Les paradis aux Seychelles - Yachting Sud

yachtingsud.com

Les paradis aux Seychelles - Yachting Sud

Photo © Wikipedia

Photos © Olivier Delhaye

60

CROISIÈRE EXOTIQUE

LE PARADIS,

SEYCHELLES ?

Dans quelques semaines nous mettrons cap au

Sud, la saison cyclonique s’achevant dans l’océan Indien di SSud. d NNous

quitterons les Seychelles, cet archipel unique, où nous aurons navigué

un peu plus de trois mois au sein des « granitiques »,

les îles principales de ce petit pays africain.

Déjà d’un point de vue géologique, les Seychelles

affichent leur particularité, elles constituent

une sorte de microcontinent, fragments de la

séparation lointaine des plaques africaine, indienne

et de Madagascar. À ces îles « originelles » s’en sont

ajoutées d’autres, d’origine volcanique, pour constituer

aujourd’hui le plus petit état africain, riche de ses

115 îles réparties sur un territoire bien plus grand que

la France, mais dont plus de 98 % est recouvert par

l’océan Indien. Loin de ses atolls préservés (Aldabra,

Farquhar, les Amirantes, Coëtivy et Cosmoledo), la vie

des Seychellois s’organise entre les îles de Mahé, qui

accueille la capitale Victoria, Praslin et La Digue, séparées

de quelques milles seulement. D’autres îles, plus

modestes et beaucoup moins peuplées, complètent le

paysage unique de ce paradis terrestre.

À ce tableau sans fausse note, s’ajoutent les habitants,

qui, à l’image de ce pays aux frontières de continents

et de cultures différentes, vivent mélangés en parfaite

harmonie. Loin des replis identitaires que vivent

aujourd’hui nos civilisations occidentales, les Seychellois

sont totalement épargnés par toute forme de racisme

et semblent avoir fait de leur passé mouvementé une

richesse, un patrimoine. On y parle sans difficulté le

créole, l’anglais et le français, langues officielles des

100 000 habitants. Sur leurs îles, ils ont aussi réussi à

développer un tourisme important, mais maintenu

dans un cadre restrictif, au bénéfice des nombreux

parcs et réserves naturels qui préservent l’archipel. Et

bien évidemment, c’est par la mer qu’il se livre, qu’il

se découvre, qu’il s’explore. Une flotte de qualité est

d’ailleurs en place depuis quelques années sur Mahé et

Praslin et est disponible à la location. Rien de plus pratique,

et de plus économique dans le cas des Seychelles,

pour partir à la découverte de ses joyaux. La magie

opère rapidement, la proximité de l’équateur garantit

un séjour beau et chaud toute l’année, hors de toute

zone cyclonique. La navigation, si elle requiert quand

même un peu d’attention, reste facile*.

La plupart se contenteront d’un tour classique des îles

au départ de Mahé, vers Praslin, Curieuse et la Digue.

Bien entendu, Praslin est très belle, sa célèbre Vallée

• L’îlot Saint-Pierre (îlot entre Curieuse et Praslin)


de Mai et son « coco-fesse » vous sembleront incontournables.

Évidemment, il est impossible d’ignorer

La Digue, pour ‘sa’ plus belle plage du monde (Anse

Source d’Argent, la bien nommée), pour ses balades

à vélo, mais surtout pour l’atmosphère unique qui y

règne… un lieu totalement ignoré par le stress ! Une

nuit et une visite de Curieuse vous raviront, un snorkeling

à l’îlot Saint-Pierre ou aux Cocos vous bluffera,

mais, si votre timing vous l’autorise, c’est plus à l’ouest

que vous trouverez votre bonheur (et le nôtre !).

Mahé, c’est l’île principale,

16 milles à

vol d’oiseau entre

la pointe nord et

la pointe sud, elle

culmine à 906 mètres.

Au nord-ouest, la

baie de Beauvallon,

sa grande et belle

plage, sa pizzeria

sur le sable, est un

endroit où il convient

de traîner un peu.

D’abord parce que la

vie aux Seychelles, en

l’absence presque

• L’île Ronde (derrière le bateau) vue depuis Praslin avec, au fond, l’île de la Digue

totale de bars, se tourne vers la plage. Les locaux y organisent

fréquemment leurs sorties : barbecue sur plage,

boissons, discussions, jeux (dominos) et ribambelle d’enfants

entre mer et sable. Ensuite parce que c’est aussi un

bon mouillage et que le coucher de soleil y est sublime.

Beauvallon trouve son équivalent sur la côte est, à Anse

Royale. Si la pizzeria y est moins ‘typique’, vos pieds

seront toujours sur le sable et les mets proposés plus

variés. Même ambiance locale, les vagues en moins, la

baie étant fermée par une barrière de corail. Au pied

du Morne Seychellois, à l’ouest, quelques mouillages se

dessinent dans le massif ; la baie Ternay et Port Launay

valent assurément le détour. Les amateurs de randonnées

terrestres ne seront pas en reste tant cette île recèle des

trésors. La côte sud de l’île, bien que très difficile d’accès

à la voile, ne manque pas de charme. Elle offre ses magnifiques

plages aux plus téméraires et à eux seuls! Mahé est >>>

« Chacune des îles que nous avons

approchées aux Seychelles mérite que l’on s’y

attarde quelque peu, et c’est sans conteste

une des plus belles qualités de ce pays. »

• Praslin – Anse Lazio (et filet anti-requin…)

61


Photos © Olivier Delhaye

62

CROISIÈRE EXOTIQUE

LE PARADIS,

SEYCHELLES ?

*Régime des moussons : vents dominants de sud-est

de juin à novembre, de nord-ouest de décembre à

mai. Orages et nuages de convections (à grains) fréquents

mais très prévisibles. Navigation à l’approche

des récifs coralliens avec le soleil le plus haut possible

(de 10 h à 15 h). De nombreuses roches isolées parsèment

l’archipel mais sont bien identifiées. Attention

quand même, en avril 2012, le yacht « Lauren L » (90

mètres) a achevé sa course – et la croisière de ses

hôtes – sur un rocher !

donc très belle, autant que ses petites soeurs et n’a rien à leur envier. Trop

souvent délaissée, elle mérite pourtant que l’on s’y attarde un peu.

C’est du nord-ouest que viendra la surprise, à seulement quelques encablures

de Mahé. En novembre elle nous avait échappé, nous avions fait

route vers elle, mais de méchants orages nous avaient forcés à renoncer.

Le 31 décembre Silhouette nous accueillait pour fêter dignement la nouvelle

année. Cette île, c’est l’exception des granitiques, est un vieux volcan

aujourd’hui éteint. Elle n’est presque plus habitée ; seul un hôtel s’y est

implanté et qui justifie à lui seul les presque 300 habitants. Le reste de l’île

n’est que végétation… elle est un des derniers témoins de la forêt équatoriale

primaire et accueille bon nombre d’espèces animales et végétales uniques

! Il faut aussi la mériter, car seuls deux mouillages sont praticables et

pas confortables, le débarquement y est ‘rock and roll’, mais quel bonheur

d’être seul pendant quelques jours ! Un peu plus au Nord, vous trouverez

North Island, elle n’offre pas beaucoup plus de protection, mais si le propriétaire

vous autorise à débarquer, vous croiserez peut-être une star en

quête de tranquillité. Bien que moins exceptionnelle que Silhouette, cette

dernière présente certains charmes dont évidemment celui d’une rencontre

fortuite avec l’un de ses hôtes.

Chacune des îles que nous avons approchées aux Seychelles mérite que l’on

s’y attarde quelque peu, et c’est sans conteste une des plus belles qualités

de ce pays. Si vous rêvez de vous offrir une croisière au soleil et que vous

aviez retenu d’autres atterrages, attardez-vous quelque peu sur cette destination.

Les Seychellois gèrent ce patrimoine avec beaucoup d’intelligence,

leur réputation accueillante n’est pas galvaudée et il est encore possible

de flâner dans ce paradis seul, ou presque… L’image qualitative qu’elles

génèrent encore aujourd’hui est fidèle tant il y fait bon vivre… peut-être

reviendrons-nous…

• Olivier Delhaye

More magazines by this user
Similar magazines