Conférence de Daniel RIVET (r) : choc des civilisations ou guerre ...

lyceelyautey.org

Conférence de Daniel RIVET (r) : choc des civilisations ou guerre ...

Rcndez-Vous dc |tHistoin dc Brbat lc 12.03.21105

PREAMBULE

Conférence de Daniel RIVET (r) :

L'ère post-coloniale en Méditemanée,

choc des civilisations ou guerre des incultures ?

rrpportéc prr Christophc TOURON

L'ère post-coloniale est une ( expression cache-misere ) pour masquer le fait que nous n'arrivons

pas à penser le temps présent. La notion de choc des civilisations est ancienne mais elle a été réactualisée

ces dernières annees par le professeur américain Samuel P. HIINTINGTON. Quant à I'idée de guerre des

incultures c'est une expression d'Hubert VEDRINE ancien ministre français des Affaires étrangères.

r- u\ cHoc p.Es crwLrsATroNS ?

On nous dit que nous soûrmes dans une guerre de civilisations qui prend ses racines dans une

histoire ancienne : conquêtes de I'Islam au VIf s., croisades chretiennes au Proche-Orient" expansion

ottomane à l'époque mediévale et moderne...

Au )C(t s., les Européens, avec un esprit de revanche sur I'Islam, ont ainsi mobilise lew Dieu et leurs

çanons pour imposer la colonisation. Celle-ci a été vécue au Maghreb comme un retour du roumi et a

entraîné des réactions de rejet, qui se sont exprimées dans la siba et le jihad, aboutissant finalement à la

décolonisation.

La Guerre du Golfe, en 1991, a marqué un retour du choc des civilisations, d'une guerre des dieux,

révélatrice d'une ligne de fracture liberant tout un refoulé : ex. certains missiles français sumommés alors

Durandal, I'instrumentalisation du jihad par Sadam Hussein. Un sentiment de frustrations et un désir de

revanche sembleraient s'être emparés des deux rives de la Méditenanée.

Comment en est-on arrivé là depuis les années 1960 où I'on croyait à une convergence des civilisations ?

Dans les années 1960, sur des deux rives de la Méditerranée, il y avait des personnages phares, porteurs

d'espoir, ouvrant sur un horizon d'attente. Il y avait la conviction doune convergencç enfe capitalisme et

r+:-n'i,':niq-re I'!e ii!.';s !tirtrræri+n daq ie-triles- rt-atinnc qpmh!ait nÊir rrne rhan.. '{p ^r*'rùriu *prlirfrih:,fir.,n JvùirriÉr viûai *i- ûliÈitv .,1+r

eL iluit;iiWA;iû!! sLÉ

richesses, à l'échelle mondiale, qui soit plus équitable. tæ Sud était perçu comme une ( tansfusion de

jeunesse > au monde dans un climat d'optirnisme, résurné par cette expression : < Tout ce qui rnonte

eonv. erge ,> !

Cependant un point d'inquiétude se déveioppe aussi à cette époque: cette rencontre des civilisations ne

ijsq-ue-t-eiie tras.j'eriTaîner: ut-r iri-veTienre;tt, !a gË-rre rig -*r'r'v-ail

dur dc !a civiii.sa-tioi-r à laqu-eiie an

upp-ti""t t ltbù une recherche d'authenticité chei certains...

Mais qu'entend-on par civilisation ? Il s'agit en fait d'une abstraction dont la définition est variable.

À:--: J^ r"-1-- ";fr;-ii

frlrlsl uç I lsliull, ut selon les p€rsoiir:res et les époques corru-ne (( iine ihécrcratie iaique ei égali'rairre >>,

( t-rne monocratie D.


Rcndcz.Vous dc I'Hlrtolrc dc Rebat lc l2.ll3.2l)05

Concernant I'Orient, il s'agit d'une notion firyante, insaisissable. Où coûlmence I'Orient ?

Il en est de même de I'Europe et de l'Occident en particulier, qui constitue une construction de I'esprit. Il

existe une vision ûiomphaliste de I'Europe, sans un voile critique, s'articulant autotr de cinq points

essentiels: I'invention de la cité par la Grèce antique, le développement du droit privé par la Rome

antique, la prophétie monothéiste avec la Bible, la revolution papale entre les Xf et )ilIf s. et enfin la

révolution démocratique avec 1789. Mais pour ête complet il faut aussi ajouter la colonisation, le

fascisme, le nazisme et le stalinisme, qui ont confibué aux fureurs du Xlf s. ...

Devant la diffrculté qui existe à définir ce qu'est une civilisation et ses representations subjectives, la

notion de guerre de civilisations correspond en fait davantage à une opposition d'archétypes et il semble

plutôt que nous soyons confrontés à une guerre des incultures...

IL TJNTE GTIERRE DES INCULTURES

Notre vision des relations entre l'Europe et le monde arabo-musulman est prisonnière de deux

grandes pensées :

o dans le monde erabo-musulman : une sensation dtenvahissement par lt0ccident (l'Islam

devenant une forteresse assiégée) et le sentiment d'agression culturelle. D'où des pulsions de

rejet exprimées dans le regishe natonaliste puis islamiste, s'accompagnant d'une

dénonciation des ( nouveau( croisés >> et d'une condamnation du mode de vie occidental,

considéré comme immoral et corrompu. En réaction, s'est aussi développee I'exaltation des

valeurs ancestrales. Ce qui a pu déboucher sur un langage de la haine, une autoréclusion et la

volonte de < purifier >> I'espace arabo-musulman...

o en Europe: un sentiment de peur vis-à-vis de I'IsIam. Celui-ci vient de très loin : le

musulman est associé au sarrasin du Moyen-âge, considéré comme pire que la peste... Cette

peur est entretenue par I'actualiæ (ex. assassinat au nom de I'Islam du cinéaste Théo Van

Gogh aux Pays-Bas en novembre 2004) et suralimentée par la fin de la Guerre froide. Il

existe, d'ailleus, une peur specifiquement française liée à sa culture et à son propre modèle

laiques (récurrence de la thématique < l'Islam est-il soluble dans la laîcité ? >) ainsi qu'à des

raisons historiques particulières, telle que la Guerre d'Algérie. En Europe s'étend donc l'idée

qu'i! v aurait une exception islarnique négative...

Tous ees éléments participent d'une guerre des incultures, qu'il convient d'eclairer...

! !f ! 1r1!t_ 1!- r_i_!! !!r r_T!!E! !l -rE! rrrFllt !rL!-rt Tt r!Èrl' It! llr

_-_ ii;- f .itiYi---i(F,i--t-!tF-. i,F, - i F, -iît-iil; i liltln,

Derr*- pistes peuvent pre-.nnettre

de comprendre cette inculi:re :

o ie décaiage ries iemporaiités : aiors que ie processus de sécuiarisaiion esi ierminé en Europe

ii est inaehe.vé srr ia rive srrri rie ia Mériiteranée. i-rans les pays arabo-mrrsrrlmens, i'isiam en

lant que religion du Salut n'est plus portée de manière aussi évidente, du fait qu'elle est

confrontée au temps du monde ,qui ne cesse de progresser au sein des sociétés. D'où une

fissuration de I'expérience du tonps sacralo qui imprégnait le vécu du croy'ant. Du temps créé

par Dieu on glisse vers le temps rationnel ; cette évolution s'accompagne donc de conflits. La

coexistence de ces deux temporalités, deux logosphères étanches I'une à I'autre, a un effet de

schizophrénie. Ce sentiment de décalage entre deux temporalités se ressent, d'ailleurs, dans la

liuérature arabo-musulmane.


Rcrdez-Vour dc I'Ilistoirc dc Rrbrl lc l2"0.L 2llûi

EPILOGT]E

Tandis que la rive nord de la Mediterranée, est marquée par une seule histoire avec la

conviction que le passé est quelque chose de révolu (idee de fracture assumée), la rive sud est

encore souvent prise dans deux histoires, derx temporalités difficiles à faire concorder. D'où

des incompréhensions et des malentendus mutuels.

La distorsion enfre les cultures, les pretiques politiques: la trilogie nation-démocratieindividtu

propre au monde européen, est brouillee dans la rive sud de le Méditerranee où la

démocratie est en gestation, souvent étoufte par un Etat autoritaire. Contester cet Etat c'est

sortir de la communauté politique et religieuse, le pluralisme étant encore souvent considéré

cotnme un point de rupture. Vu d'Europe,l'état politique du monde arabe est ainsi p€rçu avec

les clichés habituels : despotisme oriental, société guenière en terre d'Islam...

Sur la rive nord de la Médiærranée, les démocraties sont blasées, fatiguees. Il existe une crise

profonde du civisme, de la croyance politique, des croyances seculaires : ex. le socialisme, la

republique sociale. Ces démocraties permettent la visibilité du conllit, celui-ci constituant un

effet moteur. Vu des pays de la rive sud, les Europeens passent souvent pour des < enfants

gâtés >...

Comment exorciser l'observation des origines, qui produit une représentation raciale de I'Humanité

avec une hiérarchie discriminatoire et une identité close et tranchante, sources d'anachronismes et

d'exclusions ?

D'un point de vue intellectuel et historique, pot en sortir, il faut s'engager dans la recherche d'une

mémoire équilibrée. Cette pratique de la juste mémoire est nécessaire pour repenser, par exemple, le fait

colonial en le purgeant de son imaginaire de guerre, particulièrement dans les pays de la rive sud de la

Méditerranée. Il faut aussi dessiner la carte culturelle du monde en faisant des entecroisements de

rayonnements à partir de foyers multiples, en lui donnant un contenu historique : pax exemple, l'essor de

la Raison" entre le Xf et le XIIf s., est parïaSé par les Occidentaux et les Orientatx. Il faut ainsi rapatrier

I'Islam occidental et le monde arabe en Occident afin d'en faire une de ses racines. Ceci afin de conter

les islamistes et les occidentalistes ( christiano-centés >. Allant dans ce sens, un réseau de chercheurs a

redecouvert ces dernières années une langue mélangée, partagée par les habitants riverains de la mer

Méditerranee, une véritable langue métisse.. -

Ii faut aussi redéfinir le rapport instable entre I'universalisme et le particularisme. Le premier est en perte

de vitesse. La recherche d'un universalisme latéral est à construire à partir des affinités électives entre des

graneies cuitures. Ceia

More magazines by this user
Similar magazines