Architecture en Chine - Ordre des architectes du Québec (OAQ)

oaq.com

Architecture en Chine - Ordre des architectes du Québec (OAQ)

16 I ART PUBLIC

MILIEU HUMIDE

CROISÉE DES CHEMINS

CORINNE FRÉCHETTE-LESSARD

DÉMANTÈLERA ? DÉMANTÈLERA PAS ? LE SORT DE L’INSTALLATION ARCHITECTURALE MILIEU HUMIDE – AU CŒUR

D’UNE CONTROVERSE ÀL’ÎLE-DES-SŒURS L’AUTOMNE DERNIER – N’EST PAS ENCORE FIXÉ. MAIS MÊME INACHEVÉE,

CETTE HISTOIRE PORTE À LA RÉFLEXION.

Fines tiges translucides animées par le vent,

l’eau, l’humidité et la lumière. Dispositif vivant

dont l’aspect se transforme au gré du jour, de la

nuit et des saisons. Porte d’entrée à l’image des

rives de l’Île-des-Sœurs.

C’est en ces termes évocateurs que l’Atelier in

situ décrit Milieu humide, son projet lauréat

d’un concours pancanadien pour l’aménagement

d’un carrefour giratoire de l’Île-des-Sœurs, dans

l’arrondissement de Verdun, à Montréal. Pourtant,

en septembre dernier, à quelques semaines des

élections municipales, le maire de Verdun,

Claude Trudel, annonçait le démantèlement

prochain de l’installation avant même qu’elle

soit achevée.

C’est que le courant passe difficilement entre

Milieu humide et la population de l’Île-des-Sœurs.

Dès le début des travaux, à l’automne 2008, des

résidants ont manifesté leur mécontentement,

notamment dans Le Magazine Île-des-Sœurs et

sur Facebook (le groupe « Démantelons Milieu

humide et Le carrousel de l’Île», une autre œuvre,

compte 78 membres). Parmi leurs récriminations

: l’œuvre a coûté trop cher, elle nuit à la

visibilité des automobilistes et son esthétique

jure avec le paysage « champêtre ».

Il est vrai que l’installation n’est pas tout à fait au

point. « Milieu humide est une série de systèmes

– systèmes de diodes électroluminescentes, systèmes

solaires, systèmes de brumisation – et il

faut les ajuster. C’est un rodage normal pour un

projet de ce genre », explique Stéphane Pratte,

architecte de l’Atelier in situ et chargé de projet

pour Milieu humide. Il estime que des ajustements

mineurs permettraient aux architectes de résoudre

à peu de frais les problèmes de visibilité, mais

l’arrondissement ne leur a pas laissé la chance de

procéder. À son avis, c’est surtout l’esthétique

qui est en cause : « C’est une installation à

grande échelle, un peu inusitée, avec des couleurs

vives. » On est loin de la fontaine classique.

De son côté, l’arrondissement de Verdun a confié

à un bureau d’ingénierie le mandat d’évaluer les

risques pour la circulation automobile avant de

finaliser sa décision quant à l’avenir de Milieu

MILIEU HUMIDE, ATELIER IN SITU, PHOTO I GABRIEL JONES

More magazines by this user
Similar magazines