Architecture en Chine - Ordre des architectes du Québec (OAQ)

oaq.com

Architecture en Chine - Ordre des architectes du Québec (OAQ)

TRANSPARENCE ET PPP ESQUISSES FÉVRIER-MARS 2010 I 19

FAUSSE NOTE POUR

L’ADRESSE SYMPHONIQUE

HÉLÈNE LEFRANC

LES PROPOSITIONS DES ARCHITECTES DANS CE PROJET OÙ L’ON EXPÉRIMENTAIT LA FORMULE DE PPP MÉRITAIENT,

SELON L’OAQ ET DE NOMBREUX PROFESSIONNELS, UNE ANALYSE RÉTROSPECTIVE. ELLE N’A PU ÊTRE MENÉE,

PUISQU’IL EST IMPOSSIBLE D’OBTENIR LES ESQUISSES.

Depuis mai 2009, moment où l’équipe multidisciplinaire

(le « consortium ») chargée de la

construction de la future salle de l’OSM dans le

quartier des spectacles de Montréal a été connue,

l’Ordre des architectes souhaite obtenir les

esquisses des projets présentés par les finalistes.

Comme il s’agit d’une première expérience

architecturale dans le cadre d’un partenariat publicprivé

(PPP), il aurait en effet été intéressant de

voir quelles propositions de design pouvaient en

émerger puisque, dans ce mode de réalisation,

les rapports entre le maître d’ouvrage, les concepteurs

et le constructeur sont profondément

modifiés. La profession d’architecte doit en effet

se préparer à d’autres projets publics en PPP. Le

cas de la salle de spectacles, qui représente un

investissement de 266 M$, est d’autant plus

pertinent qu’il s’agit d’un équipement culturel

dans un quartier emblématique, au cœur de la

métropole désignée Ville de design par l’UNESCO.

Des représentations menées en juin dernier

auprès du Conseil du trésor, du ministère de la

Culture, des Communications et de la Condition

féminine et du ministère des Finances, n’ont pas

permis d’obtenir ces documents, chacune des

administrations se renvoyant la balle. S’il est

compréhensible que les dossiers d’affaires ayant

mené au choix de l’équipe restent confidentiels,

rien ne devrait s’opposer par contre à la

publication des esquisses. L’Agence des PPP a

d’ailleurs confirmé depuis que la loi ou les

conventions de soumission signées par les

professionnels n’empêchent en rien la diffusion

de ces documents. L’OAQ a donc repris ses

démarches. Précisons qu’afin de comparer ce qui

est comparable, il s’agissait d’avoir accès aux

esquisses présentées au comité chargé de les

évaluer. En effet, le projet finaliste, en cours de

réalisation, a forcément subi des modifications

depuis, comme c’est le cas habituellement pour

ce type de bâtiment. Rappelons également que

d’autres aspects que le concept architectural

sont examinés avant le choix de l’équipe pour

une construction en PPP : solidité financière des

firmes, budgets, délais, services fournis une fois

le bâtiment en service, etc.

ADRESSE SYMPHONIQUE, DIAMOND AND SCHMITT, ÆDIFICA, SOLOTECH ET GALA SYSTEMS

Le ministère de la Culture, des Communications

et de la Condition féminine, à qui appartiennent

les esquisses de l’équipe multidisciplinaire

gagnante (dirigée par SNC-Lavalin et composée

des firmes Diamond and Schmitt Architects et

Ædifica), refuse de divulguer les premières

esquisses, préférant s’en tenir aux images de

l’édifice actuellement en construction. Comme

l’explique Colette Proulx, du service des communications

: « On ne souhaite pas rendre publiques

les esquisses déposées. Les présenter mettrait

l’accent sur l’architecture comme seul critère,

ce qui n’était pas le cas, puisque le processus

prenait en compte d’autres considérations. On

veut éviter que ce soit perçu comme un

concours d’architecture où plusieurs projets sont

en compétition les uns avec les autres. » Voilà

des propos que nous pouvons mettre en relation

avec ceux tenus auparavant par la ministre des

Finances. En effet, Monique Gagnon-Tremblay

avait expliqué publiquement que, dans le cas de

l’OSM, une seule des équipes multidisciplinaires

s’était qualifiée financièrement et que le concept

architectural n’avait donc pas compté. ■

More magazines by this user
Similar magazines