophe Sidamon Pesson

SOMMAIRE

SOMMAIRE ................................................................ 03

INTRODUCTION .......................................................... 04

POINTS CLES .............................................................. 06

CONSERVATION ......................................................... 08

Les espèces .................................................... 09

Les espaces .................................................... 15

LES MISSIONS ............................................................. 20

Internationale ................................................ 20

Juridique ........................................................ 21

DEVELOPPEMENT & VIE ASSOCIATIVE ......................... 22

COMMUNICATION ..................................................... 24

ADMINISTRATION ET FINANCES .................................. 26

Les ressources humaines ................................ 26

Le budget ...................................................... 27

ASSOCIATIONS LOCALES LPO ..................................... 30

Que serions-nous sans la biodiversité ? Des

orphelins de la vie, condamnés à disparaître à

brève échéance tant il est vrai que nous

dépendons du vivant qui nous entoure. Or la

biodiversité est en danger. L’année 2010 devait

fêter l’arrêt de son déclin et nous ne serons

pas au rendez-vous.

Est-ce une raison pour baisser les bras ?

Sûrement pas. D’abord parce que ce n’est pas

dans la culture de la LPO, ensuite parce que -

tout simplement - nous n’avons pas le droit à

l’égard des futures générations.

Par bonheur, il existe aussi de bonnes nouvelles.

Je veux parler du procès de l’Erika, dont les

conclusions représentent une avancée

remarquable au titre de la jurisprudence. Après

10 ans de procédure, le combat précurseur que

nous avons mené en votre nom a abouti : faire

reconnaître le préjudice écologique.

Cette année encore, comme le montre ce bilan

d’activités, la LPO, forte de plus de 46 000

membres, a développé de nombreuses actions

pour protéger les espèces, préserver les espaces

et sensibiliser le public, grâce notamment à son

réseau d’associations locales présentes

maintenant dans 21 régions et 72

départements puisque le réseau s’est enrichi

de 2 nouvelles associations locales : la LPO Côte

d’Or et la LPO Drôme.

Bienvenue à eux et merci pour votre fidélité.

Allain Bougrain Dubourg

Président de la LPO

Sommaire 03


Hibou moyen-duc © Louis-Marie Préau

INTRODUCTION

La LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux), créée en 1912, a pour but "la protection des oiseaux

et des écosystèmes dont ils dépendent et, en particulier, la faune et la flore qui y sont associées",

et plus globalement, la biodiversité. Avec plus de 45 794 membres, c’est aujourd’hui l’une des

premières organisations de protection de la nature en France.

La LPO réalise des actions avec la contribution active de milliers de bénévoles, de 126 salariés pour

la seule association nationale, 285 salariés délégations comprises, et avec le soutien de ses

adhérents, sympathisants, abonnés et donateurs.

Ce réseau de femmes et d’hommes se structure autour de l’association nationale, reconnue d’utilité

publique depuis 1986, mais également de ses Délégations, Groupes, Relais, Sites et Antennes. Afin

que ces correspondants locaux soient largement associés aux décisions, un Conseil national les

regroupe deux fois par an. Ce Conseil national est une instance de réflexion, de coordination et de

proposition auprès du Conseil d’administration (voir organigramme page 6).

Ce document présente le rapport d’activité de la LPO nationale ainsi qu’un bilan succinct des

activités des associations locales et groupes.

La LPO est le représentant officiel en France de BirdLife International, alliance d’associations pour la

protection de la nature qui réunit plus de cent organisations dans le monde, soit plus de deux

millions d’adhérents. Les orientations de la LPO participent à la stratégie de conservation des

oiseaux et de leurs milieux qu’anime BirdLife International aux niveaux européen et mondial.

L’action de la LPO s’appuie sur la stratégie de BirdLife International pour l’identification des sites

ornithologiques majeurs, l’évaluation du statut des oiseaux et l’élaboration des plans d’action et de

restauration des espèces à tous les niveaux : local, régional, national et mondial.

Avec ses informations de terrain, la LPO épaule BirdLife International dans le lobbying au niveau

des instances européennes sur les politiques communautaires ayant une incidence nationale directe.

L’action de la LPO pour la protection du patrimoine naturel s’inscrit aussi dans les engagements

nationaux, européens et internationaux pris par la France pour la conservation de la biodiversité,

notamment en application de la convention de Rio (1992), des directives "Oiseaux" (1979) et

"Habitats" (1992) ainsi qu’à travers les inventaires des espèces menacées (listes rouges).

Nombre d’interlocuteurs qui côtoient et rencontrent la LPO sont étonnés par notre appellation à

leurs yeux réductrice, Ligue pour la Protection des Oiseaux, au regard des nombreuses activités

réalisées au profit de la protection de la nature toute entière. En effet, la gestion des réserves

naturelles, les expertises et inventaires pour les habitats naturels, l’agriculture, les énergies

renouvelables, la valorisation ou le développement de l’écotourisme, le conseil porté à l’agriculteur

ou à la collectivité dans un souci de concilier développement économique, social et

environnemental (c’est à dire les trois piliers du développement durable), nous rapprochent

davantage d’une association de protection de la nature et de l’environnement généraliste.

Mais la LPO reste bien fidèle à ses origines de 1912. Lors de sa création, elle était la section

ornithologique de la Société Nationale de Protection de la Nature - et si elle est ancrée en ce XXI e

siècle dans la modernité d’un mouvement international, BirdLife, qui compte parmi ses membres un

modèle, la Royal Society for the Protection of Birds (RSPB), avec ses 1,1 million de membres, la clef

d’entrée de toutes ses activités reste toujours la protection des oiseaux et des écosystèmes dont ils

dépendent. Les oiseaux, qui sont les indicateurs de l’état de santé de la planète...


Photo avocette élégante © Christophe Sidamon Pesson

LES ÉVÉNEMENTS QUI ONT MARQUÉ L’ANNÉE 2009

La LPO est nommée par le préfet de Vendée nouveau gestionnaire, avec l’ONCFS, de la réserve

naturelle nationale de St Denis du Payré dite Michel Brosselin, du nom de son fondateur qui fut

secrétaire général de la Ligue et à l’origine de son installation à Rochefort. La LPO conforte ainsi

sa position de leader dans la gestion des espaces naturels humides entre Loire et Gironde,

confortée avec l’inauguration de la réserve naturelle régionale de la Vacherie en marais Poitevin

en avril 2009.

Le 19 juin 2009, en la présence de Chantal Jouanno, Ségolène Royal, Jean-Louis Borloo et

Dominique Bussereau, fut inauguré le nouveau siège social de la LPO, les Fonderies Royales, le

deuxième bâtiment construit dans l’Arsenal maritime de Rochefort en 1668. Cette rénovation

exemplaire du point de vue architectural est également novatrice dans le domaine de

l’environnement et notamment dans la production d’énergie (chaudière bois et photovoltaïque),

et respecte les normes HQE (14 critères). Elle a anticipé et même dépassé les mesures adoptées

par le Grenelle de l’Environnement dans le domaine des normes nouvelles de rénovation de

l’habitat. Dans la foulée, la LPO a demandé l’inscription du bâtiment à l’inventaire des bâtiments

historiques

La LPO a marqué le 30 ème anniversaire de la directive Oiseaux, premier acte législatif européen

en faveur de la biodiversité qui présente l’avantage de protéger à la fois les oiseaux et leurs

milieux naturels. Elle est notre référence dans les négociations menées autour de la Table Ronde

Chasse et propose un instrument financier LIFE+ qui a permis de sauver des espèces menacées

comme le Faucon crécerellette, l’Outarde canepetière, le Vautour fauve, et de nombreuses zones

humides françaises.

A la suite de la conférence mondiale Ramsar (octobre 2008 en Corée du Sud), la LPO a pris

l’initiative de mobiliser les gestionnaires / animateurs des 36 sites désignés Ramsar en France en

tant que zones humides majeures (dont la Camargue, la Brenne, les Taaf...). Elle a organisé un

séminaire national à Evian en octobre 2009 pour mettre en réseau et promouvoir le label Ramsar

en France. Ce fut l’occasion de présenter les nouvelles modalités de désignation et de gestion

des sites Ramsar en France.

Baisse du Grand Mothais © Jean-Pierre Guéret

Inauguration des Fonderies Royales © Yann Hermieu

Etang de la Touche, Brenne © Nicolas Macaire

Introduction 05


POINTS CLÉS

LES AXES DIRECTEURS

DE LA LPO

La LPO agit par et dans l’intérêt général.

Elle entend réaliser ses actions en

confortant son indépendance par une

croissance régulière du nombre de

personnes qui la soutiennent et en

veillant :

à un fonctionnement démocratique ;

à encourager toute initiative

individuelle ou collective en faveur de

la nature ;

à travailler avec les populations et

associations locales, les autorités, les

institutions, les acteurs économiques ;

à contribuer au développement

durable et à l’épanouissement social et

culturel ;

à partager avec le plus grand nombre

ses connaissances sur le patrimoine

naturel ;

à évaluer ses actions au sein des

équipes et du réseau ;

à faciliter pour le plus grand nombre

l’accès à l’observation de la nature dans

le respect de celle-ci.

Points clés 06

PÔLES

Développement

Associatif

ORGANIGRAMME GÉNÉRAL

Membres / Délégations

Conseil d’administration et bureau

Services éxécutifs

Direction générale

Conservation

de la nature

SERVICES

Etudes du patrimoine naturel

Espaces protégés

Mission Rapaces

Communication

et Partenariat

Conseil National

Juridique

International

Administratif

et financier


ASSOCIATIONS LOCALES, GROUPES, RELAIS, ANTENNES,

RÉSERVES NATURELLES, SITES & CAMPS, CENTRES DE SAUVEGARDE

Siège des associations locales régionales, départementales,

groupes et relais

Antennes, Centres de sauvegarde, Réserves Naturelles,

Sites et Camps

Siège social national

Retrouvez toutes les coordonnées

page 47 de ce rapport d'activité

LA LPO C'EST...

98 années d’une passion au service des

oiseaux et de la nature ;

plus de 26 000 ha de sites naturels gérés

par l’association ;

plus de 8 300 Refuges LPO actifs

partout en France, soit plus de 13 500

ha de havres de paix pour la faune et la

flore ;

plus de 3 500 animations ou programmes

éducatifs pour les scolaires par an, soit près

de 15 animations par jour ;

des milliers d’oiseaux blessés ou

mazoutés accueillis chaque année dans

les 6 centres de sauvegarde ;

l’édition d’une revue trimestrielle grand

public, L’OISEAU MAG, plus de 21 000

abonnés, de son hors-série annuel

Rapaces de France avec 7 000 abonnés

et d’une revue bimestrielle spécialisée,

Ornithos, forte de 3 200 abonnés ;

reconnue d’utilité publique en 1986, la

LPO est agréée à la fois comme

association de jeunesse et d’éducation

populaire et comme association

éducative complémentaire de

l’enseignement public.

Points clés 07


Gros-bec casse noyaux © Christian Aussaguel

CONSERVATION

Plus que jamais, la stratégie de la LPO pour mieux protéger la nature et les oiseaux

qui la colonisent, repose sur trois piliers :

la connaissance : "connaître pour mieux protéger", à travers bien sûr les enquêtes

ornithologiques tant des espèces rares et menacées que des espèces communes.

Curieusement, en ce 30 ème anniversaire de la directive Oiseaux, ce sont davantage

les espèces ordinaires (hirondelles, traquets, perdrix...) que les espèces patrimoniales

(cigognes, hérons, rapaces...) qui ont des effectifs globalement en plus grand déclin.

Centralisées au Muséum national d’Histoire naturelle, ces données des ornithologues

servent à différents observatoires permettant de diagnostiquer notamment les

changements du climat ;

la protection des habitats et milieux naturels : bien sûr en poursuivant la création

de nouvelles réserves et l’élaboration de documents d’objectifs des sites Natura

2000. L’attribution à la LPO de deux réserves naturelles en marais Poitevin (St Denis

du Payré et La Vacherie) conforte la position de la LPO comme principal gestionnaire

des espaces naturels en zones humides entre Loire et Gironde ;

mais également en contribuant à la mise en oeuvre de la trame verte et bleue

partout en France, sorte de liant entre les différents espaces boisés, prairiaux, alluviaux,

fluviaux et côtiers. Les Refuges LPO, constituent des espaces où nombre d’espèces

autrefois communes trouvent gîte et couvert à l’abri des produits toxiques trop

souvent utilisés dans les cultures et jardins privés ou publics.

En cette année 2009, la LPO s’est investie particulièrement dans la stratégie de

conservation des zones humides en organisant un séminaire à Evian réunissant la

plupart des gestionnaires français de zones humides désignées Ramsar, du nom de

la première convention mondiale signée en 1971 protégeant toutes les formes de

marais dans le monde.

Elle a également conclu par un congrès national son programme Agriculture et

biodiversité "Comment les agriculteurs peuvent améliorer la biodiversité dans leur

exploitation ?" mené de 2004 à 2009, aux côtés de ses trois partenaires agricoles

de la FNAB (les agriculteurs biologiques), FN CIVAM (les agriculteurs durables) et

FARRE (les agriculteurs raisonnés).

Cet ambitieux travail a donné lieu à la production d’un guide technique et recueil

d’expériences à travers 14 fiches disponibles sur le site Web de la LPO.

Suite à son installation dans les Fonderies Royales, son nouveau siège social à

Rochefort, la LPO poursuit ses efforts en faveur de la planète et développe la notion

de management environnemental sur les espaces naturels protégés, soit

réglementairement soit foncièrement, en lien avec le Conservatoire du Littoral, dossier

qui donne de nouvelles perspectives à la LPO.


L'objectif du programme européen Life

"Renforcement des populations migratrices

d'Outarde canepetière" était d’empêcher

l'extinction des populations migratrices du Centre-

Ouest, en augmentant le niveau de population par

le lâcher d'oiseaux élevés en captivité et la

protection des nichées in situ. A cette fin, la LPO

s’est associée avec le Muséum national d'Histoire

naturelle et la Sociedad Española de Ornitologia

(SEO/BirdLife). Le suivi scientifique du programme

était assuré par le Centre d’Etudes Biologiques de

Chizé (CNRS). Ce programme était soutenu par

l’Union européenne, la Région Poitou-Charentes, le

Conseil général des Deux-Sèvres et le ministère de

l’Ecologie par l’intermédiaire de la Diren Poitou-

Charentes. Au terme de ces cinq ans, nous avons

ESPECES

Ce n’est sans doute pas un hasard si la LPO a choisi 2009, une année avant 2010, l’année de la biodiversité (ou plutôt de l’arrêt de son déclin

en Europe) pour lancer, avec la Société d’Etudes Ornithologiques de France (SEOF) et la collaboration scientifique du Muséum national

d’Histoire naturelle, le troisième Atlas des oiseaux nicheurs de France métropolitaine.

Cet Atlas se veut le symbole de cette année 2010, il doit permettre de faire le point sur les populations d’oiseaux mais aussi sur leur évolution

depuis le dernier Atlas réalisé il y a une vingtaine d’années. Il doit aussi et surtout être le fédérateur des énergies des milliers de bénévoles qui

arpenteront les 6 000 mailles de 10 x 10 km de l’hexagone. Avant d’être un travail, pour quelques rares privilégiés, l’ornithologie est avant

tout un loisir, un hobby, une passion et c’est ce qui fait de chaque "ornitho" un élément indispensable de la connaissance de terrain car quel

salarié non initié passerait des heures ingrates à fouiller chaque buisson, à écouter chaque gazouillis afin d’en reconnaître la source pourtant

si familière ? Dans ce même contexte, l’Atlas doit aussi réunir sous un même objectif, une même bannière (celle de l’Atlas !), le monde très

divers des associations, qu’elles soient participantes ou bien coordinatrices locales, départementales ou régionales. C’est quasiment chose

faite avec la totalité de la France couverte par 50 coordinations allant de la "petite" association locale à la structure régionale bien établie.

Dans le même ordre d’idée, la collaboration formalisée en 2009 avec l'établissement public ONCFS a comme objectif la meilleure connaissance

des espèces, la gestion partagée des espaces protégés pour une meilleure protection. Cela doit ainsi passer par un travail en commun sur des

thèmes pour lesquels nous travaillions parfois séparément. Il s’agit en fait d’une meilleure utilisation des ressources, qu’elles soient sur le

terrain ou dans des bureaux, voire en appui auprès des décideurs, car quelles que soient la qualité et la quantité des observations collectées,

à la base de toute analyse scientifique, la protection relève toujours, au final, de décisions politiques. La concrétisation de cette collaboration

s’est faite par le lancement, fin d’année 2009, d’une enquête nationale sur les limicoles et les anatidés nicheurs qui débutera en 2010. Les

compétences des uns et des autres ont ainsi été réunies pour produire des instruments d’acquisition de connaissance ensuite mis à disposition

des naturalistes et des agents de l’ONCFS (certains avec les deux casquettes). Les résultats serviront notamment à alimenter la réflexion du

Groupe d’experts sur les oiseaux et leur chasse (GEOC), issu de la Table ronde chasse, afin de définir la meilleure gestion propre à la

conservation de ces espèces.

2010 ne sera pas l’année de l’arrêt du déclin de la biodiversité, tout le monde le sait, mais devrait être l’année où cet objectif commun devrait

s’imposer à tous afin que tous puissent se donner les moyens d’y parvenir. En cela 2009 y aura contribué significativement. L’ambition de

l’objectif à atteindre ne peut plus s’autoriser les guerres de clochers ou de cathédrales.

Bilan du Life "Outarde canepetière" 2005-2009

considérablement amélioré nos connaissances sur

les populations sauvages, notamment par la

caractérisation fine de leurs habitats de prédilection

et la découverte de nouveaux sites d'hivernage en

péninsule Ibérique. Nous avons trouvé 142 nids en

Poitou-Charentes, collecté 202 oeufs et protégé

163 oeufs ou poussins in situ.

La reproduction en captivité a été rendue possible

par la mise en place en Deux-Sèvres d'un centre

d'élevage pour les poussins et la reproduction, géré

par la LPO, et la création en Indre d'un centre

d'élevage pour la reproduction (MNHN). Au total

282 oeufs ont ainsi été produits en captivité et 190

jeunes outardes ont été lâchées dans les plaines de

Poitou-Charentes. Les outardes lâchées

représentent une part non négligeable de la

population locale (estimée à 300 mâles chanteurs

en 2008). Des actions de gestion du milieu ont

également été menées, d’une part 300 ha en

conventions d'urgence pour la protection des

nichées et d’autre part 250 ha de chaumes ont été

contractualisés en période de rassemblement postnuptial.

La sensibilisation du public s’est faite par la

création d’un site web outarde (www.outarde.lpo.fr),

10 reportages audiovisuels ont été réalisés pour des

émissions nationales ou régionales, 56 articles ont

été publiés dans la presse écrite, 4 lettres et 2

plaquettes d'information ont été diffusées. Deux

séminaires européens ont réuni plus de 150

personnes et 26 présentations conférencières ont été

effectuées.

Conservation 09


Râle des Genets © Christian Demussy

Le Râle des genêts : de plus en

plus menacé en France

Le râle des genêts compte parmi les oiseaux les plus

menacés de France. Il fait l’objet de toutes les

attentions de la part des naturalistes, ainsi que de

nombreux gestionnaires d’espaces naturels.

Malheureusement, cela ne suffit pas à lui offrir des

perspectives d’avenir très reluisantes.

La LPO est chargée de coordonner le plan national

d’actions en faveur du râle des genêts. Dans le cadre

de la mise en oeuvre de ce plan, elle a organisé en

2009 un recensement exhaustif des mâles chanteurs,

tout comme cela avait été réalisé en 2006, afin de

mesurer l’effet des mesures de préservation de

l’habitat principal de cette espèce prioritaire, la prairie

humide. Ce recensement a mis en évidence l’extrême

confinement des populations de râles des genêts qui

ne se reproduisent plus que dans quelques grandes

vallées alluviales. A peine plus de 500 mâles chanteurs

ont été entendus en 2009, soit 70 % de moins qu’en

1985 !

L’effectif national (495-551 mâles chanteurs), est resté

assez proche de celui de 2006 (488-538 m. c.).

Malgré cette relative stabilité observée au niveau

national, des situations très préoccupantes perdurent

et l’espèce poursuit son déclin sur les sites principaux

Conservation 10

traditionnels : le Val de Loire, le Val de Charente, les

Basses Vallées Angevines, le Val de Saône... L'espèce a

disparu de plusieurs sites tels que le marais de

Carentan dans la Manche ou dans la Basse Vallée du

Doubs. Le fait marquant de cette enquête est la

distribution de l’espèce qui a fortement évolué, au

profit de sites du tiers nord du pays où le râle était

rare, voire irrégulier. Le nombre de chanteurs a

progressé sensiblement dans les sites principaux

suivants : la vallée de l’Oise, l’estuaire de la Seine, le

Val de Marne et la vallée de la Meuse. Des oiseaux

chanteurs présents dans des jachères et des cultures

ont été notés dans le Nord et la Champagne-

Ardenne. Le déclin global observé depuis 25 ans est

causé par la disparition des prairies humides et

l’intensification de leur gestion. Les fauches y sont

trop précoces et pratiquées avec du matériel

moderne, trop rapide, qui tue les nichées. La LPO a

alerté les pouvoirs publics et la Commission

européenne sur la situation alarmante du râle des

genêts en France. Les mesures de protection

proposées dans le plan national d'action consistent à

protéger les prairies alluviales et à y retarder les

fauches après le 15 juillet, quand la reproduction du

râle des genêts est terminée. Le succès de ces mesures

dépend directement de la volonté des agriculteurs à

s’engager dans les programmes agrienvironnementaux

qui préservent les habitats

prioritaires, ainsi que des pouvoirs publics qui ont la

responsabilité de les financer et de les mettre en

place.

Fauche © Christophe Jolivet

Râle des genêts, distribution 2006

50 - 77 (2)

20 - 50 (2)

15 - 20 (3)

10 - 15 (7)

05 - 10 (9)

01 - 05 (51)

Râle des genêts, distribution 2009

50 - 85 (2)

20 - 50 (4)

15 - 20 (1)

10 - 15 (6)

05 - 10 (11)

01 - 05 (61)


L’Atlas des Oiseaux Nicheurs de

France Métropolitaine : lancement

et bilan de la première année

d’inventaire

Les premiers atlas nationaux ont contribué de façon

significative à l’amélioration de nos connaissances

sur la répartition des oiseaux. L’idée de lancer un

nouvel Atlas des Oiseaux Nicheurs de France découle

ainsi d’un triple constat : depuis les deux atlas

nationaux précédents (1970-75 et 1985-89), cette

répartition s’est sensiblement modifiée, si bien que la

mesure de cette évolution dans un contexte de

changement global s’avère aujourd’hui indispensable

à leur conservation. En effet, les récentes études

menées s’accordent sur le constat d’un déclin

marqué des populations d’oiseaux pour un grand

nombre d’espèces. Ensuite, de nombreuses

associations se sont lancées dans la réalisation d'atlas

locaux avec toutefois des échelles de temps, des

modalités et des méthodes hétérogènes. Ces

démarches méritent ainsi une harmonisation

nationale. Enfin, l’avènement et la généralisation

progressive de nouveaux outils de traitement et de

restitution, comme les bases de données en ligne,

offrent aux ornithologues un cadre et les moyens

nécessaires pour la réalisation d’un atlas interactif en

phase avec son époque.

L’année 2009 voit donc le lancement d’un nouvel

Atlas des Oiseaux Nicheurs de France Métropolitaine

(AONFM) 2009-2011, initié par la Ligue pour la

Protection des Oiseaux (LPO) et la Société d’Etudes

Ornithologiques de France (SEOF), avec la

collaboration scientifique du Muséum national

d’Histoire naturelle (MNHN). Il repose sur la

mobilisation d’un réseau de bénévoles et de salariés

qui vont, durant 3 ans, recueillir collectivement et

simultanément des milliers d’informations sur les

oiseaux nicheurs. Un réseau de coordinations

régionales et départementales garantit une

couverture géographique exhaustive du territoire. A

la fin de l’année 2009, près de 60 % des mailles

(3 500 mailles sur 5 879) ont fait l’objet d’un

inventaire total ou partiel et d’une restitution sur le

portail interactif de l’Atlas (www.atlas-ornitho.fr). La

mobilisation pour la première année d’inventaire

atteint 3 900 participants déjà répertoriés sur le site

de l’AONFM. L’année 2009 a également été

consacrée à l’intégration d’atlas récemment terminés

(atlas des oiseaux nicheurs de PACA, de l’Aude et

d’une partie de la Bretagne), travail qui se prolongera

en 2010 pour les atlas du Poitou-Charentes et de

Midi-Pyrénées. L’intégration progressive des données

d’inventaire manquantes et des atlas régionaux ainsi

que la mise en ligne de prochaines bases de données

nous laisse espérer une couverture quasi-exhaustive

du territoire métropolitain pour la fin de l’année et

une mobilisation croissante pour les prochaines

saisons.

Couverture

www.atlas-ornitho.fr

Bilan du LIFE Transfert (2006-2009)

Le programme "LIFE Transfert", intitulé

"Renforcement et conservation du Faucon

crécerellette dans l’Aude (France) et l’Extrémadure

(Espagne)" s’est déroulé de septembre 2005 à août

2009. Neuf partenaires étaient associés à ce

programme, il s’agit de la LPO (coordinateur du

projet), de la LPO Aude, du DEMA (Espagne), du

Centre de Millau de l’Union Française des Centres de

Sauvegarde (UFCS), de la LPO PACA, de l’Association

de Chasse des Propriétaires du Pérignanais (ACPP),

du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en

Méditerranée (PNRNM), ainsi que deux partenaires

scientifiques, l’Université Pierre et Marie Curie

(UPMC) et le Centre National d’Informations

Toxicologiques et Vétérinaires (CNITV).

Les principales actions de ce programme sont :

La réintroduction du faucon crécerellette dans l’Aude

a été réalisée au cours de quatre saisons de

reproduction successives, de 2006 à 2009 à partir de

poussins nés en captivité dans les centres d’élevage

de DEMA et de l’UFCS. Plus de 200 poussins ont été

réintroduits durant quatre ans. Les premières

nidifications sur le site audois ont eu lieu en 2007 (1

couple), 2008 (5 couples) et 2009 (12 couples) avec

la naissance des premiers poussins sauvages : 3 en

2008, puis 15 en 2009. Un noyau de reproduction

fort d’environ 10 couples est désormais présent sur le

site.

Les aménagements de sites de nidification réalisés

répondent aux problématiques différentes des sites

français et espagnols. En France, un bâtiment viticole

abandonné a été aménagé en site de nidification. Il

comporte 30 nichoirs et devrait constituer à terme le

bastion de l’espèce sur le site de réintroduction.

Une autre action importante du LIFE Transfert est le

suivi des populations qui comprend le suivi de la

reproduction et le suivi individuel effectué grâce au

baguage. Ces suivis permettent de déterminer les

paramètres démographiques des populations et

d’évaluer aussi le succès de l’opération de

réintroduction.

Conservation 11


Faucons crécerellettes © Louis-Marie Préau

Pour contrer la diminution des habitats favorables,

l’élaboration d’un guide de gestion des habitats a

été une priorité du programme LIFE Transfert. Sur le

site français, un partenariat exemplaire visant

l’ouverture et l’entretien des habitats a été mis en

place entre la LPO Aude et l’ACPP, l’association de

chasse locale. Près de 70 hectares sont entretenus

par l’ACPP avec l’appui de la LPO Aude. Une

surveillance toxicologique a également été mise en

oeuvre par le CNITV.

Enfin, differents outils ont ete élaborés afin

d’informer et sensibiliser les partenaires du projet, les

acteurs locaux et le public. La LPO PACA a réalisé un

kit pédagogique, utilisé au cours des animations

proposées notamment auprès du grand public mais

également dans les écoles. Il comprend une

exposition, des maquettes grandeur nature des

faucons méditerranéens, diverses affiches, des

autocollants, ainsi qu’un cahier technique et

pédagogique. Par ailleurs, sur les deux sites français

et espagnol, la LPO Aude et le DEMA ont aménagé

et perfectionné leur centre d’accueil du public. Par

exemple, le systeme vidéo installé sur le site espagnol

est remarquable car il permet de visionner en direct à

l’aide de caméras télécommandées l’activité des

faucons crécerellettes sur la colonie.

L’information du public aux niveaux national et

internationnal a été realisée grâce à la diffusion d’un

bulletin d’information édité en français et en

espagnol, l’organisation de deux séminaires, la

gestion d’un site web français

http://crecerellette.lpo.fr/ et d’un site web espagnol

http://www.demaprimilla.org.

Conservation 12

Le plan d’action Milan royal

Le milan royal est une espèce migratrice

exclusivement européenne et la France accueille

la deuxième population nicheuse (2 700

couples). Si, il y a encore 20 ans, le milan royal

était un rapace commun dont l’aire de

répartition était en expansion, aujourd’hui c’est

une espèce gravement menacée. La France

accueille aussi en hiver plus de 5 000 milans

royaux venus des pays nordiques et qui, la nuit,

se rassemblent en dortoirs. Enfin plusieurs

dizaines de milliers d’individus traversent deux

fois par an la France lors des migrations pour

rejoindre l’Espagne.

Le plan national d’action, coordonné par la LPO,

tient compte de ces trois types de population.

Les causes du déclin du milan royal sont

multiples :

la diminution des surfaces en herbe (prairies

naturelles), les modes de cultures intensives

associés aux traitements chimiques, les

empoisonnements, la fermeture des décharges,

le tir, les collisions avec les voilures, les lignes

électriques ou les éoliennes.

Pour 2009, on retiendra la confirmation, grâce à

l’Observatoire rapaces, du déclin de plus de

20 % des effectifs nicheurs depuis 2002

(Enquête rapaces). Ces mauvais résultats sont

confirmés par le suivi, en 2009, de 24 zones

échantillons dans 10 départements. Les

premières analyses réalisées par le CNRS de

Chizé se résument ainsi : le taux de survie adulte

est faible : 0,7 contre 0,8-0,9 au Royaume-Uni,

très peu d’oiseaux marqués au nid sont établis

comme nicheurs et la productivité est en baisse

tout comme la condition physique des jeunes

volants, ce qui laisse supposer une pénurie

alimentaire probable. 24 cas de mortalité ont

été recensés en 2009. L’intoxication (aux

inhibiteurs de cholinestérases) apparaît comme

la première cause de mortalité des milans

royaux. Pour les oiseaux hivernants, 8 placettes

d’alimentation ont été installée et le comptage

simultané des dortoirs été réalisé pour la 4 ème

année consécutive. Enfin le suivi des oiseaux en

migration qui traversent les Pyrénées montre

depuis 3 à 4 ans et après plus de dix années de

baisse des effectifs, une augmentation régulière

puisque le nombre des oiseaux comptabilisé est

passé de 5 à 9 000.

Enfin, la France a accueilli pour la première fois

un colloque international sur le milan royal.

Organisé par la LPO Mission Rapaces et la LPO

Franche-Comté, les 17 & 18 octobre 2009, à

Montbéliard (Franche-Comté), ce colloque a

réunit près de 120 personnes venant de 11 pays

européens, autour d’un programme riche et

diversifié. Cette rencontre constitue une

première étape vers la création d’un réseau

européen dynamique de conservation du milan

royal.

Quelques chiffres : 302 couples suivis par 203

surveillants, soit 1 068 journée de travail. 495

jeunes marqués. 5 093 oiseaux comptés sur 108

dortoirs.

Milans royaux hivernants en janvier 2009

0 - 10 (7)

10 - 50 (4)

50 - 100 (4)

100 - 500 (6)

500 - 1 000 (2)

1 000 - 2 100 (1)


Pyrénées, Terre de biodiversité

Au travers des 4 emblèmes des cieux pyrénéens,

gypaète barbu, vautour fauve, vautour percnoptère,

milan royal, le programme Pyrénées Vivantes de la

LPO poursuit son chemin en faveur de la préservation

de la biodiversité.

Suivi de population, mise en oeuvre et négociation

de mesures conservatoires, actions de sensibilisation

et recherche de partenariat financier ont été le menu

de 2009. Toutefois, 2009 a été une année de

contraste en terroir pyrénéen ! Mobilisés d’un bout à

l’autre de la chaîne, les partenaires des réseaux de

suivi se sont appuyés sur près de 400 observateurs.

32 couples de gypaète barbu sont à présent connus

dans les Pyrénées françaises. 3 nouveaux couples de

gypaète barbu ont été comptabilisés cette année sur

le versant nord-pyrénéen dont l'un dans le

département de l'Aude, le premier à s'installer dans

ce département. Cette réussite est le fruit entre

autre, des opérations de nourrissage réalisées dans le

but d'étendre "naturellement" la distribution de ce

rapace. Il s'agit du quatrième département reconquis

par l'espèce depuis la mise en place de cette

opération réalisée par un réseau de partenaires

nommé "Casseur d'os". Malheureusement ces bons

résultats sont entachés par deux cas de mortalité

dont l'un concerne une collision contre un câble

électrique. Grise mine également pour le vautour

percnoptère. Les 65 couples pyrénéens n’ont donné

que 34 jeunes seulement à l’envol cette année ; le

Suivi ornitho

Sentier découverte Soulor

taux de reproduction le plus bas depuis 15 ans. 11

d’entre eux ont été bagués.

L’appropriation des enjeux "biodiversité" par les

habitants et usagers des Pyrénées est un des objectifs

du programme. A l’instar de la négociation de

mesures conservatoires contractuelles, cela mobilise

un temps infini. Toutefois, la réussite est souvent au

rendez-vous : signataire de la charte pour une

pratique durable des sports de nature dans les

Pyrénées, le Comité Départemental de Vol Libre des

Hautes-Pyrénées a souhaité travailler étroitement

avec la LPO Pyrénées Vivantes pour faire des

Championnats de France de parapente 2009, une

manifestation exemplaire au regard des enjeux

avifaune. Ainsi, les parcours aériens ont pris en

compte les zones de sensibilité des grands rapaces

pyrénéens ; une belle confirmation de l'intérêt du

rapprochement de la FFVL et de la LPO au niveau

national. Afin de se doter d’éléments de

compréhension de la controverse autour des

vautours dans les Pyrénées, une étude sociologique a

été engagée avec l’université de Toulouse le Mirail.

Ces résultats nous montrent notamment que le lien

ancestral entre le pastoralisme et les rapaces

nécrophages n’est pas rompu mais que nous avons

besoin travailler au plus près des locaux pour mieux

comprendre leur point de vue, mieux connaître leurs

contraintes et mettre au point des outils de veille

sociale permettant de couper court aux rumeurs.

C’est dans cet esprit qu’un rapprochement avec la

communauté de communes du Val d'Azun, dans les

Hautes-Pyrénées, s'est opéré pour valoriser le site du

col du Soulor ; site pastoral et touristique

d'importance mais aussi col migratoire et site de

fréquentation des rapaces nécrophages et des

passereaux d'altitude : un sentier de découverte des

rapaces, un sentier pédagogique sur les passereaux,

des mobiliers d’interprétation et de médiation entre

le monde pastoral et les enjeux naturalistes

permettent désormais au public de découvrir ou redécouvrir

ce lieu.

De même, 7 communes se sont impliquées pour la

troisième édition des "Apéros du Bestiaire

pyrénéen", 7 soirées animées par les structures

membres du réseau Education Pyrénées Vivantes

coordonné par la LPO. Autour des produits du terroir

et d’une animation originale (soirée loto oiseaux, jeu

géant, conte ou spectacle musical ou théâtral...), les

langues se délient, les contacts se nouent.

Multipartenarial et transfrontalier, notre programme

d’actions entre Méditerranée et Atlantique est sur les

rails jusqu’en octobre 2012. Un nouveau programme

transfrontalier construit avec nos 60 partenaires

français et les gouvernements autonomes de

Catalogne, d’Andorre, de Navarre et du Pays-Basque

vient d’être validé par l’Union européenne. Il a pour

objectifs de poursuivre et amplifier les actions en

faveur des rapaces nécrophages et de proposer un

cadre transfrontalier pour une meilleure éducation et

gestion de la biodiversité des Pyrénées.

Retrouvez toutes les actions et les résultats du

programme sur www.pourdespyreneesvivantes.fr

Apéro du bestiaire

Conservation 13


Finistère © Christophe Sidamon Pesson

Réserve naturelle nationale de

Saint-Denis-du-Payré : LPO et

ONCFS nouveaux gestionnaires

Depuis le 11 septembre 2009, le préfet a désigné

la LPO comme gestionnaire principal et l’ONCFS

comme gestionnaire associé de la Réserve

naturelle nationale "Michel Brosselin" de Saint-

Denis-du-Payré (Vendée). L’équipe des 4 salariés a

été reprise dans son intégralité par la LPO.

Cette Réserve naturelle figure parmi les territoires

les plus intéressants de la région et notamment du

marais Poitevin (deuxième zone humide de

France). Elle est composée de prairies communales,

partiellement inondées en hiver et au printemps.

Exploitées traditionnellement par pâturage

extensif, celles-ci ont pu conserver une flore et une

faune riches et variées. Créée officiellement le 15

octobre 1976, la Réserve naturelle protège 207

hectares de prés communaux.

Environ 120 espèces d’oiseaux sont recensées

chaque année sur la Réserve naturelle : échasse

blanche, guifette noire, chevalier gambette,

busard des roseaux, barge à queue noire, canard

pilet, spatule blanche, vanneau huppé, sarcelle

d’hiver, canard siffleur, oie cendrée. La Réserve

naturelle compte également 17 espèces de

poissons, 11 d’amphibiens, 18 de mammifères, 32

espèces de libellules, et 281 espèces de plantes y

ont également été recensées.

La Réserve naturelle est fortement impliquée dans

un programme d’éducation à l’environnement : en

plus d’accueillir des groupes organisés, la réserve

est aussi ouverte au public toute l’année. Un

cheminement sur pilotis de 400 m (permettant

d’accéder au site en toute saison, sans équipement

particulier) mène à l’observatoire abrité,

équipé de 18 longues-vues et de sièges. Face à

eux s’ouvre le coeur de la Réserve naturelle refuge

des oiseaux sauvages, la plupart migrateurs. Des

guides naturalistes sont présents en permanence

pour aider à l’identification de l’avifaune présente

sur le site, au maniement des longues-vues et

répondre aux différentes questions. A la suite du

changement de gestionnaire, les périodes

d’ouverture ont pu être augmentées puisqu’en

plus des vacances scolaires, le site est désormais

ouvert le dimanche après-midi de décembre à août

grâce aux bénévoles de la LPO 85 qui assurent les

permanences.

L’iris bâtard, plante protégée, devenue l’emblème de la Commune !

ESPACES

Le Service Espaces protégés a été marqué en 2009 par la reprise de gestion avec l’ONCFS d’une réserve naturelle nationale :

Saint-Denis-du-Payré en Vendée, l’objectif fixé a donc été atteint et a permis la reprise des 4 salariés au sein du service.

La LPO marque ainsi encore son engagement dans la politique de gestion d’aires protégées menée par l’Etat, elle l’est tout

aussi aux côtés des collectivités puisque la LPO est à ce jour gestionnaire de 2 réserves naturelles régionales et compte faire

aboutir le projet en 2010 sur la station de lagunage de Rochefort sur Mer dont les 20 ans ont été fêtés en 2009.

Le coeur de métier des personnels des réserves naturelles est la protection de la biodiversité qui passe par le respect de la

réglementation et l’amélioration des connaissances, ces 2 sujets sont illustrés par la journée commune avec l’ONCFS et

l’ONEMA et par l’étude de la végétation aux Sept-Iles.

Vif succès pour les 20 ans de la

Station de lagunage de Rochefort

A l’occasion des 20 ans de la Station de

lagunage, une journée porte ouverte était

organisée le samedi 6 juin. Le matin, une

centaine d’adhérents et d’administrateurs, venus

participer au congrès national qui se tenait

durant le week-end à Rochefort, ont pu ainsi

découvrir ce site, véritable exemple de

développement durable sur lequel le traitement

des eaux usées se fait de façon économique et

écologique. Durant la sortie, ils ont pu

également découvrir la gestion mise en place

depuis 20 ans par la LPO sur le site et les marais

péri urbains (270 ha) ainsi que la richesse

avifaunistique des lieux : échasses, avocettes,

busards, rousserolles… L’après midi, se sont plus

de 350 personnes qui ont participé aux

nombreuses animations et activités proposées

pour cette occasion : spectacles réalisés par la

compagnie Aléa Citta, démonstrations de cerfs

volants, d’aéromodélisme, projections,

expositions dont une très appréciée réalisée par

le photographe Patrice Mariollan, adhérent LPO,

sur "Les oiseaux des marais". Au total, 220

personnes dont une dizaine d’élus locaux ont

ainsi découvert ou redécouvert ce site à travers

des sorties encadrées par l’équipe d’animation

et de gestion de la Station.

Conservation 15


Participation à la journée

"protégeons l’eau et la nature"

Le 14 juin 2009 s’est déroulée la 2è me journée

"Protégeons l’eau et la nature", organisée par

l’ONCFS et l’ONEMA. C’est ainsi plus de 1 000

agents (ONCFS, ONEMA, ONF, Gendarmerie

nationale, Réserve naturelle...) qui se sont

mobilisés sur tout le territoire national pour

expliquer les réglementations qui s’appliquent

dans les espaces naturels et pour la gestion de

l’eau. L’objectif était donc de sensibiliser tous les

usagers de la nature et de l’eau à la nécessité de

suivre ces règles.

Sur l’île d’Oléron ce sont ainsi 3 salariés de la LPO,

agents commissionnés des Réserves naturelles

nationales de Moëze-Oléron et de la baie de

l’Aiguillon, qui ont participé à cette journée avec

une quinzaine de collègues de l’ONCFS et de

l’ONF. L’objectif était d’assurer le matin, la

surveillance en forêt domaniale concernant la

circulation des véhicules à moteur. L’après-midi a

permis de s’assurer du respect de la

réglementation concernant l’interdiction de la

pêche à pied dans la Réserve naturelle de Moëze-

Oléron. Plus de 150 personnes ont été sensibilisés

aux diverses réglementations concernant ces

espaces naturels.

Baie de l'Aiguillon © Philippe Garguil

Conservation 16

Suivi de la végétation terrestre

de l'archipel des Sept-Îles

En 2009, le gestionnaire de la Réserve naturelle

des Sept-Îles a confié à Frédéric Bioret du

laboratoire Géomer, IUEM Plouzané, la mise à jour

de la cartographie de la végétation terrestre des

îlots de l’archipel. Il s’agissait d’une mise à jour des

données datant de 1995 et de 2002.

Cette cartographie dynamique précise de la

végétation terrestre a été effectuée, pour la

troisième fois donc depuis 1995, en suivant

rigoureusement la même méthode. Elle a permis

d’analyser les trajectoires dynamiques et les pas de

temps des changements entre les différents stades

dynamiques du tapis végétal.

Cet outil de caractérisation phytosociologique a

contribué à accroître la connaissance du

gestionnaire sur le fonctionnement de

l’écosystème insulaire terrestre.

L’archipel des Sept-Îles, fleuron de l’ornithologie

marine en France, est un espace partitionné en

trois domaines écologiques : le terrestre, 40 ha, la

zone de balancement des marées ou estran, 240

ha, et le monde sous marin, 3 000 ha. La partie

terrestre et l’estran constituent la réserve naturelle

des Sept-Îles proprement dite, et ce, depuis 1912.

OBJECTIFS

Un des objectifs à long terme pour le gestionnaire

de l’archipel des Sept-Iles est le maintien et si

possible le renforcement des habitats terrestres et

leur flore à forte valeur patrimoniale. En effet, la

flore est soumise à différents facteurs comme le

piétinement par les oiseaux marins ou les humains,

l’abroutissement par les lapins de garenne, la

nitrophilisation du sol par les déjections de

l’avifaune, les aléas climatiques...

Idéalement, il faudrait avoir une bonne

connaissance de la dynamique sur le long terme

de cet écosystème complexe qui abrite nombre

d’espèces (musaraignes, orvets, invertébrés...)

avant d’envisager des actions de restauration pour

la reconquête spatiale des unités

phytosociologiques à forte valeur patrimoniale.

La connaissance recherchée dans cette étude

© LPO

concerne la dynamique spatiale, temporelle et

spécifique des unités phytosociologiques, la

dynamique des espèces à forte valeur patrimoniale

(notamment choux marin) ou indicatrices de

changements globaux ainsi que les interactions

entre les différents taxons au sein de, et avec, la

végétation. La cartographie des unités de

végétation renforce cette connaissance de la

dynamique sur le long terme des habitats

terrestres.

Ce projet s’inscrivait dans une démarche de suivis

écologiques mise en oeuvre dans le cadre des

plans de gestion de la Réserve naturelle 1996-

2002 et 2005-2009. Il visait plus précisément la

conservation des habitats terrestres de l’archipel

des Sept-Iles. La flore, avec sa dynamique

temporelle quasi naturelle pour au moins deux îles

(Malban et Rouzic) et avec la plupart de ses

phytocénoses en danger (5 habitats

communautaires), représente un enjeu patrimonial

d’envergure régionale.Cette troisième campagne

de relevés cartographiques, effectuée selon la

même méthode suivie en 1995 et en 2002, avait

pour finalité d’analyser les changements

intervenus depuis 1995 et 2002.

En effet, la végétation terrestre des îlots de la

Réserve naturelle nationale des Sept-Îles a déjà fait

l’objet de deux campagnes de cartographie selon

une méthode commune qui prend en compte la

dynamique en replaçant chaque unité de


végétation dans une série de végétation. Les

données accumulées ont été intégrées à un

système d’information géographique dont

l’analyse permet d’évaluer et de quantifier les

changements intervenus entre deux états

successifs.

Cette étude s’est inscrite dans une analyse

diachronique dont l’objectif est de compléter la

connaissance du fonctionnement des écosystèmes

insulaires atlantiques soumis à l’influence des

oiseaux marins nicheurs et la fréquentation

touristique, en conformité avec le plan de gestion

de la Réserve naturelle.

RÉSULTATS

Rappelons la succession des différents stades

d’une série de végétation :

Stade 1 : unité phytosociologique initiale avec

toutes ses espèces caractéristiques.

Stade 2 : superposition d’espèces généralement

nitrophiles (recherchant les fortes doses en nitrates

dans le sol) apparaissant comme un voile dans la

végétation initiale mais le % de recouvrement de

celle-ci est encore proche de celui du stade 1 ;

Stade 3 : substitution des espèces initiales avec

déstructuration du tapis végétal.

Stade 4 : substrat dénudé.

% des stades dynamiques de 1995 à 2009

Rouzic © LPO

ROUZIC

Sur Rouzic, la régression des groupements initiaux

et de superposition (stades 1 et 2) est directement

corrélée à l’extension des surfaces de sol nu (stade

4) dans la partie nord et est de l’île, qui passent de

15 % en 1995 à 34 % en 2009. Avec 41 % de

groupements initiaux, localisés essentiellement sur

le versant sud, la pelouse à dactyle et jacinthe des

bois correspondant à la végétation initiale, est

encore bien représentée. L’extension des surfaces

de sol nu est directement liée à l’extension de la

colonie de fous de Bassan, avec un développement

des groupements de substitution en périphérie des

zones de nidification. Cette colonie encore

cantonnée dans la partie nord de l’îlot en 2002,

s’est étendue nettement au sud jusqu’en 2009. En

revanche, les pelouses du versant sud se sont

restaurées, passant du stade de superposition à un

retour au stade initial.

Malban

Sur Malban, le stade 1 reste stable et occupe entre

10 et 20 % de la surface totale. En revanche, le

stade 2 diminue fortement entre 1995 et 2002 et

est remplacé par des groupements de

superposition (stade 3). Cette évolution

correspondant à une restauration du tapis végétal,

serait liée à l’évolution des effectifs d’oiseaux

marins nicheurs qui montre une diminution

importante des effectifs de goélands argentés et

de cormorans huppés de 2002 à 2009.

Bono

Sur Bono, on observe une diminution progressive

des surfaces de stade1 parallèlement à une

augmentation du stade 2 qui occupe actuellement

plus de la moitié de la surface végétalisée de l’îlot,

et une baisse du stade 3 sensible par rapport à

1995 et importante par rapport à 2002.

Les évolutions constatées entre 2002 et 2009 sont

à relier à l’évolution de la pression des colonies

d’oiseaux marins nicheurs (goélands et cormorans

huppés). Dans la partie sud, on constate une

restauration de la ptéridaie sur pente (petite tache

au sud) qui passe du stade 2 au stade 1. On note

une tendance à la restauration par le passage du

stade 3 au stade 2 sur la partie sud et ouest de

l’île pour les pelouses littorales et pelouses-ourlets,

alors que les groupements de superposition

progressent dans la partie nord-est.

Île aux Moines

Concernant l’Ile aux Moines, le stade 1 ne

représente plus que 11 % de la surface

végétalisée, contre 23 % en 1995. On note une

augmentation localisée du stade 3 qui passe de

7 % en 2002 à 17 % en 2009, et une diminution

du stade 2, de 81 % en 2002 à 64 % en 2009.

Localement, on observe une progression du stade

3 le long du chemin de ronde au nord et au sud de

2002 à 2009. On note une nette progression

spatiale de la ptéridaie au sud du chemin de

ronde, qui serait liée au contact latéral avec la

ptéridaie sur pente. Sur la partie sommitale de

l’île, le développement des groupements de

substitution dans la série de la lande rase pourrait

être lié à une eutrophisation du milieu, peut-être

en lien avec les lapins. Depuis 2002, les colonies

de goélands se sont développées dans la partie

ouest de l’île.

La partie de la ptéridaie attenante aux saules,

entre le chemin et le monastère, qui fait l’objet

d’une fauche régulière depuis 2005, ne présente

aucune valeur patrimoniale remarquable. En effet,

il s’agit d’une ptéridaie secondaire, banale d’un

point de vue floristique, qui s’est développée après

l’abandon d’anciennes parcelles cultivées.

Conservation 17


Île Plate

Sur Plate, une nette diminution des stades initiaux

est observée depuis 1995, ainsi qu’une nette

augmentation du stade 3 dans toute la partie

centrale de l’île. Le stade 1 a fortement chuté

entre 1995 et 2002 mais se stabilise depuis autour

de 10% de la surface végétalisée. La très nette

augmentation du stade 2 de la partie centrale de

l’île correspond à une nitrophilie généralisée de la

végétation et une fermeture des milieux qui se

traduit par un embroussaillement important de cet

îlot, dont les causes sont liées à un processus de

dynamique à long terme de la végétation. Dans ce

contexte, on peut s’interroger sur l’éventuel

impact indirect de la dératisation entreprise il y a

une décennie.

CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES

Le plan de gestion de la réserve a retenu le choix

justifié d’une gestion "observatoire". Dans ce

contexte, cette cartographie a constitué un outil

de connaissance et d’aide à la gestion pertinent.

Les interactions entre les zoopopulations et le tapis

végétal sont complexes, dans la mesure où elles

dépendent de la pression et des temps

d’occupation par les oiseaux marins ou par les

lapins, du niveau de résistance et de résilience des

habitats impactés, de la nature du substrat, de

l’orientation et de l’exposition aux éléments

climatiques…

Afin d’affiner cette connaissance, il pourrait être

envisagé sur certains îlots de superposer la

cartographie des unités de végétation avec les

limites et les densités annuelles des colonies

d’oiseaux marins nicheurs (goélands et cormorans

huppés). Ce travail demande une réalisation de

cartographie de l’évolution de l’emprise spatiale

des différents sites de reproduction.

En matière de suivi à long terme de la dynamique

de la végétation, plusieurs zones témoins ou

transects pourraient faire l’objet d’un suivi annuel

selon un protocole standardisé, afin de compléter

les mises à jour cartographiques effectuées sur

l’ensemble des îlots de l’archipel tous les 5 à 7 ans.

Conservation 18

La restauration du marais de

l'Anglade grâce à Natura 2000

Le marais de l’Anglade, 90 ha de marais tourbeux

alcalin inondé 10 mois sur 12, constitue l’un des

plus importants et originaux foyers de biodiversité

du site Natura 2000 "Moyenne vallée de la

Charente, Seugnes et Coran" dont la LPO est

animatrice depuis 1996 : végétation (70 ha de

cladiaie tourbeuse alcaline, habitat prioritaire de

l’annexe 1 de la DHFF), flore (euphorbe des

marais, gratiole officinale, orchidée palustre...), et

faune (vison et loutre d’Europe, passereaux

paludicoles...). Son pourtour boisé constitue une

zone tampon et un lieu de refuge idéal pour de

nombreuses autres espèces.

Mais, après 60 ans d’abandon, le marisque,

arbuste devenu dominant, a éliminé les espèces

fragiles et rares. Le phénomène s’est encore

accentué par les prélèvements d'eau agricoles

alentour et la baisse de la nappe, et le marais de

l’Anglade s’est boisé et banalisé, ressemblant à un

impénétrable mur de végétation aux feuilles

coupantes comme un rasoir.

En 2009, grâce à 10 ans d’un obstiné travail local

par l’animatrice du site, 3 propriétaires ont signé

un Contrat Natura 2000 (11,4 ha) : un agriculteur

qui a confié la gestion de ses parcelles à la LPO,

une commune (Les Gonds) et la Fédération des

pêcheurs de Charente-Maritime.

Le chantier de restauration 2009 fut un colossal

travail manuel confié à trois entreprises locales : un

géomètre (délimitation de parcelles de quelques

mètres de large sur parfois 1 km de long), une

entreprise d’insertion (débroussaillage, fauche) et

un débardeur à cheval (préservation des sols).

Les marisques fauchés ont été laissés sur place afin

que la couche de paille ainsi créée réduise l’impact

des hommes et des chevaux sur les sols. Les

années suivantes, ils seront bottelés, transportés

en charrette à traction animale, et valorisés par

compostage. La recréation d’une "loge" à

l’ancienne, dans le cadre d’une fête villageoise, a

été évoquée.

Saules et frênes seront broyés et utilisés en

compostage et paillage des cultures (mulching à

l’étude pour 2010). La bourdaine a fait l’objet

d’essais de valorisation en teinture végétale par le

CRITT Horticole de Rochefort : les résultats labo

autorisent une utilisation en ameublement et sa

commercialisation. En 2010, le Lycée technique

Jamain de Rochefort travaillera à des créations

vestimentaires uniques.

Au 31 décembre, près de 9 ha ont été restaurés.

Un suivi de la végétation mesurera les résultats

biologiques. Le projet a fait boule de neige : en

2010, 2,77 ha seront confiés à la LPO, environ

12 ha sont en cours d’acquisition, et un projet de

Charte Natura 2000 avec RTE pour l’entretien de

la végétation sous la ligne THT qui traverse le

marais, est en cours.

L’originalité de cette opération, conciliant

restauration biologique et valorisation

économique, sera aussi valorisée lors du

symposium international "teintures végétales",

organisé par le CRITT en 2011, et un film va être

réalisé en 2010.

Pour en savoir plus : http://70valcharente.n2000.fr/

Anglade_restauration_Natura2000


Bilan du programme "Agriculture

et biodiversité" 2005-2009

"Comment les agriculteurs peuvent-ils améliorer la

biodiversité sur leur exploitation ?"

L’espace agricole occupant plus de la moitié du

territoire français, les pratiques agricoles ont un

impact sur les ressources naturelles et par

conséquent la biodiversité. Sauvegarder la

biodiversité consiste à agir en faveur de la

préservation des milieux qui accueillent les espèces.

Soutenant une agriculture respectueuse de

l’environnement, la LPO a initié de 2005 à 2009 un

programme expérimental de reconquête de la

biodiversité en milieu rural et, pour cela, s’est

associée à 3 réseaux d’agriculteurs : l’Agriculture

Raisonnée (FARRE), l’Agriculture Biologique (FNAB),

l’Agriculture Durable (FNCIVAM). 131 exploitations,

réparties sur 8 régions et 18 départements, se sont

lancées dans la démarche. Les éléments suivant

présentent l’état des 131 exploitations dans les

différentes phases du programme, fin décembre

2009.

Sur les 131 exploitations :

3 sont à la première phase de "prise de contact"

26 sont à la phase "diagnostique"

13 ont leur projet de plan de gestion

89 ont validé leur plan de gestion

Sur ces 89 exploitations, 65 agriculteurs ont

commencé à mettre en oeuvre sur leur exploitation

les mesures qui leur ont été préconisées. En

parallèle, la LPO et les 3 réseaux agricoles ont

réalisé un guide technique et recueil d’expériences

dont l’objectif est d’apporter des conseils pratiques

et techniques pour améliorer la biodiversité sur les

exploitations et qui puissent être reproductibles. Ce

guide est composé de 14 fiches techniques mobiles

de gestion, reprenant l’ensemble des mesures

préconisées dans les plans de gestion, et d’un

recueil d’expériences composé de 6 témoignages

d’agriculteurs. Le programme s’est conclu par la

tenue d’un séminaire national le 4 décembre 2009

à Paris, qui a réuni près de 170 participants avec

notamment la présence des 2 ministères, MAAP et

MEEDDM. Cette journée très dense était organisée

en 2 temps. Une matinée consacrée aux bilans de

ces 5 années avec les interventions très appréciées

de 3 agriculteurs qui ont permis d’apporter du

concret et du vécu à cette 1 ère partie. L’après-midi

était consacrée à la présentation d’autres initiatives

qui existent en France sur le thème de l’Agriculture

et de la Biodiversité avec le même objectif

d’améliorer la biodiversité en milieu agricole. Cette

journée aura permis de conforter l’idée "qu’il ne

faut pas s’arrêter là" et qu’il est important de

continuer de travailler ensemble, associations de

protection de la nature et agriculteurs, pour que la

biodiversité soit vraiment prise en compte dans les

systèmes d’exploitation agricole. Le travail sera

poursuivi en 2010 dans le cadre de l’année

internationale de la biodiversité, notamment par la

mise en oeuvre concrète d’actions et leur

valorisation lors de visites de fermes.

131 exploitations, réparties sur 8 régions et 18 départements, se sont

lancées dans la démarche.

Chantier de plantation de haies © Johan Tillet, LPO Vienne

Conservation 19


Rousserolle turdoide © LPO

Missions

Exposition Les albatros

MISSION INTERNATIONALE

La capture accidentelle des pétrels et des albatros

par la pêche industrielle, dans les eaux de

l’hexagone et outre-mer dans les Taaf, est une

cause majeure de déclin des espèces depuis une

vingtaine d’années. Le Groupe de travail sur les

albatros de BirdLife International développe depuis

maintenant 10 ans des solutions concrètes de

prévention sur les palangriers, de formation des

pêcheurs, et de sensibilisation des politiques et des

institutions à ces enjeux. La LPO participe depuis 2

ans à un programme de conservation des albatros

dans les Taaf, visant à établir des Aires Marines

Protégées. En 2009, la mission internationale a

conçu le volet sensibilisation de ce programme, en

créant une exposition photographique et

audiovisuelle. Grâce à un partenariat technique

avec les experts du CNRS de Chizé, et la Réserve

naturelles des Terres australes ainsi que cinq

bailleurs de fonds (Fondation Prince Albert II de

Monaco, MEEDDM, Agence Nationale pour la

Recherche, administration des Taaf, et Conseil

Général de Charente Maritime), 17 panneaux

photos, 1 sculpture, 1 borne audio-visuelle, 3

panneaux thématiques et 2 projets ont été créés.

L’exposition "Albatros, oiseaux de légende" a été

inaugurée au Grand Pavois de La Rochelle en

septembre, avec la contribution des bénévoles de la

LPO 17 au stand, et des étudiants du CNRS de

Chizé pour l’accueil des scolaires. L’exposition sera

diffusée en France durant toute l’année 2010.

Les élections des députés européens ont eu lieu

en mai 2009. Avec l’appui du MEEDDM, la LPO a

invité deux candidats au Conseil National afin

d’échanger sur les nouveaux pouvoirs du parlement

européen et l’importance d’avoir une relation avec

un eurodéputé dans sa circonscription, au nombre

de 7 en métropole.

La Mission internationale a aussi participé à

l’élaboration d’un manifeste pour ces élections avec

BirdLife Région Europe, exposant les demandes

pour une Union européenne prenant mieux en

compte l’environnement. Afin que le réseau LPO

soit prêt à plaider efficacement en 2010, année du

bilan des actions pour stopper la perte de

Sénégal


iodiversité, la Mission a organisé un atelier de

formation au lobbying de 3 jours, avec l’aide de son

homologue anglais la RSPB. Cet atelier comportait le

transfert d’outils méthodologiques, une journée à

Bruxelles (Commission européenne, Représentation

permanente de la France à Bruxelles, Parlement

européen, bureau du secrétariat européen de

BirdLife) et une journée de jeux de rôle et de mises

en situation.

En 2007, la LPO a localisé au Sénégal, sur l’île

Kousmar du fleuve Saloum, un dortoir d’environ

30 000 élanions nauclers (rapace migrateur africain),

et 28 000 faucons crécerellettes, espèce classée

"Vulnérable" par la Liste rouge mondiale. En 2009

une étude de faisabilité pour la protection de l’Ile

Kousmar, site classé de la Direction des Eaux et

Forêts (DEF) du Sénégal, a été menée en coopération

avec la Mission rapaces de la LPO. La Mission

Internationale, mandatée pour le volet coopération

avec la société civile, a encadré avec l’Institut de

Recherche et de Développement (IRD) et le MNHN

un étudiant en stage de master pour identifier les

usages, les usagers et l’utilisation des ressources

naturelles de l’île. Elle a également organisé un

voyage d’étude pour 30 personnes représentantes

de 7 villages, afin qu’ils bénéficient de l’expérience

de la gestion communautaire de la Réserve naturelle

de Popenguine. Les études et les concertations

conduites ont permis de construire un programme de

conservation intégré de l’île et des ressources

naturelles de sa périphérie, en attente de

financement. Ce programme permettra de lier

conservation de la biodiversité et lutte contre la

pauvreté. La LPO s’appuie sur de nombreux

partenaires au Sénégal, dont la Direction des Eaux et

Forêts, l’association Nature-Communautés-

Développement, la Communauté rurale de

Ndiaffatte (homologue du Conseil général en

France), et des scientifiques et universitaires.

MISSION JURIDIQUE

Devant les juridictions pénales, la LPO est

intervenue dans 100 procédures dont plus de la

moitié concernaient des atteintes aux oiseaux

protégés.

20 % concernait des ventes illégales d’oiseaux

sur internet et la collaboration LPO avec l’ONCFS

et le réseau des cybertraqueurs bénévoles, pour

la mise en alerte et répression des auteurs

d’annonces frauduleuses, a été reconduite et a

donné lieu à des jugements de condamnation.

La LPO a également poursuivi en justice des

trafiquants qui faisaient désairer des faucons

pèlerins sauvages en Espagne et les importaient

en France illégalement.

Une dizaine de procès portait sur la destruction

de milieux naturels (remblaiement, assèchement

de zones humides, fauche de roselières, coupe

de bois...) ou sur des atteintes aux Réserves

naturelles gérées par la LPO (quads, survol et

dérangement des oiseaux...).

La LPO a également esté en justice pour des

infractions à la réglementation de la chasse (tir

d’espèces soumises à moratoire, chasse en

temps de neige, avec magnétophones,

rabatteurs sonores...) et au piégeage (pose de

pièges interdits) et pour dégazages en mer.

Dans le procès de l’Erika devant la Cour d’Appel

de Paris qui s’est déroulé à partir d’octobre à

décembre, la LPO, partie civile, a conforté sa

défense pour la reconnaissance du préjudice

écologique…

La Mission juridique a enfin apporté son soutien

lors des travaux préparatoires de la Table ronde

sur la chasse qui avaient débuté en 2008 et se

sont achevés en janvier 2010.

Depuis la mi-novembre 2009, l’équipe s’est

aggrandie et est composée de deux juristes.

Missions 21


Pinson des arbres © Christophe Sidamon Pesson

DÉVELOPPEMENT et

VIE ASSOCIATIVE

En plein développement, la LPO propose désormais de nouveaux outils de

mutualisation et d’information pour animer son réseau qui ne cesse de grandir

avec cette année deux nouvelles associations locales : la Drôme et la Côte d’Or.

Pour ses 5 000 bénévoles actifs sur l’ensemble du territoire national, la LPO a

proposé un plan d’action qui sera mise en oeuvre sur 2010. Toujours plus active

que jamais sur le terrain, avec ses bénévoles et ses donateurs, la LPO a privilégié

cette année des actions à destination des oiseaux en détresse dans les centres de

sauvegarde. 2010 sera prometteuse avec de nouveaux outil de communication

pour nos adhérents et le grand public.

L'Extranet LPO prend son envol !

La LPO s'est dotée en 2009 d'une plateforme en

ligne de travail collaboratif. Cet outil est accessible

aux personnes de la LPO France ainsi qu'aux

associations locales LPO via un simple navigateur

Internet. Il permet une meilleure accessibilité à nos

ressources documentaires ainsi qu'une meilleure

communication au sein de toutes les équipes de la

LPO. L'intérêt est également environnemental par

la diminution de la consommation de papier,

réduction des déplacements... Après une période

de développement et de tests, l'Extranet LPO a été

officiellement lancé en juin 2009. Fin 2009, près

de 500 personnes disposaient d'un accès.

La LPO se dote d’un plan

d’actions pour le bénévolat

Les bénévoles sont la force vive de la LPO et pour

cela ils méritent qu’on s’occupe bien d’eux. Et

cela demande beaucoup de temps et d’énergie !

Aussi, pour aider nos bénévoles actuels (qui en

font déjà beaucoup !) à accueillir et accompagner

de la meilleure manière qui soit nos futurs

bénévoles, la LPO se dote d’un plan d’actions.

Son principal objectif est de donner une bonne

visibilité à nos propositions de bénévolat mais

également d’accueillir au mieux nos bénévoles,

les accompagner tout au long de leur parcours et

valoriser leurs actions, toutes s’effectuant dans

un esprit de convivialité, d’échange et de plaisir.

Le plan d’action se décline suivant 5 axes :

Axe 1 : Structuration et visibilité de l’offre de

bénévolat à la LPO

Axe 2 : Le recrutement du bénévole

Axe 3 : l’accueil du bénévole

Axe 4 : l’intégration et l’accompagnement du

bénévole

Axe 5 : la valorisation et la reconnaissance du

bénévole et du bénévolat


Une campagne d’appel à dons

pour les oiseaux en détresse

Comment rester indifférent au sort des milliers

d’oiseaux qui, chaque année, sont blessés, le plus

souvent en raison des activités humaines ?

Pour faire reculer la souffrance et offrir une

nouvelle chance aux oiseaux, la LPO a lancé une

campagne d’appel à dons pour soutenir ses

centres de sauvegarde. Une plaquette A5

paysage 4 volets a été diffusée par un mailing

courrier, par un e-mailing, sur le site internet

www.lpo.fr et http://monespace.lpo.fr, dans le

dossier de bienvenue adressé à chaque nouvel

adhérent, dans les colis des commandes par

correspondance, pour chaque conseil oiseau

blessé, tombé du nid... et par le réseau LPO, les

centres de sauvegarde, lors d’animations, de

stands, etc.

Cette campagne d’appel à dons a permis de

recueillir près de 70 000 euros pour de

l’investissement (participation au financement

pour la création et la rénovation de centres de

sauvegarde) et pour du fonctionnement (achat de

nourriture, médicaments, petits matériels, etc.).

En 2009, les centres de sauvegarde LPO ont

accueillis près de 5 000 animaux en soins.

La Fête de la nature sur l’île de

Ré les 16 et 17 mai 2009 :

l’évènement phare de la LPO

L’équipe de la Maison du Fier sur l’île de Ré avait

invité l’ensemble des partenaires environnementaux

rétais à proposer des activités dans le cadre de la

3 ème Fête de la nature. Au total, une vingtaine

d’organisateurs ont proposé près de 40 animations

différentes dans le week-end. Malgré la météo peu

favorable, le public a répondu présent en masse

puisque qu’environ 1 300 personnes ont participé.

Les organisateurs ont même eu l’occasion

d’accueillir des participants qui, bien qu’habitant

l’île de Ré depuis de nombreuses années, ont

profité de la Fête de la nature pour découvrir

certains sites pour la première fois !

Un des temps forts de ce week-end a été le débat

entre Allain Bougrain Dubourg, Président de la LPO

et Lionel Quillet, Président de la Communauté de

Communes de l’Ile de Ré, le samedi soir à la salle

de spectacle de la Maline où chacun des deux

protagonistes a expliqué comment les actions

associatives et politiques doivent être

complémentaires pour agir au bénéfice de la

nature. Le rendez-vous a d’ores et déjà été pris avec

l’ensemble des partenaires pour les 22 et 23 mai

2010 pour la 4 ème édition de la Fête de la nature !

Le programme Refuges LPO

nouvelle formule pour les

personnes morales

Depuis plusieurs années, la LPO permet à chacun

d'entre nous de lutter pour la préservation de la

biodiversité et faire de son jardin, un Refuge LPO.

Déjà en 2008, nous annoncions des changements

au sein du programme Refuges LPO, c'est chose

faite ! La LPO a tenu ses promesses et propose

désormais d'impliquer de plus en plus d'acteurs

dans la création de Refuges LPO.

Les collectivités territoriales et entreprises peuvent

initier une véritable démarche globale sur leurs

espaces verts ; plusieurs établissements (écoles,

centres de loisirs, maisons de retraite, ...) ont fait le

choix de devenir des espaces de sensibilisation à

l'environnement. Plus de 7 000 particuliers ont créé

un refuge dans leur jardin et plus de 200 refuges

pour les collectivités, entreprises et établissements

pédagogiques se sont lancés dans l'aventure. Pour

en savoir plus, n'hésitez pas à vous rendre sur le site

http://www.lpo.fr/refugeslpo/index.shtml

Développement et vie associative 23


COMMUNICATION

Photo bergeronnette harfang des neiges grise © Christophe Christophe Sidamon Sidamon Pesson Pesson

Le Pôle Communication et Partenariat agit dans trois domaines :

informer sur les positions et les actions de la LPO (via les médias ou directement

auprès des partenaires pour les influencer lors des projets de loi),

réaliser les éditions,

développer les partenariats auprès des fondations et des entreprises pour soutenir

les programmes de conservation de l'association et encourager le développement

durable.

Il intervient transversalement vis-à-vis des autres pôles et pour le réseau des associations

locales de la LPO. Il s'appuie sur une équipe de 9 personnes et de nombreux bénévoles.

Informer sur les positions et les

actions de la LPO

En 2009, le service presse a :

envoyé 56 communiqués de presse,

réalisé 5 dossiers de presse (Convention avec la

Fédération Française de Vol Libre, la Nuit de la

chouette, Boulogne-Billancourt première ville de

France Refuge LPO, présentation de la LPO, les

albatros en France) ;

relayé certains sujets majeurs d’actualité : la tempête

Klaus ; les élections européennes (avec un manifeste

Voter pour la planète et un hit-parade des candidats) ;

l’inauguration du nouveau siège social de la LPO ; le

procès en appel de l’Erika.

médiatisé un certain nombre d’événements : la

Journée mondiale des zones humides ; la 8ème Nuit de

la chouette; la Fête de la nature ; le premier séminaire

des gestionnaires de sites Ramsar en France à Evian ;

l’Eurobirdwatch ; le week-end : "Aux Arbres,

Citoyens !"; le 33ème Colloque Francophone

d’Ornithologie (CFO) ; le Séminaire-bilan du

programme "Agriculture et Biodiversité" ; l’exposition

"Albatros, oiseaux de légende"…

La LPO a également été présente dans les médias à

travers une nouvelle campagne de communication

conçue bénévolement par l’agence CSuper et relayée

grâce à la générosité des supports. Par ailleurs le

magazine Terre Sauvage lui a consacré un numéro

exceptionnel, consacré aux migrations et entièrement

réalisé avec l’Association. (septembre 2009).

Réaliser les éditions

Le Service Editions réalise la majeure partie des

productions de la LPO France, depuis la carte de

membre jusqu'à L'OISEAU MAG et son hors-série

RAPACES DE FRANCE, en passant par diverses

plaquettes (appels à dons, présentation et bilan de

programmes Life...), expositions, annonces

publicitaires, catalogue LPO, etc. Le service

intervient aussi en tant que conseil auprès des

associations locales, groupes et relais, réalisant des

travaux pour certains d'entre eux. Les partenariats

éditoriaux (Ouest-France, Delachaux et Niestlé,

Sud-Ouest, etc.) sont gérés au sein de ce service,

tout comme le fonds iconographique (diapositives,

images numériques, dessins...).


Les actions de lobbying de la

LPO

Les parties prenantes au Grenelle se sont mises

d’accord sur plus de 200 engagements à mettre en

oeuvre dans un ensemble de domaines (bâtiments,

urbanisme, transports, énergie, agriculture,

biodiversité, déchets, gouvernance…). Le

gouvernement a traduit un certain nombre de ces

engagements dans plusieurs lois : loi de finances, loi

de modernisation des institutions, et surtout loi

relative à la mise en oeuvre du Grenelle (Grenelle 1

adoptée en juillet 2009) et projet de loi portant

engagement national pour l’environnement (Grenelle

2 dont l’adoption est prévue en 2010). Tout au long

de 2009 la LPO, aux côtés de FNE, de la Ligue ROC et

de la Fondation Nicolas Hulot, a été particulièrement

active sur les projets de loi Grenelle. Les associations

ont porté des propositions d’amendements sur

l’ensemble des thématiques, rencontré les rapporteurs

et principaux parlementaires impliqués sur le texte,

ont été en contact avec les ministères ; elles ont aussi

été régulièrement présentes au niveau des médias

pour exprimer leurs points de vue sur l’évolution des

textes. Cette très forte implication a porté ses fruits,

puisqu’un certain nombre d’amendements significatifs

ont été adoptés. La LPO entend maintenir sa vigilance

en 2010 lors de l’examen final du projet de loi

Grenelle 2 ainsi que sur le contenu des décrets

d’application.

Développer les partenariats

L’entreprise constitue un partenaire naturel et

indispensable de la LPO pour autant qu’elle soit en

cohérence avec l’Association, tant vis-à-vis de son

secteur d’activités que sur le plan environnemental

et social. A cette démarche sélective, la LPO

associe un principe de communication graduée,

de façon à engager son image dans les

partenariats proportionnellement au degré

d’expertise et d’engagement qu’ils représentent.

La présence de la LPO sur 71 départements

permet de mener de telles actions concrètes avec

les correspondants des entreprises au niveau

régional.

Tout au long de 2009 de nombreuses entreprises

ont été partenaires de la LPO, notamment Nature

et Découvertes, dont la Fondation soutient notre

réseau avec plus de 115 projets à ce jour, et

Cemex, un des premiers industriels du granulat et

du béton prêt à l’emploi, gérant de nombreuses

carrières, avec lequel un partenariat existe pour la

8 ème année consécutive, tant au niveau national

que régional. Les granulats (sable et graviers) sont

destinés à la construction d’ouvrages de génie

civil, aux travaux publics et au bâtiment. Les deux

partenaires partagent leurs acquis et réfléchissent

ensemble aux enjeux du développement durable

en vue d’apporter à Cemex conseils et expériences

au service de la biodiversité.

La LPO attachée à la sensibilisation de tous les

publics à la protection de la nature a lancé un

programme national "Nature et Handicap" pour

rendre la nature accessible à tous. Dans ce cadre

les aménagements du site du lac de Saint-Cyr

(Vienne) ont été inaugurés en octobre 2009. La

Fondation EDF Diversiterre s’est engagée pour 4

ans à participer aux financements de ces projets

d’accessibilité tous publics, non seulement en

Vienne mais aussi sur des sites de Charente-

Maritime, de l’Allier et des Côtes-d’Armor, ainsi

qu’à soutenir des programmes en faveur de la

biodiversité (Mission migration, centres de

sauvegarde, aires marines protégées).

Avec Accor et plus particulièrement avec la

marque Etap Hotel et ses 270 établissements du

réseau français, un événement à été développé en

faveur des centres de sauvegarde de la LPO, à

l’occasion de la journée mondiale de la

biodiversité, l’Earth Guest Day. Ces hôtels mettent

par ailleurs en place toute l’année sur la base du

volontariat des actions sur le thème "Etap Hôtel

vous ouvre les portes de la nature". Le partenariat

avec le groupe Danone et sa marque Evian sur le

thème de la sauvegarde des zones humides a

conduit à l’organisation d’animations sur toute la

France pour la célébration, le 2 février, de la

Journée Mondiale des Zones Humides et à

l’organisation du premier forum des gestionnaires

des 36 sites Ramsar en France. La marque de

produits laitiers biologique "Les 2 Vaches" a,

quant à elle, mobilisé ses consommateurs pour

soutenir la LPO en organisant une opération de

reversement par produit acheté. L’exercice a été

aussi l’occasion de bénéficier d’un mécénat du

groupe Hama, spécialiste européen de l’accessoire

multimédia, affecté aux activités de tourisme de

nature de la LPO. Cette opération s’inscrit dans le

cadre d’une démarche environnementale plus

large dans laquelle le groupe s’est engagé afin de

limiter au quotidien l’impact de son activité sur

l’environnement.

D’autres entreprises ont également aidé la LPO

dans ses missions. Parmi celles-ci, citons

notamment le Crédit Agricole pour son soutien au

programme Refuges LPO et à la réalisation de

l’Atlas des oiseaux nicheurs de France

métropolitaine, la société Bertrand Frères avec qui

la LPO élabore des mélanges de graines pour fleurs

favorables aux oiseaux, l’institut Randstad pour

l’égalité des chances et le développement durable,

qui a contribué à la réalisation de guides sorties

nature locaux ou encore le Crédit Mutuel Océan

pour des opérations régionales d’éducation à

l’environnement et de nidification de la cigogne

blanche. Pour la deuxième année, Sita (filiale de

Suez environnement) soutient le plan national de

restauration du milan royal. Cette collaboration

consiste notamment à faciliter l’alimentation du

milan royal en installant des placettes

d’alimentation sur les installations de stockage des

déchets.

A ces différents partenariats se sont ajoutés des

mécénats reçus de la Fondation Prince Albert II de

Monaco en vue de la réintroduction de l’aigle de

Bonelli, et d’entreprises comme par exemple le

Groupe Léa Nature, membre du club 1 % pour la

planète, qui à travers sa marque Jardin Bio fabrique

et distribue exclusivement des produits naturels.

2009 a été également marquée par un mécénat de

la Fondation du Patrimoine en faveur de deux

projets : l’aménagement de la cour des Fonderies

Royales à Rochefort, siège de la LPO France et la

transformation de la ferme du Grand Mothais en

maison d’accueil du public, sur la Réserve naturelle

régionale du marais de la Vacherie en Vendée. Au

total, l’exercice 2009 s’est traduit par des

financements de la part des entreprises et des

fondations de l’ordre de 700 000 €.

Communication 25


Bec-croisé des sapins © Christophe Sidamon Pesson

Répartition Hommes/Femmes par tranches

d'âge LPO

Pourcentages

ADMINISTRATION

et FINANCES

L'année 2009 aura été marquée par quelques faits marquants. Parmi ceux-là, notons

le transfert du siège social de la LPO France par le regroupement en début d’année

2009 des deux sites Corderie & Arsenal sur un site rochefortais commun : Les

Fonderies royales (qui aura généré par ailleurs la création d’un poste de Technicien

bâtiment HQE).

Par ailleurs, cette année aura vu la création du poste de Directeur du pôle

Conservation de la nature pour prise de fonction début Septembre 2009.

Et enfin, notons une nouvelle amplification de l’activité globale de la LPO France

ayant pour incidence :

Une augmentation (contrôlée) du nombre de CDI (+ 9) sur l’ensemble de l’année

2009

L’appel à des CDD de durée plus ou moins longue (ayant pour conséquence de

nombreux mouvements d’entrées et sorties du personnel).

Au global, 135 salariés au 31 Décembre 2009 (contre 126 l’année précédente à la

même période).

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0

16 %

37 %

47 %

10 %

38 %

52 %

HOMMES FEMMES

18/34 ans 35/49 ans + 50 ans

Depuis plusieurs années maintenant, la pyramide

des âges démontre que l’association LPO est une

structure jeune. Ainsi, sur l’ensemble de l’année

2009, plus de 37 % des effectifs est présent dans

la catégorie des 35-49 ans.

Ancienneté des salariés LPO

>16 ans

10 à 15 ans

6 à 9 ans

< ou = 5ans

18

22

25

70

0 10 20 30 40 50 60 70

Il est à préciser qu’au 31 décembre 2009, 48 % de

l’effectif a moins de 6 ans d’ancienneté, 22 %

entre 6 et moins de 10 ans, 12 % entre 10 et

moins de 16 ans et près de 17 % plus de 16 ans

d’ancienneté.


Répartition des effectifs Hommes/Femmes par

catégories de la CCNA

Pourcentages

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0

11 %

74 %

15 %

HOMMES FEMMES

Employés Techniciens

Ag. de maîtrise

Salaires et charges/charges globales LPO

Masse salariale

chargée

Charges

globales

Répartition du personnel selon CCNA

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

26

90

Employés Agents de maîtrise

Techniciens

Tous type de contrats confondus, 70 % des salariés sont classés en catégorie Technicien ou Agent de maîtrise (Groupes 4 à 6 de la CCNA) contre 71 % au titre

de l’année 2008. Le pourcentage de l’ensemble de la catégorie cadre (Groupes 7 à 9 de la CCNA) est à l’identique de l’année passée (10,50 %).

L’ensemble des rémunérations brutes chargées versées par la LPO (salaires et charges) correspond en 2009 à 42,00 % du total des charges :

rapport 4 476 104 € (charges salariales 2009) / 10 668 268 € (budget global 2009), contre 44,90 % en 2008 .

LE BUDGET DE LA LPO FRANCE

Les chiffres présentés sont ceux du siège national de la LPO. Les délégations, entités juridiquement indépendantes, établissent leurs propres comptes.

Par ses actions de conservation et de sensibilisation, la LPO, association reconnue d'utilité publique, participe activement à la protection des oiseaux,

des milieux dont ils dépendent, et plus globalement de la biodiversité.

Charges 2009 : 10 668 264 €

Salaires

+

charges

42 %

Autres charges

et dotations 13 %

Impôts

et taxes 4 %

10 %

66%

24 %

Cadres

Achats

marchandises

10 %

Autres achats +

charges ext. 31 %

10 000 000

9 000 000

8 000 000

7 000 000

6 000 000

5 000 000

4 000 000

3 000 000

2 000 000

1 000 000

0

2005 2006 2007 2008

Produits 2009 : 11 150 609 €

Subventions

et

transf.

charges

39 %

Membres

(dons, cot.) 11 %

Expertise

Animations 8 %

2009

Mécénat

partenariats 6%

Diffusion des

produits 13 %

Legs 11 %

Autres

produits 8 %

Abonnement

Revues 4 %

Nombres

Charges par grands secteurs 2009

Conservation de

la nature 49 %

Mission

Juridique 1 %

Mission

Internationale

2 %

13

Ingénieurs,

cadres

Communication

12 %

Développement

36 %

Administration & Finances 27


Compte de résultat (en milliers d'euros)

RUBRIQUES

Produits d'exploitation

Charges d'exploitation

Résultat d'exploitation

Résultat financier

Résultat exceptionnel

Impôt sur les sociétés

Fonds dédiés

Résultat de l'exercice

Total de l'exercice

2009

9 152

9 705

- 553

- 26

1 294

- 84

-150

482

11 150

Compte emploi ressources 2009

Administration & Finances 28

2008

8 355

8 534

- 179

56

1 074

- 61

- 131

759

10 066

Budgets prévisionnels (en milliers d'euros)

RUBRIQUES

Produits d'exploitation

Charges d'exploitation

Résultat d'exploitation

Résultat financier

Résultat exceptionnel

Impôt sur les sociétés

Fonds dédiés

Résultat de l'exercice

Total de l'exercice

2010

9 365

10 001

- 636

-22

680

- 22

0

La LPO a l'ogligation d'intégrer dans ses comptes annuels, un compte emplois ressources (CER) car elle fait appel à la générosité du public, via son site internet (Loi du 07 août 1991).

Ce CER rend compte de l'utilisation des fonds collectés auprès du public.

RESSOURCES : d'où proviennent les ressources de la LPO EMPLOIS : à quoi ont servi les 11 millions d'euros de la LPO en 2009

Subventions

et concours

publics 42 %

Générosité du

public

17 %

Autres fonds

privés

41 %

Subventions et concours publics : fonds provenant de l’Etat, de l'Europe ou de collectivités

pour financer des projets

Générosité du public : dons et legs

Autres fonds privés : ressources propres générées par les activités de la LPO (cotisations,

abonnements aux revues, partenariats, mécénats...)

0

10 075

Frais de

fonctionnement

Frais de recherche de fonds

9 %

3 %

Actions réalisées à l'étranger

3 %

Reversement cotisations aux

LPO locales 1 %

Diffusion par

correspondance 13 %

Sensibilisation à

l'environnement 10 %

Les hypothèses retenues sont cohérentes et constituent une base

acceptable pour l’établissement des comptes prévisionnels ; ils sont la

traduction chiffrée des activités retenues figurant dans les différents

objectifs pour 2009 et 2010, et sont en conformité avec le projet

associatif de la LPO, en liaison avec BirdLife International. Il a été

établi des évaluations sincères des recettes et des dépenses

consistant à ne faire figurer que des recettes dont le principe est

acquis et à inscrire des dépenses appréciées de manière réaliste, sans

omettre celles revêtant le caractère de dépenses obligatoires, ou

relatives à des engagements à servir (fonds publics ou générosité

publique...). Ce budget prévisionnel a été établis dans un souci

d’adéquation entre les objectifs et priorités définis et les moyens à

mettre en oeuvre pour les réaliser.

Travaux préalables aux

actions de protection de la

nature 35 %

Protection gestion espaces

espèces + outils de

communication 26 %

Les principales actions réalisées par la LPO peuvent être ventilées dans 4 grands domaines

et représentent 84% :

Les travaux préalables aux actions de protection de la nature

Protection - gestion - espèces + outils de communication

Sensibilistaion à l’environnement

Diffusion par correspondance (DPC)

Mésange huppée © Christophe Sidamon Pesson


Rougegorge © Christophe Sidamon Pesson

ASSOCIATIONS LOCALES

Conseil National :

Créé en septembre 1991, le Conseil National réunit les associations locales, groupes et relais du

réseau LPO deux fois par an. Véritable instance de réflexion, de concertation et de proposition

auprès du Conseil d’Administration de la LPO, le CN aborde des sujets sous l’angle "politique".

Fonds Interne de la Vie Associative (FIVA) :

Institué en 1995, le FIVA est un fonds destiné à financer les projets d’animation du réseau LPO :

lancement d’une nouvelle association locale ou d’un nouveau groupe, actions thématiques

bénéficiant au réseau dans son ensemble, aide exceptionnelle à une association locale, salariés

animateurs du réseau... Le FIVA est principalement alimenté par une quote-part de la cotisation

des membres résidant dans les associations locales, groupes et relais.

Actions thématiques d’animation de réseau :

Depuis 1995, des associations locales mettent en place des actions profitant à l’ensemble du

réseau, sur des thématiques précises.

Deux exemples pour l’année 2009.

La réalisation de cahiers techniques fourmillant de conseils sur la protection de la nature de

proximité, au quotidien, faisant appel à des techniques simples, souvent économes et d’un

intérêt certain. Ces outils sont destinés aux élus de communes, chefs d’entreprises et membres

du réseau LPO attentifs à la protection des richesses naturelles qui les entourent. Ce projet a été

porté par la LPO Loire-Atlantique.

La LPO Anjou a conçu pour l’ensemble du réseau une exposition itinérante sur les amphibiens

et la problématique crapauduc. A la fois attractive et détaillée, cette exposition constitue un

support pédagogique abordable permettant de faire découvrir la faune et les écosystèmes dont

elle dépend, de sensibiliser un large public (notamment de non-initiés) aux enjeux de conservation

de la biodiversité rare ou ordinaire et de valoriser les connaissances scientifiques actuelles.

Ces actions, après avoir fait l’objet d’un vote en Conseil National, ont bénéficié d’un financement

du FIVA.

Animation du réseau LPO :

Un poste de coordinateur du réseau a été créé en 1997 et complété par un poste d’assistant en

2005, devenu en 2009 "Animateur des groupes LPO" du fait de l’évolution du réseau. Le

service Animation du réseau, rattaché au Pôle Développement Associatif, a pour missions

d’organiser les événements du réseau (Conseils Nationaux, rencontres, stages et formations),

de faire circuler l’information, d’accompagner la création des associations locales et groupes, et

d’assurer la coordination du réseau et le suivi du budget FIVA.

Délégué National et Délégués adjoints :

Le Délégué National est élu par le Conseil National pour être le porte-parole des associations

locales, groupes et relais auprès, notamment, du Conseil d’Administration de la LPO.

En 2009 Marc BOUCHEROT, de la LPO PACA, a assumé cette fonction. Il a été épaulé par deux

délégués adjoints, Yves MULLER et Jean-Michel BIRLING de la LPO Alsace.

Pour info...

Au 31/12/2009, sur les 44 249 membres LPO, les Associations locales en comptaient 23 427 et

les groupes et relais 7 748.


ASSOCIATIONS LOCALES

REGIONALES

ASSOCIATIONS LOCALES

REGIONALES

LPO ALSACE

Ass. Locale LPO depuis 1995

Nombre de membres : 1 976

Nombre de salariés : 13

Engagée dans des projets de grande ampleur

échelonnés sur plusieurs années, la LPO Alsace

s’est concentrée en 2009 sur la continuité de ces

programmes.

Ainsi, l’objectif de la réalisation du nouveau centre

de soins a-t-il été l'une des priorités de l’année.

Avec succès, puisque toutes les volières et les 8

boxes de réhabilitation ont été construits, les

réseaux d’eau et d’électricité installés, le chalet

d’accueil mis en place, et les emplacements de

parking créés. Allain Bougrain Dubourg, dans le

cadre de sa participation à une foire écologique de

la région, s’est rendu sur place pour mesurer les

avancements des travaux, qui ont pu être entrepris

avec le soutien de nombreux partenaires par le

biais du mécénat. Au 31 décembre, seule

l’infirmerie restait à être aménagée ; ces salles de

soins créées, l’ouverture du centre à part entière

coïncidera avec le planning initialement prévu, à

savoir le printemps 2010.

L’autre action majeure de l’année a été la

réalisation de trames vertes dans le cadre du

projet "Corridors écologiques" entamé l’année

précédente. De nombreuses études et

renaturations d’espaces ont ainsi été entreprises

auprès de deux communes et de trois exploitants

agricoles. Un partenariat exemplaire a aussi été

entrepris avec une association viticole engagée

dans la culture raisonnée de la vigne : il s’est

concrétisé par la volonté de réaliser 9 fiches

techniques à destination des viticulteurs en faveur

de la biodiversité. 3 d’entre elles ont été conçues

cette année : "les espèces utiles aux cultures", les

"murs de pierres sèches et pierriers", et la

pochette de présentation du partenariat entre les

2 structures.

Au-delà de ces 2 programmes, l’année a été

marquée par quelques actions de moindre

importance mais significatives. Ainsi, face au

déclin dramatique du courlis cendré, oiseau

symbole d’un des écosystèmes phare de la région

(les Rieds), la LPO Alsace s’est engagée dans des

actions de communication forte : communiqués de

presse, sorties sur le terrain, stands,

manifestations, affichage...

Toujours pour agir pour les espèces en danger,

cette fois le milan royal, l’association a entrepris

des actions en faveur de l’oiseau sur l’ensemble de

la région : courrier à toutes les communes

gestionnaires d’une parcelle où niche l’espèce,

formation des agents en charge des terrains,

élaboration de fiches techniques, réunions

d’information...

Enfin, la LPO s’est largement mobilisée dans le

projet de réaménagement du plan d’eau de

Plobsheim (qui accueille près de 10000 oiseaux

d’eau en hiver). La partie sud, la plus intéressante

(160 ha), devrait voir sa protection renforcée et des

aménagements créés (roselières, hauts-fonds) ; sur

les autres 495 ha, les enjeux consistent à garantir

une quiétude maximale pour les oiseaux d’eau.

LPO AQUITAINE

Ass. Locale LPO depuis 1995

Nombre de membres : 1 996

Nombre de salariés : 6

La base de données "FA" "www.fauneaquitaine.org"

est devenue la plate-forme

naturaliste régionale. Au terme de l'année 2009,

près de 900 personnes étaient inscrites, et plus de

250 000 données ont été collectées.

Plusieurs participants au projet ont publié en 2009

des articles sur FA, pour un téléchargement libre et

gratuit.

Aujourd'hui, la LPO Aquitaine travaille dans le

cadre d'un Comité Technique, avec nos collègues

de Franche-Comté et d'Isère, sur les évolutions

fonctionnelles de l'outil.

C'est une aventure passionnante, guidée par un

seul objectif : améliorer notre connaissance de la

biodiversité pour mieux la préserver.

Depuis maintenant deux ans, la LPO Aquitaine

assure la coordination du programme ORMO

(Observatoire Régional de la Migration des

Oiseaux). Ce programme permet l'étude de la

migration et l'accueil du public sur cinq sites

d'Aquitaine.

Au total, ce sont plus de 4 075 heures

d’observation continues (+5,6 % par rapport à

2008) durant 473 jours (+ 20 %) totalisant 14 556

heures/homme. Près de 1,3 millions d’oiseaux

auront été comptabilisés par les 12 salariés,

admirablement secondés par 412 bénévoles

(+33,33 %). Ces équipes ont également permis

l’accueil et la sensibilisation de près de 9 073

personnes (+ 65 %) au phénomène de la

migration.

Tout les résultats des suivis et le bilan 2009 sont

consultables sur le site de la Mission Migration

www.migraction.net.

La formation annuelle à l'étude de la migration

s'est déroulée aux Chalets d'Irati et a rassemblé 9

stagiaires passionnés.

L'ORMO s'intègre à des réseaux nationaux et

internationaux.

Au niveau européen avec Euromigrans se jettent

les premières bases de ce qui deviendra un réseau

de suivi des oiseaux migrateurs eurafricains. Nous

participons également aux travaux de ce groupe.

L'ORMO deviendra en 2010, à l'instar des oiseaux

migrateurs, transfrontalier, en s’appuyant sur un

projet INTERREG.

Grâce au travail d'Ondine FILIPPI-CODACCIONI,

nous avons pu utiliser les résultats de trente ans de

suivi pour les relier entre autres au changement

climatique global.

Ces résultats ont été présentés lors de la

conférence annuelle de la Raptor Research

Foundation en Ecosse et lors du Colloque

International sur le Milan royal à Montbéliard.

Signalons encore une belle dynamique autour des

Refuges qui a notamment donné lieu à la

signature d’une convention de partenariat avec la

ville de Bordeaux, centrée autour des parcs

urbains.

En 2009, le centre de sauvegarde a recueilli 601

Associations Locales 31


animaux correspondant à 89 espèces différentes.

Au bilan des activités de sensibilisation, nous

pouvons être satisfaits du nouveau catalogue, bien

plus complet qu’auparavant et diffusé à 10 000

exemplaires.

Il aura permis de relayer plus d’une centaine

d’animations et visites pour un total de 2000

visiteurs.

Il s’est également fait l’écho de 5 séjours nature et

des 14 manifestations auxquels la LPO Aquitaine a

participé.

LPO AUVERGNE

Ass. Locale LPO depuis 1991

Nombre de membres : 1 730

Nombre de salariés : 28

L'année 2009 à la LPO Auvergne a été marquée

par la poursuite du Plan Loire qui s'étale sur la

période 2008 - 2013. Ce plan s'inscrit dans la

continuité de Loire Nature avec des actions de

préservation en faveur de la Loire et de l'Allier.

Parmi les actions, signalons qu‘un gros travail

d'aménagement d‘accès handicapés a été réalisé à

l'Espace Nature du Val d'Allier ainsi que sur le

sentier du castor.

Un programme Milan royal a été engagé cette

année à l'échelle du Massif Central. Il est porté par

la LPO Auvergne en association avec la LPO

Aveyron, LPO Loire, SEPOL, ALEPE et le CORA

Ardèche. Financé par le FEDER, l'Etat, 4 régions et

1 département, il est soutenu aussi par le mécenat

de la Société des Eaux de Volvic . Il a permis de

réaliser un suivi précis sur 10 % de la population

nicheuse. Il vise à faire le point sur la population

nicheuse la plus importante de France et la

deuxième population hivernale dans un but de

mettre en place des mesures de conservation

adaptées.

Dans le cadre du programme "Amélioration de la

connaissance sur la faune terrestre", de nombreux

suivis d'espèces patrimoniales ont été engagés. Le

Associations Locales 32

busard cendré a fait l'objet de notre attention

dans les milieux agricoles, permettant l'envol de

44 jeunes après fauche ou moisson, ainsi que 7

jeunes élevés en centre de soins. Une convention

avec l'ONCFS a été signée fin 2008 pour le suivi

du faucon pélerin. Cette convention permet

d'optimiser le suivi de l'espèce et d'assurer sa

protection en période de reproduction. 59 couples

ont été recensés en Auvergne par l'ONCFS et la

LPO Auvergne. Le réseau Hirondelles poursuit son

action avec cette année la création d'un dépliant

de sensibilisation très largement diffusé

permettant de recevoir la contribution de plus de

500 personnes extérieures à la LPO Auvergne.

Cette opération a bénéficié d'un soutien

médiatique important.

Enfin, la mise en place de l'outil tant attendu de

collecte des données "Faune Auvergne" s’est

déroulée en mars 2009. Mis à disposition de la

communauté naturaliste de la région sur

www.faune-auvergne.org, il a recueilli plus de

97 000 données en 2009.

Près de 13 000 personnes ont été touchées lors de

nos actions de sensibilisation proposées par les

bénévoles et les animateurs. Notamment grâce à

la 3 ème Fête de l'Oiseau les 29, 30 et 31 mai

organisée à Aurillac par le groupe local du Cantal

qui a rassemblé 2 000 personnes.

Le centre de soins de Clermont-Ferrand a été mis

aux normes et réorganisé. En 2009, il a recueilli

1 697 oiseaux, essentiellement de la région

Auvergne mais aussi des départements

limitrophes.

L'opération vente de graines de tournesol

biologique a été renouvelée pour la septième

année consécutive. Elle a permis la vente de près

de 32 tonnes de tournesol.

Tout cela serait impossible sans la très forte

implication des bénévoles qui ont donné plus de

28 891 heures au service de la protection de la

nature soit l'équivalent de 18 salariés à plein

temps.

LPO CHAMPAGNE-ARDENNE

Ass. Locale LPO depuis 1991

Nombre de membres : 1 091

Nombre de salariés : 13

L’année 2009, à la LPO Champagne-Ardenne, a

été marquée :

par la sauvegarde des étangs de Belval-en-

Argonne. Ce site remarquable pour l’avifaune et

sa végétation diversifiée a pu être acquis en

indivision par quatre partenaires : 3 associations

naturalistes : Natuurpunt, la LPO France et le

Conservatoire du Patrimoine Naturel de

Champagne-Ardenne d’une part et de l’autre, la

commune de Beval en Argonne. La maitrise

foncière va permettre de préserver durablement ce

site.

par l’arrivée de la base de données en ligne

"Faune Champagne-Ardenne" qui devrait être

ouverte à tous à la fin du printemps 2010. Les

observations apportées constitueront la base de

nos connaissances naturalistes et contribueront à

remplir l’un des objectifs majeurs de notre

association : la veille écologique.

Grands milieux :

Nous avons amplifié nos actions concernant la

mise en place de Mesures Agroenvironnementales.

En tant qu’opérateur nous

avons mis en place des MAEt sur 3 sites de la

Marne. Au total, 32 dossiers ont été montés avec

des agriculteurs permettant une gestion extensive

de pâtures ou de prairies et la remise en herbe de

parcelles cultivées. Ces mesures devraient

bénéficier aux râles des genêts et aux grues

cendrées notamment.

Sites :

En partenariat avec l’ONCFS et l’ONF, la LPO

Champagne-Ardenne a été chargée de la

rédaction du DOCOB d’un site Natura 2000 de 2

170 ha à l’ouest et au nord du lac du Der. Les

milieux prairiaux, les boisements et les étangs

abritent de nombreuses espèces patrimoniales

comme le pipit farlouse, le blongios nain ou bien


encore le pic mar. Le travail a commencé fin 2009

et va se poursuivre en 2010. L’objectif est de

proposer et de mettre en place des mesures

pertinentes de gestion durable.

Espèces :

Nous avons poursuivi le dispositif "SOS

grenouilles" sur le site du Lac du Der. En 2009, 34

000 amphibiens ont été protégés de la circulation

routière grâce à une implication toujours aussi

forte des bénévoles. Ce dispositif, qui au départ

devait durer quelques années pour anticiper la

construction d’un crapauduc, est reconduit chaque

année depuis 12 ans.

Homme et société:

203 animations ont été réalisées, qui nous ont

permis d’aller à la rencontre de 2 969 élèves de la

maternelle jusqu'au lycée (dont un peu plus de 1

600 grâce à l'action des bénévoles lors du weekend

de l'arbre, à Reims). Les animations dans le

cadre du dispositif d'aide régionale "Chèque

Nature" représentent la plus grande part de ces

animations scolaires.

LPO HAUTE-NORMANDIE

Ass. Locale LPO depuis 2004

Nombre de membres : 1 089

Nombre de salariés : 6

L’année 2009, en Haute-Normandie, a été marquée

par l’obtention fin février du dossier observatoire

impliquant une demande de financement FEDER et

qui permet d’agrandir l’équipe salariée. La zone

d’étude prévue comprend le Pays de Caux, la Côte

d’Albâtre, le Marais Vernier et l’Estuaire.

Parmi nos publications, à noter la sortie du n°3 de

l’Oiseau Libre en Haute-Normandie qui présente

l’analyse des données accumulées dans notre base

de données : le point sur l’évolution des

populations d’oiseaux communs de Haute-

Normandie entre 2001 et 2005. Les 100 espèces les

plus fréquentes sont présentées sous forme d’une

fiche : les courbes de fréquences mensuelles, les

statuts européens, français et hauts-normands ainsi

que l’analyse des variations pour la période 2001-

2005…

Participation à l’exposition "Etats des éteints" au

Muséum d’Histoire Naturelle de Rouen de février à

juin 2009. Une plaquette de communication

distribuée à tous les visiteurs a été réalisée en

collaboration avec l’équipe du Muséum (illustration

de Delphine Zigoni). Des animations scolaires et

notre exposition "Les oiseaux de Haute-

Normandie" complètent cet évènement.

Animations scolaires : l’arrivée de notre animateur

permet de mettre en place des animations pour les

scolaires. 34 classes (775 élèves) de maternelles et

primaires ont bénéficié de ces animations

(Hirondelles, Muséum de Rouen, Salon de la

Nature) en 2009.

Le lien avec les CPN s’accentue : de nombreuses

activités en commun avec le Chouett’club de Petit-

Quevilly ainsi qu’une participation aux Rencontres

internationales des CPN à St Laurent de Brèvedent

en août.

Le nouveau programme Refuges mis en place est

l’occasion de relancer et dynamiser le réseau des

Refuges hauts-normands. Au 31 décembre, nous

totalisons 486 Refuges qui représentent 731 ha sur

lesquels les propriétaires agissent concrètement

pour favoriser la biodiversité.

Le "Groupe Refuges" s’est mis en place ! Plusieurs

réunions ont eu lieu pour organiser le programme

d’actions dès cette année : journée portes ouvertes

pendant la Fête de la Nature, mise en place d’un

réseau de correspondants locaux et renouvellement

de notre Lettre des Refuges.

Les sorties nature restent un point fort des activités

bénévoles : 141 sorties nature et conférences

assurées par 24 animateurs bénévoles en 2009,

avec une moyenne de 11 personnes participantes

(soit 1500 personnes contactées).

Une nouveauté cette année : une trentaine de

sorties sur les papillons et donc des sorties aussi en

juillet et août (accompagnées d’articles de presse).

Mise en ligne au début de l’année sur notre site, la

carte de nos sorties enregistre plus de 5 000 visites.

LPO PACA

Ass. Locale LPO depuis 1998

Nombre de membres : 3 355

Nombre de salariés : 28

L’année 2009, à la LPO PACA a été marquée par la

sortie de l’Atlas des oiseaux nicheurs de Provence-

Alpes-Côte d’Azur.

Résultat d’une enquête régionale s’étalant sur

plusieurs années, l’ouvrage "Oiseaux nicheurs de

Provence-Alpes-Côte d’Azur" est le premier atlas

ornithologique à l’échelle de la région PACA.

Ce livre est une synthèse unique, qui présente la

répartition, la biologie de reproduction et le statut

de conservation de tous les oiseaux se

reproduisant en région Provence-Alpes-Côte

d’Azur. Au total, ce sont 240 espèces d’oiseaux

nicheurs présentées au travers de monographies,

et illustrées par plus de 300 photographies et

autant de cartes de répartition. Ouvrage collectif, il

a nécessité la contribution de plus de 1 500

ornithologues et/ou organismes agissant pour la

protection de la nature en région PACA.

Sites : La LPO PACA participe à la rédaction du

plan de gestion de l’Etang du Pourra, propriété du

Conservatoire du Littoral dans le département des

Bouches-du-Rhône. Sur l’initiative de la LPO PACA,

le Tribunal administratif de Toulon en date du 6

novembre 2009, a partiellement annulé la

délibération municipale du 3 octobre 2007

approuvant le Plan Local d’Urbanisme de Solliès-

Toucas. Le PLU prévoyait l’aménagement d’un

complexe touristique proche d’une zone Natura

2000 et qui menaçait l’Armérie de Belgentier,

espèce de fleur en voie d'extinction.

Espèces : le centre régional de sauvegarde de la

faune sauvage de Buoux a accueilli 787 animaux

blessés. Ce sont près d’un million de données qui

sont référencées sur www.faune-paca.org, dont

200 000 concernant l’année 2009. L'association a

poursuivi son travail sur les abus de la chasse,

notamment les tirs sur espèces protégées, leur

capture à des fins commerciales, le braconnage

généralisé en tous milieux et toutes saisons. La

LPO PACA s'est portée partie civile dans les rares

Associations Locales 33


affaires faisant l'objet d'un procès-verbal, à

condition que nous réussissions à en prendre

connaissance et que l'affaire ne soit pas classée

sans suite. En 2009, 4 affaires ont été jugées.

Homme et Société : plus de 250 bénévoles ont

participé à la vie de l’association en 2009. Plus de

9 000 enfants (essentiellement scolaires) ont

bénéficié d’animations d'éducation à la nature et

près de 38 500 personnes ont été sensibilisées à la

biodiversité par des conférences, des sorties

nature, des ateliers pédagogiques, des expositions

et sur des stands LPO.

LPO FRANCHE-COMTE

Ass. Locale LPO depuis 2007

Nombre de membres : 977

Nombre de salariés : 14

L’année 2009, à la LPO Franche-Comté a été

marquée par le fonctionnement d’Obsnatu la

base, un outil de base de données en réseau et en

ligne Visionature développé par Biolovision SARL.

Un total de 106 000 données a été ainsi produit

grâce à une synergie entre la base et l’atlas

national des oiseaux nicheurs. Au cours de

l’année, diverses améliorations ont eu lieu afin de

faciliter la transmission des observations en ligne,

notamment saisie des observations d’amphibiens,

de reptiles et de mammifères - hors chauves-souris.

La Réserve Naturelle Nationale du Sabot de Frotey-

Lès-Vesoul, cogérée par la LPO Franche-Comté et

l’association de gestion locale, a été marquée par

le renfort du conservateur avec un poste de gardetechnicien

pour le suivi écologique, l’entretien et

les chantiers en plus de la surveillance et de

l’information des visiteurs.

De nombreux projets d’amélioration des

connaissances sont réalisés : suivi des oiseaux

communs, enquêtes et suivis d’espèces : piegrièche

grise, harle bièvre, busard Saint-Martin,

Wetlands International, suivi migration à Pont de

Roide.

Associations Locales 34

Coté conservation, le plan d’action milan royal a

été reconduit avec la réalisation d’une deuxième

placette de nourrissage en Haute-Saône et un

plan d’action régional pour crapaud calamite a

été initié.

Le programme "Nature au pas de sa porte" avec

la médiation faune sauvage a permis de traiter

des dizaines de cas.

Côté animation et sensibilisation, la nouveauté

fut la réalisation de nos premiers séjours nature

dans le Jura. Trois programmes d’animation pour

les enfants scolarisés ont été menés en lien avec

la thématique Refuges LPO et la nature de

proximité, d’où notre accompagnement du

Conseil Général du Doubs sur ses Espaces

Naturels Sensibles. Le lancement du nouveau

programme Refuges LPO pour les particuliers a

été un succès car près d’une centaine a été crée.

Une sortie dans le cadre de la Nuit de la

Chouette à la Saline Royale d’Arc-et-Senans, un

site UNESCO, qui a rassemblé plus d’une

centaine de personnes a constitué un bon

préalable à un nouveau projet de refuge.

La LPO Franche-Comté et la LPO Mission

Rapaces ont organisé le premier colloque

international du Plan français de restauration du

Milan royal les 17 et 18 octobre derniers dans

les locaux de la Communauté d’Agglomération

du Pays de Montbéliard. Ce colloque a

rassemblé près de 130 personnes de 11 pays

différents autour d’un programme scientifique

international piloté par la Mission Rapaces de la

LPO, notamment Fabienne David.

Une motion sur l’emploi de produits toxiques en

France et en Europe a été validée par

l’assemblée, des éléments de réflexion pour les

prochains plans de restauration français et

européens ont été proposés. L’accueil et la

logistique de cet événement furent un succès

grâce aux bénévoles. Outre les locaux faciles

d’accès et confortables, l’accueil de la

Communauté d’Agglomération de Pays de

Montbéliard fut très apprécié.

ASSOCIATIONS LOCALES

DEPARTEMENTALES

LPO AUDE

Ass. Locale LPO depuis 1993

Nombre de membres : 300

Nombre de salariés : 11

2009 est une année de transition pour la LPO

Aude, avec la fin de deux programmes LIFE (Basses

Corbières et Faucon crécerellette). Le troupeau de

moutons, acquis dans le cadre du LIFE Basses

Corbières, étend son rayon d'action, avec 2 mois

de pâturage sur le littoral gruissannais. D’autre

part, un séminaire sur la conservation des rapaces

méditerranéens a été organisé et a réuni de

nombreux intervenants, français et étrangers. Les

opérations de réouverture et d'entretien de milieux

ont donné des résultats inespérés, avec le retour

d'espèces comme le cochevis de Thékla.

Concernant le faucon crécerellette, une douzaine

de couples a niché sur le site de réintroduction.

Pour prendre le relais sur les programmes de

conservation LIFE, la LPO Aude s'est bien

positionnée sur l'élaboration de DOCOB NATURA

2000, en ayant été désignée opérateur sur deux

sites (ZPS Pays de Sault et ZPS Corbières

Orientales). Les actions menées par l'union

régionale d'associations Meridionalis (dont la LPO

Aude est le représentant audois) se sont

développées, avec la participation à plusieurs plans

d'actions d'envergure nationale ou régionale

(vautour percnoptère, outarde canepetière, piegrièche

à poitrine rose). Dans le cadre de la veille

environnementale sur le développement des

énergies renouvelables, l'association a été amenée

à déposer un recours juridique contre un projet de

parc éolien et siège désormais aux réunions du

Pôle Énergies Renouvelables, où notre avis est de

plus en plus pris en compte. Création d'un groupe

local sur Carcassonne, signatures de conventions

pour les premiers Refuges collectivités et tenues de

stands augurent d'un renouveau de la vie

associative. De bonnes nouvelles des oiseaux, avec


le succès de la mise en protection d'une colonie de

250 couples de sternes naines (près de la moitié

des effectifs méditerranéens français) et

l'installation d'une nouvelle espèce nicheuse, le

gypaète barbu. Mais également de moins bonnes

nouvelles, avec la découverte de cas

d'empoisonnement ayant touché (entre autres) 1

vautour percnoptère et 4 vautours fauves... Une

plainte a été déposée et est encore en cours

d'instruction.

LPO AVEYRON

Ass. Locale LPO depuis 2001

Nombre de membres : 505

Nombre de salariés : 5

L’année 2009 est particulièrement marquée par le

début du programme de conservation du milan

royal avec plusieurs associations du Massif central.

Par ailleurs, notre contribution à la connaissance et

à la protection des espèces de l’Aveyron est

toujours aussi ardente. Ainsi nous participons à 4

atlas régionaux et nationaux et sommes

notamment coordinateur départemental de l’atlas

des papillons de Midi-Pyrénées. Nous avons aussi

débuté deux importants programmes de

connaissance d’espèces en vue de déterminer des

mesures de conservation : l’oedicnème criard (en

partenariat avec l’Office national de la chasse et

de la faune sauvage) et les pies-grièches. La LPO

Aveyron poursuit bien sûr son programme de

conservation des busards et plusieurs conventions

ont été signées pour la conservation de landes ou

la mise en place d’une jachère faune sauvage.

Nous réalisons enfin le suivi d’une colonie de

chauves-souris dans une grotte protégée.

Nous contribuons à la conservation de sites et un

projet de réserve naturelle régionale a été déposé

au Conseil régional. Il s’agirait de la première

réserve naturelle en Aveyron. Par ailleurs, nous

continuons la rédaction du document d’objectif

pour la ZPS "Gorges de la Truyère".

Dans le domaine de la conservation des grands

milieux naturels, notre programme phare

"Agriculture et biodiversité" se poursuit et nous

permet maintenant de conseiller tout agriculteur

qui le souhaite pour améliorer et préserver la

biodiversité sur son exploitation. Comme les

années précédentes, ce programme nous a encore

conduit à créer ou restaurer des points d’eau pour

la biodiversité et à planter des haies. Nous avons

aussi contribué au schéma régional de

développement de l’éolien afin de préserver les

espèces les plus sensibles.

Notre activité de sensibilisation du public n’a pas

décrue avec un nombre record de 198 animations

réalisées. Une nouveauté importante est apparue

dans notre façon de concevoir les animations : des

modules d’animations ont été créés en lien avec

nos programmes phares "Milan royal" et

"Agriculture et biodiversité". Nous avons aussi

assuré une présence remarquée au festival "Les

pieds sur terre" de la ville de Millau grâce à de

nombreux bénévoles motivés. Ces derniers sont

restés très présents tout au long de l’année et leur

nombre continue d’augmenter.

LPO COTE D'OR

Ass. Locale LPO depuis 2009

Nombre de membres : 380

Nombre de salariés : 5

Parmi les nombreuses actions de la LPO Côte d'Or,

l'une d'entre elles est à noter pour sa continuité

dans le temps et son évolution : le suivi et la

surveillance des populations nicheuses du faucon

pèlerin (Falco peregrinus) et du grand duc

d'Europe (Bubo bubo).

A noter que cette surveillance est effectuée

entièrement par des bénévoles.

Le faucon pèlerin est suivi depuis son apparition

en Côte d'Or à la fin des années 40 par les

associations ayant précédé la LPO qui a ensuite

pris le relais. Le grand duc pour sa part a disparu

des falaises de Côte d'Or à peu près à la même

époque...

Il a été retrouvé nicheur en 1999 dans une carrière

du département. Depuis cette date, le nombre de

couples est en augmentation constante

Les deux espèces entrent en compétition sur les

sites de reproduction et le grand duc est un

concurrent redoutable d'autant plus qu'il exerce

une prédation sur le faucon.

L'évolution de la population nicheuse des deux

espèces sera suivie attentivement par les bénévoles

de l'association.

LPO DROME

Ass. Locale LPO depuis 2009

Nombre de membres : 318

Nombre de salariés : 10

Au début de l’année 2009, le CORA Drôme a

rejoint la LPO France, gagnant à cette occasion

environ 200 adhérents. L’association a non

seulement changé de nom et de statuts, mais aussi,

en fin d’année, de siège social et loué un nouveau

local pour son pôle chiroptères tout début 2010,

donc vécu deux déménagements à quelques mois

d’intervalle.

Malgré ces grands bouleversements, nous avons

continué le suivi des sites à enjeux comme les

Grottes des Sadoux et de Baume-Sourde, le Marais

des Bouligons, les Gorges de l’Eygues ou la

Roselière de Rochemaure... et les contrats de

rivières du Lez et de la Savasse.

Un gros dossier s’est mis en place : le programme

de requalification du réseau ASF en faveur de la

biodiversité sur l’autoroute A7 dans la Drôme (porté

par un nouveau salarié), qui permettra de restaurer

les corridors écologiques grâce notamment à des

passages pour la grande faune.

L’étude d’impact sur l’avifaune des éoliennes de

plusieurs sites s’est poursuivie, étendue aux

chiroptères. En complément des suivis déjà en

place : programmes STOC (Suivi Temporel des

Oiseaux Communs) et SHOC (Suivi Hivernal des

Oiseaux des Champs), migration de printemps

(opération "Tête en l’Air") et des études d’espèces

suivies depuis plusieurs années (chevêche d’Athéna,

milan royal, merle à plastron), quelques belles

découvertes ont été faites sur la chevêchette dans

le Vercors, les chauves-souris des milieux forestiers

et la loutre, de retour dans le Sud Drôme, contactée

Associations Locales 35


sur le Lez. Les inventaires des oiseaux d’eau sur le

Rhône, des chamois et des bouquetins sur les

massifs, des tétras-lyre de la Réserve des Hauts-

Plateaux ont permis aux bénévoles, comme chaque

année, de surveiller l’état des populations. En lien

avec d’autres associations, un suivi attentif du loup

et des vautours s’est maintenu, qu’il faudra

renforcer à l’avenir pour les grands-ducs, les aigles

royaux et les faucons pèlerins.

Notre partenariat avec le CORA Faune Sauvage

nous a permis de travailler avec toute la Région

Rhône-Alpes sur de nombreux dossiers. Au niveau

associatif, 2009 était l’année des premiers stands

LPO, de la découverte des Refuges drômois avec la

naissance d’une lettre qui sort tous les deux mois,

de l’organisation de sorties réservées aux

adhérents…

L’édition d’un nouveau livre sur un site majeur, la

Forêt de Saoû, nous a permis de mieux nous faire

connaître du grand public, et une première réunion

associative de poser les grandes orientations du

futur.

L’année 2009 a donc été pour la LPO Drôme une

année de croissance dans la continuité de sa lancée,

et d’ouverture à de nouveaux projets très

prometteurs.

LPO HAUTE-SAVOIE

Ass. Locale LPO depuis 1995

Nombre de membres : 831

Nombre de salariés : 5

L’année 2009 a été marquée par la finalisation et

la diffusion du Document d’Objectifs et Priorités

d’actions pour l’avifaune visant à mettre en place

un programme d’actions de conservation des

espèces désignées prioritaires. L’association a

connu un nouvel essor en terme de demande de

Refuges LPO. La commission animation a été

reconstituée.

Espèces

Suivis et expertises par le biais de l’Observatoire de

Associations Locales 36

la faune de Rhône-Alpes. Ce programme régional

coordonné par le CORA Faune Sauvage a pour

objectif de parfaire les connaissances sur la

biodiversité et mieux préparer les actions de

conservation nécessaires. Il est appliqué aux

oiseaux, mammifères, reptiles et amphibiens. Un

programme pluriannuel de conservation du

blongios nain a été mis en place, visant à préciser

sa distribution sur le département, suivre la

reproduction et localiser les nids, évaluer les

menaces potentielles et proposer des mesures de

gestion et de protection. Le protocole de

recherche du pic tridactyle s’est poursuivi et de

nouveaux sites de présence ont été découverts. Le

partenariat avec ERDF concernant la neutralisation

des armements dangereux pour l’avifaune a été

reconduit.

Sites

Au Lac des Dronières, une étude de faisabilité pour

l’aménagement d’un passage à petite faune a été

réalisée. Sur le site du Parc industriel de la plaine

de l’Ain, un bilan de l’observatoire des populations

d’oiseaux a été établi après 5 années de travail.

L’objectif est d’accompagner le parc dans son

développement tout en limitant les impacts de son

industrialisation sur la biodiversité. La tendance

attendue de diminution des effectifs des

populations d’oiseaux liés aux milieux agricoles

s’est confirmée mais sans qu’un lien direct avec le

développement du Parc puisse être établi.

La collaboration avec le PIPA se poursuivra en

intervenant plus particulièrement auprès des

entreprises qui s’installent afin de susciter une

gestion de leurs espaces qui compense la perte en

habitats favorables à la biodiversité.

Homme et société

Une exposition itinérante à destination des

habitants des communes a été réalisée afin de

sensibiliser le plus grand nombre à la perte de la

biodiversité de proximité et aux actions simples à

mettre en place pour favoriser le maintien de la

biodiversité autour de chez soi.

Les Refuges LPO auprès des personnes morales se

sont développés notamment avec la Ville d’Annecy

qui a mis en Refuge LPO 5 de ses espaces verts.

LPO HERAULT

Ass. Locale LPO depuis 2006

Nombre de membres : 563

Nombre de salariés : 4

L’année 2009, à la LPO Hérault a été marquée par

l’engagement de l’association pour la sauvegarde

des derniers couples nicheurs de pie-grièche à

poitrine rose (18 couples recensés en France dont

15 en Hérault). Outre le suivi des couples dès

l’arrivée de leurs quartiers d’hivernage africains, le

recueil de données concernant la biologie de

l’espèce (reproduction, alimentation, étude des

sites fréquentés), des actions de sensibilisation des

propriétaires et exploitants agricoles concernés, un

apport alimentaire à été réalisé à titre

expérimental sur 50 % des couples (8 000 grillons

apportés). De plus, un projet de convention a été

élaboré et soumis aux services du Conseil général

de l’Hérault pour limiter et encadrer l’élagage des

platanes dans les zones fréquentées par la piegrièche.

Grands milieux : Présentation du film "le Busard

cendré, prince des garrigues" dans de nombreuses

manifestations pour sensibiliser le public sur les

dangers qui planent sur ce milieu caractéristique

méditerranéen menacé par l’abandon de l’agropastoralisme

et l’urbanisation.

Sites : Réalisation d’études concernant divers

projets (implantation d’une volerie, réalisation de

travaux routiers) dans et à proximité du Cirque de

Navacelles.

Espèces : Plusieurs espèces rares, menacées ou

patrimoniales ont fait l’objet de suivis, souvent

dans le cadre de plans nationaux d’action.

Faucon crécerellette : Suivi de la reproduction dans

les 2 villages d’accueil de l’espèce (près d’une

centaine de couples nicheurs), étude des milieux

fréquentés et alimentation, recueil, soins et

relâcher de poussins tombés de l’aire, suivi des

dortoirs postnuptiaux.

Vautour percnoptère : Suivi du seul couple connu

en Hérault, en étroit partenariat avec l’association

"Goupil connexion" ; Suivi des oiseaux et de leur


fréquentation des aires de nourrissage

spécialement aménagées pour eux avec le

concours des propriétaires-éleveurs.

Outarde canepetière : Suivi des populations

héraultaises qui profitent de l’arrachage massif de

vignes pour étendre leur aire de distribution.

Busard cendré : participation aux opérations de

baguage-marquage alaire des poussins et adultes

de cette espèce qui fait l’objet de programmes de

recherche (CNRS et particuliers).

Homme et Société : La LPO Hérault a développé

un programme ambitieux de sensibilisation à

l’environnement en participant à de très

nombreuses manifestations. Pour illustrer certaines

de ses actions, elle a produit un nouveau film : "A

la recherche de l’Oiseau bleu" dédié à la talève

sultane.

Enfin, un partenariat a été engagé avec certaines

sociétés de chasse pour la gestion des territoires et

l’accroissement de la biodiversité par l’ouverture

des milieux les plus fermés.

LPO ISERE

Ass. Locale LPO depuis 2006

Nombre de membres : 1 230

Nombre de salariés : 9

L'année 2009 a vu le lancement de la campagne

de prospection pour l'Atlas des oiseaux nicheurs

de France dont la partie iséroise est pilotée par la

LPO Isère.

À cette occasion nous avons vu naître plusieurs

projets :

Tout d'abord la réalisation d'un "carnet ornitho",

entièrement portée par les bénévoles de

l'association, et dont l'objectif est de donner aux

observateurs des informations leur permettant

d’identifier les indices significatifs quant à leur

statut de nicheur.

Il concerne les oiseaux susceptibles de nicher en

Rhône-Alpes, soit 223 espèces.

Ensuite, le nouveau site de saisies d'observations

en ligne visant à faciliter la transmission de toutes

les données naturalistes sur le département a été

réalisé. Il s'agit du site www.faune-isere.org.

Nous avons également développé les Refuges

collectivités et certaines communes sont désormais

porteuses du message de la protection de la

biodiversité de leurs jardins municipaux à leurs

cours d'écoles.

Au titre Espèces et biodiversité, la LPO Isère a

piloté : 20 études et suivis d'espèces, cela

représente une somme de travail et d'énergie

considérable ; 20 études et suivis d'inventaires de

sites (3 de plus que l'an dernier) ; 18 suivis dans le

cadre d'observatoires dont une dizaine développée

dans le cadre régional ; et bien sûr 21 programmes

en faveur de la faune intégrés dans le plan de

conservation de la faune de l'Isère réalisé en

partenariat étroit avec le Conseil général de l'Isère

avec des actions phares menées avec le milieu

agricole dans le Trièves, la Bièvre et la Matheysine.

Au titre des sites majeurs, l'année 2009 est dans la

continuité de 2008 pour faire aboutir nos

demandes de classement en zone Natura 2000 de

plusieurs sites d'intérêt majeur sur les plaines de

Bièvre et du Liers ou sur le plateau matheysin.

Au titre des grands milieux naturels, le fait

marquant de l'année est la création de la Réserve

naturelle régionale des Isles du Drac dans laquelle

l'ENS des Iles, géré par la LPO Isère, a été intégré.

D'une superficie de 808 ha, elle est la plus grande

réserve régionale de Rhône-Alpes. La LPO Isère fait

partie du comité consultatif.

Enfin au titre Homme et société, le bilan de

l'année 2009 est très positif et encourageant.

Nous avons accru notre présence et donc notre

visibilité sur de nombreux secteurs : les animations

scolaires ont été en hausse de 350 %.

Le foisonnement des actions et des partenaires

impliqués cette année rend compte de notre

démarche d'ouverture et il est le reflet des valeurs,

des convictions et des actions que nous

défendons.

LPO LOIRE

Ass. Locale LPO depuis 1998

Nombre de membres : 705

Nombre de salariés : 6

L’année 2009, à la LPO Loire, a été marquée par la

réalisation d’inventaires pour le Syndicat Mixte des

Monts de la Madeleine afin de mieux connaître et

quantifier la richesse avifaunistique de ce territoire.

La méthodologie des EPS a permis

d’échantillonner 10 secteurs (soit 104 points EPS)

et de récolter 11 300 données pour 95 espèces

recensées.

2009 ou l’année de la reconnaissance des

micromammifères. Via l’analyse de pelotes de

réjection, des formations à l’identification des

proies des rapaces ont permis de motiver un

groupe de bénévoles. La tâche est ardue mais

passionnante ! Elle nous permettra de récolter de

nombreuses informations sur ce groupe d’espèces

méconnu dans notre département.

2009 fut l’année de la pose de nombreux nichoirs.

La 2ème année d’enquête sur la chevêche

d’Athéna dans le Pilat a permis de recenser 31

mâles chanteurs (contre 15 en 2004). En parallèle,

la LPO Loire et le PNR Pilat ont proposé aux

habitants de signer une convention tripartite. Plus

d’une trentaine de personnes ont répondu

favorablement. Dans ce cadre, le groupe de

bénévoles particulièrement dynamique de la Vallée

du Gier et les membres du CPN "Le Colibri" de

Maclas ont installé une douzaine de nichoirs chez

des particuliers. Ces nichoirs, destinés à la

chevêche d’Athéna, furent suivis par l’installation

de 7 nichoirs spécialement conçus pour la "Dame

blanche". Ainsi, notre groupe de bénévoles

dynamiques fabrique et pose ces nichoirs dans les

arbres ou les granges de propriétaires motivés et

ravis !

2009 aura été l’année record concernant la

transmission de données ornithologiques. En mai,

la mise en ligne de notre base de données

participative a grandement stimulé la transmission

de données. Le chiffre est passé de 24 653 en

Associations Locales 37


2008 à 90 950 en 2009. Ce site Internet, convivial,

dédié à la saisie et la restitution des données

naturalistes se nomme "Faune Loire". Il permettra

d’améliorer notre connaissance de la faune

ligérienne afin d’agir par la mise en place d’actions

de sauvegarde adaptées pour les espèces les plus

menacées.

En 2009, la LPO Loire a poursuivi ces actions dans

le volet "Animation" de l’Opération "Tête en

l’Air". Pour le programme 2008-2009, sur les 337

animations réalisées, 54 animations (pour 14

classes) ont permis de sensibiliser 342 élèves à des

enjeux globaux dépassant le seul cadre de la

migration. La LPO Loire participe activement à la

conception d’une malle pédagogique à destination

des collégiens et lycéens sur la migration des

oiseaux. Cette malle est créée pour le compte de

la Mission Migration de la LPO.

LPO TARN

Ass. Locale LPO depuis 1998

Nombre de membres : 327

Nombre de salariés : 4

L’année 2009 a été marquée, à la LPO Tarn, par le

lancement d’une collaboration avec le comité

départemental de la Fédération Française de la

Montagne et de l’Escalade, en vue de prendre en

compte la conservation des espèces rupestres

(faucon pèlerin et grand-duc d’Europe) dans la

pratique de l’escalade. Une première phase de

diagnostic a permis de faire un point précis sur les

sites rocheux occupés par les oiseaux et servira de

base à la réalisation d’un document "cadre" qui

sera signé entre la FFME81 et la LPO Tarn en 2010.

Sur certains sites, des rencontres entre grimpeurs

et ornithologues ont permis de trouver un accord

de partage de l’espace dès cette année.

En 2009, la LPO Tarn, en partenariat avec le CREN

Midi-Pyrénées et l’ATASEA, a entrepris une étude

sur les landes sèches des Monts de Lacaune dans

le but d’aboutir à la préservation de plusieurs de

ces milieux à forte valeur écologique. Des

Associations Locales 38

inventaires naturalistes (avifaune, invertébrés, flore

et habitats) ont ainsi été menés par les trois

structures sur près de 30 sites.

Après une phase d’inventaires effectués en 2008,

la LPO Tarn et l’ATASEA ont travaillé en commun à

l’élaboration du document d’objectifs de la Zone

de Protection Spéciale "Grésigne et environs"

(Natura 2000), en particulier au travers de

l’animation des groupes de travail réunissant les

acteurs du site.

La LPO Tarn a aussi réalisé des diagnostics

naturalistes, assortis de propositions de gestion et

d’aménagements, sur deux sites (gravières et

ancienne carrière) dans le cadre de la politique des

Espaces Naturels Sensibles mise en oeuvre par le

Conseil Général du Tarn.

Pour la deuxième saison consécutive, le système

de suivi vidéo du couple de faucons pèlerins de la

cathédrale d’Albi, mis en place par la LPO Tarn et

la Ville d’Albi, a permis à un nombreux public

d’assister en direct à l’élevage et à l’envol de

quatre jeunes faucons.

Les animations autour de la Réserve naturelle

régionale de Cambounet-sur-le-Sor (gérée par la

LPO Tarn), de l’observatoire de la base de loisirs

Vère-Grésigne (Groupe Grésigne) et du suivi de la

migration postnuptiale à Roquecézière (en

commun avec la LPO Aveyron) se sont poursuivies

avec succès cette année encore.

LPO TOURAINE

Ass. Locale LPO depuis 1998

Nombre de membres : 743

Nombre de salariés : 4

L’année 2009, à la LPO Touraine a été marquée par la

mise en route d’un important projet d’étude des

chiroptères dans le territoire du Parc naturel régional

Loire Anjou Touraine. Le projet a nécessité le

recrutement d’un chargé de mission et constitue notre

première action dans ce domaine.

Grands milieux : ZPS Champeigne : suivi de l’outarde

canepetière et des busards cendré et Saint-Martin.

ZPS basses vallées de l’Indre : suivi du râle des genêts

Sites : Reproduction de 15 couples de sternes

pierregarins sur un radeau mis en place par la LPO

Touraine à Rillé.

Espèces (oiseaux, faune, flore) : Mise en route de

l’enquête nationale Atlas des oiseaux nicheurs : 25

participants environ, 1 000 heures de prospection, 57

carrés visités sur 62 du département, 44 espèces en

moyenne par carré. Mise en route de l’enquête

chiroptères dans le territoire du Parc naturel régional

Loire Anjou Touraine : 40 communes sur 73

prospectées en été, 100 sites occupés. 38 communes

prospectées en hiver, découverte de sites importants

(200 individus, 100 individus et 3 sites de 50

individus). Recensement des sternes pierregarins et

naines. Participation à l’enquête Balbuzards.

Enquête Pie-grièche à tête rousse (disponible sur le

site : http://www.centre.ecologie.gouv.fr/etudes/

Etude_pie_grieche/Etude_pie_grieche_37.pdf).

Suivi de nichoirs à hulottes en forêt de Chinon.

Homme et Société : Participation au projet IBIS :

Intégrer la biodiversité dans les systèmes d’exploitation

agricole. Réalisation de diagnostics Agriculture &

Biodiversité sur cinq exploitations agricoles.

Vie associative : 27 sorties grand public organisées, 7

soirées thématiques. Animations scolaires : 41 demijournées.

Animations non scolaires : 72 demijournées.

Emissions radiophoniques : 12 interventions.

Site internet http://www.lpotouraine.fr/ : plus de 800

visiteurs par mois sur la rubrique "Observer les

oiseaux". Publication du numéro 6 de la revue

scientifique "le P’tit Grav’".

LPO VIENNE

Ass. Locale LPO depuis 1992

Nombre de membres : 985

Nombre de salariés : 12

L’année 2009 à la LPO Vienne a été marquée par

l’ouverture au public de la réserve ornithologique du

lac de Saint-Cyr. Entièrement accessible aux personnes

à mobilité réduite et aux non-voyants, le site dispose

désormais d’une signalétique adaptée à tous pour

informer les visiteurs sur la faune et la flore à observer

et pour les guider dans leur découverte du site.

L’inauguration avec Michel Granger, président de la

LPO Vienne, en présence d’Allain Bougrain Dubourg


et de tous les partenaires financiers a permis d’ouvrir

une nouvelle page : celle de l’exploitation du site par

les oiseaux... et le public !

Homme et Société : "Mon école buissonnière"

Ce projet pédagogique, qui a réuni écoles, centres de

loisirs et espaces jeunes a pour objectif de porter un

regard particulier sur les oiseaux des parcs et jardins.

Ainsi, l’étude des conséquences de l’usage de

pesticides par le jardinier, sur la faune et la flore, a

permis de comprendre les incidences de ces produits

sur les oiseaux mais aussi sur notre alimentation. Les

sorties d’observation des oiseaux et les ateliers de

fabrication de nichoirs ont été accompagnés de

séances de cuisine où chaque classe a réalisé sa

propre recette avec des produits de saison et cultivés

localement. Un livret a été réalisé par la LPO et diffusé

à l’ensemble des 327 enfants ayant participé à cette

action. Retrouvez ces recettes des enfants sur le site

internet de la LPO Vienne !

Grands milieux : "Agriculture et biodiversité"

L’année 2009 a vu la clôture du programme national

expérimental "Agriculture et biodiversité : comment

les agriculteurs peuvent-ils améliorer la biodiversité sur

leur exploitation ?". En Vienne, les 10 agriculteurs

participant ont ainsi mis en oeuvre les mesures

préconisées par la LPO Vienne: 12 ha de bandes

enherbées afin de fragmenter le parcellaire, 10 mares

créées et 3 mares restaurées. Enfin, un vaste projet de

plantation de haies avec des plants issus de graines ou

de boutures locales a été initié, afin de réaliser 20 km

de haies, répartis sur 8 exploitations du programme.

Sites : "Les prairies du Clain et de ses affluents"

Dans le cadre du Plan Loire Grandeur nature, la LPO

Vienne a lancé la sauvegarde des prairies du Clain et

de ses affluents. En 2009, l’étude préalable réalisée a

couvert près de 1 000 ha de zone inondable dans

l’objectif d’identifier les sites à forte valeur

patrimoniale. Sur plus de 300 ha de prairies visitées, la

moitié présente un fort enjeu pour la région. Les sites

les plus remarquables se composent de prairies

humides, souvent riches en insectes qui accueillent le

cuivré des marais, papillon protégé sur le plan

national. Quant aux prairies plus ordinaires, elles

constituent un habitat privilégié pour la fritillaire

pintade, une plante jugée prioritaire pour la région du

fait de la disparition des prairies alluviales. Ce

diagnostic permettra de travailler à la préservation des

sites d’intérêt majeur grâce à des mesures de gestion

proposées aux agriculteurs.

LPO YONNE

Ass. Locale LPO depuis 1995

Nombre de membres : 412

Nombre de salariés : 1

L’année 2009, à la LPO Yonne, a été marquée par

l'anniversaire des 20 ans de la Réserve

ornithologique de Bas-Rebourseaux qui a

rassemblé en un après-midi festif, une bonne

partie de nos anciens et nouveaux membres. Cette

journée a été marquée par l’inauguration d’un

parcours de découverte avec aménagements pour

la mise en valeur de la biodiversité. Chaque milieu

bénéficie d’une description rapide et de son utilité

pour l’accueil de la faune qui lui est associée. Des

essences végétales (arbres et arbustes typiques des

milieux rencontrés) sont signalées par des

panneaux individuels. Enfin, deux stations

d’information, l'une avec exposition de plusieurs

types de nichoirs et l’autre concernant les cavités

et autres abris sont montrées aux visiteurs.

L'étude sur les hirondelles rustiques et de fenêtre

en Puisaye a pu cette année prendre une ampleur

exceptionnelle grâce à nos deux bagueurs et avec

l’aide de bénévoles. En période de nidification,

317 oiseaux ont été bagués et 26 contrôlés. En

période de migration, 800 individus ont été

bagués et 10 contrôles réalisés, parmi lesquels 4

oiseaux belges.

Comme en 2007 et 2008, les busards cendrés et

Saint-Martin ont fait l’objet de surveillance et de

protection des nichées en deux secteurs du

département. Au total, 15 nids ont été protégés.

Dans le cadre du programme national de

marquage des jeunes busards cendrés, 37 poussins

ont été marqués.

Une halte migratoire à l’automne a permis de

baguer 1 572 oiseaux pour un total de 40 espèces

(fauvettes, pouillots, bruants, mais aussi

gorgebleue à miroir, marouette ponctuée et

bécassine des marais). À noter : 2 contrôles de

bruants des roseaux espagnol et suédois. L'action

de sauvegarde des amphibiens du hameau des

Bries à Appoigny s'est poursuivie avec remise d’un

mémoire d’études auprès du commissaire

enquêteur lors de l’enquête publique concernant

le Parc d’activités économiques de la Communauté

de l’Auxerrois. Proposition de mise en place de

mesures compensatoires suite à la suppression ou

à l’inaccessibilité des mares et étangs des Bries

(mise en place de nouvelles mares).

Par ailleurs, la première année de l'Atlas des

oiseaux nicheurs a permis de renforcer le contact

avec nos observateurs et nous a apporté 15 000

données à compléter ces prochaines années. Enfin,

notre site web a permis à tous de suivre toutes nos

actions ornithologiques et nous avons publié un

article par mois dans le quotidien local ainsi que

des publications dans diverses revues régionales.

Spatule blanche © Emile Barbelette

Associations Locales 39


COORDINATION

COORDINATION

RÉGIONALE

RÉGIONALE LPO PAYS DE LA LOIRE

LPO PAYS DE LA LOIRE

Prendre en compte la biodiversité dans les

politiques publiques

Représentation de la LPO dans les différentes

commissions régionales et locales, lobbying

auprès des élus (MAE, CRAE, CESR, PLU, SCOT,

TVB...).

Préserver les habitats et les espèces

Identification de sites d’intérêt régional et

devant faire l’objet d’une labellisation RNR.

Démarche en cours pour certains sites. 5 sites

sont concernés en Vendée, 2 en Loire-Atlantique,

2 en Sarthe, 3 en Maine-et-Loire et 2 en

Mayenne.

Soutien à la déclinaison régionale du plan

d’action national Chauves-souris et montage du

projet "Actions régionales pour la conservation

des chauves-souris en Pays de la Loire", effectif

à partir de 2010, pour une durée de 3 ans.

Démarche de plans d’action régionaux pour le

pélobate cultripède, la chevêche d’Athéna et la

grenouille rousse.

Participation à la rédaction du plan d’action

national Loutre d’Europe.

Participation à la démarche régionale, copilotée

par la Région et la DREAL, d’évaluation des MAEt

Améliorer et structurer la connaissance.

Déploiement de l’outil base de données en

ligne Biolovision avec mise en ligne de Faune-

Vendée, Faune-Loire-Atlantique et Faune-Anjou.

Préparation de la base de données Faune-Maine

(département de la Sarthe et de la Mayenne).

Début de la démarche GEOPAL pilotée par la

Région et l’Etat. Cela consiste à mutualiser les

connaissances cartographiques et cet outil

devrait renforcer la veille écologique avec la mise

à disposition d’un certain nombre d’informations

issues de nos bases de données en ligne.

Démarche à cadrer et à finaliser en 2010.

Associations Locales 40

Analyse du STOC à l’échelle régionale :

coordination du réseau, récupération des

données et premières analyses.

Lancement de deux atlas : celui des oiseaux

nicheurs et celui des oiseaux en hiver.

Sensibiliser le public et former les acteurs.

Démarche auprès des lycées professionnels afin

d’estimer les possibilités d’actions pédagogiques

au sein des établissements de la région.

Création d’un spectacle humoristique régional

sur la biodiversité.

Finalisation du rapport "Mammifères,

Amphibiens et Reptiles prioritaires en Pays de la

Loire" et diffusion de celui-ci auprès des

naturalistes de la région.

Organisation des premières rencontres

naturalistes régionales en Pays de la Loire qui

auront lieu les 30 et 31 janvier 2010.

Campagne "Préserver la biodiversité dans les

espaces publics" : diffusion du document

"municipalités et préservation de la nature",

organisation du 2e colloque "gestion écologique

des espaces publics" et préparation de la 3e

édition qui aura lieu le 28 avril 2010 à la

Chapelle-sur-Erdre.

Mais également :

Actualisation des listes d’espèces

déterminantes (pour les vertébrés) à partir de

l’état des lieux réalisé dans le cadre de la

convention région.

Initialisation de la démarche d’identification des

enjeux avifaune et chiroptères vis-à-vis de l’éolien

et dans le cadre du Schéma Régional Éolien.

Partenariat en cours avec RTE, ERDF, GDF et

ASF.

Organisation d’un réseau régional de collecte

des oiseaux blessés.

Lancement de la démarche observatoire

avifaune du Plan Loire Grandeur Nature.

LPO ANJOU

Ass. Locale LPO depuis 1991

Nombre de membres : 1 149

Nombre de salariés : 9

L’année 2009, à la LPO Anjou, a été marquée par

le lancement de la base de données Faune Anjou

qui nous permettra de parfaire notre connaissance

de la faune départementale, de valoriser

l’immense travail conduit par les naturalistes et

nous rendra beaucoup plus efficaces dans nos

actions de protection des espaces et des espèces.

Grands milieux : programme DAR-IBIS

Ce programme national porté par la Chambre

d'Agriculture du Centre avec les réseaux des

chambres et des fédérations des chasseurs, intitulé

"Intégrer la biodiversité sur les systèmes

d'exploitations agricoles" et auquel participe la

LPO Anjou, a permis d'élaborer en 2009 une

méthode de diagnostic d'exploitation et un

référentiel de bonnes pratiques.

Plan départemental des espaces naturels sensibles

du Conseil Général.

Le Conseil général de Maine-et-Loire a souhaité

reposer les bases de sa politique des espaces

naturels sensibles en s'appuyant sur les

compétences des réseaux naturalistes. La LPO

Anjou a été largement mise à contribution. Près de

90 sites naturels ont été retenus.

Sites : Basses Vallées Angevines : la préservation

du patrimoine naturel des Basses Vallées

Angevines est en grande partie liée aux MAE. Une

animation importante autour du renouvellement

des contrats a permis un engagement de plus de

2 700 ha dans le dispositif MAEt avec 42 % en

fauche tardive.

Réserve naturelle régionale du Pont-Barré :

Parution de l’arrêté labellisant le site du Pont-Barré

en réserve naturelle régionale, concrétisant ainsi

un travail engagé en 1998 par la LPO Anjou. Le

plan de gestion est désormais opérationnel et le

comité consultatif est en place.

Champagne de Méron/Montreuil-Bellay :

Contractualisation de près de 168 ha en contrat

Outarde portant à 250 ha la surface actuellement


couverte, sur une surface totale du site inférieure à

1 500 ha. La profession agricole, sensible aux

enjeux autant qu'aux indemnités versées adhère

aujourd'hui de manière globale au projet de

préservation des espèces et des habitats. La LPO

Anjou a également suivi de très près l’évolution du

dossier d’aménagement de la zone d’activités de

Méron afin de permettre une réelle prise en

compte de la biodiversité dans les schémas de

développement locaux.

Espèces : poursuite des suivis annuels sur les

espèces phares : outarde canepetière, busard

cendré, râle des genêts (co-pilotage du plan

d’action national), laridés nicheurs.

Chiroptères :

Déclinaison régionale du plan national de

restauration Chiroptères et lancement d’un

programme régional piloté par la LPO Anjou avec

dix associations départementales ou régionales.

Réalisation de plusieurs expertises : ponts, futaies

âgées, territoire du PNR Loire Anjou Touraine.

Homme et Société : réalisation d’une exposition

nationale sur les amphibiens et leur protection.

L’exposition sur les amphibiens a été finalisée.

Composée de 13 panneaux, sur les espèces, les

menaces et les crapauducs, elle a été dupliquée en

16 exemplaires à destination du réseau LPO grâce

au FIVA et Nature et Découvertes via le zoo de

Doué.

LPO LOIRE-ATLANTIQUE

Ass. Locale LPO depuis 1993

Nombre de membres : 1 035

Nombre de salariés : 8

A la LPO Loire-Atlantique, l’année 2009 a vu la

poursuite de la campagne "Tous acteurs pour

préserver la nature ordinaire", une campagne

d’actions concrètes pour la protection des espaces

naturels de proximité, la qualité des paysages, la

préservation du cycle de l’eau et de la

biodiversité : Une campagne qui s’adresse aux

particuliers, entreprises et municipalités de

l’ensemble du territoire national, avec l’impression

d’une plaquette plus spécifiquement destinée aux

communes et une autre aux entreprises. Sur ce

même thème, le développement en Loire-

Atlantique des "Refuges LPO Collectivités" ou des

"Diagnostics municipaux" est également à

souligner car permettant d’y adjoindre des sessions

de formation à l’attention des techniciens

municipaux, ainsi que des programmes de sorties

naturalistes pour le public et les scolaires.

En Presqu’île Guérandaise, l’année 2009 a vu la

poursuite du partenariat avec la Maison des

Paludiers à Saillé (Guérande) qui accueille les

locaux de la LPO 44, et avec laquelle nous avons

développé un programme de visites combinées

"Bêtes à plumes et grains de sel". Poursuite

également du partenariat avec la communauté de

communes "Cap Atlantique", pour la réalisation

de panneaux pédagogiques sur des sites

touristiques et d’intérêt ornithologique.

2009 a également été l’occasion de poursuivre le

partenariat avec le Conseil général de Loire-

Atlantique autour de la valorisation/gestion des

Espaces Naturels Sensibles du département.

2009 a enfin été l’occasion d’effectuer le

lancement de la Base de données en ligne de la

LPO 44, qui connaît un franc succès. 32 600

données ont ainsi été saisies par les différents

observateurs.

LPO SARTHE

Ass. Locale LPO depuis 2003

Nombre de membres : 494

Nombre de salariés : 4

Organisation du dixième colloque francophone sur

la chevêche d'Athéna :

Impliquée depuis plusieurs années dans la

préservation de la chevêche d'Athéna, la LPO

Sarthe et l'association Nature dépendante de la

MJC de Joué l'Abbé ont accueilli en mars 2009 le

Colloque Francophone sur la chevêche d’Athéna.

Ce groupe de travail réunit des personnes qui

étudient et/ou protègent la chevêche d'Athéna en

France et dans les pays francophones voisins

(Belgique, Suisse).

Les objectifs de ce colloque ont été les suivants :

Echanger des informations relatives à l'étude, la

protection et la sensibilisation.

Organiser et coordonner les actions en faveur de

l'espèce.

Effectuer le suivi du plan national.

Grands milieux

Conception d'une brochure de sensibilisation sur le

bocage :

Pour la quatrième année consécutive, la LPO

Sarthe a poursuivi ses efforts de sensibilisation

pour la préservation du milieu bocager.

Notre objectif pour 2009 était de compléter notre

"malle de présentation" du bocage afin de

posséder un outil de sensibilisation qui soit plus

exhaustif et dans lequel les différentes pièces

soient complémentaires les unes des autres. A cet

effet, nous avons réalisé et édité à 2 000 exemplaires

une nouvelle brochure consacrée au

bocage dans son aspect global.

Sites

Convention annuelle d'exécution entre la Coordination

Régionale LPO et la LPO Sarthe :

Dans le cadre de cette convention, différentes

actions en faveur de la préservation de la

biodiversité ont été menées en 2009. Parmi elles,

l'accompagnement de la région dans la désignation

de Réserves Naturelles Régionales pertinentes

en proposant des sites prioritaires à labelliser.

Espèces

Inventaire de la loutre d'Europe (Lutra lutra) sur le

bassin versant de la Sarthe :

La loutre d'Europe n'a jamais fait l'objet d'inventaire

spécifique sur le bassin versant de la Sarthe

alors que l'espèce est présente sur les proches

bassins de la Mayenne et de l'Orne. Face à ce

constat, la LPO Sarthe a sollicité et a obtenu des

financements de la DREAL Pays de la Loire pour

réaliser des prospections sur deux zones hydrographiques

de la Sarthe : "la Sarthe, de l'Orthon à

l'Orne Saosnoise" et le "bassin versant de l'Orne

Saosnoise".

Homme et Société

L'année 2009, riche en projets divers tant sur le

plan de la vie associative qu'au niveau de l'Education

à l'environnement, s'est concrétisée par

l'embauche d'un nouveau salarié et l'agrandissement

des locaux de l'association.

Associations Locales 41


LPO VENDEE

Ass. Locale LPO depuis 1995

Nombre de membres : 786

Nombre de salariés : 10

Pour la LPO Vendée, l'année 2009 a été riche en

évènements et cette richesse s’est traduite par un

nouveau recrutement, qui porte à 10 le nombre

des salariés, mais aussi par l’affectation de la

gestion de la Réserve Naturelle Michel Brosselin.

L’Atlas des oiseaux nicheurs, projet national lancé

par la SEOF et la LPO, est particulièrement bien

animé par l'équipe de bénévoles et de salariés de

la LPO Vendée. Avec 105 observateurs, 139

espèces nicheuses certaines et 18 probables,

l’année 2009 a déjà fourni un nombre de données

appréciable. Ce résultat tient à la mise en ligne de

la base de données www.faune-vendee.org qui

permet de suivre, instantanément, la prospection

et de motiver les observateurs. Support important

dans la constitution des atlas, l’outil devient un

élément majeur dans la connaissance de la faune

vendéenne.

Ce travail de connaissance nous a permis, depuis

plus de 30 ans, d'identifier les sites majeurs pour

la protection de la nature. Cette année, nous

avons obtenu la protection d'une partie des

terrains de la LPO France situés à Champagné-les-

Marais. C’est ainsi qu’est née la première Réserve

Naturelle Régionale gérée par la LPO en Pays de la

Loire : le marais de la Vacherie.

La gestion de site n'est qu'une étape pour la

conservation de la nature. Un enjeu plus grand et

plus difficile à atteindre est celui de la conservation

des espaces "communs", ou de la nature dite

ordinaire. La LPO Vendée travaille depuis plusieurs

années sur la limitation des impacts des

infrastructures. L’ensemble des voies (routes, lignes

électriques,...) et projets industriels en milieu rural

(éoliennes, projets agricoles industriels...) est visé.

Les actions prioritairement menées sont la

déposition aux enquêtes publiques et

l’accompagnement des porteurs de projets.

L'évènement de l’année est la signature d'une

convention avec le Syndicat Départemental

d’Electrification de Vendée. Ce partenariat doit

Associations Locales 42

permettre d’améliorer les connaissances sur la

mortalité liée aux lignes électriques, ceci pour

évaluer la plus-value réalisée par l'enfouissement

de lignes électriques, politique prioritaire du

SyDEV.

Même ces actions techniques sont imbriquées

dans la vie associative. Cette dernière s’est

enrichie d’un nouvel outil. Le 12 décembre, la LPO

Vendée organisait son premier Conseil

Départemental auquel ont répondu présents une

soixantaine d’adhérents, administrateurs et

salariés. Si l’Assemblée Générale est le temps des

bilans, le Conseil Départemental est celui des

perspectives d’avenir. Cette journée a mis en

évidence les besoins des adhérents, de nouvelles

forces vives se sont révélées ainsi que de réelles

volontés de participer aux actions de l’association.

Nous avons également profité de cet événement

pour inaugurer les nouveaux locaux du siège

social.

GROUPES LPO

LPO AISNE

Groupe LPO depuis 1999

Nombre de membres : 260

Nombre de salariés : 0

L’année 2009 a été marquée par les actions

menées à l’occasion de la Journée Mondiale des

Zones Humides. Tout a commencé le 24 janvier

par un chantier de nettoyage autour de l’étang

communal de Villeneuve sur Fère afin d’en faciliter

l’accès lors des visites prévues le 2 février.

Les 31 janvier et 1er février : exposition à Fossoy

avec pour thème principal les zones humides en

milieu urbain grâce aux documents prêtés par la

ville de St Quentin.

Le 2 février, au matin devait avoir lieu une

animation avec des élèves de CM1 et CM2, visite

de l’étang, présentation des éléments préparés par

les élèves sur l’intérêt et le fonctionnement des

zones humides ; elle a dû être reportée à la

semaine suivante pour cause de conditions

climatiques. Une 2ème visite s’est déroulée en mai

avec cette même classe.

L’après-midi, nous recevions les élus de la Communauté

de Communes de la Région de Château-

Thierry, des personnels des collectivités territoriales

et des membres d’associations concernés par le

sujet, la visite à l’étang a été suivie d’une réunion

d’information sur la spécificité des zones humides

et les moyens mis à disposition pour les préserver

et les valoriser.

Pour la 2ème année nous avons participé à la

sauvegarde et au comptage des amphibiens sur

Beuvardes. Nous continuons notre participation au

programme STOC et au comptage Wetlands. Les

26 sorties et chantiers ont attiré au moins 200

participants, les 18 stands et animations ont

permis de rencontrer un millier de visiteurs, de les

informer sur nos actions et de les conseiller. Depuis

la création du groupe, 270 activités ont été

proposées à tous.

A l’occasion du week-end "Aux arbres citoyens",

nous avons continué l’action entreprise en 2008

en développant et protégeant la "Forêt

biodiverse" de Belleu.

D’autres actions ont été amorcées en vue de la

protection des milieux et des espèces, avec entre

autre l’aménagement d’un sentier pédagogique et

la création de panneaux d’interprétation sur les

oiseaux des zones humides et les arbres qui

devraient se concrétiser en 2010.

LPO AUDOMAROIS

Groupe LPO depuis 2000

Nombre de membres : 210

Nombre de salariés : 0

L’année 2009 à la LPO Audomarois a été marquée

par la structuration du groupe en vue du passage

en Association locale LPO Pas de Calais.

Relance de la thématique Refuges avec l’arrivée de

Jacky Druvent.

Poursuite des actions de protection de la nature :

protection des hirondelles, pose de nichoir à

effraie et à faucon pèlerin, suivi du cygne

tuberculé en Audomarois, demande de protection


des bassins de Pont d’Ardres, actions en justice.

Consolidation de l’activité de suivis

ornithologiques : comptages Wetlands, suivi

chevêche d’Athéna et amphibiens en lien avec le

PNR, butor étoilé sur la cuvette de Clairmarais,

héronnières, Marais Ouest, forêt d’Eperlecques,

Saint-Momelin, landes de Blendecques,

Première nidification de la cigogne blanche à

Saint-Venant.

Organisation de la Nuit de la Chouette et de la

Journée des Adhérents avec 77 participants à

Serques lors de la soirée !

Intervention dans l’école de Serques et dans

l’usine Aluminium Dunkerque.

Journée des Adhérents avec observation diurne de

chevêches d’Athéna.

Organisation du Salon Nature & Terroir à Saint-

Martin au Laert qui fut encore un franc succès

pour ce salon annuel qui souligne notre ancrage

local.

Animations : JMZH à Aire/Lys et au Platier d’Oye

(30 participants), Eurobirdwatch sur les Landes,

Dimanches Animés du PNR sur la réserve du

Romelaëre, Visite du Romelaëre pour 40 collaborateurs

de RTE, Oiseaux des jardins et formation

d’enseignants.

Communication : diffusion des LPO Infos n°16 et

n°17, articles dans l’Oiseau Magazine et dans la

presse régionale.

LPO BASSE-NORMANDIE

Groupe LPO depuis 2004

Nombre de membres : 600

Nombre de salariés : 0

L’année 2009 à la LPO Basse-Normandie a été

marquée par :

la Nuit de la Chouette avec plus de 100

participants.

Les 2 animations dans le Bessin, à Etreham et

Thaon, ont enthousiasmé un nombreux public

sous un ciel étoilé.

La balade dans le village d’Etreham a permis

d’entendre un concert de chevêches et de

hulottes. Les 25 promeneurs nocturnes ont

apprécié l’explication du stagiaire qui leur a parlé

de son enquête sur la population de chevêches de

ce secteur. Les enfants ont eu droit à des lectures

de contes sur les rapaces nocturnes.

Sur le site de la vieille église de Thaon, ce sont

plus de 80 personnes qui s’étaient massées pour

regarder le diaporama projeté sur les murs de

pierre. Les 2 effraies qui nichent dans la chapelle

sont sorties de leur repaire en passant au-dessus

de l’écran pendant l’animation, toujours ponctuée

du chant des chevêches et des hulottes.

l’Opération "Chevêche d’Athéna".

Entre décembre et février, suite à la campagne de

sensibilisation pour le bocage, nous avons posé 30

nichoirs à chevêches fabriqués maison chez les

particuliers volontaires.

Sur 60 demandes, la moitié a été satisfaite. Une

autre série de nichoirs a été réalisée et reste à

installer.

2 communes (Manvieux et St-Loup-Hors) se sont

manifestées par l’intermédiaire de conseillers

municipaux intéressés par notre opération.

Aide de l’association "Patrimoine Rural du Bessin"

qui a fait paraître notre offre dans son journal.

Plusieurs personnes ont ainsi connu la LPO et

rejoint le réseau des "chevêchophiles".

Ce programme de pose de nichoirs va contribuer à

rétablir l’équilibre entre les différents secteurs :

prairies, vallées, plaines cultivées. Le suivi

indiquera si ces nouvelles cavités artificielles ont

été occupées.

Autres actions de conservation : suivis STOC,

enquête sur la chevêche d’Athéna dans le Bessin

réalisé par un stagiaire BTSA GPN, enquête sur

l’échasse blanche dans les marais de la Touques

par un stagiaire BTA, suivi grand corbeau et

faucon pèlerin dans une carrière de la Manche.

Vie associative : 18 sorties de découverte des

oiseaux, dont 2 avec Nature et Découverte et 2

"Nuit de la Chouette", parution de 3 LPO infos.

Partenariat avec l’EPH de St Gabriel-Brécy,

élaboration d’une convention refuge avec la

Jardinerie "Jardins d’Elle" dans la Manche,

participation au CN à Angers, rencontres des

membres de Basse-Normandie dans la Manche,

réunions mensuelles du comité de pilotage.

LPO CHARENTE-MARITIME

Groupe LPO depuis 1992

Nombre de membres : 1 305

Nombre de salariés : 1

Communication :

Rédaction du Lpo Info Charente-Maritime envoyé

principalement par mail et 650 exemplaires

envoyés par courrier avec 4 parutions annuelles.

Actualisation et optimisation du site web et base

de données ornithologiques.

Projet de mise en fonctionnement d’une nouvelle

base de données pour 2010.

En ce qui concerne la synthèse ornithologique

mensuelle du groupe : extraction des données,

mise en forme des observations avec ajout de

commentaires, diffusion surtout par mail.

Sensibilisation à l'environnement et animations:

Organisation de plusieurs sorties mensuelles

"découverte": Journées rencontres découvertes en

Charente Maritime, découverte de l'Allier et de

son bocage autour de Moulins, sortie libellules et

nombreuses sorties organisées localement par les

bénévoles.

Participation à l'Eurobirdwatch avec deux points

d'observation à Esnandes et Chassiron.

Animation pour la Nuit de la Chouette sur quatre

sites du département.

Plusieurs conférences-débats : "Busard cendré" à

Saint Georges de Didonne et "Oiseaux nicheurs en

Presqu’île d’Arvert".

Projection du film "Pour quelques grains d'or".

Organisation d'une journée rencontre des

adhérents à Saintes.

Tenue de stands et participation à divers

manifestations dans le département.

Participation du groupe à l’Assemblée générale de

la LPO à Rochefort.

Permanence au Point Info Environnement à la

Rochelle.

Enquêtes 2009 :

Observatoire rapaces :

Prospection du carré central de la carte 14 30O

Reconduction de l’opération sur la carte 14 30O

pour 2010.

Associations Locales 43


Prospection et sauvegarde du busard cendré sur 3

zones.

Refuges LPO :

Création de plusieurs refuges à Royan et de 4

refuges en maison de retraite. Organisation d'une

journée rencontre des propriétaires de Refuges.

LPO CHER

Groupe LPO depuis 1993

Nombre de membres : 357

Nombre de salariés : 0

L’année 2009 pour le groupe LPO Cher a été

marquée par une importante participation du

groupe aux différentes manifestations grand

public du département : marchés bio, éco

festivals, fête de la nature, de l’agriculture, avec

rencontre du public au travers de stands et sorties

naturalistes, sur une moyenne de deux

manifestations par mois.

Nous notons la belle réussite de l’animation de la

Nuit de la Chouette qui nous a permis de toucher

une cinquantaine de personnes, celle de

l’Eurobirdwatch au Bec d’Allier et notre

participation sur les trois journées du Festival du

film écologique de Bourges. Dans le même temps,

nous avons sollicité la participation des adhérents.

Nous leur avons envoyé trois lettres d’information,

dont une spécialement pour les propriétaires de

Refuges LPO, et créé un blog destiné à les

informer sur les activités passées et le calendrier

de celles à venir. Malgré ces efforts, nous estimons

que les retours ne sont pas à la hauteur de nos

attentes. Nous devrons donc modifier notre

stratégie de communication en 2010.

Nos actions de terrain se sont également

intensifiées : comptage des oiseaux d’eau

hivernant en Brenne, comptage Wetlands, collecte

et synthèse des données de la migration des grues

cendrées sur le département. Nous nous sommes

investis dans l’Atlas des oiseaux nicheurs de

France métropolitaine par des observations

ponctuelles et la coordination de trois carrés. Nous

avons élargi notre domaine de prospection dans la

protection du busard cendré et participé à la

campagne de marquage : 7 nids inventoriés, 17

Associations Locales 44

jeunes à l’envol dont 13 bagués et munis de

marques alaires. 2009 fut une année riche de

travail et d’investissement pour tous les bénévoles

du groupe Cher dont il faut louer la qualité et

l’engagement.

LPO CORREZE

Groupe LPO depuis 2002

Nombre de membres : 216

Nombre de salariés : 0

L'année 2009, à la LPO Corrèze, a été marquée

par la tenue de plusieurs stands (Fête de la pomme

à St Martin la Méanne, Fête de la châtaigne à

Beynat, Semaine sans pesticide à Objat),

expositions, conférences. Le groupe LPO 19 a vu le

nombre d’actions augmenter : interventions

auprès des écoles du département, des

collectivités, d’autres associations, qui font appel à

nos services pour nos connaissances

ornithologiques. L’été 2009 a vu se dérouler une

animation sur 3 jours au "Domaine de Sédières"

(Conseil Général de la Corrèze) avec sorties sur le

terrain et constructions de nichoirs par les enfants

couronnées d’un certain succès. D’autre part,

participation à la Semaine du Développement

durable à Tulle. Achat de 2 180 tonnes de

tournesol bio qui s’est vendu comme des "petits

pains" aux adhérents, à refaire pour l’hiver 2010-

2011.

En termes d’animations et de vie associative, 27

sorties grand public et 2 sorties hors département

dont un voyage en Ecosse début juillet (10 jours),

ont été organisés tout au long de l’année. Pas

moins de 140 personnes et 25 enfants ont

participé à la Nuit de la Chouette à Noailhac

(conférence et sortie terrain, et pour les enfants un

atelier sur l’étude des pelotes de réjection). Les

actions majeures en faveur de la protection des

espèces ont porté sur le suivi du faucon pèlerin

rupestre et urbain, la participation à l’Atlas des

oiseaux nicheurs de France avec la SEPOL

(coordinateur régional). L’année 2009 a en outre

été marquée par les enquêtes, pie-grièche grise,

oiseaux des jardins en hiver, comptages STOC EPS,

Wetlands et migration postnuptiale. Le groupe

participe aux réunions de travail pour la ZPS

Plateau de Millevaches (fédération du Parc Naturel

Régional du Limousin), enquête qui est toujours en

cours. Enfin, la ville de Brive nous a contactés pour

une étude des sites naturels de la communauté de

communes de Brive en collaboration avec le CREN

et d’autres associations brivistes. La direction des

espaces verts de la ville de Brive a également

acheté à la LPO 10 nichoirs que nous avons posé,

avec l’aide des techniciens municipaux, dans

différents parcs de la ville.

LPO FINISTERE

Groupe LPO depuis 1997

Nombre de membres : 564

Nombre de salariés : 0

L’année 2009 à la LPO Finistère a été marquée par

la formation d’un nouveau comité de pilotage en

fin d’année, constitué de bénévoles bien décidés à

donner une nouvelle dynamique au groupe.

Dans le cadre des 50 ans de Bretagne Vivante, un

stand commun a été tenu avec le groupe LPO

Morbihan au mois de juin.

En ce qui concerne la thématique Refuges, visite et

suivi notamment des nichoirs de 2 grands refuges :

Kerminaouët à Trégunc et le Village des Quatre

Pattes à Plogonnec.

Dans le cadre de la convention signée entre la LPO

Finistère et la Fédération Française de Randonnée

Pédestre, animation sur le sentier d'interprétation

du site Natura 2000 de Guissény pour un groupe

de randonneurs en mars et sortie ornithologique

au Cap Fréhel en avril.

Participation aux travaux sur la zone humide des

Everglades de Penfeld à Brest.

Reprise des relevés et suivis ornithologiques à

Guissény (poussins sternes...) et Dunes de

Keremma (alouettes, pipits et fauvettes).

Participation au séminaire international sur la

sterne de Dougall à Brest fin septembre.

Communication sur les projets du groupe et appel

à bénévoles sur un stand à Quimper lors du salon

"Ma planète et moi" en fin d’année.


LPO LOIRET

Groupe LPO depuis 2005

Nombre de membres : 299

Nombre de salariés : 0

L’année 2009, à la LPO Loiret a été marquée par la

signature d’une convention entre le Syndicat

Intercommunal du Bassin de la Bonnée et la LPO

Loiret pour observer après inventaire, l’impact de

l’entretien des berges de la rivière Bonnée sur

l’avifaune existante.

Les actions majeures de la LPO Loiret en faveur des

espèces ont porté sur :

la pose, en partenariat avec LogemLoiret et Batir-

Centre, de 36 nids artificiels pour hirondelles de

fenêtre sur les façades de la place Clovis à St-Pryvé

St-Mesmin.

Le suivi de la reproduction de la chevêche

d’Athéna en nichoirs (20 couples) et la surveillance

en sites naturels (30 couples).

Le suivi de la reproduction de l’effraie des

clochers en nichoirs (21 couples) et en sites

naturels (10 couples).

Le suivi et le comptage des nids d’hirondelles

rustiques et de fenêtre sur 9 communes du Loiret.

L’inventaire ornithologique de l’Arboretum des

Grandes Bruyères à Ingrannes.

Le suivi ornithologique du Site de Courpain et du

Bassin de la Bonnée.

La LPO Loiret a mené différentes actions de

sensibilisation auprès du grand public :

la réalisation de 14 sorties ornithologiques (400

personnes).

L’animation de 6 stands (environ 800

personnes) : Journée du Développement Durable à

BoIgny sur Bionne,"Fête de la Nature" à

l’Herboretum de St Ay, Journée "Loire Nature" à St

Benoit sur Loire, "Fête du Canal" à Vitry aux

Loges,"Rentrée en Fête" à Orléans et "Aux arbres

Citoyens " à Vitry aux Loges réalisés en partenariat

avec le Jardin du Cheminot.

La LPO Loiret a réalisé au cours de l’année 2009

plusieurs animations pédagogiques :

25 animations de classe et 3 animations de

centres de loisirs ayant pour thème le nourrissage

des oiseaux en hiver, la fabrication de mangeoires

et de nichoirs, les rapaces nocturnes de la région

et la protection des hirondelles.

Une animation à la maison de retraite de

Seichebrières.

LPO ILLE-ET-VILAINE

Groupe LPO depuis 1988

Nombre de membres : 865

Nombre de salariés : 1

Notre année 2009 a été marquée par la mise en

avant de trois projets animés par des bénévoles et

par le fort développement des projets Refuges

LPO Collectivités et entreprises.

Coté bocage, une enquête sur la chevêche

d’Athéna a été lancée. Les résultats de cette

étude viennent s'ajouter à celles menées par

d'autres associations afin d'établir un statut fiable

des populations de "la petite chouette". Cette

espèce emblématique du bocage a subi le

remembrement et constitue un bon indicateur de

la biodiversité de nos campagnes.

Coté forêt, le groupe "Oiseaux des Bois" a réalisé

une enquête sur le busard Saint-Martin en forêt

de Rennes. Malgré un fort investissement

bénévole et un protocole exigeant, les résultats

ont été décevants ! Le groupe continue également

ses actions de suivi des arbres à cavité sur

certaines parcelles dans le cadre du partenariat

avec l'ONF pour que certains arbres soient

épargnés le temps de la nidification.

Enfin, un nouveau groupe se consacre à l'oiseau

dans le patrimoine bâti : tourné essentiellement

vers l'accueil des hirondelles et de l’effraie des

clochers, ce travail à destination des mairies a

pour objectif de mettre en place des actions

d'inventaire et de sensibilisation. Les premiers

projets seront menés au printemps 2010.

De son coté, Sébastien, salarié depuis 1995, a vu

son activité liée au Refuges LPO Collectivités et

entreprises augmenter significativement. En

compagnie du responsable Refuges, il a mis en

oeuvre un nouveau Refuge LPO pour le groupe

Yves Rocher. Après les deux refuges déjà créés par

le groupe et avec trois nouveaux sites dans les

tuyaux, cet engouement montre aussi bien la

volonté de l'entreprise que la qualité du travail

effectué. Deux communes se sont également

engagées dans une démarche Refuges LPO

Collectivités et les années à venir devraient voir

une forte progression de ces activités

LPO MEURTHE-ET-MOSELLE

Groupe LPO depuis 2002

Nombre de membres : 863

Nombre de salariés : 0

L‘année 2009 à la LPO Meurthe et Moselle a été

marquée, dans le domaine de la protection des

espèces, par le lancement d’une nouvelle action

concernant la huppe fasciée avec la construction

d’une quarantaine de nichoirs et la pose d’une

dizaine d’entre eux.

Nos actions dans le domaine de l’éducation à

l’environnement se sont développées en 2009

avec des animations scolaires concernant 870

enfants. Nos bénévoles ont aussi réalisé 35

animations lors de manifestations publiques.

Sur le plan de la vie associative, le point marquant

aura été la préparation du rapprochement des 2

groupes Meurthe et Moselle Sud et Nord pour une

fusion au 1 er janvier 2010.

LPO MEUSE

Groupe LPO depuis 2003

Nombre de membres : 161

Nombre de salariés : 0

L’année 2009 à la LPO Meuse a été marquée par

l’inventaire des oiseaux nicheurs et rapaces

diurnes.

Une sortie ornithologique s’est déroulée chaque

dimanche matin. Les autres actions marquantes en

matière de conservation ont été le suivi

Associations Locales 45


ornithologique sur la vallée de la Meuse, en

particulier du râle des genêts, courlis cendré et de

la pie-grièche grise dans le cadre de Natura 2000,

mais aussi le suivi ornithologique sur les sablières

MCA, comptage mensuel d’octobre à mars des

anatidés et des héronnières, comptage mensuel

sur les étangs privés de Belval en partenariat avec

des thésards du CERFE .

Par ailleurs, 2 nichoirs à effraie des clochers ont

été mis en place à Champneuville et Lamouilly.

D’autre part, le groupe a travaillé avec plusieurs

classes d’écoles élémentaires pour la taille d’un

verger et la pose de nichoirs.

Autres actions marquantes en termes de vie

associative :

Nuit de la Chouette et pose d’un nichoir à

effraie des clochers à Mont devant Sassey.

Accompagnement à la découverte de la vallée

de la Meuse avec élèves DP6.

Fête de la nature à Thonne la Long.

Accueil des représentants de la LPO France en

août.

Plusieurs expositions photos ont eu lieu au musée

de la bière ("Habitants du marais", "au ras de

l’eau", Jérôme MOUTRILLE, "Ours polaires et ours

bruns" Antoine BASELLO, "Costa Rica : pays des

splendeurs", André LOUP et Dominique

LANDRAGIN, "les papillons" de Gérard VOGEL)

Autres expositions :

en partenariat avec l’office de tourisme "Vallée

sauvage de la Meuse".

expo migration à Dun sur Meuse et "Voyage au

pays des lapons" de Dominique LANDRAGIN.

exposition au musée de la bière sur les

champignons.

Cuivré des marais © Jacques Trotignon

Associations Locales 46

LPO MORBIHAN

Groupe LPO depuis 2005

Nombre de membres : 530

Nombre de salariés : 0

L’année 2009 à la LPO Morbihan a été marquée

par notre présence à l’école de la Fondation

Nicolas Hulot près du Parc de Branféré dans le

cadre de la thématique Biodiversité. Durant 2

journées, six bénévoles ont donné des explications

sur "Comment aménager un jardin d’oiseaux ?".

Ce défi pour les bénévoles fut couronné de succès.

Nous avons accueilli un groupe de 20 scouts de

Lozère venus visiter un Refuge LPO à Languidic et

participer à l’aménagement des extérieurs du

centre de soins pour oiseaux blessés "Volée de

piafs" sur la même commune.

12 sorties grand public (oiseaux, faune et flore) ont

été organisées au cours de l’année, auxquelles ont

participé 245 adultes et 15 enfants, dont une

sortie spéciale Rapaces en Forêt de Paimpont.

Nous avons également animé des sorties scolaires

"faune et flore" avec des classes bilingues, au

total 50 élèves et une première pour les bénévoles

bretonnants avec une animation par des adultes

en stage de breton.

En mars, nous avons également organisé la Nuit

de la Chouette à laquelle ont participé 85 adultes

et une quinzaine d’enfants, avec une présentation

et 2 diaporamas. Comme en 2008, nous avons

participé à la grande Foire aux plantes de

Kervignac : ce fut un vrai succès avec pas moins de

5 100 visiteurs !

Dans le cadre des 50 ans de l’association Bretagne

Vivante, nous avons tenu un stand pendant 2 jours

à Séné où nous avons eu la visite de notre

président Allain Bougrain Dubourg, également

invité à cet évènement.

Un stand a aussi été tenu dans le magasin "Nature

et découverte" de Vannes suivi le week-end

d’après par une sortie nature à la découverte des

plantes des zones humides.

Le groupe de bénévoles du Morbihan, par le biais

des différents stands, a surtout travaillé sur le

thème des Refuges, jardins d’oiseaux, d’où une

nette augmentation du nombre de Refuges dans

le département.

LPO MOSELLE

Groupe LPO depuis 2008

Nombre de membres : 856

Nombre de salariés : 0

L'année 2009 à la LPO Moselle a été marquée par

la préparation du passage en association locale.

En janvier 2009, le Groupe Moselle présentait une

demande de passage en AL. Après l'accord du CA

de la LPO France, les formalités ont commencé en

juin 2009, avec l'audit réalisé par Michel Cramois

et Patrick Mur. Après 6 mois de travail, la nouvelle

AL a vu le jour début janvier 2010.

En partenariat avec la SITA, une plantation de haie

sur le site de Flévy a mobilisé près de 500 élèves

des écoles avoisinantes, qui ont pu découvrir

l'importance des haies pour la préservation de la

biodiversité.

2009 en Moselle a été placée sous le signe de la

chouette avec une campagne en faveur de

l'effraie des clochers, associant recensement des

sites occupés, édition et diffusion d'une plaquette

de présentation, animations tout au long de

l'année pour sensibiliser le public aux menaces

pesant sur l'espèce et pose de nichoirs.

Fort du succès rencontré avec les radeaux mis en

place sur les étangs de Hauconcourt, un nouveau

radeau à sternes a été construit et mis en place

sur les étangs de Hoste.

Le Groupe Moselle a été l'un des moteurs et des

acteurs principaux de la Fête de la Nature à Marly

en avril 2009, avec l'animation de 3 conférences

et de 2 sorties sur le terrain, pour découvrir les

oiseaux mais aussi les orchidées, les reptiles et

amphibiens de Lorraine.


ASSOCIATIONS LOCALES REGIONALES

LPO Alsace (67 - 68)

8 rue Adèle Riton - 67000 Strasbourg

Tél 03 88 22 07 35

alsace@lpo.fr

LPO Aquitaine (24 - 33 - 40 - 47 - 64)

109 Quai Wilson - 33130 Bègles

Tél/Fax 05 56 91 33 81

aquitaine@lpo.fr

LPO Auvergne (03 - 15 - 43 - 63)

2 bis rue du Clos Perret

63100 Clermont-Ferrand

Tél 04 73 36 39 79 - Fax 04 73 36 98 74

auvergne@lpo.fr

LPO Champagne-Ardenne (08 - 10 - 51 - 52)

Der Nature - Ferme des Grands Parts - D 13

51290 Outines

Tél 03 26 72 54 47 - Fax 03 26 72 54 30

champagne-ardenne@lpo.fr

LPO Franche-Comté (25 - 70 - 39 - 90)

Maison de l'Environnement de Franche-Comté

7 rue Voirin - 25000 Besançon

Tél 03 81 50 43 10 - Fax 03 81 61 66 21

franche-comte@lpo.fr

LPO Haute-Normandie (27-76)

19 boulevard d'Orléans - 76100 Rouen

Tél/Fax 02 35 03 08 26

haute-normandie@lpo.fr

LPO Provence-Alpes-Côte d’Azur

(04 - 05 - 06 - 13 - 83 - 84)

Villa St Jules - 6 avenue Jean jaurès

83400 Hyères

Tél 04 94 12 79 52 - Fax 04 94 35 43 28

paca@lpo.fr

ASSOCIATIONS LOCALES DEPARTEMENTALES

LPO Anjou (49)

Maison de la confluence - 10 rue de Port Boulet

La pointe - 49080 Bouchemaine

Tél 02 41 44 44 22 - Fax 02 41 68 23 48

anjou@lpo.fr

LPO Aude (11)

Ecluse Mandirac - 11100 Narbonne

Tél/Fax 04 68 49 12 12

aude@lpo.fr

LPO Aveyron (12 - 48)

10 rue des Coquelicots - 12850 Onet-le-Château

Tél 05 65 42 94 48

aveyron@lpo.fr

LPO Côte-d'or (21)

37 Boulevard de la Chèvre-Morte - 21240 Talant

Tél 03 80 56 27 02

cote-dor@lpo.fr

LPO Drôme (26)

Domaine de Gotheron

26320 Saint Marcel lès Valence

Tél 04 75 57 32 39

drome@lpo.fr

LPO Haute-Savoie (74)

24 rue de la Grenette - 74370 Metz-Tessy

Tél/Fax 04 50 27 17 74

haute-savoie@lpo.fr

LPO Hérault (34)

Pierre Maigre - 3 impasse St Exupéry

34110 Frontignan

Tél 06 29 81 66 31 - herault@lpo.fr

LPO Isère (38)

MNEI - 5 place Bir Hakeim - 38000 Grenoble

Tél 04 76 51 78 03 - Fax 04 76 51 24 66

isere@lpo.fr

LPO Loire (42)

Maison de la Nature - 4 rue de la Richelandière

42100 Saint-Etienne

Tél 04 77 41 46 90 - Fax 04 77 46 84 70

loire@lpo.fr

LPO Loire-Atlantique (44)

1 rue André Gide - 44300 Nantes

Tél 02 51 82 02 97 - Fax 02 40 47 04 69

loire-atlantique@lpo.fr

LPO Moselle (57)

Maison du Parc Dany Mathieu - Rue du 4

Septembre - 57280 Maizières Les Metz

Tél 03 87 68 01 62 - 06 73 26 73 31

moselle@lpo.fr

LPO Sarthe (72)

Maison de l'eau - 43 rue de l'Esterel

72100 Le Mans

Tél 02 43 85 96 65

sarthe@lpo.fr

LPO Tarn (81)

Place de la Mairie

BP 27 - 81290 Labruguière

Tél 05 63 73 08 38 - Fax 05 63 73 43 22

tarn@lpo.fr

LPO Touraine (37)

148 rue Louis Blot - 37540 Saint-Cyr-sur-Loire

Tél/Fax 02 47 51 81 84

touraine@lpo.fr

LPO Vendée (85)

La Brétinière

85000 La Roche-sur-Yon

Tél 02 51 46 21 91 - Fax 02 51 62 07 93

vendee@lpo.fr

LPO Vienne (86)

389 avenue de Nantes - 86000 Poitiers

Tél 05 49 88 55 22 - Fax 05 49 30 11 10

vienne@lpo.fr

LPO Yonne (89)

19 rue de la Tour d'Auvergne

89000 Auxerre

Tél 03 86 48 31 94

yonne@lpo.fr

GROUPES

LPO Aisne (02)

4 rue de la Mazure - 02200 Acy

Tél 06 72 43 61 32

aisne@lpo.fr

LPO Audomarois (62)

4 rue du Marais - 62910 Moulle

Tél 09 62 24 06 89

audomarois@lpo.fr

LPO Basse-Normandie (14 - 50 - 61)

M. Dominique Loir - 10, Route du chaos - Marigny

14400 Longues-sur-Mer - Tél 02 31 92 86 27

basse-normandie@lpo.fr

4ème de couverture Macareux moine © Christophe Sidamon Pesson

LPO Charente-Maritime (17)

Maison des Associations de Bongraine

99 rue Nicolas Gargot - Tasdon

17000 La Rochelle

Tél/Fax 05 46 50 92 21

charente-maritime@lpo.fr

LPO Cher (18)

M. Bernard Michel - Moulin de la Voiselle - 5 Bd de

Chanzy - 18000 Bourges - Tél 02 48 60 01 18

cher@lpo.fr

LPO Corrèze (19)

M. Arnaud Reynier

Espagnagol - 19190 Beynat

Tél 06 24 97 04 49 - correze@lpo.fr

LPO Finistère (29)

M. Alban Compagnon - 13 Rue de la plage

Pentrez

29550 Saint Nic - Tél 06 50 74 77 74

finistere@lpo.fr

LPO Ille-et-Vilaine (35)

Maison de quartier de la Bellangerais

Rue du Morbihan - 35700 Rennes

Tél 02 99 27 21 13 - Fax 02 99 27 21 11

ille-et-vilaine@lpo.fr

LPO Loiret (45)

M. Patrick Duhamel - 37 rue de la Grange

45430 Chécy - Tél 02 38 86 97 93

duhamel.patrick@orange.fr

LPO Meurthe-et-Moselle (54)

Parc Sainte-Marie - Maison de l'espace vert

1 Rue du Maréchal Juin- 54000 Nancy

Tél 03 83 28 71 77 - meurthe-et-moselle@lpo.fr

LPO Meuse (55)

M. Dominique Landragin - 47 rue des Rosiers

55700 Stenay - Tél 06 83 29 25 47 -

meuse@lpo.fr

LPO Morbihan (56)

M. Roger Guéganno - 7 Chemin Lann Gazec

Pont Er Pache - 56440 Languidic - Tél 02 97 65 89 56

LPO Oise (60)

c/o Nicholas Gilbert - 19 avenue de Chartres

60500 Chantilly - Tél 06 86 88 79 77 - oise@lpo.fr

RELAIS

LPO United-Kingdom

The Anchorage - The Chalks - Chew Magna

Bristol BS 40 8SN - Grande-Bretagne

Tél 00 44 1 275 33 29 80 - Fax 00 44 870 762 64 25

lpo@kjhall.org.uk

ANTENNES

Espace Nature (17)

Place Colbert - 17300 Rochefort sur Mer

Tél/Fax 05 46 82 12 44 - espace.nature@lpo.fr

LPO Brenne (36)

Maison de la Nature

36290 Saint-Michel en Brenne

Tél 02 54 28 11 04 Fax 02 54 38 03 71

Station LPO de l’Ile Grande (22)

22560 Pleumeur Bodou

Tél 02 96 91 91 40 - Fax 02 96 91 91 05

ile-grande@lpo.fr

LPO Ile-de-France - Mission Rapaces (75 - 77 -

78 - 91 - 92 - 93 - 94 - 95)

62 rue Bargue - 75015 Paris

Tél 01 53 58 58 38 - Fax 01 53 58 58 39

ile-de-france@lpo.fr - rapaces@lpo.fr

LPO Grands Causses - Mission Rapaces (12)

Le Bourg - Bureau de Poste - 12720 Peyreleau

Tél 05 65 62 61 40 - Fax 05 65 62 65 66

vautours@lpo.fr

LPO Marais Poitevin (85)

Le Grand Mothais - 85450 Champagné-les-Marais

Tél/Fax 02 51 56 78 80 - marais-poitevin@lpo.fr

LPO Maison du Fier (17)

17880 Les Portes en Ré

Tél/Fax 05 46 29 50 74

lilleau.niges@espaces-naturels.fr

LPO Programme Pyrénées Vivantes (64)

www.pourdespyreneesvivantes.fr

contact@pourdespyreneesvivantes.fr

CENTRES DE SAUVEGARDE

Alsace : LPO Alsace (03 88 69 63 74)

Auvergne : LPO Auvergne (04 73 27 06 09)

cds.auvergne@lpo.fr

Côtes d’Armor : Station LPO de l’Ile Grande

(02 96 91 91 40)

Gironde : LPO Aquitaine (05 56 26 20 52)

Provence-Alpes-Côte d'Azur : LPO PACA

(04 90 74 52 44) - crsfs-paca@lpo.fr

Tarn : LPO Tarn (05 63 73 08 38)

RESERVES NATURELLES, SITES, CAMPS

Réserve naturelle du Val d’Allier (03)

LPO Auvergne - 8-12 bd de Nomazy - 03000

Moulins

Tél 04 70 44 40 66 - Fax 04 70 44 40 99

Espace Nature du Val d'Allier (03)

LPO Auvergne - 8-12 bd de Nomazy - 03000

Moulins

Tél 04 70 44 46 29 - Fax 04 70 44 40 99

Camp de migration du Fort de la Revère (06)

LPO PACA - Villa St Jules - 6 avenue Jean Jaurès -

83400 Hyères - Tél 04 94 12 79 52 - Fax 04 94 35

43 28

paca@lpo.fr

Camp de migration de Gruissan (11)

LPO Aude - Ecluse Mandirac - 11100 Narbonne

Tél/Fax 04 68 49 12 12 - aude@lpo.fr

Réserve naturelle

des marais de Moëze-Oléron (17)

LPO - Ferme de Plaisance - 17780 St-Froult

Tél/Fax 05 46 83 17 07 - rn.moeze@lpo.fr

Réserve naturelle du marais d’Yves (17)

LPO - Ferme de la Belle Espérance - 17340 Yves

Tél/Fax 05 46 56 41 76

marais.yves@espaces-naturels.fr

Réserve naturelle de Lilleau des Niges (17)

LPO - Maison du Fier - 17880 Les Portes en Ré

Tél 05 46 28 33 59 - lilleau.niges@espaces-naturels.fr

Réserve naturelle baie de l'Aiguillon (17)

LPO - Parc Vendéopôle sud atlantique - Avenue

des Frênes, local C - 85210 Sainte Hermine

Tél 02 51 56 90 01 - frederic.corre@lpo.fr

Station de lagunage (17)

LPO - Espace Nature - Place Colbert - 17300

Rochefort-sur-Mer. Tél 05 46 82 12 44 -

espace.nature@lpo.fr

Réserve naturelle régionale de la Massonne (17)

LPO - Tél. 05 46 82 12 34 - lpo@lpo.fr

Réserve naturelle des Sept-Iles (22)

Station LPO de l’Ile Grande - 22560 Pleumeur

Bodou

Tél 02 96 91 91 40 - Fax 02 96 91 91 05.

resnat7iles@lpo.fr

Camp de migration Pointe de Grave (33)

LPO Aquitaine - 109 Quai Wilson - 33130 Bègles

Tél 05 56 91 33 81 - aquitaine@lpo.fr

Maison des Oiseaux du Haut Allier (43)

LPO Auvergne - Le Prieuré

43380 Lavoute Chilhac - Tél 04 71 77 43 52

LPO Presqu'île Guérandaise (44)

Maison des Paludiers - 18 rue des prés Garnier -

Saillé 44350 Guerande - Tél 02 51 10 52 14 ou 06

50 23 67 12

vanessa.saez@lpo.fr

Réserve naturelle régionale des Coteaux du

Pont-Barré (49)

LPO Anjou - Maison de la Confluence

10 rue de Port Boulet - 49080 Bouchemaine

Tél. 02 41 44 44 22 - Fax 02 41 68 23 48 -

anjou@lpo.fr

Camp de migration Montagne de la Serre (63)

LPO Auvergne - 2 bis rue du Clos Perret

63100 Clermont-Ferrand - Tél 04 73 36 39 79

auvergne@lpo.fr

Réserve naturelle du Sabot de Frotey (70)

LPO Franche-Comté - Maison de l'Environnement de

Franche-Comté - 7 rue Voirin - 25000 Besançon

Tél. 03 81 50 43 10 - Fax 03 81 61 66 21 - franchecomte@lpo.fr

Réserve naturelle régionale

de Cambounet-sur-le-Sor (81)

LPO Tarn - Place de la Mairie - BP 27 - 81290

Labruguière

Tél 05 63 73 08 38 - Fax 05 63 73 43 22 -

tarn@lpo.fr

Camp de migration Pointe de l’Aiguillon (85)

LPO Vendée - La Brétinière - 85000 La Roche-sur-

Yon

Tél 02 51 46 21 91 - Fax 02 51 62 07 93 -

vendee@lpo.fr

Réserve naturelle

des marais de Müllembourg (85)

LPO - Fort Larron - 85330 Noirmoutier en l’Ile

Tél/Fax 02 51 35 81 16

Réserve naturelle régionale

du marais de la Vacherie (85)

LPO Marais Poitevin - Le Grand Mothais - 85450

Champagné-les-marais. Tél/Fax 02 51 56 78 80

marais-poitevin@lpo.fr

Réserve naturelle

de Saint-Denis du Payré (85)

LPO - Ferme de Choisy - 85800 Saint-Michel en

l'Herm.

Tél 02 51 56 14 69

rn.saintdenisdupayre@lpo.fr

Associations Locales 47

More magazines by this user
Similar magazines