Des auberges des figures

auvergne.tourinsoft.com

Des auberges des figures

Des auberges

des figures


Un jour au cœur d’un village...

... au pied d’un site naturel d’exception ou encore

à la lisière d’une forêt remarquable, une auberge

ouvre ses portes. Une histoire d’hommes, de

femmes et de lieux va alors s’écrire au quotidien

dans un esprit bien particulier empreint de simplicité

et d’authenticité !

Enfants de la région ou nouveaux arrivants,

conquis par la beauté de l’Auvergne « Nouveau

Monde » si généreuse, 20 aubergistes se dévoilent

à travers cet ouvrage.

Installez-vous à leur table conviviale, profitez de

leur carte gourmande, appréciez le calme et

la volupté de leur hébergement… Partagez

intensément la vie des auberges à travers ces

figures si singulières.

Des auberges, des figures

à parcourir absolument…

edito


Des auberges, des figures

11

12

3

2

13

1

10

4

14

15

9

5

16

6

7

19

8

18

20

17

sommaire

1• Auberge du Château 07

2• Auberge de La Hulotte 09

3• Auberge de Fondain 11

4• Auberge de la Moréno 13

5• Auberge de la Forge 15

6• Auberge Au Bon Vieux Temps 17

7• Auberge de Valcivières 19

8• Le Relais du Vermont 21

9• Auberge de Margot 23

10• Gîte des Sagnes 25

11• Auberge du Lac 27

12• Auberge de La Musardière 29

13• Auberge d’Aijean 31

14• Auberge Les Fontilles 33

15• Auberge La Pagnoune 35

16• Auberge de Chanteuges 37

17• Auberge des Pich’s 39

18• La Maison de Julia 41

19• Auberge de Chaponade 43

20• Auberge Les Acacias 45


AUBERGE du château

« En 1999, je suis tombée sous le charme de ce lieu En cuisinière avertie et créative, Bernadette mitonne

unique, chargé d’histoire, dans lequel j’ai développé ses recettes avec passion et générosité.

peu à peu l’Auberge du Château ». Attablée dans Pour faire apprécier ses menus traditionnels,

l’ancienne salle de classe du village, devenue sa elle privilégie depuis toujours le service

salle de restaurant, Bernadette se retourne avec

émotion sur son parcours qui l’a conduite à Saint-

Rémy-de-Blot, sur les hauteurs des Combrailles.

au plat afin que ses convives se sentent

comme chez eux...

« De nature autonome et entreprenante, j’ai toujours Amoureuse de la généreuse nature environnante,

voulu ouvrir mon propre établissement. Passionnée la maîtresse de maison part, panier sous le bras,

par la cuisine, j’en ai fait mon métier pendant plus de récolter les mûres pour réaliser ses confitures et

Bernadette Tixier-Barbat

20 ans à Clermont-Ferrand ».

cueillir des prunes pour ses tartes faites maison.

Des plaisirs sucrés à déguster avant d’autres

Une fois la porte d’entrée franchie, le hall et son

réjouissances, comme la découverte du fabuleux

escalier se dressent majestueusement. Enfants

patrimoine de Château Rocher et sa vue imprenable

et parents ont alors l’impression de pénétrer dans

sur le territoire des Combrailles et les gorges de la

une maison de famille où chacun trouve rapidement

ses repères : de confortables fauteuils et canapés

pour se plonger dans un livre, de grandes tables

Sioule !

pour profiter d’un délicieux repas ou encore

d’anciens pupitres d’écoliers pour dessiner…

« Je voulais garder l’esprit originel de cette

école et, visiblement, les habitués comme

les touristes, apprécient le style. Certains en Bienvenue à l’école buissonnière

profitent même pour revoir les photos de classe

de l’époque exposées dans la salle de restaurant,

espérant reconnaître un aïeul ».

en

• 1999 : ouverture de l’auberge

• 4 chambres | 13 couchages

• 40 couverts

chiffres

Le Bourg y 63440 Saint-Rémy-de-Blot

Tél : 04 73 97 91 95 y bernadette.tixier@wanadoo.fr y www.auberge-du-chateau.com

Je voulais garder l’esprit originel de

cette école...

7


AUBERGE de la hulotte

Grâce à sa situation géographique privilégiée,

l’Auberge de La Hulotte constitue un point de départ

idéal pour pratiquer diverses activités de pleine

nature.

« Nous sommes littéralement amoureuses de notre

territoire et de ses richesses. Notre plaisir consiste

à guider nos hôtes à travers les Combrailles en

fonction de leurs envies. Randonnées pédestres sur

des chemins balisés, balades ombragées en bordure

de rivières, virées nautiques sur les plans d’eau,

visites de châteaux, de villages typiques… tout est à

portée de mains ! ».

Dominique, la maman d’origine bretonne et

auvergnate de coeur, et Gaëlle, cuisinière garante

des recettes transmises par son père qui, lui-même,

les tenait de sa propre mère, forment un beau duo

mère-fille. Leur nid douillet c’est l’Auberge de La

Hulotte, située à Saint-Jacques-d’Ambur dans le

pays des Combrailles, en bordure du Parc naturel

régional des Volcans d’Auvergne. Dans cet écrin de

verdure aux multiples paysages, elles accueillent

tout au long de l’année, amoureux de la nature,

urbains en quête d’authenticité et de calme, visiteurs

devenus amis et voisins.

Depuis 1998, La Hulotte est reconnue comme une

auberge conviviale où les plats régionaux sont

servis avec générosité. On retrouve les inimitables

en

La Pêche y 63230 Saint-Jacques-d’Ambur

Tél : 04 73 87 72 71 y info@aubergedelahulotte.com y www.aubergedelahulotte.com

• 1998 : ouverture de l’auberge

• 4 chambres | 12 couchages

• 35 couverts

truffades, coufidous et tripoux dont Gaëlle garde

précieusement les recettes. Côté sucré, Dominique

prépare de succulentes crêpes « made in Bretagne »

qui ravissent les plus gourmands, au fil des quatre

saisons.

« L’ouverture des quatre chambres en 2007, a perpétué

l’esprit convivial de ce paisible lieu mêlant confort,

authenticité et chaleur humaine ». Dominique et

Gaëlle ne boudent pas leur plaisir : à la fin du séjour,

tout le monde repart heureux, fort de moments

d’échanges inoubliables », soulignent les deux

femmes. Et pour nos deux complices l’aventure

continue « à cheval » puisque l’auberge ouvrira

prochainement un espace d’accueil dédié aux

cavaliers et à leurs montures.

chiffres

« Chez nous, c’est le rendez-vous complicité :

nos convives, parents et enfants, redécouvrent

la lecture et les jeux de sociétés »...

À la fin du séjour, tout le monde

repart heureux fort de moments

d’échanges inoubliables

Dominique Kerhoas

Le bONHeur

À QUATRE MAINS

Gaëlle Sombret

9


AUBERGE de fondain

Sophie a trouvé son bonheur dans une majestueuse

demeure du XIXe siècle dans son écrin de nature.

à l’origine, cette maison bourgeoise appartenait à

Antoine Roussel, inventeur du bleu de Laqueuille… un

argument séduction pour cette cuisinière ! Originaire

de Clermont-Ferrand, elle connaissait déjà bien les

environs du pays où, en sportive accomplie, elle a

parcouru en famille une grande partie des chemins

de randonnées et de VTT.

Une année de travaux sera nécessaire avant que

l’heureuse propriétaire ouvre les portes de son

auberge. « Ce projet a été mûrement réfléchi et

minutieusement préparé. Avec ma mère Danielle,

nous souhaitions concilier tourisme et gastronomie

dans un établissement où la clientèle se sentirait

facilement à son aise ».

Avec un parc arboré

de 5 000 m 2 ,

l’Auberge de Fondain

est une véritable

invitation à la détente

et la sérénité...

en

Fondain y 63820 Laqueuille

Tél : 04 73 22 01 35 y auberge.de.fondain@wanadoo.fr y www.auberge-fondain.com

• 1998 : ouverture de l’auberge

• 6 chambres | 22 couchages

• 30 couverts

« Au retour des randonnées pédestres et des

balades à vélo, nos convives prennent le temps de

se relaxer à l’espace bien-être où, sauna, jacuzzi et

« hot tub » (bain nordique chauffé au bois) sont à leur

entière disposition. Côté jardin, ils apprécient le parc

aménagé et profitent de la tranquillité ambiante ».

Dans ce petit coin de paradis où la beauté du lieu

et le charme de la maîtresse de maison séduisent

à coup sûr, les plats sont tout autant appréciés.

« La clientèle de l’établissement, composée de

personnes en séjour ou de passage, souhaite

découvrir la région et déguster les produits locaux.

C’est donc avec plaisir que je prépare mes recettes,

comme l’incontournable tripoux gratiné au bleu de

Laqueuille ». La cuisine authentique de Sophie servie

dans un décor aussi harmonieux prend alors une

autre dimension !

chiffres

nos convives prennent

le temps de se relaxer à

l’espace bien-être

au cOrDON bLeu

de LAQUEUILLE

Sophie Demossier

11


AUBERGE de la moréno

Véritable îlot de tranquillité pour les amateurs

d’authenticité, l’Auberge de la Moréno est un

établissement où le temps semble suspendu.

à 1 065 mètres d’altitude, à la lisière d’une forêt de

sapins au cœur de la Chaîne des Puys, Alexandra et

Raphaël ont choisi de perpétuer ici la tradition du

casse-croûte dominical et de valoriser les recettes

les plus emblématiques du terroir.

« Avant d’en devenir propriétaires, nous venions

régulièrement dans cette auberge pour retrouver

cette ambiance originale surannée », expliquent-ils.

Pour ce jeune couple, le projet s’est réellement mis

en place en 2001. « Proposer une table gourmande

et généreuse dans une auberge typique où simplicité

et convivialité guideraient l’activité quotidienne

était pour nous un beau challenge professionnel à

relever ».

Depuis 10 ans, toujours à la recherche de nouveautés,

le chef de la Moréno puise dans les étals de produits

frais pour faire évoluer ses menus au gré des quatre

saisons. « Notre ardoise est sans cesse renouvelée.

Nous nous attachons toutefois à cuisiner des plats

traditionnels en harmonie avec le cadre authentique

de l’auberge ».

en

Col de la Moréno y 63122 Saint-Genès-Champanelle

Tél : 04 73 87 16 46 y aubergemoreno@free.fr y www.aubergemoreno.com

• 2001 : reprise de l’auberge

• 8 chambres | 22 couchages

• 40 couverts

Car ces enfants du pays connaissent la valeur d’un

bon repas au détour d’une balade en montagne.

Depuis leur plus tendre enfance, le puy de Dôme

est leur boussole. Ils le savent, « nous sommes

privilégiés de vivre dans un cadre aussi somptueux

et de travailler à quelques kilomètres d’un des

sommets les plus mythiques de France ! ».

chiffres

« Pour nous, il est important de conserver

cette tradition qui a fait la renommée de

l’établissement durant près de 2 siècles »

Avant d’en devenir propriétaires, nous venions

régulièrement dans cette auberge

un sOMMeT

d’authenticité

Raphaël Dubernat

Alexandra Dubernat

13


AUBERGE de la forge

en

chiffres

• 2007 : reprise de l’auberge

• 4 chambres | 10 couchages

• 80 couverts

Tenir une auberge en Auvergne, c’était une évidence

pour Valérie et Eric. Au cours de leurs nombreux

séjours au pays des volcans, ils découvrent la

générosité et la sincérité des habitants de la région.

à l’époque, Éric est chef cuisinier dans le restaurant

familial mais il n’envisage pas de succéder à son

père. Il veut écrire son histoire et retrouver le

goût du contact direct avec les clients. Le déclic a

lieu en 2007 à Glaine-Montaigut, après avoir visité

l’auberge du village.

C’est au cœur de ce petit bourg de caractère de

la Toscane auvergnate que le couple s’installe et

reprend l’établissement. Toutes les conditions sont

réunies pour en faire une table où convivialité et

gastronomie se marient au quotidien. Éric explique :

« ma cuisine, je l’imagine accessible à tous,

elle fait la part belle à la tradition mais

elle est également ouverte à la créativité,

à des associations salées et sucrées assez inédites,

voire exotiques ».

Place de l’Église y 63160 Glaine-Montaigut

Tél : 04 73 73 41 80 y ericguemon@neuf.fr y www.aubergedelaforgeglainemontaigut.com

Curieux de nature, ce berrichon d’origine a fait ses

armes dans des établissements de renom. De ses

premières expériences, ce chef a gardé le goût de

l’audace et de la fantaisie.

« Admiratif des techniques culinaires asiatiques,

j’utilise par exemple la pâte à tempura pour sa

légèreté ou encore les ravioles chinoises pour mon

crousti-fondant au foie gras » souligne-t-il.

D’ailleurs les critiques ne s’y trompent pas. Le Guide

Michelin, le Gault & Millau et le Bottin Gourmand

s’accordent pour saluer la qualité de cette table.

En salle, Valérie accueille ses hôtes dans la bonne

humeur et leur dévoile l’histoire de cette ancienne

forge, place forte du village. Un dessein qui se

poursuit encore aujourd’hui car le couple assure

le dépôt de La Poste et l’ouverture et la fermeture

de l’église du XII

hAUT et foRgE

e siècle qui se dresse devant

l’auberge.

Tenir une auberge en Auvergne, c’était une évidence

La gastronomie

Eric Guemon

Valérie Gaillard

15


AUBERGE Au bon vieux temps

Dès son ouverture en 2001, le ton était donné. En

effet, Stéphane a inauguré l’Auberge Au Bon Vieux

Temps sur les chapeaux de roues, en affichant complet !

Toutes ses chambres avaient été prises d’assaut par

les motards venus en nombre au festival de bikers

à Cunlhat. Ce n’était pas pour déplaire à l’enfant du

pays, lui-même grand amateur de moto. « Avec mon

activité le temps libre se fait rare mais grâce aux

différentes rencontres, je continue à partager cette

passion avec les copains de la région ou les motards

de passage ! Depuis plusieurs années, mon auberge

sert même de siège social à deux associations de

loisirs motorisés ».

Après un séjour de 10 ans en Suisse comme cuisinier,

Stéphane quitte les rives du lac Léman pour retrouver

les douces courbes des monts du Forez. C’est à La

Chapelle-Agnon, dans le village de son enfance et

face au bar tenu par sa mère, qu’il s’installe.

en

• 2001 : ouverture de l’auberge

• 8 chambres | 18 couchages

• 50 couverts

chiffres

Le Bourg y 63590 La Chapelle-Agnon

Tél : 04 73 72 36 51 y la-chapelle-agnon@wanadoo.fr y www.auberge-aubonvieuxtemps.com

Derrière les fourneaux ou en salle, Stéphane est

le digne représentant de l’accueil authentique

et chaleureux si caractéristique à l’Auvergne.

Spécialiste des produits du terroir comme les

escargots et les tripoux, ce chef cuisinier les

accommode à sa guise.

« J’aspirais à un retour aux vraies

valeurs où l’échange et la générosité

guident le quotidien »...

Stéphane a toujours des projets plein la tête pour

son auberge. Bientôt, il ouvrira quatre nouvelles

chambres ainsi qu’un espace détente avec jacuzzi,

hammam et spa dans la dépendance située face

à l’auberge. Plantes aromatiques et médicinales

seront cultivées dans le jardin de curé qui verra

également le jour au centre de ce nouveau lieu.

Qu’on se le dise, à l’Auberge Au Bon Vieux Temps,

le temps passe mais les traditions restent !

Stéphane Taillandier

comme au

boN vieux TEMPS

J’aspirais à un retour

aux vraies valeurs

17


AUBERGE de valcivières

en

chiffres

• 2003 : ouverture de l’auberge

• 3 chambres | 10 couchages


45 couverts

Située dans le Parc naturel régional Livradois-Forez,

au cœur d’un site « Natura 2000 », l’auberge de

Cathy et David constitue un point de départ idéal

pour randonneurs en moyenne montagne.

Au pays des Hautes-Chaumes du Forez, la découverte

des sentiers et des jasseries (fermes d’estive) est un

réel plaisir. Les plus curieux peuvent se rendre à la

jasserie familiale de Cathy à 1 300 mètres d’altitude,

où son père se fait toujours une joie de partager sa

passion de la nature !

Originaire de Valcivières, Cathy est revenue

s’installer dans sa région natale pour ouvrir son

auberge. « Petite, j’adorais courir au milieu des

bruyères au Col des Supeyres, où ma famille

possédait une jasserie », se souvient-elle. Alors,

quand l’opportunité de reprendre l’ancien barrestaurant

réhabilité par la commune s’offre à Cathy

et son mari David, ils décident très rapidement de

franchir le pas ! Avec pour mots d’ordre : l’accueil, la

convivialité et la simplicité !

Le Bourg y 63600 Valcivières

Tél : 04 73 82 94 59 y www.aubergevalcivieres.fr

En cuisine, Cathy fait des merveilles avec les

spécialités du terroir. Fondue à la Fourme d’Ambert,

râpées de pomme de terre ou encore cuisses de

grenouilles sont autant de recettes préparées

exclusivement avec les produits frais du pays.

D’ailleurs, la cuisinière va elle-même choisir les

légumes dans le potager de son père.

« Nous voulons valoriser la cuisine

de terroir du Pays d’Ambert »...

à l’ouverture en 2003, les 230 habitants du village

ne s’y étaient pas trompés. Tous étaient présents

pour leur souhaiter la bienvenue, heureux de voir

revivre cet établissement aux portes et volets clos

durant plus de vingt ans. « Un jour, nous avons

reçu la visite de l’ancienne propriétaire, venue voir

le bâtiment refait à neuf. Elle a tellement apprécié

qu’elle a célébré ses 90 ans ici. Un moment fort ! »

s’enthousiasme encore le couple.

Nous voulons valoriser la cuisine

de terroir du Pays d’Ambert

Le gôut

des AUTRES

David Bouchet

Cathy Bouchet

19


le relais du vermont

Claire et François sont les heureux propriétaires

d’un ancien relais postal des années 1870. Pour ce

jeune couple, l’histoire commence en 2001 lorsqu’il

découvre cet établissement construit en pierres

apparentes. « Après avoir longtemps travaillé dans la

restauration gastronomique en Alsace, nous voulions

changer de rythme pour concilier vie professionnelle

et familiale ». Et c’est au col de Chemintrand que

tous les atouts séduction sont au rendez-vous : vie

au grand air, pratique de l’équitation, goût du simple

et du bon retrouvé en cuisine pour François, le père

de famille… Dès l’ouverture de l’auberge, Claire et

François placent la convivialité et la solidarité au

centre de leur projet, à l’image de l’accueil réservé

par les habitants des environs lors de leur arrivée.

Aujourd’hui, dans la grande pièce à vivre,

randonneurs de passage, tribus familiales, motards

en quête de routes d’exception,

tous retrouvent le goût

des instants d’échanges et

des plaisirs de la table !

Col de Chemintrand y 63600 Baffie

Tél : 04 73 95 34 75 y auberge-vermont@wanadoo.fr y www.relaisduvermont.com

À 1 028 m d’altitude au cœur des monts du Forez,

les convives apprécient la simplicité des délicieux

plats que François fait mijoter plusieurs heures sur le

feu. « En m’installant ici, j’ai retrouvé cette flamme

pour le goût du bon et l’envie de proposer des plats

simples mais hauts en saveurs. Cette cuisine requiert

du temps et de l’attention, c’est exactement ce que

recherchent les personnes séjournant dans notre

établissement ».

Au Relais du Vermont impossible de repartir sans

avoir goûté le succulent pain perdu aux saveurs

d’autrefois, le fromage blanc bio fait à base du

lait d’une ferme voisine ou encore les confitures

maison préparées avec les mûres ramassées par

les jumeaux Lucca et Manon. Dans cette auberge,

les recettes simples et savoureuses sont à déguster

sans retenue !

en

• 2001 : reprise de l’auberge

• 3 chambres | 16 couchages

• 45 couverts

chiffres

En m’installant ici, j’ai retrouvé

cette flamme pour le goût du bon

La flamme

pour le relais

François Pontvianne

Lucca

Claire Caffier

21


AUBERGE de margot

Depuis la terrasse de l’Auberge de Margot, les

convives profitent d’une vue panoramique sur les

monts du Cantal et le massif du Sancy… C’est à

Usson que Sophie et Georges ont trouvé le lieu idéal

pour concilier leur vie professionnelle et le bien être

de leur famille.

En janvier 2001, ce jeune couple apprend qu’une

auberge est en projet dans le village d’Usson, classé

parmi Les Plus Beaux Villages de France.

Six mois plus tard, toute la famille s’installe dans

cette ancienne maison qu’ils ont baptisée « l’Auberge

de Margot » en hommage à la reine éponyme qui fut

emprisonnée dans l’ancienne forteresse du village.

Originaire de la commune, Sophie savoure

particulièrement ce retour aux sources. « Nous

savions que le potentiel serait au rendez-vous mais,

malgré les liens qui nous unissaient aux habitants,

nous devions impérativement faire nos preuves ».

En véritable ambassadeur du goût, Georges se plait

à valoriser des produits locaux, à travers une cuisine

authentique. Il prend son temps pour penser chaque

plat et aime marier sa cuisine avec les produits issus

de son potager.

en

Le Bourg y 63490 Usson

Tél : 04 73 71 97 92 y auberge-de-margot@wanadoo.fr y www.auberge-margot.com

• 2001 : ouverture de l’auberge

• 4 chambres | 12 couchages

• 50 couverts

Dans son auberge, le chef met

particulièrement l’accent sur

la confection des desserts :

« Depuis toujours, la pâtisserie est mon péché mignon.

En quête de recettes savoureuses, je cherche sans

cesse de nouvelles inspirations » confie-t-il.

De son côté, Sophie prend plaisir à partager les

richesses de son magnifique village classé dont

le patrimoine interpelle à chaque coin de ruelle.

Chaleureuse et attentionnée avec ses clients, elle

délivre ses précieux conseils aux touristes en quête

de balades insolites.

chiffres

en véritable ambassadeur

du goût, Georges se plait

à valoriser les

produits locaux

sur LES PAS

de la REINE

MARgoT

Sophie Almeida

Georges Almeida

23


gîte des Sagnes

en

chiffres

• 2006 : reprise de l’auberge

• 3 chambres | 2 dortoirs


19 couchages

Au cœur de La Godivelle, le village le plus haut du

Puy-de-Dôme (1 203 m) mais aussi le moins peuplé

(15 habitants), la famille Frechilla s’est installée

pour concrétiser le projet d’une vie. Sur les hauteurs

des monts du Cézallier, le Gîte des Sagnes reste

une étape incontournable pour se ressourcer et se

reposer avant de (re)partir à la découverte du lac

d’En-Haut et du lac d’En-Bas situés dans un écrin de

nature des plus magiques.

« Nous habitions la banlieue parisienne et souhaitions

recentrer notre activité professionnelle pour lui

donner plus de sens. Le choix de la qualité de vie

combinée à la gestion de notre propre établissement

nous semblait une évidence », explique ce couple

toujours aussi enthousiaste.

Catherine est comptable de formation et passionnée

de cuisine. Philippe, quant à lui amateur de grands

espaces, travaille en tant que cadre dans le secteur

Le Bourg y 63850 La Godivelle

Tél : 04 73 71 92 60 y gds63@wanadoo.fr y www.gitedessagnes.com

informatique. Ils orientent leurs recherches vers

le tourisme vert. Le pas est franchi, en 2006, avec

l’acquisition du Gîte des Sagnes, un établissement

bien connu des randonneurs depuis plusieurs

décennies.

Animé par l’envie de varier les goûts et les plaisirs,

le couple n’hésite pas à suivre un stage consacré à

la valorisation des produits du terroir.

Leur objectif : les remettre au goût du jour en

apportant une fine touche de modernité. Une

démarche vite récompensée car l’auberge est

aujourd’hui réputée pour sa savoureuse brioche de

tomme et son incontournable godiflette, mélange de

viande, de tomme fraîche et de pommes de terre.

« Ici, la tradition perdure.

Elle s’appuie sur de vraies valeurs

comme l’échange et la convivialité...

Nous proposons, entre autres, une déclinaison

d’omelettes qui rencontre un beau succès auprès

des randonneurs et sportifs de passage ».

le choix de la qualité de vie

semblait une évidence

Philippe Frechilla

Catherine Frechilla

au rendez-vous

des DEUx LAcS

25


AUBERGE du lac

« Cet établissement, nous l’avons pensé et façonné

à notre image. Nous voulions marier l’aspect

authentique du lieu avec un agencement et une

décoration moderne. Chaque détail a été réfléchi,

comme ce mur intérieur démonté qui laisse place

maintenant à une cave vitrée ». En effet, au fil des

années, l’auberge poursuit sa mutation pour devenir

un espace où règne aujourd’hui une ambiance

propice à la détente.

En 1992, lorsque Catherine et Eric achètent cette

ancienne ferme à Madic, ils savent déjà qu’elle sera

le cadre parfait pour leurs ambitions futures.

Originaires de la région, ils souhaitent travailler

ensemble et partager leur passion pour ce territoire.

Au démarrage, seule une partie de la bâtisse de

1881 est rénovée pour accueillir un petit restaurant

d’environ 40 couverts. Un départ en douceur idéal

pour Eric, cuisinier et Catherine, ancienne secrétaire

médicale.

Depuis toujours, Eric prend plaisir à cuisiner

les produits locaux comme la viande Salers, les

champignons ou encore les myrtilles la saison venue.

Ce n’est donc pas un hasard si son ris de veau aux

morilles est un pur délice. Dès l’apéritif, le ton est

donné avec les tomates cerises qu’il va cueillir dans

le potager en été.

Le Bourg y 15210 Madic

Tél : 04 71 40 84 39 y auberge-du-lac-madic@orange.fr

en

1992 : ouverture de l’auberge


(uniquement restaurant)

• 5 chambres | 20 couchages

• 50 couverts

« Nous considérons nos hôtes comme des

membres à part entière de notre famille...

... Ils sont ici chez eux ». Cette chaleur humaine, le

couple la revendique haut et fort.

Tout naturellement, ils dévoilent à leurs convives

les richesses de la région et particulièrement celles

du nord Cantal. De leur grande terrasse, « leur

coin secret », offrant une vue exceptionnelle sur la

vallée environnante, les visiteurs en ont déjà un bel

aperçu.

chiffres

Bienvenue

Catherine Serre

chEz voUS

Eric Serre

Cet établissement, nous l’avons pensé

et façonné à notre image

27


auberge de la musardière

en

chiffres

• 2007 : ouverture de l’auberge

• 7 chambres | 19 couchages


58 couverts

à l’ouverture en 2007, l’auberge est métamorphosée

retrouvant ainsi toute l’élégance des maisons

traditionnelles cantaliennes. La Musardière vient

de naître. L’unique trace de sa vie antérieure est

une salle étroite, avec son zinc et ses anciennes

tables de bistrot, où le temps semble être suspendu.

« Le matin, c’est là que les ouvriers viennent partager

une tête de veau, un tripoux ou encore une pièce de

viande », explique, Ludovic, toujours amusé par ce

rituel du casse-croûte.

Côté restaurant, une ambiance de brasserie

parisienne flotte dans l’air.

Décoration cosy, menu du

jour présenté à l’ardoise

et carte faite maison,

Murielle, qui opère derrière les fourneaux, sait faire

apprécier son style de cuisine. « Ris de veau, foie

gras maison, poêlées de cuisses de grenouilles, voici

quelques-uns des plats toujours présents à la carte,

car nos clients en sont friands », précise la maîtresse

Le Bourg y 15130 Giou-de-Mamou

Tél : 04 71 64 03 11 y Mail : info@auberge-musardiere.com y www.auberge-musardiere.com

de maison qui s’est également découvert une passion

pour l’élaboration de savoureux desserts.

Murielle et Ludovic aspiraient à se retrouver

ensemble à la campagne pour gérer une activité à

leur image. à l’époque, tous deux travaillent à Paris

dans leurs entreprises familiales, une charcuterietraiteur

pour elle, dans le secteur du bâtiment pour lui.

« En 2002, nous franchissons le pas en rachetant

cet ancien hôtel-restaurant situé à Giou-de-Mamou

dans le Cantal. Ce choix n’est pas dû au hasard

puisque l’un comme l’autre nous connaissons bien

l’Auvergne. Depuis notre plus tendre enfance, nous

venons passer nos vacances en famille, Murielle,

dans la vallée de l’Ance et Ludovic à proximité

d’Aurillac », précise le couple.

Durant les cinq années de travaux nécessaires à la

rénovation de l’auberge, le couple partage sa vie

entre le rythme trépidant d’une semaine parisienne

et la supervision des travaux dans le Cantal les

week-ends.

Aujourd’hui le résultat est là, à quelques kilomètres

d’Aurillac, il y a une auberge où il fait bon musarder

le temps d’un séjour gourmand !

L’auberge a retrouvé l’élégance

des maisons traditionnelles cantaliennes

Ludovic LaSmartres

L’ AUbERgE

où il fait bon MUSARDER

29


auberge d’aijean

Une destinée inimaginable pour ces deux enfants

d’aubergistes qui s’étaient jurés de ne pas suivre les

traces de leurs aînés. Mais devant la qualité de vie

s’offrant à eux, la tentation sera plus forte.

Une belle histoire de famille est donc à l’origine de

l’Auberge d’Aijean. Commerciaux de métiers, Valérie

et Bruno passaient le plus clair de leur temps sur les

routes du sud-ouest de la France. Quand Valérie

choisit de mettre sa carrière entre parenthèse pour

s’occuper à plein temps de ses enfants Aimé et

Jeanne, la petite famille s’installe à Lavigerie, au pied

du puy Mary, dans le village même où elle a grandi.

Le couple s’emploie alors à rénover la maison de

pierre familiale léguée par les parents de Valérie.

Petit à petit, l’idée de transformer la grange étable

attenante en auberge fait son chemin. Valérie, profite

de ses dernières semaines de congés parental pour

en dessiner les contours.

Après huit mois de travaux, l’établissement ouvre

ses portes en 2006 sur les pentes douces de l’un des

plus vastes édifices volcaniques d’Europe, terrain de

jeu idéal pour les randonneurs et les amateurs de

flore d’exception.

La Gandilhon y 15300 Lavigerie

Tél : 04 71 20 83 43 y info@auberge-puy-mary.com y www.auberge-puy-mary.com

En toute simplicité, Valérie revient sur leur motivation :

« Nous voulions créer un lieu unique

et ouvert où nous pourrions concilier

agréablement vie de famille

et activité professionnelle ».

Pour profiter du puy Mary et de ses environs, la

clientèle s’installe ici en demi-pension. Elle s’y plait !

D’autant plus que Bruno n’a pas son pareil pour

cuisiner les produits du terroir, notamment les viandes

du Cantal qu’il cuit à la perfection.

Au cœur de cette immense cour de récréation, la

famille s’est retrouvée pour le plus grand plaisir des

touristes en quête d’un confort simple et de saveurs

authentiques !

en

• 2006 : ouverture de l’auberge

• 7 chambres | 19 couchages

• 35 couverts

chiffres

la VIe en

pente douce

Valérie Fabre Bruno Fabre

pour profiter du puy Mary et ses environs,

la clientèle s’installe en demi-pension

31


auberge les fontilles

« Nous nous étions accordés une année pour

trouver le lieu idéal et concevoir le projet de A à Z.

En 2008, après quinze jours de vacances et plus de

2 000 kilomètres à sillonner l’Auvergne, notre choix

s’est porté sur une ancienne ferme réhabilitée par la

mairie du bourg. Nous y avons ajouté notre touche

personnelle en nous servant de l’ameublement et de

la décoration existants », précise Catherine.

C’est donc le hasard des rencontres qui a amené

Catherine et Fio, alors en quête de nouveaux horizons,

à Coltines, au pied du Plomb du Cantal, le plus haut

sommet du département. Installés en Suisse depuis

plusieurs années, Fio, chef de cuisine, et Catherine,

aspirent à un retour à plus d’authenticité. Pour cela,

ils veulent gérer leur propre auberge, quelque part

en France et si possible au cœur d’un site naturel de

caractère.

Au milieu de ces prairies à 1 000 m d’altitude où

tintent les clarines en été et à deux pas des stations

de ski en hiver, Fio et Catherine ouvrent l’Auberge

Les Fontilles. « Ce nom, nous l’avons choisi en

concertation avec les habitants du village. Le

quartier s’appelait ainsi car on y trouvait auparavant

de nombreuses fontaines », indique Fio.

en

Le Bourg y 15170 Coltines

Tél : 04 71 20 47 71 y info@auberge-coltines.com y www.auberge-coltines.com

• 2009 : ouverture de l’auberge

• 6 chambres | 20 couchages

• 50 couverts

Dans cette auberge, les touristes aiment se

retrouver au calme pour profiter pleinement

de l’ambiance familiale et chaleureuse.

Quant à la clientèle d’habitués, elle apprécie la

cuisine de saison élaborée par Fio. Celui-ci sait à la

fois faire plaisir grâce aux incontournables recettes

traditionnelles, mais également surprendre avec des

plats particulièrement originaux. Cuisses de cailles,

poissons, pavés de bœuf cuits sur une ardoise à

300°… Autant de savoureuses excuses qui font

de l’auberge un rendez-vous inévitable pour les

gourmands.

chiffres

Les fontaines

sources d’ inspiration

Ce nom, nous l’avons choisi en concertation

avec les habitants du village

Fio Perri

33


auberge la pagnoune

en

chiffres

• 2001 : ouverture de l’auberge

• 7 chambres | 20 couchages

• 35 couverts

Sauvegarder et promouvoir l’histoire de cet ancien

corps de ferme datant de 1860, voici le point de

départ d’une belle aventure entre une mère et sa

fille. « Dès l’acquisition de la ferme par mon grandpère

dans les années 1980, ma famille souhaitait en

faire une auberge pour partager cette âme empreinte

d’authenticité », précise Sandrine, amoureuse de son

coin de paradis où le silence s’apprécie à l’envi.

Il faudra pourtant attendre 2001 avant que l’Auberge

La Pagnoune n’ouvre ses portes à proximité de

Loubaresse. Après trois années de travaux, le lieu

est entièrement rénové et la grande majorité des

meubles d’époque restaurés. « Quand nos convives

pénètrent dans l’auberge, ils voyagent dans le

temps, celui où la pièce de vie avec son immense

cheminée faisait à la fois office de salle à manger,

salon, chambre et cuisine ».

Valadour y 15320 Loubaresse

Tél : 04 71 73 74 69 y info@aubergelapagnoune.com y www.aubergelapagnoune.com

En cuisine, Germaine, la maman compose de

délicieuses recettes traditionnelles remises au

goût du jour. « Depuis plusieurs saisons, nous nous

attachons à proposer des menus particulièrement

élaborés pour célébrer les fêtes de Pâques et de

Noël. Historiquement, ces fêtes religieuses tenaient

une place importante dans la vie locale où il était

coutume de se réunir autour d’un repas festif ».

« En mettant en valeur ce patrimoine, nous

sommes les garants de l’histoire d’une

famille de tisserands du XIX e siècle »

L’Auberge La Pagnoune se fond dans une nature

accueillante où Sandrine et Germaine partagent avec

passion la diversité de la Margeride, de la Panèze

et des monts du Cantal. Touchés par la simplicité

et la gentillesse de leurs propriétaires, les hôtes de

passage reviennent régulièrement. Ils deviennent à

leur tour les témoins de l’évolution de cette maison

où une mère et sa fille apportent chaque jour une

nouvelle pierre à l’édifice !

Quand nos convives pénètrent dans l’auberge,

ils voyagent dans le temps...

accueillante

Sandrine Coutarel Germaine Coutarel

PAR NATURE

35


auberge de chanteuges

en

chiffres

• 2010 : ouverture de l’auberge

• 4 chambres | 10 couchages

• 55 couverts

Cet ancien moulin qui surplombe la Desges, affluent

de l’Allier, a fait peau neuve pour devenir en 2010

l’Auberge de Chanteuges. C’est ici, à côté de Langeac

que Raphaël et toute sa petite famille ont posé leurs

valises et leurs batteries de cuisine.

« Originaires d’Alsace, nous avons d’abord repris

une auberge en gérance aux Estables, un paysage

familier évoquant les sommets vosgiens de notre

enfance. L’aventure se poursuit rapidement plus au

nord de la Haute-Loire, lorsque l’on apprend qu’à

Chanteuges, un moulin réhabilité en auberge est à

reprendre.

C’est avec un immense bonheur que nous nous

sommes impliqués dans ce projet au cœur de ce

village typique », révèle Raphaël resté, cependant,

toujours autant attaché à ses racines alsaciennes.

Rue des Moulins y 43300 Chanteuges

Tél : 04 71 76 58 42 y info@auberge-chanteuges.fr y www.auberge-chanteuges.fr

Car à l’Auberge de Chanteuges, le cuisinier fait

voyager sa clientèle locale aux limites de la frontière

franco-germanique avec : flamenkuche cuite dans

un four à bois traditionnel, choucroute « made in

Alsace » ou encore le fameux baeckeoffe alsacien…

Des saveurs venues d’ailleurs appréciées de tous !

« En parallèle, j’ai à cœur de cuisiner des produits

de saison.

Pour cela, j’ai fait le choix de proposer une

ardoise par semaine avec uniquement trois

entrées, trois plats et trois desserts…

... une garantie de fraîcheur pour mes clients »,

souligne-t-il.

Curieux et amateur d’activités de pleine nature, ce

couple généreux profite intensément de toutes les

richesses du Val d’Allier. Canyoning et rafting en eaux

vives, randonnées pédestres, balades en vélo ou en

train, visites culturelles… La petite famille prend le

temps de découvrir ce nouveau terrain de jeu avant

de le partager intensément avec ses invités.

C’est avec un immense bonheur

que nous nous sommes impliqués dans ce projet

un PeTIT aIr

d’ ALSAcE

Raphaël Vial

37


AUBERGE des pich’s

En famille ou entre amis, l’Auberge des Pich’s, sur

les hauteurs de Bas-en-Basset est une invitation à

la découverte de la foisonnante faune et flore des

monts du Forez. À la tête de cette ancienne ferme

de 1914 joliment réhabilitée, Chantale et Claude

accompagnés de leur fille, Gaëlle. Qu’il s’agisse

de la reconstruction de la vieille bâtisse ou de

l’aménagement intérieur des différentes pièces, tout

le monde a mis la main à la pâte pour ouvrir en 2005

un établissement chaleureux, festif et gourmand !

« Cette auberge c’était un pari un peu fou… mais

nous l’avons relevé avec détermination », précise

Gaëlle qui propose à sa carte le meilleur du terroir.

De l’entrée au dessert, sans oublier le pain, tout est

fait maison. Car dans la famille Pichon, tous sont de

fervents défenseurs d’une cuisine de qualité réalisée

avec des produits issus de l’agriculture raisonnée.

Derrière les fourneaux, Claude, ancien boulangerpâtissier,

et Gaëlle, cuisinière de métier, s’activent

pour élaborer des plats familiaux et conviviaux.

« Pieds de porc panés, tripes au feu de bois,

déclinaisons de gratins de légumes, pain de seigle,

brioches, confitures, coulis…

en

Lacombe y 43210 Bas-en-Basset

Tél : 04 71 61 84 87 y aubergedespichs@free.fr y http://aubergedespichs.free.fr

• 2005 : ouverture de l’auberge

• 3 chambres | 10 couchages

• 50 couverts

... Nos hôtes, petits et grands, dégustent

la cuisine que nous aimons partager » !

Pour un moyen séjour ou simplement le temps d’un

repas, mère et fille se plient en quatre pour satisfaire

leur clientèle. En hiver, l’Auberge des Pich’s se

transforme en scène culturelle, où se produisent

les artistes locaux. Les tables et chaises sont alors

rangées afin de laisser place à des concerts festifs.

L’auberge partage avec le public ces moments

si particuliers et préparent spécialement pour

l’occasion de délicieuses tartines cuitent au feu de

cheminée.

chiffres

eNTrée

des artistes

Gaëlle Pichon

Claude Pichon

cette auberge c’était un pari un peu fou...

Chantale Pichon

39


la maison de julia

« Mes grands-parents étaient agriculteurs au village

et nous connaissions bien « La Julia », la propriétaire

précédente. Originale et bonne vivante, cette

paysanne du siècle précédent était une personnalité

du village. Depuis toujours, sa maison située au

cœur du village était une ferme importante de la

vie locale. Après la disparition de Julia, nous avons

racheté et rénové cette belle bâtisse du XVIIIe siècle abandonnée, pour en faire une auberge de

campagne », raconte Marie-Jo, infirmière libérale

de profession. Au cœur de Blanzac, où le son des

cloches de l’église voisine rythme le cours de la

journée, le couple ouvre cette maison si singulière à

ses hôtes avec un seul souhait : qu’ils y passent un

bon moment.

« Respectant la mémoire des lieux, nous avons

rénové le peu de meubles qu’elle avait et nous les

avons disposés dans les différentes pièces de la

maison. Le caractère authentique de l’édifice a été

préservé grâce aux savoir-faire des artisans locaux.

en

2008 : ouverture de l’auberge


• 6 chambres | 16 couchages

• 60 couverts

chiffres

Le Bourg y 43350 Blanzac

Tél : 04 71 09 57 88 y lamaisondejulia@orange.fr y www.lamaisondejulia.com

Menuisiers, tailleurs de pierre, ou encore

charpentiers, ils ont tous effectué un remarquable

travail sur-mesure pour la réhabilitation du bâti et la

réalisation du mobilier ».

Dans les chambres comme à table,

l’âme de la maison perdure pour le plus

grand plaisir des visiteurs.

Entière et bienveillante, Marie-Jo transmet sa

passion pour la nature et le patrimoine du village

tout en gardant le goût des choses simples et bien

réalisées… Quant à Christian, son mari cuisinier,

originaire de la région, il s’applique derrière ses

fourneaux, à faire (re) découvrir les saveurs de ce

terroir. Sa cuisine élaborée à partir de produits frais

du pays s’apprécie au fil des saisons.

ici

L’hISToIRE continue

Marie-Jo Souvignet

Depuis toujours, la maison située

au cœur du village était une ferme

importante de la vie locale

Christian Souvignet

41


auberge de chaponade

« Avant de nous installer dans cette bâtisse, nous

vivions dans l’Ain. Nous venions régulièrement, tout

près d’ici, à Loudes dans notre maison de vacances qui

nous permettait d’être proche de ma famille installée

à Fix Saint-Geneys. C’est au fil de ces séjours que

mon mari s’est laissé séduire par la beauté de la

région », explique Corinne, motivée, à l’époque, par

l’envie de mener une vie plus tranquille. Corinne et

Daniel ouvrent l’Auberge de Chaponade en 2008,

à proximité du Puy-en-Velay et concrétisent ainsi

un projet de longue date. En faisant l’acquisition

d’une ancienne bergerie du XIXe siècle lentement

transformée en auberge, le couple a ainsi pu

retrouver un équilibre de vie.

Issue d’une famille de restaurateur, boulangerpâtissier,

Corinne est tout naturellement passée

derrière les fourneaux. « Nous proposons une cuisine

familiale, comme l’était celle de nos grands-mères !

Pour répondre au mieux aux attentes de nos clients,

nous n’hésitons pas à leur présenter la carte de nos

menus, lors de leur réservation.

en

2008 : ouverture de l’auberge


• 5 chambres | 12 couchages

• 49 couverts

chiffres

Chaponade y 43370 Saint-Christophe-sur-Dolaizon

Tél : 04 71 03 18 45 y anselme.corinne@neuf.fr y www.aubergedechaponade.fr

Ainsi, lorsque nos hôtes arrivent,

il leur suffit de mettre les pieds sous la table

et d’apprécier leur repas »...

En salle, Daniel, d’un naturel avenant en est le

garant. Il met très vite tout le monde à l’aise pour

que chacun se sente comme à la maison. « Il m’arrive

même d’autoriser des clients à savourer leur caille

en la mangeant avec les doigts », raconte, encore

amusé, le maître des lieux.

Quand l’activité se fait un peu moins intense, le

couple profite des nombreux chemins de randonnées

pour se ressourcer, cueillir quelques champignons,

mais également des framboises, mûres et myrtilles

dans les bois environnants pour confectionner les

confitures maison que les clients savourent au petitdéjeuner.

Le couple suit un seul et unique credo :

offrir aux touristes un séjour des plus agréables.

Nous proposons une cuisine familiale,

comme l’était celle de nos grands-mères

Daniel Anselme

De la bergerie à l’auberge

Corinne Anselme

43


auberge les acacias

Le Monastier-sur-Gazeille est connu des randonneurs

comme étant le point de départ du GR 70, ce chemin

de randonnée de 252 kilomètres tracé par l’auteur

de L’Île au trésor, Robert Louis Stevenson. C’est

dans ce village, à 930 m d’altitude, qu’un jeune duo

de choc et complémentaire s’est embarqué, sans

hésitation aucune, dans une belle aventure. Après

avoir eu littéralement un coup de foudre pour une

demeure des années 30 située à l’entrée du bourg,

Céline et Cyril vont faire de l’Auberge Les Acacias,

une étape particulièrement renommée.

« Dès le départ, nous avons envisagé cette

perspective comme un vrai défi qui nous permettrait

de conjuguer activité professionnelle et vie

familiale ». C’est plutôt réussi !

L’accueil chaleureux de Céline répond à la délicieuse

cuisine de son mari. Ayant fait ses classes dans

les cuisines d’Anne-Sophie Pic à Valence, Cyril

appartient à ces chefs qui savent surprendre par

des associations originales et inattendues… Cet

amoureux des produits frais et de saison se fournit

principalement auprès de producteurs locaux. « Pour

apporter toutes leurs saveurs à mes plats, je favorise

les circuits courts, un gage de qualité.

1, rond-point des Acacias y 43150 Le Monastier-sur-Gazeille

Tél : 04 71 08 38 11 y auberge.lesacacias@wanadoo.fr

en

• 2003 : reprise de l’auberge

• 4 chambres | 10 couchages

• 30 couverts

J’aime créer, décliner et

assortir les produits du terroir

altiligérien de façon inédite,

comme l’aspic à base de Vitelotte, la truite Fario et

la lentille du Puy ou encore le chausson de boudin

noir aux airelles ».

L’été, à l’ombre des canisses sur la terrasse ou

l’hiver blotti au cœur du restaurant aux chaudes

couleurs du sud, l’auberge offre le plein d’énergie

aux marcheurs et hôtes de passage.

chiffres

Cyril Belle-Pérat

L’ AUbERgE

aux TRéSoRS…

nous avons envisagé cette

perspective comme un vrai défi

Céline Belle-Pérat

45


Des auberges, des figures

1• Auberge du Château Le Bourg y 63440 Saint-Rémy-de-Blot

Tél : 04 73 97 91 95 y bernadette.tixier@wanadoo.fr y www.auberge-du-chateau.com

2• Auberge de La Hulotte La Pêche y 63230 Saint-Jacques-d’Ambur

Tél : 04 73 87 72 71 y info@aubergedelahulotte.com y www.aubergedelahulotte.com

3• Auberge de Fondain Fondain y 63820 Laqueuille

Tél : 04 73 22 01 35 y auberge.de.fondain@wanadoo.fr y www.auberge-fondain.com

4• Auberge de la Moréno Col de la Moréno y 63122 Saint-Genès-Champanelle

Tél : 04 73 87 16 46 y aubergemoreno@free.fr y www.aubergemoreno.com

5• Auberge de la Forge Place de l’Église y 63160 Glaine-Montaigut

Tél : 04 73 73 41 80 y ericguemon@neuf.fr y www.aubergedelaforgeglainemontaigut.com

6• Auberge Au Bon Vieux Temps Le Bourg y 63590 La Chapelle-Agnon

Tél : 04 73 72 36 51 y la-chapelle-agnon@wanadoo.fr y www.auberge-aubonvieuxtemps.com

7• Auberge de Valcivières Le Bourg y 63600 Valcivières

Tél : 04 73 82 94 59 y www.aubergevalcivieres.fr

8• Le Relais du Vermont Col de Chemintrand y 63600 Baffie

Tél : 04 73 95 34 75 y auberge-vermont@wanadoo.fr y www.relaisduvermont.com

9• Auberge de Margot Le Bourg y 63490 Usson

Tél : 04 73 71 97 92 y auberge-de-margot@wanadoo.fr y www.auberge-margot.com

10• Gîte des Sagnes Le Bourg y 63850 La Godivelle

Tél : 04 73 71 92 60 y gds63@wanadoo.fr y www.gitedessagnes.com

11• Auberge du Lac Le Bourg y 15210 Madic

Tél : 04 71 40 84 39 y auberge-du-lac-madic@orange.fr

12• Auberge de La Musardière Le Bourg y 15130 Giou-de-Mamou

Tél : 04 71 64 03 11 y info@auberge-musardiere.com y www.auberge-musardiere.com

13• Auberge d’Aijean La Gandilhon y 15300 Lavigerie

Tél : 04 71 20 83 43 y info@auberge-puy-mary.com y www.auberge-puy-mary.com

14• Auberge Les Fontilles Le Bourg y 15170 Coltines

Tél : 04 71 20 47 71 y info@auberge-coltines.com y www.auberge-coltines.com

15• Auberge La Pagnoune Valadour y 15320 Loubaresse

Tél : 04 71 73 74 69 y info@aubergelapagnoune.com y www.aubergelapagnoune.com

16• Auberge de Chanteuges Rue des Moulins y 43300 Chanteuges

Tél : 04 71 76 58 42 y info@auberge-chanteuges.fr y www.auberge-chanteuges.fr

17• Auberge des Pich’s Lacombe y 43210 Bas-en-Basset

Tél : 04 71 61 84 87 y aubergedespichs@free.fr y http://aubergedespichs.free.fr

18• La Maison de Julia Le Bourg y 43350 Blanzac

Tél : 04 71 09 57 88 y lamaisondejulia@orange.fr y www.lamaisondejulia.com

19• Auberge de Chaponade Chaponade y 43370 Saint-Christophe-sur-Dolaizon

Tél : 04 71 03 18 45 y anselme.corinne@neuf.fr y www.aubergedechaponade.fr

20• Auberge Les Acacias 1, rond-point des Acacias y 43150 Le Monastier-sur-Gazeille

Tél : 04 71 08 38 11 y auberge.lesacacias@wanadoo.fr

Remerciements

Merci à tous les aubergistes pour leur accueil,

leur enthousiasme et leur disponibilité.

Conception : www.quiplusest.com

Crédits photos : Ludovic Combe (portraits), David Frobert (couverture).

Impression : Fusium sur papier certifié PEFC.


Agence des Labels Touristiques d’Auvergne

7 allée Pierre de Fermat

63178 Aubière cedex

Tél : 04 73 29 49 73

Mail : info@alta-auvergne.com

www.auvergne-tourisme.info

More magazines by this user
Similar magazines