29.06.2013 Views

Nuits d'été insolites

Nuits d'été insolites

Nuits d'été insolites

SHOW MORE
SHOW LESS

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

www.echo62.com<br />

<strong>Nuits</strong> d’été<br />

<strong>insolites</strong><br />

DOSSIER en pages 16 et 17<br />

Photo J. Pouille<br />

p. 12<br />

Août 2010 - n o110<br />

Juillet<br />

ISSN 1254-5171<br />

Compte là-dsus<br />

et bos dé l’iau,<br />

té varas cras !<br />

Esprit lingerie<br />

L’Ile fantastique<br />

des Dubois<br />

Les joies du sport<br />

p. 6<br />

p. 24 à 27<br />

Photo Ph. Vincent-Chaissac Photo Jérôme Pouille<br />

Photo Ph. Vincent-Chaissac


2<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010<br />

e x p r e s s<br />

Nouveau<br />

conseiller général<br />

Après la démission d’Alain<br />

Wacheux, parti siéger à la<br />

Région, c’est l’ancien maire<br />

d’Houdain Daniel Dewalle<br />

(Parti communiste) qui a été<br />

élu conseiller général du<br />

canton d’Houdain et siège<br />

depuis le 28 juin à Arras.<br />

Euralens dessine<br />

ses paysages<br />

Créée pour accompagner<br />

l’arrivée du Louvre et favoriser<br />

le développement de<br />

Lens et de sa région, la structure<br />

Euralens, par le biais du<br />

groupement de commandes<br />

(villes de Lens, Liévin, Loosen-Gohelle<br />

et la communaupole<br />

Lens-Liévin) a retenu le<br />

tandem constitué du paysagiste<br />

Michel Desvigne et de<br />

l’architecte-urbaniste<br />

Christian de Portzamparc,<br />

pour imaginer les projets<br />

urbains et paysagers et<br />

concevoir les espaces publics<br />

liés à l’arrivée du musée.<br />

Terres en fête<br />

progresse<br />

La 9 e édition du salon Terres<br />

en fête (organisé tous les deux<br />

ans) a connu une hausse de<br />

fréquentation de 10 % par<br />

rapport à 2008 avec 78000<br />

visiteurs sur le site de Tilloyles-Mofflaines.<br />

Alors que la<br />

crise n’a pas épargné le<br />

monde agricole, voilà de quoi<br />

rassurer les éleveurs et producteurs<br />

sur leur cote<br />

d’amour auprès de la population.<br />

Les Échos du Pas-de-Calais<br />

BP 139 – 5, place Jean-Jaurès<br />

62194 Lillers Cedex<br />

Tél. 03 21 54 35 75 – Fax 03 21 54 34 89<br />

http://www.echo62.com<br />

courriel contact@echo62.com<br />

Directeur de publication : Roland Huguet<br />

Directeur de la rédaction : Jean-Yves Vincent<br />

Rédacteur en chef : Philippe Vincent-Chaissac<br />

Rédacteur en chef Internet : Christian Defrance<br />

Rédactrice en chef adjointe/coordination :<br />

Géraldine Falek<br />

Chef de rubrique : Marie-Pierre Griffon<br />

Rédactrice graphiste : Magali Crombez<br />

Rédacteur graphiste sur le web : Jérôme Pouille<br />

Secrétaire de rédaction : Claude Henneton<br />

Journaliste stagiaire : A. Top<br />

Rédacteur : Bernard Queste<br />

A également participé : Philippe Accart<br />

Directeur commercial-communication :<br />

Fabien Rollin, 0321 54 34 94<br />

Assistante commerciale : Angélique Marien<br />

Assistante d’édition : Élisabeth Colle<br />

Secrétaire de direction : Murielle Fossier<br />

Les textes des publicités<br />

sont rédigés sous la responsabilité<br />

des annonceurs et n’engagent<br />

en aucun cas<br />

L’Écho du Pas-de-Calais<br />

Ce numéro a été imprimé<br />

à 624 593 exemplaires<br />

Impression Léonce Déprez, Ruitz<br />

Pour tout renseignement, tél. 03 21 21 47 26<br />

Courriel pour Saint-Omer : delattre.thibault@cg62.fr<br />

Pour Montreuil et Étaples : hermant.marina@cg62.fr<br />

Sucré. Il y a quelques jours<br />

l’Union départementale des offices<br />

de tourisme et syndicats d’initiative<br />

du Pas-de-Calais était en<br />

assemblée générale à la chartreuse<br />

de Neuville-sous-Montreuil.<br />

L’occasion pour les forces vives et<br />

associatives de notre tourisme de<br />

découvrir un site qui s’ouvre tout<br />

doucement à la visite depuis l’été<br />

2009. Et de constater le formidable<br />

attrait d’un patrimoine religieux<br />

et architectural qui fait<br />

l’objet d’un vaste projet de mise<br />

en valeur… tout en respectant<br />

l’esprit de ce lieu qui invite au<br />

calme et au ressourcement. À<br />

découvrir. Vraiment.<br />

Ph. V.<br />

Pendant les vacances,<br />

du jeudi au dimanche,<br />

visites guidées à 10 h, 14 h,<br />

15 h 30, 17 h.<br />

Rens. 03 21 06 56 97<br />

360°<br />

Né à Nantes le 10 mars 1856, Jules-Albert de Dion était issu d’une illustre famille artésienne attachée à Wandonne – hameau<br />

de la commune d’Audincthun dans le canton de Fauquembergues - depuis le XV e siècle. Adossée à l'église du hameau, une chapelle<br />

funéraire renferme même des épitaphes mortuaires de la famille, et depuis février 2009, le hameau s’enorgueillit de posséder<br />

une rue de Dion-Bouton.<br />

Pionnier de l'industrie automobile française, Jules-Albert de Dion s'associa avec l'ingénieur George Bouton pour fonder la<br />

société de Dion-Bouton, à Puteaux. De ses usines sortirent en 1902 la « Populaire » et en 1910 « la 8 Chevaux Double Phaeton<br />

Torpedo » dont on ne trouve plus que sept exemplaires à travers le monde, dont un dans le Pas-de-Calais, acheté par le conseil<br />

général au titre de la sauvegarde du patrimoine. Confié aux Brigades de l'Aa, association de passionnés de véhicules anciens,<br />

cette magnifique voiture fêtait son centenaire les 29 et 30 mai derniers, avec une grande exposition de véhicules anciens à<br />

Ouve-Wirquin où se trouve un espace-musée et surtout la venue de la fameuse de Dion-Bouton dans les rues de Wandonne,<br />

berceau d’un des pères fondateurs de la marque.<br />

Première guerre mondiale<br />

À la recherche<br />

des soldats britanniques<br />

Dans le cadre du programme européen Interreg IV « Mémoire<br />

de la Grande Guerre », le conseil général du Pas-de-Calais et<br />

sa direction de la culture travaillent sur la présence des<br />

Britanniques et des soldats de l’Empire dans le Pas-de-Calais<br />

au cours de la première guerre mondiale. Les recherches portent<br />

principalement sur trois villes stratégiques, marquées par<br />

l’implantation de ces troupes, à savoir : Saint-Omer,<br />

Montreuil-sur-Mer où s’installent les quartiers généraux de<br />

l’armée britannique, et Étaples, base sanitaire et camp d’entraînement.<br />

Les autres parties du territoire (la zone de front,<br />

le littoral) sont également concernées. Le département souhaite<br />

ainsi mettre en avant les relations franco-britanniques et<br />

évoquer les liens partagés entre les soldats alliés et la population<br />

locale. Ce travail de recherches débouchera sur une exposition<br />

itinérante ainsi qu’un site internet, une brochure.<br />

Tous documents, articles, correspondances, photographies,<br />

cartes-postales, objets personnels qui témoignent de cette présence<br />

sont recherchés. Il ne peut s’agir que de prêt. Les documents<br />

seront photographiés, numérisés et rendus à leurs propriétaires<br />

après utilisation.<br />

À Wandonne<br />

Une de Dion-Bouton<br />

dans son berceau<br />

Salé. Pom-pompom-pom!<br />

Ici<br />

Polokwané. Les<br />

Français parlent<br />

aux Français…<br />

Les carottes<br />

sont<br />

cuites… Je<br />

répète. Les<br />

carottes sont<br />

c u i t e s …<br />

Voici comment<br />

l’on pourrait<br />

résumer l’aventure<br />

des Bleus<br />

en Afrique du<br />

Sud. L’appel du<br />

18 juin 1940<br />

appelait à la<br />

résistance.<br />

Celui du 18 juin<br />

2010 doit nous<br />

faire revenir à la<br />

décence et à la<br />

raison.<br />

Ph. V.<br />

Photo J. Pouille


360°<br />

110, ne pas bouder son plaisir<br />

Pourquoi se le cacher, les<br />

Français ne sont pas gais… La<br />

crise, les retraites… Et la<br />

coupe du monde de football<br />

qui aurait pu remonter le<br />

moral de beaucoup n’a fait<br />

qu’ajouter un peu plus de tristesse<br />

et de consternation…<br />

Pourtant l’été est là, l’heure<br />

des vacances a sonné, et ce<br />

numéro 110 de L’Écho du Pasde-Calais<br />

s’attache à apporter<br />

un peu de rêve et d’évasion<br />

dans ce monde qui, vraiment,<br />

ne tourne plus rond.<br />

Notre dossier consacré aux<br />

hébergements <strong>insolites</strong> va bien<br />

dans le sens de cette quête<br />

d’originalité joyeuse que nous<br />

recherchons tous, à partager<br />

en famille ou entre amis.<br />

Il y aura d’ailleurs bien des<br />

choses à partager durant ces<br />

deux mois à venir: des<br />

concerts (Hardelot, Le<br />

Touquet, etc.), des spectacles<br />

de rue (Carvin), des rendezvous<br />

sportifs comme les<br />

championnats de France de<br />

canoë-kayak à Boulogne-sur-<br />

Mer ou les championnats<br />

d’Europe de disc-golf à<br />

Olhain, des randonnées (sur<br />

la Via Francigena et dans le<br />

bassin minier), des parcours<br />

à faire dans les arbres (Saint-<br />

Pol-sur-Ternoise), des visites<br />

qui peuvent vous emmener<br />

aux confins de l’exotisme (à<br />

Mazingarbe) ou de l’érotisme<br />

(à la cité de la Dentelle de<br />

Calais), etc.<br />

À chacun de ne pas bouder<br />

son plaisir, histoire de mettre<br />

entre parenthèses durant<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 3<br />

quelques jours, quelques<br />

semaines, les tracas quotidiens<br />

qui nous rattraperont<br />

toujours suffisamment vite.<br />

Il n’y aura pas de journal au mois d’août. Notre prochain numéro, le 111, sera distribué du 6 au 10 septembre.<br />

Défi internet<br />

Plus de 4600 élèves ont participé<br />

Ils étaient quatre-vingtcinq,<br />

accompagnés de<br />

leurs enseignants, le<br />

mercredi 2 juin au parc<br />

d’Olhain pour la remise<br />

des prix, mais au total ce<br />

sont plus de 4600 élèves<br />

issus de 160 classes de<br />

CM1, CM2, 6 e et SEGPA<br />

qui ont participé au Défi<br />

internet 62. Cette<br />

grande enquête sur le<br />

patrimoine du Pas-de-<br />

Calais, menée sur le<br />

web, met en œuvre de<br />

nombreuses disciplines.<br />

Le concours en était à sa<br />

onzième édition, sous la<br />

houlette d’un certain<br />

Monsieur Mystère, celuilà<br />

même que ni les<br />

élèves, ni les enseignants,<br />

ni les organisateurs<br />

n’ont jamais vu.<br />

Mais dont ils connaissent<br />

bien les énigmes, les<br />

indices.<br />

Michel Dagbert, viceprésident<br />

du conseil<br />

général, président du<br />

parc d’Olhain et Odette<br />

Duriez, députée,<br />

conseillère générale, ont<br />

chaleureusement félicité<br />

Et caetera…<br />

Chouette, des vacances bien méritées ! Et<br />

pourtant, cette année, dans le sac à dos règne une<br />

certaine amertume, un « c’est pas comme<br />

d’habitude » qui gâche l’instant. Il y a cumul :<br />

saint Médard et saint parapluie qui se fichent du<br />

monde, ces mecs qui courent après une coupe du<br />

monde à longueur de télé, les marathoniens de la<br />

politique qui jouent à 2012, la réforme dite<br />

territoriale… et surtout le « Et caetera » qui ne<br />

promet rien de bon! L’idée de devoir poser les<br />

congés payés jusque 62 ans donnera le bourdon<br />

aux plus courageux des travailleurs! Inéluctable à<br />

ce qu’il paraît ! Heureusement que dans trois<br />

coups de soleil, on ne pensera plus… jusqu’à une<br />

rentrée qui mériterait bien d’être houleuse!<br />

Jean-Yves Vincent<br />

les jeunes et leurs professeurs<br />

pour leur investissement<br />

dans ce<br />

concours qui leur a<br />

mieux fait connaître leur<br />

département, « grâce à<br />

un outil permettant<br />

d’aller voir ce qui se<br />

passe près de chez soi et<br />

aussi partout dans le<br />

monde ».<br />

Au nom du conseil<br />

général du Pas-de-Calais<br />

et avec leurs collègues<br />

présents, ils ont ensuite<br />

remis un vidéo-projecteur<br />

et un tableau inter-<br />

Photo A. Top<br />

Photo B. Queste<br />

actif à chacune des<br />

classes lauréates: les 6 e<br />

d’Hélène Kaseberg, du<br />

collège du Bras-d’Or à<br />

Écuires; les CM2 de<br />

Pierre Lozelle, de l’école<br />

Pierre-Baudel de Noyelles-les-Vermelles;<br />

les<br />

CM1/CM2 de Stéphane<br />

Deudon, de l’école<br />

Archimède de Calais; les<br />

CM1 d’Anthony Demaerel,<br />

de l’école Oran-<br />

Constan-tine de Calais.<br />

Les élèves des classes<br />

ayant obtenu le<br />

deuxième prix dans leur<br />

catégorie recevront un<br />

appareil photo numérique<br />

également offert<br />

par le Département.<br />

Agropastoralisme<br />

sur le mont Hubert<br />

Si vous trainez vos guêtres du côté du cap Blanc-Nez, sur le sentier<br />

du Mont-Hubert par exemple nouvellement inauguré, vous risquez<br />

de rencontrer Gaëlle, jeune bergère originaire des Alpes. Elle<br />

est la cheville ouvrière de la restauration d’une pratique ancestrale<br />

d’agropastoralisme: le pâturage ovin itinérant. Une nouvelle<br />

étape vers l’obtention du label grand site national et une autre<br />

pour le mouton boulonnais qui retrouve ses lettres de noblesse<br />

Pour en savoir + rendez-vous sur echo62.com<br />

e x p r e s s<br />

Un collège<br />

Danielle-Darras<br />

À Liévin, le collège<br />

Riaumont a changé de nom<br />

le lundi 7 juin. Il s’appelle<br />

désormais Danielle-Darras -<br />

Riaumont, pour rendre<br />

hommage à la vice-présidente<br />

du conseil général du<br />

Pas-de-Calais en charge de<br />

l’éducation, décédée un an<br />

auparavant, jour pour jour,<br />

à l’âge de 65 ans.<br />

Citadelle<br />

communautaire<br />

Lundi 21 juin, à quelques<br />

jours du Main Square<br />

Festival qu’elle a accueilli<br />

début juillet, la citadelle<br />

Vauban a été cédée par l’État<br />

à la communauté urbaine<br />

d’Arras.<br />

Au total, quatre sites inutilisés<br />

par le ministère de la<br />

Défense (la citadelle même,<br />

la caserne Schramm, le terrain<br />

du Gouverneur et le<br />

bois du Polygone), soit une<br />

emprise de 72 hectares au<br />

cœur de la préfecture du<br />

Pas-de-Calais, sont ainsi<br />

devenus propriétés de la CU<br />

d’Arras pour l’euro symbolique.<br />

L’État accordera une<br />

participation financière de<br />

6,26 millions d’euros pour<br />

la requalification du site.<br />

En savoir + echo62.com En savoir + echo62.com<br />

Communiqué<br />

du Département<br />

du Pas-de-Calais<br />

Le Conseil Général accordera,<br />

dans le cadre de la<br />

convention passée entre<br />

le GDS et le GTV, des<br />

aides financières aux<br />

cheptels engagés dans la<br />

maitrise de la paratuberculose,<br />

de la BVD et dans<br />

la lutte contre les maladies<br />

abortives.<br />

Conformément aux engagements<br />

pris envers<br />

lʼAutorité de la Concurrence,<br />

ces aides seront<br />

attribuées pour les analyses<br />

effectuées au<br />

Laboratoire Départemental<br />

dʼAnalyses ou dans tout<br />

autre établissement disposant<br />

des accréditations et<br />

agréments réglementaires<br />

relatifs au dépistage de<br />

ces pathologies.


4<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010<br />

La salicorne, ou haricot de mer,<br />

en course pour une AOC<br />

OMBIEN de restaurants, sur la Côte<br />

d’Opale et même dans les terres, Caffichent-ils<br />

les rameaux de salicorne<br />

•<br />

ou passe-pierre à leur menu ? Des dizaines<br />

à coup sûr. Cette plante halophile,<br />

faiblement calorique, riche en iode, en<br />

phosphore, en vitamines, en oméga 3 et en sels<br />

minéraux, a acquis une belle réputation au cours de<br />

la dernière décennie. Elle est tendance et pourrait<br />

bien obtenir une AOC (appellation d’origine<br />

contrôlée). La démarche est en cours.<br />

Si on en trouve un peu<br />

dans la baie de<br />

l’Authie du côté de<br />

Groffliers et du port de La<br />

Madelon à Waben, près de<br />

90 % de la production française<br />

est assurée dans la baie de<br />

Somme, toute proche de notre<br />

département. Les ramasseurs<br />

de salicornes écoulent d’ailleurs<br />

le fruit de leur travail vers<br />

la Hollande (pays où l’on est<br />

très friand des passe-pierres),<br />

un peu en vente directe sur le<br />

port du Crotoy (les estivants<br />

adorent) et pour une bonne<br />

part auprès de mareyeurs boulonnais.<br />

Un célèbre fabricant<br />

de soupe de poissons du<br />

Touquet en propose d’ailleurs<br />

sous sa marque chez les poissonniers<br />

de la région. Avant<br />

qu’elle ne s’échoue dans nos<br />

assiettes sous différentes<br />

formes, la cueillette des salicornes<br />

s’effectue à partir de la<br />

fin mai, jusque fin août, début<br />

septembre.<br />

Montreuillois Montreuil<br />

Dès le lever du jour<br />

Aussi, en ce mardi matin de<br />

juin, le jour est à peine levé que<br />

déjà les pêcheurs à pied de la<br />

baie de Somme sont à l’ouvrage.<br />

Cuissardes montant haut,<br />

bonnet sur la tête, munis de<br />

leurs faucilles équipées d’un<br />

panier, d’un grand seau et de<br />

sacs, courbés en quasi-permanence,<br />

ils fauchent allègrement<br />

les rameaux de salicorne estimés<br />

à la bonne taille. Cinquante,<br />

cent, cent trente voire cent cinquante<br />

kilos en une bonne<br />

matinée… le travail est difficile<br />

(des sacs de cinquante kilos à<br />

transporter à travers la vase, le<br />

nettoyage qui peut durer<br />

jusqu’à trois heures). Il est aussi<br />

mal payé certaines années<br />

quand le prix au kilo est au plus<br />

bas. Mais tous aiment ce métier<br />

qu’ils se transmettent de génération<br />

en génération, n’imaginant<br />

pas un seul instant faire<br />

autre chose. Eux, ce sont les<br />

quelque cent cinquante mem-<br />

Les pêcheurs à pied écoulent une partie de leur récolte en vente directe.<br />

Le ramassage et le nettoyage des salicornes en baie de Somme, un travail<br />

ingrat effectué par des professionnels.<br />

bres de l’Association des ramasseurs<br />

de salicornes de la baie de<br />

Somme (dont 80 % résident au<br />

Crotoy et quelques-uns dans le<br />

Pas-de-Calais), une structure<br />

créée il y a une petite dizaine<br />

d’années avec le soutien du<br />

conseil général de la Somme et<br />

du conseil régional de Picardie<br />

pour fédérer ces professionnels<br />

et préserver leur outil de travail.<br />

Vers une AOC<br />

Chacun acquitte en effet une<br />

licence annuelle (160 € dont 150<br />

reviennent à l’association) aux<br />

Affaires maritimes de Boulognesur-Mer.<br />

Elle leur donne entre<br />

autres le droit de récolter les<br />

rameaux de salicorne sur la<br />

concession de 300 hectares en<br />

baie de Somme, du côté du<br />

Hourdel, qui leur a été accordée<br />

en 2008 sur le Domaine public<br />

maritime. Un cas unique en<br />

France permettant par ailleurs<br />

de capter des subventions,<br />

comme celles accordées par<br />

Natura 2000. Elles ont<br />

permis d’entretenir à l’aide<br />

d’une machine spécialisée 6 ha<br />

de champs de salicornes en 2009<br />

et près de 40 ha en 2010.<br />

Une aide qu’apprécie particulièrement<br />

le président de l’association,<br />

Daniel Devisme. Il<br />

attend beaucoup de la<br />

démarche engagée pour l’AOC<br />

(appellation d’origine contrôlée).<br />

« C’est très long à obtenir,<br />

mais on pourra dire que notre<br />

professionnalisme est reconnu<br />

au plus haut niveau » dit ce<br />

dernier qui pense aussi que la<br />

survie de la profession passe<br />

par cette appellation et par des<br />

actions de promotion d’autant<br />

plus nécessaires que « des<br />

champs de salicornes ont été<br />

plantés à grande échelle en<br />

Hollande, au Chili… alors que<br />

des études montrent que celles<br />

d’ici sont de qualité supérieure<br />

».<br />

Attendons-nous donc à<br />

entendre parler plus encore de<br />

la salicorne dans les prochains<br />

mois et années. Non pas la<br />

course reliant Sainte-Cécile à<br />

Étaples à la mi-mai, qui connaît<br />

d’ailleurs un succès grandissant,<br />

mais bien le haricot de<br />

mer (c’est aussi son nom),<br />

assaisonné comme des cornichons<br />

ou en accompagnement<br />

de multiples recettes (omelettes<br />

aux salicornes, salade du<br />

pêcheur, foie gras sur lit de salicornes,<br />

mignon de porc et sa<br />

salade de salicornes…), pour le<br />

plus grand plaisir de nos<br />

papilles.<br />

Bernard Queste<br />

Association des ramasseurs de<br />

salicornes, 12 rue du Général-<br />

Leclerc, mairie du Crotoy<br />

Tél. 03 22 27 80 24<br />

www.salicornes-baiedesomme.fr<br />

Formés par le lycée maritime du Portel<br />

Pour obtenir leur licence, indispensable afin d’exercer leur<br />

métier, les pêcheurs à pied de la baie de Somme, qui cueillent<br />

aussi les oreilles de cochons (algue comestible), une autre<br />

plante typique de la région ainsi que les coques ou hénons, doivent<br />

obligatoirement être détenteurs du diplôme de culture<br />

marine. Ils doivent à cet effet suivre une formation de 280<br />

heures dispensée par le lycée maritime du Portel, près de<br />

Boulogne-sur-Mer, spécialisé dans les formations liées au<br />

monde maritime. Une quarantaine de professionnels de l’association<br />

a déjà satisfait à cette obligation. Au quatrième trimestre<br />

2010, quelque 90 autres membres suivront à leur tour<br />

les cours des formateurs venus du Pas-de-Calais. Le contenu<br />

de ces stages nourrit un double objectif : assurer un vrai<br />

bagage professionnel aux membres de l’association, particulièrement<br />

aux plus jeunes, et leur donner les notions de base de<br />

gestion. Un investissement pour l’avenir en quelque sorte.<br />

Lycée professionnel maritime,<br />

6 rue Georges-Honoré, le Portel - Tél. 03 91 90 00 90<br />

Photos B. Queste


RocK peut rimer avec baroque<br />

’ANNÉE de<br />

toutes les Lmusiques<br />

et<br />

de la danse orchestrée par le<br />

conseil général du Pas-de-<br />

Calais apporte la preuve que<br />

« des individualités qui se<br />

rencontrent peuvent créer des<br />

événements avec une forte<br />

portée », soulignait Dominique<br />

Dupilet, président du<br />

Département lors d’une conférence<br />

de presse organisée le jour de la Fête<br />

de la musique. Loin de l’élitisme,<br />

cette année 2010 met en musique les<br />

neuf territoires pour dénicher les<br />

talents, leur permettre de s’exprimer.<br />

« Dans nos cantons, nous avons souhaité<br />

mettre en avant une pratique<br />

musicale populaire en offrant à tous la<br />

possibilité d’assister ou de participer à<br />

un événement artistique », ajoutait le<br />

président. Les 323 sociétés musicales<br />

Publirédactionnel<br />

V<br />

OILÀ plus d’un siècle que les établissements RIGAIL<br />

existent. Depuis cette date, et grâce à la pierre de<br />

Baincthun, cette entreprise familiale est à l’origine<br />

de nombreuses réalisations intérieures et extérieures.<br />

Aujourd’hui, on dénombre 5 activités sur leur site.<br />

Spécialiste<br />

de la pierre<br />

RIGAIL propose un impressionnant<br />

choix de pierres parmi lesquelles<br />

“le grès gris beige doré”,<br />

utilisé en rénovation et en embellissement<br />

de façade : il suffit de<br />

coller la pierre naturelle ou<br />

vieillie (épaisseur 2 à 3 cm) sur le<br />

mur existant et la maison est<br />

métamorphosée. D’autres apprécieront<br />

en aménagement extérieur<br />

un dallage en pierre bleue<br />

antique ou en quartzite yellowish.<br />

Spécialiste marbrerie<br />

de décoration<br />

L’entreprise possède son propre<br />

atelier de taille de pierre qui lui<br />

permet de réaliser des travaux<br />

sur mesure. L’essentiel de l’activité<br />

est orienté sur la marbrerie<br />

de décoration et sur l’architec-<br />

(harmonies et fanfares) du Pasde-Calais,<br />

les 80 écoles de<br />

musique, les 5 conservatoires, les<br />

150 orgues, les chanteurs, les<br />

groupes auront largement l’occasion,<br />

au fil des festivals (plus<br />

de 20) et des 340 concerts<br />

annoncés, d’explorer tous les<br />

styles musicaux. La grande ambition<br />

de l’Année de toutes les musiques et<br />

de la danse est aussi de montrer,<br />

comme le répète le président Dupilet,<br />

« que quelqu’un qui aime le rock peut<br />

apprécier un concert baroque, et réciproquement,<br />

le baroque ne doit pas<br />

repousser le rock ! »<br />

Le programme est dense, très dense.<br />

Citons sur la Côte d’Opale par<br />

exemple le concert de Delbi le long de<br />

la Liane à Boulogne-sur-Mer le<br />

11 juillet ; le festival « Coups de Vents »<br />

avec l’Orchestre national de Russie à<br />

Marquise le 10 juillet, le Canterbury<br />

Music Centre Concert Band sur la digue<br />

de Wimereux le 11 juillet, l’Orchestre<br />

RIGAIL, créateur d’espace<br />

ture intérieure et extérieure.<br />

RIGAIL fabrique des escaliers,<br />

des plans de cuisine en granit, des<br />

plans vasques, des encadrements<br />

de portes et de fenêtres, des margelles<br />

de piscine, du mobilier<br />

(table de salon et de séjour).<br />

Spécialiste carrelages<br />

sols et murs<br />

Sur plus de 1000 m 2 , RIGAIL<br />

sélectionne toute l’année parmi<br />

les plus grandes marques une collection<br />

de carrelages répondant à<br />

des critères très stricts de qualité,<br />

de dureté, d’esthétique, et de tendance,<br />

le tout au meilleur prix.<br />

- Revêtements de sols : grès<br />

cérame pleine masse, grès<br />

émaillés, terres cuites.<br />

- Revêtements muraux : faïences,<br />

pâtes de verre, mosaïques.<br />

- Revêtements extérieurs pour<br />

terrasse et piscine.<br />

Fabricant<br />

de cheminées<br />

feu de bois :<br />

40 modèles<br />

de cheminées<br />

et 50 poêles à bois<br />

en exposition<br />

C’est dans son propre site de<br />

production que RIGAIL<br />

conçoit la cheminée feu de bois<br />

dont vous rêvez qu’elle soit de<br />

type moderne, rustique, classique<br />

ou contemporain :<br />

chaque modèle est unique.<br />

Des réalisations sur mesure qui<br />

répondent à vos attentes en<br />

terme de matière (pierre,<br />

granit, marbre, staff) et de<br />

foyer (foyer bois, gaz, électrique,<br />

de forme arrondie,<br />

prismatique, panoramique…).<br />

Les établissements RIGAIL<br />

sont par ailleurs dépositaires<br />

de plusieurs grandes marques<br />

au premier rang desquelles<br />

Austroflam, Spartherm, Stüv,<br />

Tulikivi, Ruëgg, Jötul, Atra et<br />

Max Blank.<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 5<br />

du Collège d’État de Moscou à Outreau<br />

le 11 juillet ; les balades musicales du<br />

Petit Orphéon avec Eden 62 à la<br />

Glaisière de Nesles le 17 juillet ; l’opération<br />

« Une Plage à la Page » ; les<br />

concerts en plein air de « The Season »<br />

au château d’Hardelot à Condette en<br />

juillet et août ; le festival<br />

de la Côte<br />

d’Opale… En<br />

attendant le<br />

« concert du partage<br />

» de l’Orchestre<br />

national de Lille le<br />

10 décembre à<br />

Outreau, et la sortie<br />

d’un CD de comptines !<br />

Chr. D<br />

Rens. 03 21 21 69 28<br />

Pour en savoir plus rendezvous<br />

sur le site internet<br />

de l’Année de toutes<br />

les musiques :<br />

www.musiques62.fr<br />

Créateur<br />

de salles de bains<br />

Depuis 20 ans, RIGAIL met un<br />

point d’honneur à ce que votre<br />

salle de bains redevienne un<br />

espace de bien-être. Une équipe<br />

de professionnels vous guide dans<br />

vos choix et vous accompagnera<br />

de la conception à la réalisation de<br />

votre projet. L’établissement propose<br />

des produits fonctionnels sur<br />

une large gamme de prix (portes<br />

de douche sur mesure, mobiliers<br />

de grandes marques) et d’autres<br />

plus en vogue comme une sélection<br />

de saunas, hammams ou spas, sur<br />

un show room de 400 m 2 .<br />

Opal Sinfonietta<br />

en Argentine<br />

Cet orchestre symphonique<br />

possède une histoire originale.<br />

Il a été fondé, il y a dix ans, par<br />

Juan-Carlos Grupalli, un<br />

Argentin qui résidait à<br />

Boulogne-sur-Mer où il veillait<br />

sur le musée San Martin… où<br />

ce musicien passionné avait<br />

créé un petit ensemble de<br />

cordes. Sous la direction de<br />

Pierre Hautecœur puis de<br />

Bernard Schneider, cet<br />

ensemble s’est très vite transformé<br />

en orchestre symphonique.<br />

Il compte actuellement<br />

une soixantaine de musiciens<br />

qui travaillent des partitions<br />

classiques mais n’hésitent pas à<br />

visiter les musiques de films, les<br />

airs d’opéra, les tangos et les<br />

valses, le répertoire celtique…<br />

Mi-juillet, pour la deuxième fois<br />

de son existence, Opal<br />

Sinfonietta s’envolera pour<br />

l’Argentine pour une tournée<br />

de neuf concerts, dans le cadre<br />

du Bicentenaire de la<br />

Révolution argentine. Une<br />

tournée qui mobilise l’orchestre<br />

depuis presque deux ans.<br />

www.opalsinfonietta.com<br />

RIGAIL<br />

Carrelages, sanitaires, cheminées,<br />

marbrerie de décoration<br />

Mont Lambert - Rte de Desvres<br />

62280 St-Martin-Boulogne<br />

Tél. 03 21 99 23 21<br />

www.rigail.fr<br />

Salle d’exposition sur 2000 m2 ouvert du lundi au samedi<br />

de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h 30.


6<br />

Calais<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010<br />

A Cité<br />

interna Ltionale<br />

de la<br />

dentelle et<br />

de la mode de<br />

Calais accueille<br />

jusqu’au 7 novembre,<br />

une exposition<br />

d’envergure baptisée<br />

« Esprit lingerie ».<br />

Cette exposition explore de<br />

façon inédite les rapports<br />

existant entre le vêtement et<br />

le sous-vêtement au XX e siècle.<br />

« Comment porter les dessous<br />

dessus » ou comment mettre<br />

en lumière la dentelle et les<br />

dessous féminins jusqu’alors<br />

associés à une certaine<br />

« pudique intimité » ?<br />

La question revient à évoquer<br />

la problématique de la libération<br />

du corps de la femme<br />

quittant le corset et les<br />

silhouettes formatées par les<br />

codages vestimentaires… Il<br />

fallait faire évoluer les mentalités.<br />

La mode, la publicité<br />

et le cinéma ont été les prin-<br />

La dentelle, entre art et artisanat, est devenue aussi un produit culturel.<br />

cipaux vecteurs du changement.<br />

Marcel Rochas,<br />

Christian Dior, Maryvonne<br />

Herzog, Aurore Thibout,<br />

Vivienne Westwood, Chantal<br />

Thomass sont quelques-uns<br />

des noms qui ont suscité,<br />

encouragé et accompagné le<br />

changement, avant et après<br />

l’année de référence : 1968.<br />

L’exposition présentée joue à<br />

saute-mouton sur la frontière<br />

entre l’artistique et l’artisanal,<br />

compose avec la<br />

Reportage Ph. Vincent-Chaissac et A. Top<br />

Cité internationale de la dentelle et de la mode de Calais<br />

Quand le dessous prend le dessus<br />

•<br />

Calais<br />

lumière pour susciter la<br />

transparence. Les écrans déshabillent<br />

les stars plus séduisantes<br />

que jamais lorsqu’elles<br />

s’affichent en petites tenues<br />

de dentelles leavers, de Calais<br />

leavers devrait-on dire, dont<br />

la finesse d’exécution et le<br />

raffinement de la composition<br />

restent inégalables. C’est sûr,<br />

en quelques dizaines d’années,<br />

les choses ont beaucoup<br />

changé, grâce aussi à l’arrivée<br />

de fibres modernes,<br />

plus élastiques, plus proches<br />

d’un corps qui se laisse<br />

approcher pour un rapport<br />

plus intime par des artistes<br />

contemporains, comme<br />

Sophie Menuet qui détourne<br />

la dentelle ou Emmanuelle<br />

Flandre qui met l’accent sur<br />

la fragilité du corps féminin.<br />

U<br />

N concours "Esprit dessous-dessus"<br />

a été<br />

organisé dans le cadre<br />

de l'exposition. Il s'adressait<br />

aux élèves de troisième année<br />

de l'école de mode Esmod<br />

Roubaix et aux jeunes créateurs<br />

soutenus par l'association<br />

"Maisons de mode" à Lille et<br />

Roubaix. Aurélie Lefebvre a<br />

reçu le prix du jury, et s’est vu<br />

offrir une semaine de stage<br />

dans les ateliers de la<br />

maison de couture Dupré-<br />

Santa barbara. Victoire<br />

Coisne a reçu le prix du jury<br />

Trame (les dentelliers) et<br />

Stéphane Martello a reçu le<br />

prix coup de cœur du jury.<br />

Chaque lauréat a reçu un<br />

coupon de dentelle offert par<br />

les entreprises de dentelle.<br />

Les œuvres des candidats<br />

sont exposées dans l'atrium<br />

de la Cité de la dentelle.<br />

Tous les jours sauf le mardi, de 10 h à 18 h.<br />

Visite conférence avec Shazia Boucher, commissaire de<br />

l’exposition, les jeudi 22 juillet et vendredi 8 octobre à 17 h.<br />

Accès gratuit sur réservation. Cité internationale de la dentelle<br />

et de la mode, 135 quai du Commerce, 62100 Calais.<br />

Tél. 03 21 00 42 30<br />

Pour en savoir plus : voir notre diaporama sonore sur echo62.com


Photo Chr. D.<br />

Thérouanne<br />

Saint-Omer<br />

•<br />

UI a dit que la Fête des voisins – dernier<br />

vendredi du mois de mai - était une affaire de<br />

Qcitadins<br />

? Un rendez-vous réservé aux grands<br />

ensembles des grandes villes ? Certainement pas les<br />

habitants de Nielles. Leur fête des voisins a rassemblé<br />

à la bonne franquette, dans la rue, 82 personnes ! Pas<br />

mal pour ce hameau de Thérouanne qui ne compte que 69<br />

maisons, réparties au fil des très bucoliques rue et chemin de<br />

Delettes, rue du Cavin et rue du Cavin prolongé, rue<br />

d’Enguinegatte, chemin de Bomy. Et c’est tout.<br />

La belle soirée des voisins a<br />

été lancée par une association,<br />

née officiellement en<br />

mars dernier, très motivée<br />

pour entretenir « l’esprit<br />

niellois ». « On s’aide encore les uns<br />

les autres, explique Françoise<br />

Accart, vice-présidente de ‘Niellois<br />

un jour, Niellois toujours’. On<br />

regarde la cheminée du voisin s’il y a<br />

de la fumée! Cet hiver, les plus jeunes<br />

ont déneigé les cours des anciens. » Un<br />

« esprit » vraisemblablement lié à la<br />

présence de la chapelle (avec son campenard<br />

restauré), le joyau du hameau,<br />

dernier vestige de l’ancienne cité de<br />

Thérouanne détruite en 1553 par<br />

Charles Quint.<br />

Fort du succès d’une « messe des chasseurs<br />

», d’une « chasse aux œufs »,<br />

d’un Mardi Gras, un noyau efficace de<br />

Niellois a souhaité mettre en route<br />

cette association, « avant tout d’entraide<br />

et de solidarité », ouverte à<br />

tous, les statuts précisant toutefois que<br />

le bureau doit être niellois. Avec la<br />

bénédiction de la municipalité de<br />

Thérouanne – elle a d’ailleurs engagé<br />

des travaux pour vaincre le champignon<br />

qui s’est attaqué à la chapelle -,<br />

« Niellois un jour, Niellois toujours »<br />

tente maintenant le pari d’organiser<br />

une fête champêtre. « Une ducasse<br />

comme celle qui se tenait naguère le<br />

dernier dimanche du mois d’août où<br />

l’on se pressait pour déguster la tarte<br />

à gros bord chez Virginie et Gustave<br />

Gozet, propriétaires du seul estaminet.<br />

» En se dépatouillant, «car on<br />

n’a pas beaucoup de sous », l’association<br />

a concocté un programme simple<br />

et convivial pour le dimanche 29 août:<br />

vide-grenier de 8 h à 14 h, repas avec<br />

baraque à frites, jeux gratuits pour les<br />

enfants, cartes pour les grands.<br />

L’objectif est à la fois de maintenir des<br />

liens entre tous les Niellois et d’en<br />

créer de nouveaux entre Niellois et…<br />

voisins de Thérouanne, Delettes,<br />

Enguinegatte, etc.<br />

Après son dimanche champêtre, l’association<br />

préparera une manifestation<br />

autour de la légende de saint Martin<br />

en novembre, essaiera d’attirer les<br />

ados, et installera au cœur du hameau<br />

un panneau sur lequel les habitants<br />

pourront afficher leurs messages,<br />

leurs propositions d’échanges… Ainsi<br />

va le monde en 2010, branché sur<br />

Internet et Facebook mais de plus en<br />

plus insensible à la communication<br />

directe. Entre voisins! Mais ça ne se<br />

passe pas comme ça à Nielles-lès-<br />

Thérouanne.<br />

Chr. D.<br />

« Niellois un jour, Niellois toujours »<br />

Laurence Hilmoine (présidente) :<br />

10, chemin de Bomy 62129 Thérouanne<br />

Tél. 03 21 95 58 14<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 7<br />

Aire-sur-la-Lys « cultive son jardin »<br />

L’inauguration de la piste cyclable.<br />

Esprit niellois es-tu là ?<br />

Aire-sur-la-Lys<br />

Saint-Omer<br />

•<br />

on<br />

«L’été,<br />

récolte<br />

ce qu’on a semé! »<br />

Dominique Dupilet<br />

a bien résumé la<br />

situation, le 21 juin<br />

dernier, à Aire-sur-la-Lys.<br />

Les deux coupures de ruban,<br />

la pose de première pierre auxquelles<br />

le président du conseil<br />

général a assisté étaient la<br />

concrétisation de gros projets<br />

« semés » dès le printemps<br />

2008 par la nouvelle municipalité<br />

airoise conduite par Jean-<br />

Claude Dissaux. Deux de ces<br />

projets ont bénéficié d’un bon<br />

« engrais »: les subventions du<br />

Département et de la Caisse d’allocations<br />

familiales, la Dotation globale<br />

d’Équipement de l’État. Sur le site de<br />

l’ancienne salle des fêtes (rasée il y a<br />

quelques années), s’élèvera une école<br />

maternelle « qui sera un modèle du<br />

genre » selon J.-C. Dissaux. La première<br />

pierre est posée. Un pôle petite<br />

enfance (avec crèche, halte-garderie<br />

pour le compte de la communauté de<br />

communes du Pays d’Aire) sera accolé<br />

à cette école. Coût total de l’opération:<br />

près de 6 millions d’euros.<br />

La transformation de la poudrière de<br />

1860 - et ancienne caserne des pompiers<br />

airois - en salle polyvalente est aussi un<br />

modèle du genre. Deux ans de travaux<br />

tout de même pour 1,6 million d’euros!<br />

Murs épais de trois mètres, magnifique<br />

voûte en brique: la salle Foch sera mise<br />

à la disposition de la municipalité, des<br />

associations et des habitants.<br />

Dominique Dupilet, Jean-Claude<br />

Dissaux, Michel Lefait, la sous-préfète<br />

de Saint-Omer ont également « ouvert »<br />

une piste cyclable - trois kilomètres<br />

d’Aire à Wittes en empruntant l’ancienne<br />

voie ferrée et en passant par les<br />

étangs de la Ballastière. Le Département<br />

a investi plus d’un million d’euros pour<br />

ce premier tronçon du schéma régional<br />

des véloroutes - voies vertes. La piste<br />

cyclable sera dans la foulée livrée aux<br />

deux roues entre Wittes et Arques, et<br />

rejoindra plus tard Calais.<br />

L’été, on récolte ce qu’on a semé et on<br />

songe déjà à labourer le terrain: le<br />

Département lancera prochainement<br />

l’enquête publique du contournement<br />

d’Aire.<br />

Notre reportage complet Chr. D.<br />

sur www.echo62.com


8<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010<br />

U<br />

Ouvert le 11 juillet<br />

2009, cet équipement a<br />

déjà accueilli près de<br />

1300 aventuriers. «Il<br />

y a eu pas mal de centres<br />

de loisirs l’été dernier<br />

malgré l’ouverture<br />

un peu tardive en<br />

saison. Certaines<br />

structures avaient<br />

cependant rajouté une sortie<br />

sur le parcours à leur programme.<br />

Pour cette année,<br />

depuis début juin, les réservations<br />

affluent de partout, y<br />

compris en dehors du Pas-de-<br />

Calais, comme Abbeville par<br />

N endroit un peu hors du temps,<br />

une motte féodale offrant de<br />

fortes déclivités et surtout des<br />

arbres s’y prêtant admirablement, tels ces<br />

• hêtres séculaires. Quand l’année dernière la<br />

ville de Saint-Pol-sur-Ternoise a décidé<br />

d’aménager son propre parcours aventure<br />

au sein du parc du Château, elle a visé juste.<br />

Ponts de singes, plates-formes, filets, passage<br />

dans les tonneaux, tyroliennes… tout y est. Depuis<br />

l’été dernier « La tête dans les nuages », parcours<br />

aventure dans les arbres, a déjà fait monter<br />

l’adrénaline des visiteurs les plus intrépides. Et cette<br />

saison, il y a des nouveautés pour petits et grands !<br />

Saint-Pol-sur-Ternoise Saint-Pol-sur-Ternoise<br />

exemple. C’est vrai que notre<br />

tarif est de loin le plus bas de la<br />

région » explique Sébastien<br />

Renard, le responsable du parcours<br />

qui, pour assurer le bon<br />

fonctionnement du site est<br />

entouré de trois autres agents<br />

communaux spécialement<br />

formés aux règles et consignes<br />

de sécurité. Y compris le gardien<br />

du parc du Château qui<br />

veille également au bon état des<br />

lieux, sachant que « On a aussi<br />

reçu pas mal de familles, un<br />

enterrement de vie de jeune fille<br />

et même un papy de 77 ans qui<br />

l’a fait avec ses deux petits-<br />

Un parcours<br />

au sommet<br />

enfants » poursuit<br />

l’animateur, histoire sûrement<br />

de montrer que c’est accessible<br />

à tout le monde… à condition<br />

toutefois de ne pas être pris de<br />

vertige. Car une fois les baudriers<br />

enfilés et quelques explications<br />

données sur les mousquetons<br />

et poulies, c’est parti<br />

pour la grimpette, jusqu’à près<br />

de dix mètres par endroit.<br />

Trente à quarante minutes suffisent<br />

aux plus téméraires, des<br />

ados souvent, pour parcourir<br />

les quinze ateliers aux difficultés<br />

variables. C’est quelquefois un<br />

peu plus ardu pour les adultes<br />

« mais en général ça se passe<br />

bien pour tout le monde » rassure<br />

Sébastien.<br />

Nouveautés<br />

et animations<br />

Elles concernent d’abord les<br />

enfants de moins de 1,30 m, qui<br />

n’avaient pas accès à ce formidable<br />

terrain de jeu. Depuis le<br />

1 er juillet leur propre parcours<br />

(en accès gratuit) avec aussi des<br />

ponts de singes et une tyrolienne…<br />

au ras du sol.<br />

La première fois où Victor<br />

Malinski a exposé à Saint-Polsur-Ternoise,<br />

c’était il y a cinquante<br />

ans. Une de ses toiles,<br />

« Les étains » avait même été<br />

acquise par le musée ternésien.<br />

Au cours de sa désormais<br />

longue carrière, cet artiste<br />

domicilié à Wimille, s’est fait un<br />

nom en France et en Europe<br />

comme le peintre de la lumière<br />

« qu’il fait ressortir car il vit littéralement<br />

son tableau » a dit<br />

un critique. Il est l’un des spécialistes<br />

de la Côte d’Opale dont<br />

Pour<br />

rendre<br />

le site plus<br />

accueillant et<br />

lui donner un air<br />

de vacances, les visiteurs<br />

et les familles pourront<br />

patienter à l’ombre des parasols<br />

tout en dégustant une boisson<br />

fraîche, peut-être après avoir<br />

fait le tour du parc du Château<br />

en y découvrant les vestiges de<br />

l’ancienne forteresse saintpoloise,<br />

en effectuant le parcours<br />

santé ou en s’égarant<br />

(pour rire) dans le labyrinthe<br />

végétal. Il y a même un programme<br />

de concerts à l’amphithéâtre<br />

de verdure chaque<br />

dimanche.<br />

Au cours de l’été, deux rendezvous<br />

particuliers ont été programmés<br />

avec les nocturnes des<br />

mardi 13 juillet et samedi<br />

14 août. Deux soirées (réservation<br />

obligatoire) au cours desquelles<br />

on pourra débuter la fête<br />

par un plongeon apéritif à la piscine<br />

couverte (accès 7 jours sur<br />

7 durant l’été), puis passer par<br />

il sait reproduire les nuances.<br />

Le prix Eugène-Boudin de la<br />

Société Nationale des Beaux<br />

arts et plusieurs autres récompenses<br />

prestigieuses ont salué le<br />

Saint-<br />

Pol Plage,<br />

p l a c e<br />

Pompidou derrière la<br />

mairie, pour un barbecue<br />

(Saint-Pol Plage est ouvert du<br />

10 juillet au 15 août) et enfin<br />

rejoindre le parc du Château<br />

pour un parcours dans les<br />

arbres à la lueur de lampes frontales<br />

(aux environs de 23 h).<br />

Bernard Queste<br />

Parcours aventure « La tête<br />

dans les nuages », sur le site du<br />

parc du Château (accès par la<br />

rue du Mont). Ouvert 7 jours<br />

sur 7 de 14 h à 18 h pendant<br />

les vacances scolaires (le weekend<br />

uniquement sur réservation<br />

en dehors de ces périodes).<br />

Tarif: 10 € par personne, 7 €<br />

pour les groupes de 10 à 30<br />

personnes, 5€ pour les centres<br />

de loisirs et groupes scolaires.<br />

Renseignements et réservations<br />

au 06 86 54 66 37<br />

Malinski de retour dans le Ternois<br />

Photos J. Pouille<br />

travail de Victor Malinski dont<br />

les œuvres sont régulièrement<br />

présentées dans des galeries<br />

parisiennes et au Grand<br />

Palais.<br />

Depuis début juillet, ses paysages,<br />

notamment des côtes<br />

françaises ou de paysages<br />

d’Afrique du Nord occupent<br />

les cimaises saint-poloises.<br />

Exposition Victor Malinski,<br />

jusqu’au 26 juillet au musée<br />

Bruno-Danvin à Saint-Polsur-Ternoise.


•<br />

E 6<br />

juillet L1944<br />

vers neuf<br />

heures, neuf<br />

vagues de<br />

bombardiers<br />

obscurcissaient le ciel<br />

de Fiefs et lâchaient<br />

leurs projectiles. De<br />

nombreuses maisons étaient<br />

détruites mais aussi le<br />

château de Beauquesne, au<br />

cœur d’un vaste parc, où<br />

avaient été transférés les<br />

services de la mairie anéantie<br />

elle aussi par un orage de<br />

bombes quelques semaines<br />

auparavant - le 20 juin à 6h45<br />

précisément - en même temps<br />

que l’église, le presbytère. Le<br />

maire écrivait alors: «Le<br />

secrétaire de mairie a sauvé<br />

les registres d’état civil et les<br />

matrices cadastrales. Toutes<br />

les archives sont détruites ».<br />

Fiefs Saint-Pol-sur-Ternoise<br />

Ce 6 juillet 1944, Fiefs perdait<br />

cinq de ses habitants et le dernier<br />

pan de son patrimoine<br />

architectural. Fiefs fut durant<br />

cet été 1944 le point de mire<br />

des bombardiers Alliés - 14<br />

raids et quelque 4500 bombes<br />

larguées - à cause de la rampe<br />

de lancement de V1 installée à<br />

l’entrée du village par les occupants<br />

allemands. Rampe<br />

jamais détruite par les<br />

bombes, seulement touchée.<br />

Les Allemands la feront finalement<br />

sauter le 1 er septembre<br />

1944 pour ne rien laisser entre<br />

les mains des Alliés qui libéraient<br />

la région.<br />

Travail de mémoire<br />

« Paradoxalement les vestiges<br />

de cette rampe sont devenus<br />

les seuls éléments qu’il nous<br />

reste de l’histoire de Fiefs »,<br />

explique Hugues Chevalier,<br />

spécialiste incontesté des bombardements,<br />

crashs d’avions<br />

durant la seconde guerre mondiale<br />

dans notre région.<br />

Vestiges qui viennent de refaire<br />

surface du côté du paisible pré<br />

communal, à côté du château,<br />

au bord de la départementale<br />

77. Comme une sorte de travail<br />

de mémoire, René Choquet -<br />

maire de la commune - souhaitait<br />

« faire parler » cette<br />

pâture. Il a donc contacté<br />

Hugues Chevalier et Yannick<br />

Delefosse, expert en V1, cette<br />

bombe volante « arme de terreur<br />

et de désespoir » que le<br />

régime totalitaire nazi n’a heureusement<br />

pas réussi à mettre<br />

totalement au point. Ces deux<br />

passionnés qui n’ont pas l’âme<br />

nostalgique, encore moins la<br />

mine guerrière et mettent dans<br />

leurs recherches beaucoup<br />

d’humanité, ont accepté la<br />

mission.<br />

Avec les employés communaux,<br />

Hugues et Yannick ont<br />

creusé, mesuré, gratté, décapé<br />

pour finalement mettre au jour<br />

la dalle de béton de la rampe<br />

de lancement puis les plots.<br />

Sous la pluie mais aussi sous le<br />

cagnard de la Pentecôte, ils ont<br />

repéré puis nettoyé le bac à<br />

eau (mettant la main sur une<br />

grande quantité de pièces<br />

diverses) et déblayé le bunker<br />

de tir en s’appuyant sur des<br />

photos prises par les libérateurs<br />

en 1944. « Nous sommes<br />

tombés sur un escalier intact,<br />

une double rangée de parpaings<br />

d’origine, des câbles,<br />

des prises, le support du<br />

pupitre de mise à feu, la grille<br />

en bois du puisard, etc. »<br />

raconte Hugues. Le maire, la<br />

municipalité et les « conseillers<br />

techniques » ont immédiatement<br />

mesuré l’importance des<br />

découvertes et décidé de<br />

« réhabiliter » le bunker de tir.<br />

En s’appuyant cette fois sur<br />

les connaissances et les plans<br />

de Yannick Delefosse.<br />

Parpaings un peu plus<br />

contemporains et huile de<br />

coude pour reconstruire ce<br />

blockhaus - « c’est une première<br />

sur un terrain public<br />

dans le Pas-de-Calais »,<br />

assure Hugues - qui pourrait<br />

devenir un petit musée où<br />

seront placés des panneaux<br />

expliquant le fonctionnement<br />

de la rampe et décrivant les<br />

destructions qu’elle a directement<br />

fait subir au village. Et<br />

René Choquet compte éventuellement<br />

sur le soutien du<br />

Pays du Ternois pour inscrire<br />

ce site dans un circuit de<br />

mémoire, au même titre que<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 9<br />

La rampe de lancement de V1<br />

qui bouleversa l’histoire du village<br />

La “recontruction” du bunker de tir.<br />

Siracourt. Un livre d’histoire à<br />

ciel ouvert. Pour rappeler que<br />

la rampe de lancement de V1 a<br />

changé la face du village.<br />

« Depuis le début des travaux,<br />

les habitants sont très curieux,<br />

se réjouit le premier magistrat.<br />

On reçoit du courrier: une<br />

dame de Cauchy-à-la-Tour<br />

affirme même qu’il y avait une<br />

maison avant la rampe de lancement!<br />

» Fiefs recompose son<br />

histoire.<br />

Chr. Defrance<br />

À lire: Bombes et V1 sur le<br />

Pas-de-Calais 1944 par<br />

Hugues Chevalier.<br />

http://v1armedudesespoir.free.fr<br />

Photo Chr. Defrance


10<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010<br />

L<br />

Impossible pour l’ALLES (Association<br />

loconoise pour les loisirs, l’entraide et les<br />

sports) de connaître exactement la fréquentation<br />

de la foire, chaque dernier<br />

dimanche d’août. Des milliers de visiteurs,<br />

c’est sûr. « Ça dépend surtout du<br />

temps » avoue la présidente qui sait<br />

qu’elle peut compter sur près de deux<br />

cents bénévoles, « maris, épouses et<br />

enfants réunis » précise-t-elle, pour que<br />

tout fonctionne à merveille le jour dit.<br />

ors de son lancement il y a trente-trois<br />

ans, la foire à l’ail de Locon c’était<br />

l’initiative d’un groupe de nouveaux<br />

habitants de la commune souhaitant<br />

susciter des rencontres avec les anciens<br />

du village, avec le monde agricole et<br />

rural, et en toute convivialité. Cet esprit<br />

amical, pour ne pas dire familial, la<br />

présidente Lysiane Playe, qui fut parmi les<br />

fondateurs, y tient beaucoup. C’est à cela<br />

que tient selon elle le secret de la réussite<br />

de la foire à l’ail. Car même si au fil des ans la<br />

kermesse de village du début est devenue un<br />

véritable événement régional dédié à l’ail de pays et<br />

à la Gayant, personne n’a attrapé la grosse tête.<br />

Locon<br />

Foire à l’ail<br />

de Locon :<br />

Béthune<br />

•<br />

Une recette plus que jamais<br />

d’actualité avec cette particularité que<br />

« sur le champ de foire, chacun souhaite<br />

mettre en valeur ses propres savoirfaire<br />

». « Toutes les compétences sont<br />

réunies » insiste-t-elle en rappelant que<br />

l’association ne demande d’aide à personne<br />

sinon l’occupation des espaces<br />

communaux (cantine scolaire, salle polyvalente<br />

et alentours) pour la fête.<br />

« L’essentiel des ressources provient de<br />

dites 33 !<br />

la restauration en self-service où,<br />

dans l’assiette anglaise, on retrouve le<br />

palet au bours’ail loconois, un genre de<br />

saucisson avec de gros morceaux d’ail<br />

spécialement créé en 2004 par le boucher<br />

local Gérard Dussossoy » poursuit<br />

Lysiane Playe. À quelques semaines de<br />

la 33 e édition, elle souligne aussi que la<br />

foire à l’ail est l’occasion pour les habitants<br />

de Locon ou des communes du Bas<br />

Pays d’Artois de présenter au public<br />

leurs collections, leurs passions, des<br />

outils anciens… Avis aux amateurs!<br />

De toute façon, dans l’esprit des organisateurs,<br />

il est hors de question de transformer<br />

leur foire à l’ail en un événement<br />

commercial, genre braderie. L’objectif<br />

est toujours resté le même: organiser une<br />

fête rurale et villageoise permettant aux<br />

producteurs locaux de vendre ail, ainsi<br />

qu’échalotes et oignons, dans un cadre<br />

champêtre. Une mission accomplie avec<br />

un succès qui a largement dépassé les<br />

frontières du Béthunois.<br />

Au programme<br />

De 9h à 19h, vente d’ail, échalotes et<br />

oignons par les producteurs locaux,<br />

exposition vente de travaux par les artisans<br />

au travail, présentation des chevaux<br />

Trait du Nord, exposition de vieux<br />

matériel agricole et des animaux de la<br />

ferme, prestations des automates à taille<br />

humaine Les Gigottos. À partir de<br />

11h30, les gestes d’antan avec le battage<br />

des haricots, le battage du blé, le ferrage<br />

des chevaux (12h30, 15h, 16h, 17h,<br />

18h30), la tonte du mouton (13h,<br />

14h30, 15h30, 16h30, 17h30), la<br />

démonstration de tressage.<br />

À noter que le recueil de 30 recettes de<br />

grands chefs de la région édité en 2007<br />

pour le 30 e anniversaire sera en vente<br />

sur la foire au prix de 3 €.<br />

Bernard Queste<br />

33 e foire à l’ail de Locon, dimanche<br />

29 août, de 9h à 19h, animations avec<br />

les gestes d’antan à partir de 11h30,<br />

restauration à partir de 11 h 30.<br />

Entrée gratuite.<br />

Rens. 03 21 27 81 75<br />

allespresidente@aliceadsl.fr<br />

www.foirealail.fr<br />

Quinze producteurs à prix unique<br />

Le président du Syndicat des producteurs, Denis Durteste, bien que<br />

retraité, reste passionné par la culture de l’ail, vieille tradition du Bas Pays<br />

d’Artois. Depuis quelques années, en vue de la foire, il recommande aux<br />

quinze producteurs de Locon et environs, dont plusieurs jeunes agriculteurs<br />

pour qui la culture de l’ail vient en complément (avec en moyenne une<br />

surface de 30 ares par exploitation), de planter de l’ail de pays et de la<br />

Gayant, deux espèces régionales qui se conservent très bien, « jusqu’à deux<br />

ans dans un local bien sec à 15/16° pour peu que récolte se soit faite dans de<br />

bonnes conditions » explique-t-il. Cette année, malgré le manque de chaleur,<br />

si le soleil arrive ça n’aura selon lui pas d’influence sur la qualité. Sachant<br />

qu’à Locon, tous les exposants vendent les tresses (15, 25, 45 ou 90 têtes) au<br />

même prix. Pour attirer les acheteurs vers leur étal, c’est la beauté du<br />

tressage (souvent agrémenté de quelques fleurs et épis de blé) ou l’originalité<br />

de leur stand qui peut influer. Rien d’autre. En dehors de l’événement<br />

loconois, l’ail, dont la culture demande beaucoup d’heures de travail,<br />

souvent effectuées en famille pour économiser le coût d’une embauche, se<br />

vend sur les marchés de la région, directement à la ferme ou auprès de<br />

supermarchés pour quelques-uns des producteurs.<br />

Photos ALLES


Avec René Selliez à Beuvry:<br />

un dictionnaire et une école de patois<br />

I<br />

l porte bien son<br />

nom! Selliez,<br />

comme ce lieu<br />

aménagé pour y<br />

conserver du vin, des<br />

provisions. Son vin est<br />

un grand cru patoisant et il<br />

a fait provision de mots<br />

depuis sa plus tendre<br />

enfance. Son lieu aménagé<br />

est un dictionnaire de près<br />

de trois cents pages dans<br />

lesquelles sont précieusement<br />

conservés plus de 6500 – « six mille<br />

chinq chints » – mots et expressions.<br />

Beuvry<br />

Béthune<br />

•<br />

Avec la ferme intention de prêcher dans<br />

toutes les chapelles, René Selliez a soustitré<br />

son ouvrage « dictionnaire ch’ti-mifrançais,<br />

du picard au rouchi in passant<br />

par Boulongne et Estaires sans<br />

oblier l’wallon et l’patos d’chés fosses »!<br />

Les puristes se formaliseront d’un tel<br />

mélange mais René rétorque qu’il n’a<br />

pas voulu faire une œuvre impérissable:<br />

« Juste rassembler le plus grand nombre<br />

de mots possible en les illustrant par une<br />

petite phrase ». Avec un peu de grammaire,<br />

de prononciation et de conjugaison.<br />

Alors un dictionnaire de patois<br />

en plus? D’abord ce type de livre ne<br />

court pas les librairies et surtout il y a<br />

longtemps qu’on n’avait pas pris autant<br />

de plaisir à butiner un vocabulaire aussi<br />

odoriférant. « Cha sint bon l’tarte au<br />

libouli.»<br />

« El parlache ed mes taïons inteur villaches<br />

et corons »: le titre choisi par<br />

l’auteur résume bien sa « situation ».<br />

René Selliez est né à Rupigny, un<br />

hameau de Bomy, village du canton de<br />

Fauquembergues. « Chés pahis d’inhiaut!<br />

» La campagne profonde il y a un<br />

demi-siècle. En 1948, René a suivi son<br />

père, facteur, à Estrée-Blanche, puis à<br />

Cauchy-à-la-Tour, puis à Auchel. La<br />

mine, profonde elle aussi. « L’biau parlache,<br />

je suis tombé dedans quand<br />

j’étais petit; seulement je ne sais plus<br />

trop si c’est celui d’eul fosse ou bin<br />

d’chés camps! » Un polyglotte du<br />

patois. Devenu maître d’école, René<br />

Selliez s’est intéressé à la langue picarde<br />

dès 1975 avec « Horizons 21 », revue de<br />

poésie née à Bruay. Il a rencontré Jean<br />

Dauby, spécialiste du rouchi, il a relu<br />

Jules Mousseron. Il a replongé dans le<br />

parlache des taïons, partageant cette<br />

passion avec André Hecquet, Anatole<br />

Guilbert, Guy Dubois. Installé à<br />

Beuvry, « amon d’chés Longs coutiaux -<br />

le surnom des Beuvrygeois -», le campagnard<br />

à la bonne mine a créé en 2002<br />

une troupe de théâtre avec quelques<br />

amis. Friands d’improvisation dans un<br />

premier temps, les Déplanchés se sont<br />

ensuite tournés vers le patois, les anciens<br />

initiant les plus jeunes aux mystères du<br />

biau parlache. Une pièce, deux pièces,<br />

de gros succès et un festival… du biau<br />

parlache, cela va de soi. « Il y a un bon<br />

moment que je pensais à écrire un dictionnaire<br />

à partir du vocabulaire que je<br />

récupère depuis des années. » C’est<br />

chose faite. Dictionnaire au bout duquel<br />

l’auteur a ajouté quelques « tranches »<br />

de mémoire vivante: les souvenirs de sa<br />

maman née en 1926 à Rupigny, de l’ethnographie<br />

pure; des extraits de<br />

Le cinéma, une histoire<br />

de famille chez les Féret<br />

Il a passé son enfance entre Annequin et Cuinchy. Il a « rencontré » le théâtre<br />

à Lille. Coup de foudre. Acteur passionné mis en scène par Cyril Robichez,<br />

ou revisitant le répertoire de Brecht tout en lançant Dario Fo en France. À<br />

l’heure de la trentaine, il s’est lancé dans le cinéma. Histoire de Paul, La<br />

Communion solennelle (présenté à Cannes en 1978), Baptême… Quatorze<br />

films. Auteur, acteur parfois, réalisateur, producteur, distributeur: René<br />

Féret occupe aujourd’hui « une place à part » dans le cinéma français.<br />

Explorant à nouveau son thème de prédilection: les liens familiaux, René<br />

Féret est revenu sur les grands écrans le 9 juin dernier avec Nannerl, la sœur<br />

de Mozart, une reconstitution en costumes! Utilisant la correspondance de<br />

Leopold, le père, le cinéaste a inventé un destin à Maria-Anna (Nannerl) la<br />

sœur aînée (et prodige) de Wolfgang Amadeus… Que serait devenue Nannerl<br />

si elle avait été un homme? Tous les critiques ont salué le « minimalisme distancié<br />

» de ce film, la justesse des sentiments. Ils ont également salué l’interprétation<br />

de Marie Féret, la fille de René, dans le rôle de Maria-Anna Mozart.<br />

Alors que Lisa Féret, une autre fille, est Louise de France, le fils, Julien, est<br />

aussi au générique du film, comme premier assistant réalisateur. La monteuse<br />

et productrice n’est autre que Fabienne Féret, l’épouse.<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 11<br />

« Mémoires de mineurs » de Arnaud<br />

Muller et Dominique Fargues,<br />

traduits en patois…<br />

Quel est l’endroit idéal où circule<br />

un dictionnaire?<br />

L’école bien sûr. Fort de<br />

l’expérience de Guy<br />

Dubois à Haisnes,<br />

René Selliez ouvre<br />

une école de patois<br />

à Beuvry en septembre.<br />

Avec ce<br />

bon outil de travail,<br />

il espère « que des<br />

jonnes is varont pour<br />

raprinde ch’biau parlache,<br />

inteur villaches et<br />

corons ». « Entre » se traduit<br />

aussi par « intardeux ».<br />

Qu’il est riche ce biau parlache!<br />

Christian Defrance<br />

“El parlache ed mes taïons”,<br />

15 € +3€ de frais de port<br />

à commander chez René Selliez<br />

20 rue Debussy 62660 Beuvry<br />

Tél. 03 21 65 64 99<br />

Photo Ph. Vincent-Chaissac


12<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010<br />

T<br />

OUT être<br />

« catho-<br />

dique-<br />

ment » constitué<br />

sonnant à<br />

la grille de « L’île<br />

fantastique » s’attend<br />

à être accueilli par<br />

Mon-sieur Roarke et<br />

Tattoo! Les héros<br />

de l’inoubliable série<br />

télévisée américaine<br />

des années quatrevingt.<br />

Une île<br />

paradisiaque où<br />

chaque invité assouvissait tous<br />

ses désirs… Pas de smoking<br />

blanc pourtant au numéro<br />

140 de la rue Lamartine à<br />

Mazingarbe. Isis, un superbe<br />

petit terrier, se charge<br />

d’escorter le visiteur.<br />

Sur cette île fantastique-là,<br />

si des désirs un peu fous<br />

se sont réalisés, ce sont bel<br />

et bien ceux de Jean-Charles<br />

Dubois, le maître des lieux.<br />

Mazingarbe<br />

Lens<br />

• L’île<br />

À deux pas du terril de<br />

Nœux-les-Mines transformé<br />

en piste de ski, à deux pas des<br />

Cités, il a fait pousser des<br />

plantes et des arbres exotiques.<br />

Palmiers, bananiers,<br />

bambous ou ginkgo biloba !<br />

Un jardin de 3 300 mètres<br />

carrés autour d’une piscine<br />

où Monsieur Roarke et le<br />

nain Tattoo pourraient aisé-<br />

LL’île fantastique fantastique<br />

Les Les Dubois Dubois et et les les forêts forêts tropicales tropicales Photos<br />

ment se prélasser. « Ici avant<br />

2004, c’était un champ de<br />

blé », lance Jean-Charles, 41<br />

ans, qui connaît comme sa<br />

poche les forêts de Chine ou<br />

du Chili… où il n’a jamais<br />

mis les pieds ! Notre homme a<br />

beaucoup lu, étudié afin de<br />

nourrir une passion née il y a<br />

une dizaine d’années. Agent<br />

d’exploitation commerciale à<br />

Lille, il avait flashé sur les<br />

plantes exotiques lors d’un<br />

voyage en Égypte. Visitant un<br />

jardin créé par un Anglais à<br />

Louxor, il s’était dit : « On<br />

doit pouvoir faire ça à<br />

Annequin – où il habitait<br />

alors !»<br />

Un climat chinois<br />

Premières recherches, premiers<br />

achats, premières expériences<br />

d’acclimatation. En<br />

2003, Jean-Charles – avec<br />

l’assentiment de Marie, sa<br />

femme – achète un grand terrain<br />

à Mazingarbe où le<br />

couple bâtit sa maison et s’attaque<br />

au champ de blé. La<br />

passion devient presque de la<br />

rage : Jean-Charles conçoit<br />

son jardin sur le papier, commence<br />

ses plantations en<br />

mars 2004 et « change de<br />

vie ». Il quitte les parkings<br />

payants lillois et retourne à<br />

l’école ! Pour une formation<br />

de paysagiste bien entendu.<br />

Devenu salarié dans une<br />

association de réinsertion, le<br />

jardinier investit de plus<br />

belle son terrain, plutôt<br />

content du résultat au bout<br />

de deux ans. Les gros massifs<br />

de palmiers de Chine et de<br />

bananiers rustiques de Chine<br />

eux aussi se plaisent à<br />

Mazingarbe. Trachycarpus<br />

fortunei et Musa jasjoo. « La<br />

majeure partie des plantations<br />

provient de Chine,<br />

explique Jean-Charles. Le<br />

climat des montagnes du<br />

nord de ce pays est assez<br />

proche du nôtre, avec des<br />

saisons qui font alterner<br />

humidité et temps sec, et des<br />

gelées parfois sévères. » Petit<br />

à petit, le jardin pas comme<br />

les autres a pris de l’ampleur<br />

: bambous, Paulownia<br />

et Catalpa de Chine,<br />

Liquidambar d’Amérique,<br />

magnolias à grandes fleurs,<br />

rhubarbe tropicale, eucalyptus<br />

d’Afghanistan, artichauts<br />

d’ornement, figuiers,<br />

noyer de Chine ! En attendant<br />

les cocotiers de Bolivie<br />

et du Chili – actuellement<br />

« testés ». En six ans, Jean-<br />

Charles Dubois a planté,<br />

acclimaté, soigné environ 180<br />

espèces différentes. Occupé<br />

tous les week-ends, de février<br />

à mai, et une heure par<br />

semaine le reste du temps.<br />

Pour un incroyable voyage<br />

végétal, de la Chine au Chili,<br />

du Japon à la Bolivie, au<br />

cœur de l’ancien bassin<br />

minier. « 80 % des plantes ne<br />

sont pas protégées durant<br />

l’hiver ; 10 % sont rentrées et<br />

10 % protégées. » Une belle<br />

réussite avec une approche<br />

« bio » à 90 %.<br />

Des gros criquets !<br />

Un objectif prioritaire était<br />

d’ouvrir ce jardin au public<br />

avec agrément en bonne et<br />

due forme, participation au<br />

Jérôme Pouille<br />

« Rendez-vous aux jardins<br />

»… « L’île fantastique »<br />

de Mazingarbe se visite sur<br />

rendez-vous : « 500 personnes<br />

en moyenne chaque année,<br />

des curieux mais surtout des<br />

passionnés ». Très coloré en<br />

août, ce jardin exotique<br />

déploie encore tous ses<br />

charmes au début de l’automne.<br />

Avec la piscine, une<br />

petite cascade, un fond<br />

sonore très zen, la clairière<br />

est infiniment reposante. La<br />

partie « sauvage » est carrément<br />

dépaysante avec exploration<br />

des massifs de bambous,<br />

cris d’animaux<br />

sauvages et microclimat au<br />

pied de la grande palissade.<br />

« On peut éventuellement<br />

rencontrer de gros criquets<br />

qui se sont eux aussi acclimatés<br />

», sourit Monsieur<br />

Roarke. Pardon Jean-<br />

Charles Dubois ! Jardinier<br />

extraordinaire qui a « chopé<br />

un virus et ne regrette rien ».<br />

À fond dans l’exotisme à<br />

domicile. Et si un réalisateur<br />

s’avise un jour de tourner<br />

une suite de « L’île fantastique<br />

» à Mazingarbe, il<br />

pourra faire appel au frère<br />

du jardinier, Christian (de<br />

Cuinchy), qui a dessiné des<br />

décors de Koh-Lanta !<br />

Christian Defrance<br />

« L’île fantastique » se visite du 1 er juin au 31 octobre sur rendezvous<br />

: 03 21 29 28 84 - 06 26 52 52 43 - Tarifs : adultes 5 €,<br />

enfants 3 € visites libres ou guidées.<br />

http://www.ile-fantastique.com - E-mail : ile-fantastique@hotmail.fr


Carvin<br />

Les Éclectiques,<br />

6 e édition du festival des arts<br />

de la rue et du cirque<br />

Lens<br />

•<br />

D<br />

Les Carvinois commencent à s’y<br />

accoutumer, mais cela n’a pas été<br />

facile. Il est vrai que les habitants de<br />

l’agglomération n’étaient pas forcément<br />

habitués à croiser, venus<br />

d’Espagne, d’Allemagne ou<br />

d’Angleterre, de jeunes hommes<br />

coiffés d’innombrables dreadlocks,<br />

achetant leur baguette à la boulangerie<br />

du coin en monocycle ! Non ce n’est<br />

pas une blague. L’histoire commence<br />

en 1999. La ville de Carvin accueille<br />

durant l'été sa première convention<br />

régionale de jonglerie, initiative<br />

croisée de la municipalité, de l'association<br />

Carvin Culture, du Cirque du<br />

Bout du Monde et du programme<br />

régional « Nos quartiers <strong>d'été</strong> ». L’idée<br />

est simple : un rassemblement de jongleurs,<br />

pour les jongleurs, ouvert aux<br />

meilleurs comme aux amateurs.<br />

Chacun démontre et partage sa technique,<br />

de la plus basique à la plus<br />

sophistiquée. Un succès inespéré, tant<br />

et si bien qu’en 2004, la ville accueille<br />

une convention européenne… plus de<br />

5000 jongleurs, 35 nationalités. Un<br />

record mondial jusqu’à l’exercice<br />

2008 où la ville allemande de<br />

Karlsruhe fait mieux. Dans les couloirs<br />

du centre Effel à Carvin, il se<br />

murmure qu’un de ces quatre, la performance<br />

sera égalée.<br />

Les Éclectiques, festival<br />

populaire et familial<br />

Forte de ce succès, la municipalité<br />

décide d’organiser en parallèle – et en<br />

complément - de la convention, un<br />

festival des arts de la rue et du cirque,<br />

basé sur la convivialité, l’échange et<br />

le partage. Cette année, le festival<br />

souffle sa sixième bougie. Du 14 au 18<br />

juillet, le programme s’annonce<br />

chargé. Trois salles de sport, trois terrains<br />

de football, de rugby et d’athlétisme<br />

vont être investis par les festivaliers<br />

à savoir campeurs,<br />

commerçants, barmen, restaurateurs,<br />

jongleurs et artistes entre le<br />

collège Jean-Jacques-Rousseau et le<br />

lycée Diderot. Thierry Gonera, directeur<br />

du centre Effel (siège de Carvin<br />

Culture) a le sentiment de proposer<br />

« des spectacles populaires de qua-<br />

U 14 au 18 juillet, les Carvinois vont vivre au<br />

rythme des Éclectiques, « les arts dans la rue »,<br />

festival haut en couleur que la population<br />

commence à s’approprier. Au programme de ces cinq<br />

journées, la 12 ❅ convention régionale de jonglerie, des<br />

ateliers, des spectacles sous chapiteau, des représentations<br />

dans la rue gratuites, une grande parade nocturne… une foule<br />

d’artistes de toutes les disciplines vont une nouvelle fois se réunir<br />

pour offrir du comique, du décalé et du virtuose.<br />

lité », du gratuit en majorité, du pas<br />

très cher pour le reste. Il explique<br />

l’évolution du festival : « Nous nous<br />

sommes améliorés au fur et à mesure.<br />

Nous montrons de très bonnes choses<br />

qu’il est possible de voir ailleurs, nous<br />

le savons. Notre but est de mobiliser<br />

la population du territoire, notamment<br />

celle qui n’a pas la chance de<br />

partir en vacances ». Du spectacle de<br />

rue, du cirque, une parade<br />

enflammée, du théâtre de rue, des<br />

clowns, des jongleurs, de l’humour,<br />

de la musique… les arts du cirque et<br />

de la rue sont tous là, avec dans le<br />

viseur le respect de l’environnement :<br />

« nous essayons de limiter le plus possible<br />

nos déplacements, nous sensibilisons<br />

le public au tri sélectif (…)<br />

Nous avons pour but de faire de ce<br />

rassemblement un éco-festival ».<br />

Les enfants considérés<br />

Seul bémol, jusqu’à l’édition 2009, les<br />

enfants ne trouvaient peut-être pas<br />

leur compte, mais là encore, Thierry<br />

Gonera et son équipe y travaillent :<br />

« Nous nous sommes aperçus que la<br />

programmation n’était pas forcément<br />

adaptée aux plus petits. Cette année,<br />

nous organisons des ateliers d’arts<br />

plastiques, de slam, de graff… et,<br />

moment fort pour nos jeunes pousses,<br />

l’Embarca’sons avec le théâtre de la<br />

Toupine. Il s’agit d’un manège-théâtre<br />

écologique à propulsion parentale ! ».<br />

En résumé, les bambins se régalent<br />

pendant que les parents pédalent.<br />

Impulsé par le feu d’artifice de la fête<br />

nationale le 13 juillet dans la soirée, le<br />

festival prendra son envol dès le lendemain,<br />

à douze heures sonnantes et<br />

trébuchantes. La suite sera assurée<br />

par le spectaculaire Mario Queen of<br />

the circus, suivi de The Wood stocks,<br />

groupe de rock reprenant les grands<br />

standards du festival du même nom.<br />

Suivront, tout au long de cette<br />

semaine festivité, La Jurassienne de<br />

réparation, Rubbish Rabbit de Tony<br />

Clifton Circus ou encore Les romainmichel<br />

street chaud. Carvin a son festival,<br />

si vous ne trouvez pas le<br />

chemin, suivez les monocycles!<br />

A. Top<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 13<br />

Play, de Léandre et David, un spectacle d’humour sans parole, sans importance, simple comme le rire.<br />

Toute la programmation sur www.carvin-culture.com<br />

Photo: DR


14<br />

Daniel Slowik :<br />

Arras<br />

NE gueule d’ange. Une voix haut<br />

perchée. Un univers musical décalé, Upeuplé<br />

de guitares très expressives.<br />

Une inspiration à la fois romantique et<br />

surréaliste où Marie « et son idéal qui<br />

coule à flots » croise Robert « l’éteigneur de<br />

réverbères ». Nous sommes à l’orée des années<br />

quatre-vingt et un jeune auteur-compositeurinterprète<br />

vibrionne sur la scène arrageoise. Daniel<br />

Slowik a vingt ans et des poussières, le cœur<br />

débordant d’étoiles, la tête pleine de chansons.<br />

Arras<br />

•<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010<br />

« Reprenons Baudelaire<br />

à ceux qui nous l’ont volé »<br />

Le pied sur la pédale d’accélérateur…<br />

et sur la pédale wahwah,<br />

Daniel « fait deux fois »<br />

le Théâtre d’Arras, entouré de<br />

musiciens expérimentés<br />

(Bernard Sergeant, Gino<br />

Vallet) ; il sort aussi un beau<br />

vinyle. Blanc. Suivent une<br />

série de concerts : Bapaume -<br />

où le papa est photographe -,<br />

Frévent…, et des salons de la<br />

poésie avec André Laflutte,<br />

Jean-Luc Lécaillé. Tout va<br />

très vite, trop vite ? Daniel<br />

s’éloigne des couloirs de circulation<br />

artistique. Il quitte<br />

même la banque arrageoise où<br />

il jonglait avec les chiffres<br />

pour entamer en 1991 une<br />

nouvelle carrière au journal<br />

Nord Éclair à Roubaix. Dix<br />

ans plus tard, devenu responsable<br />

du personnel, il préfère<br />

lâcher le quotidien… absorbé<br />

par un grand groupe de presse.<br />

Libérez les poètes !<br />

La vie passe et il ne faut pas<br />

rater les grands signes qu’elle<br />

nous adresse. Signes du<br />

destin. Un beau jour de 2003,<br />

Daniel Slowik explore son<br />

grenier et tombe sur un<br />

recueil de poèmes de<br />

Baudelaire.<br />

« Il y eut<br />

d’abord une<br />

espèce de<br />

répulsion et<br />

finalement<br />

j’ai lu Chant<br />

d’automne,<br />

explique-t-il.<br />

Au bout du<br />

poème j’étais<br />

scotché. Je<br />

comprenais tout ce qu’il avait<br />

écrit. » Une révélation. Dans<br />

la foulée, il relit Les Fleurs du<br />

mal puis attaque Musset! «Là<br />

j’ai repris ma guitare et des<br />

musiques me sont venues. Des<br />

sons d’enclume sur<br />

Baudelaire, des voix sur les<br />

mots de Musset. » Pas évident<br />

de mettre les poètes du<br />

XIX e siècle en musique mais<br />

Daniel livre plus de soixante<br />

partitions ! L’artiste veut<br />

« sortir les<br />

poèmes des<br />

manuels<br />

éducatifs et<br />

les chanter à<br />

la barbe des<br />

grincheux. »<br />

Avec un vrai<br />

slogan:<br />

« Reprenons<br />

Baudelaire à<br />

ceux qui nous<br />

l’ont volé ». Loin du Barnum<br />

des années quatre-vingt,<br />

Slowik voyage en solitaire, fait<br />

entrer vers et notes dans son<br />

P.C. L’ordinateur lui obéit au<br />

doigt, à l’œil et aux pieds des<br />

alexandrins. Encouragé par<br />

des amis, par des musiciens<br />

professionnels, Daniel réalise<br />

Chants d’automne, un album<br />

concept de vingt titres, « une<br />

ode mélancolique où les poètes<br />

se répondent ». Musset,<br />

Rimbaud,<br />

Baudelaire,<br />

Chénier, Hugo.<br />

Un CD mis en<br />

vente sur eBay!<br />

« Pour le faire<br />

connaître,<br />

parce que les<br />

maisons de<br />

disques sont<br />

loin des<br />

poètes du<br />

XIX e ! Il est introuvable ailleurs.<br />

» Ça marche: Daniel a<br />

semé ses Chants d’automne<br />

dans toute la France, en<br />

Allemagne, au Japon… Éloges<br />

en pagaille.<br />

Retour à l’écriture<br />

La vie passe et repasse. Ainsi la<br />

lecture « permanente » des<br />

poètes a redonné le goût de<br />

l’écriture à l’artiste… Vingt ans<br />

après. Daniel est l’auteur de<br />

neuf des quatorze chansons du<br />

deuxième album, Frères<br />

humains, paru en<br />

2007. Il peut<br />

côtoyer sans honte<br />

Mallarmé, Léon<br />

Deubel ou<br />

Verhaeren. L’ADN<br />

par exemple est<br />

un texte fort sur<br />

les gouttes de<br />

sang que l’humanité<br />

toute entière<br />

a sur les mains, du<br />

Golgotha à Enola Gay. Un<br />

album aux climats sombres. Sur<br />

une voie alternative, quelque<br />

part entre Gérard Manset,<br />

Leonard Cohen, Rodolphe<br />

Burger. Et toujours en vente sur<br />

eBay. Aujourd’hui, Daniel<br />

Slowik travaille sur un nouveau<br />

projet de CD, Le dernier souvenir.<br />

Choisir parmi plus de 40<br />

chansons! Il a énormément<br />

écrit, « bossant tout seul et ne<br />

rêvant que de rencontres »<br />

comme celles qu’il a vécues sur<br />

MySpace: Narga de Bordeaux,<br />

Poetac de Marseille ou Michel<br />

Houellebecq dont il a mis en<br />

musique trois poèmes. « Je lui ai<br />

écrit, il m’a dit oui en ajoutant:<br />

‘Ma poésie est bizarre, votre<br />

travail est bizarre, tout cela est<br />

d’une cohérence parfaite!’ » Un<br />

destin surprenant dans lequel<br />

règne une vraie harmonie, tel<br />

est Daniel Slowik, cinquante<br />

ans et des poussières, le cœur<br />

débordant d’étoiles, la tête<br />

pleine de chansons.<br />

Christian Defrance<br />

http://www.myspace.com/<br />

danielslowik<br />

C’est avec la guitare du frangin, « JM», que Daniel<br />

Slowik a créé ses premières chansons, et c’est avec la<br />

complicité du frangin, professeur de maths et président<br />

du foyer socioéducatif du lycée Robespierrre<br />

d’Arras, qu’à partir de 2004 il a habillé musicalement et<br />

poétiquement le spectacle printanier du réputé établissement<br />

scolaire arrageois. « Quelle aventure! Une<br />

grosse organisation tous les deux ans - l’édition 2010<br />

n’a pas eu lieu - avec la participation des clubs chant,<br />

théâtre, danse… du lycée ». En mai 2004, le spectacle<br />

intitulé « Un chemin » a rempli deux fois le Casino<br />

d’Arras (1500 personnes). « Ces voix » en 2006 et « Je<br />

les ai vus » en 2008 ont reçu le même accueil enthousiaste.<br />

Une grosse organisation et un énorme investissement<br />

de la part des lycéens interprétant des chansons<br />

de Daniel et des poètes du XIX e mis en musique<br />

par Daniel. Chaque spectacle a donné lieu à des CD et<br />

DVD. Inoubliables souvenirs pour les jeunes artistes<br />

amateurs… au sens de « qui aiment ». Rien à voir avec<br />

une quelconque académie de stars (même si Daniel «a<br />

repéré des talents »), le spectacle du lycée Robespierre<br />

d’Arras était un vibrant hommage à la poésie - « débarrassée<br />

de ses scories scolaires et sortie des manuels<br />

éducatifs » - et défendait une « certaine idée de la<br />

chanson », celle qui reprend Baudelaire, Hugo,<br />

Rimbaud, à ceux qui nous les ont volés.<br />

http://www.myspace.com/jelesaivus<br />

Photo D.R.


Bucquoy<br />

Arras<br />

•<br />

C<br />

« Nous faisons partie des lots »,<br />

sourit Mymi… ravie de rencontrer<br />

les dix-neuf élèves qui ont écrit Quel<br />

Coquin celui-là ! l’histoire qui a<br />

raflé le premier prix - niveau CE1 -<br />

de ce grand concours auquel ont<br />

participé plus de quatre cents<br />

classes en France, soit environ<br />

14 000 enfants. La seule classe du<br />

Pas-de-Calais récompensée ! Il<br />

s’agissait pour des élèves de CP et<br />

CE1, à partir des illustrations (une<br />

petite fille, un chien, un renardeau…)<br />

d’un titre à paraître dans la<br />

collection Premières lectures chez<br />

Nathan, d’imaginer et écrire une<br />

histoire. Tout bêtement. Le récit<br />

devait présenter deux types d’écriture<br />

: des bulles très simples associées<br />

à des textes un peu plus élaborés.<br />

Les écrivains en herbe<br />

devaient également donner un titre<br />

à leur histoire et dessiner la couverture.<br />

« C’était très motivant pour les<br />

élèves qui d’habitude écrivent pour<br />

papa ou maman, a rappelé l’institutrice<br />

M me Sobecki. Ce sont leurs<br />

mots, ils ont trouvé les noms des personnages.<br />

Et quand ils n’étaient pas<br />

d’accord, on votait ! » Un vrai travail<br />

collectif : « on prenait les idées<br />

de chacun pour les mettre dans une<br />

RÉER une histoire c’est pas si compliqué ! « Les<br />

mots sont comme les pièces d’un puzzle »,<br />

explique Mymi Doinet à un auditoire qui boit<br />

littéralement ses paroles. Mélanie Allag prend le relais,<br />

crayon en main ! « Pour moi, le dessin c’est pas<br />

technique, c’est de l’observation… » Le public essaie<br />

d’appliquer à la lettre ses consignes. Avec beaucoup d’éclats de<br />

rire. Rien de plus normal quand on a sept ou huit ans. Au début<br />

du mois de juin, Mymi « auteure jeunesse » et Mélanie<br />

illustratrice, ont rendu visite aux élèves de CE1 de l’école<br />

primaire de Bucquoy. Une classe qui a remporté le premier prix<br />

du concours Plumes en herbe organisé par les éditions Nathan.<br />

même phrase. » Ils ont gagné : neuf<br />

albums pour chaque élève, quatre<br />

exemplaires de leur histoire<br />

imprimée par Nathan et une classe<br />

verte de cinq jours - du 14 au 18 juin -<br />

chez Center Parcs en Sologne (les<br />

parents et la municipalité donnant<br />

un coup de main financier pour le<br />

déplacement).<br />

Les élèves ont donc pu comparer les<br />

aventures de leur Coquin avec celles<br />

imaginées par Mymi : le livre Ne<br />

pleure plus, petit Roux ! étant paru<br />

le 3 juin.<br />

Les CP aussi<br />

Mymi Doinet, Parisienne, la cinquantaine,<br />

vit de sa plume. Elle a<br />

signé plus de cent bouquins pour<br />

enfants, décrochant le grand prix de<br />

Bologne (le must dans le domaine du<br />

livre pour la jeunesse) en 1998.<br />

Ancienne pigiste pour la presse féminine,<br />

elle a toujours écrit des contes<br />

et des comptines. Elle aime les textes<br />

très courts et très riches « pour aller<br />

à l’essentiel sans être gnangnan ».<br />

Nantaise, Mélanie Allag a fait les<br />

Beaux-Arts à Angoulême, a commencé<br />

par la BD avant de travailler<br />

pour la presse jeunesse et l’édition.<br />

Son dessin est vivant, coloré,<br />

affectif, avec beaucoup de douceur.<br />

« Elle a un vrai style », dit Mymi<br />

Doinet. À Bucquoy, c’est la première<br />

fois qu’elles participaient ensemble<br />

à des ateliers d’illustration.<br />

Ajoutons encore que les CP de<br />

Bucquoy, la classe de la directrice<br />

M me Lannoy, ont également participé<br />

au concours… Ils n’ont pas eu de<br />

prix mais la chance de participer à<br />

un atelier avec Mymi et Mélanie.<br />

« Elle dessine trop bien », répétait<br />

Anthony !<br />

Chr. D.<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 15<br />

Quand Mymi et Mélanie rencontrent<br />

les « créateurs » de Coquin<br />

Lire l’histoire des CE1 sur<br />

http://www.nathan.fr/plumes-enherbe/histoires/pdf/578.pdf<br />

Les CE1 ravis d’accueillir Mymi et Mélanie dans leur salle de classe.<br />

Ont également participé à Plumes en herbe les CE1 de l’école Rimetz-<br />

Deparetere à Pont-à-Vendin, de l’école René-Goscinny à Divion, de l’école<br />

Pasteur à Montigny-en-Gohelle, de l’école Ferry-Brossolette à Rouvroy, de<br />

l’école Madame-de-Sévigné à Desvres, de l’école primaire de Monchy-Breton,<br />

de l’école Delaroche à Calais ; les CP de l’école Jacques-Prévert à Liévin, de<br />

l’école René-Goscinny à Divion, de l’école Aurore à Saint-Léonard, de l’école<br />

Aragon-Triolet à Avion ; trois classes de CP de l’école Guy-Mollet à Hénin-<br />

Beaumont ; la classe de CP-CE de l’école Cachin à Avion.<br />

Photo Chr. D.


16<br />

V<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 Dossier<br />

OUS rêvez de séjourner dans un endroit insolite<br />

sans pour autant quitter votre cher Pas-de-Calais<br />

pendant l’été. Voici quelques idées d’héberge-<br />

ments qui ne vous laisseront pas indifférent. Prendre de<br />

la hauteur en allant passer une nuit dans les arbres,<br />

connaître l’exotisme d’une yourte, retrouver le charme<br />

d’une roulotte, voilà qui peut être tentant, amusant<br />

même.<br />

Ce n’est pas une surprise, la<br />

plupart sont localisés sur la<br />

Côte d’Opale. Mais on peut<br />

aussi trouver son bonheur<br />

dans l’Arrageois, le Ternois et<br />

même au cœur du bassin<br />

minier. Par exemple à Loosen-Gohelle<br />

pour un séjour écologique<br />

au gîte Fleur de Ciel<br />

sous une toiture végétalisée et<br />

des panneaux solaires, avec<br />

récupération des eaux de<br />

pluie, puits canadien… Du<br />

côté de Sailly-sur-La-Lys, à la<br />

Gare des Années folles, c’est<br />

carrément une voiture du<br />

fameux Paris-Lyon-Marseille<br />

qui attend les invités.<br />

Au hameau de Toutendal, sur<br />

la commune d’Alette, près de<br />

Montreuil, se niche le Moulin<br />

de l’Angélus qui, s’il a perdu<br />

ses ailes, n’en brasse pas moins<br />

une activité débordante. À<br />

Fillièvres, c’est un moulin à<br />

eau qui offre le gîte. Les passionnés<br />

de campagne s’arrêteront<br />

à la Halte d’autrefois, à<br />

Hesmond, dans un chalet en<br />

bois à l’ancienne avec au programme<br />

fabrication du pain et<br />

traite des chèvres.<br />

Au sommet des arbres<br />

et au fil de l’eau,<br />

la cabane écolo<br />

Photo J. Pouille<br />

I<br />

L aura fallu presque un an à Nathalie Jouniaux pour monter<br />

son projet après avoir visionné un reportage à la télé.<br />

Consciente que le concept de chambre dans les arbres<br />

avait déjà été inauguré dans le secteur, elle a souhaité se<br />

démarquer en proposant un hébergement résolument<br />

écologique et même rudimentaire par certains aspects, à<br />

quelque huit mètres au-dessus du plancher des vaches, juste<br />

au bord de la Canche, à Wail, entre Hesdin et Frévent.<br />

Les cabanes, très tendance, se<br />

multiplient dans le Pas-de-<br />

Calais comme celles implantées<br />

au sein du camping du<br />

parc d’Olhain, ou celle très<br />

confortable (avec salle de<br />

bain, télé, minibar…) proposée<br />

par la Cour de Rémi à<br />

Bermicourt. Une toute jeune<br />

société étaploise vient quant à<br />

elle de mettre sur le marché<br />

une cabane toute équipée de<br />

construction 100 % naturelle<br />

et le carré d’étoiles, une habitation<br />

de 3 mètres sur 3 avec<br />

une ouverture sur le ciel.<br />

Avec le soutien de son compagnon<br />

et par ailleurs<br />

employeur, Sylvain<br />

Duhamel, professionnel du<br />

bâtiment à Flers, elle a pris<br />

le statut d’auto-entrepreneuse<br />

après « avoir débroussaillé<br />

le terrain » grâce à la<br />

Boutique de Gestion Espace. Et<br />

depuis la fin juin, la Cabane des<br />

7 Vallées a pris son envol. Les<br />

premiers clients sont arrivés il y<br />

a quelques jours. Des occupants<br />

à la recherche d’insolite, d’un<br />

parfum d’aventure, du retour à<br />

la nature, d’un certain art de<br />

vivre. Des critères que le site,<br />

l’hébergement et la gérante des<br />

lieux leur offrent sans souci.<br />

« Je les accueille avec des fleurs<br />

et un pot de bienvenue, je veux<br />

qu’ils se sentent bien » précise<br />

Nathalie qui se propose aussi de<br />

préparer des paniers repas à<br />

base de produits locaux.<br />

Comme les petits-déjeuners, ils<br />

pourront être hissés dans la<br />

cabane à l’aide d’une poulie et<br />

d’une corde.<br />

Havre de paix<br />

Réalisée en mélèze imputrescible<br />

sur mesure et assemblée<br />

sur place par une société spécialisée,<br />

sans aucun clou, uniquement<br />

avec une technique de serrage,<br />

elle épouse la configuration<br />

de l’arbre, en l’occurrence un<br />

hêtre de 80 ans. La cabane « Au<br />

fil de l’eau » est un havre de<br />

Textes et photos Bernard Queste<br />

Hébergements<br />

tendances<br />

Les cabanes d’Olhain, très demandées.<br />

Du côté d’Attin, près de<br />

Montreuil, Philippe Fourcroy<br />

a implanté, sous abri, il y a<br />

quelques années, la Yourte de<br />

la Cornille, et plus récemment,<br />

à Senlis, dans la région<br />

de Fruges, Valérie Bart et<br />

Colette Crépin, deux passionnées<br />

de la Mongolie, ont<br />

décidé elles aussi d’installer<br />

leur yourte pour un séjour au<br />

confort minimal…<br />

Sur la commune d’Avesnes-le-<br />

Comte, le gîte communal a été<br />

aménagé dans l’ancien presbytère<br />

du XIX e . À Burbure,<br />

paix, à l’écart de<br />

tout, au-dessus d’un petit étang,<br />

d’un fleuve et de prairies. Pour<br />

accéder aux 10 m 2 de la<br />

chambre (pour deux personnes<br />

et éventuellement un enfant) et<br />

aux 10 m 2 de terrasse, l’escalier,<br />

comme tout le reste, est sécurisé<br />

au maximum grâce à des filets et<br />

rambardes. Le constructeur<br />

reviendra chaque année vérifier<br />

le bon état de l’ensemble.<br />

D’autant plus que Nathalie et<br />

Sylvain envisagent déjà la réalisation<br />

de deux autres cabanes,<br />

chacune sur un thème différent,<br />

autour de leur étang, dont une<br />

sera accessible par une passerelle…<br />

à douze mètres de haut.<br />

« Nous n’irons pas au-delà de<br />

trois voire quatre cabanes et<br />

peut-être une yourte, car nous<br />

ne voulons surtout pas que ça<br />

devienne un camp de<br />

vacances. Il faut que la tranquillité<br />

de chacun soit préservée.<br />

Pas question de placer<br />

des hébergements en vis-àvis<br />

» expliquent-ils.<br />

l’ancien presbytère accueillera<br />

lui aussi dans quelque<br />

temps ses premiers hôtes.<br />

Parmi les plus <strong>insolites</strong>, les<br />

quilles en l’air, anciennes<br />

habitations de pêcheurs<br />

constituées d’un bateau<br />

retourné, sont la fierté du<br />

camping municipal Les<br />

Falaises d’Équihen-Plage.<br />

Voir aussi le site du comité<br />

départemental du tourisme :<br />

www.pas-de-calais.com<br />

Photo J. Pouille<br />

Bougies<br />

et toilettes sèches<br />

Pour l’instant, du haut de ces<br />

huit mètres (treize au-dessus du<br />

niveau du fleuve), on s’éclaire<br />

avec des bougies, on utilise des<br />

toilettes sèches, et si besoin on se<br />

chauffera avec des petits radiateurs<br />

à gaz. Que de l’écolo, on<br />

vous le rappelle… même si un<br />

bloc sanitaire traditionnel a été<br />

aménagé au niveau sol.<br />

Question ambiance intérieure,<br />

un lit douillet, quelques étagères<br />

en bois, des fenêtres en<br />

forme de grenouilles, de<br />

canards, de roseaux… et<br />

quelques branches qui traversent<br />

la chambre, on est vraiment<br />

ici en pleine nature.<br />

Surtout en étant accueilli par<br />

Petit Bob le cochon noir, des<br />

chevaux et les nombreux animaux<br />

de la fermette.<br />

Nuit avec petit-déjeuner<br />

pour deux : 120 €.<br />

La Cabane des 7 vallées, 7 rue<br />

Neuve à Wail, tél. 06 79 85 50 15<br />

www.cabanedes7vallees.fr


Dossier <strong>Nuits</strong> d’été <strong>insolites</strong> L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010<br />

<strong>insolites</strong> :<br />

de l’été<br />

D<br />

Il a d’abord fallu trouver le<br />

véhicule. Celui qui circule au<br />

départ de Saint-Rémy-au-Bois<br />

« provient de Pologne parce<br />

que c’était la solution la plus<br />

rapide et la moins chère pour<br />

une roulotte prête à partir »<br />

explique M. Dage. Équipée,<br />

c’est-à-dire avec un couchage<br />

pour deux adultes et deux<br />

enfants, un réfrigérateur, un<br />

L<br />

ORMIR dans une roulotte, même<br />

si elle ne bouge pas d’un<br />

centimètre, c’est tentant.<br />

Mais quand elle roule vraiment,<br />

tirée par un cheval, c’est<br />

beaucoup mieux. Voilà ce que<br />

s’est dit Philippe Dage quand<br />

il a lancé, en 2008, les weekends<br />

ou vacances en roulotte.<br />

De petits circuits sur les<br />

chemins de campagne, du côté<br />

de Saint-Rémy-au-Bois, là où il<br />

avait installé sa ferme équestre<br />

depuis l’an 2000.<br />

es garçons des années 50,<br />

60 et même 70 ne<br />

rêvaient que de cela :<br />

dormir sous une tente<br />

d’indien. La diffusion intensive<br />

des westerns n’y était pas<br />

étrangère. À Wimereux, un<br />

homme a concrétisé ce rêve et<br />

permet désormais à qui le<br />

souhaite de passer une nuit<br />

ou plus sous un tipi.<br />

Dépaysement garanti au<br />

camping de l’Été indien.<br />

Tout jeune, Louis Brimeux,<br />

venait s’amuser avec ses copains<br />

sur un terrain du hameau du<br />

Honvault. Un jour, après<br />

maintes aventures, il s’est<br />

endormi sur place pendant<br />

quelques heures. À son réveil, il a<br />

goûté la quiétude des lieux, à<br />

deux pas de la mer. Il s’est juré<br />

d’y revenir, peut-être même d’y<br />

habiter ou d’y créer quelque<br />

chose. La promesse n’est pas<br />

restée lettre morte. Dès 1979 en<br />

effet, parallèlement à ses activités<br />

professionnelles, dont l’exploitation<br />

d’un bowling à Boulogne, il a<br />

acquis du terrain, parcelle par<br />

parcelle, dans le hameau.<br />

petit évier, une<br />

gazinière, la vaisselle et le prééquipement<br />

électrique pour si<br />

besoin. « Les occupants viennent<br />

simplement avec leurs<br />

effets personnels, leur nourriture<br />

s’ils le souhaitent, et n’ont<br />

pas à se soucier du reste, sinon<br />

respecter les consignes que<br />

nous leur donnons, juste avant<br />

le départ. De toute façon, le<br />

Jusqu’à obtenir près de cinq hectares<br />

et de pouvoir créer un camping-caravaning<br />

en 2000.<br />

Depuis lors, quatre tipis de 7,50<br />

mètres de haut sont visibles<br />

depuis la RD940 toute proche.<br />

Véritable enseigne pour le camping-caravaning,<br />

« les quatre<br />

tipis sont particulièrement<br />

appréciés des papys qui viennent<br />

y passer une nuit avec<br />

leurs petits-enfants » soulignent<br />

à la fois le propriétaire et le personnel<br />

d’accueil. « Il y a aussi<br />

quelquefois des groupes de<br />

jeunes qui louent les quatre<br />

tentes pour une teuf! » ren-<br />

À 5 km/h<br />

premier<br />

jour, nous<br />

les accompagnons<br />

un<br />

peu, pour<br />

voir si tout va<br />

bien et à chaque<br />

étape quelqu’un<br />

est là pour les aider »<br />

insiste le propriétaire qui a<br />

spécialement dressé Pégase,<br />

un Trait du Nord de 7 ans affichant<br />

une tonne sur la<br />

balance. Lequel n’attend que<br />

les ordres du meneur et<br />

connaît parfaitement les chemins<br />

empruntés à cinq kilomètres<br />

/heure.<br />

Selon Philippe Dage « que ce<br />

soit pour une ou six journées,<br />

chérit M. Brimeux qui aimerait<br />

bien augmenter le parc de tipis.<br />

D’autant plus que depuis cette<br />

année, la nuit en tipi a intégré<br />

avec succès la mode des coffrets<br />

week-end (nuit et petits-déjeuners<br />

pour deux)…<br />

Il est vrai aussi que le tarif de<br />

simple location, entre 35 € et<br />

45 € pour six personnes selon<br />

la saison, est attractif. Mais à ce<br />

prix-là, c’est assez rudimentaire.<br />

Hormis le plancher en<br />

bois et les lits style futon (il est<br />

conseillé d’apporter son sac de<br />

couchage), le confort se résume<br />

à un peu de vaisselle, une bas-<br />

dans les pas de Pégase<br />

un séjour à bord d’une roulotte,<br />

c’est l’occasion de<br />

découvrir les paysages, d’aller<br />

à la rencontre des habitants<br />

du coin, de s’intéresser à la vie<br />

des villages traversés, de s’y<br />

approvisionner. Je dis toujours<br />

aux gens de prendre le<br />

temps de s’arrêter, de suivre le<br />

rythme du cheval. Ils sont là<br />

pour se détendre ». Aux<br />

confins du Pas-de-Calais et de<br />

la Somme, parents et enfants,<br />

couples fêtant un événement,<br />

groupes d’amis… partent<br />

ainsi le cœur léger, au rythme<br />

imposé par le docile et puissant<br />

Pégase, rejoindre un<br />

camping, un gîte ou une ferme<br />

pédagogique dans un village<br />

Un séjour sous le signe indien<br />

sine en galvanisé, une planche à<br />

découper, une poubelle et c’est<br />

à peu près tout. Seule concession<br />

à la vie moderne, une petite<br />

plaque de cuisson. Pour les<br />

sanitaires, direction le bloc<br />

commun.<br />

17<br />

proche. Toujours par de<br />

petites routes.<br />

À partir de 300 € la nuit hors<br />

saison, jusqu’à 900 € les<br />

quatre nuits en juillet/août, le<br />

prix comprend la location de<br />

l’attelage, du cheval nourriture<br />

et hébergement compris,<br />

la fourniture des draps, vaisselle,<br />

gaz pour quatre personnes,<br />

l’initiation… Pour un<br />

prix moindre, un chariot<br />

bâché peut aussi être loué.<br />

Le Relais des Sources, 3 rue de<br />

l’Église à Saint-Rémy-au-Bois,<br />

Tél. 03 21 81 31 30<br />

Du 15 avril au 15 octobre.<br />

Réservation impérative.<br />

le-relais-des-sources@wanadoo.fr<br />

Et, même si le reste des emplacements<br />

de l’Été indien n’a rien<br />

à voir avec l’Amérique, la statue<br />

d’un indien accueille les visiteurs<br />

à l’entrée du parc où le<br />

propriétaire envisage aussi<br />

d’installer un tipi géant…<br />

L’Été indien, hameau du Honvault - à Wimereux, tél. 03 21 30 23 50<br />

ete.indien@wanadoo.fr - www.eteindien-wimereux.com


Route 62 :<br />

une escapade<br />

dans l’Audomarois<br />

Depuis le 7 décembre 2009, treize structures touristiques de<br />

l’Audomarois se sont regroupées pour former l’association Route 62.<br />

L’appellation « Route 62 » fédère les acteurs du tourisme qui s’inscrivent<br />

dans une filière de qualité autour de critères touchant à la qualité<br />

de l’accueil et à une bonne connaissance de la région.<br />

Elle doit constituer pour le visiteur une référence en terme d’accueil,<br />

d’authenticité et de connaissance du patrimoine. Route 62 est destinée<br />

aux hébergeurs, restaurateurs, sites ou tout autre gestionnaire d’activité<br />

touristique souhaitant s’inscrire dans la démarche « Route 62 ».<br />

Les membres :<br />

La Coupole, Isnor, Le Centre Historique Médiéval d’Azincourt, Dennlys<br />

Parc, le Best Western Hôtel Golf de Saint-Omer, La Sapinière, La<br />

Chambre d’Hôtes des Caps et Marais d’Opale, Le Rando-Rail de<br />

Lumbres, Les Belles Échappées, La Coulonnière, l’Auberge de Wismes,<br />

la Tour de l’Horloge et le Charles VI se sont lancés dans l’aventure.<br />

Contact de l’association: 03 21 47 27 53<br />

contact.route62@gmail.com


20<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 Identité<br />

Berck, tête de réseau<br />

de la lecture publique<br />

Les visiteurs guidés par la directrice Fanny Lemaire.<br />

Avec une superficie de 1923 m 2 , trois pôles (actualité-documentation,<br />

jeunesse, fictions adultes), 134 places assises, un auditorium<br />

de 99 places, seize postes multimédia, cinq postes de<br />

recherche sur le catalogue, 28200 documents (objectif de 52000<br />

à terme), onze agents, quatre lieux ouverts au public sur deux<br />

étages, des automates de prêt… la toute nouvelle médiathèque<br />

d’Opale Sud est un vaste vaisseau (elle en a un peu la forme) venu<br />

se mettre à quai sur la place du 18-Juin, à proximité du centre de<br />

Berck-Plage, de ses équipements de loisirs et de culture. Ouverte<br />

depuis fin avril, elle est la concrétisation d’un projet initié dès<br />

2004 (sous la présidence de Bruno Couseyn) dans le cadre d’une<br />

stratégie de développement de la lecture publique et de la décision<br />

de construire une médiathèque tête de réseau avec quatre<br />

satellites à venir dans les années prochaines à Rang-du-Fliers,<br />

Conchil-le-Temple, Groffliers et Verton. Cette médiathèque intercommunale,<br />

l’une des premières du département, comme l’ont<br />

souligné les différents intervenants lors de l’inauguration début<br />

juin, dont le maire Jean-Marie Krajewski et Thérèse Guilbert,<br />

vice-présidents du conseil général du Pas-de-Calais (30 % du<br />

financement dans le cadre de l’accompagnement des médiathèques<br />

pour l’investissement, soit 1227703 € ), a déjà recueilli<br />

2000 inscriptions dont les deux tiers de nouvelles. La communauté<br />

de communes, il est vrai, a décidé la gratuité totale pour les<br />

résidents d’Opale Sud, ainsi que son vice-président à la culture<br />

Étienne Debruyne l’a rappelé. L’équipement a également été<br />

pensé pour séduire les touristes en période estivale.<br />

B. Q.<br />

Médiathèque intercommunale, place du 18-Juin à Berck<br />

tél. 03 21 89 49 49<br />

Depuis 19 ans, dans le cadre de l’action en faveur de<br />

la lecture publique, le conseil général du Pas-de-<br />

Calais et la médiathèque départementale de prêt ont<br />

mis en place « Une plage à la page », opération de promotion<br />

de la lecture et des bibliothèques en direction<br />

des habitants et des touristes passant leurs vacances<br />

d’été sur le littoral. Cette année encore, du 5 juillet<br />

au 27 août, spectacles, ateliers, lectures, randonnées<br />

littéraires en musique (gratuits et ouverts à tous) vont<br />

se succéder en divers lieux de la Côte d’Opale.<br />

Avec les partenaires « Lis avec moi » et Eden 62, les<br />

communes de Condette, Desvres, Équihen-Plage, Le<br />

Touquet, Marquise, Neufchâtel-Hardelot, Outreau,<br />

Saint-Étienne-au-Mont, Sangatte et Wimereux vont<br />

accueillir des stands de lecture en plein air et de nom-<br />

Photo B. Queste<br />

Beuvry : la médiathèque<br />

« Mots passant »<br />

« Il n’y a pas de meilleur investissement », a martelé Dominique<br />

Dupilet, le président du conseil général du Pas-de-Calais après<br />

avoir inauguré et visité la toute nouvelle médiathèque de Beuvry.<br />

« Une médiathèque, c’est mieux qu’un centre de rétention pour<br />

mineurs. C’est un accès original à la culture et au développement<br />

de soi-même. La part du rêve en étant éveillé. » « Mots passant<br />

»: rien à voir avec l’ancienne bibliothèque et sa surface restreinte.<br />

Imaginé dès 2004 par le maire de l’époque Robert<br />

Hazebrouck, le projet de médiathèque a été lancé au printemps<br />

2008 par Nadine Lefebvre et la nouvelle équipe municipale. Le<br />

5 mars 2010, elle ouvrait ses portes au cœur de la ville. Un lieu vivant<br />

de 840 m2 , convivial - avec un vrai confort spatial et visuel -, et original<br />

notamment au point de vue architectural, ses concepteurs<br />

ayant tiré parti du bâtiment dit « Louis XIV » et créant une ossature<br />

métallique dans le prolongement. Un lieu interactif aussi<br />

avec le nec plus ultra en matière d’équipements informatiques:<br />

accès à son compte à distance par exemple… Et 17000 documents,<br />

pour les grands et les petits. « Mots passant » a coûté<br />

1,7 million d’euros, avec 69 % de financements: 710000 euros de<br />

la Drac - Direction régionale des affaires culturelles -,<br />

373000 euros du conseil général du Pas-de-Calais, 106000 euros<br />

d’Artois Comm., la communauté d’agglomération à laquelle<br />

appartient Beuvry, cité de près de neuf mille âmes… Des habitants<br />

que Dominique Dupilet invite à aller vers la littérature<br />

« pour nourrir leur vie quotidienne ».<br />

Chr. D.<br />

Médiathèque « Mots passant » : 3 rue Sadi-Carnot<br />

entrée parking de l'église, tél. 03 21 65 17 72<br />

Le président Dupilet très intéressé par la “cédéthèque”.<br />

breuses animations telles que des ateliers de découverte<br />

et de fabrication d’instruments du musique, de<br />

musique assistée par ordinateur, de création de<br />

masques africains…<br />

Des spectacles sont aussi à l’affiche :<br />

« La mélodie du monde » (Cie les Poly-sons), le<br />

8 juillet à 15h à Condette, le 9 juillet à 15h à Outreau,<br />

le 13 juillet à 15h à Desvres, le 18 juillet à 17h au<br />

Touquet, le 22 juillet à 14h30 à Saint-Étienne-au-<br />

Mont.<br />

« La barbarie karaoké » (Compagnie les Tire-Laine),<br />

le 22 juillet à 19 h à Desvres.<br />

« Enfantines » (Anastasia Ortenzio), le 9 juillet à 15h<br />

à Équihen-Plage.<br />

La médiathèque Louis-<br />

Aragon de Lillers a fêté ses<br />

dix ans, avec des conteurs<br />

(dont Henri Gougaud), des<br />

auteurs et des musiciens. Sur<br />

deux niveaux, ce bel outil<br />

d’accueil du public et de<br />

médiation culturelle (une<br />

surface totale de 1205 m²)<br />

propose plus de 29500 livres,<br />

67 abonnements de revues et<br />

de presse quotidienne,<br />

3900 cd, 450 vidéos et 400<br />

cédéroms.<br />

Le 17 juin, Dominique<br />

Dupilet a inauguré la médiathèque<br />

de Guemps, commune<br />

d’un petit millier d’habitants.<br />

« Une réalisation<br />

exemplaire » dans un ancien<br />

bâtiment communal menée<br />

par un chantier d’insertion.<br />

Le Département a versé<br />

64000 euros pour ce projet.<br />

La médiathèque départementale<br />

du Pas-de-Calais<br />

regroupe au total 240 bibliothèques<br />

desservies par trois<br />

antennes: Dainville, Lillers<br />

et Wimereux. Un million de<br />

documents sont à la disposition<br />

du public en prêt, permettant<br />

un accès facile à la<br />

culture et à tous les savoirs!<br />

Mais la médiathèque ne se<br />

limite pas aux livres. Depuis<br />

dix ans, 50000 cd audio,<br />

dont 18000 pour l’antenne<br />

de Dainville, 17000 pour<br />

Lillers et 15000 pour l’antenne<br />

de Wimereux sont à la<br />

disposition de chacun. Sans<br />

oublier une large collection<br />

de plus de 30000 DVD.<br />

Toutes les bibliothèques et<br />

médiathèques du Pas-de-<br />

Calais sont « armées » pour<br />

participer à « 2010, année de<br />

toutes les musiques ».<br />

Jusqu’au 27 août, la lecture au soleil avec « Plage à la page »<br />

Photo Chr. Defrance<br />

« Cabaret-contes » (Anastasia Ortenzio), le 10<br />

juillet à 15 h à Équihen-Plage.<br />

« Un, deux, trois, musique » (Dominique<br />

Fonfrède), le 20 juillet à 15 h à Marquise, le 21<br />

juillet à 16 h à Neufchâtel-Hardelot.<br />

« Histoires en accordéon » (Laure Chailloux), le<br />

23 juillet à 14 h à Sangatte.<br />

« Contes musicaux » (Liliane Tilloy), le 20 juillet<br />

à 15h à Wimereux.<br />

« Balade musicale » (Le Petit Orphéon et Eden<br />

62), le 22 juillet à 10 h à Sangatte.<br />

Contact : médiathèque départementale,<br />

antenne de Wimereux, 03 21 33 82 02


22<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 Vie pratique<br />

Europa compostella<br />

«SOYONS<br />

solidaires de la<br />

terre et des<br />

hommes » est le thème de<br />

l’événement européen<br />

« Europa Compostella<br />

2010 » organisé par la<br />

Fédération française des<br />

associations des chemins de<br />

Saint-Jacques-de-<br />

Compostelle, qui a débuté le<br />

28 avril et se poursuivra<br />

jusqu’25 septembre.<br />

Cette manifestation qui a lieu<br />

chaque fois que la Saint-<br />

Jacques tombe un dimanche,<br />

met en valeur les itinéraires<br />

culturels du Conseil de<br />

l’Europe, et pour la première<br />

fois, la Via Francigena en partenariat<br />

avec l’association Via<br />

Francigena France.<br />

Fin mai-début juin, des randonneurs<br />

et pèlerins européens,<br />

anglais et français pour<br />

l’essentiel, ont ainsi traversé le<br />

Pas-de-Calais, se relayant de<br />

Calais à Rocquigny, pour faire<br />

avancer un bourdon ou bâton<br />

de pèlerin qui devait ensuite<br />

poursuivre sa route avec d’autres<br />

randonneurs, d’autres<br />

marcheurs, en direction de la<br />

Suisse, puis de l’Espagne<br />

jusqu’à Saint-Jacques-de-<br />

Compostelle.<br />

Neuf étapes qui empruntaient<br />

le parcours culturel officiel de<br />

la Via Francigena avaient été<br />

programmées avec le concours<br />

du comité départemental de<br />

randonnée pédestre, chaque<br />

territoire traversé ayant en<br />

charge l’organisation et<br />

l’animation de chacune d’elles.<br />

Pour la Communauté Artois-<br />

Lys et le Pays de la Lys<br />

romane qui sont à l’origine de<br />

la renaissance de la via dans<br />

notre région, cette<br />

manifestation prenait tout son<br />

sens car elle matérialise le<br />

travail engagé il y a<br />

maintenant plusieurs années et<br />

donne raison à tous ceux qui<br />

ont adhéré à l’idée.<br />

Tours du Bassin minier<br />

Nord - Pas-de-Calais<br />

Sous l’impulsion des conseils généraux<br />

du Nord et du Pas-de-Calais, la<br />

Mission Bassin Minier, en collaboration<br />

avec les intercommunalités et<br />

les acteurs du tourisme et de la randonnée<br />

(les comités départementaux<br />

de Randonnée pédestre et de<br />

Tourisme, les offices de tourisme,<br />

le Parc naturel régional Scarpe-<br />

Escaut) travaillent depuis plusieurs<br />

années à la réalisation d’un<br />

itinéraire labellisé « Grande<br />

Randonnée® de Pays » à l’échelle<br />

du Bassin minier Nord – Pas-de-Calais.<br />

S’inscrivant dans la mise en œuvre de la Trame Verte et dans<br />

la dynamique de la candidature du Bassin minier au<br />

Patrimoine mondial de l’Unesco, cette démarche est apparue<br />

comme une formidable opportunité pour valoriser les<br />

richesses des territoires traversés et contribuer au développement<br />

de l’offre touristique, en particulier des activités de<br />

pleine nature.<br />

Grâce à l’implication de l’ensemble des acteurs, ce projet s’est<br />

concrétisé par la sortie du topoguide « Tours du Bassin minier<br />

Nord - Pas-de-Calais », publié par la Fédération française de<br />

randonnée. 6000 exemplaires tirés pour la première édition.<br />

En librairie depuis le 1 er juillet.<br />

• 7 boucles de GR de Pays réparties sur l’ensemble du Bassin<br />

minier Nord – Pas-de-Calais<br />

• Plus de 460 km d’itinéraires décrits, soit quelque 40 jours<br />

de randonnée<br />

• 8 circuits de promenade et randonnée intégrés<br />

au topoguide<br />

• 46 articles thématiques présentant les différentes<br />

facettes du patrimoine des territoires traversés<br />

• 114 communes traversées<br />

• Près de 70 hébergements recensés<br />

et Via<br />

Francigena<br />

Après l’étape Thérouanne - Amettes<br />

animée par le Pays de Lys romane, les randonneurs<br />

accompagnés par les membres<br />

de l’association Ortie à Burbure et RND à<br />

Gonnehem, ont conduit le bourdon<br />

jusqu’au parc d’Olhain, terme de l’étape<br />

prise en charge par Artois Comm.<br />

Pour traverser le Pas-de-Calais, de Calais à Rocquigny, par la Via Francigena, il faut compter<br />

7 à 9 jours de marche. Le parcours n’étant pas encore officiellement inscrit au PDIPR (plan<br />

départemental d’itinéraires de promenade et randonnée), le balisage permanent n’est pas installé.<br />

Il faut donc marcher à la carte ou se faire accompagner par les associations de randonnée<br />

locales qui connaissent les tracés.<br />

Pour en savoir plus :<br />

- La Via Francigena, itinéraire culturel européen, Kent – Pas-de-Calais, édité par la Communauté<br />

Artois-Lys, disponible dans les offices de tourisme concernés par la via. 12,50 €<br />

- La Via Francigena, sur les traces des pèlerins de Canterbury à Rome, éditions Ouest-France,<br />

15,90 € (lire en rubrique Écoute voir).<br />

Opération TER Mer - TER Vert,<br />

un air de vacances en bonne voie<br />

Comme depuis huit<br />

ans, le conseil<br />

régional Nord –<br />

Pas-de-Calais<br />

reconduit en juillet<br />

et août l’opération<br />

TER Mer – TER Vert.<br />

Elle est particulièrement<br />

destinée aux familles en leur<br />

permettant de se rendre sur la Côte<br />

d’Opale ou dans l’Avesnois pour 1 € aller/retour<br />

le billet (avec le Pass régional Grand’TER à 5 €<br />

durant l’été au lieu de 7 €). Cette fois encore<br />

l’objectif est de transporter les voyageurs (90000<br />

en 2009) vers la destination de leur choix dans<br />

les meilleures conditions et que ces journées<br />

soient l’occasion d’une grande fête accessible à<br />

tous, à la découverte du patrimoine régional.<br />

Avec le concours de la SNCF vingt-deux trains<br />

supplémentaires vont être mis en circulation,<br />

alors que sur place des navettes seront proposées<br />

entre les gares et les plages ou les lieux de<br />

loisirs. Des tarifs préférentiels seront accordés<br />

dans les structures culturelles et de loisirs sur<br />

présentation du billet TER. Parmi les nouveautés<br />

2010, la mise à disposition de vélos<br />

(Calais et Maubeuge), et l’organisation de<br />

balades accompagnées.<br />

Après une première vague les 3 et 4 juillet derniers,<br />

dans le Pas-de-Calais (de Berck à Calais)<br />

et dans le Nord, les plages de la Côte d’Opale<br />

vont être prises d’assaut les 17 et 18 juillet,<br />

31 juillet et 1 er août, 21 et 22 août. Pour le weekend<br />

TER Vert, les 6, 7 et 8 août, les voyageurs<br />

iront à la découverte du bocage avesnois, des<br />

villes fortifiées et de leurs nombreux sites touristiques.<br />

Des journées<br />

« train + vélo »<br />

Pour faire découvrir<br />

la région en<br />

pédalant, la Région<br />

Nord - Pas-de-<br />

Calais et la SNCF<br />

organisent aussi plusieurs<br />

journées « train + vélo », formule<br />

permettant d’emmener les cyclistes<br />

aux quatre coins du territoire. Au départ de Lille<br />

puis d’autres gares sur le parcours, les TER spéciaux<br />

réservés aux cyclistes les emmènent le<br />

matin et les ramènent en fin d’après-midi. Dans<br />

les gares d’arrivées, les voyageurs sont accueillis<br />

par l’Association droit au vélo (ADAV) qui les<br />

accompagne sur des parcours sélectionnés (véloroutes<br />

et voies vertes).<br />

Après la première journée du 26 juin à la découverte<br />

d’un nouveau tronçon de véloroute dans<br />

le bassin minier, le Chemin des Galibots, les<br />

prochaines destinations sont: le samedi<br />

10 juillet, l’Audomarois entre marais et forêts;<br />

le samedi 28 août, les marbrières du Littoral; le<br />

samedi 18 septembre le Val de Sambre. Pour<br />

les personnes intéressées, réservation auprès de<br />

Contact’TER au 08 91 67 10 59 (l’achat du<br />

billet se fait ensuite en gare).<br />

À noter qu’afin de pérenniser ce dispositif des<br />

abris vélo fermés sont mis à disposition ou en<br />

courts d’aménagement dans 30 gares et qu’en<br />

2011, 117 TER seront équipés avec des accroches<br />

pour le transport de vélo (gratuit).<br />

Pour tout savoir en détail sur ces opérations, les<br />

horaires, les destinations, les infos pratiques:<br />

www.nordpasdecalais.fr, rubrique transport,<br />

TER Mer – TER Vert 2010 ou « train + vélo ».<br />

Photo Conseil Régional


Vécu L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 23<br />

Texte et photos Ph. Vincent-Chaissac<br />

Concert à la prison de Longuenesse…<br />

M<br />

ERCI monsieur le directeur ! Dans ces quatre petits<br />

mots, il y a une gravité immense. Celle d’un détenu<br />

de la prison de Longuenesse qui vient d’assister à<br />

un concert… Un vrai concert avec cinquante musiciens, un<br />

vrai programme avec une première et une seconde parties,<br />

un vrai public composé de quelque 80 spectateurs et un<br />

vrai intermède chanté. Du jamais vu. Du moins à la prison<br />

de Longuenesse. Le pari était osé. Il s’est avéré gagnant.<br />

L’harmonie Avenir de<br />

Burbure toujours soucieuse<br />

de vivre des expériences originales,<br />

a cette fois fait très<br />

fort en acceptant d’aller<br />

donner un concert derrière<br />

les barreaux, sans savoir quel<br />

serait véritablement son auditoire,<br />

comment il réagirait…<br />

Il est 15 h, en ce samedi aprèsmidi.<br />

Les musiciens sont à leur<br />

pupitre depuis déjà une heure,<br />

pour une dernière répétition<br />

sous la baguette de leur chef,<br />

Gilles Foulon.<br />

Au fil des minutes, par petits<br />

groupes, les spectateurs prennent<br />

place, remplissant méthodiquement<br />

les rangs dans leur<br />

ordre d’arrivée. 15h15… C’est<br />

l’heure. Les musiciens jouent<br />

leurs premières mesures.<br />

Comme dans tous les concerts,<br />

il y a un retardataire… La<br />

porte grince, la chaise traîne.<br />

Un dernier petit plaisir avant de regagner<br />

sa cellule. Régine Bart dédicace<br />

le programme du concert.<br />

D’un morceau à l’autre, la<br />

musique s’accélère… Au programme<br />

une œuvre de De<br />

Haan, un arrangement de<br />

Rogoll… Applaudissements<br />

polis.<br />

Pearl Harbour… les timbales<br />

donnent de la profondeur au<br />

moment que tout le monde vit,<br />

alors que sur un écran défilent<br />

les images du film. Avions,<br />

bombardements, explosions.<br />

Dernière image et dernière<br />

note. Pile poil.<br />

Applaudissements… Un ton<br />

au-dessus.<br />

Changement de registre avec<br />

Libertango, mi-classique mijazz.<br />

Le bandonéon de Michel<br />

Varetz intrigue. Un son pas<br />

souvent entendu.<br />

Ah Régine !<br />

Comme dans un vrai concert, ils<br />

sont deux à bavarder. Et comme<br />

dans un vrai concert, le voisin<br />

de derrière réclame le silence.<br />

Enfin, il demande au gardien le<br />

plus proche, de faire respecter le<br />

silence.<br />

S’ensuivent des musiques de<br />

films signées Ennio Morricone.<br />

Il était une fois dans l’Ouest ; Le<br />

Bon, la brute et le truand… Que<br />

de souvenirs! Et puis, il y a<br />

Régine, ah Régine! Qui se met à<br />

chanter, de la variété. Que des<br />

airs connus… Sur les chaises, les<br />

corps bougent. Au rythme discret<br />

d’un programme qui battait<br />

la mesure, s’ajoutent quelques<br />

claquements de mains… retenus.<br />

Avec « I will survive », la chanson<br />

fétiche de l’équipe de France de<br />

football de 1998, l’on s’attend à<br />

ce que tout le monde ou presque<br />

se lâche… Pas vraiment le cas et<br />

pourtant avec Les Démons de<br />

minuit, il y a eu une sorte d’étincelle,<br />

comme si quelque chose se<br />

réveillait tout doucement.<br />

« Et maintenant »…<br />

Gonna Fly Now, la musique des<br />

Grosses têtes maintient l’intérêt<br />

et lorsque Régine revient pour<br />

reprendre un titre de Céline<br />

Dion, c’est une flamme qui s’allume<br />

et qui ne s’éteindra plus…<br />

« Et maintenant », l’un des plus<br />

beaux titres de Gilbert Bécaud<br />

est encore plus applaudi…<br />

Quasiment tout le monde frappe<br />

dans les mains pour le dernier<br />

Le bandonéon de Michel Varetz intrigue.<br />

Émotions retenues<br />

pour quatre-vingts détenus<br />

La salle polyvalente du centre de détention n’avait jamais connu pareille affluence.<br />

morceau « When the saints go<br />

marching in »… Tout le monde<br />

se lève.<br />

Petite question bateau, au voisin<br />

de droite qui visiblement n’a rien<br />

perdu du concert:<br />

- Alors, ça vous a plu?<br />

- Ah oui. Dommage qu’ils ne peuvent<br />

pas venir plus souvent. Ça<br />

fait sortir de la cellule. Entendre<br />

des chansons comme ça…<br />

L’œil est humide. La phrase reste<br />

un moment en suspens… Deux<br />

mots tombent, à peine audibles.<br />

- Ça émeut.<br />

Ce n’est<br />

qu’un au-revoir<br />

Allez encore quelques mesures<br />

avec un inévitable « Ce n’est<br />

qu’un au-revoir ». C’est le<br />

moment de quitter la salle, avec<br />

pour nombre des spectateurs un<br />

dernier petit moment de<br />

plaisir… Régine dédicace le programme.<br />

Les musiciens, eux, ont<br />

un peu de peine à exprimer ce<br />

qu’ils ressentent. Dans les couloirs<br />

de la prison, entre deux<br />

portes qui se referment,<br />

quelques mots sur le ton de la<br />

plaisanterie ou de la gravité, histoire<br />

de ne pas se laisser envahir<br />

par un sentiment impossible à<br />

définir. Chacun reprend possession<br />

de sa carte d’identité et se<br />

retrouve de l’autre côté du mur.<br />

Le bon côté du mur. Celui de<br />

l’air libre.<br />

Jamais la prison de Longuenesse n’avait été le cadre d’un<br />

tel événement avec autant d’intervenants extérieurs et<br />

autant de participants à l’intérieur. L’implication du directeur<br />

de l’établissement Pascal Vansantberghe et du président<br />

de l’association socioculturelle (Asdacs) Laurent<br />

Lescoutre a été déterminante… Mais il faut aussi penser à<br />

ceux qui ne peuvent pas être cités et sans lesquels rien n’aurait<br />

pu avoir lieu.


24<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 Sports<br />

Du rêve à la réalité... parfois si dure<br />

Sous le maillot du Variétés club de France Zidane fait toujours autant rêver...<br />

Pardonné son mauvais coup de tête en finale de coupe du monde 2006.<br />

2<br />

5 et 26 mai 2010. Le Pas-de-<br />

Calais du football est à la fête.<br />

À Calais, le stade de l’Epopée est<br />

le cadre d’un match anniversaire<br />

opposant le Crufc de l’an 2000,<br />

finaliste de la coupe de France contre<br />

Nantes, au Variétés club de France et<br />

ses gloires du ballon rond: Papin,<br />

Zidane, Rocheteau, Blanc,<br />

Deschamps, etc. À Lens, c’est<br />

carrément l’équipe de France qui joue<br />

son dernier match de préparation en<br />

métropole avant la coupe du monde.<br />

Patrice<br />

Patrice Bergues exprime ici tous les sentiments<br />

d’une vie livrée au sport de haut niveau, pour le<br />

meilleur (le Racing Club de Lens, les Reds de<br />

Liverpool, l’Olympique Lyonnais) et pour le pire (les<br />

défaites, la déception du « peuple des supporters »,<br />

les pressions, la dépression…).<br />

Il décline ici les portraits de ceux qui ont compté pour<br />

lui GÉRARD HOULLIER, GERVAIS MARTEL, JEAN-LUC<br />

LAMARCHE, FRANCIS SARRAZIN, … et démontre aussi<br />

qu’on ne se nourrit pas que de toutes les rencontres<br />

qu’on fait dans les stades.<br />

Au-delà de son parcours footballistique, il revient sur ses<br />

années d’internat, ses relations avec sa famille, les<br />

copains… Une histoire personnelle qu’il livre avec pudeur<br />

et sensibilité mais sans concession et qui s’adresse<br />

également aux “non-initiés” du monde du ballon rond.<br />

Nom : Prénom :<br />

Adresse :<br />

CP : Ville : Mail :<br />

Dans les deux cas, c’est la fête pour les<br />

spectateurs qui se régalent, qui<br />

rêvent… Et patatras… Quelques<br />

jours plus tard, Calais (version 2009-<br />

2010) qui vient pourtant de gagner son<br />

championnat de CFA2 fait l’objet<br />

d’une nouvelle rétrogradation pour<br />

raisons financières. Puis c’est toute<br />

l’équipe de France qui chavire,<br />

éliminée de la coupe du monde et<br />

surtout anéantie par de sombres<br />

histoires de vestiaires et d’égos mal<br />

soignés. Grandeur et décadence.<br />

NOUVEAU<br />

Bergues<br />

Préface Gérard Houllier<br />

L’entraîneur que tous les “footeux” connaissent…<br />

BÉTHUNE,<br />

BRUAY, NŒUX,<br />

LENS, LYON,<br />

LIVERPOOL,<br />

LES ÉQUIPES<br />

DE FRANCE<br />

Également en vente en librairie<br />

Je commande …… exemplaire(s) de l’ouvrage<br />

Patrice Bergues - Mes Rencontres<br />

au prix de 12 € TTC + 4 € (par livre commandé) de participation aux frais d’envoi.<br />

Pour plusieurs exemplaires, contacter Elisabeth au 03 21 54 35 75 - frais de port dégressifs<br />

Chèque et bon de commande à renvoyer à :<br />

Éditions Les Échos du Pas-de-Calais - 5, place Jean-Jaurès – 62190 Lillers<br />

✁<br />

Textes et photos Ph. Vincent-Chaissac<br />

Ribéry en bonne forme à Bollaert contre le Costa Rica, a pu mesurer toute sa<br />

popularité, et cela malgré ses écarts de bonne conduite.<br />

Pour mémoire<br />

France – Costa Rica : 2-1 (1-1). Buts: Douglas<br />

Sequeira (csc, 22 e ), Mathieu Valbuena (84 e )<br />

pour la France; Carlos Hernandez (11 e ) pour le<br />

Costa Rica.<br />

Calais 2000 - VC de France : 5-7.<br />

Buts de Vasseur (6 e et 12 e min) Lestavel (26 e ),<br />

Rioust (35 e ) et Millien (36 e ) pour Calais 2000; de<br />

Papin (17 e , 53 e , 55 e et 58 e ), Ollivier (48 e ), Puel<br />

(56 e ) et Hitoto (89 e ) pour le Variétés club de<br />

France.<br />

En bref…<br />

Deligny<br />

en demi<br />

Dylan Deligny, originaire<br />

d’Auchel et formé à Lens<br />

où il vient de signer son<br />

premier contrat<br />

professionnel, a terminé 3 e<br />

du championnat d’Europe<br />

U17 organisé au<br />

Lichtenstein. Il s’est<br />

incliné en demi-finale avec<br />

l’équipe de France contre<br />

l’Angleterre (1-2).<br />

Crammer<br />

championne<br />

d’Europe<br />

L’Héninoise Pauline<br />

Crammer a eu plus de<br />

réussite puiqu’elle a<br />

remporté le titre chez les<br />

U19. Elle a même marqué<br />

en finale contre<br />

l’Angleterre (2-1).<br />

Toujours<br />

boulonnais<br />

Anthony Lecointe,<br />

Guillaume Ducatel,<br />

Florian Bague, Vincent<br />

Bessat et Laurent Agouazi<br />

restent liés à Boulogne<br />

pour les deux saisons<br />

à venir.<br />

Les grands du Pas-de-Calais<br />

Jean-Pierre Papin<br />

Discipline: football<br />

Né le 5 novembre 1963 à Boulogne-sur-Mer<br />

Footballeur professionnel de 1984 à 1998<br />

54 sélections en équipe de France A (30 buts)<br />

Profession actuelle : entraîneur<br />

Jean-Pierre Papin est né à Boulogne-sur-Mer (le patronyme Papin est<br />

d’ailleurs encore bien présent) mais il passe l’essentiel de son enfance à<br />

Jeumont et fait ses premiers pas de footballeur à Trith-Saint-Léger.<br />

Ambitionnant de devenir professionnel, il intègre l’INF Vichy qui l’a<br />

formé et retrouve sa région d’origine en 1984 pour porter les couleurs de<br />

Valenciennes, alors en D2. Avec le FC de Bruges, il remporte la coupe de<br />

Belgique. Intégrant alors très vite l’équipe de France, il dispute la coupe<br />

du monde au Mexique (1986) et joue la petite finale gagnée contre la<br />

Belgique. Après cette campagne, JPP signe à l’OM de Bernard Tapie avec<br />

lequel il remporte quatre championnats et une coupe de France en quatre<br />

ans (de 89 à 92). Meilleur buteur du championnat cinq saisons de suite, il<br />

est logiquement sacré ballon d’or européen en 1991.<br />

Parti au Milan AC, il remporte le championnat d’Italie par deux fois mais<br />

perd une finale de coupe d’Europe des clubs champions contre Marseille<br />

et ne joue pas la finale remportée, la saison suivante, contre Barcelone.<br />

JPP prend alors la direction du Bayern de Munich avec qui il gagne enfin<br />

une coupe d’Europe, celle de l’UEFA, contre Bordeaux. Après deux saisons<br />

à Bordeaux et quelques mois à Guingamp, il arrête alors sa carrière<br />

professionnelle mais continue à jouer au football en amateur puis avec le<br />

Variétés Club de France sous les couleurs duquel il fait toujours admirer<br />

ses qualités de buteur.<br />

Pour en savoir + : http://echo62.com/blogs/sport/test-page1/sportif-1/jean-pierre-papin Juillet-août 2010


Photo A. Top<br />

Sports<br />

L<br />

A discipline n’en est qu’à ses balbutiements dans le<br />

Pas-de-Calais, mais avec la venue à Wingles et Olhain<br />

des 7 e<br />

championnats d’Europe du 23 au 29 août, une<br />

première nationale, le disc golf devrait connaître un essor<br />

rapide, peut-être même sans précédent, en France et dans<br />

le département.<br />

Ludovic Pelczyk est le président de l’Olhain disc-golf club, premier club créé<br />

dans le Pas-de-Calais. Il ne participera pas aux championnats d’Europe, mais se<br />

veut ambassadeur de la discipline dans le département.<br />

)))<br />

L’équipe du mois )))) juillet 2010<br />

La pratique de l’escrime à Hénin-Beaumont remonte à 1922, à<br />

l’initiative de maître Julien Pierrat, agent de maîtrise aux Mines<br />

de Dourges. Réorganisée en 1937, la salle d’armes se développe<br />

pendant la guerre. Les premiers résultats significatifs du cercle<br />

d’escrime arrivent ensuite : Roger Debonte est champion régional<br />

à l’épée en 1944 ; Claude Leclercq remporte le challenge Duthoit<br />

au fleuret en 1953 et devient champion de France junior en 1957-<br />

58 ; Jean Guillez termine 8 e des championnats du monde juniors en<br />

1958. Les années 60 marquent l’avènement de Jacques Dimont, champion<br />

du monde junior en 64 et champion olympique par équipe en 68.<br />

Depuis, le club sort régulièrement des champions d’exception :<br />

Laurence Modaine, Jean-Yves Robin, Franck Boidin… et plus récemment<br />

Jérémy Cadot (qui a quitté le club), membres des équipes de<br />

France régulièrement présentes sur les podiums mondiaux et olympiques.<br />

Le club qui compte une douzaine de titres nationaux au fleuret<br />

(le plus beau celui de seniors N1 en 2003) a également été vice-champion<br />

d’Europe des clubs champions en 2000.<br />

Escrime<br />

Photo Ph. Vincent-Chaissac<br />

Le disc-golf prend naissance<br />

aux États-Unis vers la fin des<br />

années 30, commence à se<br />

structurer 40 ans plus tard,<br />

avant d’être importé en<br />

France dans les années 90<br />

avec en 1996, la création de<br />

l’association des professionnels<br />

du disc-golf.<br />

Aujourd’hui, la Fédération<br />

nationale du sport en milieu<br />

rural porte le projet, et ça<br />

marche. Sa présidente,<br />

Brigitte Linder ne le cache<br />

pas : « Nous sommes dépassés<br />

par les événements, nous ne<br />

nous attendions pas à un tel<br />

engouement. Aujourd’hui, la<br />

priorité est à l’encadrement,<br />

car il ne faut pas faire n’importe<br />

quoi ».<br />

Cette activité de loisir ou de<br />

compétition consiste à lancer<br />

un disque (frisbee) pour<br />

atteindre la cible, une corbeille<br />

métallique matérialisant<br />

le trou, en un minimum<br />

de coups. Elle est donc fortement<br />

inspirée des règles du<br />

golf, pour ne pas dire complètement.<br />

Pas de club, pas<br />

de trou et pas d’entretien<br />

particulier du terrain de jeu.<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010<br />

Championnats d’Europe de disc-golf<br />

Cercle d’escrime d’Hénin-Beaumont<br />

Equipe du championnat de France de N1 en fleuret<br />

Pour en savoir + : http//echo62.com/blogs/sport - onglet club<br />

Le disc-golf a la réputation<br />

d’une discipline respectueuse<br />

de l’environnement – elle a<br />

obtenu le label développement<br />

durable auprès du<br />

Comité national olympique et<br />

sportif en avril - accessible à<br />

tous, ludique et sportive… en<br />

compétition, les joueurs sont<br />

capables de lancer le disque à<br />

plus de 200 m de distance.<br />

Force, précision, maîtrise de<br />

soi sont les qualités nécessaires<br />

à l’excellence. L’élite<br />

européenne sera à Olhain et<br />

à Wingles en août, avec en<br />

tête, un trio de nations dominatrices<br />

: la Suède,<br />

l’Allemagne et la Norvège.<br />

Wingles et Olhain à<br />

l’heure du disc-golf<br />

Une semaine de compétition,<br />

deux parcours de haut<br />

niveau (le premier sur le parc<br />

départemental d’Olhain,<br />

avec de très longs coups à<br />

jouer, l’autre au parc de loisirs<br />

et nature de Wingles-<br />

Douvrin-Billy-Berclau, plus<br />

court et plus technique),<br />

vingt nations, 216 compéti-<br />

25<br />

teurs attendus retenus par les<br />

sélectionneurs nationaux des<br />

différentes fédérations, six<br />

catégories et des espoirs côté<br />

français. L’hexagone et sa<br />

fourchette de 300 à 500 pratiquants<br />

n’est pas encore<br />

parmi les nations majeures.<br />

Celà dit, le Dijonnais Sylvain<br />

Gouge, récent vainqueur de<br />

l’Open de Bern pourrait se<br />

révéler un outsider de choix,<br />

au même titre que le jeune<br />

Normand Félix Ban chez les<br />

juniors, 16 ans, présenté<br />

comme la future star du discgolf.<br />

Au-delà de la compétition,<br />

l’intérêt pour le comité<br />

départemental du sport en<br />

milieu rural, partie prenante<br />

dans l’organisation (tout<br />

comme le comité régional) est<br />

de faire connaître la discipline.C’est<br />

en ce sens que les<br />

trois premiers jours des<br />

championnats d’Europe<br />

connaitront des initiations<br />

gratuites pour tous.<br />

Attention, le risque de succomber<br />

au virus est réel.<br />

A. Top


26<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010<br />

Textes et photos Ph. Vincent-Chaissac<br />

Le Scra vainqueur<br />

de la coupe de France de rink hockey<br />

Le match<br />

retour Saint-<br />

Omer - Saint-<br />

Brieuc a été<br />

aussi serré<br />

que le match<br />

aller : 2-1<br />

pour Saint-<br />

Omer<br />

Salingue toujours<br />

champion de France<br />

Le Bruaysien Guillaume<br />

Salingue a conservé son titre<br />

de champion de France, à<br />

domicile, en dominant son<br />

challenger officiel, le Corse de<br />

Cargèse, Pierre-François<br />

Bonicel. La victoire a été<br />

acquise aux points, mais assez<br />

nettement et à l’unanimité des<br />

membres du jury, au terme<br />

d’un beau combat au cours<br />

duquel Salingue a le plus souvent<br />

pris l’initiative. Les premiers<br />

rounds ont été très largement à son avantage. Il a ensuite<br />

baissé un peu le rythme tout en restant maître de son sujet. Ce que<br />

Bonicel a reconnu. Le Corse qui annonçait l’arrêt de sa carrière<br />

au terme du combat, se montrait satisfait de sa sortie, heureux<br />

même d’avoir perdu contre, dit-il, ‘le futur champion d’Europe”.<br />

Au terme de quatre jours de compétition,<br />

c’est l’Autrichien Martin Wiegele qui a remporté<br />

la 14 e édition de l’open de Saint-Omer.<br />

A – 7 sous le par, il a terminé avec deux coups<br />

d’avance sur un groupe de cinq joueurs composé<br />

de Jamie Elson, Pelle Edberg, Matt<br />

Haines, Raphaël Jacquelin et Robert<br />

Dinwiddie.<br />

Wiegele qui avait fait une entrée fracassante<br />

dans le tournoi, était ensuite rentré dans le<br />

rang. Au départ du 4 e et dernier parcours, le<br />

Français Raphaël Jacquelin et l’Anglais<br />

Jamie Elson étaient en tête et partaient en<br />

Le Scra a remporté la coupe de<br />

France de rink hockey. Les<br />

Audomarois avaient les faveurs des<br />

pronostics dans la mesure où ils<br />

étaient rentrés de leur déplacement à<br />

Saint-Brieuc avec un but d’avance (2-<br />

1). Pour autant, les choses n’ont pas<br />

été simples lors du match retour à<br />

Saint-Omer, car les Bretons n’ont<br />

jamais renoncé. Ils ont même ouvert<br />

le score par Morales qui remettait<br />

ainsi les deux équipes à égalité sur<br />

l’ensemble des deux matchs et il aura<br />

fallu toute l’expérience et la détermination<br />

du capitaine Guirec Henry<br />

pour que le précieux trophée s’installe<br />

pour un an en terre du Pas-de-<br />

Calais. Henry a en effet inscrit les<br />

deux buts de son équipe, un par mitemps,<br />

et a beaucoup pesé sur un<br />

adversaire qui s’est, comme Saint-<br />

Omer, créé de nombreuses occasions<br />

sur l’ensemble de la partie.<br />

Sports<br />

L’Open de golf de Saint-Omer<br />

à l’Autrichien Wiegele<br />

Wiegele au départ de son dernier parcours avait ses supporters mais rien à voir avec la foule qui a accompagné<br />

Jacquelin et Elson.<br />

compagnie d’une cohorte de spectateurs qui<br />

n’a fait que grossir au fil de la journée.<br />

Devançant la pression ambiante, Wiegele<br />

jouait et reprenait la tête du tournoi à -8 sous<br />

le par et terminait son parcours à - 7 après un<br />

bogey sur le dernier trou.<br />

À ce moment-là, Elson qui était à -6 avec 3<br />

trous à jouer pouvait encore l’emporter mais<br />

avec 4 bogeys sur les 7 derniers trous, il laissait<br />

la victoire bien méritée à l’Autrichien<br />

Martin Wiegele qui remportait là, son 2 e<br />

tournoi de la saison 15 jours après le Karnten<br />

Golf Open.<br />

Breton d’origine Guirec Henry n’avait jamais<br />

gagné la coupe de France : c’est chose faite avec<br />

Saint-Omer. Et il y a largement contribué puisqu’il<br />

a marqué trois des quatre buts inscrits sur l’ensemble<br />

des deux matchs.<br />

Le Scra 2009-2010<br />

• Vainqueur de la coupe de France<br />

(Vincette, Le Menn, Furstenberger,<br />

Henry, Tessier, Guilbert K. et N.,<br />

Planque, Ruckebusch, Blasquez).<br />

•4 e du groupe A de la Ligue européenne<br />

des clubs avec une victoire, un<br />

nul et 4 défaites.<br />

•3 e du championnat de France de N1<br />

derrière Coutras et Quévert.<br />

• Champion de France de N3 avec son<br />

équipe réserve.


L’Écho du Pas-de-Calais no Sports 110 – Juillet-août 2010 27<br />

IL y a quelques<br />

semaines, le Canoë<br />

kayak club de<br />

Boulogne organisait<br />

l’International Race du<br />

Pas-de-Calais sur le<br />

bassin de la Liane. Une<br />

très belle compétition<br />

qui a pris une dimension<br />

supplémentaire cette<br />

année, avec une date<br />

positionnée entre deux<br />

manches de coupe du<br />

monde, Vichy et Szged<br />

(Hongrie). « Cela nous a<br />

permis d’accueillir des<br />

athlètes kazakhes, brésiliens,<br />

tunisiens… et<br />

d’assister à de très belles<br />

courses », dit Didier<br />

Hoyer, le président boulonnais.<br />

Courses auxquelles<br />

les membres des<br />

équipes de France<br />

juniors et – 23 ans ont<br />

aussi participé.<br />

Goubel en duel<br />

Le duel annoncé entre<br />

Menkov, le champion du<br />

monde, et Goubel, le<br />

vice-champion du<br />

monde, a bien eu lieu,<br />

l’Ouzbèque battant le<br />

Boulonnais dans l’épreuve<br />

du 1 000 m… En<br />

sachant que Matthieu<br />

Goubel pour qui cette<br />

régate faisait avant<br />

toute chose figure d’entraînement,<br />

avait pris le<br />

parti de s’aligner au<br />

départ de toutes les<br />

épreuves, six au total.<br />

Durant les deux jours<br />

de compétitions, l’on a<br />

également vu Maxime<br />

Beaumont, le kayakiste<br />

de Boulogne qui monte<br />

en puissance et Marie<br />

Delattre-Demory qui<br />

revient en forme. Cette<br />

belle impression d’ensemble<br />

était confirmée<br />

quelques jours plus tard<br />

en coupe du monde, à<br />

Szged, où l’on retrouvait<br />

les mêmes protagonistes,<br />

Menkov et Goubel aux<br />

1 re et 2 e places sur 1000<br />

mètres, Beaumont double<br />

finaliste en K1 200 et<br />

1000 m, Delattre-<br />

Demory en finale du C4,<br />

plus les Thomas Simart<br />

et Romain Beugnet de<br />

Saint-Laurent-Blangy<br />

qui accédaient également<br />

à des places de finaliste.<br />

Toutes ces bonnes per-<br />

Championnat de France vitesse de canoë-kayak<br />

Bagarre attendue à la fête<br />

formances nous promettent<br />

de très beaux<br />

championnats de<br />

France Vitesse qui ont<br />

lieu cette année… à<br />

Boulogne.<br />

La quête d’un<br />

titre national<br />

Durant quatre jours, du<br />

8 au 11 juillet, la Liane<br />

sera en effet le cadre de<br />

cette compétition toujours<br />

très attendue,<br />

même si elle n’ouvre pas<br />

les portes des équipes de<br />

France qui sont constituées<br />

depuis plusieurs<br />

semaines. Dans ces<br />

championnats de France,<br />

on vient chercher un<br />

titre, une médaille… On<br />

vient aussi marquer des<br />

points pour son club qui<br />

cherche à se placer le<br />

mieux possible dans une<br />

hiérarchie nationale au<br />

sommet de laquelle se<br />

trouve le club de Saint-<br />

Laurent-Blangy. Cadets,<br />

juniors, seniors, vétérans,<br />

garçons et filles…<br />

Tout est pris en compte,<br />

tout a son importance.<br />

Mais bien évidemment, il<br />

y a des temps forts qu’il<br />

ne faut surtout pas manquer,<br />

d’autant que les<br />

représentants de Boulogne<br />

et de Saint-Laurent<br />

feront le spectacle.<br />

Un triplé ?<br />

A suivre, tout particulièrement,<br />

le canoë monoplace<br />

avec Matthieu<br />

Goubel qui aura à cœur<br />

de prendre sa revanche<br />

sur Thomas Simart qui<br />

l’avait piégé l’an dernier.<br />

Matthieu Goubel<br />

qui pourrait bien effectuer<br />

la passe de trois :<br />

C1, C2, C4… sauf qu’en<br />

C4 le bateau boulonnais,<br />

large vainqueur en<br />

2009, devra composer<br />

avec le bateau immercurien<br />

qui n’a peut-être<br />

jamais été aussi fort. Ça<br />

promet une belle<br />

bagarre. Ce qui ne doit<br />

pas occulter les autres<br />

courses avec l’impressionnante<br />

armada de<br />

Saint-Laurent composée<br />

entre autres des frères<br />

Beugnet et Simart, de<br />

Marie Delattre-Demory,<br />

de la dynastie des Bayle,<br />

Associés en équipe de France juniors lors de l’International Race, les Immercuriens Jason Lebon et<br />

François Pierzchlewicz devraient monter sur le podium des championnats de France.<br />

d’Adrien Bart et<br />

Pierrick Martin, de<br />

Gwendoline Morel et<br />

Julie Raeckelboom, etc.<br />

mais aussi les Boulonnais<br />

Tchamba, Beaumont,<br />

Legrand, Lecendre,<br />

etc. et quelques<br />

autres comme Sébastien<br />

Joue (Rouen) ou Cyrille<br />

Carré (Auxerre) qui<br />

aimeraient aussi goûter<br />

au gâteau.<br />

1 000<br />

pagayeurs<br />

en fête<br />

En même temps que le<br />

championnat de<br />

France vitesse, se<br />

déroulera le challenge<br />

national de l’Espoir<br />

(avec des équipes aux<br />

couleurs des régions)<br />

ainsi que des épreuves<br />

de Dragen boat, de<br />

handi-kayak et de<br />

sport adapté. Au total<br />

quelque 1000 pagayeurs<br />

seront de la<br />

fête… Une vraie fête<br />

avec une programmation<br />

musicale.<br />

Pour les non initiés<br />

C pour canoë,<br />

K pour kayak<br />

C1 ou K1 pour monoplace<br />

C2 ou K2 pour biplace<br />

C4 ou K4 pour quatre<br />

places<br />

Il existe trois championnats<br />

de France:<br />

Vitesse sur 500 m, fond<br />

sur 5000 m et marathon.<br />

Les distances olympiques<br />

étaient jusqu’<br />

alors le 500 m et le<br />

1000 m… s’y ajoutera<br />

le 200 m en 2012.<br />

En canoë, le pagayeur<br />

est sur un genou avec<br />

une pagaie simple.<br />

En kayak, le pagayeur<br />

est assis avec une<br />

pagaie double.


28<br />

Hardelot<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 Arts&spectacles<br />

37 e<br />

festival de musique classique d’Hardelot :<br />

de la haute facture à la portée de tous<br />

l a longtemps été le seul festival de musique classique au Nord de<br />

Paris. Créé il y a 37 ans, le festival d’Hardelot continue de séduire les<br />

Iamateurs,<br />

comme les novices. Les vedettes de la musique classique ne<br />

font plus la une des journaux, il n’empêche que ce seront encore et<br />

toujours des artistes de très haut niveau qui se rendront sur la Côte<br />

d’Opale du 19 juillet au 12 août. Avec une politique tarifaire raisonnable<br />

et une programmation éclectique, le festival ne veut pas être destiné à<br />

une catégorie de personnes, aisée et experte en la matière.<br />

Claude Desmarets, directeur artistique<br />

du festival d’Hardelot depuis maintenant<br />

36 ans – qui n’est autre que le<br />

directeur du théâtre de Douai – plaisante<br />

sur cette longévité qui est la<br />

sienne: « Je n’ai pas été limogé, c’est la<br />

preuve que la démarche continue de<br />

fonctionner ». Il avoue surtout ne pas<br />

être rassasié. Impossible de se lasser:<br />

« La culture est quelque chose de<br />

vivant, c’est pour cette raison que<br />

l’homme cultivé ne s’ennuie jamais ».<br />

Le personnage a su attirer les plus<br />

grands dans le département. Barbara<br />

Hendricks, Mstislav Rostropovitch,<br />

Alexis Weissenberg, Michel<br />

Petrucciani, Jean-Claude Casadesus…<br />

des noms, des renommées, des talents.<br />

Aujourd’hui la donne est différente.<br />

Non, le niveau n’est pas moindre, au<br />

contraire. L’exposition médiatique<br />

n’est juste plus tout à fait la même:<br />

« L’époque des grands noms de la<br />

musique classique en une des journaux<br />

est révolue, place aux stars du football!<br />

Nous n’avons pas à rougir de ce<br />

que nous présentons au public<br />

aujourd’hui. L’événement continue à<br />

attirer du monde dans un terrain de<br />

tennis couvert. Une constante de 450<br />

spectateurs par concert ce qui est à<br />

mon sens plutôt pas mal, avec, de surcroît,<br />

un budget communication au<br />

niveau zéro. Auparavant, nous faisions<br />

des campagnes de promotion,<br />

c’est aujourd’hui terminé. L’affluence<br />

est toujours là parce que ce sont les<br />

artistes qui attirent la foule. Cette économie<br />

nous permet par ailleurs de programmer<br />

une à deux dates supplémentaires<br />

».<br />

Une programmation<br />

éclectique<br />

L’année 2010 est l’occasion de fêter le<br />

bicentenaire de la naissance de deux<br />

grands compositeurs romantiques,<br />

Frédéric Chopin et Robert Schumann<br />

qui ont consacré essentiellement leurs<br />

œuvres au piano. L’instrument sera<br />

donc mis à l’honneur mais pour Claude<br />

Desmarets, « il n’était pas question de<br />

faire du tout Chopin ou du tout<br />

Schumann », comme il n’était pas envisageable<br />

de construire un programme<br />

uniquement sur le piano, même s’il est<br />

vrai que les claviers seront à l’honneur.<br />

Les amoureux de musique baroque<br />

seront comblés avec la venue de Pierre<br />

Hantai au clavecin, artiste mondialement<br />

reconnu -déjà venu à Hardelotqui<br />

interprètera six préludes et fugues<br />

extraits du deuxième livre du Clavier<br />

bien tempéré de Jean-Sébastien Bach.<br />

Du jazz également au programme,<br />

preuve parfaite de l’éclectisme et d’une<br />

franche ouverture d’esprit avec Pink<br />

Turtle, sept chanteurs et musiciens qui<br />

interprèteront les plus grands succès<br />

mondiaux de la pop music des trente<br />

dernières années. Pink Turtle devrait<br />

faire oublier les versions fortement<br />

Le Touquet : les Pianos Folies<br />

Du 21 au 29 août, plus de 50 concerts dans toute la ville (au<br />

palais des Congrès, à l’hippodrome, au centre équestre, au<br />

musée, chez l’habitant, dans les hôtels, pour les tout-petits…)<br />

et aussi quelques concerts délocalisés à Berck, Montreuil,<br />

Étaples, Hardelot. Rens./rés. 03 21 06 72 00, http://www.letouquet.com/pianosfolies<br />

• Samedi 21 août – 19h à 6h, Nuit du piano, avec des artistes<br />

en concert sans interruption (Viviana Sofronitzki, Alexandre<br />

Tharaud, Marie-Claude Pietragalla, Varduhi Yeritsyan, Bruno<br />

Mantovani, Tigran Hamasyan, le duo Darius Milhaud).<br />

• Dimanche 22 août – 20h30, palais des Congrès, Guillaume<br />

Coppola.<br />

• Lundi 23 août – 20h30, palais des Congrès, Brigitte Engerer<br />

et Boris Berezovsky.<br />

• Mardi 24 août – 20h30, palais des Congrès, Viviana<br />

Sofronitzki et Sergueï Istomin, artiste d’origine russe installé<br />

dans le Pas-de-Calais (lire sur echo62.com : « http://www.echo62.com/article.asp?num_art=<br />

1537 »).<br />

• Mercredi 25 août – 20h30, palais des Congrès, Mikhail Rudy.<br />

• Jeudi 26 août – 20h30, palais des Congrès, soirée jazz avec The Glenn Ambassadors Big band.<br />

• Vendredi 27 août – 20h30, palais des Congrès, soirée des lauréats des concours internationaux.<br />

• Dimanche 29 août – 20h30, palais des Congrès, Vadim Rudenko.<br />

Infos : www.lespianosfolies.com - rubrique : programme<br />

Philippe Cassard<br />

connotées des chansons incontournables<br />

de Simon & Garfunkel, Michael<br />

Jackson, Supertramp, AC/DC, Stevie<br />

Wonder, Bee Gees, Eagles, Pink Floyd,<br />

Police, ou encore the Queen.<br />

La musique symphonique ne sera pas en<br />

reste puisque l’ouverture du festival se<br />

fera en compagnie de l’Orchestre de<br />

Biélorussie. Fondée en avril 1927,<br />

cette formation symphonique a souvent<br />

rivalisé avec les orchestres<br />

russes. Elle sera dirigée par Jean-<br />

Philippe Navarre, qui a notamment<br />

étudié auprès de Yehudi Menuhin. Du<br />

très haut niveau donc à Hardelot,<br />

mais pas de l’élitisme, Claude<br />

Desmarets s’en défend. Selon lui, le<br />

public est un beau reflet de la population.<br />

Vingt euros le concert, gratuité<br />

pour les enfants, une programmation<br />

taillée pour « toucher les gens » pour<br />

reprendre les propos du directeur<br />

artistique, de la variété au sens mélioratif<br />

du terme… on comprend mieux<br />

la longévité du festival présidé par<br />

Bernard Delecour. Pourtant d’aucuns<br />

ignorent encore son existence. Il n’est<br />

jamais trop tard pour bien faire,<br />

jamais trop tard pour découvrir.<br />

D’autant que, faut-il le rappeler :<br />

« l’homme cultivé ne s’ennuie<br />

jamais ». A. Top<br />

Le programme (toutes les représentations se dérouleront à l’Hôtel du parc)<br />

• Orchestre de Biélorussie (direction Jean-Philippe Navarre) le lundi 19 juillet à 21 h.<br />

• Pink Turtle (jazz), « pop in swing », le jeudi 29 juillet à 21 h.<br />

• Orchestre de chambre de la Nouvelle Europe « les folies concertantes »,<br />

le mercredi 4 août à 21 h.<br />

• Pierre Hantaï (clavecin), « Les claviers chantent », le jeudi 5 août à 21 h.<br />

• Pierre et Jérôme Hantaï (clavecin et viole de gambe), « les claviers chantent<br />

», le vendredi 6 août à 21 h.<br />

• François Chaplin (piano, avec Philippe Cassard en deuxième partie) « les<br />

claviers chantent », le mercredi 11 à 21 h.<br />

• Philippe Cassard (piano), « les claviers chantent », le jeudi 12 août à 21 h.<br />

Rens/rens. : 03 21 83 51 02 - www.festival-hardelot.fr<br />

Photo DR


Arts&spectacles<br />

RRIVÉ à la Ferme du Ponchel, il y a seize ans, après avoir mis en scène et formé bon nombre<br />

d’acteurs en région parisienne, Jean-Claude Rousseau a créé la Compagnie des Héritiers en 2003.<br />

ADéjà<br />

bien connu du côté d’Auxi-le-Château pour avoir monté le Festival des moissons, puis Trou de<br />

mémoire, qui lui ont permis de creuser son sillon dans le Ternois d’abord, dans le Pas-de-Calais ensuite, il<br />

s’est attaqué à un nouveau travail d’envergure, en direction des jeunes cette fois.<br />

« Je ne voulais pas apparaître comme passéiste, j’ai<br />

donc choisi un projet novateur, en direction des enfants<br />

de 5 à 10 ans, de grande section de maternelle au CM2.<br />

Pendant un an et demi, je suis allé enregistrer des garçons<br />

et filles des groupes scolaires du Ternois, dans une<br />

structure sociale de l’Essonne et une association de loisirs<br />

d’Abbeville. Et je leur ai demandé de me parler de<br />

leurs conditions de vie, de leur environnement, de leur<br />

famille, comment ils voient leur avenir… ».<br />

Parallèlement, il a effectué plusieurs séjours au Mali<br />

(pays qu’il connaissait déjà), pour y effectuer la même<br />

démarche auprès d’enfants des rues de Bamako (la<br />

capitale), de Siby (une ville de province) et dans un village<br />

d’une région retirée de ce pays parmi les plus pauvres<br />

du monde, et enfin dans une école « dite française »<br />

qui accueille les enfants des ministres, députés, responsables<br />

de grosses entreprises, etc. « Je vais prendre<br />

des images de toi et je vais les montrer aux enfants<br />

français du Pas-de-Calais. Est-ce que tu as des questions<br />

à leur poser », c’est par ces paroles que Jean-<br />

Claude Rousseau a intéressé les petits Maliens à son<br />

projet.<br />

Côté français, les enfants se sont vite sentis concernés<br />

par les témoignages forts, poignants parfois, nés de ces<br />

rencontres. Eux aussi ont libéré leur parole, ont<br />

raconté leur vie, leurs espoirs. Eux qui vivent avec<br />

l’eau, l’électricité, la télévision, internet…<br />

Et Pan!<br />

À partir de ces témoignages filmés en vidéo, Jean-<br />

Claude Rousseau a créé Pan, personnage virtuel qui,<br />

échappé d’un jeu vidéo futuriste, se charge de rétablir<br />

la liaison entre les enfants et met en mémoire leurs<br />

paroles, constatant rapidement les différences de condi-<br />

Photo J.-M. Hodin<br />

Le peintre Jean-Marie Hodin<br />

sort très peu, sauf pour se<br />

rendre sur la plage du<br />

Touquet, source de son inspiration,<br />

et travaille exclusi-<br />

tions de vie, dénonçant le gaspillage des énergies et<br />

tâchant de maintenir les enfants en contact pour créer<br />

ensemble un monde meilleur. Un personnage de fiction<br />

qui, au-delà de mettre en évidence les attraits et les<br />

dangers d’internet, du réel et du virtuel, amène les<br />

jeunes à réfléchir sur les différences culturelles et de<br />

modes de vie, les motivations de l’émigration, les rapports<br />

entre pays du nord et du sud, le partage des ressources…<br />

Le spectacle a déjà suscité l’enthousiasme au Mali, où<br />

il a été joué plusieurs fois, et dans le Pas-de-Calais, à<br />

Pernes-en-Artois, dans des espaces accueillant entre 60<br />

et 100 personnes (ce sera le cas ce lundi 12 juillet pour<br />

deux représentations, à la salle polyvalente de Frévent,<br />

à la demande de la communauté de communes). « Pour<br />

cette prestation bénéficiant de l’aide à la diffusion du<br />

conseil général, nous arrivons avec tout le dispositif<br />

multimédia nécessaire » poursuit le directeur des<br />

Héritiers qui compte bien présenter Un et mille enfants<br />

à un public varié, et surtout dans les collèges du département<br />

dès la rentrée de septembre. La compagnie lance<br />

à cet effet « La plume et l’image », un concours de<br />

monologues proposant aux enseignants d’organiser des<br />

rencontres-débats utilisant la pièce comme support de<br />

réflexion. « Les classes gagnantes bénéficieront d’une<br />

intervention gratuite pour aider les élèves à jouer leur<br />

monologue face à la caméra » insiste Jean-Claude<br />

Rousseau.<br />

Bernard Queste<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010<br />

La compagnie est basée au Ponchel<br />

« Un et mille enfants »,<br />

la nouvelle aventure humaine des Héritiers<br />

vement chez lui. Il n’en est<br />

pas moins très connu sur la<br />

Côte d’Opale où il a exposé à<br />

maintes reprises. Cet artiste<br />

de 57 ans a produit plus de<br />

Compagnie Les Héritiers, La Ferme du Ponchel,<br />

5 rue de Vitz, au Ponchel, 03 21 47 00 22<br />

06 60 67 00 22<br />

contact@lesheritiers.fr - www.lesheritiers.fr<br />

3 000 œuvres en près de 40<br />

ans de pratique et participé<br />

à plus de 280 expos en<br />

France. Plus rarement à<br />

l’étranger même si beaucoup<br />

de ses toiles trônent dans des<br />

lieux aussi prestigieux que<br />

Le Century Paramount à<br />

New-York, la Banca di Roma<br />

en Italie, l’opéra de Sydney<br />

en Australie… et au sein de<br />

nombreuses collections privées<br />

à travers le monde. Cet<br />

été, dans sa commune où il<br />

n’a pas exposé depuis longtemps,<br />

il présente une quarantaine<br />

d’œuvres récentes<br />

sur le thème « Au fil du<br />

temps ». Le temps, une<br />

notion que cet insomniaque<br />

29<br />

Formation gratuite pour les habitants<br />

Dans le cadre d’un projet financé par le Fonds social<br />

européen, la Ferme du Ponchel invite les habitants<br />

du Pas-de-Calais, motivés pour vivre une aventure<br />

culturelle en milieu rural, à participer à une session<br />

de formation dirigée par Jean-Claude Rousseau, du<br />

23 au 25 août. Pour ce stage entièrement gratuit et<br />

ouvert à tous, le programme comportera des exercices<br />

de théâtre, du travail devant la caméra, l’interprétation<br />

et l’écriture de récits de vie.<br />

Hodin au Palais de l’Europe du Touquet<br />

avoue perdre quand il peint,<br />

la nuit, ses créations dont les<br />

amateurs apprécient les<br />

formes géométriques, excentriques<br />

souvent, le bleu<br />

omniprésent, la finesse du<br />

trait… pour un voyage dans<br />

l’imaginaire d’un esprit<br />

Pour les candidatures et renseignements,<br />

s’adresser à La Ferme du Ponchel, 5 rue de Vitz,<br />

62390 Le Ponchel, Tél. 03 21 47 00 22,<br />

courriel: ferme.du.ponchel@wanadoo.fr<br />

inventif pour qui « l’art c’est<br />

la vie ».<br />

Du 10 au 18 juillet, au<br />

Palais de l’Europe du<br />

Touquet (10 h à 12 h,<br />

14 h 30 à 19 h).<br />

Voir aussi sur www.echo62.com<br />

Photo J.-C. Rousseau


30<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 Écoute-voir<br />

Livres…<br />

JACQUES-YVES MULLIEZ<br />

Ma Guerre secrète<br />

Résistance,<br />

pétainisme et<br />

presse clandestine<br />

Jacques-Yves<br />

Mulliez est né en<br />

1917. Quand la<br />

guerre éclate, il a<br />

vingt-trois ans.<br />

Officier de chasseurs<br />

alpins, il<br />

combat en Norvège et en<br />

France. Après la débâcle, il<br />

rejoint Vichy où il reçoit une<br />

formation d’agent de renseignements<br />

et travaille dans la<br />

clandestinité pour le compte<br />

des Alliés. Dans Lille<br />

occupée, Jacques-Yves Mulliez<br />

fonde un des premiers<br />

journaux clandestins, Les<br />

Petites Ailes, qui est aussi un<br />

réseau de renseignements.<br />

Échappant de justesse à l’arrestation,<br />

il œuvre pour la<br />

résistance à Lyon, en<br />

Dordogne, puis dans les<br />

maquis de Savoie. Plus anecdotique,<br />

il participera aussi à<br />

la création des Compagnons<br />

de la chanson ! Au soir de sa<br />

vie, l’auteur raconte son<br />

étonnant parcours et<br />

démontre à sa façon que<br />

chacun peut être maître de<br />

son destin.<br />

Préface de J. Duquesne, Éditions<br />

Les Lumières de Lille, prix 20 €<br />

ISBN 978-2-9524305-7-9<br />

THIERRY BUTZBACH,<br />

MORGAN RAILANE<br />

Qui veut<br />

tuer la dentelle<br />

de Calais ?<br />

Voilà la question à<br />

laquelle veulent<br />

répondre les auteurs<br />

journalistes qui ont mené<br />

une enquête fouillée sur<br />

les « dessous de » la dentelle<br />

de Calais. Au-delà de<br />

cette image facile, on y<br />

apprend pourquoi la profession<br />

n’a pas réussi à faire<br />

cause commune pour défendre<br />

une industrie et un savoirfaire<br />

menacé par la concurrence<br />

asiatique. Corporatisme,<br />

erreur stratégique, manque de<br />

concertation, chacun a sa part<br />

et il y va de la survie des « artisans<br />

ingénieux » de Calais et<br />

d’une industrie à la croisée<br />

d’enjeux historiques, commerciaux<br />

et esthétiques.<br />

Éditions Les Lumières de Lille,<br />

prix 15 €<br />

ISBN 978-2-9524305-8-6<br />

CHRISTIAN COGNEAUX,<br />

BERNARD GAMBIER<br />

Plantes des haies<br />

champêtres<br />

Dans une haie on trouve: 10 à<br />

20 types d’oiseaux, 10<br />

à 20 espèces de mammifères,<br />

10 à 20<br />

variétés d’arbres et<br />

d’arbustes, plusieurs<br />

centaines d’insectes,<br />

plusieurs dizaines de<br />

pollinisateurs, 600<br />

espèces végétales, 40<br />

à 60 espèces d’araignées,<br />

10 à 20<br />

espèces de reptiles. Cette<br />

science de l’arbre et de la<br />

terre, que le paysan d’autrefois<br />

pratiquait au quotidien,<br />

a failli disparaître.<br />

Aujourd’hui, nous réapprenons,<br />

nous redécouvrons la<br />

valeur et les contributions<br />

des arbres et principalement<br />

des haies champêtres, essentielles<br />

à l’équilibre de nos campagnes<br />

cultivées. Enjeu de<br />

taille alors que l’actualité nous<br />

rappelle trop souvent à<br />

l’ordre : inondations, pollutions,<br />

sécheresses, tempêtes,<br />

érosion, appauvrissement du<br />

sol, de la biodiversité, de nos<br />

paysages. 204 plantes et 484<br />

photos pour tout savoir des<br />

arbres et arbustes, plantes<br />

grimpantes et plantes herbacées<br />

qui composent nos haies<br />

champêtres ; sur les régles<br />

générales de plantation et de<br />

vie d’une haie…<br />

Édition le Rouergue, prix : 35 €<br />

ISBN 978-2-8126-0033-3<br />

JACQUES TALLOTE<br />

Alberg<br />

Qui était donc<br />

cet Alberg<br />

débarqué un<br />

jour d’Argentine,<br />

et installé<br />

comme<br />

chapelier à<br />

Besançon?<br />

En partant,<br />

il a oublié ses<br />

carnets: dix épais agendas de<br />

commerce in-octavo recouverts<br />

de toile noire, dix ans de<br />

vie. Des carnets remplis de<br />

poèmes et d’aphorismes qui<br />

bouleversent la vie de ceux qui<br />

les lisent.<br />

La table ronde, prix 16 €<br />

ISBN 978-2-7103-3163-6<br />

LUC CHALAVAINE<br />

J’ai aimé<br />

sans lendemain<br />

D’un côté un amour passionné<br />

entre Lise et Ludovic ;<br />

de l’autre Olivia et son père,<br />

suicidé de trop peu<br />

Rubrique tenue par Jean-Yves Vincent<br />

d’amour… et entre, le<br />

monde de tous les jours,<br />

avec ses bonheurs, ses saccages,<br />

ses égoïsmes… et le<br />

travail et la vie. De quoi<br />

tisser des discussions à<br />

grosses mailles ou plus<br />

intimes au plaisir de l’auteur.<br />

Éditions Baudelaire, prix 18,50 €<br />

ISBN 978-2-35508-398-3<br />

JOSÉPHINE NOWORYTA<br />

La santé,<br />

notre capital<br />

Les soustitres<br />

de ce<br />

livre résument<br />

son<br />

contenu:<br />

« chronique<br />

des temps<br />

malades et<br />

de la révolution<br />

blanche »,<br />

« paroles d’une infirmière<br />

hospitalière sur la santé et<br />

son évolution ». L’auteur est<br />

du métier et sait de quoi elle<br />

parle. L’ouvrage fourmille<br />

d’anecdotes sur la vie quotidienne<br />

à l’hôpital et rend<br />

justice aux soignantes de<br />

l’ombre que sont les infirmières<br />

et les aides soignantes.<br />

Prescriptions du cœur, sourire<br />

et compassion aident beaucoup<br />

à la guérison! L’ouvrage<br />

dénonce aussi les incohérences<br />

des politiques de soin et met<br />

chacun en face de ses responsabilités:<br />

la santé est un<br />

capital précieux!<br />

Au Furet ou chez l’auteur,<br />

18 place de la République, appt<br />

12, 62300 Lens,<br />

prix 15 € + 3 € port,<br />

au profit de l’association<br />

« Un espoir pour Mélanie ».<br />

ALAIN LOTTIN<br />

Chronique mémorial<br />

des choses<br />

mémorables<br />

par moy Pierre-<br />

Ignace Chavatte<br />

(1657-1693)<br />

De 1657 à 1693,<br />

Pierre Ignace<br />

Chavatte, un<br />

humble tisserand<br />

lillois habitant<br />

le quartier<br />

populaire Saint-<br />

Sauveur tient<br />

chronique faisant<br />

ainsi de ce<br />

récit de vie du<br />

« pauvre peuple »<br />

un témoignage rare, conservé<br />

à la BNF. C’est ce texte,<br />

savamment annoté par l’historien<br />

Alain Lottin qui est désormais<br />

publié. Pierre-Ignace<br />

JEAN-LUC LÉCAILLÉ<br />

Souvenirs d’enfance<br />

Les cahiers de Lécaillé! Ce titre<br />

n’aurait pas surpris ceux qui ont<br />

déjà dévoré ce bouquin tout rouge.<br />

Rouge vif, comme les joues d’un<br />

enfant qu’on surprend en train de<br />

faire une grosse bêtise. Le poète<br />

« parodieur et citationneur »<br />

d’Achicourt a sans conteste beaucoup<br />

pensé à ses cahiers d’écolier,<br />

petites marges et grands carreaux,<br />

en dévoilant ces trois<br />

cents pages de souvenirs. Les cahiers<br />

d’écolier et les cahiers plus intimes où l’encre fige les premiers<br />

émois amoureux, fixe les sentiments familiaux.<br />

Pour l’éternité. Jean-Luc Lécaillé écrit en laissant une<br />

grande liberté aux mots et toutes ces lignes détaillant une<br />

enfance heureuse entre la maison, la nature, l’école, les<br />

copains, sont très animées. On mord à l’hameçon. On se<br />

surprend à lire à voix haute les beaux chapitres consacrés<br />

aux leçons du maître. Un Luchini se régalerait sur<br />

scène avec le subjonctif et le passé simple. Quelques critiqueurs<br />

assermentés mettront le doigt sur une nostalgie<br />

qui a tendance à s’écailler… Lécaillé, Becker (le réalisateur)<br />

même combat! Petits bobos, jeux interdits, baudets<br />

d’Achicourt, vin de messe, Zitrone et de Gaulle: ce « premier<br />

roman » fait du bien. Un excellent émissaire dans<br />

cette perpétuelle « guerre des boutons » à laquelle se<br />

livrent les adultes et les enfants qu’ils furent.<br />

Chr. D.<br />

ISBN 2-9508804-6-0<br />

Epi 66 bis rue Pasteur 62217 Achicourt<br />

Chavatte, époux et père de<br />

sages-femmes, entend gagner<br />

sa vie honnêtement et peste<br />

contre les « bradeurs de<br />

métier » qui n’ont que le profit<br />

à l’esprit. Joyeux compagnon,<br />

Chavatte aime les fêtes, boire<br />

dans les tavernes, se retrouver<br />

avec ses amis jardiniers, mais<br />

il est aussi certain, que de<br />

passage sur terre,<br />

l’homme doit assurer son<br />

salut éternel! Il rêvait<br />

d’atteindre le siècle, mais<br />

la crise de 1693 l’emporte.<br />

Un livre érudit.<br />

Commission royale d’histoire,<br />

palais des académies,<br />

rue Ducale 1, B-1000 Bruxelles<br />

prix 48 € + 5,16 € de port<br />

Tél. + 32 25 50 22 06<br />

GÉRARD ANSALONI<br />

Le Forfaire<br />

Ludique et curieuse,<br />

entre ancien et nouveau<br />

français, la<br />

langue du Forfaire<br />

déroute mais le tempo<br />

trouvé, le lecteur<br />

débute la promenade<br />

et partage avec l’auteur<br />

le deuxième volet<br />

de ses Humanités poétiques.<br />

L’histoire d’un blouson,<br />

la genèse d’un poème… chaque<br />

histoire est l’occasion d’une<br />

extravagante balade dans la littérature<br />

ou la musique, de<br />

Lamartine à Brassens, de<br />

Villon à Malher.<br />

Disponible sur manuscrit.com<br />

et sur les librairies en ligne.<br />

ISBN 978-2-304-03218-5,<br />

prix 17,90 €<br />

CHRISTIAN LAX<br />

Pain d’alouette<br />

20 avril 1919:<br />

« Tétanisés par le<br />

froid et par les<br />

retrouvailles<br />

avec les champs<br />

de bataille<br />

dévastés par<br />

l’artillerie, les<br />

cent trente cyclistes<br />

qui ont pris le départ à Paris,<br />

sont restés bien groupés jusqu’à<br />

quarante-trois kilomètres de<br />

Roubaix »… Et la France<br />

retrouve sa grandeur avec la<br />

victoire d’Henri Pélissier dans<br />

l’enfer du Nord… Mais dans les<br />

orphelinats, au fond de la mine,<br />

la guerre a laissé des traces. Sur<br />

fond de lutte des classes, de culture<br />

ouvrière et passion du<br />

vélo, Christian Lax, auteur et<br />

dessinateur, a livré un petit<br />

bijou de 70 pages pour nous<br />

conter le parcours de Camille<br />

dans son désir d’adopter Reine,<br />

la fille d’Amédée, son copain<br />

coureur cycliste tué sur le<br />

front. P. V-C<br />

Editions Futuropolis, prix 16 €<br />

ISBN 978-2-7548-0306-9


Écoute-voir<br />

BENOÎT<br />

DEQUEVAUVILLER,<br />

Deux saisons<br />

en enfer<br />

Mai 2007, le Racing<br />

club de Lens rate<br />

d’un point la qualification<br />

en ligue des<br />

champions. Douze<br />

mois plus tard, le<br />

club de football<br />

emblématique du bassin<br />

minier est relégué en<br />

deuxième division. De l’épisode<br />

comico-tragique Guy<br />

Roux à la remontée parmi<br />

l’élite, en passant par l’échec<br />

annoncé de la collaboration<br />

Papin-Leclercq, Benoît Dequevauviller,<br />

journaliste de<br />

sport spécialiste du RCL, nous<br />

livre son analyse de l’intérieur<br />

d’un sombre épisode de l’histoire<br />

du club. A. Top<br />

Les lumières de Lille,<br />

ISBN 978-2-9524305-5-5<br />

prix 20 €<br />

JEAN-YVES<br />

GRÉGOIRE<br />

La Via<br />

Francigena<br />

Itinéraire de<br />

pèlerinage de<br />

Canterbury à<br />

Rome, la Via<br />

20 €<br />

+ 3,20 €<br />

de frais de port<br />

84 p. – format : 210 x 285 mm<br />

Nombreuses photos et docs N&B<br />

156 p. – format : 240 x 260 mm<br />

Couverture cartonnée, nombreuses photos<br />

22 €<br />

+ 4 €<br />

de frais de port<br />

.... ex. de À l’école<br />

du siècle dernier<br />

.... ex. de Fêtes<br />

le Pas-de-Calais<br />

Également<br />

en vente en librairie<br />

et maison<br />

de la presse<br />

Francigena est de<br />

plus en plus<br />

convoitée par les<br />

marcheurs et les<br />

cyclistes. Dans un<br />

bel ouvrage<br />

agréablement<br />

illustré, Jean-<br />

Yves Grégoire<br />

nous livre ses<br />

impressions avant de tenter<br />

l’aventure. Evoquant Sigéric<br />

qui emprunta la Via<br />

Francigena<br />

en 990, il<br />

donne les<br />

noms des villes<br />

du Pas-de-<br />

Calais que<br />

l’évêque a mentionnées<br />

(Arras, Bruay,<br />

Thérouanne, Guînes et<br />

Sombre). Ne cherchant pas à<br />

affirmer un improbable itinéraire<br />

historique, il<br />

décrit celui qu’il<br />

faut conseiller aux<br />

cyclistes, en attendant<br />

le balisage<br />

pour les marcheurs.<br />

P. V.-C.<br />

Editions Ouest-<br />

France, prix 15,90 €<br />

ISBN 978-2-7373-4881-5<br />

16 €<br />

+ 4 €<br />

de frais de port<br />

208 p. – format : 170 x 240 mm<br />

.... ex. de Fred Personne<br />

50 ans de cour à jardin... ma vie d’acteur<br />

192 p. N&B + 8 p. couleur<br />

format : 170 x 235 mm par Alain Lottin<br />

20 €<br />

+ 4 €<br />

de frais de port<br />

.... ex. de La révolte des Gueux<br />

en Flandre, Artois et Hainaut<br />

Chèque à libeller à l’ordre des Échos du Pas-de-Calais:<br />

BP 139 - 5, place Jean-Jaurès – 62194 Lillers cedex<br />

Contact: Élisabeth Colle au 03 21 54 35 75<br />

L’ensemble de notre sélection d’ouvrages sur<br />

www.echo62.com rubrique « boutique »<br />

www.echo62.com<br />

CHRISTINE FLAMENT<br />

En Flandre<br />

« Résidente à la villa<br />

Marguerite-Yourcenar,<br />

Christine Flament a redécouvert<br />

la Flandre de son<br />

enfance et en a réalisé un<br />

portrait coloré qu’elle nous<br />

transmet dans ce carnet de<br />

voyage ».<br />

Au mont Noir, entre le souvenir<br />

de la grande bouteille<br />

de Valstar et<br />

l’affaire du<br />

jour (2 €<br />

pour 18 bonbons),<br />

il y a<br />

les cigares,<br />

les tombes<br />

de la<br />

Grande<br />

Guerre, les blockhaus… Au<br />

hasard de ses passages à<br />

Boeschèpe, Bailleul, Eecke,<br />

etc. chaque aquarelle nous<br />

donne le ton de la Flandre<br />

entre rouge-brique et grisvert,<br />

toujours à la recherche<br />

d’une chaleur de corps et de<br />

cœur que l’on va chercher<br />

dans les estaminets, au café<br />

des orgues ou devant la<br />

baraque à frites. P. V.-C.<br />

Editions Ouest-France,<br />

ISBN 978-2-7373-4892-1<br />

prix 18 €<br />

Offrez un ouvrage de la région<br />

158 p. – format : 170 x 240 mm<br />

+ cahier central de photos<br />

16 €<br />

+ 4 €<br />

de frais de port<br />

.... ex. de Fred Personne<br />

Y’a quelqu’un ? Non, y’a personne !<br />

140 pages<br />

format de poche : 110 x 170 mm<br />

6 €<br />

+ 2,50 €<br />

de frais de port<br />

.... ex. de Tiot père<br />

de Michel Guillon<br />

Nom : Prénom : Code postal :<br />

Adresse : Ville :<br />

Courriel:<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010<br />

112 p. - format : 170 x 240 mm<br />

par Bruno Béthouart<br />

15 €<br />

+ 3,20 €<br />

de frais de port<br />

.... ex. de Joseph Sauty,<br />

la mine et la foi<br />

Je commande les exemplaires repérés ci-dessus pour un total de : ……… €<br />

Résonances,<br />

librairie indépendante<br />

au cœur de l’Artois<br />

Désacraliser le livre et offrir<br />

aux habitants du bassin<br />

minier un pôle d’excellence<br />

littéraire où écrivains, éditeurs<br />

et lecteurs se rencontrent.<br />

Voilà l’objet de<br />

Résonances, la librairie,<br />

implantée dans le centre-ville<br />

d’Avion. Elle est le résultat<br />

d’une réflexion décennale<br />

qui a débuté sous couvert<br />

associatif avec Résonances<br />

culturelles. Pour Augustin<br />

Petit, professeur de littérature<br />

totalement dévoué à la<br />

cause de cette SARL, c’est un<br />

combat, avec en filigrane l’éducation populaire: « La question<br />

du livre a besoin d’être réinvestie. Il est à mes yeux un<br />

enjeu majeur de notre société ». Dans le bâtiment, le livre est<br />

roi. Augustin affectionne le mélange des genres, comme celui<br />

des âges. Le petit plus, les rencontres d’auteurs: Maïssai Bey,<br />

Didier Daeninckx notamment, et, fierté de l’Avionnais pure<br />

souche, la venue de Jean Ristat, légataire universel des écrits<br />

de Louis Aragon. L’ouverture officielle au public se fera le<br />

26 août. En attendant, les curieux peuvent aller jeter un œil,<br />

cet endroit est le leur. A. Top<br />

http://www.resonances-la-librairie.fr<br />

Editions Riffle Nord<br />

224 pages<br />

format de poche : 110 x 170 mm<br />

8 €<br />

+ 2,50 €<br />

de frais de port<br />

.... ex. de Chroniques postumes<br />

de Gilles Warembourg<br />

12 €<br />

+ 3,20 €<br />

de frais de port<br />

Signature<br />

100 p. - format :<br />

150 x 150 mm<br />

Retournez-nous<br />

votre commande<br />

SANS AFFRANCHIR<br />

en précisant<br />

à l’emplacement du timbre<br />

“libre réponse<br />

n o 90109”<br />

.... ex. de l’oiseau<br />

dans la nature<br />

270 pages<br />

format de poche : 110 x 170 mm<br />

9 €<br />

+ 2,50 €<br />

de frais de port<br />

.... ex. de Farandole<br />

de Dirck Degraeve<br />

Conformément à la loi “Informatique et Libertés” du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification<br />

aux données personnelles vous concernant. Par notre intermédiaire, vous pouvez recevoir des propositions<br />

d’au-tres sociétés. Si vous ne le souhaitez pas, il vous suffit de nous écrire en nous indiquant vos nom,<br />

prénom et adresse.<br />

31<br />

L ’Écho de juin – n o 110


32 L’Écho du Pas-de-Calais n agenda<br />

o110 – Juillet-août 2010<br />

Pour l’Agenda de L’Écho no 111 de septembre<br />

(manifestations du 11 septembre au 8 octobre)<br />

envoyez vos infos avant le…Date<br />

expos,<br />

salons…<br />

Aire-sur-la-Lys<br />

Jusqu’au 29 août, galerie du<br />

Bailliage D’ici et d’ailleurs,<br />

photos de Barbara Delepouve.<br />

Rens. 03 21 39 65 66<br />

Annezin<br />

Du 4 au 12 sept, 14 h-18 h,<br />

salle Roquelaure, Septembre<br />

1944, Annezin se souvient.<br />

Ardres<br />

Du 20 au 25 juillet, chapelle<br />

des Carmes, Des visages… et<br />

moi, peintures contemporaines<br />

de J. M. Frazer. 10 h-12 h et 15 h<br />

-18 h.<br />

Arras<br />

Jusqu’au 31 juillet, … MDV<br />

(46 rue Baudimont), installation<br />

de Xavier Géneau.<br />

Rens. 06 12 89 28 07<br />

mdesideri@free.fr<br />

Berck-sur-Mer<br />

D. 22 août, 7 h-18 h, salle<br />

Fiolet, Rencontre des collectionneurs.<br />

Béthune<br />

Du 27 au 29 août, Béthune<br />

rétro.<br />

Boulogne-sur-Mer<br />

Jusqu’au 11 sept, galerie du<br />

Cloître, Matière(s) à rencontre(s),<br />

sculptures de Sylvie<br />

Koechlin, Marc Butti, Jean-<br />

Marc Demarcq et Bruno<br />

Demailly. Juillet-août, du mar<br />

au sam 9 h-12 h et 14 h-17 h<br />

(sept, fermeture à 18 h).<br />

Rens. 03 21 87 73 21<br />

Du 3 au 29 août, tous les jours<br />

10 h-18 h 30, galerie Honvault<br />

(14 rue de Lille), peintures de<br />

Michel Verclytte.<br />

Rens. 03 21 80 44 68<br />

Fin de l’été, Nausicaa, exposition-reportage<br />

Rencontres à<br />

Madagascar pour découvrir ou<br />

redécouvrir les secrets de l’île<br />

de Madagascar et du canal de<br />

Mozambique.<br />

Jusqu’au 6 déc, châteaumusée,<br />

Arrivé à bon port, sur<br />

les traces de la flotte romaine<br />

à Boulogne-sur-Mer.<br />

Rens. service des publics<br />

03 21 10 02 22<br />

Hesdin<br />

Du 5 au 15 août<br />

fêtes du Cochon rose<br />

Expo et concert (le 5), animations<br />

jeunesse (le 6), kermesse (le 7),<br />

brocante (le 8), marché du terroir<br />

et ciné (le 10), randonnée (le 11),<br />

concert (le 12), bars en fête (le 13),<br />

fanfare en ville et bal populaire (le 14).<br />

D. 15 août, 22 h 30,<br />

spectacle pyrotechnique<br />

La plume de Newton avec<br />

la Cie Les Lutins Réfractaires.<br />

Rens. 03 21 86 07 37<br />

office.hesdin@wanadoo.fr<br />

Buire-le-Sec<br />

Du 2 au 15 août, 10 h-12 h et<br />

13 h-18 h, place et salle communale,<br />

exposition de matériels<br />

et véhicules anciens.<br />

Calais<br />

Jusqu’au 7 nov, Cité internationale<br />

de la dentelle et de la<br />

mode, Esprit lingerie. Lingerie<br />

et haute-couture au XX e siècle.<br />

Tous les jours (sauf mar) 10 h-<br />

18 h.<br />

Rens. 03 21 00 42 30<br />

Du 4 août au 15 sept, médiathèque,<br />

Le Fantastique au<br />

cinéma et dans la littérature.<br />

Coquelles<br />

Fin de l’été, Cité Europe (en<br />

partenariat avec Nausicaa)<br />

exposition temporaire<br />

Madagascar, l’île Océan,<br />

photos d’Alexis Rosenfeld.<br />

Desvres<br />

Jusqu’au 3 oct, maison de la<br />

Faïence, Desvres et les lampes<br />

Berger : senteurs et céramiques.<br />

Plus de 130 lampes<br />

signées Gabriel Fourmaintraux<br />

et fabriquées à Desvres entre<br />

1925 et 1936.<br />

Rens. 03 21 83 23 23<br />

Douchy-les-Mines<br />

Jusqu’au 29 sept, galerie de<br />

l’ancienne poste, Rotondifolia<br />

de Bernadette Genée et Alain<br />

Leborgne. Approche artistique<br />

autant qu’anthropologique du<br />

monde des livres. Du lun au<br />

ven 13 h-17 h ; sam, dim et<br />

jours fériés 14 h-18 h.<br />

Rens. 03 27 43 56 50.<br />

crp.contact@orange.fr<br />

Étaples-sur-Mer<br />

Jusqu’au 26 sept, musée<br />

Quentovic, Du cliché au numérique.<br />

Histoire d’une cité de<br />

pêcheurs de 1900 à nos jours.<br />

Rens. 03 21 94 02 47<br />

Jusqu’au 31 juillet, pôle tourisme<br />

Corderie, peintures<br />

d’Annette Hersent. Tous les<br />

jours 10 h-13 h et 14 h-18 h 30.<br />

Rens. 03 21 09 56 94<br />

Du 31 juillet au 15 août, salle<br />

La Corderie, expo sur le thème<br />

du « F » par Anne Gosselin et<br />

Odile Penelle.<br />

Rens. 03 21 89 62 77<br />

Hardelot<br />

Jusqu’au 18 août, galerie<br />

d’art Joël-Dupuis, œuvres<br />

récentes de Gérard Mortier.<br />

Tous les jours pendant vacances<br />

scolaires et hors vacances, les<br />

sam et dim 10 h 30-12 h 30 et<br />

15 h-19 h et sur rdv.<br />

Rens. 03 21 33 65 38<br />

www.galeriedupuis.fr<br />

Hesdin<br />

Du 10 au 25 juillet, salle<br />

Mendès-France, Le Cri : chant<br />

de forces, champ de forces,<br />

acrylique et encre sur papier<br />

d’Odile Galland. Week-end 10 h-<br />

12 h 30 et 14 h-19 h. Semaine<br />

14 h-19 h.<br />

La Madelaine-sous-<br />

Montreuil<br />

Du 18 juillet au 1 er août, 15 h-<br />

19 h, galerie du Marais, art<br />

août<br />

16<br />

AN 2010<br />

limite :<br />

contemporain La nature, quel<br />

cirque ! Animations circassiennes<br />

chaque dim à 15 h avec<br />

Cirq au vent et Lune en bulle.<br />

Lewarde<br />

Jusqu’au 29 août, centre historique<br />

minier, La mine en<br />

œuvre – Dialogues. L’expo<br />

évoque à travers le travail de<br />

photographes, l’image du<br />

mineur, ainsi que ses conditions<br />

de travail et de vie. Tous les<br />

jours 9 h-19 h 30.<br />

Rens. 03 27 95 82 82<br />

www.chm-lewarde.com<br />

Le Touquet<br />

Jusqu’au 15 sept, tous les<br />

jours à partir de 10 h 30, restaurant<br />

Le Chalut (7 bd du Dr Pouget), peintures de<br />

Géraldine Pawletta, dit Paw<br />

(entrée libre).<br />

Rens. 06 80 72 33 22<br />

www.vartactuel.com<br />

Du 10 au 18 juillet, 10 h-12 h<br />

et 14 h 30 - 19 h, Palais de<br />

l’Europe, peintures de Jean-<br />

Marie Hodin, sur le thème Au<br />

fil du temps.<br />

Du 10 juillet au 3 oct, musée,<br />

Portraits de célébrités, d’hier à<br />

aujourd’hui, collection Édouard<br />

Champion et Studio<br />

Harcourt. Portraits de célébrités,<br />

photographies des studios,<br />

éclairagistes, séances de<br />

maquillage, journaux de<br />

l’époque,… Tous les jours (sauf<br />

mar) juillet-août 10 h-12 h 30<br />

et 14 h-18 h 30 (sept-oct 10 h-<br />

12 h et 14 h-18 h).<br />

Rens. 03 21 05 62 62<br />

Marquise<br />

Du 31 juillet au 15 août, château<br />

Mollack, salon d’été de la<br />

Palette Outreloise. Pastel,<br />

huile, aquarelle, figurines<br />

métalliques et œufs peints.<br />

Tous les jours 14 h-19 h. Les 1 er ,<br />

8 et 15 août 10 h-19 h.<br />

Montreuil-sur-Mer<br />

Jusqu’au 11 juillet, 14 h-18 h,<br />

Hôtel Acary de la Rivière, Les<br />

arts philanthropes, peintures et<br />

sculptures.<br />

Jusqu’au 30 sept, 10 h-12 h et<br />

14 h-18 h, chapelle Saint-<br />

Nicolas, Le Christ dans l’art<br />

sacré du Pas-de-Calais.<br />

Rens. 03 21 06 01 33<br />

Saint-Omer<br />

Jusqu’au 10 juillet, galerie<br />

Nicolas-Cheval (6 rue des<br />

Tribunaux), Jean-Luc Lootvoet.<br />

Ouvert les jeu, ven, sam 16 h-<br />

19 h et sur rdv.<br />

Rens. 03 21 88 51 14<br />

www.galerie-nicolascheval.com<br />

Jusqu’au 18 juillet, Le<br />

Cabaret (33 place de la Ghière),<br />

peintures de Takato Dazin.<br />

Ouvert en sem (sauf mer) à 17 h<br />

et les sam et dim à 11 h.<br />

Rens. 03 21 95 96 56<br />

Du 31 juillet au 8 sept, office<br />

de tourisme, En marges :<br />

regards sur la sculpture dans le<br />

Pays de Saint-Omer. Dans l’édifice<br />

religieux, la sculpture ne se<br />

cantonne pas aux parties les<br />

plus visibles, la fantaisie des<br />

sculpteurs était à l’œuvre<br />

jusque dans les moindres<br />

recoins. C’est sur cette sculpture,<br />

improprement qualifiée<br />

de secondaire, que se sont penchés<br />

Christine Vauchel et Carl<br />

Peterolff.<br />

Rens. 03 21 88 89 23<br />

arthistoire@ville-saint-omer.fr<br />

Saint-Pol-sur-Ternoise<br />

Jusqu’au 21 juillet, musée<br />

Bruno-Danvin, peintures de<br />

Victor Malinski. Lun 11 h-13 h,<br />

mer et sam 15 h-18 h, dim 11 h-<br />

12 h 30 et 15 h-18 h.<br />

musique<br />

Territoires en musiques : S.<br />

10 juillet. Ardres, l’ensemble<br />

Musica Nigella. D. 11 juillet.<br />

Boulogne-sur-Mer, aprèsmidi,<br />

concert de musiques<br />

actuelles avec Delbi. V. 16<br />

juillet. Fauquembergues,<br />

déambulations et concert des<br />

machines musicales d’À Travers<br />

Champs. S. 17 juillet. Nesles,<br />

10 h et 14 h 30, Les Imaginaires,<br />

par le Petit Orphéon. J. 22<br />

juillet. Sangatte, 10 h, Les<br />

Imaginaires par le Petit<br />

Orphéon. S. 31 juillet.<br />

Lapugnoy, après-midi, déambulations<br />

et concert des<br />

machines musicales d’À Travers<br />

Champs. S. 28 août. Fruges,<br />

salle Sagot, rock never sleeps.<br />

L’année de toutes les musiques,<br />

http://www.musiques62.fr<br />

Musiques en Jardins.<br />

Concerts de musique classique<br />

dans le jardin de particuliers.<br />

Entrée gratuite. J. 26 août,<br />

18 h 30, clarinette, piano, violoncelle.<br />

Chez J-B et Christine<br />

Goudaliez 82, route de<br />

Roquetoire à Aire-sur-la-Lys.<br />

V. 27 août, 18 h 30, Opus 62,<br />

sextuor à cordes. Chez Jean-<br />

Marie et Brigitte Wynands 118,<br />

rue de Cohem à Wittes. S. 28<br />

août, 18 h 30, Valldemosa, prélude<br />

à Sand et à Chopin par le<br />

Théâtre Octobre. Chez Éric et<br />

Christine Demeure 39, rue du<br />

Bruveau à Aire-sur-la-Lys.<br />

Béthune<br />

S. 4 sept, 14 h30-20 h « Tout<br />

Azimut » fête des jeunes, 12<br />

concerts. Concert de clôture, 21 h-<br />

23 h, stade d’honneur avec le<br />

groupe Superbus (payant).<br />

Corbehem<br />

D. 5 sept, 16 h salle des fêtes,<br />

l’Univers jazz Big Band (direction<br />

Jean-François Durez).<br />

Billetterie sur réserv. en mairie<br />

Rens. 06 73 35 18 04<br />

Étaples-sur-Mer -<br />

Le Touquet<br />

Les 31 juillet et 1 er août, site<br />

du parc du Valigot, festival Rock<br />

en stock. S. 31, 15h35 - 00h35,<br />

The Residents, Wille and The<br />

Bandits, The Crags, Omar<br />

Perry, Ilis, Elmer Food Beat,<br />

Feathers, Sinsemilia, Drunken<br />

Balordi, Eiffel, Têtes2Mule. D.<br />

1 er , 14h55 - 23h20, Sanctuaire,<br />

This is not Hollywood,<br />

Crackmind, When Smoke<br />

Shimmers, Ultra Vomit, Terence<br />

Grandchester, Pigalle, Lys, Le bal<br />

des enragés, Juniper Nova,<br />

Crucified Barbara.<br />

Rens. 06 48 71 38 79<br />

www.rockenstock.org<br />

Du 23 au 29 juillet « Monte<br />

le son », le off du festival Rock<br />

Les Inouïes<br />

Musiques en Artois<br />

Arras. 19 h, hôtel de ville, Les éphémères<br />

les 5, 7, 10 juillet. Les<br />

impromptus les 6, 8, 9 juillet, 19 h. Les<br />

nocturnes les 5, 9 juillet, 22 h. Balades<br />

concertantes dans le Quartier des Arts<br />

S. 10 juillet, Hôtel de Guînes,16 h-19 h.<br />

Wanquetin. D. 11 juillet, église, 15 h 30,<br />

chœur et musique de chambre, le chœur<br />

Kodály. 17 h 30, Quintettes à deux violoncelles,<br />

Boccherini/Schubert.<br />

Arras. Ma. 17 août, 20 h 30, théâtre,<br />

Ivry Gitlis. Me. 18 août, 20 h 30,<br />

théâtre, Influences, Jean-Philippe<br />

Collard-Neven.<br />

Roclincourt. V. 20 août, 19 h, mairie,<br />

rencontre avec Alexandros Markeas.<br />

Présentation de Béla Bartók par<br />

Maxime Joos. 21 h, église, Portraits,<br />

Quatuor Osmose/Serge Bulot.<br />

Agny. S. 21 août, 18 h, salle des fêtes,<br />

L’île au trésor, Vincent Paulet.<br />

Arras. D. 22 août, 9 h, randonnée<br />

musicale (insc. et rens. 03 21 51 34 71).<br />

11 h, musée des Beaux-Arts, Filiation,<br />

Zoltán Kodály/Fabrice Bihan. 17 h 30,<br />

théâtre, Das ist wirklich sehr romantisch,<br />

Schubert/Chopin/Schumann.<br />

Blairville. L. 23 août, 18 h 30, église,<br />

Architectures, Bartók/Markeas. 21 h,<br />

Alle origini della pop music, luth et vièle.<br />

Léchelle. Ma. 24 août, 18 h, grange de<br />

la ferme Trannin, Zapping, Alexandros<br />

Markeas. 20 h 15, La clarinette, causerie<br />

avec Jean-Marc Fessard. 21 h,<br />

Clarinettes, héritage et création.<br />

Agny. Me. 25 août, 18 h 30, salle des<br />

fêtes, Conte africain par les enfants de<br />

l’atelier Merlin 1. 19 h, Scènes ouvertes.<br />

20 h, L’empire Mandingue, Alban<br />

Guyonnet, Sylvie Reynaert + repas traditionnel<br />

(réserv. indispensable).<br />

Achicourt. J. 26 août, 19 h, salle F.-<br />

Mitterrand, Tango Solo, Gustavo<br />

Beytelmann. 21 h, L’Inoui Cabaret,<br />

Donatienne Michel-Dansac.<br />

Anzin-Saint-Aubin. V. 27 août, 18 h<br />

30, salle des fêtes, Jurassic Trip /Le<br />

Carnaval des animaux, Guillaume<br />

Connesson/Jeanne Balibar. 21 h,<br />

Confident, Juliana Steinbach/Jonas<br />

Vitaud.<br />

Dainville. S. 28 août, 16 h, salle polyvalente,<br />

musique de chambre, l’orchestre<br />

des stagiaires du festival. 18 h,<br />

Could you repeat again, please ? Steve<br />

Reich/Marc Mellits/Emmanuel Séjourné/Olivier<br />

Urbano. 21 h, Tango Negro, le<br />

Juan Carlos Caceres Quartet. 23 h, bal<br />

Bœuf Tango.<br />

Abonnement 5 concerts 55 € - 45 €<br />

Abonnement 8 concerts 80 € - 70 €<br />

Pass été 130 € - 120 €<br />

Rens. 03 21 15 32 40<br />

Programme complet sur<br />

www.musiqueenrouelibre.fr<br />

en stock. Longvillers. V. 23,<br />

19 h, Dou Doudoum PA,<br />

Lumber Jack. Merlimont. V.<br />

23, 21 h, Dou Doudoum PA,<br />

Lemons in a rush, Lumber<br />

Jack. Lefaux. S. 24, 19 h, Dou<br />

Doudoum PA, Ilis. Stella-<br />

Plage. S. 24, 21 h, Dou<br />

Doudoum PA, The Residents,<br />

Ilis. Widehem. D. 25, 19 h,<br />

Dou Doudoum PA, Lifelixir. Le<br />

Touquet. D. 25, 21 h, Dou<br />

Doudoum PA, Putas Lovers,<br />

Lifelixir. Tubersent. L. 26, 19 h,<br />

Dou Doudoum PA, When<br />

Smoke Shimmers. Saint-<br />

Cécile. L. 26, 21 h, Dou<br />

Doudoum PA, Sucking Relaxes,<br />

When Smoke Shimmers.<br />

Saint-Aubin. Ma. 27, 19 h,<br />

Dou Doudoum PA, Juniper<br />

Nova. Saint-Josse. Ma. 27, 21 h,<br />

Dou Doudoum PA, Marc<br />

Bolanes, Juniper Nova.<br />

Frencq. Me. 28, 19 h, Dou<br />

Doudoum PA, Drunken<br />

Balordi. Brexent-Enocq. Me.<br />

28, 21 h, Dou Doudoum PA,<br />

Itoh, Drunken Balordi.<br />

Cormont. J. 29, 19 h, Dou<br />

Doudoum PA, Wille and the


Agenda retrouvez d’autres manifestations sur www.echo62.com<br />

On y va ?<br />

Lillers, musique<br />

Les 27, 28 et 29 août, parc du Brûle, fête de la jeunesse.<br />

V. 27, Mass Hysteria. S. 28, Label Rose, Eliot Murphy,<br />

Shakaponk. D. 29, Manu Rêvol, Loredana, Patrick Fiori.<br />

Montreuil-sur-Mer, son et lumière<br />

Les 30 et 31 juillet ; les 1 er , 2, 6, 7, 8 et 9 août, 22 h 30,<br />

citadelle, Les Misérables à Montreuil-sur-Mer. 450 figurants,<br />

cavalerie, pyrotechnie, musiques et danses originales.<br />

Rens. 03 21 06 72 45<br />

Rés. www.lesmiserables-montreuil.com<br />

Bandits. Maresville. J. 29,<br />

Dou Doudoum PA, The Crags,<br />

Wille and the Bandits.<br />

Concerts gratuits.<br />

Rens. 06 48 71 38 79<br />

http://monte-le-son.e-monsite.com<br />

Liévin<br />

Ma. 13 juillet, 17 h, val de<br />

Souchez (route d’Avion),<br />

Festival : Renan Luce, Revolver,<br />

Les Mauvaises Langues, Jef<br />

Kino. Gratuit.<br />

Le Touquet<br />

J. 15 juillet, 20 h 30, église<br />

Sainte-Jeanne-d’Arc, Le New<br />

Gospel Family.<br />

Rens. OT 03 21 06 72 00. Billetterie<br />

www.fnac.com - www.ticketnet.fr<br />

Montreuil-sur-Mer<br />

S. 21 août, 19 h,<br />

Bluesin’(a)out, avec Vincent<br />

Bucher et Tao Ravao (blues<br />

malgache), Marcus Bonfanti<br />

Band (chicago blues), 24 Pesos<br />

and the Killer shark horns<br />

(blues, soul). Expo peinture,<br />

quartet gospel, danse…<br />

Rens. 06 19 17 02 21<br />

Outreau<br />

D. 11 juillet, 17 h, parc du<br />

Mont Soleil, le Moscow State<br />

Wind College Concert<br />

Orchestra (orchestre des<br />

jeunes de Moscou). Gratuit.<br />

Ma. 13 juillet, 20 h, place<br />

Bérégovoy, spectacle folklore<br />

du monde.<br />

Rens. 03 21 80 49 53<br />

Rang-du-Fliers<br />

V. 16 juillet, 20 h 30, salle le<br />

Fliers, le New Gospel Family.<br />

conte<br />

Rens./rés. 03 21 84 23 65<br />

Ardrésis vallée de la Hem<br />

Les 5, 12 et 19 août dès<br />

18 h 30, festival « Contes en<br />

Demeure » et autres réjouissances<br />

…<br />

Rens./rés. 03 21 35 28 51<br />

son et lumière<br />

Saint-Laurent-Blangy<br />

Les 3, 4, 10, 11, 17 et 18<br />

sept, 21 h, Histoires et rêves<br />

d’Artois. Des centaines de figurants<br />

racontent l’histoire de<br />

l’Artois à travers 40 tableaux<br />

vivants, de la Préhistoire à la<br />

Libération.<br />

Rés. conseillée<br />

03 21 51 29 61<br />

www.histoiresetrevesdartois.com<br />

Villers-Châtel<br />

Les 17 et 18 sept, 21 h, son et<br />

lumière pyroscénique « Souvenirs<br />

d’un grand duc » retraçant<br />

600 ans d’histoire du château.<br />

Rens. 06 13 03 07 64<br />

www.grandduc.asso.fr<br />

jeune public<br />

Boulogne-sur-Mer<br />

Les 21 et 22 juillet, châteaumusée,<br />

atelier enfants (plus de<br />

8 ans). Mer. 21, 15 h, visite de<br />

l’exposition « Arrivé à bon<br />

port, sur les traces de la flotte<br />

romaine à Boulogne-sur-Mer »<br />

et jeu. 22, 15 h, atelier d’inscription<br />

sur une tablette de<br />

cire.<br />

Sur rés. 03 21 10 02 22<br />

Bruay-la-Buissière<br />

Les 12, 13, 15 et 16 juillet, et<br />

du 2 au 6 août, 15 h, espace<br />

Wallard, Au fil des contes : Les<br />

Nains de Jardin par la Cie<br />

Microméga. Du 19 au 23<br />

juillet et du 9 au 13 août,<br />

Dans la gueule du Loup. Du 16<br />

au 19 août, Totems et Bisons.<br />

Rens./rés. 06 86 98 68 16<br />

ou 06 12 79 05 49<br />

Houdain<br />

Jusqu’au 9 juillet, 15 h, salle<br />

des expositions, parc d’Olhain,<br />

Au fil des contes, Les Nains de<br />

Jardin par la Cie Microméga.<br />

Rens./rés. 06 86 98 68 16<br />

06 12 79 05 49<br />

Saint-Omer<br />

Les 7, 21 et 28 juillet, L’été<br />

des 6-12 ans : Les métiers<br />

d’antan, de 14 h à 17 h, circuit<br />

sur les pas des anciennes<br />

confréries + ateliers « La<br />

fabrique de draps ». « Façonne<br />

l’argile ». « Les secrets de l’imprimerie<br />

». Rdv au 12 rue<br />

Édouard-Devaux. Sur réserv.<br />

Rens. 03 21 88 89 23<br />

arthistoire@ville-saint-omer.fr<br />

nature,<br />

randonnées<br />

Juillet et août : Balad’en<br />

fermes dans le Pays du<br />

Montreuillois, 14 h-18 h, randonnées<br />

guidées de 6 à 8 km (à<br />

des dates précises). Inscription<br />

souhaitée.<br />

Rens. 03 21 81 98 14<br />

www.ot-hucqueliers.com<br />

Les 24 et 25 juillet, weekend<br />

cyclodécouverte en pays<br />

de Saint-Omer. S. 24, découverte<br />

des vallées du Bléquin et<br />

de l’Aa. Découverte des produits<br />

régionaux et visite d’un<br />

musée. D. 25, histoire de<br />

Saint-Omer, son marais et sa<br />

région. Déjeuner + visite du<br />

marais audomarois. En fin<br />

d’après-midi et le soir, cortège<br />

nautique du Haut Pont.<br />

Rens. 03 21 98 80 53 - 06 10 38 74 94<br />

Courriel : alainlambrecht@gmail.com<br />

site http://st-omercyclo.ifrance.com<br />

Randonnées pédestres avec les<br />

Amis des Sentiers. Guînes. D. 11<br />

juillet, départ 9 h pour 15 km<br />

et/ou 14 h pour 10 km, rdv<br />

maison forestière. Heuringhem.<br />

D. 18 juillet, départ 9 h<br />

pour 15 km et/ou 14 h pour 10<br />

km, rdv parking des landes.<br />

Fressin. D. 25 juillet, départ<br />

9h30 pour 25 km, rdv église.<br />

Mametz. D. 1 er août, départ<br />

9h30 pour 25 km, rdv mairie.<br />

Beaurainville. D. 8 août, départ<br />

9h30 pour 25 km, rdv église.<br />

Ouve-Wirquin. D. 15 août,<br />

départ 9h30 pour 25 km, rdv<br />

église. Bomy. D. 22 août, départ<br />

9h30 pour 25 km, rdv église.<br />

Wailly Beaucamp. D. 29 août,<br />

départ 9h30 pour 25 km, rdv<br />

église.<br />

Rens. 06 70 09 70 85<br />

http://pagesperso-orange.fr/<br />

amisdessentiers/<br />

Les balades de l’Artois. D. 22<br />

août, 10 h 30-12 h, Sur le<br />

chemin du Caribou, rdv devant<br />

la mairie de Monchy-le-Preux.<br />

Rens. Michaël Brunner<br />

au CPIE 03 21 55 92 16<br />

Calendrier et horaires<br />

sur www.cieu.org<br />

Audrehem<br />

V. 16 juillet, randonnée<br />

pédestre semi-nocturne le<br />

Hérisson au départ de la salle<br />

des fêtes dès 18 h 30.<br />

Inscription sur place dès<br />

17 h 45.<br />

Rens. 03 21 35 28 51<br />

ou sur www.ardres-tourisme.fr<br />

Aire-sur-la-Lys<br />

Les Balades découverte accompagnées<br />

: S. 17 juillet, milieu<br />

humide et cressonnières Au fil<br />

de la Lacquette, balade à travers<br />

les marais, à la découverte<br />

des cressonnières et de l’apiculture.<br />

L’après-midi goûter à<br />

base des spécialités airoises.<br />

Départ à 14 h du Bailliage. S.<br />

21 août, Entre ballastières et<br />

canal, découverte des ballas-<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 33<br />

tières, faune, flore, le canal à<br />

grand gabarit. L‘après-midi<br />

goûter à base des spécialités<br />

airoises. Départ à 14 h du<br />

Bailliage.<br />

Rés. obligatoire 03 21 39 65 66<br />

Canton de<br />

Fauquembergues<br />

Randonnées pédestres (10 km),<br />

départ 14 h. Visite ou animation,<br />

goûter campagnard. J. 15<br />

juillet à Thiembronne. J. 29<br />

juillet à Renty. Me. 11 août à<br />

Audinthun. Me. 1 er sept à<br />

Reclinghem. Me. 8 sept à<br />

Avroult.<br />

Randonnées pédestres à la<br />

journée (12 km), départ 9 h.<br />

Repas campagnard et animations<br />

découverte. J. 22 juillet à Merck-<br />

Saint-Liévin, visite de l’église et<br />

du clocher. J. 5 août à Bomy,<br />

visite d’une salle de traite robotisée.<br />

J. 19 août à Erny-Saint-<br />

Julien, balade contée. J. 26 août<br />

à Enquin-les-Mines, présentation<br />

de l’agriculture.<br />

Rés. 03 21 38 38 51<br />

Eleu-dit-Leauwette<br />

D. 12 sept, rando nature.<br />

Parcours VTT 20, 40, 60 km.<br />

Parcours marche 6, 10, 14 km.<br />

Inscription 8 h-9 h 30, complexe<br />

sportif.<br />

Rens. severine.vodila@neuf.fr<br />

Oisy-le-Verger<br />

Me. 14 juillet, randonnée<br />

pédestre 8 et 12 km; circuit VTT<br />

20, 38, 48, 58 km et randonnée<br />

cyclo 40, 60, 80, 93 km. Rdv<br />

école (rue Maurice-Pierrache) à<br />

7 h pour les cyclos et VTT et<br />

8 h 45 pour la marche. Départ<br />

groupé vers 9 h.<br />

Rens. 03 21 59 70 47<br />

ou 03 21 24 75 70 (cyclo)<br />

et 03 21 59 70 47 (marche)<br />

Pays de la Lys romane<br />

Rely. Ma. 13 juillet, dès 21 h 30,<br />

randonnée aux mille feux d’artifice.<br />

Tout public. Burbure. V. 9<br />

juillet, 20h30, église, concert<br />

Goun (gratuit). Liettres. V. 23<br />

juillet, Via Francigena contée,<br />

semi-nocturne. Liettres. V. 27<br />

août, 20h30, église, concert<br />

Goun (gratuit).<br />

Rens. 03 21 54 60 70<br />

s.kalinowski@cc-artois-lys.fr


34<br />

Tardinghen<br />

D. 8 août, rando pédestre des<br />

2 Caps. Départ libre 8 h 30-10 h,<br />

ferme du Châtelet. Circuits 5 ;<br />

10,5 ; 21 et 30 km (départ impératif<br />

à 8 h 30 pour les 30 km).<br />

Rens. 03 21 12 49 33<br />

yveslerouxascai@yahoo.fr<br />

sports<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 agenda<br />

Grande vente<br />

de livres régionalistes<br />

en page 31…<br />

Les Orgues chantent en Pas-de-Calais<br />

jusqu’au 22 août<br />

S. 10 juillet. Wimereux, 17 h l’orgue. 19 h 15, Jean-Michel D. 25 juillet. Béthune, 17 h<br />

église, Laurent Jochum. Bachelet.<br />

église St-Vaast, Jean-Luc Ho.<br />

D. 11 juillet. Béthune, 17 h D. 18 juillet. Boulogne-sur-Mer, D. 1<br />

église St-Vaast, Matthieu 17 h cathédrale, Didier<br />

Magnuszewski et Mai Tanaka. Hennuyer.<br />

D. 11 juillet. Boulogne-sur-Mer, S. 24 juillet. Wimereux, 17 h<br />

17 h cathédrale, Laurent église, Jean-Michel Bachelet.<br />

Jochum.<br />

D. 25 juillet. Boulogne-sur-Mer,<br />

V. 16 juillet. Auxi-le-Château, 17 h cathédrale, Jean-Michel<br />

18 h 45 église, présentation de Bachelet.<br />

er août. Boulogne-sur-Mer,<br />

17 h cathédrale, Gabriel<br />

Chapouilly.<br />

D. 8 août. Béthune, 17 h église<br />

St-Vaast, Anne-Gaëlle Chanon.<br />

D. 22 août. Béthune, 17 h<br />

église St-Vaast, Marie-Odile<br />

Vigreux.<br />

Infos au 03 21 21 47 30 - www.pasdecalais.fr<br />

Arques<br />

S. 4 sept, le T-Raid’X (raid multisports<br />

de nature en orientation)<br />

au départ du gymnase<br />

Arc International. VTT, course<br />

d’orientation, canoë, run&bike,<br />

roller, trail, épreuves surprises.<br />

Ouvert à tous. Trois versions<br />

: élite 85 km. Sport 60 km.<br />

Famille-ado 32 km.<br />

Toutes les infos sur<br />

http://t-raidx.new.fr<br />

ou 03 21 95 66 28<br />

Fressin<br />

S. 21 août, les Foulées fressinoises<br />

Ostwind - Délices des 7<br />

Vallées. 1,1 km ; 2,2 ; 3,3 ; 5,550<br />

et 11,100 km. Ouvertes à tous.<br />

Rens./insc. 03 21 90 63 78<br />

06 82 70 49 99<br />

www.fressin.com<br />

concours<br />

L’association Fruges Art<br />

Rencontres invite les artistes<br />

(peintres, vidéastes, sculpteurs,<br />

photographes, céramistes...) à<br />

participer à la 2 e édition du<br />

Festival des Arts Visuels<br />

« Badinage Artistique » (Fruges<br />

les 29, 30 et 31 oct). Thème : la<br />

musique, un art qui se regarde.<br />

Rens. FAR 03 21 04 87 60<br />

far.fruges@free.fr<br />

far.fruges.free.fr<br />

Campagne d’inscription au salon<br />

international La Première Fois (à<br />

Boulogne-sur-Mer). Disciplines :<br />

peinture, dessin, gravure, sculpture<br />

et photographie.<br />

Demandes de rens. et insc.<br />

à adresser (avant le 16 août)<br />

accompagnées de 5 timbres au :<br />

Salon international La Première fois,<br />

M. Daniel Merlier,<br />

373 route de Saint-Omer,<br />

62280 Saint-Martin-Boulogne.<br />

ateliers<br />

Berck-sur-Mer<br />

Les week-ends des 10/11,<br />

17/18, 24/25, 31 juillet/1er août, les 7/8, 14/15, 21/22,<br />

28/29 août, stages de fabrication<br />

de mobilier en carton.<br />

Insc. et rens. 06 46 61 55 80<br />

www.stammsen.com<br />

Les 17 et 18 juillet, les 14 et<br />

15 août, 10 h-12 h 30 et<br />

14 h 30-17 h, atelier Gisèle<br />

Baillet (12 impasse du Pont de<br />

l’Arche), stage cuisson raku<br />

(émaillage, cuisson, enfumage…).<br />

Rés. 03 21 84 05 27<br />

Saint-Étienne-au-Mont<br />

Juillet, à Aréna, cultivons la<br />

biodiversité : « Carrément<br />

beau, le jardin ! » : V. 9 juillet,<br />

9 h 30-12 h 30, atelier insectes.<br />

14 h 30-17 h 30, atelier oiseaux<br />

(famille, enfants à partir de 8<br />

ans). Me. 21 juillet, 9h30-12 h 30,<br />

atelier épouvantails. 14h30-17 h 30,<br />

atelier fleurs.<br />

Ma. 13 juillet, 9 h 30-12 h et<br />

14 h-16 h 30, « Jardin au<br />

naturel » (famille, enfants à<br />

partir de 8 ans).<br />

Les 7 et 23 juillet, « Cuisine<br />

au naturel » : Me. 7 juillet, 10 h-<br />

12 h et 14 h-16 h, atelier sucré.<br />

V. 23 juillet, 10 h-12 h et 14 h-<br />

16 h, atelier salé (famille,<br />

enfants à partir de 10 ans).<br />

Rens./rés. obligatoire<br />

03 21 10 84 30<br />

divers<br />

Journées découverte de la<br />

pêche et des milieux aquatiques.<br />

Tout public. Me. 13<br />

juillet, ballastières fédérales<br />

d’Aire-sur-la-Lys. L. 19 juillet,<br />

étang du 14-Juillet de Noyellessous-Lens.<br />

L. 9 août, lac<br />

d’Ardres. L. 23 août, étang<br />

fédéral de Plouvain. Nombre<br />

de places limité.<br />

Insc. 1 semaine<br />

avant la tenue<br />

de l’événement,<br />

03 21 01 18 21<br />

ou contact@peche62.fr<br />

Aix-en-Issart et Marant<br />

Les 24 et 25 juillet, à partir<br />

de 18 h 30, <strong>Nuits</strong> féeriques, le<br />

festival des illuminés. Concerts,<br />

spectacles, théâtre.<br />

Rens. Michel Boutillier<br />

06 75 80 42 84<br />

Michèle Brunel<br />

06 70 21 03 50<br />

www.tourisme7vallees.com<br />

Festival<br />

Coups de vents<br />

Du 9 au 14 juillet<br />

Trente concerts, aubades,<br />

parades… dans les rues de<br />

Lens et au Colisée de 11 h à<br />

minuit chaque jour. Final le<br />

14 juillet avec feu d’artifice<br />

musical à 23h30, parking<br />

Bollaert. Une quarantaine de<br />

groupes invités de Russie,<br />

d’Europe, d’Asie dont deux du<br />

Pas-de-Calais (Saint-Omer et<br />

Marquion): Garde Républicaine,<br />

Allen Vizzuti, Potin de<br />

Fanfare, Batucada Pulse,<br />

Banda de Zamora, Orchestre de<br />

Hong Kong, Dynamic’s, Kality<br />

Street, Bagad an Alarc’h, Opus<br />

2 Brass Band, F-451, Kupina,<br />

Guidi Moscou, Chenove…<br />

Du 11 au 14 juillet:<br />

des concerts décentralisés.<br />

Marquise. S. 10 juillet, 19h30,<br />

l’Orchestre national de Russie.<br />

Wimereux. D. 11 juillet, 17 h sur<br />

la digue, le Canterbury Music<br />

Centre Concert Band.<br />

Outreau. D. 11 juillet, 17 h,<br />

l’Orchestre du Collège d’État de<br />

Moscou.<br />

Harnes. Ma. 13 juillet, 18 h,<br />

l’Orchestre du Collège d’État de<br />

Moscou.<br />

Boulogne-sur-Mer. Me. 14 juillet,<br />

19 h, l’Orchestre National de<br />

Russie.<br />

www.coupsdevents.com<br />

www.pasdecalais.fr


L’Écho du Pas-de-Calais no Agenda retrouvez d’autres manifestations sur www.echo62.com 110 35<br />

Anvin<br />

Ma. 13 juillet (dès 14 h) et Me. 14<br />

juillet (dès 10 h) fête médiévale. Camp,<br />

marché, bal avec le groupe Coérémieu<br />

(13 juillet, 22 h), repas médiéval (14<br />

juillet, 13 h).<br />

Rés. mairie 03 21 03 56 72.<br />

Programme sur www.anvin-62134.com<br />

Ardres<br />

En été, visites patrimoine (façades, patrimoine<br />

souterrain, édifices religieux).<br />

Dates et lieux sur<br />

www.ardres-tourisme.fr<br />

D. 11 juillet, 10h-18h, Fêtes de Belle<br />

Roze, danse, musique, géants et carnaval.<br />

Du 10 juillet au 21 août (sauf 14 août),<br />

tous les sam après-midi à 15 h 30 Ardres,<br />

cité historique et militaire. Départ de<br />

l’office de tourisme.<br />

Gratuit sur insc. préalable au 03 21 35 28 51<br />

Arques<br />

Juillet-août, au départ de l’Ascenseur à<br />

bateaux des Fontinettes : promenade en<br />

bateau dans le marais audomarois, tous<br />

les mer à 15 h 30 (sauf 14 juillet). La Voie<br />

du Sable, tous les sam à 15 h (+ possibilité<br />

visite Arc international). Passage de<br />

l’écluse des Fontinettes, tous les dim à<br />

15h30.<br />

Jusqu’au 30 sept, l’Ascenseur à<br />

bateaux des Fontinettes, tous les jours<br />

sans réserv. (sauf groupes) du lun au ven,<br />

10 h-12 h et 14 h-18 h, les sam, dim et<br />

jours fériés 14 h-18 h.<br />

Rés. Maison du tourisme<br />

03 21 88 59 00 ou<br />

tourisme@ville-arques.fr<br />

Azincourt<br />

Du 19 au 25 juillet, festival Les Créatifs.<br />

Ateliers de pratiques artisanales, artistiques…<br />

ateliers bien-être et écologie …<br />

ateliers arts du cirque et du spectacle,<br />

expositions, spectacles,…<br />

http://www.apetitspas.net<br />

D. 25 juillet, 10 h-18 h, fête médiévale :<br />

une journée au XV e siècle. Tournoi de<br />

chevaliers, combats en armure, danses,<br />

marché médiéval, repas médiéval,<br />

bataille.<br />

Rens. 03 21 47 27 53<br />

www.azincourt-medieval.com<br />

Beaurainville et vallées<br />

de la Créquoise<br />

et Embryenne<br />

S. 24 juillet, 19 h, illuminations des vallées,<br />

circuit des sculptures de paille, animations.<br />

Rens. 06 12 10 65 25<br />

Billy-Berclau<br />

J. 5 août, 19 h, cour de l’école J.-Jaurès,<br />

spectacle de marionnettes par la Cie Les<br />

mille et une vies. Tout public.<br />

Bouin-Plumoison<br />

Du 27 au 29 août, musée de l’abeille,<br />

fête du miel. Récolte du miel, marché<br />

des producteurs des 7 vallées, dégustation.<br />

Exposition de matériel apicole,<br />

démonstration.<br />

Boulogne-sur-Mer<br />

Du 9 juillet au 27 août, tous les ven à<br />

22 h, Balades guidées nocturnes. Deux<br />

thèmes : La ville fortifiée au Moyen Âge<br />

les 9 et 23 juillet, 6 et 20 août (rdv<br />

devant hôtel de ville, place Godefroy-de-<br />

Bouillon, 10’ avant le départ). Le château<br />

comtal les 16 et 30 juillet, 13 et<br />

27 août (rdv cour du château-musée,<br />

10’ avant le départ). Forfait « Dîner en<br />

ville fortifiée et balade guidée ».<br />

Rens./rés. OT 03 21 10 88 10<br />

info@tourisme-boulognesurmer.com<br />

Bouquehault<br />

D. 12 sept, 11 h-18 h, fête de l’Âne.<br />

Exposition, balades à dos d’ânes, vente<br />

de produits aniers, métiers d’antan avec<br />

démonstrations...<br />

Rens. assobouko@laposte.net<br />

Buire-le-Sec<br />

D. 25 juillet, la Cité des artisans en fête.<br />

Fêtes artisanales et gastronomiques.<br />

Rens. Cité des Artisans,<br />

M.-Pierre Dammaretz - 03 21 81 83 94<br />

http://www.lacitedesartisans.com<br />

Calais<br />

D. 29 août, Faim d’été, journée artistique,<br />

festive et populaire. 11 h 30-18 h,<br />

1 er rendez-vous place des Fusillés.<br />

Programme disponible le13 juillet<br />

sur www.lechannel.org<br />

Enguinegatte<br />

S. 7 août (14 h-19 h) et D. 8 août (10 h-<br />

19 h, repas médiéval le midi) fête médiévale<br />

Les trois batailles d’Enguinegatte.<br />

Camp médiéval, marchands, artisans,<br />

soldats, voyante, frappeur de monnaie,<br />

conteurs.<br />

Rens. 03 21 41 77 31 - http://valdomer.free.fr<br />

Fressin<br />

Les 23, 24, 25 juillet ; les 6, 7, 8, 13,<br />

14, 15 août, séance à 22 h, représentation<br />

à 22 h 30, vestiges du château, Les<br />

nuits enchantées « Le présage de Dame<br />

Brunehilde ».<br />

Rens. 03 21 86 56 11 - Rés. en ligne sur<br />

http://lesnuitsenchantees.fr/accueil.html<br />

D. 1er août, 11 h-18h30, château en<br />

fête. Théâtre, campements médiévaux,<br />

marché artisanal, animations diverses,<br />

concerts.<br />

Loison-sur-Créquoise<br />

Les 17 et 18 juillet, fête de la groseille.<br />

Pressurage des groseilles rouges, dégustation<br />

du jus frais, marché de fruits<br />

rouges, repas régional, animations.<br />

Rens. 03 21 81 30 85<br />

Maresquel<br />

S. 7 août, jusque minuit, « Nocturnes et<br />

Bougies » aux Jardins d’Evea.<br />

Rens 03 21 81 38 88<br />

www.lesjardinsdevea.fr<br />

Neuville-sous-Montreuil<br />

Jusqu’au 31 août, du jeu au dim à 10h,<br />

14h, 15 h 30 et 17h, visites guidées de la<br />

Chartreuse Notre-Dame des Prés.<br />

www.lachartreusedeneuville.org<br />

Saint-Omer<br />

Juillet-août, du lun au ven, 14 h 30,<br />

Cœur de Ville, rdv office de tourisme.<br />

Juillet-août, chaque sam, 22 h, Balades<br />

nocturnes, rdv portail sud de la cathédrale.<br />

D. 11 juillet, 15 h 30, rallye découverte<br />

Sur la piste des marchands, rdv hôtel de<br />

ville. D. 25 juillet, 15 h 30, visite découverte<br />

Rando’ fortifications (6 km), rdv<br />

devant hôtel de ville.<br />

Rens. 03 21 88 89 23<br />

arthistoire@ville-saint-omer.fr<br />

Souastre<br />

D. 22 août, ferme-auberge, journée de<br />

l’abeille. 12 h 30, repas « produits de la<br />

ruche ». 15 h 30, présentation de la vie<br />

de l’abeille, extraction du miel, dégustation,<br />

confection de bougies…<br />

Sur rés. 03 21 22 69 87<br />

Valhuon<br />

Jusqu’au 16 juillet, dans le village,<br />

exposition d’épouvantails.<br />

Verquigneul<br />

D. 25 juillet, parc de la Loisne, les<br />

Médiévales. Camp et marché médiéval,<br />

journée peintres dans la rue + expo. 19 h<br />

repas médiéval avec animations combats,<br />

cracheurs de feu, etc. 23 h feu d’artifice.<br />

Wissant - Audembert<br />

Les 18 et 19 sept, aérodrome, spectacle<br />

aérien Battle of Britain, dans le cadre du<br />

70 e anniversaire de la bataille<br />

d’Angleterre. 32 avions de la deuxième<br />

guerre mondiale et plus de 350 figurants<br />

en tenue d’époque.<br />

Rens. Association Ambaco - 06 26 36 45 93<br />

Programme complet sur<br />

http://spectacle.aerien.wissant.<br />

audembert.sitew.com


36<br />

L’Écho du Pas-de-Calais n o 110 – Juillet-août 2010 Paysage<br />

«<br />

On raconte à<br />

Bourecq,<br />

qu’un jour un<br />

habitant du village qui revenait<br />

tard dans la nuit et qui<br />

était très fatigué, prit le reflet<br />

À Bourecq et Hurionville<br />

de la lune dans la rivière, la<br />

Nave, pour un fromage. En<br />

cherchant à l’attraper, il<br />

tomba à l’eau d’où le sobriquet<br />

Péqueux d’lune ».<br />

Le sentier de randonnée du<br />

à découvrir le manoir des Sotomayor<br />

Sur le sentier<br />

des Péqueux d’lune<br />

Le manoir des Sotomayor à Hurionville et (en médaillon) le manoir de Bourecq.<br />

même nom est l’occasion de<br />

découvrir un joli coin du Pays<br />

de la Lys romane doté d’un<br />

micro patrimoine particulièrement<br />

intéressant. Au hasard de<br />

la sortie, l’on verra la chapelle<br />

N.-D.-des-Affligés et l’église<br />

Saint-Martin à Lespesses et<br />

surtout deux manoirs aussi différents<br />

l’un de l’autre qu’intéressants.<br />

Celui de Bourecq, au départ<br />

même de la randonnée, est un<br />

exemple rare de maison forte,<br />

daté de la première moitié du<br />

XVI e siècle. Belle originalité, le<br />

soubassement en damier fait de<br />

grès et de silex. L’on remarquera<br />

aussi les pignons à pas de<br />

moineau, la porte cochère qui<br />

ouvre sur un passage charretier<br />

permettant d’accéder à l’arrière<br />

du bâtiment auquel est<br />

accolée une tourelle hexagonale<br />

(ne se visite pas). Selon<br />

Philippe Seydoux, la construction<br />

de ce manoir doit être attribuée<br />

à Jehan de Bournonville<br />

qui est en 1501, seigneur de<br />

Bourecq, des Prets et de<br />

Molinghem, ou à son fils.<br />

À Hurionville, c’est le manoir<br />

des Sotomayor qui mérite le<br />

coup d’œil.<br />

Vraisemblablement construit<br />

en 1560 et habité par une<br />

branche de l’illustre famille<br />

espagnole des Sotomayor, il a<br />

retrouvé grâce aux fonds européens<br />

Leader+, l’aspect qui fut<br />

longtemps le sien jusque dans<br />

les années 1950 notamment la<br />

toiture en poivrière qui coiffait<br />

la tour et qui lui redonne tout<br />

son charme.<br />

Philippe Accart<br />

Les Amphibiens et reptiles<br />

du Nord de la France<br />

En partenariat avec le CPIE du Val d'Authie - Tél. 03 21 04 05 79<br />

La Couleuvre à collier<br />

Où l’observer ?<br />

Marais,<br />

prairies humides,<br />

lisières forestières.<br />

Le sentier de randonnée des<br />

Péqueux d’lune est un sentier<br />

PR labellisé par la FFRP. Départ<br />

de Bourecq. Dépliant et<br />

explicatif disponibles auprès de<br />

l’office de tourisme du Pays de<br />

la Lys romane à Lillers.<br />

Tél. 03 21 25 26 71<br />

Quand l’observer?<br />

De mars à octobre,<br />

de préférence<br />

en avril - mai.<br />

Le saviez-vous ?<br />

Elle fait le mort pour échapper à ses prédateurs.<br />

Ainsi elle se met sur le dos, gueule ouverte<br />

et dégage une odeur de putréfaction.<br />

Illustration: CPIE du Cotentin<br />

Photo Philippe Vincent-Chaissac

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!